AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des croissants pour un réveil en douceur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 31 Mai - 19:42




Livre I, Chapitre 3 • Les Amoureux du Vent
Cassiopée & Thomas 2

Des croissants pour un réveil en douceur

Ou comment mater la bête qui sommeille.




• Date : 16 mai 1001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Désireuse de voir la promesse qui lui a été faite être tenue, Cassiopée n'hésite pas a réveiller Thomas à l'aube avec, en guise de pardon, un panier plein de croissants. Espérons que cela lui évite les foudres du jeune homme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 31 Mai - 19:44

« Thooooomaaaaas....Thoooohooomaaaas. »

Mais quelle est donc cette mouche persistante qui s'évertue a vouloir a tout prix réveiller le jeune Chevaucheur ? Une mouche avec des cheveux blonds ramené en natte sur l'épaule, un sourire sur les lèvres et un regard pétillant. Avouons le, il y a plus terrifiant que cela. Un panier dormait dans son giron, le soleil n'était pas encore tout à fait levé et la jeune mage venait de fouler au pied la bienséance qui voulait qu'une femme ne pénètre pas la chambre d'un homme la nuit. Mais il n'était plus la nuit. Certes, c'était jouer sur les mots, mais c'était la vérité, donc, suivons son raisonnement qui nous disait que, de son avis, elle ne faisait rien de mal ou d'immoral. Mieux valait sans doute oublier le coup d'oeil réprobateur du tenancier lorsqu'elle était passé devant lui.

Une grimace se peignit furtivement sur les traits de la jeune femme. Diantre ! Thomas avait un sommeil d'ancre de vivenefs ! Alors elle brandit son arme la plus fatale, la plus létale même ! Son index. Un malicieux petit index qui trouva le chemin des côtes flottantes du jeune homme de la plus sûre des manières.

« Thoooooomaaaaaas ! »

Mais quelle affreuse petite mouche ! Qui risquait de se prendre un coup de tapette de la part d'un ours mal léché. Cela faisait partit des risques qu'elle assumait, n'en doutez pas. Enfin presque, ou alors elle aimait les choses dangereuses. Mmmh...Ah enfin un frémissement ! Cassiopée adressa un sourire victorieux a Sereine, un sourire qui voulait dire « tu vois ? Sans grognement ! » quoique...Un grondement vint faire vaciller le sourire qu'elle affichait. Bien bien bien...Elle avait donc crier victoire trop tôt.

« Enfin presque... »

Chuchota-t-elle en direction du félin qui sembla ricaner dans son coin. Prudente, elle recula d'un petit pas, on ne savait jamais, les ours au réveil n'était pas des plus affectueux. Mais elle avait tout prévu ! N'en doutez pas !  D'un geste vif, elle ôta la serviette qui couvrait son panier, laissant l'odeur de croissants frais envahir la pièce :

« Je viens en paix, si, si. »

Comment calmer une bête chafouine ? Parler a son estomac et en ça, Cassie était passée maîtresse !

« Thomaaaas, arrête de grogner et ouvre les yeuuuux, il est l'heure de tenir ta promesseuuuh ! Bon, une heure certes presque indécente je te l'accorde, mais je dois aller au marché après. »

Sa bouche se plissa en une moue d'enfant suppliant devant les yeux endormit de Thomas. Dommage qu'il soit grognon, il était absolument adorable avec ce regard encore dans les vapes.

« Des croissants tout chauds pour me faire pardonner ? »

Rajouta-t-elle avec un sourire angélique. Bien, ce n'était pas sûre que cela la sauve d'un savon mémorable, pourtant, elle savait, pour l'avoir souvent pratiquer, que le réveil de Thomas était quelque chose de délicat. Vraiment délicat. Espérons que les croissants soient un bouclier efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 31 Mai - 21:39

    Le grand félin ouvrit un œil alors qu'une fine silhouette se glissait dans la chambre. C'était là une odeur familière qui ne l'inquiétait nullement. Cela faisait dix ans qu'elle était habituée. Elle regarda Cassiopée avancer jusqu'au lit où dormait Thomas. Le jeune homme ne dormait pas beaucoup, mais quand il se trouvait au pays des rêves, il était difficile de le ramener à la réalité. Ce qui était d'ailleurs parfois problématique le matin... Le lynx s'étira. Elle aussi aimait bien dormir, mais ça, c'était propre au félin et elle dormait bien davantage qu'elle n'était active d'ailleurs, même si être le Familier de Thomas avait quelque peu bouleversé ses habitudes d'animal sauvage. C'est avec amusement qu'elle regarda l'humaine tenter de réveiller le jeune homme, de façon douce mais insistante de prime abord. Ce qui ne s'avéra pas très concluant. Une bûche. Elle recommença alors qu'il émergeait enfin, non sans narguer le félin narquois il se roula sur le dos quand Thomas grogna, écrasante de mépris typiquement félin.

    « Hum, merde, Cassie, fous-moi la paix. »

    Ce n'était qu'une murmure proche du grognement alors qu'il se retournait du côté contraire à la jeune femme. Sauf qu'il sentit une délicieuse odeur qui fit gronder son ventre. Il était rentré tard et avait décidé de dormir dans une auberge avant de rentrer à la caserne. Il n'avait grappillé que quelques heures de sommeil. Trop peu malheureusement, ce qui le mettait d'humeur maussade. Même si c'était une jolie jeune femme qui le réveillait... Mais le doigt dans les côtes, il s'en serait passé, ignorant qu'il y avait eu des tentatives moins agressives auparavant. Et elle continua avec sa petite voix agaçante. Elle ne l'était pas d'ordinaire mais là, elle lui faisait penser à un serpent. Il soupira lourdement, résigné, avant de s'allonger sur le ventre et de tourner la tête vers elle, l'épinglant d'un regard encore un brin ensommeillé, mais perçant.

    « T'es vraiment pénible quand tu t'y mets. »

    Il finit par se redresser, s'asseyant en passant une main dans ses cheveux ébouriffés. Le draps avait naturellement glissé, révélant son torse nu... heureusement, il ne montra rien d'autre qui aurait pu offusquer une innocente jeune femme. Des spectateurs ignorants auraient pu trouver étrange qu'il ne soit même pas choqué de la présence d'une jeune femme dans sa chambre, sans arrières pensées, mais ce n'était pas comme si c'était la première fois que cela arrivait. Même s'il ressentit un léger malaise suite à une réaction naturelle et totalement masculine parfaitement incontrôlable, louant la pénombre et le drap qui masquaient son embarras. Embarras qu'il ne montrait pas, ce n'était pas dans ses habitudes de se dévoiler... Même avec une Outreparleuse.

    « Il faudra plus que ça. »

    Mais bon, il sentait quand même sa mauvaise humeur se dissiper devant son appétit qui allait grandissant. Sereine vint le rejoindre, quêtant une caresse de sa grosse tête, qu'il lui accorda de bonne grâce, alors qu'il chipait une délicieuse viennoiserie dans le panier de Cassiopée.

    « Et je peux savoir ce que je t'ai promis ? »

    D'une, des promesses, il en faisait souvent à Cassie, pour lui faire plaisir, pour interrompre le flot de paroles et aussi parfois, sans écouter. Et de deux, il aimait encore bien la taquiner. Elle était inépuisable... Il avait l'impression d'être un vieillard fatigué à côté de cette petite boule d'énergie. Elle était solaire. Même alors que l'astre diurne n'était pas encore levé et qu'il aurait bien dormi encore un peu. Il était difficile de maugréer longtemps après elle après tout. Mais il aurait presque été jaloux de sa faculté à paraître si rayonnante à cette heure-ci. C'était indécent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 31 Mai - 22:34

Pénible. En soit c'était un mot qui revenait souvent parfois lorsqu'on parlait d'elle aussi n'y prêta pas vraiment attention. De toute façon, un ours, ce n'est pas poli, ce n'est pas bien léché, et surtout, ça n'avait pas de cerveau. Magnanime, Cassiopée décida donc de lui pardonner. Ou alors elle laissait couler parce qu'elle savait que le fait de venir le réveiller allait le mettre en boule.

« Des muffins ? Poires chocolat ?»

risqua-t-elle en agitant discrètement sa main pour noyer la mauvaise humeur de Thomas dans les effluves de croissants délicieux. C'était fourbe. C'était mesquin. C'était parfait. Par contre, elle ne s'était pas attendu a le trouver a moitié nu. Comme quoi, la jeune mage ne réfléchissait pas toujours, il était pourtant évident que cela risquait d'être le cas lorsque l'on réveillait quelqu'un. Sauf qu'elle, elle dormait dans une chemise de nuit de coton, naïvement, elle avait sans doute imaginer que Thomas faisait de même. Mauvaise pioche. Le pire serait sans doute qu'elle ne détournait absolument pas les yeux comme toute jouvencelle normalement constituée, pire, elle commenta même :

« Dis donc, tu as maigris non ? »

Pudeur ? Timidité ? Oubliez, elles sont restées devant la porte. Mais la familiarité avait quelque chose de sournois, elle s'en rendrait compte bien plus tard lorsque l'indécence de la situation lui sauterait finalement aux yeux. Pour l'heure, ce n'était pas le cas. Frappez là. Elle se redressa lorsqu'il posa la question qui fâchait :

« Tom...Je veux bien que tu oublie de m'écouter, voir que tu m'ignore totalement parce que tu ne sais absolument pas gérer mon flot de parole, chose que tu ne m'a jamais vraiment reproché d'ailleurs, ce dont je te remercie n'en doute pas et ce qui fait sans doute que je t'adore...Tu es quand même prié de te souvenir de ce que tu me promets ! Imagine que...que tu m'ai fais la promesse...Je sais pas moi ! De m'épouser ! Ah ! Tu serais bien attrapé a l'heure actuelle ! »

Sa mine outrée céda vite la place a un sourire blasé. Cassie avait l'habitude de cette façon qu'avait Thomas de s'isoler, même lorsqu'il était avec elle. Elle n'en prenait pas ombrage d'ailleurs, mais cela pourrait un jour lui jouer des tours !

« Bon, ça n'a rien d'aussi dramatique je te rassure ! Alors et d'une tu m'as promis d'apprendre a me défendre parce que, je te cite « Blablater dans la tête des gens c'est bien, ça embrouille mais ça ne vaudra jamais un bon uppercut bien placé » et là, je me demande si je dois te rappeler ta promesse de m'accompagner au marché.... »


Tout en parlant, elle s'était installé au bord du lit, divisant comme si son interlocuteur n'était pas a moitié nu. Normal. Une matinée tout ce qu'il y avait de plus banal sous le soleil de Lagrance. Enfin presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Dim 5 Juin - 20:52

    Elle essayait de l'amadouer là, non ? Sans doute. Il n'était pas dupe, mais la perspective que Cassie lui prépare quelques petites douceurs pour le mettre de meilleure humeur avait tendance à fonctionner. Il marmonna quelques paroles incompréhensibles, une façon d'acquiescer à sa proposition. Cela faisait dix ans qu'il la connaissait, dix ans qu'il savait sa capacité à changer de sujet sans prévenir et pourtant, il n'y était toujours pas habitué. Il lui lança un regard surpris quand elle lui demanda brutalement s'il avait maigri. C'était une obsession chez elle. Et s'il n'avait été aussi enclin à l'exercice physique de par son entraînement et son corps de métier, nul doute que les pâtisseries souvent exquises de la jeune femme lui auraient fait prendre quelques livres de façon insidieuse.

    « Humph. Je trouverais ce commentaire légitime quand tu te seras toi-même remplumée. »

    C'était la meilleure celle-là. Cassiopée adorait gaver les autres, mais se montrait plus mesurée quand il s'agissait d'elle. Elle était toute fine, bien que très bien proportionnée. Ce n'était pas parce qu'il était son ami qu'il n'avait pas des yeux pour voir. C'était une très belle femme. Et il ressentait déjà les affres de la jalousie à la perspective de devoir un jour la partager avec un autre qui serait son époux et aurait la chance de l'avoir pour lui tout seul. Cela arriverait bien pourtant... Quoiqu'il en soit, il était quand même estomaqué de son audace. Elle se trouvait à quelques centimètres de lui, séparée de sa nudité par un simple drap et voilà le genre de commentaire qu'elle pouvait lâcher. Cela aurait presque pu être vexant.

    Il demanda donc quelle promesse il avait faite (de façon sans doute inconsidérée d'ailleurs) pour qu'elle vienne l'arracher à son lit de si bon matin. Cela ne lui plaisait pas, il le devina à sa façon de se redresser. Mais ce n'était pas comme si elle n'était pas habituée à ce genre d'étourderie de sa part, comme il était habitué à sa personnalité fantasque. Ni l'un ni l'autre n'avait l'intention de changer. Il leva un sourcil quand elle lui fit la morale sur ses promesses faites trop rapidement et sans s'en rappeler le sujet, surpris de son exemple. Une demande de mariage... C'était incongru. Cela n'arriverait jamais. Ils étaient juste amis. Bien que c'était déjà une base bien plus saine et solide que celle de bien des unions, au passage. Il était bien placé pour le savoir avec l'exemple de ses parents, bien qu'il ne conserva aucun souvenir de sa mère, l'ayant perdu trop jeune. Mais pas besoin de se souvenir pour savoir que ce mariage là n'avait été en aucun cas fait d'amour ou d'amitié. Pas même de tendresse ou de respect... Cassiopée avait eu la chance de grandir dans un foyer uni. Thomas avait pu rencontrer ses parents à quelques occasions et avait été presque choqué de la bonne entente et de l'amour entre les membres de la famille Avirel. Il ne s'y était pas senti à sa place, malgré la chaleur de ses membres.

    « En fait, je pense que tu serais la plus lésée des deux. »

    Parce que vivre avec Thomas était loin d'être une sinécure, il ne se leurrait pas à ce sujet. Il ne serait pas malheureux avec Cassiopée, loin de là. Mais elle, elle ne serait sans doute pas heureuse avec lui. Il grimaça quand elle lui rappela alors ce qu'il avait promis. Pas pour lui apprendre à se défendre, mais plutôt pour l'accompagner au marché. Il n'aimait pas ça. Il n'aimait pas la foule. C'était une perte de temps. Même avec elle.

    « Ah oui. Tu te trompes, c'est pire que de t'épouser en fait. »

    Il soupira et s'étira, faisant craquer sa nuque et ses articulations et chassant les dernières traces de sommeil. Il allait se lever quand il se rappela d'un léger détail quelque peu gênant avec une jeune femme dans sa chambre. Une jeune femme avec laquelle il n'avait pas passé la nuit s'entend. Oh merde, heureusement qu'il n'avait pas trouvé galante compagnie quelques heures plus tôt, il se serait trouvé dans un sacré embarras ce matin si Cassiopée avait débarqué la bouche en cœur pour tomber sur deux amants endormis.

    « Ou tu te tournes ou tu sors, mais je dois m'habiller. »

    Il serait plus tranquille si elle optait pour la seconde demande, mais Cassie étant ce qu'elle était, elle ne verrait sans doute aucun problème à rester dans la même pièce. Il allait sûrement battre des records de vitesse d'habillage ce matin.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Dim 5 Juin - 21:05

Outrée, Cassie se regarda, se contorsionna, admira son popotin couvert d'une jupe de couleur miel sombre avant de secouer la tête. Ecrasant Thomas d'un regard doté d'une sainte indignation, elle rétorqua :

« Je ne suis pas maigre ! Un peu mince, certes, mais parcourir les couloirs d'Amar n'est pas de tout repos ! Je mange bien et puis de toute façon, je ne suis pas d'une nature a grossir à outrance ! Mon commentaire est tout à fait légitime de toute façon ! Je te remplis l'estomac bien plus souvent qu'a mon tour ! Bon, j'avoue que j'adore ça c'est vrai et que si je m'amusais a manger tout ce que je cuisinais, je ne tarderais pas a rouler sur le sol plutôt que me déplacer sur mes deux jambes, mais de là a dire que je suis maigre ! Tu exagère, voilà tout ! »

Le tout déblatéré sans reprendre son souffle. Oui, la jeune mage avait des poumons très bien entraînés cela était certain. Elle était capable de noyer tout son monde sous un flot de paroles impitoyables. C'était en quelque sorte, son petit talent, un talent qui en agaçait plus d'un, Thomas en tête. Totalement à l'aise dans cette situation incongrue, Cassiopée leva les yeux au ciel, priant les dieux de lui accordé la patience. Souhait déjà accordé depuis des années notons le, la jeune mage avait bien trop l'habitude de la réserve de Thomas pour en être outrée, mais son commentaire lui fit pincer les lèvres :

« Thomas....Je suis sûre que tu ferais un époux parfait, un peu taiseux mais parfait ! Mais d'abord pourquoi on parle de cela ? Ah oui ! On parlait de ta proportion a me faire des promesses en l'air ! Non pas que je t'en veuille bien sûr, je suis incapable de t'en vouloir pour quoique ce soit, mais cela pourrait te jouer des tours, Tom. Tu as de la chance, je ne suis pas quelqu'un de vicieux...Enfin presque pas, un petit peu parfois, mais pas avec toi. »

Effectivement, Thomas n'avait jamais fait les frais de sa colère, mais la jeune Outreparleuse était capable des pires ignominies pour venger ses amis. Oui, réveiller quelqu'un en pleine nuit durant des semaines et ce, avec la régularité d'une horloge était une ignominie a ses yeux, voyez son niveau de vice !

« Tout de suite les grands mots ! Rho tu exagères Tom ! Il ne s'agit que de quelques emplettes au marché ! Rien qui ne devrait faire peur a un fier Chevaucheur comme toi. »

Bien, il était vrai qu'elle avait tendance a l'entrainer sans son consentement dans son sillage, mais autant l'avouer, Cassiopée adorait la compagnie de Thomas et qu'elle en profitait dès qu'elle en avait l'occasion.

« Et puis qu'est ce qui est pire ? M'apprendre a taper sur quelqu'un de mes maigres petits poings et m'accompagner au marché ou t'ennuyer tout seul dans la ville hein ? »

Tout en parlant, elle se retourna donc, présentant son dos au jeune homme, de fait, il ne pu voir la petite moue qui se peignit sur le visage de la mage :

« Bon, non, ne réponds pas en fait, quelque chose me dit que je vais m'indigner de ta réponse. Mais tu sais, pour une fois que tu es ici et pas perdu en vol je ne sais où, il serait criminel pour moi de ne pas profiter de toi. »

Elle lui jeta un coup d'oeil par dessus son épaule, prise dans le naturel de sa conversation avant de se rendre compte de ce qu'elle faisait ! Bon il y avait des limites a l'indécence tout de même !

« Pardon ! Je ne regardais pas ! Enfin pas trop, désolée, bref ! Tu ne peux pas me dire non et la prochaine fois, tu réfléchiras un peu avant de me faire des promesses a tout bout de champ. »

Elle hocha la tête d'un air volontaire, parfaitement sûre de son raisonnement tout en se demandant quand avait il pris autant de musculature, tenir un dragon ne devait pas être facile cependant. Ah il était bien différent de l'adolescent qu'elle avait connu, mais elle avait parfois du mal à se dire qu'ils avaient grandit. De véritables oeillières n'en doutez pas, et une naïveté qui confinait parfois a la stupidité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Dim 5 Juin - 21:08

    Voilà comment vexer une femme sans aucun doute possible. Lui parler de son physique. Comme si celui de Cassiopée avait des défauts... Tout en elle plaisait à Thomas, il ne lui trouvait aucun défaut. Mais au moins, il avait détourné son attention. Temporairement. Il y avait quelque chose de comique à la voir se regarder sous toutes les coutures, concluant que non, elle n'était pas trop maigre, avant de regarder Thomas avec un petit air hautain et de le noyer une nouvelle fois sous une salve de bavardage.

    « Comme toi. »

    Elle aussi exagérait. Si elle plaidait sa cause en parlant de ses courses dans le domaine de Tristan, que devait-il dire de son entraînement quotidien, plus poussé encore ? Il n'avait vu aucun Chevaucheur (et aucune Chevaucheuse) qui soit en surpoids. Ils étaient tous athlétiques de par leur mode de vie. Même si dans le cas de Thomas (ou même de Tristan), ils avaient intérêt à redoubler d'ardeur pour ne pas laisser les délicieuses pâtisseries de Cassiopée saper tout le travail. Sous les draps, le jeune homme s'assit en tailleur, posant son coude sur son genou et sa joue dans sa main tandis que Cassiopée continuait dans sa lancée. Il n'aurait sans doute pas du lui avouer qu'il ne l'écoutait pas toujours et faisait des promesses à tort et à travers. Mais ce n'était pas comme s'il s'en était caché dés leurs premières rencontres. Il n'avait pas fait mystère qu'elle le perdait souvent en cours de route. Pourtant, il fut surpris qu'elle prenne comme exemple une demande de mariage entre eux deux. Totalement incongru, même s'il ne résista pas à l'envie de lâcher un petit commentaire qui relança la machine. Il haussa un sourcil quand elle rétorqua d'un air pincé qu'il ferait un bon époux, avant de chercher comment ils en étaient arrivés là. Cassie avait tendance à passer du coq à l'âne et ses pensées partaient souvent dans tous les sens. Il laissa s'étirer un mince sourire quand elle conclut qu'elle n'était pas vicieuse, se reprenant pourtant en ajoutant qu'elle ne l'était pas avec lui. Oui voilà, c'était plus proche de la vérité. Cassiopée était quelqu'un de foncièrement gentil, mais elle pouvait s'avérer être une vraie punaise quand ça lui prenait. Ou quand on s'attaquait aux personnes qu'elle aimait. Thomas était plus frontal, il frappait. Il avait la force physique pour ça. Pas Cassie qui compensait autrement.

    Elle lui rappela alors sa promesse de lui apprendre à se défendre. Ça, aucun soucis, il y prendrait un plaisir certain. Pour une fois que c'était lui qui pouvait apprendre quelque chose à quelqu'un, il n'allait pas se priver. Mais la seconde partie, en revanche, était nettement moins réjouissante. Il n'aimait pas le marché, il n'aimait pas la foule, point final. Et cela n'avait rien à voir avec de la peur.

    « Je n'ai pas peur, je n'aime pas ça, c'est tout. »

    Il lui jeta un regard éloquent quand elle lui demanda alors ce qu'il y avait de pire. Il ne s'ennuyait jamais. C'était là un avantage à apprécier la solitude. Il n'avait pas besoin d'être constamment entouré pour détourner son attention. Un concept étranger à Cassiopée, évidemment. La jeune femme était de nature sociable et ouverte, elle aimait pouvoir échanger avec les autres. Elle pouvait se targuer d'avoir sociabilisé le taciturne jeune homme, qui faisait des phrases plus longues depuis qu'il l'avait rencontré. Et qui n'évitait plus systématiquement les autres. Il n'aimait pas, mais il se faisait violence pour elle. Il se leva alors qu'elle se retournait, récupérant ses affaires.

    « Tu vois, pas la peine de poser des questions dont tu connais les réponses. »

    Mais non, pas la peine de susciter l'indignation ou il allait avoir la tête qui risquait d'exploser sous un nouveau flots de paroles. Il était trop tôt pour ça. Cela dit, il rendit les armes quand elle ajouta avec naturel qu'elle voulait juste profiter de lui quand il était disponible, ce qui fit naître aussi un dérangeant sentiment de culpabilité de la délaisser autant alors que c'était lui qui l'avait faite venir.

    « C'est vrai. »

    La jeune femme se retourna alors, et il croisa son regard, alors qu'il enfilait son pantalon. Elle fit volte face aussitôt, gênée. Autant que lui sans doute.

    « Cassie! »

    Il y avait de l'indignation dans sa voix alors qu'il se rhabillait à la vitesse de l'éclair et qu'elle s'excusait, non sans lâcher qu'elle avait quand même regardé au passage. Il soupira, se massant l'arête du nez. Finalement, il se rapprocha d'elle en silence, prenant un malin plaisir à la surprendre et souffla à son oreille :

    « J'ai compris. On y va ? »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Dim 5 Juin - 21:10

Si Cassiopée était un moulin à parole des plus redoutables, il y avait une chose qu'elle devait bien lui reconnaître. Des deux, c'était souvent lui qui avait le dernier mot. Un air faussement vexé sur le visage suivit d'un soupir, Cassie laissa donc tomber le sujet, elle n'aurait pas gain de cause, le chevaucheur était parfois plus borné qu'elle. Un exploit ! Cela dit, il fallait l'être pour arriver a la suivre, la preuve, elle arrivait a se perdre elle même c'était pour dire ! Comment en était elle venu a parler de mariage ? Un mystère dans plus dans l'univers sans aucun doute, Aura devait rire parfois de cette petite mage aussi généreuse qu'agaçante parfois.

Le dos tourné, elle haussa les épaules quand il nia la peur qui le prenait a plonger au milieu des gens. Elle avait déjà eu un mal fou parfois a le traîner dans de simple rencontre d'élève !

« Tu joue sur les mots Tom, ce n'était pas ce que je voulais dire, je me doute que tu n'as pas peur ect ect ect, mais tu passe ton temps tout seul, pas que ça me gêne tant que j'ai une petite place là dedans, mais voir du monde, ça fait du bien. Bon, tu ne le vois pas encore, mais je ne désespère pas de t'ouvrir les yeux ! »

Bon, en vérité, elle doutait d'y arriver un jour, douze ans qu'elle s'échinait sur la boite qui enfermait Thomas, douze années ! De très belles années n'en doutez pas, Cassie adorait littéralement le jeune homme et donc ne voulait que son bien. Ou ce qu'elle pensait être son bien, ce qui n'était pas toujours l'avis du chevaucheur.

« Tu es agaçant parfois, tu le sais ça ? Franchement, on ne se voit que lorsque tu n'es pas loin ou en congé. Heureusement que Tristan me tient au courant de vos déplacements ou missions parce que tu sais autant écrire que faire de grands discours. »

Ce faisant, elle se retourna légèrement, assez pour l’apercevoir dans le plus simple appareil...Enfin de dos, l'honneur était sauf. Elle grimaça a son exclamation et rentra même la tête dans les épaules :

« J'ai dis pardon ! Il n'empêche que tu as maigris...Un peu, en fait, je ne te voyais pas aussi....aussi...comment je pourrais dire ça...Bien fait ? Je ne pensais pas que l’entraînement était si éprouvant, il va falloir que je redouble d'attention pour t'empâter un peu. »

ajouta-t-elle pensive en se demandant quand même quel style de vie menait le jeune homme. Elle savait que c'était dangereux, enfin un peu quand même, mais elle n'imaginait sans doute pas jusqu'à quel point. Perdue dans ses pensées, ce qui arrivait de temps à autre quand elle ne les exprimait pas partout, elle n'entendit pas Thomas venir dans son dos. Son sursaut fut accompagné d'un petit cri étranglé qui n'aurait pas fait honte a une souris :

« Par Aura ! Tu veux me tuer ?! »

S'exclama-t-elle une main sur un cœur devenu sauvage et sautillant partout dans sa poitrine. Finalement, elle soupira profondément :

« Si tu es prêt oui, d'ailleurs, que dirais tu d'un pique nique après ? Si je dégote de bons produits, je pourrais nous faire quelque chose de bon ! A moins que tu n'ai quelque chose de prévu, ce dont je doute, mis à part un tête à tête avec toi même évidemment. Et, sache le, je n'ai aucun remords a l'idée de t'arracher a un rendez vous avec ton autre toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 7 Juin - 19:56

    Un léger sourire flotta sur les lèvres du jeune homme quand Cassiopée lui fit remarquer qu'il jouait sur les mots. Il était assez doué pour effectivement prendre les choses de façon très terre à terre. Ce qui avait le don d'agacer ses interlocuteurs quand ils faisaient de l'esprit et faisaient un plat. Même s'il comprenait très bien le sens figuré de ces paroles. Mais il détestait qu'on puisse penser qu'il craigne quoique ce soit. Surtout quelque chose d'aussi ridicule que la foule. Simplement, il n'aimait pas se mêler ainsi aux gens. Il n'était pas à l'aise, bien qu'il fasse un sacré travail sur lui-même à ce sujet depuis qu'il avait rencontré la jeune femme qui ne lui laissait pas vraiment le choix, l'entraînant dans son sillage avec une énergie qui lui donnait le tournis. Il devait cependant reconnaître que sa rencontre avec Cassiopée était une bénédiction et ce qui lui était arrivé de mieux dans sa vie, le faisant sortir peu à peu de sa coquille. Sa réserve avait été un handicap et si on devinait toujours qu'il était solitaire, au moins pouvait-il entretenir une certaine conversation et ne pas passer pour un sauvage.

    « Cela te fait du bien à toi. Les gens ne sont que très rarement intéressants. »

    Alors du coup, il ne voyait qu'un intérêt limité à ce genre de sorties, mais bon. Si Cassiopée insistait, il n'allait pas résister bien longtemps. Elle comprenait sa façon de voir les choses, il comprenait celle de la jeune femme et ils composaient tous les deux avec leurs caractères bien différents. Mais elle avait bien plus qu'une petite place dans sa vie, même s'il ne lui dirait sans doute jamais à quel point elle était importante. Il était avare de mots et de compliments et ne savait pas exprimer ce qu'il ressentait ou pensait. Il haussa simplement les épaules quand Cassiopée pesta contre lui et son manque de communication. Effectivement, il était assez indépendant et sans doute un brin trop égoïste pour penser que son sort importe à quelqu'un. Il avait déjà commis cette erreur avec Élise, en ne lui donnant aucune nouvelle pendant plus d'une décennie. Elle lui avait pardonné. Il s'en était excusé. Mais il serait sans doute judicieux d'anticiper, plutôt que de demander pardon.

    « Je ferais un effort. »

    Et là, Cassiopée commit l'erreur de se retourner, surprenant son compagnon pas encore habillé. Si elle se retourna vite en s'excusant, le mal était fait et elle s'attira une commentaire outré de Thomas, pas forcément à l'aise à l'idée que la jeune mage l'ai vue dans le plus simple appareil. Il n'avait aucunement honte de son corps, loin de là et avait un certain succès avec les femmes, pour peu qu'elles se contentent de sexe et pas de grands discours emplis d'amour et de compliments. Il était plutôt maladroit avec la gente féminine, ne leur donnant sans doute pas ce qu'elles attendaient de lui. Certaines s'en moquaient et passaient outre. La plupart laissaient tomber.

    Pourtant, il cessa de s'habiller quand elle commenta ce qu'elle avait vu. Elle n'était pas possible... Elle était sérieusement en train de le complimenter sur son corps ? Il maugréa. Cassiopée arrivait encore à le surprendre après tout ce temps... Il n'avait pas maigri, il s'était musclé, voilà tout. Il était loin d'avoir la peau sur les os, mais il n'y avait effectivement pas de place pour le gras.

    « Tu croyais qu'on faisait quoi au juste ? Qu'on jouait aux cartes ? »

    Évidemment que l'entraînement était difficile. Il était un mage guerrier maintenant. Il savait se servir d'une arme et plutôt bien, comme de sa magie. Mais Cassiopée n'avait jamais eu l'occasion de le voir à l’œuvre et il espérait que les dieux feraient en sorte qu'elle n'ai jamais à y assister. Cela signifierait qu'elle serait en danger. Inacceptable. Mais comment lui en vouloir quand il se montrait si peu loquace ? Quand Cassiopée lui racontait ses journées, il écoutait, mais livrait rarement ce qu'avait été la sienne. Elle en savait peu sur sa vie finalement... il se demandait encore pourquoi elle s'accrochait à lui quand tout le monde serait parti en courant.

    Une fois habillé, il se glissa derrière elle et laissa échapper un petit rire amusé quand elle s'exclama de surprise.

    « Il en faut plus que ça va. »

    Il haussa un sourcil quand elle proposa un pique-nique après, non sans anticiper ce qu'il aurait pu répondre. Elle le connaissait trop bien. Et cela aurait du le vexer qu'elle sache qu'il n'avait personne à voir... Hormis elle.

    « Je le sais. Très bien, je suis à toi autant de temps que tu pourras me supporter aujourd'hui. »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mer 8 Juin - 8:11

Cassiopée se retint de hocher vigoureusement la tête aux propos de Thomas. Sur le coup, elle ne pouvait le contredire sans paraitre totalement idiote. Evidemment qu'il existait des gens totalement fades, elle le savait même si elle arrivait parfois à leur trouver un petit truc. IL n'était pas faux de dire qu'il lui était déjà arrivé de s'ennuyer avec quelqu'un. C'était rare, mais c'était arrivé. Dans tous les cas, jamais avec Thomas en tout cas. Ils arrivaient toujours à trouver de quoi partager leur impression ou sentiment et c'était très enrichissant pour elle. Evidemment, elle était loin de se douter que c'était la même chose pour lui puisque monsieur ne disait jamais rien ! Enfin, elle ne pouvait guère lui en vouloir pour ça. Il était ainsi, voilà tout.

"Oh tu sais, tu peux avoir des surprises parfois ! Bon, bonnes ou moins bonnes, je te l'accorde. Si je n'essayais pas toujours un peu, je serais passée à côté de toi, de Maelys ou même Tristan, imagine ce que j'aurais perdu !"

fit elle avec un large sourire amusé, les iris pétillant d'un rire contenu. Il était vrai qu'elle trainait souvent Thomas derrière elle, c'était un désir égoïste d'ailleurs, juste pour pouvoir profiter de sa présence avant de le rendre à son dragon, ou encore Sereine ou même Maelys étant donné qu'ils étaient affectés au même vol. Mais elle avait souvent l'impression de devoir s'imposer et que si elle ne le faisait pas, ce n'était pas lui qui viendrait la chercher. Une impression fausse, elle le savait mais qui demeurait tenace et provoquait bien souvent son inquiétude d'ailleurs. Elle ne voulait pas en moulin a parole ou même plus enjoué qu'il ne l'était, mais c'est vrai qu'un petit mot de temps à autre pour dire que tout va bien lui manquait. Elle retint un énième soupir. C'était inutile d'en espérer plus sans aucun doute :

"Juste un petit mot de temps en temps, que je sache que tu vas bien. Ça a l'air débile, mais j'ai tendance à m'inquiéter pour rien, tu vas dire que tu n'es plus un enfant et que tu as pas besoin qu'on veille sur toi, mais vois le problème inverse et dis-toi que c'est pour ma tranquillité d'esprit sans compter ta propre sérénité car les conséquences seront que je serais bien moins encline à venir te réveiller à l'aube."

Elle en demandait peut être un peu trop parfois, se dit elle songeuse sans se rendre tout de suite compte qu'elle venait allégrement de l'attraper tout nu. Bien. Rajoutons donc voyeuse a la liste déjà bien pleine de ses défauts, même si elle se répandit en excuse. Se tapotant la lèvre, elle haussa une épaule :

"Non quand même pas, je me doute bien que vous travaillez, juste que...Ah je sais pas, il n'est pas évident de concevoir ce que cela peut être étant donné qu'a l'Académie, je me suis contenter d'observer et que depuis et bien...Je dois compter sur les récits de Tristan, bien que je me demande si il minimise pas la chose d'ailleurs.."

Perdue dans ses pensées, elle trouva le moyen de pousser un cri fort peut gracieux alors que Thomas la surprenait. Par les Dieux ! il avait gardé cette fichue manie de se déplacer en silence ! Le nombre de fois où il avait surpris la jeune mage de cette façon était incalculable. Il surgissait bien souvent là où elle ne l'attendait pas, un jour, elle trépasserait sous la peur, c'était certain.

"Continue à faire ça quand je serais vieille et je te garantis que tu m'enverra directement au royaume de Sithis."

Marmotta-t-elle dans sa barbe avant d'annoncer allègrement le programme de la journée. Dont la moitié verrait sans doute un Chevaucheur mutique et renfrogné, cela ne la gênait pas, elle savait que ce n'était pas contre elle. Elle sourit largement devant sa réponse avant de laisser échapper un rire léger :

"Tu sais que je me demande souvent qui supporte qui ? Entre nous, j'ai bien conscience d'être parfois un peu trop envahissante, vous ne m'en tenez pas rigueur mais tout de même, maman me dit souvent que j'épuiserais une armée complète si on me laissait faire."

Puis, elle attrapa le jeune homme par la main en direction du dehors :

"On pourra déjeuner prêt d'une rivière ? J'en ai trouvé une la dernière fois que j'ai été chercher des baies. Bon, c'est un petit ruisseau comparé a d'autre mais j'ai trouvé l'endroit si plaisant que je me suis endormie sur les berges ! J'y aurais passé la nuit si une servante ne m'avait pas trouvée, j'ai inquiété tout le domaine et le majordome m'a remonté les bretelles d'une façon...Savais tu que la sensation d'avoir de nouveau 10 ans n'est pas si plaisante que cela au final ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Lun 13 Juin - 22:04

    Le jeune homme renifla légèrement quand Cassiopée lui fit remarquer qu'il pouvait avoir des surprises. Mais surtout qu'elle aurait pu manquer une amitié avec lui, ou encore Tristan et Maelys. Il se demandait si elle aurait vraiment loupé quelque chose le concernant ou concernant la chevaucheuse. Ils n'étaient pas d'un caractère facile ni l'un ni l'autre. Et après s'être ignorés à l'Académie, ils s'étaient trouvés à la Caserne. Tous les deux contre les autres, ou peu s'en faut. Mais il ne pouvait s'empêcher de ressentir un sentiment désagréable dés que Cassiopée évoquait le nom de Tristan. Une émotion qu'il se refusait à analyser et à nommer. Parce qu'elle était ridicule et n'avait pas sa place dans leur relation amicale. Cassie n'était pas à lui, en aucun cas. Il n'avait aucun droit sur elle. Il était étonnant qu'elle ne soit pas encore mariée à son âge d'ailleurs, mais il ne se souvenait pas de l'avoir vue montrer un quelconque intérêt envers un homme depuis qu'il la connaissait, soit au début de son adolescence. Certains papillonnaient autour d'elle, mais elle se contentait de se montrer avenante, comme toujours et ne voyait pas l'intérêt qu'elle pouvait susciter. Quelque part, Thomas était presque certain que Tristan n'aurait pas été contre batifoler avec la jolie mage, mais elle ne semblait pas nourrir ce genre de sentiments pour lui. Tant mieux. Il savait déjà qu'il détesterait l'homme qui gagnerait son cœur. C'était irrationnel, mais c'était comme cela et il se refusait à appeler cela jalousie.

    Si Cassiopée n'avait jamais connu d'hommes, Thomas, lui, avait déjà goûté aux délices de la chair. Sans être particulièrement porté sur la chose, même un garçon taciturne comme lui avait eu besoin d'explorer cet aspect là de la vie et avait trouvé quelques compagnes fort désireuses de lui enseigner ce qu'elles savaient. Il ne fallait pas croire, certaines femmes étaient suffisamment dévergondées pour ne pas hésiter à se perdre dans les bras d'un jeune homme de belle allure. Et sans se faire payer en plus. Mais si elles cherchaient de l'affection, elles s'étaient trompés de compagnon. Malgré tout, il demeurait fort discret à ce sujet. Avec qui aurait-il pu en parler de toutes façons ? Il y avait très peu d'hommes dans son entourage. Et ce n'était pas un sujet à aborder avec des femmes.

    Et surtout pas avec elle.

    Elle lui fit alors remarquer qu'il pourrait se soucier davantage d'elle et au moins lui dire qu'il allait bien quand il partait. Il parlait peu de lui et de ce qu'il faisait. Il en avait la preuve au cours de cette discussion. Ce n'était pas de la mauvaise volonté, mais il n'avait jamais eu besoin de parler de lui et de ce qu'il faisait. Qui cela intéressait-il au juste ? Son père ne voyait en lui qu'un incapable. S'il n'y avait eu Élise, il serait illettré. Et n'aurait jamais pu intégré l'Académie. Il lui devait une fière chandelle et à bien des niveaux. Jamais il ne pourrait lui rembourser la dette contractée à son endroit. Il ne pouvait que devenir quelqu'un. Différent de son géniteur. Prouver à sa marraine qu'elle avait eu raison de le soutenir quoiqu'il arrive. La rendre fière de lui, quand bien même la fierté était quelque chose d'étranger à Thomas. Il lui promit alors de la tenir davantage informée et ne put retenir un léger sourire devant son plaidoyer.

    « D'accord. »

    En attendant, il s'était changé alors qu'elle avait le dos tourné, même si elle s'était retournée naturellement et n'en avait apparemment pas loupé une miette comme en attestait son commentaire sur la forme physique du jeune homme, le scandalisant légèrement au passage d'ailleurs. Il n'était pas spécialement pudique ou pudibond, mais là quand même...

    « Minimiser quoi ? »

    La dangerosité de leur vocation ? Peut-être... Même si Thomas était sans doute moins délicat que Tristan à ce sujet, ménageant moins la jeune femme. Enfin, vu qu'il ne disait rien, hein... Il s'amusa alors à la surprendre, se faisant réprimer au passage, ce qui lui arracha un sourire un peu enfantin, mais totalement sincère.

    « Je m'en voudrais à mort, tu le sais. Mais tu n'es pas encore assez vieille pour périr ainsi. »

    Et comme pour se venger, la jeune femme lui annonça le programme de la journée, consciente qu'il n'allait pas en aimer une partie.

    « Ta mère a tendance à exagérer, tu n'es pas si pénible. Et j'ai développé une faculté spéciale... »

    Genre de ne plus l'écouter quand elle babillait, afin d'éviter de finir avec une migraine épouvantable. Par exemple. Cassiopée s'empara alors de la main du jeune homme pour le tirer derrière elle. Il la suivit sans résistance, mais non sans lâcher un gros soupir. Cassiopée reprit avec entrain. Son récit fit osciller Thomas entre l'amusement et la réprobation. Mais elle n'était plus une petite fille.

    « Au final ? Parce que tu as pensé un jour que c'était plaisant ? »

    Personnellement, il n'avait jamais aimé être un enfant. Il n'avait jamais été aussi heureux qu'en devenant adulte et en s’affranchissant de son père. Il avait l'impression de n'avoir jamais été un enfant. Ce qui n'était pas le cas de son amie, naturellement, qui avait grandi dans un foyer soudé. Sereine sauta sur le plancher, emboîtant le pas des deux jeunes gens d'une démarche un peu paresseuse. Mais elle retrouva toute sa vivacité une fois au dehors, les sens en alerte.

    « Va pour la rivière, on sera tranquilles. »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 21 Juin - 17:03

La lèvre inférieure de Cassie s'avança tandis qu'elle considérait son meilleur ami d'un œil critique. Son d'accord était maigre mais elle savait qu'elle n'aurait pas mieux. Et d'une parce qu'il ne lui ferait sans doute jamais de grand discours et de deux, parce que si il le faisait, elle n'y croirait pas. Quoiqu'il y aurait quelque chose de terriblement hilarant si il devait le faire, cela aurait été comme observer une grenouille voletant tranquillement dans le ciel. Enfin, tout cela pour dire qu'elle pouvait s'estimer heureuse de ce simple mot. Finalement, elle hocha la tête, prenant bien note de la promesse...Enfin ce qu'elle prendrait comme une promesse évidemment.

« Bien. Je m'assurerais que tu le fasse de toute façon. »


Une esquisse de sourire amusé traversa son visage avant qu'elle ne se retourne sans une seule arrière pensée notons le ! Et forcément, l'idée d'épingler Thomas tout nu ne l'ayant pas effleuré, elle y alla de son petit commentaire.

« Minimiser vos entraînements et vos missions, a vrai dire, je n'ai absolument aucune idée de ce que vous faites a croire que c'est un secret impérial ! Même Maelys reste évasive...Vous vous êtes donné le mot ? »

Elle ronchonnait dans son coin permettant a son compagnon de la surprendre et ainsi de la faire sursauter. Bon sang ! Elle aurait pu finir collée au plafond si elle n'y prenait garde ! Haussant un sourcil devant sa réplique, elle lui tira tout bêtement la langue, comme une enfant boudeuse avant de retrouver le sourire en songeant à sa future vengeance. A savoir, le marché ! Bon, Cassiopée n'était pas forcément quelqu'un de sadique mais il y avait quelque chose de satisfaisant à le traîner derrière elle malgré son peu d'enthousiasme.

« J'espère bien restée vivante encore bien longtemps ne t'en fais pas ! Je compte bien t'en faire voir de toutes les coutures encore longtemps...Et puis tu t'ennuierais sans moi de toute façon quant à ma mère...Bah tu sais comment elle est, mais parfois, je me dis qu'elle n'a pas totalement tord malgré tout. »

Une petite moue se dessina sur sa bouche avant de disparaître sous la joie sans cesse voletant sur son âme. Cassiopée était consciente de ses défauts bien évidemment et si elle essayait parfois de les transformer en qualité, le résultat n'était pas toujours très efficace. Et puis on l'aimait comme elle était de toute façon, enfin espérait elle. Ouvrant la bouche, elle décida de la refermer lorsque Thomas lui demanda si elle avait réellement aimé ses dix ans. Bien sûr que oui ! Mais elle ne voulait pas l'afficher aussi crûment devant son ami, pas lorsqu'elle savait pertinemment ce qu'avait été son enfance à lui. Elle n'en parlait jamais et surtout pas à lui, il n'aimait pas en discuter et elle respectait ce choix, la jeune mage était capable de forcer les barrières qu'on lui opposait mais là, en l’occurrence, elle ne le ferait certainement pas, par respect et pudeur d'abord et parce qu'elle ne voulait en aucun cas blesser gratuitement Thomas, ensuite. Pour une fois, elle garda le silence, ne lui jetant qu'un rapide coup d'oeil par dessus son épaule après l'avoir soulevée d'un air désinvolte.

Un sourire amusé fut envoyé à Thomas lorsqu'il accéda a son désir d'aller jouer prêt de la petite rivière qu'elle avait découverte a grand frais. Enfin façon de parler évidemment.

« Tu verras c'est un coin très sympathique ! Si calme et si tranquille ! Je n'ai pas vraiment regretté de m'être faite remonter les bretelles, même si je n'aurais sans doute pas dût donner autant d'inquiétude a un vieil homme aussi adorable que le majordome de Tristan tu me diras. »

Tenant fermement la main de Thomas, elle l’entraîna derrière elle au travers des rues de la ville, sautillant par fois à moitié.

« Tiens tu connais la dernière entourloupe de Tristan pour me donner un salaire refusé depuis des lustres ? »

Elle lui lança un coup d'oeil mi amusé mi dépité avant de reprendre :

« Depuis quelque temps, je me disais bien que ma bourse grossissait sans raison, alors j'ai fais exprès de la laisser parfois sur ma table de travail ou mon boudoir dans l'espoir de comprendre ce mystère vois tu, tu me connais je suis parfois bornée et j'avais réellement cru avoir convaincu Tristan qu'il était inutile de me payer alors qu'il m'offre un toit et que le Duc me paye bien et bien non ! Ce petit tricheur grossit ma bourse lorsque j'ai le dos tourné ! A coup de pièces discrètes ou même en entraînant son personnel dans cette entourloupe. »

Elle soupira avec exagération, secouant légèrement la tête en faisant danser sa natte dans son dos :

« Pour une fois, je dois m'avouer vaincue, il faut donc que je trouve un moyen de lui retourner tout cela l'air de rien. Une idée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Dim 31 Juil - 14:33

    « Je n'en doute pas. »

    Cassie était du genre têtue. Plus que lui. En tous les cas, c'était souvent elle qui avait le dernier mot quand ils étaient ensemble. Surtout parce qu'il ne savait rien lui refuser, il fallait l'admettre. Et alors qu'il aurait du être mortifié qu'elle le voit dans le plus simple appareil, il ne parvenait même pas à lui en vouloir de s'être montrée étourdie et aussi naturelle. Elle avait été gênée, comme lui, mais cela avait vite été balayé par son naturel. Il soupira alors qu'elle continuait de parler. De ce qu'il faisait en tant que Chevaucheur notamment, exposant sa frustration d'être mise de côté et de ne pas savoir grand chose de ce qu'ils pouvaient bien faire.

    « Je ne savais pas que tu t'interrogeais à ce point à ce sujet. »

    Que pouvait-il lui dire ? Non, ce n'était pas un secret, mais c'était sa routine. Il s'était entraîné dans diverses disciplines, surtout de combat et d'infiltration. Il avait développé sa force, son endurance, sa souplesse et sa vitesse. Avait du apprendre à collaborer avec les autres, lui qui avait tant tendance à agir en solitaire. Cela n'avait pas été facile. Mais il y était parvenu. Et s'il n'était pas très lié avec les autres Chevaucheurs, il était tout de même intégré. Il décida de prendre sa revanche en lui fichant la trouille, approchant en silence dans son dos. Il avait toujours été discret. Quand il avait apprit à chasser, il avait du apprendre à être silencieux et ne pas se faire repérer. Cela avait été bien utile durant ses années d'apprentissage pour devenir Chevaucheur. Naturellement, Cassiopée le houspilla de lui avoir fait peur, lui tirant la langue comme une gamine à sa réplique, avant de lui assurer qu'il allait la supporter encore très longtemps. Ce qui aurait du sonner comme une menace était une promesse. Il espérait bien qu'elle la tiendrait. Il ferait de même.

    « Je te l'ai dis, je ne sais pas ce qu'est l'ennui. »

    Il avait répliqué avec morgue, avant de lui concéder, du bout des lèvres :

    « Mais ouais, tu me manquerais. »

    Il ne répondit rien quand elle avoua que sa mère n'avait pas tort à son sujet. Cela dit, il n'aurait pas voulu qu'elle soit autrement. Elle contrebalançait à merveille son tempérament renfermé. Elle l'obligeait à s'ouvrir aux autres, à se sociabiliser, elle était son lien avec les autres. Il savait aussi qu'elle serait toujours sincère avec lui, lui balançant ses quatre vérités, même si cela risquait de lui déplaire. Elle lui confessa alors avoir trouvé un bel endroit où elle s'était endormie, suscitant l'inquiétude et ayant l'impression d'avoir 10 ans. Et parce que c'était elle, il laissa entendre que lui, il avait détesté son enfance, contrairement à elle. Heureusement, elle ne releva pas, se contentant de le regarder, consciente de ses blessures, mais n'ayant jamais cherché à en apprendre davantage. Il lui emboîta le pas, ne se dérobant pas alors qu'elle s'emparait de sa main, bien décidée à ne pas la lâcher. Il l'écouta babiller une fois dehors, Sereine sur leurs talons. Elle parla alors de Tristan, qui avait trouvé le moyen de la payer, malgré ses nombreux refus. Un mince sourire accueillit cette confession.

    « Il est entêté et ingénieux. »

    Elle lui demanda alors son avis pour se venger.

    « Cassie, c'est toi l'experte en entourloupes. Je suis sage comme une image. »

    Il lui adressa un sourire angélique.

    « Faisons le marché en premier. On ira ensuite à ton petit coin de rêverie pour t'endurcir et bénéficier d'un repas bien mérité. »

    Et puis comme ça, la corvée serait faite, il serait débarrassé. Ils pourraient se retrouver tous les deux dans la clairière, à l'abri des regards et de la foule. C'était parfait. Il adorait ne l'avoir que pour lui.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 2 Aoû - 7:37

Cassiopée papillonna un instant des paupières. Quoi ? Comment ça il ne savait pas ? Mais voyons c’était l’évidence même pourtant ! Bien sûr que Cassie se demandait ce qu’il se passait derrière les murs de la caserne ! Bien sûr qu’elle se demandait s’ils mangeaient bien ! Evidemment qu’elle s’interrogeait sur les blessures ou non qu’ils pouvaient s’infliger durant leur entrainement ou mission ! Enfin ! Inspirant profondément, elle laissa un sourire aimable se peindre sur son visage et répondit d’un ton mielleux :

« Et bien maintenant tu sais. »

Ce n’était pas possible d’être aussi peu attentif à ce qui l’entourait ! Thomas n’était pas quelqu’un de particulièrement attentionné certes, mais tout de même ! Quoiqu’elle pouvait s’estimer heureuse en étant un cas à part pour Thomas, il avait un minimum d’attention envers elle, mais là, c’était….ah…il n’y avait pas de mot évidemment ! Dépitée, elle laissa tomber le sujet. Bon ce n’était pas grave en soi et pas la mort du p’tit familier. Enfin cela aurait ^pu être la mort de la p’tite Cassie au vu du tour que lui joua Thomas. Rha ! Ce qu’elle détestait cette manie qu’il avait de se déplacer en silence ! Un don qu’elle n’aurait jamais n’en doutez pas et ce, malgré le nombre de tentatives qu’elle avait fait évidemment. Un de ses sourcils fins se haussa d’un air moqueur lorsqu’il assura qu’il ne s’ennuyait jamais. Bon, c’était peut-être vrai, mais il n’était pas obligé de le lui dire ! Enfin elle s’adoucit lorsqu’il avoua du bout des lèvres qu’elle risquait de lui manquer :

« Ah Thomas, j’adore ta façon toute personnelle de m’avouer que tu tiens à moi, cela fait terriblement chaud au cœur, le savais tu ? Tant d’inquiétude, tant de lyrisme, stop tais-toi je n’en puis plus ! »

Jeta-t-elle avec une moquerie palpable avant de s’emparer de sa main pour le trainer dehors tout en lui narrant ces dernières découvertes. Que ce soit le petit ruisseau ou les entourloupes de Tristan. Levant les yeux au ciel, elle jeta un coup d’œil dubitatif sur son visage lorsqu’il assura être un ange :

« Si tu es sage, moi je suis une hirondelle verte et unijambiste, Tom. Oui bon, tu ne possèdes pas ma subtilité proverbiale mais je sais que tu peux te venger les yeux fermés ! Je me rappelle encore de ce bon vieux Crispin hein, n’essayes pas de me faire croire que tu n’y étais pour rien ! Le pauvre, il n’a rien pu manger de potable durant une semaine ! Tu as fait bruler ses plats pendant une semaine ! Même moi je ne tiendrais pas autant ! Et il t’avait juste donné un coup de règle sur le sommet du crâne parce que monsieur regardait les papillons…Ou la brune Estelle, c’est selon le point de vue.»

Bon faux, elle pouvait largement tenir sur la durée parce qu’elle était entêtée, voir plus que cela et que, si elle pardonnait facilement, ce n’était jamais sans avoir bien fait sentir son mécontentement au préalable.

« Elle n’était même pas belle… »

Maugréa-t-elle dans sa barbe avant de finalement hausser une épaule :

« Je pensais lui racheter un harnachement neuf, le sien commence à se faire vieux…Et il ne pourra pas refuser un cadeau n’est-ce pas ? Cela ne se fait pas. »

Finalement, elle lui renvoya un sourire éclatant lorsqu’il choisit le marché en premier :

« On garde le meilleur pour la fin ? Très bien ! »

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mer 3 Aoû - 20:15

    Oui, maintenant il savait... Et ce n'était pas pour autant qu'il se rua sur l'occasion pour éclairer sa lanterne d'ailleurs. Puisqu'elle ne le demandait pas explicitement, il laissa tomber le sujet. Après tout, si elle voulait en apprendre davantage, elle n'avait qu'à demander à Tristan ou Maëlys, qui étaient plus bavards que Thomas et qui seraient sans doute ravis de partager cette petite expérience avec elle. Enfin, après le réveil assez particulier de la jeune fille, il fut rapidement opérationnel et assez taquin pour se venger à sa façon en la faisant sursauter, n'éprouvant absolument aucun remord quand elle le lui reprocha avec un petit air mélodramatique assez familier... Elle avait des dons certains pour la comédie. Cela l'aurait agacé de n'importe qui d'autre, mais d'elle... C'était naturel. Rassurant. Et cela faisait partie de son charme. C'était étrange, parce que finalement, ce qu'il n'aurait supporté chez personne d'autre, il le tolérait, voire, l'appréciait chez Cassopée. Mais il avait fallu du temps pour cela. Elle avait du forcer ses barrières et l'apprivoiser... Une fois cela fait, elle s'était logée dans un coin de son cœur et n'en serait probablement jamais délogée. Thomas n'accordait pas facilement sa confiance et sa sympathie, mais une fois que c'était acquis... Et puis, avec Cassiopée, c'était différent, voilà tout.

    Un sourire dansa sur ses lèvres, à peine esquissé, alors que Cassiopée y allait encore de son art consommé de la comédie pour accueillir sa confidence lâchée du bout des lèvres. Il rétorqua avec une note amusée dans la voix :

    « Tu l'es assez pour deux. »

    Lui pas assez, elle trop, on combinait, et cela faisait une bonne moyenne. Elle l'équilibrait d'une certaine manière. Et sur ces bonnes paroles, elle l'attira à sa suite. Elle lui parla alors de Tristan, du stratagème qu'il avait trouvé pour la payer pour ses services alors même qu'elle avait toujours refusé d'être rétribuée, étant payée par le gîte et le couvert gratuit, tandis que le duc lui versait son salaire pour ses services. Cassiopée avait une vie plus que correcte. Et elle le méritait. Elle lui demanda donc comment rendre la monnaie de sa pièce à Tristan et il feignit l'innocence... Si bien qu'elle lui rappela les bêtises qu'il avait pu faire. Franchement, il n'en avait pas fait tant que cela, n'étant pas naturellement... malicieux. Cassiopée l'était bien davantage. Il sourit au souvenir évoqué.

    « J'ai pour moi la patience ma chère. »

    Ce qui faisait souvent défaut à Cassiopée. Elle était trop vive pour ça, même si pour se venger, elle pouvait être tenace. Cependant, il tiqua quand elle évoqua le fait qu'il rêvassait en regardant une fille dans la classe... Il fronça les sourcils, peinant à mettre un visage sur le prénom. Il était saisi que Cassiopée s'en souvienne. Cela avait tellement peu d'importance qu'il avait totalement oublié cette fille. S'il avait été un peu plus psychologue, il aurait comprit que Cassiopée était jalouse, tout simplement. Et son étonnement monta encore d'un cran quand elle ajouta qu'elle n'était même pas belle.

    « Parce que tu es spécialiste dans la beauté féminine maintenant ? »

    Il haussa une épaule, désinvolte :

    « Mais elle t'a plus marqué que moi. »

    Il sourit quand elle ajouta qu'elle allait lui acheter un harnachement neuf. Beau cadeau. Et onéreux.

    « Non cela ne se fait pas. Et Tristan est bien élevé... Ce qu'il te donne en douce est-il équivalent à un tel achat ? Ce n'est pas rien. »

    Mais Cassiopée n'était pas du genre à compter quand elle aimait. Elle était généreuse. Il ne pouvait pas lui enlever ça.

    « Je devrais peut-être te payer en douce... »

    Il avait dit cela sur un ton taquin, se déridant à son contact, quand bien même il demeurait tendu à la perspective de la suite du programme. Si ben qu'il annonça directement ses projets, se débarrassant ainsi de la corvée.

    « Alors c'est parti... »

    Son manque d'enthousiasme contrastait avec le sourire lumineux de la jeune femme qui le traîna alors d'étals en étals, s'extasiant sur toutes sortes de babioles ou d'étoffes. Et... Cela lui faisait mal de l'admettre, mais c'était presque... agréable. Seulement en sa compagnie bien sûr. Mais ils goûtèrent quelques plats avant d'acheter de quoi pique niquer. Cassiopée s'émerveillait sur certaines choses, mais son regard accrocha surtout l'étalage d'un artisan... Et en particulier une petite boite à musique absolument adorable, aux détails époustouflants de finesse et de réalisme. Un objet sans réelle utilité, sinon celui d'être beau. Impulsivement, Thomas héla le marchand pour le lui acheter, glissant à Cassiopée à ses côtés, avec un mince sourire :

    « Un cadeau ne se refuse pas n'est-ce pas ? »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Jeu 4 Aoû - 6:48

En vérité, elle était beaucoup de chose pour deux. Plus ouverte, plus sociable, plus…raisonnable parfois…quoique…pas souvent en fait. Mais passons, Cassiopée n’allait pas faire une rétrospective d’elle-même sinon il y en aurait pour la journée ! Quoiqu’elle n’était pas quelqu’un de compliqué ni même de difficile à comprendre mais surtout, elle était empathique là où Thomas était un bloc de gel. Une petite moue accueillit sa fanfaronnade. Oui bon, il était plus patient qu’elle, elle pouvait tout de même lui reconnaitre cela n’est-ce pas ? Même si ce n’était pas plaisant de s’en rendre compte, enfin façon de parler. Cassiopée était impulsive pour certaine chose et beaucoup moins pour d’autre. Elle était capable de mûrir un plan durant des jours avant de l’exécuter, mais ce trait de caractère si peu reluisant, elle n’allait pas en faire étalage.

Un coup d’œil assassin fut décoché au jeune chevaucheur à l’instant même où il mettait en doute ses capacités de jugement concernant la gente féminine :

« Evidemment ! Tu crois que parce que j’en suis une je ne regarde pas les autres ? Détrompe-toi ! Mais contrairement à vous, ça n’a rien à voir avec une quelconque attirance…En fait, c’est beaucoup plus mesquin, j’ai honte de le dire mais quand nous évaluons une autre femme, on la compare toujours à nous-même, est-elle plus bouclée que moi ? Ses traits sont-ils plus fins ? Oh par les Dieux ! Moi au moins je n’ai pas cet affreux bourrelet ! Je ne te parle même pas du ricanement que nous peinons à retenir si la couleur de sa robe lui donne un air glabre et malade...Enfin ce genre de trucs fort peu gracieux, ça s’appelle la mesquinerie féminine. Alors oui si je dis qu’elle n’était pas belle c’est qu’elle ne l’était pas ! Et c’est une spécialiste qui te le dit ! »

Le tout sans reprendre son souffle comme à son habitude, résultat, elle inspira d’un coup sec avant de reprendre sa marche en maugréant. En fait, il n’y avait pas de raison qu’elle soit agacée, mais elle était agacée. Agacement qui s’envolait rapidement d’ailleurs, Cassie n’était jamais fâchée très longtemps généralement et surtout pas pour ce genre d’idiotie. Non, elle avait plus important à faire comme retourner la perfidie de Tristan contre lui et pour ce faire, elle eut donc une idée lumineuse et pratique aussi. Bien elle avait noté que l’équipement de Tristan était plutôt sobre donc elle savait qu’il était inutile de partir dans quelque chose de clinquant avec des brillants de toute les couleurs partout.

« Bien sûr mais tu vois, je sais pertinemment qu’il n’arrêtera pas pour autant, disons que j’investis sur l’avenir qui verra encore ma bouche faire des petits sans que je ne demande rien. Je suis butée, tu es buté mais je crois que Tristan vaut bien la somme de nous deux. »

Un éclat de rire la traversa alors qu’il renchérissait, arguant que lui aussi la payerait en douce, ne serait-ce que pour avoir un cadeau :

« Pas besoin de cela pour que je te gâte et tu le sais très bien, je dois te faire une liste en bonne petite mesquine que je suis ? »

Une moue adorable et malicieuse plissa ses lèvres avant que le marché ne se présente à leur yeux, pétillant pour Cassie, un peu beaucoup moins pour Thomas. Cela étant il ne lui fit pas sentir sa mauvaise humeur et pour un peu la jeune Outreparleuse aurait juré qu’il se prenait au jeu ! Elle aimait l’ambiance qui régnait ici, cela parlait de tout et de rien, parfois cela hurlait même. Ici et là se racontait les derniers potins, les marchandises changeant de mains sur un sourire et Cassie n’était jamais avare de sourire, certains la connaissait même et la hélait par son prénom vantant leur produit bien plus frais et savoureux que celui du voisin. En vérité, la jeune mage s’amusait comme une petite folle. Au bout d’un moment elle se retourna, prête à dire quelque chose à son compagnon pour trouver la place vide. Fronçant légèrement les sourcils, elle scruta la foule, mais où était passé Thomas ? L’aurait-il lâchement abandonnée ? Vaincu par une concentration trop intense d’humains au kilomètre carré ? Ah...Son regard accrocha sa chevelure brune et elle se rendit à ses côtés, son panier désormais plein, battant contre ses cuisses, curieuse. Mais la curiosité céda la place à une explosion de joie dans ses iris lorsqu’elle comprit ce qu’il était en train de faire. Elle qui pensait avoir été discrète en ce qui concernait cette boite à musique…C’était raté, Thomas la connaissait trop bien et même si il n’en avait pas l’air, il prêtait toujours attention à ce qu’elle faisait :

« Iiiiih ! »

Lâcha-t-elle en battant des mains avant de se pendre au cou du jeune homme et de plaquer un baiser sur sa joue.

« Merci, merci, merci ! Par Aura ! Je pensais avoir été discrète sur le coup-là ! Tu arriveras toujours à me surprendre. »

Continua-t-elle en le relâchant, sautillant presque de contentement.


_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Jeu 4 Aoû - 11:37

    Oh non... L'erreur fatale... Comment avait-il pu la commettre ? Il connaissait suffisamment Cassiopée pour savoir quand il risquait de déclencher le moulin à paroles et être assommé par son babillage... Il soupira intérieurement alors qu'elle se lançait dans une explication fumeuse de pourquoi elle était apte à juger de la beauté des autres femmes avec un argumentaire quelque peu fragile et une mauvaise foi toute féminine. Stoïque, Thomas attendit que l'orage passe, la laissant lui faire son petit laïus, avant d'esquisser un imperceptible sourire et de lâcher, pour clore cette discussion étrange :

    « En la comparant à toi, c'est certain. »

    Oui, c'était un compliment. Non, ce n'était pas pour lui faire plaisir et lui donner ce qu'elle voulait entendre. En toute honnêteté, Thomas trouvait Cassiopée vraiment belle. Pas juste jolie. Et le fait de la connaître, de savoir quel cœur énorme se cachait dans sa jolie poitrine ne la rendait que plus attirante. Il n'aurait pas du penser ainsi à sa meilleure amie, mais il n'était pas aveugle. Cassiopée pouvait éveiller le désir des hommes, sans problèmes... Et le sien par la même occasion. Cela aurait du être platonique, il aurait du la trouver belle, mais sans que cela n'ai un impact sur ses émotions, comme on trouve de l'art joli. Mais ce n'était pas le cas. Seulement, il le masquait bien et savait aussi se mentir à lui-même. Assez facilement. S'il avait été conçu autrement, il lui aurait répliqué qu'il pouvait trouvé une femme belle sans pour autant être attiré par elle, il n'était pas un animal en rut non plus, et certaines beautés pouvaient être remarquées sans pour autant être associées au désir, mais ce n'était pas le genre de Thomas de se lancer dans ce genre de débat. Surtout qu'il n'aurait pas le dernier mot.

    Elle lui parla ensuite de Tristan, qui la payait en douce et de son plan pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Un cadeau d'une sacrée valeur. Ce que lui fit remarquer le jeune homme, sans délicatesse. Mais il était ainsi et elle ne s'en offusquait plus. Il n'était pas du genre à tourner autour du pot et à prendre des gants quand il devait dire quelque chose.

    « Le pauvre, il ne sait pas encore à qui il a affaire. »

    Il lâcha alors un petit commentaire, un peu à l'étourdi ce qui arracha un rire à Cassiopée. Il ne savait pas trop pourquoi il avait fait cette remarque. Sans doute à cause d'une certaine jalousie... Tristan ne pouvait pas le détrôner auprès de la jeune femme n'est-ce pas ?

    « Non pas la peine. »

    Elle avait raison. Elle lui faisait plaisir plus souvent qu'à son tour. Ce qui le faisait râler d'ailleurs. Parce qu'elle n'arrêtait pas de lui offrir des petites choses, juste pour le plaisir. Il n'était pas aussi attentionné, pas naturellement, même s'il faisait de gros efforts, surtout avec elle. Elle devait en avoir conscience. L'entrée sur le marché mit fin à cette discussion et il la suivit docilement, son humeur maussade de se retrouver dans la foule sensiblement atténuée par la bonne humeur communicative de Cassiopée. Il avait l'impression de ne jamais avoir été un enfant, mais quand il était avec elle et qu'elle voletait de marchands en marchands avec vivacité, s'émerveillant d'un rien, il avait un aperçu de ce qu'était le bonheur simple et l'insouciance et il se prit au jeu, se montrant de meilleure compagnie qu'elle n'aurait pu le penser. Son visage aux traits sévères s'était adoucit alors qu'il se détendait... Attentif à tout malgré tout, il nota les regards fascinés de Cassiopée sur un bel objet, même si elle n'en dit rien, il pouvait deviner qu'elle aurait aimé l'acquérir, mais c'était futile... Et alors ? Il lui faussa compagnie sans un mot, sans un bruit, pour aller le lui acheter. Sur une impulsion, juste pour lui faire plaisir.

    Elle se rapprocha alors qu'il terminait la transaction et se pendit à son cou dans un cri de joie, lui embrassant la joue pour le remercier. Il sourit, sincèrement.

    « Ton visage est un livre ouvert et je te connais par cœur. »

    Cassiopée était très expressive. Contrairement à lui. Et il savait interpréter ses expressions surtout. Même s'il semblait indifférent à tout, il avait une conscience aiguë de la jeune femme et restait attentif au moindre de ses mouvements. Elle aurait sans doute été surprise du nombre d'informations et de détails qu'il avait engrangé la concernant. Il lui tendit alors son cadeau.

    « J'espère bien continuer de te surprendre encore longtemps, tu t’ennuierais avec moi sinon. »

    Déjà qu'il demeurait dubitatif sur leur association. Parce que bon, malgré tout, il n'était pas franchement d'une compagnie renversante. Il aurait imaginé que Cassiopée se serait entourée de gens comme elle, qui adoraient discuter, qui aimaient s'amuser. Mais c'était lui qui avait sa préférence.

    « Donne ton panier, je vais le porter. »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Ven 5 Aoû - 6:30

Ah…Douce vanité. Cassie releva un peu le menton avant d’asséner avec un petit air bourgeois :

« Je ne suis pas aussi prétentieuse. »

Mais un compliment faisait toujours plaisir, ne soyons pas hypocrite. Certes, Cassiopée n’était pas assez vaniteuse pour se rengorger de si peu mais avouons-le, s’entendre dire qu’on était jolie faisait toujours son petit effet surtout venant de lui parce qu’il en était terriblement avare. Bon, il n’était pas avare que de ça, il était juste avare de parole. Cela étant, il eut le mérite de lui clore le bec, Cassie se sentait en terrain glissant, ce qui était ironique d’ailleurs, il n’y avait rien de glissant dans le fait de parler de beauté non ? Bref, le sujet de leur conversation dériva sur le Capitaine de Vol de Lagrance et ses manigances pour lui faire accepter une rétribution pour ses efforts au manoir. Cassie lui avait pourtant mainte fois répéter qu’elle ne voulait aucun salaire et que le plaisir de le voir manger ce qu’elle cuisinait était amplement suffisant mais rien n’y faisait ! A la réplique de Thomas, elle prit un air malicieux :

« N’est-ce pas ? Pour le punir, devrais-je choisir un équipement couleur parme clair ? Agrémenté de quelques fanfreluches en plumes jaunes et vertes ? Et le nom de son dragon en strass cousu sur le côté ? Ce serait terriblement mesquin non ? »

Puis, elle éclata de rire en secouant la tête :

« Non ce serait vraiment trop cruel, mais je conserve cette idée pour plus tard ! »

Et puis en même temps, elle le lui offrait pour qu’il l’utilise, si elle mettait sa menace à exécution, Tristan remiserait l’équipement au fin fond des douves d’Amar et ce n’était pas le but loin de là. La remarque de Thomas tomba plus ou moins dans l’oreille d’une sourde parce qu’il savait très bien que la jeune mage adorait gâter ses amis et sa famille, même si pour cela, elle devait crever sa bourse et ce, sans attendre de contrepartie. D’ailleurs, le fait qu’il l’accompagne un jour de marché, lui qui détestait ça, pouvait être prit pour une contrepartie, voilà. Néanmoins, elle ne s’était pas attendue à se retrouver à son tour gâtée et elle ne bouda pas sa joie. Elle n’était pas du genre retenir ses émotions, elle était en colère, elle le montrait, idem lorsque c’était la joie ou la tristesse, en l’occurrence, elle ne se fit pas prier pour sauter au cou de son meilleur ami. Thomas n’aimait pas vraiment être toucher ou que l’on soit trop démonstratif avec lui, mais cela passait venant d’elle. Encore heureux, elle n’aurait pas aimé devoir se brider, quoiqu’elle l’avait fait au début, consciente qu’il n’accepterait sans doute pas la chose de la part d’une fille qui lui était tombée dessus sans prévenir et qui frôlait le harcèlement. Maintenant, c’était différent et il était sans doute plus à l’aise sans pour autant adorer cela. Elle faisait avec. Toute contente de son cadeau, elle le manipula délicatement entre ses mains, admirant le travail de l’artiste qu’elle n’avait fait qu’entrapercevoir auparavant. Lui coulant un regard pétillant par en dessous elle sourit :

« Je te l’ai dit, je ne connais pas l’ennui avec toi. »

Puis à sa demande, elle lui tendit son panier, non sans avoir précautionneusement mit à l’intérieur son présent tout neuf et qui aurait une place de choix sur sa coiffeuse. Ceci fait, elle glissant familièrement un bras sous le sien.

« Je pense qu’on va arrêter là ta torture, je n’ai plus le cœur à te trainer plus longtemps. M’amadouer avec un cadeau, c’est moche Thomas, parce que tu sais que je suis corruptible. »

Plaisanta-t-elle avant de reprendre avec un peu plus de sérieux :

« Trêve de plaisanterie, j’ai tout ce qu’il nous faut pour manger à midi, que dirais tu de tenter une évasion de la prison-marché ? »

Se penchant légèrement, elle scruta son visage avec un sourire amusé :

« Tu as été un vaillant petit soldat, je te félicite ! »


_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Sam 6 Aoû - 17:24

    Non, elle n'était ni prétentieuse, ni vaniteuse. Et Thomas n'était pas vraiment le genre d'homme à flatter l'ego d'une femme. Si il disait quelque chose, c'était simplement parce qu'il le pensait et pas dans l'intention de couper le sifflet à Cassiopée en la prenant au dépourvu par une révélation fracassante pour elle. Mais en attendant, il avait réussi à la rendre presque muette après cette déclaration assénée d'un ton tranquille. Et il était tranquille avec cette histoire d'Estelle qui s'était imprégnée dans le cerveau de Cassie. Les femmes avaient l'art de s'encombrer l'esprit avec des trucs insignifiants quand même...

    Elle évoqua alors Tristan qui essayait de lui glisser de l'argent en douce. Ce qui était bien mal la connaître que de penser qu'elle ne s'en apercevrait pas et surtout, qu'elle ne trouverait pas un moyen de lui rendre la monnaie de sa pièce. Par un présent coûteux par exemple. Un sourire dansa sur les lèvres de Thomas quand elle parla de lui acheter un équipement un peu trop clinquant. Juste châtiment, mais ce serait dommage de dépenser une fortune pour un truc qu'il ne prendrait pas plaisir à porter. Et son dragon non plus.

    « Le pauvre, il ne sait pas à qui il se frotte ! »

    Heureusement, Cassiopée avait assez de jugeote pour ne pas mettre cette menace là à exécution. Et c'est ainsi qu'en devisant, ils se retrouvèrent sur le marché. Thomas résista vaillamment à cette épreuve de sociabilisation. S'il n'était pas très ouvert avec les autres commerçants, il se montrait agréable et détendu avec Cassiopée, lui donnant l'impression que finalement, elle ne l'avait pas traîné ici et que ce n'était pas une corvée pour lui. De quoi ravir la jeune femme qui s'en donna à cœur joie, virevoltante et pleine de vie... De quoi permettre à Thomas de tomber de nouveau sous son charme... Ce qui le motiva en partie à lui acheter un petit quelque chose, pour le simple plaisir de la voir sourire. Et cela ne manqua pas alors qu'elle le remerciait en se pendant à son cou.

    « Tu as toujours été bizarre. »

    Assez pour s'intéresser à un garçon solitaire et taciturne, quand il y en avait quantité d'autres qui étaient de bien plus agréable compagnie. Assez pour s'accrocher à lui alors qu'il lui répondait à peine et l'évitait presque au début. De quoi décourager n'importe qui se perdre du temps de cette façon... Pas Cassiopée. Plus il s'était montré indifférent et distant, plus elle semblait avoir eu envie de percer son armure de froideur et de solitude pour s'y nicher. Et elle avait réussi à force de patience, de finesse... Et oui, parce qu'elle en avait fait preuve. Notamment en n'exigeant jamais de lui plus qu'il ne pouvait donner. En ne demandant jamais ce qui l'avait rendu ainsi, et quels cauchemars le hantaient. Il s'était confié par bribes, de temps en temps.

    Il récupéra son panier, la délestant ainsi de toute contrainte, ce qui permit à la jeune femme de se glisser à son côté, s'emparant familièrement de son bras.

    « Tu me prêtes de bien vilaines intentions ! »

    Oh il aurait sans doute pu effectivement, l'amadouer comme elle le disait si bien, il était capable de ce genre de sournoiserie, mais en vérité, il n'avait pas réfléchi avant d'agir, se contentant de suivre son intuition pour une fois. Qu'elle décide que leur petite séance sur le marché était terminée était la cerise sur le gâteau.

    « Je dis que je n'y croyais plus. »

    Et à ses paroles, il se mit au garde à vous, avec une étincelle de malice qui ne lui était pas assez familière. C'était auprès d'elle qu'il avait apprit à se détendre et à... plaisanter.

    « A vos ordres capitaine... »

    Il se détendit de nouveau.

    « Allez, j'ai mérité ma récompense, on file. »

    Il entraîna alors Cassiopée loin de l'agitation de la ville, avant de la laisser les emmener jusqu'à son petit coin préféré et paisible. Il dut convenir que c'était effectivement un endroit charmant et d'un calme bienvenu.

    « Pas mal. »

    Il posa le panier au sol avec délicatesse, avant de s'étirer. Quand à son Familier, elle s'en donnait à cœur joie dans les arbres, retrouvant une partie de sa nature sauvage. Bref, c'était la plénitude pour Thomas.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Sam 6 Aoû - 19:01

Cassiopée eut un coup d'oeil interrogatif sur son compagnon :

« Bizarre ? Pourquoi serais je bi....Oh ! »

Oui la lumière se fit dans son esprit :

« Juste parce que je dis que je m'ennuie pas avec toi ? T'en es encore sur le pourquoi du comment de la folie du monde je me suis intéressée a toi ? Je croyais pourtant qu'on en avait déjà discuté Tom. J'adoooore ton air bourru et tes grognements ! »

finit elle dans un rire joyeux. En vérité, elle ne s'était jamais posé cette question, pas même lorsque lui l'avait soulevée alors qu'elle le harcelait pour la énième fois. Elle lui avait juste dit qu'elle ne savait pas, et c'était vrai et puis il n'y avait peut être pas besoin de chercher des raisons a ce qui n'en avait pas besoin. Cassie aimait les gens, qu'ils soient bavards ou non. Et elle aimait particulièrement Thomas c'était tout et elle ne cherchait pas a savoir pourquoi alors qu'ils étaient si différents l'un de l'autre. En fait, Cassie trouvait qu'ils se complétaient plutôt bien.

« Pas si vilaines que ça ! »

fit elle en riant avant de ranger son précieux cadeau dans son panier, bien a l'abri entre deux carré de tissus pour être sûre que cela ne se casse pas. Mais là suffisait pour la journée, décrêta-t-elle en relevant les yeux sur le visage de son meilleur ami.

« Fais attention ou tu risque de me vexer Tom ! Mais je sais reconnaître lorsque tu en a marre et j'ai bien assez abusé. »

Et elle n'aimait pas forcément quand Thomas était mal à l'aise, sans compter que ce n'était qu'une petite vengeance mesquine d'une certaine façon. Elle lui tapota familièrement le torse en approuvant :

« Mais oui, bien mérité. »

De toute façon, elle avait ce qu'il fallait pour ne pas qu'ils meurent de faim à midi, non sans être fière d'elle, il y avait quelques petites choses absolument délicieuses ! Bon pas aussi délicieuses que ces muffins mais tout de même ! Retrouver le chemin de ce petit havre de paix qu'elle avait dégoté ne fut pas bien difficile et elle le retrouva avec plaisir contente que cela plaise a Thomas. Elle le dépassa et tournoya sur elle même en écartant les bras, satisfaite :

« Tu as vu ça ?!  Chouette hein ? Tiens, tu peux déposer le panier là, a l'ombre de ce saule on sera tranquille pour déjeuner. »

Une fois qu'il l'eut fait, elle fouilla dans le dit panier pour en sortir quelques vêtements. Ni une ni deux, elle enfila ce qui ressemblait fort a un pantalon avant de dégrapher sa jupe, ne gardant que son corset et la chemise qui allait avec la jupe. L'ensemble était loin d'avoir la beauté de sa robe mais de toute façon, elle ne mettait pas un pantalon pour être jolie, c'était juste plus pratique :

« Je comprends pas pourquoi les femmes ne sont pas passées de la robe au pantalon, c'est tellement plus pratique ! En plus, on ne risque pas de marcher dessus par inadvertance ! Bon par contre, ce n'est pas très seyant avec mes bottines. »

remarqua-t-elle en les ôtant avant d'agiter ses orteils dans l'herbe tendre.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Ven 12 Aoû - 13:53

    Pendant un instant, Cassiopée ne sembla pas comprendre la remarque de son compagnon, avant que la lumière ne se fasse. Une illumination divine probablement. Il retint un sourire devant la révélation, avant de hausser les épaules à sa question. Franchement ? Oui. Il en était encore à se demander ce qui l'attirait chez lui. Non pas qu'il s'en plaigne, bien sûr que non, mais il était totalement à l'opposé d'elle, sur presque tous les points... On disait que les contraires s'attiraient. C'était peut être bien le cas... Cassiopée était blonde aux yeux clairs, chaleureuse, enjouée, sociable, altruiste, alors que Thomas était aussi sombre que son apparence, distant, froid, solitaire et plutôt égoïste. Et pourtant, leur duo fonctionnait plus que bien. Ils se complétaient au lieu de s'opposer. Il n'y avait sans doute aucune explication à trouver ou fournir, c'était comme ça, voilà tout. Mais cela n'enlevait pas de la tête du Chevaucheur que la jeune Mage était étrange dans ses choix.

    Et qu'elle avait une bonne influence sur lui également. Ce qui se vérifia alors qu'il prenait presque plaisir à traîner sur le marché avec elle et qu'il eut même l'inspiration de lui offrir un cadeau. Ce qui la ravit et lui valut un remerciement spontané, avant qu'elle n'ose le soupçonner de tenter de la corrompre pour l'arracher à cette torture. Il en plaisanta et elle fit de même. Pourtant, bien honnêtement, cette fois, il n'avait eu aucune arrière pensée en agissant ainsi et avait simplement suivi son instinct. Qui était souvent excellent.

    « Tu me connais trop bien. »

    Et c'est ainsi que les deux amis purent laisser le marché et sa foule bruyante et grouillante derrière eux. Son familier n'était guère plus à l'aise que lui, ayant un tempérament solitaire également, mais en n'étant, ironiquement, moins sauvage que lui. Pourtant, il ressentit la bouffée de joie de son familier quand elle bondit dans les arbres et put ainsi se défouler dans un environnement qui lui était naturel. Quant à lui, il se surprit à respirer lentement, apaisé par les bois familiers. Même si son enfance n'avait pas été heureuse et qu'il avait été brimé, grandissant dans l'ombre d'un père autoritaire et violent, il avait toujours considéré la forêt comme chez lui. Ici, c'était un peu différent, moins giboyeux, mais cela restait agréable et préférable à l'agitation de la ville.

    Et il dut concéder à Cassiopée que c'était effectivement un charmant petit coin, pas étonnant qu'elle s'y soit détendue au point de s'endormir et d'alarmer tout le monde. Le coin n'était pas bien dangereux, il ne décelait aucune trace de gibier dangereux. C'était un automatisme qu'il n'avait pas perdu... Il s'était même accru avec sa formation. Toujours tout observer et savoir à quoi s'attendre. Il se déplaçait avec aisance, en silence, s'exécutant alors que Cassie lui proposait d'installer le panier à l'ombre du saule.

    Puis, la jeune femme fouilla dans le panier et sous le regard médusé de Thomas, elle enfila un pantalon, avant de retirer sa jupe, se mettant ainsi à l'aise. Son étonnement fit place à l'amusement et l'approbation. Elle pensait à tout. Et le résultat était loin d'être repoussant. Les robes soulignaient la poitrine et la taille de Cassiopée. Les jupes dissimulaient ses jambes. Mais ce pantalon les moulait, les révélant fines, bien galbées et son regard s'attarda un instant sur ses fesses, avant qu'il ne s'en aperçoive et se force à la regarder dans les yeux, alors que le rire moqueur de Sereine résonnait dans son esprit, si bien qu'il lui lança un regard noir tandis qu'elle les observait depuis une branche.

    Il lui fallut quelques secondes pour se souvenir des paroles de Cassiopée, ou plutôt les imprimer dans son cerveau.

    « Aucune idée. Tu es bien capable de lancer une révolution vestimentaire. »

    Il se racla la gorge.

    « Il n'y a que moi, tu sais, pas besoin que ce soit seyant. »

    Il l'avait vu dans des états épouvantables après tout. Il n'accordait pas d'importance à l'apparence de Cassiopée... Même s'il devait reconnaître apprécier quand elle était un peu apprêtée et terriblement féminine. Pas besoin d'en faire des tonnes, elle était jolie au naturel, mais juste un peu...

    « Bon, pas besoin de faire quelque chose de trop poussé. On va commencer basique... Pouvoir te dégager de quelqu'un qui t’agrippe par exemple, ce sera déjà une bonne base. Allez, tu es l'agresseur, je suis la victime, comme ça, je te montre et ensuite je t'apprend. »

    Il ajouta, après une infime hésitation :

    « Je vais faire attention de ne pas te faire mal, mais n'hésite pas à me le dire. »

    Il avait l'habitude des entraînements musclés avec les autres Chevaucheurs aguerris. Même s'il avait commencé comme tout le monde et était souvent ressorti couvert de bleus et courbaturé. Mais hors de question de faire mal à Cassiopée. Il se redressa, et se retourna, la laissant l'attaquer dans le dos.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Sam 20 Aoû - 21:08

Cassiopée afficha donc un air satisfait lorsqu'il lui concéda sa connaissance profonde. Effectivement, Cassie le connaissait bien mais la réciproque était tout aussi vraie. Thomas la comprenait et savait anticiper ce qu'elle pensait ou allait faire, c'était parfois terrifiant, songea-t-elle inconsciemment, mais cela ne la gênait pas. De toute façon, elle n'avait aucun secret honteux ni rien de la sorte. Quelque part, on pouvait dire qu'elle était un livre ouvert, mais elle n'aurait pas voulu être autrement c'était certain. Elle était bien lointaine des femmes mystérieuse et cachant derrière l'éclat de leur regard des secrets parfois horribles ! Elle ne s'en sentait pas plus mal notons le.

Amusée, elle nota le soulagement de Thomas lorsqu'ils sortirent de la place publique, sans même parler de Sereine qui s'en donna a cœur joie. Elle était même fière d'elle et de sa trouvaille, que Thomas y trouve son compte était très satisfaisant pour elle, elle adorait le voir serein parce que trop souvent son regard était empli d'ombres qu'elle ne savait généralement pas chasser.

Toute contente, elle se changea donc en sauvegardant tout de même la pudeur de son compagnon et exprima son contentement devant le confort que conférait le pantalon. Les robes étaient belles mais guère pratique pour l’exercice auquel ils allaient se livrer. Un rire léger lui échappa à la remarque de son compagnon :

« Peut être qui sait ! Bien que je ne sois pas une figure incontournable de Faërie, il me plairait de mener une telle révolution ! Cela étant, je ne sais pas si Tristan apprécierait de voir son armée de femmes de chambre soudainement en pantalon, il pourrait les confondre avec ses majordomes ! »

Ôtant ses bottines, elle haussa un sourcil à la remarque de son compagnon :

« Je reste une femme Tom, même si tu as déjà pu m'observer dans des états que ma mère aurait réprouvé, il me reste un peu de vanité alors quitte a finir par terre, autant le faire en toute beauté...Enfin presque. »

Pour finir, elle attacha ses cheveux en queue de cheval, voilà, elle était prête a se plaquer au sol, oui parce que la jeune femme ne se leurrait pas, elle avait très peu de chance de renverser Thomas, autant se le dire. Cela étant, cet exercice avait quelque chose de dérangeant dans le sens où, mis à part lorsque son enthousiasme prenait le pas, elle ne touchait pas spécialement son compagnon, pas par dégoût mais juste parce qu'elle savait qu'il n'aimait pas vraiment ça. Elle même était tactile mais pas lui et elle respectait ça. Ecoutant les conseils de Thomas, elle hocha la tête, attentive. Bien. L'agresser. Parfait. Facile. Les doigts dans le nez...Ahum. Cassiopée resta un instant immobile, déjà parce qu'elle ne savait pas comment entamer la chose, ensuite parce qu'elle n'avait absolument aucune idée de comment l'on s'y prenait pour agresser quelqu'un et ensuite...Et bien...Comment faisait on pour sauter sur un chêne ? Thomas n'était pas spécialement massif mais il lui donnait toujours l'impression de pouvoir braver n'importe quelle tempête rien qu'en restant bien campé sur ses pieds...La gageure. Septique, elle regarda son dos :

« D'accord. Facile. Un enfant le ferait sans aucun doute. Je peux le faire. Je n'ai pas peur. »

marmotta-t-elle juste pour elle même, autant pour se donner du courage que pour se donner le temps de réfléchir à comment elle allait pouvoir arriver à ses fins. Évidemment qu'elle ne pensait pas qu'il lui ferait mal, Thomas était capable de beaucoup mais la blesser ? Non. Bon le moyen le plus simple reste toujours le plus efficace non ? Et l'idée qu'elle eut fut sans doute la plus idiote du monde, comme si un agresseur quelconque vous sautait directement sur le dos avec un cri de guerre, non, non, mauvaise idée bien sûr et pourtant ce fut ce qu'elle fit.

Bien sûr elle était préparée a ne pas réussir, mais pas au fait de voir le monde se renverser et elle avec. Son cri de guerre se mua en couinement effaré alors que son dos heurtait le sol avec une douceur que ne laissait pas supposer le mouvement de Thomas pour se dégager de sa poigne et qu'elle se retrouva sur le dos, bloquée de toute part par le poids de son compagnon sur elle. Bien. Raté donc. Ah...Elle avait encore du chemin à faire a n'en pas douter.

Papillonnant des paupières, elle leva un regard estomaqué sur le visage de Thomas, croisant ses yeux pétillants de rire contenu. Ah il était fier de lui ! Et par Aura, qu'est ce que cette petite mèche sur son front lui donnait un air malicieux...Quelque chose d'étrange remua au fond d'elle. Dérangeant et plaisant en même temps, surtout lorsqu'elle se rendit compte de l’inconvenance de leur position...Par les Dieux ! A quoi songeait elle ?! Ses joues se teintèrent de rose et, cherchant à éviter quelque chose dont elle ne savait même pas la teneur, elle se lança dans une entourloupe :

« Aïe ! »

Jeta-t-elle en peignant sur son visage une petite grimace de douleur totalement factice :

« Je me suis tordue la cheville en te sautant dessus... »

continua-t-elle avec une moue presque désolée, ses yeux s'humidifiant avec un art consommé. Cassiopée était une bonne comédienne, même si elle ne se servait que très rarement de ce don notons le, elle n'était pas assé machiavélique pour en user avec intelligence, mais là, elle espérait bien prendre sa revanche et effacer du visage de son ami ce petit air satisfait. Bon, c'était un coup bas, elle le savait, mais en même temps, il ne lui avait pas interdit d'user de tous les moyens mis a sa disposition...si ? Non.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 30 Aoû - 11:33

    On ne pouvait pas dire que Cassie ne pensait pas à tout. C'était appréciable, même si c'était étrange de la voir en pantalon. Il se demandait d'ailleurs où elle avait déniché celui-là. L'avait-elle fait ou fait faire ? Ou emprunter à un des employés de Tristan ? Si c'était le cas, il ne devait pas être très épais, parce que Cassiopée était plutôt fine. Finalement, la curiosité eut raison de ses réticences et il demanda :

    « Je peux savoir où tu as déniché ce pantalon ? »

    Thomas ne faisait que rarement preuve de curiosité. Ou du moins rarement il osait poser la question. En général, il se débrouillait pour trouver la réponse tout seul, mais c'était Cassiopée et c'était bien la seule avec laquelle il pouvait se permettre de discuter vraiment. Une ombre de sourire éclaira son visage quand elle lui répliqua qu'il lui plairait de mener ce genre de révolution. Non, elle n'était pas une figure incontournable, mais elle était quand même bien capable d'influencer ainsi la mode. Il était convaincu que Cassiopée était à peu près capable de tout avec son bagout et sa joie de vivre. C'était une jeune femme douce, mais déterminée, qui ne lâchait rien pour atteindre son objectif. Il lui fit cependant remarquer qu'elle n'avait pas besoin de faire attention à son image avec lui... Et pourtant, il restait un homme et devait reconnaître apprécier qu'elle prenne pourtant la peine de le faire avec lui. Aussi profonde soit leur amitié. Il n'était pas n'importe qui. Même si, effectivement, il avait vu Cassie comme aucun jeune homme qui n'était pas son petit ami n'aurait du la voir. Sa mère ne savait pas le quart des situations compromettantes entre eux. Comme elle ne saurait jamais que ce matin là la jeune mage s'était retrouvée seule dans sa chambre et l'avait vu nu. Mieux valait pour elle et il détesterait que les parents de Cassiopée lui ferment leur porte au nez. Ils s'étaient montrés accueillants avec le gamin taciturne qu'il avait été. Et était encore souvent.

    « D'accord, tu as raison. »

    Une fois en tenue de combat et attentive, il commença à lui donner quelques instructions, amusé par son petit air concentré. Cassiopée avait toujours été une élève modèle et avait des facilités dans ses études. C'était elle qui avait tiré le jeune homme vers le haut, qui l'avait poussé à s'accrocher et à étudier avec plus d'acharnement, en lui donnant une méthode et des outils pour tracer sa propre voie dans la magie de l'été. Mine de rien, il lui en serait à jamais reconnaissant. Sans elle, il aurait probablement échoué et se serait retrouvé à la rue, obligé de retourner vivre avec ce père qu'il haïssait tant. Sans elle, il n'aurait sans doute pas rencontré Sereine, n'aurait pas eu son diplôme et n'aurait pas pu embrasser la carrière de Chevaucheur en se liant à Étincelle... Évidemment, il ne l'avait jamais exprimé ainsi, parce qu'il était avare de remerciements, que cela le mettait mal à l'aise de devoir quelque chose à quelqu'un, mais aussi parce que Cassiopée aurait rejeté tout cela en bloc, trouvant ce sentiment de reconnaissance idiot, parce qu'elle n'avait rien fait d'extraordinaire.

    Il lui tourna donc le dos, attendant patiemment qu'elle trouve comment l'attaquer, non sans esquisser un sourire quand il l'entendit marmonner, se donnant du courage sans doute. Il n'y avait pourtant rien de difficile là dedans. Il se demanda brièvement comment elle aurait vécu un entraînement de Chevaucheur. C'était physique. Sans pitié. Il fallait suivre, encaisser, recommencer encore et encore, même quand votre corps vous suppliait de le laisser au repos. Cassiopée était plutôt fluette, mais il avait en tête quelques Chevaucheuses qui n'étaient pas plus solides et qui avaient pourtant réussi haut la main. Il ne fallait pas se fier à l'apparence, ni au sexe. Les femmes étaient des teignes.

    Il fut surpris d'entendre Cassie crier en lui sautant dessus. Par réflexe, il l'envoya valser au sol, non sans la retenir en même temps, amortissant ainsi sa rencontre avec le par terre. Il dut se retenir de rire alors qu'il croisait son regard. Elle était bloquée par son poids, encore surprise d'avoir été mise à terre si facilement. Mais... sérieusement ? L'attaquer en criant ? Qu'est-ce qui lui était passé par la tête ? Elle était intelligente pourtant.

    « Sérieusement, Cassie t'as rien trouvé de mieux ? Je sais pas... la discrétion par exemple... »

    Pourtant, tout amusement disparut de son regard ou de sa voix quand elle laissa échapper une plainte de douleur. L'inquiétude prit le pas sur tout le reste. De ce qu'elle lui disait, ce n'était pas lui qui lui avait mal, mais elle toute seule, mais tout de même.

    « Oh... Je vais regarder. »

    Il avait retrouvé tout son sérieux et commit l'erreur de relâcher son étreinte sur elle. Pourtant, il aurait du savoir qu'elle était fourbe. Et la jeune femme ne manqua pas de profiter de son inattention pour lui échapper, donnant une petite ruade qui lui fit perdre l'équilibre alors qu'il était déjà concentré sur sa cheville, si bien qu'elle se retrouva au dessus de lui avec un petit air triomphant. Et bon sang... Elle était superbe comme ça, avec quelques mèches blondes qui s'échappaient de sa queue de cheval et encadraient son visage rayonnant. Oui, elle était époustouflante et son ventre se contracta à ce simple constat alors qu'elle se retrouvait au dessus de lui, fière de sa petite manœuvre.

    « Tu triches. Cela ne fonctionnerait pas avec quelqu'un qui se moque de ce qui peut t'arriver... »

    Sa voix était légèrement enrouée et trop grave. Il toussota, fit semblant d'être de mauvaise humeur et lui concéda la victoire de mauvaise grâce.

    « T'es fière de toi, je suppose ? »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 30 Aoû - 16:55

« Ah tu es curieux hein ? »

susurra la jeune mage avant d'afficher un sourire assé fière d'elle, posant les mains sur ses hanches, elle entreprit donc d'expliquer a Thomas d'où venait ce pantalon :

« J'ai soudoyé honteusement le garçon de cuisine a coup de pain frais aux noix. Ce gamin ferait n'importe quoi pour en avoir, alors il n'a été que trop content de me le donner ! Bien que je ne sache pas si je dois me sentir flattée d'entrer dans le pantalon d'un gamin de 14 ans ou non, j'ai même dût faire un petit point de couture pour la taille, mais ça en valait le coup non ? Je ne me vois pas te battre en robe, c'est très jolie une robe mais honnêtement ce n'est pas pratique pour ce que l'on a a faire ! Vous avé de la chance, vous devrié en remercier les dieux, vous les hommes. »

Bien bon, la dernière phrase était gratuite évidemment et l'étincelle rieuse des iris de la jeune femme prouvait assé qu'elle plaisantait a ses dépends. Quoique...Thomas n'était pas spécialement machiste, même si il se paraît de ce trait juste pour la faire enrager parfois. Elle le savait. Il savait qu'elle savait, mais cela marchait toujours.

Mais il n'était plus temps de penser a cela, non elle avait une mission. Une mission suicide même disons le honnêtement hein. Elle avait été habituée a pétrir de la pâte, a ouvrir un four, a enfiler des gants, a avoir le visage baigné de la sueur du dit four, mais a renverser un homme ? Ca jamais. Remarqué, il y a un début a tout. Bien. Elle sautilla donc un peu sur le bout de ses pieds. Et fit une belle boulette. Évidemment qu'elle se retrouva par terre, c'était couru d'avance mais hors de question de s'avouer vaincue ! Non, non, non, elle ne se ferait pas avoir par le sourire en coin du Chevaucheur, parce que monsieur avait un sourire...Une arme de destruction massive, ça elle s'en souvenait très bien, la première fois qu'il le lui avait offert. Elle avait faillit tomber de sa chaise, c'était pour dire. Malheureusement, au bout de 12 ans, elle était toujours aussi sensible a ce sourire. Par Aura ! C'était pathétique, mais elle n'avait pas dit son dernier mot, oh que non. Aussi se lança-t-elle dans une prestation digne d'elle, elle fut tellement convaincante que Thomas s'y laissa prendre. Elle tenait sa revanche ! Elle banda son ventre et l’éjecta proprement, en profitant pour inverser leur position, se redressant, triomphante sous l'air déconfis de son compagnon.

« Ca fonctionne avec toi, c'est le principal ! »


déclara-t-elle en affichant clairement un petit air supérieur sur son visage :

« Allons admets ta défaite, Thomas. Je t'ai eu, c'est tout, il faut être bon joueur tu sais. »


Continua-t-elle en pointant un index victorieux sur lui, sautillant sur place, donc sur les abdominaux de sa victime de contentement.

« Évidemment que je le suis ! Il faudra te faire une raison, tu ne m'auras jamais. »

Oui bon, elle comme lui savait que c'était faux, juste qu'il n'y avait qu'elle pour parfois user de moyens déloyaux avec lui et profiter de son affection pour elle a son avatage.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   Mar 30 Aoû - 21:10

    Thomas haussa les épaules à la question de la jeune femme. Évidemment qu'il était curieux. Mais il ne lui ferait pas le plaisir de l'avouer de nouveau. Et elle n'insista pas, lui révélant alors la façon dont elle avait acquis cet accoutrement. Et bien, cela faisais sens en effet. Il lui jeta un regard amusé quand elle lui avoua ne pas savoir si elle devait être flattée de rentrer dans les affaires d'un garçon de 14 ans. Il la regarda un instant, avec un œil critique, avant de conclure :

    « Je pense que tu peux l'être. Être à l'étroit dans celui d'un obèse serait davantage inquiétant, tu ne crois pas ? »

    Il n'était pas étonné qu'elle soit si menue. Et elle était très bien comme elle était, même s'il ne le lui dit pas. Elle le savait non ? Cassiopée ne s'intéressait pas spécialement aux hommes, mais elle attirait leurs regards, Thomas, lui, le voyait. Et il n'appréciait pas spécialement. Elle conclut son petit laïus par le fait qu'ils avaient de la chance d'être des hommes, ne connaissant pas tous les tourments de la gente féminine, comme celui, terrible, de porter des robes qui étaient tout sauf pratiques.

    « J'y penserais la prochaine fois. »

    Cassiopée s'était encore lancée dans une de ses diatribes dont elle avait le secret, en partant d'un rien en plus. En lui posant la question, il aurait du s'y attendre, elle digressait souvent après tout. Son esprit papillonnait et elle enchaînait les idées à une vitesse folle si bien qu'il avait souvent le plus grand mal à la suivre. Mais la conversation s'éteignit sitôt qu'il lui rappela pourquoi ils étaient là. Il fallait qu'elle se concentre et il voulait voir ce qu'elle avait dans le ventre. Et il ne fut pas déçu du voyage alors qu'elle se jetait sur lui en mode guerrière (et éléphant pour la discrétion). Ce qui les amena tous les deux sur le sol, Cassiopée allongée sur le dos et paralysée par l'étreinte impitoyable de son ami. Bien sûr qu'il savourait sa victoire, même si, avouons-le, il n'y avait aucune gloire à tirer de mettre un petit gabarit comme Cassie au tapis. Elle n'avait absolument aucune expérience en la matière et elle était aussi légère qu'une plume.

    Pourtant, il cessa de jubiler quand elle se plaignit de s'être tordue la cheville. Son petit air amusé et son sourire en coin fondirent aussitôt alors qu'une expression inquiète venaient les remplacer et qu'il baissais sa garde, tout tourné qu'il était vers la cheville martyrisée. Quelle cruelle erreur alors qu'une d'une ruade agile, Cassiopée le renversait et venait lui grimper dessus, triomphante à son tour, ses doigts fins retenant les poignets du jeune homme, assise sur son ventre. Et pour le coup, il l'avait un peu mauvaise de s'être fait avoir comme ça, ce qu'il lui fit remarquer. Il se renfrogna quand elle en rajouta une couche en lui disant d'admettre sa défaite. Oh, mais rien n'était gagné. A vrai dire, il aurait sans doute pu se défaire de son emprise en utilisant la force pure. Il la dominait très largement sur ce point.

    Mais il avait des difficultés à réfléchir alors que Cassiopée sautillait sur lui. Si elle n'éprouvait aucune gêne à cette soudaine promiscuité, lui, il en prit brutalement conscience... Et son corps aussi. Ses abdominaux se contractèrent, de même que son cœur. Et son cerveau cessa de fonctionner de façon rationnelle. Il n'était pourtant pas quelqu'un d'impulsif en temps normal. Vraiment pas. Il était réfléchi, avisé, il calculait et réfléchissait aux conséquences mais là... Le ménage entre l'échauffement de ses sens et le besoin de relever le défi qu'elle lui lançait lui fit commettre l’irréparable. Il se redressa sans crier gare et pressa ses lèvres contre celles de la jeune femme. Un peu brutalement de par sa position, mais cela eut l'effet escompté et Cassiopée le relâcha aussitôt, si bien qu'il glissa une de ses mains libre derrière sa nuque pour l'empêcher de fuir. C'était la pire idée qui ai pu lui effleurer l'esprit depuis bien longtemps... Mais merde, ses lèvres avaient un goût fruité irrésistible et étaient aussi douces qu'il l'avait escompté. Sauf que ce baiser, loin de calmer ses ardeurs, ne fit que les accentuer.

    Et il prit alors soudainement conscience de ce qu'il était en train de faire à sa meilleure amie, à la seule personne qui compta réellement dans sa vie. Cassiopée était inexpérimentée dans ce domaine et... elle méritait bien mieux qu'un baiser volé pour gagner un défi stupide. Il cessa alors, se forçant à sourire en coin.

    « Et tu devrais savoir que je ne me laisse pas facilement abattre et qu'il ne faut jamais être trop arrogante. Tous les coups sont permis hein ? Tu te laisses facilement déconcentrer Cassie. »

    Il avait prit un petit ton détaché, comme si tout cela faisait partie du jeu, il en profita alors pour la retirer de sur lui et se redresser d'un geste rapide et fluide, mettant de la distance comme si elle l'avait brûlé. Mais il cachait son émoi à la perfection. Il avait toujours su masquer ses émotions. Et cette fois, c'était à elle qu'il le cachait. Il ne savait pas ce qui lui était passé par la tête, hormis l'envie de lui démontrer qu'il n'était pas aussi prévisible et loyal qu'elle le pensait, qu'il pouvait aussi être sournois et la surprendre... Et ses lèvres... il secoua la tête et fit semblant de s'épousseter.

    « Bien, je vais te montrer comment mettre quelqu'un à terre, même de plus grand et fort que toi. »

    Comme si de rien n'était, comme si cela ne signifiait rien. Comme s'il ne venait pas de basculer dans un précipice dangereux.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Des croissants pour un réveil en douceur.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des croissants pour un réveil en douceur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un réveil en douceur [Jour 7]
» Réveil en douceur... malgré la lumière qui vient me péter les yeux.
» Un réveil en douceur .. Ou pas ! [ JOUR VII ]
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Une nouvelle lune s'offre à moi [Réveil]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Lagrance-
Sauter vers: