AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
229 € 379 €
Voir le deal

Partagez
 

 Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptyLun 24 Avr - 14:28


Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
Armandine de Faërie& Antonin de Faërie

Discussion fraternelle à coeur ouvert

Une discussion s'impose




• Date : 5/01/1002
• Météo : Pluie
• Statut du RP : privé - RP Test
• Résumé : Armandine a demandé a voir son frère Antonin afin de s'entretenir sur le projet d'alliance avec le duc d'Outrevent.
• Recensement :
Code:
• [b]05/01/1002[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2053-discussion-fraternelle-a-coeur-ouvert-pv-antonin#61830]Discussion fraternelle à coeur ouvert[/url] - [i]Armandine de Faërie et Antonin de Faërie[/i]
Armandine a demandé a voir son frère Antonin afin de s'entretenir sur le projet d'alliance avec le duc d'Outrevent



Dernière édition par Armandine de Faërie le Lun 24 Avr - 15:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptyLun 24 Avr - 14:29

Je n'avais de cesse de penser aux paroles de mon père et cette information tournait dans ma tête dans tous les sens. Je tente d'en voir les avantages, les inconvénients. S'unir à un duc m'ouvrirait les portes de la grandeur, on m'appellerait duchesse, ce doux titre qui m'irait si bien. Depuis que l'on me prénomme princesse, j'ai cette fierté qui bat en moi. L'envie, le pouvoir, la domination autant de possibilités qui me font rêver.

Je laisserais libre cours à ma magie, pouvant apprendre sans vergogne ce qui manque à mon apprentissage. Toutefois, ce projet d'union me complique les choses puisque non seulement, je n'ai jamais rencontré le Duc en lui-même mais de ce que j'ai pu comprendre il est contre les mages du sang, et j'en suis une... ; ma liberté ne sera pas altérée pour autant mais les rapports avec ce Duc risquent d'être peu cordiaux de par son point de vue sur ces mages.

Père m'a informé qu'il a demandé une entrevue la semaine prochaine ; curieuse, je me demande quelle réponse il lui fournira ; et s'il venait à refuser ? Moi-même, je me plie à ses exigences car j'ai la crainte de sa réaction mais si son interlocuteur s'oppose à une telle proposition, je ne puis anticiper ce qu'il adviendra.

J'ai toujours voulu défendre la veuve et l'opprimée, faire respecter les droits de chacun et si pour cela je devais gravir les hautes sphères du pouvoir je m'y plierai sans difficulté. Je suis passée par de nombreux doutes, craintes mais la tête toujours haute je ne me suis pas laissée abattre. La magie du sang règne sur Faërie, ce que je ne suis ne me fait plus peur bien au contraire, cela est devenu une force.

Malgré mon tempérament fort j'éprouve toutefois ce besoin irrépressible de m'entretenir avec mon frère, celui avec qui j'ai grandi, qui me soutient depuis ma plus tendre enfance. Nous avons tout deux eu une enfance différente, il aurait pu me jalouser de cette proximité avec notre mère, mais il est resté lui-même simplement. Une épaule sur laquelle pleurer, un conseiller de choix. Je ne serais pas là où je suis ce jour sans lui. Je l'enviais quand il a eu  ses manifestations magiques de l'automne, encore plus quand c'est la magie du sang qui s'est révélée chez moi . Désormais, nous avons poursuivi dans cette voie d'une fraternité profonde qui jalonne notre existence. J'ai appris les rouages de la magie du sang à travers des voyages avec Gustave tandis que lui se pliait de bonne grâce aux enseignements de l'académie.

Aujourd'hui encore Antonin allait m'aider, me rassurer, et me guider je lui avais demandé de venir me voir au sujet de cet avenir qui se dressait pour moi. Je faisais les 100 pas, vêtue d'une robe couvrante, d'excellente facture. J'espérais secrètement que notre rencontre fraternelle ne serait point dérangée par Lauriane. Hier encore au repas j'avais senti cette effluve de vin qui émanait de sa bouche. Dégoût, dénégation de la tête, simple agissement de ma part qui était passée inaperçu aux yeux de cette dernière. Elle m'exaspérait et je ne la comprenais pas. Depuis que mon corps de jeune femme avait supplanté celui d'enfant et que  Gustave me couvait de manière exagérée, ma mère en devenait de plus en plus sèche. Je faisais tout pour ne pas le voir, tenter de la ramener dans le droit chemin, lui faire entendre raison, mais c'était peine perdue. J'avais cet espoir profond de retrouver cette proximité entre chaque membre de ma famille.

Un nombre de projets incalculables pour moi-même et mes proches mais qui je l'espérais nous rendraient cette bonne humeur qui avait jalonné mon enfance. J'ai toujours réussi dans tout ce que j'entreprenais et ce dessein ne pouvait qu'être louable après tout.

Le temps était pluvieux dehors, Antonin ne devrait pas tarder ; le thé brûlant trônait dans le salon où je l'attendais, je m'installa sur un des fauteuils présents. Il était ponctuel je le savais et l'heure approchait à grands pas. Un bruit de porte derrière moi se fit entendre, un pas que je reconnus ; servant les tasses se trouvant devant moi je dis simplement « Merci Antonin, de venir me voir je pense que tu sais pourquoi je t'ai demandé de venir, j'ai besoin de tes conseils comme je te l'ai dit : papa et maman ne sont pas là et j'avais besoin de te voir seule ».

J'attaquais dans le vif du sujet, rien ne sert de palabrer des heures durant ; je prônais l'efficacité et la franchise ; il me connaissait ainsi, lui-même était de la sorte et j'avais tout simplement hâte d'entendre ses premiers mots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptyLun 8 Mai - 14:20

Armandine, douce et belle Armandine. C’est d’un pas rapide qu’Antonin traversait les couloirs pour rejoindre les appartements de sa sœur. Il s’était égaré de longues minutes dans la lecture d’un traité commercial concernant les ansemariens et les pertes occasionnées par les pirates. Il avait presque failli oublier l’heure et le voilà désormais à se dépêcher pour ne pas faire attendre sa très chère sœur. Si cela n’en avait tenu qu’à lui, il l’aurait rejoint dès qu’elle avait émis la volonté de lui parler. Mais les choses étant ce qu’elles étaient, il n’avait désormais plus le loisir d’agir comme bon lui semblait. Il avait des obligations, Armandine également et c’en devenait ridicule de voir à quel point parler à sa propre sœur pouvait devenir un vrai casse-tête tant il fallait se pencher sur une concordance d’emploie du temps.

C’est à l’heure qu’il arrive, finalement. Entrant doucement, ouvrant une porte parfaitement entretenue qui ne laisse échapper qu’un bruit feutré et discret. Armandine est là, à l’attendre et l’accueil de ses yeux si particulier qu’il a appris à aimer et chérir. Tout est prêt pour passer un peu de temps agréablement, la jeune femme ne s’embarrassant pas des convenances, se jette dans la conversation sans ambages.

-Bonjour à toi aussi petite sœur. Il la gratifie d’un sourire taquin, tandis qu’il vient s’assoir en face d’elle. Et ce n’est pas à eux dont tu veux parler de certains sujets délicats à aborder pour ne pas heurter leurs sensibilités, ni qu’ils se mettent à penser que tu contestes leur autorité, n’est-ce pas ?

Nouveau sourire entendu, il prend la théière pour servir un verre à sa sœur, puis pour lui-même. Son père l’avait mis au courant concernant Armandine et son mariage, avant même qu’il n’en parle à la concernée. Liam était un homme droit et respectueux, s’il consentait à cette union, il savait que sa sœur serait bien traitée, même si la rancœur du duc envers la famille de Faërie devait être bien grande. Oui, Antonin n’avait pas oublié comment son père lui avait fait plier le genou devant lui. Le prince avait été réticent devant cette annonce, pourtant marqué du sceau du bon sens. Armandine méritait mieux qu’un homme qui ne l’aimerait sans doute jamais et qui ne verrait en elle que le souvenir d’un empereur le menaçant de prendre la vie d’un enfant.
Lui-même était toujours perturbé de cet agissement, mais comment en vouloir à son père ?

Pourtant, il gardait ses doutes et réticences pour lui, c’était à Armandine de choisir, pas à lui. Il serait là pour elle, quoi qu’il arrive. Les liens du sang renforcés par le statut de sa sœur étaient un serment muet à lui tout seul. Il serait là pour elle, peu importe ce qu’il adviendrait.

- Je suppose que cela à un rapport avec Liam d’Outrevent et sa venue dans peu de temps, n’est-ce pas ? Je t’écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptyLun 8 Mai - 23:45

Antonin était toujours ponctuel et ce malgré les nouvelles obligations inhérentes à son rang. Tout comme moi il était sérieux dans ce qu'il lui incombait de faire et je n'avais nul doute qu'il n'honore ma demande de le rencontrer afin d'amorcer un dialogue et avoir son point de vue quant à cette union qui se profilait à l'horizon de mon avenir.

A peine arrivé, me salua-t-il ; son regard s'attardant sur mes yeux. Fut un temps, pas si éloigné que cela il en était surpris mais désormais il les couvait du regard. Sombre magie, qui pouvait en effrayer encore plus d'un mais c'était ma nature profonde désormais n'en déplaise à ceux qui oseraient la critiquer pour ce fait.

C'était bien cela le fond du problème après tout ; je me pliais à mon devoir de princesse mais j'avais eu vent de  l'union que mes parents me prévoyaient avec Liam d'Outrevent, pas spécialement porté envers les mages du sang ; cette attitude ne manquait point de me contrarier.

Quel était le point de vue d'Antonin sur l'homme auquel je devais m'unir  quand bien même il y daignerait ? C'était ce qui me tracassait au plus profond de mon être. J'aspirais à un avenir florissant, laissant libre cours à ma magie, m'unissant à un prince, un marquis ou un duc, comme mon devoir me l'imposait mais en toute liberté.

Je ne suis qu'une petite fille après tout, ayant grandi dans la noblesse aspirant à des rêves de pouvoir et de domination, auréolée de couronne et parée des plus belles robes au bras d'un mari aimant. Au fond de moi-même je ne parvenais pas à me convaincre que cet avenir correspondait à celui que je chérissais depuis mon titre de princesse.

Je souris à la remarque de mon frère quant à l'absence en ces lieux de nos deux parents « oui tu as tout juste, je préfère parler avec toi en toute franchise, éviter des interruptions dans un échange qui concerne mon avenir à proprement parlé » soupirant « je respecte papa » marquant un temps de pause « tout comme maman, mais tu es mon meilleur conseiller et ce depuis des années ».

Je m'assis prenant une tasse de thé brûlante, laissant mes lèvres effleurer le liquide, fermant les yeux, le contact me crispant mais faisant céder toute barrière, libérant ces questions et cette peur profonde qui me taraude « penses tu que c'est un bon parti pour moi, Liam ; il est duc, je deviendrais donc duchesse mais j'ai cette parcelle de moi en mon for intérieur qui me rappelle sa position à l'égard des mages du sang... une attitude qui me laisse perplexe quant à notre union » je poursuivis sur ma lancée tout en tentant de rester explicite à l'égard d'Antonin « je veux le bien de Faërie, le bien de notre famille et de notre contrée ; m'unir pour devenir celle que j'aspire à devenir depuis des années mais j'ai cette crainte, de ne point être heureuse, rabaissée par mon mari ; il respecte les femmes, mais me respectera t il autant qu'il en respecterait une autre ? » ; puis se tournant vers Antonin elle lui posa une question qui pourrait s'avérer fort indiscrète mais après tout, elle n'en restait pas moins sa sœur « comme toi, j'espère que tu trouveras une digne femme qui  rendra  honneur à ton rang ; ce serait bien que au moins l'un de nous deux fasse un mariage d'amour bien au delà de ceux d'affaires tu ne crois pas ? ».

Un brin curieuse et audacieuse, je cherchais à connaître la situation de mon frère ; il était monnaie courante de savoir ce que l'on prévoyait pour ma part mais jusqu'à présent Antonin était resté très discret occupé dans ses menues affaires princières, mais il ne faisait nul doute que lui aussi devait se ranger. Pour moi cette discussion cordiale correspondait à notre avenir à tous les deux ; union forcée et nécessaire pour l'une mais qu'en était il pour l'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptyJeu 1 Juin - 20:40

Le respect était ce qui liait la famille de Faërie, d’une façon ou d’une autre, pour le meilleur ou le pire. Elle planait et cimentait les liens de chaque membre entre eux, quitte à les blesser. Antonin comprenait les propos de sa sœur, ce qu’elle disait et ne disait pas, résultat de longue heure à discuter avec elle, à batifoler dans les champs et la boue, à grandir ensemble tout simplement. Armandne avait toujours eu cette espèce d’aura qui rapprochait les gens d’elle, qui les rendait amicaux. Antonin avait toujours été émerveillé de voir à quel point elle pouvait attirer l’amour des autres, lui qui en était incapable.

-Si tu prends ton frère comme étant le meilleur de tes conseillers, lui qui n’arrive même pas à gérer l’ensemble de son emploie du temps correctement, je te dirais de t’en trouver un autre de plus fiable et le plus vite possible ma sœur.

Il la taquine doucement, lui offrant un sourire d’une douceur qu’elle seule avait droit de recevoir. Il la laisse s’installer et rassembler ses idées. Il était presque capable de voir les pensées fourmiller autour de sa jolie tête, en un nuage compacte, presque électrique. C’était qu’elle en avait des interrogations. Il en avait toujours été ainsi, d’une curiosité dont l’apaisement ne la rendait que plus intelligente.
Oui, il couvait sa sœur, comme il l’avait porté sur un piédestal, l’idéalisant certainement, mais qui irait le lui reprocher ? Il avait été captivé dès qu’il avait posé ses yeux sur elle, alors qu’elle n’était qu’un nouveau née, comme tous les membres de sa famille. Armandine les avait mis à sa botte sans même l’avoir jamais voulu, ni su.

-C’est un bon parti. Il est duc d’Outrevent et sa droiture est connue de tous. Il ne portera jamais atteinte à ton honneur, ce qui n’est pas forcément le cas de tous les hommes. Sans compter que cette alliance stabilisera Faërie. C’est justement pour ses positions et son comportement hostile envers notre famille que père veut t’allier à lui. S’il y une personne capable de le faire changer d’avis et de le faire tomber sous son charme, c’est bien toi.

Il soupire en passant la main sur la tête de sa cadette en un geste d’affection. Perdant un peu de ce sourire que sa simple présence réussissait à faire apparaitre. En son fort intérieure, une petite voix lui hurlait que cet homme, ce duc n’était pas digne d’elle, qu’il la blesserait par un amour qu’il ne daignerait jamais lui offrir. De l’autre il se disait qu’avec sa tendance naturelle à faire venir les gens à elle, avec le temps, s’il apprenait à la connaitre, il finirait bien par voir quelle femme inestimable il avait devant les yeux.

-Il te respectera, sinon, père comme moi, nous occuperons de son cas comme il se doit. Mais…je sais aussi que tu ne veux pas parler de cela. Il ne t’estimera certainement pas. Pas au début, pas alors que cette proposition est plus une obligation apposée par notre père pour lui faire courber l’échine. Il faut être lucide. Mais je sais aussi qui tu es et ce que tu vaux, je ne doute pas qu’il sera forcé d’admettre ta valeur, chose que tu l’obligeras à voir et reconnaitre de toute façon.

Mais le duc était connu pour sa ténacité. C’était surtout ça qui lui faisait peur, tenace, mais pas stupide. Le ressentiment l’empêchera-t-il de voir Armandine comme épouse légitime et comme une femme de valeur ? Seul le temps pourrait répondre à cette question.

-En tant que prince j’ai encore moins de liberté que tu n’en as. Il n’y aura certainement nul amour dans mon union quand cela arrivera. Mais dans un sens, cela n’est pas plus mal, ce serait bien injuste que de ne pouvoir consacrer du temps à la femme que l’on aime et qui m’aimerait, lorsqu’on doit se donner tout entier au bon développement d’un pays. C’est surement mieux ainsi, et sans doute que la femme qui partagera ma vie sera soulagée que d’avoir un mari qui lui laisse la liberté de vivre comme elle l’entend plutôt que de souffrir d’une présence lourde et indésirable. C’est tout ce que je ne pourrais jamais offrir je le crains, en l’état du moins. Mais au moins œuvrons-nous pour un bien qui est beaucoup plus grand que nous. Tout le monde ne peut pas prétendre à ça, n’est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptyVen 2 Juin - 22:31

Antonin, mon frère, le sens du devoir tout comme moi, l'oreille tendue pour mes émois et mes doutes. Cela sonnait comme une évidence pour moi de le consulter quant à mes craintes. En mon for intérieur, je savais qu'il trouverait les mots qui m'aideraient à voir plus clair. Non pas que je manque de confiance en moi mais j'ai juste besoin d'être rassurée ; je sais ce que je vaux et ce que j'ambitionne mais mon aîné a toujours été là depuis ma plus tendre enfance.

Sa rentrée à l'académie nous a éloignés, la naissance de ma magie si différente, si honnie a accru cette différence entre nous deux mais nous n'en restions pas moins proches. Nul besoin de parler ou d'échanger pour se comprendre, il est simplement là à mes côtés. Un simple regard, sourire, une main tendue de sa part me complaisent.

Il se compare à un bien piètre conseiller, ce qu'il me fatigue quand il agit de la sorte ; un regard vers le plafond, haussant mes prunelles cerclées de rouge je soupire « Antonin cesse de dire de telles inepties ; nous sommes nés nobles, nous avons connaissance de notre devoir et nous l'accomplissons, tu l'accomplis chaque jour ; je n'ai nul doute que tu seras un prince et un futur dirigeant parfait ; le meilleur même ».

Il était un brin perfectionniste, tout comme moi et de manière répétée nous nous remettons en cause ; c'est bien pour cela que j'ai demandé à le voir ; une rencontre pour parler de ma future union mais aussi parler de notre avenir à tous les deux. Deux enfants ayant grandi tel des nobles étaient devenus en quelques mois prince et princesse de Faërie. Avec ces titres nous avions du faire des choix ; lui ne chevauchait plus sa dragonne reine de vol, quant à moi je devais m'unir pour le bien de notre contrée.

Il tente de me rassurer sur la position du Duc ; mais à travers ses mots, son attitude change ; son sourire charmeur se fige, pour se perdre alors qu'il m'énumère bon nombre de chose et d'arguments que j'ai déjà entendus entre autre dans la bouche de mon père. Mais lui Antonin, il apporte cette nuance, flattant mon estime et mes capacités. Prenant la main d'Antonin je l'invite à s'assoir sur un des fauteuils à mes côtés et je prends à nouveau la parole « je compte remplir pleinement mon rôle d'épouse ; pour le bien de Faërie comme tu l'as dit mais je ne serai pas de ces épouses effacées, cela est bien contraire à mon caractère ; j'ai comme toi reçu suffisamment d'éducation pour identifier la place de la femme dans ses guerres de pouvoir mais je saurai trouver la mienne et pour père, pour les mages du sang je ne serai pas effacée à ses côtés... ».

Je laisse voguer mes pensées un instant, vers ces vastes projets que j'affectionne particulièrement. Au contraire de mère je ne veux point être portée sur l'alcool, perdre ma personnalité profonde. L'union se fera sans amour, certainement, ou plutôt pour l'amour de nos contrées. Bien souvent on parle de mon avenir comme de mon devoir, mais je ne suis point sotte et le duc lui aussi doit s'acquitter de cette tâche à laquelle il n'adhère peut être point. Je n'ai pas eu sa position à cet égard, nulle information, hormis celle que père le recevra prochainement. Peut être que par un hasard ou concours de circonstances je le rencontrerai à cette occasion ? Mais là n'est point le sujet d'échange que j'ai en ce moment avec Antonin.

C'est au tour d'Antonin de se livrer ; lui aussi sera contraint d'épouser une femme, probablement non aimée. Le joug du devoir toujours dans un seul optique le bien de notre contrée. Les petites gens ont probablement plus de liberté que nous dirigeant ou prince et princesse. Enfants nous rêvions de pouvoir, d'amour, d'union et de liberté ; notre palais respire le devoir. Je m'y complais puisque finalement cela me convient parfaitement, dans la même veine de ce à quoi j'aspire profondément. Antonin a raison comme toujours. Nous sommes libres d'agir, mais non libre d'aimer et encore moins de choisir.

Je soupire, attitude simple signifiant à mon frère que je plussoie ses arguments « comme toujours tu as raison Antonin ; toi et moi nous avons un seul but en ce bas monde, un seul devoir, celui de faire le bien ; rendre cette liberté à des mages bien trop opprimés jusque là » sans en parler je sais qu'il comprendra desquels je parle « le travail est long et périlleux pour cela nous devons nous faire des alliés, oeuvrer ensemble et tendre la mains aux indécis » je poursuis me mettant debout je laisse libre cours à ma pensée « oui je m'unirai à cet homme que je n'aime point mais qui sera un bon allié pour mes projets, les projets de père, notre projet » hésitante je maintiens ma tirade « je ne sais si je parviendrai à mon dessein, le destin a probablement d'autres obstacles à dresser sur ma route mais si ce n'est pas moi ce sera mes enfants ou mes petits enfants ».

La route vers la paix et la fraternité est longue et sinueuse, couverte d'embûches mais solide et déterminée je parviendrai au bout. Revenant vers le lieu où se trouve mon frère je lui souris simplement « toi aussi tu parviendras à réaliser tes objectifs, je t'aiderai, comme je le pourrai mais je t'aiderai, tu as toujours été là pour moi, à mon tour de te donner cette aide ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptyMar 6 Juin - 20:17

Antonin se laisse faire quand sa sœur lui prend la main pour l’amener plus proche d’elle, pour que s’installe une proximité, une intimité qu’eux seuls partagent. Il la regarde, sent sa détermination émerger derrière la poitrine qu’elle bombe imperceptiblement, faisant ressortir ce caractère bien trempé qu’on ne soupçonnerait pas face à ce visage presque trop doux.
Il sourit de nouveau, les propos de sa sœur le rassurant malgré lui sur ce qu’elle comptait faire. Il la savait forte, mais il ne pouvait s’empêcher de se faire du souci pour elle. Un mariage…ce n’était pas rien après tout, elle ne serait plus là, loin de lui, il n’aurait plus de soutien, il ne pourrait plus veiller sur elle. Comment, dans ces conditions, ne pas être anxieux ? C’était…compliqué. Mais il savait aussi qu’elle était parfaitement capable de prendre soin d’elle et la voir énoncer ces vérités, voir sa confiance et son tempérament toujours aussi présent, toujours aussi résolument fort, un nœud au fond de son ventre se délia légèrement.

-J’y comptais bien et je n’en attends pas moins de toi. Comment pourrions-nous changer quoi que ce soit si tu te contentais d’être une femme soumise et silencieuse ? Et puis, nous savons très bien, tous deux, que tu n’es pas comme ça. Inutile de le cacher alors. Contentes-toi d’être toi-même, nous réussirons bien à ouvrir les yeux de ce duc soi-disant intraitable.

Une étincelle d’optimisme dans un océan de doute. C’était mieux que rien. Même s’il savait que les circonstances jouaient contre eux, même s’il était certain que Liam ne verrait en Armandine que la fille de celui qui s’était servi d’un enfant pour le faire chanter. Vraiment, cette situation ne l’enchantait guère, mais comment remettre en doute les agissements de son père. Il savait mieux que lui, il voyait plus loin, sans doute que le mariage d’Armandine avait été envisagé dès lors que la présence d’Aymeric lui fut révélé pour calmer les ardeurs d’un duc furieux. D’un autre côté, Gustave aimait trop sa fille pour se servir purement et simplement d’elle en ne la prenant pas en considération. C’était ce qui l’empêchait de croire que son père envoyait sa sœur comme offrande à un dragon en colère pour éviter les représailles.

-Les magies bannies font peur, car désormais inconnus. L’inconnu à toujours fait peur et à toujours provoquer le rejet ; C’est à nous d’éduquer notre peuple, nos dirigeants, pour que nous réapprenions à les utiliser en toutes sécurités, pour éviter les abus qui peuvent survenir avec n’importe quel mage de n’importe quelle saison. Tu n’as pas besoin d’avoir peur Arm’, ni de douter. Tu arriveras à adoucir les humeurs de cet homme que tu n’aimes pas…pour le moment. Il reste un homme honnête et pas déplaisant. Comme pour les magies bannies, avec le temps, rien n’est impossible et qui sait ce qui pourra se produire lorsque vous serez amenés à vivre ensemble. N’ayons pas peur d’espérer, c’est tout ce que nous avons et c’est ce qui nous fait avancer quand tu y réfléchis. Regarde père a bien réussis à récupérer ce qui lui était dû, pourquoi ne pourriez-vous pas être amoureux ? C’est aussi un sentiment qui se cultive et je suis certain que tu pourras aussi en profiter.


Il se radoucit devant les paroles de sa sœur. Lui sourit gentiment, portant ses mains à l’une de ses mèches rousses.

-Ne t’en fais pas pour moi, je saurais me débrouiller. Occupes-toi de ta personne avant tout.

Agonie, au loin, émit un grognement dédaigneux. Oui, il se débrouillait merveilleusement bien à abuser de substances cielsombroises.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptySam 10 Juin - 12:48

Les paroles de mon frère à mon égard portent leur fruit comme toujours ; une voix douce mais ferme me rassurant sur ma personnalité profonde, mes aspirations. Il me connaît mieux que quiconque probablement même mieux que ma propre mère ; l'entente est cordiale avec Lauriane mais jamais elle ne prendra la place qu'Antonin a au fond de mon cœur. Il a toujours été là pour moi, mes doutes, mes craintes. Lors de la manifestation de la magie du sang, il m'a suivie sans me juger, toujours à me protéger et cela perdure depuis des années.

Mais je ne peux aller à l'encontre de cette inquiétude que je ressens pour lui ; nous avons chacun nos secrets nos mystères et depuis quelques temps, je ressens une attitude différente en Antonin. C'est pourquoi je lui ai simplement proposé mon aide dans ses travaux, aussi mineure soit elle.

Concluant le sujet qui était la raison de notre rencontre je lui dis « c'est à notre jeunesse d'agir maintenant pour bousculer les grands de ce monde ; la roue tourne, il est venu le temps, de rajeunir ce qui doit l' être ; père nous a ouvert la voie de la liberté et a amorcé ce changement certes en lien avec l'ordre... » poursuivant tout en soupirant « j'y ai fais allégeance, nous ne serions pas là où nous sommes sans cet ordre au final et j'ai décidé de poursuivre telles leurs aspirations n'en déplaisent à nos détracteurs » je me souviens de cette échine pliée de Liam « peut être oui que quelque chose naîtra entre nous deux, le temps nous réserve bien des surprises quelques fois, peut être avec de l'espoir, des efforts consentis de chaque côté, l'impossible arrivera ».

Je ferme les yeux un instant me projetant dans cet avenir incertain « nous verrons bien avec le temps de toute manière, nulle peur ne m'habite désormais, simplement le sens du devoir ; le chemin est long et parsemé d'embûches, mais cela nous rendra plus fort toujours et encore » ; je me souviens de ces enseignements délivrés qui ont fait naître cette persévérance et cet entêtement. Ma voie est toute tracée, les moyens pour y arriver sont dressés, la tête haute j'y fais face ; cet entretien avec Antonin me confirme qu'il sera toujours là pour moi me rassurant.

Mes yeux se plongent dans ceux de mon frère tentant de percevoir autre chose, cette sensation de mystères enfouis ; je laisse un instant ce regard affronter le sien, laissant planer le doute volontairement, regard franc mais doux

Quelques minutes plus tard, pouvant sembler longues je romps ce silence que j'ai provoqué d'une simple question tellement banale « comment fais-tu pour avoir autant d'assurance 'Tonin, dis moi ton secret ; cela ne peut pas être que le sens du devoir, il y a autre chose 'Tonin... tu sais que tu peux tout me dire »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptyVen 30 Juin - 17:20


-De ….L’assurance ? Moi ?

Il ne peut que s’étonner et regarder sa sœur avec des yeux ronds. Il n’y a qu’avec ceux de sa famille qu’il peut se permettre d'être si expressif, car désormais toute attitude était passée au crible d’une analyse terrible et dérangeante. Puis à l’étonnement, c’est un rire qui répond à la jeune femme. Il prend le temps de se calmer et passe la main sur son visage. Il est presque las d'un coup, mais faire tomber le masque était salvateur, bien que stressant, même devant sa sœur.

-Si tu savais, il n’y a nulle assurance chez moi Armandine. Simplement des illusions. Je doutes de tout et c’est bien là le problème. Je ne fais que semblant de l’être, je ne fais que copier l’arrogante intransigeance d’Agonie, elle qui est déjà reine des siens et ce depuis bien avant notre naissance. C’est là mon seul secret.


Et dans le fin fond de son esprit, il sent gonfler un ronronnement de contentement. Agonie aimait à être glorifiée et Antonin était le partenaire parfait pour cela. Il l’avait d’ailleurs presque idolâtré sur leurs premiers mois, avant qu’il ne déchante et ose enfin la contredire. Ce qu’elle avait tout autant apprécié, elle l’avait pris comme compagnon, comme un homme au futur glorieux et qu’il n’ose jamais contre venir à son tempérament mordant l’aurait lassé et profondément contrarié sur le long terme.

-Et encore, être un mage de vérité est une chance que je n’avais jusqu’alors pas mesuré. Il est tellement plus simple d’évoluer dans un milieu en sachant où l’on met les pieds. Même si certains sont habiles à manier les mots et peuvent contourner ma magie. Je ne sais pas comment fait père. Mais ne te trompe pas me concernant, je ne suis au final qu’un usurpateur, je tremble chaque seconde à l’idée que quiconque ne se rende compte des fissures du masque que je porte en public. Mais si j’ai même réussis à te duper, je pense que je peux me reposer un peu sur ce subterfuge.


Il s'adosse contre le canapé, s’enfonçant dans le tissu généreusement rembourré. Il laisse son regard dériver le long des volutes de fumées qui s'échappe du thé préparé par sa sœur. Ainsi, il n'avait pas à lui faire face, ainsi il pouvait éviter son regard sans vraiment se l'admettre et ne pas constater la déception qu'elle pourrait arboré. Il savait que ce ne serait pas le cas, mais voilà, il ne se sentait tellement plus à la hauteur de rien que même ses certitudes commençaient à s’effriter. Ou peut-être était-ce l'un des effets du manque qu'il ressentait de ne pas s'être abandonné aux herbes cielsombroises depuis quelques temps déjà ? Trop longtemps sûrement à voir la contraction douloureuses de ses épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin EmptyDim 2 Juil - 18:47

Antonin, mon frère, mon pilier ; s'il n'était point là je dois bien reconnaître que je serais perdue depuis ma naissance ; je ne compte plus le nombre de fois où il m'a soutenue et guidée dans les méandres de cette nouvelle vie. Education de nobles certes mais je n'ai jamais appris à devenir une princesse. Il a les mots justes pour me redonner cette confiance qui s'étiole bien souvent au gré des déceptions que je puis rencontrer.

Lorsque je mentionne son assurance c'est à mon tour pour lui prodiguer cette essence nécessaire à notre énergie pour accomplir le devoir qu'est le nôtre. Je souris à sa remarque surprise et remarque ses yeux arrondis alors qu'il passe sa main sur son visage. Je souris même de tant de parole osées à son égard et sort un mouchoir tout juste remis par ma dame de compagnie alors qu'il énonce ses vérités. Le laissant se confier j'essuie les quelques gouttes de sueur perlant sur son front, son seul secret, j'ose espérer ce qu'il m'affirme mais en mon for intérieur je ressens quelque chose de bien plus profond... prenant les mains de mon frère dans les miennes je murmure « Agonie te prodigue cette force, tu la remercieras de ma part » je sais qu'il communique avec elle, nul doute qu'elle entend mes mots je poursuis dans ma litanie «  mais dis toi que tu as les capacités de devenir celui que père que tu sois ; cela fait des années que tu m'aides, tu es l'épaule qui me soutient, l'oreille qui écoute, la bouche qui murmure les mots utiles à ma confiance ; c'est cela que l'on te demande » et je poursuis sur mon inquiétude profonde « quand je partirai, pour m'unir, seras tu toujours là ? Tel est mon devoir mais je ne veux pas perdre mon allié, mon frère... faire de moi une épouse ne me conduira pas à renier mon frère, je ne le veux point ».

Crainte de l'abandon, trouver une nouvelle famille pour accomplir son dessein mais pas sans la présence de mon frère, de mes amis depuis des années, le début de ma magie.

Les paroles suivantes d'Antonin me touchent un peu plus « non tu n'es pas un usurpateur, Antonin d'accord ? » en mon for intérieur je le reconnais, nous en sommes tous, portés par l'ordre à ce titre mais nous nous devons d'être forts pour Faérie « pour notre contrée il faut que l'on se montre digne de la confiance que l'ordre nous a fait en nous hissant là où on est, sinon cela en est fini des projets de gloire que l'on a prévu pour Faérie » je me relève lui faisant face «  ce que l'on a fait, ce qu'ils on fait c'est pour père, moi, les autres mages du sang ; mais il n'y a pas que nous ; tous ceux qui se cachent, les enfants exilés à cause de cette magie interdite, des familles déchirées ; nous ne pouvons laisser faire cela ».

Je me mets à faire des allers et retour calmement « j'ai grandi dans l'opulence, protégée et éduquée par père et vous tous mais tout le monde n'a pas eu cette chance, c'est en cela que j'ai besoin de toi Antonin, cesse de te comparer à un usurpateur sinon à moi aussi il appartient de m'exiler, ne jamais être retrouvée ».

Nulle colère m'habite mais je ressens en cet instant un frère pour le moins dépité, anxieux, manquant de confiance en lui et cette attitude est telle que je me trouve pour le moins démunie.... si lui est faible serai-je seulement capable d'assumer ce que je suis et ce que je dois être ? Il est mon modèle, mon frère, celui sur lequel je me repose depuis des années...



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin   Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Discussion fraternelle à coeur ouvert - PV Antonin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Discussion à la maison (pv: Aisuru) (Hentaï)
» La Fainéantise [RP ouvert] /!\Hentaï/!\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: