AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
avatar

Messages : 591
J'ai : 42 ans.
Je suis : Duc d'Ansemer.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ansemer avant tout, Gustave de Faërie.
Mes autres visages: Césaire Chesnenoir
La Noblesse
Message Sujet: Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences   Jeu 11 Oct - 19:04


   
Livre III, Chapitre 6 • Puisse le sort vous être favorable
Bartholomé d'Ansemer & Gustave de Faërie

   
Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences

   
Quand les vagues se sont brisées et ont rongées les rivages et qu'il est temps d'aller constater les dégats pour un jour reconstruire

   


• Date : 19 octobre 1003
• Météo (optionnel) :
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Bartholomé a été convié par l'empereur Gustave pour une rencontre après les désastreux événements de son mariage avorté.
• Recensement :
   
Code:
• [b]19 octobre 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4238-apres-les-tempetes-et-la-symphonie-le-lourd-silence-des-consequences#156110]Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences[/url] - [i]Bartholomé d'Ansemer & Gustave de Faërie[/i]
Bartholomé a été convié par l'empereur Gustave pour une rencontre après les désastreux événements de son mariage avorté.
   

   


Dernière édition par Bartholomé d'Ansemer le Jeu 11 Oct - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 591
J'ai : 42 ans.
Je suis : Duc d'Ansemer.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ansemer avant tout, Gustave de Faërie.
Mes autres visages: Césaire Chesnenoir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences   Jeu 11 Oct - 19:06

Il avait toujours été fier, le duc d’Ansemer. Il croyait en Ansemer, il croyait en lui-même, en sa légitimité sur son trône et ses capacités de gouverne. Il avait confiance d’avoir été choisi par Messaïon, veillé par le dieu des mers et des océans. Il n’avait jamais remis en doute ses capacités, ses choix et ses décisions. Il en était allé jusqu’à se présenter aux divers événements officiels accompagnés ou bien de sa femme, à l’époque, ou de sa maîtresse, sans réellement en faire la distinction. Ansemer c’était lui et qu’importe ce que pourrait en penser les autres, qu’ils soient duc du trop prude et rigide de l’honneur ou simple petite noblesse invité par convenance. Ansemer s’était toujours bien porté ; malmené quelquefois par les pirates - ces ennemis de toujours qui n’avaient cesse de les narguer et de piller leur côtes sous le couvert des brumes ou quelconque autre stratagème - ils s’en sortaient toutefois plutôt bien. Le duché n’avait pas subi les ravages de la guerre comme d’autres et la monté sur le trône du nouvel empereur n’avait que redoubler l’ardeur du duc de redorer l’image d’Ansemer à la brillance qu’elle avait jadis.

Pourtant aujourd’hui, quand il arrive au palais impérial d’Alfaë où il a été convié par l’empereur lui-même, c’est un peu autre chose que Bartholomé dégage. La tête haute et le port digne et droit laisse croire à cette image de puissance qu’il se doit malgré tout de porter, mais quand on s’arrête pour le regarder ou l’observer un moment de plus, on peu sentir et y voir l’homme quelque peu brisé. Brisé de sa famille déchirée, de son frère qu’il a banni et destitué, de sa femme qui n’en est plus, coupable et renvoyée loin, de sa fille un peu détruite, de voir son monde ainsi chambouler sans réellement en comprendre les pourquoi. Brisé de cet ensorcellement subit, des souvenirs empoisonnés de lui-même heureux et amoureux, de la situation et du danger dans lequel il eut plongé malgré lui tout le gratin de Faërie, de la perte de ses bateaux mais surtout de beaucoup trop de ses hommes.

Les dernières semaines ont été longues et pénibles. À se remettre de l'envoûtement qui mit longtemps à disparaître, à retrouver les souvenirs qu’on avait voilés dans son esprit et qui doucement sortaient de la brume. À rédiger, de nombreuses et multiples lettres d’excuses envoyées ici et là, aux ducs et duchesses de Faërie, aux capitaines des divers vols de l’empire, à son peuple, ses gens, à la Symphonie et son équipage même, des remerciements un peu voilés, mais tout de même. À tenter de se ressourcer et se retrouver, auprès de Bertille qui avait plus que jamais besoin de sa présence, dans les bras de Geneviève pour tenter de retrouver, en vain trop souvent, quelques instants de passion et de plaisir.

Il est venu seul à Alfaë. Seul est un bien grand mot quand on arrive entouré de ses gardes et quelques mages. Mais seul, sans Bertille ni Geneviève. Seul pour faire face aux reproches qu’il imagine viendront et aux explications qu’il devra sans doute fournir. L’entretien sera certainement à mille lieux de ce qu’il aurait aimé qu’il soit, avant, quand encore il aurait aimé aborder avec l’empereur certains questionnements qu’il avait partagé avec Denys des mois plus tôt. Ce n’était toutefois pas le moment.

« Votre Altesse. » qu’il dit, s’inclinant quand on le mène finalement à l’empereur. Une révérence assurément un peu plus poussée qu’il n’en aurait été autrement. Ansemer a encore besoin de Faërie, plus que jamais. Bartholomé le sait.

_________________
dialogues en #006666



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 20
J'ai : 53 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Moi-même, l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: Tara Mille-Visages, Bastien Aigrépine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences   Jeu 25 Oct - 16:14

D’aussi loin qu’il se souvienne, Gustave avait toujours détesté réprimander ses enfants. Il laissait ce soin à d’autres, se contentant de froncer les sourcils au moment adéquat pour leur rappeler qu’il pouvait être encore plus effrayant qu’ils ne pouvaient l’imaginer. Et, maintenant qu’il était devenu empereur, il avait vaguement espéré ne plus avoir à réprimander qui que ce soit. Ou pire encore, de devoir faire un sermon.

Sauf que les récents évènements ne lui permettaient pas de faire la sourde oreille et il ne pouvait décemment pas passer l’éponge sur ce qui était arrivé lors du « mariage » de Bartholomé d’Ansemer, quand bien même ce terme n’était, pour lui, pas particulièrement approprié. Cette catastrophe, ce désastre auraient probablement mieux convenu. Toujours est-il qu’il ne pouvait l’ignorer et que, pire encore, il allait devoir se confronter au principal concerné. Qui ne devait déjà probablement pas guère faire le fier. Il lui avait tout de même laissé un peu de temps pour se remettre de ses émotions. Le convoquer le lendemain n’aurait pas été des plus constructifs et il n’aurait pas eu le temps de trouver un argumentaire qui pourrait peut-être permettre à Gustave de passer l’éponge et de s’assurer simplement de la loyauté d’Ansemer à l’empire. Parce que, fondamentalement, il n’avait pas envie d’aggraver les choses.

La situation était, après tout, déjà suffisamment complexe, que ce soit pour les duchés de Faërie ou ailleurs, pour que l’empereur lui-même n’en rajoute pas. Alors, il était partagé. Il n’avait guère envie de conduire cet entretien mais il souhaitait enfin éclaircir les choses, avoir la version du principal concerné. Après tout, les informations de seconde main n’étaient jamais les plus fiables. Et il était sûr que Bartholomé saurait lui apportait tout ce qu’il lui faudrait pour savoir comment gérer au mieux la suite des évènements. Pour Ansemer, pour Faërie. Et pour préserver le fragile équilibre au mieux.

Et voilà qu’il attendait, de la façon la plus protocolaire possible, bien campé sur ce trône si difficilement acquis. Il se frottait le menton pensivement, songeant vaguement qu’il lui faudrait bientôt tailler sa barbe, quand on lui annonça l’arrivée de l’ansemarien. Inspirant longuement, il se contenta d’un signe de tête en direction du garde pour qu’il le fasse entrer. Le silence était encore plus pesant qu’il l’aurait imaginé et, à la révérence du duc, il laissa filer quelques instants, comme pour marquer encore davantage le coup.

« Bartholomé d’Ansemer. Pour un peu j’aurais presque cru que vous auriez tout fait pour ne pas avoir à vous présenter jusqu’à moi. Mais vous semblez avoir le courage d’assumer vos actes. Et les conséquences de ce qui s’est passé. » Il avait parlé d’une voix claire et calme, plissant des yeux dans sa direction avant de reprendre, toujours aussi posément. « Je crois que nous avons fort à nous dire. Je ne nous ferais pas l’affront à tous les deux de vous rappeler pourquoi je vous ai convoqué ici. Alors… je vous écoute. » Gustave était tout de même curieux de savoir comment le principal concerné allait bien pouvoir amener les choses, ce qui allait lui sembler important ou ce qu’il passerait sous silence. Les non-dits étaient parfois plus importants que le reste et ça, Gustave n’allait pas l’oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 591
J'ai : 42 ans.
Je suis : Duc d'Ansemer.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ansemer avant tout, Gustave de Faërie.
Mes autres visages: Césaire Chesnenoir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences   Ven 2 Nov - 4:00

Il déteste l’ambiance qui règne alors qu’il est planté là, debout, seul, face à un Gustave plus que digne et puissant, assis dans ce trône qui le surélève et témoigne de la puissance de son rôle, de son pouvoir. Et lui là, comme s’il n’était pas plus différent qu’un paysan venu porter requête à son roi. Comme un enfant qu’on s’apprête à sermoner, à punir. Alors il ne peut que rester bien droit, redresser les épaules avec toute la fierté et l’assurance qu’il se peut de porter. Il est duc, après tout. Il est le duc d’Ansemer, le pouvoir du duché des océans, élu de Messaïon lui-même. Et bien qu’empereur de tout Faërie, Gustave n’est rien sans l’appui des duchés qui le composent, n’est-ce pas?

Il ravale un sourire amusé aux premiers mots de l’empereur. Oh, il aurait préféré ne pas venir, il avait songé même à quelle excuse aurait pu le soustraire de cette rencontre. Mais il savait qu’il valait mieux qu’il se présente, qu’il assume ce qui s’était passé, tant bien même n’y avait-il été qu’un pantin manipulé. Le suivant est sincère, toutefois. Il n’a pas besoin de se faire rappeler les raisons de sa convocation. Il sait très bien dans quelle situation dangereuse il a plongé la quasi totalité de la haute noblesse de Faërie. Il comprend totalement, le désastre qui a été évité de justesse. Les vies sauvées, au détriment de nombreuses sacrifiées et perdues malgré tout, et l’intégrité de tout Faërie conservée de peine et de misère.

Il se racle doucement la gorge. Il n’y a que l’empereur pour l’écouter, mais sa voix portera comme s’il s’adressait à plus. « J’aurais aimé ne pas devoir prendre la responsabilité des événements passés, prétendre n’avoir été qu’un pantin et me dissocier de tout ce qui s’est passé. Bien que ce soit le cas, que j’ai été honteusement envoûté et manipulé par cette magie puissante dont nous ignorions la totale portée, je ne peux pas rejeter le blâme de ce qui est arrivé. Je ne peux pas pour Ansemer, pour mes conseillers qui sont décédés à présents, pour mes gardes et mes marins qui ont péris en mer, pour mon peuple qui a perdu un père, une soeur, un fils, dans ces événements. Pour mes confrères et consoeurs ducs et duchesses, qui se sont vu envoûtés à leur tour ou qui ont subi les assauts de mes hommes ensorcelés. » Denys, soudainement reniant Marjolaine pour l’amie de Vanessa. Marjolaine, jetée à la mer par l’un de ses plus fidèle conseillers. Gaëtane, prête à se jeter dans les bras de Sébastien. « Pour votre fille, qui a été traitée bien en dessous des égards que méritent son rang. » C’est que malgré tout, il ne sait pas vraiment, nombre des choses qui se sont passées cette journée là. On lui a raconté, bien sur. De ce qu’on se souvenait, de ce que certains avaient vu, aperçu. Mais il n’a pas discuté avec aucun des membres de la haute noblesse de ce qui s’était passé. Il n’a pas eu la version de chacun, il ne l’aura probablement jamais. Obnubilé par Vanessa, il n’a pas même pris conscience de sa fille qui était tombée à l’eau. Il se souvient maintenant de l’avoir revue, trempée ; il se souvient surtout qu’il n’avait alors pas été plus inquiété que cela de la chose, trouvé dérisoire les accusations portées sur sa promise. « Ce serait vous mentir d’avouer que je suis au courant de tout ce qui est arrivé. Je me souviens d’elle, principalement. Je me souviens qu’elle était tout ce qui m’importait. » Il se souvient aussi d’avoir été heureux. Il se souvient de cet état de bonheur qui l’avait un temps envahi, un bonheur comme il n’avait jamais vécu, pas depuis très longtemps. « Elle était parmi mes domestiques. C’est une faille importante de sécurité qu’il me faut revoir, et c’est ce que je m’applique à faire. Mais comment aurions-nous pu prévenir quelque chose que nous ignorions possible? » Ils en savaient tout juste un peu, sur la magie de l’Accord. En sera-t-il ainsi pour les autres magies qui étaient jadis bannis et qui tranquillement reviendront sur Arven. Doivent-ils craindre l’inconnu?

_________________
dialogues en #006666



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 20
J'ai : 53 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Moi-même, l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: Tara Mille-Visages, Bastien Aigrépine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences   Lun 19 Nov - 15:32

S’il devait être parfaitement honnête avec lui-même, Gustave aurait reconnu que ce n’était pas un exercice dans lequel il était particulièrement à l’aise. Il aurait préféré parler de l’avenir de Faërie, même devoir défendre ses propres convictions plutôt que d’avoir à mettre l’un de ses ducs au pied du mur et sentir la confiance qu’il avait en lui s’effriter un peu plus depuis son mariage, quand bien même il s’évertuait à chercher un autre terme plus adapté sans succès.

Alors, plutôt que de tourner encore et encore autour du pot, il préféra attaquer de front, verbalement en tout cas. Il espérait que la confrontation ne resterait que verbale et qu’au final, les choses pourraient se décanter, d’une façon ou d’une autre, même s’il restait malheureusement passablement sceptique à ce propos. Pourtant, lorsque l’ansemérien prit la parole, il l’écouta avec une attention non feinte, se focalisant sur ses mots mais aussi ses intonations, ses silences, sa façon de l’affronter et de se défendre face à l’indéfendable. Et il savait trouver les mots malgré tout, prenant la totale responsabilité de ce qui s’était passé tout en se dédouanant d’une certaine façon. L’exercice était périlleux mais il fallait l’admettre, il y réussissait plutôt, distillant sa culpabilité aux endroits appropriés sans que Gustave ne sache s’il était parfaitement honnête ou pas. Il devait l’être, d’une façon ou d’une autre, sinon il n’aurait pas été aussi convaincant. Mais difficile de savoir jusqu’à quel point en vérité.

Et il laissa filer un silence, continuant de se frotter pensivement le menton, cherchant ses mots au vu de ces premières informations. « Vous l’avez dit vous-même. Vous étiez ensorcelé. Difficile de pouvoir être réellement conscient de ce qui s’est passé autour de vous ou en être vraiment responsable lorsque nous étions sur le navire. La volonté de ne pas rejeter le blâme sur qui que ce soit vous honore, d’autant qu’il serait facile de rejeter la faute, que ce soit sur les personnes qui auraient pu envoyer cette domestique pour vous nuire, ou ceux qui n’ont pas été en mesure, dans votre entourage, de réaliser la supercherie. » Délaissant son menton, sa main se mis à pianoter sur le bras du trône, alors que les questions se bousculaient dans son esprit. « De quoi d’autre vous souvenez-vous ? Sa magie devait être particulièrement puissante pour vous mettre dans cet état. Est-ce qu’il y avait beaucoup de gens dans votre entourage à même de déceler cette faille et de s’y engouffrer de la sorte ? » Car il était important, voire crucial, de savoir qui avait été réellement visé dans cette histoire. Le duché d’Ansemer ? Tous les nobles de Faërie ? Lui-même ? Après tout, il aurait été évident qu’il serait venu assister à ces épousailles, toutes aussi farfelues qu’elles avaient pu lui paraitre lorsqu’il en avait été informé. Pour autant, il n’avait pas souhaité méjuger de ce qui allait se passer, attendant de voir en personne le résultat d’une union aussi rapide. Autant dire qu’il n’avait pas été déçu.

La dernière question soulevait cependant un point important, si ce n’est essentiel. Il était vrai qu’il était difficile, pour ne pas dire impossible, de prévoir ce qui aurait pu se passer et les impacts de cette magie dont ils ignoraient tout ou presque dans l’immédiat. Il allait pourtant falloir y remédier, ne serait-ce que pour éviter que ce genre de choses ne se reproduise. Mais il ne comptait pas avouer son ignorance, voire ce qui pouvait être qualifié de faiblesse, encore moins face à Bartholomé. « Et maintenant, que pouvez-vous dire sur cette magie ? Quelles mesures avez-vous l’intention de prendre pour que ce genre de choses ne se reproduise plus ? » Parce qu’il allait falloir agir et rapidement. Ils ne pouvaient pas se permettre de laisser l’inconnu s’insinuer parmi eux sans avoir le moindre contrôle sur ce qui se passait. Au vu de la situation actuelle, c’était tout simplement inimaginable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 591
J'ai : 42 ans.
Je suis : Duc d'Ansemer.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ansemer avant tout, Gustave de Faërie.
Mes autres visages: Césaire Chesnenoir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences   Sam 1 Déc - 21:50

Il y a un silence qui emplit la salle avant que Gustave ne se prononce suite aux premières justifications du duc. Et Bartholomé reste bien droit, sans tourner le regard de sur l’empereur, presque défiant s’il ne se gardait pas de contenir de tels sentiments pour n’y laisser paraître que déférence et un respect contenu et contrôlé. Il aurait envie de bien des choses, autres que ce qu’il démontre et les discours contrits qu’il offre. Mais il sait qu’il est trop tôt, trop tôt pour lui et pour Ansemer, trop tôt suite à ces événements. Il sait qu’Ansemer doit encore exister auprès de Faërie et que son duché n’est pas prêt autrement. Pour l’heure, il ne doit que garder la confiance de l’empereur et des autres duchés envers lui-même et Ansemer. Il doit garder les liens qui unifient leur empire. Pour l’heure.

Il hoche simplement la tête quand Gustave parle enfin, acceptant sa prise du blâme tout comme le fait qu’il était ensorcelé. Prendre la responsabilité tout en la rejetant, c’était ce qu’il pouvait faire de mieux dans pareille situation. La question le laisse réfléchir quelques instants. Il se souvient encore de certaines paroles mielleuses de Vanessa, des caresses de ses doigts sur son corps, de ce sentiment presque jouissif d’être amoureux, sans plus n’avoir à se soucier de quoi que ce soit d’autre. Il se souvient des promesses partagées, des rêves de grandeur à deux échangés ; il ne les a pas oubliés, et même si elle n’est plus, même si tout cela n’était que supercherie et envoûtement, l’idée est restée. Il ne dira pas cela. « Sa magie était puissante. La leur, aux Accordés, à eux tous, est puissante. Leur musique seule peut suffire à nous envoûter et nous transformer en pantin. Mais couplée à quelques potions ou sortilèges, c’est là qu’elle devient dangereuse. C’est quand les notes n’ont plus besoin d’être mais que le sort persiste qu’ils sont le plus à craindre. Alors comment dire qui est envouté ou ne l’est pas ? Jehanne n’existait plus, dans ma mémoire. Ni Geneviève. » Il sait que la mention de sa favorite n’est pas nécessairement le sujet favori de la noblesse de Faërie, mais il ne sert à rien de nier la présence de la Compagne ansemarienne dans sa vie alors que tous ont appris à plus ou moins tolérer sa présence alors qu’il en venait de plus en plus à l’emmener à son bras lors d’événements officiels ou normalement la duchesse aurait dû être présente. Tous savent l’affection qu’il voue à Geneviève. Qu’il méprise et oublie Jehanne ne surprend personne. Mais qu’il en soit de même pour Geneviève, du jour au lendemain, sert à démontrer la puissance de cette magie. « Et ma fille. Qui a été impunément jetée par dessus bord. Même cela n’a pas suffit à m’arracher à l’emprise de ce sort. » Ils savent tous aussi, comment la petite princesse est importante aux yeux du duc. C’est ce qui lui a fait le plus mal, quand il est revenu à lui. De comprendre comment elle avait pu retirer toute son importance à Bertille dans son esprit. « Mes proches conseillers ont aussi été envoûtés comme je l’ai moi-même été. Sans cela, des doutes se seraient assurément levés. Ils savaient ce qu’ils faisaient. Ils ont profité des derniers changements au palais pour plus facilement s’y insinuer. Leur erreur a bien entendu été cette presse et ce mariage en grande pompe. Autrement, je crains qu’ils auraient pu étendre l’emprise de leur magie sur large. » Sur Denys et Gaëtane, réellement. Sur Gustave, ultimement. Sur tout Faërie, même.

Quant aux mesures prises pour s’assurer que cela ne se reproduise plus, Bartholomé en était devenu quelque peu paranoïaque au cours des dernières semaines. Même Geneviève avait dû se soumettre aux strictes conditions qu’il avait imposé, comme s’il craignait à présent qu’elle même puisse user de magie pour accélérer davantage son ascension « Pour l’heure, plus aucune musique n’est autorisée dans l’enceinte du palais ou peu importe où moi-même et mes conseillers seront. Les invités se présentant avec des instruments verront ceux-ci consignés jusqu’à leur départ. Mes cuisines sont surveillés, et tout ce qui en entre ou en sort est vérifié. Des mages de confiance sont aussi dans mon escorte, et l’identité de chaque invité est validée avant toute audience privée. Tout comme celle de l’effectif réduit et surveillé qui est à mon service ou celui de ma fille. » Et dans sa paranoïa nouvelle il avait même insisté pour embaucher des gardes sourds. Mais tout ceci ne serait utile que pour les magies connues. Ils en ignoraient trop encore sur le passé d’Arven pour pouvoir au mieux se protéger.

_________________
dialogues en #006666



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après les tempêtes et la symphonie, le lourd silence des conséquences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après la tempête | Kassandra
» Le soleil après la tempête [Harnyll]
» Le calme après la tempête. [Scott] [RP ABANDON.]
» Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]
» Le Calme après la Tempête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faerie :: Cibella :: Palais impérial d'Alfaë-
Sauter vers: