AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un excellent jardinier vaut un excellent poète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 15385
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Mar 12 Juin - 2:27


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Césaire Chesnenoir & Alméïde de Sombreflamme

Un excellent jardinier vaut un excellent poète

C'est original, par ici



• Date : 2 juillet 1003
• Météo (optionnel) : Après-midi doux et ensoleillé
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Alméïde profite d'une journée ensoleillée pour se rendre dans les jardins. Elle fait mander Césaire afin de discuter un peu avec lui de la domesticité du palais et pour s'assurer que celle-ci se porte bien.
• Recensement :
Code:
• [b]2 juillet 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3848-un-excellent-jardinier-vaut-un-excellent-poete]Un excellent jardinier vaut un excellent poète[/url] - [i]Césaire Chesnenoir & Alméïde de Sombreflamme[/i]
Alméïde profite d'une journée ensoleillée pour se rendre dans les jardins. Elle fait mander Césaire afin de discuter un peu avec lui de la domesticité du palais et pour s'assurer que celle-ci se porte bien.


_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 15385
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Mar 12 Juin - 2:31

Le temps est doux, dans la capitale du duche de l'Esprit. Une brise agréable souffle dans les rues, amenée par la mer agitée, les rayons du soleil se reflètent sur les vagues et il semble enfin qu'un réel été se dessine sur ces terres. Pour une enfant des dunes, cette chaleur n'a rien d'exceptionnelle, ni même d'insupportable. C'est une occasion pour elle de profiter un peu plus des cours extérieures du palais et des jardins, quand elle ne part pas en ville à la rencontre de quelque guilde de savants ou d'artisans, afin d'apprendre à connaître un peu plus ce qui fait la beauté de cette ville. Euphoria est belle, dans sa multitude, dans sa complexité. Il y a une frénésie qui frôle parfois la folie dans ses rues peuplées, et ça l'intrigue, ça attise sa curiosité. Alméïde s'y balade parfois au bras de son époux, quand ils se rendent à une pièce de théâtre ou à un concert des plus beaux orchestres philharmoniques du duché, et elle constate chaque fois avec surprise qu'il y a plus encore à découvrir. Elle s'acclimate doucement à sa nouvelle demeure, à ce duché, à ce peuple – et même à la présence de sa consort avec qui elle entretient une relation cordiale, où se tisse une confiance chaque jour un peu plus solide. Elle se sent chaque jour un peu plus chez elle, plus à l'aise également avec les lieux et les gens qui peuplent le palais. Mais c'est durant des journées aussi belles que la mer de dunes se rappelle à elle et qu'elle se languit quelque peu d'Erebor.

Pour le première fois depuis qu'elle a élu domicile à Euphoria, Alméïde a ressorti l'une de ses robes erebiennes, légère et solaire, dépourvue de ces corsets dont elle peine à s'habituer. Et si elle porte un voile ce jour-ci, c'est uniquement pour se protéger des rayons d'un après-midi chaleureux ; la soie fine et dorée orne ses cheveux noués et ses bijoux scintillent au soleil alors qu'elle arpente l'un des jardins peu entretenu du palais. Elle sait Castiel occupé avec les préparatifs du mariage de son frère, excité comme une puce à l'idée d'en être l'officiant et d'offrir à son aîné la plus splendide des cérémonies. La duchesse, quant à elle, vaque certainement à ses occupations, si elle n'est pas en train de l'aider dans cette tâche – ou en train de calmer cette ardeur frénétique qui peut emporter leur époux par moments. Alors l'Erebienne profite de l'extérieur, son éventail dans une main, jetant des regards curieux sur l'étrange architecture extérieure du palais et sur les arrangements floraux plus qu'étranges.

Par endroits, il semble que des jardiniers inspirés ont cherché à faire pousser quelques plants puis se sont découragés en cours de route. Les fleurs se mêlent sans réelle logique, les herbes sauvages poussent dans tous les sens. Il y a un certain charme dans cet aménagement anarchique, mais ça manque d'entretien, de toute évidence. Les jardins du palais de Vivedune étaient bien différents ; bien qu'installés dans une oasis, la verdure se fait rare et les fleurs encore plus. Les bassins et patios étaient entourés de palmiers et de quelques plantes, c'était agréable les jours où la chaleur était assez clémente pour les laisser profiter de l'extérieur.

Alméïde s'arrête au coeur du jardin, où trône ce qui semble être une statue ; il s'agit plutôt d'une dame de fer, visiblement laissée à l'abandon, elle ne saurait dire depuis combien de temps. La forme est intrigante, tout comme sa matière qui luit par endroits au soleil, également. C'est à cet instant qu'elle perçoit des bruits de pas dans sa direction, discrets mais audibles dans le silence relatif des lieux. Quand ils semblent assez près, elle se retourne en affichant un sourire doux et chaleureux. « Césaire, je suis ravie que vous ayez pu vous libérer. J'espère ne pas vous avoir soustrait à quelque tâche importante ? » Elle sait combien le majordome est demandé au palais, particulièrement par Castiel, et qu'il n'est pas aisé de combler ses moindres désirs. Césaire se montre pourtant d'une efficacité redoutable.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 484
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Jeu 14 Juin - 3:17

L’été est enfin là, bien installé sur la capitale, et la température se fait agréable. Les fenêtre du palais sont laissées ouvertes pour permettre à la douce brise d’entrer et de rafraîchir les lieux. Alméïde a fait demander à ce qu’il la rejoigne dans les jardins du palais, et le majordome accueille avec plaisir cet entretien avec la jeune femme. S’éloigner un peu de Castiel et de ses demandes toujours plus farfelues - parfois incongrues, d’autres temps simplement capricieuses - est souvent une agréable distraction. Pas qu’il se plaint de l’attitude et des requêtes du duc. Il a depuis lors appris à les accepter et à s’y faire et cette vie est devenue son quotidien. Ses excès et ses extravagances ne le surprennent même plus, et il s’efforce de les combler dans les plus prompts délais. Mais les moments alors qu’il est demandé par la duchesse ou bien la dame de Sombreciel sont toujours agréables, dans la différence que ces échanges revêtent.

Il traverse les jardins tranquillement pour retrouver l’Erebienne. Son regard ne peut s’empêcher de se poser sur les agencements pêle-mêle de fleurs et de mauvaises herbe. Les plantes grimpent ici sur des structures décoratives aux formes étranges et à l’image presque méconnaissable, envahissant par endroit les sculptures, créant des buissons aux proportions devenues hors de contrôle à d’autres points. Ce n’est pas laissé à l’abandon, et on y sent l’effort de quelques jardiniers inspirés - inspirés de merveilles fleuries ou des drogues ingérées? Mais le jardin n’est pas digne de la prestance avec laquelle il pourrait se parer. Il n’est pas digne d’un palais ducal, à tout le moins. Césaire en est quelque peu gêné, alors qu’il emprunte les petits chemins qui y serpentent. Il n’y vient que trop rarement, et à l’intérieur des murs de pierre on oublie les plantes qui poussent là, dehors. Oh, il y a bien quelques jardiniers d’employés dans la domesticité, mais il avouera qu’il ne supervise pas leur travail comme il le fait avec d’autres.

Il est surpris d’y découvrir Alméïde habillée des vêtements de son duché natal. Elle qui semblait s’être habituée des robes et des corsets tant appréciés des Cielsombroises. Il ne peut s’empêcher de sourire doucement, alors qu’elle a tous les airs d’une reine dans les scintillements qui la poursuivre alors qu’elle se déplace, le soleil faisant miroiter ses bijoux et la soie de son voile. Elle détonne, dans le jardin si étrange, où elle semble être tout le contraire de ce dernier. « Vous savez pourtant fort bien qu’il n’y a pas de tâche importante qui m’empêcherait de venir répondre à une demande de la Dame de Sombreciel. » Il répond doucement, sourire sur ses lèvres aussi, alors qu’il s’incline doucement pour saluer la jeune femme sous tout le respect qu’elle se doit. Il aime bien Alméïde. Il aime sa douceur et sa délicatesse. Il aime aussi surtout l’influence qu’elle apporte sur Castiel, le calme qu’elle porte un peu comme un baume sur son esprit tourmenté. Et il y a un respect, indescriptible, qu’il ressent pour cette dernière depuis qu’il a appris qu’elle eût été le dernier écrin de Simon.

« Les étés chauds des vallées de sable doivent vous manquer. »  qu’il commente simplement, alors qu’une brise fait oublier un instants les chauds rayons du soleil qui baignent les jardins. Lui-même est heureux de retrouver un peu de chaleur, et il apprécie le doux climat qu’offre Sombreciel, surtout après les longues années passées précédemment dans les terres glaciales de Valkyrion.

Il se redresse un peu, juste un peu plus droit encore, venant croiser les mains dans son dos, retrouvant son rôle de majordome qu’il avait mis de côté un moment pour quelques bavardages de politesse. « Que puis-je pour vous, ma Dame? »

_________________
dialogue en #003366






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 15385
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Jeu 21 Juin - 19:19

« Vous savez pourtant fort bien qu’il n’y a pas de tâche importante qui m’empêcherait de venir répondre à une demande de la Dame de Sombreciel. » Le sourire qu'il esquisse fait écho au sien et Alméïde ressent un nouvel élan d'affection pour cet homme qui a su obtenir toute sa confiance. Le majordome est une présence rassurante au sein du palais ; sa prestance, son assurance, son calme sont autant de qualités qu'elle apprécie et respecte. Depuis qu'elle fréquente Castiel, il a souvent été présent, discret et efficace, toujours poli et même protecteur. Elle se rappelle la nuit où son époux a mis le feu à sa chambre, alors que pour la première fois ils osaient se découvrir l'un l'autre, elle se rappelle le majordome venu la dissimuler aux regards, faisant rempart de son corps pour lui épargner les coups d'oeil indiscrets des domestiques. Mais surtout, elle se rappelle combien il a été une force tranquille et apaisante lorsqu'elle a été libérée par ses geôliers, il y a plus d'un an de cela. Les souvenirs la font encore trembler d'effroi la nuit, lorsque son esprit s'égare dans les méandres obscurs de ces jours terribles, mais elle se souvient très bien de cet homme qui a su l'aider à retrouver la surface alors qu'elle sombrait dans une angoisse sans nom.

C'est pourquoi Alméïde lui fait confiance et se repose sans peine sur lui. Césaire est un atout pour ce palais, elle en a bien conscience. « Les étés chauds des vallées de sable doivent vous manquer. » Son sourire ne fane pas, mais il se fait un peu plus mélancolique. « Parfois, oui. Mais lors de journées comme celle-ci, je n'ai pas trop à me plaindre ; je redoute un peu plus les longs mois d'hiver. » Le ton est celui de la plaisanterie, bien qu'il s'agisse plus ou moins de la vérité. Elle a eu l'occasion de s'habituer aux températures lorgoises et désormais, elle est auprès de Castiel depuis février, sans parler du trajet jusqu'au couronnement puis du séjour sur les terres glacées de Valkyrion. Le froid, elle le vit depuis plusieurs mois et ce n'est certainement pas ce qu'elle affectionne le plus, sur les terres de l'Esprit.

« Que puis-je pour vous, ma Dame ? » Il retrouve une posture plus sérieuse mais Alméïde reste détendue, rayonnante même. « Marchez avec moi quelques instants, voulez-vous ? » La demande est polie, nullement autoritaire. Quand il fait mine d'accepter, elle se met à avancer d'un pas tranquille, à ses côtés. L'endroit est agréable pour une petite balade et la brise qui souffle par moments l'est tout autant. « Je voulais discuter un peu avec vous au sujet des domestiques du palais. C'est en me promenant par ici que je me suis laissée dire que le palais manquait peut-être un peu de personnel ; n'y voyez nul reproche, mais je désirais avoir votre avis avant toute chose. » Les jardins délaissés sont, tout au plus, la preuve d'un manque de jardiniers. Mais c'est un bon prétexte pour s'enquérir de l'état général du palais également.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 484
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Mar 26 Juin - 0:10

Oui, les journées comme celle d’aujourd’hui laissaient à se plaire à Euphoria. Elles permettent d’oublier les longs hivers, les vents froids qui proviennent de la mer glacée et suggèrent à tous de rester enfermé. Césaire sourit à ses mots, sans rien rajouter de plus. Il n’y a rien à redire, rien qu’il pourrait faire pour rendre la température plus agréable en hiver pour la nouvelle Dame de Sombreciel. Il prend note, toutefois, de veiller à garder les foyer bien allumés et bien chauds quand reviendra l’automne pour garder au chaud la dame du sable.

Alméïde lui demande de marcher avec elle, et le majordome incline doucement la tête, acceptant - il n’aurait pas refusé, après tout - et suit la jeune femme, calquant son pas au sien, heureux qu’elle y aille doucement. Il est en forme, certes, mais il n’a plus la vigueur de ses jeunes années et sa cadence est plus lente à présent. Il se fatigue rapidement, aussi, et les nuits il s’endort aisément.
Le temps est joli, pour une balade, et il doit avouer qu’il aime bien ces entretiens moins formels, hors des bureaux du duc, hors du palais.

Il écoute l’Erebienne devenue Cielsombroise en silence, la laissant bien terminer avant de prendre la parole, de lui répondre. « Il est vrai que les effectifs de la domesticité se retrouvent amoindri, je vous l’accorde. » Il le sait, Césaire. Et il n’est pas seulement question des jardins qui manquent d’entretien. C’est un problème auquel il a fait face depuis ses tout débuts en poste, un problème qu’il aurait facilement même deviné alors qu’il était assigné au service du duc alors que ce dernier était en sevrage au palais impérial. Alors il hésite un peu, le majordome, avant de poursuivre sur ce qu’il croit une part des explications. Alméïde, si elle est au fait du caractère et des excès possibles, est tout de même la femme de ce dernier. « La paie seule, ni même le logis fourni au palais ou le prestige de servir Sa Grâce, ne suffisent à présent à attirer du personnel. Je ne peux pas leur en vouloir, ma Dame, parce que même si je les forme du meilleur de mes capacités, et que je tente de les protéger des… foudres de votre mari, parfois ce n’est pas suffisant. » Ils avaient peur de Castiel, surtout les plus jeunes. ils avaient peur qu’une seule erreur ou une seule gaffe les condamne à bien pire que leur simple renvoie.

Castiel avait fait renvoyer presque la totalité de la domesticité en décembre dernier, par ailleurs, après une visite de son frère, alors qu’il était dans cet état second. Moins de deux mois avant le mariage. Césaire avait déplacé la majorité du personnel dans les diverses demeures de la couronne, le temps qu’il se calme. Mais ils n’avaient pas tous voulu revenir. Les choses s’étaient améliorées, toutefois, depuis le mariage, depuis le couronnement, alors que le duc s’était montré un soutien du nouvel empereur, un protecteur des mages. Mais le vieux majordome était plus prudent aussi, quand il venait moment des embauches. « Manquez-vous de personnel à votre service, ma Dame? Je veillerai à vous en trouver davantage, si tel est le cas. » Il sera plus facile de trouver des domestiques pour les épouses que pour le duc, assurément, mais peut-être est-ce ces jardins, vraiment, qu’elle déplore? « ...en ce qui a trait aux jardins… je suis gêné, oui. Le duc n’y a jamais apporté grande importance et j’ai moi-même laissé les jardiniers à eux-seuls. Vous faites partie de ce palais, à présent. Peut-être souhaiteriez-vous que nous en fassions une priorité? » Ils ne pourraient transformer les jardins du palais ducal en oasis erebien, mais peut-être qu’il y avait quelque chose à faire pour redonner leur beauté à ces espaces. Certainement.

_________________
dialogue en #003366






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 15385
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Sam 7 Juil - 14:43

L'instant est agréable, aux côtés du majordome. Il est sérieux et attentif, un homme capable et efficace, qui sait anticiper les besoins du palais et surtout de son duc. Avoir une telle personne à son service est une réelle bénédiction, particulièrement ici où tout peut rapidement sombrer dans le chaos, où le seul lieu parfaitement en ordre est la bibliothèque où les législateurs passent un temps considérable. Alméïde commence à s'habituer à l'architecture étrange du palais, à ses couloirs qui ne mènent nulle part, aux portes placées de façon incongrue et aux balcons parfois ouverts sur... rien. Elle en apprécie le charme étrange et labyrinthique, mais elle se retrouve bien souvent perplexe devant le manque de praticité des lieux. Le froid s'y engouffre facilement, les gens s'y perdent, ça semble être l'anarchie et pourtant chaque chose a une place précise, chacun y a son rôle. Doucement, elle y trouve des repères et ça l'amuse plus souvent qu'autrement. Néanmoins, elle peut comprendre que ce ne doit pas être évident pour ceux qui y travaillent chaque jour, encore moins pour ceux qui y travaillent pour la première fois.

 « Il est vrai que les effectifs de la domesticité se retrouvent amoindri, je vous l’accorde. » C'est bien ce qu'il lui semblait. Dans ses souvenirs, les couloirs du palais étaient bien plus peuplés lors de ses dernières visites. « La paie seule, ni même le logis fourni au palais ou le prestige de servir Sa Grâce, ne suffisent à présent à attirer du personnel. Je ne peux pas leur en vouloir, ma Dame, parce que même si je les forme du meilleur de mes capacités, et que je tente de les protéger des… foudres de votre mari, parfois ce n’est pas suffisant. » Alméïde apprécie l'honnêteté du majordome et elle hoche doucement la tête. « Je comprends. » Elle comprend d'autant plus qu'elle a vu comment son époux pouvait être, lorsqu'il était dans une période trouble. Son comportement suite à la disparition de la Rose l'a réellement inquiétée, il a même su semer le doute en elle, par moments, jusqu'à ce qu'elle en parle à Melbren et qu'il mette des mots sur ce qu'il se passait. Elle a été à la fois terrifiée et soulagée – plus soulagée encore quand elle est arrivée pour le mariage et que Castiel était redevenu celui qu'elle a connu et qui l'a séduite. Ses excès ont toujours été connus de tous, mais pour la première fois, elle voyait quelque chose d'autre, quelque chose qui allait au-delà. Elle a entraperçu les ombres et elle fait désormais son possible pour les chasser et les remplacer par la lumière, celle qu'elle aime voir briller dans les yeux de son époux. Ses changements d'humeurs restent toutefois un problème pour ceux à son service, elle en a bien conscience.

« Manquez-vous de personnel à votre service, ma Dame ? Je veillerai à vous en trouver davantage, si tel est le cas. » Elle relève les yeux, un peu prise au dépourvu. « ...en ce qui a trait aux jardins… je suis gêné, oui. Le duc n’y a jamais apporté grande importance et j’ai moi-même laissé les jardiniers à eux-seuls. Vous faites partie de ce palais, à présent. Peut-être souhaiteriez-vous que nous en fassions une priorité ? » Un sourire rassurant naît sur ses lèvres. « Oh non, pas une priorité. Mais il est vrai que je trouverais agréable de voir les jardins prêts à accueillir des invités ou simplement les résidents de ce palais pour quelque promenade. » Elle adorerait pouvoir y passer plus de temps, prendre son carnet de croquis et immortaliser la beauté sauvage de Sombreciel. Elle secoue la tête. « Mais ne vous inquiétez pas pour moi, j'ai bien assez de personnel à mon service, je m'inquiète simplement de savoir si tout se passe bien. J'en parlerai à mon époux, si vous le voulez. Madeleine et moi pourrions prendre en charge cette tâche avec votre aide, ce sera bien mieux pour tout le monde, qu'en pensez-vous ? » Castiel sera libéré de cette préoccupation et peut-être que les domestiques seront plus rassurés et resteront plus volontiers. Elle songe néanmoins à engager les plus efficaces pour s'occuper des appartements et du service du duc lui-même, ainsi personne n'aura à souffrir de petites erreurs ou d'incidents qui sauraient l'irriter.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 484
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Jeu 12 Juil - 4:22

Il est soulagé un instant de la réponse de la jeune femme alors qu’il parle de Castiel, et de ses humeurs. Il sait que c’est un problème qu’il ne pourra pas régler, et qu’il lui faudra broder une solution autour, plutôt. Former mieux les domestiques, oui, les prévenir d’avance d’une marche à suivre pour quelconques débordements. Éviter ces derniers, surtout. Le fait est que si Césaire est devenu bon dans son rôle, il n’a pas été domestique toute sa vie, comme il le laisse prétendre. Et s’il arrive plutôt bien à transmettre ces compétences acquises au fil des années et des diverses positions interprétées, il n’a pas le même bagage que beaucoup de ces petites gens venus travailler pour au palais pour gagner leur vie et améliorer leurs conditions. Au fond, ce n’est pas pareil.
Alors il ne peut pas totalement mettre la faute sur le duc, mais n’est-ce pas que ce serait beaucoup plus simple si ce dernier était plus tolérant, plus calme, moins violent? Ce serait moins amusant, sûrement, qu’il répondrait, ou quelque chose du genre.

Le vieux majordome espère seulement que la présence de l’Erebienne continuera de calmer le feu qui ravage parfois parfois le duc, comme elle semble le faire actuellement. Mais tout est incertain, actuellement, et quand ce n’est pas ceci qui les menace, c’est le monde tout autour qui change et se transforme.

Oui, elle a raison, il est vrai que des jardins plus soignés seraient agréables pour les invités, feraient bonne impressions lors des visites diplomatiques, et égaieraient aussi tout simplement les lieux. « Vous avez raison. » qu’il acquiesce à ses mots. Et s’il ne l’aurait probablement pas contredit, quand bien même il aurait pensé le contraire, cette fois il est du même avis. Il laisse un regard glisser sur la petite allée qu’ils parcourent, et il se laisse à penser que si ces derniers étaient plus invitants, certainement qu’il viendrait s’y perdre un peu, pour de petites pauses, pour délier ses jambes au réveil, ou rengorger ses poumons d’air frais. L’idée est plaisante à s’imaginer, et la proposition suivante de la jeune femme lui fait tourner un regard vers cette dernière, à la fois surpris mais ravi.

Il est fort aise, le majordome, de voir ainsi les épouses du duc souhaiter s’impliquer davantage dans les divers tâches de la demeure ducale. C’est un poids en moins sur ses épaules vieillissantes qui sont déjà surchargées de ses occupations ici même ainsi qu’à la Cour. Il s’était douté, qu’elles agieraient ainsi, particulièrement la duchesse Belliférienne. Mais il n’avait pas nourri trop d’espoirs. « Je serais plus que ravi de vous voir prendre charge de la réfection des jardins si tel est votre désir, ma Dame, avec la complicité de la Duchesse. Je ne voudrais toutefois pas que le poids de ces tâches vous pèse et vous occupe plus que nécessaire alors que votre temps pourrait être requis ailleurs. » Auprès du duc peut-être? Dans son lit, même, à concevoir les enfants qu’elle lui donnerait un jour - elle n’était toujours pas enceinte, d’ailleurs? Son esprit s’égare un moment, avant de revenir sur le sujet qui les occupe, et il poursuit : « Je pourrais chercher et vous fournir les plans actuels des aménagements, si vous le souhaitez. Vous pourriez vous faire une idée de la disposition actuelle, et si vous convenez de quelques changements rapidement, nous pourrions même entamer des travaux à l’automne. » Il ferait au moins organiser un nettoyage des herbes hautes et envahissantes, sur l’été, pour que les lieux soient déjà un peu plus agréable. Il regarde, la végétation éparse et déconstruite, de laquelle il s’est habitué, et il se demande quelle allure l’Erebienne aimerait donner à ces lieux. « Pourrais-je vous demander quel charme vous souhaiteriez donner à ces jardins? Un peu de vos souvenirs de Vivedune, peut-être? Ou bien quelques inspirations lagranes…? »

_________________
dialogue en #003366






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 15385
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Dim 29 Juil - 13:43

Le majordome est attentif à ses paroles, le visage toujours si sérieux. Malgré son âge, il semble toujours être cette forteresse inébranlable et solide sur laquelle l'on peut se reposer et nul doute que son expérience y est pour beaucoup. Alméïde a toute confiance en lui et ce, depuis les premières fois où elle l'a rencontré ; il était souvent présent lors de ses rendez-vous avec Castiel, et il a toujours su faire taire tout jugement qu'il pouvait avoir de la situation. Intérieurement, elle lui en est reconnaissante, plus encore de toute l'attention qu'il lui a portée les quelques fois où elle était en visite à Euphoria ou à la Tour de Sombreflamme. Elle le sait également à l'écoute et assez conscient de ce qu'il se passe dans le palais pour se montrer honnête avec elle. C'est une qualité inestimable chez un majordome.

« Je serais plus que ravi de vous voir prendre charge de la réfection des jardins si tel est votre désir, ma Dame, avec la complicité de la Duchesse. Je ne voudrais toutefois pas que le poids de ces tâches vous pèse et vous occupe plus que nécessaire alors que votre temps pourrait être requis ailleurs. » Un léger sourire fleurit sur ses lèvres. « Ne vous en faites pas Césaire, ça me fait plaisir. » C'est son devoir, également. Elle n'est certes pas duchesse, mais elle a à coeur d'accomplir son rôle de dame de Sombreciel en rendant le palais accueillant, en tendant la main au peuple de son nouveau duché et aux guildes qui le composent. Et elle n'est pas seule, puisque Madeleine s'occupe de bien des choses aux côtés de Castiel, en plus de leur enfant. Alméïde, elle, n'a pas encore à se soucier de cela, bien que ça commence à l'inquiéter un peu. Inquiétudes qu'elle garde pour elle, bien évidemment.

« Je pourrais chercher et vous fournir les plans actuels des aménagements, si vous le souhaitez. Vous pourriez vous faire une idée de la disposition actuelle, et si vous convenez de quelques changements rapidement, nous pourrions même entamer des travaux à l’automne. » Elle acquiesce, ça lui semble très bien. « Pourrais-je vous demander quel charme vous souhaiteriez donner à ces jardins ? Un peu de vos souvenirs de Vivedune, peut-être ? Ou bien quelques inspirations lagranes…? » L'amusement se peint sur ses traits. « Je ne suis guère une experte en jardins, Césaire. Vivedune se trouve au coeur d'une oasis, mais au coeur des dunes, les fleurs ce n'est pas vraiment notre spécialité. » Elle marche toujours d'un pas tranquille auprès de lui, jetant quelques coups d'oeil de tous côtés pour observer les lieux, comme pour tenter d'imaginer la beauté qui se cache sous le chaos. « Annoncez dans la capitale que nous recherchons des personnes pour réaménager nos jardins, je suis persuadée que nous trouverons quelqu'un pour réaliser ce travail de manière efficace. » Elle s'arrête un instant au milieu du chemin, près d'un banc à l'ombre d'un arbre, où elle s'assoit, invitant Césaire à en faire de même. « J'aime la nature... sauvage des paysages cielsombrois, je ne pense pas qu'il faille nécessairement imiter nos voisins, simplement... Simplement y mettre un peu d'ordre. » Elle lève les yeux vers lui, songeuse. « Je n'aurais qu'une seule requête. Quand je suis partie de chez moi, l'on m'a rapporté quelques graines de dattier venant de l'oasis de Mansara. D'après ce qu'on m'a dit, elles peuvent pousser sur n'importe quel sol, et j'aimerais beaucoup essayer ici. » Des dattes erebienne, dans un jardin cielsombrois, une idée qui la fait doucement sourire. Il y aurait un peu des dunes dans son nouveau foyer, juste de quoi lui rappeler le désert, les montagnes.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 484
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Mar 7 Aoû - 4:55

Il sourit simplement quand Alméïde lui dit qu’aider en prenant en charge les jardins lui fait plaisir. Il ne poussera pas davantage, et il est heureux que la jeune femme souhaite prendre charge de quelques tâches ; alléger un peu son travail au palais ne lui fera pas de tort, de toutes ces tâches qui s’empilent et se multiplient avec celles qu’il porte aussi au sein de la Cour.

L’Erebienne s’arrête finalement, et les pas de Césaire font halte avec les siens. Il la laisse s’assoir, lui-même toujours droit et debout, jusqu’à ce qu’elle l’invite à faire de même, et il incline doucement la tête avant de la rejoindre. Ses jambes sont heureuses de cette pause même s’il ne l’avouera pas. Il aurait poursuivie, il aurait continué à marcher, ignorer la fatigue de ses muscles ; il y est habitué. Mais s’asseoir est bienvenue. « Je passerai une annonce dans la semaine, alors. Je suis certain qu’effectivement les candidats ne tarderont pas. Souhaitez-vous que je fasse une sélection à vous présenter de laquelle vous pourriez choisir celui qui vous conviendrait? » Il ne lui ferait pas valider chaque candidat qui se présenterait ; tout un tas d'hurluberlus viendraient assurément, comme c’était le cas à chaque fois, parfois dans le simple intérêt de rencontrer quelconque noblesse. Il ne ferait pas subir une pénible sélection de candidats incompétents à la dame de Sombreciel.

Elle lui parle des paysages sauvages cielsombrois, et qu’il fasse mettre possiblement un peu d’ordre ici. Le majordome l’écoute en glissant un regard sur les jardins qui l’entourent. Il doute que simplement un peu d’ordre soit nécessaire, pour redonner le charme qu’il se doit à ces lieux, mais il acquiesce. Il ne sert à rien d’imiter ses voisins, surtout quand ceux-ci sont les rois incontestés des fleurs et des jardins ; toute tentative d’imitation ne serait au final que pâle comparaison. Sombreciel n’est pas Lagrance, et simplement les climats freineraient une telle copie.
Il retourne son regard vers elle quand elle lui fait part d’une requête, intrigué. Il hausse un sourcil, quand elle lui parle de graines de dattiers qui peuvent pousser dans n’importe quel sol. De quelle magie sont-elles enrobées? « Des dattes? Il serait plaisant d’en avoir ici, les cuisiniers mêmes en seraient ravis. » Et lui-même, le serait aussi. Il a le souvenir du goût sur sa langue, lointain souvenir d’un passé lointain et de quelques temps passé dans les dunes erebiennes. Ce n’est toutefois pas un souvenir que son identité actuelle partage, aussi le garde-t-il pour lui même. « Elles pourront pousser dans n’importe quel sol vous me dites… mais survivront-elles aux hivers cielsombrois? Il serait possible d'aménager une serre autour, si vous le souhaitez. Un petit oasis erebien dans un jardin cielsombrois. Une petite part de vos souvenirs dans votre nouvelle demeure. » Jamais ils ne pourraient aménager un jardin qui lui rappellerait son enfance à Vivedune, mais peut-être que ces dattiers pourraient être entourés de quelques souvenirs… Et un peu de sable à même le palais ducal de Sompreciel peut-être, l’idée était amusante ; mais après tout, le duc ne venait-il pas d’épouser un princesse erebienne, un peu des dunes ici-même ne pouvait plus choquer personne, non?

_________________
dialogue en #003366






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 15385
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Jeu 16 Aoû - 18:32

« Je passerai une annonce dans la semaine, alors. Je suis certain qu’effectivement les candidats ne tarderont pas. Souhaitez-vous que je fasse une sélection à vous présenter de laquelle vous pourriez choisir celui qui vous conviendrait ? » Elle acquiesce. « Ca me semble très bien. » répond-elle, tout à fait ravie. Elle avait peur, en arrivant en Sombreciel, de ne plus pouvoir se rendre utile comme elle le faisait auprès de son frère. À Vivedune, elle régissait le harem, mais pas seulement. Elle savait être une oreille attentive pour son frère, elle aidait Sitara à la gestion du palais, elle appliquait ses connaissances de la médecine pour prendre soin des personnes présentes dans le palais et de son peuple, quand celui-ci s'est réfugié à la capitale durant la guerre. Ici, elle n'est pas la duchesse, elle n'est que la seconde épouse, et elle craignait de ne pouvoir trouver sa place au sein de cette union particulière. Ses appréhensions se sont vite envolées néanmoins, car elle et sa consort ont su partager les tâches qui leur incombent et elle sont un soutien l'une pour l'autre, à présent. Les conseils d'Yvain et du comte de Séverac ont été précieux également, sans parler des encouragements de Castiel. Alméïde n'a plus aucune crainte quant à ce que l'avenir lui réserve. Elle trouve doucement sa place, et ça lui plaît.

Sa demande semble surprendre le majordome et ça ne l'étonne guère. Elle-même n'est pas certaine que le dattier pousse réellement, comme on le lui a dit, mais elle aimerait tenter sa chance. « Des dattes? Il serait plaisant d’en avoir ici, les cuisiniers mêmes en seraient ravis. » Un sourire léger fleurit sur ses lèvres. Ils ne seraient certainement pas les seuls. « Elles pourront pousser dans n’importe quel sol vous me dites… mais survivront-elles aux hivers cielsombrois ? Il serait possible d'aménager une serre autour, si vous le souhaitez. Un petit oasis erebien dans un jardin cielsombrois. Une petite part de vos souvenirs dans votre nouvelle demeure. » Un nouvel intérêt s'éveille dans ses yeux, elle regarde Césaire avec étonnement et une reconnaissance sincère. L'idée n'est pas pour lui déplaire.

« Ce serait merveilleux. Mais n'en faites pas trop, je ne veux pas que l'on pense que j'emporte avec moi tout ce que j'aimais de Vivedune parce que je ne me sens pas assez à l'aise ici. Malgré tout, nous pourrions y mettre des plantes plus fragiles, qui ne sauraient survivre aux hivers cielsombrois. Je pense que c'est une riche idée. » Elle ne veut surtout pas paraître ingrate, ni même envahissante. Elle pourrait se créer une petite oasis personnelle, refaire sa chambre à l'erebienne, ne porter que ses saris et ses robes à elle, mais ce n'est pas là son but. Elle ne reniera jamais d'où elle vient, mais elle est cielsombroise désormais, et elle compte bien faire l'effort de s'intégrer, de montrer qu'elle s'intéresse au peuple qui l'accueille à présent. Tout comme elle s'intéresse réellement au majordome. « Et vous Césaire ? J'ai cru comprendre que vous veniez de Cibella ; est-ce que ça vous manque, parfois ? Vous avez peut-être de la famille ou des amis à qui vous aimeriez rendre visite ? » En ces temps troublés, ce ne serait pas aisé, mais il y a toujours Lorgol, terre neutre capable de les accueillir tous ensemble. Alméïde aimerait beaucoup en savoir plus sur cette homme discret.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 484
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Lun 27 Aoû - 23:04

Il est content que l’idée lui plaise. Il veut lui faire plaisir, à l’Erebiene maintenant Cielsombroise. Mais il sent aussi la crainte, le recul qu’elle prend, de peur d’offenser ce peuple adoptif. Césaire n’est pas totalement du même avis. « Je crois au contraire que les Cielsombrois seraient fort bien de découvrir les merveilles de votre duché, au delà des jugements. Mais bien entendu cela n’est uniquement que mon très humble d’avis, la discrétion de l’aménagement et de la composition sera toute votre. » Césaire croit que le peuple ici a à gagner du bagage et de l’héritage de la dame de Sombreciel, et qu’il serait dommage qu’elle oublie complètement les coutumes et les particularité de son lieu de naissance. Mais il ne poussera pas davantage le sujet, ce n’est pas sa place de pousser de telles choses et il a déjà fait savoir son opinion sur la question. Il en sera à elle de décider ce qu’elle souhaite en faire et qu’elle place elle veut laisser à ces souvenirs ; les garder pour elle où les présenter aux Cielsombrois dans l’espoir que tranquillement des siècles de haine incomprise se transforme en curiosité intéressée. Et qui sait?

Un triste sourire étire ses lèvres quand elle le questionne sur son passé, et il croise doucement les mains sur ses cuisses. Les mensonges viennent facilement, l’histoire sonne presque vraies à ses oreilles tellement il l’a conté, mais il aurait aimé pouvoir lui dire quelques vérités. « Il y a beaucoup trop longtemps que j’ai quitté mon village natal pour qu’il me manque encore aujourd’hui. Les souvenirs que j’en garde sont de vagues sentiments dans ma mémoire, mais je sais qu’y retourner aujourd’hui je n’y retrouverais pas ce que j’y ai laissé. » Et ceci à tout le moins n’était pas mentir. D’autant plus que la pauvreté de son petit village de guerriers reculés en Bellifère où il a grandit le frapperait durement aujourd’hui, alors qu’il s’est habitué au confort des grands palais ducaux au cours des dernières années. « Et d’autant plus que je suis vieux, rien ne sert de le nier. La famille et les amis que j’y ai un jour eu sont fort probablement depuis longtemps décédés. C’est ce que je leur souhaite, à tout le moins, d’avoir trépassé avant de connaître les temps troubles qui nous bercent actuellement. »

Mais dans ces mots et ces questionnement il y a toutefois une opportunité qu’il ne peut manquer. Prétendre à quelques contacts encore en vie, possiblement dépérissant, excuser quelques voyages plus fréquents à Lorgol, peut-être. Il ne pourrait pas mettre éternellement la cause de ces déplacements sur de la gestion et des tâches diverses avec la tour de Sombreflamme qui se trouve dans la Ville Haute. Et ses nouvelles occupations à la Cour lui exigeaient de s’y rendre plus souvent qu’uniquement pour les assemblées. Peut-être que glisser quelques mots à Alméïde serait une bonne façon d’en parler à Castiel plus tard… « J’ai quelques… amis… encore de ce monde, oui, malgré tout. » Il hésite, volontairement, sur l'appellation du mot amis. Un peu de flou et le duc serait fort heureux de s’imaginer son majordome en amour une nouvelle fois ; la première masquerade avait fort bien fonctionné ; trop même de par les rumeurs qui étaient restées. « Nous échangeons quelques missives parfois, et j’ai précédemment profité de déplacements à Lorgol pour les visiter. » Un faible sourire, comme s’il se remémorrait quelques souvenirs, avant de retourner son regard vers la dame des lieux. « Mais mon travail ici me comble totalement, ne vous inquiétez pas pour moi, ma dame. »

_________________
dialogue en #003366






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 15385
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Mer 26 Sep - 21:02

« Je crois au contraire que les Cielsombrois seraient fort bien de découvrir les merveilles de votre duché, au delà des jugements. Mais bien entendu cela n’est uniquement que mon très humble d’avis, la discrétion de l’aménagement et de la composition sera toute votre. » Un sourire reconnaissant orne les lèvres de l'Erebienne. « Ils le découvriront. Plus tard. » précise-t-elle, un doux amusement peint sur ses traits. Elle a envie de faire partager son histoire et celle de son duché à ceux qui l'ont accueillie chez eux, mais elle sait combien les derniers siècles ont teinté les relations de haine et de mépris, malgré tous les efforts de quelques uns. Alméïde est arrivée avec un sérieux désavantage en étant native du duché ennemi, en étant uniquement la seconde épouse. Elle doit encore faire ses preuves alors que Madeleine est établie depuis plus d'un an et qu'elle a déjà donné une héritière au duché de l'Esprit. La dame de Sombreciel n'est guère amère ou rancunière, mais elle est réaliste. Elle compte bien profiter de sa position particulière pour tenter un rapprochement entre les duchés – n'est-ce pas pour cette raison qu'elle a commencé à côtoyer Castiel ? – mais chaque chose en son temps. Tout d'abord, elle veut comprendre Sombreciel, elle veut apprendre, elle veut s'imprégner de tout ce qui rend ce duché si particulier. Ensuite, elle partagera.

Tout cela est musique d'avenir néanmoins. Apprendre à connaître sa nouvelle demeure passe peut-être par connaître celui qui la gère d'une main de maître. « Il y a beaucoup trop longtemps que j’ai quitté mon village natal pour qu’il me manque encore aujourd’hui. Les souvenirs que j’en garde sont de vagues sentiments dans ma mémoire, mais je sais qu’y retourner aujourd’hui je n’y retrouverais pas ce que j’y ai laissé. » Attentive, Alméïde se demande un instant ce que ça fait que d'avoir quitté son foyer depuis si longtemps que l'on n'y reconnaît plus rien ni personne. Elle ne pourrait envisager d'oublier Vivedune ou ceux qui y résident, mais les circonstances ne sont certes pas les mêmes. « Et d’autant plus que je suis vieux, rien ne sert de le nier. La famille et les amis que j’y ai un jour eu sont fort probablement depuis longtemps décédés. C’est ce que je leur souhaite, à tout le moins, d’avoir trépassé avant de connaître les temps troubles qui nous bercent actuellement. » Son doux sourire se fait quelque peu attristé. C'est tout le mal qu'on peut leur souhaiter.

« J’ai quelques… amis… encore de ce monde, oui, malgré tout. » Son regard, cette fois, affiche une curiosité polie. « Nous échangeons quelques missives parfois, et j’ai précédemment profité de déplacements à Lorgol pour les visiter. Mais mon travail ici me comble totalement, ne vous inquiétez pas pour moi, ma dame. » Les lèvres de l'Erebienne se fendent en un sourire plus franc. « Je suis ravie de vous l'entendre dire, Césaire. À dire vrai, je ne sais ce que le palais deviendrait sans vous. » plaisante-elle avec légèreté, bien qu'elle le pense réellement. « Malgré tout, vos responsabilités ne devraient pas vous éloigner de vos proches trop longtemps. Allez les voir, profitez d'eux autant que possible ou invitez-les à venir. » Sans en abuser, Alméïde serait prête à faire un geste pour que le majordome puisse voir ses amis aussi souvent que possible. Elle enchaîne alors, d'un ton entendu. « J'ai appris il y a peu que votre anniversaire approchait. Je comptais vous proposer de prendre quelques jours de congé justement, si vous le désirez. À moins que vous ne préfériez autre chose ? » Puis, d'un ton plus doux. « Vous faites tant pour ce palais, c'est le moins que l'on puisse vous offrir. » Et il fait tant pour Castiel. Elle a bien conscience que sans lui, ce palais tomberait en ruines, ou presque. Son efficacité et sa patience ont su venir à bout de tous les caprices de son époux, ce qui est déjà un exploit en soi.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 484
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Ven 5 Oct - 4:05

Un hochement de tête qui vient simplement acquiescer aux mots de l’Erebienne. Il aurait bien aimé, voir le peuple Cielsombrois apprendre à découvrir et aimer la culture erebienne. Mais la dame de Sombreciel semble bien sage et déterminé à se faire d’abord aimer et accepter avant tout. Ce n’est pas une mauvaise chose, en soi, mais Césaire sait très bien qu’il ne sera plus là quand les années passeront pour voir peut-être ce tournant dans les relations entre les deux duchés. Il a espoir que le caractère doux de la jeune femme sera apprécié, et que si elle s’implique auprès des gens, elle sera aimé. Et il ne faut que cela, pour qu’il s’intéressent davantage à elle, et à ses origines. Le temps saura dire.

Ce que le palais deviendrait sans lui? Il est à la fois amusé et touché de penser que la petite organisation du palais vient à dépendre de lui. Lui qui n’est pas réellement ce qu’il prétend mais qui malgré tout a su tenir à merveille ce rôle qu’il a appris jusqu’à le maîtriser. Alors, oui, en fait, aujourd’hui il est certainement autant majordome qu’il est espion. Et il est touché que ce duc, et que ses femmes, sont venus à être reconnaissant du travail qu’il accomplit. Il espère que celle qu’il prépare tranquillement pour le remplacer, pour prendre une petite partie de sa position du moins, saura les charmer à son tour. Parce que la Cour a à bien d’avoir si bien placé près du pouvoir Cielsombrois des espions sur qui elle peut compter, mais aussi parce qu’il souhaite sincèrement qu’Alméïde, Madeleine et Castiel pourront faire confiance à la jeune femme qu’il compte leur envoyer.

Son anniversaire ! Le majordome ne les compte plus, les années qui passent et s’accumulent sans fin. À combien est-il rendu déjà? Soixante-huit années, oui. Il ne cache pas la surprise qui peut se lire sur ses traits, il n’aurait pas pensé que la dame de Sombreciel s’intéresse assez à lui pour qu’elle se renseigne et apprenne la date de son anniversaire. « Je suis touché ma dame. Je n’aurais jamais osé demander quoi que ce soit, on ne fête plus les années qui passent passé un certain âge, vous savez. » Il a un petit sourire, amusé presque. Mais en vrai il est reconnaissant de ce que lui offre Alméïde. Parce qu’il saura bien faire usage de quelques jours de congé au palais - il a tant à faire à Lorgol déjà que les nuits ici sont de plus en plus courtes alors qu’il commence, à distance, à s’apprivoiser à son nouveau rôle. « Quelques jours de congé seraient bien évidement pris avec le plus grand des plaisir. Pour visiter quelques amis, peut-être, me reposer un peu, surtout. Si sa Grâce partage votre proposition, bien entendu. » Et il profite, du sujet ainsi abordé, pour tâter le terrain auprès de d’Alméïde. Après-tout, c’est près d’elles, les femmes de Castiel, qu’il veut vraiment introduire sa remplaçante. « Je suis heureux que vous semblez apprécier ce que je fais pour le palais. Mais les années s’accumulent, et si j'espère ne pas partir tout de suite, tranquillement le temps me rattrape et me ralenti. Je songeais qu’il me faudrait peut-être un peu, d’aide. Pour mieux pouvoir veiller sur les portions du palais vous étant réservés et les domestiques vous étant assignés, peut-être, quand le duc m’accapare davantage… » il laisse sa phrase en suspense, s’éteindre doucement, relevant un regard vers l’Erebienne, curieux de savoir ce qu’elle pensait de ce qu’il proposait.

_________________
dialogue en #003366






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 15385
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Dim 28 Oct - 12:26

« Je suis touché ma dame. Je n’aurais jamais osé demander quoi que ce soit, on ne fête plus les années qui passent passé un certain âge, vous savez. » Elle laisse échapper un petit rire, ravie qu'il soit aussi surpris que touché par ses mots. Il est vrai qu'Alméïde a toujours fait son possible pour connaître les domestiques qui l'entouraient à Vivedune ; leur nom, leur fonction, leur famille, leurs intérêts. Bien sûr, elle ne pouvait connaître tous les détails concernant chacun d'entre eux, mais elle en était venue à savoir bien des choses sur ceux qui l'entouraient de très près. Elle est attentive, l'Erebienne. Et elle est assez solitaire et indépendante pour remarquer certaines choses. Au sein du palais d'Euphoria, elle a encore tout à apprendre, tout à savoir, et le fait que les domestiques changent souvent ne l'aident pas. Néanmoins, s'il y a bien une chose qui ne change pas, c'est la présence de Césaire. Sans se montrer intrusive, elle s'est rapidement renseignée sur l'homme, intriguée par son efficacité discrète et par sa prestance, curieuse également de connaître cet individu en qui elle a désormais confiance.

« Quelques jours de congé seraient bien évidement pris avec le plus grand des plaisir. Pour visiter quelques amis, peut-être, me reposer un peu, surtout. Si sa Grâce partage votre proposition, bien entendu. » Un petit sourire entendu vient fendre ses lèvres. « C'est le cas. » Elle ne se permettrait pas de faire une telle proposition sans en informer son époux en premier lieu. Il s'agit de son majordome et de son palais avant tout. « Je suis heureux que vous semblez apprécier ce que je fais pour le palais. Mais les années s’accumulent, et si j'espère ne pas partir tout de suite, tranquillement le temps me rattrape et me ralenti. Je songeais qu’il me faudrait peut-être un peu, d’aide. Pour mieux pouvoir veiller sur les portions du palais vous étant réservés et les domestiques vous étant assignés, peut-être, quand le duc m’accapare davantage… » Si la proposition l'étonne un instant, elle en vient rapidement à en comprendre les raisons. Son visage se fait doux et elle acquiesce avec tranquillité, approuvant déjà à demi-mots l'idée du majordome. « Vous êtes le mieux placé pour savoir si vous avez besoin d'aide ou non. Je crois qu'il est plus sage de ne pas vous surmener, en effet. » C'est loin d'être agréable à admettre, mais Césaire se fait vieux, en effet, et il ne sera pas éternel. Alméïde ne doute pas qu'il manquera énormément à ce palais, mais la transition sera plus aisée s'il introduit déjà une aide sur les lieux. Peut-être Castiel sera-t-il plus enclin à accepter ce changement s'il se passe en douceur. Elle l'espère.

« Comment comptez-vous vous y prendre ? Allez-vous également faire passer une annonce pour trouver de bons candidats ? » Curieuse, mais surtout intéressée, elle songe déjà à la personne qui pourrait bien le suppléer. « Mais d'abord, désirez-vous aborder vous-même le sujet avec Sa Grâce ou préférez-vous que je lui en touche un mot avant ? » demande-t-elle, mi-sérieuse, mi-espiègle. Tous les sujets ne sont pas bons à aborder avec Castiel, mais le majordome doit savoir comment s'y prendre depuis le temps. Néanmoins, Alméïde pourrait peut-être amener le sujet plus en douceur.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 484
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   Mer 31 Oct - 1:07

Bien évidemment, que la jolie Erebienne ne se serait pas avancée à lui proposer ces quelques jours de congé sans d’abord en avoir parlé avec le duc. Il sourit doucement. Content que le duc Castiel soit d’avis de lui laisser ces jours de repos, mais il serait mentir de dire que ce dernier ne le surprend pas positivement ces derniers temps. La venue de Chasteté, cadeau peut-être un peu maladroit mais tout de même, alors qu’ils étaient partis au couronnement d’Octave et avaient laissés Césaire seul au palais, ces quelques jours de congé aussi maintenant. Peut-être était-ce vraiment la présence d’Alméïde, qui le rendait plus clément, plus enclin à le récompenser ainsi? Il ne saurait dire, vraiment, mais la vie au palais était décidément un peu plus agréable maintenant.

Il acquiesce quand la dame de Sombreciel convient avec lui qu’il serait sage qu’il ne se surmène pas. Oh si elle savait que c’est justement ce qu’il fait ! Qu’il multiplie les tâches et les occupations, et que ses nuits n’ont jamais été aussi courtes. L’aide qu’il souhaite amener est essentielle, et il est bien qu’il ai déjà une réponse positive face à cette initiative qu’il souhaite prendre. « S’il faut en venir à cela, oui, c’est une option. » Il ne peut pas lui dire qu’il va créer de toute pièce cette candidate qu’il veut amener. Façonnée au sein de la Cour, une vie modelée pour s’intégrer au mieux à la vie dans le palais ducal de Sombreciel et auprès des épouses de Castiel. « Je n’en suis pas à mes premières années de domesticité, et ce n’est pas nécessairement un rôle que l’on peut trouver facilement dans les rues, j’en comprend l’importance. J’ai de bons contacts avec les chefs des domestiques de certains des divers palais de l’empire, à force. Je pourrai aussi voir avec eux s’ils auraient de bons candidats pour un tel poste. » Il a de bon contacts au sein de la Cour, plutôt, et il a maintenant sous sa gouverne toute une petite armée d’espions en plus d’avoir ici une multitude de domestiques qui répondent à ses assignations. Il ne craint pas de trouver la bonne personne, il la créera. Il faudra simplement qu’elle puisse s’intégrer dans la vie au palais, savoir gagner la confiance des épouses, du duc.

« Je lui en glisserai mot, bien évidemment. » Il ne peut pas laisser à Alméïde l’entière responsabilité d’aborder le sujet avec Castiel, pour bien des raisons, mais parce que ce serait briser la confiance qu’il a mis des années à construires avec le duc. La confiance qui fait qu’il est encore en vie, aujourd’hui, malgré les menaces, malgré les hurlements et les divers objets utilisés en projectiles. « Mais si vous pouvez aussi lui en parler, peut-être qu’il sera plus ouvert à l’idée. » Un petit sourire qui glisse sur ses lèvres. Il sait que Castiel ne prendra pas l’idée avec la plus grande joie. L’idée qui souligne qu’il va partir, qu’il va mourir, un jour. Qu’il ne sera plus là. À Castiel qui lui a interdit de mourir, il ne pourra que le décevoir en bravant cet ordre. Il ne sait, ça viendra. Plus vite qu’il ne l’espère, même. Peut-être qu’Alméïde pourra faciliter la transition à venir.

_________________
dialogue en #003366






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Un excellent jardinier vaut un excellent poète   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un excellent jardinier vaut un excellent poète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Excellent billet sur le Honduras
» Mieux vaut être pauvre mais maìtre chez soi
» Maudramme de Métromanie, le Poète-Bretteur
» une vie de débauche en vaut une autre ► charles de terrollet [FICHE MODIFIÉE ET FINIE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Sombreciel :: Palais ducal de Sombreciel-
Sauter vers: