AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mayeul de Vifesprit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2901
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Mayeul de Vifesprit   Ven 25 Mar - 0:41




31 ans • Ibélène • Voltigeur • Ft Eoin Macken

Mayeul de Vifesprit







*Date de naissance : 29 Décembre 971 à Vifesprit, petite baronnie à l'extrème Ouest de Sombreciel
*Dates marquantes :

  • septembre 984, il intègre l'Académie pour un cursus en psychologie, de même que sa sœur jumelle Mathilde qui choisit de s'orienter vers la médecine.

  • Septembre 989, il sort diplômé avec les honneurs.

  • décembre 989, il est choisit par Nuage et devient Cadet

  • Juin 994, il devient officiellement Voltigeur et rejoint le vol de Bellifère pour rester près de Lorgol et de sa sœur.

  • Automne 996, Mathilde meurt. Mayeul obtient d'être muté à Sombreciel pour se rapprocher des siens.

  • 996 - 1001, c'est la déchéance, entre les drogues familiales et les rares sursauts de lucidité nécessaires pour garder son boulot de voltigeur.

  • Mai 1001, naissance du Vifesprit, Vivenef à la figure de proue semblable à Mathilde. Début d'une légère prise de conscience pour Mayeul.

  • Juin 1001, Mayeulest choisi par l'esprit de Sigvald de Valkyrion pour devenir le Cavalier Noir, membre de la Rose Écarlate.

  • Septembre 1001, Mayeul est élu Champion de Sombreciel et invité à participer à une édition spéciale du Tournoi des Trois Opales. Forcé de faire face à quelques uns de ses démons, il n'en sort pas indemne.

  • Début Novembre 1001, lors de la Samhain, les morts sont autorisé à renouer, pour quelques jours, avec les vivants. Tandis que l'Ordre du Jugement veut récupérer un ancien Sablier, Mayeul retrouve Mathilde pour quelques jours. Elle lui fait promettre d'avancer, et de ne plus toucher aux drogues. Promesse qu'il tient, pour le moment.

  • Le 20 décembre 1001, Mayeul rejoint le Vol de Valkyrion, division de Svaljärd, où il vient d'être promu major.

  • Février 1002, Mayeul se remet de ses blessures à Ibelin, pendant que la guerre fait rage en Arven. Il se rend compte, petit à petit, qu'il n'est pas insensible au charme de la belle Voltigeuse de Sirocco.

  • Juillet 1002, la sentence tombe: il est amoureux de Reja. Très, très sévèrement amoureux. Il lui avoue à l'occasion d'une dispute qui se transforme vite en un échange bien plus doux.

  • 27 novembre 1002, la Rose est dissoute, l'identité des Ecrins dévoilées, et tout part à vau-l'eau pour le Voltigeur

  • Janvier 1003, Reja tente de se suicider, et Mayeul apprendra quelques jours plus tard qu'elle était enceinte de lui.




HALL OF FAME















Dernière édition par Mayeul de Vifesprit le Sam 3 Fév - 23:34, édité 38 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2901
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: Mayeul de Vifesprit   Mer 25 Mai - 12:37


RP terminés

    Mars - Avril 1001 :
     

    Mai - Juin 1001 :
     

    Juillet - Août 1001 :
     

    Septembre - Octobre 1001 :
     

    Novembre - Décembre 1001 :
     

    Janvier - Février 1002 :
     

    Mars - Avril 1002 :
     

    Mai - Juin 1002 :
     

    Juillet - Août 1002 :
     

    Septembre - Octobre 1002 :
     

    Novembre - Décembre 1002 :
     

    Janvier - Février 1003 :
     




A nous d'écrire l'histoire...
(Rp en cours)

  • 3 août 1002 / Le dernier au courant avec Marianne d'Orsang
    Mayeul a appris que Marianne savait,bien avant lui, qu'il n'avait pas rêvé de cette rencontre avec Reja. Il se sent trahi, déçu, et est surtout alarmé : qu'est-ce qu'elle sait d'autre, que lui ignore encore ?

  • 5 septembre 1002 / Livraison de problèmes avec Hiémain de Sylvamir
    Mayeul se présente devant les portes de Sylvamir, avec la moitié de son Vol et deux prisonniers. Problèmes de conscience en perspective.

  • 21-29 octobre 1002 / Les secrets du désert avec Rejwaïde Sinhaj
    Mayeul et Reja partagent une semaine de permission au cœur du désert erebien.

  • 26 novembre 1002 / Retour en enfance avec Sylvain Belle-Histoire
    Sylvain et Mayeul se retrouve pour parler du bon vieux temps... et se remémorer leurs bêtises d'adolescents. Ils tiennent mieux l'alcool qu'il y a quinze ans, pour sûr. C'est le moment de le prouver, sûrement !

  • 30 novembre 1002 / L'amour d'une soeur avec Alméïde d'Erebor
    Mayeul a appelé à l'aide la jolie Alméïde, et tous les deux ont beaucoup de choses à se raconter.

  • 31 janvier 1003 / Peine maximum avec Rejwaïde Sinhaj
    Reja et Mayeul ont beaucoup à se dire, en vérité. Certaines choses ne devraient-elles pas, pourtant, demeurer à jamais secrètes ?



Dernière édition par Mayeul de Vifesprit le Sam 3 Fév - 22:56, édité 42 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2901
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: Mayeul de Vifesprit   Sam 11 Juin - 23:37

Des lettres, il y en a beaucoup, mais aucune n’a jamais été envoyé. Qu’importe : écrire, c’est bien le plus important, libérer les mots sur le papier pour qu’ils ne viennent pas empoisonner l’esprit.




J’ai besoin d’aide Mathilde.
J’ai besoin de toi.

Quand mon sang a éveillé cette figure de proue, quand tes traits sont apparus, j’ai eu l’impression que mon monde s’écroulait à nouveau. Que tu me revenais mais pas tout à fait, comme une farce cruelle qui me donnait envie de hurler. Mais passé le premier choc, j’ai compris que c’était peut-être ma deuxième chance. Celle en laquelle tu croyais, ces idées que tu avais faites tiennes, le pardon, l’espoir, et la vision de meilleurs lendemains.
J’ai parlé avec elle, longuement. Bien assez pour comprendre qu’elle n’était pas toi, mais au fond, ce n’était pas le plus important. J’ai parlé, je me suis confié, et pendant quelques heures, quelques jours, j’ai eu l’impression d’être en paix. Avec ta mort, avec mon esprit, avec ce monde qui m’entoure. Accepter, et laisser couler. Et quand elle a prit la mer, que je lui ai dit au-revoir, c’est à toi que j’ai dit adieu.

Tu me manques, terriblement. Je ne suis pas complet sans toi. Mais je crois... Je crois que je commence à l’accepter. Je comprends tes paroles maintenant. Avancer. Tu le savais, n’est-ce pas? Tu savais toujours tout.

Les jours ont passé, je me suis cru libéré.
Mais je ne l’étais pas.
Mathilde, j’y ai cru. J’ai cru que ce que je prenais, ces drogues qui m’embrumaient l’esprit, c’était ce que j’avais besoin pour te sentir près de moi. Pour supporter ton absence. Mais maintenant que je commence à l’accepter, pourquoi en aies-je toujours besoin? Je suis accro Mathilde. Moi qui m’étais juré de ne jamais sombrer comme nos parents, j’ai fait pire, je m’y suis plongé consciemment. Je ne peux vivre sans ces drogues désormais, et je n’ai même plus l’excuse que c’est pour m’aider à supporter ton absence. Non. Je me suis aveuglé toutes ces années, mais maintenant que je sais la vérité, je ne peux plus repartir en arrière.

J’ai besoin d’aide, je le sais. Je ne peux pas m’en sortir seul, j’en suis incapable. Je résiste, je te le promets, autant que je peux. Et puis j’y reviens, inlassablement, en me maudissant de le faire. Je n’en veux plus, mais je ne peux pas arrêter. J’essaye, chaque jour. Je compte les heures, les jours sans, et j’essaye de ne pas replonger. Mais rien ne marche. Je n’y arrive pas.

J’ai peur Mathilde. Je suis terrifié. Je ne sais même pas si je peux encore être moi sans tout ça. Moi? Je ne sais plus qui je suis, je ne sais pas ce que je vais devenir et sans toi, il n’y a personne pour me le dire. Sauf Nuage. Je ne veux pas le perdre. Je suis... Je suis Voltigeur, de coeur et d’esprit, je ne peux pas faire autre chose. Je ne veux pas.
Je ne sais pas quoi faire. J’ai besoin de toi Mathilde, de ton aide, de tes conseils. De ta présence.
Me faire virer de l’escadron, perdre ce qui fait ma raison de vivre depuis ton départ, je n’y survivrais pas. Mais si je demande de l’aide et que quelqu’un l’apprend, c’en est fini de tout ça, de ces rêves que nous partagions. Je ne serai plus voltigeur, et ça reviendra au même. Essayer de m’en sortir seul, m’accrocher, voilà bien ma meilleure option.

Guide moi. Je t’en prie. Et pardonne moi de t'avoir failli. Encore.
Ton frère.


                 
______



Je n’ai pas peur de la mort. Depuis que Sithis t’a emporté, je n’aspire qu’à te rejoindre, au fond. Mes drogues, mon attitude bien peu fiable pendant les missions, ce ne sont que des moyens de me rapprocher de toi, avant une fin inéluctable. S’il n’y avait pas Nuage, et cette promesse que je t’ai faite, je t’aurais rejoins depuis longtemps. Non, je n’ai pas peur de mourir.
Du moins, je le croyais. Jusqu’à ce que cette statue s’empare de moi et me fasse anticiper cette fin horrible, si réelle, si proche... J’étais terrifié, Mathilde. Parce que je ne voulais pas tout quitter comme ça. Je voulais... Je ne sais plus ce que je voulais, ni ce que je veux. Moi qui avait tellement désiré mourir, quand l’heure est arrivée, ou a semblé arriver, je n’ai pas pu faire face. Et je ne comprends pas.

Je ne sais plus où j’en suis, réellement. Tout était si simple jusque là, mais depuis que tu es parti, je suis perdu. Tu me manquais tellement que j’aspirais à te rejoindre, mais... Ce n’est plus le cas, je crois. J’ai peur d’y croire, et de trahir cette promesse que je me suis faite, trahissant déjà celle que je t’ai faite. Je me raccroche à cette promesse, à Nuage, à un tas de raisons stupides mais au fond, j’ai peur de la vérité. Je ne veux pas mourir. Et ne pas mourir signifie ne pas te rejoindre. Mathilde, je me débats contre cette culpabilité, mais je ne sais plus vraiment ce que je veux. Ce que je souhaiterais, au fond.
Et même les drogues ne m’aident plus. J’ai rêvé de toi la nuit dernière, et tu me disais que tu ne m’en voulais pas. Je ne sais plus, tout se confond dans ma tête, et je n’arrive plus à savoir si je rêve ou si je suis réveillé, si mes pensées sont sous une quelconque influence ou non. Je voudrais m’en sortir, mais je ne sais pas si je le veux vraiment. Je... Je ne sais pas. Tout tourne et se bouscule, et je ne sais pas comment sortir la tête de l’eau.

Je dois continuer à avancer. Je le dois, mais je ne sais pas comment faire. Je ne sais pas fonctionner sans toi à mes côtés.
Alors je reprends ces drogues que je suis venu à détester, pour arracher quelques heures de quiétude à mon cerveau embrumé, mais ça ne marche pas comme je le voudrais. Ca ne marche plus. La Farandole des Nymphes est censée me détendre, pas me laisser me réveiller dans mon lit, un cri mourant sur les lèvres et le coeur battant à tout rompre. Ca ne marche plus, pourquoi? Quel Dieu aies-je offensé, pour qu’il se refuse à m’accorder ainsi le repos?
J’ai tellement de questions Mathilde, tellement de doutes, que je peine parfois à les cacher. Mais je ne veux pas que cela se sache, je ne veux pas que quiconque puisse imaginer que je vais mal. Orgueil démesuré peut-être, honte, peur. Je ne veux pas quitter les Voltigeurs. Je n’y survivrais pas, et j’ai compris que je ne voulais pas mourir comme ça. Je crois. Je ne sais pas. Je voudrais... Je voudrais choisir, tu sais? Choisir comment je pars, et pas que quelqu’un le décide pour moi. Mais est-ce vraiment ce que je veux? Comment savoir?

Les temps sont troublés, Arven est troublée, et je suis à son image. Plus perdu que jamais, dans les brumes d’Euphoria qui correspondent tellement à ce qui se bouscule dans mon crâne. J’ai observé le port hier, pendant des heures, jusqu’à louper l’entraînement. J’aimerais tellement te revoir ma soeur. Cette Vivenef, qui n’est pas toi mais te ressemble tellement, j’aimerais... Lui parler, m’assurer qu’elle va bien. Lui demander de répondre à mes questions, peut-être. Et je me sens ridicule, parce que je sais qu’elle n’est pas toi et que c’est de toi que j’ai besoin, qu’elle n’est qu’un pis-aller bien passable. C’est injuste pour elle, c’est injuste pour toi, et moi... La culpabilité me ronge. D’être en vie. De ne pas vouloir mourir. De gâcher cette vie que tu n’as plus, d’être faible, si faible.

Pardonnes-moi ma soeur. Guide-moi, je t’en supplie.
Ton frère.


Dernière édition par Mayeul de Vifesprit le Sam 3 Fév - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2901
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: Mayeul de Vifesprit   Ven 16 Déc - 22:48




Un mois, Mathilde. Trente jours, et je ne sais combien d’heures, ou de minutes. Parce que avouer les avoir comptées, une à une, serait pathétique, n’est-ce pas. J’ai tenu ma promesse. Je n’ai touché à rien. Tu n’imagines pas, je pense, à quel point cela a été dur. A quel point tu m’as manqué. Tu as beau clamer que je dois te laisser partir, et accepter ton départ, je ne peux pas, ma sœur. Chaque minute qui passe me semble plus longue sans toi, et je ne peux pas faire autrement que de penser à ton absence.

J’ai longtemps hésité, tu sais. Je n’ai pas compté, non plus, les heures passées assis sur mon lit, à la Caserne, à songer à ce que je voulais faire, et que la promesse que je t’ai faite m’empêcher de mettre en œuvre. Nuage t’en veut un peu, d’ailleurs, je crois bien, de toutes ces nuits où je l’ai obligé à veiller, tourmenté par mes pensées. Toutes ces nuits passées à ne m’endormir qu’à l’aube, bercé par mes souvenirs, et la tendresse infinie de mon griffon. Mais je ne pouvais pas replonger dans la douleur comme après ton décès. Je te l’ai promis. Je l’ai promis à Nuage, aussi. Et un peu à moi-même.

Trente jours, Mathilde, et les drogues de notre duché réclament toujours mon attention. Je deviens fou, je crois. Les voix de mon esprits sont unanimes, mais peut-être que si je es entend, c’est qu’il est déjà trop tard, et qu’un peu de drogue n’y changera rien ? J’aimerais juste oublier, comme je le fais depuis ton départ. Un petit peu, ma sœur, un tout petit peu. Quelques heures de répit, c’est tout ce que je demande. Mais ce serait mal, je le sais. Si tant est que le bien ou le mal soient encore des notions existantes.

Arven est sous tension, Mathilde, et je sais que tu désapprouverais l’idée d’un conflit. Mais chacun peut le voir se rapprocher, depuis la décision de Gustave de Faërie. L’Ordre du Jugement multiplie les attentats, et il s’en ait fallu de peu qu’un soit commis ici, à Euphoria. Pour blesser qui ? Les Voltigeurs sont sur le pied de guerre, à surveiller les frontières, à traquer l’Ordre du jugement, à faire cent et mille choses qui ne font qu’attiser les tensions et les inquiétudes. Et moi, au milieu de tout cela, je doute plus que jamais.

Je reste fort, Mathilde. Pour toi. Parce que j’ai promis. Vois-tu comme je t’aime, comprend tu à quel point je ne peux m’empêcher de penser à toi, même si tu m’a dit de te laisser ? C’est tellement contradictoire, ma sœur. Tellement embrouillé dans mon esprit... Je ne réalise plus vraiment ce que je dois faire. J’ai écrit à Reja, tu sais. Je n’aurais peut-être pas dû, je crois. Je ne sais pas. Vous avez parlé, toutes les deux, je vous ai vu. Je crois. Je... Je suis fatigué, Mathilde. Vraiment. Mais je n’ai pas le choix, et je dois continuer à avancer, et à lever la tête. Nuage m’aide. Tu m’aides, aussi. J’ai besoin d’aide, je le réalise maintenant. Mais... Je ne peux pas la demander. Pas maintenant.

J’ai parlé avec Marianne. J’ai bien fait, je crois. On ne pouvais pas rester éternellement fâché, je pense.

Le devoir m’appelle, ma sœur. Tu me manques terriblement, mais je m’y fais. Je n’ai pas vraiment le choix. Tu manques à Nuage, aussi.

Ton frère qui t’aime
Mayeul


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2901
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: Mayeul de Vifesprit   Sam 3 Fév - 23:32



Je suis tellement, tellement désolé. Désolé que tu n'aies pas vécu, désolé que tu n'aies même pas eu l'occasion de voir le jour. A cause de moi, à cause de Reja… mais surtout à cause de moi.

Je voudrais m'imaginer à qui tu aurais ressemblé, à ta mère ou à moi. A Mathilde, peut-être, un peu. Mais tout ce que je vois quand je ferme les yeux, c'est cette promesse d'une vie que je n'aurais pas pu t'offrir. Mes parents n'ont pas été de très bons parents, je crois. Trop englués dans les plaisirs cielsombrois pour être autre chose que des parents à mi-temps, capable de nous donner de l'amour et de nous ignorer pendant des heures juste après.

Je doute de pouvoir être un bon père un jour, je ne sais même pas comment on fait. Peut-être que c'est mieux, au fond : te rendre malheureux est la dernière chose que j'aurais voulu. Reja et moi… nous n'aurions pas été à la hauteur de ce que tu nous aurais offert, je crois. Je ne sais pas. Il y a tellement de choses non-dites encore, tellement de peine et de secrets.

Mais je l'aime. Je t'aime aussi, tu sais, même si tu n'as jamais eu la chance de voir le jour. C'est d'ailleurs la seule chose dont je suis sûr : je t'aurais aimé, jusqu'à mon dernier souffle. Et tu resteras toujours, toujours, une petite part de moi.


La lettre brûle, comme beaucoup d'écrits de Mayeul. La seule chose qui marque cette vie perdue, jamais éclose, est une petite pierre ramassée sur la rive du lac où Mathilde et Mayeul se baignaient étant enfants. Une pierre, pour cette petite vie volatilisée. Une autre pierre, pour Mathilde et des temps plus heureux. Précieusement conservés.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Mayeul de Vifesprit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mayeul de Vifesprit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» presentation Mayeul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: À l'aventure ! :: Parchemins et dossiers :: Évolutions-
Sauter vers: