AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-52%
Le deal à ne pas rater :
-52% sur la machine à pain Moulinex PAIN DORÉ OW210130
76.99 € 160 €
Voir le deal

Partagez
 

 Vira Sabir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Vira Sabir   Vira Sabir EmptySam 3 Juin - 21:53



[Aly] présente

Vira
Sabir

Jessica Chastain

« Y a pas b'soin d'lire quand on sait taper »

grossière – franche – honnête – loyale – méfiante _ sociable – sanguinaire – violente – brusque – optimiste – inculte – courageuse – tolérante – susceptible – indépendante – indomptable – féministe – impitoyable – mauvaise foi – têtue – drôle – fière – téméraire – illettrée - déterminée - charismatique



©️ Eris
Vira collectionne les cartes du jeu d'Omen. Elle en raffole. Elle a un petit carnet dans lequel elle les range toutes, par catégories, même si elle est obligée de demander à Ilse ou Freyja de bien vouloir lui lire ce qu'elles racontent. Elle en a cumulé près de 200 actuellement et est prête à tout pour la renflouer. C'est une très grande joueuse, elle n'est pas née sous Omen pour rien et reste une fervente cliente des tavernes et des jeux de hasard. Gare à ces adversaires parce que Vira connaît son domaine de compétence.



©️ Eris
Âge : 36 ans
Date et lieu de naissance :19 octobre 966, sur l'Archipel
Statut/profession : pirate sur l'Audacia
Allégeance :Philippe Jedidiah, capitaine de l'Audacia et Rhéa
Dieux tutélaires :Née sous Omen, vouée à Messaïon et Atal
Groupe principal : Les Hérauts du Renouveau
Groupes secondaires : Peuple / Pavillon Noir


Sonne le Clairon

L'Archipel c'est un ensemble de petites îles sauvages, peuplées d'habitants à l'indépendance farouche. Situé au Sud d'Arven, sa population se délecte de leur vie insouciante, ponctuée par leurs envies et leurs rires. Ses habitants sont d'une nature optimise et bonne vivante, très libérée, à vivre le jour présent. Si ce mode de vie leur correspond parfaitement, ils sont nombreux, en Arven, à les regarder d'un mauvais œil, voyant chez eux des sauvages sans éducations, barbares, des pilleurs et des pirates sans scrupules. Les versions varient selon les personnes, chacun y allant de sa propre réflexion.
Mais c'était dans ce petit chapelet d'îlots à la vie peu accueillante, que naquit la petite Vira. Les origines de sa naissance demeurent trop floues et imprécises pour être fidèlement retranscrites. Comme tout enfant originaire des îles, Vira avait dû apprendre à survivre dans un milieu plutôt hostile, où ses parents pouvaient être, au final, n'importe qui dans son quartier. En tout cas, elle avait vécu dans une cabane typique de l'Archipel, entourée de grandes personnes et d'enfants qui pouvaient être considérés comme ses parents et ses frères et sœurs, même s'il était difficile de pouvoir vraiment leur coller cette étiquette.  En replongeant dans ses souvenirs, on peut y voir une petite fille à la chevelure de feu, jouant entre les cabanes, ses pieds nus martelant les pontons de bois, à la poursuite d'autres enfants aux origines tout aussi imprécises. Cette enfance fut ponctuée d'activités diverses propres aux Îliens. La petite Vira avait ainsi passé son temps à regarder les grands  pêcher, manger les fruits à même les arbres, écouter les récits des voyageurs qui allaient et venaient, admirer les vivenefs pirates, ou encore se faire chasser des Tavernes pour y piquer l'alcool et observer les bagarres des grands. Personne ne se soucie vraiment des enfants qui apprennent très vite à être indépendant sur l'Archipel. Et Vira était particulièrement douée dans son domaine. Dotée d'une grande ouverture d'esprit, assoiffée d'aventure et éprise de liberté, Vira était la petite capitaine qui commandait sa bande de marmots. C'était celle qui les traînait dans les Tavernes, qui piquait le chocolat en bande organisée, qui cherchait la bagarre facilement et qui ne se laissait jamais marcher sur les pieds. C'était la petite fille au regard observateur et à l'esprit rusé, qui fonçait dans le tas même si la bataille était perdue d'avance et qui refusait d'abandonner. Elle usait de ses pieds, ses mains, ses dents, sa tête, martelant de tout son petit corps le sujet de sa colère. Une petite fille qui répétait le langage des grands et singeait leurs gestes, l'air empreint de défi. Et c'est cette même petite fille qui embarqua un jour sur l'Orichalque, vieille vivenef à l'esprit farouche et indépendant.

She's a pirate

-Héé capitaine ! Capitaine ! R'gardez c'que j'ai trouvé plus bas !

Un moussaillon à l'air hilare marchait à grandes enjambées, tenant par le col une petite fille d'une huitaine d'années qui tentait vainement de se débattre, ses petits bras encore trop courts pour atteindre leur cible. En revanche, sa bouche laissait échapper des vociférations aiguës, dans la langue bien reconnue de l'Archipel. Arrivé devant son capitaine, le moussaillon la lâcha et la gamine tomba les quatre fesses par terre. Elle  en profita pour se tourner d'un bon vers le malotru qui avait osé l'extirper de sa cachette, pour l'inonder d'injures qu'elle seule comprenait.

-Et bien, et bien...

La petite fille aux cheveux de braise tourna son regard enflammé vers le propriétaire de la voix. L'homme devait avoir une cinquantaine d'années. Son allure était fière et digne. La galopine en avait vu assez durant sa courte vie pour comprendre qu'elle faisait face au capitaine. Loin de s'en  formaliser, la petite sauvageonne se contenta de lui adresser un geste grossier, digne des plus vulgaires clients des tavernes. Et si le capitaine en fut offusqué, il se contenta d'éclater d'un grand rire avant de se pencher vers la fillette et de lui tapoter doucement la tête.

-En tout cas, t'en rates pas une toi. J'taime bien j'crois. T'as un nom ?

-Je m'en occupe, Charles.

Une deuxième voix plus douce surgit de derrière la fillette. Sa propriétaire était une dame d'à peine quarante ans, aux cheveux aussi châtains que la coque de la vivenef. Elle portait une tunique simple, un sabre à sa ceinture et des bottes en cuir qui couvraient ses genoux. Son allure fière et digne dégageait une aura impressionnante de liberté et d'indépendance. Du haut de ses huit ans, la petite fille comprit qu'elle se trouvait face à l'une des rares femmes pirates de l'époque. Elle la connaissait de vue, la petite îlienne, contemplant avec envie cette « légende » de l'époque, dont le nom passait de bouches en bouches, lors des récits des tavernes de l'Archipel. Marine l'Aiguisée, Celle-qui-ne-souffre-d'aucune-règles. On disait d'elle que sa beauté avait été ciselée dans les plus belles perles de nacre mais que sa lame sortait droit du fémur de Kern. Pour la première fois depuis qu'elle avait été trouvé, la gamine sembla reprendre son âge lorsque Marine l'Aiguisée s'approcha d'elle. La pirate la considéra un long moment avant de se baisser vers elle et lui parler dans le dialecte si exotique de l'Archipel.

-Que viens-tu faire ici, petite ?

-Explorer. Pis Iseult elle a dit qu'j'pouvais v'nir.

Marine l'Aiguisée haussa un sourcil, signe d'une légère surprise. Iseult n'était pas la plus bavarde des vivenefs. Si elle lui avait adressée la parole c'était qu'elle l'acceptait en son bord. Et si elle l'acceptait en son bord... La pirate se redressa et planta son regard aussi insondable que l'océan dans celui de son capitaine. Lorsqu'elle parla, ce fut de cette voix assurée qui signifiait clairement que la discussion était inutile.

-J'm'en occuprai, Capitaine.

L'intéressé eut un sourire léger mais ne répondit pas. Entre eux, les mots étaient inutiles. Il avait compris. De nouveau, Marine l'Aiguisée s'adressa à la petite rusée.

-Comment t'appelles-tu ? 

Un long silence lui répondit. Il s'éternisa tellement que Marie crut ne jamais en voir le bout. Puis...

-Vira.  
 
Au détour de la rivière

Un fracas retentit soudainement dans la taverne de la Vache d'Or. Des chaises se cassèrent sous l'énorme tas appartenant à une sorte d’hippopotame humanoïde transformé en larve grassouillette. Des injures fusèrent de sa bouche alors que son visage prenait une teinte aussi écarlate qu'une Belliférienne entourée de Cielsombrois. Et, alors que plusieurs têtes convergèrent dans sa direction, une chevelure rousse en profita pour se faufiler rapidement entre les quelques clients hilares. La porte claqua sur une énième vocifération. Un sourire railleur aux lèvres, Vira avala une bonne lampée de bière.
Trop facile.

Ses pas arpentaient les pontons du port de Lorgol avec une avidité grandissante. Sa bière à la main, ses bottes martelaient le sol, ses cheveux librement lâchés au vent. Elle avait fière allure, Vira, du haut de ses quinze années. Des têtes se tournaient vers elle, des sourires, des gestes de mains, quelques murmures. C'était qu'elle était connue la jeune pirate ! Une réputation déjà bien ancrée, amarrée à tous les ports d'Arven, particulièrement à Lorgol. Et elle le savait, Vira. Elle connaissait sa réputation. Loin de s'en vanter et encore moins feignant de l'ignorer. C'était le genre de personne à ne pas s'en préoccuper. Un détail inutile dans son existence. Il n'y avait rien de glorieux, c'était juste sa personnalité... Mais elle était connue, la Vira. Car l'histoire de la petite gamine de huit ans qui était montée « clandestinement » sur l'Orichalque, protégée par Iseult et les femmes à bord, avait fait le tour des ports d'Arven. Bientôt elle était l'histoire que l'on racontait autour de quelques bières, au coin du feu, à l'entrée des tavernes. Les moussaillons se plaisaient à en rire en curant leur vivenefs. Comment Vira, la petite Îlienne, avait réussi à amadouer Marine l'Aiguisée. Comment elle avait quitté l'Orichalque alors âgée de douze ans, pour s'enrôler sur la Bohème, où elle avait vogué de port en port et d'horizon en horizon. Et, enfin, comment elle avait convergé vers Le Menuet l'année de ses quatorze ans, auprès de la délicate Escarpine. Cette jeune moussaillon dont il est dit qu'elle avait été « élevée » par les vivenefs. Mythes non trop éloignés de la vérité car si Vira était bel et bien née d'une mère en chaire, elle avait été bercée par des vivenefs. Elle s'en souvenait, Vira, de ses nombreuses amies de bois, fendant l'océan avec fierté, libre et insoumise. Un tempérament déjà profondément ancré en elle, qui avait fini par s'amplifier au gré des années passées à bord des bateaux pirates.  

Plongée dans ses souvenirs encore chaud de son enfance, Vira se retrouva au bout d'un ponton. Une vivenef voguait doucement vers elle, prête à s'amarrer. Et quelle vivenef. La plus célèbre, la renommée, l'intrépide et l'indomptable Audacia, gardée par la sage Rhéa. Impressionnée, les yeux brûlant de cette flamme ardente qui faisait toute sa réputation, la jeune pirate se perdit dans sa contemplation.
L'Audacia.
Ce navire de rêves, le bâtiment de légendes dont la création se perdait dans le temps. Le désir secret, enfoui de chaque pirate. Une vivenef convoitée par bon nombre d'entre eux. Vira n'y faisait pas exception. Elle s'amarrait doucement, aussi délicate qu'un pétale venant caresser la surface de l'eau. Et Vira se perdit dans sa contemplation, totalement captivée par la beauté de sa figure de proue.
Rhéa.
Belle et insoumise. Indomptable tel le dragon qui régnait sur le ciel, Rhéa était maître de l'océan, bénie et protégée par Messaïon lui-même. Nul doute là-dessus. Et Vira, dès l'instant où son regard se posa sur Rhéa, sut qu'elle venait de tomber amoureuse. Elle le sentait au plus profond de son être. Son corps tremblait presque, sa bière sombra, oubliée, au fond de l'océan, nourrir les poissons ivrognes du port. Elle comprit alors que jamais, non jamais, elle ne pourrait la quitter.
Ce fut ainsi que, quelques heures plus tard, une Îlienne aux cheveux enflammés, fit ses premiers pas sur l'Audacia.

Il en faut peu pour être heureux

-Vira ! Vira ! Vira ! Vira !

Un groupe d'hommes s'entassaient autour d'une table et scandaient le prénom d'une jeune pirate aux cheveux de feu. L'intéressée tenait fermement la poigne d'un homme, coude sur table, yeux dans les yeux. Son regard à elle ne faillait pas. Elle le toisait de toute sa superbe, un léger sourire aux coins des lèvres alors que sa main se rapprochait dangereusement vers le bord. Puis... un coup brusque.
Un cri.
Plusieurs mots vociférés dans une langue inconnue et un rire tonitruant.
L'homme qui lui faisait face se massait douloureusement son bras, engourdie par un tel effort. Vaincu par une femme. Mais quelle femme. D'un geste ferme, le regard dur, Vira tendit sa main.
Vira Sabir. Une femme qui se bat comme un homme, qui jure comme un homme, qui boit comme un homme. Elle était à quelques doigts de se soulager comme eux. La gamine de quinze avait laissé place à une jeune femme qui s'approchait doucement de la trentaine et dont la force et ses capacités offensives étaient déjà reconnues. L'homme le savait. Ceux qui l'entouraient aussi. Sans rien dire, blessé dans sa virilité, il déposa une carte dans la main de la dame victorieuse. Vira lui adressa un signe de tête, tourna les talons et sortit de la taverne, glissant précieusement son gain dans une poche interne de sa tunique.
Par Omen, qu'est-ce qu'elle ne ferait pas pour ses cartes !
Quitter l'Audacia.
Voilà près de dix ans que Vira écumait les mers avec Rhéa. La pirate ne quittait jamais l'Audacia, préférant toucher de ses pieds son bois que de flâner dans Lorgol. Et lorsqu'elle quittait le navire, elle faisait en sorte que ses yeux, eux, ne le quittaient pas. Mais l'appel des cartes était tout aussi alléchant et lorsque le murmure de cette bataille était venu lui chatouiller les oreilles, la pirate n'avait pas pu résister bien longtemps. L'affaire avait été pliée en moins de quelques minutes, Vira avait remporté sa carte et marchait à grands pas vers l'Audacia. Elle lui avait manqué. L'endroit au monde où elle se sentait le mieux. Son chez elle. Elle y connaissait chaque recoin, chaque voile, chaque nœud. Ses conversations avec Rhéa alimentaient ses journées depuis une décennie. Sa famille, c'était ici. Le lien fort qui l'unissait à Freyja. Elle avait vu Philippe en devenir le capitaine actuel. Ilse les rejoindre. Mariane. Et, maintenant, Bouclettes. L'Audacia c'était sa maison. La mer, son élément.
Les navires se murmuraient son prénom, le peuple de la mer connaissaient son histoire. Celle de Vira, l'Îlienne qui ne savait pas lire mais qui jurait comme un charretier dans le dialecte tropical de l'Archipel. Et tout le monde la connaissait, maintenant, sous le nom de Vira Sabir, l'homme dissimulé sous les traits d'une femme.  

A la file indienne :

Le temps était doux et agréable... un climat à la hauteur du mois de juin. Accoudée sur le rebord de l'Audacia, Vira fixait l'horizon, perdue dans ses pensées. Une attitude plutôt rare chez elle, qui ne s'occupait pas spécialement de choses aussi compliquées que « ai-je fait le bon choix ? » ou « qu'est-ce que le futur me réserve ? » Chez elle, seul le présent comptait. Mais, aujourd'hui, la pirate savait que plusieurs présents s'étaient mélangés. Pour Vira, le temps s'était écoulé normalement mais nombreux de ses comparses relataient des vies qu'ils avaient vécu dans une "autre réalité. Vira préférait ne pas savoir ce qu'il en était de son cas. Elle ne rappelait donc pas que lors d'une vie parallèle, elle était bergère des dragons des mers d'Archipel, tissant avec eux un lien unique et profond. Mais, pour Vira, imaginer une vie où elle n'était pas pirate, loin de l'Audacia et loin de Rhéa était insupportable. Pour elle, le temps s'était écoulé normalement. Elle avait quitté Lorgol début mars, avec deux nouveaux membres à bord : un chirurgie belliférien qu'elle appelait « Doc » et une Kyréenne à la langue pendue comme elle, à l'épée très aiguisée et à un caractère qui lui rappelait trop le sien pour qu'elle ne s'entendît pas avec. Vira avait donc passé ces deux derniers mois à fendre l'océan, discuter avec Rhéa, répandre allègrement son sang sur le bateau et relever plein de défis stupides avec Solveig. Elle était là lorsqu'elle avait appris la naissance des jumeaux de Freyja, priant intérieurement pour qu'elle arrêtât de procréer à l'excès et se souvenait parfaitement de tout ce qu'il s'était passé jusqu'à aujourd'hui. En même temps, elle était tellement accrochée à l'Audaca qu'il lui paraissait aberrant qu'elle eût pu mener une existence parallèle loin d'elle. C'était un concept absurde. Elle explosa de rire toute seule alors que quelques têtes se tournèrent, intriguées.

Tout le monde était habitué aux humeurs de Vira. Cette pirate aguerrie qui connaissait l'Audacia aussi bien que sa poche. C'était une figure parmi les siens. Et une « seconde » de seconde depuis que Freyja et Ilse avaient décidé d'accoucher. Un rôle qui lui était naturellement tombé dessus et qu'elle serait heureuse de retourner à leurs propriétaires une fois qu'elles auraient terminé de jouer aux poupées. C'était celle qui réglait les conflits, qui veillaient à ce que tout le monde filât droit et que personne n'aimait mettre en colère. C'était celle qui parlait dans un sabir bien à elle et que seuls les plus aguerris parvenaient véritablement à comprendre. C'était celle qui aimait boire et jouer, qui collectionnait les cartes d'Omen et qui les considérait comme son trésor le plus précieux. C'était celle qui vouait un culte à Rhéa et répandait régulièrement son sang sur le bateau, comme un véritable don d'amour. C'était celle qui surveillait tout le monde, qui guettait de loin s'en forcément participer à une conversation. C'était l'ombre des secondes, les yeux et les oreilles de Rhéa, celle qu'il valait mieux ne pas vexer si l'on ne voulait pas finir dans la casserole du cuistot du bord. Une personne qui faisait comme chez elle car chez elle, elle l'était. Quelqu'un de droit et dévoué à sa cause, mais qui préférait taper sur quelqu'un pour lui montrer son affection plutôt que d'en faire des déclarations. Bref, c'était Vira, l'Îlienne, l'irremplaçable et la sanguinaire. Mais, malgré tout, elle était aimée et respectée. Ses manières bourrues et franches, plaisaient.

-Qui vivra Vira, comm'j'dis !

Elle tapa du poing sur le bastingage. Réfléchir c'était franchement pas son truc. Valait mieux taper, ça régler plus de problèmes et ça mettait tout le monde d'accord. Son regard dériva sur l'animation à bord. Une animation rassurante et habituelle. Dernièrement, cette animation avait été mouvementée par une chasse à l'homme, alors que l'on avait enlevé Quitterie. Ils étaient revenus de leur quête il y avait quelques jours, accompagné de cette dernière, de sa soeur et d'un autre de son frère. Bientôt, Lorgol se remplierait de Béllifériens. Et si Vira avait pris plaisir à revoir Marianne, ce plaisir fut rapidement écourté lorsque le médecin décidât de la prendre comme seconde le temps de l'accouchement d'Ilse. Déjà que Freyja n'était pas là, mais en plus la canonnière n'avait rien trouvé de mieux que de donner naissance en plein sauvetage. Vira s'était retrouvée, malgré elle, à seconder Ilse le temps du retour de Marianne, à prier pour attendre son arrivée avant de naître. Les seuls bébés que Vira connaissaient, c'étaient ceux avec lesquels elle avait vu la petite Lena jouer. Ce fut donc avec un réel soulagement que Vira avait laissé Marianne jouer son rôle et qu'elle était retournée sur le pont pour y aboyer ses ordres d'un ton plus féroce que d'ordinaire. Freyja l'avait abandonnée. Ilse aussi. Elle se retrouvait seconde. Elle avait rien demandé. Et tant pis ci ces vieux loups de mer ne comprenait pas un trait de ce qu'elle disait. Ils avaient qu'à deviner. Sinon elle leur casserait la figure.

Vira poussa un nouveau soupir. Elle avait mené de nombreux combats dans sa vie, mais celui pour donner naissance était au-dessus de ses forces. Elle n'avait pas hésité à s'avouer vaincue. Personnellement, les marmots des autres la distrayaient mais jamais, Omen en était témoin, jamais elle n'enfanterait. Elle laissait ça avec plaisir aux enfants de Maari.
Vira quitta le bastingage et se dirigea vers quelques mousses, vociférant ses ordres en Îlien, accompagné de quelques gestes. Omen lui était témoin, elle priait pour leur retour rapide !

Pendant le livre II :

Vira ne se sent pas beaucoup concernée par les histoires des continentaux. Elle est surtout restée sur l'Audacia. Elle a accepté de participer à la fête en Valkyrion mais s'est rendue compte que c'était la première et dernière fois qu'elle quittait l'Audacia. Elle aime pas spécialement la terre ferme et la mort de l'Impératrice, et maintenant de l'Empereur, la laisse de marbre. C'est la vie. Elle a été plus concernée et ulcérée par la maladie qui touchait les mages mais uniquement parce que Rhéa était clouée au port, qu'elle a eu d'affreux maux de tête et qu'elle n'a même pas pu naviguer.




Questions Livre II:
 

La Chasse Sauvage est libérée et arpente librement le continent. Qu'est-ce que cela t'inspire ?
• C'm'in'pire qu'néant moi ! L'chevaux c'pas l'eau, l'canasson c'dans l'ssiette ! Tuent, tuent, j'vais m'ter t'ça vi'fait moi ! L'course, Rhéa l'gagne !
Traduction de l'interprète : Vira n'a pas peur de la Chasse Sauvage. Pour elle, les chevaux c'est juste bon pour nourrir son estomac. La mort ne l'effraie pas, tout le monde meurt un jour. Ca l'inquiète plus pour les gens qu'elle aime mais si la Chasse s'avise de porter la main sur eux, elle réglera son compte plus vite qu'elle n'ait le temps de dire "Rhum", foi d'Îlienne.

Une trêve hivernale a été déclarée entre Ibélène et Faërie. Comment ton personnage voit-il la guerre entre les deux empires ?
• S'fiche, l'conentaux font l'guerre trop long, sert rien. L'Audacia l'monde d'pa'tout d'ssus. C'mieux, l'monde s'entend. Pas pousser l'vrogne dans l'barrique d'eau quoi. L'contentaux l'aiment l'guerre. Moi c'l'Audacia. Chacun s'truc.
Traduction de l'interprète : Vira ne se sent pas non plus concernée par cette guerre. Elle trouve que c'est juste un truc compliqué que font les continentaux. Sur l'Audacia il y a des Ibéens, des savants, des mages, des Faës et tout le monde s'entend. La guerre ne la concerne pas, pour elle, seule l'Audacia compte.

Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• Y'a d'bonnes tavernes et de quoi trouver d'bonnes cartes. Mais j'préfère l'Audacia. Pis il fait trop froid. Chui pas quitté l'Archipel pour r'trouver c'genre d'endroits.







Dans la vie, je m'appelle Jade et j'ai 24 ans. J'ai découvert le forum via mes autres comptes et voici ce que j'en pense : je suis trop accro et faible, vous avez encore eu raison de moi et comme j'ai aucune fierté JE M'EN FICHE:vv :
Pour les inventés : Je vous autorise/ne vous autorise pas à faire de mon personnage un scénario si mon compte était supprimé.   




Récapitulatif

Vira Sabir

Mise à jour des registres et bottins



♦️ Jessica Chastain
♦️ Compte principal : Non

Ne conserver que les lignes remplies
♦️ Hiérarchie : Pavillon Noir, l'Audacia / Pirate



Dernière édition par Vira Sabir le Lun 4 Déc - 23:42, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptySam 3 Juin - 22:10

Rebienvenue, trop contente de voir Vira prise :castiel:
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir • Modo
Le Pavillon Noir • Modo
Géralt d'Orsang
Géralt d'Orsang

Messages : 10987
J'ai : 28 ans
Je suis : chirurgien à bord de l'Audacia et baron d'Orsang

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah, ma famille
Mes autres visages: Melbren de Séverac
Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptySam 3 Juin - 22:15

Rerebienvenue :haww: Courage pour ta fiche, camarade pirate :superman:



#16669C
















Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir • Admin
Le Pavillon Noir • Admin
Ilse Tonnevent
Ilse Tonnevent

Messages : 1340
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptySam 3 Juin - 22:57

Viraaaa :vv: :vv:
J'ai sorti la pirate pour toi :haww:


Oh won't you come with me, where the moon is made of gold. And in the morning sun we'll be sailing. Oh won't you come with me, where the ocean meets the sky. And as the clouds roll by, we'll sing the song of the sea.


Vira Sabir RandomTartan1
Vira Sabir RoueBriseeCrabeNapping
Vira Sabir RandomFeu
Vira Sabir RandomVexCave2


Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptySam 3 Juin - 23:01

Rebienvenue parmi nous :mimi:

Bon courage pour la validation :pompom:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptySam 3 Juin - 23:23

Ouiiiii :siwi:
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
Astarté des Sables
Astarté des Sables

Messages : 2640
J'ai : 27 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyDim 4 Juin - 0:49

:siwi:

C'est tout un Virage depuis ton autre personnage! :3:
Rebienvenuuuue!





Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyDim 4 Juin - 13:40

Rebienvenue avec Vira ce super pv :**: J'ai hâte de te voir la jouer!






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyDim 4 Juin - 14:04

Rebienvenue :cute:


Vira Sabir YLnnprHf_o











Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyLun 5 Juin - 17:27

:epees:
Rebienvenue :haww:


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyLun 5 Juin - 17:28

Merci à tous :vv:

Hâte de vous dire plein de trucs en Îlien et de vous taper dessus pour montrer à quel point je vous aime :cute:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyMar 6 Juin - 15:47

Rebienvenue :leche:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyMar 6 Juin - 23:06


Lorgol • Le Pavillon Noir

Bienvenue !

Vira Sabir




Je t'épargne le blabla, tu connais la maison. :slip:
Tu peux aller tirer deux cartes pour ta validation, et une troisième en bonus pour le délai scandaleux (je t'avais pas vue :oops:).

Bon jeu à toi en Arven.
Puisse le Destin te guider par la main sur ses tortueux chemins...  :mimi:

Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyLun 4 Déc - 22:40

Alors tout est bon, hormis les questions ! Lorgol, ça va, mais les deux premières sont difficilement compréhensibles - tu peux laisser l'extrait de Vira qui parle, mais est-ce que tu peux développer écrit normalement en-dessous ?










Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyLun 4 Déc - 23:20

Alors c'est mieux, par contre l'Audacia est à quai depuis le 24 novembre, pour plusieurs mois (jusqu'à, au moins, février), du fait de l'hivernage. Donc elle est forcément concernée, et pas à l'abri comme elle le pense. Je te laisse remodifier ça :sisi:










Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir EmptyLun 4 Déc - 23:49


Validation Livre III


C'est tout bon, deux cartes communes de validation !











Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Vira Sabir   Vira Sabir Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Vira Sabir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Oubliettes-
Sauter vers: