AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-8%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 watts – 12000 BTU)
599.99 € 649.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Retour aux sources | Mayeul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyDim 11 Sep - 13:43


Livre I, Chapitre 5 • Le Tournoi des Trois Opales
Mayeul de Vivesprit & Liselotte Passefil

Retour aux sources

Ou une soirée normale en sombreciel



• Date : 31 août 1001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : À la demande de son duc, Liselotte se rend à la caserne d'Euphoria pour prendre les mesures de Mayeul afin de lui faire des tenues appropriées pour le tournoi des Trois Opales - sans qu'elle n'en sache la réelle raison. Elle l'invite à faire la fête le soir-même et à renouer avec les bonnes habitudes cielsombroises.





On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyDim 11 Sep - 13:45

Ah, comme elle lui avait manqué, la capitale de son duché ! Pleine de frénésie et de folie, merveilleuse et décadente. Liselotte est arrivée la veille mais déjà, elle retrouve ses repères, se rend dans les échoppes qu'elle connaît bien et prévoit de fêter son bref séjour comme il se doit. Pour le moment, elle a néanmoins du travail devant elle et un bref délai pour l'accomplir ; le duc lui-même lui a demandé cette faveur et elle ne peut décemment pas la lui refuser. Pas alors qu'il a des arguments aussi convaincants ! Et puis... n'est-ce pas l'occasion de renouer avec un vieil ami ?

Dès le milieu de l'après-midi, elle s'est rendue à la caserne d'Euphoria pour y retrouver un Mayeul surpris de la voir. Mais Castiel a été clair ; il veut des vêtements d'apparat pour l'impertinent aux cheveux soyeux qui passera quelques temps à sa cour et pas question qu'il porte ces horribles oripeaux bariolés qu'il arbore depuis quelques temps (mot pour mot les paroles du duc), ce avec quoi elle est complètement d'accord. Quelle faute de goût, par  Alior, pour un homme aussi gâté par la nature ! On lui a conté les atrocités qu'il avait sur le dos lors du couronnement et c'est tout juste si Liselotte n'en a pas fait des cauchemars. Désormais, elle a l'occasion de redresser les torts faits à la haute couture et jamais voltigeur n'aura été plus présentable. Et au frais de la couronne, attention !

Dans les appartements du voltigeurs, voilà bien une heure qu'elle prend ses mesures – tâche qui aurait été plus rapide si elle n'avait pas été entrecoupée de quelques retrouvailles acrobatiques – mais elle n'est certainement pas pressée de toute manière. Et puis, sans vêtements sur le dos, on peut prendre des mesures au plus près du corps, n'est-ce pas ?

Elle termine de noter les dernières mesures dans un petit carnet et relève les yeux vers Mayeul. « Voilà, tout sera envoyé à sa Grâce Castiel dans les plus brefs délais, comme convenu avec lui. Il s'arrangera pour te les faire parvenir. » Elle range son matériel dans une sacoche sans se soucier du regard qui se pose sur son corps dénudé et sur ses cheveux en bataille. Elle jette un coup d’œil alentour et repère ses vêtements ci et là qu'elle récupère sans cesser de s'adresser à lui. « D'ailleurs, je ne te pensais pas être le genre de personne à aimer la vie mondaine. Depuis quand tu as envie d'aller faire des ronds de jambes à la cour ? » demande-t-elle avec une réelle curiosité. Ne préfère-t-il pas parcourir les cieux et faire la fête plutôt que de s'intéresser au protocole qui régit la vie en haute société ? Liselotte enfile à nouveau ses jupons le plus naturellement du monde et annonce : « Oh d'ailleurs, ce soir il y a une réception à la Luciole d'Or, en ville. Je tiens à ce que tu m'accompagnes. » Banquet, alcool et Erelf sait quoi d'autre encore. De quoi fêter dignement son retour dans la capitale.




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyDim 11 Sep - 15:51

Cela avait été une surprise d’ouvrir la porte sur Liselotte, alors qu’il récupérait après une séance d’entraînement particulièrement pénible. Elle représentait une détente bienvenue, et peu importe ce qui l’amenait, il n’avait jamais songé à lui refuser l’entrée. Et puisqu’elle devait le mesurer, il lui avait offert de disposer de lui comme elle le souhaitait - dans un souhait évident de rendre son travail plus facile, évidemment. Et tandis qu’elle s’était redressée, parlant et notant ses mesures, lui n’avait pas bougé, se contentant de l’admirer d’un air appréciateur.

« Tu es bien mignonne, en vérité, de croire que l’on m’a demandé mon avis. » répondit-il, sans parvenir à cacher complètement l’amertume de son ton. « Après tout, on ne me laisse même pas choisir mes propres vêtements. » Lui fit remarquer Mayeul, toujours sur le lit, contemplant sans s’en cacher les courbes dénudées de la couturière. « Tu es sûre que tu dois enfiler ça ? » Demanda-t-il soudain, se penchant pour attraper une délicate pièce de tissu qui avait, avant leur travail acharné, orné la poitrine de la demoiselle. Allongé dans son lit, il n’avait pas même prit la peine de s’habiller, lui, préférant contempler Liselotte s’activer. Après tout, si elle avait oublié une mesure, il ne voulait pas qu’elle ait de la peine à la reprendre.
Il ne pouvait s’empêcher d’être perplexe, pourtant, pour cette histoire. Sa relation avec Castiel de Sombreflamme n’était pas des plus cordiales, et tout cadeau venant de sa part était forcément des plus suspects pour le Voltigeur. Alors, un tel présent hors de prix ? Il était sûr, presque, que le duc ne tenait pas à l’avoir dans les pattes, pas même pour le surveiller davantage pour cette histoire avec Almé... La princesse d’Erebor, se reprit-il mentalement. « Puisque c’est le Duc qui paye, tu pourrais ajouter quelques chemises supplémentaires ? » Demanda-t-il soudain, un air amusé sur le visage. « Les miennes ont une fâcheuse tendance à disparaître je ne sais où. » Et vu le dernier cadeau de Castiel, c’était une vraie problématique.

Déjà, Liselotte avait reprit la parole, et le Voltigeur acquiesça. « Ce sera un honneur de m’y rendre à ton bras.» Confia-t-il distraitement avant de se relever, toujours nu, et d’attirer Liselotte dans ses bras pour lui voler un baiser, l’empêchant d’enfiler un autre vêtement. « Tu n’as rien oublié ? Tu ne veux pas... Remesurer ? » La taquina-t-il avant de la relâcher, malicieux.


Retour aux sources | Mayeul TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptySam 15 Oct - 16:26

« Tu es bien mignonne, en vérité, de croire que l’on m’a demandé mon avis. » Un bref haussement de sourcil suit sa remarque. Tiens donc. L'amertume de ses paroles ne lui échappe pas et déjà, la curiosité s'éveille. Protéger son duc n'est-il pas un grand honneur ? A-t-elle raté quelque chose entre ces deux-là ? A priori, ils n'ont pas tellement de raisons de se côtoyer, n'est-ce pas ? « Après tout, on ne me laisse même pas choisir mes propres vêtements. » Cette fois, un sourire franc se dessine sur ses lèvres et elle se tourne vers lui avec amusement. « Ca vaudra toujours mieux que les horreurs que tu portais récemment. Pas question que tu continues sur cette lancée. » réplique-t-elle, à moitié sur le ton de la plaisanterie, à moitié sérieuse. C'est une honte d'arborer de telles atrocités ! Un véritable scandale ! Heureusement que Liselotte n'en a pas encore vu, elle les aurait jeté au feu sans tarder et sans demander l'avis du voltigeur. Ce crime contre le bon goût doit cesser, et sur le champ.

« Tu es sûre que tu dois enfiler ça ? » Elle jette un vague coup d'oeil au tissu qu'il tient entre ses doigts et esquisse un sourire en coin. « C'est un mal nécessaire. Les gens aiment tant me l'enlever et tu me connais, j'aime faire plaisir. » La pointe d'arrogance qu'elle glisse dans sa phrase n'est pas complètement feinte et elle joue. Comme toujours, elle s'amuse avec les apparences comme elle joue avec ses amants.

« Puisque c’est le Duc qui paye, tu pourrais ajouter quelques chemises supplémentaires ? » Nouveau regard interrogateur dans sa direction. « Les miennes ont une fâcheuse tendance à disparaître je ne sais où. » Voilà qui est fâcheux, en effet. Elle laisse son regard couler sur la silhouette de Mayeul d'un air tout à fait satisfait et se dit que oui, la vue vaut bien la peine de voir quelques chemises disparaître sans laisser de traces. Nul doute qu'elle n'est pas la seule à penser ça, d'ailleurs. « Tout ce que tu veux. Tant que je suis la première à avoir l'honneur de les arracher. » Sourire entendu, regard qui en dit long. Tout en se vêtant, elle propose une petite sortie en ville qui semble ravir son ami.

« Ce sera un honneur de m’y rendre à ton bras. » Très bien. Satisfaite, elle le regarde s'approcher, distraite par un baiser qui sonne comme une promesse. « Tu n’as rien oublié ? Tu ne veux pas... Remesurer ? » Elle rit doucement. Il est doué ce garçon, il n'y a pas à en douter. Elle se rapproche à nouveau, laissant courir ses doigts le long de son torse, semblant l'examiner sous toutes les coutures. « Mh. Une dernière vérification ne pourrait certainement pas faire de mal. » déclare-t-elle d'un ton cajolant. Oui, et ils ont le temps après tout, n'est-ce pas ? Elle se serre contre lui et glisse un baiser dans son cou avant de s'éloigner subitement. Joueuse, toujours joueuse. « Mais avant, promets-moi que tu ne mettras plus jamais les atrocités que l'on te voit porter depuis quelques temps. Tu peux même les utiliser comme combustible, pour faire bonne mesure, parce que je m'engage à remplacer chacune d'entre elles. » Malicieuse, elle le regarde pourtant avec assurance. Qu'il ne soit pas dit qu'il arbore des guenilles alors qu'elle lui offre des vêtements de la meilleure qualité, ah ça non.




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyMer 19 Oct - 13:36

Une lueur pensive flotta dans les yeux du Voltigeur quand la jeune femme le fustigea pour ses horribles chemises qu’il avait osé porter pendant quelques temps. Comment réagirait-elle, la jolie Liselotte, s’il lui disait la vérité ? Il le savait, pourtant, qu’il n’avait pas le droit, et qu’un devoir de réserve lui imposait de tenir sa langue. Il était Voltigeur, après tout, pas un quidam de boulanger qui avait le droit de grogner contre les impôts, le Duc, et ses propres clients. Non, il tiendrait sa langue, même s’il avait bien envie de se plaindre et de s’épancher. « Tiens donc, tu as pris soin de te tenir au courant de ce que je porte ? Je suis flatté. » se contenta-t-il de répliquer avec amusement, pas du tout sérieux pourtant. Liselotte et lui, c’était plus qu’occasionnel, au gré des rencontres et de leurs soirées en commun, et jamais il n’aurait pris la jeune femme au sérieux si elle lui disait qu’elle s’informait de ce qu’il faisait. Quelle raison aurait-elle eu ? Ils étaient amis, rien de plus. Amants, parfois, mais c’était bien tout.

La phrase suivante de la jeune femme le fit éclater de rire, et il tergiversa un moment avant de lui tendre le tissu, l’observant s’habiller d’un oeil appréciateur. Évidemment, elle en jouait, la belle Cielsombroise. Elle était couturière, elle connaissait par coeur l’art de couvrir son corps pour que ses amants prennent tout autant de plaisir à lui enlever qu’elle à leur ôter leurs propres vêtements. Leurs corps se rapprochent, tandis qu’il lui fait une proposition qu’elle ne semble pas vouloir refuser. Ils ont un peu de temps devant eux, après tout. Et quand elle s’échappe, enjoleuse et pleine de malice, Mayeul n’hésita pas longtemps avant de se plier à ses exigences, somme toute dérisoires. « C’est promis, belle Liselotte, elles finiront au feu. Ou alors... » Il s’interrompit un instant, faisant mine de réfléchir. « Ou alors, je peux les porter et tu peux me les arracher pièce par pièce. Je ne me plaindrais pas. » Assura-t-il en riant, avant de se retourner pour s’emparer de ses propres vêtements, posés en tas au pied du lit... Et dans une bonne partie de la pièce.

« Ce sont les autres Voltigeurs qui vont être jaloux, de me voir vêtu de tes créations splendides. Même le Capitaine ne pourra se targuer d’être mieux habillé. » Il enfila un vêtement, avant de l’attirer contre lui. Remesurer nécessitait d’être déshabillé, mais puisque le tissu recouvrait à nouveau le corps de la jolie couturière, pourquoi la priverait-il d’enlever à nouveau ses vêtements ? « Je peux leur dire que je t’ai acheté, d’un baiser et de quelques caresses. » Plaisanta-t-il, glissant un baiser le long du cou de la jeune femme. « Ou que tu as été tellement talentueuse que je t’ai laissé jusqu’à mon dernier fleuron. » Réfléchit-il à haute voix.

Doucement, il glissa sa main sur les hanches de la jeune femme, chuchotant dans le creux de son oreille. « Je te laisse fouiller mes placards, à la recherche de quelque chose de décent pour t’accompagner. Ou de non-décent : après tout, je suis ton dévoué serviteur ce soir. Et même cette nuit. » Un dernier souffle qui effleura l’oreille de la jeune femme, et Mayeul se redressa, cherchant du regard le reste de ses propres vêtements. « Ma petite personne est la seule chose qui t’amène à Euphoria, dis-moi? Il faudra que je pense à remercier son Altesse le Duc, je ne pensais pas mériter un tel honneur. Liselotte, tout à moi, pour une seule soirée... Peut-être que je devrais réfléchir davantage avant de jeter mes chemises les plus horribles, puisque être mal habillé me permet de te faire venir dans ma chambre . » Lança-t-il, moqueur.


Retour aux sources | Mayeul TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyVen 21 Oct - 22:29

« Tiens donc, tu as pris soin de te tenir au courant de ce que je porte ? Je suis flatté. »
« Disons plutôt que tu n'es pas passé inaperçu. » répond-elle sans tarder, légèrement moqueuse. Oui, malgré un couronnement raté, malgré l'arrivée d'un héritier légitime au trône, malgré l'intervention de pas moins de la moitié des pièces de la Rose Écarlate, les gens ont remarqué et ont trouvé le temps de commenter la façon de se vêtir du voltigeur. C'est dire s'il a marqué les esprits. Ou alors peut-être est-elle particulièrement attentive aux commentaires esthétiques qu'on lui rapporte de tout le continent, tout simplement. Son goût pour les ragots n'est pas méconnu de son entourage après tout et son métier n'y est pas totalement étranger – le véritable comme celui de l'ombre.

« C’est promis, belle Liselotte, elles finiront au feu. Ou alors... Ou alors, je peux les porter et tu peux me les arracher pièce par pièce. Je ne me plaindrais pas. » Elle se mord la lèvre en levant les yeux vers lui ; voilà une proposition plus que tentante. Proposition qu'elle note dans un coin de son esprit et qu'elle reconsidérera certainement plus tard. « Ce sont les autres Voltigeurs qui vont être jaloux, de me voir vêtu de tes créations splendides. Même le Capitaine ne pourra se targuer d’être mieux habillé. » La couturière rigole doucement alors qu'il l'attire dans ses bras, pas mécontente que l'on flatte ainsi son ego, bien qu'elle sache pertinemment que ce qu'il dit est on ne peut plus vrai. Les voltigeurs ont rarement la solde nécessaire afin de s'acheter ses meilleures tenues, surtout lorsque celles-ci sont sur mesure. Sauf lorsque l'on s'appelle Grâce Martel et que l'on est dans les bonnes grâces de la Cielsombroise.

« Je peux leur dire que je t’ai acheté, d’un baiser et de quelques caresses. » « Vraiment ? » Un soupir quitte ses lèvres quand celles du voltigeur viennent taquiner sa peau. « Ou que tu as été tellement talentueuse que je t’ai laissé jusqu’à mon dernier fleuron. » Un nouveau rire léger et un regard espiègle suivent cette remarque. Mayeul l'amuse. Il incarne tout ce qu'un véritable Cielsombrois se doit d'être et donc, tout ce que Liselotte apprécie. Ses taquineries ne rendent que les moments passés ensemble plus agréables et elle prend plaisir à jouer, à tester, à laisser parler ses envies.

« Je te laisse fouiller mes placards, à la recherche de quelque chose de décent pour t’accompagner. Ou de non-décent : après tout, je suis ton dévoué serviteur ce soir. Et même cette nuit. » Elle soutient son regard d'un air parfaitement entendu. En voilà une bonne nouvelle. « Ma petite personne est la seule chose qui t’amène à Euphoria, dis-moi ? Il faudra que je pense à remercier son Altesse le Duc, je ne pensais pas mériter un tel honneur. Liselotte, tout à moi, pour une seule soirée... Peut-être que je devrais réfléchir davantage avant de jeter mes chemises les plus horribles, puisque être mal habillé me permet de te faire venir dans ma chambre. » « Si ce n'est que ça... je viendrai plus souvent te rendre visite alors. » Elle termine de lacer son corsage d'un geste habile, habitué. Il est vrai qu'elle a trop longtemps dédaigné son duché pour la capitale ibéenne mais sa place à la cour et sa position d'espionne vont de pair avec des responsabilités qu'elle ne peut éluder, bien que ses talents lui permettent de voyager souvent, selon ses besoins. Et nul besoin de le nier, Euphoria lui a manqué.

« Mais oui, tu es la raison principale de ma venue, petit veinard. » précise-t-elle en approchant d'un placard. Il lui a donné carte blanche, alors elle ne se gêne pas pour fouiller, balançant ce qui n'est pas à son goût très loin de sa vue et dépliant chemises et pantalons afin de les examiner. Ce faisant, elle continue de s'adresser à lui. « Je profite de ces quelques jours pour renouer avec quelques... connaissances. Et puis Euphoria regorge de choses à faire, je ne risque pas de m'ennuyer avant mon départ pour Ibelin. Surtout si tu m'accompagnes. » Malicieuse, elle avance vers lui, une chemise couleur crème en main, de facture tout à fait respectable. De son propre sac, elle a ressorti un ruban qu'elle lui tend et qui, noué correctement, fera une lavallière tout à fait passable. Le pantalon noir qu'il a déjà remis fera parfaitement l'affaire, sobre, sans prétention. « Tiens, enfile ça. » Elle lui fourre le tout entre les mains. « Sinon, dis-moi, tu n'as rien de croustillant à me raconter depuis la dernière fois qu'on s'est vu ? Tu étais au couronnement non ? Il a bien dû s'y passer des choses intéressantes. » Oh, ce n'est pas comme si elle avait déjà entendu quelques récits de l'événement de plein de sources différentes, mais chaque regard peut apercevoir un détail que d'autres n'avaient pas vu et elle ne saurait jamais se satisfaire des informations qu'elle possède déjà. L’œil brillant, elle s'appuie contre la table en l'observant, curieuse d'entendre sa version des faits.




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyMer 26 Oct - 21:13

Le Voltigeur esquissa un sourire aux paroles de la couturière. Tiens donc ? Il savait n’être pas passé inaperçu - sa chemise orange et verte avait fait des ravages, et ne parlons pas de la jaune aux manches chauve-souris plus grande que ses bras ! - mais l’idée que ce soit revenu aux oreilles de Liselotte pour tant la catastropher était amusant. Et puis, si cela lui permettait de bénéficier du savoir-faire de la jeune femme à moindre coût, il en était d’autant plus ravi ! Son salaire de Voltigeur peinait à peine à couvrir ses propres dépenses, car autant ne pas se leurrer : Vifesprit ne rapportait plus grand chose à ses parents, et à lui d’autant moins. Et ses petits plaisirs personnels coûtaient chers. Quoiqu’il avait encore une bouteille d’alcool de poire dans sa réserve, qui promettait d’être excellente. Mais les drogues cielsombroises les plus prisées n’étaient pas les moins chères, malheureusement.

Et tandis qu’ils plaisantaient, devisant gaiement comme ils le faisaient d’habitude, le Voltigeur observa la jeune femme fouiller son placard. Un placard garni, puisqu’il aimait bien les beaux vêtements, mais qui avait tendance à se vider en chemises sans qu’il ne comprennent totalement pourquoi, ce qui était des plus agaçant. Il ne pouvait pas toutes les perdre, quand même ! Liselotte lui confia qu’il était, en réalité, la principale raison de sa venue, ce qui ne fit que gonfler l’égo, déjà bien important, de Mayeul. Nuage s’entendait à le faire redescendre sur terre, en général, ce qui était quelque peu ironique vu son nom.

Il laissa la couturière fouiller ses vêtements et rejeter ce qui lui paraissait affreux, se demandant avec amusement ce qu’elle dirait si elle tombait sur la collection de jupons que contenait une des malles disséminées dans la pièce. Jupons d’une de ses plus belle conquête, il était utile de le préciser, quoique Liselotte ne s’en offusquerait probablement pas. Après tout, les Outreventois portaient des jupes, pourquoi un Cielsombrois n’aurait-il pas le droit au jupon ? Mais la jeune femme avait déjà fini sa fouille, et il ne pût que tendre les mains quand elle lui fourra dans les bras ses vêtements pour la soirée, en réclamant quelques anecdotes sur le couronnement.

Mayeul déposa son chargement sur le lit avant de se tourner vers la jeune femme, taquin. « J’ai peut-être quelques informations confidentielles, mais il te faudra être particulièrement inventive pour me les arracher. » Malicieux, il reporta son attention sur les vêtements. « Maelys Aigrépine, le Calice choisi par Gustave... Elle est la protégée de Tristan d’Amar, le Capitaine de Vol de Lagrance. Cela ne m’étonnerait pas qu’elle ait quelques problèmes avec ses camarades et sa hiérarchie, après sa prise de position plutôt osée. » Il l’avait vu, après tout, être plutôt proche de Tristan sur l’ïle des Vents. « Et les tensions entre Sombreciel et Erebor sont plus fortes que jamais, après que Castiel de Sombreflamme se soit particulièrement fait remarquer. » Il plaisantait, pour les secrets. Il n’y avait rien, dans ses paroles, que Liselotte n’ignora. Rien que la moitié d’Arven ne puisse ignorer, d’ailleurs.

« Les Épines et les membres de la Rose Écarlate ont fait sensation, même si eux aussi ont été accusés de prendre position. Surtout après la disparition de ce fameux héritier. » Il avait confiance en ces protecteurs, mais ce n’était probablement pas le cas de tout le monde, désormais. « Et je me suis payé le luxe de sauter d’une des tours du palais d’Alfaë. C’était... Grisant. » Lança le Voltigeur avec un sourire béat, encore enthousiasmé par le souvenir. « Et si tu veux mon avis, les Chevaucheurs et les gardes impériaux ne sont vraiment pas très doués. » Plaisanta-t-il, avant d’enfiler la chemise que lui avait désigné la couturière. « Ils sont incapables de protéger l’Impératrice de Faërie d’une irruption dans son propre palais, c’est dire ! » Il rit doucement, le Voltigeur, avant de se tourner vers la jeune femme, chemise encore déboutonnée sur les épaules. « En fait, j’aurais du t’emmener dans mes bagages comme ma conseillère personnelle. Cela me coûterait cher, de te voler à la Cour d’Ibélène ? » Demanda-t-il, faussement perplexe.


Retour aux sources | Mayeul TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptySam 5 Nov - 11:18

« J’ai peut-être quelques informations confidentielles, mais il te faudra être particulièrement inventive pour me les arracher. » Elle hausse un sourcil, fortement intéressée par la proposition. Oh, s'il faut les lui arracher une par une, elle le fera avec grand plaisir, sans aucun doute. Et son sourire entendu le confirme. Ce ne serait pas la première fois qu'elle userait de tels moyens pour obtenir quelque potin juteux. Allier l'utile à l'agréable, une habitude dont la couturière ne se lasse pas.

« Maelys Aigrépine, le Calice choisi par Gustave... Elle est la protégée de Tristan d’Amar, le Capitaine de Vol de Lagrance. Cela ne m’étonnerait pas qu’elle ait quelques problèmes avec ses camarades et sa hiérarchie, après sa prise de position plutôt osée. » Les noms lui sont familiers bien sûr, mais pas le lien qui les unit. La petite protégée du capitaine du vol de Lagrance, tiens donc. Elle se doutait bien du reste ; on ne s'affiche pas ouvertement contre son impératrice sans en payer le prix d'une manière ou d'une autre, bien entendu. Surtout lorsque son duc a une opinion inverse, selon ses dernières informations. Les relations politiques de Faërie sont bien houleuses ces derniers temps. C'est cette petite empotée de Blanche qui doit en être ravie.

« Et les tensions entre Sombreciel et Erebor sont plus fortes que jamais, après que Castiel de Sombreflamme se soit particulièrement fait remarquer. » « Oui, c'est ce que j'ai cru comprendre. » Un sourire en coin se dessine alors sur ses lèvres alors qu'elle termine de s'habiller. Oui, bien sûr. L'Ordalie de Diamant avait été le centre de l'attention, mais les frasques du duc de Sombreciel ne sont jamais très loin sur la liste des potins privilégiés de la cour d'Ibélène. Charmer la princesse d'Erebor en plein couronnement, devant son frère qui plus est. L'histoire a certainement fait le tour du continent, des tavernes les plus miteuses aux salons les plus huppés. En Sombreciel, on admire le geste audacieux d'un duc qui a su se jouer des règles et s'en sortir relativement indemne malgré la réaction du duc d'Erebor. Il joue, il frôle les limites de l'acceptable et ses exploits sont contés, non sans humour, dans le duché de l'esprit. Mais Liselotte a vu ledit duc récemment et, si en apparence il ne s'en sort pas trop mal, il semble que d'autres démons hantent ses nuits. Détail qu'elle se garde bien de partager.

« Les Épines et les membres de la Rose Écarlate ont fait sensation, même si eux aussi ont été accusés de prendre position. Surtout après la disparition de ce fameux héritier. » Elle ne dit rien, elle écoute. Oui, évidemment. Cela aussi, ça a fait le tour d'Arven. « Et je me suis payé le luxe de sauter d’une des tours du palais d’Alfaë. C’était... Grisant. » La légèreté de cette information la fait sourire, surtout lorsqu'elle aperçoit cette lueur dans son regard. « Et si tu veux mon avis, les Chevaucheurs et les gardes impériaux ne sont vraiment pas très doués. Ils sont incapables de protéger l’Impératrice de Faërie d’une irruption dans son propre palais, c’est dire ! » Cette fois-ci, elle rit franchement Liselotte. « Ce n'est pas nouveau. Ils auraient mieux fait de laisser leurs dragons faire tout le boulot. » raille-t-elle, ne cherchant pas à dissimuler cette fierté ibéenne qui illumine ses traits. La magie ne fait pas tout. Encore faut-il savoir s'en servir correctement.

« En fait, j’aurais du t’emmener dans mes bagages comme ma conseillère personnelle. Cela me coûterait cher, de te voler à la Cour d’Ibélène ? » Elle s'avance, amusée. De ses doigts habiles, elle reboutonne la chemise du voltigeur, prenant tout son temps, admirant la vue qui lui est offerte. « Je suis hors de prix, mon cher. » répond-elle en douceur, orgueilleuse. « Mais tu peux toujours essayer. Je serais ravie d'être ta prisonnière pour quelques temps. » Elle referme le dernier bouton de la chemise et pose ses doigts sur sa nuque, l'attirant à elle pour l'embrasser de façon gourmande, lascive, perchée sur la pointe des pieds. Quand elle recule enfin, elle admire d'un oeil expert l'allure du voltigeur puis déclare : « Bien, c'est parfait. Maintenant tu pour tout enlever, on a encore du temps devant nous. Beaucoup de temps. » Et elle a des informations à lui... arracher, n'est-ce pas ? Elle l'attire à elle par la ceinture, joueuse. N'est-elle pas de retour à Euphoria pour profiter de chaque instant ? La capitale offre tant de possibilités et Mayeul en est une très plaisante, très divertissante. Il est plein de surprises le voltigeur. Et puis, elle a encore plusieurs jours devant elle pour profiter du reste, n'est-ce pas ? Oui, ils ont encore le temps.




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyLun 7 Nov - 22:12

Tandis que la jeune femme se rhabille, Mayeul lui distille ses quelques informations. Il sait très bien qu’elles ne sont pas de la plus hautes importance, ni terriblement secrètes, mais il sait aussi qu’il n’est guère dans son intérêt de parler de choses qui devraient rester à l’écart des oreilles indiscrètes. Et aussi fort qu’il apprécie Liselotte, le Voltigeur sait bien qu’elle n’est pas la dernière à colporter des ragots. Alors, il lui fournit juste de quoi l’appâter, gentiment, pendant qu’elle couvre à nouveau son corps sublime. Une honte, par Mirta.

De toute façon, il ne peut pas lui raconter qu’il la connaît aussi, Alméïde. Que le Duc désire se l’accaparer, visiblement, vu la façon dont il a été reçu. Beaucoup vantent son exploit, oui, mais Mayeul n’est pas du nombre. Et la présence de la couturière dans sa chambre dit aussi que l’incartade du Voltigeur n’a sans doute pas été oubliée par Castiel. Qu’importe. Pour l’instant, il est décidé à profiter de la présence de Liselotte rient que pour lui. Mayeul lui dresse donc le portrait de ce qu’il a vu, rapidement, y ajoutant quelques détails qui ne sont sans doute pas important, mais au final, elle en fera ce qu’elle veut. Ils raillent de concert les Chevaucheurs, en partie responsables de la survenue de Gustave dans le palais de l’Impératrice, la complicité et la fierté d’être Ibéens brillants dans leurs regards.

« Je connais Tristan d’Amar, ceci dit. » explique Mayeul, soudain un peu plus sérieux. « Nous étions amis à l’Académie. Ce n’est pas un trop mauvais Chevaucheur. Je crois. » Il est Capitaine, maintenant, c’est donc bien qu’il n’est pas si nul que ça. Cela faisait quelques temps qu’ils se sont perdus de vue mais malgré les circonstances, prendre un verre - peut-être légèrement plus - avec lui s’est avéré plaisant.

Mais déjà, Mayeul laisse dériver le fil de ses pensées, guère aidé par la distraction que représentent les doigts de Liselotte sur sa chemise, sa proximité si enivrante, et son doux sourire. Il n’a pas le temps de répondre, pourtant, qu’elle l’embrasse goulûment, le réduisant au silence le temps d’apprécier pleinement l’instant. Oh oui, il sait qu’il n’est pas capable de se l’acheter, mais en faire sa prisonnière, ça, c’est tout à fait dans ses cordes. Et puis comme elle le dit, ils ont encore quelques instants devant eux. Emprisonnant la jeune femme de ses bras, le Voltigeur lui chuchote à l’oreille. « Quelques heures, c’est à peine assez pour que je puisse te faire tout ce que j’ai en tête. »

¤¤¤

Ils en ont profité, de ces quelques heures. Et désormais, il est tant de se mêler à la bonne société, de se perdre dans les brumes colorées des drogues et des alcools proposés. Elle n’est que pour quelques jours à Euphoria, Liselotte, et comment mieux en profiter qu’en se perdant dans les fêtes débridées de la capitale du Duché de l’Esprit ?

Son bras autour de la taille de la jeune femme, dans le but évident de la protéger du froid, Mayeul se penche vers la jeune couturière, devant la Luciole d’Or, le lieu où elle l’a entraîné. Son souffle chaud lui chatouille le cou, et il s’en amuse, le Voltigeur, de voir les frissons qu’il y fait naître. « Bon retour à la maison, ma belle. » Souffle-t-il, amusé, avant d’entrer.


Retour aux sources | Mayeul TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyMer 16 Nov - 13:47

Les heures qui suivent sont des plus instructives et divertissantes. Lorsqu'ils quittent enfin les appartements du Voltigeur, Liselotte se sent légère, envleoppée d'une félicité que seule l'union avec  une autre personne peut lui procurer. Elle doit probablement s'attendre à avoir quelques courbatures le lendemain ; Ibelin lui a fait perdre l'habitude des acrobaties cielsombroises, et il est certain que Mayeul, de par son métier, n'a aucun mal à briller dans ce domaine. Mais ça en vaut largement la peine et la couturière s'affiche fièrement au bras de son ami dans les rues de la capitale qui a une place chère à son coeur. Son regard avisé s'attarde sur bien des détails, observant les derniers phénomènes de la mode cielsombroise, riant devant les extravagances de certains, admirant l'audace des autres. Elle prend déjà des notes, la jeune femme, tandis qu'ils parviennent enfin à la Luciole d'Or, peu après la tombée de la nuit.

Elle accueille les bras du Voltigeur, frissonnant en sentant son souffle contre sa nuque, un nouveau sourire ornant ses lèvres. « Bon retour à la maison, ma belle. » Tous les deux pénètrent dans le salon huppé et immédiatement, Liselotte se sent chez elle. Pour cette nuit, elle a revêtu l'une de ses dernières créations, à la fois élégante et un brin provocante pour ceux qui remarquent le jeu des tissus transparents, subtilement superposés. La robe d'un mauve doux s'accorde à son voile, serti de perles noires venues tout droit de Bellifère et le tissu dans son dos est très peu présent, juste de quoi attiser le chaland. Autour d'eux, des hommes et des femmes discutent, rient, devisent, un verre ou une pipe à la main. Sur quelques tables, des lignes de poudre s'étalent et disparaissent tout aussi vite. Il flotte dans l'air comme un parfum d'ivresse, bercé par le son doucereux d'un piano, dans un coin de la pièce. Baisers et caresses s'échangent encore avec discrétion en ce début de soirée, mais nul doute que tout cela deviendra bien plus intéressant au fil des heures.

Liselotte accepte une coupe de cidre et entraîne son ami auprès de quelques connaissances. « Mayeul, je te présente les hôtes de cette incroyable soirée, le Seigneur de Sombreliesse et l'une de ses époouses, Félicité. Mon Seigneur, ma Dame, permettez-moi de vous présenter un ami qui m'est cher, Mayeul de Vifesprit. » Les salutations sont chaleureuses et elle les embrasse tous les deux, ravie de les retrouver après tout ce temps. Une fois les présentations faites, elle continue à faire le tour en compagnie de Mayeul sans relâcher son bras, murmurant sur un ton de conspiratrice : « Il s'est récemment constitué une petite fortune en vendant une liqueur de prunes absolument exquise, il faut que tu la goûtes. Avant ça, son domaine était incroyablement pauvre. » Elle boit une gorgée de son cidre et continue. « Il n'avait d'ailleurs que deux compagnons alors. Désormais, ils se bousculent au portillon et il ne semble pas s'en plaindre. » Si elle en croit le nombre de bracelets qui brillent à ses bras, du moins. Finalement, elle entraîne Mayeul sur un canapé encore libre, près d'autres invités qu'elle ne connaît pas encore, puis elle pose distraitement sa main sur sa cuisse. « Alors, qu'est-ce qui te ferait plaisir ? Ils ont tout ce qu'Euphoria a de mieux, il te suffit de demander. » Après tout, ils sont là, autant en profiter.




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred


Dernière édition par Liselotte Passefil le Lun 5 Déc - 20:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyDim 27 Nov - 18:01

Elle est sublime, Liselotte, à son bras, et Mayeul ne peut s’empêcher d’arborer un air fier. Elle n’est pas à lui, et ne le sera jamais, mais pour ce soir, il peut en profiter autant qu’il le veut. Elle ‘a entraîné dans les rues d’un pas décidé, et devant les portes de la soirée qui s’ouvrent devant eux, le Voltigeur n’a pas pu se retenir de l’enlacer à nouveau, goûtant sa pau et son odeur.

L’ambiance est déjà détendue, tandis que chacun devise ou boit, se câline ou échange quelques unes de ces merveilleuses drogues dont les Cielsombrois ont le secret. La couturière lui fait l’honneur de l’hôte de la soirée, qui semble bien entouré, et après des embrassades chaleureuses, elle l’entraîne un peu plus loin, chuchotant dans son oreille les derniers potins d’Euphoria. Ils font le tour, tous les deux, Mayeul chuchotant à son oreille l’identité de certains des invités qu’il connaît. La noblesse de son nom n’est peut-être pas des plus grande, mais être l’héritier du domaine de Vifesprit permet toujours de connaître quelques personnes - et quelques anecdotes savoureuses sur certains.

Ils finissent pas se poser sur un canapé, et la main de Liselotte sur sa cuisse éveille son intérêt. A sa question, il fait mine de réfléchir. Elle l’ignore sans doute, la jeune femme, mais le Voltigeur est devenu un spécialiste des drogues de son duché, et de ce qu’elles engendrent. Sa paye de Voltigeur, pourtant, suffit à peine à couvrir ses besoins. Alors ce soir, lui proposer de choisir ce qu’il veut, c’est un peu comme lui proposer des sucreries et lui enjoindre de tout goûter : faisons fi des conséquences ! Un sursaut dans sa conscience, pourtant, l’oblige à se remémorer à quel point ce n’est pas raisonnable. Il travaille, demain, et se présenter dans un état lamentable à l’entraînement est de moins en moins toléré. Il est sur la sellette, et il le sait. Viendra un jour où Marianne refusera de le laisser continuer, et ce jour là... Il écarte pourtant ces sombres pensées d’un sourire qui masque, il l’espère, sa culpabilité.

« Attirante proposition, assurément. Donnes-moi ça. » Demanda le Voltigeur en saisissant la coupe de cidre pour la poser sur une table non loin, avant d’attraper la main de la jeune couturière pour l’attirer à lui. « Le cidre doux, c’est bon pour Ibelin et les personnes fragiles qui constituent l’entourage de l’empereur. » Attrapant deux coupes d’un jaune soutenu sur le plateau d’un homme qui passe à proximité, ainsi qu’une poignée d’herbes séchées dans un récipient situé à côté, il tend une coupe vers sa compagne avant de boire une gorgée de la sienne. La saveur sucrée masque presque le goût de l’alcool, mais c’est bien ça le plus amusant. Le plus délicieux. « Nous sommes là pour faire la fête, non ? » Pour oublier qu’il ne devrait pas, oh non, vraiment pas.

D’un geste, il éparpille quelques unes des herbes dans son verre. Trop chères pour qu’il puisse en profiter souvent, mais ce soir, c’est leur hôte qui régale, n’est ce pas ? Rien de tel qu’un verre d’alcool amélioré pour se remémorer pleinement la maison. Et peut-être qu’une fois suffisamment dans l’ambiance, pourraient-ils aller faire connaissance des autres invités. On s’amuse toujours mieux à plusieurs.


Retour aux sources | Mayeul TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyMar 6 Déc - 20:25

Oh comme elle rit, la couturière, au bras de son ami. Friande de cancans en tout genre, il lui fournit exactement les informations qu'elle désire, alimentant son appétit insatiable pour les rumeurs de cour et les racontars de taverne. Elle est restée bien trop longtemps éloignée d'Euphoria, de sa constante frénésie, de sa folie tentatrice, de ses histoires d'une exquise absurdité. Elle goûte aux nouvelles comme à des pâtisseries d'une extrême qualité et elle s'amuse de tout ce qui lui est conté sur la noblesse décadente de Sombreciel. Mayeul est aux premières loges après tout, c'est qu'il doit être bien renseigné. Et au pire, ces histoires alimenteront encore un peu le panier à fausses rumeurs. Quel mal y a-t-il là-dedans ?

« Attirante proposition, assurément. Donnes-moi ça. » Elle voit son verre se faire subtiliser sans le moindre avertissement et elle affiche une moue faussement boudeuse qui ne dure pas bien longtemps, juste l'instant nécessaire à Mayeul de l'attirer un peu plus contre lui. Rieuse, elle profite de leur proximité, laisse courir ses doigts sur le torse – malheureusement recouvert – du Voltigeur et lui adresse un regard plein de malice à l'entente de ses paroles. « Le cidre doux, c’est bon pour Ibelin et les personnes fragiles qui constituent l’entourage de l’empereur. » « Il aurait été impoli de ne pas goûter au breuvage de nos hôtes. » réplique-t-elle avec légèreté, acceptant volontiers la nouvelle coupe qui lui est tendue. À son tour, elle s'empare de quelques herbes qu'elle examine d'un œil connaisseur.

« Nous sommes là pour faire la fête, non ? » Elle le regarde un instant sans rien dire, puis acquiesce, laissant tomber à son tour les feuilles dans le breuvage sucré. Elle a l'habitude de garder le contrôle, de ne pas trop abuser des substances, d'être celle qui écoute et qui observe ceux qui se laissent aller, qui délient leur langue pour lui offrir les révélations les plus délicieuses. Mais parfois, elle sait retrouver sa légèreté Liselotte et elle n'est pas à Euphoria pour jouer les Outreventoises coincées.

D'un geste qui témoigne de l'habitude, elle boit quelques gorgées de sa boisson, en savoure le goût sucré, si fruité et fait claquer sa langue de satisfaction. « Ils ont de bonnes choses à Ibelin, mais leurs alcools sont loin d'égaler les nôtres. » fait-elle remarquer avec une évidente fierté. La cour ibéenne raffole plutôt des vins lagrans, doux et raffinés. Les liqueurs, c'est bon pour le bas peuple, pour la roture. Et pour Sombreciel, semble-t-il.

Herbes et alcool ne font pas encore effet, mais Liselotte prend ses aises sur le canapé, appuyée contre le Voltigeur, les yeux posés sur la salle. « Il y a bien trop longtemps que je ne suis pas venue ici, je ne connais pas le tiers des personnes présentes. Pas... intimement du moins. » ajoute-t-elle, espiègle. Elle suit des yeux une jeune femme à la coiffure extravagante, au maintien élégant, à la robe vaporeuse et délicieusement translucide. « Tu connais cette demoiselle ? Penses-tu qu'elle pourrait se joindre à nous ? » demande-t-elle avec intérêt, le plus sérieusement du monde. N'est-ce pas le moment de renouer avec les bonnes vieilles habitudes cielsombroises ? Elles sont si farouches en Valkyrion lorsqu'on aborde ce sujet et peut-être que ça lui manque un peu, de goûter à la peau veloutée d'une femme. Liselotte flatte distraitement la cuisse de son ami en buvant une nouvelle gorgée d'alcool. Oh, elle ne regrette pas un instant d'être venue.




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptySam 10 Déc - 23:30

Il se sent plus que profondément coupable, Mayeul, de boire et d’avaler ces substances dont son duché a le secret dans un but purement récréatif. Il se sent coupable de ne pas penser à Mathilde, de profiter de sa soirée, et de risquer sa carrière juste pour s’amuser. Mais... Il a besoin de se changer les idées non ? Il a besoin de rire, de laisser le bien-être engourdir son cerveau. D’honorer la venue de Liselotte, et l’hôte de cette fête. Et qu’importe ses justifications bancales, il les laisse s’envoler avec la première gorgée sucrée qu’il avale.

Liselotte a une seconde d’hésitation, avant de finalement l’imiter. Parfait : ils seront deux à profiter, et il préfère. Peut-être qu’il culpabilisera moins, ainsi. La jeune femme apprécie la boisson, et il fait de même : la saveur sucrée, et le goût de ce qu’il y a ajouté, masque celui de l’alcool, mais il sait pertinemment que la soirée ne fait que commencer, et qu’il faut mieux y aller légèrement. Il acquiesce à la phrase de la jeune femme, songeant que ce n’est définitivement pas la seule chose que Sombreciel fait bien mieux que tout Arven réunie.

Liselotte taquine sa cuisse, esquissant un sourire à ses paroles. Oui, vivre loin d’Euphoria a ses inconvénients, même si être couturière au service de l’Impératrice compte probablement quelques avantages. Il suit du regard la jeune femme qu’elle lui désigne, réfléchissant quelques secondes avant de la reconnaître. La fille d’un quelconque Comte d’il ne sait trop quoi, qui fréquente la Cour quelques fois, comme il l’indique à son amie. « Anne de Mauv.... Mauvépine ? Elle est la seconde fille d’un comte qui fréquente assidûment la cour d’Euphoria. » Il lui semblait. Ce n’était pas une information de première main, mais il fréquentait régulièrement le personnel du palais ducal, ce qui lui permettait d’avoir un tas d’informations intéressantes. « Nous pouvons toujours le lui demander, non ? Qui oserait refuser la proposition d’une aussi charmante demoiselle que toi? » Lui demanda-t-il à l’oreille, en profitant pour enfouir son coup dans sa nuque pour y déposer un baiser passionné, avant de se lever et de lui tendre galamment la main. « Dame Passefil, j’ai hâte de vous voir à l’oeuvre. » Indique le Voltigeur avec un sourire taquin. Si elle a jeté son dévolu sur une jeune femme, autant qu’il la laisser l’attirer dans ses filets non ? Et puis, voir Liselotte s’approcher de sa proie est toujours une activité intéressante. Elle est charmeuse, la Cielsombroise, et bien peu lui résistent.

Cependant, cela ne lui semble pas très juste de laisser Liselotte faire tout le travail, pour qu’il en retire également les bénéfices. Mais comment parvenir à un compromis ? « Si elle est intéressée, je la déshabillerais pour toi. » Promet Mayeul. Tentante, comme proposition, non ?


Retour aux sources | Mayeul TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyLun 12 Déc - 13:10

Elle est vraiment mignonne, cette jeune femme. Sa robe souligne si bien ses courbes, met en avant une silhouette fine et sa peau pâle, si caractéristique du duché de l'Esprit. Liselotte l'observe sans se cacher, sans gêne ni culpabilité. Devrait-on se sentir coupable de dévorer des yeux une oeuvre d'art ? Sa coiffure surélevée semble à la dernière mode et dégage parfaitement la ligne de son cou, sa nuque dégagée. Voilà une dame qui a du goût, sans aucun doute. Les quelques herbes versées dans son verre paraissent exacerber les couleurs, adoucit les traits, les rend si fluides. L'effet n'est pas encore des plus flagrants, mais la couturière se laisse bercer pas ces visions enchanteresses, appuyée contre son ami qui l'enveloppe de sa chaleur.

« Anne de Mauv.... Mauvépine ? Elle est la seconde fille d’un comte qui fréquente assidûment la cour d’Euphoria. » Mauvépine ? Le nom lui est plus que familier. L'aînée de la famille n'avait-elle pas fait scandale il y a quelques années en demandant en mariage une douce Belliférienne bien trop farouche ? Tout Sombreciel avait trouvé le geste audacieux, mais le duché de la guerre n'était certainement pas de cet avis. Liselotte pouffe doucement de rire à cette pensée.

« Nous pouvons toujours le lui demander, non ? Qui oserait refuser la proposition d’une aussi charmante demoiselle que toi? » Elle rit avec légèreté, se mordant la lèvre au contact de ses lèvres contre son cou. « Vil flatteur. » réplique-t-elle avec malice, ne cherchant pas le moins du monde à le contredire que ce point. Oui, elle est charmante, elle en a bien conscience. Et elle ne serait pas contre ajouter cette délicieuse jeune femme à la longue liste de ses amants. « Dame Passefil, j’ai hâte de vous voir à l’oeuvre. » Elle jette un coup d'oeil à la main qui lui est tendue puis elle la prend avec un sourire entendu, acceptant le défi. Liselotte se relève promptement, un verre à la main. « Si elle est intéressée, je la déshabillerais pour toi. » La couturière relève les yeux pour croiser les siens, le regard empli de malice. « Tu as toujours les mots pour convaincre. » fait-elle remarquer avec amusement.

Alors elle quitte soudain le bras de son ami et avance vers la demoiselle, attrapant un second verre au passage afin de le lui tendre, un sourire charmeur sur les lèvres. « Dame de Mauvépine, c'est un réel plaisir de vous rencontrer enfin. » Elle s'incline respectueusement, la couturière, avant de la détailler sans retenue. « Mon nom est Liselotte Passefil, je suis couturière de métier et je dois vous avouer franchement que je suis sous le charme de votre parure. Vous êtes lumineuse. » déclare-t-elle avec emphase. En fait-elle trop ? Certainement pas pour la cour d'Euphoria qui se complaît dans le luxe et les compliments. Et bien entendu, la jeune femme est tout à fait ravie d'être ainsi dévorée des yeux. Doucement, la conversation se fait cordiale et Liselotte ne perd pas une occasion de s'engouffrer dans la brèche. « Puis-je vous présenter mon ami, Mayeul de Vifesprit ? Il est l'un de vos grands admirateurs, lui aussi. » Sa main s'empare doucement de la sienne pour l'entraîner à sa suite. La demoiselle entre dans son jeu, flattée par toute cette attention. « Il me disait justement quel plaisir il aurait à examiner cette robe sous toutes ses coutures et je n'ai pu qu'approuver. » Malicieuse, pas le moins du monde embarrassée par les sous-entendus peu subtils qu'elle lui adresse, Liselotte jette un regard entendu à Mayeul. La soirée s'annonce des plus intéressantes.




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptySam 17 Déc - 22:03

Le marché est scellé entre eux, donc. Anne, puisque tel est son prénom, passera sûrement une excellente soirée en leur compagnie, si tant est qu’elle se montre ouverte. Mais dans ce genre de soirée, les gens sont souvent enclins à passer de bons moments en compagnie d’autres gens. Liselotte n’a pas choisi de s’y rendre par hasard, il en est quasiment sûr, le Voltigeur. Elle accepte sa proposition avec malice, la jolie couturière, et Mayeul se rassoit un peu mieux, levant un regard attentif vers les deux jeunes femmes. Ce qu’il a mit dans son propre verre commence à faire doucement effet, et il ne se lasse pas d’observer les tenues chatoyantes de celles qui partageront sûrement le reste de la soirée en sa compagnie. Il ne s’en plaint pas : il sait Liselotte imaginative, et tout aussi prompt que lui à s’amuser.

La conversation entre les deux jeunes femmes semble se dérouler sans heurts, et le Voltigeur se demande bien combien il faudra de temps à la couturière pour convaincre celle sur qui elle a jeté son dévolu. Mayeul triture les boutons de sa chemise : il a chaud, soudain, et met ça autant sur le compte de la drague que de la perspective du déroulement de sa soirée. Les couleurs brillent, les contours se font plus nets, et il a l’impression d’avoir sous les yeux une multitudes de peintures, toutes plus belles et plus détaillées les unes que les autres.

Il repère soudain un mouvement, près de lui, et lève les yeux sur Anne et Liselotte. Tiens donc, elle a réussit à la faire s’approcher, enfin ? Parfait ! Le Voltigeur invita la jeune femme à s’asseoir, entre la couturière et lui, avant de hocher la tête, un sourire charmeur sur les lèvres tandis que sa main effleure du doigt le tissu de la robe de la nouvelle venue, avant de porter la main de la jeune femme à ses lèvres. « Cette robe est une merveille, mais elle est bien loin d’égaler votre beauté. Je suis honoré de faire votre connaissance, ma dame. » Anne pouffe et sourit, flattée, mais certainement pas intimidée par ses manières. Parfait, réellement. Liselotte a su la convaincre de le rejoindre, et ils ont toute la soirée pour convaincre Anne de se joindre à eux pour un tout autre type de soirée. Un bref remords l’étreint quand il pense à son entraînement de demain, mais tant pis. Maintenant qu’une nuit aussi délicieuse lui est promise, il ne va pas l’abandonner pour pouvoir dormir quelques heures !

Ils entament la discussion, tous les trois, se servant sans réellement de mesures parmi les verres et les drogues offertes si gentiment par leur hôte. Il ne faut que peu de temps pour se rapprocher et déjà, la main de Mayeul s’aventure sur les courbes promises par le tissu translucide de la robe de Anne. Cette dernière en fait d’ailleurs de même avec Liselotte, dont la robe laisse suggérer bien des promesses, et le Voltigeur les observe sans s’en cacher. « Avez vous prévu quelque chose pour égayer le reste de votre soirée, dame Mauvépine ? Notre hôte a fait passer le mot, tout à l’heure, pour indiquer que les chambres à l’étage sont disponibles, mais il est encore bien tôt pour se retirer. »

La subtilité ? Elle avait disparu entre son troisième et son quatrième verre de liqueur de prune, et de la drogue qui les avait accompagné.


Retour aux sources | Mayeul TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptySam 24 Déc - 15:02

La compagnie de la jeune femme est des plus délicieuses, sans nul doute. En véritable Cielsombroise, elle partage des anecdotes croustillantes, entre dans le jeu des deux amis, profite des boissons et autres substances proposées sans s'en cacher. Pas du tout farouche, elle prend ses aises à leurs côtés, sa silhouette grâcile parfaitement mise en beauté par les étoffes translucides qui se superposent sur sa peau de porcelaine. Un parfum épicé semble s'attarder dans l'atmosphère à chacun de ses mouvements fluides, rendus si beaux par les quelques herbes que la couturière a ingérées. Son rire fluet ravit ses oreilles, tout comme ses doigts fins qui flattens sa cuisse, ou sa bouche qui frôle sa peau à chaque murmure adressé à son oreille. Les effets de l'alcool et des drogues commencent à se faire ressentir et elle a chaud, la couturière, malgré la robe aérienne qu'elle a revêtu pour l'occasion. Elle s'amuse beaucoup, rit sans retenue et se ressert sans honte. À Euphoria, les excès ne sont pas montrés du doigt, ils sont encouragés et elle en profite.

« Avez vous prévu quelque chose pour égayer le reste de votre soirée, dame Mauvépine ? Notre hôte a fait passer le mot, tout à l’heure, pour indiquer que les chambres à l’étage sont disponibles, mais il est encore bien tôt pour se retirer. » La voix de Mayeul, caressante, lui paraît un instant lointaine, jusqu'à ce qu'elle se concentre sur ses paroles. Un sourire espiègle, presque carnassier, prend place sur les lèvres de la couturière et leur nouvelle amie semble tout à fait ouverte à la proposition. Mieux, elle se lève sans tarder et lui tend la main afin de lui indiquer le chemin. Liselotte jette un regard entendu à son ami et profite de lui glisser à l'oreille : « N'oublie pas ta promesse. » Mutine, elle se relève à son tour et suit leur nouvelle compagne de soirée à travers les couloirs où ils aperçoivent quelques silhouettes enlacées dans des alcôves, contre les tapisseries ou à travers les portes laissées entrouvertes.

Tous les trois pénètrent dans une chambre libre, aux lumières tamisées. Quelques bouteilles sont disposées sur une table, le lit est de taille tout à fait respectable, les draps disposés comme une invitation. À peine la porte refermée, la jeune Anne lui vole un baiser prometteur qui éveille sa gourmandise. Ses lèvres ont un goût de poire, dues à la liqueur de leur hôte et ses mains contre ses hanches sont autant de promesses. Mais la couturière s'éloigne avec amusement, laissant Mayeul s'occuper un instant de leur amie. Elle-même prend place sur un fauteuil de velours pourpre, appuyée contre le dossier, le regard rivé sur les silhouettes qui s'enlacent dans la pénombre. Son esprit vogue sur un océan de couleurs et de formes délicates, pourtant son regard ne perd pas une miette du spectacle qui s'offre à elle, transformé en véritable oeuvre d'art. Le bruissement des vêtements qui se défont et tombent au sol est si doux à ses oreilles, le son ténu des soupirs et des baisers échangés également. Elle observe la danse des amants qui virevoltent jusqu'au lit et se rejoignent dans un ballet des plus agréables. Tout à sa contemplation, Liselotte laisse les secondes s’égrener avant de se relever et de s'effeuiller à son tour pour les rejoindre. Dans la douceur des draps de soie, dans la chaleur des corps et des baisers. Dans la douce mélodie des soupirs.

Engourdie par les délices de Mirta et par les excès d'Erelf, Liselotte reste allongée un instant dans le lit défait, admirant à la dérobée les corps dénudés de ses compagnons. La douce Anne prend pourtant bientôt congé afin de retourner à la réception mais Liselotte n'est pas pressée de la rejoindre. L'après-midi a déjà été demandeur d'énergie pour la couturière et son ami, ils ont bien mérité quelques instants de répit. Quand la porte se referme, elle se tourne vers lui, un sourire distrait sur ses lèvres. « Tu n'es pas déçu de la soirée j'espère. » murmure-t-elle à son égard avant d'embrasser doucement son épaule, le regard espiègle. « Tu devrais venir me voir à Ibelin de temps en temps. Leurs soirées ne sont pas aussi divertissantes, mais ta présence compenserait certainement leur manque d'ouverture. » Elle la compenserait même largement.




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyLun 26 Déc - 14:24

Il lui a promis, à la jolie Liselotte, et il a largement honoré sa promesse, ôtant un à un les vêtements qui couvrent la peau de leur nouvelle amie, la cachant à leurs regards. Les drogues font leur effet, rendant chaque lumière, chaque portion de corps plus belle, plus nette, plus désirable surtout. Il la déshabille, Anne, et elle en fait autant pour lui sous le regard malicieux de la couturière, à qui Mayeul lance un regard avant de se laisser entraîner vers le lit. C’est un danse qu’il connaît, mais qui ne cesse de l’étonner à chaque nouveau mouvement, à chaque nouveau danseur. Liselotte les rejoint bientôt, prenant sa part dans cette union des corps, dans ces caresses et ces soupirs. La température monte, le temps s’arrête, et rien d’autre ne compte que leur dévotion à Mirta, leurs souffles qui se mêlent, leurs corps qui s’entrelacent, leur peau qui se brûle au souffle des autres, aux caresses passionnées, aux soupirs pleins de promesses.

Il ne sait pas quelle heure il est, le Voltigeur, perdu entre les drogues et les plaisirs de la chair. Tard, sans doute. Anne se lève et s’étire, prenant congé, et Mayeul a bien du mal à ouvrir ses yeux pour regarder sa silhouette gracile s’éclipser. La porte se referme, et Liselotte se tourne vers lui, ses lèvres provoquant un frisson sur sa peau nue. Le Voltigeur lui attrape la main, baisant un à un ces doigts fins, magiques - et Mirta en soit témoin, il ne parle pas de couture - et désirables, avant de rouler sur le dos, sans se soucier de cacher sa nudité. Ses yeux se ferment, mais sa voix est enjouée lorsqu’il répond à la proposition de la couturière. « Chaque minute passée en ta compagnie a été délicieuse. Et exténuante. » Avoue-t-il. « Je viendrais avec plaisir : te connaissant, je sais qu’on trouvera toujours un moyen de s’amuser, même au cœur de la plus désagréable des soirées. »

Rouvrant les yeux, il lui lance un sourire enjouée, sa main s’aventurant sur le ventre de la jeune femme. « Tu sais à quel point j’aime les défis, et glisser mes doigts là où ils ne devraient pas se trouver au nez et à la barbe de quelques kyréens coincés me semble être une idée particulièrement savoureuse. » Laissant sa main là où elle est, jouant distraitement de ses doigts sur la peau douce de la jeune femme, Mayeul relève les yeux vers le plafond avant de reprendre la parole. « Si j’étais quelqu’un de particulièrement discipliné, je te demanderais de m’aider à chercher une excuse pour mon retard à l’entraînement demain. Autre qu’avoir passé la nuit dans des draps de soie entre le corps magnifique de la couturière la plus en vogue d’Arven et d’une charmante connaissance. » Son major risque de faire quelques difficultés face à cette explication, tout aussi vrai soit-elle. Le Voltigeur réprime un soudain bâillement avant d’enchaîner. « Mais puisque je n’en ai pas grand chose à faire ... » Il se penche vers la jeune femme, glissant quelques mots à son oreille. « Laisses-moi profiter encore un peu de toi, tu veux ? Tu es ma prisonnière, après tout. Et il paraît que les massages sont un de mes nombreux talents cachés. »

Mayeul se redresse, étirant ses muscles fatigués avant de se pencher vers la jeune femme, attendant sa permission de poser ses mains sur son corps. Il n’a d’autre volonté que de caresser cette peau satinée, délaçant les muscles un à un pour qu’elle puisse se reposer, enfin, après ces quelques heures particulièrement épuisantes.


Retour aux sources | Mayeul TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul EmptyMer 28 Déc - 23:01

D'une oreille distraire, elle écoute paresseusement le bruissement des draps, le bruit étouffé des voix qui viennent des chambres voisines et du salon où les convives profitent encore du buffet et de tout ce qui leur est proposé. Liselotte est lasse, son corps est fatigué mais son esprit flotte encore sur quelque nuage léger et coloré. Satisfaite, comblée même, elle se laisse aller contre les draps défaits, puis contre le corps du Voltigeur. « Chaque minute passée en ta compagnie a été délicieuse. Et exténuante. Je viendrais avec plaisir : te connaissant, je sais qu’on trouvera toujours un moyen de s’amuser, même au cœur de la plus désagréable des soirées. » Elle rigole doucement la couturière, certainement aussi épuisée que lui, peut-être même plus. Ses joues rosies par l'effort et les muscles endoloris d'avoir été tant sollicités dans la même journée. Elle observe le visage de Mayeul, se satisfait de ce sourire qu'il arbore et de ses paroles qui sont comme du miel à ses oreilles.

« Tu sais à quel point j’aime les défis, et glisser mes doigts là où ils ne devraient pas se trouver au nez et à la barbe de quelques kyréens coincés me semble être une idée particulièrement savoureuse. » Elle se mord légèrement la lèvre, pas du tout contre cette idée des plus plaisantes. Liselotte a depuis longtemps appris à faire avec les moeurs des duchés qu'elle visite et les Kyréens ne sont certainement pas les pires. C'est qu'ils doivent bien se réchauffer de temps en temps au coeur de ces terres glacées. Et puis, la perspective de le faire ainsi sous leur nez...

« Si j’étais quelqu’un de particulièrement discipliné, je te demanderais de m’aider à chercher une excuse pour mon retard à l’entraînement demain. Autre qu’avoir passé la nuit dans des draps de soie entre le corps magnifique de la couturière la plus en vogue d’Arven et d’une charmante connaissance. » À nouveau, un léger rire s'échappe de ses lèvres. « Tu veux dire que ce n'est pas une excuse suffisante ? Tes supérieurs devraient revoir leurs priorités. » plaisante-t-elle avec malice, persuadée qu'honorer Mirta vaut bien mieux que tous les entraînements du monde. Peut-être devrait-elle discuter avec son major. Qui sait, il pourrait se montrer conciliant. Un sourire naît sur ses lèvres quand l'idée lui effleure l'esprit mais celle-ci s'envole bien vite quand Mayeul reprend la parole.

« Laisse-moi profiter encore un peu de toi, tu veux ? Tu es ma prisonnière, après tout. Et il paraît que les massages sont un de mes nombreux talents cachés. » Le regard mutin, elle laisse courir ses doigts sur son torse dénudé. « Mh... Oui, je suis ta prisonnière. Fais de moi ce que tu veux. » susurre-t-elle à son oreille, ravie, le laissant lui montrer toute l'étendue de ses talents. Suite à tant de plaisir, l'esprit embrumé par l'alcool et quelques herbes, elle ne tarde pas à somnoler doucement sous les massages du Voltigeur, totalement détendue et enfin repue de ses désirs gourmands.




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Retour aux sources | Mayeul   Retour aux sources | Mayeul Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour aux sources | Mayeul
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Retour des bidasses en folie [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Le Retour des Charlots [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» [RP Hentaï -18] [•] Le retour des Ramens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: