AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ
avatar

Messages : 717
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Jeu 16 Juin - 22:00




Quête 1.4 • Groupe #1

Larmes de sang sur l'océan

Arsène • Lou-Ann • Louis




Quête animée par Aura·




Les Anges Pleureurs


La magie du Sang vibre à nouveau dans l’air du continent ! L’arrivée d’une délégation de mages proscrits ambassadeurs à l’Académie de Lorgol fait courir les rumeurs, qui se répandent progressivement sur le continent. L’on en parle sur les chemins, dans les salles de ferme et les salles de bal, dans les halls d’audience et les escaliers dérobés, tout autant chez les nantis que chez les gens de rien. Les Amoureux du Vent sont connus sous le manteau à présent, et la flotte de vivenefs nouvelles-nées qui arpentent les flots attire l’attention, suscitant tour à tour convoitise et admiration.

Mais les Amoureux du Vent ne sont pas les seuls mages du Sang, et ceux qui se terrent sur le continent en cachant leur don de génération en génération tiennent à prouver qu’ils sont bien là aussi. A l’instar de meurs camarades revenus d’exil, ils ont choisi également d’animer des effigies : mais des statues de pierre et de granit, de marbre et de grès, d’ardoise et de basalte. « Attention aux anges qui pleurent à la nuit tombée » dit-on à son voisin lorsqu’on le croise dans les ruelles au crépuscule ; car sous le manteau des lunes jumelles, les êtres de pierre s’animent et partent en chasse. Partout en Arven, des statues de roche s’éveillent : pas toutes les statues, mais n’importe laquelle. Impitoyables, elles poursuivent les inconscients, nourrissant du sang qu’elles leurs soutirent l’enchantement qui les maintient en vie.

Les revendications de ces mages du Sang ? Montrer qu’ils sont là. Et qu’aucun édit de trêve ne parviendra à les éradiquer, eux que l’on fait passer pour des renégats, mais qui ont œuvré dans l’ombre pour préserver Arven depuis mille ans. Que les couronnes impériales refusent de réexaminer leur situation, et voici un échantillon des exactions dont ils seraient capables…

•••••••  :lama:  •••••••


L'Audacia a passé la journée au port, déchargeant une cargaison acquise plus ou moins légalement ; et l'équipage s'est éparpillé à terre pour une demi-journée de liberté. Lou-Ann Jedidiah a voulu faire visiter « son » navire à son copain, le petit Arsène Albe ; mais l'appareillage au crépuscule les a pris de court et les voilà en pleine mer, passagers clandestins. Il va bien falloir sortir de leur cachette à fond de cale pour affronter l'ire du capitaine forcé de faire demi-tour pour déposer les deux enfants au port, mais pour l'instant les deux comparses font l'inventaire de la cale, plutôt vide.

Une grande caisse attire leur attention : elle porte l'emblème de l'Académie, et elle doit être livrée à un célèbre modeleur de vivenefs ansemarien.

Ils s'apprêtent à monter sur le pont affronter l'équipage, lorsqu'un pirate entre dans la cale : c'est Louis de Brunante, navigant sous le nom d'emprunt d'Eric Voile-Ardente, cousin de Lou-Ann et neveu du capitaine...




Consignes



IRP : La totalité de votre quête se déroule la nuit du 14 au 15 juillet.
IRL : Ce premier tour va durer jusqu'au jeudi 23/06, 21h.

• Pour ce tour, vous restez dans la cale. Près de la caisse cheloue.  :moustache:

• Pour ce premier tour, vous postez autant de fois que vous le souhaitez, mais chacun de vos RP devra compter très précisément 250 mots. Pas un de plus, pas un de moins ! (Utilisez impérativement ce site pour compter.)

• Le Destin souhaite bon courage à Louis pour gérer les deux terreurs.  :sisi:



Dernière édition par Le Destin le Jeu 23 Juin - 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 407
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Jeu 16 Juin - 23:07

Un bateau pirate, un vrai bateau pirate! Arsène les avait observé, de loin, mais monter dessus? Lou-Ann avait eu une idée géniale! Évidemment, il avait sauté sur l’occasion, la laissant prendre l’initiative de lui faire explorer l'endroit. Après tout, elle était un peu plus pirate que lui, et plus grande aussi, alors, il voulait bien se laisser guider. Il se contentait d’ouvrir grand les yeux, faisant courir ses doigts sur le bois, admirant sans s’en cacher le splendide navire. Le pont, les voiles, la cale... Cale justement qu’ils exploraient, Arsène se persuadant être un pirate en train de faire l’inventaire des marchandises dérobées, comme devaient faire les grands sur le quai. Comme étaient censé le faire les grands sur le quai, parce que l’appareillage, visiblement, se fit un peu plus tôt que les deux enfants l’escomptaient. Incertain de la marche à suivre, mais positivement sûr que ce qui les attendait une fois sortis de leur cachette ne serait guère agréable, Arsène décida de se fier à sa guide et de la laisser mener les pourparlers. Après tout, c’était son bateau non? Son équipage, à peu près. Et puis de toute façon, ils n’était pas obligés de sortir maintenant, n’est-ce pas? C’est que même pas très remplie, la cave devait receler de vrais trésors, et une grande caisse attira Arsène comme un aimant. Une cale de pirates, ça servait bien à stocker des trésors de pirates?

Spoiler:
 

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 999
J'ai : 31 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de deux enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Jeu 16 Juin - 23:59

Ils ont entendu du bruit dans la cale – des rats probablement, qu’ils ont décidé, des rats à débusquer histoire qu’ils ne grignotent pas leur cargaison au cours du voyage. Louis ne voit pas l’intérêt de les tuer à l’instant, mais puisque c’est un ordre… Il compte uniquement jeter un coup d’œil, mais son avis change quand il aperçoit une tête sombre se déplacer entre les diverses marchandises. Le petit être, vraisemblablement un enfant, est bien proche d’une caisse d’une certaine taille. Son contenu, il l’ignore, et ce n’est pas de ses affaires – il sait seulement que ce garnement n’a pas à être là. Et comment a-t-il réussi à se faufiler ici sans être aperçu par un membre de l'équipage, d'ailleurs ?

Silencieusement, le pirate sort son sabre et s’avance à pas de loups jusqu’à l’intrus, s'assurant l'effet de surprise face (ou plutôt, au dos) de ce gamin qui ne lui porte de toute façon aucune attention. La pointe du sabre vient effleurer sa nuque, menace efficace qui arrête l'enfant dans ses mouvements. « Des rats, hein ?, gronde Louis. Bouge de là, voleur. » Et maintenant, il va devoir avertir Philippe qu’ils ont un passager clandestin, et du genre difficile à balancer par-dessus bord sans craindre de représailles… ce ne sera pas une partie de plaisir, il en est sûr et certain. Son oncle va être furieux. Contre pirates distraits et jeune fouineur.

_________________
Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente





Dernière édition par Louis de Brunante le Ven 17 Juin - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Ven 17 Juin - 11:22

Consignée à vie ? Puis quoi encore !
J'ai mis un moment avant d'oser d'nouveau m'balader comme avant. Peur de m'retrouver encore dans des histoires pas possibles. Puis peur de maman aussi, un peu. Beaucoup. Mais aujourd'hui, y'avait une très bonne raison d'sortir : l'Audacia est au port ! Et c'est qu'ça me manque fichtrement d'être à bord. Alors j'suis sortie en trombe, Arsène sous l'bras, direction l'port pour lui faire visiter l'plus beau des bateaux. D'puis le temps que j'lui en parle !

Sauf qu'en pleine visite, ils ont appareillé, ces bougres ! Et me v'là passager clandestin sur mon prop' navire ! J'ose pas imaginer la tête de maman quand elle va s'rendre compte que j'rentre pas c'soir... On a plus qu'à s'faire discrets avec Arsène. Parce que j'crains un peu la réaction d'papa s'il m'trouve là...  Mais c'n'est pas papa qui s'amène, sabre au clair. C'est Oncle Louis, qui pose la pointe de sa lame sur l'cou d'mon Arsène avec sa grosse voix mécontente.

J'bondis d'vant lui, sabre également tiré. « Oncle Louis, l'menace pas ! C'pas un voleur, l'Arsène ! » Puis j'ajoute, l'ton un peu moins bravache. « Euh... dis. J'sais qu'on d'vrait pas être là, on s'est fait surprendre. Tu pourrais... pas l'dire à papa. S'te plait ? »


Dernière édition par Lou-Ann Jedidiah le Mar 21 Juin - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 407
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Ven 17 Juin - 14:22

Il ne l’avait pas entendu arriver, mais la lame chatouillant sa nuque était bien suffisante pour qu’Arsène comprenne qu’il allait avoir des problèmes. Lui et Lou-Ann, probablement. Il s’en doutait, mais entre l’imaginer et le savoir, il y avait tout un monde. L'enfant s’était figé, son coeur battant à tout rompre, son estomac vrillant sur lui-même sous l’effet de la terreur de se savoir avec une lame sur le cou. Il ne voulait pas mourir, après tout. Les pirates, c’était amusant, sauf quand ils vous tenaient à la pointe de leur sabre. Mais avant qu’il ne puisse faire quelque chose qu’il regretterait - pleurer, supplier, voire pire -, Lou-Ann s’interposa avec courage. Arsène lui aurait probablement sauté en cou tant son soulagement et sa reconnaissance étaient grands, si Louis n’avait pas été là.
Elle se tenait devant lui, dans une posture qui marquait clairement qu’elle ne laissera pas l’affreux lui faire du mal, clamant sans doute possible qu’elle le protégerait, inflexible, forte, et... Presque suppliante? «Mais laisse Lou, s’il nous balance, nous, on dira que c’est d’sa faute si on est monté!»

Clama Arsène, le défi dans ses yeux bleus peinant à masquer la terreur de tout à l’heure. Planqué derrière Lou-Ann sa sauveuse, cependant, il se sentait en sécurité, n'hésitant pas à fixer le pirate d'un air mauvais. Lou-Ann le protégerait, il avait confiance.

Spoiler:
 

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 999
J'ai : 31 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de deux enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Ven 17 Juin - 20:42

La surprise n’en finit plus : voilà sa cousine qui bondit devant l’intrus, le sabre au clair et la défense bravache, le temps de quelques secondes. Le temps d’ensuite oser lui demander son aide pour sortir de ce pétrin. D’un coup, il abaisse le sabre de Lou-Ann, laissant le temps au jeune garçon de se tirer de cette déplaisante situation.

L’arme est rangée, ses bras se croisent sur son torse. Il n’est aucunement attendri. Il ignore sciemment la remarque d’Arsène et s’adresse à sa cousine, dont la demande est aussi irréaliste que ridicule : « Le prochain arrêt est dans un mois, Lou. Vous allez tenir tout ce temps, sans nourriture et sans eau, tu crois ? » Il ne veut absolument pas devenir complice de leur bêtise et subir les colères jumelées de son oncle et de sa tante. La deuxième est certes plus terrifiante, mais le premier est toujours son capitaine.

« Vous avez rien touché, au moins ? », soupire le pirate. Ses yeux courent sur les différentes caisses de la cale, apparemment rien n’est ouvert, et en dernier, celle qui porte l’emblème de l’Académie. « On trouvera bien une raison de pourquoi z’êtes là… et avec un peu d’chance, il ne vous laissera pas nager jusqu’à Lorgol. » D’accord. Il s’est peut-être un peu attendri. Mais Lou-Ann est sa famille, il ne va quand même pas la laisser encore totalement à la merci d’une déferlante de colère.

_________________
Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Mar 21 Juin - 22:48

Oulah, doucement mon Arsène ! J'passe un bras devant lui pour lui intimer d'pas rajouter un mot mais j'ai pas l'temps dire quoi qu'ce soit qu'Oncle Louis prend la parole. J'suis pas si sûre qu'il me couvrira sur ce coup là. Traître. J'évite quand même d'lui donner l'fond d'ma pensée, j'veux pas qu'il s'bute C'est que j'le connais mon oncle et pour sûr, vaudrait mieux l'avoir d'notre côté. Puis c'est surement l'meilleur allié qu'j'puisse espérer trouver sur tout l'Audacia. Surtout qu'j'dois bien avouer qu'j'avais pas du tout pensé au ravitaillement...

Du coup, j'range mon sabre pour mieux m'planter sur mes deux pieds. « Bien sur qu'on a rien touché ! Tu m'prends pour un marin d'eau douce ? J'voulais juste montrer l'Audacia à Arsène avant qu'il appareille. Puis c'est qu'j'en ai marre d'rester à terre. Ça fait des mois que j'suis coincée à terre, j'en peux plus moi ! J'suis comme toi, moi. J'suis pas faite pour la terre ferme, j'ai besoin d'être à bord ! » Et j'sais qu'si y'en a un qui peut comprendre, c'est bien Oncle Louis ! On est des enfants d'Messaïon, nous. Même qu'dans nos veines, c'est d'l'eau d'mer qui y coule. « Tu vas nous aider, dis ? »
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 407
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Mer 22 Juin - 13:41

Lou-Ann et son oncle Louis étant visiblement en train de chercher des solutions, sabres rangés, et Arsène décida qu’il pouvait tout autant s’éloigner d’eux. Après tout, ils ne faisaient guère attention à lui, et l’enfant était persuadé qu’il ne finirait pas par dessus bord - il l'espérait fortement, d’ailleurs, car il ne savait pas nager. Le père de Lou-Ann était le Capitaine, il ne ferait pas ça à sa fille! Elle serait probablement consignée à vie, et il se jura d’aller lui rendre visite de temps en temps dans sa prison, pour lui apporter des nouvelles.

Arsène n’était pas du genre à s’inquiéter très longuement, de toute façon, surtout lorsqu’il se trouvait dans un lieu qui appelait à l’exploration autant que la cale de l’Audacia. Vite distrait, il s’éloigna de quelques pas, passant la main sur les caisses en essayant de deviner ce qu’elles contenaient. Lou-Ann avait juré n’avoir rien ouvert, et il tiendrait cette promesse, mais... Si jamais c’était mal fermé, on ne pouvait guère lui reprocher quoi que ce soit non? Un dernier coup d’oeil à Louis, et l’enfant s’approcha de la plus grande des caisses, essayant d’apercevoir ce qu’il y avait à l’intérieur, à travers deux planches disjointes. Peine perdu. Dommage qu’elle ait l’air solidement arrimée, et qu’il ne soit pas très fort, il aurait pu la faire tomber!

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 717
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Jeu 23 Juin - 23:44


Quête 1.4 • Groupe #1

Larmes de sang sur l'océan

Arsène • Lou-Ann • Louis • Marianne




Quête animée par Aura·




Les Anges Pleureurs


Pauvre baby-sitter de fortune - Louis va devoir prendre son parti de cette curieuse affaire, lorsqu'un bruit de pas près de l'écoutille annonce une nouvelle arrivée. Une paire de bottes, puis un harnais de cuir, une masse de cheveux bruns - c'est Marianne d'Orsang, marraine de Lou-Ann, qui arrive et se campe devant les passagers clandestins, mains sur les hanches. C'est Freyja qui l'envoie vérifier que sa progéniture ne se trouverait pas embarquée en catimini...

Mais voilà, au moment où elle s'apprête à houspiller la troupe, un choc sourd retentit dans la cale. Ça racle, dans la caisse... qui se met à tressauter lorsque des coups violents sont frappés à l'intérieur...




Consignes



IRP : La totalité de votre quête se déroule la nuit du 8 au 9 juillet.
IRL : Ce deuxième tour va durer jusqu'au jeudi 30/06, 21h.

• Pour ce tour, vous restez dans la cale. Le Destin se demande si l'un de vous va oser aller toquer sur la caisse... :keu:

• Pour ce second tour, vous postez autant de fois que vous le souhaitez, mais vos RP devra utiliser une harmonie imitative! Précisez en spoiler le son choisi. :cute: Ce n'est pas obligatoire, ne vous bloquez pas dans le pire des cas, mais ce sera une valeur ajoutée...  :cup:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 849
J'ai : 42 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Ven 24 Juin - 1:58

Plus Iode s'amusait de la situation, partageant sa gaieté avec sa partenaire, plus Marianne fulminait et le poussait à accélérer. Ce qui augmentait son hilarité autant que son allure. Sa filleule kidnappée par la Marie-Sanglante, puis qui s'offre une virée avec un drakkar, et maintenant qui part en croisière sur l'Audacia ! Quelle ironie !
« Ce n'est pas drôle Iode ! Je vais lui faire passer l'envie de fuguer tous les quatre matins à cette canaille ! Couvre-feu au coucher du soleil, récurage de toute la Taverne, je vais donner des idées à Freyja tiens ! Et rattrape-moi cette fichue vivenef au lieu de ricaner encore. »
La Voltigeuse fait forte impression en déboulant sur le pont. Une histoire de rats bruyants dans la cale, hein? Les soupçons de son amie, restée à Lorgol, se confirment.
Mais la voltigeuse a oublié que Lou-Ann ne fait jamais les choses à moitié. Arrivée dans la cale, elle retrouve effectivement la jeune pirate, en pleine conversation avec son oncle Louis. Et un peu plus loin, se baladant au milieu de la cargaison comme un comte visitant son domaine, un enfant. Deux passagers clandestins, deux gamins inconscients à ramener en ville !
Sur un des perchoirs, entre les voiles, un griffon doré s'étrangle devant ce dernier rebondissement, riant et piaillant comme une mouette qui aurait entendu la blague du siècle.
« Lou-Ann Jedidah ! Tu vas me rendre chèvre, et ta mère encore plus ! Qu'est-ce qui t'as pris d'embarquer en douce sur l'Audacia ? Avec un autre enfant par dessus le marché ! Tes parents vont être fur- » 

Bam.

Quoi ?

Crrrrrr crrrrrr crrrrrrr...

A côté de la petite tête brune, une grosse caisse vient de manifester son désir de participer au débat. Ça gratte, ça racle, comme si quelqu'un voulait en sortir !
Marianne craint le pire, combien de visiteurs sa renarde a entraîné à bord ? « Ne me dites pas... que d'autre mômes se cachent la dedans ? »

_________________






☸️ J'ai pour moi les vents, les astres et la mer. ☸️
Miouuuu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 999
J'ai : 31 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de deux enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Ven 24 Juin - 2:59

« Des mois que t’es coincée à terre, c’est ça, fais-moi pleurer, avec tes quatre pauvres semaines à la Taverne. T’as déjà oublié ton aventure dans la cale d’la Marie Sanglante ? T’en veux encore ? », qu’il rétorque automatiquement. Il lui flanque une chiquenaude sur le nez, sans répondre à sa demande – parce qu’il a entendu un bruit de bottes et qu’il s’est figé, instantanément.

Et voilà, il ne manquait plus que ça ! Louis se sent aussi coupable que sa nièce et l’Arsène, comme pris en flagrant délit, sous le regard de Marianne, envoyée par Freyja de ce qu’il comprend. Alors que, notons-le, tout ceci n’est absolument pas de sa faute ! À croire que devant une adulte bien plus adulte que lui, il ne se sent pas plus légitime qu’un gamin… Heureusement, il n’a pas à se défendre, un C’était l’idée de Lou-Ann traître et immature lui venant immédiatement en tête, la Voltigeuse ayant tout de suite compris l’affaire. Une femme intelligente, cette Marianne. Il se retient à peine d’approuver de la tête tout ce qu’elle dit, mais il est plutôt occupé à surveiller le gamin inconnu. Il n’aime pas voir des gens non autorisés se balader sur l’Audacia, encore moins un milieu d’un chargement qui leur est –

Crrr crr crrrrr…

Bam.

Ils n’auraient pas osé.

Ou si ?

« Bon sang de bordel, j’sais pas c’qui bardasse dans cette boîte de bois, mais… bouge-toi d’là », qu’il ordonne au gamin, avec l’espoir qu’il s’écarte. C’est à lui de s’approcher, pour observer à distance la caisse, le sabre à nouveau dans sa main. Elle est fermée, pourtant, sans espoir de regarder à l’intérieur non plus. Puis, ça vient de l’Académie, apparemment. Pas possible qu’ils aient foutu des petits copains là-dedans. Les coups de répètent, bam, bam, bam, et font tressauter la caisse. Peu importe ce que ça contient, c’est vigoureux. Il regarde Lou-Ann, puis Arsène, sévère. Qu'ils ne mentent pas, pas en ce moment. « Si c'est des bambins, j’les balance par-dessus bord. » Promis.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 407
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Sam 25 Juin - 13:42

Un bruit de bottes à l’entrée de la cale fit lever le nez à Arsène de son exploration. Une nouvelle venue? Son harnais de vol la désignait comme une voltigeuse, mais pour quelle raison une voltigeuse se trouverait-elle sur l’Audacia? Curieux, l’enfant écouta leur échange, sans pour autant comprendre tous les tenants et aboutissants de l’affaire, si ce n’était que Lou-Ann était dans un sacré pétrin. Il se sentait désolé pour elle, même s’il ne pouvait pas y faire grand chose. Il comprenait qu’elle se soit rebellé contre sa punition - injuste, d’ailleurs, si quelqu’un voulait connaître son avis - mais s’en mêler risquait d’attirer encore plus l’attention sur son amie, alors il resta silencieux, préférant retourner à son exploration. Un bruit, soudain, dans la cale. Le trésor, s’enthousiasma l’enfant. Tout le monde sait que les pirates transportaient des trésors!

Un raclement.
Suivi de coups sourds qui faisaient vibrer la caisse de l’Académie.
Le trésor? Un trésor osant crier, un trésor osant caresser, creuser et cogner sa prison de bois. Toc toc toc.

Surpris, Arsène s’écarta d’un bond sur l’injonction de Louis, avant de fixer ses yeux sur Marianne puis sur Louis, interloqué. «Bien sûr que non!» Il ne leur parla pas de son hypothèse de trésor, toutefois. Un trésor vivant? Ou alors, un trésor qui appelait au défi? Toc toc toc, avait-il fait. Tape, toque, crie, cogne, creuse. Joins-toi à mon défi. Cherchant le regard de Lou-Ann en un soutien muet, il s’exclama, légèrement outré. «Y’a pas d’autres enfants! Y’a que moi, et je ne suis pas un enfant d’abord!» Il plissa les yeux vers le pirate, qu’il avait décrété ennemi numéro 1, et annonça d’un air supérieur : « Tu ne peux pas jeter les gens par-dessus bord.» Nouveau regard interrogateur vers Lou-Ann. Il pouvait? Ce n’était pas le capitaine qui décidait ça, ou quelque chose? De toute façon, si le trésor dans cette caisse était vivant, le jeter par dessus-bord n’était certainement pas la bonne solution.
Arsène n’avait pas peur. Téméraire, les yeux fixés sur le pirate et la nouvelle venue en un défi bien aisé à lire, il s’approcha de la caisse, cognant le bois avec légèreté. L’impact fut bien moindre que les coups sourds entendu plus tôt, mais l’enfant sourit avec fierté : être pirate requérait de la bravoure, et il venait de démontrer la sienne. Ce n’était qu’une caisse au trésor... Et honnêtement, il craignait bien plus le pirate et son sabre qu’une caisse de bois!

Spoiler:
 

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 849
J'ai : 42 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Lun 27 Juin - 21:25

Marianne rejoint Louis près de la caisse, dont le bois tremble sous les coups.  Elle reconnaît rapidement l'emblème de l'Académie peint sur ses planches. Puis fronce les sourcils, plus méfiante. « Bien sûr que non ! » leur répond l'enfant. Si la boîte ne cache pas d'autre voyageur surprise, cela ne veut pas dire pour autant que son contenu est inoffensif, surtout en provenance de l'Académie...
« Tu ne peux pas jeter les gens par-dessus bord.»  Tiens tiens, il a l'air bien sûr de lui ce petit bonhomme. Marianne jette un regard entendu au pirate, avec une pointe de malice : « Si tu veux offrir un bain gratuit à ces deux là, ce serait avec plaisir l'ami. » Elle se garde bien d'ajouter que Iode les repêcherait aussitôt, mais ces deux chenapans ont vraiment besoin d'une bonne dose de frousse, qu'ils réfléchissent à deux fois avant de jouer les apprentis explorateurs.

La menace ne fait pas trop d'effet pourtant : l'air bravache, le jeune copain de Lou retourne près de la caisse. La médecin n'a pas le temps de l'arrêter qu'il toque sur le bois. Petit fou ! Si ce qui s'agite là dedans nous cherche des noises, le provoquer est la pire idée. Face à son visage triomphant, elle s'avance vite vers lui avec un regard noir, traduisant parfaitement un toi, tu vas avoir des problèmes. Mais elle ne lâche qu'un « andouille » en attrapant le gosse par le bras pour le tirer rapidement loin de la caisse. Sa filleule a de drôles de fréquentations, elle lui en touchera un mot.

_________________






☸️ J'ai pour moi les vents, les astres et la mer. ☸️
Miouuuu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 717
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Sam 2 Juil - 0:54


Quête 1.4 • Groupe #1

Larmes de sang sur l'océan

Arsène • Lou-Ann • Louis • Marianne




Quête animée par Aura·




Les Anges Pleureurs


Toc toc toc.

Le petit s’est enhardi, le garnement s’est décidé. Sous ses doigts un peu crasseux de gamin des rues, le bois a résonné – et dans la cale soudain, l’air se fait lourd. On n’entend plus rien, tant le silence s’est fait épais brusquement – juste le son des respirations. Celle, grave, du pirate contrarié ; celle rapide de la Voltigeuse agacée, celles plus légères des deux adolescents accusés… et celle, profonde et rauque, de la chose tapie dans la caisse.

Toc toc toc.

De l’intérieur, trois coups secs retentissent contre la paroi.

BAM !

La caisse tressaute, faisant sursauter les quatre témoins de cette bien curieuse scène, et le bois se fend sur toute sa longueur. Une main de pierre en émerge, lentement, s’agrippant au bord de la caisse pour mieux repousser le couvercle. Pas de temps à perdre ! Il faut sortir de là ! Un souffle d’air puissant éteint subitement les lanternes – sauvez votre vie, malheureux.

Fuyez !




Consignes



IRP : La totalité de votre quête se déroule la nuit du 14 au 15 juillet.
IRL : Ce troisième tour va durer jusqu'au dimanche 17/07, 21h.

• Pour ce tour, vous vous échappez de la cale. Une fois que vous serez sortis tous les quatre, le Destin passera vous décrire le navire...

• Pour ce tour, vous postez autant de fois que vous le souhaitez, mais vos RP devront compter exactement 4 paragraphes, formant l'acrostiche « ANGE ». (Votre premier paragraphe commencera donc par A, le suivant par N, le troisième par G et le dernier par E). :cup:



Dernière édition par Le Destin le Lun 11 Juil - 0:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 407
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Sam 2 Juil - 21:23

A ndouille, avait lâché Marianne en l’éloignant de la caisse par le bras. L’enfant s’était contenté d’un haussement d’épaule et d’un sourire plein de provocation en faveur de la voltigeuse. Elle l’impressionnait un peu - moins que Louis et son sabre, tout de même - mais Arsène avait tendance à se montrer agaçant lorsqu’on le traitait comme un bébé et, clairement, les deux adultes ne pensaient pas grand chose de lui. Il se rapprocha de Lou-Ann, son seul point de repère connu. L’air s’était fait plus lourd et dans le silence pesant, on entendait seulement leur respiration. Arsène refusait de le montrer, mais il commençait à être un peu effrayé de ce brusque changement d’atmosphère. Sa main se glissa près de celle de Lou-Ann, sans oser la prendre toutefois, de peur qu’elle le traite de bébé.

N on, il n’était pas un trouillard. Mais quand trois coups retentirent dans la cale silencieuse, suivi d’un coup plus fort et d’un craquement de bois, il ne pût retenir un couinement de frayeur. Il n’avait plus envie d’être ici, les pirates et leur bateau venaient de perdre tout intérêt dans la présente situation. Et quand la main de pierre émergea de la caisse, suivit d’un brusque coup de vent qui éteignit les lanternes, il n’y tint plus, s’emparant de la main de l’adolescente. Sa voix s’éleva, bien moins confiante qu’avant. «Je veux sortir d’ici. S’il te plaît.»

G uerrier, jouait-il souvent à être. Voleur, assassin, pirate ou même, parfois, Chevaucheur. Mais là, à cet instant, il n’était qu’un gamin de onze ans apeuré, l’esprit fixé sur cette main de pierre qu’il avait vu avait que toutes les lanternes ne soient soufflées. Il ne savait pas quoi faire. Courir, sortir? Il faisait noir, et il s’était promené dans la cale : il ne savait plus, réellement, où se trouvait la sortie. Il serra plus fort la main de Lou-Ann, trouvant du réconfort dans cette étreinte, et le courage qui lui manquait pour se mettre en mouvement. «Allez, viens!». Il était téméraire, il était sans peur... Il fallait juste qu'il s'en souvienne parfois.

E t il la tira par la main, en direction de la sortie ou, du moins, ce qu’il pensait être la sortie. Louis et Marianne avaient semblé bien prompt à vouloir le jeter par dessus-bord, mais il espérait presque entendre leurs voix rassurantes, désormais, dans ce silence oppressant seulement interrompu par les efforts de la chose de pierre qui essayait de se libérer de sa caisse de bois. Il voulait partir d’ici. Vite. Et peut-être après, sous la lueur des étoiles et des deux lunes, combattre cette chose. Lui faire face. Mais... Pas ici. Il n’avait pas peur du noir, non. Mais il aurait donné cher pour de la lumière.

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 849
J'ai : 42 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Lun 4 Juil - 11:58

Après avoir éloigné le jeune téméraire de la caisse, Marianne est frappée par le silence. Lourd, assourdissant, à peine brisé par leurs quatre respirations. Quatre ? Un souffle rauque, comme deux dalles de pierre qui racleraient l'une sur l'autre, émerge de la caisse de bois. La Voltigeuse redouble de méfiance, mais ses soupçons arrivent trop tard. Toc toc toc, répond la chose dans sa prison de bois. Rien à voir avec les trois coups légers donné par le garçon – parti se réfugier près de sa filleule, soudain moins confiant. Non, cette fois les chocs contre les planches semblent donnés avec une pierre tant ils sont durs et secs. Le bois craque.

« Nous avons assez traîné ici, je propose que tout le monde sorte de la cale. Maintenant. » Elle fait son annonce d'une voix ferme, le regard insistant envers Louis et Lou-Ann, mais au fond d'elle la tension monte. Bon sang, elle a traité le gosse d'imbécile, mais ils ont tous été stupides de s'attarder ici, elle la première. Crrrrrac, confirme la caisse, laissant s'échapper une main de pierre, griffant et tâtonnant pour mieux libérer sa propriétaire, raclant contre les planches.

Garde ton sang-froid. Les enfants. Il faut les éloigner du danger... Un étrange souffle d'air fauche toutes les flammes des lanternes, angoissant encore un peu plus la médecin. Elle a passé dix ans entre ces ponts, elle peut se repérer dans la cale les yeux fermés, mais les petits ? Et la... chose ? «Je veux sortir d’ici. S’il te plaît.» Se repérant grâce à sa voix, elle s'approche de Lou-Ann et son ami, se plaçant entre eux et la caisse qui continue de tressauter et craquer. Son pied s'écrase contre un coffre, lui arrachant un grognement. Elle connaît bien la cale, mais pas sa cargaison !

Elle continue d'approcher, puis tend la main dans l'obscurité, heurtant une épaule. « Lou, c'est moi. Ne lâche pas ton ami, sortez d'ici. » Elle entend le gamin à côté qui essaie d'avancer, tirant Lou-Ann, mais pas tout à fait dans la bonne direction. Elle balaie l'espace de son bras, rencontre le dos du garçon. « Presque gamin, plutôt par là. Les escaliers sont à dix pas. Allez-y. Tu me diras ton nom après. » Elle essaie de parler posément pour les rassurer, elle les pousse dans la bonne direction. Elle se concentre sur eux et leurs pas, tournant sciemment le dos au fracas des planches en train de lâcher... Elle les pousse un peu plus vers la sortie. « Louis ? » Misère, pourvu qu'il sache s'en sortir à l'aveuglette !

_________________






☸️ J'ai pour moi les vents, les astres et la mer. ☸️
Miouuuu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 999
J'ai : 31 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de deux enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Sam 9 Juil - 2:08

Andouille, c’est le mot approprié pour décrire le galopin sans peur et sans reproches qui se fout bien de sa menace (qui le démange, il a bien envie de la mettre à exécution) et va cogner sur la caisse. « T’es complètement dingue ! », explose un Louis furieux. Non mais, qu’est-ce qu’il comprend pas dans le fait de ne pas s’approcher ? Les trois petits coups, d’abord, restent sans réponse. Sans réponse dans l’air lourd où seuls s’entendent leur souffle. Sans réponse, mais pas longtemps. Pas longtemps avant que la caisse se fende en deux et que tous puissent voir la main de pierre en émerger, tout juste avant que les lanternes se soufflent.

Nul doute qu’il est plus que temps de quitter cette cale au plus vite.

Galvanisé par la peur, Louis se retourne pour se diriger vers l’escalier de la cale. Il compte sur sa connaissance des lieux pour y retourner, il saura le faire, mais il doit constater que sans lumières… merde, il fait vraiment foutrement noir, ici. « Louis ? J’arrive. » C’est le mieux qu’il puisse dire. Le mieux qu’il puisse faire, se repérer à la voix de Marianne et à celles des enfants, alors qu’il se cogne dans chaque putain de caisse qu’il doit croiser. Un genou, un mollet, le coude, l’autre genou, son chemin est ponctué de jurons et d’exclamations basses de douleur. Il s’en fout, honnêtement : le but est de s’éloigner de cette… chose.

Enfin, il se croit arrivé près des marches – il y est, en effet, puisqu’il se les prend en plein front. « Aouch, merde ! » Au moins, il est là. « Lou, Arsène, vous êtes montés ? Marianne ? », parce que lui ne tardera pas plus longtemps. Il est déjà accroché aux marches et il ne restera pas dans cette cale.

_________________
Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 717
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Dim 10 Juil - 23:43


Quête 1.4 • Groupe #1

Larmes de sang sur l'océan

Arsène • Lou-Ann • Louis • Marianne




Quête animée par Aura·




Intervention du Destin


Spoiler:
 

Désert.
Le navire est désert.

Plus de marins sur les planches du bord - plus personne, le seul bruit que l'on entend est le claquement des voiles dans le vent. Sur le pont, nulle trace de vie - Iode est seul, et n'est pas en mesure de dire où sont passés les pirates.

Derrière, de l'écoutille entrouverte, un raclement de pierre résonne.
La chose arrive.

Et la brise nocturne porte jusqu'au quatre naufragés son rire démoniaque...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 407
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Mar 12 Juil - 16:30

Agrippé à Lou-Ann, guidé par la voltigeuse, Arsène parvient tant bien que mal à rejoindre les marches qu’il avait descendu, lui semblait-il, une éternité plus tôt. Quand tout n’était que surprise et découverte. Maintenant, il avait peur, il voulait rentrer chez lui, et avait réprimé un cri quand la main de Marianne avait touché son dos. Mais il n’était plus un bébé - une phrase décidément devenu son mantra pour les minutes à venir - et il ne flancherait pas. Pas de larmes. A peine un reniflement, et une gorge serrée par l'appréhension. L'angoisse. La peur.

Non, pas la peur. Absolument pas. Mais quand il prit pied sur le pont, c’est une véritable vague de terreur qui le submergea : il n’y avait personne. Personne du tout, ni dans le gréement, ni sur le pont, ni nulle part. C’est un silence surnaturel qui les accueilli, à peine troublé par le vent dans les voiles, sur ce vaisseau devenu fantôme. La seule chose vivante à bord se trouvait être le griffon - celui de la Voltigeuse - et eux quatre. Et la chose, qui éclata de rire derrière eux, s’avançant vers eux, plus près, toujours plus près.

Garde ton calme, songea-t-il, tremblant de tous ses membres. Tu ne risques rien, tu n’es pas tout seul. Louis était un pirate, il savait se défendre! Ou même les défendre. La Voltigeuse aussi, saurait les défendre : elle avait l’air un peu plus gentille que le pirate, en tout cas. «Ils sont où?» Demanda-t-il en chuchotant, impressionné par le silence, et désireux de ne pas montrer à quel point il avait peur. «Ils n’ont pas pu disparaître, hein?» Demanda-t-il encore, la supplique claire dans sa voix. Il avait eu beau craindre une punition, il les voulait, maintenant, tous les pirates sensés peuplés l’Audacia. Nouveau raclement de pierre, comme une réponse négative à ses espoirs.

Espérer quoi, de toute façon? Qu’ils reviennent, que cette chose de pierre disparaisse? Comme ça, par Magie? «On ne pourrait pas la pousser dans l’eau?» Demanda Arsène, luttant contre tous ses instincts qui lui hurlait d’aller se cacher derrière Louis et de le laisser lutter contre la statue. Non, il n’était pas un couard! Même s’il se sentait bien plus terrifié qu’honorable, en cet instant. Et les autres, les disparus? Chaque chose en son temps, et pour l’instant, le plus urgent était ce raclement, qui se rapprochait. Inlassablement. Qu'Idril les protège, elle qui accordait ses faveurs aux curieux.

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 849
J'ai : 42 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Jeu 14 Juil - 12:55

Alors là, ça craint. Pire que ça, c'est la panique !

Non sans jurer le long du chemin, avec nombre de bruits de collision contre les marchandises, Louis les avait rejoint en bas des marches. Il était temps de filer sur les ponts supérieurs, et au pas de course, avec l'horreur en pierre qui n'allait pas tarder à les talonner. Marianne se tenait prête à prévenir les pirates qu'ils croiseraient durant la montée, mais étrangement, personne n'était apparu sur leur passage. Et une fois à l’extérieur, sous la faible lueur des deux lunes... ils étaient seuls. Capitaine, gabiers, matelots, tous disparus ! « Ils sont où ? »  C'en est trop pour Marianne qui ne cherche plus à faire bonne figure auprès des enfants. « Bordel, ils ont pas pu tous s'envoler comme ça ! Capitaine ! Isle ! » Seul un piaillement surpris lui répond depuis le gréement. « Iode ! Tu sais pourquoi la vivenef est déserte ? » Confusion. Le pauvre griffon n'a rien vu, rien entendu, et ne s'amuse plus du tout. « Foutue magie ! » crache-t-elle. C'était la seule explication. Crrrr crrrrr. Et l'autre bestiole en dessous qui se rapproche ! Entre son angoisse de savoir les enfants en danger, et la colère de ne rien comprendre à la situation, Marianne n'est plus très loin de l'hystérie.

Grâce à Valda, la nuit n'est pas totalement noire et le pont regorge d'objets utiles. Et le jeune Arsène a une bonne idée ! « Oui, bien vu petit ! La pierre ça coule bien, reste plus qu'à l'attirer par dessus bord. » Au pied du grand mât, elle repère plusieurs rouleaux de corde qu'elle s'empresse de distribuer à Louis et Lou-Ann, les mains un peu tremblantes. « Avec ça, on peut l'entraver et le tirer près du bord. » S'il en ont le courage... Un rire lugubre et sans joie résonne sous les planches, comme si la créature se moquait de leurs piètres efforts pour l'arrêter. La Voltigeuse en frissonne.

Elle ne serait pas contre une aide supplémentaire, de la part de la vivenef par exemple ? Rhéa est bien silencieuse devant la disparition de la quasi-totalité de son équipage. Une nouvelle angoisse pulse dans ses veines. « Je reviens, je vais demander un coup de main à la figure de proue ! » Et elle court vers le gaillard avant, la main sur le bois du bastingage. Rhéa, Rhéa, au secours...

_________________






☸️ J'ai pour moi les vents, les astres et la mer. ☸️
Miouuuu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 999
J'ai : 31 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de deux enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Sam 16 Juil - 21:29

Arsène et Lou-Ann les précèdent et l’espoir qu’ils trouvent du secours sur le pont s’évanoui au moment même où le pirate émerge de la cale. Personne. Putain. De. Personne. Uniquement Iode, le griffon de Marianne, dont l’expression cryptique semble aussi embêtée que la leur. « C’est pas possible », qu’il souffle. Pourtant, ça le semble bien, et seul un raclement sinistre répond aux appels de Marianne. Pas d’Ilse, pas de Philippe, pas de personne. La corde glisse entre ses mains, tremblantes comme celles de tous.

« Non, Marianne », proteste Louis en vain alors que la Voltigeuse les laisse pour aller parler à Rhéa. Ce n’est pas une mauvaise idée, mais ils ont vraiment besoin d’elle ici, en ce moment. Il entend uniquement le bruit de la pierre qui, marche ?, se traîne ?, jusqu’à eux. L’idée du gamin est bien, mais à écouter le machin se déplacer, il doit être lourd comme un ivrogne qui a bu son poids en alcool. Il faudrait idéalement le faire trébucher directement par-dessus le bastingage, pour ne pas avoir à forcer dessus pour l’y pousser. Il ne veut pas toucher à ce… ça. « Envoie le bout de ta corde à Lou. Si on veut la balancer à la flotte, faudra l’y faire tomber. Pas question qu’un d’nous touche à ça. Dès que ça sort, on l’tire par là. » Lui-même bouge, se met en place, tire les cordages pour que ceux-ci soient bien tendus. Ceux des plus jeunes, à la hauteur des... pieds ? et des jambes ?, les siens à la hauteur de la... tête ?, de la chose.

Graves et silencieuses, les deux lunes couvrent leurs silhouettes de leur lumière d’argent, yeux du Destin qui les regarde sans intervenir. Aura, mage entre toutes, indique-nous la voie à suivre, aide-nous à comprendre cette magie qui nous est inconnue, pense un instant le Faë, renouant le temps d’une courte prière avec cet empire dans lequel il a grandi. Pourtant, jamais il n’a jamais rien vu de tel, dans toutes ses années entouré de magie, ni même sur les flots, où les usages magiques se font plus libres et créatifs. C’est Ilse, qu’il leur faudrait, pour détruire ce truc, foutre merde ! Ilse. Le feu. Oui. Le feu.

« Et sinon… on pourra au moins le retenir. Et on tirera au canon dedans. » Il sait utiliser un canon. Il n’est pas canonnier, non, et il n’a pas fait ça depuis un bail, et c’est très dangereux de tirer au canon sur son propre navire, pas besoin d'essayer pour le savoir, mais… il a appris. C’était une terrible, terrible, idée, mais Asil en soit témoin… c’est la seule qu’il ait.

_________________
Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente





Dernière édition par Louis de Brunante le Lun 18 Juil - 5:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 717
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Dim 17 Juil - 21:00


Quête 1.4 • Groupe #1

Larmes de sang sur l'océan

Arsène • Lou-Ann • Louis • Marianne




Quête animée par Aura·




Les Anges Pleureurs



   
   
   


Il est là ! Sur le pont ! Oh, la figure de proue a disparu, nulle Rhéa ne trône plus à l'avant du bastingage, ils sont seuls, même le griffon a disparu - seuls, terriblement seuls, les deux enfants et les deux adultes, à la merci de la statue qui s'avance, le bras tendu et la bouche ouverte, les crocs acérés ! Et elle est rapide, maintenant qu'elle a émergé des coursives - trop rapide pour la galopin des rues, qu'elle a saisi des deux mains ! Inexorablement, elle le soulève jusqu'à son visage. Les crocs de pierre frôlent la chair du gamin, et...



... et ils se réveillent, dans la cale du navire, étendus au sol tous les quatre, parmi les débris de la caisse dont l'Ange a émergé. Au-dessus de leur tête, les cris des pirates leur indiquent qu'ils ne sont pas les seuls à avoir erré dans un cauchemar éveillé. Devant eux, la statue se dresse, altière et immobile, le visage caché dans les mains comme si elle pleurait un trop lourd chagrin. Un parchemin est fixé à ses poignets.

L’on peut y lire :

« La magie est un droit de naissance. Elle ne devrait pas être brimée. L’Ordre des Magies Libérées demande la réhabilitation de la magie du Sang.
Ce que vous avez vécu ce soir est un aperçu du pouvoir qu’elle est capable de déployer – le fait qu’elle s’en soit abstenue est un choix délibéré, qui saura sûrement vous éclairer sur la probité des mages qui l’utilisent.
Ce que vous avez vécu, ce soir, c’était une illusion – nous autres, mages de l’Automne au sein de l’Ordre, sommes solidaires de nos frères et sœurs proscrits.
Venez-leur en aide, écrivez au trône d’Ibélène, au trône de Faërie, à l’Académie.
Car après tout, comment être absolument certain que, demain, votre propre enfant ne naîtra pas lui-même doté de la magie du Sang ?
Que la nuit vous porte conseil. »

Une fois son message remis, l'Ange pousse un dernier soupir - et l'enchantement qui l'animait se dissipe.

Ainsi donc, l'angoisse et la peur, la fuite et la terreur, n'étaient que chimères et rêves éveillés, induits par des mages de l'Automne engagés.

Voilà sûrement qui donne matière à réflexion sur le sujet...




Consignes



IRP : La totalité de votre quête se déroule la nuit du 14 au 15 juillet.
IRL : Ce dernier tour va durer jusqu'au dimanche 24/07, 21h.

• Voilà, c'est fini ! Vous pouvez postez autant de fois que vous le souhaitez, raconter la montée de l'Ange sur le pont, la disparition de Rhéa et de Iode... Et ce que vous pensez de tout cela.

• Pour ce tour, vous postez autant de fois que vous le souhaitez, mais vos RP devront comporter, si possible, une métaphore filée:cup:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 407
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Dim 17 Juil - 23:38

Il n’y avait personne, personne, plus personne du tout. Même le griffon, là quelques secondes plus tôt, avait disparu, avalé par la nuit et ses étoiles, dissous dans la noirceur des ténèbres. Le noir d’encre, le silence, la lumière qui semblait avoir disparue à jamais. Envolée. Cachée pour toujours à leurs yeux aveugles. Et aussi profondément qu’il avait craint Marianne et Louis, Arsène leur était profondément reconnaissant d’être là, juste là. Parce qu’il ne voulait pas être tout seul, pas avec ces nouveaux bruits de pierre, pas avec ce rire effrayant, et cette statue qui s’avançait, le bras tendu. Vite, trop vite pour que l’oeil ne puisse la voir. Trop vite pour que quiconque ne puisse réagir.
Droit vers lui. Et Arsène aurait voulu crier, cogner, mais la seule chose qu’il pût faire, en sentant les mains de pierre l’enserrer et le soulever, c’est hurler. De peur, de terreur même, de cette terreur instinctive qu’il avait réussit à conserver cachée en lui depuis le début. Et qu’importe les larmes qui roulaient sur ses joues, qu’importe la terreur qui s’immisçait dans chaque recoin de son esprit, la statue ne semblait pas désireuse de le lâcher. L’enfant ferma les yeux, terrifié, mettant toute son énergie à ne rien voir. Ne pas voir les crocs de pierre s’approcher, le souffle de la mort caresser son visage, plus près, toujours plus près. Fermer les yeux et prier, prier avec une ferveur qu’il n’avait jamais cru pouvoir afficher jusqu’à présent.

Mais que pouvait-il bien faire, si ce n’est pleurer et trembler de tous ses membres, comme un renard pris au piège qui voit sa fin arriver, qui n’a plus que comme seul horizon la mort qui s’approche inexorablement, animal blessé et rendu à moitié fou de terreur, la patte prise dans un étau de fer, immobile, incapable de fuir, incapable de n'avoir que serait-ce la liberté de choisir sa fin. Il ne les voyait pas, les yeux résolument fermés, mais il les sentait, ces dents contre sa chair, plus près, toujours plus près, les larmes chaudes qui roulaient sur ses joues et la supplique terrifiée qui revenait sur ses lèvres. «Non non non.»

--

Et soudain, le silence, vite rompu par des appels et des cris au-dessus de leurs têtes. Le sol dur qui le soutient, l’impression de se réveiller d’un cauchemar terrifiant. Ce n’était qu’un rêve, tout cela? L’enfant laisse pourtant échapper un hoquet de terreur quand ses yeux se posent sur la statue devant lui, reculant précipitamment jusqu’à ce que son dos heurte quelque chose. Ou quelqu’un. Mais elle ne bouge pas, cette statue. Prostrée, les mains devant les yeux, elle leur délivre un message, soigneusement inscrit sur un parchemin. Il sait lire, Arsène - déchiffrer, plutôt, et bien mal - mais clairement, il n’a même pas envie de s’y essayer. Recroquevillé sur lui-même, ses yeux bleus plein de larmes qui roulent encore sur ses joues, le petit reste immobile, ne quittant pas la statue du regard, comme s’il craignait encore qu’elle ne s’anime.
Il veut rentrer, il veut partir, il veut s’éloigner de cette chose, de ce cauchemar terrifiant. Mais pourtant, il ne peut en détacher les yeux, dans la crainte insondable que tout ne recommence s’il en détache son regard.

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 999
J'ai : 31 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de deux enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Mer 20 Juil - 5:01

Trop rapide, pas assez de temps. La statue émerge et d’un geste, Louis a seulement eu le temps de ramener Lou-Ann à lui, la peur prenant le pas sur tout le courage. Mais il y a Arsène, Arsène, si près de passer sous les crocs acérés de la figure animée. « NON ! », qu’il hurle, écho des supplications du gamin, et il se précipite, impuissant…
… juste avant le réveil.

Réveil brutal, le choc, le souffle qu’il cherche de sa bouche affolée. D’une main, il a agrippé Lou-Ann avec force, assez pour lui faire des bleus, il le sait. Ses yeux pâles rencontrent la statue et son sursaut le fait reculer, dans un mouvement imitant celui d’Arsène, avant qu’il se rende compte qu’elle ne bouge pas. Elle expire, à peine, et tout s’arrête. Le monde entier semble s’arrête et si ce n’étaient des coups sourds et des cris au-dessus de leurs têtes, il pourrait croire qu’ils sont encore au cœur d’un cauchemar. Louis recouche sa tête au sol, le temps de quelques secondes. « Putain d’magie », murmure le Faë excédé. Putain de magie, de mages, et d’enfants, un coup parti. Il est le premier à se lever réellement et à s’approcher de la statue, désormais bien immobile. Il déchiffre le message rapidement et le tend à Marianne, qui semble avoir un peu retrouvé ses esprits, même si le choc se lit toujours sur leurs quatre visages. Elle est Voltigeuse, Ibéenne de surcroît, et elle sera donc directement concernée par tous les événements qui suivront cette petite démonstration magique. Que pensaient ces mages de l’Automne ? Qu’ils seraient compréhensifs, doux des agneaux, après s’être fait attendrir à grands coups d’illusions et de terreur, prêt à être servis sur un plateau ?

Un détail, cela dit, ne manque pas d’attirer l’attention du pirate, qui pousse un long soupir de découragemen. Malheureusement, si l’attaque de la statue était une illusion, la présence de Lou-Ann et d’Arsène sur l’Audacia n’en est pas une. Et ils doivent encore régler cela.

Louis va rejoindre Arsène, à qui il tend la main pour l’aider à se lever. « Allez… on va porter ça au capitaine. Et après tout ça, j’crois qu’finalement, il s’ra pas trop fâché. »

_________________
Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 849
J'ai : 42 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   Jeu 21 Juil - 13:08

Derrière elle, la médecin entend Louis et Lou-Ann s'affairer avec les cordes, créant un enchevêtrement pour ralentir leur ennemi. Une fois arrivée à la proue de la vivenef, ses espoirs s'effondrent tandis que son cœur loupe un battement. Rhéa n'est plus là.
Ils sont seuls.
Répondant à l'appel de Louis, elle quitte immédiatement le gaillard avant pour retourner auprès des dernières âmes du navire. Elle ne leur dira pas qu'ils sont perdus sur un vaisseau désincarné. Elle ne veut pas penser à ce vide à la place de leur amie de bois. Une telle annonce saperait leurs dernières forces, alors que Louis envisage de faire sauter la créature à coup de canon. Iode, si ça tourne mal, prend les enfants et va-t-'en. Fuyez loin de ce lieu maudit.
Mais quelque chose s'efface de son esprit, brutalement. Le griffon ne lui répondra plus. Marianne titube sous le choc, elle comprend sans l'admettre que... non... Iode, Iode... Elle lève les yeux vers les voiles, hébétée, ahurie, tandis qu'une part d'elle-même s'est envolée dans la nuit.
Il sont terriblement seuls.

La créature de pierre les rejoint sur le pont, sortant Marianne de sa torpeur. Vite, tirer sur les cordes ! Mais la statue est rapide, puissante, elle traverse leur piège sans mal et tous lâchent prise sous sa force. Crocs dévoilés, ailes déployées, elle fond sur le pauvre Arsène telle une chauve-souris de cauchemar, agrippant sa proie qu'elle soulève sans peine, en quête de sang. Comme un écho à la terreur du petit, la Voltigeuse s'entend hurler, se sent courir vers le monstre, levant les mains dans une vaine tentative d'arrêter l'inéluctable. Elle voit la mâchoire de pierre se refermer sur la peau de l'enfant -

Et une seconde après, elle voit les planches en bois du plafond de la cale.
Elle se redresse d'un coup en position assise, mais tous ses membres tremblent encore sous la vision d'épouvante qu'elle a vécu quelques instants plus tôt. La statue est là, au milieu des vestiges de son ancienne prison de bois. A peine plus loin, sa filleule et Louis, qui se lève pour récupérer le parchemin attaché aux poignets de pierre. Et Arsène, vivant, bien vivant, qui recule devant cet ange pleureur qui l'aurait tué il y a quelques minutes. Sans un mot, elle rejoint le gamin pour l'entourer de ses bras, essayant de calmer ses sanglots autant que sa propre inquiétude. Iode, bien là lui aussi, l'entoure de vagues de réconfort et lui transmet tout ce qu'il voit en volant : le pont animé de pirates, un peu sonnés; Rhéa trônant à la proue de l'Audacia, le visage inquiet; Philippe appelant ses seconds à la barre.

Louis s'avance vers l'ancienne pirate, qui interrompt son étreinte pour prendre le parchemin qu'il lui tend. Parcourant les lignes, elle sent la colère monter. Une colère bien familière, qui lui rappelle celle qu'elle a ressentie en découvrant l'histoire des Amoureux du Vent. L'intention semble louable, mais la manière de faire passer le message la révolte. C'est presque une menace ! Même si ce qu'ils ont vécu est une illusion, sous-entendre que la magie du Sang peut créer des monstres dévoreurs d'enfants est le pire des arguments.
Elle voudrait déchirer ce parchemin, mais elle se retient, se contentant d'un regard haineux à la statue. Elle ne fera pas la même erreur qu'à l'Île du Vent, elle réfléchira à tout ça au calme. Dans l'immédiat, elle veut quitter la cale et parler au capitaine. Après tout, il n'est toujours pas au courant que sa fille et un de ses amis sont à bord, et avec Lena à l'Académie, ce message le concerne aussi.

_________________






☸️ J'ai pour moi les vents, les astres et la mer. ☸️
Miouuuu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Larmes de sang sur l'océan • Les Anges Pleureurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le sang se lave avec des larmes et non avec du sang [PV]
» Les anges déchus pleurent des larmes de sang [Pv Ilyream Shitai][Terminé]
» Venia ɤ Tous ne sont que larmes et sang.
» Dans le sang et les larmes [Hunters + Aria Hinoi] [11-12/03/42]
» Don de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Au large :: L'Audacia-
Sauter vers: