AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 D'un commun accord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Savants
Les Savants
avatar

Messages : 160
J'ai : 28 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent ; Lionel de Rivepierre
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Message Sujet: D'un commun accord   Dim 12 Aoû - 14:36


Livre III, Chapitre 5 • La Joueuse de Flûte
Tancélie le Sustain & Teagan le Sustain

D'un commun accord



• Date : 1er août 1003
• Météo (optionnel) : C'est le soir. Il pleut et il vente.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Lors de son séjour chez son aîné, Tancélie prend un moment pour le questionner sur ses avancées dans son apprentissage de la magie de l'Accord. Tout récemment éveillée à cette magie ancienne et mystérieuse, elle prend exemple sur Teagan pour voir quel parcours l'attend.
• Recensement :
Code:
• [b]1er août 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4060-d-un-commun-accord#151082]D'un commun accord[/url] - [i]Tancélie le Sustain & Teagan le Sustain[/i]
Lors de son séjour chez son aîné, Tancélie prend un moment pour le questionner sur ses avancées dans son apprentissage de la magie de l'Accord. Tout récemment éveillée à cette magie ancienne et mystérieuse, elle prend exemple sur Teagan pour voir quel parcours l'attend.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
Les Savants
avatar

Messages : 160
J'ai : 28 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent ; Lionel de Rivepierre
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Message Sujet: Re: D'un commun accord   Dim 12 Aoû - 14:42

Elle s’était lovée contre le petit corps de son filleul après l’avoir soigneusement bordé et avoir fait glissé son index sur le bout de son nez. Il la connaissait, sa marraine, même si elle voyageait un peu trop à son goût, et il savait que le moment de se mettre au lit n’en restait jamais là. Il y avait toujours un moment pour une berceuse ou encore un conte fabuleux où les fées aidaient les petits garçons d’Outrevent à retrouver leur chemin, où les farfadets erraient dans les bois et profitaient de la brume pour faire leurs coquineries. Il s’agissait toujours d’histoires qui se terminaient bien. Les vilaines belles-mères terminaient en crapauds et les gentils princes terrassaient mille créatures de l’ombre pour retrouver leurs princesses. Ce soir, c’était une histoire et Morgan s’en réjouissait sans s’en cacher. Il gloussait déjà sous le regard doucement amusé de Tancélie.

- Et si on laissait les fées dormir, ce soir? Et si on laissait les farfadets creuser leurs trous dans le jardins de la boulangère, dis-moi, Morgan?
- Ils vont pas creuser chez-nous, hein?
- Mais non, petit lapin. Ce ne sera pas un conte de princes non plus. J’ai une histoire bien plus précieuse encore…
- Des dragons?!

Ce fut au tour de Tancélie de glousser devant l’enthousiasme du rouquin. Juste en dessous de son sourire et de ses yeux plissés de tendresse, la femme se fit la réflexion qu’il lui faudrait toute une épopée pour l’endormir, ce soir.

- Pas de dragons. Et pas l’ombre d’un fantôme de l’Académie. Ce soir, c’est un roi qui nous tiendra compagnie. Mederick d’Outrevent.

S’il fut d’abord mitigé, Morgan finit par suivre le récit largement romancé de la vie de ce roi et de son amour infini pour sa jeune épouse, Selena. Tancélie évita soigneusement de lui narrer les tentatives de procréation infructueuses, se concentrant plutôt sur ses ennemis à occire : invention du moment alors que les bourrasques frappaient rageusement contre l’étroite fenêtre de la chambre. Il fallut l’apparition d’un dragon, bien malgré elle, pour que l’enfant se calme un peu et accepte de fermer les yeux. Elle patienta qu’il somnole tout contre la petite peluche dénichée lors de son dernier passage en Cibella puis se retira sur le bout des pieds.



Sans un bruit, Tancélie avait refermé la porte de la petite chambre derrière elle pour ne pas déranger le sommeil de son filleul. Elle ne savait pas combien de temps elle était restée là, blottie contre lui, à lui narrer des péripéties douteuses, mais le vent avait fait place à une pluie fine et tenace. La rouquine eut une pensée pour sa mère, meilleure conteuse qu’elle ne le serait jamais, et pour toutes les histoires qu’elle leur récitait le soir venu, autour d’un feu, ou avant d’aller au lit. Inlassablement, elle inventait des récits riches et sans fin qui s’étalaient parfois sur une dizaine de jours. Demain, Tancélie lui offrirait plutôt une chanson. Voilà bien un domaine où elle n’avait pas à rougir.

Il semblait songeur, son frère, au bout de la longue table massive. Il y avait plusieurs semaines, déjà, qu’elle partageait son quotidien et ses secrets, s’occupant des enfants alors qu’il s’occupait de son commerce et de ses clients. Son frère s'était confiée à elle, au coeur de l'été, sur cette magie étrange et nouvelle qui parcourait son sang et sa musique. Plus curieuse qu'effrayée, Tancélie avait souhaité en apprendre plus puis, subjuguée, elle avait demandé sans détour de se faire éveiller à son tour. Elle avait joué pour lui, l'étrange invité, elle avait avoué son affection pour la musique avec plus de fougue encore qu'à son arrivée à l'Académie. Cette magie, cette même étincelle, Théo l’avait fait briller chez elle aussi et lui avait offert de lui enseigner les nuances d'une magie ancienne et puissante. Les subtilités de chaque famille d'instruments semblaient bien mystérieuses encore, et Théobald lui avait conseillée de rejoindre Lorgol pour en apprendre plus sur les nuances des cordes. Musicienne du bout des doigts jusqu’au bout du coeur, elle comprenait parfaitement qu’un flûtiste n'appréhende pas la musique de la même manière qu'une harpiste. Alors elle patientait son voyage prochain à Lorgol tout en s'empreignant de chacun des enseignements généreusement offerts.

- Il a encore grandi. ...Que mets-tu dans sa bouillie, le matin?

Il avait encore grandi, en effet, et son regard était désormais une copie parfaite du souvenir qu’elle avait gardé de Gwendoline. La cadette se garda bien de le mentionner à son aîné, tant le sujet lui semblait encore sensible près d’une année plus tard. Plutôt, elle se posa sur l’un des sièges, près du sien, et croisa ses mains fines sur la table massive. Son sourire lui revenait, un peu taquin, alors qu’elle lui laissait la chance de se défendre. Tous deux savaient que c’était elle, la fée fafouine, qui sucrait immanquablement la bouillie de son filleul de miel ou de sucre d'érable, ce qui valait des excès d’agitation chez le petit dès le matin. Oups.

- Tes invités doivent dormir, peut-être. Ce serait sans doute plus sage que je te laisse te reposer toi aussi, Teagan…

Sa soeur avait cette manière de laisser sa phrase en suspend pour laisser présager qu’elle n’en resterait pas là. Elle capta son regard et lui offrit un sourire coupable, s’excusant déjà de ne pas le laisser se reposer, précisément. Sa voix était plus faible alors, sans doute par crainte que Madenn écoute, de l’autre côté de la porte, ou peut-être par respect pour les invités un peu étranges qui devaient se reposer. La maison n’avait jamais été aussi vivante depuis une année et Tancélie se plaisait à croire Teagan heureux de ce fait.

- Raconte-moi tes avancées… Raconte-moi ta musique, mon frère, et ce que tu as appris aujourd'hui. Mon tour viendra bientôt, mais il me semble être si loin encore de ton talent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 111
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: D'un commun accord   Dim 9 Sep - 11:13

Les gouttes de pluie martèlent le toit de la maisonnée, et le vent gémit entre les interstices des portes et des fenêtres, dans une atmosphère froide mais apaisante. Un feu ronflant illumine la pièce et diffuse sa chaleur, les planches craquent dans l'âtre, elles craquent partout à vrai dire, dans cette vieille demeure qui a tant vécu, témoin de tant de joies et de tristesses mêlées. Ces sons bercent le luthier, installé à sa table, une tasse pleine devant lui qu'il a à peine touché. Le calme est revenu, il sait que ses invités sont déjà allés se coucher, il a bordé Madenn tout à l'heure et il se doute que Tancélie doit peiner à faire trouver le sommeil à son énergique filleul. L'idée lui arrache un sourire éphémère, le bref instant lumineux se noie dans les doutes qui le tiraillent depuis plusieurs jours – depuis plusieurs mois, même. Des doutes qu'il ne peut partager qu'avec très peu de monde, tant et si bien qu'il se retrouve à taire beaucoup d'éléments de son quotidien à toutes ces personnes qu'il connaît, qu'il côtoie. Même son frère ne sait pas encore, sans parler de ses parents, éloignés de toutes ces histoires, en sécurité à Rivepierre. Et son duc, son ami d'autrefois ; l'enfant qu'il était lui aurait tout révélé sans hésiter. Malgré leur dernière rencontre des plus surprenantes, il sent qu'un fossé les sépare, lui le gueux, Liam ce souverain respecté. Il n'a plus sa place près d'un tel homme, il ne l'a jamais vraiment eue. Seuls les jeux innocents de l'enfance parvenaient à faire disparaître ce gouffre qui les séparait alors. Pourtant, tout cela n'a rien d'un jeu. L'Accord n'a rien d'un jeu.

Teagan soupire, les mains jointes devant lui, appuyées contre sa bouche. Il relève doucement les yeux quand il entend les pas légers de sa soeur qui revient auprès de lui. « Il a encore grandi. ...Que mets-tu dans sa bouillie, le matin ? » Un tressaillement au coin de ses lèvres trahit la présence d'un sourire. Il repose ses mains sur la table, un peu songeur. « Sûrement des grains magiques apportés par les fées. » la taquine-t-il, faisant évidemment références aux nombreuses histoires qu'elle lui raconte quand elle est là, des histoires que leur mère leur racontait également et dont elle emplit l'imagination de ses petits-enfants à chacune de leurs visites. « Tes invités doivent dormir, peut-être. Ce serait sans doute plus sage que je te laisse te reposer toi aussi, Teagan… » « Mh. » Il est épuisé, mais pas physiquement. Pourtant, de façon paradoxale, il se sent également serein. Difficile d'accorder sa joie d'avoir à nouveau de la vie sous son toit et l'inquiétude constante que provoque cette magie qui fait désormais partie de lui. Il hausse les épaules. Il n'a pas envie de dormir.

« Raconte-moi tes avancées… Raconte-moi ta musique, mon frère, et ce que tu as appris aujourd'hui. Mon tour viendra bientôt, mais il me semble être si loin encore de ton talent. » Il pose les yeux sur sa soeur, sur ce regard plein de compassion et de sollicitude. Elle a une sensibilité particulière, sa douce cadette, et elle le connaît trop bien pour ignorer que quelque chose le perturbe. Il avance sa main, serre la sienne avec délicatesse. « Ma musique vibre et résonne, elle trouve l'esprit que je lui demande de trouver, mais mes progrès sont freinés... » ... par lui-même. Il fronce les sourcils, il croise le regard de sa soeur. « Tancélie, je n'aurais peut-être pas dû les laisser t'éveiller à l'Accord. Je doute moi-même d'avoir fait le bon choix en acceptant. » Le choix, il ne l'avait guère, il le sait. Il en veut encore parfois à Taliésin de lui avoir forcé la main, mais il ne peut plus reculer, à moins de dénicher quelque part un philtre de Mortessence. L'idée lui est passée par la tête, un jour, avant que Théobald ne vienne vivre sous son toit et ne le réconcilie avec cette nouvelle part de lui. Teagan cherche ses mots, il tente d'expliquer le fond de sa pensée. « C'est merveilleux que l'Accord puisse nous protéger de menaces telles que la Chasse Sauvage, mais je vois à présence ce que cette magie peut faire. Tu te souviens de cette histoire d'ensorceleuse ? De cette femme qui a usé de ses charmes pour prendre le pouvoir en Outrevent ? C'était terrible, mais il ne s'agissait encore que de magie de l'Automne. Imagine ce que l'Accord peut faire. Imagine toute cette puissance, tout ce contrôle. Et si on avait eu tort ? » Devenir un Accordé est une chose, mais voir sa soeur le devenir à son tour l'a fortement perturbé. Il n'avait encore jamais énoncé ces doutes à voix haute, il est presque soulagé de pouvoir les partager avec sa soeur.

_________________
dialogues • mediumvioletred




..



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
Les Savants
avatar

Messages : 160
J'ai : 28 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent ; Lionel de Rivepierre
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Message Sujet: Re: D'un commun accord   Dim 30 Sep - 15:24

Il lui parlait de fées, il lui parlait de graines magiques, et le regard de la cadette s’illuminait d’une brillance nouvelle, semblable à l’éclat qui traversait ses yeux clairs, lorsqu’elle était petite. Elle revenait néanmoins à sa volonté d’en savoir un peu plus sur l’Accord, abandonnant derrière elle les fées, les haricots, les rois et les dragons. Elle avait craint qu’il se défile derrière la fatigue, qu’il lui conseille de parler à Théobald, préférant une certaine réserve toute masculine sur ces éléments nouveaux et inquiétants de sa vie. Teagan l’avait surprise en déposant sa main sur la sienne et en se permettant quelques doutes. Un grand frère. Il l’avait été, protecteur, lorsque les méchancetés de certains enfants pleuvaient sur elle. Il l’était encore, malgré l’enfance qui était loin déjà. À l’instar de l’enfant qui le demeurerait toute sa vie durant aux yeux de ses parents, Tancélie était sa cadette, et elle voyait bien qu’elle le resterait jusqu’à la fin de ses jours. Il y avait là quelque chose d’agaçant, pour la jeune femme indépendante qu’elle se plaisait à être, mais également de réconfortant. Elle était chez-elle, ici. Elle était auprès de sa famille, même si elle était largement en âge d’avoir la propre sienne.

- Tancélie, je n'aurais peut-être pas dû les laisser t'éveiller à l'Accord. Je doute moi-même d'avoir fait le bon choix en acceptant.

Ses sourcils s’étaient froncés d’incompréhension. La conversation devenait plus délicate, soudainement, alors que les regrets minaient les mots, que la même magie coulait dans leurs veines. Il lui avait raconté, son grand frère, comment la magie était venue à lui. Elle s’était imposée par le hasard des aventures et faisait désormais partie de lui, de ce qu’il était. Teagan ne l’avait jamais réellement verbalisé, mais Tancélie pouvait se douter qu’il n’avait pas désiré cette magie. Il apprenait simplement à vivre avec elle, comme on apprend à vivre avec une maladie nouvelle. Il cherchait ses mots ; elle cherchait les siens. Ce fut Teagan qui brisa le silence en premier,  expliquant sa pensée par une anecdote particulièrement sombre de l’histoire d’Outrevent. La ménestrelle sourcilla d’autant plus, bien loin de s’en remettre à la justesse du fait avancé.

- Cette femme aurait pu user de concoctions et droguer le duc. Elle aurait pu user de ses charmes seuls pour détourner son esprit… Elle était habitée par le mal, comme un serpent mauvais. Il faut condamner les intentions et la noirceur de son coeur, et non pas la magie de l’Automne qui n’était qu’un instrument.

Il ne pouvait pas savoir, Teagan, combien affables pouvaient être les mages de de l’Automne. Il avait si peu quitté Outrevent pour voir le monde. Enraciné sur les terres de l’Honneur, son frère n’avait que les récits anciens, douloureux et inquiétants d’une Histoire sombre d’Outrevent. La rouquine croqua un sourire léger et empreint d’espoir avant de poursuivre sa lancée.

- J’ai vu des mages prodigieux user de la magie de l’Automne. Je les ai côtoyé, Teagan. L’un souhaitait manipuler les rêves pour soigner les pauvres gens souffrants de cauchemars sans fin. L’autre désirait user de sa magie pour calmer les angoisses de son public. L'Accord est une magie bannie, j’en suis consciente. Mais j’aimerais que nous soyons la preuve que le peuple de l’Honneur peut la manier sans fourberie.

Elle le regardait sans détour, l’air assuré de ce qu’elle avançait. Une magie bannie, proscrite, maudite. Une magie terrible. La magie du Sang ne l’était-elle pas? N’avait-elle pas craint qu’un drame ne survienne, en la sachant si ouvertement tolérée en Lagrance et même au sein de la famille impériale? Pourtant… Pourtant, Lionel de Rivepierre, le maître des terres l’ayant vue naître, s’était marié à l’une de ces mages. Rien n’était arrivé. Aucun drame. Aucun malheur. L’espoir de voir la magie de l’Accord suivre un chemin similaire était grand, chez la mélomane. Elle s’inclina vers son aîné et baissa un peu plus la voix, encore. Les invités n’avaient pas à connaître les tourments de son frère.

- Tu en es conscient, Teagan, n’est-ce pas? Qu’il s’agissait de mon propre choix, de ma propre volonté, et que tu n’aurais pas pu m’en protéger?

Tout comme la vie d’errance était son choix. Même les commentaires de ses parents et la déception dans le regard de son père n’avaient pas su la faire plier et lui faire trouver un époux et une vie rangée dans l’un des villages près de Rivepierre.

_________________


Dernière édition par Tancélie le Sustain le Lun 19 Nov - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 111
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: D'un commun accord   Dim 21 Oct - 16:43

Il ne se confie pas à la légère, l'Outreventois. Il a longtemps tourné et retourné ces doutes dans les méandres de son esprit, il a gardé pour lui chaque hésitation, chaque question délicate. Théobald et Meldred lui ont montré la beauté de cette magie proscrite, mais Teagan n'est pas idiot, il comprend plus loin, il perçoit les possibles. Il se doute bien qu'elle n'a pas été interdite pour rien, il y a mille ans de ça, et désormais, il a rejoint les rangs de ceux qui étaient montrés de doigts et condamnés, il n'y a pas si longtemps que ça. Alors quand sa soeur est arrivée et a fait la rencontre de ses invités, il n'a eu d'autre choix que de tout lui révéler – car il ne sert à rien de mentir à sa cadette, elle le connaît trop bien, elle aurait décelé le mensonge.  Il lui a décrit sa mésaventure à Lorgol, il lui a expliqué ce qu'il a vu au Théâtre de l'Étincelle, il lui a rapporté les paroles de Taliésin et de Théobald, sans jamais entrer dans les détails de ce qu'il pensait de tout cela, Il s'est contenté de présenter des faits, jusqu'à ce que le joueur de flûte propose à Tancélie de s'ouvrir également à ce don. La culpabilité le prend aux tripes, le grand frère pense avoir failli dans sa tâche. Et les mots seuls ne suffisent pas à exprimer combien il s'inquiète de l'avenir. Du sien, de celui de sa soeur, celui de ses enfants. Que leur arrivera-t-il si le continent tourne à nouveau le dos à ces anciennes magies ? Que se passera-t-il s'il décide du jour au lendemain que c'était une erreur, qu'il faut à nouveau les bannir ?

« Cette femme aurait pu user de concoctions et droguer le duc. Elle aurait pu user de ses charmes seuls pour détourner son esprit… Elle était habitée par le mal, comme un serpent mauvais. Il faut condamner les intentions et la noirceur de son coeur, et non pas la magie de l’Automne qui n’était qu’un instrument. » Un instrument ô combien plus puissant qu'une simple concoction ou les charmes d'une belle femme. Teagan reste silencieux, mais le scepticisme qui se dessine sur ses traits est impossible à masquer. « J’ai vu des mages prodigieux user de la magie de l’Automne. Je les ai côtoyé, Teagan. L’un souhaitait manipuler les rêves pour soigner les pauvres gens souffrants de cauchemars sans fin. L’autre désirait user de sa magie pour calmer les angoisses de son public. L'Accord est une magie bannie, j’en suis consciente. Mais j’aimerais que nous soyons la preuve que le peuple de l’Honneur peut la manier sans fourberie. » Les mots de sa soeur sont une mélodie rassurante, dont les notes virevoltent, enveloppent ses pensées tourmentées et y déposent un baume apaisant. Ca ne suffit toutefois pas à chasser les nuages et bien qu'il s'efforce de retenir les rais de lumière que Tancélie fait briller pour lui, il ne parvient pas à y voir plus clair, pas réellement.

« Tu en es conscient, Teagan, n’est-ce pas ? Qu’il s’agissait de mon propre choix, de ma propre volonté, et que tu n’aurais pas pu m’en protéger ? » Malgré lui, un sourire las, teinté de cette bienveillance qu'il a pour sa famille et particulièrement pour sa soeur. « Tu en as toujours fait à ta tête. » déclare-t-il pour toute réponse, dans un soupir amusé, sans accusation aucune. Il est fier du chemin parcouru par sa cadette, car elle est celle qui a suivi le même chemin que lui. Le luthier a un lien fort avec son aîné, mais leurs routes se sont séparées depuis bien longtemps. Tancélie, elle, est restée sur la voie familiale, celle de Sustain, celle qui s'enrobe de musique, qui la crée, qui la transmet. Leur différence d'âge n'y change rien, si ce n'est que Teagan a toujours gardé sur elle un oeil protecteur, plus qu'il n'était nécessaire. Mais les années ont démontré qu'elle a su trouver son propre chemin, qu'elle est maîtresse de ses décisions.
Rien n'y fait pourtant, il s'en veut.

« J'aurais quand même préféré que tu attendes. Qu'on attende de voir... comment la situation évolue. Malgré les explications de Théobald, on en sait encore trop peu sur l'Accord, qui sait ce que cette magie a encore à nous révéler ? » Il apprécie son invité désormais, mais il a vécu plus de mille ans, qui sait combien de secrets il garde encore pour lui ? Il n'a eu que des aperçus de ce que peut faire l'Accord, il n'a fait que tater la surface, il en a conscience. « Tu es encore jeune, ma soeur, tu as de belles années devant toi. Je ne voudrais pas que cette magie gâche tes chances de trouver le bonheur, de fonder une famille. Qu'importe que tu l'utilises avec honneur, d'autres ne le verront pas comme toi. » D'un geste tendre, il repousse une mèche des cheveux de sa soeur pour la glisser derrière son oreille. « Tu mérites ce qu'il y a de mieux. » ajoute-t-il avec une douloureuse sincérité. Qu'elle le veuille ou non, il fera toujours ce qui est en son pouvoir pour la protéger.

_________________
dialogues • mediumvioletred




..



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
Les Savants
avatar

Messages : 160
J'ai : 28 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent ; Lionel de Rivepierre
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Message Sujet: Re: D'un commun accord   Lun 19 Nov - 16:29

Frère contrit. Frère songeur. Que pouvait-elle bien lui dire ou lui faire pour chasser les soucis marquant son front? Tout au long de ses arguments qu’elle croyait bons, Teagan semblait retenir ses mots, enveloppé dans un aura de scepticisme qu’elle parvenait à percevoir. Ce n’est qu’à son rappel d’indépendance que Tancélie avait su faire naître l’ombre d’un sourire chez Teagan. Un sourire épuisé, mais un sourire gentil et bon. Alors qu’il lui rappelait qu’elle en avait toujours fait à sa tête, la cadette déposait sa seconde main sur celle de son aîné, son regard abaissé sur leurs doigts liés. Ses pattes à lui, légèrement calleuses par sa profession. Sa peau blanche et douce, soigneusement préservée pour ses prestations. La magie de l’Accord lui semblait ainsi, désormais qu’elle l’apprivoisait, tantôt rude, tantôt douce.

- J'aurais quand même préféré que tu attendes. Qu'on attende de voir... comment la situation évolue. Malgré les explications de Théobald, on en sait encore trop peu sur l'Accord, qui sait ce que cette magie a encore à nous révéler ?

Ce que Tancélie connaissait de l’Accord était très mince, il était vrai : que cette magie repoussait la Chasse sauvage, qu’elle permettait d’adoucir les maux de l’esprit et préserver les souvenirs. Théobald l’avait mise en garde, déjà, sur la violence de l’Accord. Que les plus talentueux d’entre eux parvenaient si bien à faire croire à un esprit que le corps était mort que ce dernier cédait, rompu, comme si Bathild, l’Aïeule, était venue avant l’heure. Elle n’avait pas désiré savoir, la ménestrelle, plutôt fascinée par les aspects si généreux et bon de cette magie ancienne et bannie.

- Tu es encore jeune, ma soeur, tu as de belles années devant toi. Je ne voudrais pas que cette magie gâche tes chances de trouver le bonheur, de fonder une famille. Qu'importe que tu l'utilises avec honneur, d'autres ne le verront pas comme toi. ...Tu mérites ce qu'il y a de mieux.

Il avait glissé une mèche de ses cheveux avec la même douceur que lorsqu’il avait treize ans. Les mots semblaient lui peser, comme s’il voyait déjà un avenir sombre se dessiner pour eux. Pour elle.

- Théobald, les autres… N’ont-ils pas eu leur leçon, mon frère? Des siècles d’errance, à vivre cachés pour les agissements d’autres qu’eux. Ils éveilleront l’Accord auprès des bonnes gens, uniquement, pour que l’histoire ne se répète pas. Cette magie ne gâche rien, Teagan. Elle m’aidera à aider, à protéger…

Elle y croyait farouchement, à cette leçon durement apprise, pour les Accordés millénaires. Un moindre faux pas, et l’exil serait à nouveau la seule option de survie. Mille ans… La sagesse devait accompagner chacun de leurs gestes, désormais qu’ils avaient vu le monde vivre autant. Des siècles à méditer les erreurs passées, des siècles à rêver d’un avenir meilleur. Il lui semblait évident que l’équipe de la Symphonie savait tout cela, malgré les bouffonneries de Théobald. Il lui souhaitait le meilleur, et même si les mots de son ainé étaient doux à ses oreilles, Tancélie ne pouvait s’empêcher de se questionner sur l’importance d’un mariage lorsque la Chasse Sauvage pouvait venir cueillir cet époux nuit après nuit. Elle avait bien vu combien la douleur était effrayante, lorsque Teagan avait perdu son âme soeur.

- Et nous revenons toujours au mariage…

Malgré la conversation sérieuse, la musicienne avait laissé entendre un rire fin, entre deux craquement de la charpente. Le vent était fort, ce soir, et le petit cocon de chaleur et de complicité qu’ils s’étaient créé, au fil de leurs confidences, semblaient d’autant plus précieux ce soir.

- Serais-tu sincèrement plus rassuré de me savoir mariée? À un homme qui m’éloignerait de la musique pour que je sois à la charge de sa maisonnée?

Tancélie s’était accoudée sur la table massive, son minois fin appuyé dans la paume de sa main. Elle avait tant esquivé ce sujet, des années durant, allant jusqu’à éviter de retourner à Rivepierre, auprès de ses parents, pour ne plus les entendre la presser d’épouser le gentil forgeron du comté. Elle avait vu tant de choses, à l’Académie, elle avait entendu tant de mélodies, en Cibellan. L’idée d’un ménage l’ennuyait tout au plus, désormais que les années étaient passées et que sa répulsion s’était calmée. L’Outreventoise connaissait l’importance d’une femme dans une maison, pour les hommes de son duché, et savait pertinemment que sa passion pour la musique, elle, ménestrelle de talent, ne s’y accordait pas vraiment. Si la solitude la pesait parfois, elle savait qu’elle n’avait qu’à tendre les doigts sur sa harpe pour entendre les notes valser, ses vieilles et fidèles compagnes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: D'un commun accord   

Revenir en haut Aller en bas
 
D'un commun accord
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un guérisseur hors du commun ! {Amarante}
» [Mission: Chasse Aux Voleurs] Une Equipe Hors Du Commun ~ La Louve & Le Samouraï ~
» [Artiste] Un objet hors du commun
» Inscription au cours commun de DFCM / Potions
» Terrae, Institut pour les jeunes aux capacités hors du commun.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Outrevent :: Souffleciel-
Sauter vers: