AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 760
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Lun 17 Sep 2018 - 19:25


   
Livre III, Chapitre 5 • La Joueuse de Flûte
Anaïs Belécu & Aaron de Sombreval

   
Là où le chat n'est, souris s'y révèle

   


   
• Date : 15 Août 1003
   • Météo (optionnel) : temps clair
   • Statut du RP : En cours
   • Résumé : Le comte de Sombreval organise une soirée en l'honneur de l'anniversaire de sa femme. Il a pour l'occasion engagé quelques guerriers supplémentaires pour surveiller le domaine, dont Anaïs.

   • Recensement :
   
Code:
• [b]15 Août 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4145-la-ou-le-chat-n-est-souris-s-y-revele-pv-anais#153856]Là où le chat n'est, souris s'y révèle[/url] - [i]Anaïs Belécu & Aaron de Sombreval[/i]
    Aaron a reçu l'ordre d'intercepter un escroc qui écume les villages autour de Souffleciel. Il fait appel à quelques guerriers et sollicite l'aide d'Anaïs. résumé
   

   

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen

Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B




Dernière édition par Aaron de Sombreval le Mar 18 Sep 2018 - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 760
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Lun 17 Sep 2018 - 19:40

Une légère brise soufflait sur les landes d'Outrevent quand Aaron sortit du manoir de ses parents en fin d'après-midi. Le soleil entamait déjà sa course vers l'horizon, mais malgré l'air un peu frais, la soirée promettait d'être douce. Arietty sur son épaule, le chevaucheur descendit les quelques marches du perron pour se rendre dans la cour. Il voulait s'assurer que tout serait prêt à temps pour le banquet. En l'honneur de l'anniversaire de sa mère, le comte de Sombreval avait décidé d'organiser une grande soirée avec les nobles de la région que sa mère appréciait, ainsi que quelques autres, à titre diplomatique plus qu'autre chose. Le chevaucheur devait avouer que quitter la caserne pour revenir à Sombreval lui coûtait parfois - notamment lorsqu'il savait que son père avait quelques soucis - pourtant il faisait l'effort d'y revenir régulièrement, pour lui et pour sa mère. Maureen et Duncan y faisaient étapes régulièrement également, de sorte que les parents Sombreval ne voyait jamais un mois s'écouler sans qu'un de leurs enfants ne passe au moins une soirée au domaine. Duncan était probablement le plus présent des trois - de part sa nouvelle responsabilité d'héritier - et Aaron le plus absent, mais Gregor et sa femme savait qu'il n'était pas toujours évident pour leur fils aîné de se libérer.

Malgré tout, connaissant l'évènement à venir, Aaron avait pu voir avec son capitaine pour se rendre disponible pour ce jours si important pour sa mère, et avait élu domicile à Sombreval pour quelques jours, le temps d'une permission. A dire vrai, il avait surtout aider son père à gérer la préparation des festivités pour que tout soit au mieux. L'ambiance qui régnait sur le domaine était des plus agréables, et l'aîné des Sombreval devait avouer qu'il se sentait serein, ce soir-là, même au vu des relations tendues avec son père. Après s'être assuré que les préparatifs touchaient à leur fin auprès des domestiques, Aaron retraversa la cour en direction du manoir. Pour surveiller le domaine, son père avait demandé quelques renforts à la guilde des guerriers, et le jeune homme lui avait suggéré de demander la dénommée Anaïs, étant témoin de son professionnalisme. A dire vrai, il devait avouer que c'était plutôt dans l'espoir de pouvoir la revoir. Il était certain qu'ils ne se connaissaient que peu, mais Aaron avait tout particulièrement apprécié leurs quelques précédentes rencontres, et espérait pouvoir nouer des liens plus solides avec la guerrière. Lui qui était plutôt taciturne avec la majorité des gens se sentait plus à l'aise avec certains, et la jeune femme en faisait parti.

La nuit tombant peu à peu, les guerriers ne devraient plus tarder désormais, et le chevaucheur avait la responsabilité de les accueillir et de les répartir ensuite sur le domaine, avant de se rendre lui-même à l'intérieur pour assister aux festivités. Bien évidemment, si Anaïs était présente, il trouverait le moyen de s'esquiver de la fête le temps d'aller la saluer. Il n'allait pas la laisser mettre les pieds sur son domaine sans pouvoir la revoir. Arrietty toujours sur son épaule, Aaron remonta les quelques marches menant à la grande porte du manoir, et contempla les terres qui s'étendaient au-delà des quelques dépendances. A n'en pas douter, il aimait ces terres qui l'avaient vu naître, pour autant elle le mettait dans une situation bien délicates. Secouant la tête, le mage vérifia une dernière fois que sa tenue - ses habits d’apparat surmonté d'une lourde cape bleue nuit, retenue par l'insigne des chevaucheurs - avant de se préparer à recevoir les guerriers, qui devraient arriver d'une minute à l'autre.

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen

Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1093
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Sam 22 Sep 2018 - 13:32

Quelques jours auparavant…

La guerrière est tranquillement installée à l’antenne de la Volte écoutant quelques histoires que certains camarades racontent. Elle sourit démêlant le vrai du faux au moyen des intonations utilisées par ses confrères. Elle est discrète et opine de la tête à chaque nouvelle information. Peu à peu elle gagne en assurance et ce n’est pas pour lui déplaire.

Elle soupire en se rapprochant du tableau de missions. Depuis son retour de Val-Serein la guerrière n’a guère vaqué de mission en mission, elle a bien besoin d’une mise en jambe histoire d’oublier ces momies. Concrètement ces créatures d’un autre monde ne sont pas vraiment du genre à se faire oublier mais Anaïs se doit d’aller de l’avant tout en restant fidèle à ses valeurs.

Elle va pour récupérer une feuille de mission lorsqu’elle se fait héler par la responsable de l’antenne.

« Anais viens donc voir par ici y’a un truc qui d’vrait t’aller ». Elle est surprise la jeune Cibellane de se faire apostropher de la sorte. Sa nature quelque peu discrète provoque un far sur les joues de la jeune guerrière qui se rapproche du comptoir. La femme souriante qui l’a invitée à la rejoindre lui tend un papier et baisse la voix de manière à ne pas être entendue d’autres camarades « On a reçu une demande de Sombreval» puis encore plus bas comme par honte d’être entendue « Ton nom est précisément marqué dessus ; paraît-il qu’y a une fête qui se prépare et ils auraient besoin d’une surveillance armée des lieux ».

A cet instant Anaïs reste sans voix, surprise d’une telle demande ; quémander la Guilde mais elle précisément elle n’en a guère l’habitude si ce n’est avec le Comte du Val-d’Or. Les paroles de la femme ‘s’impriment telle une évidence. Elle est flattée et ne sachant pas réellement quoi en penser elle prend la feuille de papier et hoche la tête signifiant son accord quant à cette mission. Puis, pour la responsable elle poursuit « Tu n’as qu’à dire aux autres que je leur montrerai le chemin j’y suis déjà allée ».

Non sans un clin d’œil elle s’éloigne rangeant la feuille de papier dans sa veste. La date est toute proche mais les portails sont salvateurs pour une telle distance la séparant de sa destination. La seule chose qu’il lui reste à faire est de préparer Constant pour cette nouvelle mission. En bien peu de temps elle sort du bâtiment et rejoint son cheval. Elle palpe son encolure et elle lui murmure « On est r’parti pour un tour Constant ».tout en vérifiant que sa fidèle épée se trouve sur son flanc.



Jour J

A cheval Anaïs devance les quelques guerriers qui ont consenti à s’éloigner de la Volte. Consenti est un bien gros mot puisque c’est plutôt l’appât du gain qui a eu raison de leur motivation. Au fond d’elle-même, AnaÏs se demande si elle reverra Aaron ; pourquoi un telle pensée à cet instant lui traverse l’esprit. Elle sait qu’elle doit être professionnelle et malgré quelques rencontres courtoises et rapides avec le Chevaucheur il n’en reste pas moins le fils de son employeur ; toute attitude irrévérencieuse serait bien mal vue de la part de ses camarades. Elle secoue la tête pour chasser ces pensées bien étranges. Elle claque la langue afin de prendre quelques mètres d’avance en arrivant en vue de la propriété.

Elle y a mangé lors de l’escorte où elle avait revu le Chevaucheur. Elle reconnaît chaque lieu, chaque pierre. A mesure que la poussière se lève sous les sabots de son cheval la présence d’une ombre familière devant la porte la fait sourire. La stature du Chevaucheur sa position d’attente la trouble un instant. Désormais au pied de la demeure, elle descend adroitement de cheval et incline la tête suivie de ses camarades ; elle prend la parole ce qui efface tout trouble qui aurait pu perdurer « Messire, nous avons été sollicités afin d’assurer la surveillance des lieux » elle relève la tête croisant le regard de l’homme poursuivant dans ses présentations « Moi-même Anaïs Belléu et mes collègues ici présents attendons vos consignes quant à cette surveillance ; où devons nous nous placer Messire ? »

Elle est pleinement dans son rôle, guerrière faisant face à cet homme. Elle n’a pas le droit de faillir, son but est de défendre les lieux ce soir, pas autre chose, elle ne supportera pas d’échouer dans cette mission… pas ici et surtout pas avec lui.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 760
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Dim 30 Sep 2018 - 15:42

Bientôt, des bruits de sabots se font entendre tandis que les silhouettes des cavaliers apparaissent au loin, malgré l'obscurité tombante. Un léger sourire se dessine sur les lèvres d'Aaron ; ils sont parfaitement à l'heure et c'est pour le mieux. Le petit groupe entra dans la cour et mis pied à terre. Il n'eut pas de mal à reconnaître Anaïs et sa chevelure flamboyante en tête de peloton tandis que les guerriers le saluaient. Ce fut elle qui pris la parole : « Messire, nous avons été sollicités afin d’assurer la surveillance des lieux. Moi-même Anaïs Bellécu et mes collègues ici présents attendons vos consignes quant à cette surveillance ; où devons nous nous placer Messire ? » Et tandis qu'il croisait son regard, le mage fut amusé de voir que la jeune femme respectait à la lettre les règles de bienséance, en dépit de leur dernière rencontre. Qu'importe, il comprenait tout à fait. A dire vrai, ce n'était sans doute pas plus mal ainsi.

Discrètement, un jeune homme vînt se placer non loin d'Aaron tandis que ce dernier descendait souplement les quelques marches du perron pour se retrouver à hauteur et acquiesçait légèrement de la tête : « C'est exact, j'ai fait appel à vous pour surveiller le domaine le temps des festivités de ce soir. » Se retournant, il désigna le garçon qui l'avait rejoint quelques minutes auparavant, et repris d'une voix calme : « Loÿs vous accompagnera jusqu'aux frontières de Sombreval. Vous serez chargé de veiller à ce qu'aucun incident ne vienne troubler la soirée. Si vous remarquez quelque chose d'anormal, c'est à moi qu'il faudra le signaler. » Comme le mage se retournait vers le jeune homme, ce dernier s'inclina légèrement avant de descendre les marches à son tour pour aller récupérer son cheval et se mettre en selle. L'aîné des Sombreval croisa à nouveau le regard d'Anaïs. Ils n'auraient pour l'heure pas la possibilité de discuter, mais Aaron escomptait bien trouver le temps d'aller la saluer dans la soirée de manière plus conviviale que ce que le protocole leur imposait pour l'heure.

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen

Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1093
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Lun 1 Oct 2018 - 21:32

Le revoir là avec ses camarades à l’arrière, elle ne sait pas ce que cela lui fait à la jeune guerrière. Leurs rencontres n’ont pas été nombreuses mais elle doit s’avouer qu’elle ressent quelque chose à son encontre qu’elle ne comprend pas. Lors de sa découverte de Sombreval en sa compagnie il y a eu cette spontanéité dans leur échange aidant à détendre la guerrière. Elle a remarqué que l’homme n’est point bavard mais nul besoin de tirade pour se comprendre. Il est mage, chevaucheur même et elle n’est que guerrière ce qui ne semble pas gêner dans leur relation pour le moins cordiale. Elle sourit se remémorant l’attitude de la responsable de la guilde quand elle l’avait appelée lui spécifiant que le Comte de Sombreval demandait après elle précisément. Il faudrait peut-être qu’elle le questionne si elle en a l’occasion. Pour l’heure elle se maintient dans son rôle.

Le sourire qu’elle a aperçu l’a quelque peu détendue quoiqu’elle reste à sa place. Lui semble tout aussi décidé à rester dans ce rôle que chacun occupe ce jour. Il est employeur, elle est payée pour un travail qu’elle accomplira épaulée de ses camarades derrière elle.

Alors qu’il descend les quelques marches elle opère un mouvement de recul pour se trouver parmi ses camarades. Elle ne voudrait pas que les autres comprennent qu’il y a eu déjà rencontre entre eux deux et agir de la sorte permettra de maintenir le secret pourtant loin d’être inavouable. Qu’ont-ils donc fait si ce n’est parler, échanger. Elle a révélé ses faiblesses, a rencontré son dragon et elle voit le Familier sur son épaule. La guerrière ne sait pas vraiment de quoi elle a peur alors que le jeune homme prénommé Loÿs s’incline devant Aaron.

« Bien Messire ; comptez sur nous pour que la fête ne soit nullement troublée par quelconque trouble-fête » toutefois elle a une question avant de s’éloigner avec le jeune homme « Comment pourrons-nous vous trouver si toutefois un désordre venait à survenir ? Je ne pense pas qu’une intrusion en pleine fête soit des mieux vues de la part de vos convives ? » L’inquiétude est légitime et elle assied un peu plus sa position de guerrière vis-à-vis du chevaucheur. Elle récupère cette aisance dont elle se trouvait dépourvue depuis son entrée sur le domaine. Anaïs a besoin d’agir de manière réfléchie afin de se sentir en pleine confiance et elle veut s’assurer que la demande de protection auprès de la guilde n’est pas un subterfuge pour la revoir elle. D’un côté la jeune femme serait flattée même si elle s’en trouverait troublée.

Le regard d’Aaron vient d’accrocher le sien et elle ne le quitte pas du regard esquissant même un sourire. Elle peut se le permettre ses camarades sont derrière elle et ne peuvent voir cette infime réaction qui pourrait faire jaser dans les tavernes. Alors qu’elle attend sa réponse, d’un geste souple elle se met sur Constant prête à prendre la suite de Loÿs qui déjà attend qu’elle-même et ses camarades le suivent.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 760
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Jeu 11 Oct 2018 - 20:01

Anaïs recula de quelques pas tandis qu'il s'avançait. Aaron se demanda brièvement pourquoi, mais il songea qu'elle ne voulait sans doute pas prendre le devant sur ses compagnons, il ne broncha donc pas.

« Bien Messire ; comptez sur nous pour que la fête ne soit nullement troublée par quelconque trouble-fête. Comment pourrons-nous vous trouver si toutefois un désordre venait à survenir ? Je ne pense pas qu’une intrusion en pleine fête soit des mieux vues de la part de vos convives ? »

En attendant sa réponse, la jeune femme mit souplement le pied à l'étrier pour se retrouver en selle, prête à suivre Loÿs. Souriant légèrement, Aaron recula et remonta les marches du perron pour être visible de tous. Puis, il désigna de la main la belette qui se trouvait sur son épaule. Arietty prit un malin plaisir à se faire voir en se dressant sur ses pattes arrières, s'appuyant sur son oreille et la lui griffant légèrement au passage. « Mon familier restera dans les parages de la cour. Elle me préviendra si elle voit l'un d'entre vous arriver. » Si l'aîné des Sombreval avait toute confiance en la guilde des Guerriers, il songea rapidement que l'alerte serait également valable pour tout guerrier quittant son poste. Néanmoins, il doutait fort d'avoir à faire à ce genre de situation.

Grattouillant le cou d'Arietty - qui ne se fit pas prier - Aaron regarda la troupe de guerrier finir de se mettre en selle. S'il se savait légitime, il ne se sentait pas à sa place en train de donner des ordres à des guerriers sans doute plus doués que lui. Il avait l'habitude de coopérer, pas de commander. Et même si ce n'était que pour une soirée, cela suffisait à lui déplaire. S'il se sentait toujours coupable par rapport à son père, il ne regrettait nullement son choix. Il désirait plus que tout continuer à vivre cette vie de chevaucheur - et plus encore depuis qu'il avait retrouvé ses pleines fonctions - pas diriger des terres. Duncan était bien plus apte que lui pour ce genre de choses. Voyant que Loÿs le couvait du regard, attendant sans doute un signal implicite, Aaron lui fit un signe de la main en acquiesçant de la tête. Le jeune homme talonna donc sa monture et se mit en route au petit trot, la troupe de guerriers suivant derrière lui.

HRP:
 

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen

Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1093
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Dim 14 Oct 2018 - 11:22

Elle a bien remarqué son attitude surprise quant à son recul. Ce n’est pas pour rien qu’elle lui a souri pour lui signifier que malgré les règles d’usage entre les guerriers et les clients elle n’en oubliait pas leur petite escapade il n’y a pas très longtemps. Quand il recule et désigne sa belette elle hoche la tête. Les Familiers sont tout pour les mages. Elle côtoie suffisamment d’entre eux pour le savoir. Ce lien subtil qui les lie, elle pourrait presque le jalouser. Toutefois il faut de tout pour faire un monde aussi elle s’en accommode au fur et à mesure de ses rencontres et aventures.

« Très bien Messire » dit-elle en claquant de la langue orientant son cheval dans la direction prise par Loÿs. Elle se détourne regardant la montée des marches d’Aaron et ajoute « Passez une agréable soirée, tout est sous contrôle » une remarque adoucie, presque un peu trop personnelle qui pourrait lui causer des torts mais probablement passée inaperçue à l’égard des guerriers qui se sont éloignés déjà de quelques pas.

Dans un rythme rapide Loÿs les accompagne au bord de la propriété. Toujours sur son cheval Anaïs fait le tour de ses compagnons de la surface à protéger. Ensemble ils décident de se positionner à des distances équitables afin de garantir une surveillance globale. En ce qui la concerne elle se positionne un peu plus à l’arrière du bâtiment. Bien qu’éloigné ce lieu peut être le plus susceptible d’être attaqué. La plaine qui s’étend à perte de vue lui permet un contrôle global des allées et venues autour de la demeure du Comte.

Anaïs sur Constant attend tranquillement avant d’en descendre. Elle attache son cheval à un anneau et pose la main sur son épée prête à s’en servir. La nuit n’est pas encore tombée mais elle frissonne sous un courant d’air à peine perceptible. Elle tourne la tête au bruit d’une arrivée d’un autre cavalier. L’arrivée de Loÿs qui s’assure de la mise en place de chaque guerrier la rassure et après un court échange ce dernier repart.

Des invités arrivent peu à peu  mais elle reste en retrait. La plupart sont escortés d’autres membres de la Guilde qu’elle salue d’un geste de la tête courtois. Des notes de musique commencent à remplir l’air ce qui la fait sourire. Ces dernières sont vraiment étouffées mais cela ne l’empêche pas doucement de se détendre sous la mélodie.

La veille peut commencer doucement dans un climat pour l’instant plus que sécuritaire.

Citation :
Pas de souci pour l'ellipse ! prends ton temps surtout  :haww:

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 760
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Ven 2 Nov 2018 - 22:28

Peu à peu, les cavaliers s'engagèrent à la suite du jeune garçon, vaquant ainsi à leur mission. Quand elle partit à son tour, Anaïs lui souhaita une bonne soirée, le visage souriant. Nul doute qu'ils se reverraient dans la soirée.

***

La fête battait son plein, les invités riant et discutant avec plaisir. Le comte et la comtesse semblaient également profiter pleinement de la soirée, et Aaron en était satisfait. Ils appréciaient de voir ses parents heureux, bien que les temps soient rudes. De son côté, il avait discuté avec nombre de connaissance - tant de son père que des siennes - tout en gardant un œil sur les alentours de la salle. Les seuls allées et venues étaient celles des domestiques de la maison, qui s'activaient pour amener les plats et faire en sorte que les verres ne soient jamais vides.

Quand l'aîné des Sombreval estima qu'il pouvait s'éloigner un court laps de temps au vu du bon déroulement de la soirée, il quitta discrètement la grande salle. Une fois dehors, il ajusta sa cape à cause de la fraîcheur du soir, puis se dirigea vers les écuries. Rapidement, il prépara l'un des chevaux - déjà propre - puis le fit sortir dehors. Une fois dans la cour, il se mit souplement en selle. Un léger sourire aux lèvres, il déclara intérieurement à Arietty : « Je ne serai pas long. Préviens-moi s'il arrive quelque chose ». La petite belette ne répondit rien, mais son mage n'en ressentit pas moins la petite pointe espiègle qui animait ses pensées.

Talonnant sa monture, il s'éloigna tranquillement, les sabots du cheval résonnant sur les pavés de la cour. Comme il ne savait pas exactement où se trouvait Anaïs, il fit le tour de quelques postes de gardes et en profita pour demander aux guerriers comment se passait la soirée. Quand il commença à songer qu'il ne lui faudrait plus tarder à rentrer, il finit enfin par tomber sur la jeune femme. Même dans la semi-obscurité, il parvînt à la reconnaître grâce à sa silhouette et à sa masse de cheveux. S'approchant d'elle au petit trot, put enfin la saluer à sa guise : « Anaïs. Comment vas-tu ? » Arrêtant son cheval à côté de la jeune femme, le chevaucheur lui sourit simplement, appréciant la simplicité des retrouvailles.

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen

Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1093
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Ven 16 Nov 2018 - 11:20

Elle ne s’attendait pas à ce que cette soirée soit si sombre. Elle regarde le ciel où elle ne voit absolument aucune étoile, aucun bruit. Il y a uniquement cette musique qui comble le silence. Elle se retourne lorsqu’elle entend un de ses camarades chargé des repas pour tenir le pied de garde toute la soirée arriver à son niveau.

« Tout va bien Anaïs t’inquiètes pas ça va aller ! » ; non pas qu’elle est tracassée par les troubles qui pourraient se produire mais elle a ce souci de perfection qui forge peu à peu sa réputation. Elle aimerait encore moins qu’un désordre se produit, ici, à Sombreval chez cet homme qu’elle aimerait appeler son ami. Son cœur se serre à cette évocation ; une réaction qu’elle ne comprend pas pour l’heure. D’un signe de tête elle invite son collègue à poursuivre sa distribution une fois son paquetage récupéré.

Constant piaffe et elle s’en rapproche positionnant la couverture sur la croupe de son cheval. Un bon guerrier ne l’est pas sans une monture à la hauteur de qu’on lui demande aussi elle en prend soin comme il se doit. Elle soupire en regardant l’horizon immaculé dans la noirceur de la nuit. Elle reconnaît la musique qui reprend et elle fredonne les quelques notes perçues. Peu à peu la guerrière se détend.

***********************************************************************************

La nuit s’allonge et elle étouffe un baillement adroitement. Après tout qui va lui reprocher ce laisser aller ? Il n’y a personne pour lui faire les gros yeux. Un sourire s’installe sur ses lèvres jusqu’à entendre à nouveau ce bruit de sabot. Anaïs fronce les sourcils fort mécontente. Ils ne devraient plus avoir à bouger, chaque personne à sa place jusqu’à l’aube elle avait été claire sur ses ordres et sa main se rapproche de son épée mue par une intuition. Le cavalier qui s’approche est seul et elle reste sur sa garde.

A quelques mètres, Anaïs le reconnaît Aaron. Elle est soulagée même si surprise qu’il s’éclipse de la soirée. Elle dissimule son sourire comme elle peut face au plaisir de ces retrouvailles pour le moins inattendues. L’homme n’est pas descendu de sa monture aussi elle reste un pas en retrait pour l’instant même si elle répond adroitement ;

« Très bien quoiqu’un peu froid » un petit rire vient ponctuer cette remarque. Elle apprécie sa présence, elle ne se l’avoue pas mais est heureuse que le fils du Comte vienne s’entretenir quelques minutes avec elle ; la rencontre ne sera pas longue mais peut-être qu’au détour de quelques échanges ils pourront faire plus amples connaissance. Elle ose le questionner toutefois sur sa présence « Je suis surprise de voir que tu as fui les mondanités ; un contrôle pour t’assurer que tout se passe bien ? » elle enchaîne sans nulle volonté de provocation « J’espère que tu ne doutes pas de mes capacités quant au maintien de l’ordre » ; cela dit s’il doutait d’elle, il ne l’aurait pas conseillé à son père. Elle garde cette dernière remarque pour elle et lui tend sa main l’invitant à descendre sa monture alors que son sourire s’élargit.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 760
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Dim 25 Nov 2018 - 19:48

Lorsqu'Anaïs le reconnaît, son visage se déride un peu sans pour autant laisser afficher le franc sourire que ses yeux laissent deviner. C'est d'une voix adroite qu'elle lui répondit : « Très bien, quoi qu'un peu froid. » Sa phrase fut ponctuée d'un léger rire qui réchauffa le cœur d'Aaron, sans qu'il s'en rende réellement compte. « Je suis surprise de voir que tu as fui les mondanités ; un contrôle pour t’assurer que tout se passe bien ? J’espère que tu ne doutes pas de mes capacités quant au maintien de l’ordre » Au timbre de sa voix et à son faciès, le chevaucheur comprend bien vite que son interlocutrice le taquine. Cherche t-elle à le provoquer ? S'avançant vers lui, elle lui tendit la main, l'invitant à descendre de sa monture. Mettant souplement pied à terre, l'aîné des Sombreval donna une petite tape sur l'encolure de son cheval avant de le laisser brouter, les rênes lâchement attachées. Détaillant un instant la guerrière du regard, il finit par lui répondre d'une voix calme : « J'ose espérer que tu sais que ce n'est pas la raison de ma venue. Je te fais entièrement confiance, Anaïs, et tu le sais. » Faisant quelques pas, il s'éloigna pour observer les environs, aussi calmes et silencieux qu'ils devaient l'être. Le chevaucheur se retourna quelques instants plus tard, un léger sourire aux lèvres : « N'ai-je pas le droit de simplement venir prendre des nouvelles d'une amie ? » La jeune femme avait l'air plutôt en forme, quoi que peu réchauffée. Fronçant les sourcils, Aaron revînt vers elle. Dégrafant sa cape, il l'ôta et la passa sur les épaules d'Anaïs d'un geste légèrement hésitant. Il ne voulait pas que la guerrière se sente mal à l'aise devant ce geste qui n'avait pour but que de la réchauffer, comme deux amis le ferait. Ce n'était ni de la pitié ni de la faiblesse, simplement de la sympathie. Aaron connaissait bien cette sensation de froid qui pouvait advenir lors de longues gardes immobiles, et il ne l'appréciait pas, aussi souhaitait-il l'éviter à Anaïs. Reculant d'un pas, il lui sourit, préférant la voir protégée du froid. Une lueur malicieuse traversa son regard quand il s'aperçut qu'Anaïs était plus petite que lui et que la cape était un peu grande pour elle. En riant, il la taquina « Encore quelques centimètres et tu pourras me remplacer lors des missions nocturnes. ».

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen

Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1093
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Lun 26 Nov 2018 - 22:07

Il descend de cheval bien habilement et Anaïs sourit largement en le voyant agir de la sorte. Un instant elle a eu peur qu’il ne fasse que passer pour la saluer. Mais son attitude tend à prouver le contraire. Elle se sent flattée et reste sans voix comme troublée qu’il lui accorde un temps au milieu d’une soirée avec sa famille. Le temps qu’elle a pu passer en sa compagnie jusqu’à présent a été fort agréable augurant une relation amicale plus qu’agréable avec le chevaucheur. A mesure qu’elle apprend à le connaître, elle a envie d’en savoir plus sur lui.

Ce soir encore, elle pressent que cette rencontre sera bien trop courte. Pour l’instant il est là devant elle et elle n’a pas du tout envie de le revoir monter sur son cheval. Elle secoue la tête discrètement devant ces pensées bien surprenantes qui s’imposent à son esprit. La mention d’amie la surprend faisant monter le rouge à ses joues. Habilement elle se reprend de toute manière elle est bien trop novice sur les relations humaines pour prétendre quoi que ce soit à l’égard du Chevaucheur aussi elle lui répond adroitement.

« Bien entendu Aaron ; je le sais, mais je n’ai pas pu m’empêcher de te taquiner. Je suis honorée que tu aies pris du temps pour venir à ma rencontre » elle enchaîne subtilement « J’ai par ailleurs été surprise en premier lieu que ton père fasse appel à moi et après je me suis doutée que tu étais derrière cela » elle poursuit nerveusement « J’ai accepté avec grand plaisir puisque je pressentais le bonheur de te revoir, un véritable ami ». Elle omet ce trouble pourtant clairement perceptible mais ses mots qu’elle a murmurés pour s’exprimer devraient suffire à le convaincre.

Elle est totalement perdue et frissonne un peu plus. Elle ne sait plus trop la guerrière si c’est le froid, la présence d’Aaron ou encore autre chose qui la fait trembler. Elle reprend ses esprits à l’appel du devoir en détaillant un peu plus l’horizon vérifiant que nulle ombre ne se rapproche dangereusement.

Elle sursaute discrètement lorsqu’Aaron se rapproche d’elle et lui dépose sa propre cape sur ses épaules. Le rouge lui remonte aux joues et elle murmure un « Merci » à son égard. Elle lit dans ses yeux non pas de la pitié mais ce soin qu’il prend d’elle. La jeune femme est perdue quant à ce lien qui se tisse entre eux deux. Elle remarque la lueur dans le regard du chevaucheur et ne peut s’empêcher de hausser un sourcil à sa taquinerie.

« Je crois qu’il est bien trop tard pour cela et j’aime bien trop la terre ferme à la chevauche d’un dragon » dit elle sur un ton amical « Même si ces animaux sont magnifiques je ne serais pas douée pour les maîtriser » malgré tout sa proposition fait mouche et elle poursuit « On pourra remplir une mission conjointe malgré tout si tu le souhaites cela rendra la nuit moins longue et moins froide ». Ce faisant, elle se rapproche de l’homme s’entourant un peu plus de la cape « Si tu me laisses cette cape pour cette nuit il y a fort à parier qu’à ton tour tu sois glacé non ? » elle pourrait poser cette question qui la taraude en lui demandant à quel moment elle pourrait lui rendre mais elle n’en fait rien muée par cette volonté de discrétion.

A moins d’un pas de lui, elle prend sa main discrètement tout en ne le quittant pas du regard « Tes mains sont déjà glacées » ; elle les prend entre les siennes voulant les réchauffer « Je m’en voudrais qu’à ton tour tu prennes froid » leur rapprochement est bien étrange qui plus est un peu dangereux mais qui y’a-t-il ici hormis des guerriers bien trop loin pour voir quoi que ce soit ? Ils ne sont qu’amis jusque là et ils ont tous deux droit de prendre soin l’un de l’autre ; il n’y a aucun mal à cela après tout.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 760
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Jeu 29 Nov 2018 - 20:06

Aaron ne peut apercevoir les joues de la jeune femme qui rougissent légèrement, mais son timide merci suffit à le lui indiquer. « Je crois qu’il est bien trop tard pour cela et j’aime bien trop la terre ferme à la chevauche d’un dragon. Même si ces animaux sont magnifiques je ne serais pas douée pour les maîtriser » Un léger rire s'échappa de la gorge du chevaucheur tandis que la guerrière terminait sa phrase. Bien sur, il pouvait comprendre son point de vue. Après tout, lui même avait été relativement déstabilisé les premiers temps. Néanmoins, désormais, il ne pouvait plus imaginer sa vie sans voler avec Héritage. C'était une bulle de liberté qui n'appartenait qu'à lui et son dragon, quand bien même il s'agissait souvent de missions périlleuses. « On pourra remplir une mission conjointe malgré tout si tu le souhaites cela rendra la nuit moins longue et moins froide. Si tu me laisses cette cape pour cette nuit il y a fort à parier qu’à ton tour tu sois glacé non ? »


L'aîné des Sombreval fronça légèrement les sourcils tandis qu'il réfléchissait. Il ne pourrait sûrement pas rester la nuit entière, mais il pouvait bien rester encore un peu. Arietty veillait au grain dehors, et le manoir était empli de gardes. Il fallait simplement que son absence ne se fasse pas trop remarquer. Soudain, il sursaute lorsqu'il sent la main d'Anaïs attraper doucement la tienne, et c'est à son tour de rougir. « Tes mains sont déjà glacées. Je m’en voudrais qu’à ton tour tu prennes froid ». Les yeux de la guerrière sont plongés droit dans les siens, et Aaron pressent instantanément que les gestes qui suivront cette fraction de seconde définiront la suite de leur relation. Il pourrait détourner les yeux et se reculer, mais alors il savait pertinemment que leur amitié ne serait plus la même, et qu'un mur froid s'insinuerait peu à peu entre eux. Il pouvait aussi faire confiance à la jeune femme, et suivre ses propres sentiments.

Bien sur, il appréciait Anaïs, mais il ne s'était jamais réellement posé la question de ce qu'il souhaitait pour son futur. A dire vrai, il n'avait eu dans sa jeunesse que des amours éphémères, souvent chassés par le devoir. Durant ses séjours à l'Académie et à la Caserne, il s'était dévoué corps et âme aux études, éclipsant le reste tant la magie l'intéressait. Et une fois chevaucheur, son caractère taciturne l'avait rendu moins attrayant que bien des guerriers plus sympathique. De plus, sa position délicate d'héritier et les liens tendus qu'il avait entretenu avec son père avait occupé son esprit pendant de longs mois. Mais désormais, les choses étaient actées, et il n'avait guère plus d'excuses. Mais au fond, en cherchait-il réellement ? Outre ses missions, il n'avait plus besoin de s'acharner pour asseoir un rang qu'il avait déjà mérité. Il avait tout loisir de bâtir son avenir, et il n'appartenait qu'à lui de choisir ce qu'il voulait en faire. Pourtant, il se sentait maladroit et encore hésitant, et il n'était pas tout à fait certain de ce qu'il souhaitait vraiment, peu habituer à ressentir de tels sentiments.

Néanmoins, il choisit de ne pas détourner les yeux : « Ne t'inquiète pas pour moi. Il me faudra rentrer avant toi si je ne veux pas briller par mon absence. » Ce disant, sans lâcher la main d'Anaïs, il l'entraîna doucement à quelques pas de là pour s'asseoir sur un rocher. Intérieurement, il sentit le léger questionnement d'Héritage mais se garda bien d'y répondre. Il savait que son dragon ne manquerait pas de le charrier dès lors qu'il le saurait mal à l'aise, et il se portait bien mieux sans les taquineries de son compagnon. D'un ton léger, il ajouta : « J'ai dit à mon frère que je partais faire le tour des patrouilles pour m'assurer que tout allait bien. Si je suis trop long, il se posera des questions, et je n'ai pas envie de voir un groupe de gardes venir me chercher. »

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen

Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1093
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Sam 1 Déc 2018 - 8:23

Elle se sent mal à l’aise d’avoir pris ses mains dans les siennes. Pourquoi avoir osé une telle chose ? Que va-t-elle donner comme explication à ses collègues si l’un d’entre eux vient à les surprendre. Anaïs se trouble toute seule. Elle est désormais bien incapable d’agir dans un sens ou dans un autre et lorsque l’aîné des Sombreval la regarde sans sourciller ni ôter ses mains des siennes elle manque de perdre totalement pied.

Cet échange de regard dure si longtemps qu’Anaïs se retrouve encore plus mal à l'aise. Que connaît-elle donc d’Aaron. Elle ne voit pas dans cet homme le fils du noble non elle se souvient de cet homme malade qu’elle a secouru et qu’elle a escorté. La maladie avait rendu les hommes et les femmes faibles. Chacun d’entre eux a laissé percevoir la faiblesse qui les habite. Elle a pu voir que les hommes les plus forts et courageux n’étaient au final que des hommes. Ils sont tous sur un pied d’égalité. Certains dans ce monde sont dotés de magie, d’autres comme elle savent manier le fer alors que d’autres encore jouent de leur charme. Anaïs n’a pas vocation à asseoir sa supériorité elle est simplement là à offrir ses talents d’escorte ou de mercenaire à ceux qui sont dans le besoin.

Aujourd’hui Anaïs sait qu’elle doit se faire payer pour manger mais aussi entretenir son équipement mais elle aimerait, si elle avait le temps et si cela était possible, pouvoir offrir ses services à ces autres personnes qui sont réellement dans le besoin. A quoi sert-elle donc ici aux portes d’un manoir défendu bien durement par des soldats. La Guilde était-elle vraiment utile alors que la défense semblait suffire ? Il y a fort à parier que non. Mais les pensées d’Anaïs reviennent à l’instant présent à ces yeux qui la regardent sans jugement aucun et un sourire s’installe sur ses lèvres. Elle voit dans cet homme un ami, un confident ; elle ne sait pas où cela va la mener de s’offrir ainsi de la sorte à cet homme. La seule chose qu’elle espère est de ne pas regretter ses actes et ses paroles.

Lorsqu’il rompt le silence elle frissonne comme ramenée à une réalité qu’elle n’accepte pas. Pour-quoi ne pourraient-ils pas s’éloigner du château elle de son devoir et lui du sien ? Elle sent qu’eux deux pourraient très bien pour une fois penser à leur bonheur avant de se soucier des autres aussi elle hoche la tête simplement et elle le suit quelques instants après jusqu’au rocher où elle s’installe à son côté sans lâcher la main qu’elle observe comme subjuguée.

La remarque d’Aaron la fait rire discrètement

« Je me demande bien ce que l’on pourrait leur trouver comme raison de notre entrevue nocturne ? » son pouce doucement se pose sur le haut de la main du chevaucheur « Pire que cela ce rapprochement pourrait les interpeler mais… » une phrase qu’elle ne sait pas vraiment terminer et qui reste en suspends. Elle ne peut pas l’empêcher de repartir pas maintenant alors qu’il est de son devoir de s’en retourner sous peu de temps. De plus son poste d’observation certes pas si éloigné que cela est désormais vide. Elle déglutit avec peine troublée et réellement perdue quant à ce qu’elle doit dire et faire maintenant « Merci Aaron d’être venu à moi ce soir et merci pour cette amitié que tu m’offres j’aime ces instants en ta compagnie ; j’aime ta douceur et ton amour de ta région tout comme ton sens du devoir ; tu m’as un peu parlé de toi la dernière fois et je peux t’assurer qu’à chaque fois que j’aurai l’occasion de croiser ton chemin je le ferai ».

Une promesse bien surprenante à cet instant qui ne correspond pas à grand-chose. Elle ne sait pas la guerrière ce qui lui a pris de s’exprimer de la sorte aussi elle retire prestement sa main de celle de son ami « Pardon je.. » un remords qu’elle balaie en se mordant les lèvres « Je n’aurais pas du, tu dois me prendre pour folle » ; la peur soudaine de le perdre est puissante et elle lutte contre l’envie de se relever en penchant la tête en avant pour dissimuler ce trouble.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 760
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   Sam 8 Déc 2018 - 22:02

Anaïs rit à l'écoute de la remarque d'Aaron : « Je me demande bien ce que l’on pourrait leur trouver comme raison de notre entrevue nocturne ? Pire que cela ce rapprochement pourrait les interpeler mais… » Pour sur, le chevaucheur ne manquerait pas de se faire charrier par son frère si celui-ci venait à le surprendre aussi proche de la jeune femme, leurs mains jointes ne laissant pas beaucoup de place au doute. Et pour rien au monde le mage ne voulait donner cette occasion à son cadet, quand bien même il savait que celui-ci ne divulguerait rien et que cette plaisanterie n'aurait lieu qu'entre eux. Pas question cependant de lui donner matière à faire chanter. « Merci Aaron d’être venu à moi ce soir et merci pour cette amitié que tu m’offres j’aime ces instants en ta compagnie ; j’aime ta douceur et ton amour de ta région tout comme ton sens du devoir ; tu m’as un peu parlé de toi la dernière fois et je peux t’assurer qu’à chaque fois que j’aurai l’occasion de croiser ton chemin je le ferai. » Cette déclaration plus que sincère prit le jeune homme au dépourvu, faisant tout d'un coup accélérer son cœur. Bien sur, il avait déjà réfléchi à la question, et avait réalisé ce que ses gestes entraîneraient précédemment, mais tout d'un coup, il craignait de faire erreur et de se tromper. Bien sur, il appréciait Anaïs, mais leur relation n'était-elle pas biaisée par la situation ? Ne s'était-il pas lui-même induit en erreur au vu des différentes raisons à l'origine de leur rencontre ? La guerrière n'était pas la première fille qu'il rencontrait, mais la première de qui il se sentait proche maintenant qu'il était chevaucheur. Était-ce pour autant la seule ? N'allait-il pas trop vite ? Tant de pensées qui se bousculaient tout d'un coup dans la tête du chevaucheur, soudain perdu devant tant de sentiments contradictoires.

« Pardon je... Je n’aurais pas du, tu dois me prendre pour folle. ». Tentant de ne pas laisser paraître son trouble, Aaron lâcha doucement la main de la jeune femme. Il ne voulait bien sur pas la blesser, mais n'était absolument plus certain de ce qu'il faisait. La seule chose qu'il lui apparaissait claire désormais, c'était le fait qu'il devait quitter l'endroit et rentrer au manoir. Se mettant debout, il déclara d'une voix calme « Ne t'inquiète pas. Ça ne change rien. » Passant rapidement la main sur son pantalon pour enlever les quelques poussières qui s'y étaient accrochées, il ajouta d'une voix claire : « Il faut que je rentre maintenant. » Ce disant, il se dirigea vers son cheval, qu'il détacha avant de se hisser en selle d'un geste sûr. Il se détestait pour ce qu'il était en train de faire, mais il se sentait incapable de rester plus longtemps dans cette situation inconfortable qui semait le doute dans son esprit. « Je te souhaite une bonne soirée Anaïs. Merci d'être venue. » La saluant ensuite d'un signe de la tête rapide, il ne lui laissa guère le temps d'ajouter quelque chose. Tendant ses rênes, il fit pivoter son cheval et le talonna, s'éloignant dans l'obscurité.


HRP:
 

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen

Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Là où le chat n'est, souris s'y révèle || PV Anaïs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis le chat, Jack la souris et toi Jenna ? [Pv: Jenna et Jack]
» Le Chat et la Souris. Et le Poulet.
» [Moment fort 17] : Quand le chat dors les souris dansent
» Le chat et la souris
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent... OU PAS !! [Pv Bulle et Flamme]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faerie :: Outrevent-
Sauter vers: