AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -31%
Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie ...
Voir le deal
45.55 €

Partagez
 

 A chaque fois que l'on se croise...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 EmptySam 19 Aoû - 22:44

Elle ne le croit pas, il le voit bien. Il en était sûr de toute façon, Mayeul, qu'elle ne comprendrait pas réellement ses paroles. Les autres duchés ont une vision si coincée de l'amour, du partage et de l'intimité que s'en est effrayant parfois. Mayeul a vécu à Lorgol presque dix ans, et même si la cité est assez libérale quant aux mœurs de ses habitants, Sombreciel et son ouverture lui ont souvent manqué. Il argumente pourtant Mayeul, mais c'est tout de même assez compliqué d'expliquer quelque chose que Mélodie est bien incapable de comprendre. Ce n'est pas la première fois qu'ils sont en désaccord tous les deux, de toute façon : Mayeul le sait, leurs vies sot bien trop différentes pour qu'ils puissent s'accorder sur de nombreux sujets !

La jeune femme finit par refuser sa proposition d'embrasser Mélusine, une idée somme toute logique et qui pourrait sans doute avoir quelques bénéfices. "Tu ne sais pas ce que tu rates." Réplique simplement le Voltigeur en haussant les épaules, avant de finir d'une gorgée sa bière. Il a la tête qui tourne, un peu, et il sait pourquoi : les médicaments avalés il y a peu sont bien peu compatibles avec l'alcool qui se love chaleureusement dans son estomac. Peu importe, tant qu'il garde le contrôle, cela devrait aller. "En même temps, je n'ai jamais embrassé Mélisende, c'est peut-être moi qui rate quelque chose." Réfléchit Mayeul à haute voix, avant de se concentrer sur la jeune femme. La conversation continue, et la voix quelque peu outrée de sa compagne de table fait sourire le Voltigeur avec légèreté. Évidemment, qu'il parle de plaisir ! La vie serait si triste si l'on en parlait jamais. Et puis, il n'y a pas réellement de soucis, donc pas de réelle nécessité de s'alarmer. Tout va bien, que Mélodie cesse de s'inquiéter ! C'est presque un compliment, de toute façon, que de lui dire qu'il est bien Cielsombrois : Mayeul en est fier, après tout. Même si son duc est un personnage qu'il n'apprécie pas beaucoup, Sombreciel est son duché, sa maison, et reste chez lui même si la neige a réussit à lui faire apprécier son nouveau lieu de vie.

"Mélodie."
La gourmande Mayeul avec un sourire. " Un baiser, cela ne signifie rien. C'est juste pour que tu aies un point de comparaison, je peux très bien t'embrasser alors que tu m'insupporte. Ça n'a pas de lien réel, tu vois." C'est juste de la science, l'amour de l'expérience, le besoin de prouver une théorie. Non, il ne l'aime pas, elle l'agace fortement, mais cela n'empêchera pas Mayeul de l'embrasser si elle en ressent le besoin, pour l'aider. " Je ne vois pas ce qu'il y a d'illogique." Remarque le Voltigeur avant d'ajouter. "Et avoue, tu n'es pas facile à supporter." Souligne Mayeul en croisant les bras. Ce n'est pas seulement de sa faute, s'il la trouve insupportable. Elle l'est ! Il ne fait que succomber à l'inévitable, et Mélodie a forcément une certaine culpabilité dans ce fait.


A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 EmptyMar 22 Aoû - 18:05

C'était peut-être inévitable, qu'on ne réussisse pas à se comprendre. Nous n'avions clairement pas la même vision des choses, la même logique et si lui était persuadé de son bien-fondé, moi, j'en doutais fortement. Je le vois, le rouge aux joues, arguer avec force qui je me fourvoyais, et moi lui répondre, buvant ma chope, que non non non, ce n'était pas vrai et encore moins une solution correcte.

Les cielsombrois ramenaient tout, systématiquement, aux plaisirs charnels. A vrai dire, je n'avais rien contre ça bien au contraire, mais s'ils résumaient l'amusement qu'à ce seul fait, alors j'étais un peu triste pour eux.
Il y avait tellement de choses d'autre à faire, voire et explorer, eux se contenter seulement de ça...
Il manquait déjà quelque chose en n'étant pas voleur, l'adrénaline et la franche camaraderie de la Cour des Miracles lui seraient à jamais inaccessibles, mais il ne connaitra jamais ces chants, ces regards, ces expéditions improbables, comme si nous partions à la conquête d'une forteresse imprenable. Jamais il ne saurait la joie de la réussite, de ce succès muet que personne ne saura jamais. J'étais d'un coup triste pour lui, tout ces petits bonheurs qu'il ne pourra pas connaitre, lui qui était si morose, lui qui me semblait si ignorant et réduire le champ des possibles à cette seule et unique voie qu'était le plaisir de la chair.

Je n'avais pas besoin de vouloir comparer, comme je n'avais aucune envie de savoir ce que je ratais, parce que déjà, je n'en éprouvais nullement le besoin, mais qu'en plus Mélusine ma faisait peur.
Donc en partant de là, je pouvais bien m'amuser autrement. Je pouvais vivre parfaitement et sereinement de ne jamais avoir eu l'audace d'embrasser la jumelle maléfique, comme ce Voltigeur grognon qui... il m'insultait en plus?

Je fronçais les sourcils et le nez, reniflant dédaigneusement à ses accusations complètement infondées. J'étais facile à vivre ce n'étais pas vrai, j'avais beaucoup d'amis qui me supportaient à merveille, ce n'était pas de ma faute s'il était toujours de mauvaise humeur et susceptible avec ça.
Je croise les bras sur ma poitrine pour donner plus de force à mon attitude. Je n'étais pas bien grande, pas petite, mais il me dépassait néanmoins et je doutais fortement de réussir à l'impressionner de la sorte, mais qu'importe.

-Je n'avouerais rien, parce que c'est faux. Je suis absolument adorable et facile à vivre, plein de gens te le diront. J'ai simplement du mal avec les petits bourgeois qui pensent être dans le malheur parce qu'ils ont déchiré leurs beaux habits, alors même que d'autres n'ont même plus de parents pour les aider et encore moins de vêtements pour passer l'hiver.

Je lui réponds en relevant le menton et accompagnant le tout d'un petit couinement satisfait.

-Mais si je suis siiiiii dur à supporter, dis-je la voix portant surement plus que nécessaire sous l'effet de l'alcool commençant d'ors et déjà à me monter a la tête, aidé par la chaleur de la cheminée juste à côté. Je peux bien partir et te laisser tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 EmptyVen 25 Aoû - 6:35

Elle n'est pas d'accord avec la logique de la chose, Mayeul le voit sans problème. Pourtant,  cela résoudrait ses problèmes ! Mais si elle ne veut pas de ses conseils, grand bien lui fasse : ce n'est pas lui qui est dérangé par Mėlisende, après tout. Une nouvelle gorgée de bière, qui commençait à bien déserter sa choppe, et Mayeul pose ses coudes sur la table, observant Mélodie avec intérêt. Elle réagit fortement à sa remarque la jeune femme, les bras croisés comme s'il venait de mortellement l'insulter. Ce qui n'est pas le cas : elle est agaçante, il le sait. Dans doute parce que lui est agaçant, également, et qu'il reconnaît ces mêmes défauts qu'il possède en Mélodie.

Mayeul lève un sourcil à la tirade de Mélodie, dubitatif. Facile à vivre ? Elle ? Elle qui est si terriblement enjouée et qui se laisse porter par ses envies, au point de s'attirer tous les regards ? Qui ne prend pas grand chose au sérieux, alors même qu'elle a peur de subir les remontrances des Séverac pour un détail insignifiant ? Mayeul sent l'agacement le gagner, et à peine note-t-il le dépit dans la remarque que Sigvald lui glisse. Oui, la dernière fois qu'il a rencontré Mélodie cela s'est terminé en dispute, et alors ? C'est tout de même pas de sa faute si elle est aussi désagréable ! "Ce n'est tout de même pas moi que tu traites de petit bourgeois ?" Se renseigne Mayeul, sa voix soigneusement contrôlée pour effacer toute trace de colère."Parce que si c'est le cas, sache que la grande Mélodie n'est pas la seule à avoir des soucis, et ce n'est pas parce que les miens te paraissent moindres à côté des tiens qu'ils le sont !"

Il n'est pas réellement sur que sa phrase a un sens Mayeul, un peu affecté qu'il est par l'alcool ingurgité. Il s'efforce de ne pas faire monter sa voix, de garder son calme, mais ce n'est guère effectif, il le sait. Il en va certainement de même pour la jeune femme, même si Mayeul pense sincèrement qu'elle est agaçante même dans son état habituel. "Mais très bien. Je suis perdant parce que grâce à moi, tu as un remède pour ton rhume et une jolie clochette, mais si tu reconnais à quel point tu es quelqu'un d'agaçant, nous serons quitte." Non mais, il ne va pas la laisser le congédier comme un malpropre ! Qui plus est, elle a voulu voir s'il tenait la distance question alcool, et il a bien l'intention de répondre à cette question même si elle ne se la pose plus ! Sa fierté est en jeu, après tout.


A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 EmptyMer 30 Aoû - 18:17

C’est un petit sourire mesquin qui répond à la question de Mayeul alors que je le toise de biais. Je joue un instant avec mon verre, buvant une gorgée et le finissant par la même occasion, puis j’en recommande un autre, de verre, un pour moi, un pour lui. Quand on y réfléchissait, il ne le méritait pas, mais déjà le serveur était parti, c’est une moue déçue qui renfrogne mon visage déjà contrarié, non, il ne méritait pas ce verre… Tant pis, ce serait lui qui paierait de toute façon. C’était une piètre consolation, mais une consolation tout de même.

-Hé bien, je n’ai visé personne ! Donc si tu te sens concerné c’est que tu t’y reconnais il semblerait.


Je hoche la tête comme pour accentuer l’évidence et enfoncer le clou. Tous les Voltigeurs n’étaient pas issus d’illustres familles, mais j’avais une dent contre l’Académie pour m’avoir arraché Maëlys. Je me soignais, mais ce n’était pas encore tout à fait ça et –tout comme les nobles- je considérais facilement très mal ceux sortant de cette école élitiste, inutile, et ridiculement imposante. Si encore en plus, ils s’y mettaient pour être constamment de mauvaise humeur…. Comment est-ce que je pouvais, dignement, être plus agréable que je ne l’étais déjà ? Je faisais des efforts, c’était un goujat que de ne pas le remarquer et de s’enfoncer toujours un peu plus dans son amertume.

-Hoo, mon pauvre chou, tu as aussi des soucis ? Dis-je en prenant un air réellement surpris, puis j’éclatais franchement de rire. Cette conversation m’aurait certainement paru irréaliste quelques instants plus tôt, mais l’alcool y instillait un soupçon de vérité. J’en suis bien désolée, mais moi, je n’en ai pas de problème vois-tu. Je ne vois pas pourquoi tu te sens si agressé d’un coup.

Je lui tapote la main en secouant tristement la tête. Grognon pour grognon, autant enfoncer le clou jusqu'à en faire éclater la planche, peut-être alors qu’il se sentirait libéré ?
Surtout que…Hé bien oui, en y réfléchissant, le monde tombait en ruine, mais… j’allais bien. J’avais déjà tout perdu, je ne pouvais guère faire pire. J’avais désormais réparé mon monde qui tournait de nouveau, bruyamment, avec quelque raté parfois, mais ça marchait, alors pourquoi diable s’enliser dans la tristesse ?

-Je ne suis  p a s agaçante.


Hooo, le chien ! Pour qui se prenait-il ? J’étais la plus pure, adorable et gentille des personnes. Bon…ok peut-être pas tout à fait, mais je n’étais pas agaçante, je tentais de l’aider c’était tout. Lui, il était trop buté pour le voir ou l’admettre, c’était tout.

-Tu crois peut-être que c’est facile de concilier avec ta mauvaise humeur constante ? Avec toi c’est un petit pas en avant, un timide sourire, un brin sincère, puis dix en arrière où tu finis par te renfermer comme une huitre dès que ça ne vas pas dans ton sens. Tss, on a pas à être quitte, je t’ai pas forcé et tu as aussi une clochette, même une en rab pour Nuage, alors, alors, voila !


Finis-je, toute théâtrale, en hochant la tête et tapant du poing sur la table, pas assez fort du moins pour en émouvoir les pintes qui étaient apparues comme par magie sur cette dernière. Etait-il magicien dans cette taverne ? Pouvais-je emporter le mage qui faisait apparaitre les bières pour mon retour à Lorgol ?
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 EmptyJeu 7 Sep - 6:30

Elle recommande un verre et par Erelf, Mayeul n'est pas persuadé que c'est une bonne idée. Les drogues qu'il prend pour contrôler ses migraines douloureuses ont forcément un impact, et la bière chaude aux épices n'est décidément pas une bière légèrement alcoolisée. Il n'est pas encore saoul Mayeul, mais il doit bien reconnaître qu'il n'en est pas loin. Mais il s'en fiche un peu, alors que Mélodie le toise avec suffisance. "Nous ne sommes que deux, à cette table." Lui fait remarquer Mayeul au cas où elle ne saurait pas compter. "Donc oui, je prends cette remarque pour moi."

Elle est jalouse, il en est sur. Pourquoi, parce qu'il n'a pas eu de mal a manger tous les jours ? Comme il lui a dit, Mayeul a eu ses propres problèmes d'enfance, et ce n'est pas une gueuse de Lorgol qui va lui dire que ses problèmes ne sont rien à côté des siens. La remarque de Mélodie enfonce davantage le clou, alors qu'elle se plonge en plein déni. "Tu refuses de voir les soucis, c'est un chouilla plus inquiétant que de ne pas en avoir." Souligne Mayeul. "Rappelles moi qui pleurniche parce qu'elle a embrassé Melisende de Séverac ?" Non mais c'est vrai quoi ! "Je pourrais te faire arrêter d'une simple parole, tu sais, et lui dire exactement où tu te trouves si elle veut te punir." Menace Mayeul avec un air suffisant. Menace creuse, il se voit mal réclamer l'emprisonnement de la jeune femme alors qu'il doute de marcher droit, mais menace quand même !

Leurs bières arrivent, et le Voltigeur manque le début du grand discours de Mélodie. Peu importe. "Si, tu es agaçante." Insiste Mayeul parce que c'est vrai, quoi ! "C'est toi qui me met de mauvaise humeur, avec ta façon de tout prendre à la légère et de considérer que rien n'est important !" Les tensions entre Ibélène et Faërie sont plus importantes que jamais, s'en rend-t-elle seulement compte ? Il remarque pourtant que son discours n'est pas très vrai, elle s'inquiète pour Mélisende. "Tu t'inquiètes pour des broutilles, alors que j'affronte des problèmes autrement sérieux !" Ou la conversation a-t-elle dérapée, au juste ? "J'exige qu'on soit quitte." Ordonne-t-il, boudeur, en croisant les bras. Il ne sait pas trop comment, mais c'est un détail auquel il réfléchira plus tard.


A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 EmptyMar 19 Sep - 17:43

La colère aurait dû gronder, ho oui, se déchainer et me rendre sourde par ses vents violents et sifflants. Pourtant, d’un coup c’est le calme plat. Son incompréhension, l’alcool, ses paroles, la fatigue ? Je ne sais pas, mais j’éclate de rire. Il était si ignorant, il savait déjà ma vie, du moins le croyait-il et pourtant que savait-il ? Il se pensait miséreux par la perte de sa sœur, c’était une tragédie, je ne minimisais pas. Mais, que savait-il vraiment de la vie finalement ? J’étais dure, oui, j’oubliais qu’il participait à cette guerre qui n’avait aucun sens, qu’il devait avoir les mains souillées de sang…et pourtant je le trouvais tellement aveugle.
Je bois, attrapant la chope dans un mouvement pour me lever, tournant pour me rapprocher du Voltigeur bougonnant.

-Mais c’est bien le cas Mayeul. J’ai déjà tout perdu, alors oui, rien ne l’est, parce qu’il n’y a déjà plus rien.


Plus de famille, plus d’amour, plus d’amis. J’avais vraiment tout perdu et j’avais plongé dans un désespoir qui avait failli me consumer, si je n’avais pas trouvé un autre but, si la cour ne m’avait pas accueilli, je ne serais déjà certainement plus. Désormais, ce n’était plus totalement le cas, il fallait l’avouer, mais me habitudes étaient bien encrées et cette certitude que je ne dépasserais pas la trentaine, alors pourquoi diable se consumer d’angoisse ? Je n’avais pas le temps pour ça.

-Mais dis-moi, au lieu de te morfondre, que fais-tu pour arranger ce que tu considères comme étant des problèmes ? Je n’ai jamais aimé me trainer des boulets, donc je m’en occupe sitôt qu’il s’accroche à moi. Mais toi, tu as l’air d’aimer les accumuler pour les admirer. C’est plutôt étonnant pour quelqu’un qui se complait à vivre auprès des seigneurs des cieux.

Je lui embrasse le front comme on le ferait d’un enfant. Nos regards se croisent brièvement, et je lui offre un sourire qui aura tôt fait de l’agacer encore. Quoique je dise où fasse, que je sois gentille, patiente ou joueuse, il ne pouvait me supporter. Etait-ce de la jalousie ? Tout le monde rêverait d’avoir des attributs comme les miens, mais tout de même. Un peu de décence non ?

-Tu penses tout savoir, tu es prompte à juger sans connaitre, sur des apparences. C’est bien dommage car tu y perds beaucoup. Les ombres ont aussi beaucoup à offrir si on ose fouiller dedans.

Je laisse mon rire éclater de nouveau, appuyant ma hanche contre la table pour ne pas risquer de tomber. Mon champ de vision commençait à légèrement défaillir. Étions-nous sur un bateau ?

-Nous n’avons pas à être quitte. Tes problèmes sérieux sont des broutilles pour moi. Donc au final, nous en revenons au même non ? Alors que préfères-tu Voltigeur, continué à jouer à la victime et que je parte, ou que nous trouvions une solution à ton problème « sérieux » ?


Ce n’était peut-être pas le moment le plus pertinent pour élaborer de quelconque plan pour quoi que ce soit. L’alcool se diffusait dans mes veines et réchauffait mon corps qui ne demandait qu’à danser pour honorer cette douce torpeur qui me détendait.

-A toi de voir.

Mais tout travail méritait salaire. J’aurais pu pouffer rien qu’à l’idée qu’un Voltigeur, eux si droits et fièrs, était finalement en train de commercer avec un enfant des Miracles sans qu’il le sache. Ce ne serait ni la première, ni la dernière fois cela dit.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 EmptyMar 3 Oct - 20:53

Elle se rapproche de lui Mélodie, dansant comme elle sait si bien le faire, et le Voltigeur se retient de poser son front contre la table et de se boucher les oreilles. Trop enfantin, trop peu signe de ce nouveau statut qui est le sien également, mais elle l'énerve tellement Mélodie qu'il est à deux doigts de le faire. Il ne comprend pas réellement pourquoi elle l'agace à ce point d'ailleurs : certes, ils n'ont absolument rien en commun, et s'adresser à Mélodie lui donne l'impression de parler à un enfant de trois ans particulièrement obtus, mais il n'y a pas que ca. De la jalousie peut-être, parce qu'elle et Nuage s'apprécient ? Cristal, il le sait, a de nombreuses théories à ce sujet mais il n'est guère d'humeur à les écouter. Quoique ce serait toujours mieux que d'écouter Mélodie, probablement.

Si elle a tellement tout perdu et que rien n'est sérieux, pourquoi s'inquiéter de ce que lui fera Mélisende ? S'il n'y a plus rien ici pour elle, alors personne ne compte plus sur elle. Et c'est bien ça que Mayeul s'efforce de lui faire comprendre, les idées quelques peu embrouillées pourtant. "Parce que je ne peux pas simplement les supprimer. Si toi tu n'as personne qui compte sur toi, c'est différent pour moi." Il a des amis, une famille. Nuage, avant toute autre chose. Alors non, il ne peut pas simplement professer que rien n'est important parce que Nuage a besoin de lui. Sans son griffon, cela fait bien longtemps que Mayeul aurait plongé dans un monde de drogues permanent. Sans Sigvald, et ce serment envers la Rose Ecarlate, il aurait probablement eu du mal à être qui il est aujourd'hui. Il est sur le chemin de la rémission Mayeul, et il ne va pas laisser une idiote sans attache lui affirmer qu'il fait un mauvais choix !

Le baiser léger de la jeune femme, il n'y réagit même pas. "Je ne suis pas le seul à juger sans savoir." Souligne-t-il avec plus d'agacement que jamais. "Et je ne veux pas savoir quelle solution tu me proposes." Elle ne lui plaira probablement pas, de toute façon. Il a ses propres zones d'ombres Mayeul, et il n'est pas encore enclin à laisser la lumière les effacer. "Va trouver une autre victime à agacer." Lance le Voltigeur avec un geste vers la porte... enfin, à peu près. Son sens de l'orientation est légèrement détérioré par les oscillations de la pièce. "Parce que t"es vraiment, vraiment pas marrante." Boude Mayeul en croisant les bras, replongeant le regard dans sa choppe presque vide. Elle ne bouge pas, elle. Enfin pas trop.


A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 EmptyVen 6 Oct - 13:44

Je me redresse doucement, essuyant un refus sans appel et une ombre passe sur mon visage. Un sérieux qu’on ne me voyait guère souvent, car j’avais pour habitude de travailler seule. Déçue ? Oui, peut-être un peu, je m’étais imaginée qu’il accepterait et qu’une folle aventure airait pu en découler, qu’il se dégrise un peu, lui, le cielsombrois maussade. Mais tout cela n’aura jamais lieu, un chemin venait d’être barré, détruit, sans aucun ménagement.

-Tu es stupide.

Les joues empourprées par la chaleur et l’alcool, je ne devais pas sembler bien intimidante, et pourtant, j’aurais aimé que ces mots fassent mouche. Ils étaient déjà en train de se perdre dans le vacarme ambiant, perdant de leur force et de leur sens et se heurtant misérablement contre l’obstination du Voltigeur. Il était fort pour se plaindre, pour courtiser et se cacher derrière ses sourires charmeurs, mais au final, à l’intérieur de lui il n’y avait qu’un abîme. Je ne devais pas être bien drôle comme il le disait, car nous étions tout bonnement incapables de nous comprendre. Moi comme lui, chacun étant persuadé d’avoir raison et pourtant pourquoi arrivais-je à m’entendre avec son griffon qui aurait dû me détester lui aussi ? C’était une question qui m’hypnotisa un instant, si bien que je restais plantée la devant la table et Mayeul, le regard dans le vide.

Mes pensées marchaient au ralenti, certaines au contraire filaient si vite que j’étais incapable de les effleurer. Une douce torpeur baignait mon esprit et j’avais l’impression d’être faites de coton. Lentement, je reprends pied avec le monde extérieur, affichant de nouveau ce sourire qui devait tant l’agacer. Je prends son verre pour l’avaler d’une traite, simplement pour le frustrer un peu plus. Parce que finalement, je n’étais pas bien à cause de lui. Ni énervée, ni agacée, mais il y avait cette petite boule dans mon ventre qui se tordait frénétiquement dès que le « non » avait été prononcé telle une sentence fatale.
Il m’avait retiré mon jouet des mains, me croyait-il incapable du moindre fait ? Et si je lui disais que j’étais une des pièces de la Rose, me trouverait-il toujours aussi inutile !?

Un non retentissant brûle mon esprit. Je grimace en réponse. Oui, j’y avais pensé, ce n’était pas pour autant que j’allais le faire, j’étais plus une enfant…plus vraiment ?

-Très bien, je te laisse à ta soli..solitude et ta tristesse. Mais rappel toi, c’est toi qui as refusé mon aide alors que je te l’aie proposé, alors arrête de te morfondre. Tu as ce que tu veux.

Oups, je commençais un peu à bafouiller.

-Et au fait, j’ai gagné le pari puisque c’est toi qui me chasses. Tu m’es donc redevable !

M’éclipsant avant qu’il ne puisse arguer quoi que ce soit, je récupère mes affaires et me faufile au travers de la taverne. Dommage que je ne puisse rester pour voir comment il expliquerait au tavernier avoir perdu sa bourse et qu’il ne peut donc pas payer les boissons.
Il n’avait pas qu’à être aussi désagréable ! Peut-être qu’avec de la chance, il la retrouverait caché dans un repli de son manteau, là où elle ne devrait pas être.

[hrp: je ne sais plus si tu avais stipulé qu'il avait ou non sa bourse sur lui, mais si j'ai fait une bourde hésite pas à me le dire :oops: . ]
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 EmptyLun 16 Oct - 21:14

L'insulte glisse dans que le Voltigeur ne la relève. Ce n'est pas la première fois qu'il l'entend, celle-là, sans doute pas la dernière non plus. Mais elle ne comprend rien, Mélodie, rien du tout. Il l'observe sans rien dire, Mayeul, tandis qu'elle s'est mise debout. Attend-t-Elle de lui une quelconque réponse cinglante, une volonté de continuer leur petit jeu ? Si c'est le cas, elle sera bien déçue la ma pauvre : Mayeul est las et fatigué, et il n'a plus envie de continuer cette conversation qui, il le sait, ne mène à rien. Ils sont trop différents pour se comprendre, trop différent pour se parler peut-être même. Trop différents pour tomber d'accord, ça c'est sur, alors que chacun campe sur ses positions sans avoir l'intention de bouger.

Elle avale son verre d'une traite. Le sien, de verre ! Ultime provocation sans doute, et il s'efforce de ne pas la relever le Voltigeur, alors même que ses poings se serrent et qu'il s'exhorte mentalement à garder son calme. Qu'il perde son sang-froid, qu'il réagisse, c'est bien tout ce qui lui donnera satisfaction. Mais Mayeul sait être buté quand il le veut et même s'il n'a qu'une envie, répliquer, il se mord les lèvres pour ne pas le faire. Ne pas lui faire ce plaisir, surtout pas. Il sent la présence de Sigvald, volontaire et déterminé, faire écho à ses pensées. Il sent la curiosité de l'esprit ancien tendue vers Mélodie, qui semble tant agacer son écrin.

Elle finit par s'éclipser, et Mayeul soupire profondément. Il faut vraiment, vraiment qu'il arrête de relever tous les défis stupides qu'on lui propose. Canons. Vivenef. Hilarité. "Ouais, c'est ca, merci de ton soutien." Grommelle Mayeul à voix basse, comme si Nuage pouvait l'entendre. Il finit par se lever le Voltigeur, oscillant doucement sur ses pieds, dans l'intention de jeter quelques piècettes et retourner vers la Caserne. Sauf que sa bourde a disparu, et que le juron qu'il sort indique bien son énervement. Par les langes souillés d'Osir, quelle voleuse ! Il avait des soupçons Mayeul, quand elle lui parlait de Lorgol ou de sa vie, mais les voilà confirmés ! Survol d'Ibelin. Refus. Non, la retrouver sera complexe et ne servira à rien. La prochaine fois qu'il met la main dessus par contre, toutes ses jérémiades n'y feront rien, il l'enfermera dans un cachot et balancera la clé ! Sous quel motif ? Il n'en a aucune idée, mais il trouvera bien !

Le tavernier se rapproche, et le Voltigeur s'embrouille quelques peu dans ses explications. Il est un peu trop pompette pour baratiner l'homme, et son statut tout neuf de major de Svaljärd risque de souffrir s'il l'étale. A force de recherches frénétiques pourtant, Mayeul finit par la retrouver ailleurs, dans un endroit où il ne l'aurait jamais mise. Alors certes, il est légèrement bourré, mais il sait encore ce qu'il fait ! C'est elle, c'est forcément elle ! C'est donc un Mayeul énervé qui sort de la taverne, et l'amusement manifeste de Nuage ne fait rien pour le calmer. Oh, elle payera ! La prochaine fois, redevable ou non, il la fera regretter de croiser sa route !


A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: A chaque fois que l'on se croise...   A chaque fois que l'on se croise... - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
A chaque fois que l'on se croise...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Il était une fois la légion [DVDRiP]Guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: