AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -54%
BOSH – Aspirateur Balai sans fil et sans sac ...
Voir le deal
91.09 €

Partagez
 

 Etoile embrasée [PV Séverine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptyVen 10 Mar - 9:53




Livre II, Chapitre 2 • La Fortune des Flots
Abigaïl l'Embrasée & Séverine Belastre

Etoile embrasée

Hall d'Entrée de l'Académie




• Date : 1er septembre de l'an 992
• Météo : beau temps
• Statut du RP : privé
• Résumé : rencontre d'Abigaïl et de Séverine à l'Académie, à l'époque où elles y étudiaient
• Recensement :
Code:
• [b]Mettre la date ici :[/b] 1er septembre de l'an 992 [url=http://arven.forumactif.org/t1860-etoile-embrasee-pv-severine#56156]Etoile Embrasée[/url] - [i]Abigaïl l'Embrasée & Séverine Belastre[/i]
rencontre d'Abigaïl et de Séverine à l'Académie, à l'époque où elles y étudiaient



Dernière édition par Abigaïl l'Embrasée le Sam 1 Avr - 9:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptyVen 10 Mar - 10:57

"Le feu est destructeur. Il brûle, ronge, incendie, détruit sur son passage. Mais du feu naîtra le renouveau. Des cendres s'élèvera la renaissance... Le feu est la vie, l'énergie qui nous a été confié. "
La tête baissée sur ses notes, Abigaïl révise en marchant. Pratique qui fait gagner du temps mais qui a pour inconvénient de nombreux imprévus. Une marche rapide, quasiment aveugle. Ses pas l'ont entraîné dans le Grand Hall d'entrée, pièce majestueuse et céleste, à l'image de toute l'Académie, bourdonnant des murmures des conversations environnantes. Mais l'apprentie mage ne fait pas véritablement attention. D'ordinaire, son regard se perd dans cette architecture exceptionnelle, à la recherche d'un nouveau détail. Chaque fois, ses yeux s'émerveillent de ce lieu si particulier, si vibrant de magie. Aujourd'hui, cependant, la jeune fille de dix-sept ans révisent ses examens. Elle connaît déjà cette leçon aussi survole-t-elle certains points plus essentiels que d'autres, plus pour se rassurer que par manque de connaissances. Aussi, comme il arrive souvent lorsque l'on ne regarde pas où l'on va, ce qui doit arriver, arrive.
Un bruit sourd résonne. Ses notes s'éparpillent au sol. Interdite, Abigaïl ne réalise pas immédiatement qu'elle vient de heurter quelqu'un. Une seconde s'écoule. Seconde durant laquelle le temps se met en suspens. Puis, émettant une excuse à peine audible, elle ramasse les notes tombées de son cahier. Ce n'est qu'une fois redressée, qu'elle constate la personne qu'elle vient de heurter.

Elle la connait. De vue, elle en est sûre. Elle a même dû lui parler une ou deux fois. Du peu d'échanges, Abigaïl sait tout de même que la personnalité de cette jeune fille ne lui plaît pas forcément, malgré leur âge plutôt rapproché. Abi n'a jamais eu de véritables amis, depuis toujours et est restée peu sociable, même à l'Académie où elle est plus libérée. Le contact avec les personnes restent difficile. Il y a une certaine condescendance qu'elle n'apprécie pas véritablement, lui rappelant l'état d'esprit de ceux qui l'embêtaient autrefois.
Quelques secondes de plus se sont écoulées, pendant lesquelles Abi n'a cessé de fixer l'inconnue qu'elle vient de heurter et dont le nom lui échappe. Peut-être ne l'a-t-elle jamais véritablement su par ailleurs. Elle doute aussi qu'elle soit une étudiante en magie. Les savants sont beaucoup trop coincés et imbus d'eux-mêmes. Juste pour une affaire de connaissances. Sûrement un complexe. Ils n'ont jamais eu de dons innés, ce n'est qu'un savoir appris, rien de bien extraordinaire.

Autour d'elles, pourtant, le temps continue de s'écouler normalement. Des gens s'agitent aux alentours, entrant, sortant de l'Académie, traversant le hall d'entrée. Certains doivent se rendre en cours, d'autres prennent le temps de s'arrêter et contempler la merveille architecturale, tandis que des amis se croisent et en profitent pour discuter, leurs voix s'élevant vers le plafond pour y former une sorte de grondement légèrement mélodieux. Un peu comme si les vestiges de leurs discussions demeurent encore un peu, échos éphémères de secrets murmurés. C'est une musique particulière, un peu étrange mais, dans l'ensemble, plutôt agréable. Bien mieux que la discussion qui semble se préparer entre les deux adolescentes. Abigaïl n'est pas non plus entièrement fautive. Il faut être deux pour se cogner. Elle n'a pas dû faire très attention non plus.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Séverine de Bellifère
Séverine de Bellifère

Messages : 2138
J'ai : 27 ans
Je suis : duchesse de Bellifère, autrefois astronome à l'Observatoire de Val-du-Ciel, mon observatoire.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Martial de Bellifère
Mes autres visages: Marjolaine du Lierre-Réal & Lancelot l'Adroit & Liry Mac Lir & Anwar Sinhaj & Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptyDim 19 Mar - 5:46

Comme toujours, l'astronome en herbe était occupée.  Très occupée même.  Si elle se trouvait dans le hall de l'académie, ce n'était point par pur hasard ou coïncidence.  Elle marchait donc d'un pas pressé pour rejoindre le bureau d'un de ses professeurs à qui elle avait bien des questions à poser à propos d'une prochaine pluie d'étoiles.  Bien qu'elle fut encore bien jeune, il était hors de question qu'on tienne Séverine de Mauve en-dehors de l'expédition.  Elle avait déjà beaucoup d'ambition et se proposait de propulser sa petite baronnie hors de la banalité en développant un centre d'observation sans pareil.  Et ce n'était pas en restant assise à lire des traités d'astronomie écrits cent ans plus tôt qu'elle y parviendrait.  Du moins, pas totalement.  Elle voulait avancer plus vite, toujours plus vite, ne pas être retardée.  Autant elle adorait l'Académie et Lorgol, rien ne valait la maison.  Au moins, à Mauve dans le manoir de son père, elle n'était pas contrainte à côtoyer multitudes de parvenus qui se croyaient au-dessus de leur caste simplement par le fait d'avoir été admis à l'Académie.  Enfin, au moins cela prouvait qu'ils étaient intelligents un tant soit peu.  Elle avait du respect pour les têtes instruites et éduquée, mais on ne pouvait point s'attendre à ce qu'elle ne les considère du même rang que le sien.  Oui, il était possible d'améliorer sa condition humaine par l'éducation, mais il ne fallait pas non plus s'attendre à être reçu par les classes élevées de la même façon que leurs semblables.  Bref, elle comptait devenir une élève exemplaire et terminé en accéléré son cursus pour rapidement rentrer à la maison, accomplir son fabuleux destin.  Elle ne s'arrêtait point au fait qu'elle était l'héritière d'une baronnie peu rentable de Sombreciel : elle avait beaucoup de projets pour redorer un peu l'endroit.

Elle s'absorbait à ses pensées en marchant d'un pas rapide lorsqu'elle avisa du coin de l'oeil une tête enflammée se rapprocher.  Tout droit vers elle.  Pleinement consciente de sa supériorité, Séverine ne songea même pas un instant à s'écarter pour libérer le passage et prit pour acquis que l'autre jeune femme, qu'elle connaissait bien de vue, réorienterait sa course pour l'éviter elle, la noble dame.

Mauvais calcul puisque quelques secondes plus se produisit la collision fatale qui devait arriver.  Non seulement contente d'avoir percuté de plein choc la Cielsombroise, la rouquine ne prend même pas la peine de s'excuser dans les formes.  D'autant plus que l'impact a déstabilisé l'encre que cette première portait, tachant ainsi sa robe de soie bleu poudre, un cadeau qu'elle venait tout juste de recevoir de la maison.  Mais quelle sauvageonne! Songea l'héritière outrée jusqu'au bout des ongles.  Elle ne bougea pas le petit doigt pour venir en aide à l'importune qui avait vu l'entièreté de ses notes se répandre au sol.  Si Séverine avait été mesquine...  Non, Séverine était mesquine, donc elle posa volontairement son pied chaussé d'une chaussure couronnée d’ornements sur le parchemin le plus près d'elle, sans aucun remords.  Elle attendit les bras croisés que la jeune femme lui présente des excuses formelles.

Elle pouvait attendre, considérant que l'apprentie mage ne se contentait que de fixer la savante en silence.  Pressée pour aller rejoindre son professeur, déjà qu'elle devrait se couvrir d'opprobre en se présentant dans une pareille tenue, une lourde tache d'encre sur la poitrine, si elle devait en plus montrer le bout de son nez en retard, elle ne se remettrait jamais de cette humiliation.  Et tout ça à cause d'une idiote.  Elle décida donc de prendre les devants.

« Eh bien?  Qu'est-ce que tu attends pour me présenter tes excuses?  Tu as vu dans quel état tu as mis ma robe? » s'indigna-t-elle.

Elle ne pouvait croire qu'elle pense pouvoir attendre quoi que ce soit de sa part en tout cas.  Il était évident que la faute était entièrement la sienne.  Elle piétina un peu plus le papier, s'indignant de plus en plus toute seule.  L'art de dramatiser une situation n'était aucunement un secret pour elle et elle ne craignait pas cette tignasse orange.








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptyDim 26 Mar - 23:59

Le temps continue de filer, insaisissable. Abi fixe toujours celle qu'elle vient de heurter. Ses yeux la détaille avec attention. Elle est propre et soignée, son allure reste distinguée et élégante et elle toise Abigaïl d'un air franchement réprobateur et méprisant, toute gracieuse dans une robe qui semble coûter bien cher. Le regard de l'apprentie mage se perd dans la contemplation de cette demoiselle qu'elle connaît de vue, avant de glisser vers le sol où un de ses parchemins a été négligemment oublié. Le temps qu'elle songe à le ramasser, voilà que la demoiselle en question pose son pied dessus. La belle rousse relève la tête croisant ainsi le regard hautain, plein de défi, que lui lance son interlocutrice. Abi fronce les sourcils. Une bouffée de mécontentement s'empare alors d'elle et elle contient difficilement son envie de mettre le feu à sa robe. Le spectacle serait des plus réjouissants, surtout pour une demoiselle comme elle. Abigaïl connaît peu mademoiselle Belastre. Elle en sait juste assez pour comprendre qu'elles ne seront jamais amies. L’attitude hautaine et condescendante de son interlocutrice lui rappelle les enfants de son village, souvenirs qu'elle préfère occulter. Abigaïl n'est pas tellement diplomate et opterait plutôt pour une épreuve de force. Néanmoins, ici, à l'Académie, mieux vaut éviter ce genre de gestes. Elle s'apprête alors à demande à la « princesse » de s'écarter pour récupérer sa dernière feuille mais est prise de court.
Le tutoiement.
Aussitôt, la donne change. Dans son regard, des flammes dansent soudainement, alors que ses yeux de plissent de façon inquiétante. Abi n'aime pas du tout le ton employé, l'attitude ô combien pédante de son interlocutrice. Outrée par tant de familiarité, elle contient difficilement sa rage et réplique aussitôt d'un ton qui se veut mordant et aussi désagréable que possible, parfait reflet de la pimbêche qui se tient devant elle.

-Tu aurais pu m'éviter, je te signale, argue-t-elle, insistant fortement sur le tutoiement. Et je me contrefiche de ta robe, tu n'avais qu'à pas la porter. Ôtes-toi de mon parchemin et va pleurnicher ailleurs.

Elle redresse un peu plus la tête, ses cheveux semblant doubler doucement de volume sous l'élan de pouvoir qui s'accorde parfaitement à sa colère. Mais Abi aimerait éviter de mettre le feu au hall d'entrée. Le lieu est trop exceptionnelle pour qu'elle y déchaîne sa colère. Néanmoins, la tentation de mettre le feu à la robe de Belastre est beaucoup trop grande. Au moins, elle n'aurait pas à se plaindre d'une quelconque tâche et l'imaginer en petite tenue dans le hall d'entrée de l'Académie est un véritable délice pour sa fierté et lui arrache un petit rire moqueur. Son humiliation serait à la hauteur de son impolitesse et ce serait bien fait pour elle. Peut-être même descendrait-elle de son petit piédestal de petite fille trop gâtée. Décidément, elle lui rappelle beaucoup trop les enfants d'Outrevent. Une bonne gifle, voilà qui la remettrait à sa place, à l'image de ce garçon qui l'appelait « La Carotte » lorsqu'elle était plus petite. Abigaïl a quitté cette vie de mépris pour goûter à une totale liberté et ce n'est certainement pas une fausse princesse qui la lui ôtera. Ou qui l'intimidera.
Toutefois, la tension monte d'un cran et les murmures autour des deux jeunes femmes s'estompent soudainement. Certains préfèrent quitter précipitamment le lieu, tandis que d'autres les fixent, l'air vaguement intéressé. Les demoiselles, d'ordinaire, n'en viennent pas aux mains. Néanmoins, cet adage ne s'applique pas vraiment à la jeune Chantebrise. S'il le faut, la gifle partira et lui donnera, d'ailleurs, entière satisfaction.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Séverine de Bellifère
Séverine de Bellifère

Messages : 2138
J'ai : 27 ans
Je suis : duchesse de Bellifère, autrefois astronome à l'Observatoire de Val-du-Ciel, mon observatoire.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Martial de Bellifère
Mes autres visages: Marjolaine du Lierre-Réal & Lancelot l'Adroit & Liry Mac Lir & Anwar Sinhaj & Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptyMer 29 Mar - 16:24

Comment osait-t-elle?  La tête de feu non seulement répliquait face à l'héritière, mais en plus dans le manque de politesse le plus offusquant qu'il soit.  C'était intolérable, encore plus que la jeune femme refusait d'admettre ses torts si évidents.  Outrée, Séverine appuya encore plus fortement le pied sur ce pauvre bout de papier qui avait le malheur goûter à sa colère.  S'il y avait bien une chose qui insupportait la noble demoiselle, c'était bien les gens sans manières qui ne connaissaient pas leur place dans la société : soit en-dessous de la sienne, à moins de se présenter sous le titre de duc ou d'empereur.  Et encore, elle se permettait une réserve à leur sujet, rien ne garantissait qu'ils seraient digne du titre qu'ils portaient.  Elle n'avait aucune pitié pour ce parchemin misérable, il pouvait bien se retrouver en lambeaux quant à elle, elle n'en avait que cure.  C'étai bien mérité pour l'impertinente qui non seulement refuser de s'excuser convenablement, mais en plus se délestait de la faute d'avoir ruiné la tenue de Séverine de Mauve.  Pour parler avait autant d'impudence, il fallait avoir un désir de mort, car la future astronome ne se laissait pas marcher sur les pieds et à la manière d'un dragon chargeait sans pitié sur tout ce qui se tenait en travers de son chemin.  Une petite mage de pacotille n'y ferait pas exception et ce n'était pas un peu d'électricité statique dans sa chevelure qui lui allait l'effrayer outre mesure.

Séverine, habituée d'avoir les regards et l'attention, ne se préoccupa pas outre mesure des regards des spectateurs.  Bien que sa tenue soit inconvenante, elle-même n'avait rien fait de mal et toute la faute revenait sur l'impertinente rouquine sans manières.  Il en faut beaucoup plus pour faire fuir une de Mauve, beaucoup plus.

« Bon écoute mademoiselle l'étiquette ne fait pas partie de mon dictionnaire, reconnais que tu étais dans ton tort.  Lorsqu'on circule, on se tient à droite et on regarde où on va.  Et pour ton information, j'étais à droite, pas toi. »

Elle la toisa d'un air outré, voir même dégoûtée : qu'une telle créature existe était tout de même une honte pour l'humanité.  Non seulement incapable de reconnaître sa place, mais en plus ignorante des mœurs du monde.  On aurait presque dit une bête.  Oui, voilà, une bête sauvage.  Une ignominie venait d'être commise et les réparations devraient être rendues en bonne et due forme.  Elle feignit de baisser les yeux et de remarquer le parchemin au sol.  « Oh! Lâcha-t-elle sur un ton faussement surpris, Il y avait vraiment un bout de papier sous mon pied! »  En levant ce dernier, elle s'assura de le déchirer en partie en faisant usage de son talon : c'est qu'elle ne se penchera certainement pas pour le lui rendre.  « Mais de toute façon, ça ne vaut pas grand-chose, ce n'est qu'une feuille de manuscrit défraichie, ajouta-elle en la faisant voleter en direction de la diablesse, Rien à voir avec les dommages que tu as causé à ma tenue.  Qui par ailleurs, est faite pour être portée.  Qu'est-ce qu'on apprend aux mages?  Quelque chose d'aussi simple que la logique élémentaire ne fait pas partie de votre cursus? »

HRP : Juste un mini micro détail, Séverine portait encore son nom de naissance à l'époque, soit Séverine de Mauve.  Elle l'a changé pour Belastre à l'époque où ses parents ont été exécutés, soit en l'an 1000 :cute:








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptyJeu 6 Avr - 23:11

La réponse arrive, aussi sèche et dégoulinante de mépris que possible. Abi toise la gourgandine en riche apparat s'égosiller devant elle avec un dédain à la hauteur de sa condescendance. Cette "charmante" demoiselle ne semble pas, en tout cas, faire preuve ne serait-ce que d'un semblant de politesse. De plus, le venin qui découle de ses propos insultants a le don de piquer Abigaïl au vif. Comment ose-t-elle lui parler ainsi ? Se croit-elle ainsi supérieur de par la qualité de son tissu ? Cette attitude ne l'a rend que plus laide. La rage et le mépris déforment les traits de son visage et l'apprentie mage ne peut que renifler d'un air tout aussi dédaigneux devant tant de méchanceté. La Abigaïl d'avant l'aurait certainement ignoré avec une froide indifférence. Mais la Abigaïl d'avant est morte dès l'instant où elle est partie de chez elle. Et sa frustration fait partie des vestiges de son passé, qu'elle préfère solidement enchaîner dans un recoin le plus reculé de son cerveau. Cette... coureuse de rempart - parce qu'elle ne mérite guère une autre dénomination - ne s'en sortira pas aussi facilement.

L'envie de réduire sa robe en cendre pour la contempler dans le plus simple appareil au milieu du hall de l'Académie est tellement tentante que la rousse doit s'enfoncer les ongles dans la main pour se retenir. Cette vision la fait néanmoins rire intérieurement. Ce serait une douce vengeance mais il y a des règles à l'Académie qu'il ne vaut mieux pas enfreindre, surtout si Abi veut y rester. La frapper n'est pas non plus la meilleure des idées, pour les mêmes raisons, mais aura cependant le mérite de lui faire un grand bien. Il ne reste que les mots mais Abi n'a jamais été une grande oratrice. Ses armes à elle : le feu et les armes. La rhétorique c'est bien pour ceux qui ont peur de se casser un ongle, de déchirer une robe ou de se décoiffer. Une bonne claque, rien de mieux pour remettre les idées en place. Et pour les hommes, un bon coup de pied dans leur "valseuse" et plus personne n'est au commande. En général, il n'y a pas grand chose de plus efficace.

-Je ne suis pas plus dans mon tord que toi. Il n'y a pas de décret stipulant qui marche où. Tu n'avais qu'à t'écarter, réplique-t-elle d'un ton rageur.

Elle regarde son dernier bout de parchemin se faire malmener par la vipère en face d'elle et serre le poing. Heureusement, ce dernier bout n'a pas de réelle valeur aux yeux de la rouquine mais le geste en lui-même consiste en une véritable insulte qu'Abigaïl n'est pas prête de laisser passer. Elle regarde le parchemin voleter vers elle, comme une véritable agresser envers sa personne. Trop c'est trop. Le reste de sa feuille meurt, lâchement éradiquer par le pied vengeur de cette pintade défraîchie. Un élan de fureur vient s'emparer d'elle et, d'un coup, le dernier vestige de la feuille restant sous le pied l'indésirable s'enflamme. Certes, ce n'est pas un grand feu, mais c'est tout de même suffisant pour se propager si elle décide de la titiller de trop. Abigaïl sourit alors d'un air mauvais.

-On nous apprend la politesse, chose qui semble bien éloigner de ton éducation. Mais puisque les dommages sont irréparables, permets-moi donc de te débarrasser de ta robe, ajoute-t-elle une lueur enflammée dans le regard, prête à embraser la responsable de son humeur massacrante.

Tant pis pour l'Académie. Abigaïl n'est pas du genre à rester à ne rien faire lorsque quelqu'un prend publiquement plaisir à l'insulter.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Séverine de Bellifère
Séverine de Bellifère

Messages : 2138
J'ai : 27 ans
Je suis : duchesse de Bellifère, autrefois astronome à l'Observatoire de Val-du-Ciel, mon observatoire.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Martial de Bellifère
Mes autres visages: Marjolaine du Lierre-Réal & Lancelot l'Adroit & Liry Mac Lir & Anwar Sinhaj & Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptySam 15 Avr - 16:11

Si la vue du feu terrorisa un instant Séverine, elle n'en laissa rien paraître, engoncée dans sa fierté.  Elle dut garder toute la maîtrise d'elle-même dont elle était capable pour retirer son pied du restant de papier qui s'était subitement enflammé.  Son regard perça d'épines glaciales son opposante : si elle croyait qu'il faudrait si peu pour la mettre en déroute, elle avait sous-estimé la noble dame.  Elle ne fuirait pas face à la provocation, mais surtout elle ne céderait pas aux caprices d'une magicienne en pleine crise hormonale.  Se faire accuser d'être dénuée de bonnes manières par une pauvre roturière, ça c'était le comble.  Séverine ne put s'empêcher de laisser échapper un rire emplis de mépris.  Pour qui se prenait-elle la rouquine à proférer des menaces.  La Cielsombroise ne paniquerait pas pour si peu.  Néanmoins, pressant que, bien qu'il soit fascinant, le feu pourrait être douloureux s'il se propageait à sa robe, une idée de génie se logea dans sa tête.  C'était risqué et audacieux, mais c'était justement ce toupet qui était à saluer des plus grandes révérences.

Avant de voir le menaces mises à exécution, Séverine posa prestement ses effets derrières, se flattant de n'avoir rien pris de valeur avec elle, et dans toute la grâce et la rapidité qu'une Cielsombroise peut avoir pour retirer ses vêtements, elle se débarrassa de sa robe qu'elle laissa glisser au sol, dangereusement près du feu encore crépitant, alimenté par la magie, avant de l'enjamber pour récupérer ses papiers et son encre, pointant sa croupe en l'air avec effronterie et surtout avec ostentation.  Lacée de haut en bas, couverte de la dentelle de ses jupons blancs, la fille de baron leva un visage plein de défi à tous ceux qui s'étaient attroupés pour regarder la confrontation.  Un sourire taquin étira ses lèvres : sa petite démonstration d'impertinence allait mener à son lit quelques beaux jeunes, quelques délicates jeunes femmes.  Elle en goûtait déjà les délices.

« Merci, mais je n'aurai point besoin de tes services, le travail étant déjà accompli, » fanfaronna-t-elle d'une voix roucoulante.  Si elle croyait que d'être vue sans vêtements était quelque chose qui complexerait la jeune femme.  Pas avec le corps qu'elle avait.  Et si elle était pudique avec ses voiles et ses chapeaux, ce n'était que par jeu.  Rien de plus séducteur que le fruit qu'on ne peut voir que dans l'intimité.  Après, elle ne craignait point une réputation de libertine, parce que de toute façon, il n'y avait absolument rien de mauvais dans le libertinage.

« D'autres réclamations?  Commentaires?  Si ce n'est le cas, je vais te demander de bien vouloir m'excuser, j'ai d'autres chats à fouetter que d'épiloguer avec les gens de ton espèce.  Maintenant écarte-toi, veux-tu bien, » fit-elle en appuyant d'un geste de la main l'idée de libérer le passage.  Il était hors de  question qu'elle ne s'abaisse à la contourner.  Elle comptait faire une sortie théâtrale dont on se souviendrait dans les annales de l'Académie jusqu'à la fin des temps.

« Ah et si tu le souhaites, tu peux garder la robe.  Même si elle est impossible à porter pour moi désormais, je doute que tu aies jamais le luxe de porter quelque chose d'aussi beau, alors tu pourrais tout aussi bien t'en contenter.  Ça te changera de tes habits de grand-mère.  C'est une chance que le bleu puisse seoir aux carottes, ne la rate pas! »

Elle poussa du bout du pied la tenue avant d'avancer de quelques pas, attendant manifestement que l'obstruction s'écarte du chemin.








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptyMer 19 Avr - 10:48

Le temps reste suspendu, l'instant que le bout de parchemin se consume. Les deux rivales regardent ce morceau de papier brûler  pour former un petit tas de cendre sous le soulier de Séverine de Mauve. Abigaïl la croit tétaniser mais voilà que la bourgeoise des bas étages relève alors la tête, l'air déterminé. Soit elle joue parfaitement la comédie, soit son numéro de cendres ne lui fait ni chaud ni froid. Dans tous les cas, elle a une belle maîtrise d'elle. Mais elle ne s'arrête pas là. Sous l'air incrédule de la jeune outreventoise, la petite ribaude ôte alors sa robe devant le hall entier et se retrouve ainsi en petite tenue, le visage empreint de défi, un sourire détestable collé à son visage. Intérieurement, Abigaïl ne peut qu'admirer cette attitude "je-m'en-fiche-de-tout". Elle est libre de tout. Abigaïl a beau renier ses origines et se délivrer petit à petit de ses attaches natales, il y a des chaînes plus compliquées à défaire. L'apprentie mage ne peut oublier la pudeur des outreventois, celle-là même qui ne peut qu'admirer et se sentir écœurée de cette démonstration éhontée de la vertu de Séverine. Il n'y a cependant rien de si étonnant que ça de la part d'une telle puterelle. Elle ne manque d'ailleurs pas de lui roucouler au visage qu'elle n'a guère besoin d'aide pour dévoiler ce corps qu'elle juge parfait. Abigaïl préfère la regarder dans les yeux. Elle est mal à l'aise. Les gens devraient avoir honte de se dévoiler ainsi devant du monde. Si maintenant Abi envoie ses dévotions à Aura et Iridia, Idril reste sa déesse de naissance. Protégée par la Sainte Vierge, Abigaïl ne peut passer outre ses directives. Elle restera aussi pur et immaculé que l'enfant qui vient de naître.

Néanmoins, aussi prude qu'elle soit, Abigaïl n'a pas quitté Outrevent pour se faire écraser par les vils propos d'une vipère qui n'e rate pas une pour aller se titiller la sonnette. Se redressant de sa hauteur, Abi croise les mains sur sa poitrine, toisant de haut son ennemie du jour, faisant fi des paroles vénéneuses qu'elle lui crache à la figure. Abigaïl aussi est têtue. Et arrogante. On est pas l'une des meilleures élèves de l'Académie pour rien. C'est tout ce don elle est capable ? Pathétique... Abi a subi bien pire dans le temps. Elle ne joue effectivement pas au même niveau. L'outreventoise s'octroie un sourire hautain.

-Non merci, je ne suis pas sûre de rentrer dedans, elle est beaucoup trop large, argue-t-elle de toute son arrogance.

D'une main elle envoie balader quelques mèches folles avant de faire un petit geste négligeant vers la robe qui s'embrase d'un coup.

-Oups ! fait Abi en mettant sa main devant la bouche. Quelle maladroite je fais... heureusement que tu n'en veux plus. Mais tu es bien mieux comme ça, croit moi. De retour à ton élément.

La robe s'enflamme, formant un brasier ardent entre les deux jeunes femmes, témoin du feu destructeur qui brûle en elles. Abi n'a pas bougé d'un pouce.

-Maintenant, si tu veux partir, je t'en prie, fais donc. Je peux très bien faire ce que j'ai à faire ici.

Abi reste en place, refusant obstinément de bouger. Maintenant elle est agacée. Un seul effleurement de la part de Séverine, et elle lui brûle les cheveux et les dessous. Pas sûre qu'elle soit aussi bavarde nue et chauve. Une vision qui lui arrache un petit sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Séverine de Bellifère
Séverine de Bellifère

Messages : 2138
J'ai : 27 ans
Je suis : duchesse de Bellifère, autrefois astronome à l'Observatoire de Val-du-Ciel, mon observatoire.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Martial de Bellifère
Mes autres visages: Marjolaine du Lierre-Réal & Lancelot l'Adroit & Liry Mac Lir & Anwar Sinhaj & Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptySam 22 Avr - 8:36

La condescendante jeune femme avala très mal cette insulte faite à sa menue taille ciselée.  Elle qui avait à peine besoin de serrer ses corsets aux mille rubans.  Il n'y avait pas que la mage qui savait contrôler le feu.  Un énorme brasier brûlait dans le cœur de la jeune femme, et les flammes de celui dansaient jusque dans ses yeux.  Si son sourire suffisant ne se défit pas, il se contracta néanmoins en une grimace forcée.  Et lorsque la jeune femme lança l'incendie sur cette pauvre qui n'avait nullement mériter de devenir le bouc émissaire des deux furies, c'en fut trop pour la jeune noble.  Comme les étincelles qui crépitaient devant ses prunelles ardentes, un vent rageur s'empara de son âme, chassant toutes amabilités.  Séverine tel un ouragan explosa et se déchaîna.  Ignorant la robe consumée par le feu qu'elle enjamba d'un saut digne de la grâce d'une ballerine, se posant directement devant l'impertinente.

« Pour quelqu'un qui prêche sa propre innocence et pureté, tu craches ton venin avec beaucoup d'aisance. »

Elle la surplombait, déjà plus grande qu'elle de quelques centimètres, mais ça n'impressionnait pas la frêle créature qu'elle était.  Sans prévenir, elle leva la main et envoya la plus forte gifle qu'elle le put contre la joue droite du serpent.  Le choc résonna dans tout bras, la colère lui avait fait prendre un élan plus grand qu'elle ne l'avait cru.  Non seulement bafouée dans son honneur, l'adversaire s'en était prise à sa vanité et ça, on n'y touchait pas.  La Cielsombroise pouvait être adorable et mielleuse à tout moment, mais cette parvenue avait su la faire sortir de ses gonds comme ça n'était jamais arrivé auparavant.  Elle n'allait pas se laisser faire comme ça, tant pis pour les conséquences.  Séverine avait toujours été une élève exemplaire et elle avait des circonstances atténuantes pour expliquer sa sensibilité.  Elle saurait minauder correctement auprès du Conseil de l'Académie pour garder sa place.  Et elle se tiendrait tout aussi tranquille qu'elle l'avait été depuis le début de son cursus.  Mais une fois hors de l'Académie, elle ne raterait jamais l'occasion de s'en prendre à l'insolente sorcière.

« Tu vas te rabattre sur ta magie pour te défendre hein!  Allez vas-y!  Ça ne m'empêchera pas de me battre et de t'apprendre les bonnes manières!  Sale petite effrontée! » hurla-t-elle en se précipitant sur la jeune femme, attrapant une large poignée de ses lourdes boucles rousses au passage et les tirant de toutes ses forces.  Elle n'avait aucune chance de gagner ce combat, même si son ennemi n'avait eu de maîtrise sur la magie, les choses se passeraient de la même façon.  Elle était trop chétive, trop délicate pour avoir le moindre espoir de remporter la bataille.  Elle ne s'était même jamais battue par le passé.  Néanmoins, ça ne l'empêcherait pas de se démener avec tout ce qu'elle avait.  Elle ne se laisserait pas faire, pas comme ça, pas aussi facilement.








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptyJeu 27 Avr - 14:44

L'apprenti mage aux cheveux de braise a touché juste. Son sourire se transforme en grimace et la tension augmente encore d'un cran. Une flamme, un minuscule flammèche suffira a mettre le feu entre elles. Et le feu brûle. Le brasier s'enflamme, véritable déchaînement de leur colère mutuelle. Tout part vite. La robe qui brûle. La fausse bourgeoise qui l'enjambe sans peur. La claque qui part. Elle brûle la joue de la rousse, sa tête bascule sur le côté, emportée par le vent rageur de sa propriétaire. La main sur sa joue encore fumante de l'affront, Abigaïl tourne lentement la tête, les yeux brûlant de colère. Elle ose. Elle ose ! Une telle humiliation ne sera pardonnée. Cette truie de grand chemin a osé la frapper. Elle. Abigaïl ! Abigaïl qui a subi les brimades, les médisances, les tortures verbales et morales des habitants de sa ville natale. La claque a surgi, imprévisible. La voir se ruer sur elle n'a pas fait bouger d'un pas la rouquine. Jamais elle ne se lassera intimidée par quiconque, et sûrement pas par Séverine de Mauve, la coureuse de rempart qui écarte les jambes à tout Lorgol. Les paroles de son ennemie surgissent au moment même où elle se précipite à nouveau sur elle. Éberluée, Abigaïl la voit ainsi se précipiter à nouveau sur elle, empoigner une partie de ses cheveux, pour les tirer le plus sauvagement possible. Hurlant de douleur, la tête tirée vers le bas, Abigaïl subit les assauts de sa rivale, encore sous le choc de ce qui se passe. Ses bras se déchaînent dans le vide jusqu'à ce qu'elle sente des effleurements sur ses mains. Sans crier gare, elle attrape elle aussi une poignée de cheveux qu'elle tire de toute ses forces. Les cris fusent, la bataille se poursuit sous les yeux des spectateurs présents dans le hall. Personne ne semble se risquer à intervenir et cesser ce combat grotesque, dégoulinant de fierté blessée. Un coude pointu vient s'enfoncer dans le sein droit de la jeune femme qui recule, une main posée dessus, les larmes lui montant instinctivement aux yeux. La silhouette frêle et gracile de sa rivale ne fait pas vraiment le poids mais elle se débat avec une détermination et une force qui pousse à l'admiration. Elle est déchaînée et s'acharne sur sa proie avec la rage d'une lionne. Cette douleur subite sur un cadeau choyé par Idril, attise les flammes de la colère d'Abigaïl, qui envoie sa tête violemment heurter celle de Séverine. Sonnée par le coup qu'elle vient d'envoyer, Abigaïl s'écarte un peu, le temps d'inhaler une goulée d'air. Son front la fait souffrir, elle a l'impression qu'un forgeron martèle son arme dans sa tête. Agacée, irritée et bien décidée à ne pas se laisser cogner de cette façon, Abi jette un regard mauvais à Séverine et ses yeux se perdent un instant sur une mèche de cheveux de son ennemie. Le feu s'allume d'un coup, se propageant à une vitesse fulgurante sur les cheveux de Séverine. Satisfaite, Abi lui lance un regard de pur haine :

-J'espère pour toi que tu ne tiens pas à tes cheveux, ricane-t-elle essoufflée.

L'odeur devient insupportable et Abigaïl se cache le nez. L'odeur d'un cadavre qui crame. Une odeur infecte. De pestiférée.

-Tu gênes tout le monde avec ton haleine de clocharde, rajoute Abi, dédaigneuse. Je te conseille de filer si tu ne veux pas finir chauve, nue et... puante. Même si l'on peut déjà t'octroyer l'un de ces qualificatifs.

Essoufflée, tout de même amochée par la bagarre qui vient d'avoir lieu, Abigaïl s’essuie le coin de la bouche, massant d'une main l'un de ses seins, regardant le brasier de sa haine prendre peu à peu possession des cheveux soyeux de Séverine, sous les yeux d'une troupe de spectateurs de plus en plus nombreux et incrédules.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Séverine de Bellifère
Séverine de Bellifère

Messages : 2138
J'ai : 27 ans
Je suis : duchesse de Bellifère, autrefois astronome à l'Observatoire de Val-du-Ciel, mon observatoire.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Martial de Bellifère
Mes autres visages: Marjolaine du Lierre-Réal & Lancelot l'Adroit & Liry Mac Lir & Anwar Sinhaj & Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] EmptyMer 3 Mai - 17:42

L'adolescente en furie se démenait pour faire souffrir le plus possible son adversaire : on n'insultait pas une fille de baronne sans bonne raison, et même avec toute justification raisonnable, on s'efforçait de le faire en privée.  Ce qui ne garantissait pas non plus la coopération et la douceur de la cible des injures.  Surtout lorsque celle-ci avait un sale caractère tout comme c'était le cas.  La demoiselle de Mauve ne se laissait pas attaquer sans répliquer avec férocité.  Néanmoins, persévérance et ténacité ne peuvent toujours être clefs de la victoire, or dans ce cas-ci ils ne marqueraient que plus cruellement son échec.  En s'attaquant à la rouquine, elle savait déjà que c'était une cause perdue : elle était plus forte qu'elle et  elle avait aussi un avantage qu'elle-même ne possédait pas : la magie.  Si dans la vie de tous les jours, celle-ci n'était pas particulièrement essentielle et ne conférait aucun statut particulier d'un point de vue intellectuel, en cas de combat, elle se montrait plus utile que la majorité des Savoirs.  Au grand damn de Séverine.  Ça ne l'empêchait pas de se débattre de toutes ses forces et de porter des coups là où elle le pouvait.  Elle perdrait, mais se défendrait de façon honorable.  C'est comme ça qu'un de ses coudes s'enfonça dans la poitrine de l'ennemie : c'était un coup bas, mais elle en ressentit une satisfaction profonde, après tout rien de plus douloureux qu'un choc sur le sein.  Elle espérait que son cycle lunaire commencerait bientôt, ça n'en serait que plus désagréable.

Elle ne put s'empêcher toutefois de relâcher sa prise sur la touffe de poils de la créature sauvage lorsque celle-ci lui assena un dur coup sur la tête, la déstabilisant.  Elle se sentait un peu étourdie et se laissa déconcentrer du feu de l'action.  C'est le feu qui embrase soudainement sa propre douce chevelure qui la fait complètement s'écarter.  Elle s'attendait à un usage de la magie contre elle, mais pas à quelque  chose d'aussi bas que de s'en prendre à ses plus beaux atours.  Qu'est-ce qui arriverait si elle gardait les marques de ce feu artificiel.  La rage bouillait dans son cœur, dans son sang, mais elle n'était plus en état de poursuivre l'assaut.  Elle regretta de n'avoir rien à dire de bien senti en répliquer à son ennemie, mais cela pouvait s'excuser sur le fait qu'elle se préoccupait beaucoup plus de trouver un moyen de sauver ses pauvres cheveux.  L'odeur commençait déjà à se faire sentir et malgré tous les parfums dont elle protégeait sa tête derrière ses voiles, c'était nauséabond.

« Je te promets, un jour tu te repentiras amèrement de tes actions! » déclara-t-elle sur un ton qui se voulait menaçant malgré qu'il ait perdue une bonne partie de son assurance précédente maintenant qu'elle risquait de perdre un de ses atours.

Elle s'éloigna d'un pas qu'elle voulait digne, mais qui restait malgré tout précipité : il fallait arrêter le feu avant qu'il ne se propage plus loin.  Lorsqu'elle se retrouva hors de vue, elle se mit à courir pour rejoindre sa chambre.  Le bûcher s'était terminé, laissant sa tête couverture d'une chevelure décimée, ras les oreilles.  Elle ne put s'empêcher d'éclater en sanglots en apercevant son reflet dans le miroir.  Et elle jura de se venger aussi cruellement que possible.








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Etoile embrasée [PV Séverine]   Etoile embrasée [PV Séverine] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Etoile embrasée [PV Séverine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: