AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'école des vertiges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 2074
J'ai : 18 ans
Je suis : Apprentie voleuse du Charme, sous la tutelle de Mélusine de Sylvamir

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
La Cour des Miracles
Message Sujet: L'école des vertiges   Mar 12 Juin - 16:02


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Agathe de Vigdir & Narcisse de Croquelune

L'école des vertiges



• Date : 6 février 1003
• Météo (optionnel) :
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Croquelune, en voilà, un nom étrange! Vigdir-des-Sorbets l'est tout autant. Ils se sont rencontrés fortuitement au mariage de Castiel de Sombreflamme, et il ne reste plus qu'à espérer qu'aucun traumatisme n'en résulte.
• Recensement :
Code:
• [b]6 février 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3851-l-ecole-des-vertiges]L'école des vertiges[/url] - [i]Agathe de Vigdir & Narcisse de Croquelune[/i]
Croquelune, en voilà, un nom étrange! Vigdir-des-Sorbets l'est tout autant. Ils se sont rencontrés fortuitement au mariage de Castiel de Sombreflamme, et il ne reste plus qu'à espérer qu'aucun traumatisme n'en résulte.


_________________






Dernière édition par Agathe de Vigdir le Mar 12 Juin - 16:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 2074
J'ai : 18 ans
Je suis : Apprentie voleuse du Charme, sous la tutelle de Mélusine de Sylvamir

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: L'école des vertiges   Mar 12 Juin - 16:05

Pour quiconque avait connu Agathe depuis Bellifère, personne n’aurait pu s’imaginer un jour la voir valser au mariage ducal de Castiel de Sombreflamme. Encore moins sous une pareille tenue! De tous les présents de Mélusine et Hiémain pour son anniversaire, la mignonne avait opté, joues rosissantes, pour la robe la moins sage. De jolies fleurs brodées paraient le tissu vaporeux dont la teinte rappelait la douceur d’un printemps, et le décolleté terriblement cielsombrois ne laissait aucune ambiguïté sur la finesse de la jeune femme. Une robe audacieuse pour une Bellifèrenne bien trop sage : ce n’était pas tous les jours que Castiel de Sombreflamme se mariait. Elle l'appréciait tant, ce duc flamboyant et généreux...! Pour lui, pour ce jour unique, Agathe avait bravé sa timidité et ses tendances hautement bellifèrennes pour enfiler cette robe somptueuse et ses escarpins aux riches passementeries. Elle était fière, bien sûr, de porter de pareilles oeuvres, de se trouver étrangement jolie aussi, ainsi dénudée, même si jamais elle n’oserait l’avouer. Et savoir que Lancelot serait présent l’avait mise en joie. Cette soirée serait parfaite. Parfaitement parfaite.

Elle avait dansé encore et encore, entre les bras de l’Adroit, enchaînant trois danses pour ne jamais quitter ses mains. Parfois.. Parfois, elle surprenait son regard sur elle, un regard particulier, un peu insistant, et si elle en était profondément troublée, elle était également ravie d’attirer l’attention de cet homme qui venait tout juste de prétendre à sa main. Comme un secret bien gardé au fond de son coeur, la jouvencelle n’en avait dit mot à sa tutrice. Mélusine devait être anéantie de voir la princesse d’Erebor en épouser un autre et Agathe se doutait que son bonheur éclatant lui serait peut-être lourd à porter, aujourd’hui.

C’était lui qui avait mis fin à la danse en s’excusant de mille mots jolis. Voulait-elle à boire, elle aussi? Quelque chose de délicat, qu’il avait souligné, s’assurant déjà que rien ne trouble son état, et Agathe l’avait laissé s’éloigner en se doutant bien qu’il devrait converser avec telle ou telle personne, ne serait-ce que par la plus élémentaire des politesses. Elle s’était donc posée un peu en retrait pour mieux voir tous ces couples incroyables, nobles et sublimes, qui valsaient avec élégance. Elle, simple dame de Vigdir-des-Sorbets, dansant avec un artisan, attirait-elle à elle autant de délicatesse? Agathe espérait que oui, car son bonheur était radieux et sa joie, sincère.

Elle ne l’avait pas vu approcher, grisée par les danses nombreuses et l’ambiance festive, les bras instinctivement croisés sur ce décolleté fragile sitôt que Lancelot l’avait quittée. Son air rêveur s’était amenuisé devant le grand homme pour trahir une certaine surprise. Il lui semblait familier, comme s’ils s’étaient déjà croisés, et Agathe se permit un sourire incertain que son voile diaphane laissait paraître. Oh…! Oh! C’était bien en tournoyant, plus tôt, qu’elle avait croisé ce regard particulier. Un regard clair, aussi doux que la folie. Un regard qu’elle avait cru posé sur elle, une petite seconde, et qui désormais la faisait rougir sans raison.

Un flottement. Quelques secondes, tout juste, et Agathe accepta de décroiser les bras afin d’offrir à celui qu’elle croyait être marquis une courbette élégante. On lui avait présenté tant de gens, on lui avait désigné tant de grands noms, qu’elle en avait oublié plusieurs. Mais celui de Croquelune l’avait marquée, peut-être un peu. Elle s’efforçait de se remémorer s’ils avaient réellement été présentés ou si, plutôt, Mélusine s’était contentée de murmurer le nom à son oreille.

- Monsieur… C’est une si jolie célébration, n’est-ce pas? Il est bien agréable de voir Sa Grâce, monsieur le duc, aussi heureux.

Elle se doutait bien que d’ici la fin de la nuit la fête allait rejoindre un autre niveau, un niveau particulièrement cielsombrois. Les souvenirs des fêtes scandaleuses qu’avaient organisé Castiel de Sombreflamme, lors de son séjour à sa cour, la hantaient encore. Assurément, Agathe quitterait avant que minuit n’arrive afin de s’assurer un peu de quiétude et ménager sa pudeur déjà bien ébranlée.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Noblesse
avatar

Messages : 316
J'ai : 25 ans
Je suis : Marquis de Croquelune & baron de Porte-Brume, artiste (statuaire surtout, mais un peu touche-à-tout).

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et par de fait celui qui se trouve sur son trône.
Mes autres visages: -
La Noblesse
Message Sujet: Re: L'école des vertiges   Ven 15 Juin - 6:37

Pour l’occasion, Narcisse avait fait quelques efforts. Non seulement il était venu, mais avait veillé à se faire élégant également. Sa tenue était faite de soie noire, réhaussée de fils d’argent. Des couleurs qu’il portait au quotidien, étant celle de sa famille, mais il avait là veillé à vêtir ses plus beaux atours. Le marquis avait même poussé jusqu’à discipliner sa chevelure cascadant de coutume librement sur ses épaules, en les attachant d’un catogan lâche, usant d’un large ruban de matière et couleur similaire au reste de sa tenue. Cela avait le mérite de bien dégager son visage, et ce point l’avait également mené à tailler sa barbe. Point trop bien sûr, mais juste de quoi l’égaliser un peu alors qu’il n’y prenait vraiment garde habituellement.

D’efforts, il en fournissait également quant à sa consommation. Pour l’heure, l’on ne l’avait encore vu sortir son habituelle pipe d’écume, et s’il avait bien bu quelques verres, il n’était pas encore question d’être imbibé. Toutefois, le marquis restait de fort bonne humeur. Après tout, son ami était à l’honneur aujourd’hui, et cela méritait qu’il se tienne bien tant que la fête ne virait encore par trop dans la décadence cielsombroise. Il y avait de quoi s’occuper toutefois. Le marquis aimait fort à observer dans ce type d’occasion. Rester discret tant qu’il le pouvait, laisser vaquer son regard de ci de là, voir s’il pouvait ainsi par sa simple attention découvrir quelques secrets ou rumeurs, ou même s’attarder sur les visages et les corps qu’il aimait tant à reproduire. Et, bingo, l’un d’eux avait particulièrement capté son attention.

Car oui… elle ne se trompait pas, forcément qu’il l’avait regardée ! Une frêle et jolie blonde, en une tenue si légère qu’elle ne laissait que juste assez à l’imagination. Malgré l’exubérance de sa tenue, Narcisse devinait toutefois un côté prude et réservé qui l’intrigua plus encore. Oui, cette jeune femme était tout à fait son genre… Longtemps, elle avait dansé avec un homme qu’il devinait être au minima son amoureux, mais il ne s’en émut pas. Car trop intrigué déjà, le Croquelune brûlait d’en apprendre plus, mais surtout de l’admirer de plus près ! Aussi, lorsqu’il remarqua que son cavalier s’était éclipsé, il ne tarda pas à aller la voir. Pas trop vite bien sûr, il ne fallait pas donner l’impression à cette petite merveille qu’il se jetait sur elle. Mais ne perdit pas trop de temps tout de même, l’on ne savait jamais, son danseur pourrait bien vite revenir accaparer ses bras.

Narcisse approche donc, sourire bienveillant aux lèvres. « Encore plus craquante vue de près » se laissa-t-il à penser, bien qu’il estima dommage que ses bras soient désormais croisés. Comme si elle avait lu dans ses pensées, elle les décroisa pour mieux lui offrir une révérence, et lui de retenir son souffle une seconde à cette vue délicieuse !
- Jolie, agréable… voilà des termes très bien choisis, mais que j’aurais plutôt tendance à vous attribuer !
Se laissa-t-il répondre, ponctuant d’un rire léger, un peu taquin, comme à son tour il s’incline. Saisit doucement de sa dextre les doigts fins de la jolie blonde, portant sa main à la rencontre de ses lèvres, qu’il ne fit qu’effleurer. Cette révérence avait été fort lente, et de ses émeraudes il n’avait pas manqué d’observer le doux spectacle offert durant cette descente. Lors du baise-main, ses yeux verts s’étaient fixés à nouveau seulement sur le visage de la jeune femme, esquivant ainsi le voile sous cette nouvelle perspective. Ah, il n’avait jamais été très friand de cette coutume, mais bon, cela valait sans doute mieux que les chapeaux auxquels il ne goûtait qu’encore moins. Tout en se redressant, sa révérence magistralement exécutée, il poursuivit.
- Je crains de n’avoir eu la chance de vous avoir déjà été présenté : je suis le marquis de Croquelune, mais il me plairait bien mieux de vous entendre m’appeler Narcisse. Quant à moi… quel doux nom dois-je attribuer à une si exquise beauté ?
Son sourire s’étend encore, comme il se rend compte qu’il avait manqué de dire « friandise ». Ah ça, son regard ne mentait pas, et il devait paraître assez clair qu’il serait fort heureux de pouvoir y goûter en effet. C’est seulement alors qu’il semble remarquer qu’il tenait toujours la main de la jeune femme dans la sienne, la relâchant dès lors délicatement.
- Oh, mes excuses. Je dois bien admettre que vous me troublez… En vérité, je ne sais ce qui est le plus charmant, d’entre l’écrin et le bijou qu’il laisse entrevoir...
Disant cela, Narcisse porta un nouveau regard sur la robe fine comme pour la désigner, mais bien sûr aussi sur le corps pour bonne part dévoilé.
- Raison d’ailleurs pour laquelle je me suis permis de venir vous déranger, ce dont j’espère vous ne vous offusquerez pas. En effet, j’estime que pareille splendeur ne devrait avoir à se tenir à l’écart… Que tous devraient pouvoir vous admirer ! Après tout, vous êtes la deuxième plus belle attraction pour l’œil en ce lieu, car bien sûr personne ne saurait détrôner une mariée le jour de ses noces, n’est-ce pas ?
Il rit, et se penche légèrement vers elle pour lui lâcher sur un ton de confidence « mais elle ne domine que de peu, gardez-le pour vous hein ! », s’amusant assez de la situation visiblement.
- Aussi, j’aimerais vous demander la grâce et la chance d’une danse à vos côtés. Ainsi, votre délicatesse pourrait rayonner à nouveau, et quant à moi… eh bien, vous me feriez là le présent d’un bien doux souvenir !
Son bras gauche dans son propre dos, le droit tendu vers elle, le lui offrant si elle acceptait de saisir autant son bras que sa proposition.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: L'école des vertiges   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'école des vertiges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Des actions pour le maintien des filles à l'école
» Éric Cole sur le marché des transactions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Sombreciel :: Palais ducal de Sombreciel-
Sauter vers: