AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vous revoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 724
J'ai : 28 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Vous revoir   Ven 8 Juin 2018 - 21:52


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Agathe de Vigdir & Lancelot l'Adroit

Vous revoir

Le calme espéré des retrouvailles



• Date : 17 juillet 1003
• Météo (optionnel) :
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Les retrouvailles entre Lancelot et Agathe qui devaient être extrêmement romantiques furent légèrement troublées par l'arrivée du petit Meljörn.  Agathe étant nécessitée auprès de sa tutrice, Lancelot est resté quelque temps auprès d'elle avant de se retirer, sa présence étant devenue indiscrète.  Ces retrouvailles bousculées entre les amoureux seront rattrapées le lendemain.
• Recensement :
Code:
• [b]17 juillet 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3804-vous-revoir#141752]Vous revoir[/url] - [i]Agathe de Vigdir & Lancelot l'Adroit[/i]
Les retrouvailles entre Lancelot et Agathe qui devaient être extrêmement romantiques furent légèrement troublées par l'arrivée du petit Meljörn.  Agathe étant nécessitée auprès de sa tutrice, Lancelot est resté quelque temps auprès d'elle avant de se retirer, sa présence étant devenue indiscrète.  Ces retrouvailles bousculées entre les amoureux seront rattrapées le lendemain.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 724
J'ai : 28 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Vous revoir   Ven 8 Juin 2018 - 21:54

Je l'attendais aux portes de la demeure d'Automnal, un large bouquet de lys entre les bras.  J'étais en Sombreciel depuis plusieurs jours déjà, profitant de l'occasion pour rejoindre Melbren dans son domaine où nous nous sommes adonnés à quelques petites inventions et expérimentations.  J'avais été soulagé de le retrouver en pleine forme après les événements du couronnement qui étaient encore beaucoup trop frais dans la mémoire de tous.  Il était difficile d'ignorer que notre nouvel empereur était un mort vivant et trois mois n'avaient pas suffi à faire taire les rumeurs, plus énormes et ridicules les unes que les autres.  Quand mon ami fut rappelé à Euphoria, je repris la route vers la forge de mon père : Agathe m'avait fait parvenir une charmante lettre dans laquelle elle m'annonçait qu'elle serait à Automnal pour le mariage de sa mère, Grâce de Sombregemme, avec le marquis des lieux.  Né dans ce marquisat cielsombrois, la forge de mon père était dans un village très près de la demeure du seigneur des lieux, il était aisé de s'y rendre.  Il ne me servait à rien de rentrer à Lorgol pour quelques jours seulement et Ygraine s'occupait de la boutique.  Je sentais que j'éprouverais des insatisfactions en y retournant, mais pouvais-je réellement me priver du plaisir de voir ma tendre fiancée?  J'en étais incapable.  J'avais trouvé mon père un peu mieux que la dernière fois que je l'avais vu en février, mais il avait toujours l'oeil triste, vide de son âme.  Visiblement, il avait profondément aimé ma mère et l'avoir perdu était en train de le tuer à petit feu.  Éventuellement, je n'aurais pas d'autres choix que de faire venir Viviane à Lorgol également, je ne pouvais pas la laisser seule à la forge.  Elle n'était toujours pas mariée et il ne semblait pas qu'il soit question d'un parti pour elle.  Ces pensées sombres toutefois quittaient mon esprit en sachant que dans quelques instants, d'une minute à l'autre, mon Agathe et moi serions réunis.

Mon attente fut récompensée, mais de courte durée.  Peu après l'arrivée de la famille de Sylvamir chez le frère de la baronne, celle-ci se retrouva dans les douleurs de l'enfantement.  Je suis serré, serrant le main d'Agathe entre les miennes, pâle en entendant les cris poussés par la mère.  Pendant toute cette épreuve, même après mon retour ayant pris mon congé sentant avec toute ma sensibilité que ma présence était indiscrète, je songeai à entretenir l'abstinence la plus totale entre mon adorée et moi-même pour lui éviter de jamais être enceinte et de devoir affronter ces douleurs déchirantes.

Le matin j'avais reçu un pli de mon aimée, s'excusant de ne point m'accorder de temps, sa tutrice réclamait toute son attention. Néanmoins, elle m'annonçait qu'elle pourrait s'absenter un moment en début d'après-midi et je renvoyai par le même courrier que j'irais la rejoindre pour lui tenir compagnie quelque temps.

Je passai le reste de la matinée engoncé dans l'impatience et à me préparer pour être aussi séduisant que possible pour ma promise.  J'allai de nouveau me procurer un arrangement floral de lys pour elle, n'ayant pas pu lui offrir celui de la veille proprement.  Je me mourrais tant de ne pas avoir vu la lumière de mes jours depuis si longtemps que je n'avais point d'appétit et je n'avalai strictement rien à l'heure du dîner.  Ce n'est qu'après que je pris enfin la route pour aller rejoindre celle qui occupait toutes mes pensées.

Le temps étant splendide, j'avais décidé de l'attendre à l'extérieur pour l'emmener prendre une marche, sans trop nous éloigner.  La délicatesse de celle que j'aimais ne lui permettrait pas de s'éloigner trop avec la conscience tranquille : elle désirerait sûrement pouvoir retourner aussi vite de possible auprès de sa tutrice si elle avait besoin d'elle.  L'affection que lui vouait Agathe ressemblait presque à celui d'une fille pour sa mère, mais je ne le mentionnais pas devant elle, de crainte de la froisser.

Alors que je désespérais de jamais la revoir, l'effluve de son parfum chatouilla mes narines.  Elle arrivait enfin.  Mon cœur se débattait dans ma poitrine, tant pressé de retrouver celle qui le faisait battre et le gardait en vie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 2074
J'ai : 18 ans
Je suis : Apprentie voleuse du Charme, sous la tutelle de Mélusine de Sylvamir

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Vous revoir   Sam 9 Juin 2018 - 15:22

Le trajet avait été long malgré la compagnie toute délicieuse d’un marquis sculpteur -!!-, d’Arsène et de Mélusine. Même si la magie l’avait toujours intimidée, Agathe regrettait l’absence de portailleurs en Valkyrion qui auraient grandement facilité le voyage, surtout pour sa tutrice très enceinte. Le museau vers le dehors à admirer le paysage, elle rêvassait surtout de Lancelot et de leurs retrouvailles. Ils ne s’étaient pas revus depuis le mariage d’Alméïde et de Sa Grâce Castiel de Sombreflamme, six mois auparavant. L’idée qu’elle ne lui plaise plus, plus autant, maintenant que la distance était reine de leur relation, la taraudait très certainement. Pour contrer ce manque possible d’intérêt et d’affection, Agathe avait pris grand soin de glisser l’une des éditions du Petit Mirta illustré dans ses bagages, toute déterminée à braver sa pudeur pour grappiller quelques conseils sur le sujet. Les moments de solitude et d’intimité étaient rares, dans un voyage pareil, et la mignonne avait dû oublier cet apprentissage accéléré, se maudissant un peu de ne pas s’y être pris plus tôt.

Ses peurs de savoir Lancelot indifférent à son affection s’étaient largement amenuisées en le voyant là, aux portes de la demeure d’Automnal, un bouquet de fleurs au parfum capiteux entre les bras. Si elle avait sensiblement pressé le pas pour le rejoindre, Agathe était trop embarrassée pour l’embrasser devant tous et s’était contentée d’un sourire rayonnant vaguement perceptible sous son voile. Elle avait osé lui prendre la main, enfin, en le présentant à la famille. À peine furent-ils posés, savourant le confort après une vingtaine de jours de voyage, Mélusine commença son travail en les surprenant tous. Elle était tiraillée, la Belliférienne, entre son inquiétude pour sa tutrice et son désir d’être une amoureuse convenable pour Lancelot. Angoissée, elle parlait peu, sa main dans celle de l’artisan, tendant l’oreille pour se lever d’un bond s’il advenait que Mélusine la réclame. Lorsque Lancelot annonça son départ, pâle et malade, Agathe s’occupa à distraire Meldred jusqu’à ce qu’il s’endorme.

Le lendemain, Meljörn était là. Un nouveau petit frère. Dès qu’il avait été possible de le faire, Agathe avait lové le petit être fragile tout contre sa poitrine et lui avait souhaité la bienvenue à Automnal. L’affaire avait été brève, tant la jeunette craignait d’endommager le précieux paquet. Elle s’était empressée de le remettre à une Mélusine épuisée mais ravie. Le regard brillant de sa tutrice débordait d’affection pour son deuxième garçon et, comme souvent devant les démonstrations d’amour d’une mère pour son enfant, Agathe s’était faite un peu rêveuse, émue par ce qu’elle n’avait pas connu.

On lui avait vanté la ville d’Automnal. On l’avait conseillée sur tout ce qu’elle devrait voir, aujourd’hui, en compagnie de Lancelot et d’une poignée de protecteurs, et Agathe n’écoutait que d’une oreille distraite tant elle était fébrile de le retrouver. De le revoir réellement. Elle avait pris un temps fou à boucler le bas de ses cheveux, à dénicher le meilleur voile pour enjoliver sa robe d’été, à parer sa gorge d’ornement et à faire lacer ce corset qui lui semblait terriblement compliqué. Le plus difficile était très certainement de faire croire que tous ces détails, que toutes ces petites coquetteries, étaient naturelles, d’une beauté discrète et adaptées à une simple promenade. Environ satisfaite de son reflet, Agathe avait salué une dernière fois Mélusine en lui promettant d’être prudente, sage, de revenir tôt et d’accourir sitôt qu’on la faisait demander. Il s’agissait d’un moyen pour elle de se rassurer de l’état de sa tutrice mais également d’obtenir son approbation sur sa tenue et ses encouragements pour cette sortie avec Lancelot. Sa première depuis six mois. Six interminables mois. Elle avait pris soin de s’excuser auprès de sa mère pour sa sortie improvisée mais promis de se racheter dès le lendemain en lui dédiant sa journée entière.

Son petit coeur chantait un rythme soutenu alors que la distance la séparant de lui, de l’artisan si habile, s’atténuait. Il l’attendait non loin de la demeure et Agathe s’était empressée de lui offrir une courbette toute légère pour mieux cueillir sa main, de la sienne, de la serrer, de la presser, d’y emmêler ses doigts pour ne plus jamais voir Lancelot s’éloigner. À son bras, un panier promettait quelques surprises mais Agathe ne semblait pas encore prête à dévoiler les mystères qu’il contenait.

- Lancelot… Lancelot.

De l’émotion, dans sa voix murmurée, de la brillance dans son regard. Comment ferait-elle, à présent, pour cesser de l’observer et entreprendre cette promenade? Sans adulte pour épier l’affection qu’elle démontrait, la jeunette se sentait plus à l’aise et moins timide de lui montrer combien il lui avait manqué. Toutes ces nuits à songer à lui, à rêver de le retrouver, toutes ces larmes perdues sous les couvertures d’Arsène… Il était enfin là, devant elle, au bout de sa main, à sentir si bon. Peut-être était-ce la joie euphorique de le retrouver après autant d’absence, mais Lancelot lui semblait bien moins ridicule et fin que dans ses souvenirs de jeune fille. Pire : elle lui trouvait un charme certain, ainsi vêtu et soigneusement coiffé.

- Ce sera… Ce sera difficile pour moi de me concentrer sur Automnal. Vous sentez si bon, vous m’avez tant manqué…

Une oeillade vers les protecteurs et la jeunette avait gloussé bien timidement en sentant le rouge colorer ses pommettes.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 724
J'ai : 28 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Vous revoir   Mer 13 Juin 2018 - 17:25

Elle était là, légère dans sa jolie robe, le visage couvert de son petit voile comme la mode cielsombroise l'exigeait.  Elle était belle, mon cœur manqua un battement quand sa main frêle saisie la mienne, toute rugueuse du travail, quand ses doigts glissèrent entre les miens.  Un sourire incontrôlable étira mon visage alors que celui-ci s'illuminait du bonheur de la retrouver enfin.  Nous ne nous étions point vus depuis février, une éternité.  Mon cœur battait à la chamade, le bonheur qui m'envahissait devait irradier de tous mes pores.  Je me retrouvais muet, incapable de parler en raison de l'euphorie qui me prenait de la tête aux pieds.  Je n'arrivai qu'à presser ses doigts de ma main pour lui exprimer ma joie.  Le temps l'avait rendue encore plus belle que dans ma mémoire, je le devinais sous le tissu qui dissimulait avec habilité ses traits.  Et son bonheur à elle de me retrouver était si évident, si manifeste que le mien en était décuplé.  Combien elle m'avait manqué, ma douce, ma tendre Agathe.  Faisant fi de tout, ignorant ce panier à son bras qui me cogna, je l'attirai rapidement contre moi pour la serrer dans mes bras.  Si les lettres charmantes qu'elle m'avait écrites m'avaient permis de tenir aussi longtemps, je réalisais plus pleinement encore combien elles étaient peu satisfaisantes quand je comparais l'effet qu'avait sa présence sur moi avec celui de ses missives amoureuses.  Il me semblait qu'elle ne pouvait être suffisamment près de moi pour me dire que je n'étais pas en train de rêver.  C'était pourtant bien réel comme j'humais son parfum délicat, le bouquet de lys dans son dos.

« Vous m'avez terriblement manqué Agathe, j'ai l'impression de revivre à nouveau. »

À regrets, je m'écartai pour lui tendre le bouquet de fleurs.  Des lys, fleurs de mon duché, symbole de pureté, car mes sentiments pour elle l'étaient.  Je la retrouvais avec une tendresse marquée, il m'était presque douloureux même de mettre fin à cette étreinte.

« Je vous en avais offert un bouquet hier, mais… »

En songeant à Mélusine de Sylvamir dans les douleurs de l'accouchement me fait rougir.  J'étais trop petit pour avoir souvenir de quand ma mère avait mis au monde mes sœurs, mais les cris de la tutrice de mon aimée avaient suffit à me glacer le sang.  Il me semblait qu'il me serait à tout jamais impossible de toucher Agathe, dans la crainte de lui infliger un jour ce tourment.  Et pourtant, bien que je me faisais un devoir de ne pas y songer, alors qu'elle m'apparaissait ainsi, plus belle que jamais, j'espérais le jour où cela serait possible.  Il me fallait éloigner ces pensées.  Pas maintenant, pas tout de suite.  Elle ne devait pas deviner ces envies qu'elle inspirait en moi, dès lors qu'elle saurait, ne mépriserait-elle pas?  Ne me trouverait-elle pas aussi bestial que n'importe quel homme?  Alors qu'il m'avait fallu du temps pour lui montrer, un pas à la fois, qu'un homme sensible n'en est pas moins un homme, je ne voulais pas tout gâcher.  Pas maintenant.

« Votre tutrice va bien? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Vous revoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous revoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis tellement heureuse de vous revoir! [PV: Luna]
» Vous revoir... [Magie Noire]
» Je suis content de vous revoir ! Ft Calypso
» [Mission] Nous espérons vous revoir bientôt
» Ca fait du bien de vous revoir. | Jemma.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Sombreciel-
Sauter vers: