AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
Voir le deal
22.90 €

Partagez
 

 Roublardise en pleine nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Roublardise en pleine nuit    Roublardise en pleine nuit  EmptyLun 4 Jan - 14:39


Livre I, Chapitre 1
Tristan d'Amar & Jhali Chercoeur

Roublardise en pleine nuit

Visite guidée d'un marquisat



• Date : 03 Janvier 1001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Jhali a entendu parler des déboires d'un marquisat de Lagrance dont le tout nouveau marquis est un Chevaucheur. Curieuse et voulant passer le temps, elle décide d'aller voir ce qui se passe dans ce marquisat et, peut-être, de renouer avec son passé de voleuse...



Le jardin était très beau, très luxuriant, à l'image du reste du duché de Lagrance, et il devait y faire bon s'y promener pendant une agréable journée de printemps. Mais ce n'était ni le printemps ni la journée, alors même si le jardin était beau, il n'y avait pas grand chose à voir. Le temps était doux pour la saison, aucun besoin de beaucoup se couvrir. L'opulence était bien visible, même depuis l'extérieur du manoir, l'endroit est assez impressionnant. On pouvait distinguer depuis le jardin des chandelles à certaines fenêtres, tout le monde ne semblait pas être dans son lit en ce milieu de nuit, peut-être quelques serviteurs qui cheminaient encore dans les couloirs pour répondre aux demandes des habitants ou subissant des insomnies. Une grande ombre serpentait dans le jardin, entre les massifs et les buissons fournis. Ses pas ne faisaient pas de bruit sur le petit chemin, elle se déplaçait lentement en regardant autour d'elle. Elle n'était jamais venue dans un marquisat, elle était peu habituée à la grandeur, même si il lui arrivait parfois de se mêler à la classe supérieure lors de bals et de soirées mondaines à Alfaë ou Lorgol. Mais s'introduire dans un lieu comme celui-ci n'était pas dans son genre...Elle fit attention avant de se couler dans le grand bâtiment, par une entrée secondaire qui donnait sur les cuisines. Personne. C'était déjà bon signe. L'ombre enleva sa capuche noire de sa tête, dévoilant ses longs cheveux rouges si reconnaissables. Elle quitta les cuisines pour se promener dans les couloir, à la recherche de quoi au juste ? Elle-même n'en savait rien en fin de compte, elle était venue par ennui et curiosité, en plus de se fournir en plantes qui ne poussaient qu'au creux des plaines de Lagrance. Elle marchait dans le noir, passant des couloirs et des antichambres sobres et simples, les décorations se faisaient un peu rares, mais le tout restait élégant et on sentait leur richesse sous-jacente...Elle entra finalement dans une pièce plus petite, un bureau semblait-il. Elle y alluma une chandelle pour y voir clair. La curiosité était vive, l'intruse se mit à regarder les livres et les papiers, apparemment, elle était dans le bureau du marquis ou de l'intendant, où étaient stockées des informations sur le marquisat. C'était très intéressant, ce genre d'informations pourraient servir dans le futur peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Roublardise en pleine nuit    Roublardise en pleine nuit  EmptyMar 5 Jan - 3:44

Amar était un beau domaine. Je pouvais difficilement dire le contraire. J’avais mis longtemps à m’y sentir chez moi, mais cela s’était amélioré, depuis plusieurs mois, quelques années même, deux ou trois. Je n’étais plus certain. Une seule certitude s’imposait à moi, celle d’avoir brusquement vu tous ces repères m’être arrachés, en même temps que Louis et ses parents m’étaient arrachés. La magnificence du domaine n’avait pas disparu, mais je me trouvais dans l’incapacité d’y prendre goût, la morosité de mes pensées rendant mes yeux aveugles à cette beauté, comme si l’on m’avait mis des œillères. Soupirant, je m’extirpais du fauteuil dans lequel j’avais tenté de m’assoupir avec le livre le plus assommant que j’avais trouvé, sans grand succès. L’insomnie guettait, et je finissais par m’endormir n’importe où après plusieurs nuits sans dormir. Je m’étais même assoupi en montant Ferveur, qui avait, fort heureusement, eu le réflexe de m’agripper de me faire glisser, difficilement par ailleurs, dans ses serres, et de me poser. Comment il avait pu ne pas me réveiller ? Je n’en avais aucune idée.

Je sortais précipitamment de la pièce, me dirigeant d’un pas vif vers l’extérieur du manoir. Peut-être était-ce ce dont j’avais besoin. Une envolée nocturne avec Ferveur. Je pourrais me baigner dans l’étang qui se trouvait sur le domaine, et espérer m’y détendre suffisamment pour dormir du sommeil du juste ensuite. Ou alors devrais-je m’harnacher de manière à ce que je ne puisse tomber de Ferveur, et tenter de rejoindre les volutes du sommeil ainsi. Mais ça n’était arrivé qu’une fois, et je doutais que ça survienne de nouveau.

Avançant sans vraiment prêter attention à mon environnement, je me stoppais soudain brusquement, un détail que j’avais involontairement ignorant me revenant en mémoire. Une pièce normalement fermée, l’intendant s’étant absenté pour quelques jours, recelait de la lumière. Qui pouvait se trouver là ? Était-ce son père, qui manigançait de lui voler Amar ? D’un pas preste et énergique, Tristan revint sur ses pas, absolument plus décidé à s’évader, mais bien à confronter l’intrus présent. S’il était envoyé par son père… Il ne savait pas comment il réagirait. Était-il impossible que, Tristan ne cédant pas à  ses injonctions, son père cherche à le faire disparaître, comme il l’avait fait pour le reste de sa famille maternelle ? À supposer que ça soit réellement une initiative de sa part…

« Qui êtes-vous, et que faites-vous ici ? Qui vous envoie ? Je vous prie de reposer ces papiers. »










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Roublardise en pleine nuit    Roublardise en pleine nuit  EmptyMar 5 Jan - 12:31

Tous ces documents étaient des plus intéressants, Jhali en apprenait des belles en scrutant tous ces papiers. Quoi que parfois, les écritures n'étaient pas des plus simples à déchiffrer pour ces yeux...Elle continuait de les parcourir, mémorisant quelques informations qui lui semblaient utiles. Mais il fallait être honnête, il s'agissait bien plus d'un amusement que d'une vraie recherche d'informations, avait-elle vraiment un quotidien ou des informations sur un marquisat pouvaient être utiles ? A la limite, elle pourrait donner ce genre d'informations à son frère, il trouverait peut-être quelques personnes intéressées par des ragots sur les d'Amar...Ou pas, elle verrait bien...Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas introduite par effraction dans des demeures domaniales, depuis qu'elle était devenue Ecoutante, elle agissait moins en tant qu'assassin qu'en tant que gérante...Forcément, elle perdait ses habitudes pourtant ancrée fortement quand elle était adolescente. Elle avait oublié de fermer la porte, la lumière de la chandelle pouvait la trahir, elle s'attardait bien trop dans cette pièce...Elle commettait un nombre d'erreurs qu'elle n'aurait pas pardonné à ses apprentis et assassins, c'était inadmissible. Forcément, elle devait se faire prendre. Comment ne pouvait-elle pas se faire prendre ? C'était idiot, n'importe qui aurait pu passer et voir la lumière, la porte ouverte, et cette grande dame en noire aux cheveux rouges...Et ça ne manqua pas d'ailleurs, mais Jhali s'était attendu à ce que ce soit un domestique, pas au jeune marquis...« Qui êtes-vous, et que faites-vous ici ? Qui vous envoie ? Je vous prie de reposer ces papiers. » Elle se figea d'abord, des réflexes subtiles de défense étaient à deux doigts de se mettre en marche, si ça n'avait été qu'un domestiques, ça aurait pu aller, mais elle ignorait encore qui était dans son dos. Elle se retourna avec lenteur, sa main droite descendant se posant vers le bureau avec les papiers, sa main gauche le long de son corps. Elle n'avait pas l'air dangereuse, juste une voleuse dans une grande demeure...Elle le regardait intensément, avec ses yeux bleus, cherchant à deviner qui il était, elle commençait de plus en plus à craindre que ce soit le maître des lieux...Et si tel était le cas, elle ne pourrait peut-être pas s'enfuir par une petite pirouette ou un jeu de mots..." Je ne pensais pas croiser quelqu'un...Personne ne m'envoie chez vous, je ne suis qu'une cambrioleuse rien de plus voyons... " Elle avait lu quelques lettres au sujet du père du marquis, mais il en devenait un peu paranoïaque peut-être non...? Elle ne bougeait pas, continuant de le fixer, elle se posait encore la question de savoir si elle tentait une approche plus brutale ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Roublardise en pleine nuit    Roublardise en pleine nuit  EmptyDim 10 Jan - 20:44

Les problèmes semblaient ne jamais s’arrêter. Entre son père, sa récente succession, la contestation que subissait la nouvelle Reine de Faërie que les Chevaucheurs devaient protéger… Ça n’était qu’une escalade, et je doutais fortement que ça s’arrange. Je doutais fortement que je puisse retrouver, prochainement, un peu de quiétude. Comment aurais-je pu y croire, alors même que je ne savais pas quoi faire d’Amar ? Pas quoi faire de mon avenir, même. Je ne pouvais renoncer à l’Escadron de Lagrance, je ne pouvais cesser d’être Chevaucheur. Je ne pouvais pas abandonner ce qui était une part de moi-même si importante que sans, je n’aurai plus goût à vivre. C’est en ressassant tout cela, que je me dirigeais vers les jardins du domaine. L’obscurité n’était pas propice à une balade nocturne, mais je connaissais plutôt bien l’endroit, et je saurai me débrouiller. Et Ferveur n’était pas loin, si j’avais besoin d’elle.

Sauf que je n’y parvins jamais. Comment avais-je pu ignorer ce détail anormal ? Si l’intendant avait été là, j’aurai très certainement été à ses côtés, à revoir en détails tout ce qui concernait le domaine. Et quand bien même il n’aurait pas été absent comme il l’était, je n’aurai pas toléré qu’il s’use les yeux à étudier des papiers à la lueur de la chandelle, alors même qu’il n’y avait rien d’urgent à traiter. Non, nous aurions surement partagé un verre dans le salon, profitant d’un feu crépitant, tranquillement. Ou prétendant être tranquilles, mais c’était autre chose.

Je revenais donc rapidement sur mes pas, dévisageais un instant l’intruse qui parcourait avec, semblait-il, grand intérêt les papiers déposés sur le bureau de belle facture. M’avançant et fermant la porte, pour lui couper tout retrait, n’y allant pas par quatre chemins. Il ne servait à rien de prendre des chemins détournés pour l’interroger. Pour l’instant, du moins.

« C’est le risque, quand on s’aventure en terrain inconnu. Mais si vous n’étiez qu’une cambrioleuse, vous ne seriez sûrement pas en train de lire des papiers, qui vous ennuieraient très probablement. Sans doute même ne sauriez-vous pas lire. »

Je m’arrêtais un instant, la dévisageant froidement. Pas réellement agressivement, plutôt avec détermination. Je faisais rarement les choses à moitié, et je ne comptais pas qu’il en soit ainsi en l’instant.

« Quant à être envoyée par quelqu’un ou non, j’en jugerai moi-même. Mais vous pouvez commencer par me dire ce que vous désirez chercher ici. Ce n’est visiblement ni les richesses, ni les objets de valeur. »

Je restais debout, fermement planté dans le sol, face à elle.










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Roublardise en pleine nuit    Roublardise en pleine nuit  EmptySam 20 Fév - 12:20

Ce n'était qu'un jeune homme, quelqu'un d'inexpérimenté et qui devait surement essayer de se donner de la confiance, de se prouver qu'il était capable de faire ce qu'on attendait de lui en tant que marquis...La situation et tout ce qui se passait là aurait pu faire rire Jhali, elle ne se contenta que d'un sourire pour ne pas paraître trop insolente. Oh elle l'était, là n'était pas la question, mais elle ne savait pas encore ce que pourrait vouloir faire ce jeune homme, il pourrait très bien se montrer très véhément à son encontre. Elle trouverait bien comment se sortir de là, mais Jhali ne faisait pour l'instant qu'analyser la situation. Elle s'en voudrait si elle était obligée de blesser, voir tuer, un jeune marquis, ça ne serait pas bien vu et elle ne voulait pas ça. Ce qui la dérangeait le plus était qu'il la dévisageait froidement, il restait planté là, à ne rien faire, comme si il attendait quelque chose. Mais quoi donc ? Bonne question, elle pouvait bien répondre à ses interrogations si il voulait...Elle avait reposé tous les papiers et sembla se détendre, d'un seul coup, comme si elle n'avait pas peur le moins du monde de qui était en face d'elle, un petit sourire sur les lèvres. L'assassin fit quelques pas, s'éloignant du bureau, feignant de regarder d'autres choses, comme si elle n'était pas le moins du monde tendue, comme dans une conversation d'une banalité incroyable. " Hmm...Oui, c'est vrai que les richesses ne m'intéressent pas vraiment. Vous voyez, moi j'aime les défis, m'introduire dans des lieux gardés, en apprendre plus sur certains duchés et les petits nobles qui croient diriger...J'aime bien collectionner les informations, c'est un passe-temps comme un autre... " Les plus beaux mensonges étaient toujours fortement teintés de vérité, c'était comme ça qu'on s'échappait souvent, par une pirouette qui, au final, en disait plus long que le simple mensonge totalement inventé. Quant à ce que déciderait le marquis sur son sort, eh bien, elle verrait. Peut-être se montrerait-elle un peu plus violente et menaçante si il ne voulait pas croire à ce qu'elle lui disait...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Roublardise en pleine nuit    Roublardise en pleine nuit  EmptyJeu 25 Fév - 21:56

Un sourire ornait son visage ? Se payait-elle ma tête, à sembler ainsi calme, dans son bon droit ? Peut-être exagérais-je, dans mes réactions, et peut-être étais-je un peu paranoïaque, mais elle se comportait de façon bien trop sereine pour quelqu’un prit sur le fait, coupable d’espionnage. Car cela ne pouvait pas être autre chose que cela. Quant à savoir pourquoi elle m’espionnait… c’était une autre affaire. Je finirais par l’apprendre. Ou du moins, je l’espérais. Sans décroiser les bras, sans la quitter du regard, j’attendais une explication. Une raison, qu’elle pourrait donner à mes propos. Elle n’en avait aucune valable, bien évidemment, mais elle devrait par elle-même trouver le moyen de se sortir de là.

Si elle avait été dans une autre pièce, je l’aurai certainement pensée voleuse, mais elle ne dérobait rien, ici. Rien, sinon des informations. Et c’était le plus risqué. Oh, elle aurait pu être là pour terminer l’assassinat des héritiers d’Amar, mais elle m’aurait en ce cas cherché. Non, l’attitude de la femme assez âgée n’avait rien de logique. Et si elle ne s’en sortait pas… Elle pourrait très bien se voir passer les fers. Pour intrusion sur mon domaine, lecture de papiers confidentiels. Je retenais un sourire, à cette pensée. Si elle me pensait jeune et innocent, elle déchanterait bien vite. Mais je me contentais de la questionner, de poser les choses de manière directe, sans ambages.

Je fronçais de nouveau les sourcils, en la voyant plus détendue qu’il n’était normal de l’être, dans une telle situation. Ça n’était pas une femme banale, semblerait-il. Ça ne la rendait pas moins dangereuse. Je m’efforçais de ne pas la quitter du regard, bien qu’elle ne puisse pas s’échapper sans me bousculer.

« Je peine à croire ce que vous me dites. Il est, par votre accent, évident que vous n’êtes pas d’ici, et vous ne viendriez pas dans un marquisat éloigné de chez vous, par simple défi. Vous me prenez pour un simplet, ce que je ne suis pas. Vous feriez mieux d’exposer les réelles raisons de votre présence, et peut-être serais-je disposé à être clément. »

Des gardes se trouvaient non loin, près à me défendre, j’en étais certain, bien que cette idée d’avoir ma propre garde me semble absurde.










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Roublardise en pleine nuit    Roublardise en pleine nuit  EmptyMar 26 Avr - 13:59

Les options de sorties étaient compliquées, c'était une situation pour le moins difficile dans laquelle se retrouvait l'assassin. Mais ce n'était pas pour lui déplaire, il y avait quelque chose qui lui plaisait dans ce genre de défi, quelque chose qui la stimulait et la poussait dans ses retranchements pour ne pas se laisser aller à la monotonie et oublier ses premières amours de gamine qui volait pour se nourrir. Cette période n'avait pas duré très longtemps mais y repenser n'était pas la plus mauvaise des choses qui pouvait arriver à Jhali. Elle n'avait pas été aussi en difficulté quand elle était enfant cela dit, elle n'avait jamais violé les demeures des nobles de Lorgol comme ici...Il ne la croyait pas, bien entendu, il ne voulait pas admettre que ce n'était qu'une sorte de hasard ou une envie d'amusement qui avait poussé la grande dame à la crinière rouge à s'introduire ici pendant la nuit. Elle soupira en l'écoutant parler, se mettant à déambuler réellement dans la pièce, regardant à droite et à gauche, elle ne faisait aucun pas vers la pièce, bien au contraire, elle semblait revenir vers le fond de la pièce et une fenêtre par laquelle ne passait que quelques rayons de lumière nocturne. Jhali ne pourrait pas se sauver par là, cette fenêtre était très haute et grimper sur le toit ne serait pas aisé. La seule option viable était la porte, pour repartir dans les couloirs et semer n'importe quel poursuivant... " Vous croyez vraiment être si important que ça ? J'étais dans les parages pour affaires, j'ai eu envie de m'amuser. Vous voyez trop de choses là où il n'y a en réalité que coïncidence pure, monsieur le marquis. Mais une chose est certaine, j'aurais pu choisir n'importe quel autre domaine, croyez le bien. Il ne faut pas voir le mal partout très cher... " Jhali ne faisait presque plus attention à l'attitude du marquis ni à la porte. Elle sortirait en temps voulu, elle devait d'abord s'occuper d'endormir la méfiance de ce jeune homme et ce n'était pas chose facile, il était méfiant et trop tatillon...
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Roublardise en pleine nuit    Roublardise en pleine nuit  EmptyMer 11 Mai - 21:25

Je m’efforçais de garder mon calme, ce qui m’était tout sauf aisé. À vrai dire, j’étais plutôt à deux doigts de la saisir rudement, et de la jeter dehors comme une malpropre. Elle n’aurait, de toute façon, pas mérité mieux. N’était-elle pas une vulgaire voleuse ou espionne, vendant ses services au plus offrant ? Je présumais de beaucoup sur la femme qui me faisait face, mais je n’avais pas les idées claires, assurément, tellement cette intrusion m’échauffait le sang. J’allais passer une nuit exécrable, et les jours qui suivraient seraient identiques, une fois que je me débarrasserai de l’intruse. Je pourrais exiger un châtiment à la hauteur de son infraction, la remettre au Duc, afin qu’elle soit punie comme il se devait. Je n’y aspirais pas réellement, cependant. Je ne souhaitais que la tranquillité, loin des manigances lassantes de mon père et de ses seuls enfants qui avaient grâce à ses yeux – cela m’arrangeait bien, que ça ne soit pas mon cas, mais je ne me plaindrais pas, s’il disparaissait de ma vie. Je ne pouvais pour autant pas parvenir à cela. Soupirant, sentant le mal me prendre alors que ma tête se faisait douloureuse, ou l’était déjà je ne savais plus, je dardais de nouveau mon regard peu amène sur la femme.

« Exactement, je suis parfaitement imbu de ma petite personne, et aussi paranoïaque, comme vous semblez le penser depuis que je vous ai surprise à lire des courriers qui ne vous concernent nullement. Tout comme vous êtes dans votre tort, de vous trouver ici. Soyez assurée que vous ne pourrez toutefois piller ou espionner aucun domaine alentours, je ferai le nécessaire pour que ça ne soit pas le cas. Vous allez maintenant me faire le plaisir de partir, et vous n’aurez pas davantage de problème, que celui d’être indésirable dans les environs. »

La saisissant assez rudement par le bras, je l’amenais hors de la pièce, et me dirigeais vers l’entrée. Je ne serai pas le seul à la voir, les regards de certains domestiques qui m’avaient entendu parler d’une voix plus forte pour la mettre dehors et avaient quitté les pièces dans lesquelles ils se trouvaient, pour observer la personne qui pouvait bien faire parler ainsi leur marquis, généralement discret. Avisant un homme de la maisonnée, je le faisais signe.

« Edgard, conduisez madame dehors, et assurez-vous qu’elle ne revienne jamais par ici, ou à proximité de cette cité, je vous prie. »

Je la confiais au domestique, et me détournais pour aller remettre de l'ordre dans les papiers qu'elle avait dérangés, de nouveau agacé à l'idée qu'elle les ait lus, et que je ne sache pas ses réelles ambitions. Si elle revenait, je ne serai assurément pas si clément.










Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Roublardise en pleine nuit    Roublardise en pleine nuit  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Roublardise en pleine nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: