AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -31%
Remise de 1000€ sur TV OLED Philips OLED+ 934 ...
Voir le deal
2199 €

Partagez
 

 Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 17 ... 22  Suivant
AuteurMessage
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyJeu 1 Sep - 1:15




Chroniques d'Arven

Intrigue 1.5

Du 14 au 30 septembre 1001



Intrigue animée par Aura·


Le Tournoi des Trois Opales




 
 
 


Le jour s'est levé sur la matinée du 27 septembre, et neuf champions se trouvent dans l’arène, tentant de ne pas observer l’espace vide sous la bannière de Valkyrion. Hiémain de Sylvamir a déclaré forfait : l’attentat qui a failli lui ravir la vie l’empêche de concourir, le groupe est donc amputé d’un membre. Enguerrand Fer-de-Lance s’avance alors, et prend la parole.

« Avant de vous présenter l’épreuve à venir, j’ai mission d’accueillir sur le sable du Colisée le représentant de Valkyrion. Le baron de Sylvamir ne pouvant assumer son rôle, victime d’un lâche attentat, la duchesse Astrid désigne à sa place la princesse Ljöta, skjaldmö de Svaljärd. »

La blondeur caractéristique des kyréennes soigneusement retenue dans une sévère coiffure de guerre, la jeune femme fait son entrée sur le sable, revêtue du cuir des combattantes de Valkyrion, épée dans une main, bouclier sanglé sur l’autre bras, saluant gravement les neuf autres champions. Sur son visage, les peintures de guerre font ressortir la pâleur livide de son teint. Après les déboires de son prédécesseur, sera-t-elle à la hauteur ? Enguerrand reprend la parole, coupant net les applaudissements sporadiques.

« La Reine de Sang est une gardienne séculaire des lieux les plus secrets de la Guilde des Mages de Faërie. Créature fantastique née de magie, elle domine le plan des illusions et de l’esprit. Invulnérable par la force du bras, elle n’est accessible que par la pensée : champions, préparez-vous. Il vous faudra triompher d’elle par vos aptitudes mentales ! Prenez vos places, champions ; bientôt, le combat va commencer. »

Il s’esquive, le héraut méfiant, ses lèvres pincées traduisant bien tout le mal qu’il pense des Faës et de leurs créations ; et sur le sable au centre de l’arène, au cœur d’un pentacle à huit branches, une silhouette haute de plusieurs mètres se dessine. Les champions se répartissent autour d’elle, prudemment, lorsqu’elle ouvre soudain les yeux, et étend les bras…

Premier tableau, préambule • Les entrailles du roc

Pour les champions, et uniquement pour eux, les ténèbres tombent sur l’arène. Ils ne voient plus les gradins, n’entendent plus le public – seul leur propre souffle résonne dans les ténèbres. Ils se perçoivent à proximité les uns des autres, mais ne se voient pas, l’obscurité est totale. Au loin, l’on entend l’écho de mots indistincts et menaçants, et un vent froid souffle dans les souterrains. Par moments, des bruits de pattes cliquetantes se font entendre juste à côté… Pour sortir de là, une échelle sans fin monte vers les sommets de la montagne, mais les paroles menaçantes semblent venir de là.

Il y a bien une autre sortie, plus loin, le vent en atteste, mais encore faut-il l’atteindre : et c’est une ouverture, à même le vide, qui surplombe une faille de plusieurs dizaines de mètres donnant sur l’océan : seule une étroite et très raide corniche permet de rejoindre le sommet.

Plusieurs champions sont fortement handicapés par cette scène ; car pour chacun d’eux, cela semble parfaitement réel. Affrontez l’épreuve, champions… et tâchez ne pas oublier l’un de vous en arrière…






Cinquième Tour

Consignes



IRL : du jeudi 01/09 au dimanche 11/09 (12h)
IRP : le 27 septembre, pendant l'épreuve.

• Ce topic concerne les personnages qui participent à l'intrigue « Le Tournoi des Trois Opales ». Les personnages dont la participation à l'intrigue ne serait pas cohérente peuvent rejoindre l'animation de ce chapitre « Contes et Légendes : Le Tournoi des Trois Opales ». La participation à chaque tour de l'animation donne droit à la carte d'Omen d'assiduité, en lieu et place de l'intrigue. (Il est possible de participer aux deux, mais vous n'aurez qu'une seule carte à la fin.)

• Les personnes non-mentionnées dans cette introduction peuvent MP le Destin si vous ne savez pas pour quel motif vous pourriez être là !

• Ce cinquième tour couvre exclusivement la seconde épreuve et se déroule donc uniquement pendant le combat.

Champions → Les champions combattent ! Le combat est découpé en trois tableaux, qui dureront chacun trois jours. Cette fois, il ne sera pas vraiment question de combat, mais plutôt de réflexion et de logique : tirez parti des forces et des faiblesses de chacun pour réussir chaque tableau. Le Destin est susceptible de passer aléatoirement vous mettre les bâtons dans les roues...  :angel:
ATTENTION ! Chaque jour IRL, un champion perdra 15 points de vie, le Destin vous précisera lequel...

Vous pouvez poster autant de fois que vous le souhaitez. La limite est de 700 mots (pensez au compteur et résumé sous spoiler !).

Boss (La Reine de Sang) : Sa capacité spéciale ponctionne 15PV par jour à un personnage tiré au dé par le Destin.
Elle a 99PV et en perdra un tiers à chaque tableau résolu.
Elle n'est pas vulnérable aux attaques physiques, vous ne la voyez même pas !
Elle crée une illusion basée sur vos peurs et ce que vous redoutez. Votre but est d'identifier les peurs concernées, et aider vos camarades concernés à les surmonter...

Public : Encouragez vos favoris, évidemment, même s'ils ne vous entendent pas ; mais gardez l’œil ouvert, des menaces ont été reçues par les souverains, et il pourrait bien se produire quelque fâcheux rebondissement. Voleurs, profitez de l'aubaine pour chaparder ; marchands, circulez dans les gradins, vous pourriez glaner des informations intéressantes en laissant traîner vos oreilles ! Pour vous aussi, 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Le tour prend fin lorsque le boss est vaincu !

• Pensez à indiquer votre nombre de mots (700 maximum) et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:



Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyJeu 1 Sep - 1:16


Deuxième épreuve

Premier tableau



IRL : Jusqu'au 03/09 (23h).

Premier tableau : Les champions sont enfermés dans un dédale de mines souterraines plongées dans l'obscurité, dont il n'est possible de sortir qu'en grimpant une échelle d'où proviennent des échos menaçants, ou en jouant les équilibristes le long d'une falaise à pic.

But du tableau : rejoindre le haut de la montagne, tous ensemble, en triomphant des obstacles placés par le Destin.




Mayeul
45/45
45

Grâce
39/39
39

Ljöta
31/50
50

Serenus
98/98
98

La Reine de Sang
99/99
99

Octavius
81/81
81

Marianne
19/19
19

Ilse
21/21
21

Maelys
22/22
22

Lionel
32/32
32

Neve
27/27
27






♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyJeu 1 Sep - 11:19

Difficile d’occulter les événements de la veille pour se concentrer sur les épreuves à venir. Je lance une œillade vers la place laissée vacante du baron de Sylvamir. Je ne suis même pas certaine qu’il soit plus en sécurité hors de cette arène, loin des autres Champions… Car c’est un peu nous contre tous, n’est-ce pas ? A défaut de savoir vers qui orienter notre haine et notre rage, l’occasion me sera laissée de l’exprimer pleinement sur le sable de l’Arène… Ou pas. Je m’en étais doutée, nous devrons encore nous battre contre des ennemis invisibles, illusoires. J’ai horreur de ça.

J’observe la princesse au nom imprononçable qui vient remplacer le baron, d’un œil critique. Une guerrière ? On dirait qu’elle est bien forgée dans le même fer que lui. Je lui rends son salut, sans mot dire, car Enguerrand reprend déjà la parole pour nous révéler notre ennemi. Le nom est évocateur, et ne me plaît pas davantage. Je me demande si nos ennemis pourraient être des mages du Sang, encore, et qu’ils aient truqués jusqu’à l’épreuve. Je deviens paranoïaque, peut-être, mais si ça peut me tenir en vie…

Triompher sur le plan des illusions et de l’esprit… Je reste sceptique, alors que nous prenons position sur le pentacle. Puis, le silence… Et les ténèbres, oppressantes, ou rassurantes selon. Je suis presque plus détendue, à nous savoir seuls, éloignés de l’agitation de l’Arène, mais je n’apprécie que très peu ne pas savoir d’où le danger provient. C’est moi qui me cachais dans les ombres étant petite, et non le danger qui s’y tapissait, à l’affût.

- Tout le monde est encore là ?

Question peut-être idiote, superflue, mais impossible de discerner les autres Champions même si leur respiration reste distincte. Nous sommes bien les seuls à émettre le moindre son. J’avance, peu désireuse de m’attarder, et ne manque pas de me percuter à… Non pas un mur, mais certainement une montagne de muscles, parce que l’effet est presque le même. Je pousse un juron, sans savoir qui je viens de percuter. Il n’a pas idée de rester sur mon chemin, celui-là.

- Vous croyez que ce serait tricher si vous émettez un peu de lumière, Ilse et Lionel ? Je n’ai clairement pas envie de me retrouver à évoluer main dans la main pour éviter d’en perdre un en route.

Je m’écarte, et cette fois-ci, c’est bien le mur que je frôle de mes mains… De la pierre rugueuse, comme dans les entrailles d’une montagne. L’appréhension monte d’un cran. Je tressaille, quand le premier son qui me parvient est le vent froid qui s’engouffre dans un hurlement, charriant quelques menaces indistinctes et le cliquetis de quelques pattes contre les parois.

- Charmant.

J’avale ma salive, et prends le temps de respirer calmement, avant de reprendre :

- Je crois que nous sommes dans une… Cavité. On devrait suivre les parois, dans la direction du vent. Sortir… Vite.

Une cavité, c’est bien le mot. Ce n’est qu’une illusion, non ? Je n’arrive même pas à m’en convaincre, tellement c’est réel. Et la crainte sourde qui m’étreint l’est tout autant. J’espère que ma voix ne tremble pas trop. Je n’attends pas vraiment pour avancer, et presse même le pas, autant que je le peux avec ma jambe qui m’élance encore et me fait boiter par moment. Je dois absolument trouver une sortie.

Vous devez vaincre ensemble, petite.

La voix de la raison. Il m’agace, parfois, même si je suis contente de l’entendre. Je ne réponds pas, et ralentis un peu la cadence, les deux mains contre le mur. Heureusement qu’il fait noir, finalement. Je préfère ne pas réfléchir à la taille de cette cavité.

Tu commences déjà à paniquer. Je me demande combien de temps il va te falloir avant de les insulter ?

Je pousse un soupir retentissant et me retourne, scrutant l’obscurité.

- Sinon, quelqu’un a-t-il peur du noir ou… des araignées ?

Je n’aurais peut-être pas dû préciser la nature probable de ce cliquetis sur les parois… Bien joué.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir • Admin
Le Pavillon Noir • Admin
Ilse Tonnevent
Ilse Tonnevent

Messages : 1340
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyJeu 1 Sep - 15:05

La pirate se tient au cœur de l'arène, le regard fier et déterminé. Les nouvelles agressions qui ont eu lieu ont jeté une ombre sur le tournoi mais les champions semblent bien décidés à aller jusqu'au bout, quoi qu'il en coûte. Hiémain n'est plus parmi eux, à leur plus grand regret, et Ilse en ressent une violente envie de vengeance. Elle ne sait pas encore ce qui l'attend, mais leur adversaire n'a qu'à bien se tenir, parce qu'elle compte bien se défouler sur lui.

Elle écoute sans réagir les paroles d'Enguerrant et accueille leur nouvelle coéquipière d'un signe de tête, légèrement méfiante. Mais elle l'a vue se battre lors des entraînements ; elle sait manier une épée, elle est agile, elle peut leur être utile. Ilse n'a pas vraiment le temps d'y songer plus avant. Elle se voit obligée de lui faire confiance dans l'épreuve à venir. Épreuve enfin présentée aux champions. Et presque immédiatement, le corps de la canonnière se tend à la mention de l'adversaire et de ses... talents. Reine de Sang ? Illusions ? Ca sonne étrangement familier alors qu'elle songe à la mésaventure vécue sur l'Audacia quelques mois plus tôt. Donc on va lui fourrer des images dans sa tête sans qu'elle ne puisse y faire quoi que ce soit. Merveilleux. Au moins, elle est prévenue cette fois.

Comme les autres, elle se place sur le pentacle et patiente. Puis vient l'obscurité. Le froid. Le sifflement du vent.

Ilse frissonne mais reste calme, évaluant doucement la situation. La voix de Maelys résonne contre ce qui semble être les parois d'une grotte et elle répond, signalant ainsi sa présence. Elle est étrangement sereine la canonnière. Peut-être parce que le vent qui s'infiltre contre les parois amène jusqu'à elle des effluves marins qui ne sont que trop familiers.

« Vous croyez que ce serait tricher si vous émettez un peu de lumière, Ilse et Lionel ? Je n’ai clairement pas envie de me retrouver à évoluer main dans la main pour éviter d’en perdre un en route. » « Bonne idée. » Sans tarder, une aura de chaleur converge jusqu'à sa main et une flamme apparaît, peu imposante, mais largement suffisante pour éclairer l'endroit où ils se trouvent. Son regard va de l'un à l'autre de ses compagnons quand elle remarque que Maelys s'éloigne déjà, mentionnant le vent. Elle acquiesce d'un vague signe de tête et ses yeux se posent alors sur une échelle. Sourcils froncés, elle l'observe, et un frisson glacé parcourt sa nuque lorsqu'elle perçoit les sons qui viennent de là. Non, décidément, elle préfère encore tenter sa chance dans l'autre sens. Pas question de grimper le long d'une échelle qui sera de toute évidence sabotée.

Ilse ignore la question de Maelys mais s'adresse tout de même à elle. « Attends, je passe devant. Lionel, tu fermes la marche pour éclairer l'arrière. Et nos guérisseurs au milieu. Pas questions qu'ils se prennent les coups pour d'autres cette fois-ci. » Il n'y a aucun reproche dans sa voix, elle n'annonce que des faits d'un ton ferme et décidé. Elle s'avance alors pour prendre la tête du groupe mais quand elle se retourne pour voir si tout le monde s'est rassemblé entre les deux flammes, elle aperçoit Marianne, légèrement dissimulée dans l'ombre. « Marianne ? Tout va bien ? »


Spoiler:
 


Oh won't you come with me, where the moon is made of gold. And in the morning sun we'll be sailing. Oh won't you come with me, where the ocean meets the sky. And as the clouds roll by, we'll sing the song of the sea.


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RandomTartan1
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RoueBriseeCrabeNapping
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RandomFeu
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RandomVexCave2


Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyJeu 1 Sep - 16:09

Grâce s'était entraînée en silence, à la suite du 22 septembre. Elle aurait pu sembler taciturne, à quiconque la connaissait. Sûrement avait-ce été le cas, à vrai dire. Mais elle était préoccupée. Le cheval, l'affirmation que ça n'était pas la Confrérie Noire... Elle était encore moins rassurée, que si ça avait réellement été le cas. Elle aurait au moins eu la tranquillité de savoir que le travail serait bien fait, s'il leur avait été confié. Cela expliquait qu'elle ait été ratée, par le cheval. Elle était constamment crispée, sur ses gardes, inquiète. La seule pensée qui pouvait la tranquilliser était la mort à venir de son époux... Cela prendrait-il seulement fin, à ce moment là ? Elle ne pouvait le savoir, et elle transformait toutes ses craintes en acharnement à ne pas y succomber. Elle ignore presque Enguerrand, alors qu'il leur blâme, pâlissant quelque peu à ses propos, cependant. Les illusions, l'esprit ? Insensible à la force, intouchable, même ? Cela lui déplaisait bien trop. Ce n'est qu'à contrecœur, qu'elle rejoignit la place qui lui était indiquée, déglutissant. Elle aurait pu déclarer forfait, en l'instant. Mais c'était hors de question. Pour Erebor, pour la confiance des duc, duchesse et princesse. Pour son honneur, pour sa fierté. Pour l'Opale qu'elle avait déjà remportée. Pour les autres champions, aussi. Surtout, peut-être. En réalité, cependant, elle souhaiterait que tout cela soit fini. Que l'épreuve se termine, et que tous soient sains et saufs.

Elle déglutit, glapit presque de terreur, quand l'obscurité les assaillit, l'empêche de voir quoi que ce soit. Elle n'a jamais craint cela – non, elle craint simplement ce qui peut s'y trouver. Elle tressaille, au souvenir de son époux prêt à la posséder, protégé par le noir ambiant. Elle tremble, même, au souvenir du parchemin contrefait, trouvé sur son oreiller. La panique la prend, irrationnelle et incontrôlable. Pourrait-elle prier Adélaïde, de la sortir de là ? Le peut-elle, seulement ? Peut-elle éloigner ces angoisses qui lui viennent ? Le noir pourrait lui être salutaire, pour se soustraire au regard de sa famille, au regard des Martel comme des Brumecor. Mais comment être sûre qu'ils n'ont pas trempé là-dedans, n'en profiteront ? Elle oublie la magie, un court instant.

*Adélaïde, que puis-je faire ?* Elle sait que ça ne sert à rien, l'esprit ne l'apaisera pas. Une lueur d'espoir lui vient, quand elle entend une voix. Détruite aussi par les cliquetis – ça semble davantage ibéén que faë. Est-ce un automate ? Une créature mécanique ? Est-ce un piège, de la part de ceux qui veulent sa mort, profitant de l'occasion ? Elle tente de suivre la voix, dans l'ombre qui l'entoure. Elle est particulièrement attentive au bruit du vent. C'est là un atout pour elle, n'est-ce pas ? Ils sont plongés dans un monde d'illusion, mais ne peuvent-il pas plier ces illusions à leur volonté ? Les manipuler ?

« Vous croyez qu'on peut tenter de faire apparaître des choses, avec notre esprit ? Modifier leur invention, car ça n'est que ça, n'est-ce pas, pour l'utiliser à notre avantage ? »

Si seulement... Cela leur serait salutaire. Elle retrouvait ses esprits, sortait de sa crainte indépendante de l'épreuve. Peut-être pourrait-elle se concentrer, être efficace. La flamme qui était apparue, lui dévoilant ce qui l'entourait et accompagnant les voix qu'elle avait entendues, l'attira comme un papillon à la lueur d'une bougie. Espérons qu'elle ne s'y brûlerait pas les ailes. Elle s'approcha donc des autres champions.

« Ne devrait-on pas faire un cercle, autour de nos soigneurs ? Encadrés nous-même par Octavius et Serenus, qui encaissent mieux les dégâts ? Ils pourraient rester tout autour de nous, pour nous protéger. Et si on peut manipuler les illusions, on pourrait... solidifier cette échelle ? Agrandir cette corniche ? Monter sur nos griffons, peut-être ? Vous vous y connaissez, sur cette magie, vous ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyJeu 1 Sep - 18:10

Après de longues heures d'entrainement et une « bonne » nuit de sommeil (si on pouvait considérer que la veille d'une épreuve de combat pouvait être une bonne nuit), le jour J arriva. Serenus se lev aux aurores, enfila son armure qui avait été réparée et renforcée avec plus d'acier pour l'occasion. On lui avait également donné un nouveau bouclier. Celui ci était plus lourd mais beaucoup plus solide que le précédent. Serenus soupesa l'objet, indécis et finalement décida de ne pas l'échanger contre un autre plus léger. Il ne voulait pas être la cause d'un autre décès prématuré de bouclier sans défense.
Lorsqu'il se présenta dans l'arène, il soupira doucement. Le champion Hiémain était absent. Il avait donc déclaré forfait. Quelle tristesse... Un champion de cette qualité risquait de beaucoup manquer à leur équipe. Mais Enguerrand remédia à cette situation. Il appela la championne Ljöta. Une femme qui ne manqua pas d'étonner Serenus par son allure guerrière et quasi sauvage. Puis vint leur adversaire. D'après Enguerrand, elle portait le joli mais non pas moins terrifiant de Reine de Sang. Haute de plusieurs mètres, elle s'avança sur le sable de l'arène. Serenus dégaina son épée et, en bon défenseur (ce dont Octavius devrait prendre exemple), s'avança, bouclier levé, vers elle. Il s'attendait à recevoir le premier coup mais celui ci ne vint pas. Il se remémora les paroles du Hérault : Les armes mentales seraient leurs seules alliées. Puis l'obscurité tomba. Serenus regarda autour de lui. Il ne voyait ni entendait plus rien. Il se rapprocha des autres champions et écouta leurs propositions. Il fut tout de suite d'accord avec celle de Grâce. Il valait mieux rester ensemble et utiliser la magie pour combattre la Reine de Sang. Serenus leva la main. Il toucha de la pierre froide et rugueuse. Un mur ? Non plutôt les flancs d'une montagne. Serenus se dit que le mieux serait de l'escalader pour avoir, peut être , une vue d'ensemble sur l'arène. Il y avait un échelle. Serenus, en voyant la hauteur de celle ci, recula, peu rassuré. Tout compte fait, il préférait rester bien sagement en bas. Plutôt tomber sous les coups de la Reine de Sang plutôt que de se pisser dessus sur une échelle. Serenus resta silencieux et se plaça à l'opposé d'Octavius, encadrant ainsi l'ensemble des champions. La deuxième sortie était une ouverture dans le vide. En dessous, l'océan rugissait. Le guerrier resserra la main sur son épée. Il ne manquait plus que ça ! Soit une échelle sans fin, soit un océan en colère ! Serenus ne pouvait pas s'attendre à pire que ça. Comment allaient ils faire pour tous rejoindre le sommet en un seul morceau ? Grâce parla de Griffons. Serenus eut envie de lui dire que c'était une excellente idée mais des mots indistincts et effrayants venant de l'échelle le fit sursauter. Ce n'était pas le moment d'avoir peur Guerrier ! Ils comptaient tous sur lui et sur sa résistance pour pouvoir gagner ce combat ! Ce n'était pas le moment de flancher !

Spoiler:
 



Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Octavius Fer-Vaillant
Octavius Fer-Vaillant

Messages : 874
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyJeu 1 Sep - 19:13

Qui ?
La princesse de putain de ?

Octavius a l’impression que tout ceci est une vaste blague. Lia. Ljöta. Championne de Valkyrion. Princesse de Valkyrion. Ses yeux pâles détaillent la valkyrie, espérant se tromper, que ce visage n’est pas celui qu’il a vu à la lueur des flammes à la Caravane des Plaisirs, ou celui, mutin, qui s’est introduit dans sa loge le soir de l’annonce des champions. Peine perdue : c’est bien elle et le clin d’œil qu’elle lui lance le confirme d’autant plus.
Il a couché avec la princesse de Valkyrion.
Il n’a même pas reconnu la princesse d’à peu près son duché.
Le temps leur est compté, cela dit, et il n’a pas le temps d’explorer plus longtemps ses pensées qu’Enguerrand Fer-de-Lance leur présente le prochain monstre à affronter. Qui, comme prévu, est une grosse saloperie de merde de magie, que les Mages ont ramené d’il ne sait pas trop où, et ils devront en triompher par leurs aptitudes mentales. Ils sont bel et bien perdus. Octavius a un reniflement de mépris, alors qu’il se place à un point autour de la silhouette.

Puis, c’est le noir.
Total.

Il n’en a pas peur, heureusement. Il entend les autres champions, non loin, leur respiration, mais rien qui lui permette de les voir. Entendre des voix, aussi, des sons grinçants, qui ne lui donnent certainement pas envie de bouger d’où il est. Le guerrier sent quelqu’un lui foncer dedans et au juron, il reconnaît Maelys. « J’vais finir par croire que ça te plaît », qu’il lui répond, profitant du noir pour que son sourire goguenard passe inaperçu. Une façon comme une autre de se manifester, de dire qu’il est bel et bien là. Ilse leur fournit enfin la lumière nécessaire pour qu’ils puissent se reconnaître les uns et les autres et observer les lieux. Observer leur environnement, aussi, et leur permettre de voir ce qui semble être leur première option de sortie. Une échelle. Oh non. Oh non oh non oh non. Ça ne lui plaît pas. Il n’en a pas envie. De monter. Il est bien trop lourd pour une échelle, de toute façon, il le voit d’ici, elle va clairement se rompre dès qu’il posera le pied sur le premier barreau. C’est trop dangereux. Elle pourrait même se rompre sous le poids des plus légers d’entre eux, alors lui… et monter une échelle avec des armes, c’est la meilleure façon pour eux de blesser quelqu’un. Octavius blêmit, de seconde en seconde, et il est bien heureux que Maelys, Ilse et Grâce proposent plutôt de suivre un autre chemin.

(il ne sait pas encore ce qui les attend, oh non)

« La solution d’Ilse est plus avisée », commente sa voix, qu’il garde la plus assurée possible. Pour qu’ils ne sentent pas le trouble qu’il l’a pris, suite au seul coup d’œil qu’il a posé sur cette échelle. Suite à la seule… idée de… de la monter… « Si on essaie de modifier ça… ça risque d’nous revenir dans la gueule. Non ? » Cette Reine de Sang (non mais ce nom, aussi, si rassurant) n’est certainement pas dupe de leurs idées. Elle les entend, elle est dans leurs foutues têtes. Il déteste la magie, par Alder, il déteste la putain de magie. Il entend l’océan. À l’opposé de Serenus, dans la file qu’ils forment, entre les flammes d’Ilse et de Lionel, il veut avancer. Sortir d’ici le plus rapidement possible.

Spoiler:
 



PERSONNAGE EN HIATUS JUSQU'AU REBOOT
Il va changer de nom, d'avatar, et de sexe, en fait, donc ne vous faites pas trop d'attentes :miguel:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyJeu 1 Sep - 20:41

Neuf champions. Comment éviter de regarder la place vide de Hiémain, auparavant à leur côté, et désormais en train de mener son propre combat ? Mayeul s’efforça de se concentrer sur les paroles d’Enguerrand, observant comme les autres avec curiosité la nouvelle venue. Il se rappelait l’avoir vu combattre avec le Champion de Valkyrion - le fait qu’elle soit jolie n’y était sans doute pas étranger - et voilà qu’elle prenait sa place. Et à nouveau, le Voltigeur dévisagea ses camarades, avant que les paroles du héraut ne lui glacent le sang. Illusion. Magie. Non non non, il avait déjà donné. Il avait le vif souvenir de ces statues de pierre, et clairement, affronter à nouveau une telle horreur ne lui disait rien qui vaille. Sauf que cette fois, il avait un avantage : il savait que c’était faux. Il savait que tout ce qu’il verrait serait le fruit de l’illusion.

Leur adversaire. Et puis, le noir, un noir d’encre et de nuit sans étoiles, un silence presque assourdissant, où seul s’entendait le bruit de leurs respirations. Nuage ? Inquiétude. Indécision. Chaleur. Un sourire fleuri sur les lèvres du Voltigeur, rasséréné par la présence familière. Déjà, les autres s’activaient. Il entendit quelqu’un heurter violemment l’un des autres, des paroles, et la lumière, enfin, venant d’Ilse et Lionel. «C’est une illusion, tout ça. Rien n’est vrai, rappelez-vous, c’est juste un tour de notre esprit.» rappela-t-il, fustigeant mentalement la Magie et les Mages.
Une illusion, n’est-ce pas ? Il se rappelait, pourtant, de cette paralysie progressive, de son sentiment d’impuissance, de s’être vu mourir... Est-ce qu’on pouvait seulement mourir, dans une illusion? Il se garda bien de poser la question, pourtant. Rien n’était vrai. Tant qu’il garderait cela en tête, il pourrait avancer. Et y croire, pour le moment, ne faisait aucun mal.

«Je suis de l’avis d’Octavius» Oh, comme cela lui coûtait de prononcer ces paroles ! « Pour l’instant, tant que l’on ne sait pas ce qui nous attend, on se tient sur nos gardes et on ne fait rien de regrettable. Tout est faux, alors, qu’est-ce qui nous dit que nos modifications ne se révéleront pas illusoires elle aussi ?» Posant sa main sur la paroi rocheuse, ignorant l’élancement de son poignet toujours bandé - il avait préféré le garder solidement enrubanné, au cas où il devrait combattre - Mayeul se tourna vers Ilse. « On te laisse mener la marche, pirate. Laissons l’odeur de l’océan nous guider.» Elle sentirait sûrement son sourire sous ces quelques mots, mais c’est auprès de Grâce qu’il s’attarda, l’observant à la chiche lueur des flammes. Elle était étrange, depuis quelques jours, mais vu la façon dont elle l’avait accueilli lorsqu’il lui avait fait part de son attitude bizarre la dernière fois, il se méfiait de sa réaction. Alors, plutôt que de prendre la parole, il lui offrit un sourire qu’elle ne vit probablement pas avant de se tourner vers leur dernière recrue; la blonde princesse de Valkyrion. Aucun d’entre eux n’avaient eux le temps de se présenter, après tout, et il s’offrit pour faire les présentations. «Pendant que Hiémain se remet doucement sur pied... » en vérité, il priait Callia qu’elle l’entende et rende ses paroles aussi vraies que possible concernant la survie du Champion de Valkyrion, «... Bienvenue parmi notre joyeuse troupe, princesse Ljöta.» Il désigna tour à tour les autres, avec leurs prénoms et qualifications, avant d’emboîter le pas aux autres qui s’avançaient en direction du vent qui soufflait dans la cavité. Vers la liberté, il l’espérait. Et la fin de cette épreuve, même si ça n’allait probablement pas être aussi facile.

Spoiler:
 


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Arsène de Sylvamir
Arsène de Sylvamir

Messages : 515
J'ai : 14 ans
Je suis : Le fils adoptif de Mélusine et Hiémain, protecteur auto-désigné de ses frères et soeurs.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine et Hiémain de Sylvamir. A la Cour des Miracles, aussi.
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyJeu 1 Sep - 22:38

Deuxième épreuve. Mais Arsène n’était pas sûr de vouloir assister à nouveau à ce spectacle barbare, aussi avait-il profité de l’absence de Mélusine, toujours auprès de son Hiémain, pour aller seller Clochette et sortir la promener un peu. Il ne la montait pas encore très bien, même s’il s’y était essayé, mais la promener, toute harnachée et accompagnée de son jolie bruit de grelots, le rendait déjà très fier. C’est vers l’Audacia qu’il dirigea ses pas, le petit, dans l’espoir de croiser Lena qu’il avait à peine vu. Il savait qu’elle était là, pourtant, et il voulait à tout prix lui montrer son cadeau d’anniversaire.
Il la trouva devant le navire, à tremper ses longs dans une bassine d’un rose vif. Un joli rose, un rose qui lui rapellait Lena et ses splendides robes. «Regaaarde !» L’interpella-t-il avec enthousiasme, « c’est mon cadeau d’anniversaire! Une vraie ponette pour jouer au prince et à la princesse !» Lança-t-il en battant des mains, avant de vite se reprendre et de rattraper les rênes de Clochette, la tenant solidement comme Hiémain lui avait appris.

Il se sentait un peu coupable, Arsène, d’avoir reçu un tel cadeau pour son anniversaire alors qu’à elle, il n’avait offert qu’un peigne. Peut-être serait-elle jalouse ? Peut-être ne voudrait-elle plus lui parler? Et il n’aimait pas les conflits, Arsène, surtout pas avec Lena qu’il appréciait fortement. Alors, quand la petite fille releva la tête, la chevelure d’un rose aussi éclatant que celui de la bassine, il sauta sur l’occasion. «Tu veux qu’on teinte ma ponette aussi ? C’est une fille après tout, alors, elle a le droit à un peu de rose.» Il hésita, quelques secondes, avant d’ajouter. « Comme ça, ce sera un peu ta ponette à toi aussi, si elle est toute rose. Je te la prêterais. Je te montrerais comment on monte, tu veux ?» Il omit juste de préciser qu’il ne savait pas vraiment monter, parce qu’il n’avait pas appris, mais après tout, qui se souciait d’un tel détail. «Tu veux bien la teindre, dis ?»

Il n’aimait pas trop le rose, mais pour Lena, il voulait bien faire un effort. Et puis, elle était belle Lena, avec ses robes toute rose, alors, Clochette ne pouvait qu’être encore plus belle, n’est-ce pas ? Seulement, il était sûr que bien que le résultat se trouverait magnifique, ce ne serait pas assez. Après tout, pourquoi ne pas teinter autre chose ? Il avisa l’albatros de Ilse, perché sur un gréément, mais se rappela à temps qu’on ne devait pas toucher les Familiers. Sa mésaventure avec Sayam, bien que lui ayant fait gagner un tour de dragon, lui avait au moins servi de leçon. Pour un temps. Mais puisqu’ils en étaient à vouloir du rose, pourquoi pas ailleurs? S’ils n’avaient pas le droit aux Familiers...
Oh! Le griffon ! Le griffon tout blanc et terne et absolument pas coloré. Peut-être qu’elle voudrait bien ?

«Petit griffon, tu veux bien devenir encore plus beau ?» Demanda-t-il en s’approchant, sa main s’élevant vers les douces plumes. «Tu vas être aussi belle que Clochette. Aussi belle que Lena. Mais... Lui dit pas que je la trouve belle, quand même.» Souffla Arsène en s’approchant, enhardi par les images joyeuses qui envahissaient son esprit. Il caressa avec bonheur le doux plumage. Oh oui, elle allait être si belle en rose, la demoiselle griffon !

«Lena ! Tu veux bien qu’elle devienne tout pareil que Clochette ?» Demanda-t-il à la petite fille, un sourire ravi éclairant son visage. Il ne savait pas trop avec qui la griffone voltigeait, mais sans doute serait-il ravi de retrouver sa griffonne aussi belle !

Spoiler:
 


Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Marianne d'Orsang
Marianne d'Orsang

Messages : 1217
J'ai : 44 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyVen 2 Sep - 17:35

Freyja a réussi à apaiser Marianne la veille de l'épreuve, passant la journée et la nuit avec elle, ce qui lui a permis de s'endormir d'un sommeil sans rêves. Le lendemain matin, elle est confiante en foulant le sable de l'arène : les champions réunis, avec un adversaire identifiable à abattre, les choses paraissent tellement plus simples qu'à l'extérieur du Colisée !
Mais elle déchante vite. Hiémain manque à l'appel, remplacé par la princesse de Valkyrion. Ils ont beau l'avoir vu se battre avec le baron de Sylvamir, les autres champions ne se sont pas entraînés avec elle. A part Octavius, qui semble totalement choqué de la voir, personne n'a pu apprendre à la connaître.
Enguerrand présente ensuite la créature qu'ils auront à affronter. La Reine de Sang. Maîtresse des illusions. Marianne repense à l'ange de pierre encore figé dans les cales de l'Audacia, grinçant des dents. S'ils pensent réussir encore à la faire paniquer avec leurs tours de passe-passe, qu'ils attendent de voir !

Comme à son habitude, la médecin commence à s'éloigner, jaugeant la Reine au centre de l'arène. Arène qui disparaît brutalement.
Tout comme le ciel. Et ses alliés. Et tout ce qui l'entourait.
L'obscurité complète se fait autour d'elle, seule le vent brise le silence dans lequel elle est plongée, lui murmurant des mots menaçants.
Elle se sent brutalement oppressée, paralysée. En tendant la main, elle heurte une paroi de pierre, et elle se souvient. Petite, perdue, seule dans le froid et le noir complet des mines. Seule, sans étoiles et sans issue. Seule...
Iode répond alors à sa terreur muette. Chaleur, réconfort, soutient. Elle distingue difficilement son griffon, mais il est toujours là ! Reprenant contenance, elle perçoit aussi les respirations des autres champions.
Par tous les dieux, non, elle n'est pas seule, ils peuvent s'en sortir ensemble.

« - Tout le monde est encore là ? Vous croyez que ce serait tricher si vous émettez un peu de lumière, Ilse et Lionel ?
Marianne voudrait bien répondre, mais ses anciens souvenirs sont encore vivaces. De la lumière oui, ça l'aiderait beaucoup.
- Bonne idée. »
Oh ! Le visage d'Ilse éclairé par une flamme ! Elle en pleurerait presque de soulagement. Elle se précipite vers son amie et sa lumière chaleureuse ; pas question de s'en éloigner. Petit à petit, elle se sent mieux, l'esprit clair. Mayeul a raison, tout n'est qu'illusion.
Elle reste silencieuse quand les autres décident du chemin à suivre. Échelle ou corniche, qu'importe, tant qu'ils sortent d'ici ; le vide ne lui fait pas peur.
« - Marianne ? Tout va bien ?
- Oui, oui. Tant que tu continues de nous éclairer et qu'on reste ensemble. Elle tend la main dans le vague. Ces mines sombres et froides, je pense que la Reine de Sang les a copiées de mes souvenirs. »
Par contre, la falaise, l'échelle et les bruits de bestioles, aucune idée. Mais quelque chose lui dit qu'il vaut mieux ne pas traîner à sortir. « On te laisse mener la marche, pirate. Laissons l’odeur de l’océan nous guider. » Va pour la corniche donc.

Spoiler:
 







J'ai pour moi les vents, les astres et la mer.


Marianne • #006666
Iode • #663300
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptyVen 2 Sep - 18:27

Les adultes sont à l'arène et Lena est interdite d'y aller, parce que c'est trop violent disent-ils. Et c'est totalement vrai, et elle n'a absolument pas envie d'y être pour voir des idiots se castagner pour rien. Mais elle râle tout de même, parce qu'une fois de plus ils décident pour elle, alors qu'elle devrait être la seule à dire si elle peut ou ne peut pas aller voir les combats. Et elle s'ennuie un peu aussi. Elle n'a pas pu emporter trop de livres pour le voyage, elle a essayé de faire un peu de magie mais comme d'habitude ce n'est pas convaincant, elle n'est pas d'humeur à jouer sur l'Audacia et en fait elle n'est d'humeur à rien. Tout la lasse et... oh mais c'est vrai ! Elle avait pris quelques bouteilles de teinture, juste en cas d'extrême besoin de tout teindre en rose. Alors c'est parti !

« Regaaarde ! »

Au moment où Arsène ouvre la porte, quelques heures plus tard, après en avoir fini avec l'intégralité de sa chevelure (et avoir bien sué pour enlever les taches sur sa peau), elle est en pleine re-coloration d'une robe bleu pâle. Sérieusement, qui porte encore du bleu pâle en 1001 ?
Elle s'apprête à montrer avec fierté le résultat de son travail sur ses cheveux. C'est qu'elle commence à bien y arriver et la couleur est vraiment éclatante, elle est ravie ! Sauf qu'Arsène enchaîne sur son cadeau d'anniversaire et blablabla et... Attendez une minute. Son... anniversaire ?  C'est le moment de la jouer fine.

« Oh Arsène ! Dis donc tu aurais pu m'inviter à ton anniversaire quand même, c'est pas très très... UN PONEY ?!!! »

Un poney ! Une ponette, même !
L'excitation rattrape toute tentative de manipulation parce que... Une ponette ! Oubliant totalement sa robe, elle la laisse tomber dans la bassine en se levant et éclabousse au passage une partie de ses vêtements. Mais elle s'en fiche, parce que... Une ponette ! Elle s'approche doucement de l'animal et tend sa main pour essayer de le caresser tout en marmonnant un « Je peux ? » sans vraiment attendre de réponse. Oui, elle peut.
Le choc passé, elle commence à être un peu jalouse parce que Arsène, ça a beau être son ami, c'est juste un petit voleur de Lorgol. Comment peut-il avoir d'aussi beaux cadeaux ? Il y a quelques jours, elle avait vécu son rêve et était ravie de montrer au garçon le bijou que lui avait offert Sitara d'Erebor, la vraie. Mais à côté d'une ponette... C'est là qu'Arsène vient avec la meilleure idée du monde qui fait disparaître le brin d'amertume qui venait de s'installer en elle. Il est fort pour ça, Arsène.

« Ah mais oui oui oui ! Il faut ab-so-lu-ment la teindre en rose ! Elle sera vraiment très belle comme ça. Non pas qu'elle ne soit pas belle, mais le rose... Ca va sublimer sa beauté tu vois ! Comme avec moi ! »

Les enfants attaquent la coloration de la ponette et Lena est toute contente de pouvoir montrer à Arsène comment faire. Plus tard, il lui montrera comment on monte et elle pourra se pavaner fièrement avec sa robe rose, ses cheveux roses et son poney rose. Un plan par-fait !
Et en parlant de plan parfait, alors que l'ennui menace à nouveau de pointer le bout de son nez, le petit voleur vient avec une nouvelle idée géniale. Une idée avec des ailes. Ni une, ni deux, ils sont repartis, cette fois pour teindre un griffon et après, peut-être les voiles de l'Audacia, et après, peut-être le monde ! Rien ne peut les arrêter, à part la fin du stock de teintures, mais heureusement il y en a encore beaucoup.

« Ah mais c'est le griffon de Grâce. D'accord, on va faire ça, je suis sûre qu'elle va adorer ! »

En fait, elle est quasiment sûre qu'elle va détester, mais elle a vraiment envie de le faire, parce que maintenant elle voit ce griffon rose et pas autrement.
Au pire, elle n'aura qu'à faire briller ses grands yeux bleus et s'excuser. Il n'y aucune raison que Grâce la gronde, après ça !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 2:52

Les voix des autres Champions retentirent tour à tour dans ce noir abyssal, me certifiant la présence de chacun... Et celle d'Octavius, un peu plus affirmée que les autres, alors que je le percutais de plein fouet. Des envies de meurtre me prennent subitement à sa remarque peu subtile, et mon pied part tout seul en direction de ses jambes. Les ténèbres ont cet avantage qu'il n'a pas vu le coup partir, mais aussi celui de m'empêcher de discerner correctement son armure, et le choc fait un véritable bruit de gong dans le silence. Malgré mes solides de bottes, j'ai réussi à me faire mal. Je retiens le juron qui me monte à la gorge cette fois, et m'écarte en vitesse avant qu'il ne songe à me ceinturer à nouveau. Je crache, par fierté déplacée :

- Méfie-toi, la prochaine fois, je vise plus haut. Je parie que ça te plaira aussi.


Je suis persuadée qu'il a aussi des protections à cet endroit stratégique, l'enfoiré. Je boîte sacrément, quand je reprends ma route. Je ne sais pas vraiment vers où me rendre, hormis de suivre le vent, avant que deux lucioles n'éclairent finalement la route... Ilse et Lionel ont finalement pu user de leur magie pour nous révéler la géographie des lieux. J'ai dépassé une échelle, finalement, que j'aperçois en me retournant pour observer mes compagnons. Je ne cherche que Neve du regard, à vrai dire, même si je compte mentalement pour voir si nous avons le bon nombre. Ilse prend rapidement les choses en main, à proposer une formation pour avancer. Je me plie à sa volonté et la laisse prendre les devants.

Des mines... Ce n'est pas l'endroit dans lequel j'aurais envie de m'attarder, mais je supporte mieux ce dédale de galeries étriquées que Marianne visiblement. Je m'arrête derrière Ilse, quand elle s'inquiète pour elle, à lui rendre un regard interrogateur.

- Copiées ? Dans tes souvenirs ? Je sens que nous ne sommes pas au bout de nos surprises... Il suffit de suivre le vent, on va trouver une sortie. Dans le pire des cas, on pourra toujours faire demi-tour vers cette échelle, mais elle ne m'inspire pas.

Grâce propose des idées, pour manipuler l'illusion dans laquelle nous sommes plongées, mais la plupart réponde négativement, et j'en fais de même en secouant la tête.

- Peut-être qu'un autre mage d'illusion aurait pu influer dessus, mais personne n'en est capable ici même. Fais-toi une raison, Grâce. On est obligé de subir cette illusion, et toute tricherie serait mal vue.

On poursuit notre ascension, et à la longue, l'odeur d'iode se fait plus présente. Est-ce l'océan que nous entendons se fracasser contre des rochers, en contrebas ? Je m'avance encore, à la limite de cette falaise abrupte qui nous fait face, à observer le précipice jeté dans les ténèbres. Les eaux paraissent si peu rassurantes, quand elles sont aussi sombres, mais fascinantes aussi. J'attends, plongée dans mes pensées. Je n'ai pas peur du vide, et cette ouverture sur l'océan me rassure même, mais ce que je prenais pour une issue est peut-être bien un cul-de-sac. Je me retourne vers mes compagnons, encore au bord du vide, et aperçois finalement ce chemin sinueux qui remonte vers la surface.

- Là, nous y sommes. Nous pouvons longer la falaise pour quitter ce plan. Ilse ?

Je m'approche du chemin, qui n'en est pas vraiment un, taillé à même la roche. Il va falloir se coller à la paroi et espérer ne pas tomber dans le vide. Je m'engage, pour ma part, sans crainte, même si je risque de lutter un peu plus à la longue à cause de mes récentes blessures, et ne réalise qu'après coup.

- Je peux vous rattraper si vous faites une mauvaise chute. Je me demande si ça nous tuerait, dans le cas contraire...

Je ne demande pas si quelqu'un a peur du vide, cette fois, parce que la seule idée que ce soit possible me paraît parfaitement ridicule.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir • Admin
Le Pavillon Noir • Admin
Ilse Tonnevent
Ilse Tonnevent

Messages : 1340
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 8:25

« Oui, oui. Tant que tu continues de nous éclairer et qu'on reste ensemble. Ces mines sombres et froides, je pense que la Reine de Sang les a copiées de mes souvenirs. » Sa réaction est à peu près la même que celle de Maelys.  La surprise passée, elle est néanmoins soulagée de voir le visage de Marianne se détendre légèrement et elle acquiesce aux paroles de la chevaucheuse ; ils pourront toujours reculer si ce qui les attend au bout du chemin ne leur plaît pas. C'est à peine si elle adresse un sourire à Ljöta lorsque Mayeul fait les présentations, tant son esprit reste concentré sur la tâche à effectuer. Puis elle se met en marche quand le voltigeur lui adresse la parole. Les mots de Grâce restent gravés en elle mais, comme les autres, elle doute qu'ils puissent contrôler ces illusions de quelque façon que ce soit. Pour le moment, elle se contente de s'appuyer sur ce qu'elle connaît et les effluves marins qui lui parviennent sont ce qui se rapproche le plus d'un endroit sûr à ses yeux.

Ilse s'arrête au bord de la falaise et éteint sa flamme, rapidement rejointe par la chevaucheuse qui en examine à son tour chaque recoin. La pirate se sent revigorée, inspirant profondément les effluves salés, le cœur apaisé par le fracas des vagues contre les rochers. Descendre n'est pas une option, la chute les tuerait certainement et la mer est bien trop agitée. Elle lève alors les yeux au moment où Maelys lui pose la question et elle évalue sérieusement la corniche qui semble s'élever jusqu'au sommet. « On peut oui, à condition d'être prudent. L'humidité a sûrement rendu la roche glissante. » fait-elle remarquer. Mais pour l'Outreventoise, c'est littéralement un jeu d'enfant. Combien de fois a-t-elle parcouru de telles failles rocheuses ? Combien de fois s'est-elle retrouvé au sommet d'une falaise pour en descendre afin d'atteindre une plage de galets où elle ramassait de nombreux coquillages égarés ?  Mais pour ceux qui n'ont pas l'habitude...

À nouveau, Maelys prend la parole et Ilse jette un regard en arrière sur leurs divers compagnons. Certains ne semblent pas très à l'aise et leur gabarit ne rend par leur avancée particulièrement aisée. « Regardez droit devant vous ou loin vers l'horizon, surtout pas en bas. » leur fait-elle remarquer, sa voix portée par le vent. Précédant la chevaucheuse le long de la roche, elle prend un rythme lent pour ne pas affoler ceux, parmi eux, qui ne sont pas à l'aise. Elle est presque rassurée que ce soit Lionel qui ferme la marche ; lui aussi originaire d'Outrevent, il n'aura aucun mal à s'accommoder de la situation et à faire avancer les autres. S'il pouvait glisser en arrivant au sommet, ce ne serait qu'un bonus. Mais Ilse garde ses réflexions pour elle et adresse un prière silencieuse à Messaïon, qu'il leur permette de se sortir de là sains et saufs.


Spoiler:
 


Oh won't you come with me, where the moon is made of gold. And in the morning sun we'll be sailing. Oh won't you come with me, where the ocean meets the sky. And as the clouds roll by, we'll sing the song of the sea.


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RandomTartan1
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RoueBriseeCrabeNapping
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RandomFeu
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RandomVexCave2


Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 14:46

Assez surprenant est ce début de la seconde épreuve. Il avait fallu toute la diplomatie du duc pour se décider à y assister, mais l’envie de s’échapper de ce calvaire s’était faite encore plus pressante quand le matin du jour précédent, l’un des champions avait été retrouvé à moitié mort dans son lit. Jusqu’où iraient les détracteurs de cette sordide affaire ? Pourquoi s’en prendre aux champions ? Ils étaient les symboles de leurs nations, mais quel était véritablement le but derrière toute cette histoire ? Plus il y songeait et plus il était convaincu que la guerre était l'objectif de ces inconnus. Et peut être ce Tournoi n’était-il pas leur premier coup d’éclat. Etait-ce une coïncidence que tous les événements rassemblant Faërie et Ibélène se soldent par des tensions de plus en plus terribles et des actes pour le moins douteux ? Non sans doute pas, et c’était passablement inquiétant.

Il est peu souriant le duc de Lagrance dans la loge qui lui est réservée, son épouse à ses côtés toujours bouleversée par l’attaque qu’elle avait subit deux jours plus tôt. Et même si le génie de la création Faë devrait le ravir, il n’arrive pas à esquisser le moindre rictus de plaisir. Il se contente d’applaudir comme ses homologues en découvrant la Reine de Sang, joyaux des mages, et d’observer le début du combat qui promet néanmoins d’être plus intéressant que la précédente épreuve. Force était de constater que les ibéens avaient misé sur le combat physique là où les faë avaient préféré la bataille mentale. Deux genres très différents, pourtant complémentaires mais qui ne faisaient pas l’unanimité dans un camp comme dans l’autre. Si Denys n’avait certes pas été transporté par l’Homme-Vapeur, la Reine de Sang avait quelque chose de très impressionnant. Mais il ne doutait pas que la pensée inverse saurait s’éveiller chez ceux de l’Empire du Savoir. La pensée était pourtant un domaine terrible, parfois plus efficace que la pure et simple violence. Ici au moins, ils ne verraient pas un étalage de coup de poing et d’épée, des jets de flèches et d’explosion qui avait, en un sens, peu d’intérêt.

Mais il n’est pas spécialement rassuré pour autant le duc de Lagrance. Si rien ne transparait sur son visage, il guette, ne laisse pas son attention se perdre uniquement sur ce que la lice a à lui offrir. Les menaces ont continué de pleuvoir sur leur tête, et à ce qu’on disait, il n’était pas dans le pouvoir d’Ermengarde d’arrêter celles-ci.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 15:44

Lorsque l’aube imprégna de chaleur le sable de l’arène, les champions se trouvaient déjà alignés au cœur du Colisée ; ils n’étaient que neuf, et leurs mines graves évoquaient d’elles-mêmes les tristes évènements passés. Mais il fallait se ressaisir : la seconde épreuve, toute évincée qu’elle était par les préoccupations de chacun, était inéluctable. Enguerrand Fer-de-Lance, haranguant de sa voix forte la foule, accueillit bientôt dans l’arène la princesse de Valkyrion, Ljöta d’Evalkyr, remplaçant le malheureux Hiémain lors de cette épreuve. Les champions la saluèrent, et bientôt l’obscurité les écrasa, comme une gangue opaque tombant sur leurs épaules et les extrayant à la réalité. La Reine de Sang était désormais à l’œuvre, manipulant leurs esprits avec une déconcertante souplesse.

Neve n’avait jamais dissimulé son admiration quant aux prouesses de la magie, et bien que l’immense pouvoir à l’œuvre derrière cette illusion le captivât, il tâcha de ne pas quitter ses compagnons et de faire preuve d’attention. Les souffles de chacun étaient perceptibles dans l’obscurité, et lorsque la voix de Maelys intima à Ilse et Lionel d’éclairer leurs pas, Neve se détendit quelque peu. La jeune femme ne tarda pas à prendre les devants, laissant derrière elle une bonne part du groupe, déconcerté, avant qu’un commun mouvement ne s’engage. Lionel fermait la marche, tandis qu’Ilse, fermement décidée à mettre de l’ordre dans cette belle équipe d’incompétents, rangea chacun à sa place – ou presque.

Les souterrains qui les accueillaient n’avaient rien de réconfortants, et maintenir la cohésion de groupe n’était pas une mince affaire, notamment depuis que cette têtue de Maelys ouvrait la marche avec une détermination toute nonchalante. Neve échappa un sourire désabusé dans l’obscurité, les sens en alerte. L’échelle qui se présenta à eux, d’où provenaient d’étranges raclements gutturaux, fut soigneusement esquivée. Près de lui, Neve percevait l’inquiétude de Marianne, ne quittant pas des yeux les lumières chancelantes. Les peurs de chacune étaient désormais imprimées dans les desseins de la Reine de Sang, et personne ne pouvait espérer ne pas être confronté à soi-même. Neve était d’une bien piteuse consolation, même lorsqu’il y mettait du cœur, mais il s’approcha tout de même de la guérisseuse et adopta une voix rassurante :

Ce sont des constructions de l’esprit, elles n’existent que parce que nous les craignons. Nous en sortirons bientôt, ajouta-t-il avec un sourire, presque indiscernable dans le noir ambiant.

Il suffisait de suivre le vent. Bientôt, une mince ouverture laissa filtrer quelques rayons de lumière dans les souterrains, et les embruns chatouillèrent les sens des champions. L’air marin, tout imprégné d’iode et de sable, se mariait habilement avec le tumulte de la mer en contrebas. Une étroite corniche se présenta bientôt à eux, si mince et sinueuse qu’elle semblait impraticable, et pourtant essentielle à la poursuite du chemin. Elle menait tout droit en haut de… Neve se figea. Une peur inconsidérée se fraya un chemin dans son cœur, et sa respiration s’accéléra. La falaise. Le jeune ansemarien fit un pas en arrière, rencontrant bientôt la haute silhouette d’Octavius. Il se retourna le cœur battant, découvrit son camarade et recouvrit un instant son sang-froid.

Pardon, je…

Il n’eut pas le loisir de terminer sa phrase. Le viril guerrier venait de faire face au vide qui s’ouvrait devant eux. Après ses vaines plaisanteries salaces à l’égard de Maelys et son caractère toujours retentissant, le voir immobile de la sorte avait quelque chose d’irréel. Bam. Neve haussa un sourcil. Octavius venait tout juste de s’évanouir à ses pieds.

Soit.

Le jeune ansemarien, consciencieux de ne pas regarder le haut de la falaise, s’agenouilla auprès du guerrier. Il n’avait strictement aucune idée de la marche à suivre pour le réveiller, et déjà Lionel les dépassait pour rejoindre la corniche. Neve devait admettre que la lèvre pendante et la bosse qui se hissait déjà sous le crâne d’Octavius sous l’effet de la chute dressaient de lui un portrait très… pittoresque. Le Chevaucheur fit appel à sa magie de l’Hiver pour tenter de ramener le guerrier à lui en condensant l’eau de l’air ambiant pour le rafraîchir. Voyant que les douces attentions de la magie demeuraient vaines, il s’installa à califourchon sur Octavius, leva haut la main, ferma les yeux et lui assena une gifle déconcertante.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Octavius Fer-Vaillant
Octavius Fer-Vaillant

Messages : 874
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 15:52

Savoir que ces mines proviennent des souvenirs de Marianne n’est pas pour rassurer Octavius. Il ne veut pas que les autres voient dans sa tête et sachent ce qui l’effraie. Ce n’est pas leurs affaires. Son faciès se fait renfrogné et à la présentation que fait Mayeul de lui à Lia Ljöta, il hoche à peine la tête pour la saluer. Peut-être un peu courroucé de sa propre bêtise (il n’a pas reconnu la princesse de Valkyrion, il fait vraiment un Kyréen en carton) et qu’elle ne lui ait pas révélé sa véritable identité (qu’est-ce que ça aurait changé, de toute façon ?). Gêné, aussi. Bêtement gêné.

La prudente file des champions arrive finalement au chemin menant vers la seconde sortie, que le guerrier espérait sécuritaire, bien ancrée au plancher des vaches et pourquoi pas même entourée de garde-fou, histoire que tout le monde s’en sorte bien. Ses vœux ne sont définitivement pas exaucés. Une falaise. Avec l’océan en bas. Bien. Bien bien bien bien. Il va devoir leur annoncer que non, il ne peut pas traverser ça. C’est impossible. Ils voient bien que cette corniche n’est pas assez large pour lui. Maelys dit qu’elle peut les rattraper, s’ils tombent, mais elle ne va certainement pas le rattraper lui. Il n’aurait pas dû l’embêter, un peu plus tôt – et si elle tombe, ça ne pourra pas la sauver, la lévitation, n’est-ce pas ? Y’a pas une connerie qui fait que les mages peuvent pas utiliser leur magie sur eux-mêmes ? Un truc extrêmement peu pratique ? Elle risque aussi de tomber, il l’a entendue frapper son armure pour tenter des représailles suite à sa blague, peut-être qu’elle a mal, elle va perdre pied, ce sera de sa faute. Elle aura bien eu raison de l’engueuler. Il doit y avoir un troisième chemin. Plus sécuritaire. Marianne doit savoir, si cela vient de ses souvenirs.

Ils vont tellement se moquer de lui, ces Chevaucheurs et ces Voltigeurs. Ces damnés Outreventois avec leurs falaises escarpées. Tout le monde. Tout le monde qui s’engage lentement sur la corniche, sans penser à l’humidité qui a rendu la pierre glissante (c’est ce qu’Il se a dit, il l’a bien entendu) et à la possibilité de mourir s’ils tombent (c’est une illusion, ils ne peuvent pas mourir). Tout le monde et quand c’est à son tour, il ne fait pas un pas. Semblable à la falaise, du même roc immobile, il ne bouge absolument pas. Fixant la corniche, la sueur commençant à dégringoler le long de ses tempes. « Je… je pense pas que je… puisse… » Ça n’ira pas, pas du tout, non, non non non non non non. « Je suis pas… c’est pas… » Déjà peu éloquent à son habitude, les mots lui échappent, refusent d’exprimer clairement ce qu’il pense. « Je n’aime pas ça. » C’est peu, pour décrire la peur vivace qui désormais tord ses intestins et l’empêche de bouger d’un seul centimètre, tout en étant incapable de regarder autre chose que le vide, que la chute à venir. Peu pour décrire son cœur battant, les tremblements de ses mains et son souffle qui se saccade.
Son corps s’engourdit complètement, d’un coup, la panique le submergeant, et il se sent à peine tomber au sol. Évanoui.

La prochaine chose qu’il sent est la sensation brûlante d’une gifle sur sa joue, le sortant brusquement de son inconscience presque bienvenue. Choqué, il ouvre les yeux pour voir Neve. Sur lui. Assis sur lui. Instinctivement, il fait basculer le Chevaucheur à terre et se lève d’un bond, sans porter attention à son corps endolori, engourdi. « Qu’est-ce qui t’prend ? », assène sa voix choquée. « Qu’est-ce que tu foutais, assis sur m- oh, par Kern ». Il s’est interrompu. Il vient de revoir la falaise. Le vide. Octavius s’appuie contre le mur, sentant la faiblesse le reprendre. Non. Non non non non non.

Spoiler:
 



PERSONNAGE EN HIATUS JUSQU'AU REBOOT
Il va changer de nom, d'avatar, et de sexe, en fait, donc ne vous faites pas trop d'attentes :miguel:


Dernière édition par Octavius le Rouge le Sam 3 Sep - 22:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 17:45

Alors comme ça, tout cela provient des souvenirs d'une des Championnes. Tant mieux, cela prouvait que rien n'était réel dans ce qu'il voyait. Serenus essayait en vain de se rassurer. Le vent, l'obscurité, tout avait l'air tellement vrai ! Une décision fut rapidement prise : ils allaient suivre le vent. Le guerrier les suivit sans dire un mot. Il scruta les visages de chaque Champion, cherchant une lueur d'espoir, quelque chose qui le rassurerait, qui lui dirait que tout allait parfaitement bien. Mais il ne vit rien qui puisse l'aider à se détendre. Les visages de ses compagnons étaient fermés et concentrés par la tâche qui les attendaient.

Puis vint la falaise. La falaise avec un océan qui rugissait à ses pieds. Un océan qui ne voulait qu'une chose : que leurs corps se brisent contre les rochers pour pouvoir les entrainer tout au fond. Ses compagnons commencèrent à avancer, l'un après l'autre, sur la corniche glissante. Lorsque vint son tour, il entendit Ilse qui leur conseillait de ne pas regarder en bas. Et bien sûr, Serenus fit exactement le contraire ! Bravo le guerrier sanguinaire et sans pitié ! Le voilà maintenant, tremblant comme une feuille et le corps plaqué contre la falaise, refusant de faire un pas de plus. Il ferma les yeux. Ses jambes étaient lourdes et il se sentait déjà épuisé par l' effort qu'il venait de fournir. Serenus sentit une main qui le tirait et une autre qui tentait de le pousser mais il ne bougea pas. Il parvint à dire :

« - Je suis dé.. désolé. Je peux... Je peux pas. Je vais tomber ! »

Il jeta un œil vers le bas et avait l'impression que l'océan cherchait à le happer. Les vagues semblaient plus grosses ; les rochers, plus tranchants que jamais. Un bruit sourd le força à tourner la tête vers le bord, là où se trouvait Octavius et Neve. Son frère d'arme venait de s'évanouir à la vue de la falaise et du vide. Neve s'assit sur lui avant de lui donner une claque magistrale. Cela étonna Serenus qui n'avait jamais vu son ami faire preuve d'une telle force. Il se dit que la peur poussait à faire plus, à se dépasser. Il souffla très fort par la bouche et fit un pas. Un tout petit pas qui, pour lui, voulait dire beaucoup. Il ne ferait pas comme Octavius, il ne tomberait pas dans les pommes. Cibella comptait sur lui et sur son courage. Il s'accrocha fermement, fixa du regard leur destination et avança lentement, très lentement. Il sentit soudain qu'il pouvait y arriver, que de toute façon, il ne risquait rien vu que tout cela n'était pas réel. Le guerrier, malgré ses tremblements et la sueur qui coulait sur son visage, prenait maintenant plus de confiance en lui.

Mais cela ne dura pas longtemps.

Serenus, dans un excès de confiance, avait décidé d'aller plus vite pour ne pas retarder ses compagnons (et surtout pour en finir le plus vite possible) lorsque son pied dérapa sur une partie glissante du passage. Sa jambe gauche percuta violemment le bord de la falaise et il se sentait tomber. Mais heureusement, sa main put attraper une prise solide et bien sèche. Il serra fermement la pierre avec ses doigts si bien que ceux ci devinrent tout blanc. Et il tira de toute ses forces avec l'énergie du désespoir (ou plutôt de la panique). Lorsque sa jambe et son pied retrouvèrent le bord de la falaise, il se colla contre la paroi. Des larmes de frayeur coulaient sur ses joues, ses yeux étaient écarquillés et sa jambe lui faisait mal. Non, c'était beaucoup trop vrai pour que ça soit une illusion. Une illusion ne lui ferait pas aussi mal.

Spoiler:
 



Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 18:05

Les peurs de Marianne ? Ces mines souterraines provenaient de la peur de l’un d’entre eux ? Cela n’augurait rien de bon. Gardant ses réflexions pour lui-même, soucieux pourtant de la tournure à venir des événements, le Voltigeur suivit les autres jusqu'à la falaise. Maelys semblait prendre à coeur son rôle de chef, et le Voltigeur songea un instant à s’en offusquer, jusqu’à entendre ses paroles. S’approchant du bord, jusqu’à ne plus pouvoir faire un pas de plus, Mayeul sourit à Grâce, à ses côtés. Nul doute qu'ils partageaient la même idée, attirés par le vide et l'envie enivrante d'y sauter. Avisant Maelys, il demanda d’un ton rêveur. «Si je saute là-dedans, tu veux dire que tu es capable de me faire remonter sur la terre ferme ?» Son air innocent ne tromperait personne, il brûlait d’envie de le faire. Oubliant allègrement que la dernière fois qu’il avait sauté dans les flots déchaîné, il n’avait eu la vie sauve qu’à l’intervention du Fou Blanc, le Voltigeur contempla le vide un long moment, avant de s’en éloigner à regret. Ils formaient une équipe, et il ne pouvait pas se permettre de les mettre en danger juste parce qu’il brûlait de se mettre en danger lui-même. Et s’il sautait, c’était sur Maelys qu’il devrait compter, et pas sur Nuage... Ce qui changeait passablement la donne. Regret. Amusement. Surprise. Rose, bleu, tâches de couleur.

Perplexe, le Voltigeur fronça les sourcils, se demandant bien ce que son griffon pouvait fabriquer. Ilse en profita pour mettre les pieds sur la corniche étroite, les avertissant que la roche pouvait s’avérer glissante. C’était une blague, sans doute. « On est Voltigeurs. C’est presque une promenade de santé. »  Fit-il remarquer d’un ton taquin. Quoique. Pas pour tout le monde visiblement. Un choc sourd, et il se retourna pour observer Octavius, étendu à terre.
Evanoui ? Sérieusement ? « Mais quel crétin inutile.» souffla Mayeul, avant de se diriger vers le Chevaucheur qui s’évertuait à réveiller leur tank en mousse. Le Voltigeur aida Neve, repoussé par Octavius, à se relever, ne cherchant même pas à garder sous clef la soudaine colère qui flamboya en lui, mêlée aux sentiments de Nuage. « Comment Cobalt a pu faire une telle erreur en te choisissant, je ne comprendrais jamais.» Il n’était guère connu pour réfléchir longtemps avant de parler, le Voltigeur, et il oublia allègrement qu’Octavius était plus grand et sans doute bien plus musclé que lui. «Même pour franchir une simple falaise, on ne peut pas compter sur toi? Tu as su le faire. Même ça, tu l’as renié ?» Son ton était peut-être plus méprisant qu’il n’en avait eu l’intention.
« Reste là si ça te chante, que leur stupidité Faë t’anéantisse et qu’on en parle plus.» Lança-t-il en se détournant, assez peu désireux de rester là, pour sa part. Grimper le long d’une falaise, par Valda, c’était un jeu d’enfant. Si Octavius souhaitait les ralentir, qu’il reste les deux pieds sur terre, là où était sa place. Au sol, comme le fantôme du Voltigeur qu’il avait été.

Et Serenus ? Lui aussi, il avait peur du vide ? «  Ilse a raison. Arrête d’agir comme un gamin, Serenus. C’est du vide, rien d’autre, et Maelys te rattrapera au cas où. Tu veux qu’on te tienne la main ?» Demanda-t-il,moqueur, en s'avançant sur la corniche. Peut-être qu’il appréhendait la suite, en vérité, mais aucun d’eux n’avait besoin de le savoir.
« C’est une illusion. C’est dans ta tête.» Valda, par pitié, que cela soit vrai. « Fermes les yeux si ça peut t’aider. Et avance.» Ordonna-t-il, de mauvaise humeur. Ou alors, c’était peut-être de la psychologie. Les pousser à se dépasser, par fierté. Car il le savait, ils étaient fiers, les deux guerriers. Assez pour dépasser leur phobie du vide ?
Mais s'ils devaient avancer pour le cogner, au moins, ils auraient oublié leur peur pendant quelques minutes.

Spoiler:
 


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Octavius Fer-Vaillant
Octavius Fer-Vaillant

Messages : 874
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 19:40

L’idée de s’être complètement ridiculisé devant les autres ne suffit même pas à le sortir de sa torpeur, de son obsession. Il a la fierté des guerriers, mais à cet instant, il n’en est rien. Il ne peut pas. Il est pâle, il a chaud et ses membres engourdis lui rappellent qu’il ne peut pas effectuer cette traversée qui semble si aisée à tout le monde. Si facile. Et voir Serenus déraper n’est pas pour le convaincre de bouger serait-ce un muscle pour entreprendre l’expérience. Alors survient la voix hautaine de Mayeul de Vifesprit, étrangement semblable à celle vicieuse qui s’amuse parfois à souffler dans son esprit : « Comment Cobalt a pu faire une telle erreur en te choisissant, je ne comprendrais jamais. Tais-toi », articule le guerrier faiblement. Peut-être est-ce vraiment uniquement son esprit qui se moque de lui et pas vraiment cet imbécile de Cielsombrois arrogant ? Il n’a pas le droit de parler de Cobalt. Il ne sait pas ce qu’il est arrivé. Il n’a pas le droit. « Même pour franchir une simple falaise, on ne peut pas compter sur toi ? Tu as su le faire. Même ça, tu l’as renié ? » Même ça, il en est incapable. Toujours à laisser tomber les autres. Lâche. Octavius peut compléter seul la verbalisation de ses propres reproches.

« Reste là si ça te chante, que leur stupidité Faë t’anéantisse et qu’on en a parle plus. »

Il est sonné. Tétanisé. Sa tête cogne, résonne, de sa chute au sol, et de la voix de Mayeul. Des douleurs qui déjà semblent remonter en lui, le brûlent à son genou lézardé de cicatrices et à son torse transpercé. C’est l’océan, ça ne fera pas… pas aussi mal, non ? Il mourrait d’un seul coup, au moins. Malheureusement, cet imbécile de Voltigeur n’a pas cessé de parler et c’est maintenant à Serenus qu’il s’adresse, lui donnant le même traitement qu’à lui. Ce qui a presque le don de l’énerver encore plus. « Je t’ai dit de fermer ta putain de gueule. » La masse vole, précise, et vient percuter Mayeul en plein ventre, sans se soucier de blesser son allié. Ou de perdre cette arme. Il a encore sa hache, à sa taille, et il ne regrette aucunement son geste, en voyant la masse tomber de la falaise jusque dans l’océan déchaîné – même s’il sent un haut-le-cœur le prendre à l’idée de faire la même chose. « J’te jure… si tu la fermes pas, j’te balance en bas. » Pis on verra bien si Maelys le rattrape.

Il attrape le bord de sa chemise et en déchire une large bande, qui tremble alors qu’il la manipule entre ses doigts. Les yeux bandés. Il le faisait, parfois. Ils ont appris à le faire, voltiger les yeux bandés, se fier uniquement à leur griffon et à leurs sens. Lui n’a plus de griffon, mais… serait-il encore capable de le faire ? Bon sang, il peut se battre les yeux bandés et en sortir pratiquement intact, alors pourquoi pas marcher sur une corniche étroite comme l’esprit d’un Belliférien ? Il ne doit juste pas regarder en bas. Alors autant s’en empêcher. Octavius se place au début de la corniche, puis passe le bandeau sur ses yeux et l’attache derrière sa tête, pour ne plus rien y voir. Il sait où il est, mais ne plus voir le vide aide définitivement ses sens à se calmer, sa respiration à se calmer un peu. Il peut le faire. Il ne les laissera pas tomber. C’est juste… juste de la magie. « Je hais la magie », se dit-il dans un murmure final.

Spoiler:
 



PERSONNAGE EN HIATUS JUSQU'AU REBOOT
Il va changer de nom, d'avatar, et de sexe, en fait, donc ne vous faites pas trop d'attentes :miguel:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 20:51

Grâce suit. Elle est immédiatement réconfortée par l’immensité vide, sous leurs pieds. Beaucoup plus que par la noirceur et les parois étouffantes de la mine. Elle doit se ressaisir, cesser de penser à la décision, la menace que représente son époux, sa famille. Elle aurait du en parler, peut-être, mais elle s’en sent bien incapable. Elle ne savait pas comment le leur dire. Pas du tout. Mais c’était trop tard. Bien trop tard. Elle est rassurée, de savoir Ljöta d’Elvakyr ici – Lia. Elle avait douté, mais elle était à peu près certaine de son identité. Et l’avoir pour acolyte pouvait assurément l’aider. L’avoir aux côtés de sa fille… Elle ne savait pas réellement. Mais ça ne comptait pas, pour le moment. Elle échangea un regard avec Mayeul, à proximité de la falaise. Si Corail et Nuage étaient là, ils auraient sûrement sauté. S’ils ne devaient pas tous se sortir de là ensemble. Elle avait acquiescé sans rien dire, à leurs remarques sur la magie – elle n’y connaissait rien, après tout, elle ne pouvait que leur faire confiance.

Elle sourit, à entendre le voltigeur provoquer Octavius – ce crétin – et Serenus. Ils avancèrent finalement. Grâce manqua de trébucher, et se rattrapa à la chemise de Mayeul, pour ne pas s’écraser contre le vide. Rose. Plumes. Petite d’homme pirate. Robe. Que Corail voulait-elle lui dire ? Lucy ? Non, Lucy était trop petite, et elle n’aimait pas le rose. Lena ? En robe, et avec du rose… Grâce grimaça, inquiète de ce qu’elle allait découvrir. Mais elle avait plus important à faire, comme avancer. Les sortir de là, tous.

Elle sourit à Mayeul, en voyant Octavius se bander les yeux… Et s’ils s’amusaient, de cette aventure ? « Désolée… On fait pareil ? C’est un sacré crétin mais… J’ai autant confiance en mes autres sens, qu’en mes yeux. Ça serait… drôle. » Et il enlèverait sa chemise – vêtement superflu, s’il en était. Elle n’a que le temps de s’éloigner, quelque peu, alors qu’Octavius l’agresse avec sa masse. Un peu plus, et elle aurait été touchée, elle aussi. Elle lance un regard noir au guerrier, avant de se rapprocher de son ami. Sans même se soucier des autres, elle lui enlève sa chemise, pour regarder les dégâts. Elle n’est pas Marianne, mais ils sont sur un espace étroit, et elle ne pourrait pas s’en approcher de suite. Elle lance un regard noir à Octavius, n’ose pas imaginer les dégâts. « Tu es aussi stupide qu’avant. Plus encore, peut-être, même. » Elle pose ses mains à l’endroit que la masse a percutée, mais elle est incapable de savoir plus que le fait qu’il soit salement amoché. « Marianne te soignera, après. Elle fera ça doucement. » Peut-être. « Mais maintenant qu’il a abimé ta chemise, on peut la découper, pour en faire des bandeaux, et lui montrer, encore, à quel point c’est un incapable ? » Sans réellement attendre sa réponse – il dirait oui, de toute façon -, elle déchira comme elle put deux bandes qu’elle plia sur elles-mêmes, pour qu’elles occultent suffisamment leur vue, et l’attacha sur les yeux de Mayeul, le laissant faire de même. Ils étaient habitués à ce genre de chose – l’altitude, parfois, embrumait trop leurs yeux pour qu’ils y voient correctement. Ils atteindraient le haut avec brio. Elle avait le pas sûr, l’air plus assuré que quelques minutes auparavant. Son époux était oublié… pour le moment.


Dernière édition par Grâce Martel le Dim 4 Sep - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 20:59

La voix de Mayeul le fit sortir de sa transe. Le voltigeur se trouvait pas très loin de lui, et semblait très en colère. Il commença d'abord par s'en prendre à Octavius. Serenus fronça les sourcils. Non mais c'était pas de leur faute s'ils avaient peur du vide ! Ils n'y pouvaient rien et on ne pouvait pas changer cela. On ne pouvait que surmonter cette peur. Mais difficile de le faire quand un océan rugissait sous vos pieds. Serenus lança un regard noir à Mayeul quand celui ci le traita de gamin.. Serenus se redressa et malgré les tremblements de ses jambes, parvint à se repositionner pour pouvoir recommencer à grimper. Il souffla, ferma les yeux, resta un instant immobile puis avança un peu. Il devait le faire, sinon il n'y arriverait jamais.  Maëlys s'y mettait à son tour en les insultant de fillettes. Serenus se tourna vers elle et hurla, que un coup de colère mélangé à de la panique :

« - Tu crois que ça nous amuse d'avoir peur comme ça ?! On est pas des voltigeurs ! Ni des chevaucheurs 
! »

Mais il devait le reconnaître, grâce à Mayeul et à Maëlys, Serenus était suffisamment en colère pour se forcer à avancer, histoire de leur prouver qu'il n'était pas une fillette. Il ne ferait pas honte à Cibella, ça il en était hors de question. Avant même que la chevaucheuse ne leur propose, Serenus détacha les pièces les plus lourdes de son armure comme son plastron, les jambières et le heaume (qui réduisait sa visibilité plus qu'autre chose). Il jeta son équipement dans le vide et reprit son ascension. Bon sang, ça allait devenir une habitude de combattre quasi à poil ! Mais au moins, cela plairait au public féminin.

Ne pas regarder en bas. Surtout, ne pas regarder en bas. Fixer l'objectif, voilà la clé. Il hésita à se tourner vers Octavius pour voir comment il allait mais se ravisa. Le guerrier pouvait se débrouiller sans lui. Ses jambes, épuisées par les tremblements, n'en pouvaient plus. Il fallait qu'il se hâte d'arriver en haut. Il entendit la voix de Maëlys qui annonçait qu'ils étaient bientôt arrivés ce qui le poussa à continuer malgré la fatigue. Il n'avait qu'une seule envie à présent, arriver en haut et cogner Mayeul. Même si Octavius avait déjà commencé le travail avec sa masse. Il allait lui falloir plusieurs chariots de fleurs de pavot pour calmer la douleur, ça Serenus pouvait le garantir. Il appréciait Mayeul mais il avait sa fierté. Et il ne supportait pas qu'on porte atteinte à son ego.
Un courant d'air froid le fit frissonner, il avait déjà trop trainé. Serenus souffla une dernière fois et entama la dernière partie de son ascension. Allez, un dernier petit effort Guerrier ! Le plus dur est déjà fait !

Spoiler:
 



Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc


Dernière édition par Serenus Dardalion le Sam 3 Sep - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 21:30

La question de Mayeul me surprend presque, alors qu'il se positionne au plus proche du vide, avec ce grain de folie qui me laisse perplexe. Je l'avise, un instant, et lui répond avec simplicité et assurance, avant de m'engager sur la corniche :

- Oui.

Je n'ai pas beaucoup avancé, quand un grand fracas retentit subitement dans toute la galerie, de métal contre le roc. Je me stoppe, à retenir ma respiration, et me retourne avec lenteur sur la corniche. Octavius vient de... De tourner de l'œil ? Sérieusement ? J'hésite, un instant, et lâche un juron à faire demi-tour. J'ai mal, bordel. Je n'ai pas envie de faire des allers et retours sur cette corniche sinueuse et à pic à cause de quelques trouillards. Chaque mouvement me coûte suffisamment.

- Qu'est-ce que j'ai fait au Destin pour qu'on me colle des incapables pareils...

Serenus tremble comme une feuille, et refuse à son tour d'avancer. Neve, s'il intériorise davantage, a subitement reculé en avisant la falaise. Je fronce les sourcils, sans bien comprendre. C'est un Chevaucheur... Le vide ne peut pas lui faire le moindre effet. Je regarde en contrebas, et croit subitement comprendre. Un paysage d'Ansemer ? Je me rappelle, les quelques mots qu'il m'a glissé, concernant le suicide de son frère. Se pourrait-il...?

Il me prend l'envie de l'interroger, mais je ne veux pas ébruiter ce qu'il cherche si bien à enfouir, et Mayeul prend déjà la parole, avec un éclat de colère que je lui connais peu. Je réalise, un peu abasourdie, qu'Octavius devait certainement être Voltigeur comme lui. Je secoue négativement la tête, en avisant nos deux protecteurs.

- C'est bien ce qui me semblait : Que de la gueule. Ca se fait passer pour de fiers guerriers inébranlables, mais il suffit d'une falaise un peu abrupte et ça chiale comme des fillettes. Sérieusement... Vous faites honte à ceux que vous représentez.

Je pousse un soupir retentissant.

- Vous retirez vos armures, tous les deux. Je ne rigole pas. Vous serez plus à l'aise pour avancer, et j'aurais bien moins de mal à vous rattraper. Ma magie a ses limites. Et passez devant, que je puisse garder un œil sur tout le monde. Vous avez intérêt à vous bouger, ou je vous fait voir le vide la tête la première, et je réfléchirais ensuite s'il me prend l'envie de vous rattraper.

Tu es une vraie tyran, ma petite, quand la peur t'étreint.

Je sais. Et personne ne va me rattraper, moi, si je tombe. Cette pensée me glace les sangs. Je ne laisse que Lionel derrière moi, pour éclairer nos pas. Il doit le savoir, que je ne pourrais pas l'aider, mais aucun de nous deux ne fait la réflexion. Je retiens Neve par son vêtement, ma main se crispant dessus, et nous fermons la marche. Je ne sais qui je cherche réellement à rassurer par ce geste maladroit, en lui prouvant ainsi ma présence. Je lâche d'une voix sèche, qui couvre mal mon appréhension :

- Je te l'ai dit, Neve. Il n'est plus question pour nous reculer.

J'avance, à pas lent. Je claudique, peu assurée sur cette corniche. Nul doute que si je dérape, je l'entraînerais dans ma chute, avec ma main ainsi refermée sur lui. Mais quelle importance ? Ne serait-ce pas préférable que nous tombions tout deux, plutôt qu'il me regarde sombrer seule dans les abysses ? Et qu'il soit encore celui qui survit, subit, et doit se souvenir.

Je reprends la parole d'une voix plus douce, presque songeuse :

- Mirage adore les montagnes, surtout celles autour de Lorgol. Il m'amenait toujours à des hauteurs improbables, que nul humain ne pourrait atteindre. J'adorais embrasser l'horizon du regard, savourer cette sensation de liberté... Nous n'étions plus que deux âmes qui bravaient cette immensité. J'escaladais parfois la paroi, et il me poussait de son museau, pour m'inciter à continuer. "Ne t'arrête pas, cherche toujours à aller plus haut." Qu'il me disait.

Je n'ai pas peur, plus vraiment. Je leur partage ce souvenir, heureux, pour chasser leurs frayeurs. Je m'impose encore davantage à son esprit, et quand je me tourne vers Neve, un sourire franc étire mes lèvres.

- Nous y sommes presque.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir • Admin
Le Pavillon Noir • Admin
Ilse Tonnevent
Ilse Tonnevent

Messages : 1340
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 21:55

Elle commence à avancer d'un pas ferme Ilse, pas le moins du monde gênée par le vide en dessous de ses pieds et le vent qui fouette ses vêtements. La corniche est juste assez large pour leur petit groupe mais certains auront plus de mal que d'autres. Elle est arrêtée pourtant par des exclamations à l'arrière et elle se retourne pour tenter de comprendre ce qu'il se passe. Et clairement, elle se retient de pousser un soupir d'exaspération en réalisant que leurs deux guerriers ne peuvent pas faire un pas de plus et que l'un d'eux a même tourné de l’œil, même si la remarque de Maelys la fait sourire. Est-ce si difficile pour eux ? Au moins ils sont à l'extérieur, la roche est sûre, ils savent où ils mettent les pieds. Dans cette grotte, dans l'obscurité, qui sait ce qui leur serait tombé dessus s'ils y étaient restés ? Elle patiente pourtant, la canonnière. Pas question de laisser qui que ce soit en arrière dans cette nouvelle épreuve ; ils ne seront pas trop de dix pour vaincre cet adversaire qui, déjà, semble leur donner du fil à retordre. Mais elle ronge son frein et les remarques de Mayeul n'aident certainement pas. Pas plus que la réaction d'Octavius qui est, certes méritée, mais pas très intelligente.

Son regard se pose sur Lionel, s'assurant que leur guérisseur ne soit pas laissé à l'arrière puis elle s'adresse à eux d'une voix forte afin que les derniers l'entendent malgré les assauts du vent. « J'vous rappelle qu'on doit s'entraider pour venir à bout d'l'épreuve donc si vous pouviez attendre qu'on s'en soit sortis pour vous taper dessus ce serait pas mal. » Puis Maelys prend les devants et ordonne aux guerriers de retirer les armures. Bonne idée, ce sera moins encombrant, même si ça doit les laisser vulnérables à une attaque.

Ilse patiente, regarde la chevaucheuse prendre place à la fin de la file, devançant uniquement Lionel qui, de toute manière, saura très bien s'en accommoder, elle en est certaine – à son plus grand regret. Puis enfin, ils se mettent en route, chacun s'engageant sur la corniche et suivant le mouvement de la canonnière. La voix de Maelys lui parvient, à peine masquée par le vent dans le silence qui retombe soudain entre les champions. Un sourire emprunt de nostalgie se dessine sur ses lèvres tandis que d'autres souvenirs remontent à sa mémoire, d'une enfance qui lui semble lointaine, de falaises pareilles à celle-ci qu'elle parcourait si souvent, sa chevelure blonde lâchée au vent. Mais elle ne dit rien, se concentre sur son avancée, jetant de temps à autre un regard en arrière pour s'assurer que personne ne manque à l'appel. Puis...

« Nous y sommes presque. » En effet. Elle aperçoit enfin ce qui semble être la fin de leur périple, soulagée. Plus que quelques mètres ! Mais elle est encore trop loin pour voir ce qui se trouve au-delà et qui sait ce que leur réserve la Reine de Sang une fois là-haut...


Spoiler:
 


Oh won't you come with me, where the moon is made of gold. And in the morning sun we'll be sailing. Oh won't you come with me, where the ocean meets the sky. And as the clouds roll by, we'll sing the song of the sea.


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RandomTartan1
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RoueBriseeCrabeNapping
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RandomFeu
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 RandomVexCave2


Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Octavius Fer-Vaillant
Octavius Fer-Vaillant

Messages : 874
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 22:22

Les insultes ne lui font étonnamment presque rien. Ni celles de Mayeul ni celles de Maelys, qui suivent celles du Voltigeur. Peut-être parce que dans son esprit effrayé et dans son ego blessé, il a compris qu’ils ne comprenaient pas et qu’ils ne comprendront jamais. Que c’est facile, pour eux, de se moquer des conséquences, sans connaître les causes. Sans vraiment les connaître.

Ils n’étaient pas là. Ils n’en savent rien.
C’est bien pour cela qu’il a quitté les Voltigeurs et laissé son nom avec eux pour en adopter un nouveau. Tous des imbéciles pédants et suffisants, incapables de penser deux secondes à autre chose qu’à leur petite personne et leurs petites prouesses ridicules sur leurs foutus piafs.
(il est de mauvaise foi, c’est tout ce qui lui permet de se contenir, parfois)

Le coup donné au Voltigeur l’a un brin calmé et il se permet donc d’écouter les conseils de la Lagrane. Enlever son armure ? Il relève un coin de son bandeau et se recule d’un pas, vif, apercevant un coin d’océan. Non, non, définitivement, il non. Elle veut qu’ils meurent, en fait, c’est tout simplement ça, et sans armure, ils vont mieux mourir, c’est sûr, sans rien pour les protéger de l’océan déchaîné, des potentiels rochers acérés qui pourraient leur transpercer le… le corps… Octavius doit s’appuyer à nouveau sur la falaise, le cœur battant, pour ne pas tourner de l’œil une nouvelle fois, dans un comique de répétition très peu apprécié. Pourquoi est-il incapable de penser à autre chose ? Pourquoi ?
Il détache les pièces les plus lourdes de son armure, joignant Serenus dans un fracas de métal, les déposant soigneusement au sol. La vue de la masse tombant dans l’eau est bien suffisante, ainsi que de tout l’attirail du Cibellan. Avant de s’engager pour de bon sur la corniche et de remettre son bandeau, il se retourne vers Maelys et se risque à lui glisser, bien pâle : « Profite bien d’la vue. » Blaguer lui fait du bien. Même si c’est fait avec un manque de conviction notoire.

Chaque pas est prudent, dans le noir qui lui permet d’avancer, et ses mains tâtent avec la même prudence la roche, à la recherche de prises au cas où il dérape un brin. « Je hais la magie, je hais la magie, je hais la magie », qu’il marmonne entre deux pas, entre deux mètres parcourus, se rappelant ainsi que bien que tout semble affreusement réel, ce n’est qu’une putain d’illusion, créée par la putain de magie de cette putain de Reine de Sang de cette putain de guilde des Mages. Rien qu’une illusion. L’avancée est constante, cela dit, au son de la voix (… douce ?) de Maelys, tout juste derrière lui, et c’est elle qui annonce la meilleure nouvelle de cette journée : « Nous y sommes presque. » Ce n’est pas trop tôt, oui.

Spoiler:
 



PERSONNAGE EN HIATUS JUSQU'AU REBOOT
Il va changer de nom, d'avatar, et de sexe, en fait, donc ne vous faites pas trop d'attentes :miguel:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 EmptySam 3 Sep - 22:26

Il avait peut-être laissé ses paroles dépasser sa pensée. Peut-être. Mais parfois, entre l’énervement du griffon et le sien propre, Mayeul était un peu perdu. Et puis, entre Octavius et lui, ça n’avait jamais collé. Jamais. Bien avant tout ça. Ils n’étaient pas fait pour s’entendre, sans doute. Et s’il avait pris sur lui jusqu’à présent, désormais, il était bien trop fatigué, agacé et inquiet pour réfléchir posément concernant l’ancien Voltigeur.
Trop occupé à railler Serenus, il ne vit pas l’autre guerrier armer sa frappe, et la masse d’arme le frappa en plein ventre, manquant lui faire perdre son équilibre précaire sur la corniche. Il se rattrapa rapidement, cependant, serrant les dents, son regard noir défiant l’autre homme. « Essaye, seulement, et je t’entraîne avec moi.» Grogna-t-il, se doutant pourtant qu’Octavius n’entendrait pas, avec le vent qui sifflait à leurs oreilles.

Il avait mal. L’arme avait frappé, fort, réveillant la douleur de ses côtes soigneusement consolidées par la jolie Louison. Restant immobile quelques instants, le temps de reprendre son souffle sans donner la satisfaction au guerrier de se plier en deux - quoiqu’il ne le verrait pas, les yeux bandés, mais c’était pour le principe - Mayeul observa les autres s’organiser avant de reprendre l’ascension. Il avait mal, partout, à cause de ce crétin d’Octavius. Au poignet aussi, à cause de sa chute de la semaine dernière. Réconfort. Chaleur. Soutien. Nuage. Oui, Nuage était là, au moins.
Serrant les dents, il adressa un signe de tête à la pirate, pas contrit le moins du monde devant sa réprimande. Il ne regrettait pas ses paroles précédentes, même s’il y avait été un peu fort : au moins, les deux guerriers avançaient. Mûs par la colère, la fierté, ou par autre chose qui ne le concernait en rien, il n’en avait cure. Ils avançaient, tous ensemble, vers le haut de la falaise, et c’était tout ce qui importait.

Le Voltigeur aspira une bonne goulée d’air iodé, testant la douleur qui refluait doucement. Ca irait : encore un bleu à ajouter à sa collection, songea-t-il distraitement. Peut-être qu’une fois arrivé en haut, il irait demander à Marianne un peu de sa potion miracle. Elle l’avait menacé de ne plus rien lui donner, il le savait, mais sans doute ferait-elle une exception. Et de toute façon, une fois cette fichue épreuve finie, il irait se rouler en boule dans sa chambre à Euphoria et n’en sortirait plus jamais. Il en avait marre, il avait mal, il était fatigué, et que cette saleté Faë joue avec leurs esprits l’inquiétait bien plus qu’il ne voulait le montrer. Il les connaissait, lui, ses peurs, ses doutes, ses hésitations, et pour rien au monde il ne voulait y être confronté. Il se droguait justement pour oublier, et ne pas devoir les affronter. Alors non, il ne voulait pas réellement grimper sur cette fichue falaise. Peut-être que s’il tombait, là, maintenant, tout ça s’arrêterait ?
Mais ils comptaient sur lui. Grâce. Marianne. Les autres, peut-être. La voix de Maelys retentit, indiquant la fin de leur périple sur la falaise. Ils arrivaient. Tout prêts à être à nouveau confronté au monstre Faë. Réconfort. Mayeul sourit malgré lui, retrouvant son ton bravache pour se tourner vers les autres. « Aussi facile qu’une promenade dans un jardin.» Assura-t-il, affichant bien plus de confiance qu’il n’en éprouvait réellement.

Spoiler:
 


Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales - Page 13 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 22Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 17 ... 22  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: