AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -27%
Nouveaux écouteurs Apple AirPods 2 au meilleur ...
Voir le deal
130 €

Partagez
 

 Tout se sait, mais rien ne se dit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyMer 2 Aoû - 17:35


Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Louis de Brunante & Mélodie Douxvelours

Tout se sait, mais rien ne se dit

Ou quand on cherche des réponses



• Date : 25 juin 1002.
• Météo (optionnel) : Soirée brumeuse et humide, à Lorgol. Il a plu, dans la journée, et les pavés luisent encore d'eau.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : Bien des choses se sont passées, depuis la dernière rencontre entre le pirate et la Voleuse. Et cette fois, Louis prend le temps de se demander si la Mélodie dont lui a parlé son père, serait cette même Mélodie qui a fini aux fers dans la cale de l'Audacia. Serait sa soeur. Discussion des plus étranges à venir.
• Recensement :
Code:
• [b]25 juin 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2469-tout-se-sait-mais-rien-ne-se-dit]Tout se sait, mais rien ne se dit[/url] - [i]Louis de Brunante & Mélodie Douxvelours[/i]
Bien des choses se sont passées, depuis la dernière rencontre entre le pirate et la Voleuse. Et cette fois, Louis prend le temps de se demander si la Mélodie dont lui a parlé son père, serait cette même Mélodie qui a fini aux fers dans la cale de l'Audacia. Serait sa soeur. Discussion des plus étranges à venir.



Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyJeu 3 Aoû - 4:42

Comme d’habitude, à la Rose, il y a foule. Ils sont à peu près le seul équipage pirate à quai, dans la Ville Basse, ces temps-ci, mais la pluie du jour et l’humidité du soir ont attiré les badauds et les buveurs, à la recherche d’une bonne pinte pour se réchauffer. Ça se marche presque sur les pieds, même, comme lors des froides soirées d’hiver. Parfait pour Louis qui, depuis l’entrée d’une jeune femme dans la taverne, s’est caché derrière ses camarades de l’Audacia afin de profiter de ses angles morts pour la détailler à loisir. Il espère que le manège passe inaperçu, auprès d’elle comme auprès des autres pirates, mais il a un très honnête doute quant à cette question. Il a bien vu quelques fleurons s’échanger, en douce, et il est lui-même prêt à parier à ce sujet.

C’est que dans son esprit fatigué par les trop courtes nuits et des journées trop longues, un peu embrumé par le manque de sommeil causé par les pleurs d’un enthousiaste trio d’adorables poupons, une lumière s’est fait. Juste lorsqu’il a effleuré la brune du regard, la Mélodie qu’il n’avait pas revue depuis leur retour à Lorgol en avril, après leur rapine de Bohémont. Une lumière-souvenir, portant la voix de son père, narrant une histoire teintée d’hypocrisies, d’abandon, de déception. Une histoire qui s’est transformée en mission, pour le Brunante, chassée précédemment dans le coeur de l’action et désormais bien présente. Qui le fait observer la Lorgoise et chercher, dans son visage découpé, quelque chose qui lui rappelle Brunante.
Et peut-être, oui, y a-t-il quelque chose dans ses pommettes, qui lui rappelle sa tante.
Dans ses yeux verts, comme les siens, à lui.

« Hé ! » Il fait un signe du bras à Mélodie, alors qu’il la voit déjà prête à repartir, sans même avoir pris le temps de boire un verre. L’appel arrête la jeune femme et il se rend jusqu’à elle en deux coups de coude, et en un signe de tête vers le bar, lui propose : « J’t’offre quelque chose ? J’ai encore un jupon à rembourser. » Le sourire un peu innocent, un peu amusé, amusant. Il a le coeur ailleurs, donné à une blonde et pas à la veille de retomber entre d’autres mains que les siennes, mais le jeu de charme n’est jamais loin. Puis, si elle n’est pas sa soeur… il n’y a rien à se reprocher, face à ce qui a pu se passer en Ansemer.

Et si oui, bien, ils font bien pire en Outrevent !


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente





Dernière édition par Louis de Brunante le Sam 12 Aoû - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyMar 8 Aoû - 17:03

Le traitre barbu et puant, le pirate îlien au parlé douteux, voilà ma cible de la soirée. Venue pour décompresser et tenter d’y trouver les cheveux de mon bourreau, mais non moins ami, je foulais d’un pas prudent le parquet de la taverne de la Rose. Je n’étais pas encore totalement sûre de lui avoir pardonné de m’avoir embarqué dans l’Audacia, d’autant que les sauts temporels ne m’avaient pas permis de savoir comment j’étais arrivée de la cal de l’Audacia à Lorgol, mais je me souvenais néanmoins du bracelet qu’il m’avait offert en pénitence, alors même que je le fusillais de mes yeux les plus noirs. Je le portais souvent, j’aimais les cadeaux et jamais je ne me serais permise de les revendre surtout lorsqu’il venait d’un ami, mais pas ce soir, cela lui aurait trop fait plaisir et je ne voulais pas le flatter, mais bien me venger encore un peu.
J’avais besoin de me détendre ce soir, les jours s’enchainaient, les soirées étaient animées et pas toujours joviales, alors ce soir où je n’avais rien à faire, je voulais en profiter et cela se traduisait par la volonté d’embêter mon ami de pirate.

Même si mon humeur était légère, après ce qui était arrivée à Ansemer c’est avec précaution que j’errai dans la taverne de la Rose. Ne voulant attirer l’attention de ces stupides, demeurés, empotés de pirates. Les discussions et les rires laissaient un brouhaha constant dans la taverne, couvrant de bruit le musicien qui tentait vainement de faire entendre sa musique. Je louvois entre les tables, mais rien, décidément, il avait décidé de me compliquer la tache. C’est donc accompagné de ma frustration que je m’en retourne pour sortir et rejoindre les rues de la ville. Peut-être était-il ailleurs, ou nulle part, au pire je m’échouerais dans un bar et y noierais ma tension dans l’alcool.
Et pourtant, voilà qu’on me hèle, je me retourne, croyant y trouver Red, mais à la place il s’agit d’un autre pirate de l’Audacia. J’avais flirté avec lui, mais la fin de l’histoire me laissait désormais méfiante vis-à-vis de lui et de quiconque venant de ce foutu rafiot. Je me mords la lèvre, en ne sachant trop quoi répondre. Normalement, j’aurais sauté sur l’occasion, mais en général ceux qui m’invitaient à boire ne m’avaient jamais enfermé et immobilisé avec des fers. Finalement, je finis par hausser les épaules, c’était vrai qu’il m’était redevable.

-Seulement pour un verre, je suis venue chercher quelqu’un et ce n’est pas toi, alors j’ai pas vraiment envie de m’éterniser.

Surtout en ce lieu maudit remplie de pirate de Vivenef kidnappeur de voleuse.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyMar 15 Aoû - 6:15

Elle hésite, la jolie brune, et il ne peut empêcher son regard de s’attarder une seconde de trop sur sa bouche pleine, alors qu’elle se mordille la lèvre, bien plus probablement prise dans sa réflexion que tentée de le séduire. Ses yeux remontent bien rapidement, comme s’il ne s’était rien passé, dès qu’elle reprend la parole : « Seulement pour un verre, je suis venue chercher quelqu’un et ce n’est pas toi, alors j’ai pas vraiment envie de m’éterniser. Promis, juste un » qu’il répond, la main levée tel un Levor prêtant serment, satisfait néanmoins d’avoir obtenu ce qu’il désire. Il se retourne au comptoir et demande deux bières, plus un cul-sec chacun du meilleur rhum des îles - quoi, ça ne compte pas vraiment comme un verre, plutôt comme un complément !

Il voudrait bien s’éloigner du bar, afin que leur conversation ne soit pas entendue de tous, mais toutes les tables sont prises. Il en est même un peu contrarié, le Brunante, mais il va faire avec ce qu’il a. Au pire, il abordera le sujet… une autre fois. Même s’il ne sait pas s’il aura l’occasion d’une autre fois.

Le procès se rapproche et au-dessus de lui, une épée qui vacille de plus en plus dangereusement, prête à tomber et à punir.

Félicie, occupée à servir au comptoir ce soir vu l’affluence, pousse un petit cri strident en déposant leurs bières et leurs petits verres de rhum, comme si elle venait de voir quelque chose de particulièrement affreux. Ce qui résulte en quelques pirates qui, dans un brouhaha de lames, sortent leurs sabres, dagues et épées, en recherche de l’ennemi. D’un Aubenacre, par exemple, revenu s’en prendre à la gentille Louison et à leur mignonne Fée ! « S-s-s-serpent ! », qu’elle réussit à articuler, en pointant quelque chose de mouvant sur le comptoir, non loin de leurs verres. Un serpent ? Un ensemble de mines patibulaires cherchent le serpent en question, sans le voir, et Louis est le premier à repérer le coupable, qui loin de ramper, se déplace plutôt bien à quatre pattes. Un rire, presque affectueux, pour la demoiselle effrayée. « C’est qu’un lézard », la rassure doucement le pirate. D’une chiquenaude, il encourage le reptile à aller chercher refuge ailleurs. Avec toute la pluie du jour, ce n’est sûrement pas le seul qu’ils vont trouver dans la taverne, aujourd’hui. Juste à y penser, il a l’impression que ses poches frétillent et qu’au lieu de fleurons, il y trouvera plein de lézards. Son attention revient enfin à Mélodie ; il lui glisse ses verres et cogne son verre contre le sien, dans un voeu silencieux. « T’cherchais Red, j’présume ? Qu’est-ce qu’il a encore fait, c’lui-là ? » Un sourire malicieux, amical. Il l’aime bien, l’apprenti canonnier. Le pauvre n’a pas choisi d’être le frère de Rackham la Racaille, il peut bien compatir à son malheur.


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyMer 16 Aoû - 21:01

Je lève les yeux au ciel alors que le pirate se fait passer pour un agneau. Avait-il oublié que j’avais passé je ne sais combien de temps cloitré et enchaine dans leur cale puante et mouvante ? Comment pouvait-il croire que je lui donnerai le moindre crédit ? M’enfin, tant qu’il payait de sa poche et non de la mienne, il n’y avait pas de mal. Nous allons nous asseoir au comptoir, la nuit est encore jeune et les quelques gouttes qui menacent à l’extérieur font que l’endroit est bondé. Il faut dire que même sans cela, la taverne l’était toujours, propre et bien entretenu avec une boisson correcte par-dessus le marché, elle pouvait se targuer d’un service quasi irréprochable contrairement à bon nombre d’autres établissements et même si c’était un repaire de pirates, la gérante veillait au grain pour ne pas que les disputes ne dégénèrent. Ce qui le rendait donc assez attrayant pour la population qui cherchait à passer une soirée, en mal de sensation forte, mais dans une relative sécurité.

Rapidement, nos boissons sont servies et la serveuse semble paniquer. Je tente de voir l’objet de sa terreur suivant la ligne de son regard, mais rien de particulier ne m’apparaît. Il n’y avait que le bois poli du bar, taché par les liquides qui avait dû y tomber. Elle réussit avec difficulté à nous indiquer la source de son émoi et je ne comprends pas tout de suite alors que strictement aucun serpent n’est dans les parages. C’est le pirate charmeur qui la rassure et lui explique, alors que je regarde le lézard d’un drôle d’œil, me demandant comment il était possible de le confondre avec son cousin venimeux.
Revenant à nos verres, je ne peux qu’adresser un regard réprobateur à…comme s’appelait-il déjà ? Julius ? Léonard ? Non… Ho qu’importe.
Les pirates ne savaient-ils donc pas compter ? Venant de Red cela ne m’aurait pas étonné, mais nous étions bien d’accord qu’un verre de bière accompagné d’un shooter faisait donc deux verres et non un.
J’avale tout de même l’alcool, fort, qui brule ma gorge en une coulée de lave, je n’ai jamais aimé gâché.

-Si ces verres ont le malheur de faire des bambins, je t’assure que tu pourras te les avaler seul.

Ou bien il pouvait se les recevoir en pleine figure, mais je ne savais pas encore si j’oserais au vue mes antécédents.
Mes yeux se perdent sur les déambulations de la serveuse, simplette, mais d’une efficacité redoutable. Elle louvoyait entre les tables sans heurter quiconque, évitant les mains baladeuses avec brio des rares abrutis cherchant les sensations fortes en voulant tripoter le personnel de la taverne de la Rose.
Mon attention revient bien vite sur le pirate, je me renfrogne quand il me pose ses questions auxquelles je n’ai aucune envie de répondre.
Je ne lui faisais pas confiance, il n’avait rien fait pour adoucir ma peine dans son navire et les derniers évènements m’avaient rendu légèrement paranoïaque et grognon. D’ordinaire j’aurais surement répondu, simplement pour le plaisir de savoir que cela aurait été amené jusqu’aux oreilles de Red, de profiter de son appréhension et le laisser mariner avant de frapper. Mais…je n’en avais ni l’envie, ni l’énergie ce soir.

-C’est pas lui que je cherchais, mais même si c’était le cas, ça ne te concerne pas. Tu n’as pas vraiment le profil du mec digne de confiance si tu vois ce que je veux dire.

Il y avait tout un monde entre danser, flirter, voire coucher avec quelqu’un et tenter de faire connaissance, or il ne faisait définitivement plus partie de la première catégorie depuis que lui et ses potes avaient mise à jour leurs tendances sadiques à vouloir attacher les demoiselles qui n’avaient rien demandé. D’ailleurs, il fallait toujours que je demande à Red d’où venait cette mégère qu’il avait engrossée.

-C’est un peu osé, d’ailleurs de venir inviter quelqu’un que tu as enfermé dans ton navire comme si de rien n’était.


Rancunière moi ? Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyLun 21 Aoû - 5:32

Qu’elle est amère, la belle ! Plus de venin dans sa voix que dans les serpents tant craints par Félicie, plus que fiel qu’il puisse y avoir de miel dans les ruches de Melinda ! Les yeux comme deux canons, prêts à cracher ses boulets sur quiconque l’embêtera un tant soit peu, et il en viendrait presque à regretter de lui avoir offert un verre de plus. Presque. L’alcool sait toujours délier les langues et puis, quand on se le fait offrir, ça adoucit habituellement les moeurs.

Habituellement.
Parce que celle-là ne montre pas un seul signe de douceur. Pas ce soir.

À sa question amicale, la réponse claque : « C’est pas lui que je cherchais, mais même si c’était le cas, ça ne te concerne pas. Tu n’as pas vraiment le profil du mec digne de confiance si tu vois ce que je veux dire. J’vois pas à quoi on peut s’attendre d’autre d’un pirate », qu’il réplique sans s’offusquer, l’oeil malicieux. D’un pirate et d’un Ansemarien, de surcroît, bien que l’éducation outreventoise de Marisa ait donné à ses deux fils un peu plus de parole que les autres filous qui peuplent le sud du continent. Définitivement moins accorte que lors de leur première rencontre, la jolie brune, ça c’est bien sûr… mais il faut dire qu’entre le rhum renversé sur ses jupons et celui bu d’une traite, ce soir, il y a eu un retour à Lorgol fait aux fers, pour la demoiselle. Pas de quoi favoriser son sentiment à l’encontre des pirates, même ceux qui ne lui veulent aucun mal. Même ceux qui veulent être très très gentils. « C’est un peu osé, d’ailleurs de venir inviter quelqu’un que tu as enfermé dans ton navire comme si de rien n’était. » Un rire secoue le pirate, qui s’appuie sur le comptoir et en chasse un deuxième lézard, venu en renfort de son premier camarade. « Les ordres des officiers, j’peux rien y faire. C’pas moi qui décide, sur la vivenef. Simple pirate sans responsabilité, sans désir d’en acquérir non plus. Il en a assez de celles de père. Puis, ça permet qu’tu puisses entrer ici sans problèmes. T'es pas la première des Miracles avec laquelle on s'emmêle. » Y’a bien que la petite Lubie, qui n’ait pas le droit de mettre le bout de son nez dans la taverne, et c’est bien la seule. Les consignes sont claires pour tous, et même si Mélodie a insulté l’Audacia, elle a encore le droit de venir profiter des merveilles de la Taverne de la Rose. Un bon échange, à son bien humble avis.

Il se penche un peu vers elle, quasi conspirateur. « Comment tu l’aurais volé, toi, la relique ? » Ils sont des pirates, et ils ne sont certainement pas reconnus pour leur capacité à faire dans la dentelle. Il est sincèrement curieux, puis, si ça peut l’amadouer un peu, flatter son égo de voleuse… il ne dit pas non, avant qu’il revienne questionner sa vie et les fondements de celle-ci. S’il en a l’occasion. Ou, plutôt, le courage. Vu son humeur, elle risque de l'accueillir avec des piques et des fourches.


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyDim 27 Aoû - 19:40

"J’vois pas à quoi on peut s’attendre d’autre d’un pirate"

Il marque un point, mais ce n'est pas pour autant que j'apprécie. Même les voleurs sont capables de se faire confiance entre eux, il y a une certaine solidarité entre truands, naïvement on aurait pu penser que cela s'étendait à ces pirates puants et crasseux. Mais non, c'était un peu décevant.
C'est surement la raison qui me pousse à lui faire remarquer que venir parler à une de ses anciennes victimes n'était peut-être pas le choix le plus pertinent qui soit. On avait beau être à la taverne de la Rose, je n'en restais pas moins une Enfant des Miracles et dans son territoire. La donne était aujourd'hui tout autre et il pourrait s'en mordre les doigts.
Ce dont il n'est absolument pas conscient au vu du rire qui lui échappe et se déploie autour de nous, attirant le regard curieux de la serveuse qui passe dans le coin. Tiens? Aurait-elle un béguin pour ce type? Il fallait le reconnaitre il était charmant et savait y faire, mais désormais, je le trouvais hideux et repoussant, comme quoi, il ne suffisait pas de grand chose parfois.

Je ne comprenais vraiment ce qu'il me voulait et je sirotais ma bière de sorte à en profiter, mais sans m'éterniser. J’avais toujours aimé cet endroit, en partie car je savais y trouver des camarades de jeu…désormais… hé bien, désormais c’était différent.
Je tique néanmoins.

-Qui te dit que je suis de la Cour des Miracles?

Bon, vu tout le chambardement qui avait suivi, c'était plutôt logique, mais je n'aimais pas à ce qu'un inconnu en sache autant. Ce qui me sidérait plus, c'était avec quelle légèreté il prenait la chose, comme si nous n'étions rien, pas une menace, un simple moustique dérangeant sur leur chemin. Je n'étais pas sûre d'apprécier, d'autant dans ma ville, dans la notre. Mes lèvres se pincent légèrement de réprobation et je suis presque tenté de lui balancer mon verre à la figure.
Par simple vengeance mesquine. Problème, j'avais envie de le finir moi mon verre. C'était donc un dilemme tout à fait cornélien, alors que Chopine, -ma bière- me regardait avec des yeux de merlan frit en me suppliant de la boire plutôt que de la gâcher sur le visage de ce rustre stupide.
Stupide, car il pensait vraiment que j'allais le lui dire? De ce que j'en pensais de leur méthode, ce n'était pas parce qu'il se penchait vers moi d'un air de conspirateur que j'allais d'un coup tout oublier.

-Tu ne viens pas dire qu’on ne peut pas s'attendre à confiance à un pirate à l'instant et tu me demandes ça, alors que ça m'a valu d'être enfermée dans votre cale et enchainée? Sérieusement?


Je le regarde en faisant les gros yeux, lui faisant comprendre que je n'étais pas si bête.

-Mais un petit conseil, à votre prochaine tentative, au lieu de tuer tout le monde, de un les diversions c'est quand même assez pratique et de deux ne pas déclencher l'alarme c'est quand même la base.


Je sais pas moi, ils auraient pu lâcher un troupeau de poneys en furie en plein milieu de la foule, lancer une bataille de peinture de sorte à aveugler les gardes ou que sais-je. Il y avait tellement de possibilité qui pouvait en plus concilier travail et amusement, c'était pathétique de voir leur manque d'imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyVen 1 Sep - 10:03

La brune est rapidement sur la défensive, monte aux barricades dans le temps de le dire, dès qu’il suppute de sa profession : « Qui te dit que je suis de la Cour des Miracles ? Les honnêtes gens ne prennent habituellement pas le temps d’nous dire que nos techniques de vol n’sont pas au point », souligne le Louis avec un sourire entendu. Elle peut tout à fait ne pas être de la Cour : c’est un parti pris qu’il a toutefois décidé, et à moins de le détromper crédiblement, il se tiendra à cette position. Puis, vu comme elle réagit quand il parle de la Cour des Miracles… à moins d’y avoir des amis très proches, ou de la famille, et donc d’être très attachée aux enfants des Ombres, il ne voit que cela. « Mais j’peux m’tromper. J’suis pas parfait. »
« Tu ne viens pas dire qu’on ne peut pas s'attendre à confiance à un pirate à l'instant et tu me demandes ça, alors que ça m'a valu d'être enfermée dans votre cale et enchaînée ? Sérieusement ? Sourire faussement innocent, de toutes ses dents. Au moins, il aura essayé. Mais un petit conseil, à votre prochaine tentative, au lieu de tuer tout le monde, de un les diversions c'est quand même assez pratique et de deux ne pas déclencher l'alarme c'est quand même la base. »

Cette fois, c’est à lui de réagir avec véhémence. Quand même, ils ne sont pas à ce point des amateurs ! « Hé ! On avait engagé un mage, tout de même ! Lui, j’peux te dire qu’il a visité le fond d’la mer pour vrai. Il claque de la langue, désapprobateur, et prend une longue gorgée de sa bière, comme pour doublement ponctuer son affirmation. Ils ont été cléments, envers la brune, à la hauteur du fait qu’elle les a aidé… avant de les insulter cavalièrement. Le cycle de la vie, à quelque part. Il se gratte la barbe, doucement, l’air quelque peu pensif. Après, j’me rappelle plus si c’était un Ansemarien… encore heureux qu’il nous ait pas trahi pour encore moins qu’une bouteille de rhum. J’en suis un, j’peux t’dire, c’est les pires. Son regard glisse quelques secondes sur la silhouette mince de Félicie, qui slalome entre les tables avec aisance. T’es d’Lorgol ? » Louis n’a pas perdu espoir de sonder la Voleuse plus ou moins discrètement, afin de savoir si elle est la Mélodie de son père, mais plus ils discutent, plus il se dit qu’elle va lui réserver le même traitement pour chaque question : une douche froide de sarcasme et d’ironie, insultante au mieux. Des mensonges, au pire.
On ne peut pas non plus entièrement se fier à un enfant des Miracles. Eux aussi ont leurs propres raisons d’agir.


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyMer 13 Sep - 15:13

Il n’a pas tort, il n’y avait qu’un voleur pour critiquer la maladresse d’un autre voleur. Un point pour lui, mais mon orgueil n’en est pas vraiment heureux et me le fait savoir en enflammant mes joues. Avoir raison était toujours un délice, le contraire par contre, une douche froide. En même temps, leur amateurisme avait engendré une telle catastrophe, même un non initié aurait pu tenir mes propos, mais certainement pas avec autant de passion. Voler était un art délicat, et je pesais mes mots en parlant d’art. Un savoir-faire, un travail rendu invisible par encore plus de travail, ils n’avaient été que des chapardeurs. Tuer pour obtenir ce que l’ont souhaitait ne tenait pas du voleur mais du truand, que l’on souille ainsi le nom des voleurs était un blasphème que j’avais du mal à tolérer.
Des amateurs, c’était tout ce qu’ils avaient été, peu importe leurs excuses.

Un frisson remonte avec langueur ma colonne tandis que le pirate s’insurge concernant l’alarme. C’était donc ce qui c’était passé, un instant j’eus une pensée pour ce pauvre homme, en même temps frayer avec des pirates, il fallait être stupide ou suicidaire, du moins si l’on pensait à les trahir, ce genre d’acte n’était jamais impuni. Jamais.
Second frisson, souvenirs d’horreur, repoussé à grande peine, noyé par une gorgée d’alcool.

-En même temps, si vous ne savez pas choisir vos alliés… C’est encore pire que ce que je croyais

De mauvaise foi ? Oui, tout à fait. Cette intervention en Ansemer a été une véritable catastrophe, la relique avait été récupérée, sans doute par l’Ordre qui avait dû s’en servir pour faire marcher le Sablier. Une sombre réaction en chaine qui avait commencé en Sombreciel lors de la découverte de l’artefact maudite et depuis plus rien ne semblait pouvoir arrêter l’avalanche qui en découlait. Un petit caillou entrainant ses pairs pour finir par faire tomber une montagne. Je ne pouvais qu’être là à faire le dos rond et critiquer un pirate qui m’avait enfermé et me payait actuellement à boire.

Je ne peux donc qu’acquiescer quand il dit que les Ansemariens n’étaient pas dignes de confiance, ça oui. La preuve de mon enfermement. A vrai dire, Ansemer ou non, cela n’avait aucun rapport, mais je n’étais pas encline à faire une rétrospection et admettre quoi que ce fût.

-Ba oui, tu veux que je sois d’où d’autre ? d’Ansemer ?

La question me paraissait tellement stupide, qu’un petit rire m’échappe. Moi qui avais toujours pensé que mon appartenance à la Ville Basse était marquée sur mon visage, il semblait que non. Certes, cette ville regorgeait de personnes de tous les horizons, les accents et les vêtements étaient cependant un bon indicateur de leur origine.

-Au moins ici, dans la Ville Basse on a un certain honneur, et on sait se débrouiller.

Pas comme ces abrutis de pirates manchots et maladroits.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptySam 23 Sep - 18:07

Son petit rire est surpris, peut-être un peu méprisant, alors qu’elle lui confirme ce qui semble pour elle évident - et pour lui, pas tant que ça (des brunes, des brunes, y’en a plein le continent et jusqu’à l’Archipel, quand même) : « Bah oui, tu veux que je sois d’où d’autre ? d’Ansemer ? » Bon, déjà, elle est Lorgoise. Un point en commun avec sa demi-soeur, ce qui monte le compte à… deux. Il n’ira pas bien loin, avec ça ; il ferait définitivement un bien piètre espion. Sa collecte d’informations avance à pas de tortue et il craint qu’elle ait terminé de boire sa bière avant que lui ait amassé un nombre conséquent de réponses à ses questions. Et qu’il termine cet entretien avec encore plus de questions. Si ça continue, il va devoir laisser tomber sa subtilité légendaire (hrm) et y aller avec quelque chose de définitivement plus… direct. « Au moins ici, dans la Ville Basse on a un certain honneur, et on sait se débrouiller. Y’a pas toujours l’choix, non ?, oppose Louis, avec une lueur de lucidité qui n’est pas étrangère à son éducation de marquis, de maître d’un domaine. J’ai choisi de v’nir ici et d’me faire pirate, mais y’en a plusieurs qui n’ont pas ce choix. Alors savoir se débrouiller et faire ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont, c’est leur seule façon de survivre. On peut pas leur en vouloir pour ça. »

Il se retient d’ajouter que l’honneur, ça ne mange pas de pain, mais ça n’en rapporte pas nécessairement non plus - déjà, parce qu’il entend sa mère hurler dans sa tête, et ensuite, parce que si elle fait bien partie de la Cour des Miracles, il faudrait qu’il évite de l’insulter un peu plus. Tirer un boulet dans sa propre coque n’est que moyennement utile. Il espère seulement que ses mots résonnent, chez la demoiselle, et qu’elle s’ouvre un peu sur ses origines.

« Et p’t’être que… Petit haussement d’épaules, une gorgée de bière pour hydrater sa gorge. C’est elle qui a poursuivi sur Ansemer, alors autant faire du pouce sur cette idée. Ton père aurait pu venir d’Ansemer, justement, ou tu aurais pu décider de venir à Lorgol de ton propre gré. La Ville aux Mille Tours ! Aux mille possibilités ! Ça a de quoi faire rêver, et le rêve, c’est comme l’honneur : ça mange pas d’pain, tout le monde peut en avoir. » Il écarte les bras en grand, avec un sourire ravi, comme pour englober la taverne et tout ce qu’il y a à l’extérieur de ses murs - le port pirate, celui commercial, les tours riches et celles pauvres, la Cour des Miracles, la Confrérie Noire, et plus loin encore, l’Académie, Val-Dragon et Val-Griffon. Un monde de possibilités sur les terres du Nord.


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyLun 25 Sep - 16:43


Je le regarde un instant d’en dessous. J’étais presque étonnée d’être d’accord avec lui, oui des fois le choix ne nous appartenait plus vraiment et seuls le Destin ou Omen pouvaient intervenir pour tenter d’adoucir une fin funeste. Mais le sujet aurait été bien trop sérieux à aborder et déjà une énergie nouvelle d’une chaleur exquise se diffuse dans mes veines. Non, il n’était pas l’heure pour ce genre de sombre discussion. Cela finirait forcément par faire remonter les souvenirs à la surface, je voulais absolument l’éviter.
Je me contente donc seulement de hausser les épaules, amenant la bière à mes lèvres pour ne rien avaler.
Je l’aurais gâché alors qu’un sourire carnassier étire mes lèvres. Mon père ? Il voulait se taper toute la généalogie ou quoi ?
Qu’il se rassure il n’y aurait personne pour venir taper à la porte de sa chambre et venir lui remonter les bretelles pour avoir enfermé sa fille chérie dans une putain de cale crasseuse et humide et puante et… bref.

-Ba écoute, mon rêve c’est que le dit paternel mange les pissenlits par la racine. Comme quoi, chacun a des aspirations différentes.

Mais pourquoi j’avais cette discussion et surtout, pourquoi avec lui ? Encore, il s’agirait de Red, j’aurais pu faire un effort bien qu’il serait déjà surement rouge de colère en train de me hurler dessus et de se prendre des tables car essayant de m’en coller une. Lui, je ne le trouvais pas drôle. Ho il l’avait été, bien trop même, en Ansemer justement, mais de l’eau avait coulé sous les ponts depuis. Un peu trop d’ailleurs si on comptait un petit voyage temporel.

-Arrête ton char, tu devrais suffisamment connaitre la ville pour savoir que c’est plus un casse gueule qu’autre chose. Surtout quand on n’est pas du coin.

Je m’abstiendrai de lui faire remarquer que l’honneur, ça servait pour peu qu’il puisse y avoir des gens pour compter dessus. Du moins, le minimum requis. On pouvait aire confiance aux enfants des Miracles quand vous faisiez partie de la famille, c’était tout ce que je demanderais jamais.

-Et toi alors, papa t’a jeté du haut de son mat parce que trop turbulent et t’as envoyé chez les pirates pour avoir la paix en espérant ne jamais te revoir ?

Oui c’était mesquin, sans doute faux, peut-être n’avait-il pas de famille aussi. Mais c’était lui qui avait abordé le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyJeu 5 Oct - 23:49

Le sourire de Mélodie a quelque chose de chasseur, même, de prédateur, alors qu’elle l’écoute parler. Il se demande bien à quoi elle pense - mais Louis se corrige en se disant que finalement, il n’a peut-être pas envie de vraiment savoir ce qui occupe ses pensées. À tous les coups, ce ne sera pas très flatteur pour lui. « Bah écoute, mon rêve c’est que le dit paternel mange les pissenlits par la racine. Comme quoi, chacun a des aspirations différentes. » Bien. Très bien. Ça n’est pas très différent de ses propres désirs par rapport à son père, et il se dit que ça pourrait bien correspondre à l’état d’esprit d’une femme élevée par une Compagne abandonnée enceinte par un crétin de capitaine.
Un point de plus pour Mélodie, dans sa chasse secrète à la demi-soeur.
(il n’empêche qu’il l’imaginait rousse)
(mais définitivement, il y a quelque chose, dans ses pommettes, qui ressemble à Freyja)

Un soupçon mesquine, mais surtout encore et toujours taquine et moqueuse, elle poursuit : « Et toi alors, papa t’a jeté du haut de son mât parce que trop turbulent et t’as envoyé chez les pirates pour avoir la paix en espérant ne jamais te revoir ? » Louis s’en frotterait les mains de satisfaction, tant il est satisfait (justement) que Mélodie ait mordu à l’hameçon. Ha ! Tous ses ancêtres pêcheurs seraient fiers de lui. Il a ferré son poisson, il suffit maintenant de le ramener tout doucement jusqu’à lui pour le pêcher. Et éventuellement le rejeter à l’eau. « Nan. Me suis tiré. » Gorgée de bière, un peu pensive. Il ne peut pas lui parler de sa noblesse, meilleure façon de faire fuir une Bassoise un peu farouche, mais le reste… il y a moyen de ne pas trop romancer. « C’était un capitaine, et un bon !, mais il est rendu vieux, et malade, et aveugle. J’suis allé le voir, il y a quelques mois. Il a trouvé que c’était l’bon moment pour nous dire, à mon p’tit frère et moi, qu’il avait une bâtarde. Il se rembrunit un peu. Pas à l’idée d’avoir une petite demi-soeur, non. Seulement au souvenir de son outrage, lorsque son hypocrite de paternel avait craché le morceau, après tant d’années. Et ce n’est certainement pas son frère qui allait lui en parler non plus ! Ça, il ne l’a pas encore tout à fait pardonné, à Laurent. Il a eu une aventure avec une Compagne lorgoise. Il avait promis d’la marier, pis finalement… il l’a abandonné. Comme un lâche. »
Vous voulez une histoire d’un homme sans honneur et qui, bien ironiquement, a marié une fille de l’Honneur ?
Celle de Léopold de Brunante est toute indiquée.


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyDim 8 Oct - 19:05

Mes yeux s’étrécissent et je sens l’adrénaline qui se diffuse dans mes veines en brulant mon sang. Mon cœur tambourine d’un coup, tellement fort que je suis presque étonnée que personne d’autre que moi ne puisse l’entendre. Mes sourcils se froncent en une mine clairement hostile. A quoi jouait-il ? Savait-il ? Mon histoire n’était pas tant un secret, mais de là à s’amuser à jouer sur la corde sensible. Une coïncidence me souffle une voix derrière les brumes d’une colère naissance. Mais j’en doutais fortement. Trainer avec un pirate de ce même équipage qui m’avait emprisonné comme un chien dans ses cales n’était pas une bonne idée et il s’en faut de peu pour que je n’aie pas un geste malheureux.
L’instinct prend le dessus, si je le pouvais je lui montrerais les dents comme les chats pour intimider leur confrère trop envahissant, si j’avais été dehors sans doute lui aurais-je mis un couteau sous la gorge pour le confronter directement et savoir ce qu’il voulait réellement.

J’y avais presque cru à son histoire de fils de marin, qu’il s’en serve pour se moquer, ha ça par contre ce n’était pas acceptable. Mais voilà, que faire ? Hurler, l’insulter, partir ? Une bonne gifle était tellement tentante, mais en territoire ennemie, il n’aurait pas fallu réveiller le fauve dormant en la masse qu’était les soiffards de l’endroit et d’une solidarité certainement redoutable concernant leurs pairs pirates.

-Bon, maintenant, dis-moi ce que tu veux, vraiment. On arrête de jouer.

Ma voix se durcit, la tête me tourne, mais sans doute est-ce l’alcool qui fait son bonhomme de chemin.

-Pourquoi t’es venu m’accoster pour me raconter ça ?

Je suis rarement sérieuse, plus souvent en colère, mais je ne peux me permettre de laisser exploser les flammes qui lèchent mon ventre avec avidité. Alors, il faut être raisonnable, car s’enfuir ne me semblait pas être la chose à faire. Trop d’inconnu, trop de possibilité que cela ne me retombe dessus. Et derrière moi, ça chahute et ça rigole, une chanson paillarde est lancée, reprise et les voix se mêlent dans un chant maladroit. Quelle ironie, quand le sujet qui nous occupait était précisément celui de d’une compagne s’étant faite conquises, en tout point et sous toute les plans.
D’une traite et pour le forcer à cracher le morceau, j’en viens à avaler le reste de mon verre d’une traite. Je balance la chope entre mes doigts en rythme de droite à l’autre, murmurant un « tic tac » pour qu’il comprenne que le temps, il n’en avait guère plus et qu’il n’avait pas intérêt à tourner autour du pot en me prenant pour une bourrique. Je n’étais pas disposée à ce genre de jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyMer 18 Oct - 20:27

Chaque seconde qui passe, chaque mot prononcé, raidit Mélodie – comme un animal prêt à bondir, à sortir crocs et griffes afin de le déchirer en morceau. Il a ferré le poisson, mais celui-ci se débat bien trop, déjà, et Louis pressent qu’il va perdre sa prise. Avant même d’avoir pu tout à fait la ramener à sa barque. Pourtant, il n’arrête pas, jusqu’au point final. Que pour le plaisir d’entendre cette voix dure, de voir ces yeux rageurs, qui avouent toutes les vérités qu’il désire entendre : « Bon, maintenant, dis-moi ce que tu veux, vraiment. On arrête de jouer. Pourquoi t’es venu m’accoster pour me raconter ça ? » Ni l’un, ni l’autre, ne prête véritablement oreille aux chants paillards qui se font entendre dans la taverne. Leurs mines, soudainement sombres, soudainement dures, détonnent même franchement avec l’ambiance des lieux, et il voit derrière la brune quelques regards interrogateurs. Prêts à intervenir, si quelque chose dégénère.

Un lézard grimpe sur les doigts du pirate et tire de la langue à la Voleuse, puis un autre le rejoint, les deux animaux empilés l’un sur l’autre. La chope de Mélodie se balance, au bout de ses doigts, pendule qui égrène chaque fatale seconde avant qu’elle lui glisse entre les doigts. La Cour des Miracles est maîtresse de la Ville Basse et même au cœur d’une taverne pirate, il n’ira pas, pas lui, provoquer l’ire des seigneurs des canaux et des ruelles où l’équipage de l’Audacia tient ses quartiers. C’est peut-être sa seule chance, de tout lui dire.
Pour autant, Louis ne se presse pas. Sa voix est grave, ferme, lorsqu’il reprend la parole, les yeux vissés dans ceux de la brune : « Parce que c’est vrai. La Compagne lui avait envoyé une lettre, lui disant qu’il avait une fille. Une p’tite Mélodie. Et d’autres détails qu’il garde pour lui, partagés par son frère et son père, au cœur d’une nuit de février. Il était pratiquement aphone, par chance : il n’a pas pu hurler tout ce qu’il avait envie d’hurler. J’ai décidé d’être moins lâche que lui et d’la chercher, cette Mélodie, en espérant qu’elle soit encore en vie, et en commençant par la seule que j’connais. Pour qu’elle sache que si elle veut… y’a du monde qui veut bien d’elle. » Laurent et lui, pour commencer. Aymeric, qui aura mille questions à lui poser et voudra partir dans le même nombre d’aventures avec elle. Et même Freyja qui, une fois passée par-dessus les insultes faites à son équipage, saura bien accueillir dans son giron sa nièce bâtarde, il en est persuadé (et a peut-être encore un peu de naïveté dans le cœur).
Pas au point d’imaginer qu’Ilse apprécie d’avoir cette Mélodie comme belle-sœur, mais quand même un peu.
Il est prêt à accueillir la tempête. Qu’importe ce qu’elle sera.
Car franchement, il ne doute pas qu’elle viendra.


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyJeu 26 Oct - 18:14


Je le regarde dubitative, déballer son histoire, qui devient de plus en plus irréaliste. J’hésite entre lui trancher la langue pour lui donner la leçon d’avoir osé se moquer de moi ou rire tout simplement. C’était tellement absurde. Il devait avoir pris un sacré coup sur la tête pour venir me sortir de telles inepties. Finalement, Ansemer et les manœuvres de l’Ordre ne les avaient peut-être pas laissés si sain d’esprit que cela.
La deuxième option l’emporte et je finis par le lâcher des yeux et oublier mes envies de meurtre.

-Hé bien, certain m’avait dit que les pirates savaient boire, je pense que votre réputation est très surfaite.

Sans doute que la boisson n’était pas la seule coupable dans l’affaire, quelques substances cielsombroises devaient certainement ne pas être étrangère à l’affaire.
Je ne comprenais même pas comment il avait pu chercher une histoire aussi stupide, parce que ça ne pouvait être que ça. Une invention d’un esprit intoxiqué. Je repose la chope sur le comptoir, et descend d’un saut de la chaise qui m’avait porté. Elle avait dangereusement tangué quand la colère m’avait prise dans ses bras brulants, mais n’avait jamais dérapé.

-Désolée mon grand, mais là, c’est trop pour moi, je préfère m’en aller avant de m’énerver de nouveau. J’aimerais éviter de frapper quelqu’un qui ne se rend pas compte de ce qu’il dit.


De toute manière, je risquais surtout de me prendre une horde de pirate sur la gueule à tenter de lui en mettre une. Ou pas, ,. mais je ne préférais pas tenter le diable, surtout après ce qui s’était passé.

Ma famille était morte dans le sang et la maladie. Il n’y avait rien d’autre à ajouter, personne pour venir me sortir de là, pour me cajoler dans ses bras si ce n’était l’ami de ma mère qui m’avait prise en charge. Il n’y avait jamais eu personne, je m’étais construite, imparfaitement, bancal, mais sans jamais m’effondrer ou presque.
Il n’y avait personne pour moi, c’était bien pour cela que j’avais trouvé une famille en la Cour des Miracles. Je n’appréciais guère qu’il s’amuse ainsi à mes dépends, qu’il rêve de je ne savais trop quelle fable sans intérêt. Peut-être cherchait-il effectivement une sœur perdue, mais superposer mon histoire à la sienne était ridicule au-delà des mots et insultant par-dessus le marché.

Je n’aurais jamais dû accepter de boire un verre avec lui, je savais que c’était une mauvaise idée. Et Red qui était toujours introuvable, pourquoi il ne pouvait jamais être là quand on avait besoin de lui. Stupide pirates, stupide, stupide, stupide.

-A jamais.

Je me détourne de lui, ayant bien l’intention d’oublier tout de cet échange pour le moins cauchemardesque.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyLun 13 Nov - 6:04

Louis y croit. Il y croit même fermement, à tout cela. Que Mélodie lui sautera au cou en lui disant qu’en effet, elle est bien la demi-soeur qu’il recherche. Ou sinon, qu’elle s’excusera poliment et lui souhaitera bonne chance dans sa noble quête. On le dira sans doute un peu illusionné, mais il s’en fout : il veut y croire, et c’est avec cette confiance qu’il débite son histoire à la Voleuse. Avec l’idée, forte et folle, qu’elle le croira bel et bien et que peu importe l’issue de cette conversation, ce ne soit pas entièrement négatif. Pourtant, à voir son regard orageux… ce n’est pas spécialement l’envie de retrouvailles émouvantes, qu’il y lit. Plutôt celle de meurtre sur sa personne.

La brune détourne les yeux, enfin. « Hé bien, certain m’avait dit que les pirates savaient boire, je pense que votre réputation est très surfaite. Hein ? Ç’a rien à voir », répond Louis, un peu éberlué de sa conclusion - et peut-être un peu piqué, aussi, qu’elle l’accuse de raconter des fariboles, même sous le coup de l’alcool. Qu’Erelf en soit témoin, il est loin d’être bourré ! Et il n’irait quand même pas raconter de tels bobards au petit bonheur la chance ! Il a plus d’honneur que ça. « Désolée mon grand, mais là, c’est trop pour moi, je préfère m’en aller avant de m’énerver de nouveau. J’aimerais éviter de frapper quelqu’un qui ne se rend pas compte de ce qu’il dit. »
Le pirate la suit, descend de sa chaise avec une vigueur telle qu’elle en tombe au sol, dans un fracas qui fait s’éloigner tous les lézards qui ont décidé de partir à l’ascension des pattes et des barreaux de celle-ci, ainsi que de son pantalon. Saleté de trucs ! « À jamais », lui dit la Voleuse - et Louis refuse que ça se termine ainsi, alors il se plante devant elle. Lui bouche le chemin vers la sortie, juste le temps d’une dernière question inquisitrice. Se retient de l’attraper par le bras, par les épaules, afin de la secouer pour avoir les réponses qu’il désire. Ne pas créer de rixe. Ne pas créer de conflit ouvert. On les surveille déjà trop. « Tu m’feras pas croire que c’que j’ai dit, c’était faux, et que tu t’es fâchée pour rien, juste parce que t’en as marre. Si c’est pas toi, c’est que tu la connais, c’est ça ? La fille d’Anabelle ? » Mélodie n’est pas un prénom rare. C’est peut-être ça. Elle connaît sa demi-soeur et sait à quel point sa mère a été blessée par cette histoire, et la défend de par ce silence. Une option comme une autre à laquelle l’homme se raccroche obstinément.


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptyMer 22 Nov - 13:16

Partir est sans doute la meilleure décision que j’ai prise de la soirée. Je me dirige vers la sortie, celle qui s’ouvrira sur l’air salé brassé par le vent, qui me laissera me faire engloutir par l’obscurité des rues et les rires des inconnus. M’enfuir avant que la peine ne me rattrape, voilà l’obsession qui me rendait presque fébrile à en devenir maladroite. Je m’obligeais à ne pas courir pour ne pas laisser la colère embrasser et s’abattre sur ce stupide ivrogne.
 Forcément, ce n’est jamais aussi simple.
La route est coupée, il fait rempart de son corps et se fait pressant.
 
Il veut savoir, il veut des réponses, lesquelles, je n’en ai pas la moindre idée. Il est perdu dans des délires dont je ne veux pas prendre part, mais il ne me laissera pas partir. Le pirate veut m’engloutir dans les brumes stupides de croyances illusoires. Je n’aime pas ce qu’il raconte, je ne veux plus entendre ses mots, sa détresse, sa pseudo vérité clairvoyante. Mensonge, délire, voilà ce que j’entendis dès qu’il ouvrait la bouche.
 
Chaque fois qu’il assène son nom, c’est un couteau qui se fiche dans mon cœur et me somme de lui en mettre une pour lui apprendre à le prononcer avec autant de désinvolture. Je le toise, méchante, mais pour une fois le brasier de la colère refroidit plus qu’il ne m’échauffe. J’arrive à garder mon calme, Iseult guette pour ne pas que j’explose, m’apprend à canaliser, à être digne face à ces sentiments destructeurs, à me jouer d’eux comme un Fou le ferai.
Car c’était bien là mon rôle.
Un sourire mesquin étire mes lèvres.
 
-Ce que tu as dit n’est pas faux, mais voilà pourquoi je me fâche comme tu dis. Anabelle est morte, parce qu’elle a volé un morceau de pain, la faim au ventre, pour se nourrir, pour nourrir sa fille. Anabelle n’était pas douée pour le vol, alors elle s’est faite prendre et on lui a coupé la main.

Pourquoi diable rait-on la rechercher elle et sa fille des années et des années après quand son histoire même a été oublié ? Et tu sais quoi, ce n’est même pas fini. La plaie a été mal recousue, elle s’est vidée de son sang, puis l’infection a pourri sa chair. Elle est morte. Alors, maintenant dis moi, toi qui cherche des années trop tard. Comment un enfant, sans aucune ressource, sans parent pour veiller, sans nourriture pour grandir peut espérer s’en sortir dans ces rues ? Il est trop tard pour faire quoi que ce soit. La mort a tout pris.

 
Je n’ai même pas envie de savoir comment il sait son nom. Mais je m’accroche à la folie, aux images du ciel nocturne soufflé sur mon âme par les ailes de Sulfure. Par les dieux que j’ai envie de me souler la gueule aux sons des accordons maintenant, mais pas ici, l’endroit est bien trop mal famé.
 
-Satisfait ? Tu me laisse tranquille, maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit EmptySam 25 Nov - 1:17

Elle va lui en mettre une. Il est sûr et certain qu’elle va lui mettre si pas une gifle, carrément un coup de poing. À la gueule, dans le torse, n’importe où. Il peut fleurir la haine, la rage, émaner d’elle, et il est déjà prêt à devoir intercepter le coup. Ou à le prendre, au choix : il suppose qu’il le mérite tout de même un peu. Et qu’il n’a pas été suffisamment corrigé, dans sa vie, ce qui explique bien son sale caractère. Louis attend que Mélodie déverse son fiel et sa colère, mais au lieu de cela, elle garde plutôt le silence. Il jurerait presque la voir un peu se détendre, mais c’est probablement juste une impression.
Puis, elle sourit.

Louis reste parfaitement muet, alors que la Voleuse déverse son histoire. Une histoire à la fois horrible et si banale, si parfaitement banale, qu’il ne vient pas à l’idée du Brunante de la mettre en doute. Une histoire comme les autres, comme toutes celles qui peuplent la Ville Basse. C’est Anabelle, mais ça pourrait être n’importe qui. C’est Mélodie, mais ça pourrait être n’importe qui. Prénoms parfaitement interchangeables, dans ce triste récit. Son expression décidée se fait de plus en plus dépitée, alors que la brune raconte - un vol raté, une main coupée, un moignon infecté… Rien d’inhabituel, pour ceux qui n’ont pas eu la chance de naître dans une aussi haute famille que la sienne. Ah, oui, il beau renâcler contre sa noblesse, le Louis, il a eu beau se plaindre, il n’empêche qu’il a été privilégié ! Au contraire d’une Mélodie qui n’existe plus.
Elle le dit, cette deuxième Mélodie.
La mort a tout pris.
Le sourire de la brune est amer. Ses yeux verts couvent encore cette colère qui n’est pas disparue, simplement retenue. « Satisfait ? Tu me laisse tranquille, maintenant ? » Il suppose que oui, il est satisfait. Que pourrait-il dire d’autre ? Non ? Il n’a pas à remettre en doute cette histoire plus que plausible. Si elle ment, elle le fait avec une douloureuse conviction. « Ouais. Vas-y. » Il lui passe un instant l’idée de s’excuser, mais il n’a rien à s’excuser. C’était il y a longtemps, et la Voleuse se contrefout bien de ses excuses inutiles. Ça ne ramènera pas Anabelle, ça ne ramènera pas sa demi-soeur, et ça ne changera rien. Même la remercier semble indécent. Alors il s’écarte simplement de son chemin et la laisse passer.

Ça suffira.


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Tout se sait, mais rien ne se dit   Tout se sait, mais rien ne se dit Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout se sait, mais rien ne se dit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Hentaï
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: