AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Nike : jusqu’à 50% de remise sur le running
Voir le deal

Partagez
 

 Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyDim 11 Juin - 22:28


Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Armandine de Faërie & Abigaïl l'Embrasée

Rencontre au sommet

rencontre à haut risque d'embrasement



• Date : 9 juin 1002
• Météo : ensoleillé
• Statut du RP : privé
• Résumé : Armandine a convoqué Abigaïl au château pour discuter avec elle d'avenir ; elle espère secrètement la rallier à sa cause ; elle sait qui est la chevaucheuse et espère que leurs aspirations se rejoignent...
• Recensement :
Code:
• [b]9 juin 1002[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2275-rencontre-au-sommet-pv-abigail-l-embrasee#69326]Rencontre au sommet[/url] - [i]Armandine de Faërie & Abigaïl l'Embrasée[/i]
Armandine a convoqué Abigaïl au château pour discuter avec elle d'avenir ; elle espère secrètement la rallier à sa cause ; elle sait qui est la chevaucheuse et espère que leurs aspirations se rejoignent...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyDim 11 Juin - 22:30

Ce jour j'attends une visite et non la moindre, cela en était fini des visites courtoises avec un simple échange de thé ; la personne que j'attends c'est une chevaucheuse, certains me diront une de plus. Je n'ai de cesse de rencontrer ses hommes et ses femmes que j'aurais aimé devenir mais au lieu de les fuir par peur de creuser cette profonde désillusion j'ai décidé d'en faire mes alliés et l'une d'entre elle non la moindre aiguise ma curiosité.

Je connais son passé, son présent ; tout n'est pas que bonheur dans se vie bien loin de là, elle est vouée à Chimène et maintenant que celle-ci n'est plus j'ai le secret espoir qu'elle se tourne à mon égard. Ses sautes d'humeur sont dantesques mais elle ne me fait pas peur. Par ailleurs, elle aurait très bien pu refuser raison pour laquelle je ne l'ai non pas invitée mais convoquée à me rencontrer ne laissant aucune alternative à la rouquine.

J'ai besoin de ces mages puissants, de leur renommée pour me faire un autre nom que la princesse de Faërie devant faire bonne figure au bras de son mari dans quelques temps ; il est de mon souhait profond de démontrer à ces hommes et ces femmes ce que je suis réellement, une femme de pouvoir et d'ambition. Les moyens pour parvenir à mes fins sont non seulement politiques par une union à un de ces nobles lui aussi épris de pouvoir mais aussi tactiques en négociant toujours et encore avec les bonnes personnes... celles qui seront à même de me seconder dans mon entreprise.

Je suis installée dans mon bureau sobre, nul besoin de café et de thé ; une discussion en toute franchise entre elle et moi me suffira. Je ne manque pas de faire des allers et retours peut être inquiète de ce qu'il risque de se dire, serai-je simplement capable de faire face à cette chevaucheuse connue de toutes et tous ? Il faut que je garde cette confiance en moi qui fait cette personne que je suis devenue. Je parviendrai à lui faire face et à la vouer à ma personne.

Me rapprochant de la fenêtre je regarde les allers et retours des membres du château, les visiteurs de mon père, ceux de mon frère. Nul trace de la chevaucheuse pour l'heure. Le soleil baigne les jardins, peut-être que si la conversation est courtoise je l'y convierai, pour échanger simplement.... tout dépends de la tournure des événements.

Je m'en retourne au bureau, jetant les quelques notes que j'avais prise sur elle, autant recommencer à 0 et la laisser conter ce qu'elle est simplement, ce à quoi elle aspire ; tout ce que je sais sur elle n'est que ce que l'on a pu me raconter mais je veux l'entendre de sa propre bouche, cerner sa franchise et peut être au final que ce qu'elle m'énoncera me servira à la rallier à ma cause... j'en suis persuadée en mon for intérieur que nous oeuvrons tous pour la même chose et Abigaîl serait une alliée de poids, simplement.

Des bruits de pas dans le couloir conduisent mon regard à se poser sur la porte qui s'ouvre sur un garde « Madame votre visiteuse est arrivée » ; hochant la tête je lui dis simplement « faites la rentrer et fermer la porte derrière vous » ; le garde est perplexe comme voulant désobéir à mon ordre ; à mon tour de froncer les sourcils « n'ai je pas été claire, je m'entretiens seule à seule avec elle ».

L'homme laisse entrer la chevaucheuse, Abigaïl et ferme la porte. Une fois celle-ci fermée je m'adresse à ma visiteuse « soyez la bienvenue au château de Faërie Abigail ; vous me permettez de vous appeler de la sorte ? Ce n'est point injurieux ? ».

Volontairement je laisse une distance entre elle et moi, nulle envie de la brusquer, je parviendrai à force de négociation et douceur à la rallier, j'y crois... illusion ou réalité, l'avenir nous le dira.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyMar 13 Juin - 22:50

Fais pas cette tête, petite. Seul un grognement sombre lui répond. Abigaïl. La voix de Royale se fait plus sévère. En vain. Les traits de la jeune femme demeurent fermés. Cela fait plusieurs jours déjà que Abi se renferme dans un long silence. Son visage reflète une rage refoulée, mêlée à une souffrance profonde. Comme si chaque pas est une douleur. Comme si chaque lendemain se plonge dans une nouvelle obscurité. Voilà déjà quelques semaines que Abi ne parle plus. A Royale. Ou a Titou. Pour la première fois, les deux s'accordent sur leur inquiétude. C'est déjà ça.
Depuis l'histoire de Rhapsodie, Abigaïl s'est enfermée sur elle-même. D'abord furieuse, enragée, elle a traqué cet homme, tiré des ficelles, exigé d'un mage des portails qui lui en doit une de lui ouvrir un passage, et s'est rendue à Lorgol pour le chercher. Au début, elle a juste voulu le torturer, lui expliquer, l'incendier, voire l'exploser. Elle n'a pas prévu de le tuer. Pas au début. Elle l'a observé de loin ce fumier. Et elle a compris. Elle a vu son âme. D'une noirceur à faire trembler Lida elle-même. Sans scrupule. Sans honte. Un être abject et monstrueux. Qui osait se pavaner avec un sourire gras et riche aux lèvres. Elle n'a pas pu s'en empêcher.
C'était la première fois qu'elle a tué ainsi. De sang froid. Elle a déjà tué auparavant. Par accident. Sur ordre, dans sa profession. Dans le but de se défendre. Pas un meurtre prémédité. Elle y a même pris du plaisir. Elle n'ose se l'avouer, mais un plaisir sombre et secret, tout enfouit en elle, alors qu'elle a regardé la vie s'échapper de son misérable corps. Elle ne l'a toujours pas dit à Rhaps. Elle ne sait pas comment elle le prendra. Elle n'ose pas lui dire. Est terrifiée de sa possible réaction. Mais le fait est là.
Elle l'a tué.
Comme elle a tué dans une vie alternée. Constat d'autant plus horrible.

Alors la convocation impériale de la princesse de Faërie ne tombe pas à point nommé. Abigaïl songe même de ne pas y donner suite, mais ce n'est pas l'avis de son capitaine et ce n'est pas non plus une excellente idée. On ne dit pas « non » à une convocation impériale. Royale le répète assez. Mais la Chevaucheuse ne le voit pas d'un bon œil. D'abord, elle ne veut voir personne. Elle se plonge dans le travail avec une rage qui la consume, dans l'unique but de lui occuper l'esprit. Ensuite, elle déteste son père, Gustave, plus que tout et ne le reconnaît en rien comme son souverain. Cet homme détestable qui s'allie à l'Ordre et tue Dame Chimène comme si c'est la chose la plus naturelle à faire. Ça non, jamais elle ne lui pardonnera et compte bien se venger. Mais la Chevaucheuse sait que les enfants ne sont pas responsables des actes de leur père. Abigaïl connaît bien son frère, Antonin. Agonie et Royale sont de grandes amies, les obligeant à se rencontrer régulièrement. Elle s'est liée d'amitié avec Antonin au fil du temps. Mais les récents événements l'ont éloignée de lui. Elle ne sait plus trop comment agir face au fils de l'homme qu'elle déteste. Et Royale est un peu déçue de ne plus voir Agonie comme elle le voudrait. Mais jamais elle n'a rencontré Armandine de Faërie. Elle l'a vu de loin, Antonin lui en a touché quelques mots mais là s'arrête ses connaissances.

Ses pas foulent le sol d'une démarche assurée, ses bottes claquant avec un agacement bien pointé. Titou sur ses talons, peine un peu à la suivre mais ne dit rien. Il partage le chagrin de son mage, ne sait comment lui redonner le sourire et se plonge dans un même silence qu'elle. Royale et lui espèrent juste qu'elle saura un minimum tenir sa langue face à la princesse de Faërie, même si elle a dû mal à lui reconnaître encore ce titre. Mais cette princesse lui semble bien nigaude. Elle la quémande comme ça, sans se soucier du travail qui l'attend, surtout en ces temps de guerre où l'effectif est sollicité au grand complet. Abi a des frontières à protéger. Elle n'a pas de temps à perdre avec une princesse nommée sur coup d’État qui essaye de remplir gauchement son nouveau rôle.

-Je suis la Chevaucheuse Abigaïl, je crois qu'on m'attend, annonce-t-elle d'une voix impérieuse à son garde.

Elle n'ose même pas parler de princesse ou de majesté. Si elle gagne son respect, peut-être changera-t-elle de ton. Mais pour le moment, ce n'est qu'une petite gamine égoïste et gâtée, savourant une vie derrière les murs d'un palais. L'étiquette et sa place dans la hiérarchie l'oblige néanmoins à être respectueuse. Même si c'est connu que la jeune Chevaucheuse a beaucoup de mal à se faire aux propos éloquents des nobles. Elle s'incline sèchement, saluant sa princesse d'un « Ma Dame » froid, montrant clairement qu'elle n'apprécie pas cette rencontre. Abigaïl en profite pour la détailler. Elle est jeune, belle, délicate. Elle lui fait penser à une petite poupée de porcelaine fragile qui manque de se casser à chaque mouvement. Elle n'a pas l'air d'avoir assez d'épaules pour assumer la lourde responsabilité qui lui est tombée dessus mais la jolie rousse préfère ne pas se fier aux apparences. Une certaine Cielsombroise lui a appris que l'habit ne fait pas le noble. « Bienvenue au château de Faërie... » Comme si elle n'y a jamais mis les pays avant ? Ça  y est, son père fait un coup d’État et on prend plaisir à porter un titre et s'autoproclamer princesse d'Alfaë comme si de rien était ?

-Vous êtes princesse non ? Vous n'avez pas besoin de mon avis pour vous octroyer ce droit, grommelle-t-elle, agacée.

Elle sent la réprobation de Titou mais préfère l'ignorer. Elle sait néanmoins que ses propos risquent d'être rapportés à son capitaine, qui n'en manquera pas une pour la rappeler à l'ordre. Mais elle sait aussi que son statut de chevaucheuse de reine jouit d'une réputation qui peut la protéger jusqu'à un certain point.

-Qu'est-ce que je fais ici ? enchaîne-t-elle abruptement.

Abigaïl a toujours eu horreur d'une chose : tourner autour du pot. Et elle n'a pas de temps à perdre. Plus vite elle saura, plus vite cette histoire sera terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyMer 14 Juin - 9:04

Abigaïl l’Embrasée, sa réputation précédait son arrivée dans la pièce ; je ne sais même pas ce qu’il m’a pris de la convoquer, aurai-je simplement assez d’assurance pour faire face à une dame de sa teneur ? Son caractère, sa personne… une once d’inquiétude se fait percevoir, délicatement alors qu’elle me rejoint, que je tente de dissimuler par un vain sourire.

L’aura qui l’entoure fait que je suffoque quelque peu, maîtrise regard altier je ne détourne point le regard. Elle déteste mon père mais est amie avec Antonin, on ne s’est pour ainsi dire jamais rencontré mais il y a un début à tout. Peut-être qu’à l’issue de cet entretien changera-t-elle d’avis sur notre famille, sur ma personne ? Je sais bien qu’elle est présente devant moi car je l’y ai tout simplement forcée, cela n’aide probablement en rien dans son attitude pour le moins fermée et supérieure qu’elle adopte à mon égard.

Nullement impressionnée, même si je ne lui demandais aucune condescendance, elle ne se gêne point pour émettre une remarque cinglante quant à mon accueil. Le sourire présent quelques minutes auparavant sur mes lèves s’estompe pour laisser place à un regard froid, masque sombre. Ai-je fait une erreur ? Peut-être aurais-je mieux fait de ne point lui demander de venir ?

Ma voix reste douce malgré, le climat de tension palpable entre nous et je lui réponds « je suis princesse mais je pense que je n’ai nul besoin d’apprendre à quelqu’un de votre droiture que cette nomination s’est faite bien malgré moi » d’accord autant rentrer dans le vif du sujet « si j’en juge par votre ton particulièrement sec, vous ne cautionnez guère la manière dont cela s’est fait ? Je me trompe ? Votre allégeance à Chimène n’est point un mystère ».

Je me retourne invitant la nouvelle venue à s’asseoir face à moi alors que je m’installe sur un fauteuil  présent non loin du bureau. Relevant les yeux je lui fais face à nouveau. Ce tremblement imperceptible que je ressens à son égard, il faut que je le dissimule. Qui donc est-elle pour se permettre autant de proximité à mon égard ? « Vous êtes amie avec Antonin, le fait que les deux dragonnes soient reines de vol ne sont pas innocents à cela alors pourquoi adoptez-vous cette attitude si froide à mon égard ? êtes-vous comme la plupart des autres à fuir cette magie honnie ? ».

Je la regarde dans les yeux alors que ma voix se fait plus grave bien plus saccadée aussi, froncement des yeux « Je n’ai rien contre vu Abigail mais pour l’heure votre attitude ne m’encourage guère à vous demander ce à quoi j’aspire ; j’ai besoin d’avoir confiance en vous et pour l’heure, ce n’est même pas envisageable au vu de votre attitude, je réfléchis même à vous demander de quitter sur le champ le bureau, je n’ai guère envie de vous faire perdre votre temps ou de perdre le mien avec des personnes peu désireuses ou enclines de m’aider ».

Je me remets debout sans pour autant bouger « je ne suis pas père, ni Antonin, j’obéis simplement comme vous tous à ce que l’on m’ordonne de faire ; j’aime Faërie, ma magie, je veux rétablir cette puissance qui est la sienne ; j’aspire à maîtriser cette magie, rencontrer d’autres mages du sang ; si Chimène nous avait pas quittés  je lui aurais tendu la main… » Lui tournant le dos, regardant par la fenêtre, le regard rêveur je murmure « si seulement tout le monde savait à quel point elle aurait pu m’aider, à apprendre ce rôle de princesse ; quelqu’un a t’il simplement pensé à moi ce que j’ai ressenti le jour de ce couronnement ? Cette filiation entre père et Chimène ? Je ne suis que la fille de Gustave qui doit consentir pour le bien de sa contrée et pour le bien de ma famille à une union, vous êtes libre vous de chevaucher par monts et par vaux, rendez-vous compte de la chance que vous avez de pouvoir le faire… » ; Je poursuis en me retournant « je suis noble, je suis née pour cela mais je ne peux aller contre ces rêves de petite fille que j’avais éprise de liberté, de savoir ; je n’ai pas choisi ma famille ni ma magie mais j’ai le droit de choisir mon destin et pour cela j’ai besoin d’alliés de toutes horizons et cultures, tendre la main aux bonnes personnes, m’assurer de leur soutien ».

Je ne bouge toujours pas, continuant à regarder par la fenêtre « vous êtes libre de partir Abigail je ne vais pas vous retenir, vous pouvez me détester, m’exécrer, je ne vais pas vous forcer à devenir mon alliée, je n’ai pas le temps pour ça et vous non plus » ; qu’importe qu’elle parte ou qu’elle reste, la balle est dans son camp maintenant, peut-être en ai-je trop dit ou pas assez ? Le caractère de la chevaucheuse est telle que je ne serais point surprise qu’elle se sauve derechef…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyJeu 15 Juin - 23:15

Abigaïl je t'en supplie, contrôles-toi. La voix de Titou est une supplication dans son esprit. Une supplication qu'elle ignore, superbement. La Chevaucheuse a crée une distance avec tout le monde, il faut bien le reconnaître. Royale comme Titou espèrent que cela lui passera. Mais pour le moment, cette rencontre accapare toute son attention. Trop pour qu'elle prenne le temps de répondre à son tatou. Une réponse bien railleuse lui vient aussitôt à l'esprit, mettant en évidence la perspicacité si... majestueuse de « sa majesté ». Elle sent la pression de Titou sur son esprit et préfère froncer les sourcils. Elle ne peut tout de même pas se montrer trop sarcastique avec un membre de la famille royale, qu'elle le reconnaisse ou non. Royale lui confère un statut plus privilégié, mais même elle a ses limites.

Le discours de la princesse est tellement long que la jolie rousse sent son esprit se perdre dedans. Elle est bien immature, cette Armandine de Faërie. Beaucoup de manque de confiance en elle, une sensibilité à fleur de pots, beaucoup d'incohérence, de doute, de peur, de contradiction. Beaucoup trop de « trop ». C'est clair comme de l'eau de roche que cette princesse n'est absolument pas faite pour régner sur Faërie. Heureusement que Antonin est plus réservé et sage, sinon elle les mènera à leur perte. Chimène n'est pas ainsi. Elle est plus royale et majestueuse. Mais cette usurpatrice ose souiller son nom de ses lèvres traîtresses. Elle ose parler d'elle en lui octroyant un pseudo droit qui lui appartient entièrement. C'est une honte. Une calomnie. Une fureur sourde gronde en elle, sur le point d'exploser. Elle ressent la peur de Titou. Mais il n'a pas à s'inquiéter. Elle sait se contenir quand elle le veut. Elle ne va pas faire exploser le palais impérial. Ce serait une véritable tragédie de toute façon. Non, même si elle n'a jamais été à l'aise à l'oral, elle emploiera ce moyen pour bien se faire comprendre. Et puis la violence face à un noble n'est pas spécialement la solution. Surtout si elle veut repartir sur ses deux jambes.

-Vous avez déjà une bonne expérience de la royauté pour ainsi penser être la préoccupation de mes pensées. L'allusion à votre magie est parfaitement déplacée et prouve que la vie vous a trop gâté. Je me fiche de votre magie, même si vous possédiez la même que la mienne. Et je n'en reviens pas que je doive m'en justifier en votre présence. De plus, pourquoi l'avis d'une roturière comme moi vous intéresse ? Je suis Chevaucheuse, mon devoir va à Faërie et à son peuple et je me retrouve à discutailler avec vous pour regonfler un peu votre ego au lieu de protéger notre frontière.

La fin de sa phrase se termine dans un soupir très agacé. Elle n'a guère de temps pour jouer les nourrices d'une petite princesse nouvellement nommée.

-Je ne veux pas parler de Dame Chimène. Je suis Chevaucheuse, j'accomplis mon devoir envers la Faërie. Personne ne dicte ma ligne de conduite dans ce que je fais, et je suggère à « sa majesté » d'en faire autant. Les problèmes des nobles ne peuvent être résolus que par les nobles. Et m'avoir fait venir juste pour me dire que je suis libre de partir... Je vais avoir l'impression de m'être déplacée pour le pur caprice de la princesse de Faërie, puisque vous avez « acquis » ce titre. Ne me dites pas que je suis venue pour m'entendre dire de repartir... je suis là, dites-moi ce que vous recherchez vraiment chez moi.

La jolie Chevaucheuse n'aime guère ces histoires de royauté. Beaucoup de blabla pour ne pas dire grand chose, au final. Elle a déjà mal à la tête. Du discours, ou de la désapprobation de Titou, elle ne sait pas. Mais elle ressent que Royale partage son opinion et ça, au moins, ça la conforte dans le fait qu'elle a bien parlé. Chose rare, lorsque l'on connaît son aversion pour les longs discours. Mais la jeune Chevaucheuse espère sincèrement avoir mis un peu de plomb dans l'esprit de la fille d'un traître. Parce que, au delà de sa naissance, la rousse n'aime pas spécialement se retrouver à discuter avec des personnes qui passent leur temps à pleurer sur leur sort. Ce dont elle est sûre, c'est que Faërie ne va pas aller bien loin avec une telle princesse à sa tête. Qu'est-ce que l'avenir va donc leur réserver ? Les jours sont-ils comptés ? Raison de plus pour protéger les frontières. Et de partir d'ici... surtout de partir d'ici. De retrouver sa solitude. Et ses sombres pensées. Parce qu'elle n'a pas envie de penser à autre chose pour le moment. Il lui faut juste travailler sans relâche, pour ne surtout pas penser à ce qu'elle a fait et aux conséquences désastreuses que ça a failli entraîner.
Surtout pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyVen 16 Juin - 12:58

Depuis qu’Abigaïl est rentrée dans la pièce je sens ce climat de tension palpable entre nous deux. Ne sachant quoi dire ou quoi faire histoire de dérider l’atmosphère je lui énonce mes projets mes envies ne sachant même si cela suffira à attirer une seule attention, un seul regard à mon égard. Pour ce qui est de ce dernier il est bien planté sur moi avec cet air méprisant. Pourquoi l’ai-je donc convié ? cela était pour ainsi dire couru d’avance…

Je sers les poings de manière imperceptible, vraiment n’y-a-t’il aucune personne en Faërie, en Arven digne pour m’écouter et simplement me seconder ? Je comprends minute après minute que cette haine vouée à mon père se projette sur moi-même ; mais qu’ai-je donc fait… je vais consentir à cette union quelle qu’elle soit, peut-être arrêter ces projets de pouvoir et me ranger. Peut-être aussi me laisser aller vers cet alcool qui semble réjouir  mère… celle que je fuis, qui au fur et à mesure de la naissance de ma magie m’a repoussée, nullement soutenue.

Convier Abigail était une bêtise, tentative vaine de conjuguer pouvoir et fraternité avec des personnes se prétendant défenseuses de Faërie mais crachant sur l’empereur en place. Je vais devoir me résoudre à cette idée. La part de sombre, de colère naît en moi furtivement, je la laisse s’emparer choisissant de ne même pas me retourner à ses pics verbaux. Elle percevrait ces larmes à la bordure des paupières, les larmes du constat inutile, de mon incapacité à devenir celle que j’aspire à être.

Je la laisse me toiser, me parler de manière si sèche et je poursuis le dos tourné laissant un silence s’installer, pesant. Je n’ai même plus envie de lui répondre. Tellement de vérités dans ses mots, d’honnêteté… je ne suis pas prête à cela, je dois apprendre, encore… et me faire aimer des ennemis du pouvoir est une illusion bien vaine.

Je reprends la parole d’un ton qui se veut sec « vous avez grandement raison Abigaïl, retournez défendre les frontières de notre royaume, faites ce que vous avez toujours fait ne vous souciez plus de moi… fuyez avant que je ne vous importune plus mais quand le temps vous aurez besoin de mon soutien » je me retourne inflexible « ne comptez pas sur mon aide proposée, voyez Antonin, avec lui il y a cette amitié ».

Je passe à son niveau, ouvre la porte ; le garde interloqué par la rapidité, se ressaisit regardant mon invitée ne sachant comment agir « je vous en prie retourner vaquer à votre liberté, je ne vous retiens pas ».


hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyVen 23 Juin - 14:21

Elle bouillonne de l'intérieur, Abigaïl. Les paroles de la « princesse » de Faërie font échos aux vagues de fureur qui déferlent en elle depuis les révélations de Rhapsodie. Assouvir sa soif de vengeance n'a en rien tari cette souffrance. Elle est même de plus en plus en colère. Cela ne change rien. Elle sent les tentatives de Titou pour ramener son esprit dans un état plus serein. Pour contenir sa colère. Pour ne pas déborder devant la princesse. «  faites ce que vous avez toujours fait ne vous souciez plus de moi ».... C'est bien elle qui lui a demandé de venir ! Alors c'est ça la grande petite princesse nouvellement promue ? Une gamine en plein mal être, qui essaye de faire croire qu'elle sait ce qu'elle fait en lui demandant de venir la voir pour la chasser aussitôt. Donc non seulement elle l'oblige à se présenter devant elle pour lui parler, mais sous prétexte que la Chevaucheuse ne marche pas dans ses pas, elle la renvoie à son travail. Donc, elle lui a véritablement fait perdre son temps. Félicitation à la royauté. Si ce n'est pas une preuve de caprice de noble pourrie gâtée, elle ne sait pas ce que c'est.  Une réplique cinglante me vient aussitôt à l'esprit et j'ouvre la bouche, furieuse. Abi, je t'en prie ! Calmes-toi ! La voix de Titou rugit dans son esprit, lui coupant l'herbe sous les pieds. Abigaïl, je t'en supplie, ne dis rien qui puisse nous causer des soucis. Tu veux rester Chevaucheuse ou pas ? Elle sent la présence de Royale et son approbation. Mais Titou semble avoir raison. Elle doit se contrôler, qu'elle le veuille ou non, celle qui lui fait face est bien Princesse de Faërie. Si Abigaïl veut garder sa place, elle doit éviter d'avoir des mots trop hauts. Déjà qu'elle frôle avec l'impolitesse envers elle. Mais la Chevaucheuse n'y peut rien. Les nobles se permettent des caprices qui ont des répercussions sur le travail des honnêtes gens. Abi a gagné sa place uniquement grâce à son talent et à son travail. Elle n'a pas eu besoin de conspirer éhontément pour se trouver là où elle est.

De mauvaise grâce, Abi préfère ne pas répondre du tout. Elle s'incline simplement, de façon un peu raide et rapide, avant de tourner les talons et de passer la porte. La Chevaucheuse n'en veut pas de son amitié, de toute façon. Et elle n'a guère besoin de l'aide d'une royauté qu'elle n'approuve pas pour poursuivre le chemin que le Destin lui a tracé. Quoiqu'il en soit, elle s'en souviendra de sa visite à la princesse de Faërie. Difficile de croire qu'elle est la sœur d'Antonin. Une véritable enfant qui ose faire croire qu'elle sait ce que Abi pense. Lui tenir tête à cause de sa magie du sang. N'importe quoi. Jamais elle n'a entendu de telles sornettes. Sa position vis-à-vis des magies et des savoirs perdus est très clair. Chaque personne dans ce monde doit avoir la possibilité d'accomplir ce qu'il désire. Ce sont leur liberté. Si le destin de la princesse de Faërie se trouve dans la magie du sang, tant mieux pour elle.

Elle rejoint alors Royale dehors pour lui grimper dessus avant de s'envoler de nouveau vers la Caserne. Une chose est au moins sûre. Elle va se faire rudement enguirlander par Anaëlle. Son capitaine est très au clair des positions de ses Chevaucheurs comme de son tempérament fougueux. Inutile de préciser qu'elle l'attend de pied ferme, prête à savoir ce qu'il s'est dit aujourd'hui. Abi soupire. Toi, tu joues encore avec le feu. Royale ricane. Pour la première fois depuis longtemps, Abi sourit. Elle n'a pas tord.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptySam 24 Juin - 21:24


Le Destin intervient

Parce que c'est aussi son rôle. :sisi:



Lauriane

de Faërie


• Impératrice •





Elle était au courant, la fière impératrice, que sa fille recevait des Chevaucheurs, au palais, hors de sa présence. Elle devait lui apprendre, l’aiguiller sur ses tâches et ses devoirs. Mais qu’importe l’impertinence dont elle fait preuve, cela ne l’empêchera aucunement d’écouter. De jauger de l’attitude de sa fille, de la princesse. De savoir comment ils sont perçus, au sein même  de ces gens, n’appartenant ni au peuple, ni à la noblesse, pour la plupart. Elle se faisait un devoir de découvrir tout cela, et l’occasion lui était tendue, sur un plateau d’argent. Aussi était-elle dissimulée à proximité du bureau privé de sa fille, que son père qui l’aimait profondément lui avait fait aménager, pour qu’elle pratique sa magie en toute quiétude.

La salle adjacente semblait avoir été conçue pour l’espionnage – les murs fins lui permettaient d’entendre toute la conversation. Toute l’impertinence outrecuidante dont la Chevaucheuse faisait preuve, le manque de respect envers sa fille, mais aussi envers tous les nobles, et principalement envers eux. Envers la famille impériale. Elle sert Faërie… et donc pas la couronne impériale ? Pas leur propre famille ? Elle a bu, mais elle se sent l’esprit lucide. Et elle ne pardonnera pas à une effrontée son attitude. Sa fille cherche ses marques, elle déplore cette attitude, mais elle peut pardonner cet écart. Celui de la femme visant à protéger son duché, puis l’Empire si cela se présente, pas le moins du monde. En viendrait-elle à trahir son empereur, son impératrice, ses prince et princesse, pour le bien de Faërie ?

L’impératrice, Lauriane de Faërie, qui elle ne veut que le bien du duché, contrairement à cette jeune impertinente, ne peut pardonner ça. Elle l’a laissée partir, mais elle ne compte pas en rester là. Elle fait appel à la division impériale de Chevaucheurs, demandant à deux éléments de venir avec elle. Pour interpeller la jeune femme et la ramener au palais. Le nombre fait la force – même si elle doute que la jeune femme refuse de répondre à cet ordre. Elle aurait pu se déplacer elle-même, mais ce serait indigne d’une impératrice. Non, elle attend Abïgail l’Embrasée, puisque tel est son nom, avec sa garde. Sa garde qui s’empare d’elle, et conduit l’invitée de sa fille dans un salon privé. Qu’elle réponde à ses interrogations. Qu’elle définisse ses liens avec Chimène de Faërie. Qu’enfin, quand elle les aura tous réunis, elle prête allégeance devant son époux, son fils, sa fille et elle-même. Nul pardon ne sera accordé, et elle fera elle-même un rapport à la capitaine de Vol de la jeune femme. Qu’elle la garde à l’œil.



♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyDim 25 Juin - 10:25

Est-ce la contrariété qui m'a poussé à agir ainsi d'inviter cette chevaucheuse à retourner faire son devoir ? Nul personne ne le sait ni même moi. Je me sens blessée d'avoir tenté de tendre la main à une personne pour le moins influente au sein de Faërie mais ses propos à l'égard des nobles, de ma personne n'ont trouvé que colère en moi. J'aurais pu me retourner, lui intimer le respect mais je suis trop jeune, bien trop et je ressens presque de la peur à son égard... fière princesse de Faërie marquée par une crainte manifeste qui l'eut cru.

Le regard froid je l'invite donc à sortir de mon bureau et je la regarde partir sans même un regard. Je me mords les lèvres un instant, secouant la tête et réfléchissant à ce que je pourrais bien faire ; parler à père ? Mère ? Ou bien montrer à cette chevaucheuse et ses pairs que je sors la tête haute de cet affront et me rendre à la caserne, sur leur terrain ? Oui peut être que ce serait la solution. Tête haute, j'imagine une visite en ces lieux, croiser le regard d'Abigail, l'inviter par un échange de regard à baisser le sien. Un sourire s'installe sur mes lèvres, beau projet en devenir, il faut l'avouer. La vengeance est un plat qui se mange glacial, notre première rencontre s'est terminée par un succès de la chevaucheuse, mais c'est bien mal me connaître que d'imaginer que je laisserais cet affront sans conséquence.

Alors que je vais pour retourner dans mon bureau, profiter de cette quiétude pour réfléchir j'entends des pas derrière moi, le garde à mes côtés s'incline, me retournant je fais face à Lauriane, stupeur ; la pièce d'où elle sort est collée à mon bureau. Aurait-elle tout entendu ? Je balaie ces doutes en m'inclinant face à mère lui murmurant « Mère ». Il faut très peu de temps pour que je comprenne et que les doutes balayés ne deviennent réalité. Elle l'a convoquée à son tour, retourner chercher Abigaïl qui devra faire face cette fois ci à l'impératrice... je déglutis l'espace d'un instant me demandant quelles conséquences pourraient s'abattre sur la jeune femme... elle m'a manqué de respect, manqué de respect à l'égard de la noblesse ; je suis en retrait derrière Lauriane attendant tout comme elle le retour de la chevaucheuse.

La droiture de Lauriane, le regard froid qui l'habite ne fait nul doute sur la colère profonde qui l'habite ; mère a ses défauts, l'alcool, est hautaine mais quand on touche à un de ses enfants et à la noblesse, son devoir reprend le dessus. Je sais que la garde se saisira d'Abigail et la ramènera avant que cette dernière revienne je murmure à l'égard de l'impératrice « mère, nul doute que vous voulez l'interroger sur ses propos et son attitude à mon égard et à l'égard de notre royaume, si vous n'y voyez pas d'objection j'aimerais être des vôtres si tel n'est pas votre désir vous saurez où me trouvez si vous souhaitez me convier plus tard ».

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyDim 2 Juil - 23:31

Abigaïl a à peine le temps d'atterrir que déjà le son si habituel des ailes de dragon se fait entendre derrière elle. Lorsque la Chevaucheuse lève la tête, les ombres de deux dragons proviennent de la même direction qu'elle et viennent se poser en douceur sur le sol. Il ne faut guère de temps à Abigaïl pour deviner d'où ils viennent. Royale relève la tête, les toisant avec superbe, alors que Titou semble se ratatiner sur lui et jette un regard en coin apeuré à Abigaïl. Nul doute que ses propos ont froissé la dignité de la princesse qui en décide autrement sur le sort qu'elle lui réserve.

-Chevaucheuse Abigaïl l'Embrasée, dite le Phénix ? somme une voix rauque d'un des Chevaucheurs. Vous êtes conviée devant la reine.

La reine ? Que Aura te protège, Abi. La princesse a dû lui répéter tes dires. Tu as insulté la famille royale ! Elle ne va tout de même pas se laisser faire par une princesse larmoyante ! Et tu préfères qu'elle se fasse virer de la Caserne et que tu te trouves un autre Chevaucheur ? Jamais ils ne feront ça ! Je ferai un scandale. Un scandale comme une pauvre petite reine larmoyante ? Je vais te bouffer toi... et me curer les dents avec ta carapace. Il suffit ! La voix qui tranche est tout autre. Elle ne provient pas d'Abigaïl et de son mutisme sérieux qui suit docilement les Chevaucheurs pour monter une nouvelle fois sur Royale. La voix est plus douce, plus... sage. Elle semble contenir des années, des millénaires. Une voix suffisamment sage et puissante pour imposer un silence radical, tout en restant d'une douceur velouté comme il n'en existe peu. Portée par une dragonne réduite au silence, des émotions s'impose alors à l'esprit d'Abigaïl. Prudence. Inquiétude. L'image d'une plaine verdoyante défile sous ses yeux sans qu'elle ne sache si c'est bien ce qu'elle voit ou un effet de son imagination. Puis, doucement des pensées qui ne sont plus les siennes s'insinuent en elle, telle une caresse éternelle. Une présence imposante, majestueuse, bien loin de tous les esprits qui ont fusionné avec le sien. Rien de comparable. Abi le sait. Son esprit murmure son nom.
Astrée.
Elle ressent la chaleur de la Reine Noire, sa présence apaisante et puissante qui occulte le reste. Les disputes de Royale et de Titou résonnent faiblement, comme un écho lointain. Et les inquiétudes, l'obscurité qui a envahi son cœur depuis le meurtre du violeur de Rhaps semble être un rêve, une autre réalité. A la place, elle ne ressent que la douceur d'Astrée et les émotions de la griffonne. Abi comprend alors. Elle comprend que la Reine, d'habitude si discrète, est intervenue. Est venue l'aider, la guider dans cette affaire très délicate. La Reine Noire a besoin d'elle. Elle a une mission. Elle le lui a expliqué lorsque, une nuit, elle est venue visiter ses rêves. Lorsqu'elle a caressé son sommeil de son souffle immortel. Lorsque Abi a accepté de devenir son écrin. Sa Reine a besoin d'elle. Et lorsque Astrée lui parle, la noirceur de son âme semble s'éclaircir petit à petit. Je t'ai vu, jeune écrin. Tu es fougueuse et farouche mais ton orgueil blessé peut compromettre ton avenir. J'ai besoin de toi, écrin. Je vais te guider, m'imposer et parler à travers toi. N'aie plus aucune crainte, laisse-moi devenir ta voix. Atténuer les dignités que tu as lésés de tes propos agressifs. La mission est trop importante en comparaison à la fureur qui habite ton cœur. N'aie crainte, mon écrin, je m'occupe de tout. Ta présence aujourd'hui servira des desseins qui perdureront par delà ta mort. Laisse-moi parler. Tu ne t'engageras à rien, si ce n'est la promesse que tu as envers moi.

Et lorsque Abigaïl pénètre pour la deuxième fois en une journée dans le palais impérial, sa démarche est assurée et calme, une aura sereine se dégage d'elle et un calme impassible lui engourdit les sens. Alors, devant la reine et la princesse de Faërie, Abigaïl s'incline respectueusement, comme le veut son rang, totalement guidée et habitée par l'esprit immortel de la Reine. Et si c'est bien sa voix qui retentit, Abi sait qu'elle ne contrôle plus rien.

-Majestés, salue-t-elle, respectueuse.

Tu sais alors, qu'elle arrangera tout.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyVen 7 Juil - 10:16


Le Destin intervient

Parce que c'est aussi son rôle. :sisi:



Lauriane

de Faërie


• Impératrice •





Elle entendait sa fille, ses demandes, l’impératrice. Et elle ne demandait que ça. Sa présence, son intervention. Elle s’en méfiait, de cette impertinente qui se permettait de l’implorer, de l’interrompre, alors qu’une vraie princesse aurait pris cette place qui lui revenait, aurait affirmé qu’elle assisterait à l’entretien, sans quémander. Mais soit, si tel était son désir, alors elle serait présente.

« Bien. N’intervenez que si vous y êtes conviée. Sachez quelle est votre place, quand il le faut. »

Sans un mot de plus, elle s’installa dans un fauteuil richement décoré, plus imposant qu’il n’était nécessaire qu’il ne le soit, au détriment du confort. Elle n’avouerait pas ne pas s’y installer, lorsqu’elle se retranchait dans ce lieu qui n’appartenait qu’à elle. Sa fille était dans un fauteuil semblable à ses côtés, quand les gardes entrèrent avec la dissidente.

« Dame l’Embrasée. Dame, elle ne l’était assurément pas. Mais Lauriane, elle, savait sa place, et ne manquait pas à l’étiquette. Il semblerait que votre loyauté aille à notre empire, mais pas sa famille impériale, si j’en crois les propos dont j’ai pu être avertie. Vous ne seriez pas contre le fait de clarifier, ce qui n’est, j’en suis sûre, qu’un malentendu ? Et d’affirmer votre allégeance, de manière fortuite, devant la Cour ? Pour présenter vos respects à la légitime famille impériale ? »

Si elle le dissimulait, Lauriane était pourtant surprise, de la retenue de la jeune fille. De son respect des rangs qui les séparaient, de l’excellence de sa révérence. Où était l’effrontée qui avait échangé avec sa fille ? Sa prestance et sa qualité d’impératrice l’impressionnait-elle davantage que celle de la princesse ? Une joie mesquine, savamment contenue en son esprit, naquit à cette pensée. Elle ne pouvait le laisser passer, cependant.

« Je suis certaine, toutefois, que vous saurez faire de même avec la princesse Armandine, prêter attention à ses demandes, et lui accorder le respect qu’elle vous a accordé, en s’adressant à vous, tout à l’heure. »

Si elle faisait preuve d’autant de respect de l’étiquette, alors elle le ferait. Qu’Armandine décide de la congédier ou non ensuite, plutôt que d’évoquer ce dont elle souhaitait réellement parler, ce qu’elle voulait obtenir de la jeune femme, serait ses affaires.


|HJ| Ce sera là, je pense, ma dernière intervention. Abigaïl aidée de la Reine Noire n’a aucune raison, je pense, de contrarier plus encore l’impératrice. :sisi: Vous en serez averties, si ce n’est pas le cas. ;) Et je ferai un petit point avec vous par MP, une fois que vous aurez reposté. :coeur:


♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyMar 11 Juil - 18:09

En d'autres circonstances, les conséquences de tes actes pourraient être dramatiques. Mais voilà. La Reine Noire a besoin de toi et tu es fasse à une puissance bien supérieure à ce que tu as côtoyé jusqu'à maintenant. Au fond de toi tu le sais, tu te sens humiliée, rabaissée par cette femme. Par cette impératrice, épouse d'un meurtrier. De celui qui a assassiné Dame Chimène et qui pactise avec l'Ordre pour mettre Arven sous sa coupe. En tant que Chevaucheuse, en tant que garde de ton pays tu ne peux cautionner une telle chose. S'agenouiller ainsi devant cette prétendue impératrice représente une honte pour toi et tu sens ton sang bouillir de rage. Mais la voix apaisante et douce de ta Reine te rassure. Elle te murmure dans le creux de l'oreille et son souffle divin caresse ton esprit. Comme toujours, sa présence traverse le temps et tu te sens bénie, privilégiée par un esprit millénaire. Elle te le dit, te le répètes, que ton orgueil a failli causé la perte d'une mission essentielle. Ce n'est pas un reproche car la Reine te le dit assez. Son existence est éternelle. Son esprit va et vient au fil des années, changeant d'écrins lorsque la situation l'exige. Qu'est-ce que la vie de l'Impératrice ou la tienne comparé à elle ? Un grain de poussière, une goutte dans l'infini du temps. Ce n'est pas grand chose. Tu n'es qu'une seconde, un passage éphémère dans ce monde. Elle te l'a expliqué. De cette voix si douce et majestueuse.

Alors tu la laisses. Tu ne peux pas résister face à sa force et tu n'en as guère envie. Elle a pris possession de ton corps et elle s'agenouille sans honte aucune, dans une révérence impeccable face à l'Impératrice de Faërie. Un moment qui, demain, ne sera qu'un acte passé de plus dans l'éternité de sa vie. Elle accueille les propos implacables de l'Impératrice avec une humilité admirable. Reléguée dans un coin de ton esprit, tu la vénères, admire la délicatesse de ta Reine. Et lorsque ta voix s'élève enfin dans la pièce, tu ne te reconnais même pas.

-Sa Majesté a vu juste, murmure-t-elle avec douceur. Ce n'est qu'un malentendu.

Tu relèves la tête, plongeant ton regard dans celui de la princesse de Faërie, que tu as provoqué quelques heures plus tôt. Avec une inclination parfaite de la tête, tu présentes tes respects.

-Altesse, j'espère que vous pourrez pardonnez la brutalité de mes propos. J'en suis sincèrement désolée. Mon attitude est inexcusable.

Prenant une autre inspiration, tu inclines la tête avant de reporter ton regard sur l'Impératrice.

-Ma loyauté va bien évidemment à Faërie, à notre si belle terre, à son peuple et, bien évidemment, à sa famille royale. Je ne suis qu'un humble serviteur, un soldat voué à vous protégez vous, et Faërie. Mes problèmes personnels ne représentent rien et ne sont pas une excuse justifiant l'irrespect dont j'ai fait preuve auparavant. Je vous promets, votre majesté, Altesse, que c'est la dernière fois que je perdrai ainsi mes moyens devant vous.


Intérieurement, tu demeures béate devant un tel discours. Tu ne manies pas aussi bien les mots que Astrée. Ne t'inquiètes pas, jeune écrin. J'ai prêté allégeance à travers toi. Tu n'es en rien engagée envers la famille royale. Mais... vous... Un éclat de rire cristallin retentit dans ton esprit, tel le tintement d'une clochette aux notes dorées. Ne t'inquiètes pas de mon allégeance, jeune écrin. Ces paroles ne sont que fumées dans le vent à l'échelle de mon existence. Aussitôt prononcées, aussitôt estompées.

Accroupie au sol, dans une attitude de totale soumission, tu attends donc ton jugement. Mais tu as confiance. Parce que tu n'es pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyMer 12 Juil - 8:23

Dire que je suis effacée aux côtés de mère est un bas mot en soi, très bas mot ; je l'ai bien senti sa froideur et l'odeur, discrète certes  d'effluve de vin. Mais je m'incline et je la respecte comme Marjolaine me le conseille au fil de nos échanges. Nul sourire ne m'habite alors que je siège un peu en retrait de Lauriane.

Lorsque les portes s'ouvrent laissant passer mon invitée remerciée quelques minutes plus tôt mon cœur se serre ; comment ai-je pu être aussi idiote ? Cela m'incombe désormais de remettre nos défenseurs et nos serviteurs à leur place lors de tout manque de respect. J'apprends les  devoirs qui m'incombent, mes échecs me rendent plus forte c'est pour cette raison que je garde le silence lors de la prise de parole de l'impératrice à l'égard d'Abigail. Je la trouve changée, ses yeux, son attitude n'est en rien le reflet de celle que j'ai rencontrée toute à l'heure... une inclinaison digne des plus grandes me fait froncer quelque peu les sourcils.

Je ne prends pas la parole, mère m'a demandé de rester à ma place, de m'exprimer à l'unique condition d'y être invitée, telle est la règle établie. Visiblement elle invite la chevaucheuse à m'écouter, serait-ce le signal du Destin me tendant la main ?

Abigail reprend la parole ; une voix bien étrange, un respect non rencontré me plongeant un peu plus dans l'incertitude. Mais en présence de l'impératrice, mère, ce n'est guère le moment de divaguer. Je me surprends à penser que celle qui siège à mes côtés me met  à l'épreuve sur cette entrevue, qu'elle en profite même pour  juger de mes capacités de princesse ? Oui c'est peut être cela... Peut-être que me fourvoierai-je en reprenant la parole dans quelques minutes, mais il convient que je lui démontre que je ne suis plus une enfant mais plutôt, tout comme elle, une personne amenée à régner... dans mes veines coule cette magie, celle du sang ; celle qui provoque ces regards de côté, cette crainte ; double punition pour moi-même au final, devoir de princesse avec comme seule compagnie une magie honnie... triste sort.

Cependant, je me contrôle, mon visage ne traduit nul trouble alors que mes mains se posent sur ma robe laissant la chevaucheuse s'exprimer.

Un silence lourd s'installe ; je n'ose en premier lieu le troubler avant finalement d'oser « Cela est tout de même bien dommage que l'on ait été obligé de vous soumettre pour obtenir votre allégeance Dame l'Embrasée » une allusion de plus à l'accès de Gustave au trône, principe de soumission. Je la provoque je le sais en utilisant un tel terme, et ce titre, oui ma  mère l'en a  affublée  autant faire de même; je la regarde fixement « Dame l'Embrasée relevez-vous je vous prie » ; mon ton se radoucit quelque peu « je comptais vous demander toute à l'heure de préparer ma venue sur le champ de bataille en retrait pour galvaniser les troupes... mais votre attitude m’a quelque peu refroidie » puis poursuivant toujours sur le même ton « votre nom vous précède,  raison pour laquelle je me suis tournée vers vous en digne représentante des chevaucheurs, une femme de surcroît, démontrez moi que je me trompe sur cette crainte qui m'habite ; cela peut être glorifiant pour vous, si toutefois vous consentez à m'accompagner lors de ma visite et je mentionnerai votre nom envers les troupes... même s'il n'y a nul besoin de vous présenter désormais ».

La mettre devant le fait accompli ; je commence au fur et à mesure des mois à prendre conscience de ce devoir qui m'incombe ; depuis que le Duc d'Outrevent a refusé notre alliance je me suis sentie pour le moins libérée, presque soulagée... je ne le serai probablement pas autant le jour où je m'unirai à un sombre marquis ou autre duc des contrées mais pour l'heure je compte bien profiter de la grandeur qui m'est donnée... Lauriane me montre le chemin, l'attitude adéquate ; elle entend les projets qui m'habitent.. je ne serai pas une princesse enfermée dans ses appartements attendant la visite de ses prétendants, oh non, loin de moi cette idée... pour finir comme mère ensuquée de vins à longueur de journée ? Je frémis à cette idée alors que j'attends la réponse d'Abigail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée EmptyDim 23 Juil - 15:18

Tu boues intérieurement. Les paroles de cette petite princesse présomptueuse blessent ta dignité et ton honneur. Qu'elle parle ainsi de soumission alors que tu es un esprit libre, une chevaucheuse de seigneur du ciel. La soumise c'est elle, prisonnière de son palais, de ses responsabilités et des décisions de sa mère, l'Impératrice. Mais ce que tu penses et ton indignation n'atteignent pas les traits de ton visage, toujours égaux à eux-mêmes depuis que Astrée, ta Reine, en a pris la possession. En réponse, ton corps se plie un peu plus dans une attitude parfaite de servitude et d'humilité. La présence de la Reine est une puissance écrasante mais douce, face à laquelle tu es démunie. Mais, tu la laisses faire. Une confiance aveugle t'habite. Tu la laisserai t'emmener jusqu'à l'Archipel si elle en a décidé ainsi.

Obéissante, tu te redresses, la tête toujours légèrement inclinée alors que la proposition de la princesse parvient à tes oreilles. Intérieurement, tu en ris. L'imaginer à la Caserne, au milieu des Chevaucheurs, avec ses beaux atouts... Ridicule. Comme si les Chevaucheurs vont être galvaniser en voyant une princesse qui n'en est pas une, au minois hésitant et à la démarche mal assurée. Mais tu es bloquée. Elle t'a bloquée. Tu ne peux malheureusement pas refuser une demande si directe, surtout en présence de l'Impératrice. Tu en meurs d'envie pourtant. Lui dire que tu n'as pas que ça à faire, jouer à la baby-sitter d'une complice de l'Ordre. Mais tu n'en as pas le droit. Une telle réplique signera ton arrêt de mort, tu le sais. Astrée aussi. Et elle a besoin de toi pour des desseins plus importants, elle te l'a déjà dit. Alors quand ta voix s'élève, c'est pour accepter cette demande avec toute la diplomatie dont la Reine est capable. Un verbe tellement fluide, étrange pour toi qui ne sait pas manier les mots. Tu penses à Rhaps. Rhaps, elle serait quoi faire.

-Ma princesse m'honore. Ce sera avec plaisir que je préparerai le terrain pour vous et que je regrouperai vos troupe. Un honneur que je ne mérite pas après cet affront et dans lequel je vous prouverai la sincérité de ma loyauté envers vous.

Astrée a accepté. Les majestés ont parlé. Ainsi, soit-ils. Lorsque tu es sûre que tu peux te retirer, tu fais une dernière révérence et t'éloignes doucement. Une fois la porte fermée, tu sens un poids se retirer de tes épaules. Une sorte de soulagement intense. Tu as envie de remercier Astrée mais tu sais que ce n'est pas pour toi qu'elle a fait ça. Tout juste. Maintenant, jeune écrin, tu dois faire attention. Je t'ai sauvé la vie aujourd'hui. En plus de la mission, tu as une dette envers moi. Fais en sorte qu'une telle situation ne se reproduise pas. Je ne serai pas toujours là et tes erreurs peuvent être plus graves que tu ne le penses. Mesures tes paroles, jeune Phénix. Contrairement à moi, tu ne renais pas de tes cendres. Je reviendrai.

Tu n'as perçu aucune colère dans ses propos. Un ton doux et délicat qui te rappelle juste que tu n'es pas grand chose comparé à l'immensité de ce qu'elle doit accomplir. Tu sens sa présence quitter peu à peu ton esprit, te laissant un vide étrange. Vide de courte durée lorsqu'un dragon et un familier retrouvent alors leur place pour te harceler de question. Doucement, dans les coins secrets de ton esprit, alors que tu t'éloignes à nouveau du palais impérial, tu leur racontes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée   Rencontre au sommet -  PV Abigaïl l'Embrasée Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre au sommet - PV Abigaïl l'Embrasée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: