AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les livres pour seuls témoins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages
avatar

Messages : 132
J'ai : 15
Je suis : Etudiant en 4ème année à l'Académie - Mage de l'Automne - Illusion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Envers sa famille, ses amis et l'Académie
Mes autres visages: Anaïs Belécu
Les Mages
Message Sujet: Les livres pour seuls témoins   Ven 8 Juin - 21:57


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Adonis le Lys & Moira Guingois

Les livres pour seuls témoins

Et toi ça va ?



• Date : 1/06/1003
/• Météo (optionnel) : Ensoleillé
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Adonis étudie dans la bibliothèque automnale seul. Il songe à son passé mais aussi son avenir jusqu'à l'arrivée de Moira. Jusque là les deux étudiants sont restés quelque peu étrangers l'un envers l'autre mais l'issue de cette rencontre pourrait bien changer la donne.
• Recensement :
Code:
• [b]1/06/1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3805-les-livres-pour-seul-temoins#141756]Les livres pour seuls témoins[/url] - [i]Adonis le Lys & Moira Guingois[/i]
Adonis étudie dans la bibliothèque automnale seul. Il songe à son passé mais aussi son avenir jusqu'à l'arrivée de Moira. Jusque là les deux étudiants sont restés quelque peu étrangers l'un envers l'autre mais l'issue de cette rencontre pourrait bien changer la donne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 132
J'ai : 15
Je suis : Etudiant en 4ème année à l'Académie - Mage de l'Automne - Illusion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Envers sa famille, ses amis et l'Académie
Mes autres visages: Anaïs Belécu
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Ven 8 Juin - 22:01

On est sur la fin d’année mais cela n’empêche pas Adonis de poursuivre dans ce désormais nouvel objectif, celui de travailler dur comme fer. Il a loupé quelques mois durant sa troisième année raison pour laquelle depuis son retour il passe bien plus de temps dans cette bibliothèque au 12ème étage que dans les couloirs de l’Académie. Il lui arrive, certes, encore quelques fois d’y risquer son nez pour se détendre. Chasser le naturel n’est pas si simple que cela.

Il a des amis à l’Académie mais ceux-ci ne remplacent pas Ortie ni Tim. Il grimace un instant en remarquant  plus loin quelques bouquins qu’ils ont lu ensemble pour comprendre un peu mieux ce qu’ils étudiaient. Tim n’est pas mage certes mais il aimait tenir compagnie aux deux le Lys dans leur quête de maîtrise de leur magie. Dans un soupir, il se dit qu’auparavant trois il est désormais tout seul dans cette Académie qui depuis son retour lui semble immense. Il en a le vertige subitement le jeune mage puisqu’il a peu à peu conscience de ce monde immense qui l’entoure. Il sert les poings puisqu’il est déterminé à réussir, à combattre lui aussi quand viendra son tour de rejoindre un vol. Adonis secoue la tête ; il doit se raisonner, il lui reste encore deux ans à étudier avant de se présenter à la Caserne, chaque chose en son temps.

Adonis a également changé sur un autre point, il ne s’emporte plus comme avant, reste calme et analyse les situations avant de s’emporter dans des colères qui pourraient lui causer bien des nouveaux dommages. Son attitude peut surprendre mais les épreuves de la vie ont la fâcheuse tendance à forger le caractère de ceux qui pensaient être déjà bien assez fort pour endurer les difficultés. Il change Adonis peu à peu pour devenir cet homme qu’il aspire à devenir. Puis les paroles de réconfort de Tim lui reviennent en tête alors qu’il griffonne quelques mots sur la feuille de papier devant lui. Il continue ainsi de longues minutes à écrire en tournant les pages du livre qu’il étudie.

Puis au bout d’un laps de temps assez long il relève son nez de son livre, regarde les autres tables désertes. Il détourne la tête vers d’autres étudiants un peu plus loin. Ces derniers sont rares à l’avoir abordé depuis son retour. Ils ont probablement peur d’être maladroits dans leurs paroles et leurs actes. Adonis soupire et sourit se disant que les attitudes changeront à l’issue des vacances d’été, il l’espère. Le jeune mage aimerait tellement comprendre qu’il ne souhaite pas de leur pitié ni de leur apitoiement. Au contraire de cette attitude fort maladroite, il aimerait que tout recommence comme avant. Si tel n’était pas le cas il ne serait pas revenu à l’Académie, il serait resté dans la chandellerie de ses parents. Non le but d’Adonis est de tordre le cou à ceux qui ont tenté de briser son avenir. Il a un pied dans l’adolescence, son corps d’homme se forge peu à peu et il a bien l’intention de montrer que sous son regard sombre auréolé d’une tristesse profonde se cache une détermination sans limite.

Il sursaute néanmoins en entendant la porter grincer. Son regard accroche celui d’une étudiante qui lui fait ni chaud ni froid jusqu’à présent. Elle étudie l’automne également mais dans le domaine des rêves. Il lui sourit l’invitant d’un signe de tête à le rejoindre à sa table. Il se creuse la cervelle pour récupérer son prénom, Moira il croit bien que c’est cela. Leurs relations sont pour l’instant restées plus que platoniques de par une entente peu cordiale entre elle et Tim. Alors que cette dernière s’approche, il désigne d’une main une chaise.


« Je t’en prie assieds toi je n’ai mangé personne jusqu’à présent ; Moira c’est bien cela ? Désolé je ne suis pas très physionomiste » ce qui est faux mais il faut bien qu’il fasse un peu la conversation alors que la jeune fille s’installe. Il colle son dos au dossier de sa chaise tout en fermant son livre « Je crois que j’ai assez étudié pour aujourd’hui » d’un soupir témoignant sa lassitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 511
J'ai : 15 ans
Je suis : apprentie mage de l'automne à l'Académie (domaine du rêve) / serveuse et aide-cuisinière à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages:
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Ven 8 Juin - 23:13

S'il y a un endroit dans cette école où Moira ne met jamais, JAMAIS, les pieds, c'est bien la bibliothèque. Allez, disons, si, il lui est arrivé d'essayer de trouver des bouquins avec des images mais les ouvrages d'études, ils ont bien trop de mots pour que ce soit intéressant. Pourtant, elle y est. Attirée dans cet endroit étrange par Adonis le Lys lui-même, bien qu'il n'ait pas l'air d'en avoir conscience. Tout d'abord, elle l'a vu passer alors qu'elle se rendait en classe. Seul et morose, comme depuis qu'il est revenu. Ce n'est pas un de ses amis, tout au plus une vague connaissance à qui il lui est arrivé de parler quelques fois depuis sa première rentrée. Mais elle sait que sa sœur a péri lors du Jour des Anciens et ça suffit à remuer son petit cœur de personne sensible. Elle n'arrête pas de se dire qu'un jour elle ira lui parler, le consoler ou quelque chose comme ça.

Deux heures de cours plus tard, la voilà montant les marches en direction de la Bibliothèque de la Pensée Automnale, sous l'oeil perplexe ou incrédule de ceux qui sont au courant de son illettrisme. Elle a juste envie de voir si l'apprenti de l'illusion est encore perché là-haut, le nez dans les bouquins, si elle peut aller lui dire un mot puisqu'elle a un peu de temps libre. Mais de toute façon elle n'a pas à se justifier, si elle a envie d'aller se remettre à déchiffrer ce qui lui apparaît comme des gribouillis mystérieux, elle a le droit, non ? Le regard des gens l'énerve parfois... Ou alors il se peut qu'ils n'en ai absolument rien à faire de tes occupations, Moira ! lui dit une petite voix dans sa tête. Une voix qu'elle devrait écouter plus souvent, ça lui évitera de se torturer l'esprit.

En arrivant devant la grande porte, elle entreprend de la pousser de la façon la plus discrète du monde, histoire de rentrer jeter un œil sans trop se faire remarquer et... déclenche le grincement le plus strident qu'elle pouvait émettre, la surprenant elle et probablement l'intégralité des gens qui profitent de la tranquillité des lieux. Raté pour le mode furtif, le p'tit Adonis est toujours là et il la regarde droit dans les yeux alors elle n'a plus qu'à s'incruster. Alors qu'elle avance assez doucement, en baladant ses yeux dans les coins droits et gauches pour voir si les étudiants arrêtent de la regarder, le garçon l'invite à le rejoindre.

Mais... Comment ? Il n'est même pas sûr de son prénom ?

Un brin froissée, elle se retient de faire un commentaire. Après tout il est traumatisé le pauvre garçon. Mais quand même ! Ils ne sont pas si nombreux à l'Académie, 'ziphonomiste' – ou quoi qu'il ait dit comme mot compliqué pour l'excuser, peu importe ce que ça veut dire – ou pas. Non, elle ne lui demandera pas ce que ça veut dire et tant pis si son ignorance se lit sur son visage. Elle lui répond simplement en chuchotant histoire de ne pas se faire gronder : « Ouais, Moira c'est ça. Toi c'est Adonis le Lys, en illusion. »   Elle le regarde fermer son livre et lui demande, sans trop en avoir quelque chose à faire : « C'est bien ? Le livre ? Ca parle de quoi ? »  Enfin s'il en a marre c'est que ça ne doit pas être passionnant, mais en même temps ça fait bien deux heures qu'il est la, l'inconscient ! On ne lui a jamais dit qu'il va s'abîmer les yeux à force ?

« T'as raté des cours non ? C'pour ça que t'es toujours fourré ici ? »

_________________











Dernière édition par Moira Guingois le Mar 31 Juil - 11:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 132
J'ai : 15
Je suis : Etudiant en 4ème année à l'Académie - Mage de l'Automne - Illusion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Envers sa famille, ses amis et l'Académie
Mes autres visages: Anaïs Belécu
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Sam 9 Juin - 12:16

Adonis ne bronche pas pour l’instant alors que Moira s’installe à ses côtés. Il ne perd pas son sourire et garde ses yeux sur la jeune fille qui l’a rejoint non sans se dire que cette rencontre pourrait très bien lui apprendre à la connaître un peu plus. C’est une camarade jusque là côtoyée jamais devenue amie. Il fait abstraction des remarques de Tim alors qu’elle l’interroge.

Toutefois ses dernières paroles le crispent un peu. Serait-elle ignorante au point de ne pas avoir remarqué son absence en début d’année ? A-t-elle vraiment besoin d’ouvrir cette plaie qu’il pensait commencer à se fermer ? Une ombre passe dans ses yeux au moment où il croise les bras en étouffant un sifflement de stupéfaction témoin d’un malaise subtil. Adonis ne l’a toujours pas quittée du regard et il se demande bien quels mots employer pour ne pas la froisser. Le jeune mage a appris à maîtriser quelque peu son impulsivité ; il y a des mois en arrière il se serait levé, aurait rapproché son front du sien et l’aurait insulté mais cet Adonis là appartient au passé. Il a certes toujours des automatismes peu glorieux mais aujourd’hui, il n’en a pas envie il veut voir jusqu’où la jeune fille est capable d’aller dans cette provocation verbale.

Aussi doucement que possible et choisissant les mots les plus judicieux puisqu’il a bien remarqué son trouble quant à ses mots précédents il rompt le silence qui s’est prolongé bien au-delà de ce qu’il avait prévu.

« Oui c’est bien moi » pour lui confirmer son identité et désignant le bouquin « L’illusion » pour répondre à sa seconde question avant d’enchaîner « Quant à mon absence dans le mille ; ai-je besoin de te préciser ce qu’il s’est passé ? Toutefois je pense que comme nous tous tu étais présente ce jour là non ? » Il ne veut pas mentionner le Jour des Anciens c’est trop proche, encore trop douloureux, il la laisse faire ou du moins la laisse comprendre par elle-même au travers de ses explications.

Il penche la tête non sans sourire « Toi tu es serveuse également à la Taverne non ? Je t’y ai déjà vue, faudra que j’y revienne avec Tim quand il sera en hivernage ou même seul avant de repartir sur Edenia une fois que l’on sera en vacances ». Il ne veut pas parler de lui Adonis, il préfère interroger les autres sur leur vie. Les sujets de conversation ont bien trop souvent tournés autour de lui et de ses erreurs. Adonis souhaite devenir un étudiant comme les autres, se noyant dans la masse. Il ne veut plus que son nom soit assimilé à Ortie ou encore à cette Chasse Sauvage ou même à ce philtre.

Le jeune mage veut se faire un nom et devenir quelqu’un ; au-delà de ses erreurs et de ses peurs. Le garçon apprend peu à peu à vivre voire survivre dans un monde dont il poursuit la découverte jour après jour. Aussi poursuivant ses questions il enchaîne ramenant son regard qui avait dévié ailleurs sur Moira.

« En 3 ans ici je crois que nous n’avons jamais discuté et je ne sais pas grand-chose de toi ; tu ne m’as même jamais abordé tout comme moi je ne l’ai pas fait » se rapprochant de la table souriant « Pourquoi aujourd’hui ? ».

Il veut savoir ce que Moira veut par cet échange ; au fond de lui-même il a l’impression que cette jeune fille l’a suivi et son instinct ne le trompe jamais. Ses mots sont doux tout comme son regard il ne veut pas lui faire peur, non, il veut juste apprendre à la connaître. Connais tes ennemis et tes amis avant de te connaître toi-même tel est l’adage qui est le sien désormais.

_________________








Adonis s'exprime en : #0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 511
J'ai : 15 ans
Je suis : apprentie mage de l'automne à l'Académie (domaine du rêve) / serveuse et aide-cuisinière à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages:
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Sam 9 Juin - 21:21

En voyant ses yeux s’éteindre et son sourire s’effacer, Moira sent comme une vague de froid s’incruster dans ce mois de juin. Adonis le Lys la fixe, les bras croisés et l’oeil pas franchement frais, comme si la graine d’amitié qu’elle a tenté de planter venait de geler à la racine. Pendant cette brève éternité où l’inconfort est palpable et le silence pesant, elle se dispute avec elle-même, se demandant pourquoi elle est dans le collimateur des dieux aujourd’hui. A essayer d’entrer sans un bruit, elle fait crier les portes, à essayer de réchauffer les coeurs elle les plonge dans l’ombre. A la voir saboter ainsi tout ce qu’elle entreprend, la déesse du Foirage doit bien se gausser.

Alors quelle explosion de colère lui sera servie aujourd’hui ? Vous reprendrez bien une petite couche de crise de nerfs pour animer les lieux ?

Et non, à sa grande surprise, son interlocuteur reste plus ou moins calme, même s’il lui pose une paire de questions rhétoriques pour l’enfoncer toujours plus dans sa bourde. Oui, elle était là et oui, elle aussi y repenser la remplit tout entière d’angoisses et de chagrin, tellement que ça va commencer à déborder par les yeux. Alors elle regarde bien au plafond, le temps de faire rerentrer ses émotions là où on ne peut pas les voir. Non, elle n’a pas fait le lien entre son absence et le Jour des Anciens. Pourtant elle aurait dû ! Après tout, si les allées de l’Académie se sont dépeuplées, c’est bien pour cette raison. Elle se contente de marmoner :  « Ouij’taislà.» Puis elle baisse les yeux en aspirant sa lèvre supérieure, un peu penaude.

Heureusement, son camarade choisit le déni et change complètement de sujet. Alors lorsqu’elle ose à nouveau croiser son regard, elle peut voir qu’il recommence à sourire. Ma foi, c’est une technique comme une autre, au moins il a le mérite d’avoir détendu l’ambiance… Parler taverne, ça détend toujours l’ambiance, même quand c’est ton travail. D’ailleurs, ça l’amuse un peu, Moira, qu’il parle de la Taverne sans préciser, comme s’il n’y en avait qu’une. Il lui arrive souvent, à elle, de le faire, mais c’est parce qu’elle y passe le plus clair de son temps. En revanche lui, elle ne l’a pas vu si souvent.  « Ouais c’est ça ! J’suis aussi en cuisine avec Touillette quand y a besoin d’moi. C’est pas mal, j’aimerais bien qu’elle me montre comment on fait les gâteaux. » Puis elle ajoute, en commençant à se détendre :  « C’ton grand copain Tim ? L’est pas méchant, même si faudrait qu’il s’arrête de raconter des lagraneries à tout va. Enfin si tu passes, viens me dire bonjour, ça fera plaisir ! »

C’est là qu’un concert de “chhhhhhhhh” se fait entendre et l’apprentie du rêve réalise qu’elle s’est un peu emportée et met la main devant sa bouche, s’apprêtant à reprendre à voix plus basse. Les  “chhhhhhhhh” de bibliothèque sont les plus impressionnants, ils raisonnent et ils atteignent le fond de de l’âme comme si elle-même était trop bruyante. La seule faute d’avoir élevé un peu la voix se ressent comme le pire des actes et passe devant tous les autres, même ceux impliquant de faire du mal à des bébés chats. Quant à la question d’Adonis, elle la prend encore plus de court que les protestations des étudiants en pleines révisions. Elle se met à rougir, car il est hors de question qu’elle lui avoue qu’elle a eu pitié de lui, mais en même temps le bobard ne vient pas. Et à qui l’aurait-elle dit ? Le gamin vient de Lagrance ! On ne la lui fait pas à lui !

« Mieux vaut tard que jamais mmh ? » esquive-t-elle en haussant les épaules. C’est qu’elle n’a pas trop envie de remettre le sujet d’Ortie en jeu, la première fois, bien qu’involontaire, était des plus désagréables. Elle s’essaie donc à sa tactique et opte pour un changement rapide de sujet « C’comment Edenia ? J’y suis jamais allée ! T’as hâte de rentrer chez toi ? »  et toujours dans un volume sonore approuvé par la communauté des lecteurs silencieux.

_________________









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 132
J'ai : 15
Je suis : Etudiant en 4ème année à l'Académie - Mage de l'Automne - Illusion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Envers sa famille, ses amis et l'Académie
Mes autres visages: Anaïs Belécu
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Lun 11 Juin - 22:06

Le calme d’Adonis surprend Moira mais il reste imperturbable quant aux paroles de la jeune fille qui l’a rejoint. Il la regarde distraitement jusqu’à comprendre que cette fixation qu’il lui impose la met bien mal à l’aise. Ce serait malvenu pour Adonis de troubler la seule personne dans cette Académie qui ose briser cette solitude qu’il ne souhaite pourtant pas. Toutefois, Adonis est surpris que ce soit elle qui ait fait le premier pas dans son sens. Elle a du caractère tout comme lui et ne semble pas du genre à s’apitoyer.

Une ombre passe dans ses yeux en se remémorant Ortie. Elle pourrait presque lui rappeler sa sœur sous ses airs quelques fois hautains et indépendants. Trop de ressemblance pourrait le perturber mais il ne laisse rien paraître d’un trouble pourtant. Il l’a mise mal à l’aise il y a quelques secondes quand il a évoqué le Jour des Anciens. Son affirmation sonne tel un écho à cette perte. Lui-même a perdu une sœur mais d’autres ont perdu leur ami, leur copain de chambre ou simplement leur camarade. Il ne veut pas que la discussion se poursuive sur ce sujet et d’un naturel presque trop joyeux il enchaîne sur ce qu’il sait faire.

Le jeune garçon s’amuse avec les mots d’une voix douce mais pointilleuse il apprend à connaître son interlocuteur qui qu’il soit en imposant son regard dans celui de sa camarade. Il la laisse prendre un peu d’aisance et augmenter le niveau sonore de ses paroles. Il sourit de son envolée et vient même à lever les yeux au ciel lorsque certains rats de bibliothèque s’offusquent du bruit.

« Les écoutes pas ils font semblant de travailler de toute façon » non sans adresser un clin d’œil aux regards de braise qui répondent à sa remarque. Il n’a pas peur d’eux et encore moins de ce qu’ils sont. Adonis se rapproche de la table posant ses coudes sur cette dernière, il dépose son menton sur les paumes levées pour accorder désormais tout son intérêt à celle qui est en passe de devenir une amie.

« Tu sais Tim ouais c’est mon copain et les histoires c’est son truc, il aime bien partir dans des récits qui transportent les autres tu vois » il se souvient cela dit de quelques aventures racontées. « Mais Tim est au-delà de ce beau parleur, c’est un ami qui m’a prouvé que l’amitié se construit bien au-delà de la distance et des frontières, je ne serais pas revenu sans lui t’sais ? ».

Il appuie ses mots tout en faisant retomber ses mains sur la table, regardant le bout de ses doigts se crispant un court instant avant de reprendre suite aux explications de Moira.

« C’est vrai il n’est jamais trop tard pour bien faire ». A l’impossible nul n’est tenu comme un  rapprochement entre deux adolescents que rien ne prédestinait jusque là à échanger entre les murs de la bibliothèque. La mention d’Edenia lui fait relever les yeux « C’est grand, il y a  des fleurs, c’est vivant » mais il veut parler de toute autre chose « Et un peu plus loin quand tu sors de la ville tu as des prairies à perte de vue c’est magnifique ». Une idée
émerge alors que la jeune fille semble intéressée de connaître son lieu de vie « Si tu veux cet été, tu pourras venir je te montrerai où j’ai grandi ; bon va falloir que j’aide un peu mes parents aussi pour fabriquer les bougies qui sont connues dans tout le duché comme les plus belles ».

Le garçon qu’il est a désormais un tout autre projet et il le verbalise aussi surprenant celui-ci peut être « Tu sais quoi je viendrai à la Taverne boire un coup avec toi pour arroser les vacances et toi juste avant la rentrée tu viendras me chercher à Edenia tu es d’accord ? Et tu pourras passer quelques jours là bas » puis dans un murmure « Et ça se trouve tu en verras… » des dragons mais il le mentionne pas. Après tout sait-elle qu’il a vocation à devenir chevaucheur ? Peut-être pas… il a hâte alors qu’un sourire éclaire son visage de boire les paroles de la jeune fille. Qu’est-elle en train de se dire au sujet de cette phrase non terminée ?

_________________








Adonis s'exprime en : #0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 511
J'ai : 15 ans
Je suis : apprentie mage de l'automne à l'Académie (domaine du rêve) / serveuse et aide-cuisinière à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages:
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Jeu 14 Juin - 13:07

« J'me demande si t'es aussi ravi quand c'toi qui travailles et c'est eux qui piaillent. »  s'amuse Moira.  Mais en réalité, elle est plutôt satisfaite qu'il soit de son côté sur ce coup-là et l'écoute attentivement parler de son ami. C'est plutôt mignon, la manière dont il prend sa défense et elle ne peut s'empêcher de lui livrer un sourire attendri. Elle ne sait pas à quel point Tim a pesé dans la décision d'Adonis de revenir, mais elle sait que beaucoup d'élèves ont déserté et c'est quelque chose qui l'attriste profondément, même pour ceux qu'elle ne connaît pas. Simplement voir la salle de classe  Pénélope de Bellancre si vaste et à la fois si vide la remplit de mélancolie, même si ça lui a permis d'avoir plus d'attention et de se fait, de se sentir un peu privilégiée. Néanmoins, elle ne fait aucun commentaire, elle commence à comprendre qu'Adonis se réserve le droit de faire quelques allusions à son absence mais il ne faut pas le forcer à s'étendre sur le sujet. Alors elle ne le fera pas, elle ne voudrait pas le blesser, après tout elle est ici par compassion en premier lieu.

Une compassion qui pourrait mener à une réelle amitié pour celui qui l'invite déjà à venir chez lui en Lagrance. Elle ne peut pas se retenir de pouffer à sa proposition. Ce n'est pas que le tableau des vastes étendues fleuries ne la fassent pas rêver – même si elle a du mal à vraiment visualiser, car son paysage à elle prend la forme d'une forêt urbaine où poussent immeubles et tours, entre lesquels ruissellent routes et canaux, des collines grises et brunes, habitat d'une grande variété d'humains, où les arbres sont coincés entre deux boutiques et les fleurs vendues sur le marché – c'est plutôt, pour en revenir à l'invitation d'Adonis, qu'il n'a pas perdu de temps pour essayer de ramener une fille chez lui. Que dira-t-il à ses parents ? De toute façon, elle ne pourra certainement pas accepter. Bien sûr, elle pourrait toujours demander à la Taverne de la Rose d'avoir quelques jours pour voyager, mais ensuite, comment irait-elle là bas ? A combien de lieues se trouve son duché – et encore, précisément, il parle d'où en Lagrance - par rapport à Lorgol ? Elle n'aurait jamais assez d'argent pour payer un mage des portails...

Ses pensées ont beau aller très vite, elle ne rattrapent pas le garçon des champs, qui exprime les siennes à mesure qu'elles viennent. Mais il revient à ce qu'elle se répète intérieurement depuis sa première idée, comment aller à Edenia ? L'idée de prendre de longues routes toute seule ne l'enchante pas plus que ça. Certes, à Lorgol elle a appris à se débrouiller seule, mais là dehors dans la campagne, elle ne connaît rien. Elle qui ne songe au voyage que de très loin et de façon très abstraite, faire des plans très concrets pour cet été lui donne le vertige tout d'un coup. Si encore Liry pouvait l'accompagner, mais Edenia, ça ne se trouve pas en mer et elle ne va bricoler le Borée pour en faire une vivenef tout-terrain !

Et puis voir quoi, au juste ? Des bougies ? Des fleurs ? Des menteurs ?

Moira finit par lui exprimer ce qu'elle a dans la tête : « C'est pas que j'veux pas, m'enfin, t'invites toujours les gens la première fois qu'ils viennent te parler ? » D'accord, c'est un peu sec comme refus, surtout que ce n'est pas forcément la meilleure raison. « J'veux dire, j'vais avoir beaucoup de travail à la Taverne de la Rose, même si y a pas les pirates, y a quand même tout un tas de clients ! Puis moi, j'sais pas comment on y va à Edenia, j'connais pas la route et puis tu m'vois moi toute seule sur la route ? » Oh non, elle n'admettra pas que ça l'inquiète et elle n'admettra pas que la campagne elle n'en a qu'une vague image très floue mais qu'en réalité elle ne sait absolument pas à quoi s'attendre. « J'ai pas peur, c'est pas ça hein ! C'est juste... pas pratique. Surtout avec la rentrée, j'veux pas rater la rentrée, le Professeur de Bellancre me tuerait. »


« Mais tu peux venir à la taverne, ça m'ferait très très plaisir ! » s'empresse-t-elle de rajouter avec un petit sourire.


« Ou tu peux m'écrire pendant les vacances, j'trouverai bien quelqu'un et j'te répondrai sans doute pas. Ou j'm'y remettrai tiens, encore mieux ! » Puis elle demande en hésitant, histoire de découvrir ce mystère qu'il a étouffé avec la fin de sa phrase un peu plus tôt « …et tu pourrais... m'en envoyer ? » Elle ne sait vraiment pas de quoi elle parle et plisse un peu les yeux comme si ça pouvait lui permettre de deviner un peu mieux ce qui lui passe par la tête.

_________________









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 132
J'ai : 15
Je suis : Etudiant en 4ème année à l'Académie - Mage de l'Automne - Illusion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Envers sa famille, ses amis et l'Académie
Mes autres visages: Anaïs Belécu
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Ven 15 Juin - 22:47

Il est imperturbable Adonis dans ses paroles. Peu à peu au contact de Moira il apprend de nouveau à échanger avec les autres, ceux de l’Académie. La jeune fille n’est pas du tout celle avec qui il aurait envisagé d’échanger il y a de cela un ou deux ans en arrière mais sa spontanéité ouvre en lui cette envie d’apprendre à la connaître juste un petit peu plus. Il a grandi le jeune mage. Il a appris à juger par lui-même au lieu de se fier à la réputation qui accompagne ses connaissances.

Il a été bien trop précoce de proposer à la jeune fille quelques vacances à Edenia. Cette proposition s’est faite de manière tellement spontanée qu’il en a oublié qu’elle ne pouvait pas forcément se déplacer aussi facilement que lui. En ce qui le concerne il prend le portail une fois à l’aller – en début d’année scolaire – et une fois au retour en fin d’année scolaire. Les économies de ses parents sont maigrelettes bien que leur chandellerie connaisse un franc succès et suffisent à lui fournir de quoi se déplacer pour s’en retourner à son lieu de naissance. Toutefois, une autre question remplace ses pensées bien étranges ; elle n’évoque pas sa famille ni quoi que ce soit. Elle sert à la Taverne mais où est sa famille à elle ? Une fois de plus Adonis s’en veut, il aurait dû apprendre à la connaître un peu plus au lieu de lui proposer de s’inscruster dans sa vie.

Aussi il la laisse parler mais ne laisse rien transparaître à sa remarque, il hoche la tête quant à son refus pour le moins déguisé. Il est bien trop tôt pour lui d’inviter une inconnue à pénétrer dans sa demeure. Sans quitter du regard la jeune fille il réfléchit rapidement. Il lui reste quoi ? Deux ans pour parfaire sa formation avant de se présenter aux dragons ? Il profitera de ces deux années pour connaître un peu plus les personnes survivantes de ce fameux jour qu’il ne parviendra jamais à oublier. Son silence se fait bien trop long et il enchaîne non sans soupirer au préalable

« Non je n’ai pas pour habitude d’inviter comme ça mais j’suis un peu perturbé et depuis mon retour tu es la première à oser venir me parler » il désigne du menton l’Académie, les murs, les autres aussi qui ont de nouveau la tête plongée dans leur bouquin « Si j’suis revenu c’est pour continuer à bosser pas pour me lamenter ni attendre une pitié quelconque des autres ; leur silence et leur regard sont d’autant plus durs à supporter ; si j’avais pas voulu revenir je s’rais pas là aujourd’hui et le fait que toi tu m’approches et tu me parles bah j’apprécie, franchement ».

Il attrape son regard, se met à nu devant elle pour commencer à construire une amitié aussi fragile soit-elle. Il sourit quand elle évoque la Taverne et songeur il lui dit « J’viendrai, j’te promets ; j’suis désolé de ne pas être venu te parler plus tôt, t’es une chic fille tu sais ».

Il est franc dans sa manière de s’exprimer, parle avec un tact et une douceur nécessaire à la maîtrise d’un échange qu’il souhaite courtois.

« On verra plus tard pour Edenia j’y avais pas réfléchi pour toi, ton transport tu vois ? Moi je portaille une fois en début et une fois en fin d’année ».

Quand elle évoque le Professeur Bellancre il voit la peur habiter le regard de la jeune étudiante et il hausse un sourcil.

« J’suis sûre qu’elle est très fière de toi, tu es une sacrée bonne élève non ? Ou j’me trompe ? On a pas la même spécialisation mais les rêves c’est bien aussi non ? » il espère la rassurer même si ses questions sont fort maladroites. Peu à peu Adonis maîtrise un peu plus ses illusions, il aime jouer avec le faux, faire voir des choses irréelles et jouer avec les nerfs de ses interlocuteurs. Sa maîtrise n’est pas encore parfaite, elle demande un peu plus de travail. C’est d’ailleurs ce sur quoi il se renseignait quelques minutes avant l’arrivée de Moira.

Adonis détourne son regard pour réfléchir aux dragons et la demande de Moira le fait sourire quant à une lettre et l’envoi de ce qu’il aurait espéré lui montrer.

« Je t’enverrai des lettres oui mais j’pourrai pas t’en envoyer, je t’en dessinerai si tu veux et t’verras ce à quoi j’pense ».

Mais Adonis ne parvient à se contenir, il veut dévoiler à celle qui est en passe de devenir sa nouvelle amie ce à quoi il pense. Il prend une feuille de papier et s’évertue à dessiner scrupuleusement un dragon. Il en dessine les détails, le regard aussi. Il s’applique à tel point qu’il en oublie ce qu’il se passe autour de lui. Adonis ne sait pas combien de temps il passe à créer son œuvre pour le moins sommaire mais fièrement il tend le papier à la jeune fille. ;

« Tiens c’est pour toi, voilà c’que je veux faire plus tard, j’veux en chevaucher un, allez défendre mon duché, ma famille ; voilà pourquoi j’suis revenu, je n’pouvais pas tout abandonner il est de mon devoir de réussir et j’y parviendrai ».

Adonis est fier de dévoiler son secret à Moira ; elle se moquera peut-être mais il s’en fiche, il le vit bien.

_________________








Adonis s'exprime en : #0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 511
J'ai : 15 ans
Je suis : apprentie mage de l'automne à l'Académie (domaine du rêve) / serveuse et aide-cuisinière à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages:
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Lun 2 Juil - 13:42

Le pauvre Adonis sans ami lui fait de nouveau de la peine. Personne n'est venu lui parler ? Logique, d'une certaine manière, ceux qui se sont vite remis n'ont pas envie de se replonger dans les problèmes. Se faire un ami endeuillé, c'est prendre le risque de devoir le soutenir. Mais il joue les indifférents, il ne cherche pas une épaule pour pleurer prétend-il. Pour Moira qui a subi bien trop de pertes au cours de sa vie, le beau discours de son camarade n'a l'air que d'une façade. Lorsqu'elle était à sa place, elle essayait de tenir le même devant ses frères et ce, même jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un. Pas envie de passer pour une chochotte. Mais elle n'avait pas le talent du Lagran, elle n'a jamais su très bien mentir et encore moins cacher ses émotions. Ceci dit, il y a du vrai, elle comprend bien que ce sont ses études qui le motivent, à l'Académie, les amis sont secondaires, tous les étudiants sont là pour apprendre, ils ont été choisis pour ça. De la réponse qui lui donne, elle choisit de ne retenir que la fin : il est heureux qu'elle soit venu le voir et c'est pour ça qu'il s'est un peu emporté. Ce qui suffit à illuminer le visage de la jeune fille une fois encore et encore plus avec son compliment, elle aime se sentir appréciée.

Au fond, elle aussi elle a besoin de contacts avec des jeunes de son âge. La Taverne de la Rose a beau héberger quelques enfants et adolescents, c'est plutôt un endroit pour les grandes personnes et comme elle n'est pas non plus populaire à l'Académie, la solitude se fait vite sentir. A avoir pris en pitié le petit Adonis le Lys, c'est peut-être à elle-même qu'elle va rendre service en fin de compte. Elle hoche la tête, un peu soulagée à sa proposition de reporter le voyage à Edenia pour une autre fois. Mais ça ne règle pas le problème, elle rêve de voyager et pourtant dès que ça devient un peu concret, son esprit reste piégé à la Ville Basse. Que fera-t-elle une fois son diplôme obtenu ? Elle qui veut s'élever, dépasser les limites imposées par sa naissance, elle se refuse à être employée de taverne toute sa vie. Pourrait-elle un jour être une enchanteresse comme Pénélope de Bellancre ?

« J'suis pas si bonne élève que tu crois. Faut savoir lire et écrire pour ça. Mais j'compense par la pratique et j'me débrouille pas mal, répond-elle à Adonis. Elle n'a pas envie de se diminuer, elle sait qu'elle a de la valeur, elle sait qu'elle est là pour une raison et qu'elle ne serait pas la première illettrée à s'en sortir dans cette école. Oui c'est vraiment intéressant ! C'est parce que le Professeur de Bellancre a bien voulu de moi dans le rêve que j'y suis, mais j'sais pas si j'aurais voulu d'un autre domaine. J'sais que je pourrai toujours me spécialiser encore plus plus tard. » Elle marque une pause, se rappelant l'étrange réalité dans laquelle sa mère était professeur en cauchemar, une des évolutions de la branche du rêve. C'est toujours une possibilité qui s'offre à elle, mais qui l'éloignerait de l'opportunité d'être choisie pour assister l'Enchanteresse de l'automne... « J'espère qu'elle est fière !... J'aimerais beaucoup faire mon second cycle avec elle et p'têt... » Elle marque une pause, ne sachant pas si elle va oser dire ce qui va suivre. Oh et puis tant pis ! « Peut-être...  qu'un jour, quand je s'rai bien plus vieille, elle voudra bien que je prenne sa place. » Plus tard, elle aura l'occasion de lui demander s'il a une idée, lui, de ce qu'il veut devenir mais pour l'instant, la discussion suit son cours et elle meurt d'envie de savoir ce qu'il va... ou plutôt ne va pas lui envoyer.

De plus en plus intriguée lorsque son interlocuteur se met à dessiner, elle passe à genoux sur sa chaise pour avoir une vision du dessus et peu à peu, les traits qui s'y tracent prennent la forme d'un dragon extrêmement détaillé comme si Moira allait mettre une note à Adonis pour l'effort fourni. Elle ne commente pas, elle se contente d'observer. Effectivement, il lui aurait été un peu difficile de loger la créature dans une enveloppe ou de la faire passer dans un petit portail de mage courrier. Imaginant une scène absurde où un mage se retrouverait à devoir appuyer sur le derrière d'un dragon pour forcer le passage, elle peine à se retenir de rire. « Ouais c'pas facile à envoyer ! » Mais elle en a déjà vus, des dragons, Lagrance n'a pas le monopole des chevaucheurs et elle a même eu la chance de rencontrer le Capitaine d'Ansemer, un type qui a réussi en partant de rien comme elle. C'est peut-être là dedans que se trouve son avenir à elle aussi, qui sait ? Mais elle n'a pas de duché, pas de famille à défendre. En attendant, chevaucher un dragon, c'est le rêve d'Adonis et elle comprend mieux sa détermination. Elle n'a même pas eu besoin de lui poser la question : il lui dévoile ses projets avec une assurance et une fierté palpable.

« J'vois pas pourquoi tu réussirais pas, tu sais c'que tu veux, t'es sûr de toi, tu feras c'qui faut pour. »

Elle se saisit de l'oeuvre et la range délicatement dans un livre de son sac. Elle en trimballe toujours un, il est joli, il a des couleurs sur la couverture et il dirait presque « lis-moi ! » mais il n'est rien d'autre qu'un bel objet, aujourd'hui le coffre au trésor d'un bien qu'elle n'a jamais eu dans sa collection : un dessin qu'on lui a offert. Ca ne brille pas, ça ne se vend sans doute pas très cher et elle ne sait pas ce qu'elle va en faire, mais c'est quelque chose d'unique et elle l'aime bien. Une fois qu'elle l'a mis à l'abris, Moira recroise le regard d'Adonis et le remercie, avant de lui demander :« C'est quelque chose que tu fais souvent, dessiner ? Tu pourras me dessiner comment c'est chez toi, puisque j'peux pas y aller ? » Si elle n'est pas sûre de parvenir à déchiffrer ses futures lettres, elle sait qu'elle sera plus motivée si elles sont illustrées. Un peu comme pour les livres en fait. Quand il y a des images, c'est mieux.

_________________









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 132
J'ai : 15
Je suis : Etudiant en 4ème année à l'Académie - Mage de l'Automne - Illusion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Envers sa famille, ses amis et l'Académie
Mes autres visages: Anaïs Belécu
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Mer 4 Juil - 23:04

Il a fallu qu’il attende près de 3 ans pour parler à Moira et cet échange qu’il n’espérait pas se produit. Cette fille, Tim s’en moque un peu mais le jeune mage aime se faire sa propre opinion et il semble bien que l’occasion se prête à la découvrir juste un peu plus. Revenir à l’Académie a été très compliqué pour lui mais aujourd’hui il est fier d’y être parvenu. Il est satisfait aussi d’avoir terminé son année. Pourtant il le sait qu’il n’a pas encore achevé son cursus. Il lui reste encore deux années avant de se présenter à la caserne où il espère qu’un dragon le choisira. C’est dans ce sens qu’il travaille d’arrache pied pour ne pas échouer.

Il ne doute pas que sa nouvelle amie est une travailleuse mais il ressent ses doutes dans sa bouche.

« Douterais tu de toi et de tes capacités ? T’sais moi j’ai appris à lire grâce à ma sœur qui avait des amis ici qui savaient, elle en a fait de même pour moi et y’a Tim aussi qui m’a aidé un peu ; j’suis peut être pas des plus à l’aise mais j’y arrive s’tu veux je t’apprendrai » Cela fait à peine quelques minutes qu’ils échangent mais déjà Adonis a cette envie d’offrir bien plus que ce titre de camarade à Moira. Cette jeune fille pourrait être cette amie d’un nouveau genre, celle qui le devient par la nature des choses.

Il écoute son projet en posant sa tête sur sa main la regardant et l’écoutant. Il se demande s’il est pareil lorsqu’il conte son envie de chevaucher avec cette même étincelle dans les yeux.

« Si on veut on peut » dit-il pour la rassurer. Il sourit largement même pour l’assurer de toute sa franchise et de sa confiance qu’il lui adresse « Au travers de tes paroles moi ce que je vois c’est que t’as peur de pas réussir mais on vit avec des remords pas des regrets ; fais ce que tu veux, tentes et après tu pourras juger » Une ombre passe devant ses yeux. Les remords, il vit avec mais au moins ses actes ont trahi l’amour qu’il avait pour sa sœur. Il s’en veut, il s’en voudra encore sur le dos d’un dragon il en est certain mais il le sait il a simplement fait ce qu’il pensait juste.

Prenant sa feuille il dessine un dragon. Il relève la tête surpris de voir l’attention que lui porte Moira et sourit poursuivant les traits de l’animal. Il a le souci du détail comme dans toute chose et s’évertue à finaliser celui qu’il offrira à la jeune fille. Il lui tend et le soin qu’elle apporte à le protéger le touche. Il ne sait pas trop ce qu’elle en fera alors qu’une pointe d’ironie est perceptible dans ses propos.

« Oui c’sûr et j’me doute que tu en as déjà vu ; sont partout ils dominent le ciel » mais il doute comme depuis peu de sa réussite et c’est au tour de Moira de le rassurer. Adonis n’a pas perdu son sourire et il relève les yeux saisissant le regard de la jeune étudiante il reste un long instant comme ça sans répondre comme cherchant dans cet échange autre chose sans réellement savoir quoi. La question qui suit le tire de sa rêverie et il bafouille bien malgré lui.

« Euh… oui pardon ; j’avoue j’étais perdu dans mes pensées, navré ; oui ça m’apaise. Enfant je calmais mes nerfs ou mes colères en dessinant c’qui me passait par la tête ; certains cassent tout moi j’préfère me mettre dans un coin et dessiner des croquis aussi simples soient-ils » il se rapproche de Moira pour murmurer « Mais t’sais j’fais pas qu’ça l’Académie je l’explore, je m’y aventure ; j’aime chercher  tout ce qu’elle renferme comme mystère » il se recule se disant que ce rapprochement brutal a peut être mis mal à l’aise Moira « Toi aussi ça t’arrive de partir à l’aventure entre ces murs ? » il veut la connaître un peu plus savoir s’il peut lui faire confiance et l’inviter à le suivre dans les couloirs jouant avec le risque de se faire prendre tels deux garnements.

Adonis a de nouveau foi en la vie, en l’avenir et en l’espoir ; avoir des projets est le meilleur des traitements qui soit alors il les élabore et peut-être qu’avec Moira ceux-ci pourraient devenir fort agréables.

_________________








Adonis s'exprime en : #0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 511
J'ai : 15 ans
Je suis : apprentie mage de l'automne à l'Académie (domaine du rêve) / serveuse et aide-cuisinière à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages:
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Mar 31 Juil - 13:19

Les yeux de Moira vont et viennent entre le jeune garçon, les étagères remplies de livres et celui qu’il lisait juste avant qu’elle n’arrive. Est-ce que lorsqu’elle saura lire elle fera comme lui et passera ses journées à la bibliothèque ? C’est vrai qu’une part d’elle est curieuse de savoir ce que renferment ces ouvrages, mais si quelqu’un le lui racontait, ce serait tellement plus simple. Comme beaucoup de gamins du peuple, il a dû se débrouiller lui aussi pour se mettre à niveau. En l’entendant parler de sa sœur, la jeune fille reporte son regard sur Adonis, s’attendant à revoir passer les nuages de sa peine sur son visage. Alors même s’il passe vite à autre chose, Moira ne sait pas vraiment comment refuser sa proposition. Elle vient à peine de commencer cette amitié, elle n’a pas envie de l’exaspérer déjà. « Oui on verra. J’espère encore y arriver par moi-même. »

L’ombre de ses dernières épreuves finit par se montrer et l’élève du rêve comprend assez vite que son nouvel ami parle pour lui-même plus que pour elle. Elle lui rend un petit sourire compatissant, elle voudrait lui dire que si les remords ne s’effacent pas, ils deviennent un peu moins lourds avec le temps. La peine qu’il lui inspire suffit à lui éviter d’être froissée par ce qu’il assume la concernant. Peur de réussir ? Certainement pas ! C’est être réaliste que de comprendre que tous les élèves de l’Académie ont été reçus dans les mêmes conditions. Ce ne sont pas qu’une tripotée de mages débutants récupérés pour en faire des gens compétents, ce sont des gens talentueux ou travailleurs, des gens qui ont réussi à défendre leur place. Elle n’est pas pire qu’un autre, mais elle n’est pas meilleure non plus et ce n’est pas parce que Pénélope de Bellancre a vu quelque chose en elle, que ce quelque chose survivra à la demande d’un second cycle. La seule chose sur laquelle Moira peut compter, c’est qu’elle est encore là. C’est bien le seul avantage à la situation, mais elle se gardera bien de le dire à Adonis. A la place, elle lui répond sans trop d’effort : « C’vrai, j’ai tout le temps de me poser des questions plus tard. » L’astuce c’est de toujours donner le meilleur de soi-même, ainsi on ne peut pas être déçu. Mais l’a-t-elle vraiment fait, en baissant les bras aussi vite au sujet de la lecture ?

Un peu plus loin dans la conversation, voici que le garçon s’étend un peu plus sur sa passion du dessin. Moira ne peut pas s’empêcher de pouffer lorsqu’il avoue que dessiner l’aide à se calmer. Non pas qu’elle ne le croie pas, mais il n’est pas réputé pour être un modèle de sérénité, cet élève. Elle glisse un « Pardon » et continue de l’écouter. Après tout, elle n’a rien à dire non plus, s’il est à la merci de sa colère, elle c’est la tristesse et la panique qui la dominent bien trop souvent. Et elle n’a pas encore trouvé le remède miracle, pour sa part, elle n’a pas de passion, si ce n’est peut-être admirer son trésor. Pour le constituer, en revanche, il vaut mieux être dans de bonnes dispositions. « Non, mais j’trouve ça bien ! En plus ça t’fait de jolies choses pour décorer ta chambre. Où c’est que tu dors d’ailleurs ? A l’Académie ? » Pas à la Taverne de la Rose, c’est sûr, elle l’aurait remarqué.

Soudain, le voilà à deux centimètres d’elle et par réflexe, elle se recule en rougissant. Avant de se repositionner pour entendre cette chose si secrète qu’il a à lui dire. Alors qu’ils se retrouvent à nouveau à une distance respectable, elle peut lui répondre : « Non, j’ai pas trop le temps. » Oh ça a bien dû lui arriver, à elle aussi, de vouloir en savoir plus sur les mystères de son école, spécialement motivée par les rumeurs de trésor au fond d’une pièce cachée. Mais au final il y a tant à faire entre les cours et le travail que son temps libre se fait plus calme et pas ponctué d’heures d’exploration pour une petite probabilité de tomber sur quelque chose d’intéressant. Beaucoup de déception à la clef de ce genre d’expédition en somme. Peut-être si Liry était là, ce serait déjà plus encourageant. Ou peut-être peut-elle laisser sa chance à Adonis : « Mais ça m’dérange pas de le faire, si tu veux bien de moi. »

Puis surtout, le plus important : « T’as déjà trouvé quelque chose ? » Quelque chose qui brille ?

_________________









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 132
J'ai : 15
Je suis : Etudiant en 4ème année à l'Académie - Mage de l'Automne - Illusion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Envers sa famille, ses amis et l'Académie
Mes autres visages: Anaïs Belécu
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Mer 8 Aoû - 21:49

La jeune Moira en veut au fond d’elle, il le voit dans son regard et dans cette attitude si particulière de guetter les étagères. Il sourit tout en croisant à nouveau les bras et hoche la tête quant à ses paroles de se débrouiller par elle-même.

« Tout cas tu sais où me trouver si tu as besoin j’veux pas m’imposer hein loin de moi cette idée mais ça me ferait plaisir de t’aider saches le » ; il essaie de la flatter, choisissant des mots judicieusement quitte à la désarmer. Après tout il n’y a pas de mal à proposer tout en restant correct. Il ne lui propose rien d’autre si ce n’est l’accompagner dans un apprentissage qui peut s’annoncer long et fastidieux pour les non érudits.

Il est surpris de la suite. Il lui semblait bien que  la plupart des personnes de son année avait connaissance du lieu où il dormait le soir mais il n’en laisse rien paraître et répond sobrement « J’ai de la famille à Lorgol, ma sœur aînée mais je dors à l’Académie au moins je suis chez moi et je bouge pas d’ici ; c’est pas pour dire mais des fois il m’arrive de me perdre encore dans les rues de la ville » oui le grand Adonis a ses défauts et il est un peu vexé d’avoir du révéler une telle chose à une fille qui plus est. Aussi d’un geste de la main il balaie cette notion et enchaîne sur son passe temps. Au moins ce point là il le maîtrise, il ne se fera point coiffer au poteau par la jeune fille.


Il lui parle de ses aventures qu’il mène dans les couloirs. Concrètement il ne cherche rien de particulier si ce n’est à échapper à la vigilance des adultes et plus particulièrement celle de dame Libelle. Il faut dire que l’archiviste est douée pour mettre la main sur les petits fous de son espèce. Cela n’empêche qu’Adonis respecte les adultes. Après tout s’ils sont là c’est pour leur apprendre tout ce dont ils ont besoin pour avancer dans la vie de tous les jours, dans leur futur métier. Pris dans l’élan de la confidence, le mage s’est risqué à se rapprocher de Moira et son attitude réflexe de s’éloigner lui donne un fard. A peine achève-t-il ses paroles qu’il s’excuse et recule sa chaise. Il est confus ; lui qui pensait s’être fait une nouvelle amie venait de la brusquer dans son espace personnel.

La contrariété d’Adonis est vite oubliée lorsque la jeune fille lui avoue sa volonté de le suivre. Il sourit et aurait presque envie de sauter sur la table s’il ne courrait pas le risque de se faire gronde. Il se contient mais les yeux du mage trahissent cette joie nouvelle ; une amie, une nouvelle compagne pour explorer et qui sait peut-être l’aidera-t-elle dans les rues de Lorgol s’il lui demandait ? Sa dernière question le coupe dans son élan et il incline la tête surpris.

« Je n’ai rien trouvé si ce n’est le plaisir de jouer et de s’amuser dans les couloirs ; le plus drole et le plus amusant dans l’histoire c’est faire de cette magie qui est présente dans l’Académie la nôtre, ne pas subir les caractères farceurs des escaliers ou de toute autre pièce » il poursuit se relevant « Tu sais quoi Moira ? Je te donne rendez-vous demain à la même heure au rez de chaussée, on commencera là bas notre petite aventure » puis récupérant son livre il agit de manière fort surprenante il se penche vers Moira empêchant tout recul de la jeune fille il lui dépose un baiser sur la joue rapide, subtilement et à son oreille lui murmure

« Ca doit rester un secret Miss Moira je compte sur toi, avant c’était moi, Tim et Ortie qui faisions les 100 coups dans les couloirs mais étrangement j’ai confiance pour qu’avec toi une nouvelle ère s’éveille ».

Il recule non sans lui faire un clin d’œil avant de se diriger jusqu’à la sortie et rejoindre le couloir en sifflotant.

_________________








Adonis s'exprime en : #0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 511
J'ai : 15 ans
Je suis : apprentie mage de l'automne à l'Académie (domaine du rêve) / serveuse et aide-cuisinière à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages:
Les Mages
Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   Sam 1 Sep - 10:00

A ses dires, Adonis est plus explorateur de l’école que de la ville. A son aveu de ne pas toujours s’y retrouver dans les rues de Lorgol, Moira lui sourit sans moquerie avec un hochement de tête compréhensif. C’est typique des sujets, peu importe le duché ! Elle en ressent néanmoins une certaine fierté, non pas d’être née au plus bas de l’échelle sociale mais que ça lui ait permis de circuler dans la ville des peuples libres en sachant toujours comment rentrer. Ceci dit, elle ne peut pas se vanter de s’orienter aussi facilement dans l’Académie mais c’est peut-être justement parce qu’elle ne prend le temps d’emprunter des chemins détournés que très rarement ou alors… lorsqu’elle y est forcée.

Il a raison le Lagran, la magie qui les entoure se joue un peu trop souvent d’eux alors s’il s’amuse à son tour, c’est au moins ça de gagné. Soit, elle viendra, même s’il n’y a rien à gagner. Il se trouve que le lendemain à la même heure, elle n’a rien de mieux à faire. « D’accord, à demain alors ! » dit-elle à Adonis qui s’apprête à ranger ses affaires.

Et là… c’est le drame. Il vient de faire… quoi au juste ? Choquée de ce baiser, elle n’arrive qu’à entendre de très loin ce qu’il ajoute en murmurant. Elle ne sait pas si elle doit être en colère ou dégoûtée. Lui s’en va, tout heureux, et elle est juste complètement perdue. Elle sait ce que ça veut dire, de se faire embrasser, mais elle ne comprend pas pourquoi lui l’a fait… à elle. Non mais pour qui se prend-il ? Elle souffle furieusement du nez avec une envie folle de hurler. Mais elle se retient, elle est dans une bibliothèque tout de même et… oh non ! Par Lorilis, est-ce que quelqu’un les a vus ? Elle regarde tout autour, les têtes baissées des élèves studieux la rassurent. Ou bien ce n’est qu’une façade, et tout le monde le sait, ils ont juste replongé le nez dans les bouquins pour faire mine de rien.

Moira finit par prendre ses affaires et sortir rapidement. Elle n’a d’un coup plus vraiment envie de rejoindre Adonis le lendemain mais peut-être qu’elle ferait bien de le voir pour lui expliquer clairement ce qu’elle en pense. Et qu’en pense-t-elle au juste ? Elle n’arrive même pas à mettre de mot sur tout ça, la seule chose qui reste collée à son esprit, c’est le contact des lèvres sur sa joue et c’est franchement sale. Peut-elle lui dire ça : « c’est franchement sale » ? Après tout quand elle y repense, jusqu’à ce qu’il commence à se rapprocher physiquement d’elle, ça se passait bien entre eux, il était gentil et plutôt intéressant. Il avait réussi à passer de pauvre-gamin-endeuillé-à-qui-il-faut-parler-parce-qu-il-est-tout-seul à presque-ami-et-même-qu-on-va-bien-s-amuser-ensemble. Mais voilà, c’est tout ! Pas plus, pas autrement.

Redescendant les marches très lentement de peur de retomber sur lui, la jeune mage se sent terriblement seule. Elle n’a personne à qui en parler, elle ne sait pas qui pourrait la conseiller. Gregor est en mer et a-t-elle vraiment envie de discuter de ça avec son frère ? Popo est trop jeune pour ce genre de choses, Touillette est trop vieille, Liry… trop différente. Pénélope de Bellancre ? Oh non, que va-t-elle penser d’elle ?... Lena ?... se moquerait d’elle jusqu’à la fin de ses jours. Non, il faut qu’elle décide par elle-même.

Ou qu’elle oublie. Voilà : si demain rien ne se passe dans ce sens, on dira que ça n’est jamais arrivé. Si demain Adonis est de nouveau très proche ou ne serait-ce qu’un peu louche, elle l’enverra promener.  

_________________









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Les livres pour seuls témoins   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les livres pour seuls témoins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous avez des livres pour les 3 ans et moins?
» Livres pour l'été
» Réglage du PC pour consommer moins
» Dagon Nysrock, démon, du moins pour le moment...
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: L'Académie de Magie et du Savoir :: Bibliothèques-
Sauter vers: