AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une rencontre sur fond de douce mélodie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu

Messages : 2265
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Jeu 9 Aoû - 21:32


Livre III, Chapitre 5 • La Joueuse de Flûte
Anaïs Belécu & Ewen Treflet

Une rencontre sur fond de douce mélodie

Il n'y a pas de faiblesses que des forces



• Date : 22/06/1003 - début de matinée
• Météo (optionnel) : Ensoleillé
• Statut du RP : privé
• Résumé : Anaïs lors de la fête de Litha a choisi d'assurer avec plusieurs de ses camarades mercenaires la sécurité de la fête traditionnelle. Le quatrième jour est symbole pour elle de musique, cet art qui la trouble. Les premières notes d'un tenor la font frissonner et elle rencontre un peu brutalement le jeune chevaucheur.
• Recensement :
Code:
• [b]Mettre la date ici : 22/06/1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4056-une-rencontre-sur-fond-de-douce-melodie#150913]Une rencontre sur fond de douce mélodie[/url] - [i]Anaïs Belécu & Ewen Treflet[/i]
Anaïs lors de la fête de Litha a choisi d'assurer avec plusieurs de ses camarades mercenaires la sécurité de la fête traditionnelle. Le quatrième jour est symbole pour elle de musique, cet art qui la trouble. Les premières notes d'un tenor la font frissonner et elle rencontre un peu brutalement le jeune chevaucheur.


_________________










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu

Messages : 2265
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Jeu 9 Aoû - 21:35

S’il y a bien une journée de Litha que la jeune guerrière de la Volte ne souhaite pas rater c’est bien le quatrième. Cela fait 4 jours qu’elle suit la fête, assurant une surveillance sans répit. Les feux d’artifice, les affrontements entre les mages, les farandoles il n’y a pas de repos avec toujours cette menace omniprésente une fois la nuit tombée. La Chasse peut venir ici et accomplir son dessein. De plus elle a encore en tête les événements, pas si vieux que cela, qui se sont déroulés dans ce théâtre . Elle n’a guère eu le temps de questionner, de pousser ses investigations afin de comprendre ce passé qui reste fort obscur. Elle n’a pas revu Abigail ni Rhapsodie pour avoir leurs impressions. Elle espère pouvoir prochainement rectifier ce manque qui se fait pesant.

Toutefois aujourd’hui, elle est au-delà de cette inquiétude, la seule chose qu’elle espère est d’entendre ces notes de musique s’envoler.

La jeune guerrière sort de chez elle en sifflotant. La musique commence à se faire timide mais quelques audacieux ont déjà sorti des instruments pour accompagner l’ascension du soleil dans le ciel de la Volte. Une voix à la sonorité familière lui fait tourner la tête et elle s’en rapproche. L’homme est un résident de la Volte. Il est naturellement un habitué de cette fête. Il sont son vieil instrument de musique alors que sa voix elle ne bouge pas. Elle s’arrête et l’écoute hochant la tête et souriant.

« Tu n’as rien perdu de ta superbe Gwenaël
» le vieil homme sourit avant d’entamer un nouveau morceau. Ils se font bien rares les badauds pour l’instant à cette heure matinale. La farandole de la veille s’est terminée tard raison de ce démarrage un peu poussif. Ce n’est pas pour autant que les guerriers sont mis au repos ; à peine le soleil levé, les mercenaires sont au travail assurant cette surveillance constante qui est la leur.

Un peu plus loin Anaïs se rapproche d’un attroupement. Il s’agit d’un groupe cette fois-ci qui s’installe entamant quelques vocalises ; les personnes qui les regardent s’installer semblent ne pas avoir dormi. Les groupes de ci de là sont calmes et elle espère que cela perdurera toute la journée. Elle n’aime guère ces groupes de personnes endormies qui sont sujets à provoquer des débordements. Un court instant juste pour s’assurer que tout se déroule pour le mieux et elle poursuit son chemin de ronde.

Un peu plus loin, Anaïs remarque la Taverne de la Cruche Percée ; cela fait un bout de temps qu’elle n’a pas vu Manaël. Peut-être que si elle interrogeait la serveuse elle pourrait savoir ce qu’il devient ? Affecté à la protection de Gabrielle de la Volte il y a fort à parier qu’elle ne le verra pas durant ces prochains jours. Pourtant elle n’aurait rien contre une olive autour d’un verre. Une voix de ténor la sort de sa torpeur et elle se retourne surprise. L’homme n’est pas du tout d’ici, il lui semble bien même ne l’avoir jamais entendu. Elle reste interdite comme subjuguée. La tête tournée, la bouche entrouverte elle est figée, sans voix. Ce ténor semble signer le début d’une journée de musique au milieu des rues de la Volte.

Elle reprend ses esprits et tente de se rapprocher bien qu’absorbée à tel point qu’elle ne remarque pas un jeune homme qui lui aussi semble absorbé par tout autre chose. La rencontre est violente à l’image du contact et stupéfaite et contrite elle s’adresse à l’inconnu « Oh pardon je suis navrée, je, je… » oui elle guerrière venait ouvertement de percuter un badaud ou un, chevaucheur ? Oui à remarquer son accoutrement il semblerait bien qu’il en soit un ? Elle ne lui a peut être pas si fait mal que cela ? « Je ne regardais pas où j’allais, la musique a toujours eu cet effet sur moi et cet homme là a une voix à briser les fenêtres environnantes » puis revenant à l’inconnu « Permettez ? Je ne vous ai pas fait mal au moins ? » d’une voix angoissée.



_________________










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Ewen Treflet

Messages : 1212
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheur au Vol d'Outrevent (à Souffleciel)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lionel de Rivepierre, Liam d'Outrevent, Chimène d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Ven 10 Aoû - 18:32

La nuit passée avait été une nuit presque sans sommeil pour le Chevaucheur. Sur le dos de Patience il avait sillonné les environs, oubliant pour un temps les soucis et les tracas du quotidien. Il savait que bientôt la fête se finirait et qu'il devrait rentrer. Que bientôt il retournerait à Souffleciel et devrait des explications à son oncle. Que bientôt il reprendrait la route de la caserne. Mais cette nuit là il ne voulut pas y penser. Seulement profiter du léger vent cibellan, des cabrioles aériennes de la dragonne, de cette sensation de liberté qu'il affectionnait tant. De cette liberté dont il avait tant besoin. Ils n'avaient pas besoin de parler pour que l'immense créature sache ce dont ce Petit Homme, comme elle l'aimait tant l'appeler, avait besoin pour se détendre. Ewen avait fini par s'assoupir contre les pattes de son amie lorsqu'il eut touché terre, repos salvateur.

Pourtant, l'aube pointait à peine à l'horizon lorsqu'il retourna passer les portes de la Volte. Certaines personnes sortaient encore des tavernes, après sûrement une soirée de beuverie conviviale à leur air titubant. D'autres encore paraissaient aussi frais que les fleurs des jardins lagrans au petit matin, souriant et bien éveillé. De ci de là on entendait des notes, des groupes de musiciens qui jouaient pour les rares passants bien matinaux, ou encore des danseurs qui bougeaient au rythmes des instruments. Mais plus que la musique, ce furent les chanteurs qui retinrent l'attention de l'outreventois. Comment un être humain parvenait à créer des notes à la fois puissantes et aussi légères ?

Curieux, le jeune homme s'était avancé. Bien qu'il soit encore tôt le ténor avait formé un groupe de spectateurs autour de lui, attirés par les notes mélodieuses qu'il produisait. Ewen reconnut la place où il s'était installé. La Cruche Percée lui faisait face, le souvenir des tablées accueillantes l'attirant irrémédiablement. C'était qu'il n'était pas contre un petit verre et quelque chose à grignoter, le jeune homme. Et puis quoi de mieux qu'une taverne avec des têtes connues pour se faire agréablement servir ? Le nez en l'air, perdu dans sa réflexion sur le met qu'il choisirait bientôt, il ne fit pas attention à la jeune femme qui venait dans sa direction et qu'il percuta. Souriant devant ses excuses il leva les mains en signe d'apaisement.

« Ne vous inquiétez pas, vous n'avez aucun tort je ne regardais pas non plus où j'allais. Entre la voix de cet homme et mon envie de me sustenter je n'ai pas été très attentif. » La façon dont cette femme tentait de s'excuser auprès de lui l'amusait. Ce n'était pas comme si elle avait volontairement tenté de le faire tomber ou d'attenter à sa vie. Ce n'était qu'un simple manque d'attention de leur part à tous les deux, rien de condamnable. « Oh pas de panique, vous ne m'avez fait aucun mal. C'est plutôt à vous que je devrais poser la question, il reste très impoli de percuter une dame sans s'inquiéter de son état. »
Une note particulièrement haute attira son regard et son attention. C'est qu'il en avait dans le coffre cet homme ! Se souvenant de pourquoi il s'était arrêté il reporta son attention sur la femme à ses côtés. « C'est donc la musique qui vous tire du lit de si bon matin ou d'autres raisons vous poussent à arpenter les rues ? » Ewen espérait que sa curiosité ne soit pas mal prise ni mal interprétée. C'était un peu sa manière de s'excuser.

_________________
When I'm on your back, I know who I am

Ewen : #0000CC Patience : #970036









Dernière édition par Ewen Treflet le Dim 2 Déc - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu

Messages : 2265
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Sam 11 Aoû - 18:37

En principe, Anaïs est imperturbable lorsqu’elle remplit une mission. Mais la musique a toujours eu un effet étrange sur elle, comme si soudainement tout s’arrêtait autour d’elle Parallèlement, elle espère presque que les regards des plus bourrus et dangereux soient attirés par une seule chose l’homme ou la femme jouant d’un instrument ou chantant pour hypnotiser son auditoire. Elle sait la jeune guerrière qu’elle se doit d’être vigilante surtout en ayant connaissance de cette faiblesse.

La rencontre un peu brutale qui découle de son inattention la trouble. Elle Guerrière de la Volte se fait surprendre alors que cela ne devrait pas être le cas. Elle devrait être maitresse de ses émotions, des événements qui l’entourent et si l’homme a un mauvais fond venait à attenter à la sécurité de l’auditoire elle a déjà quelques minutes de retard. Elle se confond en excuses pour l’évaluer, percevoir ce qu’il va faire et dire afin de se faire sa propre opinion. Un Chevaucheur ne peut pas être mauvais même cet homme ne semble pas être d’ici au premier abord.

Elle hoche la tête et opère un pas en arrière tout en souriant à sa question. Sa tenue n’est-elle pas équivoque ? Elle suppose vu l’échange que lui-même est là en repos, ce doux mot qui lui fait défaut. Mais si Anaïs veut pouvoir entretenir son matériel et garder sa tenue irréprochable elle doit enchaîner les contrats, les plus glorieux, les moins glorieux ; le principal est que l’argent rentre pour avancer. Au-delà de ce besoin monétaire, elle veut se faire son nom et par les routes et les personnes qu’elle rencontre peu à peu elle inscrit Anaïs à la liste des membres réputés de la Guilde. Elle est minutieuse dans son travail, un peu trop maniaque quelques fois mais c’est ce qui fait son charme.

Son silence durant elle le coupe en répondant au jeune Chevaucheur « Très bien si je ne vous ai pas fait mal et soyez rassuré je n’ai pas non plus de douleur quelconque mon équipement de Guerrière est assez solide pour me préserver d’une rencontre aussi brutale soit-elle » elle enchaîne sans le quitter des yeux alors que le public applaudit le ténor qui enchaîne sur une nouvelle mélodie après avoir bu un verre amené par la serveuse Isabelle « La musique en un sens oui mais le travail avant tout je suis Guerrière et j’assure une surveillance avec mes quelques collègues de la fête de Litha depuis quelques jours » elle détourne le regard avant de poursuivre « Appelez-moi donc Anaïs et si vous avez besoin de quoi que ce soit n’hésitez pas vous ne semblez pas être d’ici je me trompe ? ».

Une pure question rhétorique pour identifier l’inconnu, son nom, son origine, elle veut tout savoir tout en opérant un coup d’œil circulaire sur les environs. Etre immobile alors qu’au contraire elle devrait toujours être en mouvement dans les rues n’est jamais bon. Peut-être qu’elle invitera l’inconnu, s’il le souhaite à faire causette en marchant… tout dépends de ce qu’elle apprend sur lui.

_________________










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Ewen Treflet

Messages : 1212
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheur au Vol d'Outrevent (à Souffleciel)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lionel de Rivepierre, Liam d'Outrevent, Chimène d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Ven 31 Aoû - 15:59

Argh, un point pour elle. Lui-même étant délaissé sa tenue de Chevaucheur pour une tenue bien plus confortable, bien qu'ayant gardé sa dague à la taille et arborant l'écaille sur son haut, il n'avait pas fait attention à celle de la jeune femme. Il aurait pourtant du se douter, en voyant l'épée à sa ceinture, sa tenue de cuir solide mais souple qu'elle n'était pas là uniquement pour se détendre. Mais la nuit fut courte, il n'était pas de service et n'était pas dans son duché, son attention était restée à Souffleciel. Ou dans une taverne un peu plus loin. Ou dans la nuit dans les plaines cibellanes. Enfin, elle n'était pas ici. Pourtant, les vêtements qu'elle portait lui allait plutôt bien à la Guerrière. Son pas en arrière le laisse un instant sceptique. Il espère ne pas l'avoir vexé, d'autant plus lorsqu'elle lui rappelle sa condition de Guerrière et de surveillance. Il ne l'a pas fait exprès, après tout. Mais si elle est en service, il peut comprendre, il l'a très certainement retardé dans ses rondes, ou peut-être que ses collègues l'attendent. La musique a leur côté s'arrête tandis qu'il reconnaît la serveuse de la veille.

« Vous avez bien raison, il en faut de la surveillance pour un si grand événement. Les sepctateurs sont rassurés lorsqu'ils voient que des hommes et des femmes veillent sur leurs moments de détente. »

Sa façon de l'intéroger le fit sourire avec amusement. Non qu'elle le faisait véritablement rire, mais il reconnaissait sa façon de s'enquérir de son identité en cas de problème, comme il le faisait lui-même en service. Pas la peine de lui cacher qui il était, il était là uniquement en ''touriste''. Puis premièrement, il n'avait rien à se reprocher et deuxièmement, il la croiserait peut-être un autre jour. A quoi bon lui mentir ?

« Enchanté donc, Anaïs. Vous avez raison je ne suis pas d'ici, je suis là uniquement en repos. » Lui tendant la main dans un sourire, il poursuivit. « Ewen Treflet, Chevaucheur à Souffleciel. » Alors que la voix du tenor se faisait momentanément plus faible, le jeune homme eut le temps d'entendre deux enfants crier en courant vers eux et de s'écarter. Leurs rires les dépassèrent bientôt, mais alors qu'il ravançait d'un pas, un troisième enfant sortit de nul part et le percuta de plein fouet, renversant le contenu liquide d'une boîte sur le Chevaucheur et la Guerrière. L'enfant, sans prendre la peine de s'excuser, fila dans la seconde qui suivit, faisant froncer les sourcils d'Ewen. Il n'était pas contre les enfants, après tout ils n'étaient que la relève de l'humanité. Mais un peu de politesse n'aurait vraiment pas été de trop !

_________________
When I'm on your back, I know who I am

Ewen : #0000CC Patience : #970036









Dernière édition par Ewen Treflet le Dim 2 Déc - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu

Messages : 2265
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Dim 9 Sep - 11:05

Au premier regard l’homme semble avoir visiblement un peu profité à foison de ce qu’offre la fête de Litha. Cela la fait sourire. Elle aime voir les autres s’amuser et profiter de ce que son duché peut offrir aux inconnus. Le principal pour Anaïs est que ces découvertes se fassent sans heurt ni problème majeur. Les paroles condescendantes de l’homme lui font hocher la tête. Cet homme est un connaisseur est-il seulement guerrier ou formé à l’art de la protection des lieux quel qu’ils soient ?Tous les ans la sécurité est de rigueur mais cette menace qui pèse sur chacun d’entre eux depuis quelques mois en a augmentée la dangerosité. Elle se permet de le signaler en baissant la voix afin de n’être entendu que par cet homme jusque là inconnu.

« Ce n’est pas tant pour les débordements susceptibles que nous veillons au bon déroulement de cette fête. Il y a cette menace qui règne faisant craindre un risque bien plus important que quelques fêtards un peu trop gourmands du vin que nous proposons ici » avec un sourire entendu quant à l’évocation de quelques saoulards. Relèvera-t-il seulement la comparaison ou feindra-t-il d’avoir lui-même consommé outrageusement une substance pouvant le rendre bien maladroit ? Mais sans parler de la menace de la Chasse elle pourra voir également la réaction et le positionnement de l’homme à l’égard de cet inconnu.

La mention de son nom et de son origine la ramène vers ce duché de l’honneur. La notion du fait qu’il chevauche le fait sourire. On dirait bien que tous les liens qu’elle se crée avec le duché voisin sont de l’ordre de la chevauche. Elle omet de signaler qu’elle connaît un de ses peut-êre compagnons de vol, cela serait malvenu et ce n’est ni le lieu ni le moment d’évoquer des connaissances avec un homme qui lui est pour l’instant purement inconnu. La jeune guerrière va pour proposer à Ewen de faire quelques pas avec elle lorsqu’une enfant de sa connaissance les bouscule. Avant même d’avoir eu le temps de dire quoi que ce soit Maëlle et son ami renversent par inadvertance la boisson portée en main sur les habits du chevaucheur et le sien.

Elle est estomaquée la guerrière et soufflée. Le rouge lui monte aux oreilles la bloquant dans une réaction qui aurait été un tant soit peu naturelle d’attraper les garnements et de les prendre par le col pour leur apprendre la politesse. Mais le regard courroucé d’Ewen l’en empêche elle étouffe un juron alors que déjà elle commençait à entreprendre sa course après les deux enfants.

« Navrée ces gosses je les connais ils n’ont pas fait exprès mais j’sais où ils habitent je leur apprendrai la politesse et leur rappellerai de s’excuser une prochaine fois ». Les habits d’Anaïs sont peu touchés à l’inverse de ceux d’Ewen et elle secoue la tête navrée « Permettez que l’on aille voir Isabelle la serveuse afin d’essuyer les dégâts sur votre tenue Ewen ? Pour ma part je reste sur le devant de l’auberge après nous pourrons aller faire un tour c’est très malvenu pour moi de rester immobile en pleine surveillance et c’est surtout propice à être victime d’autres accidents du genre ».

Comme si elle avait entendu ou vu du moins ce qu’il s’était passé Isabelle se présente avec un torchon qu’elle tend au chevaucheur. Le regard qu’elle lui adresse fait hausser les sourcils à la Guerrière. Cette serveuse ne perd pas une seconde pour déshabiller du regard la gent masculine. Discrètement AnaÏs sourit tout en détournant la tête afin que sa réaction ne soit pas visible par Ewen.

_________________










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Ewen Treflet

Messages : 1212
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheur au Vol d'Outrevent (à Souffleciel)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lionel de Rivepierre, Liam d'Outrevent, Chimène d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Ven 9 Nov - 21:06

Le jeune Chevaucheur entend nettement la voix de la guerrière diminuée lorsqu’elle s’adresse à lui, se penchant légèrement comme pour lui confier un secret. « Ce n’est pas tant pour les débordements susceptibles que nous veillons au bon déroulement de cette fête. Il y a cette menace qui règne faisant craindre un risque bien plus important que quelques fêtards un peu trop gourmands du vin que nous proposons ici. » Sa tirade lui fait hocher la tête. Il sait la Chasse présente, et être sur ses gardes fait partie de ses hab… Non mais, elle n’a tout de même pas osé dire qu’il était éméché ? Il doit sûrement il y avoir un malentendu ! Le sourire qu’elle lui offre ne lui laisse pas de doute quant à ce qu’elle pense. Certes il en a profité pour boire un petit verre la veille, mais il n’y avait pas de quoi le comparer à un fêtard à ce point ! Il est susceptible l’Outreventois, encore plus quand il manque de sommeil, et là il faut dire qu’il avait fait mouche. Ne boude pas pour si peu. Elle m’a comparé à un poivrot titubant ! Ce ne sont pas ses mots. Mais c’est son idée ! Elle a juste mal interprété ce que tu as montré. Ewen se retient de soupirer, légèrement renfrogné. A la place, il passe une main sur son visage, comme pour chasser de sa tête les derniers mots échangés. Patience avait raison, la façon dont il s’était comporté avait pu porter à confusion, d’autant plus que les fameux fêtards titubants sortaient encore de la taverne.

Enfin, tout est déjà vite oublié par le passage des enfants et l’air totalement outré de la guerrière. Il a tout juste le temps de la voir commencer sa course et de poser une main sur son bras qu’elle s’arrête presque aussitôt. « Navrée ces gosses je les connais ils n’ont pas fait exprès mais j’sais où ils habitent je leur apprendrai la politesse et leur rappellerai de s’excuser une prochaine fois. » Vu comment elle était remontée, il n’y avait aucun doute qu’elle parviendrait à les convaincre d’être plus polis. Même lui n’oserait pas être impoli à ce moment précis. Malgré tout, le jeune homme ne peut s’empêcher de lui sourire. « Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas une catastrophe. Il m’est déjà arrivé de faire la même chose qu’eux à leur âge. » Mais non sans m’excuser en revanche. Toujours était-il qu’il se retrouvait dans des vêtements mouillés d’une substance totalement inconnu, rendant sa tenue totalement inconfortable. « Permettez que l’on aille voir Isabelle la serveuse afin d’essuyer les dégâts sur votre tenue Ewen ? Pour ma part je reste sur le devant de l’auberge après nous pourrons aller faire un tour c’est très malvenu pour moi de rester immobile en pleine surveillance et c’est surtout propice à être victime d’autres accidents du genre. »

Il aurait voulu protester, lui dire que ce n’était rien et qu’il pouvait s’en sortir sans avoir besoin d’une quelconque aide mais déjà la serveuse est auprès d’eux et le déshabille du regard sans vergogne en lui tendant le torchon. Le jeune homme rougit légèrement en baissant la tête, saisissant le tissu pour sécher ses vêtements pour s’occuper les mains et l’esprit. Dans d’autres circonstances, avec une autre personne, il aurait pu être flatté d’un tel regard sur sa personne. Mais il avait encore en tête la façon dont elle avait regardé Manaël la veille en s’asseyant sur ses genoux, il s’était bien rendu compte que ce regard était destiné à tout être de sexe masculin. Peut-être qu’un jour il se sentirait spécial dans le regard d’une femme. Il était bel homme, il fallait le reconnaître – même si lui ne s’en rendait absolument pas compte – mais à bientôt vingt-sept ans il n’était toujours pas marié. Un jour peut-être. Mettant fin à son monologue mental, le Chevaucheur releva la tête, remerciant d’un regard la serveuse en lui rendant son torchon. Elle se détourna alors, non sans un regard appréciateur sur sa personne. « Excusez-moi pour ce moment sans bouger, je ne voudrai pas vous empêcher de faire votre ronde. » C’est qu’il l’avait presque sentie tendue ainsi, à rester fixe. Il connaissait cette sensation de ne pas pouvoir être en mesure d’agir en cas de problème et savait au combien elle était désagréable. Ainsi il reprit sa marche lentement, l’invitant à faire de même avec lui. Le silence entre eux le gêne un peu, même si la musique est toujours très présente. Il attend un peu, espérant qu’elle reprenne la conversation. Mais la patience n’est pas son principal atout, aussi tente-t-il de briser la glace. « J’aimerai savoir, si c’est trop indiscret vous n’êtes pas obligée de répondre, mais pourquoi avoir choisi de devenir guerrière ? C’est assez audacieux comme choix de carrière. » Dixit le fils de tisserand. C’est pas comparable !

HRP :
 

_________________
When I'm on your back, I know who I am

Ewen : #0000CC Patience : #970036









Dernière édition par Ewen Treflet le Dim 2 Déc - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu

Messages : 2265
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Lun 19 Nov - 21:29

La guerrière n’a que faire des personnes abusant un peu trop de cet alcool qui coule à flots durant ces quelques jours. D’ailleurs, elle en a encore moins à faire de ceux qui éméchés qui provoquent quelques esclandres par ci et là. C’est bien pour cela qu’elle n’a pas remarqué l’attitude boudeuse d’Ewen. Son regard se détourne du chanteur afin d’observer les groupes mais aussi les personnes isolées elles-mêmes toutes aussi dangereuses. Le danger n’est jamais là où on l’attend. Elle a appris de ses erreurs et apprend à mesure de ses missions.

L’enfant qui vient d’asperger accidentellement Ewen lui donne l’occasion de bouger. Encore quelques minutes et elle aurait presque pu s’ennuyer n’en déplaise au jeune Chevaucheur. Elle ne souhaite entendre plus en avant de l’échange qui se poursuit entre la serveuse et Ewen. Ainsni, elle laisse le jeune homme se dépêtre des services de la serveuse. Il faudra qu’elle en touche deux mots à Manaël à l’occasion de cette femme qui semble avoir la main leste sur les hommes en général. Tel n’est pas son devoir mais elle aimerait pouvoir mettre un qualificatif sur cette serveuse. Qui mieux que Manaël pourrait l’aider en ce sens ? L’instant de réflexion d’Anaïs est bien vite interrompu par le retour du Chevaucheur. Elle le détaille et ne manque de sourire tout en remerciant d’un signe de tête Isabelle.

« Vous voilà comme un sou neuf » elle poursuit afin de clore le sujet de ces enfants bien maladroits « Comme vous l’avez dit, nous avons tous fait pareilles bêtises à leur âge mais ceux-là vont devoir apprendre la politesse, on pourrait presque se demander ce que font les parents désormais » une réflexion habilement placée alors qu’Ewen rompt le silence soudain par cette question audacieuse. Elle se retourne inclinant la tête en dévisageant.

« Et bien on va déjà dire que c’est une affaire de famille et ensuite j’ai eu cette envie de protéger, d’escorter » elle réfléchit tout en invitant Ewen à la suivre dans une rue adjacente. Un regard sur un porche abritant un homme endormi lui fait froncer les sourcils. Elle s’en rapproche s’agenouillant à ses côtés elle vérifie qu’il vit encore. Les grognements qui sortent de sa gorge la rassurent mais aussi la dépitent. Elle se relève revenant au centre de la ruelle elle continue ainsi jusqu’à une autre place un peu plus ensoleillée. Un banc surplombe une partie de la ville à l’abri d’un arbre. Elle s’y installe et finit sa réflexion à voix haute « J’aurais pu faire autre chose ouais mais au final maintenant que je défends mes clients, que je gagne ma vie en assurant cet ordre et que je prouve aux autres et à moi-même que je sais me battre je sais que je ne pourrai jamais rien faire d’autre » elle est sûre d’elle et enchaîne « Pourtant j’ai mis un bout de temps à me décider mais je ne regrette rien, jamais ».

Elle fronce les sourcils afin de discerner quelques dragons qui survolent la cité et elle désigne du menton certains d’entre eux « Le votre fait partie de ceux-là vraisemblablement si je ne m’abuse ? » elle le questionne et poursuit « Comment est le votre et comment vous avez choisir cette voie en ce qui vous concerne ? Pourquoi ne pas être devenu un mage de bataille ? Les dragons c’est un choix de naissance ? Vos parents en sont ? » elle est audacieuse et les questions se succèdent aux autres bien trop rapidement et elle lève la main presque pour s’excuser de tant d’empressement mais on ne l’arrête plus maintenant qu’elle a commencé.

Elle veut en savoir plus la guerrière sur cet homme, cet inconnu dans les rues de la Volte qui l’a questionnée elle avant qu’elle ne le fasse. Elle veut tout connaître de lui afin de savoir si ses concitoyens ne risquent rien. Elle est toujours sur ses gardes même si son attitude pourrait pousser à croire le contraire. A cet instant, Anaïs se retourne souriante, faisant croire à l’homme qu’elle n’a absolument aucune crainte envers sa personne alors que c’est tout simplement le contraire.

_________________










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Ewen Treflet

Messages : 1212
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheur au Vol d'Outrevent (à Souffleciel)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lionel de Rivepierre, Liam d'Outrevent, Chimène d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Jeu 20 Déc - 13:36

Le sourire qu’elle lui rend en détaillant sa tenue le fit presque rire. Le vif mouvement de tête en sa direction après sa question beaucoup moins. A-t-il touché une corde sensible ? Aurait-il dû se taire ? Lui non plus n’avait pas choisi forcément une voie ordinaire et les femmes Chevaucheuses ne manquaient pas. Il n’avait pas à juger de son choix de carrière. Il ne la jugeait pas d’ailleurs, il demandait juste. Il était curieux. Était-ce un véritable défaut d’engager la conversation sur une curiosité. Ewen ! Pardon, tu sais que je ne veux pas la brusquer … Attends qu’elle parle avant de t’emballer. Mais … « Eh bien on va déjà dire que c’est une affaire de famille et ensuite j’ai eu cette envie de protéger, d’escorter. » Son signe de la main l’invite à la suivre sans que pourtant il ne prononce un mot. Voir la femme prendre autant de soin des personnes qu’elle croise le rend plutôt confiant. Il avait cette image parfois mauvaise du solide guerrier rude et froid, oubliant qu’eux aussi étaient humains et faisaient preuve de compassion avec les autres. Bien plus que des protecteurs des nobles, ils étaient principalement des protecteurs du peuple. Peut-être que s’il n’avait pas été Chevaucheur il aurait choisi la voie du guerrier. « J’aurais pu faire autre chose ouais mais au final maintenant que je défends mes clients, que je gagne ma vie en assurant cet ordre et que je prouve aux autres et à moi-même que je sais me battre je sais que je ne pourrai jamais rien faire d’autre. Pourtant j’ai mis un bout de temps à me décider mais je ne regrette rien, jamais. ».

Malgré tout, Ewen est sceptique. Pas tant par l’envie et la légitimité de la cibellane à se dévouer pour son duché et les autres, mais plus pour la raison qui l’avait poussé ici. « N’est-ce pas difficile en tant que femme de s’imposer dans ce domaine ? » L’Outreventois a un peu de mal avec l’idée, il n’est pas aussi extrémiste que certains camarades sur la place de la femme, mais il peine à imaginer qu’elle parvienne sans difficulté à se faire un nom. « Je veux dire, sans douter de votre force et de votre légitimité, n’est-ce pas compliqué par la différence de constitution d’attirer la confiance des clients dans son choix d’une femme plutôt que d’un homme ? » Il espère ne pas la vexer, même s’il sent qu’il se glisse sur un terrain instable.

Son changement de sujet l’attire sur quelque chose où il est plus à l’aise. Les dragons, son dragon. Il lève alors les yeux, restant un instant émerveillé devant le lent balai dans les cieux. Le soleil était plutôt clément et même d’en bas il pouvait distinguer les splendides nuances que créaient les rayons de l’astre sur leurs écailles. « Le vôtre fait partie de ceux-là vraisemblablement si je ne m’abuse ? Comment est le vôtre et comment vous avez choisir cette voie en ce qui vous concerne ? Pourquoi ne pas être devenu un mage de bataille ? Les dragons c’est un choix de naissance ? Vos parents en sont ? » Toutes ces questions l’amusent, et il se sent prêt à y répondre. De toute façon il n’est pas certain de revoir la guerrière un jour. Quelques secondes plus tard il aperçoit les écailles améthyste de sa dragonne et la désigne du doigt. « Ma dragonne s’appelle Patience, c’est l’améthyste juste ici. » Il ne s’étire pas en détaille, le regard tendre qu’il porte sur sa silhouette parle pour lui. Remettant les mains dans ses poches et redescendant ses yeux sur la rousse, il poursuit. « Mes parents ont une boutique de tissus à Souffleciel, aucun membre de ma famille n’est Chevaucheur. Mon oncle est maître d’arme mais c’est tout. » Il marque une pause, cherchant les mots pour ne pas passer pour un enfant. « J’ai toujours été admiratif de ces créatures. Quand on a découvert que j’avais de la magie, ma mère m’a envoyé à l’Académie. Je voyais là une chance d’accomplir mon rêve. Si Patience ne m’avait pas choisie j’aurais sûrement poursuivi pour me spécialiser en magie. » Mais elle était là, et c’était tout ce qui comptait.

_________________
When I'm on your back, I know who I am

Ewen : #0000CC Patience : #970036







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu

Messages : 2265
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Dim 23 Déc - 11:16

AnaÏs n’est pas vraiment à l’aise avec les confidences encore moins avec les inconnus. Malgré tout elle s’est laissée emportée par les questions d’Ewen. Il est vrai qu’être guerrière pour elle n’avait pas été un choix spontané. Elle en a fait du chemin dans ses réflexions. Porter l’arme fait partie de son existence comme le simple fait de respirer. Elle hausse un sourcil aux nouvelles questions d’Ewen. Il est provocateur, la pousse dans ses retranchements ce qui la fait un peu grincer des dents. Oserait-il donc la mettre en doute sur ses capacités alors qu’elle est armée à cet instant précis ? Aurait-il donc envie de la défier ? La curiosité est un vilain défaut encore plus quand l’interlocuteur semble mettre en doute les capacités d’Anaïs à s’imposer dans un monde prétendument d’hommes.

Il réveille par ses paroles toutes ses angoisses, ses craintes quotidiennes qui viennent lui pourrir la vie quelques fois. Elle occulte quotidiennement ses petites faiblesses qui n’ont pas lieu d’être dans le domaine qu’elle a choisi. Anaïs prie son dieu, Kern, pour qu’il la soutienne à chaque fois qu’elle va pour partir en mission. Elle est le bras armé, le bras qui défend et le bras qui donne confiance à ceux qui la paient à la fin de chaque mission. Son regard un peu plus froid se pose sur le chevaucheur et elle lui rétorque d’une voix qu’elle tente neutre

« Oui vous avez raison » quatre mots qu’elle estime suffisant au premier abord mais propices à demander d’autres questions. Aussi elle complète afin de clore ce point bien sensible « Mais je m’attelle tous les jours à démontrer mes capacités à mes collègues. Les femmes ont des capacités que les hommes n’ont pas. Eux-aussi doutent beaucoup, plus souvent que nous même, tandis que nous la seule chose qui nous incombe est de persévérer tout le temps » elle se laisse emporter la guerrière « Les hommes ont peur de perdre en force alors que nous les femmes nous nous obstinons à leur prouver quotidiennement que nous avons le droit d’être reconnues à notre juste valeur ; au final qui est le plus dangereux une femme ambitieuse et persévérante ou un homme craignant de ne plus être à la hauteur ? » elle fait un clin d’œil pour terminer son discours. Elle ne veut pas être hautaine encore moins maladroite envers l’inconnu ce n’est pas dans son intérêt nullement.

Chemin faisant ils se sont éloignés de l’attroupement ainsi la guerrière a pu à son tour questionner Ewen. Elle sait à quel point le lien des chevaucheurs avec leur dragon est important raison pour laquelle, elle a orienté la discussion sur cette thématique. En principe, cela marche à tous les coups sauf pour ceux qui sont un peu trop suspicieux ou sur leur garde. L’homme est jeune et il se laisse lui aussi aller à la confidence. Elle plisse les paupières pour percevoir Patience un peu plus haut et hoche la tête à chaque information. Elle n’est pas complètement satisfaite de la réponse qui lui est fournie alors elle poursuit habilement.

« Quelle magie pratiquez vous ? » cerner un peu plus l’homme sa dangerosité si elle vient à le rencontrer lors d’une de ses missions. Elle pourra évaluer plus facilement les forces en présence si toutefois ils se rencontrent dans une situation pour le moins périlleuse.

_________________










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Ewen Treflet

Messages : 1212
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheur au Vol d'Outrevent (à Souffleciel)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lionel de Rivepierre, Liam d'Outrevent, Chimène d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Sam 5 Jan - 14:03

Il l’avait vexée. Clairement. Définitivement. Pourtant ce n’était pas du tout son objectif. Il ne voulait pas être provoquant, ni offusquant. Il était curieux. Une curiosité que la guerrière jugea déplacée apparemment. Il l’avait vu à son haussement de sourcils, entendu à son ton froid. « Oui vous avez raison. Mais je m’attelle tous les jours à démontrer mes capacités à mes collègues. Les femmes ont des capacités que les hommes n’ont pas. Eux-aussi doutent beaucoup, plus souvent que nous même, tandis que nous la seule chose qui nous incombe est de persévérer tout le temps. Les hommes ont peur de perdre en force alors que nous les femmes nous nous obstinons à leur prouver quotidiennement que nous avons le droit d’être reconnues à notre juste valeur. Au final qui est le plus dangereux une femme ambitieuse et persévérante ou un homme craignant de ne plus être à la hauteur ? »

Le Chevaucheur avait alors baissé la tête , honteux. Sa dernière phrase piquante avait fait mouche, il l’avait cherché. Tout comme il avait dû réveiller des questionnements chez la Cibellane, elle avait fait de même avec lui. Oui il doutait, souvent, toujours. Il craignait de ne pas être reconnu de ses supérieurs, de ne pas être accepté par ses camarades. De ne pas avoir sa place parmi eux, lui qui s’était si ardemment battu pour réussir. Il l’avait senti tendue et méfiante depuis le début de leur échange. Il aurait peut-être dû ne pas la suivre, ne pas tenter d’en savoir plus. Foutue curiosité. Bien qu’éloigné, il ressentit la douceur rassurante d’une caresse mentale de sa dragonne pour le rassurer, lui tirant un léger sourire. Il devait trouver ses mots pour convaincre la guerrière qu’il ne pensait pas à mal, qu’il ne remettait pas sa légitimité en cause, qu’il avait fauté dans sa manière de s’exprimer. « Pardonnez ma maladresse, je ne voulais pas vous offenser. » Bien maigres excuses, il fallait l’avouer. Plusieurs fois il tenta de parler avant de se retenir, cherchant les mots les plus justes. « Je ne doutais absolument pas de votre légitimité, ni de votre capacité à assurer vos missions. Il y a une force de caractère que j’admire particulièrement en certaines femmes dont vous faites partie. Celle qui pousse à donner le meilleur de soi pour réaliser ce qu’elles souhaitent. »

Pourquoi y avait-il si peu de femmes Chevaucheuses, guerrières ? Sûrement à cause d’hommes qui pensaient si fermement que les femmes n’avaient pas leur place. « Je rencontre si peu de femmes Chevaucheuses ou guerrières que je me demande comment elles réussissent. Pas à cause de leurs capacités, bien loin de moi cette idée. Mais justement à cause des hommes qui n’aiment pas voir des femmes pouvoir leur voler leur place et leur légitimité suprême. » Il sentait que ses propos retombaient dans la même boucle, qu’il appuyait à nouveau sans le vouloir les idées houleuses qui avaient froissé la rousse et qui pourtant n’étaient pas les siennes. Intérieurement il pestait, il rageait. Ça ne devrait pas être si difficile de s’exprimer, si ?

Même le sourire et le clin d’œil qu’elle lui offrit ne parvint pas à le détendre. « Quelle magie pratiquez-vous ? » Ewen s’arrêta brusquement. Il savait qu’il avait été maladroit, il ne pouvait pas le cacher. Mais il sentait aussi que ces questions n’étaient pas seulement pour faire la conversation. Il comprenait que sa méfiance était tout autre. « Je suis mage de l'été et je ne souhaite pas être votre ennemi, Anaïs. Si vous me percevez comme tel, soit, je vous laisse continuer vos activités. Je comprends votre méfiance, accentuée par mes maladresses, mais elle reste infondée. » Il est vexé à son tour ? Oui.

_________________
When I'm on your back, I know who I am

Ewen : #0000CC Patience : #970036







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu

Messages : 2265
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Dim 6 Jan - 13:17

Anaïs prise dans son travail n’a pas forcément utilisé les termes les plus adéquats pour s’exprimer envers Ewen. Ne lui en déplaise, l’intransigeance la caractérisant l’a conduit à être fort sèche. Prise dans l’admiration des dragons, quelque peu éloignés du brouhaha environnant la jeune Cibellane réalise aux paroles d’excuse de son compagnon qu’elle y est allée certainement un peu fort. Elle se mord les lèvres et détourne le regard pour dissimuler un fard qu’elle aurait bien du mal à justifier.

Cacher son manque d’assurance aux autres voilà ce  qu’elle doit faire quotidiennement. Elle se réfugie dans le travail et dans sa ligne de conduite. Elle est tellement mal à l’aise dans les relations humaines que lorsque la situation dérape elle préfère fuir. Elle n’assume nullement ses paroles ni ses actes quand c’est Anaïs la Cibellane qui parle et non pas la guerrière. Pourtant ces deux entités sont étroitement liées. Lorsqu’elle a son épée en main, elle trouve un nouveau courage, un nouvel espoir mais l’absence de son arme la laisse nue avec ses remords.

Elle entend ses excuses et l’écoute attentivement bien que perdue vis-à-vis des femmes chevaucheuses. Elle est née sans magie, certes, mais aurait-elle chevaucher si elle en avait été pourvue ? Peut-être.

« Je les envie ces femmes Chevaucheuses aussi peu nombreuses soient-elles » oui elle témoigne un peu de cette envie qui ne sera jamais comblée. Elle aimerait s’envoler dans les airs, se sentir libre. Mais elle est guerrière, jouant de son arme pour défendre ceux qui la payent. Anaïs n’a pas à rougir finalement de cette situation puisque peu à peu elle est reconnue et demandée par certains clients. Elle sourit en se retournant vers Ewen « Nul besoin de vous excuser j’y suis allée un peu fort c’est bien malvenu pour moi d’vous faire face avec mon attitude purement professionnelle ». Elle avoue bien honteusement qu’elle cache sa véritable personnalité pour se protéger. Cet homme bien que d’un autre duché pourrait être un nouvel ami s’il oubliait juste un instant son comportement ?

C’est pour faire retomber la pression qu’elle le questionne sur cette magie qu’elle espère sans danger pour elle-même ou pour la quiétude de sa ville. Les paroles d’Ewen, justes, la déstabilisent complètement et elle opère un pas en arrière sous ce poids de la culpabilité. Elle ne voulait pas le vexer mais elle y est parvenue. Elle fuit en opérant encore une fois un pas en arrière comme confuse n’assumant plus du tout ses paroles elle se confond en excuses toutes aussi maladroites soient-elles

« Ewen vous ne me dérangez aucunement mais cette tenue et cette arme » en désignant son épée « font de moi une toute autre personne, une personne forte que je m’efforce de devenir » elle rougit et poursuit levant les deux mains en signe de reddition « Je ne fais nullement que mon travail visant à identifier qui est qui dans cette ville pour ces prochains jours ; mon questionnement n’avait pas une volonté à vous nuire ni à vous faire sentir de trop à mon égard non j’suis désolée que cette pensée vous ait effleuré ». Elle secoue la tête avant de regarder à nouveau l’horizon « Mais si tel est ce que vous pensez sachez que la guerrière que je suis considère que vous n’êtes vraisemblablement pas un danger pour la quiétude des lieux vous pouvez poursuivre votre chemin ou continuer de converser avec moi » elle se retourne pour le regarder fixement « Je ne suis pas votre ennemie Ewen je pourrais presque devenir votre amie si vous outrepassez ma qualité de guerrière ».

Stoïque elle tente de dissimuler ce tremblement de honte et de peur qui s’empare d’elle ; oh comme elle a envie de détaler et de feindre une autre activité ailleurs ; oh comme elle a envie de s’en aller au plus loin. Elle aimerait que du grabuge ait lieu derrière elle la forçant ainsi à agir par la force brute pour ainsi évacuer cette colère qu’elle a envers elle-même.

_________________










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Ewen Treflet

Messages : 1212
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheur au Vol d'Outrevent (à Souffleciel)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lionel de Rivepierre, Liam d'Outrevent, Chimène d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   Lun 7 Jan - 14:47

Il sait. Il a compris. Elle ne lui en veut pas de sa maladresse. Il comprend ses raisons. Après tout, n’est-il pas lui aussi sur ses gardes lorsqu’il doit faire face à des étrangers en mission ? Enfin, pas aussi directement, c’est peut-être ça qui lui pèse le plus. Qu’elle montre sa méfiance aussi ouvertement. Au moins ça a le bénéfice de tenir les éventuels récalcitrants à distance mais il ne souhaite pas être une de ces personnes qu’on préfère savoir loin. Ça le blesse un peu au fond, en quelque sorte. Il sent que cette jeune femme n’est pas que la carapace dure de guerrière, qu’elle cache un fond plus doux. Il le voit à son sourire, à ses rougissements lorsqu’elle s’excuse. Il sait qu’il y a une femme tendre bien caché là-dessous.

Il se sont tous les deux excusés, mais il lui en veut. Il n’est pas du genre à pardonner facilement le Chevaucheur, même des maladresses appuyées d’une inconnue. Ironique pour celui qui s’est si longtemps enfoncé dans des bourdes, n’est-ce pas ? Mais il est comme ça. Malgré tout il sent son cœur se serrer un peu lorsqu’elle opère ses deux pas en arrière, après ses reproches. Ne fuit pas, aurait-il envie de lui dire. Ne fuit pas, je suis désolé. Il regrette déjà. D’avantage lorsqu’il l’entend. « Ewen vous ne me dérangez aucunement mais cette tenue et cette arme font de moi une toute autre personne, une personne forte que je m’efforce de devenir » Il oublie son service, le travail qu’elle doit effectuer. Lui est en congé, pas elle. Elle se doit de se tenir sur ses gardes, pas lui. Son arme à lui est sa magie, mais il sait qu’il est un autre lorsqu’il doit se battre. Des images du front lui reviennent, ses paumes le chauffent. Oui, sur un champ de bataille il n’est pas le même. Il devient cet autre, ce tueur sans vergogne qui le rebute autant qu’il l’enivre. « Je ne fais nullement que mon travail visant à identifier qui est qui dans cette ville pour ces prochains jours. Mon questionnement n’avait pas une volonté à vous nuire ni à vous faire sentir de trop à mon égard non, j’suis désolée que cette pensée vous ait effleuré. ».

Il n’ose croiser son regard, rivé sur ses chaussures comme un enfant fautif. Il a été un peu trop loin cette fois-ci, et il écoute le ressenti de la guerrière sans mot dire. Il distingue par l’ombre au sol qu’elle lève les mains, comme défaite. « Je ne fais nullement que mon travail visant à identifier qui est qui dans cette ville pour ces prochains jours. Mon questionnement n’avait pas une volonté à vous nuire ni à vous faire sentir de trop à mon égard non, j’suis désolée que cette pensée vous ait effleuré. » Cette pensée l’a-t-elle seulement effleurée ? Non, elle s’est ancrée en lui, lui laissant un goût amer. « Mais si tel est ce que vous pensez sachez que la guerrière que je suis considère que vous n’êtes vraisemblablement pas un danger pour la quiétude des lieux vous pouvez poursuivre votre chemin ou continuer de converser avec moi »

Il aimerait continuer à converser, effacer cette conversation désagréable et repartir sur quelque chose de plus léger. Mais il ne peut pas, parce qu’il se sent fautif, malgré les excuses de la rousse. Il n’aime pas tant avouer qu’il a eu tort, encore moins auprès d’une femme. Ton ego te perdra Ewen … La pique réprobatrice de Patience ne fit que le renfrogner plus. Pourtant il releva le regard, croisant celui de la Cibellane. « Je ne suis pas votre ennemie Ewen je pourrais presque devenir votre amie si vous outrepassez ma qualité de guerrière ».
Il y arrivera sûrement un jour, si le Destin les amène à se croiser à nouveau. Mais pas là, pas maintenant. Un peu plus loin derrière eux on entend un bruit de verre brisé, des chocs sourds contre les pavés. Des hommes se tiennent là, à se battre, à s’envoyer les premiers objets qui leurs tombent sous la main. L’un d’eux à déjà le visage en sang, sûrement une bouteille fracassée sur son crâne. Il n’a pas à agir, ce n’est pas son duché, ce n’est pas son chez lui, ce n’est pas sa mission. Déjà il voit Anaïs fuir à leur rencontre tandis qu’il se détourne pour rentrer.

« Puisse Kern veiller sur vous, Anaïs. »

_________________
When I'm on your back, I know who I am

Ewen : #0000CC Patience : #970036







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Une rencontre sur fond de douce mélodie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre sur fond de douce mélodie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vent calme et mélodie douce
» Douce Missive... [Shaelyss]
» A l'eau ! Fuite à fond de cale !
» Fond d'écran.
» mélodie éternelle [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Cibella :: La Volte-
Sauter vers: