AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2266
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Dim 29 Mai - 23:05




Livre I, Chapitre 3 • Les Amoureux du Vent
Maelys Aigrépine & Aaron de Sombreval

"Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."

A l'ombre de l'aile du dragon




• Date : 18 Avril 1001
• Statut du RP : Ouvert (à d'autres Chevaucheurs en entraînement)
• Résumé : Pour son dernier jour à la Caserne de Flamme, Maelys se rend à l'entraînement hors des murs de la cité et se retrouve à faire équipe avec Aaron contre d'autres Chevaucheurs. Les deux vont devoir faire preuve d'ingéniosité s'ils veulent prouver que leur place est méritée !



Dernière édition par Maelys Aigrépine le Lun 13 Juin - 11:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2266
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Dim 29 Mai - 23:08


- En piste, Maelys ! C’est ton dernier jour, alors tu as intérêt à te montrer à la hauteur de Faërie !

Une grimace mauvaise déforme mes traits. J’attends que l’instructeur passe derrière moi, en lui jetant à peine un regard de biais. Il n’a heureusement pas l’occasion de surprendre mon expression peu amène, puisque je lui tourne sciemment le dos pour m’activer. Mirage oriente sa lourde tête vers moi quand je serre les sangles de sa selle, avec un regard vaguement interrogateur. J’ignore son élan de sollicitude pour qu’il n’ait pas l’occasion d’influer sur mon humeur du moment. Je veux rester concentrée, froide et efficace. Mes gestes sont rapides, empreint d’une habitude acquise après toutes ces années d’entraînement à la Caserne de Flamme. Je ne suis pas encore montée sur mon dragon que la compétition a déjà commencé pour moi. Je fais au plus vite, pour être la première à voler dans les airs, avant les autres Chevaucheurs. J’entends deux autres rire juste derrière moi, Marius et Armand, quand l’instructeur s’éloigne.

- Alors comme ça, ils ont décidé de te donner une affectation à Lagrance ? Non… C’est sérieux ?

Je m’arrête dans mes gestes, quand Marius m'invective. J'ai déjà eu affaire à ce Chevaucheur à multiples reprises, et on dirait qu'il n'a toujours pas décidé d'arrêter la plaisanterie. Je ne vais pas m’abaisser à leur niveau tout de même… Mais c’est plus fort que moi. Quand on me provoque, je ne peux pas simplement baisser le regard et laisser couler. Mirage en fait les frais le premier, grognant bassement alors que je serre plus fort que voulu.

- Quoi, ça te pose un problème qu’on me donne une affectation avant toi ?
- Je parie que tu vas te perdre en chemin... Tu sais où est Lagrance sur une carte au moins ? Je te donne un ordre d’idées déjà… Faërie est à l’Ouest !

Je ne prends même pas la peine de lui répondre alors que son rire m’hérisse toujours plus. Je marche déjà vers lui, furibonde, quand l’instructeur s’arrête pour me lancer un regard sévère. Je sens le souffle chaud de Mirage balayer ma chevelure d’ébène, en une caresse légère, comme la pensée du dragon qui m’effleure.

- Oublie-les, petite. Nous avons mieux à faire.

J’entends la sagesse de son esprit ancien, agacé par nos préoccupations bien puériles… Mais il a raison. Je ne peux pas céder maintenant, si proche de mon objectif. Je fais demi-tour pour me mettre en selle avant de me prendre la moindre remarque qui pourrait retarder mon départ prochain par une altercation malvenue.

- Tu perds rien pour attendre.
- C’est ça.

L’instructeur lève simplement la main pour réclamer notre attention et mettre fin aux hostilités. Nous sommes quatre à lui faire face, juchés sur nos dragons. Je risque un coup d’œil sur ma droite pour aviser Aaron, que je salue d’une simple inclinaison de la tête. Les groupes d’entraînement ont tendance à changer régulièrement pour briser une certaine monotonie et ne pas nous reposer sur nos acquis, mais nous ne sommes pas assez nombreux pour qu’on ne finisse pas tous par se connaître un peu. Je n’ai pas vraiment d’avis tranché sur le Chevaucheur un peu plus âgé que moi, qui bénéficie d’une formation plus tardive. C’est le fils d’un noble, et de manière générale, j’ai tendance à éviter ceux de leur espèce pour notre bien à tous. Rien de personnel là-dedans, mais nous vivons bien souvent dans des mondes opposés, même si nous sommes parvenus tous deux à attirer l’attention d’un dragon… On me fait assez souvent ressentir que je ne suis pas à ma place pour que j’évite de m’embourber davantage de moi-même.

L’instructeur en décide autrement, à former des groupes de travail, et il semblerait que je me retrouve avec Aaron comme équipier contre les deux autres Chevaucheurs. Je lui rends un regard perplexe, face à ce choix, mais ne fait part d’aucune protestation. Je préfère avoir ceux qui doutent le plus de moi en face à face, pour leur prouver le contraire. Quant à Aaron… Je n’ai pas la moindre idée de ses capacités réelles et si nous allons former une bonne équipe. Je lâche à son encontre, avec motivation :

- La défaite n’est pas une option envisageable. Alors, tu es avec moi ?

Les deux autres ont déjà pris de la hauteur, leurs dragons volant au plus proche des falaises qui cernent Lorgol. Bien… Au moins je n’aurais plus à les entendre, et Mirage connaît les environs comme sa poche. Ils ne risquent pas de le piéger sur son propre territoire. Je suis leur vol du regard, je souffle à voix basse :

- Tu prends celui de droite, et moi celui de gauche, à moins que tu aies une meilleure stratégie à me proposer ?

Je reste ouverte à la discussion, surtout que je ne propose rien de transcendant. A vrai dire, je viens surtout d’émettre l’hypothèse qu’on devrait se séparer pour mieux triompher, ce qui risque de me valoir une remarque de la part de notre instructeur.

- J’ai besoin de savoir ce que tu es capable de faire si tu préfères qu’on combine nos forces. Je peux faire léviter des petits objets, comme mes lames, ou eux-mêmes dans une certaine mesure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Mar 7 Juin - 14:48

Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."
I
l arrivait parfois que les Chevaucheurs, même encore apprentis obtenait des permissions de temps libres. C'était ce qui était arrivé aujourd'hui à Isolde, sa capitaine lui avait laisser la journée pour se reposer. C'était un acte d'une simple générosité, mais la jeune femme n'était clairement pas d'humeur à rester chez elle à ne rien faire.
Le vent d'une épreuve d'entrainement à Lorgol avait atteint les oreilles de la Chevaucheuse et elle avait décidé de s'y rendre afin d'observer les jeunes à l'entrainement. Elle et Ruse savaient qu'il fallait tout aussi bien connaître ses amis que ses ennemis et cette épreuve lui permettrait d'analyser les techniques des autres Chevaucheurs.
A
près avoir atterris sur le terrain d'entrainement, je m'avançais vers l'Instructeur afin, et cela par politesse, de lui demander la permission d'être spectatrice de l'entrainement. Il acquiesça bien évidemment. Je décidais alors de me poser un peu plus loin au coté de Ruse. Je caressais sa tête tout en regardant les jeunes se mettre en place;

« Ça me rappelle de bons souvenirs ... »

Une jeune apprentie attira particulièrement mon attention, vive et intrépide, elle me faisait presque penser à moi. Peut être un peu trop impulsive, mais sa détermination faisait grand bien à voir.

Cette fille me fait penser à toi, c'est assez sympathique, fougueuse comme toi, quel décile !

Je souriais faiblement et fermais les yeux. Il me connaissait si bien. Je déposais alors ma main sur sa tête et la caressais.

« Tu as raison, d'ailleurs, je paris sur son équipe. Je suis impatiente de voir ce dont elle est capable. »

J
e gardais alors mes yeux fixés sur l'équipe de la Chevaucheuse à la chevelure rousse. Ça promettait d'être riche en action. Et si, comme je le pensais, elle gagnait cet entrainement, apprécierais d'aller à sa rencontre afin d'en apprendre plus.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 258
J'ai : 30 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; ainsi que fils du Comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Lun 13 Juin - 19:20

Comme presque tous les jours, aujourd'hui était dédié à l'entraînement. C'était le meilleur moyen de progresser, d'après n'importe quel instructeur de la caserne, et même si Aaron aimait bien se mesurer à d'autres, il était plutôt du genre solitaire. Les travaux de groupes n'étaient pas réellement son fort. Évidemment, il serait amené à travailler avec d'autres plus tard, mais ce serait différent, ou du moins l'imaginait-il de cette façon. Mais pour l'instant, il n'avait guère le choix. Ce matin, ils étaient quatre cadets à s'entraîner, et il n'était pas difficile de comprendre qu'ils s'affronteraient par deux. Tandis que chacun se préparait dans un coin, Aaron tenta de faire le vider, et de se retrouver avec Héritage. Le grand dragon rouge l'observait de son oeil fendu, sans toutefois laisser transparaître ses pensées, néanmoins il connaissait assez bien son chevaucheur pour savoir qu'il n'était pas plein d'enthousiasme à l'heure actuelle.

Se mettant en selle d'un geste souple, Aaron rejoignit l'instructeur et ses compagnons du jour, prêt à écouter les directives de l'exercice quotidien. Posant tour à tour son regard sur les trois autres, le cadet y reconnu des visages familiers sur lesquels il n'était pas certain de savoir mettre un mot. Parmi eux, une fille. Cela ne dérangeait pas Aaron, qui estimait que les préjugées sexistes n'étaient que le fruit de la jalousie. Évidemment, de par sa conformation, chaque sexe avait ses propres atouts, mais il existait des exceptions, et rien n'était impossible à qui souhaitait tenter sa chance. Et au dire de l'inspecteur, la jeune femme et lui devraient faire équipe, mieux valait donc qu'il n'ait pas d'à priori :

─ La défaite n’est pas une option envisageable. Alors, tu es avec moi ?

Sans rien dire, Aaron hocha la tête. Bien sur qu'ils allaient gagner, simple question de volonté. Il suffisait de se montrer plus malin que leurs adversaires. Après tout, les groupes étaient plus ou moins fait en fonction de l'avancé de leur formation, ils en étaient donc presque tous au même point - ou presque - c'est à dire dans leurs derniers mois de formation. Tandis que les deux cadets en face d'eux s'envolèrent, prêt à en découdre, Maëlys - Aaron se souvenait de son nom maintenant - ajouta :

─ Tu prends celui de droite, et moi celui de gauche, à moins que tu aies une meilleure stratégie à me proposer ? J’ai besoin de savoir ce que tu es capable de faire si tu préfères qu’on combine nos forces. Je peux faire léviter des petits objets, comme mes lames, ou eux-mêmes dans une certaine mesure.

Toujours aussi indifférent - tout du moins seulement en apparence - Aaron enregistra l'information que sa coéquipière venait de lui dire. A dire vrai, même s'il paraissait actuellement nonchalant, c'était loin d'être réellement le cas. Il réfléchissait, et analysait le moindre détail autour de lui, comme la façon qu'avait l'un de leur adversaire de virer de bord, ou bien l'attitude de son dragon. Autant de petits détails qui pouvaient faire la différence. C'est ainsi qu'il remarqua un cinquième couple, qui n'était pour le coup pas de la partie mais observait seulement l'entraînement. Il s'agissait d'une autre jeune femme et de son dragon couleur ambre. Qu'importe, ils ne changeraient rien. Reposant son regard sur Maëlys, Aaron répondit d'une voix calme, mais qui ne laissait pas de place au doute :

─ Je peux leur faire voir ce qu'ils ne voient pas, ou bien déformer la réalité.

Inutile d'être un mage chevronné pour comprendre qu'il parlait d'illusion. Il suffisait d'un rien pour distraire un homme, et plus encore. Évidemment, le jeune cadet n'en maîtrisait que les bases, mais c'était suffisant pour pouvoir influence l'issue de l'entraînement. Se redressant sur sa selle, il posa une main sur l'épaule d'Héritage, avant d'ajouter :

─ Avant d'associer nos magies, pourquoi ne pas les tester un peu ?

Si la jeune femme souhaitait passer à l'action tout de suite, il la suivrait, mais Aaron étaient de ceux qui aimaient bien tester et cerner son adversaire avant de s'attaquer à lui.

[Vraiment désolée du temps de réponse, normalement le gros rush est passé donc ça devrait être plus calme pour moi. :3
Comment est « définie » la victoire ? Chevaucheur qui chute de son dragon ? Objet à récupérer ? Réelles blessures ? Capitulations ? ... ?  Histoire de savoir comment tourner la suite :geu: ]

_________________
Relations ÉvolutionJeu d'Omen





Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2266
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Sam 2 Juil - 23:55

Pas très loquace. Ce n'est pas grave en soi : Thomas m'a déjà bien habitué aux Chevaucheurs qui préfèrent l'action à la parole, mais lui... Ne bouge pas pour autant. J'ai l'impression qu'il est plongé dans ses réflexions. J'espère qu'il réfléchit à la meilleure stratégie pour en découdre, sinon je vais me sentir dans l'obligation de lui coller un taquet derrière le crâne pour le ramener parmi nous. Je me contente de lâcher, d'un ton sans équivoque :

- On hurle pour se donner du courage, d'habitude.

Il me renvoie ce regard placide, comme si mes humeurs lui passaient dessus comme une brise légère. Bien... Ca veut dire que je peux continuer, non ? S'il s'en moque, après tout. Je lui laisse assimiler la situation, là où mon instinct seul me conduit. Je sens le regard curieux de Mirage, même s'il n'écoute que d'une oreille notre échange. Il reste concentré sur l'envol des autres dragons, si proches de la montagne, et je sais qu'il calcule déjà la distance et la vitesse voulue. Mirage est le dragon le plus imprévisible de ma connaissance, mais à force d'expériences, sa logique étrange et inhumaine me paraît plus aisée à appréhender.

Le Chevaucheur se décide finalement à prendre la parole, quand je lui demande clairement quelle est sa spécialité. Difficile de contourner pareille interrogation, à moins de décider d'ignorer scrupuleusement notre travail d'équipe. L'idée m'a effleuré un instant, parce qu'il ne serait pas le premier qui rechigne à faire équipe avec un ressortissant de Lorgol et non de Faërie... Mais visiblement, j'ai plutôt devant moi un prudent et non un passionné. Après qu'il m'ait annoncé la magie qu'il utilise, cela ne m'étonne qu'à moitié. Les illusions...

- Cela nous laisse d'excellentes opportunités pour nous assurer une victoire rapide, en les faisant proprement chuter, que ce soit par ma magie de lévitation ou la tienne pour perturber leurs sens et qu'ils s'écrasent contre les falaises.

J'aimerais tellement les voir s'écraser de la sorte, comme de vulgaires insectes qui ont vu la lumière et se percute à la paroi la plus proche. De quoi bien les tourner en ridicule !

Reste concentrée, petite.

Oui, bon... Mes pensées commencent à partir en tout sens. Je gratte les écailles de Mirage pour lui signaler que j'ai bien compris. A la veille de mon affectation, ce n'est pas le moment de prouver qu'ils auraient raison de douter de moi parce que j'aurais fait passer mes considérations personnelles avant mes objectifs de mission.

Cette fois, c'est à mon tour d'hocher la tête, alors qu'il me propose de tester nos capacités avant de se lancer. Je me concentre habituellement sur mes lames pour les faire léviter, profitant de leur enchantement pour m'assurer une bonne maniabilité. Mais là, ce qui nous intéresse ne sera pas ma capacité à les pourfendre mais à les faire chuter de selle, alors je me concentre plutôt directement sur mon coéquipier, forçant un peu ma magie pour employer cette force invisible qui le projette hors du dos de son dragon, au sol. Je me dresse un peu sur mes étriers, en relâchant la pression, pour vérifier qu'il n'est pas mal tombé. Je m'en voudrais de blesser mon coéquipier juste avant que l'entraînement ne débute... Ce serait partir avec un sérieux handicap tout de même.

- Alors ?

J'ai un mince sourire, plutôt contente du résultat pour ma part.

[HRP: Pas de problèmes, même soucis pour moi ! J'avais songé à un objet à récupérer, style drapeau, à la base. Sinon chute !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 258
J'ai : 30 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; ainsi que fils du Comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Jeu 14 Juil - 21:43

Des deux chevaucheurs, aucun n'était réellement enclin à discuter, préférant sans doute les entraînements en solitaire aux combats à plusieurs. Évidemment, il allait sans dire que le rang de chevaucheur allait de paire avec le travail en équipe, mais aux yeux d'Aaron, c'était différent. D'une part parce qu'ils n'étaient généralement pas très nombreux, et d'autre part parce qu'ils se connaissent bien entre eux, il était donc plus facile d'être à l'aise sans avoir à manier les politesses. Dans le cas présent, aucun des deux chevaucheurs ne connaissaient l'autre, et il n'y en avait guère un pour rattraper le silence de l'autre.

─ Cela nous laisse d'excellentes opportunités pour nous assurer une victoire rapide, en les faisant proprement chuter, que ce soit par ma magie de lévitation ou la tienne pour perturber leurs sens et qu'ils s'écrasent contre les falaises.

Les faire chuter, pour remporter la victoire. En apparence, rien de plus simple, mais la voltige faisait partie intégrante des enseignements dispensés aux chevaucheurs, et l'équilibre et le savoir-faire était de mise. Nul doute que leurs rivaux seraient solidement assis sur leurs montures. Néanmoins, rien n'était impossible, et c'était là le but premier des instructeurs : rendre possible ce qui paraît impossible aux yeux des jeunes chevaucheurs. Tandis que les chacun des deux coéquipiers se préparait à s'envoler, Aaron se senti projeté en arrière, et chuta d'Héritage, aussi surpris que ce dernier. Ce n'est que lorsqu'il croisa le regard de Maëlys qu'il compris que c'était l’œuvre de cette dernière :

─ Alors ?

Sans rien répondre - il n'avait pas grand chose à dire - il se remit en selle. Tandis qu'Héritage lui transmettait une simple pensée, il se concentra à son tour tout en restant immobile, et projeta sa pensée vers sa coéquipière. Comme un dessin, il imagina une large falaise avec la mer située des dizaines de mètres en contre-bas, les vagues venant s'écraser contre la roche dans un bruit sourd et le soleil se couchant non loin de là. Il le voyait réellement, derrière ses paupières fermées, mais lui savait que ce n'était pas la réalité. C'était légèrement différent pour sa coéquipière. Même en ayant connaissance de cette habilité à faire ressentir des choses irréelles, les premières fois étaient toujours déstabilisantes. Quand il estima que la plaisanterie avait assez duré, il mis fin à l'illusion, et tourna son regard brun vers la chevaucheuse :

─ Je m'occupe de celui de droite.

Puis, sans attendre de réponse, il indiqua à Héritage qu'il était prêt, et le grand dragon grenat s'élança. Ses puissantes ailes battant l'air, le duo se retrouva vite à hauteur des deux autres chevaucheurs. Tandis que les deux virevoltaient avec aisance, Héritage vira vers celui de droite, laissant l'autre s'éloigner. Une fois que le chevaucheur eut compris qu'Aaron se dirigeait vers lui, les deux dragons entamèrent un étrange ballet, tournant l'un autour de l'autre sans se quitter des yeux, attendant que l'autre s'élance en premier. Aaron se décida à ouvrir le bal avec Héritage, et profita d'une ouverture pour encourager sa monture. Cette dernière profita de son poids pour déséquilibrer son égal en le heurtant épaule contre épaule - le faisant s'affaisser de quelques mètres - avant de s'éloigner de nouveau.

[Disons une chute pour la victoire du coup ? :)

_________________
Relations ÉvolutionJeu d'Omen





Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2266
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Lun 1 Aoû - 23:09

Le feu et la glace.
C'est l'impression diffuse qu'il me laissait, alors qu'il se remettait proprement en selle sans faire le moindre commentaire. Je devrais plutôt être soulagée qu'il ne prenne pas ombrage de ma petite démonstration. J'en connaissais plus d'un qui l'aurait eu bien mauvaise de se faire mettre à terre par surprise ainsi. Il fallait dire qu'il m'arrivait parfois d'user de mes compétences pour jouer quelques sales tours... Mais modérément. Je n'avais pas envie que certains se plaignent auprès de nos instructeurs et me portent ainsi préjudice. C'est déjà souvent bien compliqué de s'imposer, quand on est ressortissant de Lorgol...

Mais Aaron me renvoie un regard neutre, et il me rappelle un instant Thomas, si calme et silencieux. Je comprends mieux pourquoi nous n'avons pas beaucoup échangés jusqu'à présent, s'il est ainsi avec ses coéquipiers. Je n'avais pas remarqué Thomas durant mes premières années à l'Académie, mais ce n'est pas pour autant que nous ne sommes pas devenus amis par la suite. Simplement... Ce fut fastidieux.

Je reste plongée dans mes pensées quand une image vient subitement les troubler. J'entrevois bientôt une falaise en contrebas, avec la mer qui se fracasse sous mes pieds. Je m'agrippe subitement contre le dos de Mirage, dont les écailles rugueuses sous mes mains me rassurent. Le dragon ne bouge pas malgré tout, et l'instant de stupeur passé, je relève la tête pour suivre les derniers rayons du soleil disparaître à l'horizon. Ce n'est que quand je me souviens que nous sommes en plein milieu de journée que l'illusion se dissipe. Je reste un peu désorientée, et Mirage oriente son regard d'azur vers moi, avec une lueur d'interrogation. Je lui rends à peine avant de me tourner vers Aaron, que je devine sans mal être le responsable de mon trouble passager :

- Je n'aime pas tellement que mon esprit me joue des tours... Ils vont encore moins apprécier en plein vol.

Je plisse le regard, subitement pensive.

- Qu'était-ce... Un paysage que tu avais déjà eu l'occasion de voir de tes propres yeux ? C'était... Beau.

Je souffle ces derniers mots comme une confidence, avant qu'un mince sourire étire mes lèvres. Je ne m'appesantis pas sur le sujet, car nous avons bien plus important à penser dans l'immédiat. Nos adversaire ont déjà pris de l'altitude et semblent prêt à livrer combat. J'hoche la tête, par l'affirmatif, et Mirage s'envole sans tarder à la rencontre de Marius. Ses ailes claquent, et nous portent à toute vitesse... Il ne bifurque qu'au dernier moment, pour s'assurer de les séparer, et le regard vigilant du dragon reste fixé sur les manœuvres d'Aaron qui s'opèrent.

- Marius !

Il tourne la tête dans ma direction, quand mon dragon fonce droit sur lui. Je vois une expression surprise marquer ses traits, et il ne remarque que tardivement le mouvement de mes mains, quand Mirage se laisse retomber en piqué juste avant de les percuter. La manœuvre de contournement a été plutôt efficace, et j'ai réussi à me rapprocher suffisamment pour que mon pouvoir se renferme sur lui. Il ne se sent chuter que quand son dragon opère un virage au dernier moment en espérant éviter le mien. Je devais le déstabiliser assez pour qu'il ne s'attende pas à ce que je le fasse léviter... Mais je constate avec amertume que son dragon est assez leste et rapide pour le récupérer et stabiliser leur position. Bon sang, ça ne vaut pas comme hors jeu tout de même, d'agir ainsi ?

J'oriente mon regard vers l'instructeur, qui n'a pas moufté. Je jure tout bas et Mirage s'écarte juste à temps pour se garantir de toute riposte. Si l'attaque frontale ne suffit pas...

- Aaron ! Maintenant !

... La combinaison de nos deux magies devraient y parvenir. S'il arrive à les perturber en plein vol, ce sera un jeu d'enfant pour moi de les pousser hors de leur selle. Mais va-t-il comprendre ce que j'attends de lui sans même échanger plus de mots ? Je l'espère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 258
J'ai : 30 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; ainsi que fils du Comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Jeu 18 Aoû - 12:51

Maelys fut surprise par la vision, et mit quelques instants à retrouver ses repères.

─  Je n'aime pas tellement que mon esprit me joue des tours... Ils vont encore moins apprécier en plein vol. Qu'était-ce... Un paysage que tu avais déjà eu l'occasion de voir de tes propres yeux ? C'était... Beau.

Aaron avait acquiescé silencieusement, avant de prendre son envol pour aller affronter le chevaucheur dont il avait la charge. Oui, c'était une image qu'il avait vu de ses propres yeux. Sombreval possédait une partie des côtés d'Outrevent, et les nombreuses falaises qui bordaient le comté offraient de magnifiques points de vue pour quiconque voulait bien prendre le temps de s'y attarder. Se recentrant sur son rival, le jeune chevaucheur le regarda se rétablir et revenir à leur hauteur, tandis qu'il vit du coin de l'oeil que sa coéquipière était aux prises avec leur second rival. C'est alors qu'une voix forte s'éleva dans les airs, atténuée par le vent :

─ Aaron ! Maintenant !

S'il mit une fraction de seconde à comprendre, le cadet compris bien vite que Maelys attendait quelque chose de sa part, mais quoi ? Devait-il se ruer sur l'un d'eux ? Tenter d'en faire tomber un ? User de sa magie ? Sans perdre plus de temps, il choisit cette dernière solution, puisque c'était celle qui lui semblait la plus plausible. Après tout, il s'était réparti les chevaucheurs, pourquoi changer leur plan aussitôt quand chacun venait de découvrir la magie de l'autre ? Posant une main sur l'encolure puissante d'Héritage, il ferma les yeux et fit comprendre à ce dernier qu'il allait user de sa magie, et qu'il s'en remettait à lui pour conserver son équilibre. Puisant sans son énergie, le mage choisit une vision plus agitée. Il porta son choix sur une sombre journée d'orage où les nuages noirs assombrissaient tout, et où les lointains éclairs laissaient présager d'un violent orage. Il ne pourrait maintenir cette vision très longtemps - d'autant plus qu'elle affectait deux individus - mais si Maelys se dépêchait, alors ils avaient leur chances. Aaron faisait parfaitement confiance à son dragon pour ce qui était du reste, car lui s'était coupé du monde et de l'extérieur et n'assurait plus qu'un équilibre basique, sans aucune anticipation de ce qui pouvait se passer. C'était un risque à prendre pour tenter de déstabiliser leurs adversaires.

[Désolé, ça n'est pas terrible mais je suis encore en vacances donc j'ai peu de temps, mais je ne voulais pas te faire attendre plus longtemps, donc j'espère que ça t'ira :angel: ]

_________________
Relations ÉvolutionJeu d'Omen





Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2266
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Lun 22 Aoû - 11:39


Il ne me répond pas, ou pas directement du moins. L’heure n’est certainement pas au long discours, alors que nous avons déjà perdu un peu de temps à apprécier les capacités de l’un et l’autre. Nous nous envolons, et le plan ne se déroule finalement pas comme prévu, alors que les deux mages offrent une résistance à laquelle nous aurions pu nous attendre. Je ne peux pas m’épancher, quand je lui réclame subitement de l’aide, au risque de trahir ses compétences d’illusioniste avant même qu’il ne les utilise. Ce serait une erreur regrettable, qui pourrait leur permettre de déployer des parades, alors que nous avons justement encore l’effet de surprise avec nous.

Je ne sais quand exactement Aaron s’est mis à agir, mais tous les Chevaucheurs sont subitement étrangement immobiles. C’en est presque effrayant… Je souffle quelques mots à l’oreille de Mirage, qui en percute un, de son vol puissant. Nous tournoyons dans les airs, et je me cramponne suite à la violence du choc. Le dragon n’a jamais donné dans la demi-mesure, mais il arrive encore à m’étonner… D’un puissant coup de griffe, il arrive à se dégager avant d’entrer en collision avec le sol, contrairement à l’autre dragon, d’un vert plus foncé, qui s’écrase dans un craquement sonore. Son cavalier est indemne, mais il vient de mordre subitement la poussière… Par contre, son compagnon de vol a une aile qui s’incline dans un angle assez peu naturel.

On va encore nous le reprocher, Mirage.
Je feinterais aussi une certaine affliction, si cela peut te satisfaire.


Faire croire à ce qu’il n’est pas, Mirage est doué pour ce faire. Je suppose que son nom n’est pas usurpé, et que sa longue existence lui fournit une expérience certaine en la matière. Je ne réponds rien, et me laisse porter par cette puissante aile quand il se dirige droit sur le dragon de Marius. J’attends seulement d’être suffisamment à portée pour user de ma propre magie. Une force invisible le propulse hors de sa selle, alors que son dragon reste désorienté, incapable de comprendre ce qu’il vient de se passer en quelques secondes, à cause de ce carcan illusoire dans lequel Aaron les a enfermé. Je réagis avec un temps de retard, alors que les deux Chevaucheurs reprennent subitement conscience de leur environnement. Et Marius, juste assez pour crier dans les airs, avant que l’instructeur ne le récupère, signant ainsi la fin des hostilités. Je me laisse partir dans un léger rire, alors que je me pose aux côtés d’Aaron, lui décochant une tape amicale à l’épaule.

- Tu as géré !

Les voir maugréer leur défaite me ravit plus que je ne le devrais, et je m’incite au calme, quand l’instructeur me renvoie un regard circonspect. Les entraînements en vol sont terminés pour aujourd’hui, surtout avec la blessure à l’aile de l’autre vert, et soi-disant à cause de l’état inquiétant de Mirage, qui n’a écopé de rien d’autres qu’un léger coup de griffe. Quel comédien…

Je me rapproche d’Aaron, en quelques foulées, quand la pause est décrétée.

- On forme une bonne équipe, non ? Tu n’es pas d’accord ? C’était d’une déconcertante facilité pour moi, à partir du moment où tu as usé de ta magie… Sincèrement, je n’aurais pas songé que les illusions puissent faire autant de dommages en plein vol.

Je marque un silence, avant de risquer un sourire.

- Je pars dans quelques jours, pour le vol de Lagrance. Je devrais te remercier, je suppose… Cette journée d’entraînement me permet sans doute de me confirmer dans mes prochaines fonctions. Et toi ? Tu en as encore pour combien de temps encore à la Caserne ? Et où tu iras, à l'issue de ta formation ?
Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 258
J'ai : 30 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; ainsi que fils du Comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Sam 10 Sep - 22:38

Tandis que sa concentration était uniquement tourné vers ses adversaires, Aaron faisait abstraction de tout ce qui l'entourait. Il ne voyait ni leurs gestes, ni même leurs réactions, mais il pouvait sentir le trouble que sa magie provoquait chez eux. Il perçut le souffle d'une première collision, mais tenta de ne pas y prêter attention pour maintenir son illusion encore quelques instants, néanmoins il dû bientôt se résoudre à mettre un terme à cette dernière au vu de la fatigue qui commençait à l'envahir. Il ne savait pas réellement si leur tactique avait fonctionné, mais il ne pouvait pas faire plus pour l'instant. Ré-ouvrant les yeux, il récupéra instantanément ses repères et fit comprendre à Héritage qu'il était de nouveau attentif. Observant leurs adversaires, le cadet constata avec une satisfaction contenu que l'un de leur rival se trouvait à terre aux côtés de son dragon - qui semblait avoir une aile en fâcheux état - tandis que l'autre était étendu près de l'instructeur, son dragon quelque peu désorienté non loin de lui. La défaite de l'équipe adverse ayant mis fin à l'entraînement, Héritage alla souplement se poser non loin de Marius pour écouter ses instructions. Rapidement, Maëlys vînt se poser à côté de lui et lui décocha une tape amicale dans le dos :

─ Tu as géré ! On forme une bonne équipe, non ? Tu n’es pas d’accord ? C’était d’une déconcertante facilité pour moi, à partir du moment où tu as usé de ta magie… Sincèrement, je n’aurais pas songé que les illusions puissent faire autant de dommages en plein vol.

S'il n'aimait guère les contacts rapproché de la sorte, Aaron n'en laissa rien paraître, et se contenta de sourire légèrement. Non pas que les propos de sa camarade l'ennuient, mais ce côté indifférent et taciturne faisait partie de son caractère. Il n'était pas réellement à l'aise avec ce genre de remarques qui complimentaient ses talents, aussi se contenta t-il de hocher la tête.

─ Je pars dans quelques jours, pour le vol de Lagrance. Je devrais te remercier, je suppose… Cette journée d’entraînement me permet sans doute de me confirmer dans mes prochaines fonctions. Et toi ? Tu en as encore pour combien de temps encore à la Caserne ? Et où tu iras, à l'issue de ta formation ?

Tout en écoutant la jeune femme, Aaron avait mis pied à terre pour laisser son dragon libre de s'étirer à sa guise. Tout en desserrant légèrement les sangles de la selle, il répondit d'une voix calme :

─ Je n'aurai pas pu les déséquilibrer seul, tu as autant de mérite que moi.

Il se tut quelques instants, avant de reprendre :

─ Il me reste quelques mois de formations avant de partir rejoindre mon Vol. A moins que le Maréchal décide de m'envoyer ailleurs, je rejoindrai très probablement le Vol d'Outrevent.

Enfin, une fois son affaire terminé, il se retourna franchement vers Maëlys, et ajouta d'une voix sincère :

─ Je doute que nous nous revoyions d'ici ton départ, mais peut-être aurons nous l'occasion de nous recroiser une prochaine fois. Je te souhaite de réussir ce que tu entreprendras.

Ce disant, il posa une main sur l'épaule d'Héritage, et adressa un léger sourire à sa coéquipière.

[Je suis sincèrement désolée pour le temps que j'ai mis à répondre, je devrai m'enterrer six pieds sous terre pour t'avoir fait attendre autant :argh:
Ceci dit, c'était très sympa comme RP, j'espère qu'on aura l'occasion de s'en refaire un une prochaine fois. Ah, et sinon, Aaron n'est pas un monstre insensible, il est juste un peu renfermé :angel: ]

_________________
Relations ÉvolutionJeu d'Omen





Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2266
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: "Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."   Mar 13 Sep - 16:00

Le Chevaucheur n’est pas vraiment commode, mais je ne m’en offusque pas. Je fréquente bien trop Thomas pour m’en formaliser… Et je ne doute pas que les deux s’entendraient bien, même si les discussions risqueraient d’être très fortement limitées. Notre victoire ne lui arrache qu’un mince sourire, tout en modération. Je crains presque qu’il ignore mes interrogations, mais Aaron se décide tout de même à descendre de son dragon pour me saluer.

- Il suffisait seulement de les cueillir, après ton tour de magie. Dommage que tu ne vois pas la tête d’ahuri qu’ils font quand tu l’utilises…

A condition d’avoir un peu d’humour, bien entendu. Et à l’entendre me préciser qu’il sera certainement rattaché au Vol d’Outrevent dans quelques mois, je comprends subitement mieux qu’il n’en ait pas beaucoup.

- Ah… Outreventois.

Je ne les aime pas, en général, et parce qu’ils me le rendent bien. Ils sont trop rigoureux, plein de grands principes, moins tolérants envers la lorgolienne que je suis. Mais bon, je n'ai pas envie de faire des généralités comme ils tendent si souvent à le faire. Les choses se sont plutôt bien passées, avec Aaron, Outreventois ou non. J’hoche la tête, par l’affirmative.

- D’autres occasions nous seront laissées de travailler de concert, Aaron. Je te souhaite de réussir, et de leur en mettre plein la vue durant ces prochains mois.

Comme il vient de le faire, d’une certaine façon, à les perturber par ces paysages surgis de nulle part. Je lui rends un mince sourire, en parfait miroir, avant de faire signe à Mirage. Il est temps pour nous de rentrer. Je dois raccompagner mon dragon de comédien à la Caserne pour vérifier qu’il n’a aucune affliction grave, comme me l’ordonne l’Instructeur. Hormis sa folie incurable ? Je ne crois pas.

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"Ce sont les épreuves qui nous poussent à nous surpasser."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort ! " Ouais bah à ce stade là, j'suis hulk ! - ALIX
» Ce sont nos choix qui montrent ce que nous sommes vraiment, beaucoup plus que nos aptitudes + Erin
» De Norman Maclean - Ce sont ceux avec qui nous vivons, que nous aimons et que nous devrions connaître, qui nous échappent. • Cornélia
» (nahele) ces envies qui nous poussent à embrasser le vide.
» [En cours]Reprendre ce qui a été pris [Rang A]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours-
Sauter vers: