AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur les tongs Havaianas Brasil en noir
11 € 22 €
Voir le deal

Partagez
 

 Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyDim 10 Jan - 22:56


Ce soir on danse
Intrigue 1.1
Quitterie • 31 janvier 1001


Bon. C'est un peu la panique à bord. Je l'ai senti dès la réception de l'invitation collective à la caserne de Port-Liberté. L'impératrice invite le Vol d'Ansemer à assister au bal organisé pour son anniversaire ; ainsi que les autres Vols et toute la noblesse du continent. Tant d'Ibéens sur notre territoire, cela m'inquiète : et s'ils avaient prévu de semer le désordre pendant la cérémonie ? Méfiante, je reste près de Neve tandis que nous prenons place parmi les autres Chevaucheurs, dépendante des yeux de Sayam qui me décrit les alentours tandis qu'il cale son grand corps de cigogne sur les poutres du plafond.

Lorsque les sifflets retentissent, je n'ai pas vraiment le temps de réfléchir ; activant ma magie, j'appelle le pouvoir de l'eau sans lui donner corps pour le moment, prête à le libérer si mes talents de guérisseuse étaient nécessaires. Un mouvement de foule masse les Chevaucheurs près de l'impératrice, et je suis le groupe, trébuchant sans grâce en me prenant les pieds dans ma robe à deux reprises. Dans ma tête, Sayam me raconte ce qu'il voit, palliant à ma mauvaise vue ; et je me tiens sur le qui-vive, angoissée soudain de sentir toute cette tension environnante.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyDim 10 Jan - 23:29

Tristan prit le verre qu’on lui tendait, une magnifique coupe digne des plus grands artisans faë. S’il avait pu se transformer en moineau pour aller se dissimuler dans un coin peu éclairé, il en aurait été ravi. C’était malgré tout hautement improbable, et il doutait qu’on le laisse seul dans son coin. Un sourire franc lui fut arraché, cependant, en voyant Neve. Il aurait pu avoir pire compagnie, certainement, et il passerait peut-être une soirée moins compliquée que ce à quoi il s’attendait.

« Le plaisir est partagé, Neve. Je vais bien, je t’en remercie. Et toi ? Comment te portes-tu, et comment se porte la jeune femme que tu désirais tant aider ? As-tu trouvé un début de solution à son problème ? »

C’était assez cruel, mais il était plus simple de parler des problèmes des autres, même sans savoir leur nature, que des siens. Il n’eut toutefois pas le temps d’entendre une réponse de son ami, que la jeune Impératrice apparaissait, presque aussitôt accueillie par les sifflets de quelques pies et vautours malfaisants et qui écœuraient Tristan. Ils se délecteraient de son infortune, ce serait un trésor ou une carcasse qu’ils chériraient.

Suivant les autres chevaucheurs, il s’établit devant Chimène, bien décidé à faire rempart de son corps. Il serait prêt à attaquer s’il le devait, et à protéger si le risque n’était pas aussi grand qu’il ne le craignait. Il leva un instant les yeux vers un animal qui volait au plafond… Une cigogne, constata t’il en plissant les yeux. Il aurait trouvé cette vision assez agréable, tellement l’animal semblait incongru, si la situation n’était pas si préocuppante.

Spoiler:
 












Dernière édition par Tristan d'Amar le Lun 11 Jan - 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyDim 10 Jan - 23:53




Chroniques d'Arven

Ce soir, on danse

Intrigue 1.1



Intrigue animée par Delrya


Une grande fête

Les bris de verres ont éparpillé des éclats coupants partout. Déjà, une horde de domestiques se ruent pour réparer les dégats, ramassant les tessons les plus voyants, épongeant le vin versé.
Rassérénée par la présence des Chevaucheurs venus se placer auprès d'elle, Chimène semble reprendre des couleurs et profite de l'instant pour prendre la parole d'une voix forte – bien qu'encore ébranlée – remerciant chacun des convives présents pour cette soirée de fête. Son discours ne dure guère, juste le temps de lever sa coupe à la paix et à la prospérité des deux empires. Et tous peuvent voir les yeux de la jeune impératrice balayer la foule sur ces derniers mots, cherchant parmi les visages attentifs ceux de ses opposants. Enfin, sur un geste large, elle ouvre officiellement la soirée et désigne les vastes buffets dressés de part et d'autre, croulant sous des mets variés et délicats où rivalisent les spécialités de tout Arven.

La tension est toujours palpable dans la salle du trône. Toutefois, personne ne semble plus guère disposé à faire entendre son mécontentement. L'effet de surprise des verres brisés et l'appel du ventre jouent certainement sur cet apaisement soudain... tout comme la barrière sévère que forment les Chevaucheurs regroupés autour de leur souveraine. Doucement, les conversations reprennent et les groupes convergent vers les buffets. Quand un nouveau sifflement retentit. Un sifflement bien différent des précédents auquel succède un hurlement strident vers lequel converge tous les regards.
Gaëtane, duchesse de Cibella vient de perdre connaissance en découvrant à ses pieds le corps sinueux d'une couleuvre à diadème. Une seconde est rapidement découverte à l'autre extrémité de la salle. Puis une troisième. Et bientôt, ce ne sont pas moins de dix reptiles qui glissent sur le sol de marbre, visiblement inconscients de l'effet qu'ils produisent sur cette noble assemblée.


Les suggestions du Destin

Le Destin est fort satisfait de la coopération de chacune de ses marionnettes. Mais le jeu n'est pas fini...

Et puisque l'humeur est à la panique, il vous demande cette fois de mentionner l'une des pires peurs de votre personnage (à signaler en italique ou en gras, à votre convenance).



Ce tour de jeu durera jusqu'au dimanche 17 janvier 2015 inclus.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyLun 11 Jan - 11:39

L'attention de l'assemblée fut soudain attirée par l'arrivée de Chimène. Jhali ne put s'empêcher de reconnaître qu'elle était belle et noble, elle était peut-être une bonne dirigeante, bien que cela laisse l'assassin indifférente. Un chef ou un autre, tant que ce n'était pas un dictateur, ça ne changeait rien pour elle. Mais elle écouta quand même ce que la jeune femme avait à dire jusqu'à ce que des sifflets retentissent dans la salle...Tout le monde ne supportait pas cette jeune femme visiblement. Pour Jhali, la raison de ces sifflements était inconnue, voire mystérieuse, elle était peu au fait des tensions politiques de ce monde malgré qu'elle connaisse la situation entre Ibélène et Faërie...Elle resta un moment à regarder autour d'elle les gens outrés ou amusés sans oublier les Chevaucheurs autour de leur Impératrice. L'agitation était dense mais soudain les verres volèrent en éclats, ceux des invités, ceux des plateaux et d'autres encore...Si la magie était de la fête maintenant...C'était cela que Jhali craignait le plus, même en vivant en Faërie, elle avait peur de la magie et de ses utilisateurs, ça ne s'expliquait pas et ça faisait des choses folles... Tous les serveurs se précipitèrent pour enlever les morceaux de verre, pas Jhali bien entendu, elle ne jouait pas son rôle avec entrain. Elle regardait l'agitation se calmer et la jeune Chimène appeler à faire la fête. Mais les choses semblaient assez compromises malgré...Et ce n'était pas fini...Un cri retentit accompagné du son particulier d'un serpent sifflant. La fille de Lorgol regarda à ses pieds pour voir la bête provoquant tant d'émoi. Des serpents du désert se trouvaient partout dans la salle, sifflant et avançant parmi les convives...Ils étaient beaux, colorés mais pas du genre dangereux, la couleuvre à diadème n'avait aucun appareil à venin. Jhali avait étudier les serpents dans son ascension dans la Confrérie et savait les reconnaître, elle les connaissait bien....Ces serpents ressemblaient plus à un mauvais présage ou un avertissement qu'à une menace réelle, mais ça suffisait à terrifier les dames. Bien que n'ayant aucun intérêt à déjouer ce petit tour, Jhali déclara d'une voix forte et claire que ce n'était pas des serpents dangereux. " Ce ne sont pas des serpents venimeux ! Ils ne sont pas dangereux, restez calmes, surtout pas de panique ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyLun 11 Jan - 13:22


Peu à peu, la chamade qui venait d’ébranler la salle s’apaisa, comme une flamme vacillante que l’on étouffe. Chimène, émergeant des bouleversements qui avaient secoué l’assemblée, se rasséréna et tâcha de reprendre consistance en prononçant un bref discours et en invitant ses convives à prendre place autour des buffets, disposés sur les ailes de la salle. Neve demeurait sur le qui-vive, malgré la légèreté qui reprenait ses droits dans les esprits des petites têtes couronnées de cette soirée. À ses côtés, les Chevaucheurs semblaient tout aussi attentifs que lui. Les sifflements n’avaient certainement pas cessé sans conséquences collatérales. Les voix s’étaient élevées, les verres avaient été brisés, les trouble-fêtes s’étaient tus, et désormais que devait-il faire, lui, le fragile Chevaucheur ? Il se détendit peu à peu en observant les conversations reprendre de bon train, et adressa un sourire rassuré à Louison (alias Quitterie) près de lui. Ses muscles commençaient seulement à se détendre, sa magie s’apaisant dans ses veines, lorsqu’un nouveau sifflement brisa l’harmonie si chèrement instaurée (si la situation n’avait pas été si critique, Neve en aurait soupiré). Toutefois, le son n’eut pas le temps d’instaurer son emprise angoissante sur l’assemblée que déjà, un hurlement fit s’effondrer inéluctablement la concorde.

Une duchesse faë, à seulement quelques pas des Chevaucheurs, s’écroula au sol, inconsciente, alors qu’une couleuvre à diadème serpentait sans mal entre les convives. D’autres exclamations retentirent soudain, et le mot « serpent » traversa toutes les lèvres. Combien étaient-ils ? Avaient-ils atteint l’impératrice ? Qui les avait introduits dans la salle trône ? Les questions se bousculèrent avec entropie dans l’esprit du Neve, qui ne sachant faire la part des choses, décida d’agir plutôt que de rester pantois. Il jeta un regard alerté vers l’impératrice, s’assurant qu’elle n’avait rien et qu’aucune couleuvre ne s’était glissée jusqu’à elle, avant de s’en retourner à l’assemblée que la panique gagnait inéluctablement. N’ayant pas en mains suffisamment de cartes, ni de réponses, pour agir en conséquence, le jeune ansemarien décida de faire les choses dans l’ordre. Il commença par se précipiter vers la fameuse duchesse évanouie, portant le nom de Gaëtane selon les quelques courtisanes qui l’accompagnait. Elle gisait au sol, esseulée au cœur d’un cercle de convives effrayés, ne sachant comment intervenir. Si toutes les pensées du jeune ansemarien convergèrent de concert vers la duchesse évanouie, ce n’était pas par désir de se faire mousser par les têtes couronnées d’Arven, bien au contraire. Sa quête de discrétion se voyait littéralement abolie ce soir. S’il chercha à venir en aide à la victime effarouchée, réellement pathétique il fallait en convenir, c’était poussé par un nœud dans l’estomac qui l’étreignait depuis longtemps ; la peur de l’abandon. Dans une foule si compacte et paniquée, personne ne songeait à tirer quelque personne lambda d‘un quelconque danger. Une voix inconnue conforta Neve dans son geste :

Ce ne sont pas des serpents venimeux ! Ils ne sont pas dangereux, restez calmes, surtout pas de panique !

À ces mots, Neve assena un violent coup de pied au reptile qui se dandinait près de la duchesse, le projetant à plusieurs mètres de la foule compacte. L’objectif n’était pas de les tuer pour l’instant, seulement de les éloigner ; si les gardes impériaux désiraient découvrir l’origine d’un tel affront, autant que les reptiles soient en vie. Après quoi, le jeune ansemarien s’agenouilla vivement près de la duchesse, parée comme un paon provocateur. Il décida de faire abstraction de son grotesque accoutrement et appliqua ses mains sur son visage, concentré sur l’énergie magique qui l’habitait de nouveau. Quelques gouttes d’eau prirent consistance au bout de ses doigts, une fraîcheur apaisante enveloppa la fameuse Gaëtane, revigorante et vivifiante. Une poignée de secondes s’écoulèrent avant que la duchesse n’écarquille les yeux, comme tirée d’un mauvais rêve, et titube un instant en reprenant ses esprits. Neve se recula vivement, il n’y avait pas de temps à perdre avec les formalités, la panique risquait de gagner la foule à tout instant. Le jeune ansemarien balaya la salle du trône du regard, à la recherche des potentielles origines d’un pareil remue-ménage. Les serpents se dénombraient visiblement au nombre de dix, selon les exclamations indignées de la noblesse arvenienne. Le sombre message derrière leur soudaine apparition était plus qu’équivoque.

Spoiler:
 


Dernière édition par Neve l'Embrun le Mar 12 Jan - 18:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyLun 11 Jan - 17:04

Neve, enfin les chevaucheurs c’étaient mis entre eux et un potentiel danger, Sixtine étrangement n’avait pas peur, malgré l’histoire sanglante de ce palais. Elle se sentait prête à voler l’épée quasi décorative de son frère et à se défendre au besoin. Puis pour le moment ce n’était que des sifflets rien de dramatique. Chimène fit son discours et termina en présentant les buffets croulants sous les bonnes choses. Sans être impressionnable, Sixtine trouva que c’était ce qu’on appelait un sacré festin. Soudain un cri se fit entendre : des serpents. Une montée d’adrénaline lui monta dans le sang avant qu’une voix inconnue n’indique qu’ils n’étaient pas venimeux. Quelle sombre farce alors. Sixtine grimaça et se décida de rejoindre Neve qui s’était occupé de la duchesse de Cibella.
 
- Je vous avais dit que nous allions nous recroiser très vite, fit-elle avec un sourire tendre. Laissez-moi m’occuper de cette dame et exterminez moi cette vermine plutôt brave Neve.
 
Cela rimait et cela la réconforta comme si faire preuve d’humour pouvait atténuer le souvenir d’un terrible drame. Elle aida la Duchesse à se redresser et la teint fermement par le dos.
 
- Comment vous sentez vous ? Voulez-vous quelques choses de sucré ? Un peu de vin ?
 

La femme la regardait presque comme une apparition. La pauvre. Sixtine avait tellement peur de perdre le contrôle de son corps, c'était sans doute sa plus grande peur.


Dernière édition par Sixtine d'Ibélène le Lun 11 Jan - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyLun 11 Jan - 17:53

La situation semble complètement leur échapper. La jeune impératrice est à court de mot devant le spectacle scandaleux auquel ils assistent. Au milieu des sifflements, des hommes et des femmes se rassemblent pourtant autour d'elle. Alméïde devine parmi eux des chevaucheurs et la voilà désormais rassurée ; si les événements devaient se précipiter, au moins, elle serait entre de bonnes mains. La princesse reste pourtant tendue. Cette attitude lui déplaît fortement. Pire, elle parvient à l'irriter, comme peu de choses le font. Il ne s'agit là que d'un comportement honteux, indigne de personnes de leur rang. N'ont-ils pas tous été un jour novices eux aussi ? Porter sur ses épaules des responsabilités qui ne lui étaient pas destinées n'a certainement rien de facile. Ces gens n'ont-ils donc aucune compassion pour cette nouvelle tête couronnée qui n'a rien demandé à personne ?

Le jeune Melbren, à ses côtés, semble partager son avis. Il sort de sa poche un appareil étrange qui lui est inconnu et elle l'observe sans savoir quelle attitude adopter. Que va-t-il donc faire avec ? Elle le voit qui souffle dedans et soudain la pièce s'emplit d'un son qui vibre dans l'air et qui s'amplifie jusqu'à ce que les verres de la plupart des convives éclatent dans leur main. La princesse d'Erebor assiste à ce spectacle d'un air interdit. Voilà un bien étrange instrument. Fascinant à vrai dire. Ce n'est probablement pas l'avis de la foule qui les entoure et dont la moitié voient leurs vêtements tachés d'une bien malencontreuse façon. La diversion semble pourtant avoir l'effet escompté. Les railleurs se sont tus un instant, juste le temps qu'il fallait à l'impératrice pour retrouver son aplomb et reprendre la parole par dessus le brouhaha confus d'invités surpris par les événements.

Alméïde parvient enfin à se détendre. La situation est reprise en main, Chimène semble légèrement ébranlée mais elle garde la tête haute malgré tout. La preuve d'une grande volonté et d'une maturité sur laquelle de nombreux convives devraient prendre exemple. La princesse du désert pensait alors pouvoir reprendre la soirée là où elle s'était arrêtée en avançant vers le buffet, mais l'agitation s'empare à nouveau de la salle. Des cris retentissent. De nouveaux sifflements également. Et une jeune femme s'évanouit, qu'elle reconnaît comme étant la duchesse de Cibella.

Confuse, elle regarde de tous les côtés pour comprendre la raison d'une telle agitation quand une femme déclame que les serpents ne sont pas venimeux. Les serpents ? « Oh non. Non non non. » Pas les couleuvres. Elles étaient censées être l'un des présents pour l'impératrice. Si la panique s'empare des convives, c'est sur Erebor que l'on pointera un doigt accusateur. Alors Alméïde s'avance jusqu'à la duchesse évanouie. Elle a aperçu un chevaucheur s'en approcher ; peut-être est-il doté de pouvoirs de guérison mais elle n'a pas envie d'attendre pour s'en assurer. Ce sont ses réflexes de médecin qui prennent le dessus et elle s'agenouille à ses côtés au même moment que la princesse d'Ibelene. « Non princesse, ne les tuez pas, ils sont inoffensifs. » Inoffensifs mais effrayés. Pauvres bêtes. « Il faisaient partie des présents pour l'impératrice, le verre de leur cage a dû éclater tout à l'heure en même temps que le reste. » En profitant pour terroriser la moitié de la salle. La princesse ne peut que compatir ; elle sait combien ces reptiles peuvent en effrayer plus d'un. Elle-même ne se trouverait pas en meilleure posture si elle devait se retrouver enfermée dans un endroit confiné. Ou pire, enterrée vivante.

Alméïde vérifie les signes vitaux de la duchesse et fait signe au chevaucheur à ses côtés. « Elle va bien, éloignez-la d'ici, faites lui boire quelque chose et emmenez-la prendre un peu l'air. » Elle ne court aucun danger. Et si les invités ne risquent rien face aux reptiles, une morsure reste douloureuse et les serpents sont trop excités. Elle cherche des yeux Anthim et sa suite pour obtenir un quelconque soutien et se redresse pour s'adresser à la foule. « Reculez, ils ne sont pas dangereux, juste effrayés. N'ayez pas peur, on va s'en occuper. » La question est désormais de savoir comment. Elle espère que ses comparses Erebiens vont se joindre rapidement à elle afin de rattraper les reptiles en fuite. Il s'agirait de ne pas causer d'incident diplomatique.


Spoiler:
 


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyLun 11 Jan - 18:14


Des sifflets désapprobateurs, des cris de protestation qui fusent pour y répondre, et puis ces verres qui éclatent d'un seul coup, sur les plateaux, sur les dessertes et dans les mains des convives créant un chahut terrible, au moment même où nous nous glissons dans la salle du trône. Et moi qui craignais que les gardes ne nous créent des difficultés ! Mais non, ils sont bien trop occupés à gérer l'agitation des invités, alors que les domestiques s'affairent à ramasser les morceaux de verre qui jonchent le sol.

La pauvre Chimène, entourée de ses vaillants Chevaucheurs et de la famille régnante d'Ibélène, est bien malmenée pour son anniversaire. Elle tente un discours de bienvenue bien terne, mais invite tout de même ses convives à profiter de la fête. À demi-dissimulée par les piliers, je cherche dans la foule un visage haï, je veux montrer Alméïde à Ismaïl, je veux qu'il voit la princesse d'Erebor qui a saboté ma vie, mon avenir en prenant ma place auprès d'Anthim. La voilà, elle parade, elle minaude près d'un jeune homme blond, alors que moi je me cache ! De nouveau, la colère qui enfle, malgré la main de mon ami pirate dans la mienne, malgré mes bonnes résolutions, elle gronde, elle siffle à mes oreilles comme ... Oh non ! Des serpents !

Alors que la foule se dirige vers les buffets, un cri d'effroi retentit. Dans un froufrou de tissu, s'affaisse une jeune femme au pied de laquelle ondule l'une des bestioles que j'abhorre le plus au monde depuis ma plus tendre enfance, un serpent. Mais pas n'importe lequel, je le reconnaîtrais entre mille : une couleuvre des sables. Une autre a surgi à l'autre extrémité de la salle semant la panique sur son passage.

- Regarde Ismaïl ! Des couleuvres des sables, des serpents d'Erebor ! Que font-ils ici ? Et là-bas c'est Alméïde, la princesse d'Erebor, ma demi-soeur.
Une femme s'écrie soudain que les reptiles ne sont pas dangereux. Non, c'est vrai, ils ne le sont pas, cependant leur morsure provoque des rougeurs et des démangeaisons fort désagréables. Il ne faut surtout pas y toucher et les exterminer le plus rapidement possible.
Sortant de l'ombre, je m'approche de la pauvre femme évanouie au chevet de laquelle se penche déjà un Chevaucheur et Sixtine, la princesse d'Ibélène. Mais Alméïde a eu la même idée que moi et s'est précipitée également. Je vais devoir l'affronter, mais tant pis l'occasion est trop belle :

- Laissez-moi prendre soin de cette dame, Princesse Sixtine, je suis médecin.
Puis j'ajoute plus fort afin d'être entendue du Chevaucheur qui s'éloigne, et des personnes attroupées autour de nous :

- Bonsoir Alméïde, vous reconnaissez ces serpents aussi bien que moi puisqu'ils viennent d'Erebor. C'est vous qui les avez apportés ! Que cherchiez vous à faire ? À nuire à l'Impératrice ? À  faire de sa fête un véritable capharnaüm ? C'est réussi ! Bravo ! Ces serpents ne sont pas venimeux, certes, mais leur morsure est particulièrement désagréable, et provoque des désagréments certains, l'auriez-vous oublié ? Quelle folie ! Que personne ne les approche ! Laissez les Chevaucheurs et les gardes s'en occuper, je vous en prie !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyLun 11 Jan - 18:50

Les festivités organisées par l’Impératrice ne semblaient pas pouvoir se dérouler sans incident. Si l’on faisait abstraction de l’impolitesse de certains qui s’étaient permis de la siffler, un autre imprévu l’avait sitôt remplacé. Tristan s’efforça de sourire à Chimène, de manière assez maladroite toutefois, pour la rassurer, avant de se détourner à cause de nouveaux sifflements et du hurlement associé. Il fronça les sourcils, en voyant la dizaine de serpents glissant au sol. Il n’est pas particulièrement effrayé par les reptiles ; mais ça n’est pas le cas de la majorité des invités. L’effervescence revient, mais appuyée d’angoisse. L’affirmation de l’absence de générosité des serpents que fait une des convives ne parvient qu’à peu de choses, bien qu’elle soit relayée par d’autres pour bientôt faire le tour de la salle. Tristan s’arrête un instant sur elle. La voleuse qui s’était introduite chez lui. Que fait-elle là ? Il n’a guère le temps de s’attarder sur la question, mais il questionnerait assurément certaines des personnes présentes, pour en savoir plus sur elle. Il n’avait pas réellement confiance en elle. Fort heureusement, son affirmation était reprise par une jeune femme en qui Tristan avait étrangement confiance. L’érebienne l’avait soigné, mais avait aussi fait preuve d’une grande discrétion.

Le chevaucheur se rapprocha malgré tout de la scène, à la suite de Neve et des quelques autres qui se sont avancés vers la femme au sol, dont l’une d’entre elles qui semble déterminée à faire du grabuge. Fronçant à nouveau les sourcils, il parvint aux côtés de cette femme revendicatrice, tentant de se concentrer pour apaiser ses nerfs grâce à sa magie de guérison. Il n’était pas certain que cela fonctionnerait, mais il sentait l’humidité prendre possession de ses mains, et il espérait réussir à l’apaiser. Il était évident qu’elle n’était pas dans son état normal. Mais il était bien plus difficile de « soigner » une blessure qui n’était pas physique. Il s’y entrainait cependant régulièrement : outre sa peur d’échouer et de ne plus maitriser sa magie, il craignait énormément de ne plus réussir à soigner ses proches, quelle que soit l’affliction qui les frappe.

Si cela ne fonctionnait pas, il ne pourrait rien faire de plus. Mais peut-être perdrait-elle sa velléité. Sa tentative achevée, il tenta de manipuler des bulles d’eau pour enfermer les couleuvres dans certaines d’entre elles. C’était une maîtrise basique du pouvoir de mage de l’eau, et il n’y avait aucune raison que ça échoue. Il espérait simplement ne pas nuire aux serpents, et les asphyxier. Il ne pourrait pas forcément se concentrer longtemps, cependant. Cherchant du regard, il découvrit un panier qui serait assez grand pour les mettre, et qui lui semblait fermer assez bien.

Interpellant à un jeune homme non loin, Melbren, Tristan lui demande son aide.

« Amenez-moi ce panier, je vais essayer de les y faire entrer. Il faudra refermer promptement le couvercle, une fois qu’ils y seront. Je ne suis pas certain de les maintenir vivant longtemps dans l’eau, voire de les y maintenir tout simplement, il faut faire vite. »

Spoiler:
 












Dernière édition par Tristan d'Amar le Mar 19 Jan - 10:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyLun 11 Jan - 19:23

Bertin avait toujours aimé les réunions mondaines, sauf quand il y était présent en tant que Chevaucheur plutôt que prince – parce qu’en tant que prince, il pouvait se contenter de boire, manger, et discuter toute la soirée. Une perspective bien plus réjouissante que de devoir jouer les gardes du corps (ce qui impliquait évidemment de rester sobre) (ce qui l’ennuyait considérablement). Mais le maréchal des flammes avait convoqué ses Chevaucheurs en cette occasion très particulière, et Bertin avait comme de bien entendu répondu à l’appel, désormais debout aux côté de l’impératrice, son éternel sourire suspendu à ses lèvres. Un sourire temporaire néanmoins : à peine la pauvre Chimène avait-elle commencé son discours que des sifflements avaient retenti, vite rabroués par son collègue Neve. Bertin lui-même n’était pas intervenu directement, mais un très léger mouvement de tête avait suffi à faire passer le message à Horatio, son fidèle familier qui se tenait un peu en retrait, et s’était avancé lourdement vers le fond de la salle inaccessible aux Chevaucheurs en grognant. Quelques exclamations et excuses s’étaient fait entendre face à l’imposant grizzli, et l’incident s’était clos peu après. Le prince d’Ansemer avait été incapable de retenir un rire. Ah, ces dissidents. Que de la gueule, bien entendu.

Horatio était revenu se poster auprès de son maître sous l’œil étonné ou admiratif des convives, et la soirée reprit son cours comme si rien ne s’était passé. Les Chevaucheurs reprirent leurs postes, et Bertin alla s’appuyer contre une colonne de marbre, les bras croisés sur son torse, ses yeux amusés scannant la foule qui se dirigeait déjà vers les buffets. Chimène avait beaucoup d’opposants, ce genre d’incident n’avait rien de surprenant. Maintenant que c’était réglé, ils pourraient peut-être passer une soirée tranquille...

Mais visiblement, rien n’était supposé se passer comme prévu. A peine Bertin avait-il eu le temps de se dire que cette soirée ne serait finalement pas si mal, qu’un hurlement strident suivi d’un bruit de chute se fit entendre. L’oreille aux aguets, Bertin se détacha de sa colonne et suivit quelques-uns de ses camarades en direction du bruit – pour découvrir, étalée sur le sol, la duchesse Gaëtane entourée de Neve, la princesse Sixtine, la princesse d’Erebor, une jeune femme qui avait l’air de connaître sa médecine… et des serpents.

« Par la barbe du Merlu. » lâcha le prince avant de grimacer face aux bestioles grouillantes qui tentaient d’onduler entre les pieds des gens. Quelques exclamations de frayeur retentissaient encore, et la princesse d’Erebor tentait tant bien que mal de rassurer son entourage, arguant qu’il ne s’agissait là que de couleuvres inoffensives. Bertin était tout disposé à la croire – en remerciant tout de même le ciel qu’il ne se fut pas agi de mygales. Dieu qu’il détestait ces sales bestioles à huit pattes qui hantaient ses cauchemars. Les araignées et lui, c’était décidément une grande histoire de haine. Ses pensées furent interrompues par la femme-médecin qui apostrophait violemment la malheureuse princesse – et Bertin jugea bon d’intervenir à son tour.

« Allons mesdames, inutile de causer plus de remous qu’il n’y en a déjà. » glissa-t-il en s’interposant discrètement entre les deux. Du coin de l'oeil il aperçut son autre collègue, Tristan, utiliser sa magie pour attraper les couleuvres, et songea qu'il fallait aller lui donner un coup de main. « Madame, puis-je abuser de votre générosité en laissant cette femme à vos bons soins ? » demanda-t-il à la jeune femme aux yeux aussi bleus que francs qui s’était emportée contre la princesse d’Erebor. Puis il se retourna vers son familier et siffla pour attirer son attention. « Quant à toi, viens donc aider Tristan à attraper des couleuvres ! » Il marqua une courte pause, avant d’ajouter, en fronçant les sourcils. « Non, tu ne les manges pas. Tu as entendu la princesse, ce sont des cadeaux pour l’impératrice. Manger le cadeau de quelqu’un d’autre, mais où donc as-tu appris tes manières ? »

Horatio laissa échapper un grognement contrit, mais obtempéra et entreprit de saisir une couleuvre, puis deux, entre ses crocs, sans pour autant les achever dans son impressionnante gueule. Bertin secoua la tête en soupirant. Décidément, cette soirée était plus agitée qu’il ne se l’était imaginé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyLun 11 Jan - 19:49


Ce soir on danse
Intrigue 1.1
Quitterie • 31 janvier 1001


SERPENTS !

Le hurlement mental de Sayam me fait bondir, et mon cœur se met à battre à tout rompre. Ma phobie des serpents n’est pas un secret, je les ai en horreur : et entendre leurs sifflements maléfiques dans la salle m’emplit de terreur. La tête me tourne, et tandis que tous s’affolent pour tenter de les attraper, je m’évanouis très gracieusement dans mon coin, submergée par l’affolement, victime d’un très léger mais très handicapant malaise. Dans un bruissement d’ailes, mon Familier-cigogne me rejoint et me ranime – avant de m’aider à m’orienter dans la cohue, vers un endroit à peu près sûr : l’attroupement qui s’est formé autour de la duchesse de Cibella.

Plusieurs femmes s’affairent auprès d’elle ; et toutes des ibéennes, me souffle Sayam. Toussotant, je rassemble un courage que je n’ai pas et me penche sur elles, les repoussant gentiment mais fermement en arrière. « Nobles dames d'Ibélène, je vous prie de bien vouloir me laisser prendre soin de Sa Grâce la duchesse Gaëtane. Je suis mage guérisseuse : elle est entre de bonnes mains, je vous en donne ma parole. » Doucement, j’aide la duchesse à se relever, appuyée d’un bras sur mes épaules, de l’autre sur celles d’un fringant camarade Chevaucheur. Prudemment, nous l’escortons à l’écart du tumulte, et de ces femmes médecins qui se disputent au lieu de la soigner, l’installant confortablement dans une alcôve garnie de coussins où je peux lui administrer quelques brins d'une réconfortante magie faë.

Près de moi, mon camarade monte la garde, et les suivantes de Gaëtane nous rejoignent, restant un peu à l’écart pour ne pas gêner mes soins qui portent leurs fruits : la couleur revient aux joues de la duchesse, et son regard se fait plus assuré. Je vais rester un peu avec elle : elle a besoin de secours, et je serais de toute manière complètement inutile pour chasser ces affreux ophidiens…

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyMar 12 Jan - 9:28



Effectivement, ainsi que les sifflements et les cris l'annonçaient dès notre départ du jardin, une vive effervescence a éclipsé la solennité de l'événement alors que nous accédons à la salle destinée aux festivités. Du rififi chez les rupins, en quelque sorte. Même lors des soirées où loqueteux et marins ivres se querellent et s'empoignent allégrement au fond des bouges les plus infâmes de Lorgol, ça ne fait pas autant de raffut que dans l'entrée de ce luxueux palais. L'élite de ce monde serait-elle donc sujette à d'amères discordes intestines ? Voilà de quoi me réjouir.

Siméane et moi nous pénétrons plus profondément au cœur du prestigieux auditoire, intrigués par cet énorme chahut. Je me tords le cou pour en distinguer la cause, tout en remettant sur mes épaules la redingote que mon précieux toubib m'a restituée. C'est ma Samy qui m'indique soudain les raisons de ce charivari. Des serpents ! Que voilà de vilaines bestioles ! Dans la foulée, elle me désigne sa demi-sœur, Alméïde. J'imprime le visage de cette-dernière au fond de ma caboche. Elle n'est d'ailleurs pas aussi franchement repoussante que je ne l'imaginais, mais cela ne modifie en rien l'animosité que je ressens à son égard. Elle s'est ingéniée à éloigner Siméane de tous les honneurs qui lui étaient dus, et, un jour ou l'autre, elle le paiera au centuple.

C'est alors que les événements se précipitent ! Les serpents provoquent un début de panique, lequel m'amuse énormément, vu que ces bestioles, originaires de ma région, sont totalement inoffensives, ce que je me garde bien de révéler à toute cette fine fleur. Pas de bol, une donzelle l'affirme d'un ton catégorique, et la valetaille, y compris les chevaucheurs, se mettent à vouloir les capturer. Ma Samy entre alors en scène. Je ne lui connaissais pas cette impétuosité. D'habitude, elle hésite à se mettre en avant, mais je comprends sa manœuvre. Elle trouve là une occasion idéale de discréditer sa demi-sœur, ou au moins de semer le doute à son sujet. Bien joué, ma toubib. Je confirme alors les propos de Siméane à mes voisins les plus proches : ces reptiles ne sont pas mortifères, mais ils peuvent néanmoins causer de vifs désagréments, il s'agit de prendre mille précautions pour s'en approcher. Bref, il fallait être totalement inconscient pour leur offrir ce voyage d'agrément. Voilà, j'espère, de quoi apporter un soutien à mon amie de cœur et de quoi semer la zizanie.

Je me régale donc. Hélas, ma satisfaction est de courte durée. La magie entre en scène, cette magie qui me trouble et est devenue l'une de mes pires hantises depuis que j'y ai renoncé durant mon enfance. Un chevaucheur, prénommé Tristan, selon mes voisins, s'ingénie à emprisonner les serpents dans des bulles d'eau, tandis qu'un autre, dénommé Bertin, invite son ours à collaborer et à capturer les bestioles. Un panier est apporté afin de les y enfermer. Fin de l'épisode ? Nenni ! Je désigne du doigt l'entrée de la salle, et je hurle : Par là, il y en a d'autres ! ...

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyMar 12 Jan - 12:05

La princesse a à peine le temps d’entendre la réponse de la duchesse que la princesse Alméide se jette auprès d’elle et la supplie d’épargner les serpents inoffensifs qui seraient un présent pour Chimène. Sixtine grimace, mais quelle idée ! De ce qu’elle connait de sa tante elle est certaine qu’elle n’aimera point ce cadeau mais qu’elle restera polie en l’acceptant, mais en ne savant quoi en faire mis à part l’ajouter à sa ménagerie. D’ailleurs Siméane qui se joint à elles t du même avis qu’elle, ce cadeau c’est comme semer la zizanie. Elle ne dit rien, mais s’écarte un peu pour laisser de l’air à cette pauvre femme et laisser Siméane agir. Elle a toute confiance en la médecin de la cour. Mais voilà qu’une chevaucheuse intervient pour leur voler leur patiente, quel culot ! La jeune femme ne l’a même pas appelé son altesse, elles n’ont pas élevé cochon ensemble. Une fois la jeune femme loin d’elles elle se rapproche de Siméane.
 
- Voulez-vous que je me plaigne à ma tante de l’affront qu’elle vient de vous faire ? J’apprécie la magie, mais ici elle me laisse un goût amer dans la bouche, comme si elle se pensait supérieure à nous grâce à cela. Les sciences ne sont pas inférieures à la magie.
 
La princesse est visiblement fâchée. Elle lisse sa robe pour se calmer et pour faire quelque chose de ses mains car à présent elle se sent de nouveau inutile. Elle déteste cela ne pas savoir comment agir. Soudain elle se tourne vers Alméide, sa colère toute tournée vers la chevaucheuse elle s’est calmée à son sujet et son conseil n’est que bienveillance, non venin dissimulé.
 

- Alméide la prochaine fois offrez-lui de vos contes gitans, elle sera ravie, elle adore les romans et cela causera moins de soucis 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyMar 12 Jan - 18:46

Des serpents.

Franchement, cette soirée est d’un amusement sans nom. Les sifflets et quolibets étaient bien rigolos, mais cette fois, c’est encore supérieur. On peut toujours compter sur Melbren (dont tu as reconnu l’invention) pour mettre un peu plus d’action !

Depuis ton arrivée au palais impérial, tu papillonnes d’une compagnie à une autre, riant que ce rire haut et fort qui est le tien, joignant ta conversation scientifique à celle magique, parfois, adressant quelques sourires charmeurs à des dames (et des messieurs) dont les grâces te comblent. Tu as été annoncé dès que tu as foulé le tapis des lieux, évidemment, et tu as redressé le torse et les épaules devant ces regards curieux, admiratifs, posés sur ta personne. Depuis ton retour à Euphoria, tu ne t’es que peu aventuré en territoire faë, ne désirant pas brusquer les choses outre mesure côté diplomatie. Cette soirée n’était cela dit à ne pas manquer et toute la préparation faite par Maximilien a été utile, autant pour les conversations politiques que pour celles légères. Heureusement aussi qu’il t’a préparé aux quelques inconvénients pouvant survenir. Seulement, ton conseiller n’avait pas prévu les serpents.
Tu n'as d’ailleurs rien à faire des serpents et tu es bien heureux que ta phobie de l'eau ne soit connue que par un cercle très restreint, soit les Séverac et c'est tout (et Césaire, mais Césaire ne compte pas). Surtout que maints traitements ont été tentés pour que celle-ci s'efface, s'amenuise un tant soit peu, efforts  toujours couronnés d'échecs. Tant pis, n'est-ce pas? Le secret est bien gardé et tu peux te contenter de jeter un œil quelque peu supérieur sur la duchesse de Cibella, qui a peur de bestioles aussi simples que des serpents. Dire qu'elle vient d'un duché où les récoltes sont truffées de ces animaux ! Évidemment, elle n'est pas Cielsombroise et n'a pas l'habitude, ni même la pensée, qu'ils sont bien utiles pour leur venin et leurs multiples propriétés.
Tss.

(et bien heureusement, tu n'as pas vu les bulles d'eau qui transportent des serpents)

D’un pas rapide, tu te diriges vers un regroupement de dames, d’où vient d’être enlevée la duchesse de Cibella. Tu as bien reconnu d’un côté la chevelure d’ébène de la princesse Alméïde, et de l’autre, celle du même jais de la princesse Sixtine, que tu surprends sur un commentaire rageux : « Princesse Sixtine, laissez cette mage en paix. Sa Grâce Gaëtane sera sans aucun doute heureuse de se savoir soignée par des mains faës plutôt que par des mains ibéennes, aussi douces soient-elles. Le regard malicieux glisse sur Siméane, dont bien qu’il ne doute pas des compétences médicales, reste une Erebienne. Son bras se glisse sous celui d’Alméïde Je vous emprunte la princesse d’Erebor, si celle-ci veut bien m’accompagner. Quelques serpents risquent bien de se trouver sur notre route vers le buffet et son avis de connaisseuse nous sera bien utile. » Et sans plus attendre, tu l’entraînes à distance des deux Ibéennes, tout sourire. « Des serpents ? Comme c’est charmant ! La prochaine fois, prévenez-moi, nous ferons un cadeau commun. »

Spoiler:
 


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 1479663390-proinoir
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyMar 12 Jan - 19:28


Ce soir on danse
Intrigue 1.1
Mélusine • 31 janvier 1001


« Mais enfin, cessez donc – vous allez les blesser ! »

Tant bien que mal, j’ai réussi à me faufiler parmi l’assemblée tumultueuse, jouant des coudes parmi les femmes qui s’égosillent et les hommes qui tempêtent. Certains semblent morts de peur ; j'ai envie de me moquer de leur stupidité, mais je sais qu'une phobie ne se maîtrise pas. Je me souviens de ma frayeur devant les masques vides suspendus aux murs de Séverac, de cette impression d'être suivie par un regard immatériel, et un frisson glacial court dans mon dos.

Un semblant d’organisation commence à s’installer : j’aperçois quelques Chevaucheurs emmener à l’écart de l’attroupement la duchesse de Cibella bien mal en point, abandonnant sur place Alméïde en pleine prise de bec avec une autre femme que je ne connais pas, tout près de Sixtine notre princesse. En d’autres circonstances, je serais allée prêter main-forte à mon amie ; mais en voyant de quelle manière cavalière les Faës traitent nos présents, je réorganise l’ordre de mes priorités et me dirige vers les mages bien trop zélés.

« Vous n’arriverez à rien en tentant de les contraindre, et si vous les blessez ils peuvent devenir agressifs. Laissez-nous faire. »

Du coin de l’œil, j’aperçois les charmeurs de serpents erebiens se faufiler parmi la foule, munis des grands paniers d’osier qui ont sûrement servi à transporter leurs pensionnaires avant leur transfert dans des cages de verre. J’en reconnais deux – ils travaillent parfois à Sinsarelle avec leur tribu ; et c’est l’un d’eux qui me fournit régulièrement de nouveaux reptiles pour mon élevage de Lorgol. Je recule de quelques pas pour les laisser passer, attrapant au passage un ophidien déterminé à se faufiler sous les jupes d’une noble effarouchée. D’un mouvement rendu mécanique par la force de l’habitude, je glisse l’animal sur mes épaules, le laissant s’apaiser au contact de ma chaleur corporelle. Quelques erebiennes, nobles ou suivantes, font de même parmi l’assistance, tandis que les hommes se baissent et saisissent adroitement les longs corps glissants pour aider les charmeurs. Nous sommes loin de tous les avoir attrapés, cependant ; et des cris retentissent un peu partout dans la salle, tandis que je cajole mon nouvel ami dont la langue chatouille ma peau.

Spoiler:
 










Revenir en haut Aller en bas
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Aaron de Sombreval
Aaron de Sombreval

Messages : 936
J'ai : 34 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyJeu 14 Jan - 18:35

Le sourire en coin apparut sur les lèvres d'Aaron disparut bien vite lorsqu'un hurlement se fit retentir dans la salle, quelques secondes avant que la Duchesse de Cibella ne s'effondre, perdant connaissance. Aussitôt, les nobles autour d'elle s'agitèrent tandis que tous découvraient la raison de cette frayeur. De longs et colorés serpents se répandirent dans la salle, sifflant et ondulant à leur aise au milieu de la foule.Trop gros pour Yetti, sans doute, elle qui raffolait des petits serpents. Ceux-là étaient d'une autre taille, néanmoins. Rapidement, quelqu'un annonçant que les reptiles n'étaient pas venimeux, une chance !

Tandis que certains vaquaient autour de la Duchesse évanouie, d'autres s'occupèrent des serpents, et chacun tenta de résoudre les choses à sa manière. Tristan tenta de les emprisonner dans une bulle d'eau, tandis que Bertin lâcha son ours à leur poursuite. Si le jeune cadet avait eu son familier, peut-être l'aurait-il lâché aussi. Arietty ne se serait sans doute pas risquer à tenter d'en faire son déjeuner, mais elle aurait au moins pris plaisir à les asticoter, bien que cela n'aurait sans doute pas arrangé les choses. Enfin, un groupe se fraya un passage au milieu de la foule, les bras chargés de paniers, tandis qu'une jeune femme se penchait pour saisir un serpent, avant de le poser autour de son cou.

Aaron frissonna. S'il ne craignait pas réellement les serpents, il n'était pas certain d'apprécier le contact de leur peau humide et visqueuse sur la sienne. Évidemment, c'était loin de l'effrayer autant que le vide, mais tout de même. Si le jeune cadet n'était pas un grand amateur de reptile, il préférait avoir affaire à eux plutôt que de voir la magie disparaître de Faërie, ou bien plutôt que de chuter d'Héritage. Au fond, il préférait les reptiles au vide, dans tous les sens du terme. A cette pensée, une angoisse fugace l'envahit, et une voix s'insinua rapidement dans sa tête : « Que se passe t-il ? ». Chassant ces sombres pensées, Aaron rassura Héritage de quelques mots brefs.

Tandis que les charmeurs de serpents ramassent leurs cadeaux non loin de Chimène, d'autres cris s'élèvent du fond de la salle, annonçant la présence d'autre reptile. Soufflant un grand coup, Aaron se décida donc à intervenir à son tour. Remontant jusqu'à la source du bruit, il découvrit d'autres reptiles semblables aux premiers. Après un instant d'hésitation, il se pencha pour en attraper un qui rampait placidement près de ses bottes. Tandis que le cadet soulevait son invité du sol, ce dernier se mit à se tortiller autour de ses mains, lui arrachant une grimace. D'un pas rapide, il se dirigea donc vers la jeune femme qui semblait fort à l'aise avec les reptiles, et lui tendit celui qu'il venait d'attraper, déclarant par la même occasion :

─ Je crois que ceci vous appartient. Je n'ai guère envie de l'emmener avec moi.

Spoiler:
 


Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen
Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 V8TybSqu_o
Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 175691TitreAaron2
Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 183231Quintal6
Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 512835TitreAaron1
Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 LabyrintheOcean
Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 LendemainGuerrePaix
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyVen 15 Jan - 21:30

Son regard. Je me flétris sur pied devant l’oeil noir que me jette Mélusine avant d’éponger le baron kyréen. Ce n’est pas tant la promesse de sévères remontrances que j’y lis qui me fait baisser la tête, non, les blâmes et les sermons ne m’effraient plus depuis longtemps. Mais ce regard qui crie “ Tu fais honte à notre nom , père serait tellement déçu, je suis tellement déçue...”, c’est là ma vraie punition, mon châtiment.
Derrière ma désinvolture et mon insouciance, derrière cette effronterie et ces sourires confiants, il y a eux, ma famille. Et mon désir de les rendre fiers de moi est égal à ma peur de les décevoir. Toutes ces bourdes que je fais, ces catastrophes que je cause, en dépit souvent, d’intentions louables... J’ai tellement peur de finir par jeter l'opprobre sur ma famille, de salir le nom des de Séverac. Peur de lire la honte et le dépit dans leurs yeux, comme maintenant.

C’est le cœur lourd et la gorge sèche que j’écoute l’impératrice prononcer enfin son discours de bienvenue et nous inviter à profiter des fastes de son palais. Mais, avant d’avoir pu faire un pas en direction du splendide buffet, un nouveau cri fouaille l’air, un hurlement d’effroi cette fois. Que se passe-t-il encore ? La duchesse de Cibella semble être à terre, sans connaissance tandis que les interrogations et les exclamations inquiètes fusent dans la salle. Des serpents, beaucoup de serpents. Des mouvements de panique contradictoires agitent la foule comme les remous d’un torrent. Je lance un rapide regard à ma sœur, est ce qu’elle aurait amené ses serpents avec elle ?  Non, elle paraît aussi surprise que tous, enfin presque tous.

A mes cotés, la princesse d’Erebor semble très agitée, elle s’élance vers la duchesse évanouie et je la suis sans trop savoir pourquoi, l’instinct et la curiosité sans doute. Puis, même si l’on a plusieurs fois crié que les serpents n’étaient pas dangereux, c’est plus prudent de rester à coté d’une native du désert. Elle s’avance au chevet de la noble Faë où se pressent déjà chevaucheurs, princesse Ibéenne et curieux. Je préfère rester en retrait, elle est médecin, moi je ne ferais que gêner, mais j’écoute et la confusion me noue le ventre.

Ainsi donc tout ce remue ménage est de mon fait,  non content de gâcher du vin, d’éclabousser mille toilettes et habits, voilà que je sème la panique et ruine le présent d’Erebor à la jeune impératrice. Dame ! Que de dégâts ! Pourvu que cela soit vite réglé et sans autre grave conséquence. Mais déjà, une erebienne se présentant comme médecin s’est agenouillée auprès de la duchesse et accuse Alméïde de vouloir nuire à l’impératrice et à sa soirée. Un instant j’hésite à intervenir, à la défendre, mais c’est mon invention qui a libéré les reptiles, si une seule personne présente m’a vu faire, c’est fini. J’ai passé la soirée en compagnie de la belle princesse, il ne faudra pas longtemps pour qu’on nous soupçonne d’avoir comploté ensemble pour saccager la réception. Le discrédit retombera sur elle comme sur moi. Non, je préfère effectuer un repli stratégique. Je m’éloigne discrètement du centre de l’attention générale, baissant la tête.

Je me dirige vers le buffet, bien décidé à noyer mes scrupules dans l’alcool et la bombance. Mais je n’ai pas fait dix pas que l’on me hèle, par mon nom de surcroît, de telle sorte qu’il m’est impossible d’ignorer l’importun. Je me tourne pour voir Tristan d’Amar se concentrer sur le transport aéro-aquatique de couleuvres. Quelle guigne de tomber sur le seul chevaucheur qui me connaisse. Je regarde le panier qu’il me demande d’approcher, oui je dois pouvoir faire ça sans risquer de tout faire exploser. Je le lui amène en écoutant ses recommandations, refermer une simple corbeille ne devrait pas non plus engendrer de catastrophe. Je soulève le couvercle devant moi et hoche la tête à l’intention du faë.

Je suis prêt, déposez les dedans.

Aussitôt les reptiles tombés bien au fond du panier, je repose le couvercle, les enfermant à l’intérieur. J’ai à peine le temps de saluer plus avant le chevaucheur que j’entends la voix orageuse de mon aînée vitupérer à l’encontre des méthodes de capture des mages.

Marquis, je m’incline légèrement. Je vous laisse poursuivre votre battue et débattre des bienfaits de l’eau sur les couleuvres du désert avec ma sœur là bas, bon courage.

Je m’éclipse sans attendre sa réponse et rejoins sans nouvelle interruption l’immense buffet. J’attrape sur un plateau l’un de ces verres enchantés dont la réputation de solidité ne semble pas extorquée. Je le fais tourner dans mes doigts avec un mince sourire. Damnée magie, tu as toujours le dernier mot hein ? Enfin pour une fois, ça m’arrange. Sur cette pensée je le vide d’un trait. Haaaa ! Que c’est bon !


Spoiler:
 


Dernière édition par Melbren de Séverac le Dim 17 Jan - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptySam 16 Jan - 22:27

Au moment où les premiers serpents se firent entendre, Nyx, le familier d’Elyo s’agita. Le Maréchal, qui n’en croyait pas ses yeux, entendit au même moment un long hurlement appartenant à une duchesse avant que celle-ci ne tourne de l’œil. Le semblant de calme volait à présent en éclat. Du coin de son œil, Elyo vit l’impératrice s’agiter ; il fallait agir. Il vit alors ce qui semblait être un médecin de la Cour d’Ibelin accuser une noble d’avoir fomenté un complot. Il vit tous ces gens attroupé autour de la duchesse, cherchant plus à marquer une alliance qu’à la ranimer. Il vit les gardes, les invités, chacun tentant de faire la chasse aux serpents qui fourmillaient sur le sol du palais, tirant encore quelques cris suraigües aux quelques nobles dont ils s’approchaient trop près. Il vit ce était probablement un pirate, qui se croyait sans doute discret tandis qu’il colportait la panique et le chaos sur ces voisins. Il vit alors la scène de haut, comme un plateau sur lequel serait posé une centaine de dominos, tombant les uns après les autres, entrainant leurs voisins dans une décadence inéluctable. Enfin, il vit Nyx, un serpent dans les serres. Elyo s’en saisit, et observa cet animal de malheur. Sans qu’il s’en soit rendu compte, son visage s’était entièrement figé dans une expression meurtrière. Saloperie d’animal, cause de tout cela… Les poings d’Elyo se serrèrent, et broyèrent l’animal qui n’avait de cesse de se débattre. Une chaleur dévastatrice s’empara de son corps ; ses yeux s’embrasèrent. Il se rua sur le panier remplis de serpents, percutant violement le pirate sans pour autant s’en apercevoir. Après s’être saisit du panier, il le projeta de toutes ses forces contre le mur ; il s’enflamma immédiatement lors de l’impact. Un hurlement sourd ébranla les murs du palais…

Elyo ouvrit les yeux, le serpent dans les mains. Toujours au côté de Chimène, il observa le reptile… son souffle s’était légèrement  accéléré. Il prit lentement conscience de ce qu’il venait de lui arriver… Un frisson d’effroi lui parcouru l’échine ; par-dessus tout, il ne pouvait se laisser aller. Rien n’aurait été pire, et cette simple pensée lui glaçait le sang.  Il observa à nouveau Chimène : la situation semblait l’agacer au plus haut point. Le Maréchal se décida alors à bouger. Il se fondit dans la foule, et tenta de calmer les îlots de nobles qui se formaient. Bien qu’ils fussent d’ordinaire prompts à s’emporter, l’air parfaitement sûr de lui suffisait à les calmer. A moins que ce ne fût le serpent, toujours dans les mains d’Elyo, qu’il tenait fermement sans même y penser…
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyDim 17 Jan - 18:00

Les reproches sont lâchés tels des bombes à retardement qui je l'espère jetteront le discrédit sur Alméïde. Mais les reptiles fugueurs qui sinuaient au travers de la foule paniquée sont soudain emprisonnés dans d'étranges bulles d'eau magiques, créées sans doute par l'un des Chevaucheurs. D'ailleurs l'un d'eux doit tenter d'user de sa Magie sur moi, car je me sens soudain vidée de toute énergie, de toute colère. C'est une sensation déconcertante qui me submerge, et m'apaise soudainement. Décontenancée, je me relève alors qu'une jeune femme emmène au calme la Duchesse de Cibella, sans même nous laisser Alméïde et moi l'examiner, décidément ces Chevaucheurs ne doutent de rien ! Quelle arrogance ! Leur magie n'est pas la seule à guérir. Surtout de simples vapeurs !

Un autre de ces singuliers dragonniers jaillit à mes côtés tentant par des mots apaisants de désamorcer la dispute. Mais le plus insolite, c'est cet ours qui l'accompagne et se met en chasse pour enserrer les ophidiens dans sa gueule. Qu'il les mange, ces horribles bestioles, après tout la nature est ainsi faite, chacun a son prédateur. En ce qui me concerne, moins il en restera mieux ce sera.

C'est un vrai tourbillon mondain qui s'agite autour de nous ! Sixtine m'apporte un soutien inespéré ce dont je la remercie d'un signe de tête et d'un sourire. Amener ces serpents était vraiment d'une bêtise sans nom, je doute que la jeune Impératrice soit passionnée par l'élevage de reptiles. D'autant qu'ils risquent de mourir de froid en Cibella.
Ismaïl, tel un preux chevalier, vient à ma rescousse et désigne d'autres serpents à attraper à l'autre bout de la salle. Tel que je le connais, il tente certainement de m'aider en semant un peu plus la zizanie parmi les invités. Puis c'est le Duc de Sombreciel qui nous rejoint et glisse son bras sous celui d'Alméïde pour l'entraîner vers le buffet, non sans avoir lâché un commentaire plutôt acide sur les Chevaucheurs.

Déçue, je reste là, bras ballants, alors que l'incident semble clos aussi rapidement qu'il a débuté. Les charmeurs de serpents érébiens récupèrent les couleuvres dans de grands paniers d'osier, avec l'aide du benjamin des Séverac, dont je reconnais la blondeur et les traits juvéniles.

Encore une tentative de nuire à Alméïde qui se solde en un lamentable échec, suis-je donc définitivement poursuivie par la malchance ? Par bonheur la présence et le sourire d'Ismaïl sont d'un réconfort inestimable. Je vais le rejoindre, mais avant :

- Princesse Sixtine, merci encore de votre soutien. Ces horreurs sont enfin hors d'état de nuire.  Quelle stupide idée de cadeau ! J'espère que votre tante n'en tiendra pas rigueur à Erebor, la princesse Alméïde est la seule fautive. Enfin l'heure est aux réjouissances.
Je me retourne et attire vers nous mon ami pirate :

- Mais je manque à tous mes devoirs, je vous présente Ismaïl de L'Ancre, un ami très cher de Lorgol.
C'est alors que j'aperçois la Marquise de Sinsarelle qui a passé autour de son cou l'un des serpents qu'elle cajole. Un frisson de dégoût me parcourt, je croyais qu'ils étaient tous enfermés. La seule chose qui m'intéresse dans ces maudites bestioles, c'est leur venin qu'il m'arrive d'utiliser dans certaines médications.

Une couleuvre à la main, le Maréchal de Flamme convainc les invités d'oublier l'incident et d'aller se restaurer aux buffets qui foisonnent de mets raffinés et délicats. Ce qu'ils s'empressent de faire.
Il ne me reste plus qu'à suivre ma résolution de profiter de cette fête, auprès d'Ismaïl, ce sera certainement très réjouissant ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyDim 17 Jan - 22:55




Chroniques d'Arven

Ce soir, on danse

Intrigue 1.1



Intrigue animée par Delrya


Une grande fête

Le chaos indescriptible qui s'est emparé de l'assemblée semble se calmer. Un à un, les reptiles regagnent leurs paniers et leurs cages, sous la houlette attentive des gardes et Chevaucheurs présents. Confiée à des soins attentifs, la duchesse de Cibella reprend doucement connaissance et se retire, encore quelque peu ébranlée, non sans remercier chaleureusement ceux qui ont pris soin d'elle.

De son côté, Chimène qui avait sitôt été écartée du danger, revient au devant de la scène. Et si elle cache admirablement son trouble, il n'en reste pas moins que la jeune impératrice semble indécise quant à la suite à donner à cet incident. Faut-il mettre fin à cette soirée sur laquelle elle mise tant ? Persévérer, au risque de voir les choses se gâter davantage ? Après un bref instant de silence, chacun attendant un mot de sa part, Chimène esquisse finalement un geste en direction des buffets dédaignés. Ses détracteurs pourront blâmer sa jeunesse, son inexpérience et même sa naïveté, mais elle refuse de montrer une trace de faiblesse ou de lâcheté.

Les festivités reprennent donc, malgré la tension manifeste qui règne et les œillades méfiantes envers la délégation erebienne.


Les suggestions du Destin

Décidément, les dragonnets sont bien dociles... Et le Destin en est fort aise. Mais puisque tous lui obéissent si bien, le voici qui décidé de corser encore le jeu...

Pour ce tour, vous devrez placer dans votre RP au moins une rime composée de deux alexandrins.



Ce tour de jeu durera jusqu'au dimanche 24 janvier 2016 inclus.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyMar 19 Jan - 9:05



Inutile de se lamenter, la tactique utilisée par mon joli toubib n'a pas été couronnée de succès, et cette Alméïde a échappé à l'opprobre suprême, celle qu'aurait pu lui jeter le gratin de ce monde. Pour réussir un tel tour de force, c'est-à-dire jeter le discrédit sur la protégée du Duc d'Erebor, il fallait sans doute davantage qu'une improvisation, même si cette-dernière m'a paru brillante et pleine d'astuce. Cent fois sur le métier remettre son ouvrage, précise l'adage. Moi je dirais plutôt : « Laisser mûrir son plan, humer d'où vient le vent, ourdir avec talent, puis châtier l'impudent ! »

Siméane me lance une œillade insistante, et je la rejoins aussitôt, me campant à ses côtés. S'il n'en reste qu'un, je serai celui-là. Nous le savons tous les deux. A ma vive surprise, mon amie de cœur me présente la princesse Sixtine, laquelle, si j'ai bien suivi, lui a apporté son soutien lors de l'algarade avec sa demi-sœur. Siméane n'ignore pas à quel point j'exècre la noblesse, dans sa quasi-totalité, mais cette jeune princesse doit être quelqu'un de très particulier pour qu'elle prenne la peine de me la faire connaître. De très particulier et de très proche d'elle, assurément. Je me sens un peu godiche, ignorant les convenances et les bonnes manières, mais je fais de mon mieux pour témoigner toute mon estime et tout mon respect à cette alliée dont j'ignorais l'existence. Nous suivons alors le flot des invités, en direction du buffet copieusement garni. On ne se prive de rien, dans l'aristocratie. Les pouilleux survivent, les nobles font ripaille. Le poisson pour le duc, l'arête à la canaille ...

De petits verres d'un alcool apparemment corsé me font de l’œil, et j'en rafle deux sur le coin d'un tréteau, orné de napperons blancs, et aussi long que ma mansarde de Lorgol. J'en tends un à ma Samy, laquelle, en d'autres circonstances, moins officielles, moins guindées, m'a démontré qu'elle ne dédaignait pas un gorgeon de vilain tord-boyaux. Je me penche ensuite vers le lobe de son oreille, en déposant au passage un baiser furtif sur son épaule nue. J'ai décidé de la taquiner, de l'amuser, afin que nous profitions plus amplement de nos retrouvailles.

- Crois-tu qu'une ou deux chansons de marins dérideraient tout ce beau linge, ma mie ? Je viens récemment d'apprendre « Les quatre filles du roi ont de grosses tétines, et quand elles se nettoient débordent les bassines ... », et cela me semble tout indiqué pour divertir tous les pignoufs qui nous entourent. Qu'en penses-tu, ma belle amie ? Accorderais-tu ta voix à la mienne ?

Je la dévisage, d'un air particulièrement sérieux, même si, bien évidemment, je ne compte nullement pousser la chansonnette. Je doute cependant que Siméane en soit totalement convaincue. Ne suis-je pas capable de toutes les audaces et de toutes les extravagances ?

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyMar 19 Jan - 22:58

Le geste de l’impératrice était mal assuré, mais salvateur. Elyo, qui tentait de calmer les esprits, divertissaient les quelques groupes de convives, tantôt en leur contant quelques anecdotes de Chevaucheurs, tantôt – dans un jeu de comédien exceptionnel – faisant mine de s’intéresser aux affaires de chacun. Une sœur, dîtes-vous ? Et votre domaine ? J’espère que vous me le ferez visiter ! Ce que récoltait Elyo ne l’intéressait guère, mais au contraire le rassurait. Pourtant, tandis que les sourires mondains se redressaient, une question lancinante sifflait aux oreilles du Maréchal : que s’était-il passé ? Qui souriait à présent que les convives se remettaient de leur frayeur, aussi prompt à se rassurer qu’à reconsidérer leur rôle dans les évènements ? Quelque chose de profondément vicieux se cachait là-dessous, et le vieux Chevaucheur n’était en rien serein.

– Un avertissement ?

Elyo hocha la tête. Tandis que les nobles d’Arven goûtaient aux plats succulents qui leurs étaient réservés, le Maréchal s’était frayé un chemin jusqu’aux tables. Son appétit était presque aussi connu que son grade – et ce dernier en était bien plus fier ! Adossé à un mur, l’air perplexe, il reconnut la silhouette de Neve. Ce jeune garçon était frêle, mais touchant. Elyo se fit la réflexion que si d’aucun cherchait d’ordinaire à cacher ses propres faiblesses, Neve n’en faisait pas partie. Ses faiblesses le dépassaient, et paradoxalement le sublimaient. Ce jeune homme était un pur esprit, d’une acuité rare. D’un sourire, il l’invita à s’assoir.

- Excellent vin, n’est-ce pas ?

- Excellent vin, oui… Craignez-vous quelques gouttes de cigües ?


Le Maréchal  appréciait la vivacité de son élève. Il prit alors ses aises, se resservit un ballon du liquide grenat et le leva très haut au ciel en murmurant ces mots « à la tienne, ma belle ». Ses yeux se reposèrent sur ceux de Neve.

- Laisse-moi te dire ces mots : il n’est pas en ces lieux
le moindre énergumèn' qui n’aspire aux cieux.


Il prit une grande inspiration, puis se leva. Dans un sourire triomphant, les bras grands ouverts, il déclara :

J’accuse ceux de la délégation d’Erébor d’avoir été les ouvriers – maladroits, j’ose encore l’espérer – d’une machination malencontreuse, qui aurait pu dégénérer.

J’accuse la demi-sœur du duc d’Erebor, Alméïde d’Erebor, régisseuse du Harem et médecin à ses heures perdues, d’une formidable naïveté, dont les conséquences la dépassent.

J’accuse la famille d’Ibélène, en particulier le côté maternel, de savourer silencieusement une situation qui nécessiterait le recours de chacun.

J’accuse l’empereur Augustus, dont la grandeur d’âme n’est plus à prouver, de ne pas avoir su tempérer sa femme par les sacrements matrimoniaux.

J’accuse ici les esprits séditieux et malhonnêtes, si tant est qu’esprit soit le terme adéquat, de n’avoir aucune estime, ni pour Faërie, ni pour Ibélène.

J’accuse la passivité de convives qui de toutes évidences n’ont pas leur place ici, mais qui se sont laissés guider par le gout du vin… Si seulement le lait maternel n’en avait pas été saturé.

J’accuse enfin tout personnage dont la malice dépasse les limites de la bienveillance, de tirer leurs profits d’un conflit qui les dépasse. Arven est une terre duelle et magnifique, dans laquelle je fonde mes espoirs. Je n’ai qu’une passion, et c’est celle du rayonnement de cette terre. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en justice pour calomnie et que l’enquête sur les incidents de cette soirée ait lieu au grand jour !

J’attends
.


Le Maréchal s’assit, le sourire aux lèvres, et le verre à la main.


Dernière édition par Elyo Hautmistral le Mer 20 Jan - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyMer 20 Jan - 1:06

Ne me remerciez pas, imaginez vous mon supposé alexandrin sur cet air :
 

Un ours. Tristan ne s’habituerait jamais à voir un tel familier. Aussi massif, aussi encombrant. Il ne convenait pas de toucher le familier de qui que ce soit, mais éviter une créature prenant tant de place relevait presque de l’impossible à ses yeux. Le voir évoluer aussi librement et s’entendre de cette manière fit naître une bouffée de jalousie dans l’esprit du chevaucheur qui l’étouffa plutôt bien, ou la masqua du moins grâce à sa concentration pour ne pas relâcher les serpents ni les asphyxier. Une tâche plus ardue qu’il n’y paraissait, qui lui demandait une énergie considérable. Il ne se rendait pas compte de l’intensité avec laquelle il puisait dans ses forces, pas plus qu’il n’agissait consciemment en guérissant les serpents qu’il blessait en fait.

Le chevaucheur se concentre, essayant de faire abstraction des bruits ambiants – la panique, les querelles, les quolibets plus ou moins sympathiques, cela ne lui importe pas. Seuls comptent les serpents et sa magie. Sa maîtrise qu’il veut parfaite. Sa maitrise qui ne peut que l’être. L’arrivée des charmeurs de serpents, et l’intervention d’une jeune femme qui leur somme d’arrêter perturbe le mage qui relâche sa concentration et qui, s’il libère les serpents – fort heureusement au-dessus du panier amené aimablement par Melbren -, ne dématérialise pas les bulles d’eau par inattention. Sentant soudainement l’ampleur de l’énergie que la magie a drainée en lui, cette même magie échappe à son contrôle, et de nombreuses gouttes d’eau se dirigent vers le duc de Sombreciel, jusqu’à reformer la bulle au-dessus de lui, et finalement retomber comme un soufflé.

Fort heureusement, ou bien malheureusement, tournant le dos au duc, Tristan ne s’en aperçoit pas, et se concentre plutôt sur la scène cavalière qui se passe sous ses yeux. Des serpents, ramassés par beaucoup de convives, avec une grâce qu’il n’avait que rarement vue jusqu’ici. Et pourtant, chevaucher un dragon est la chose la plus gracieuse qu’il soit. Subjugué par ce spectacle, il n’en détourne pas les yeux un instant. Dans sa tête, si son air absent peut le trahir, retentit une mélopée dont il a un vague souvenir sans bien savoir lequel.

« Reptil' du soleil, tu parcours la terr', le sabl’,
Les charmeurs t’appell', ils t’attir', sont agréabl’.
»

Tristan secoua brièvement la tête, sorti de sa rêverie par la voix du Maréchal des Flammes, qui faisait une déclaration pour la moins… ubuesque. Dissimulant mal sa surprise, il laissa transparaître pendant quelques secondes, ou peut-être même pendant une minute complète voire deux, l’envie qui le consumait. Cette envie de faire ses preuves, d’être le meilleur, de devenir Maréchal des Flammes. Oh, il faisait confiance à son supérieur et mentor, mais… Il aspirait à plus. Encore, et toujours.

Spoiler:
 










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyMer 20 Jan - 22:50

Sur les tables s’étalent flacons et bouteilles,
Alcools lagrans au goût de mûre ou de groseille,
Vins outreventois à la belle robe vermeille,
Liqueurs de Sombreciel à la force sans pareille.
Cinq, six, huit, bien trop vite les verres s'enchaînent
Et je pense à ma décision pas si lointaine.
Malgré toutes mes belles paroles , mes promesses,
Il n’aura fallu que peu de temps avant qu’ivresse,
Cette compagne exigeante, ne reprenne possession
De mon corps, chassant toutes mes appréhensions.
Enivrante euphorie, ô montre moi ton monde
Aux couleurs éclatantes, aux joies si profondes.
Ô Erelf, ne rends pas mes joues rubicondes
Donne moi le charme, l’aisance et la faconde
Qui sauront subjuguer en quelques secondes
Les plus farouches comme les plus pudibondes.

J’avale un dernier verre d’un breuvage délicieux
Et, arborant fièrement un sourire audacieux
Je me tourne enfin vers la foule qui s’avance.
Ceux là même qui sifflaient, quelle outrecuidance.
Ils sont tels les vautours dont la chasse prend fin
Qui viennent pour la curée, cachant sous leur parfums
Les fétides relents de leur nature de charogne.
Ils se jettent sur les plats sans aucune vergogne
Et boivent les vins à la lie, ô parfaits ivrognes.
Devant un tel spectacle je sens monter ma rogne.
Mais je me détourne et me force à me détendre
Ce n’est ni lieu ni heure pour causer un esclandre.

Mais cette conviction n’est pas partagée par tous
Et résonnant dans la salle comme une secousse
La voix du Maréchal s'élève, accablante.
Pourquoi donc déjà rouvrir la plaie purulente ?
J’écoute abasourdi le long réquisitoire
Étonné par le ton bien trop ostentatoire.
Ce n’est pas ainsi, vieil homme qu’on obtient victoire
Pensé-je en observant l’effet sur l’auditoire.
Chevaucheurs, vous avez oublié un reptile !
Venimeux si j’en croit ce que sa langue bifide
Crache comme médisances et propos hostiles
Sur Ibélène n’épargnant pas même Alméïde.
Sans vraiment écouter les dernières réprimandes
Du maréchal, je cherche dans la foule gourmande
La belle silhouette de la charmante princesse.
Il ne faut pas longtemps pour qu’elle m'apparaisse
Au côté d’un Castiel trempé et ruisselant.
Et j’admire ce spectacle rare, captivé.
Par Mirta, mon frère, que t’est-il donc arrivé
Pour que tu ressemble ainsi à un éperlan ?

Pourtant malgré ma curiosité je préfère
Épier la belle erebienne au bras de mon frère
D’ici je ne peux voir si les propos sévères
Du maréchal l’ont troublée ou s’ils l’indiffèrent
Mais les pans épars de mon manteau entrouvert
Laissent distinguer les voiles de sa tenue légère
Et c’est l’oeil baladeur que je contemple sa robe
Jusqu’à ce que sous mon pied le sol se dérobe.
Comment donc, ô dieux, peut il être ainsi instable ?
Je souris, essayant de rester présentable
Mais je suis forcé, d’une main, d’agripper la table
Pour m’éviter une chute ô combien lamentable.
J’ai comme un vertige, comme une pression sur le cœur
Que je sens s’accroître pour mon plus grand malheur.
Et je fais appel à tout mes talents d’acteur
Pour camoufler autant que possible mes vapeurs.

Soudain je me sens mal, nul besoin de croquis.
La nausée qui hurle en moi, ne bois plus ce vin,
Elle est bien trop forte, j’ai lutté mais en vain.
Je cours vers l’entrée, bouscule servants et marquis.
Je lance mes excuses d’une voix nasillarde,
Mille pardons combien empressés et circonspects.
J’arrive sur une terrasse où patrouillent quelques gardes.
Je les ignore et me penche sur le parapet.
Et je crache dans le vide des flots pellucides,
Je tousse mes boyaux dans une purge acide
Qui me laisse pantelant comme le faon mis au monde.
Je laisse là quelques temps ma carcasse moribonde
Puis, ayant recouvré quelques forces précaires
Mais de rejoindre la fête nulle velléité
Je descend d’une démarche d’octogénaire
Un court escalier, priant les divinités
Pour ne pas m’écrouler. Puis j’observe les parterres
florissants. Alors, sans l’avoir prémédité,
J’avance avec dans la gorge le goût amer
De l'excès et je m’éloigne des festivités.
Perdu dans les allées de ce jardin d’hiver
Le vent froid est le prix de ma sobriété.

Je marche doucement, le visage offert au vent.
J’écoute le bruit des graviers tout en rêvant,
Me demandant bien ce qu’il se passe au festin.
Où en est donc ce jugement de mascarade ?
Indécis, je continue encore ma balade
Puis, convaincu que mon cœur et mes intestins
Ont récupéré toute leur vigueur légendaire,
Je m’en retourne vers la salle de réception,
L’estomac vide mais décidé à satisfaire
Cette fringale en goûtant chaque plat sans exception.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 EmptyJeu 21 Jan - 11:15

Spoiler:
 


Neve demeurait abasourdi, perdu entre les algarades et les exclamations qui agitaient l’assemblée. Des accusations précoces, des remontrances, des sifflements de vipère, des contestations ; la foule furibonde se cabrait comme un beau diable. Si les serpents retrouvaient peu à peu leur habitat d’origine dans les larges paniers des érebiens, soulevés habilement dans les bulles d’eau de Tristan, les arveniens n’en étaient pas à leur coup d’essai en matière de conflits. Après être venu au secours de la duchesse de Cibella, Gaëtane, Neve avait préféré la laissé au soin des médecins ibelins. Toute la noblesse d’Arven s’était attroupée autour d’elle en quelques instants, comme les badauds curieux qui se joignent aux altercations urbaines. Le jeune ansemarien jeta un regard interrogateur au Maréchal de Flammes, Elyo Hautmistral, qui n’avait pas cillé d’un iota, mais dont l’extrême frustration se propageait comme une aura destructrice. Il observa son visage contrit de colère, ses poings serrés et sa posture menaçante. Il détourna les yeux, et dans une entrepris désespérée, tâcha d’apaiser la foule désordonnée.

Se concentrant avec une rare acuité, Neve tâcha de rafraîchir l’air ambiant, condensant la légère humidité de l’air en des cristaux microscopiques. Bien que son acte ne fut pas décisif dans l’apaisement inexorable de l’assemblée, le jeune ansemarien fut rassuré de voir les évènements prendre une tournure plus calme. L’impératrice Chimène reparut, troublée mais forte, et tâcha de reprendre les rênes de la soirée d’une poigne assurée. D’un geste délicat, elle indiqua les buffets disposés sur les ailes de la salle, alourdis de mets divers et variés, succulents et extravagants, de liqueurs mordorées et de vins rubiconds. Gaëtane reprit ses esprits, les médecins se dispersèrent, les serpents furent reconduits hors de la salle du trône, et les nobles se dirigèrent d’un commun accord vers un dîner chèrement acquis. Neve s’apprêtait à soupirer de soulagement, lorsque l’extravagance de la soirée se sublima à nouveau : un ours immense se dandinait dans la salle du trône, tantôt folichon, tantôt concentré à aider son compagnon d’âme, un certain Bertin d’Ansemer que le jeune ansemarien commençait à connaître. Cet ours, Horatio de son petit nom, Neve l’avait déjà rencontré auparavant. Toutefois, il connotait au cœur de cette haute assemblée. Le jeune Chevaucheur s’autorisa enfin à soupirer.

La soirée reprit un cours lent et passif, comme toute soirée mondaine, et tandis que les convives se pressaient autour des buffets, Neve se joignit à Elyo, demeuré près de l’impératrice Chimène. D’une voix timide, il s’adressa à son supérieur au sujet des récents évènements, non plus inquiet mais sérieux. Le Maréchal de Flammes se servit une nouvelle coupe de vin grenat ; visiblement, une idée nouvelle émergeait dans son esprit.

Excellent vin, n’est-ce pas ?

Excellent vin, oui… Craignez-vous quelques gouttes de cigües ? se risqua le jeune ansemarien.

Elyo ne répondit pas immédiatement, mais les quelques vers qu’il enchaîna conforta Neve dans ses spéculations : il n’allait pas demeurer ainsi sans rien faire une éternité durant, sans même prendre la défense explicite de son impératrice. Et en effet, une poignée de secondes s’écoulèrent avant que le Maréchal de Flammes, d’une voix forte, expose un réquisitoire sensé, mais extravagant comme aucun autre, à l’endroit de la diligence d’Ibélène. Toutes les têtes couronnées furent visées, d’Augustus à sa femme, d’une certaine Alméïde aux esprits pervers qui avait commandité une telle algarade. Neve jeta un regard ahuri à son supérieur, pantois devant son discours accusateur. J’attends, telle était son ultime parole. Le jeune ansemarien n’eut pas le courage de terminer son verre de vin. Les yeux des autres Chevaucheurs s’étaient pareillement retournés vers le Maréchal de Flammes. Neve croisa le regard pour le moins surprit de Tristan, qu’il rejoignit, mal assuré.

Où donc nous abandonnent ces froides altercations, vers le conflit duel entre nos deux nations ? souffla-t-il à son camarade.

Spoiler:
 


Dernière édition par Neve l'Embrun le Ven 22 Jan - 9:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !    Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !  - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 1.1 • Ce soir, on danse !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: