AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tout est dans le four

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Savants • Modo
avatar

Messages : 598
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants • Modo
Message Sujet: Tout est dans le four   Mer 13 Juin - 4:43


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Quintille Aubenacre & Liry Mac Lir

Tout est dans le four

La bouffe, mais aussi l'obsucurité



• Date : 27 mars 1003
• Météo (optionnel) :
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Gourmande comme pas possible, Liry se trimballe parmi les convives de la Taverne de la Rose avec une assiette démesurément remplie.  Incapable de voir droit devant elle, elle bute dans Quintille.  C'est pas sa faute si elle est aveugle et n'a pas pu voir, donc la situation prend un côté assez cocasse aux yeux de l'Îlienne, reste à savoir si la Belliférienne sera du même avis...
• Recensement :
Code:
• [b]27 mars 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3855-tout-est-dans-le-four#142616]Tout est dans le four[/url] - [i]Quintille Aubenacre & Liry Mac Lir[/i]
Gourmande comme pas possible, Liry se trimballe parmi les convives de la Taverne de la Rose avec une assiette démesurément remplie.  Incapable de voir droit devant elle, elle bute dans Quintille.  C'est pas sa faute si elle est aveugle et n'a pas pu voir, donc la situation prend un côté assez cocasse aux yeux de l'Îlienne, reste à savoir si la Belliférienne sera du même avis...


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants • Modo
avatar

Messages : 598
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants • Modo
Message Sujet: Re: Tout est dans le four   Mer 13 Juin - 4:47

La journée a été plutôt bien occupée et dénuée d'inconvénients désagréables.  Tu as tenté une nouvelle percée dans la Ville Haute, mais cette fois tu n'as pas croisé de jeune Erebienne aux grands yeux magnifiques.  C'est regrettable, mais ta journée a tout de même été un réel succès dans les désirs d'aventure, bien que ce n'est jamais aussi bien qu'en mer, mais  soit.  Ce n'est pas tous les jours que tu osent te rendre jusque dans la Ville Haute.  C'est curieux comme pour certaines personnes la Ville Basse est un cauchemar et sa contrepartie procure une sensation de sécurité.  Naturellement, il se passe des choses bien dangereuses dans les rues humides et étroites de la partie pauvre de la ville, mais ses canaux remplis de crocodiles te rendent plus à l'aise que les tours élancées du quartier riche.  Tu pousses un léger soupir d'aise alors que tu es de retour à la Taverne, prête à te reposer de ton éprouvante journée à découvrir le monde des bien nantis.  Si plusieurs d'entre eux t'ont lancé des regards dégoûtés, tu ne t'en es pas rendu compte.  Très franchement, tu dénotes beaucoup en tant qu'Îlienne depuis que tu es arrivée sur le continent et les regards de biais, les commentaires outrés ne te sont plus rien depuis longtemps, fort longtemps même.  C'est peut-être aussi pour cela que tu te sens plus à l'aise dans la Ville Basse qui regorge de racailles et de pirates par endroit?  Tout comme la Taverne de la Rose.  En rentrant, tu as d'abord discuté avec entrain avec la Babille, cette cousine à toi.  Elle ne parle pas très bien le commun elle aussi, même moins bien que toi, mais quand on parle l'îlien, elle peut en raconter long.  Et c'est qu'elle en voit du monde passer en étant employée pour s'assurer de la sécurité de l'auberge.

Tu la laisses toutefois rapidement retourner vaquer à ses occupations quand de choses plus importantes attirent ton attention.  Ton estomac s'est mis à hurler avec outrage en constatant qu'il était vide et naturellement, l'appel de la nourriture ne manque jamais de te faire bouger, surtout quand il s'agit des mets goûteux cuisinés par Touillette.  Comme toujours la salle est plutôt pleine et plutôt que d'attendre d'être servie à une table, tu as décidé de te servir toi-même.  Considérant ton ennui et la taille de ton or qui diminue trop rapidement – il faut vraiment que tu retournes sur le Borée avant de ne plus avoir le moindre fleurons en poche – il t'arrive d'aider quand c'est nécessaire.  Tu sais donc porter avec un art tout à fait propre toi les plats et assiettes.

C'est donc une immense pile de nourriture qui te précède alors que tu valses entre les différentes chaises pour rejoindre ta table favorite, celle qui est bien évidemment la plus éloignée, la plus reculée et la plus isolée.  Tu n'aimes pas être dérangée quand tu manges, tu aimes encore moins qu'on ose tente de piger dans ton assiette.  Liry ne partage pas sa bouffe.  Point.  L'inconvénient toutefois d'avoir rassemblé toutes tes victuailles sur le même plateau d'argile c'est que tu ne vois rien devant toi.  Et naturellement cette cécité partielle ne peut qu'attirer les accidents.  Accident au cours duquel tu vois les poulets, le jambon, le pain, le fromage et les patates tomber un à un dans un éboulement violent rapide avant de s'écraser sur le sol.  Accident causé par une personne qui ne regarde pas où elle va.

« Mais t'peux pas r'garder où qu'tu vas 'spèce de… » commences-tu à beugler en ponctuant chaque mot d'un juron bien senti.  Ta tête se relève, délaissant toute idée de savourer ce festin de duc pour mettre un visage sur le coupable.

Tu éclates de rire en réalisant qu'il s'agit de Quintille Aubenacre, la maman de la petite Popo.  « Ah bah qu'chuis bête!  C'que t'peux pas voir où qu'tu vas toi! 'scuse moi, j'voulais pas t'crier d'sus. » Tu continues à rire grassement amusée de la situation.  Ça te paraît très drôle.  C'est que contrairement aux autres, c'est pas de sa faute à la Belliférienne si elle y voit rien.

« Tention à où qu'tu marches.  Ya du manger partout, j'voudrais pas qu'tu glisses et t'fasses mal! »

Tu ne peux complètement retenir ton fou rire et si quelques personnes autour te regardent, tu t'en préoccupes peu.  Ce n'est pas pour être méchante, qu'elle y voit ou qu'elle y voit pas, qu'est-ce que ça change?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peuple
avatar

Messages : 305
J'ai : 43 ans
Je suis : une artisane perlière, doublée d'une mère célibataire. Oh et, accessoirement, une fugitive recherchée.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
Peuple
Message Sujet: Re: Tout est dans le four   Lun 16 Juil - 14:05

Les jours se succèdent et se ressemblent à Lorgol. Tous bénis d’une douce saveur de gentillesse, d’acceptation et de plénitud. Etait-ce ça le bonheur ? Se retrouver dans un milieu plus ou moins calme, entouré de gens qui la respectent et l’apprécient ? Sa famille, elle aussi, allait parfaitement bien. Qu’il s’agisse de son frère, ou de sa sœur, ils étaient tous les deux heureux. Soit, le plus important aux yeux de Quintille. Concernant Gédéon, il allait également mieux depuis qu’ils étaient arrivés. Le respect envers lui était beaucoup plus présent que dans leur royaume natif, et de très loin. Bien sûr, il existait encore quelques moqueries et quelques difficultés quotidiennes, mais rien de comparable à la vie qu’ils menaient auparavant.

La matinée débuta par quelques petites corvées, ne serait-ce que ranger sa chambre, faire un brin de toilette et de ménage, puis descendre aider à la Taverne de la Rose. Bien que Quintille cherchait à trouver son chez-soi, s’installer dans un endroit qui lui appartiendrait totalement, elle n’avait – pour le moment en tout cas – pas les moyens de se financer un logis. Ça viendrait, elle n’en doutait pas, mais il lui faudrait du temps et de la patience. Ce qu’elle savait et qu’elle avait. Après tout, n’avait-elle pas attendu toute sa vie un espoir meilleur ? Qu’importe, ça ne lui pesait pas. Bien au contraire, elle trouvait ça très motivant d’avoir un but à poursuivre et, une mission à accomplir. Elle se devait de récolter un peu d’argent, faire des économies et trouvait là un rythme de vie qui lui convenait. Certes, elle avait conscience qu’une aveugle avait plus de risque de faire du « mal » que du « bien », du fait de sa cécité, mais rien ne l’empêchait d’essayer. Ce qu’elle faisait donc avec grand plaisir.  
Comme souvent, les heures passèrent, avec une arrivée croissante de monde au fil des heures. Que ce soit lors du repas du midi, ou lorsque le souper se dessina. Comme toujours, les convives affluaient, embrumaient la salle de leurs discussions et cris de joie. C’étaient des moments pleins de vie, où toutes les origines se mêlaient (ou presque), dans un respect parfois teinté de bagarres d’ivresse. Avec le temps, elle s’y était habituée et, quoiqu’on puisse en penser, arrivait à éviter – au mieux – les convives. Ce n’était pas toujours réussi, le problème de l’humain qui changeait constamment de position (à l’inverse des meubles) et il lui arrivait donc de se cogner dans toute une masse de personne, qui gentiment la reconduisait vers la sortie. Tous semblaient habitués à voir une aveugle au sein de la Taverne, sans que ça ne pose aucun problème. Pourtant, elle craignait au début les agressions et les disputes, du fait de son handicap. Sans doute que le mariage de sa cadette avec un pirate avait évité ce genre d’incident, puisque d’une certaine façon, elle aussi était entrée dans cette grande famille.

Ce qui devait arriver, arriva et Quintille se prit la tête dans un monticule de nourriture qu’elle supposait être transporté par un convive. Il s’avéra qu’il s’agissait d’une convive, dont elle commençait à reconnaître la voix. Liry. Une gentille fille, plutôt brute de décoffrage qui, comme elle le faisait actuellement, avait le cri assez facile, surtout quand il s’agissait de sa nourriture. Eclatant d’un léger rire, Quintille mêla le sien à celui de la jeune femme, tout en s’essuyant le visage des quelques traces de sauce qui étaient venus peindre son faciès. « Pas de souci Liry, la prochaine fois j’ouvrirai grand les yeux, promis ! » Sourit-elle, ravie de s’autoflageller aussi facilement. Après tout, rien de grave dans toute cette situation, juste un léger monticule de nourriture. « Tu avais peur de manquer de faim ? » La questionna-t-elle, surprise de la quantité de nourriture qu’elle semblait avoir pris. Autant dire qu’il y en avait partout par terre et qu’elle supposait ne pas avoir tout renversé du plateau d’argile. « Attends, je vais t’aider à ramasser. » Commença la jeune femme, tentant de se baisser vers le sol, dans l’espoir de tout nettoyer.

HJ : navrée pour le temps de réponse :cute:

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Tout est dans le four   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout est dans le four
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout est dans le poignet
» « Mets-toi tout nu, si t'es un homme... » (17.06.11 à 14h37)
» Beignets de tomates vertes / Le secret est dans la sauce
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» SOS POUR UN BOXER DE 6 ANS TOUT SEUL DANS UN PAVILLON DANS L

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Taverne de la Rose-
Sauter vers: