AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
Grosse promo sur la Trottinette électrique GoRide Pro
199.99 € 349.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 16 ... 22  Suivant
AuteurMessage
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyJeu 25 Aoû - 0:50

19 septembre 1001

Denys ?

Son prénom résonne dans un murmure et le duc est pour le moins étonné de l’entendre prononcé par la jeune chevaucheuse qui n’a pas le temps d’esquisser deux pas qu’elle tombe dans ses bras, abandonnée par ses forces. Il s’était légèrement détourné après qu’elle eut prononcé avec conviction son envie de rapporter une opale pour Lagrance, et fier d’elle, il avait songé à la laisser se reposer, mais il n’a guère le temps de penser à ça qu’il la rattrape in extremis avant qu’elle ne touche le sol. La situation est un peu gênante quand il se redresse avec elle dans les bras et finalement, il jette un œil à Tristan avant d’annoncer.

« Hé bien, nous allons vous ramener dans votre loge, vous y serez plus tranquille pour vous reposer. »

Vrai que le brouhaha ambiant n’était pas spécialement propice au repos. Accompagné du marquis d’Amar, le duc avança avec la jeune femme encore dans les vapes, puis arrivé jusqu’à l’aile des appartements des champions, comparativement vide, ils passèrent la porte de la loge de la jeune femme. La déposant dans son lit, il posa l’espace d’une seconde sur elle un regard bienveillant avant de se détourner et ressortir.

« Juste au cas où, continuez de faire protéger sa chambre. Les menaces qui pèsent ne sont pas à prendre à la légère. » Il paraissait soucieux, le duc de Lagrance, et à raison. Il avait un bien mauvais pressentiment. « Je vous retrouve ce soir pour la cérémonie Tristan. » Il salua le marquis et retourna cette fois bel et bien au palais ducal en attendant que vienne le soir et la clôture de cette première épreuve. Et Denys songeait bien peu à cette opale, préoccupé par d’autres ennuyeuses affaires qui ne lui disaient rien de bon.

Et pourtant, il est bien là à observer sa championne, quand ce soir, l’opale lui est remise. La plus acharnée, la plus vaillante. L’opale de feu revient à Lagrance. Elle revient à Maelys, et un grand sourire fend les traits du duc qui se lève, jetant un regard fier à la jeune femme. Oh elle éveil bien peu d’applaudissement, les gens sont étonnés de voir une Faë remporter une épreuve, et plus encore une femme. Idiot de Bellifère. Il n’hésite pas, le duc, à applaudir la jeune femme, le bleu limpide de ses prunelles posé sans crainte sur cette jeune femme qui s’est battue avec force pour son duché.

Spoiler:
 




Dernière édition par Denys du Lierre-Réal le Jeu 25 Aoû - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyJeu 25 Aoû - 1:50

Le 19 septembre 1001

« Pardonne-moi d’avoir raté la fin du spectacle, ma douce », que tu glisses à l’oreille de Mélisende, alors que tu regagnes la loge de Sombreciel pour la cérémonie de remise des Opales. Tu es fraîchement changé, l’air apparemment guilleret, et tu déposes un tendre baiser sur la joue de ta sœur. Tu sembles entièrement en contrôle. Comme si rien n’était arrivé, n’est-ce pas ? Comme si tu n’avais pas fait un grand feu de tes vêtements tachés de vin et de sang, alors qu’il fait déjà au bas mot une chaleur écrasante dans ta suite, comme si tu n’étais pas déjà courbaturé de l’exercice d’épée auquel tu t’es livré, comme si ton flanc droit ne pulsait pas d’une douleur sourde. Tu l’as pansé au mieux de tes capacités et de tes connaissances, le temps d’assister à la cérémonie, mais tu dois t’en occuper en urgence par la suite.
Tu ne sais pas comment faire. Tu ne sais pas à qui t’adresser. Et surtout, tu ne sais pas comment présenter la chose.
Suggestion. Une chevelure rousse. Sourire timide. Cigogne.

Vrai.
Tu connais une guérisseuse.

Tu applaudis très chaleureusement les gagnants des trois opales. Le fiancé de ta Mélusine, oh ! L’amie de ton Melsant ! Puis, Maelys Aigrépine, farouche Chevaucheuse de Lagrance ! Deux femmes pour un homme, cela justifie même que tu applaudis de plus belle, les dents serrées pour ne pas trahir la douleur. Tu as déjà fait part de tes regrets de ne pas avoir pu voir le reste du spectacle, les récits sont splendides, mais ton absence est passée relativement inaperçue, bien heureusement, l’attention de tous étant portée sur les champions se déchirant dans l’arène. Sans doute le plan de ces immondes personnages. Quels lâches. Ton propre champion n’a pas remporté d’opale et il n’a pas succombé à ses blessures, ce qui froisse un peu ta moue souriante, mais tu préfères ne pas t’y attarder outre mesure. Il a encore le temps de soit couvrir ton duché de gloire, soit de mourir en tentant de le faire. Patience. Tu attends que la cérémonie se termine pour adresser quelques mots supplémentaires à Mélisende : « Tu as eu une riche idée, pour la fête des morts. J’ai… quelque peu peur, cela dit, qu’on se retrouve avec une situation similaire à celle-ci. Menaces de mort dans tous les coins et autres accidents qui en ont uniquement l’air. Et encore, vous n’avez pas vu le pire ! Laissons-nous le temps d’y réfléchir. Jusqu’à la fin du tournoi. Ce sera assez pour y réfléchir. Tu laisses quelques secondes s’écouler, avant d’ajouter, caressant : Et… que dirais-tu de… de m’épouser ? »

Tu ris. Même si elle refuse.
Tu l’aimes tant.

De retour à ta chambre, tu exiges à Césaire qu’il y entre. Il fronce le nez en humant l’odeur du feu, mais ne mentionne rien. « Fais mander Louison Aubenacre à ma chambre. » Il obtempère, tu te fous de comment il va réussir à la trouver, mais il réussira. En attendant, tu te déshabilles et grimaces lorsque tu vois que le sang a traversé les bandages. Splendide. Il passe un certain temps avant que ton domestique revienne, accompagné de la jeune femme et l’introduise dans ta chambre, vous y laissant seuls. Les rumeurs, les racontars, tout ça t’importe bien peu. « Ce voile vous va à ravir, demoiselle. » Tu es subjugué devant cette vision de Louison Aubenacre, coiffée et voilée à la cielsombroise d'un de tes généreux cadeaux, comme un présage de bonne fortune. Un ronronnement résonne, provenant de sous le lit, alors que tu t’approches de la Chevaucheuse aveugle, aux joues d'un joli rouge soutenu. « J’ai eu une visite particulièrement… mouvementée. » Tu prends sa main et la pose sur ta blessure exposée, ta chair brûlante tailladée et poisseuse de sang, sans que tu saches si c’est la faute de ton enthousiasme habituel lorsque tu as Ordalie entre tes mains, ou celle des mystérieux agresseurs. Tu murmures : « J’ai confiance en votre silence, demoiselle. »

Spoiler:
 


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 1479663390-proinoir
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Octavius Fer-Vaillant
Octavius Fer-Vaillant

Messages : 874
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyJeu 25 Aoû - 23:12

Le 21 septembre 1001

Il a attendu d’être capable de se lever de son lit, avant d’aller frapper timidement au battant de la loge de Neve. D’être capable d’aligner une phrase entière, aussi, sans trop bafouiller, sans oublier ce qu’il disait, ce qu’il faisait, tout juste à l’instant. Le champion d’Ansemer est heureusement là, quand Octavius s’y présente, se balançant sur ses talons, d’avant en arrière, comme un enfant ayant fait une bêtise. Dans son cas, une grosse bêtise, qui aurait très bien pu être fatale pour le Chevaucheur. S’il était mort (lui aussi), aurait-il été capable de se le pardonner ? Probablement pas. Comme il ne se pardonne pas la mort de Cobalt. Tout ça à cause de ces… de ces putains de serpents, et de ces foutus scorpions, et de… de lui. C’est de sa faute à lui.

Ils n’auraient pas été plus avancés s’il avait été mordu par une de ces sales bestioles, mais au moins, peut-être leur guérisseur aurait-il été des leurs jusqu’à la fin ?

« J’peux entrer ? », qu’il demande de sa voix un peu bourrue, avant de toute façon entrer, sans attendre la réponse de l’autre homme. Il ne veut pas que n’importe qui passant dans le couloir le prenne en train de s’excuser. Il a suffisamment honte ainsi. L’Ansemarien a été heureusement sorti de l’arène avant que tout explose, donc même s’il se remet de ses blessures, il lui semble que son état n’est pas trop alarmant. Ça rassure un peu le guerrier, qui s’empresse d’effectuer ce pourquoi il s’est présenté, d’une voix basse et gênée : « J’m’excuse. Cette fois, il ose regarder Neve l’Embrun dans les yeux, bleu contre bleu. J’ai pas… j’devais encaisser, j’l’ai pas fait, c’est d’ma faute si t’as été mis à terre. De sa faute. Pas celle des serpents, pas celle de l’Homme Vapeur, qui a bien réussi sa tâche de le déconcentrer. De la sienne. Comme souvent. J’espère qu’tu vas mieux. Pis à la deuxième épreuve, j’vais… j’vais faire mieux. » Il ne peut pas promettre plus, mais c’est déjà beaucoup.

Spoiler:
 



PERSONNAGE EN HIATUS JUSQU'AU REBOOT
Il va changer de nom, d'avatar, et de sexe, en fait, donc ne vous faites pas trop d'attentes :miguel:


Dernière édition par Octavius le Rouge le Ven 26 Aoû - 5:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyVen 26 Aoû - 1:06

19 Septembre, au soir.



Un sursaut.
La souffrance m’assaille, si bien qu’elle m’extirpe avec violence du sommeil. Je me retourne, ce qui ne m’aide pas à me sentir mieux. J’ai mal partout, et un gémissement étouffé filtre de mes lèvres, que je bloque en ouvrant instantanément les yeux. Son pitoyable et dérangeant. Heureusement, je suis seule dans la semi-pénombre de ma chambre… Pas de Mayeul à l’horizon, ni personne d’autres. Je me frotte le visage, peinant à resituer les derniers événements. Comment suis-je arrivée à ma loge ? Ces drogues étaient fortes, décidément, et même si leur effet m’effraie quelque peu, j' aurais bien redemandé à Marianne une dose pour me traîner à la cérémonie. Je me redresse, avec difficulté, et attrape ma tenue d’apparat correctement pliée sur le bout du lit. Je grimace, à chaque mouvement, mais refuse catégoriquement de demander la moindre assistance. Mon corps n’est qu’une vaste plaie qui me dégoûte et me révulse, mais mon esprit, lui, est à nouveau lucide, quoiqu’un peu embrumé.

Mirage…
Avec toutes les attentions dont tu as bénéficié, je suis ravi de constater que ta première pensée au réveil est encore pour moi.
Qu’est-ce que tu me chantes ?
Tes pensées étaient un véritable régal, inconstantes et dissonantes.


Je secoue négativement la tête. Devais-je vraiment répondre à cela ? A croire qu'il me préférait éméché ou sous l'emprise de quelques drogues, le Mirage. Ce dragon me sidère, parfois, et son ton moqueur me fait bien vite comprendre que mes pensées confuses devaient avoir quelque chose de cocasse pour lui. Je pousse un soupir retentissant, que le dragon ne peut pas entendre, et décide finalement d'ignorer ce gros lézard qui est, de toute façon, à de nombreuses lieues de là.

L'instant d'après, je me tiens droite, stoïque, sur l'estrade. J'ai affreusement mal partout, mais les autres Champions ne sont pas dans un meilleur état que moi, et malgré tout, je parviens à faire bonne figure. Je veux être digne de ces couleurs vertes que je porte, alors que mon regard se rive aux tribunes officielles pour croiser celui du Seigneur de Lierre-Réal, ainsi que de mon Capitaine.

J'observe ensuite Enguerrand Fer-de-Lance, quand il s'avance pour distribuer les Opales. La première, la blanche, est pour Hiémain de Sylvamir. Sans surprise, même si Marianne la méritait certainement autant que le protecteur... Mais il faut dire que ses attitudes chevaleresques jouent en sa faveur, avec son grand sens du sacrifice. La seconde, la noire, est pour Grâce Martell, qui n'a pas lésiné sur les moyens pour faire tomber l'Homme-Vapeur. On l'entendra peut-être moins hurler son indignation, maintenant qu'elle a obtenu son Opale. J'ai un sourire en coin, même si une once d'amertume vient gâcher ma joie quand j'applaudis les autres Champions. J'avais espéré leur rapporter la noire, et il n'en reste plus qu'une seule...

J'ouvre de grands yeux ronds, franchement étonnée, quand mon nom est finalement prononcé. Le ton désapprobateur d'Enguerrand Fer-de-Lance et les applaudissements timides ne parviennent pas à ébrécher cette allégresse qui me transporte subitement. Je dirais même qu'elle lui donne davantage de saveur, à leur arracher cette victoire. Je la brandis fièrement, cette Opale, ce témoignage, qui renvoie des reflets sanglants dans l'assemblée. J'ai un sourire, plein de fierté, en croisant le regard de mon Duc. Celle-ci est pour Faërie, et pour Lagrance. Qu'elles se taisent, les mauvaises langues, à nier mon appartenance de par mes origines, ou celles qui croient encore qu'une femme n'a pas sa place dans une arène. Je ne vais pas me gêner pour rappeler à tous cet exploit, afin de cristalliser davantage encore l'attention sur moi, et que les menaces et tentatives de meurtre cessent envers le Seigneur de Lierre-Réal, ainsi que Neve. J'ai la preuve, dans mes mains, que je serais assez forte pour en assumer les conséquences.

Je me retire, avec le sourire aux lèvres. Dans l'immédiat, la fête bat son plein, et j'ai une invitation pour le moins étonnante à honorer dans les appartements de Marianne, auprès des autres Championnes... Ainsi que quelques bouteilles à déboucher, de quoi me faire oublier un temps les drames qui risquent encore de se perpétrer dans les jours à venir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyVen 26 Aoû - 5:57

Le 25 septembre 1001

Tu es caché derrière un mur, tous les sens aux aguets. Finalement, lorsque tu entends un BOUM conséquent, de l’autre côté du couloir, tu sens un tantinet de tension se relâcher. Toujours emmener une invention explosive dans tes affaires, peu importe le déplacement : c’est une règle importante que Melbren et toi avez adopté il y a longtemps. On ne sait jamais quand on aura besoin d’une diversion efficace. Les bruits de pas affolés t’indiquent que ton coup a réussi et lorsque tu oses passer la tête pour regarder ce qui se passe dans le couloir, c’est pour le trouver désert. Comme désiré. Parfait. Tu te presses jusqu’à la porte convoitée et essaie prudemment d’y entrer, mais la serrure est verrouillée. Prévisible et prévu. Il en faut plus pour te décourager. De la poche intérieure de ta redingote, tu sors deux crochets, que tu introduis dans la serrure. Il te suffit de quelques tours de poignet et d’une écoute attentive pour que le loquet se pousse et que tu entres vivement dans la chambre, avant de refermer le tout dans le plus grand silence.

Tu as eu beaucoup de temps libre à occuper, aux Murmures, à ne pas dormir ni jour, ni nuit. Beaucoup de temps pour perfectionner l’art de la contrefaçon et ton habileté au crochetage de serrures. Et bien que tu sentes la désapprobation désespérée d’Hypérion, loin dans ton esprit, tu le sens aussi bien impressionné de ta capacité d’apprentissage. À chacun ses loisirs, n’est-ce pas ?

La chambre est vide. Tu es un peu rassuré, mais pas entièrement, et tu te contentes de ranger tes instruments de crochetage avant de t’avancer, à la recherche de… de quoi ? Une menace de mort, peut-être ? Des serpents cachés dans les draps ? Des assassins embusqués derrière les rideaux ? Des flaques de sang ? Tu louches vers le lit, te penches pour jeter un coup d’œil dessous, mais il n’y a rien. Alors que tu te retournes, tu te frappes dans une mince silhouette, que tu t’empresses de rattraper avant qu’elle soit projetée au sol. La silhouette d’Alméïde. Entre tes bras. Le peignoir de soie, sous tes doigts, ses cheveux mouillés, effleurant tes mains, son visage surpris. « Alméïde. Princesse. Tu as dit son prénom. Il t’a échappé. Je, je m’excuse, ce, ce n’est pas, pas ce que vous croyez. Je pensais que, j’ai entendu que, que vous, et je suis, enfin, ce n’est pas… Ta maîtrise du discours s’est envolée, dans ta gêne, et ton visage pâle s’empourpre à chaque mot prononcé. Tu ne veux même pas baisser les yeux sur ce corps à peine caché par sa sortie de bain, tu ne veux même pas regarder ses lèvres, tu ne veux pas détourner tes yeux des siens. Je vous jure. » Levor t’entende, qu’elle te croit.
Enfin, tu la relâches, conscient de votre troublante proximité, de son corps contre le tien. « J’ai pensé que c’était vous. Qui avez été… attaquée. Et la… votre chambre était sans… sans surveillance, et déverrouillée, alors j’ai… craint le pire. » Tentative de noyade, faite par des bandits affiliés à ceux que tu as découpé en morceaux il y a quelques jours. Comme quoi tu as toujours eu raison, face aux grands dangers que représentent les étendues d’eau, y compris les bains ! Les rumeurs ont couru bien rapidement, dans la forteresse guerrière, et celles qui sont venues à tes oreilles parlaient de la princesse d’Erebor et non pas de sa duchesse. Avoir cherché une autre source d’information que les racontars de couloir, tu aurais su ce qu’il en était réellement, mais tu t’es plutôt empressé d’élaborer un plan pas du tout risqué visant à t’introduire dans la chambre d’Alméïde pour voir, de tes propres yeux, la vérité. Et ton mensonge, déclamé avec assurance, tu viens même à le croire toi-même, tant tu es touché par la crainte –bien réelle, celle-là– qu’Alméïde ait été la victime de ces affreux actes.

Tes chuchotements sont effarés, mais heureux de voir l’Erebienne en vie et en forme : « Je ne voulais pas, absolument pas, vous… vous surprendre, ou vous… Je n’ai pas le droit d’être ici. » Ni où que ce soit à moins de dix mètres de toute personne nommée d’Erebor. Encore moins si celle-ci se nomme Alméïde d’Erebor, est la sœur du duc et est en peignoir. À ce moment. Proche de toi. Les Dieux te gardent.


Spoiler:
 


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 1479663390-proinoir


Dernière édition par Castiel de Sombreflamme le Sam 27 Aoû - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyVen 26 Aoû - 11:34

19 septembre 1001

Foutue blessure... Il n'avait pas une seule minute de tranquillité. Sa plaie infectée tout juste soignée lui faisait encore un mal de chien. Les infirmières lui donnaient des sortes d'antidouleurs mais cela le fatiguait énormément. Quand il ne dormait pas, il déambulait dans les couloirs du Colisée, saluant Neve et les autres champions. Il prenait de leurs nouvelles et priait avec eux pour que la deuxième épreuve ne soit pas aussi explosive que la première. Le guerrier était plutôt pessimiste quand à la suite des évènements. Les Faës étaient mal vus par le public de Bellifère. Il fallait rester prudent. La prochaine flèche qui sera tirée contre lui aura toutes ses chances d'atteindre sa cible.

Le jour de la cérémonie, le guerrier avait revêtu une tenue qui, en plus de dissimuler ses bandages, lui donnait fière allure. Malgré cela, il avait beaucoup de mal à se mettre dans l'ambiance. Les médicaments faisaient encore effet et s'il tenait debout, c'était uniquement du à sa volonté de voir qui allait recevoir une Opale. Les champions de Valkyrion et d'Erebor furent vite récompensés sous les applaudissements des Ibelins puis vint la dernière Opale. Elle fut remise, contre toute attente, à la Championne de Lagrance. Serenus, à la fois surpris et heureux pour elle, applaudit avec ferveur. Elle avait été la seule femme à résister, elle la méritait amplement.
Les champions restèrent un moment sous les applaudissements du public. Serenus repéra sans difficulté ses frères d'armes de la Volte qui, malgré une amertume toute visible, acclamaient les gagnants. Le guerrier se demanda si sa femme n'était pas là, quelque part dans les gradins. Il chercha du regard tout en se disant que s'il ne l'avait pas trahi ; elle serait venue pour le soutenir. Elle aurait été à ses côtés à chaque instant de ce tournoi. Elle aurait elle même veillé à ce qu'il soit bien soigné et l'aurait encouragé pendant les épreuves. Serenus soupira et ; lorsque la cérémonie fut terminée, il rentra dans sa chambre, plus déprimé que jamais. Il savait qu'il devait se préparer pour aller fêter les Opales des gagnants mais pour le moment, il resta assis sur son lit, les mains entre les jambes, la tête baissée. Etrange. Même si ses amis étaient là, il se sentait terriblement seul. Il secoua la tête, maudissant ces pensées tristes et déprimantes. Les autres champions et ses amis l'attendaient pour fêter tout cela.. Fêter leur victoire sur l'Homme Vapeur. Serenus eut la nausée. Ils s'étaient battus pour divertir un public assoiffé de sang. Et ce n'était pas fini. Qu'est ce qui les attendaient pour la seconde épreuve ? Une bataille navale ? Un combat en hauteur ? Ou alors un autre Machin Vapeur encore plus puissant ? Serenus frissonna et mit la tête dans ses mains. Après quelques instants, il se décida à se lever et se changea avant de rejoindre tout le monde dans la salle prévue pour les festivités.

Spoiler:
 



Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyVen 26 Aoû - 13:40

25 septembre (après-midi)

La matinée a été rude pour la princesse, mais plus particulièrement pour la duchesse d'Erebor et ses homologues d'autres duchés. Elle s'est inquiétée Alméïde, quand la nouvelle est parvenue à ses oreilles et elle a accouru pour s'assurer que Sitara se portait bien et qu'elle était hors de danger. Plus de peur que de mal, semble-t-il, mais l'appréhension est forte et lui serre le cœur. Les menaces qui planent sur les champions et les têtes couronnées se perpétuent et personne n'a encore été appréhendé – si ce n'est ce groupe d'hommes retrouvés morts à l'infirmerie, quelques jours plus tôt. Qui sont-ils réellement ? Et pourquoi ne peuvent-ils pas laisser ce Tournoi se terminer sans effusion de sang ? Alméïde tourne et retourne ces informations dans son esprit pendant des heures, mais elle ne parvient qu'à s'embrouiller un peu plus. Il lui manque trop d'éléments pour parvenir à une conclusion mais elle doute qu'il s'agisse de quelques simples réfractaires ; ils semblent trop bien organisés pour ça.

Après avoir passé le reste de la matinée en compagnie de Sitara, elle la laisse finalement se reposer auprès d'Anthim. Leur garde a été renforcée et Qasim est lui aussi veillé jour et nuit. Alors la princesse retourne à ses appartements, décidée à prendre un bain afin de se détendre un peu après l'angoisse des derniers événements. On lui apporte des huiles parfumées et une tisane pour calmer ses nerfs. Et elle y parvient enfin après de longues minutes, chassant enfin toutes ces images de son esprit.

L'eau est presque tiède quand un bruit sourd résonne dans la pièce d'à côté. Elle se redresse dans son bain, soudain tendue, l'oreille aux aguets. Il lui faut quelques secondes pour rassembler son courage et pour se rassurer ; les gardes sont bien devant sa porte, n'est-ce pas ? Et finalement, elle sort de l'eau et s'enveloppe d'un peignoir, décidée à en avoir le cœur net. Alors elle entre dans la chambre et fonce presque aussitôt sur quelqu'un. La surprise la fait sursauter, elle manque de retomber en arrière mais l'intrus la rattrape et elle réalise enfin de qui il s'agit. Alors son cœur manque un battement.

« Alméïde. » « Cast... Votre Grâce ? » « Je, je m’excuse, ce, ce n’est pas, pas ce que vous croyez. Je pensais que, j’ai entendu que, que vous, et je suis, enfin, ce n’est pas… Je vous jure. » Bon sang, que fait-il ici ? Comment est-il entré ? Elle qui pensait qu'il cesserait toute tentative après sa dernière lettre – après toutes ces lettres sans réponses – elle ne peut masquer son désarroi face à sa présence ici. En a-t-il eu assez d'être ignoré ? La princesse déglutit avec peine et ne détache plus son regard du sien. Une douce teinte écarlate s'étale sur ses joues alors qu'il la retient encore contre lui, encore vêtue de son simple peignoir. Puis enfin, il la relâche et elle croise les bras sur sa poitrine, retenant le tissu qui la recouvre bien trop peu à son goût.

« J’ai pensé que c’était vous. Qui avez été… attaquée. Et la… votre chambre était sans… sans surveillance, et déverrouillée, alors j’ai… craint le pire. » « Comment ? » Sans surveillance ? Déverrouillée ? Elle est pourtant bien certaine de l'avoir fermée à clef avant de se rendre dans son bain. Aurait-elle oublié, encore troublée par les événements de la matinée ? Alméïde jette un vague regard vers la porte et une nouvelle inquiétude s'empare d'elle. Où sont partis les gardes dans ce cas ? « Je ne voulais pas, absolument pas, vous… vous surprendre, ou vous… Je n’ai pas le droit d’être ici. » Elle fronce légèrement les sourcils. « Non, vous ne devriez pas... » répond-elle sur un ton de reproches, mais l'appréhension surpasse la colère à cet instant. Son regard retrouve les prunelles sombres du Cielsombrois et elle réalise qu'ils n'ont plus été aussi proches depuis le jour du couronnement. Le rouge sur ses joues s'accentue encore et elle prend un peu de recul en repensant à ce jour-là. Et à toutes ces lettres qui ont suivi. « Comme vous pouvez le constater, je vais bien. Je vous prie de bien vouloir vous en aller maintenant. » Entre ordre et demande, elle reste néanmoins ferme. Les gardes ne sont peut-être pas là maintenant, mais s'ils reviennent et qu'ils préviennent... La porte s'ouvre tout à coup et Alméïde sursaute à nouveau. « Anthim ! » Le cœur battant, elle reste interdite, incapable de prononcer un mot de plus. C'est bien ce qui pouvait arriver de pire.


Spoiler:
 


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyVen 26 Aoû - 15:09

25 septembre 1001, dans l'après midi

Etait-ce décemment trop demander que d’avoir un peu de paix quand un événement important avait lieu en Arven ? Il fallait croire que oui, et le duc d’Erebor commençait doucement à s’irriter des multiples situations déplaisantes qu’avait connues sa famille au cours de l’année. Son fils enlevé, sa femme et sa sœur menacées à plusieurs reprises, lui tombé gravement malade… était-ce un coup des dieux qui maudissaient les siens ? Il finirait presque par le croire. Le Tournoi des Trois Opales ne faisait visiblement pas exception dans le genre « événement maudit », car plutôt cette même semaine, il avait reçu de la part d’anonymes des menaces, notamment sur son choix de champion ou le fait qu’il ne bataille pas contre la venue des Faës. Il avait entendu dire que les ducs de Faërie d’ailleurs n’en étaient pas à leurs premières lettres de ce genre, ce qui avait de quoi devenir inquiétant. L’Empereur avait beau prendre des mesures, cela semblait difficile à endiguer. Mais c’était encore plus difficile de croire que les menaces seraient réellement mises à exécution et que son épouse en pâtirait. Agresser ainsi quatre duchesses désarmées… le sang d’Anthim n’avait fait qu’un tour et la colère l’avait rapidement prit. La garde avait doublé et le duc comptait bien s’assurer que les choses ne se reproduisent pas encore.

Il s’était laissé aller quelques heures, un temps consacré à rassurer son épouse, veiller sur elle, la pauvre, qui connaissait décidemment de bien cruel instant. Anthim détestait la voir ainsi, et à nouveau, cette sensation d’être impuissant à faire quoique ce soit était terrible. Et puis, il y eut cette explosion à proximité. Inattendue, incompréhensible… était-ce encore ces anonymes ? Prenaient-ils le risque de s’exposer de la sorte ? Le duc ordonna à son épouse de rester dans les appartements tandis qu’il sortait pour juger de la situation. Des gardes étaient restés à l’entrée mais d’autres avaient quitté leurs postes pour aller voir quelle était la source de l’explosion. Une fois sur place, le duc constata avec ses hommes qu’il n’y avait rien, ce qui était plus qu’étonnant. Une diversion ? L’évidence sauta aux yeux du duc quand il nota que les soldats chargés de surveiller la chambre de sa sœur étaient là, avec lui, à observer les dégâts de cette faible explosion.

« Alméïde… Personne n’est resté devant sa porte ?! Bande d’imbéciles ! »


Sa voix s’énerve, monte d’un ton et ils savent, les gardes, que ça va chauffer pour eux. Il se détourne, le duc d’Erebor, pressé de retourner jusqu’aux appartements de sa sœur. Il lui a fait promettre de faire attention et de verrouiller sa porte, aussi s’inquiète-t-il un peu plus en voyant que celle-ci n’est pas fermée à clé. Il ne croyait pas à cette étonnante coïncidence, cette explosion un peu plus loin avait forcément un rapport. Alors il entre, appelant sa sœur, prit d’angoïsse.

« Alméïde, est-ce que tout va… »

Bien. Le mot se perd dans sa voix quand les yeux d’Anthim se posent sur la scène en face de lui. De toutes les choses qu’il pouvait imaginer, Castiel de Sombreflamme était bien dans les dernières. Et pourtant il était là, ce petit con, proche de sa sœur, comme si une intimité s’était instaurée entre eux. Oh il y avait bien eu ce baiser dont lui avait parlé Alméïde… cet immonde et impensable baiser… mais elle lui avait assuré qu’il n’y avait rien de plus.

« Que faites-vous là… ? »

La voix gronde, tempête, elle est telle le feulement du félin avant de sauter sur sa proie. Il le regarde avec froideur, de ses yeux si clairs qui transpercent la chair avec une haine palpable. Une haine qui n’a que peu de fondement à l’origine… Mais le voir si proche de sa sœur, alors qu’elle n’est vêtue que de ce fin peignoir… inadmissible.

« Alméïde, éloigne toi de lui. » L’ordre est catégorique, prononcé avec froideur même si ce n’est pas à sa sœur qu’il en veut. Il approche, d’un pas lent, ce regard qui ne quitte pas un instant son homologue tant détesté. « J’aurais du me douter que c’était vous. Mais de là à croire que vous élaboreriez pareils stratagèmes… » Et la voix grimpe en force, en colère. Il serait prêt à lui sauter à la gorge pour l’étrangler.  « Vous savez pourtant que vous n’êtes pas autorisé à nous approcher… COMMENT AVEZ-VOUS OSE VOUS INTRODUIRE DANS LES APPARTEMENTS DE MA SŒUR ?! »

Et là, il a la terrible envie de lui foutre son poing dans la figure.

Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyVen 26 Aoû - 18:49

Le 25 septembre 1001

Tu deviens progressivement de la même couleur que la belle Alméïde, soit d’un rouge de plus en plus soutenu. Si proche d’elle, presque comme lorsque tu as osé l’embrassé, il y a des mois. Si proche, tes mains sur elle, comme lorsque tu as touché son dos, ses voiles, lors du couronnement de Son Altesse Chimène de Faërie. Doux souvenir que le premier, plus amer le deuxième, mais tous deux réussissent à t’émouvoir. « Non, vous ne devriez pas... » Tu entends le reproche dans sa voix, mais il est si minime, comparé à tout ce que ton esprit tordu a imaginé devant le silence obstiné dont elle a fait preuve face à tes lettres ! À défaut d’être un signe positif, il n’est certainement pas négatif. « Comme vous pouvez le constater, je vais bien. Je vous prie de bien vouloir vous en aller maintenant. » Tu hoches la tête, tu ne dois pas t’attarder ici, et tu souris. « Comme si je n’étais jamais v- Alméïde, est-ce que tout va… Anthim ! »

Les Dieux ne t’ont absolument pas gardé.

Du même mouvement que la princesse, tu as sursauté en entendant la voix d’un nouvel arrivant et par réflexe, tu t’es placé devant la femme, au cas où vous auriez à faire à un de ces assassins. Ta main effleurant encore son peignoir, électrisant ta peau. Tu ne pouvais pas prévoir que le nouvel arrivant en question serait le pire d’entre tous. La pire option possible. « Que faites-vous là… ? » Bonne question, tu en conviens, mais tu n’as pas le temps d’articuler une quelconque défense que le duc d’Erebor revient à la charge : « Alméïde, éloigne toi de lui. » À la froideur du ton, tu te retiens de toi-même gronder. Elle n’a rien à voir dans tout cela, si ce n’est d’être chère au cœur d’Anthim et d’avoir une place dans le tien, bien que tu oses si peu l’avouer. Mouvement miroir, tu fais un pas vers lui. Hors de question que tu te laisses intimider. « J’aurais du me douter que c’était vous. Mais de là à croire que vous élaboreriez pareils stratagèmes… Vous savez pourtant que vous n’êtes pas autorisé à nous approcher… COMMENT AVEZ-VOUS OSE VOUS INTRODUIRE DANS LES APPARTEMENTS DE MA SŒUR ?! » Il crie presque tout à fait, le duc d’Erebor, et tu fais tout pour ne pas hurler toi aussi. (Sois diplomate, Castiel. Ne trouves-tu pas que nous en avons assez sur les bras, avec la menace d’une guerre contre Faërie ? Devra-t-on de surcroît gérer une guerre entre Sombreciel et Erebor ?) Tu ne dois pas te fâcher. Pas maintenant. Tu es dans le tort. Insulter Anthim ne servirait à rien. Même si tu en as diablement envie. Hypérion a raison. Tu ne dois pas rétorquer, comme tu en as l’habitude, rouspéter et tempêter.

Alors, tu inspires et tu uses de ta meilleure voix posée, prêt à livrer un énième spectacle, un autre mensonge, bien qu’il soit majoritairement mêlé de vérité : « Anthim. Tu as hésité, hésité à l’appeler Votre Grâce, mais tu en es certain : ton homologue hurlerait aussitôt au mensonge, s’il t’entendait utiliser son titre en s’adressant à lui. Le plus naturel possible. J’étais inquiet. On m’a dit, probablement pour se jouer de mes sentiments, que c’était la princesse Alméïde qui avait été touchée par la malheureuse attaque de ce matin. Je désirais uniquement m’enquérir auprès de notre empereur de ce qu’il en était, et comme sa suite est sur le chemin de vos propres appartements… Je n’ai pu m’empêcher de remarquer qu’aucune garde n’était présente devant la chambre de votre sœur et j’ai trouvé cela bien étrange. L’attaque qui a été perpétrée sur la championne de la Ville Basse, pendant la première épreuve du Tournoi, l’a été alors que tous les gardes avaient mystérieusement disparu, dans une soupçonneuse alliance dont nous ne connaissons pas encore tous les tenants. Puis, si on se souvient de ce bien commode cheval enragé ayant menacé la vie de la championne d’Erebor, la victorieuse dame Martel… Tu ne relâches ta voix à aucun moment, ni même le regard clair de ton vis-à-vis. Tu ne le poses surtout pas sur la femme près de vous. La serrure était déverrouillée. J’ai pensé au pire. Ta voix dérape un peu, prise d’un sursaut, d’une tendre sincérité à l’idée que tu aies véritablement pu trouver Alméïde étendue au sol, la gorge tranchée, ou noyée dans son bain, ou qu’importe l’affreux scénario. Tes prunelles dévient un instant, vers le beau visage de la docteure, puis reviennent bien vite à celles d’Anthim. Je sais avoir enfreint l’ordre de Sa Grâce Augustus, mais ce n’était pas sous l’influence d’une quelconque substance, ou dans un but malicieux, Anthim. » Tu attends le verdict, tu espères que les cris ne deviendront pas des hurlements, que ta défense sera acceptée, ou à tout le moins, qu’elle n’envenimera pas la situation. Et si ce n’était pas trop demander, qu’elle désamorce tout à fait le conflit. Évidemment, il y a des limites à l’espoir, surtout quand on parle du désespérant Anthim d’Erebor.

Spoiler:
 


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 1479663390-proinoir


Dernière édition par Castiel de Sombreflamme le Sam 27 Aoû - 17:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyVen 26 Aoû - 19:23

19 septembre

Je suis fière de voir Hiémain vainqueur de l’Opale Blanche et j’applaudis de joie avec un grand sourire éclatant. J’applaudis également Grâce Martel et Maelys Aigrépine, consciente que cela ne doit pas plaire aux béllifériens de voir deux Opales attribuées à des femmes, dont une faë. L’état physique des dix combattants témoigne de la difficulté de cette première épreuve et je me demande ce que les deux restantes leur réserveraient. Si le Tournoi n’est pas de nouveau troublé par d’autres accidents…

25 septembre au matin

La veille au soir, j’ai proposé à Sitara, Jehanne et Marjolaine de profiter de la tranquillité matinale pour se rendre aux bains et ainsi décompresser un peu face aux tensions des derniers jours. La réception de lettre de menace s’est étendue aux représentants de duchés ibéens, et en dépit du caractère virulent je ne cède pas devant ces auteurs anonymes. Je ne doute pas que derrière ces missives se cachent les personnes ayant perpétré les attentats à l’encontre des Champions. Néanmoins j’espère que les hommes de notre hôte sauront assurer notre protection et démasquer ces fauteurs de troubles.

En tout cas, ce matin-là, c’est dans une relative bonne humeur que je partage ce moment de détente entre dames. J’en profite pour prendre des nouvelles de chacune, pour discuter du Tournoi  et des mouvances politiques, voire simplement échanger quelques rumeurs et potins. Une manière de nous faire oublier un peu les tracas du quotidien. Je me sens détendue à la sortie des bains et prête à affronter le reste de la journée. Pourtant, rien ne se passe comme prévu. Des hommes masqués surgissent et nous attaquent. Je n’ai guère le temps de réagir que je suis saisie et projetée au sol puis je me retrouve le corps à moitié immergé. Je me débats, cherchant à repousser ces bras tandis que nos agresseurs cherchent à me noyer. Je sens mon souffle me manquer. Je n’ai pas envie de mourir. Dans un cri, je sens mes poumons se vider et ma magie m’échapper violement.

Je sens la pression diminuer et je sors de l’eau, inspirant à plein poumons cet air salvateur. Je jette à un regard apeuré sur la scène.  Je ne peux que constater le recul des assaillants et l’inondation des bains.  Pour une fois, je remercie cette magie indomptée de nous avoir sauvé toutes les quatre. Ce répit permet à la garde d’intervenir, provoquant la fuite de ces attaquants. Je suis bien aise, mais je reste tendue, me remettant lentement de cette agression. Après m’être assurée que mes homologues sont saines et sauves, je rejoins mes appartements, recherchant la sécurité des hommes de Hjalmar. Au moins, j’ai confiance en eux alors que je me questionne grandement sur l’efficacité des gardes de Hacheclair, voire sur leur impartialité. Je fais part de mes doutes à Hjalmar et Ljöta, leur enjoignant de se montrer prudents.  J’en oublie presque que quatre personnes ont été témoins d’une manifestation de mes pouvoirs magiques. Des tremblements m’agitent encore pendant une partie de la matinée.

Par contre, je ne compte pas laisser cet incident sans suite. Je demande à m’entretenir avec dame Ermengarde et je lui expose mes griefs, soulignant la faiblesse du dispositif de protection. Je conserve un ton calme quoique légèrement tendu. Je garde pour moi mes doutes sur leur fiabilité mais j’insiste sur le fait que cette attaque a visé quatre duchés et que les relations diplomatiques risquent d’en pâtir.  Pour l’heure je n’illustre pas mes propos en modifiant l’entente entre nos deux duchés, en soit je lui laisse une chance de démontrer sa bonne volonté ainsi que celles de ses concitoyens, en prenant les mesures adéquates pour mettre un terme à ces attentats.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyVen 26 Aoû - 21:18

20 SEPTEMBRE

Lorsque la remise des Opales débuta, bien des champions étaient encore salement meurtris, et les corps fatigués s’alignaient sur l’estrade avec une bien piteuse prestance. Toutefois, ils étaient tous là, les dix champions, prêts à recevoir les paroles vibrantes d’Enguerrand Fer-de-Lance, haranguant la foule en énonçant vertus et hautes qualités de l’âme. Neve n’avait parié sur personne, et s’il espérait secrètement que Maelys et son ami Serenus remportent une Opale, il s’attendait à tout et son contraire. Le premier bijou fut remis à Hiémain de Sylvamir, et un tonnerre d’applaudissements accueillit les actes émérites du baron kyréen. Lorsque Grâce Martel reçut la deuxième Opale, les sifflements émoustillés se changèrent en un silence mal venu, hypocrite, mais bien vite la vague d’exclamations reprit de plus belle. Et enfin, la troisième Opale fut décernée à Maelys.

Lorsqu’Enguerrand remit le bijou à la Chevaucheuse, Neve était le plus fier des frères. Il n’était pas étonné que le courage et la détermination de son amie soient saluées lors du tournoi ; cette Opale lui était amplement méritée. Dès la cérémonie achevée, Neve se précipita vers Maelys pour la féliciter, du fond du cœur. La victoire de la jeune femme lui donnait du baume à l’âme, et apaisait quelque peu la colère qui jusqu’à présent n’avait cessé de lui tordre le ventre. Bien vite, quand l’émulation de l’arène retomba, les champions et les spectateurs se dispersèrent.

21 SEPTEMBRE

Seul dans sa loge, Neve s’était accordé une journée pour reprendre ses esprits et se recentrer, ses forces encore maigres le contraignant bien vite dans ses déplacements. Il avait soigneusement dispersé des livres à chaque recoin de la chambre, et lisait sereinement dans un coin lorsque le battant de la porte vint à se manifester. Neve se redressa tant bien que mal, alors que la porte de la loge s’entrouvrait déjà, laissant apparaître la large silhouette d’Octavius. Le guerrier mit quelques secondes avant de dire un mot, chancelant d’un pied sur l’autre avec une maladresse toute candide, ce qui tranchait nettement avec ses allures bourrues. Le jeune ansemarien, interdit, demeura silencieux jusqu’à ce que son compagnon ne s’excuse d’une voix embarrassée. Neve ne comprit pas immédiatement le pourquoi du comment ce redoutable guerrier se trouvait là, dans sa loge, aussi penaud qu’un enfant.

Oui, je t’en prie, entre, balbutia-t-il en s’approchant.

Octavius évoqua la première épreuve du tournoi, et le Chevaucheur fut surpris en l’écoutant. Non, à aucun moment il n’avait cherché à trouver un coupable à ses propres faiblesses, et l’idée ne lui avait jamais effleuré l’esprit que le guerrier ait pu faillir à sa tâche. Les dix champions s’étaient trouvés face à un ennemi qui n’avait laissé personne indemne, et tous avaient fait de leur mieux pour triompher de l’Homme-Vapeur.

Nous étions tous dans la même galère, personne n’est coupable de quoi que ce soit, affirma Neve, posté devant son camarade d’infortune. Et puis, je ne suis pas encore mort, ajouta-t-il avec une pointe de malice.

Oui, il n’était pas encore mort – et la deuxième épreuve qui se profilait, que leur réservait-elle ?

Espérons que scorpions et serpents seront absents de la prochaine épreuve, sourit Neve pour détendre l’atmosphère, que la gêne d’Octavius avait rendue pesante.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptySam 27 Aoû - 13:11

25 septembre, après midi


Elle s'y attendait. Oh comme elle s'y attendait. Et pourtant, la voix d'Anthim qui claque dans l'air avec force n'a rien d'agréable pour autant. Alméïde se raidit lorsqu'il lui demande de s'éloigner sur le ton de la colère et elle n'ose même plus bouger lorsque sa voix monte encore d'un cran. Elle se rappelle alors sa froideur lors de leur dispute, quelques jours après le couronnement, de la déception et de la colère luisant dans ses yeux. Il n'a pourtant pas élevé le ton de cette façon, il n'a pas autant perdu son sang-froid et elle ne sait quelle manifestation de son ire est la plus effrayante des deux. À l'instant, elle ne souhaite qu'une chose ; que ça passe, qu'il s'apaise, que cette histoire ne soit qu'une anecdote stupide et qu'ils passent tous à autre chose. Mais le fait est que le duc de Sombreciel est dans ses appartements alors qu'il n'en a pas le droit, que les gardes ont mystérieusement disparu et qu'il les surprend dans une position qui a de quoi éveiller les doutes. À cette pensée, Alméïde resserre un peu plus les pans de son peignoir, inquiète en les voyant avancer l'un vers l'autre. Si son frère est d'ordinaire mesuré et patient, il n'en est absolument rien avec son homologue et elle craint que ça ne dégénère rapidement. Alors elle retient son souffle, incapable de réagir, priant les dieux afin qu'ils empêchent un conflit qui n'attend que le bon moment pour voir le jour.

Mais si elle s'attendait à la colère d'Anthim, elle est extrêmement surprise par le calme de Castiel lorsqu'il se met à s'expliquer. Les yeux écarquillés, elle le dévisage presque, tant elle n'a pas l'habitude de le voir s'exprimer ainsi envers son frère. Ses paroles font naître un nouvel embarras en elle, l'inquiétude évidente qu'il exprime à son sujet la surprend et elle détourne le regard lorsqu'il pose un instant ses yeux sur elle. Ce n'est pourtant pas le moment de laisser l'embarras prendre le dessus, car la situation n'est pas encore désespérée. Son frère semble même en pleine réflexion.

Agis. Il est temps d'agir. « Anthim je... je crois que c'est moi qui ai oublié de verrouiller ma porte. J'avais d'autres choses en tête, je suis désolée. » Et il est bien possible que son esprit ait été trop préoccupé pour que ce soit la vérité, mais elle n'en est pas vraiment certaine. Peu importe, si ça permet d'éviter de nouveaux conflits, n'est-ce pas ? Elle évite soigneusement le regard de Castiel lorsqu'elle approche de son frère, bras toujours obstinément croisés sur sa poitrine, maintenant le peignoir en place, ses pieds nus sur le sol de pierre froide. « Il me semble qu'on est tous d'accord pour dire que c'était stupide, mais sa Grâce de Sombreflamme va s'en aller et n'approchera plus. Sous aucun prétexte. » ajoute-t-elle d'un air entendu en se tournant vers le concerné cette fois, encore secouée par sa soudaine intrusion et par les raisons énoncées devant Anthim. Que peut-il bien penser de tout cela ? Le rouge sur les joues de la princesse s'est légèrement atténué mais elle garde la tête haute, cherchant à tout prix à ne pas envenimer la situation. « L'incident est clos. Je vous prie de quitter mes appartements sur le champ. » ajoute-t-elle presque immédiatement d'une voix autoritaire, espérant que le chasser d'ici éviterait à la colère d'Anthim de prendre des proportions extrêmes, de celles qu'ils ne pourront plus arrêter. Et durant un court – très court – instant, elle est quasiment persuadée que ça va fonctionner.


Spoiler:
 


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Hiémain de Sylvamir
Hiémain de Sylvamir

Messages : 516
J'ai : 37 ans
Je suis : baron de Sylvamir, sénéchal et ambassadeur de la couronne kyréenne, voleur de la Cour des Miracles et ancien Fils des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et Astrid, duchesse de Valkyrion
Mes autres visages: Denys ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyDim 28 Aoû - 1:54

19 septembre 1001

Il lui faut toutes les peines du monde l’espace d’un instant pour empêcher Mélusine de commettre un meurtre. Sa main serrer autour de son poignet, il la retient fermement malgré la douleur des contusions, tandis qu’il observe et écoute stoïquement Astrid le féliciter pour son combat, malgré la fin peu admirable. Il est fier malgré tout, et la remercie naturellement. Et lorsqu’elle disparaît, il voudrait sermonner sa Mélusine, mais il peut comprendre la colère – la haine – soutenue contre la duchesse de Valkyrion. Il promet de bien se rattraper une prochaine fois ! Qui ne serait sans doute pas dans très longtemps. Mais ils attendraient après la cérémonie. Et en attendant celle-ci, le baron demeura dans l’infirmerie, se reposant auprès de sa Mélusine malgré le calme qui n’était guère constant.

L’heure sonne, la cérémonie de clôture de la première épreuve avait lieu dans une telle effervescence que c’était électrisant. Il ne nierait pas que gagner une opale serait gratifiant, mais Hiémain pense à cet instant à biens d’autres choses plus préoccupantes. Stellaire venait tout juste de l’informer que des choses étranges s’étaient déroulées lors de l’épreuve et que la championne de la Ville Basse avait été la cible de bien curieuses personnes… Ces pensées sérieuses lui échappent rapidement quand Enguerrand prononce son nom, le désignant gagnant de la première opale. Son côté chevaleresque et protecteur, il pouvait entendre ces mots résonner dans son esprit, Stellaire riant allégrement malgré toute la fierté qu’il pouvait avoir. Obéron, plus distant ne se priva malgré tout pas d’un commentaire. Mais il oublia bien vite ses deux troubles fêtes quand l’opale termina dans sa main et que la foule se fendit de cris et de hurlements joyeux, puissants, l’allégresse chantant dans le cœur de chaque hommes et femmes Ibéens. Alors il leva la gemme, mais son regard, c’est vers Mélusine dans les gradins qu’il le tourna d’abord. Sa lumière. Puis un regard vers Astrid avant que les cris ne se calment et que continuent la remise des récompenses. C’est à la fois surpris et content que Hiémain vit Grâce Martel et Maelys Aigrépine obtenir les deux autres symboles de victoire, offrant certes un spectacle déplaisant pour les Bellifériens, mais montrant combien elles étaient autant capables que les hommes de se battre.

La fête serait de mise ce soir. En tant que vainqueur, le baron avait été invité à fêter ça de la meilleure des façons. Et s’il ne refusa certes pas de s’amuser, il préféra vite rentrer avec Mélusine et les enfants, se reposer un peu de cette journée houleuse et épique. La première épreuve était terminée, mais qu’en serait-il de la suivante ?

Spoiler:
 



Cette âme est pleine d'ombre, le péché s'y commet. Le coupable n'est pas celui qui y fait le péché, mais celui qui y a fait l'ombre — Victor Hugo.

Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyDim 28 Aoû - 6:06

Le 21 septembre 1001 (soirée)

Sur l’Audacia, tout est prêt pour l’anniversaire d’Ilse – une occasion de fêter encore plus en grand que lors des jours précédents, bien qu’ils se soient tous aimablement laissés aller à des festivités assez arrosées suite à la première épreuve, pour honorer tous les champions. Les pirates ont sorti de nouveaux tonneaux de rhum et des bouteilles de vin, leurs meilleures chansons d’anniversaire –des plus sages aux plus paillardes, dignes de Douce Marianne– et leurs meilleurs cadeaux, pour leur fière canonnière, mais il manque quelque chose pour que tout puisse débuter, pour un anniversaire des plus mémorables.

La canonnière en question.

Ils ont le temps de l’attendre presque une heure avant que Louis décide d’aller voir ce qu’elle peut bien faire. Il serait pas question qu’elle se fasse trucider sur le chemin jusqu’au port parce qu’un de ces crétins d’Ibéens mal embouchés a décidé qu’il n’aime ni les femmes, ni les mages, ni les pirates, et encore moins l’alliance des trois.
C’est dans l’arène qu’il aperçoit enfin la blonde, prise au milieu d’un entraînement qui semble plutôt… sportif, à voir la sueur qui dégringole le long de son visage. « Douce Marianne t’a pas dit d’y aller doucement, avec l’entraînement ? », qu’il l’apostrophe pour attirer son attention. Elle n’y va pas vraiment doucement, non. Louis toise sa camarade, les bras croisés sur son torse, attendant d’elle une réponse satisfaisante. Il avise Mayeul qui entre dans l’arène et le salue d’un signe de la main, avant de revenir à son amie. « T’essaies quand même pas d’nous fausser compagnie, sur l’Audacia, hm ? Ils ne l’ont pas vraiment vu sur les planches de la vivenef, depuis le 19 septembre, ce qui est assez inhabituel pour être noté, même si cela fait uniquement deux jours. Elle ne lui fera pas croire qu’elle aime sa loge plus que l’Audacia, quand même ! Et elle sait très bien que tout le monde l’attend pour fêter. « Parce que si tu viens pas d’ton gré, Ilse, ce sera de force. » Elle a encore le temps de choisir et d’éviter l’humiliation qui suivra.

Spoiler:
 


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir • Admin
Le Pavillon Noir • Admin
Ilse Tonnevent
Ilse Tonnevent

Messages : 1340
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyDim 28 Aoû - 10:24

21 septembre, soir

Tout est prêt. Il ne manque plus que toi. Pas maintenant Grim. Ilse... J'ai dit, pas maintenant. Elle sent la désapprobation de l'albatros mais il redevient silencieux et n'insiste pas. C'est qu'il la connaît trop bien, son cher Familier. Il sait bien qu'insister ne servira à rien maintenant qu'elle a pris une décision et de toute manière, elle s'est soudain fermée à lui, dressant une barrière invisible entre eux pour épargner son ego déjà bien blessé. Parce que c'est uniquement de ça qu'il s'agit, n'est-ce pas ? D'ego mutilé et de la honte d'avoir ainsi déçu les siens. Elle n'écoute pas assez les conseils de Marianne depuis la fin de l'épreuve. Elle se repose, bien sûr, mais uniquement lorsqu'elle n'en a plus vraiment le choix. Elle repousse les limites, la canonnière et elle pousse son corps jusqu'à ses derniers retranchements. Comme si ça allait changer quoi que ce soit. Ilse n'est pourtant pas une idiote. Une défaite n'aurait pas dû tant la bouleverser. Mais elle préfère encore se dépenser à en tomber de fatigue plutôt que de repenser aux silhouettes sombres de l'infirmerie et à son impuissance face à leur avancée. Vulnérable. Sans défense. Il n'est pas question que ça lui arrive à nouveau !

Ilse frappe et tranche, épée à la main, contre un volontaire présent dans l'arène. Elle y est depuis un moment déjà, elle ne saurait dire combien de temps exactement. Mais quand une voix l'interpelle, elle réalise que le soleil s'est presque entièrement couché et qu'elle est en sueur. Tous ses muscles émettent des plaintes qu'elle décide d'ignorer de façon fort peu judicieuse mais elle arrête tout de même le combat en cours pour se tourner vers son camarade de l'Audacia.

« Douce Marianne t’a pas dit d’y aller doucement, avec l’entraînement ? » Elle fronce les sourcils et se dirige vers une table pour se servir un verre d'eau, sans dire un mot. Son esprit s'ouvre à nouveau et elle sent la présence de Grim non loin. C'est toi qui l'as prévenu ? Silence. Ilse se renfrogne et termine son verre d'une traite. « T’essaies quand même pas d’nous fausser compagnie, sur l’Audacia, hm ? Parce que si tu viens pas d’ton gré, Ilse, ce sera de force. » Cette fois-ci pourtant, un sourire espiègle fend ses lèvres. Elle avise Eric un instant, sa respiration se calmant enfin après les efforts fournis. « De force hein ? J'aimerais bien voir ça. » Elle provoque, elle ignore tous les signes de faiblesse et de fatigue. L'épée en main, elle se met en position et fait face à Eric, la tête haute et le regard assuré. « Tu peux toujours essayer. » Le ton est doux mais sa détermination est farouche. Oui, qu'il essaie.


Spoiler:
 


Oh won't you come with me, where the moon is made of gold. And in the morning sun we'll be sailing. Oh won't you come with me, where the ocean meets the sky. And as the clouds roll by, we'll sing the song of the sea.


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 RandomTartan1
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 RoueBriseeCrabeNapping
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 RandomFeu
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 RandomVexCave2


Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey


Dernière édition par Ilse Tonnevent le Jeu 8 Sep - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyDim 28 Aoû - 11:29

21 septembre, soir

On lui avait dit, aussi, d’y aller doucement. S’il avait oublié, de toute façon, son poignet douloureux et son torse présentant un intéressant patchwork de bleus en tout genre le lui auraient vite rapellé. Louison avait tenu sa parole et revenait régulièrement, et même s’il n’était pas des plus à l’aise avec l’idée qu’une Mage le manipule, il devait reconnaître qu’elle était efficace. Et charmante, ce qui n’enlevait rien à ses capacités.
Mayeul avait passé la journée à planifier sa commande avec le maître armurier de l’arène, commandant des dagues en plus de sa masse d’armes qui l’avait fidèlement servie. Il espérait qu’on ne leur opposerait pas le même genre d’adversaire mais de la part de Mages, tout était possible, après tout. Il s’ennuyait ferme : Nuage avait catégoriquement refusé d’aller voltiger tant qu’il ne se sentirait pas mieux, et Mayeul pouvait difficilement lui cacher quoi que ce soit. Alors après avoir tourné en rond dans sa loge, songé à venir embêter Grâce ou Marianne, voire même dérangé Mélusine et Hiémain, il avait finalement opté pour l’arène, espérant se divertir du spectacle de l’entraînement d’autres champions. Il ne s’était pas trompé : Ilse s’y entraînait, depuis un certain temps visiblement, en compagnie de Louis. Le pirate de l’Audacia lui adressa un salut auquel il répondit, s’approchant assez pour saisir leurs dernières paroles. Louis affronter Ilse ?

Le Voltigeur hésita un instant. Il s’en souvenait, maintenant - décidement, sa mémoire lui jouait souvent des tours en ce moment, peut-être avait-il été frappé plus durement qu’il ne le pensait ? - que c’était l’anniversaire de Ilse et qu’elle était attendue sur l’Audacia. Mais elle ne semblait pas décidée, la pirate, et défia ouvertement l’homme en face d’elle. Amusé, Mayeul recula de quelques pas. « Moi aussi, je suis curieux de voir ça.» Annonça-t-il en se laissant tomber assis dans le sable sans plus de cérémonie. « Essayez de ne pas vous entre-tuer, ça m’ennuierait d’avoir à vous porter inanimé jusqu’à votre rafiot en un tel jour de fête.» Les avertit-il tout de même. Il connaissait les capacités de Ilse, mais pas celle de Louis. Il était pirate, il devait savoir se débrouillez sans son aide, non? « Si jamais elle gagne, je peux toujours l’assommer par derrière.» Lança-t-il avec nonchalance, histoire de signifier qu’il prendrait le parti de Louis. Une fête sur l’Audacia ? Si Ilse était décidée à ne pas y aller, ce n’était pas son cas, même s’il lui fallait y traîner une pirate pieds et poings liés.

Spoiler:
 


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyDim 28 Aoû - 19:49

Le 21 septembre 1001 (soirée)

Son ultimatum a au moins le mérite de la faire sourire. « De force hein ? J'aimerais bien voir ça. Tu peux toujours essayer. Moi aussi, je suis curieux de voir ça. » S’ils ont un spectateur, en plus ! Le volontaire qui se battait avec Ilse jusqu’à son arrivée s’installe juste à côté de Mayeul, assis à même le sable, et Louis sort son sabre, un sourire complaisant sur les lèvres. « Essayez de ne pas vous entre-tuer, ça m’ennuierait d’avoir à vous porter inanimé jusqu’à votre rafiot en un tel jour de fête. Trop aimable », qu’il répond sur le ton de la rigolade. La seule personne qu’ils risquent de ramener inanimée, si elle continue à ce rythme, c’est Ilse. Et à deux, ils devraient s’en sortir. « Si jamais elle gagne, je peux toujours l’assommer par derrière. »

Bien. Il est de son côté.

Les deux pirates sont placés, prêts. Quelques secondes passent et dans un mouvement semblable, ils avancent l’un vers l’autre, arme devant. Le sabre et l’épée se frappe, résonnent, entamant un ballet furieux et acharné. Ils ont déjà croisé le fer, auparavant, toujours pour s’amuser, toujours sur un pari, parfois pour s’entraîner, mais jamais ainsi. Ce duel n’est pas pour jouer, il le sent, et il y a trop de fierté dans l’acharnement de la blonde pour qu’il ne comprenne pas qu’il y a bien plus qu’un simple entraînement de championne derrière tout ça. Alors il attaque, pare, recule, avance, son visage souriant devenu sérieux. Attentif. Ilse est agile, mais elle est fatiguée. Louis le sait et il suffit seulement d’attendre, de l’épuiser un peu plus, de guetter l’ouverture parfaite. Sous eux, le sable vole, les entoure d’un nuage, et enfin, profitant d’un coup un peu plus hésitant, d’une défense un peu moins vigoureuse, il prend l’opportunité. Son sabre saute de sa main droite à sa main gauche et d’un coup rapide, le plat de sa lame vient frapper avec force les doigts de la pirate, ceux tenant son épée. La surprise, la douleur, lui fait lâcher l’arme, et d’un coup de pied, Louis l’expédie plus loin.
Sa propre lame est laissée à terre et il empoigne sa camarade, qui a probablement compris où il voulait en venir en passant au corps-à-corps. Il suffit de peu de temps et de quelques coups interceptés avant qu’il réussisse à la balancer sur son épaule, telle une poche de pommes de terre, comme il le ferait avec son gamin. Il entend le volontaire éclater de rire, devant la scène, alors qu’il se retourne triomphal vers le Cielsombrois et l’autre homme. Comment, ce n’est pas bien joué ? En piraterie, toutes les règles sont permises, non ? Les pieds de la pirate battent l’air et il sent ses poings frapper le bas de son dos, avec une rage comique. « Et si t’es pas sage, j’demande à Mayeul de t’attacher. Ou de t’assommer, il pourra décider », claironne Louis, avant d’entamer sa sortie de l’arène. Maintenant, direction l’Audacia !

Spoiler:
 


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyDim 28 Aoû - 20:19

19 septembre 1001

Je le regarde inquiète… Il s’est changé. « Tout va bien ? Où étais-tu ? » Du moment qu’il n’était pas avec Alméïde en douce… J’imaginais que tout allait bien… Même si, à ce moment précis je me posais beaucoup de questions sur les agissements de mon frère, je notais quand même une certaine amélioration dans son comportement - il avait fait ce que l’on attendait de lui, d’un Duc et il s’était bien comporté. Je savais que tout ceci ne tenait qu’à un maigre fil fragile qui à tout moment pouvait se casser, Castiel était comme ça et on ne le changerait pas. «  Veux-tu que j’essaie de plaider ta cause auprès de Mélusine…? »

Me levant d’un bond, hurlant de toutes mes forces, tellement fière de mon beau-frère qui venait de remporter l’Opale de Lumière ! Je lançais un sourire à ma jumelle, elle pouvait être contente de son homme !  J’applaudissais la Voltigeuse quand elle reçut son Opale également, une femme ! Elle défendait fièrement nos couleurs.  J’applaudis pour Maelys également, je savais qu’elle irait loin cette petite !  «   Entendu ! » répondis-je pour ma suggestion. Il n’avait pas tord, mais si nous ne faisions rien je craignais que les relations se dégradent plus qu’elles s’améliorent.  «   Castiel... Dans une autre vie peut-être, mon frère. » Je lui souris tendrement.

Castiel retourna dans ses appartements, j’embarquai Joséphine avec moi. Elle me savait préoccuper, elle accepta donc de m’accompagner. Il me semblait qu’être avec elle passerait plus inaperçu comme ça. Oui, mon intention était bien d’espionner mon frère - quelque chose n’allait pas, ne tournait pas rond et je voulais savoir ce que c’était. Mais, rien de pertinent ne nous sauta aux yeux, cachées derrière un mur, essayant de ne pas nous faire voir nous avions pu voir Césaire partir, puis revenir accompagné d’une femme portant un voile cielsembrois - Joséphine reconnu la chevaucheuse Louison Aubenacre, mais nous n’en savions guère plus. Au moment où la petite entra dans les appartements de Castiel, il était temps pour nous de retourner à nos affaires - cela ne servait à rien d’attendre ici. Je ne croyais pas que Castiel l’ait fait quérir pour son bon plaisir, mais quand bien même ce n’était pas le moment d’agir.

Marchant dans les pas de Joséphine, nous allions dans la loge de Hiémain. Mélusine devait être auprès de lui après une première épreuve riche en émotions. On tapa doucement, comme toujours j’avais peur de les déranger s’ils étaient occupés...

«   Mélu, c’est ta soeur. Je suis venue féliciter le champion et voir comment vous alliez, j’ai appris pour le malaise... Je peux entrer ? » Joséphine me laissa devant la porte, elle avait à faire ailleurs. Un sourire chaleureux, elle lâcha ma main et s’engouffra dans le couloir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir • Admin
Le Pavillon Noir • Admin
Ilse Tonnevent
Ilse Tonnevent

Messages : 1340
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyDim 28 Aoû - 21:00

21 septembre, soir

« Si jamais elle gagne, je peux toujours l’assommer par derrière. » Ilse lui adresse un regard noir avant de se concentrer pour le combat à venir. Très bien Voile-Ardente, voyons ce que t'as dans le ventre !

Le tintement des lames qui s'entrechoquent résonnent dans l'arène presque vide. Leurs silhouettes tournoient, agiles dans cet art que les pirates manient avec aisance, parfois sans douceur ni finesse, mais le but est de trancher la chair, pas de gagner un concours de danse, pas vrai ? Et Ilse aime s'adonner à cet exercice, sentir l'adrénaline qui anime ses gestes, échapper de peu au tranchant d'une lame qui s'abat sur elle. C'est un jeu pour elle. Du moins, d'ordinaire, c'en est un. Mais elle a quelque chose a prouver, la canonnière et elle fait preuve d'une férocité superflue pour un simple entraînement. Sa concentration est intense mais elle sent la fatigue qui la rattrape bien trop tôt. Elle nie la douleur qui tiraille son corps, elle nie la faiblesse de ses bras, las d'avoir tenu cette épée durant tout ce temps. Et elle nie l'évidence ; elle n'est pas en état de gagner un combat, surtout pas face à un pirate adepte des coups bas !

Un grognement lui échappe au moment où elle se fait taper sur les doigts et son épée se retrouve au sol sans plus de cérémonie. Ses réflexes, d'habitude bien plus aiguisés, lui font défaut. Eric a le temps de rejeter les lames au loin et de s'approcher sournoisement. Ilse fronce les sourcils quand elle comprend ce qu'il veut faire, elle l'évite à plusieurs reprises, tente de le repousser mais il parvient à contourner sa défense et à la hisser sur son épaule.

« Eric, non ! » Le cri s'échappe sous les rires des quelques spectateurs. Elle entend même Grim ricaner alors qu'elle se tortille, épuisée, pour s'échapper. « Et si t’es pas sage, j’demande à Mayeul de t’attacher. Ou de t’assommer, il pourra décider » « ERIC LÂCHE-MOI TOUT D'SUITE ! » Et le voilà qui se met en route en direction du port. Sauf qu'Ilse, elle ne l'entend pas de cette oreille. Elle tente à nouveau de se dégager et sous le coup de la frustration, un siège explose dans les tribunes ainsi que le pied de l'une des tables alignées le long de l'arène, contenant de quoi sustenter les champions durant leurs entraînements.

« REPOSE-MOI PAR TERRE BOUGRE DE CRÉTIN DE PIRATE ! TU T'PRENDS POUR UN D'CES BÉLLIFÉRIENS ARRIÉRÉS À ENL'VER DES GENS COMME CA ? J'T'AI DIT D'ME LÂCHER ! » Les Bellifériens en question suivent la scène du regard sans trop se soucier de savoir ce qu'il se passe, pas le moins du monde blessés par l'insulte semble-t-il. À force de se tortiller dans tous les sens, elle en voit un qui ricane près d'une échoppe et un tonneau de vin éclate à côté de la porte, l'arrosant des pieds à la tête. Puis l'étal d'un marchand. Puis la roue d'une charrette. « J'AI DITBOOMLÂCHE-MOIBOOM'SPÈCE DE MARIN D'BAS ÉTAGEBOOMVAURIEN D'ANSEMARIEN PUANTBOOMTU VASBOOMM'LE PAYER ! » Elle vocifère à pleins poumons la canonnière et elle s'épuise, la douleur lui revenant un peu partout dans le corps à mesure qu'ils avancent dans les rues de Hacheclair. Il ne perd rien pour attendre !


Spoiler:
 


Oh won't you come with me, where the moon is made of gold. And in the morning sun we'll be sailing. Oh won't you come with me, where the ocean meets the sky. And as the clouds roll by, we'll sing the song of the sea.


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 RandomTartan1
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 RoueBriseeCrabeNapping
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 RandomFeu
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 RandomVexCave2


Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyDim 28 Aoû - 22:50

20 Septembre.

Un sourire aux lèvres, de jolies perles dans les poches, je déambule tranquillement en écoutant les ragots et les récits du combat de la veille. Je ne m’étais guère attendue à me faire voir ainsi, encore moins à me faire courser de la sorte. Mais la foule aidant, j’avais finalement réussi à échapper aux griffes de la furie. Malheureusement, cette course folle m’avait empêché de voir le début du combat et je n’avais réussi à me frayer un chemin discret dans les gradins qu’en plein milieu de la bataille. Soufflée par la machinerie infernale et par l’état déjà peu enviable des combattants, j’étais restée scotcher.
L’altercation avait été passionnante, je ne pouvais le nier, mais malgré ça… J’avais du mal à voir l’intérêt qu’avait Béllifère d’un tel tournoi. A part tenter de tuer les personnes qui étaient dans l’arène à la rigueur. Ils avaient dû faire preuve d’ingéniosité, il y avait eu de belle action certes. Pourtant… Pourtant, ce n’était pas ainsi que leur plein potentiel se devait d’être montré. Je restais persuadée qu’il y avait d’autre façon, moins barbare, d’allier spectacle et savoir faire des combattants.

La remise des opales avait été d’un ridicule devant la bande dépenaillée, épuisée qu’ils avaient formé. Cette cérémonie ne leur avait guère rendu honneur, n’avait-il pas pu attendre qu’ils se reposent ? Si l’un de leur fameux champion avait tourné de l’œil pendant qu’il leur donnait une opale, qu’aurait il fait ? Enfin, il n’y avait rien de glorieux, rien d’épic. Contrairement à ce que les gens pensaient, la mort n’était pas belle, jamais. Et la côtoyer, l’appeler pour la faire planer sur la tête des combattants dans une arène ne pouvait rien donner de bon.
Au moins cela faisait de l’animation.


[
291 Mots
Mélodie traine dans les rues et repense aux évènements de la veille ainsi qu'a la remise des "prix".]


Dernière édition par Mélodie Douxvelours le Mer 31 Aoû - 21:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyLun 29 Aoû - 0:36

21 septembre

Grâce s’était entrainée avec Ilse, tout l’après-midi. Elles faisaient un bon duo, et elles pourraient sûrement s’aider encore, dans l’arène. Enfin, elle était pas si sûre de ça. Après ce qu’ils avaient tout du affronter, de créé par les savants, elle craignait l’inventivité des mages. Et elle y connaissait pas grand chose, surtout, et si elle savait qu’elle pouvait taper et faire plein de dégâts, c’était pas vraiment le cas, là. Elle savait pas si elle pouvait se prémunir de la magie. Mais elle avait quand même accepté avec grande joie de s’entraîner avec la pirate – et Marianne les gronderait, surement, le soir, en voyant leur état. Mais elle pouvaient pas exiger qu’elles restent inactives. Oh ça non.

Et puis Louis était intervenu, comme une furie. Enfin, Eric. Grâce comprenait, plutôt, pourquoi Ilse était aussi furieuse. Elle avait bien, elle, voulu aller défier en duel toute sa belle famille, et toute sa famille tout court, après s’être fait assommer par le géant de fer. C’était pas difficile à comprendre : elle avait détesté la faiblesse de pas tenir debout jusqu’au bout, et d’être sorti elle savait pas trop comment de l’arène, et ça devait être un peu pareil pour Ilse. Sauf qu’elle, c’était parce qu’elle aimait trop les pirates, et qu’elle était déçue de pas avoir été plus loin, pour leur faire honneur. C’était pas que question de rancœur – parce que c’était un peu le cas, pour la voltigeuse de Bellifère. Même si, une fois remise de sa colère et ramenée à des pensées plus… sages, elle s’en était surtout voulu, de ne pas avoir représenté comme il se devait Erebor, qui lui avait donné sa chance bien plus que ne l’avait jamais fait Bellifère – la duchesse mise à part, cette dernière l’ayant encouragée à l’insu de tous. Alors oui, elle comprenait Ilse. Et elle comprenait qu’elle veuille pas y aller. Et Grâce avait confiance, elle aurait fini par y aller. Un peu tard, peut-être, mais quand même.

Ça l’empêcha pas de suivre le cortège, assurant à Ilse qu’elle la soutenait, elle. Elle savait très bien, son amie, quel médaillon était en possession de Grâce. Et foi d’elle, Louis en ferait l’expérience – et Mayeul aussi. Jusqu’à ce qu’elle ait trop bu, ou qu’Ilse décide que sa vengeance était acquise, du moins. Elle restait suffisamment loin, pour éviter les projectiles des explosions d’Ilse. Elle voulait pas risquer d’être touchée par l’une d’elle sur sa cuisse, encore douloureuse. Elle l’avait pas montré à qui que ce soit, pour l’instant, ce tatouage, que Freyja lui avait fait la veille, dans l’après-midi. Et elle avait déjà assez souffert, quand il avait été fait, mais aussi après. Elle l’avait peut-être montré à quelqu’un, en fait -après tout, Ljöta d’Evalkyr, qui avait pris sa fille à ses côtés, l’avait conviée à la Caravane des Plaisirs. Ses joues se teintèrent légèrement, en se remémorant cette pensée, et ce qu’elle y avait découvert… Malgré ses libertés, c’était grandement différent. Enfin, peu importe, elle n’en parlerait pas. Si la soirée dans la loge de Marianne avait eu lieu plus tard, alors beaucoup le sauraient. Surement. Dommage pour elles – elles finiraient par l’apprendre, mais Grâce prendrait un certain plaisir à garder le secret. Elles lui en avaient tellement parlé, après tout.

« T’inquiète pas, Ilse, j’ai tes arrières ! »

Oh que oui. Elle allait sûrement piéger un ou deux tonneaux, pour faire une farce au pirate et à Mayeul. Juste une fois. Ils se méfieraient pas, pas de trop. Ils se diraient juste, peut-être, que quelqu’un avait monté le mauvais tonneau, l’un de ceux réservé au voyage de l’Audacia – c’était important, l’eau douce, en mer. Mais pas pour fêter l’anniversaire de la pirate la plus aimée de l’Audacia. Enfin, ils étaient tous aimés, de toute façon. Elle avait pas encore fait son cadeau à Ilse, mais elle savait qu’elle s’offenserait pas, si elle la trainait dans Hacheclair, pour le choisir avec elle. Au pire, elle lui montrerait son tatouage, et ça suffirait à faire qu’elle oublie qu’elle avait pas anticipé.

Cela dit, pour l’instant, elle veut qu’une chose : jeter les restes des explosions d’Ilse à la tête des bellifériens, qui rient de son enlèvement. Crétins sans cervelles.

Spoiler:
 


Dernière édition par Grâce Martel le Mar 20 Sep - 22:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Octavius Fer-Vaillant
Octavius Fer-Vaillant

Messages : 874
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyLun 29 Aoû - 1:23

Le 21 septembre 1001

Il guette avec un peu d’appréhension les réactions du Chevaucheur, face à ses excuses. Il est un peu surpris de ne pas le trouver rancunier, ni même cynique face à ses mots, comme l’auraient été bien des guerriers de sa propre trempe : « Nous étions tous dans la même galère, personne n’est coupable de quoi que ce soit. Et puis, je ne suis pas encore mort. » Certes. Il n’est pas encore mort. Mais ils ont tous eu peur, pour Ilse, pour lui, pour tous ceux tombés alors qu’ils étaient uniquement quatre debout une fois l’Homme Vapeur explosé en mille morceaux d’orsang et de sylvacier mêlés. Alors Octavius hoche la tête, doucement, prenant ses mots comme le pardon qu’il est venu chercher. Celui qu’il ne sait même pas s’il le mérite vraiment. « Espérons que scorpions et serpents seront absents de la prochaine épreuve. » Il rit, un peu, juste un éclat, comprenant la blague, la taquinerie sans méchanceté. Ça peut sembler ridicule, pour n’importe qui, qu’il n’aime pas les animaux. Même pas qu’il en ait peur. Juste, cette méfiance et même cette haine, quand il en vient aux serpents. « Je déteste ces saloperies. Il pause, une seconde. Ils arrêtaient pas d’faire peur à mes sœurs. »
Juste un fragment du passé, un fragment d’Octavius Fer-Vaillant, adolescent déjà grand chassant les serpents autour des chevilles de ses sœurs, les faisant fuir par les trous dans les murs mal en point de leur maison. Un fragment qui fait de lui l’homme qu’il est encore. Changer de nom ne change pas tout.

Le guerrier se redresse, un peu, redevenant lui-même. Il se recule et juste avant de sortir de la loge, salue Neve de quelques derniers mots : « Repose-toi bien » Ils vont en avoir besoin. Tous.

Spoiler:
 



PERSONNAGE EN HIATUS JUSQU'AU REBOOT
Il va changer de nom, d'avatar, et de sexe, en fait, donc ne vous faites pas trop d'attentes :miguel:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Marianne d'Orsang
Marianne d'Orsang

Messages : 1217
J'ai : 44 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyLun 29 Aoû - 18:42

21 septembre

Marianne avait été la moins amochée des dix Champions, même si le dernier assaut l'avait mise au tapis. Sa sieste l'avait requinquée et elle put applaudir vigoureusement à la remise des Opales, avant d'être aux petits soins pour ses invitées durant la soirée dans sa loge. Avec le lendemain, sa nouvelle bouteille d'anti-gueule de bois totalement sifflée.
Les deux jours suivants, elle les passa soit sur l'Audacia, soit dans l'arène, sous le regard attentif et inquiet de son griffon. Sur la vivenef, elle aidait aux préparatifs pour l'anniversaire de la canonnière – il fallait une fête au moins aussi grandiose que celle qui avait suivi la cérémonie d'ouverture, pour qu'Ilse cesse de penser avoir déçu son équipage. Et dans l'arène... parce qu'il fallait bien raisonner ces têtes de mules qui voulaient s’entraîner sans prendre en compte leurs blessures ! Ilse en tête, forcément. Ils pouvaient aller se brosser pour une seule goutte d'anti-douleur.

Sauf que voilà. Marianne trépigne à bord comme le reste de l'équipage, mais pas de canonnière en vue. C'est Louis qui part à sa recherche, puis qui revient avec elle. Sur son épaule. Suivi de près par des explosions diverses et variées, accompagné par des insultes clairement audibles depuis la vivenef. Et Mayeul qui ferme la marche plus loin.
« Hé Freyja, fallait me le dire que ton neveu voulait la capturer à la Belliférienne. Nouvelle explosion sur le port : l'étal d'un pêcheur se transforme en ballet de poissons volants. En tout cas, le feu d'artifice d'anniversaire est réussi. »
Les deux pirates et le voltigeur montent à bord, sous les acclamations de l'équipage. Pourtant malgré toute la bonne humeur ambiante, la médecin voit bien que la championne a du mal à se dérider. Elle comprend son amie, sa fierté blessée, la sensation de vulnérabilité quand ces intrus ont failli l'achever. Mais bon sang, c'est en train de lui gâcher sa fête !
Elle a une idée. Son cadeau d'anniversaire est tout trouvé.
« Ilse. Elle s'approche de la canonnière et de Louis, restés près du pont d'embarquement. Oublie ce Tournoi de tordus, on est tous vainqueurs et en vie, c'est l'essentiel. Ce soir t'es la reine à bord ! Elle pose une main sur l'épaule du pirate, l'air de rien. Je suis sûre que tu vas apprécier mon cadeau d'ailleurs ! Un petit sourire, et vlan ! En deux secondes, on voit les pieds de Louis passer par-dessus le bastingage, un cri de surprise, suivi d'un plouf retentissant. Joyeux anniversaire ma belle ! »

L'avancement de la fête s'évalue en bouteilles vides alignées, parts de gâteau en moins et trajectoires de griffons. Accoudés au bastingage, Mayeul et Marianne dérivent de sujet en sujet, le rhum aidant, jusqu'à ce que...
« Comment ça, l'anatomie 'en profondeur' ? T'oublies à qui tu parles, j'ai pas attendu d'arriver à Euphoria pour maîtriser le sujet hein ! »
Et ça dérape. L'ancienne pirate a oublié le nombre de verres ingurgités, elle se lance dans des explications passionnées sur les meilleurs moyens de trinquer du nombril. Sauf que son interlocuteur est aussi un fin connaisseur. Il s'amuse à prendre un air blasé, pour voir jusqu'où Marianne peut se laisser emporter.
« - Et le bretzel ? Tu sais que si tu exécute l'étape quatre avant la deux, t'es plus efficace ?
- Déjà fait, qu'il répond, son verre de rhum cachant son sourire.
- Rah ! C'est scandaleux que tu saches déjà ça à ton âge. Passe moi la bouteille. »
Entre deux argumentations de telle ou telle position, le Cielsombrois tente sa chance : qu'en est-il des substances récréatives dans le domaine ?
Oh, elle commence à le connaître le jeune voltigeur ! Séducteur, enjôleur... Jusqu'à la première épreuve, il ne se doutais pas que Marianne pouvait avoir de sacrées drogues dans ses besaces. Maintenant, il était curieux ! Autant profiter de son enthousiasme alcoolisé.
« Bof, j'ai rien de bien original dans ma cabine. A part un bocal, j'sais plus ce que c'est dedans, et mon Noiraud y plonge le museau à la moindre occasion. Ben tiens, tu vas me dire ! Viens ! »
La bouteille à la main, elle l'entraîne dans sa cabine pour lui ouvrir son armoire à remèdes. En continuant la conversation tout naturellement, ponctuée de métaphores diverses et imagées.

Spoiler:
 







J'ai pour moi les vents, les astres et la mer.


Marianne • #006666
Iode • #663300
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyLun 29 Aoû - 18:47

Ca avait été amusant, d’accompagner Louis et Ilse jusqu’à l’Audacia, sous les cris et les explosions. Il les avait fièrement accompagné tel le témoin qu’il n’était pas, chargé des armes des pirates, goûtant avec amusement l’accueil triomphal du bord. Il avait quelque peu déchanté pourtant, Louis, quand Marianne le jeta à l’eau comme cadeau d’anniversaire. Mieux valait le pirate que lui, depuis le temps qu’Ilse le menaçait ! Il offrit un sourire radieux à la demoiselle, d’ailleurs, en lui précisant avec amusement que ce n’était pas son tour, ce soir. Ni jamais, probablement, puisqu’il veillait à se tenir loin du bastingage quand elle était dans les parages.

Mais elle était belle, la fête de Ilse, pleine d’alcool et de gâteaux et d’encore plus d’alcool. Accoudé au bastingage, veillant à se tenir loin de la Reine de la soirée, Mayeul entama la discussion avec Marianne. Une discussion qui dérivait parallèlement avec le nombre de verres ingurgités, d’ailleurs. Et devant Marianne qui s’enflammait, le Voltigeur s’efforça de prendre un air blasé. Il était de Sombreciel, qu’est-ce qu’elle croyait ? Qu’il s’était contenté de parler abeilles et fleurs jusqu’à ses vingt ans ? Bien sûr, qu’il s’y connaissait en anatomie féminine et en position acrobatiques ! Voltigeur, Marianne : acrobate, agile, et surtout, pas du tout du genre à être sage !
Et puis, Mayeul avait tenté sa chance, dérivant la conversation sur la potion qu’elle lui avait donné dans l’arène : oh, il en prendrait bien deux ou trois pour sa consommation personnelle ! Il ne rechigna pas quand elle l’invita à goûter dans sa cabine, souriant de plus belle aux allusions imagées de la dame. «Et le Bretzel inversé, dis ? Je suis sûr qu’on pourrait tenter, même dans un si petit espace.» réfléchit-il à haute voix, tandis que Marianne lui présentait le flacon. Cul-sec, avait-elle dit dans l’arène. «Marianne, tu m’a caché tes talents !» Annonça-t-il, se retenant à un mur. C’était... Puissant, ce qu’elle y mettait ! De quoi les maintenir éveillés toute la nuit. « Tu mets quoi là-dedans ?» Demanda-t-il, curieux, essayant d’oublier sa tête qui tournait légèrement. «Et celui-là, je peux goûter ?» Demanda-t-il, s’exécutant sans même attendre la réponse. Oh oui, il était pret à goûter à tout ce que Marianne avait à lui offrir.

¤¤¤
22 septembre, petit matin

Mayeul s’était réveillé avec un mal de crâne phénoménal, et une sensation de plénitude absolue. Mais quand il voulut se frotter les yeux, un poids retint son bras. Oh. Le Voltigeur ouvrit les paupières, regardant autour de lui. Il ne reconnaissait absolument pas l’endroit, mais ce n’était pas le plus important. Une chevelure brune lui tournait le dos, lui offrant la courbe d’une épaule dénudée. Il passa sa main libre sur ses cheveux ébouriffés, se penchant pour un baiser de réveil à offrir à la belle endormie. Mais ses yeux s’écarquillèrent quand il la reconnut. Par les douces caresses de Mirta, c’était ... Marianne? Dans ce lit, dans cette pièce inconnue, d’ailleurs. Qu’est-ce que... Qu’est-ce qu’il s’était passé hier soir ? Il se souvenait l’alcool, les drogues de Marianne, le bretzel inversé et... Rien d’autre. Le noir total.

«Marianne ?» Tenta-t-il à mi-voix. Tout le monde devait dormir, et bien qu’il n’ait cure des rumeurs, il préférait savoir dans quelle chambre ils étaient avant de réveiller tout l’équipage. Ne résistant pas au plaisir de taquiner un peu sa partenaire, le Voltigeur glissa sa main le long de l’épaule de la jeune femme, espérant que le léger chatouillement le ferait sortir de sa torpeur. «Eh oh, Marianne, debout.» Invita-t-il à nouveau, rieur. Peut-être qu’elle se rappellerait davantage ce qu’il s’était passé, elle.


Spoiler:
 


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 EmptyMar 30 Aoû - 1:38

25 septembre 1001, dans l'après midi

Il est des situations que l’on pense ou l’on espère ne pas voir un jour. Pour Anthim, voir Castiel dans les appartements de sa sœur était une chose qu’il n’espérait pas voir un jour, et devant le fait accomplit, il laissait parler la rage pour lui. Mais voir Castiel garder son calme face à sa tempétueuse colère était une chose qu’Anthim ne pensait pas voir un jour, et bien contre son gré, il se doit de se calmer un peu. La flamme demeure vivace, mais a cessée de s’embraser sans réfléchir. Aussi, quand son nom résonne avec le plus grand sérieux, le duc d’Erebor accepte de laisser une chance. Une toute petite chance. Car il sait d’ores et déjà qu’écouter son homologue de Sombreciel ne serait pas une mince affaire et peu objectivement, il n’avait pas envie d’écouter ses mensonges. Convaincu que ce n’était pas le hasard qui avait mené le duc de Sombreciel dans les appartements d’Alméïde, cette pensée se renforce quand il remarque, à son grand déplaisir, cette inquiétude dans le regard et les paroles de Castiel. Et s’il n’était pas d’aussi mauvaise foi, il le croirait sincère. Et c’est justement ce qui au fond de lui l’énervait passablement. Pour ne pas dire que ça le rend complètement enragé en fait. Son ennemi de toujours prit d’inquiétude pour sa sœur ? Des sentiments qui n’étaient pas anodins ni moins suspects, et qui, aux yeux d’Anthim, étaient particulièrement dangereux. Sa sœur ne lui avait pas tout dit quant-à la relation qu’elle avait avec Castiel. Un simple baiser avait déclenché cette passion scandaleuse et insupportable ? Devait-il de nouveau travailler au corps Alméïde pour obtenir d’elle des aveux ? Non, certainement pas. Au fond, c’était la faute seule de Castiel, et la colère, si l’espace d’une seconde s’était faite silencieuse revenait hurler à grand pas. Il s’apprête à répliquer, le duc d’Erebor, mais sa sœur saisit l’instant pile quand il faut. Aussi la laisse-t-il parler, non sans se fustiger d’avoir, pendant une seconde, baissé sa garde face aux aveux du Cielsombrois. Il avait été surpris.

Mais ne ferait pas tant preuve de clémence, comme l’espérait Alméïde. Un instant durant, il pourrait réfléchir, il pourrait songer à la possibilité de laisser Castiel repartir. En d’autres circonstances, l’inquiétude ressentie pour sa sœur lui aurait fait faire preuve de bienveillance en faveur de l’importun. Mais il s’agissait du duc de Sombreciel. On ne pouvait pas faire confiance au duc de Sombreciel. Et Anthim savait – ou plutôt était persuadé – que l’absence de ses gardes devant la porte était un coup orchestré par ce crétin menteur et vicieux.

« Non. » Sa voix est catégorique, autoritaire. Plus que ne l’était Alméïde qui espérait, par cette factice fermeté convaincre son frère de laisser partir le duc ennemi. Mais il n’était pas dupe, malgré la colère, et celle-ci ne continue que trop de le guider. Il est trop tard. Anthim n’est pas convaincu par les mots de son ennemi, il ne croit en rien à ces paroles et l’inquiétude prononcée est plus prompte à le faire sortir de ses gonds que de calmer la tempête sèche qui vrille son esprit. « Je ne crois pas à vos perfides mensonges Castiel, sachez le. » Il oublie sa sœur, il passe devant elle, l’écarte doucement d’un geste pour se retrouver à nouveau devant le Cielsombrois, le fusillant du regard sans sourciller ni faillir. Il n’a pas peur de lui et il est dans son bon droit d’exiger une punition. Le laisser partir ? Et puis quoi encore. C’était bien naïf. « Oseriez-vous me faire croire que l’explosion d’il y a quelques minutes à l’autre bout du couloir et qui a fait déserter mes gardes n’était pas de votre fait ? Oseriez-vous me dire que le hasard seul vous a mené à cet instant précis devant les appartements de ma sœur, peut être déverrouillés, et qu’il vous a semblé judicieux, malgré les ordres de l’Empereur, de passer la porte ? CESSEZ DE ME PRENDRE POUR UN IMBECILE CASTIEL, VOUS ÊTES LE SEUL ICI A FAIRE PREUVE DE BÊTISE. »

Et il le pousse, Castiel, contre le mur de la chambre. Il le pousse, avec une certaine violence, pour l’acculer, le tenir en respect, cet homme qui ose se jouer de lui et ose courtiser sa sœur avec ses misérables charmes de Cielsombrois.

« L’Empereur saura très vite de quelle manière vous avez ignorez encore une fois ses ordres. Je suis certains qu’il trouvera la correction appropriée. Oh comme j’aimerais pouvoir le faire moi même, me débarrasser une bonne fois pour toute de vous, serpent menteur, perfide, faux. Voleur. »

Voleur ? Voleur de sable. Voleur de sœur.

Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 11 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 22Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 16 ... 22  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: