AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
Grosse promo sur la Trottinette électrique GoRide Pro
199.99 € 349.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 「Flash-back」D'une proposition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyMer 28 Déc - 12:27


Livre II, Chapitre 1 • Les Sables du Temps
Ljöta d'Evalkyr & Aubrée Martel

「Flash-back」D'une proposition

Ou le commencement d'une nouvelle vie



• Date : 9 juin 1001 
• Météo : Au crépuscule, temps doux.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Aubrée est enlevée à la Tour où elle réside, afin d'être présentée à Ljöta. Cette dernière a une proposition particulière à lui faire...
• Recensement :
Code:
• [b]9 juin 1001 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t1616-flash-backd-une-proposition#48399]D'une proposition[/url] - [i]Ljöta d'Evalkyr & Aubrée Martel[/i]
Aubrée est enlevée à la Tour où elle réside, afin d'être présentée à Ljöta. Cette dernière a une proposition particulière à lui faire...

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyMer 28 Déc - 12:32

Toujours rien. Toujours personne. Elle soupire, referme la fenêtre, et retourne s'asseoir sur son lit. Elle s'ennuie. Ça fait des heures qu'elle tourne en rond, dans la chambre qu'elle occupe depuis deux jours. Des heures qu'elle cherche à s'occuper, par tous les moyens possibles, sans succès. Des heures qu'on l'a laissée seule, en lui disant simplement « Ne t'en fais pas, on revient bientôt s'occuper de toi, repose-toi ». Et franchement, l'Aubrée commence à s'impatienter.

Au moins, en Sombreciel, elle n'avait pas le temps de s'ennuyer. Il y avait toujours quelque chose pour s'occuper l'esprit. Un bal, une promenade, un jeu, une rencontre... Et durant les instants de désœuvrement, elle pouvait toujours essayer de discuter avec Agathe. A aucun moment, en quatre mois, l'Aubrée ne s'est réellement ennuyée, et son inactivité du moment le lui rappelle cruellement. Et si, en réalité, cela ne fait que deux heures au grand maximum qu'elle est seule, elle a l'impression que depuis qu'elle est rentrée dans la pièce, il s'est écoulé une éternité.

D'ailleurs, pourquoi partir de Sombreciel ? Elle était bien, là-bas. Et en plus, elle a cru comprendre que son avenir était incertain, plus encore que celui de sa sœur. Car oui, depuis aujourd'hui, Agathe est la suivante de la sœur de Castiel. Mais elle ? Qu'est-ce qui est prévu pour elle ? Pourquoi ne lui dit-on rien ? Tant de questions qui ne trouvent pas de réponses, pour l'instant. Cependant, elle a l'impression qu'on lui cache quelque chose. Mais quoi ? Et pourquoi ?

Elle soupire à nouveau, et jette un œil par la fenêtre. La nuit tombe doucement ; c'est le moment de la journée qu'elle préfère. Elle aimerait bien se promener, mais n'en a pas le droit. « Trop dangereux », on lui a dit. Elle pourrait se perdre, ou faire de mauvaises rencontres. Mais elle n'est plus une enfant, elle peut se débrouiller seule ! Cependant, elle n'ose pas désobéir aux ordres. Enfin, elle a essayé, mais elle ne peut déjà pas sortir de sa chambre sans qu'on la surveille, et ça complique un peu les choses. Après, elle s'est dit qu'elle pourrait peut-être passer par la fenêtre, mais si elle est téméraire, elle n'est pas suicidaire non plus, et a vite abandonné l'idée. Elle se sent coincée, et n'aime pas ça.

Trois coups frappés à la porte la font d'abord sursauter. Quelqu'un. De la visite ! Ses lippes s'étirent, elle se relève rapidement, défroisse sa robe, et s'avance jusqu'à la porte, avant de l'ouvrir en grand et de faire face à un homme beaucoup plus grand qu'elle. « Heu... Bonjour, qu'est-ce que... Hein ? Mais... Mphf ! » Son cri de surprise et de stupeur est étouffé par un bâillon, tandis que l'homme la saisit sans ménagement et lui attache les poignets entre eux, rapidement, proprement. L'Aubrée,  d'abord surprise, ne réagit pas. Et puis, elle semble retrouver un semblant d'instinct de survie et commence à se débattre doucement, puis plus violemment quand elle voit que l'homme veut lui bander les yeux. Cependant, il ne lâche pas son emprise  sur elle, et parvient à resserrer le bandeau autour des yeux. Juste avant d'être privés de lumière, ses saphirs notent tout de même l'absence de garde. C'est malin, juste quand elle a besoin de lui...

Ainsi attachée, elle n'a plus que ses jambes pour se défendre. Un instant, l'idée de courir lui traverse l'esprit, mais sans ses yeux, elle n'ira pas bien loin. Et puis, c'est trop tard, maintenant, qu'il vient de la jeter sur son épaule. Alors, elle tente de lui donner des coups de pieds, des coups de tête, mais sans succès. L'homme ne dit rien, et se met en marche, l'Aubrée qui continue de frapper par tous les moyens possibles son ravisseur.

Bien entendu, la première chose qui lui est venue à l'esprit est l'enlèvement qui aurait dû conduire à son mariage. L'espace d'un instant, elle a cru que l'homme était son futur mari, et qu'il l'avait poursuivie depuis Brumecor jusqu'à Lorgol pour finalement l'enlever aujourd'hui. C'est absurde et impossible, elle le sait. Pourtant, elle ne parvient pas à chasser cette idée de son esprit. Elle espère juste que ce n'est pas vrai.

L'homme marche longtemps, sans s'arrêter. L'Aubrée a continué de se débattre, de moins en moins cependant. On pourrait croire qu'elle s'est calmée ; il n'en est rien. A vrai dire, elle bout intérieurement d'une colère noire, mais tente de la canaliser afin de s'en servir au moment propice. Au moment où l'homme la lâchera, elle se débattra violemment, arrivera à s'arracher son bandeau, et s'enfuira. Elle ira voir sa sœur, après, et restera avec elle. Elle sera de toute façon plus en sécurité avec elle qu'à la Tour où elle loge, c'est sûr.

Finalement, l'homme s'arrête de marcher quelques secondes. L'Aubrée sent qu'il regarde autour de lui, comme pour vérifier qu'il n'est pas suivi, trafique quelque chose devant lui, puis recommence à marcher. L'Aubrée comprend qu'ils sont maintenant à l'intérieur. A priori, le voyage se finit bientôt. Tant mieux. Elle essaie de se tracer mentalement le chemin qu'ils emprunte, pour pouvoir le retrouver quand elle s'enfuira, sans s'avouer que c'est bien trop difficile.

Finalement, après avoir ouvert plein de portes, l'homme s'arrête de marcher, dépose la blondine au sol -ce qui lui arrache un hoquet de surprise, et à son grand étonnement, il lui défait le bandeau, le bâillon et lui délie les poignets, avant de sortir rapidement de la pièce et de fermer la porte, sans parler. L'Aubrée s'élance à sa suite, et essaie d'enclencher la poignée, mais celle-ci reste bloquée. La porte est fermée. La jeune femme grogne, et décide de trouver une autre issue. Elle se retourne, avant de sursauter à nouveau, quand elle l'aperçoit. Une femme aux yeux clairs et aux cheveux blonds, qui l'observe. « Qui êtes vous ? Que me voulez-vous ? » Le ton est hargneux, les poings sont serrés, l'Aubrée est prête à se battre -ou à s'échapper en courant, au choix.
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyJeu 29 Déc - 13:41

Elle a l’air d’avoir du répondant, la petite. Pensive, Ljöta la regarde se débattre, suivant comme une ombre la Lame partie la quérir dans l’auberge où elle réside, le temps que les adultes alentour décident de son sort. De la jeune Aubrée, la princesse de Valkyrion ne sait pas grand-chose : juste que l’Écoutante du Poison, Mélisende de Séverac, a consenti à la placer sous la protection de la Confrérie sur la demande de son frère Melsant, qui compte apparemment parmi ses amies particulières la mère de la demoiselle. Tout cela fait beaucoup d’intermédiaires, décidément, et Ljöta ne sait trop quoi en penser. Écoutante itinérante de par son statut d’ambassadrice, la Cielsombroise n’était pas en mesure de prendre en charge la potentielle recrue, et a donc sollicité les quatre autres responsables de la Confrérie pour trouver un nouveau nid à ce petit oiseau fragile – une situation bien peu ordinaire décidément…

Le processus de recrutement est immuable, pourtant : il faut un meurtre de sang-froid, ou se vouer à Lida et Sithis. L’un, ou l’autre – il n’y a pas de troisième option. Ils en ont parlé entre eux, les Écoutants : chacun rechigne à prendre sous sa tutelle une recrue potentiellement instable, peu fiable, et qui viendrait à faire défaut à un moment crucial. Comment savoir si la petite est digne de servir la Mère de la Nuit, et le Dieu sans Visage ? Le Poison indisponible, le Choix et le Hasard ont refusé de s’impliquer dans cette absurdité ; ne sont restés que la Corde et la Lame pour s’entretenir e la jeune femme, et de l’épineux problème qu’elle cause. Ils l’ont surveillée étroitement, la petite : Solal du matin jusqu’au soir, Ljöta du crépuscule à l’aube. Elle n’est pas faite pour les attaques sournoises par-derrière, a dit l’Erebien ; et la Kyréenne n’a pu qu’acquiescer. Elle est faite pour le combat frontal, la petite Belliférienne rescapée des rets d’un mariage forcé : faite pour la Lame, pour les carotides et les jugulaires, pour la torture et l’épouvante, pour les supplications et les flots de sang chaud qui ruissellent et cascadent sur sa peau douce. Alors Ljöta s’est décidée : elle va la recevoir, la potentielle postulante, découvrir ce qui se cache sous son visage angélique : et si elle s’avère digne de prêter serment, elle la formera.

Si la petite survit à son entretien.
Elle va bientôt savoir de quel bois elle est faite.

Et palsambleu, quelle vigueur ! Elle était là, Ljöta, quand sa Lame a cueilli la jeunette dans son auberge mal famée comme une fleur sauvage le long d’un chemin. Elle était là, silencieuse et attentive, à observer dans l’ombre les réactions d’Aubrée. Elle n’a rien raté de ses protestations, de ses tentatives de fuite, de ses menaces : elle l’a vue se débattre, elle l’a entendue tempêter. Elle est courageuse, pour une fille de Bellifère ; et là où Ljöta craignait de découvrir l’une de ces femelles passives et soumises que les hommes de là-bas élèvent puis enlèvent, elle se révèle fort rassurée de trouver un tigre familier prêt à en découdre férocement dans l’adversité, même avec ses armes chétives.

Alors, Ljöta a fait porter la jeunette dans la salle d’interrogatoire, et s’est perchée sur le chevalet couvert de sang séché, entre les chaînes luisantes dans la lueur vive des lanternes fixées au mur, et les instruments usés mais rutilants d’un entretien rigoureux. Elle a laissé en place le capuchon de sa tenue d’où quelques mèches s’échappent, et le voile sombre qui dérobe son visage, ne laissant apparaître que le bleu de ses yeux. Et les voilà face à face à présent, la blondeur froide des plaines gelées de Valkyrion, et la blondeur dorée des femmes fertiles de Bellifère. L’apostrophe de la jeune Aubrée lui tire un sourire amusé sous le masque, et elle se relève lentement dans le cliquètement des chaînes suspendues, effleurées par son mouvement. Le crissement du cuir accompagne son geste, et elle croise les bras devant la fille Martel, laissant en évidence le fourreau de son poignard rituel suspendu à sa ceinture. Elle est observatrice, la petite, non ? Elle va forcément déduire de son accoutrement qu’elle est en présence d’un assassin. « Tu es à la Tour de la Confrérie Noire, et je suis l’Écoutante de la Lame. » Son ton est cajoleur – le même qu’elle emploie lorsqu’elle menace ses victimes, lorsqu’elle savoure la moindre parcelle de la terreur qu’elle est capable de susciter chez ses proies. Elle a appris au fil des années que sa soif de sang et son avidité à le faire couler sont bien plus effrayants que toutes les menaces sévères qu’elle pourrait proférer, alors elle en joue, Ljöta. En véritable artiste. « Je me réjouis par avance du temps que tu vas passer ici. » Puis elle reste silencieuse, quelques instants, laissant à celle qui est encore un peu une enfant le temps d’étudier la pièce et d’appréhender son environnement. Elle pose négligemment une main sur le pommeau du poignard, pianotant des doigts dessus, et campe l’autre sur sa hanche, inclinant la tête du côté opposé, dans une posture d’attente curieuse.

Quelle sera la réaction d’Aubrée ? Elle a hâte de le découvrir…




« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyJeu 29 Déc - 20:12

La mâchoire se serre quand le cliquetis des chaînes accrochées au mur se fait entendre, faisant prendre conscience à la jeune femme que la pièce dans laquelle elle se trouve a tout à fait l'allure d'une salle de torture. La blondine est mal à l'aise, enfermée ici avec cette inconnue glaciale... Et glaçante. Les océans ont bien repéré le masque derrière lequel elle se dissimule ainsi que le poignard attaché à la ceinture de la femme. Aubrée a l'impression que sa propriétaire sait s'en servir parfaitement, ce qui accentue d'autant plus son malaise.

Impression confirmée par les paroles de l'inconnue. « Tour de la Confrérie Noire», « Ecoutante de la Lame ». Elle n'a pas une idée bien précise de ce que cela signifie, mais a déjà entendu parler de la Confrérie noire, et en sait assez pour comprendre que si la femme en face d'elle le désirait, la courte vie d'Aubrée pourrait s'arrêter net, à cet instant précis, sans que personne n'en sache rien. Cependant, elle ne semble pas vouloir la tuer, en tout cas pas tout de suite, visiblement, puisque d'après elle, Aubrée va rester un moment dans cette pièce. Les sourcils se haussent, les poings se décrispent légèrement. Au moins, sa vie n'est pas -encore- en jeu, ce qui est plutôt bon signe pour la suite.

Voyant que l'Ecoutante n'ajoute rien, la blondine maugrée une réponse. « De même. Ravie de vous tenir compagnie. » Et puis, sans perdre l'assassin de vue, elle tourne doucement la tête et examine son environnement. Des chaînes fixées aux murs, des instruments étranges dont Aubrée ignore le fonctionnement -ou ne veut pas savoir, c'est tout comme-, le tout éclairé par la lueur inquiétante des torches. A la fois effrayée et intriguée, la jeune femme observe encore les lieux quelques instants, en silence. Des tas de questions se bousculent dans sa tête. Elle se demande ce qu'elle fait là, en face de l'Ecoutante, pourquoi on l'a enlevée, si elle va ressortir entière de la Tour, si elle va en ressortir tout court. Ses prunelles reviennent sur l'assassin, et remarque que la main de l'Ecoutante est posée sur le poignard, les doigts pianotant sur le pommeau. Elle attend. Mais quoi ? Une autre question ? L'Aubrée relève la tête, et plante ses océans dans les azurs de l'assassin. Finalement, la seule question qui franchit ses lèvres est identique à une déjà posée. « Que me voulez-vous ? » Seulement, cette fois, le ton est plus calme, moins agressif. Elle attend une vraie réponse, cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyMer 4 Jan - 13:13

Sous sa décontraction apparente, Ljöta ne relâche pas sa vigilance et ne perd rien des mouvements d’Aubrée. Au qui-vive, l’œil aux aguets, elle étudie et analyse chaque émotion qui passe sur le visage de la jeune femme. Elle a bien remarqué son malaise, et le note dans les points positifs : visiblement, la blondinette a bonne conscience du danger et sait détecter les situations dangereuses. La fureur initiale peut être mise sur le compte de la jeunesse et de l’inexpérience ; mais l’attention avec laquelle la potentielle recrue détaille ce qui l’entoure relève forcément d’une intelligence prometteuse, ou du moins d’un solide bon sens. Elle en a vus, des candidats matamores et m’as-tu-vu, fiers et bravaches, prêts à tout pour montrer qu’ils n’avaient pas peur. Aucun de ceux-là n’a jamais survécu à son apprentissage. La répartie d’Aubrée lui plaît aussi : sans se laisser démonter, ou du moins sans le montrer, elle répond du tac au tac, étudiant les environs en la conservant soigneusement dans son champ de vision. Une lueur réjouie commence à luire au fond de son regard, lorsque la fille Martel répète sa question – cette fois avec une nuance de respect et de politesse qui lui tire un sourire approbateur sous son masque.

Inclinant la tête sur son épaule gauche, pensive, elle livre le fruit de ses réflexions à son infortunée invitée d’un soir. « Ta peur est une bonne chose, Aubrée – car c’est la peur qui nourrit l’instinct de survie et qui sauvera sûrement ta peau, un jour ou l’autre. Ton sens de l’observation est intéressant aussi, car il faut savoir appréhender son environnement sans y passer une éternité, le temps étant précieux pour ceux qui marchent dans l’ombre. Et ton attitude envers moi, petite – le calme que tu as réussi à t’imposer en dépit de l’endroit où tu te trouves et de la personne qui te parle – cela me laisse penser que, peut-être, il est possible de faire de toi quelque chose de… différent. »

Lâchant le manche de son poignard, Ljöta indique d’un geste le fauteuil à haut dossier placé dos à la porte, invitant la jeunette à y prendre place, puis reprend la parole. « Aubrée Martel, fille de Grâce, ta mère a sollicité pour toi sanctuaire auprès de Melsant de Séverac. Par l’entremise de ses accointances avec la Confrérie, c’est entre mes mains que tu as été placée. Il y a deux issues à notre entrevue de ce soir : soit tu ressortiras d’ici tatouée de la Main de la Nuit et Lida aura reçu ton allégeance ; soit tu la lui dénies et c’est Sithis qui t’accueillera dans le domaine des morts. Ce que j’attends de toi, Aubrée, c’est un choix : entre manier le poignard et mourir par lui ; entre expirer sous ma lame, ou trancher d’autres vies. Tu dois décider si tu veux devenir mon ennemie, ou mon apprentie. »

Si elle refuse, elle l'égorgera sans états d'âme, savourant la chaleur de son sang lorsqu'il ruissellera sur elle, avec juste une pointe de regret devant un tel gâchis de bien prometteuses qualités. Grâce de Sombregemme savait-elle le danger qu’elle appelait sur la tête blonde lorsqu’elle demandait à la fille Séverac de prendre Aubrée sous sa tutelle ? Elle ignore sans doute que sa progéniture a fini par aboutir entre les mains de la Confrérie, Mélisende ayant certainement dissimulé son appartenance aux enfants de la Nuit. Elle éprouve une sombre joie, un bien sauvage triomphe, Ljöta, à l’idée de dévoyer une innocente pour lui faire arpenter les chemins sacrés des assassins. Si seulement la petite pouvait apprendre à aimer donner la mort…




« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyDim 8 Jan - 18:38

Aubrée écoute l'assassin parler, interdite. En l'entendant prononcer son prénom, elle comprend que sa présence ici n'est pas le fruit du hasard, qu'elle n'est pas une fille lambda que la Confrérie aurait kidnappée par défaut. Ou peut-être que si, qu'on s'est renseigné sur elle avant de l'enlever, juste assez pour pouvoir caser son nom dans une discussion et l'impressionner un peu plus. En tout cas, ça marche. Et plutôt bien, même, car Aubrée ne tente même pas de répondre. Elle se contente juste d'écouter le discours de son interlocutrice, presque effrayée par la vitesse et la précision de l'analyse de ses propres réactions.
Elle tique sur ses derniers mots. Faire d'elle quelque chose de différent ? C'est-à-dire ? Comment ça ? Du regard, elle demande à l'Ecoutante de continuer. Celle-ci l'invite à s'asseoir ; docilement, la blondine acquiesce et s'exécute. Le dos droit, les mains sur les genoux, le menton levé vers la femme, elle attend la suite, qui ne tarde pas à arriver.

Au fur et à mesure que l'assassin parle, les yeux s'écarquillent, les poings se serrent à nouveau, les battements du cœur s'accélèrent. Quand elle se tait enfin, la blondine reste tout d'abord parfaitement immobile. Puis, elle ferme les yeux, s'efforce de retrouver un rythme cardiaque normal, et desserre les doigts doucement. Il faut qu'elle se calme, et qu'elle réfléchisse à une solution pour se sortir de là. Il y a bien un moyen, quelque chose ! « Je... » Elle veut dire quelque chose, sans savoir quoi exactement. Elle ouvre les yeux, pour les baisser vers ses mains et les examiner, comme si elle les voyait pour la première fois. Serait-elle capable de s'en servir pour tuer ? De tenir un couteau, une lame, un poignard, pour ôter la vie de quelqu'un d'autre ? Elle ne sait pas. Elle n'en sait rien. C'est bien trop brutal ; on lui demande de décider soudainement de son avenir, alors qu'elle n'a jamais rien choisi de sa vie – sauf peut-être sa fuite de Bellifère. Son cerveau fonctionne à plein régime, elle réfléchit furieusement à la situation. Elle a encore plus de questions qu'avant, mais toutes s'évanouissent quand elle essaie de les formuler correctement. Au final, elle prononce un mot. Un seul. « Pourquoi ? » Sa voix, assurée, ne tremble même pas. Elle relève la tête vers l'Ecoutante, avant de préciser. « Je veux dire, pourquoi me proposer ça, à moi ? Pourquoi l'assassinat ? Pourquoi ne deviendrais-je pas une suivante, une dame de compagnie, ou je ne sais quoi d'autre, comme ma sœur ? Et puis, je pense que ça rassurerait ma mère, entre nous – parce que je suppose qu'elle n'est pas vraiment au courant de notre petite entrevue, si ? » Elle se rend subitement compte que ses paroles peuvent passer pour une plainte, une lamentation ou un refus : il n'en est rien, elle est simplement en train de formuler à voix haute ses pensées ; les océans dévient néanmoins sur le poignard, et craignant que l'assassin décrète en avoir assez entendu et le dégaine pour mettre fin à leur entrevue, elle reprend rapidement. « Je ne suis pas en train de refuser, hein. Je me pose juste des questions, c'est tout. » Elle lève à nouveau la tête vers l'assassin, en espérant qu'elle voudra bien répondre à ses questions et satisfaire sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyLun 16 Jan - 23:24

Si la stupeur qui s’étale sur le visage d’Aubrée amuse fort Ljöta, elle n’en montre rien, fidèle à sa posture d’Écoutante, droite et sévère dans le cuir des assassins. Elle se souvient avec nostalgie de sa propre entrée dans la Confrérie : cette période, oh si noire ! où Ljära avait cessé de respirer et où le monde tout entier avait perdu ses couleurs. Le contrat, d’abord – l’or ducal de son propre domaine, utilisé à bon escient, pour acheter la mort de six adultes et de deux enfants. Oh comme elle a jubilé, férocement, la princesse endeuillée, lorsque nouvelle est arrivée de l’Académie rapportant le massacre dans l’enceinte de l’école… Elle n’en a jamais ressenti aucun remords. Aucun doute, aucun regret : les deux gamins responsables de l’accident de magie qui a tué Ljära, et les professeurs supposés les encadrer à ce moment-là. Huit âmes, dans le giron de Sithis… Puis elle a franchi l’étape suivante, et posé sa paume ensanglantée sur l’autel de Lida, se vouant à elle du plus profond de son être. Elle était plus jeune qu’Aubrée, mais la Confrérie avait bien voulu d’elle, et c’est de l’Écoutant de la Lame en personne qu’elle a reçu instruction.

Elle a beaucoup de questions, la jeunette – et un sourire amusé se dessine sous le masque. Trop de questions – alors Ljöta lui raconte, sans vraiment lui donner de réponse. « Tu ne sais donc pas où se trouve ta sœur actuellement, jeune Martel ? » Ignore-t-elle que sa cadette foule les pavés de la Cour des Miracles ? Les enfants des rues ont été informés que la jolie fleur de Bellifère est sous la protection des Ombres, et que nul mal ne doit lui être fait. N’étant point de la Confrérie, elle est donc nécessairement de la Cour… Mais si Aubrée ignore les occupations actuelles d’Agathe, ce n’est pas Ljöta qui les lui dévoilera. « Sache que vos positions sont… similaires. Ta mère n’a aucune idée des mondes dans lesquels vous vous trouvez, et il est sûrement mieux qu’elle n’en sache rien… »

Pourquoi ? Oui, pourquoi, au fond… D’un index pensif, la princesse tapote ses lèvres à travers le velours du masque. « Il y a plusieurs réponses à ta question. Il n’y a pas qu’un seul ‘pourquoi’ : je t’ai fait mener devant moi pour de multiples raisons, jeune Aubrée. La première, c’est sûrement ta volonté de t’en sortir, de devenir autre chose, de t’élever au-dessus de la condition qu’on t’a imposée. » Elle admire le courage. Précieuse qualité pour un assassin – inestimable force pour une femme. « La seconde… La Confrérie a été sollicitée pour accorder refuge et sanctuaire. C’est une très vieille tradition qui n’a pas été employée depuis des décennies : nous offrons l’asile à quiconque le demande, s’il est prêt à se vouer. Ce droit a été invoqué pour toi lorsqu’il nous a été demandé de t’accueillir ; et la Sombre Mère en personne a missionné ses Écoutants à ta rencontre. C’est suffisamment rare pour que je veuille que tu sois mienne, Aubrée. » Un fond d’orgueil. Une bonne apprentie, une femme forte, fière et décidée, pour honorer la Lame et l’Écoutante qui l’a formée : oui, elle en brûle d’envie, Ljöta. « Je n’ai encore jamais formé d’apprenti. C’est la troisième raison : il est temps que je transmette à mon tour ce que j’ai appris. Mon Maître, Lubin, l’Écoutant qui m’a précédé… Il m’a tant enseigné. Il a été le premier à m’offrir le choix de prendre ma vie en main. Le premier à me faire confiance. Le premier à voir ma force et mon courage sous mon visage de gamine. Mon premier amant, des années plus tard. » Souvenir impromptu vieux de dix ans déjà, d’une maison luxueuse, d’une famille entière décimée pour un grand tort causé ; d’une chambre à coucher seigneuriale aux murs aspergés de sang sous la lame des poignards. De draps blancs imbibés d’écarlate, poisseux et chauds contre sa peau dénudée, d’un corps ardent contre elle, en elle – et d’une communion intense, le sang des morts sur les lèvres. Un soupir triste lui échappe. « Il me manque. La relation entre un professeur et son élève est tissée d’une confiance absolue, Aubrée : je veux avoir à mes côtés une personne digne de cette confiance, et je pense que tu pourrais l’être. Je veux être cette personne, pour un apprenti : une enseignante, une complice, une amie. Je pense que nous pourrions nous entendre, jeune Aubrée, si tu te sens prête à tuer – et à aimer ça. »

Le choix lui appartient. Et elle prie, la princesse blonde, sa Sombre Mère, pour que la petite Belliférienne fasse le bon...




« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyVen 10 Fév - 17:22

« Ma... Ma sœur ? Et bien... » Aubrée se tait, se rendant compte qu'effectivement, elle ne sait pas précisément où se trouve Agathe en ce moment, ni ce qui est réellement prévu pour elle. A vrai dire, elle pensait naïvement que sa cadette mènerait la vie qu'on lui avait annoncé, à savoir dame de compagnie, et qu'elle serait en sécurité. La jeune femme se rend compte à présent qu'on peut lui dissimuler de nombreuses choses, sans qu'elle ne s'en aperçoive, et c'est assez dérangeant. Cependant, ce n'est pas ce qui l'inquiète le plus : si à elle, on lui propose une formation d'assassin, à quoi Agathe doit-elle faire face, si elles sont dans des positions similaires ? Peut-être est-elle dans la même Tour, à devoir choisir, comme son aînée, entre la vie et la mort ? Aubrée ne sait pas comment sa petite sœur pourrait réagir. Elle espère juste que si un tel choix s'imposait à elle, elle saurait faire le bon, et rester en vie. Maintenant, Aubrée se demande si elle n'aurait pas dû insister, et lui dire « au revoir » de manière plus démonstrative qu'un simple sourire accompagné d'un « à bientôt ».

Se rendant compte que ses pensées l'éloignent complètement du moment présent, la blondine cligne des yeux et se reconnecte à la réalité, pour mieux se concentrer sur les réponses de Ljöta. Elle l'écoute à nouveau très attentivement, acquiesçant même par moment. Les arguments de l'assassin se tiennent parfaitement, et elle a répondu à une grande partie de ses interrogations. Aubrée ne dit rien cependant. Son regard s'échappe à nouveau du masque de l'Ecoutante, se perdant quelque part dans le vague, réfléchissant à la suite. Elle doute de moins en moins quant à l'issue de la discussion, prenant peu à peu confiance. Elle retient même un petit sourire quand Ljöta soupire, montrant -enfin- que derrière le masque se cache une personne dotée de sentiments humains, la rendant de suite beaucoup moins effrayante. Cependant, la jeune femme ne fait aucun commentaire, se contentant de l'écouter à nouveau en silence.

La confiance... Aubrée se demande si elle a déjà fait confiance à quelqu'un dans sa vie. Sa sœur ? Non. Les rares secrets confiés à Agathe s'étaient retrouvés, tôt ou tard, répétés à qui veut l'entendre. L'aînée avait alors décrété que la benjamine n'était pas digne de confiance. Ses frères et son père, la réponse était évidente. Sa mère ? Il y a quelques mois, elle aurait ri au nez de celui qui lui aurait posé la question. Mais maintenant, elle supposait que oui, sans savoir si c'était réciproque. Après, elle avait bien eu des amies à Brumecor, et leur avait accordé une confiance enfantine, mais elles appartenaient à son passé. Il est vrai que depuis sa fuite, elle n'a plus d'ami fiable et extérieur à sa famille, et la jeune femme aimerait connaître à nouveau ce sentiment de sécurité et de confiance. Et maintenant, on lui offrait une relation basée sur une confiance réelle, absolue et à double sens... Comment refuser, vraiment ? Les dernières paroles ont tout simplement fini de convaincre la jeune femme, qui avait de toute façon déjà fait son choix, depuis un moment déjà. Elle est bien trop attachée à la vie pour pouvoir la quitter si vite et si brutalement, quitte à devenir un assassin. Cependant, avant de proclamer haut et fort sa décision, il lui reste un dernier petit détail à vérifier. Alors, elle regarde l'Ecoutante bien en face, et, en s'autorisant un léger sourire, prend la parole. « Comment pourrais-je vous faire confiance, alors que je ne connais ni votre nom, ni votre visage ? » Elle a pris un ton innocent et dénué de tout sarcasme, mais l'éclat dans ses yeux trahit sa confiance retrouvée. Et puis, elle ne cherche pas à provoquer ; juste à connaître l'identité de celle dont elle sera l'apprentie.
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptySam 11 Fév - 17:14

Le silence envahit la pièce, et Ljöta attend. Patiemment, elle observe les pensées se succéder sur le visage d’Aubrée, guettant le moindre signe de doute, d’hésitation, de refus. Elle tente de s’imaginer les réflexions qui peuvent bien traverser son esprit en cet instant précis, alors qu’on lui demande de faire le choix qui va faire basculer sa vie. Est-ce en attendre trop d’une petite Belliférienne tout juste arrachée à l’influence ô combien réductrice de sa parentèle masculine ? Pour Ljöta, c’était une décision facile à prendre, venue d’elle, une certitude née dans le cœur d’une adolescente déjà familière avec l’autorité et élevée dans les sphères les plus hautes du pouvoir, dans un duché où les décisions des femmes sont respectées. Pour Aubrée c’est différent : tout cela n’a vraiment rien d’évident, mais le fait qu’elle ait contacté elle-même sa mère pour lui demander de venir la chercher plaide en faveur d’un esprit déterminé, capable d’initiative et d’autonomie. Alors, elle attend, sagement, que la jeunette parvienne au bout de sa logique et pèse soigneusement le pour et le contre. Sera-t-elle séduite par la liberté qui s’offre, au prix d’une allégeance qu’elle ne pourra jamais reprendre ?

Petit à petit, une décision semble se préciser dans l’expression d’Aubrée, et Ljöta se concentre. La demande formulée lui tire un sourire hilare sous son masque – ah, tous les apprentis partagent la même curiosité, c’est un fait commun ! Parmi ceux démarchés par la Confrérie, bien peu s’abstiennent de poser cette question-là. Doucement, elle secoue la tête, d’une dénégation ferme mais amusée, et son ton est amical lorsqu’elle répond. « Le secret est de mise entre nous, jusqu’à ce que tu portes la Main Noire sur ton corps, ou que tu la refuses. Tu pourras voir mon visage et connaître mon nom une fois ton serment prononcé, Aubrée, pas avant. » Tapotant pensivement des doigts sur sa cuisse, elle cherche les mots capables de lui expliquer ce refus qui découle d’un principe cardinal de la Confrérie. « La Sombre Mère et le Dieu sans Visage n’ont que faire des noms et des apparences. Ils connaissent mon âme, ont distingué ma valeur, et marchent à mes côtés quand la bataille s’en vient et que je leur adresse mes prières, et mes pensées. Ce que l’on attend d’un apprenti assassin, Aubrée, c’est de s’en remettre aveuglément entre leurs mains, de leur abdiquer sa vie, et de leur vouer sa foi. Ce que, moi, j’attends de toi, c’est ce saut dans l’inconnu avec moi – je veux voir, petite, si tu es capable d’un acte de foi. »

Bien sûr qu’elle comprend la demande – mais elle ne peut y accéder. Elle ne le veut pas, de toute manière. Il faut bien que la confiance commence quelque part, comment l’Écoutante pourrait-elle se fier à une apprentie qui refuserait de lui confier sa vie ? Elle est prête à se dévouer pour Aubrée, à se battre pour elle, à guider ses pas pour faire d’elle une femme forte, solide et fière. Encore faut-il que la jeunette souhaite s’en donner la peine…




« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyMar 14 Fév - 11:42

Le sourire se transforme rapidement en une petite moue déçue. « Oh. Je vois. » L’Ecoutante veut une confiance aveugle. Elle doit donc confier sa vie à une inconnue ? Remarque, cette inconnue détient déjà sa vie entre ses mains. Après tout, connaître ou non son identité ne changera pas grand-chose à l’issue de cet entretien et à la décision de la blondine. A vrai dire, Aubrée est surtout curieuse. Elle insisterait bien, mais elle sent que cela ne servirait à rien, et qu’elle risquerait d’énerver l’assassin et de se mettre en danger pour rien. Enfin, ce ne sont que des suppositions. Le ton était après tout amical, mais Aubrée n’a pas vraiment envie de tester « juste pour voir ». Au final, sa curiosité n’est qu’une raison de plus qui l’incite à accepter la proposition.

Cependant, les sourcils se froncent légèrement à l’évocation de la Main Noire. La jeune femme suppose que c’est un tatouage, signe d’appartenance à la Confrérie. Elle ignore encore tout à propos des rituels de la Confrérie, la Main de Lida ne faisant pas exception. Par contre, elle se doute que ce n’est pas la seule règle à laquelle elle devra se plier pour devenir un assassin. Elle tait ses questions, se disant qu'elle verra au moment venu.

Elle accepte les explications qui suivent d’un hochement de tête. Elle comprend, même si elle trouve ça un brin injuste. Ce n’est même plus de la confiance, qu’on lui demande, c’est simplement un abandon total à une vie inconnue. Et quoi de plus effrayant… Et excitant ? Un petit sourire étire ses lèvres. Si au départ, elle ne voulait accepter que par dépit, elle se rend compte qu’elle est désormais intriguée et attirée par la formation d'assassin qui s'offre à elle.
Elle relève les yeux vers l’Ecoutante. « Et donc, il suffit que je dise que j’accepte de devenir votre apprentie, et c’est bon ? Ou il y a une manière un peu plus formelle de faire les choses ? C’est que, je ne voudrais pas faire ça mal, vous voyez. » Et voilà. Elle venait implicitement d'accepter. Aubrée aurait voulu prononcer cette phrase sur un ton un peu plus léger et moins solennel, mais c’est quand même quelque chose de dire à haute voix, pour la première fois de sa vie sans doute, ce qu’on a choisi, même à demi-mot.


「Flash-back」D'une proposition YLnnprHf_o











Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyDim 26 Fév - 18:23

Sous son masque, Ljöta est suspendue aux paroles d’Aubrée. Elle guette le moindre signe de décision sur son visage, suit ses réflexions – et quand la petite affiche finalement un sourire intrigué, elle sait que c’est gagné. Elle prend quelques secondes pour graver cet instant dans sa mémoire : sa première apprentie ! La toute première, sa protégée, celle qui marchera sur ses pas. C’est un pas important pour elle ; et savoir qu’elle tient la vie d’Aubrée entre ses mains, non pas obtenue de force mais confiée de plein gré, c’est… C’est étourdissant. Elle se lève, l’Écoutante, plus émue qu’elle ne le montre, et s’approche de celle qui se voue à elle, la faisant lever et posant les mains sur ses épaules. Elles sont presque de la même taille ; Aubrée n’a qu’à lever à peine les yeux pour croiser son regard. « Je te remercie de la confiance que tu m’offres. Elle a grande valeur à mes yeux, sois-en convaincue. Je tâcherai de m’en montrer digne, et d’être pour toi un professeur, une amie et une conseillère, à chaque fois que tu en éprouveras le besoin. »

Lâchant la blondinette, elle va vers la porte, entrouvre le battant, faisant signe à la tatoueuse d’entrée. La femme est masquée, elle aussi ; juste une formalité, à présent. « Pour commencer, nous allons te tatouer la Main Noire, d’une encre à laquelle seront mêlés nos deux sangs. » D’un geste fluide, elle dégaine sa lame d’assassin ; et retire son gant droit pour entailler légèrement la base de son pouce. Quelques gouttes écarlates perlent, que la tatoueuse recueille dans un flacon cristallin. Ljöta continue ses explications. « Pour te lier à la Confrérie, tu n’as pas de serment à prononcer. La marque en tient lieu – tu engages ton sang au nom de Lida et de Sithis. En y joignant le mien, je te revendiquerai comme mienne, et tu seras dès lors liée à moi jusqu’à ce que tu deviennes assassin de plein droit. Mon apprentie, ma tutelle, ma charge – quiconque s’en prendrait à toi devrait m’en répondre, et je deviens responsable de tes actes. »

La petite a-t-elle conscience de la profondeur de cet engagement ? Peut-être pas vraiment, pas encore, mais cela viendra sûrement un jour. La tatoueuse lui entaille légèrement le bout du doigt, puis recueille quelques gouttes dans le même flacon, avant d’y ajouter une encre sombre et d’agiter vigoureusement l’ensemble. « Où veux-tu porter ta marque, Aubrée ? La mienne est juste ici. » Du doigt, elle désigne un point entre ses seins, juste sur son cœur. Une fois la jeune fille tatouée, tout sera décidé – et elle pourra enfin lui dévoiler son visage.




« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyDim 12 Mar - 20:59

Quand l’Ecoutante se lève et s’approche d’elle, Aubrée a un léger mouvement de recul, quasiment imperceptible, mais se reprend bien vite quand elle voit que l’assassin n’a aucune intention de lui faire du mal. Alors, elle se lève aussi ; les deux femmes sont maintenant face à face, à égalité. La blondine note qu’elles font quasiment la même taille. Elles se ressemblent même, peut-être. Mais ça, pour le savoir, il faut encore qu’elle enlève son masque.
Elle ne tressaille même pas quand elle pose la main sur son épaule, et acquiesce à ses paroles. Elle espère que l’assassin dit la vérité. Non, bien sûr qu’elle dit la vérité. Il faut qu’elle lui fasse confiance. Elle lui fait confiance.

Et puis, Ljöta fait entrer quelqu’un dans la pièce – quelqu’un qui, sans surprise, porte un masque. Evidemment. Aubrée la détaille rapidement, avec curiosité. La  nouvelle arrivante lui accorde à peine un regard, avant de commencer à déballer des affaires. La jeune femme fronce les sourcils, intriguée, mais l’Ecoutante reprend la parole, détournant son attention. Alors, elle va se faire tatouer du sang sur la peau ? C’est… glauque.  L’idée en elle-même la dégoûte, mais elle doit faire confiance. Après tout, elle va devenir un assassin. Le sang deviendra son quotidien. Alors, Aubrée hoche de nouveau la tête. Cependant, elle ne peut s’empêcher de retenir sa respiration quand l’assassin tire sa lame de son fourreau et s’entaille le doigt. Aubrée observe, immobile, les yeux rivés sur les perles de sang recueillies par la tatoueuse.  Elle n’aurait jamais cru pouvoir trouver la couleur du sang belle. Et pourtant, à la lueur des torches qui éclairent la pièce, le rouge rendu sombre lui paraît attirant, mystérieux, beau. Finalement, le tatouage ne la dérangera pas.

Quand elle comprend que c’est à son tour de faire la même chose, elle hésite quelques secondes, avant de finalement tendre sa main. La tatoueuse lui arrache un léger frémissement quand elle lui entaille le bout de l’index, mais Aubrée se laisse faire sans broncher. Un instant, elle craint qu’elle ne change d’avis au dernier moment, et lui tranche le doigt, la main ou autre chose, mais elle doit avoir confiance. Elle a confiance.

Aubrée se tourne à nouveau vers l’Ecoutante. Où elle veut le tatouage ? Elle ne sait pas. Du moins, elle sait où elle ne le veut pas. A l’emplacement de celui de Ljöta, entre autre. Elle est bien trop pudique pour dévoiler son corps à un endroit pareil – et elle suppose que le tatouage ne se fait pas à distance, ou à travers le tissu. Alors, elle réfléchit, et parcourt rapidement son corps du regard. Finalement, elle se décide. Elle tend simplement sa main droite, l’intérieur du poignet vers le haut, et le pointe du doigt. « Juste ici. » Le poignet droit. Pour plusieurs raisons, dont l’esthétisme, la pudeur, et le symbole. Puisse la Sombre Mère toujours guider ses gestes.


「Flash-back」D'une proposition YLnnprHf_o











Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyDim 19 Mar - 19:13

Elle lui plaît, cette petite Belliférienne déterminée. L’on aurait pu craindre de la trouver timorée ou trop effacée pour accomplir ce qui doit être fait, mais Ljöta est amplement rassurée : la petite a déjà su prendre sa vie en main et réclamer qu’on vienne la tirer de son existence poussiéreuse, ce qui était déjà un bon point – et voilà qu’elle affronte sans ciller les rituels étranges de la Confrérie, hérités d’une tradition plus que millénaire. Voilà qui est fort prometteur ! Silencieuse, elle observe la tatoueuse faire son office, de quelques gestes précis rendus fluides par l’habitude. L’aiguille, l’encre mêlée de sang, le motif qui peu à peu se dessine ; Ljöta fait les cent pas quelques minutes, et revient vers sa nouvelle protégée au moment où la femme répand un liquide antiseptique sur le tatouage avant de l’envelopper d’un bandage de lin.

Puis le serment est prononcé. Avec ses mots à elle, Aubrée se voue à Lida, à Sithis, à la Confrérie ; et à son professeur, à qui elle jure obéissance et loyauté. Lia, l’Écoutante de la Lame… Sereine, une fois la tatoueuse partie et le serment prononcé, la Kyréenne retire délicatement le masque qui dérobait ses traits, rejetant en arrière le capuchon qui libère la blondeur de ses tresses. Maintenant que les formalités d’usage ont été accomplies, les vraies présentations peuvent avoir lieu, sans plus de retenue, de non-dits ni de secrets. Elle éprouve une sensation si étrange, l’Écoutante, alors que sa toute première apprentie l’étudie du regard ! Avoir cette vie entre les mains, non pour la faucher mais pour la protéger, est une perspective inédite qui l’angoisse bien quelque peu. Saura-t-elle se montrer digne de la confiance qu’Aubrée a juré de lui vouer ? Elle l’espère, de tout son être – ô Lida, étends la main pour protéger le chemin de tes filles qui s’y engagent côte à côte devant le Destin.

« En compagnie de nos frères et sœurs de la Nuit, tu me désigneras sous le nom de Lia, car c’est celui sous lequel tous me connaissent. J’ai pris cette identité lors de mon entrée dans la Confrérie, à mes quinze ans, pour dissimuler celle sous laquelle je suis née et qui se trouve si hautement placée qu’elle ne doit pas être associée à la Main de la Nuit. Est-ce que tu comprends ? C’est très important. Il est primordial de préserver nos identités pour ne pas risquer de mettre en danger nos proches et nos êtres aimés. Tu pourras, toi aussi, choisir un nom d'emprunt si tu le désires. » Qui, en effet, songerait à soupçonner une princesse sous le masque de l’Écoutante de la Lame ? Un sourire fugace traverse les lèvres de Lia, tandis qu’elle observe Aubrée qui réfléchit. Décidément, cette petite lui plaît de plus en plus. Elle ne sait pas grand-chose de sa mère, sinon qu’elle s’entête à demeurer la seule femme Voltigeuse au sein du Vol de Bellifère, et elle se réjouit de voir la même détermination scintiller dans le regard de sa protégée. « Officiellement, aux yeux du monde, tu seras à mes côtés en tant que demoiselle de compagnie, et pupille. Dans ces moments-là, je serai pour toi une noble dame que tu accompagneras dans ses déplacements, et que tu assisteras dans ses fonctions. Je t’apprendrai les us et coutumes de mon duché, les manières de la société, tu seras vêtue avec luxe et admise dans les cercles les plus hauts en ma compagnie. Cette partie-là de ton apprentissage sera sûrement la plus ardue, car elle exige un grand contrôle de soi. Il en va ainsi pour tous ceux qui portent couronne. »

Elle a déposé le masque sur la table au bord de laquelle elle est assise, les jambes balançant dans le vide, appuyée en arrière sur ses bras tendus, parfaitement détendue. L’instant a été bien assez solennel, il est temps pour plus de relaxation – temps aussi de le lui donner, ce nom prestigieux qui amènera sûrement avec lui cohorte de questions. « Je ne suis pas régnante, mais je me tiens sur les marches d’un trône. Je suis Ljöta, princesse de Valkyrion ; et te voilà à présent de mes dames, Aubrée. Tu peux maintenant me poser tes questions – c’est permis, la marque est tracée, le serment est prononcé, tout est accompli. »




« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyDim 9 Avr - 11:56

Quand la tatoueuse lui saisit délicatement le poignet, toujours sans un mot, Aubrée frissonne légèrement. Pudique, elle n’a pas l’habitude d’être en contact direct avec d’autres personnes. Néanmoins, elle se laisse faire, et manipuler le poigner par la femme masquée. Elle tressaille silencieusement de nouveau en sentant l’aiguille lui traverser la peau. Elle ne veut pas faire de bruit, et troubler le silence qui règne dans la pièce, seulement troublé par les bruits de pas de l’Ecoutante, qui tourne en rond, en attendant que la tatoueuse termine son travail. La jeune femme repose les yeux sur son poignet. La Main de Lida y apparaît, petit à petit. Quand elle sera achevée, Aubrée fera réellement partie de la Confrérie. Elle aura vraiment un but à sa vie, quelque chose à accomplir, et, mieux, quelque chose qu’elle aura choisi. Car la menace de sa mort, si elle venait à refuser, n’était maintenant qu’un détail dans l’esprit de la jeune femme. Et maintenant, elle est presque sûre que même si sa vie n’avait pas été en jeu, elle aurait accepté. Peut-être moins rapidement, mais elle aurait fini par accepter. Après tout, une vie d’apprentie assassine est sûrement bien plus palpitante que celle de simple dame de compagnie.

Ça y est, la tatoueuse a terminé son travail. Aubrée détaille rapidement la Main, qui marque désormais son poignet. Elle porte à présent sur elle le sang de l’Ecoutante, dont elle sera l’élève. Elle fait partie de la Confrérie. Elle ne réalise pas encore l’ampleur de ce que cela signifie, mais elle a le sentiment d’avoir fait quelque chose d’important. Elle vient de changer de vie, d’échanger le destin d’une jeune femme docile avec celui d’une assassin. C’est fort. Elle n’aurait jamais cru ça possible.
Tandis que la tatoueuse lui bande le poignet, Aubrée relève les yeux vers Ljöta, et comprend qu’il est temps de prononcer le serment. Elle n’a jamais fait ça, avant. Mais elle s’empêche d’hésiter, et laisse les mots venir d’eux-mêmes. « Par ce serment, je me voue à Lida, la Sombre Mère, et Sithis, le Dieu sans Visage. Je jure aussi fidélité, confiance et obéissance à mon professeur. » Son professeur, qui n’a pas encore de nom. Elle attend sans doute que les deux femmes soient seules. La tatoueuse hoche la tête, et prend congé. Aubrée la suit du regard jusqu’à ce qu’elle ferme la porte, avant de revenir sur l’Ecoutante. Lentement, sans un mot, celle-ci ôte son masque, et enlève sa capuche, dévoilant à Aubrée son visage. La jeune femme la détaille. L’assassin doit avoir une dizaine d’années de plus qu’elle ; à vrai dire, Aubrée l’imaginait plus âgée. Dans sa tête, un professeur assassin ressemblait plus à un vétéran qu’à une trentenaire. Cependant, elle n’en dit rien. Elle note aussi les tresses et la pâle blondeur des cheveux, signe que l’Ecoutante est probablement Kyréenne.

Et alors que l’assassin se dévoile, les questions se multiplient dans l’esprit d’Aubrée. Quel est son vrai nom ? Pourquoi être rentrée si jeune dans la Confrérie ? Quelle est sa réelle identité ? Est-elle si importante que ça ? Mais elle ne dit rien, se contente d’écouter, toujours en hochant la tête. Oui, elle comprend l’utilité du nom d’emprunt. Mais elle n’en veut pas. Elle n’en a pas besoin. Qui pourrait bien vouloir lui faire du mal, à elle et à sa famille ?

Les explications continuent, et les questions aussi. Alors, elle mènera une double vie ? Demoiselle de compagnie le jour, assassin la nuit ? L’Ecoutante est-elle si haut-placée que ça ? Elle porte couronne ? Cela veut-il dire qu’elle fait partie d’une famille régnante ? Cette fois, la question qui la titille ne peut s’empêcher de franchir ses lèvres. « Qui êtes-vous ? » Impatiente, curieuse, Aubrée veut savoir. Et quand la réponse arrive enfin, la jeune femme se tait. Elle se contente d’écarquiller les yeux, et de fixer l’assassin. Elle se tient devant la princesse de Valkyrion en personne. Et elle est désormais son apprentie et demoiselle de compagnie ? C’est totalement irréaliste. « Je… » Elle en a perdu toutes ses questions, Aubrée. Et maintenant qu’elle a le droit de les poser, elle ne dit plus rien. Enfin, passé le moment de surprise, elle semble enfin retrouver l’usage de sa langue. « Mais comment ? Comment vous avez fait pour devenir un assassin ? Et pourquoi ? » Pour Aubrée, une princesse ne peut pas être assassin de son plein gré, c’est inconcevable. Pourquoi choisir une vie d’assassin alors qu’une princesse a tout ce qu’elle désire ? Contrairement à elle-même, Ljöta devait avoir déjà une route de tracée, et plutôt enviable sans doute, pourquoi se tourner vers l’assassinat ? Elle a dû, comme elle, avoir été enlevée, et on a dû lui imposer ce choix. C’est sans doute ça.


「Flash-back」D'une proposition YLnnprHf_o











Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyLun 17 Avr - 22:20

Aubrée écoute, et attentivement : Ljöta pourrait presque voir les informations se classer d’elles-mêmes dans une multitude de petits tiroirs bien rangés, tandis qu’elle dévoile pan après pan l’histoire de sa vie. Elle l’a bien vue, la surprise lorsqu’elle a ôté son masque, devant la jeunesse de ses traits ; elle sait aussi que ses tresses, la pâleur de son teint, le clair de ses yeux et sa blondeur de lin l’identifient clairement comme kyréenne. Dans les yeux de la réfugiée de Bellifère, l’assassin lit aussi la curiosité insatiable typique de l’espèce féminine dans son intégralité, et une impatience débridée qui lui tire un sourire amusé, presque attendri. Aubrée lui rappelle… Aubrée lui rappelle Ljära. Avec ses questions, et ses éclats de rire, et cette bonté absolue, dans ce regard qu’elle portait sur le monde – avec la confiance dans le regard porté sur elle. Timide encore, dans celui d’Aubrée ; absolue naguère, dans celui de Ljära. Et c’est ce qui blesse, au fond ; cette certitude de ne pas en avoir été digne. De ne pas avoir su la protéger. Sa jovialité se fane un peu, le sérieux revient sur ses traits ; Aubrée s’interroge, Aubrée demande, Aubrée questionne, et Ljöta a promis de ne point celer de vérité.

C’est un profond soupir qui lui échappe, meublant le silence empli de questions que la jeunette ne pose pas, résonnant de celle qu’elle a formulée. Ljöta ne sait trop par où commencer. Son regard s’évade ; soudain, elle ne supporte plus celui d’Aubrée, tant il éveille de souvenirs auxquels elle ne s’attendait pas. D’une voix basse, sereine mais empreinte d’un abîme de douleur, la princesse qui porte toujours le deuil commence à raconter. « J’avais… J’avais quatorze ans, quand tout a commencé. J’avais une sœur, plus jeune que moi de deux années : elle s’appelait Ljära, et c’était la lumière de mon existence. Elle était… merveilleuse. Patiente, et douce, et tolérante, et curieuse : elle n’avait jamais un mot méchant, voyait toujours le meilleur chez les autres. Je la protégeais de toute mon âme, et je l’aimais plus que ma propre vie. Mais voilà, elle était mage, ma Ljära ; et c’est au bout de six mois que les mages l’ont laissée mourir, à l’Académie, abattue par la magie alors que des adultes auraient dû surveiller ces imbéciles frimeurs et prétentieux… » La rage a envahi tout son être, à ce simple souvenir, combattant efficacement la tristesse et le chagrin. Elle serre les poings, se concentre pour ne pas se mettre à hurler, luttant pour conserver son contrôle et ne pas lâcher la bride à ces sentiments violents qui la harcèlent lorsqu’il est question de Ljära et de son cruel trépas.

Lorsqu’elle reporte le regard sur Aubrée, ses iris se sont cerclés de rouge, pulsant au rythme de ces mots, vibrant témoin d’une magie latente qui n’a jamais été comprise, jamais travaillée, jamais assumée. D’une magie sauvage, d’une magie barbare, d’une magie honnie même en Faërie ; de ce Sang tout-puissant qui préside à chaque cérémonie de la Confrérie, et qui fait d’elle, à son insu, une si bonne Écoutante. « Le Conseil de l’Académie a prétendu qu’il n’y avait pas de responsables, ils ont présenté des excuses, mais cela ne suffisait pas, comprends-tu ? J’ai fait couler mon sang en offrande à l’autel de Lida, j’ai placé un contrat ; et un Écoutant est venu prendre mon paiement. Les responsables sont morts en quelques mois ; et une fois le dernier tombé, je suis retournée à l’autel m’offrir à la Sombre Mère, car ma vie n’avait plus de sens. L’Écoutant est revenu ; et c’est lui qui m’a tout enseigné. » Petit à petit, la rage s’est calmée ; l’écarlate s’est dissipé, et il ne reste que le regard fatiguée d’une femme terrassée par la perte d’un être aimé, et qui s’est reconstruite comme elle l’a pu autour des ruines désolées d’un cœur brisé. « Je suis devenue Lame car cela me donnait un but honorable : servir notre Sombre Mère et notre Père Sans Visage, qui apportent la justice divine là où celle des hommes a failli. J'ai choisi le fil du poignard pour trancher les vies, car je suis une skjäldmo de Valkyrion, une femme guerrière, une combattante ; et que j'aime à sentir la vie de ma victime s'effilocher entre mes doigts. Je ne suis pas quelqu'un de... doux, Aubrée.»





« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyDim 23 Avr - 12:46

Le regard que Ljöta porte sur Aubrée, à la fois attendri et douloureux, la perturbe. Elle ne sait pas à quoi pense l’assassin, en la regardant ainsi, et elle est à des lieues de se douter de ce qui anime ses pensées. Et quand, en entendant sa question, l’Ecoutante redevient tout à coup sérieuse, Aubrée craint d’avoir posé la mauvaise question, d’avoir dit le mot de trop. Mais la princesse n’a-t-elle pas dit qu’elle répondrait à ses interrogations ?
Ljöta soupire ; Aubrée, elle, retient son souffle. Un long silence s’installe entre les deux blondes, alors que la plus âgée rompt le contact visuel entre elles, pour se perdre quelque part sur le mur, derrière la blondine. Elle se rend compte que sa question, aussi simple et évidente soit-elle, semble remuer un couteau dans une plaie, pourtant cicatrisée en apparence, sans comprendre toutefois pourquoi.

Quand elle commence à raconter d’une voix empreinte de douleur, Aubrée écoute. Elle ne peut s’empêcher de faire le lien entre Ljöta et Ljära, et elle-même et Agathe. Deux sœurs, de deux ans d’écart… Sauf qu’elles, elles semblent proches… Elle s’apprête à interrompre l’assassin, afin de poser des questions sur Ljära, pour en savoir plus sur elle, mais se rappelle qu’elle répond à sa précédente interrogation, et qu’elle n’est pas allée au bout de ses explications. Et qu’en plus, elles semblent difficiles à exprimer. Alors elle se tait, encore. Et écarquille les yeux quand elle apprend que la plus jeune des deux sœurs est morte. C’est donc pour cela que Ljöta s’était engagée dans la Confrérie ? Par désespoir, par peine ? Elle n’a donc rien trouvé d’autre, comme occupation ?

Quand Aubrée recroise à nouveau le regard de l’Ecoutante, elle frémit. Ses iris sont cerclés d’écarlate. Une… Mage du Sang ? Une princesse Mage du Sang Kyréenne ? Est-ce seulement possible ? Visiblement oui, puisqu’elle recommence à raconter. Seulement, cette fois, ce n’est plus de la tristesse, qu’Aubrée perçoit dans sa voix. C’est de la rage. Elle s’est trompée ; Ljöta n’est pas désespérée, mais en colère. En colère, contre ces mages, devant contre l’Académie, un Colère qui l’avait poussée à passer un Contrat avec la Confrérie, et qui l’avait incitée à se vouer à Lida et à Sithis. Mais cette colère a semblé se tarir, au fur et à mesure de ses paroles, et le rouge dans ses yeux a disparu peu à peu, au grand soulagement d’Aubrée. Ljöta redevient calme, et pose ses derniers mots, durs et froids.

Elle n’est pas quelqu’un de doux. Aubrée l’aurait parié. De toute façon, une personne de ce genre n’a pas sa place parmi les assassins, a priori. Mais ces mots lui laissent une drôle d’impression. Ljöta aime la Mort. Elle s’est trouvé un nouveau but, dans sa vie, grâce à Elle. Alors la blondine acquiesce. Elle reste encore silencieuse quelques secondes, avant de répondre. « Et moi, je ne veut plus être quelqu’un de doux. » Elle a trop été douce, trop soumise au pouvoir des hommes de sa famille, trop conciliante. Elle veut prendre sa revanche, à présent. Alors elle plante son regard azuré dans celui de l’assassin, et prononce d’une voix claire : « Apprenez-moi à être comme vous.»


「Flash-back」D'une proposition YLnnprHf_o











Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyMer 17 Mai - 18:41

C’est un instant clé, un moment charnière, dans leur relation à toutes les deux. Ljöta sait bien l’enjeu des premiers jours, combien la première impression est déterminante ; a-t-elle réussi à convaincre Aubrée ? L’apprentie lui accordera-t-elle sa confiance, remettra-t-elle sa vie entre ses mains ? Il semblerait que leur destin en prenne le chemin, en tout cas. Il n’y a aucun jugement dans le regard clair de la Belliférienne, pas de crainte ni d’hésitation ni de rejet : juste une attentive concentration, et un brin d’empathie qui réchauffe le cœur si froid de la Kyréenne. Oh, qu’elle est jeune ! Si jeune, Aubrée, avec ses grands yeux déterminés et la douceur de son âme encore si tendre. Une douceur dont elle semble vouloir se départir… A-t-elle conscience du prix à payer pour s’affranchir des entraves posées ?

Délicatement, elle effleure de sa paume la joue d’Aubrée, attendrie soudain par ce petit bout de femme qui lui rappelle tant son propre chemin. « Je t’apprendrai tout ce que je sais, c’est une promesse, je m’y suis engagée. » Un serment profond, presque palpable, irrévocable – comme si elle pouvait percevoir maintenant sa jeune apprentie dans la course du sang au creux de ses veines. Le temps vient à présent de la découvrir autrement que par la présentation sommaire faite par sa mère et rapportée par plusieurs intermédiaires, autrement que par un espionnage attentif mais prudent ces dernières semaines. Le temps de se présenter, également, comme princesse et dame de la cour kyréenne, pour que la jeunette apprenne les us et coutumes bien particuliers du duché des glaces. Chaque chose en son temps, oui !

« Nous allons devoir veiller à t’installer à présent. Tu auras bien sûr ta chambre à la tour de Valkyrion où je réside officiellement en tant que princesse et ambassadrice ; nous n’y serons pas très souvent, mais ce sera tout de même ton appartement privé. Tu pourras y recevoir tes amis, et ta sœur, sans avoir besoin d’en demander la permission. Nous verrons tout cela demain. Pour ce soir, tu vas choisir ta chambre ici, à l’étage des apprentis : ce sera ta chambre personnelle jusqu’à la fin de ta formation, nul autre que toi et moi ne pourra y entrer, car sa porte sera accordée au tatouage que tu portes et auquel mon sang est mêlé. Tu ne peux pas recevoir de visites ici, Aubrée, c’est important : toute infraction à cette règle serait trahison. Est-ce bien compris ? »

Tout en parlant, elle a passé le bras autour des épaules de la jeune femme, l’a entraînée de torche en torche dans le couloir de pierre du dédale de catacombes qui s’étendent sous la Tour Noire, la guidant vers l’escalier leur permettant de remonter vers les étages habités. Elle lui fera visiter les différentes pièces une fois les formalités effectuées : le plus urgent, c’est d’installer confortablement sa protégée. Neuf volées de marches plus tard, les voici à l’étage des apprentis, et dans la grande salle au centre de la tour, deux assassins patientent, gardiennes d’un coffre et d’un sac dans lesquels les quelques possessions de la jeune femme ont été soigneusement transportées. D’un sourire, Ljöta remercie ses lames, plaçant la main sur l’épaule de la blondinette. Elles auront tout le temps de faire connaissance plus tard, mais elle s’acquitte toutefois des présentations préalables. « Voici Victorine, une des Lames de Bellifère, et son apprentie Sigrid, de Vallkyrion. J’ai préféré que tes biens soient manipulés par des femmes, plutôt que par des hommes. » Petite délicatesse pour ménager la pudeur d’une fille de Bellifère – d’où le choix de Victorine pour cette mission délicate.

La plus âgée des deux femmes soulève le coffre, la plus jeune se charge du sac – et Ljöta entraîne son apprentie dans le couloir circulaire qui dessert toutes les chambres. « Chaque porte ouverte indique que la chambre est vide. Fais le tour, prends ton temps, et choisis celle qui te plaît : nous enchanterons la serrure, ensuite. » En attendant qu’Aubrée fasse son choix, la princesse s’adosse au mur, échangeant quelques plaisanteries de bon aloi avec ses consœurs.





« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyDim 4 Juin - 13:33

Le contact de la main de Ljöta sur sa joue la fait légèrement frémir. Ce geste, d’une douceur toute maternelle, ou du moins attendrie, contraste avec les paroles froides prononcées par l’assassin quelques instants plus tôt. Aubrée sent que l’Ecoutante est une personne complexe, aux mille facettes, mais cela ne l’effraie pas, au contraire. Sans paraître nullement gênée, elle hoche simplement la tête à ses mots, qu’elle sait importants. Ljöta ne semble pas prendre les promesses à la légère ; de quoi abaisser davantage les murailles entre elles.
 
L’Ecoutante rompt soudain le contact fragile pour entourer plus fermement la blondine de son bras, et l’entraîner hors de la salle à travers les couloirs sombres. Tout en marchant, elle la somme d’explications à propos de ses futures chambres, de ce qui lui sera permis et interdit, ainsi que de ce qui est prévu pour elle dans l’immédiat. Alors, seulement, la jeune femme comprend qu’elle va réellement mener une double vie. Une vie à la lumière du jour, celle d’une jeune suivante ; et une autre à la tombée de la nuit, où elle portera un masque et apprendra à tuer. C’est excitant. Elle aura un secret, qu’elle ne devra révéler sous aucun prétexte. Et elle aura sa propre chambre. Ses propres chambres, même. C’est beaucoup mieux que ce qu’elle avait envisagé en quittant Brumecor, ou même Euphoria. Mais elle ne pourra faire visiter la deuxième à personne. Qu’importe. Elle acquiesce de façon plus marquée. « C’est bien compris. Pas de visites ici. »
 
Après avoir gravi des dizaines de marches et avoir songé que jamais elle n’arriverait à se retrouver toute seule dans tous ces couloirs et escaliers qui se ressemblent, Aubrée pousse un petit soupir de soulagement quand l’Ecoutante l’entraîne hors des escaliers, dans une grande salle. S’y trouvent deux femmes, portant un coffre et un sac. Et malgré les événements, la jeune femme n’a pas oublié ses bonnes manières. « Bonjour. » Elles lui sourient en retour, et Ljöta les remercie. Aubrée lève un regard interrogateur vers la Kyréenne, qui s’empresse de faire les présentations. La blondine hoche la tête, en apprenant avec surprise l’origine de Victorine. Ainsi, d’autres bellifériennes quittent leur contrée ? elle était persuadée, naïvement, que Grâce et sa sœur, ainsi qu’une des Aubenacre dont elle a oublié le nom n’étaient que des exceptions. Mais il se pourrait bien qu’elles soient plus nombreuses que cela à sauter le pas, et à partir de là-bas. Aubrée reprend foi en l’humanité. Elle lui posera des questions, c’est sûr. Mais elle sait que ce n’est pas le moment. Plus tard ; si elle a bien compris, elle va passer un petit moment ici, elle aura tout le loisir de faire connaissance avec la Belliférienne par la suite. « Enchantée. Et merci. » Un merci adressé aux trois femmes présentes dans la pièce ; Sigrid et Victorine pour avoir pris soin de ses affaires, et Ljöta pour la petite attention qu’elle a eu pour elle.
 
Enfin, Aubrée se laisse à nouveau entraîner dans un nouveau couloir, celui des chambres, visiblement. Elle acquiesce encore aux paroles de Ljöta, et s’éloigne doucement, prenant le temps de regarder autour d’elle, entendant déjà les trois assassins converser. Elle n’hésite que quelques secondes avant de s’aventurer par la première porte ouverte. C’est une chambre toute simple, où se trouvent un lit, une table, une chaise et un coffre. Elle hausse les épaules, s’apprêtant à dire que cette chambre lui va, mais elle remarque que la disposition des meubles lui est étrangement familière. C’est presque la réplique de sa chambre, chez elle, à Brumecor. Pour beaucoup, cela aurait un aspect rassurant ; mais Aubrée ne veut pas renouer avec son passé, et s’en éloigner le plus possible. Alors, elle tourne les talons et sort de la petite chambre. Si jamais toutes les chambres se ressemblent, elle en bougera les meubles.

La deuxième chambre qu’elle visite est bien plus sombre que la première. Seulement éclairée par les torches du couloir, d’épais rideaux sont tirés devant la mince ouverture qui sert de fenêtre. De plus, la tapisserie qui habille le mur est d’un brun assez foncé, ce qui n’arrange rien, et qui contribue à rendre la pièce un peu plus… lugubre ? Aubrée ne dormira pas ici, c’est hors de question. A nouveau, elle quitte la chambre pour s’en aller explorer la suivante. Les meubles sont les mêmes que dans les autres. Par contre, la décoration murale est déjà plus engageante : donnant dans les tons bordeaux, elle représente une main noire ouverte, avec au bout de chaque doigt un symbole différent. En repérant le poignard parmi eux, Aubrée comprend que cela représente la Main de la Nuit et ses cinq aspects. Pensive, elle observe la tapisserie en silence. Dire qu’elle en fait dorénavant partie. Elle sourit légèrement, et sort de la chambre. Elle décide d’explorer un peu le couloir avant de finalement revenir vers Ljöta et les deux Lames. « C’est bon, j’ai choisi. Celle-ci, là-bas. » Elle ponctue sa phrase d’un coup de menton en direction de la chambre élue.


「Flash-back」D'une proposition YLnnprHf_o











Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition EmptyVen 16 Juin - 0:26

Sa toute nouvelle apprentie prend visiblement le temps de visiter, sans hâter son choix ; et Ljöta apprécie ce souci du détail. Aubrée semble relativement pondérée et raisonnable, deux qualités qui seront utiles dans le cadre de son apprentissage ; c’est de bon augure pour la suite, et la nervosité de la princesse à l’idée de former sa toute première apprentie s’estompe quelque peu. Elle échange quelques mots avec ses deux Lames, un sourire, une plaisanterie, un éclat de rire. Ces deux-là sont farouchement loyales à leur Écoutante, et c’est souvent qu’elle se repose sur elles ; devrait-elle en faire ses adeptes, quelque jour prochain ? La formation d’Aubrée lui prendra du temps, alors… Alors, peut-être. Elle y réfléchira. Ce qui compte pour le moment, c’est l’installation de sa protégée. La voilà d’ailleurs qui revient, après un tour visiblement minutieux des lieux, et elle désigne du doigt l’endroit qu’elle s’est choisi. Un mince sourire se dessine sur les lèvres de la Kyréenne. « Celle-là ? Bon choix. Lorsque j’étais encore apprentie, celle qui logeait ici était une de mes amies. » Elle ne lui dira pas que Léonie n’est jamais devenue Assassin, qu’elle a été abattue par la garde ducale de Lagrance lors d’une mission de routine bien plus ardue que prévu. La petite n’a pas besoin de savoir ça.

Du doigt, elle fait signe à une silhouette jusque-là en retrait d’avancer. L’homme s’incline poliment devant les deux femmes ; puis son regard sombre vient accrocher celui d’Aubrée. « Philémon est du Poison, et également mage des serrures. Il va enchanter la tienne de manière à ce que la seule clé soit ton tatouage. » L’enchantement est rapide – le mage est toujours efficace, et l’Écoutante le remercie d’un sourire. D’un geste de la main, elle invite Aubrée à prendre possession des lieux, tandis que ses affaires sont déposées contre le mur. « Je vais te laisser, j’ai quelques détails à régler avec Victorine et Sigrid. Prends le temps de t’installer comme tu veux, tu trouveras la salle de bains des filles sur ta gauche en sortant – la porte bleue. Tu feras attention, il y a des élémentaires d’eau, ils sont là pour répondre à tes demandes et ne te feront aucun mail. Je viendrai te chercher dans deux heures pour t’emmener dîner au réfectoire de la Tour : je vis la nuit, il va falloir t’y habituer aussi. N’hésite pas à explorer l’étage d’ici-là ! »

D’une main délicate, elle tapote la joue d’Aubrée, avant de quitter la pièce en compagnie de ses deux Lames. L’acclimatation de la mignonne Belliférienne aux coutumes de la Confrérie promet d’être intéressante !





« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: 「Flash-back」D'une proposition   「Flash-back」D'une proposition Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
「Flash-back」D'une proposition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: