AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages
avatar

Messages : 889
J'ai : 43 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages: Richard le Harnois - Tim l'Escampette
Les Mages
Message Sujet: Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés   Dim 1 Juil 2018 - 13:43




Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Manaël l'Ardence & Serenus Dardalion

Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés

La fin d'un tout petit Tout




• Date : Le 24 avril 1002 [Trame Alternée]
• Météo (optionnel) : Beau temps
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Manaël et Serenus roucoulent dans leur nouveau chez eux. C'est ce qu'il parait en tout cas. Car derrière ce bonheur se joue un contrat d'assassinat et devant se profile un réveil à la réalité des plus éprouvant.
• Recensement :
Code:
• [b]Le 24 avril 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3903-dreamcatcher-sans-regrets-sens-eveilles]Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés[/url] - [i]Manaël l'Ardence & Serenus Dardalion[/i]
Manaël et Serenus roucoulent dans leur nouveau chez eux. C'est ce qu'il parait en tout cas. Car derrière ce bonheur se joue un contrat d'assassinat et devant se profile un réveil à la réalité des plus éprouvant.


_________________

Manaël : #339966 & Creska : #CC6666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 889
J'ai : 43 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages: Richard le Harnois - Tim l'Escampette
Les Mages
Message Sujet: Re: Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés   Dim 1 Juil 2018 - 13:54

Le 17 avril 1002

« C'est... poussiéreux, mais ca fera l'affaire. Je suppose. »

Avait-il indiqué, se la jouant critique, diva, capricieux, tout en souriant de pur délice lorsque Serenus l'avait amené à cette cabane provisoire deux jours après sa proposition alléchante. Le premier ayant servi à le persuader qu'il ne craignait rien en montant sur Obédience... le vol, très peu pour lui. Il avait d'ailleurs cru mourir durant le court trajet. Et avait passé ensuite l'après-midi en sueur, à grelotter et à vomir sur leur futur parterre de rêve. L'endroit était à l'abandon, pourtant le charme ou la promesse qu'il dégageait était omniprésent. Leur nid serait plus grand et beau encore par la suite. Plus propre également. Mais pour l'heure, c'était tout ce qu'il leur fallait pour commencer cette vie à deux. Cette vie sans nuisance. Cette vie que Raël ignorait encore... comme Elena, pensait-il naïvement.

Le 21-22 avril 1002

Quatre jours. Il n'avait pas fallu beaucoup de temps pour que le rêve se brise. Pour que nuisance gâche tout. Serenus était parti de bonne heure pour faire son devoir, laissant à Manaël la charge d'améliorer leur confort. Et loin de lui en vouloir de cet isolement qui ne serait plus quand il irait en ville ou quand son amant et Obédience seraient de retour, il s'affairait avec vigueur à la tâche. Rafraîchissant les extérieurs, rafraîchissant les intérieurs. Fredonnant gaiement comme un pinçon. S'éloignant pour se baigner dans ce fameux lac. Il était plus fils de l'eau que fils des airs finalement, Manaël. Il était si aise de cette existence qu'il en avait oublié la raison de leur déménagement, raison qui le frappa quand à son retour il remarqua cette porte ouverte. Quand son cœur cogna pour hurler à l'égaré de sortir sous peine de subir des torgnoles de muscles. Sous peine de beaucoup de choses. Et il était sorti, l'égaré. Ou plutôt, elle était sortie, Elena. Et son sang n'avait fait qu'un tour alors qu'elle demandait où se trouvait son 'mari'. Elle le faisait exprès. Ils ne s’appréciaient guère Et si elle n'avait pas été accompagné de cet espèce de 'transporteur-escorte-mage-m'as-tu-vu', il l'aurait tué. Roué de coups puis noyé et ainsi de suite jusqu'à ce que mort s'en suive. Enfin, il aurait caché son corps. L'aurait dépouillé, accroché, humilié et donné à manger aux bêtes. Mais c'est elle qui le dépouilla de tout, de sa confiance, de son avenir, quand en posant une main sur son ventre elle indiqua porter l'enfant de Serenus. Et exiger qu'il prenne ses responsabilités cette fois. Ou que Manaël le fasse en subvenant à ses besoins, sans quoi elle tenterait de récupérer l'homme qui lui était toujours lié. Il ne l'avait pas cru. Au début. Mais, rusée, elle avait sorti une liste de détails monstres qui faisait correspondre sa grossesse d'avec les absences de l'homme. Et si le doute persistait quand à la véracité de ses propos, il était néanmoins suffisant pour faire crier son âme.

Alors elle était partie en souriant, moqueuse. Alors il l'avait laissé faire. Alors, ensuite, il avait fait comme si de rien était avec assurance, avec brio. N'était pas espion qui voulait. Et il avait réussi à ce que Serenus, le soir même, ne s'en rende même pas compte de son calvaire et de sa fureur grandissante en son sein. Puis le lendemain, en date du 22, il était parti en ville. Où il avait rencontré Raël, Raël l'assassin. Et il avait commandité l'assassinat de cette femme, de ce fils, de cet être en devenir qui grandissait dans son ventre. Et le prix a payer, il le versa en partie ce jour là se promettant d'en faire davantage une fois contrat effectué. Car il serait effectué dans les jours qui suivraient, avant fin du mois avait-il dit en l'embrassant. Elena payerait. Et Serenus goûterait à la puissante jalousie. À la puissance de son obsession à son égard. Il en serait probablement écœuré, terrifié, indigné, mais il n'avait pas tenu sa promesse. Elena avait mit pied dans leur demeure. Et il l'avait vu, encore, malgré qu'ils étaient ensemble. Il payerait donc les conséquences de cet amour trop grand.

Le 24 avril 1002

Une nouvelle de Raël. Une. Elena n'était pas morte mais l'enfant, oui. Lequel, il l'ignorait. Mais ce fut suffisant pour qu'il sache que faire machine arrière n'était plus possible. Son cœur se serra de douleur comme de soulagement. Surtout de soulagement. Un sourire déformé se dessina sur ses lèvres alors qu'il détruisait la preuve de ses contacts avec l'assassin. Assassin qui n'avait pas fini de faire son devoir. Et Manaël poursuivi sa journée jusqu'à ce qu'un gros bruissement se fasse entendre à la nuit presque tombée. Serenus rentrait. Obédience aussi. Leur vie à deux pouvait poursuivre et pourvu qu'elle dure. Pourvu que le cas de l'enfant ne sabote pas leur retrouvaille de la journée. Pourvu que rien n'affecte leur temps précieux !

« Ah ! Te voilà ! J'ai failli attendre ! Clama-t-il, rayonnant, blagueur, en ouvrant la porte, comme à chaque fois qu'il voyait son amant revenir de son travail. Il fit même l'effort mécanique de saluer le dragon au loin. Ta journée a été bonne ? » Quel filou que rien ne trahissait. Rien du tout. Innocent jusqu'aux bouts des ongles. Après tout... Serenus avait tenu sa 'parole' non ? Tout du moins son amant le pensait-il sûrement. Elena avait dû tenir sa promesse au sujet de sa grossesse également. Contre argent, il avait acheté le silence de cette gueuse.

_________________

Manaël : #339966 & Creska : #CC6666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1041
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés   Dim 1 Juil 2018 - 14:42

24 avril 1002

La journée se terminait enfin. Epuisé, Serenus enfourcha Obédience, qui, lui, était motivé pour aller voler. Il était parti tôt le matin, et avait atterri sur le sol de la Volte pour découvrir cet homme, le père de l'enfant d'Elena, complètement en panique. Serenus haïssait ce gars là, et Obédience, à sa simple vue, avait montré les dents. Mais quelque chose n'allait pas. L'amant d'Elena ne serait jamais venu le voir lui, surtout après leur dernière rencontre. Serenus lui avait décroché quelques dents, tandis qu'Obédience mettait le feu à son pantalon. Le Chevaucheur, fidèle à son serment, se dirigea donc vers l'homme en panique. Celui-ci lui sauta dessus littéralement, et lui dit qu'Elena n'était pas bien, qu'il l'avait découvert inconsciente, dans la chambre. Serenus l'avait donc suivi en courant. Son amour pour Elena s'était depuis longtemps évaporé, il agissait donc uniquement par devoir. Devoir d'époux, devoir de Capitaine, devoir de Chevaucheur. Il était entré et avait trouvé Elena réveillé, mais pâle comme une morte. Sans même la saluer, il lui demanda ce qu'il s'était passé. Ses cuisses étaient couvertes de sang. Serenus comprit. Elle allait avoir un autre enfant, de son amant, sans aucun doute, étant donné que son époux ne l'avait plus touché depuis leur trahison. D'une voix faible, elle lui dit qu'elle s'était évanouie en se levant, et que son ventre lui avait fait affreusement mal. Elle avait perdu le petit qu'elle portait. Elle lui dit tout cela avec forces pleurs et sanglots. Serenus secoua la tête, lui donna de l'eau et, après avoir conseillé à l'autre homme d'appeler un médecin, il sortit.

Cela l'avait fait ruminer toute la journée. Cette perte était tout sauf naturelle. Elena était une femme en bonne santé, et elle n'aurait jamais pris un quelconque produit pour perdre l'enfant qu'elle portait. Quelqu'un lui avait fait prendre un poison contre sa volonté. Mais qui ? Qui voudrait du mal à Elena ? Elle était appréciée par tous, à la Volte, malgré le fait qu'elle ait trahi son époux, qui, au final, lui avait bien rendu la pareille. Il ne connaissait qu'une seule personne qui aurait pu commettre un acte aussi horrible. Mais cette dite personne était actuellement à une demi-journée de marche de la Volte !

"- Manaël est un homme possessif. Crois moi, ce n'est pas la distance qui l'aurait empêché de faire du mal à Elena. "Lui avait dit Obédience.

"- Mais pourquoi aurait-il fait ça ? Il n'est pas au courant de la grossesse d'Elena. Je ne lui ai rien dit, et elle n'a jamais mis les pieds chez nous.

- C'est ce que tu crois."

Serenus avait tourné la tête vers son dragon, surpris, mais celui-ci, se rendant compte qu'il en avait peut-être trop dit, resta silencieux. Après l'avoir harcelé de questions, Obédience lui promit de lui dire ce qu'il savait, à condition que Serenus se concentre sur son travail. Le Capitaine finit par céder, et entreprit de s'entrainer à la magie avec une recrue tout juste arrivée. Le Chevaucheur avait travaillé d'arrache pied, prenant même de l'avance pour le lendemain. Quand il vit la fin de la journée arriver, il soupira de soulagement. Il allait enfin pouvoir rentrer chez lui. Il se demanda, l'espace d'un instant, s'il parlerait de ce qu'il s'était passé à Manaël. Non, il ne valait mieux pas. Connaissant la jalousie maladive de son amant, il ferait mieux de faire comme si rien ne s'était passé. Serenus grimpa sur la selle d'Obédience, qui, après avoir bu quelques gorgées d'eau, s'élança dans le ciel de la Volte. Il s'éleva vite, et, en l'espace de quelques battements d'ailes, ils s'étaient éloignés de la Volte. Serenus caressa le cou du dragon, et lui demanda de tout lui dire. Le dragon, après une hésitation, lui avoua qu'Elena était venu dans leur cabane. Serenus, choqué, manqua de tomber de la selle :

"- Comment tu le sais ?!

-Rien n'échappe à mon odorat. J'ai senti son odeur. Elle a foulé le sol de notre foyer."

Serenus, furieux, serra les poings. La sale garce. Elle avait du trouver le moyen de les retrouver, soit en les faisant suivre, soit en parlant avec quelqu'un qui connaissait suffisamment la forêt. Serenus songea alors à ce chasseur itinérant, qui venait souvent vendre ses prises au marché. Ils avaient eu plusieurs fois l'occasion d'échanger du gibier ensemble. Ca ne pouvait être que lui. Serenus imaginait sans mal la réaction de Manaël. C'était un miracle que son amant n'ait pas tué Elena. Il avait du se passer quelque chose. Quelque chose de suffisamment grave pour que Manaël la laisse repartir, et surtout pour qu'elle perde son enfant quelques jours plus tard. Obédience conseilla à son cavalier de se calmer, et de se reposer. Ils avaient encore du temps devant eux, avant d'arriver. Le Chevaucheur, incapable de dormir, se laissa cependant bercer par les battements d'ailes de son dragon, et, quand ils atterrirent sur le sol, il se sentait mieux, physiquement du moins.

Manaël ouvrit la porte : "Ah ! Te voilà ! J'ai failli attendre !", qu'il lui dit. Serenus répondit d'un faible sourire, avant de se tourner vers le lac. L'eau était magnifique ce soir. Il n'avait qu'une envie, plonger dedans pour se débarrasser autant de la crasse que des mauvaises pensées. Serenus descendit de son dragon et, sans un mot, il prit le temps de débarrasser Obédience de la selle, des sacs, et autres harnais qui pourraient le gêner. Obédience répondit au salut de Manaël d'un mouvement de tête avant de plonger dans le lac. Le veinard. Serenus, rangea toutes les affaires d'Obédience. Puis, enfin, il rejoignit Manaël qu'il attrapa et serra dans ses bras. Quand il lui demanda si sa journée avait été bonne, Serenus répondit d'un petit :

"- Eprouvante mon amour..."

Il le serra dans ses bras, humant son odeur, se ressourçant de la chaleur de son contact. Il l'embrassa, puis s'écarta pour retirer son équipement de vol. Une fois débarrassé, vêtu uniquement de sa tunique, il s'assit sur la paillasse qui leur servait de lit. Il mit la tête dans ses mains, et inspira profondément. Essayer d'aller bien. Il devait aller bien. Manaël allait se douter de quelque chose sinon. Il releva la tête et se força à sourire. Il tendit la main, réclamant son amant à ses côtés, et lui dit :

"- Si tu savais comme tu m'as manqué aujourd'hui… Comment s'est passé ta journée ?"

_________________









Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 889
J'ai : 43 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages: Richard le Harnois - Tim l'Escampette
Les Mages
Message Sujet: Re: Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés   Mar 10 Juil 2018 - 18:25

Le retour de Serenus, de cet homme trop bon sans doute pour lui, il l'avait attendu. Comme il l'attendait toujours avec crainte qu'il ne revienne pas un jour. Surtout depuis qu'Elena avait clamé porter encore une fois son enfant. Mais Elena n'était plus un problème, son enfant pour l'instant en tout cas, le premier... et elle ne le serait bientôt plus non plus. Ce n'était plus qu'une question de temps qui faisait battre son cœur de façon malsaine et obsédée. Ça faisait beaucoup d'avoir des contacts, aussi dangereux soient-ils, ça faisait également beaucoup d'être malade de jalousie, possessif à en mourir et affreusement épris de vengeance. Et la vengeance touchait également son amant. Il en paierait le prix de l'avoir choisi elle, il en paierait le prix d'avoir aimé Manaël. Et pourtant et malgré tout, il était prêt à tout pour ne l'avoir rien qu'à lui. D'ailleurs, rien qu'en le voyant libérer Obédience de ses chaines invisibles, il s'était dit que, sans dragon, il l'aurait très probablement déjà enfermé et attaché à vie dans cette demeure. Lié à lui à jamais. Lié comme sans doute les Familiers avec les mages, pour ce qu'il pouvait imaginer de ce lien en tout cas. Un lien invisible, un lien indestructible, un lien assassin.

« Je ne lui ferai rien. » avait-il murmuré, adossé à la porte, admirant sa propriété en finir et se rapprocher doucement de lui, tout en étant certain qu'Obédience l'entendrait. Une conviction pour lui-même peut-être aussi. Qu'il se rassure, ce dragon, Serenus ne craignait rien en sa compagnie. Physiquement tout du moins... quoique.

Il se doutait que le flair de la puissante créature avait dû capter l'odeur de cette pourriture de gueuse, mais étonnement rien jusque là ne lui avait fait penser que le mot avait été passé au Chevaucheur. Peut-être l'était-il aujourd'hui. Peut-être. Mais ça ne changerait rien, sa carapace était puissante, son masque magnifique et souriant de bonheur et de naturel alors qu'il étreignait Serenus. Serenus qui se plaignait doucement de sa journée d'un timbre de voix qui lui mit légèrement un soupçon, un pincement au cœur, comme une réjouissance également. Mais aussi une irritation dérangeante et profonde. Savait-il ? Si oui, comment ? Et surtout, par qui ? Il rendit le baiser de son amant, le laissant se changer tout en se dirigeant vers un meuble pour en sortir deux verres et une bouteille. Pas pour fêter une occasion, quoique lui pouvait, mais un verre pour se détendre après une rude journée. Quoi de plus normal donc ! Et Serenus réclama sa présence à ses côtés, chose qu'il accorda en s'approchant, en s'installant tout en tendant le second verre après avoir déjà bu dans le sien.

"- Si tu savais comme tu m'as manqué aujourd'hui… Comment s'est passé ta journée ?"

« Étonnement bonne. Normale. Banale.
Comme si ! Mieux que toi c'est certain, fit-il planer avant d'ajouter en haussant les épaules, évident : Vu la tête que tu tires et l'épuisement qui se lit dans ton regard, ce regard, il plongea le sien dans celui de Serenus, voyant sa faible et pourtant parfaite projection au passage, inquisiteur. Il faudrait être aveugle pour ne pas le remarquer. La dernière fois que tu as eu ce regard là, c'était après l'avoir vu. Elle. Mais tu as promis, alors naturellement ça ne peut pas être ça, n'est ce pas ? » Fit-il transcendant, cherchant la vérité, l'arrachant violemment dans cette paire d'yeux qu'il aimait temps. Qu'il avoue. Ou qu'il ose lui mentir. Son cœur tremblait déjà alors qu'il se contrôlait pour ne pas faire trembler sa main. Main qu'il posa sur la joue de Serenus, l'obligeant plus encore à ne pas détourner les yeux, à ne pas chercher un échappatoire ailleurs qu'ici.

« N'est-ce pas ? » répéta t-il, sérieux à mort, sa voix n'invitant guère à la rigolade. Emprisonnant à présent le menton du Chevaucheur.

_________________

Manaël : #339966 & Creska : #CC6666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1041
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés   Mer 11 Juil 2018 - 4:07

Un verre, quelle bonne idée. Serenus sourit quand son amant lui tendit la boisson bienvenue et, sans demander son reste, il avala son contenu d'un trait. Il avait vraiment besoin de se détendre. Obédience lui conseilla de s'arrêter là avec la boisson. Il savait très bien que le mélange Serenus/alcool n'était pas une bonne idée. Serenus le rassura, et, sur ces mots, il posa le verre par terre, et enlaça Manaël qui venait de le rejoindre. L'homme lui répondit que sa journée s'était bien passée. Tranquille, sereine, banale. La journée idéale. Serenus soupira. Il pourrait se prendre un jour de congé, peut être pas pour le lendemain mais surement pour le surlendemain. Cela lui ferait du bien de passer une journée entière en compagnie de Manaël. Obédience approuva. Lui aussi aimerait bien se reposer. Il n'avait jamais connu de jours aussi ponctués de temps de vol depuis leur installation dans la cabane. Plusieurs heures de vol allez/retour, plus les exercices entre Chevaucheurs, les interventions, les poursuites. Obédience volait beaucoup en ce moment, il avait même perdu un peu de poids, ce qui, au final, n'était pas plus mal.

"- Pas plus mal ? Tu veux savoir ce que ça fait de passer ta journée à battre des ailes ? On va inverser les rôles tiens : c'est toi qui va voler et moi qui va aller jouer aux héros sur ton dos"

Serenus sourit intérieurement. Obédience, toujours immergé dans le lac, n'appréciait pas tellement ces exercices forcés, et s'en passerait bien. Le dragon lui souffla d'ailleurs qu'il avait entendu Manaël lui murmurer quelque chose, mais que cela ne le rassurait pas pour autant. Serenus comprenait. Après ce qu'il s'était passé avec Elena, il y avait de quoi s'inquiéter. Il revint vers son amant qui lui parla de son expression, de son regard. Il évoqua le fait que, la dernière fois qu'il avait été aussi las, c'était lors de sa dernière rencontre avec Elena. Serenus soupira. Manaël avait de nouveau activé son option "jalousie". La soirée promettait d'être mouvementée, sauf si Serenus parvenait à étouffer la flamme avant qu'elle prenne des proportions trop grandes et qu'elle devienne incontrôlable. Quand Manaël lui rappela qu'il avait promis de ne plus la revoir, quand il posa sa main sur la joue de son Chevaucheur avant de s'emparer de son menton pour l'emprisonner, quand il répéta son "N'est ce pas ?" sur un ton sérieux, Serenus leva les yeux vers lui. Il lui souffla :

"J'ai tenu ma promesse Manaël, Levor en soit témoin. Je n'ai pas revu Elena... Jusqu'à aujourd'hui." Il croisa le regard de son amant, fronça les sourcils et reprit : "Ne me regarde pas comme ça Manaël. Ce n'est pas en tant qu'époux que je suis allé la voir. Mais en tant que Chevaucheur, qui se doit d'apporter son aide à tous ceux qui en ont besoin. L'amant de ma femme est venu me trouver.... Car Elena était au plus mal. "

Il se tut un moment, le temps d'écouter les éclaboussures que provoquait un Obédience affamé à la poursuite d'un poisson. Il sentit son coeur se serrer et avait envie de se blottir contre son amant. Mais il savait que, s'il cherchait de l'affection maintenant, il serait immédiatement repoussé. Il devait régler le différent qu'il y avait entre eux, et maintenant. Il posa la main sur la cuisse de Manaël et lui dit :

"- Elle attendait un enfant. De qui ? Je m'en fiche, que ce soit du boulanger, du boucher, ou de son amant, elle peut faire ce qui lui chante, cette sale garce. Mais elle a été empoisonnée. Elle a perdu l'enfant. Je suis venu et je l'ai trouvé, cuisses et jambes couvertes de sang. Elle m'a tout raconté.  "

Sur ces mots, il se tut, lançant un regard à Manaël, guettant la moindre réaction de la part de son amant. Obédience avait attrapé son poisson, et se lançait déjà à la recherche de ses congénères. Une truite au feu de bois... C'est une bonne idée pour le dîner... Il revint vers son amant et lui dit :

"- Quoique tu en penses, je ne ressens plus rien pour elle Manaël, tu es le seul et l'unique à mon coeur, ne l'oublie pas."

_________________









Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 889
J'ai : 43 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages: Richard le Harnois - Tim l'Escampette
Les Mages
Message Sujet: Re: Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés   Hier à 16:59

"J'ai tenu ma promesse Manaël, Levor en soit témoin. Menteur, hurla sa tête en se retenant de vouloir lui sauter au cou. Menteur. Son cœur se serrait  affreusement, rendant sa respiration douloureuse alors que Serenus poursuivait. Je n'ai pas revu Elena... Jusqu'à aujourd'hui."  Il inspira fortement à ce prénom et eu envie de vomir devant le 'aujourd'hui', quand bien même il le savait déjà c'était difficile à entendre. Devant cet aveu et à défaut d'hurler haut et fort à en faire trembler les fondations, c'est ses yeux qui exprimèrent sa colère alors que sa prise sur la mâchoire se serrait davantage, à en laisser une marque peut-être, avant de le relâcher vivement devant les reproches qu'il lui faisait.

« Tsss ! » Claqua t-il de la langue en imaginant son amant courir effrayé et concerné de l'état de l'autre coureuse de rempart au sort dont il se fichait éperdument tant la conclusion et sa chute était la seule chose à lui importait. Comme une théière, il se sentait bouillir au fur et à mesure. Et la main de l'homme sur sa cuisse n'apaisa en rien sa frustration et sa colère. Le sort d'Elena lui était indifférent, disait-il, et Manaël avait envie de le croire, mais c'était difficile d'avaler ça quand on passait son temps à douter et à craindre pour des brindilles. Quand elle serait morte, quand l'autre enfant le serait aussi, quand le nom d'Elena ne franchirait plus les lèvres du Chevaucheur, alors seulement son esprit serait tranquillisé et douterait-il moins. Pour l'heure, elle vivait toujours... ce n'était qu'une question de temps. Quand à la perte du bébé que Serenus mentionna, l'entendre de sa bouche ne lui fit ni chaud ni froid, insensible jusque dans son regard, il se leva rapidement, bu l’entièreté de son verre et se mit à faire quelques pas dans l'espace de vie.
Elle lui avait tout raconté, tout quoi ? Qu'elle était venu ? Qu'elle savait qui était derrière la perte de ce machin ? Personne ne le savait ! Personne ne le saurait ! Sauf Serenus par lettre si un jour ils devaient se séparer. Et peut-être que les adieux seraient plus tôt que prévu, seraient pour aujourd'hui même.

"- Quoique tu en penses, je ne ressens plus rien pour elle Manaël, tu es le seul et l'unique à mon coeur, ne l'oublie pas."

« Je l'ai déjà entendu souvent celle là. » Fit-il sèchement, bouillant toujours, frottant, debout, l'endroit de sa cuisse que Serenus avait touché, comme s'il se sentait sali, trahi. Il reporta froidement son regard sur l'homme et tout en remplissant une nouvelle fois son verre reprit la parole sans lui laisser le temps de se défendre.

« Quel brave homme ce Serenus, quel honnête homme ce Chevaucheur, qu'il est bon au lit mon mari, mon ex-mari. Répéta t-il d'une voix plus aiguë, tentant d'imiter celle de la femme, de la gueuse. Tout tu dis. Elle t'as tout raconté ? Il reprit une gorgée, puis retapa son verre sur un meuble, se détournant une seconde de Serenus. Mon cul oui ! Se retournant vers lui à nouveau, d'un doigt planté sur la porte, tremblant. Elle est venue ici ! Et sa voix s'étrangla, son 'ici' se faisant long, se répercutant presque dans la pièce. Je t'ai cru quand tu m'as dit que. Quand tu m'as dit qu'on serait tranquille. Pah, rien qu'un tissu de lagranerie tes mots. Et il repoussa ses attentions, ses avances, de quelques sortent furent-elles sans arrêter le fiel de s'écouler de ses lèvres. Mais j'aurai dû le savoir au fond. Qu'est ce qui pourrait retenir les envies de chair d'un Chevaucheur après tout, d'un Capitaine Chevaucheur plein de fougue qui aime tellement être au service de la population, même pour des petits bobos, qu'il s'en fait pour les cuisses ensanglantées d'une femme. Elle a perdu un enfant, et alors ? Elle n'est ni la première ni la dernière. Ça arrive à plein d'autres femmes, est-ce que tu comptes les visiter toutes Serenus ? Hein ? Est-ce que tu comptes toutes les sauter, leur faire des enfants, puis revenir vers moi pour te réconforter jusqu'à ce que ta conscience se soit repue de satisfaction et que ta mort la succède ? Sans moi si c'est ça que tu veux ! Sans moi ! »

Le ton était donné alors qu'il explosait littéralement à la figure de son amant, attirant assurément l'attention d'Obédience, prêt à foutre le camp de la cabane.

_________________

Manaël : #339966 & Creska : #CC6666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dreamcatcher ; Sans regrets & Sens éveillés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Addison Hill ♦ Sans regret du passé, Ni peur de l'avenir.
» "Vis sans excuses et aime sans regrets || Ft. Hige
» Vis sans excuses et aime sans regrets + jenny.
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» Comment geler nos sens sans drogue? Avec la neige, bien sûr... [Rainer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Cibella :: La Volte-
Sauter vers: