AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-38%
Le deal à ne pas rater :
-38% sur la barre de son Yamaha YAS-108 (ODR 15€)
184.99 € 299.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Comme une épine dans le pied

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptySam 2 Sep - 13:03


Livre II, Chapitre 5 • La Mort dans les Veines
Gabrielle de la Volte &
Braham Coupe-fin

Comme une épine dans le pied

Besoin de discuter pour mieux l'enlever



• Date : 06 août 1002
• Météo (optionnel) : ensoleillé
• Statut du RP : privé
• Résumé : Braham a reçu son ordre de mission, situé alors à la Tour il y croise Gabrielle de la Volte avec qui il aura une petite discussion autour de sujets variés (mission, situation actuelle, épidémie, famille, mariage...)
• Recensement :
Code:
• [b]06 août 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2606-comme-une-epine-dans-le-pied#79110]Comme une épine dans le pied[/url] - [i]Gabrielle de la Volte & Braham Coupe-fin[/i]
Braham a reçu son ordre de mission, situé alors à la Tour il y croise Gabrielle de la Volte avec qui il aura une petite discussion autour de sujets variés (mission, situation actuelle, épidémie, famille, mariage...)



Dernière édition par Richard le Harnois le Sam 9 Sep - 19:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptySam 2 Sep - 13:13

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Braham se tenait adossé contre un mur, bras croisé, au premier étage de la Tour de la Rose où quelques jours plus tôt il avait reçu son ordre de mission ; celle d'escorter un convoi à destination de Roc-Épine. Ses pensées allaient bon train depuis. Il avait préparé ses propres affaires, avait fait passer le message, avait revu déjà trois fois les préparatifs ainsi que l'itinéraire qu'ils allaient prendre. Sans compter les craintes persistantes ; est-ce que l'abeille tiendrait bon par exemple, mais aussi les dangers qu'ils risquaient de croiser durant le trajet,  sans oublier sa femme parti récupérer sa sœur et son frère avant leur départ vers le convoi. Le tout à lui en donner des migraines  et des envies de pousser un bon juron donc. Et à sortir des yeux des pauvres épines qu'il dérangeait pour savoir si tout était 'OKÈ' pour le départ – Okè avait fini par répondre un homme de loin automatiquement dès qu'il apercevait le bougre massif se pointer.

Après un énième Okè rassurant bien que crié péniblement, il était descendu pour attendre au plus bas niveau. Attendre qui ? Il lui avait semblé avoir vu la jolie princesse ou avoir entendu sa voix, à moins que ce ne soit son odeur qui l'ai trahie. Aussi efficace qu'un limier pouvait l'être il était certain que Gabrielle de la Volte qu'il affectionnait de beaucoup ; autant qu'elle pouvait irriter son aimée à force d'entendre parler d'elle et de sa 'majestueuse beauté' ; était présente. Alysson n'avait pourtant rien à craindre, il lui était fidèle et il ne regardait pas Gabrielle de la même manière ; malheureux ou fou qu'il aurait été de s'amouracher d'une dame aussi noble avec autant de prétendants. Que de complication, très peu pour lui.

Il l’appréciait bien, la princesse, et si il avait pu l'offusquer par ses manières à leur rencontre et lors de son intégration comme épine, à présent persistait un bon sentiment de ceux qui savent qu'ils peuvent compter l'un sur l'autre. Il se redressa après avoir siffloté un moment, des bruits de pas en approche qu'il n'avait aucun mal à reconnaître.

« Princesse. » fit-il de manière abusée et d'une révérence tout simplement ridicule pour son corps alors qu'elle apparaissait soudain.


Dernière édition par Richard le Harnois le Dim 3 Sep - 21:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptySam 2 Sep - 15:00

Lorsqu’on l’avait invitée à se présenter sans délai à la tour de la Rose Écarlate, en plein coeur de la Ville Haute de Lorgol, Gabrielle n’avait pas hésité un instant. Ru-d’Argent se portait bien, ses quelques engagements avaient immédiatement été reportés à plus tard et c’est en toute confiance que la princesse déposa les rênes de sa baronnie, de son nid, entre les mains de sa fidèle intendante. La femme d’expérience et quelque peu rigide n’avait pas questionné la baronne, très certainement habituée à ses petites escapades aléatoires, au détour d’un portail. La tête libérée d’inquiétudes, l’Épine avait retrouvé sa Rose sans s’inquiéter pour ses oisillons.

C’est toutefois pour autre chose qu’elle s’inquiétait, à présent. On avait tôt fait de la mettre au vent, à l’instar des autres Épines présentes, de la situation qui touchait vraisemblablement les mages de Faërie. Qui la toucherait peut-être, tôt ou tard. La veille, on avait détaillé la maladie bien mystérieuse qui touchait Laureline. Elle appréhendait la suite, Gabrielle. Si sa loyauté envers la Rose était aveugle, l’évolution de la maladie ne lui promettait rien de bien réjouissant. Alors elle avait accepté de portailler dès l'après-midi, jusqu’à épuisement s’il le fallait, afin de rencontrer le plus de mages possible et les sommer de rejoindre Lorgol pour leur propre sécurité.

Gabrielle en était à élaborer sa route, réfléchissant aux endroits les plus stratégiques à rejoindre, lorsqu’elle entendit le sifflement caractéristique de Braham. Il n’y avait bien que lui pour imposer sa présence de la sorte, et la princesse se redressa de son confortable fauteuil pour s’orienter jusqu’à lui, suivant le sifflement jusqu’à un spécimen d’oiseau bien unique. Un vieux corbeau bien peu amène, aux premiers abords, mais d’une loyauté et d’une franchise qui l’avaient déjà conquise.

- La plus vénérable Épine de notre Rose… Saviez-vous que nos plus récents oisillons chantent que vous seriez le plus âgé de l’organisation, allant même jusqu’à avancer que vous étiez là, ici même, lorsque la tour fut créée?

Elle s’amusait, le regard brillant d’espièglerie, tout en glissant sa main sur le bras de Braham. Son Braham. Son vieil ami.


Dernière édition par Gabrielle de la Volte le Mer 13 Sep - 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyDim 3 Sep - 21:45

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



« Ha ! Que de flatteries et d'éloges font ces oisillons à mon égard, ma princesse. » gloussa t-il faussement et clairement, mauvais menteur le gueux, trop honnête le guerrier. Énième courbette avant de reprendre, avançant de quelques pas pour lui offrir son bras et poursuivre plus loin en sa compagnie. « Je n'ai jamais prêté la moindre attention aux gens qui me disaient de cesser de faire mon Obéron, Œillade vers elle, confidence de vieux bougre, il n'était pourtant pas outreventois Braham Coupe-fin ou bien les racines remontaient à trop loin pour que cela se sache et cela s'était perdu dans la cambrousse paysanne avec le temps. mais peut-être aurais-je dû finalement. » Il avait de quoi être flatté, il l'était à bien y réfléchir, mais faisait-il si vieux ? A bientôt cinquante ans il était vrai qu'il faisait vieux pépère si on le comparait à la délicatesse et à la fraîcheur des traits de la jeune femme à son bras. « Ils ont cependant oublié de préciser que j'étais également le plus vaillant, le plus fort et le plus beau de ma génération. Précisons le mot 'génération'. Il hocha la tête d'amusement, les lèvres pincés, puis rajouta. Et le plus modeste cela va sans dire naturellement. » Il était rare qu'il plaisante, on ne le disait pas coincé et trop stricte pour rien, mais en compagnie de Gabrielle c'était quelque peu différent. Un peu comme un membre de la famille qu'il aurait perdu de vue et qu'on prend plaisir à retrouver, et à bien y réfléchir il ne devait pas être loin de l'âge de son père. Sans doute.

Poursuivant leur petite balade, il continua léger tandis que l'ombre d'un dragon leur cachait un instant la lumière du soleil, guidé par l’espièglerie et la bonne humeur de sa voisine. « Et ces oisillons, que chuchotent-ils à votre sujet ma chère ? » Mieux valait cela que de parler directement du sujet épineux qui les avait mené tous les deux ici ; et ce malgré son inquiétude à savoir si elle ressentait déjà les effets de l'épidémie. Et l'envie déjà de placer le 'tu' avant le 'vous'. En outre, il était curieux d'avoir de ses nouvelles, il n'avait eu que très peu l'occasion de se tenir à jour et de faire le tri entre les ragots et les vérités que les petits gens disaient entre eux.


Dernière édition par Richard le Harnois le Lun 4 Sep - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyLun 4 Sep - 3:18

De toutes les pièces, de tous ces illustres personnages, il était vrai qu’Obéron était rarement le préféré. On lui préférait l'exubérance du Fou Noir, les élans chaotiques du Pion Noir ou encore la compassion de la Tour Blanche. Mais Obéron… Triste Roi Blanc. Pourtant, Gabrielle affectionnait ce personnage effacé et dominé par les autres pièces. Peut-être était-ce son habitude, depuis toute petite, à apprécier des créatures les plus faibles et les plus mal aimés, les oiseaux blessés? Lorsque Braham se compara au triste personnage, la Cibellane lui offrit un sourire compatissant, un sourire un peu triste, aussi. Il n’y avait rien de mal à désirer rester en retrait. Gabrielle était bien placée pour le savoir.

Lorsqu’il enchaîna sur sa montagne de qualités malencontreusement oubliées par les Épines les plus jeunes, la jeune femme gloussa en abaissant le visage. Son amusement devint un rire petit en clochette, fossette à la joue, lorsqu’il vanta également sa grande modestie. Là où sa soeur s’amusait vaguement et avec retenu, Gabrielle gloussait et laissait ses épaules sautillées. Il faisait bon d’être quelque chose d’autre qu’une princesse trop peu de quelque chose, ou beaucoup trop de ceci.

La conversation tomba rapidement sur elle, à son grand malheur, et si son amusement marquait toujours son minois affable, il fallait souligner la nuance de sérieux qui s’y faufila. Que chuchotait-on à son sujet? Tant de choses, il lui semblait.

- Il y a mon mariage, je crois, qui court sur les lèvres. Plusieurs prétendants se sont présentés, et je crois qu’on aime bien disserter sur celui sur lequel je porterai mon choix…

Comme il lui semblait surréaliste qu’on parle encore de ce sujet vieux de deux saisons, alors que l’état de Laureline était inquiétant. Peut-être était-ce tout le contraire…? Peut-être était-il rassurant de parler de réjouissance, alors qu’une ombre menaçait peu à peu les mages de Faërie? Dans tous les cas, parler de ce fameux mariage ne la réjouissait pas particulièrement, Gabrielle, et son joli sourire n’était déjà plus présent pour éclairer son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyLun 4 Sep - 21:35

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Cesse de faire ton Obéron. Combien de fois ne l'avait-il pas entendu. Pourtant il estimait hautement ce personnage illustre, il l'admirait même, voyant en ce dernier le pic de l'honneur. Et l'honneur était une qualité qu'il affectionnait par dessus tout, autant que la loyauté et le respect. Peu bavard, peu drôle, disait-on concernant le guerrier à juste raison, mais non sans exception. Et sa famille était une exception, tout comme les enfants ou même la princesse à ses côtés.

Les oisillons parlaient beaucoup et il s'en tirait à bon compte le gueux en se jetant des fleurs ; chose ô combien rare. Il afficha rapidement un sourire de satisfaction poli en entendant la douce à son bras en glousser. Plaisir pour les yeux autant que pour les oreilles. Pas d'humour, il en avait pourtant suffisamment que pour la faire rire et en apprécier le son. Bien heureux en lui jetant un regard, il releva le menton fièrement en la questionnant à son tour.

'Mariage'. « Oh. » fit-il en reposant ses mirettes sur elle. 'Prétendants' 'Plusieurs' Cela ne l'étonnait guère. Il était même persuadé que sans la beauté de ses traits, elle aurait eu autant d'homme à ses pieds de par les mots qui sortaient de sa bouche ; mais difficile de remplacer le visage de Gabrielle par les fesses d'une jument. « Alysson aime bien disserter sur les hommes. » Fit-il des plus sérieusement. « Je n'aime pas trop me concernant. Pas que pour les hommes j'entends. » Précisa-t-il toujours si sérieux. Il préférait disserter chevaux, boulot, moins nobliau, et il doutait que cet aveu surprenne Gabrielle. Et actuellement épidémie, mages et convois. Inutile de l'aiguiller sur ces sujets délicats aussi vite. Déjà pourtant, la gaieté de la dame s'en était allée sauter de la Tour.

Il tapota de sa main libre celle de Gabrielle posée sur son bras, voulant lui signifier qu'il comprenait parfaitement que cela ne devait pas être facile pour elle.

« N'y en a t-il aucun pour te ravir les yeux ne serait-ce qu'un petit peu ? Le Tu, voilà, le tutoiement était là, plus détaché. Autre que moi bien sûr, je me fais vieux d'après certains. » Tenta t-il l'humour pour la faire sourire et Oh qu'il était presque honteux d'avoir dit  ça.
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyMer 6 Sep - 0:33

Il était amusant, Braham, à affirmer ne pas être porté sur la dissertation analytique des liaisons et mariages de la noblesse de Faërie, et de pourtant la questionner sur le sujet. En toute discrétion. Très certainement pour Alysson. Elle lui accorda un sourire indulgent et amusé, tout de même, de sa pirouette toute masculine. Puis il la questionna sur son favori, autre que lui, l’homme sans titre, sans terre, lié à la femme de sa vie par le sang et le coeur. La princesse gloussa, autant charmée par le trait d’humour que par l’intérêt qu’il portait à ses petites histoires de mariage dans un pareil moment.

- Mes yeux sont ravis de bien des choses. Ils sont tous charmants, tous attentionnés… Jeunes ou expérimentés, porteur de titres remarquables et de qualités recherchées, remarqués par leur duc ou encore décorés d’honneur.

Peut-être Braham avait-il raison, dans son humour? Peut-être devrait-elle s’en remettre à un homme plus âgé, expérimenté et bien peu porté sur les liaisons et les petites intrigues? Si fragile, elle se voyait bien difficilement devoir supporter les écarts d’un époux volage. Comment réagirait-elle, au bras d’un homme tel le duc d’Ansemer? Il était charmant, il était séduisant, mais comment pouvait-on haïr son épouse au point de parader avec une autre? Quant au titre… Si Denys avait toute son affection, il fallait bien avouer qu’elle était soulagée, la jolie princesse, de ne pas endosser le rôle de duchesse de Lagrance. Marjolaine, sa douce Marjolaine, avait une force infinie devant ses responsabilités et Gabrielle l’enviait sur ce point.

- Alysson ne t’a pas parlé des subtilités du mariage cibellan, n’est-ce pas? Et moins encore de ceux de la noblesse.

Elle lui lança un regard, du bout des yeux, avant d’inspecter les environs  pour s’assurer de la quiétude de ce couloir délaissé. Les quartiers des Épines devaient être particulièrement occupés, à l’heure actuelle. Il serait bien peu délicat qu’on les surprenne à analyser les mariages cibellans alors que Laureline s'affaiblissait.

- Mon coeur, mes yeux, tous mes jolis sentiments doivent être oubliés, car il n’est ici question que de raison. Tu me connais, désormais, Braham. Il y a mon devoir pour Cibella qui demeure le plus important. ...Je ferai ce que je dois faire.

Il y avait dans sa voix quelques notes plus basses, moins résolues. Des notes qui chantaient autre chose, qui pouvaient laisser croire que le prix à payer, pour ce devoir de digne princesse réfléchie, la torturait bien cruellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyMer 6 Sep - 20:46

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Rho qu'il était gêné de son dernier trait d'humour ! Si gêné et pourtant encore une fois il s'en tirait récompensé par de jolis gloussements de sa part. Il avait posé une question qu'il espérait non déplacée, c'est qu'il espérait en son cœur qu'un homme de bien se trouverait digne d'elle. Une femme comme Gabrielle de la Volte méritait la crème de la crème après tout.

Le protocole de la noblesse avait tendance à lui échapper de beaucoup, aussi s'était-il focalisé sur le physique des prétendants plutôt que sur ce qu'ils avaient à offrir. Pourtant c'était bien cela qui ressortait en écoutant la douce à son bras. « L'attention à une dame et l’expérience, très important. » souligna t-il dans un murmure, dépassé par les titres. « L'honneur également. » Hocha t-il pour lui-même, se faisant déjà l'image parfaite du compagnon idéal. La perfection n'existe pourtant pas.

Il avoua son ignorance d'un sourire pincé et presque honteux. « En effet. N'est de subtilité chez moi que lorsque je parle chevaux, repas et travail. » Alysson acquiescerait surement ses propos. Et encore, c'était loin de voler dans la subtilité que de s'exclamer qu'un cheval était bien portant ou que de chicaner sur la cuisson d'une volaille.

Elle poursuivit après un regard alentour. Mal au cœur que d'entendre la suite, plus mal encore que d'approuver tout en sentant bien qu'elle en était tourmentée. Un sacrifice de soi pour le bien d'une majorité car Gabrielle n'était pas égoïste, c'était une personne attentionnée, délicate, juste et réfléchie. Il complimenta, sérieux.

« Et je ne peux que respecter cela, ma princesse. Il s'inclina quelque peu. Oh elle n'était pas 'sa princesse', il était lorgois, pas cibellan, mais elle était un exemple de vie et de compassion comme il s'en faisait l'idée d'une personne de son statut. Tout en espérant du fond du cœur que l'homme de ton choix sera à la hauteur de la bonté et du devoir que tu portes à ton duché. »

Doucement, au fur et à mesure de leurs pas, un banc se dégagea vers lequel il proposa à Gabrielle de s'y poser si elle le souhaitait. À moins qu'elle ne préférait prendre l'air. Devoir de princesse, devoir de guerrier, devoir d'épines. Missions.

« Missionnée ? » Demanda t-il simplement tout en prenant enfin le temps d'observer soucieusement la belle épine. Souffrait-elle déjà de l'épidémie ?
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyVen 8 Sep - 15:01

Elle aurait pu disserter longuement sur le mariage cibellan. Comme la majorité des enfants du duché de la magie, elle était convaincue que plusieurs coutumes et traditions de chez-elle étaient les meilleures, et de loin. Le mariage ne faisait pas exception. À l’image de certains oiseaux, il lui fallait construire son nid et choisir parmis les nombreux mâles intéressés celui qui détenait les meilleurs atouts. Une vivenef, par exemple. Un titre. La considération de son duc. Ainsi, ils allaient sceller leur destin pour le reste de leur vie. Il lui fallait assurer la suite de sa lignée, et il était bien probable qu’elle doive renoncer également à son rang d’héritière. C’était une décision importante et cruciale, une décision qui inquiétait profondément l’éternelle indécise qu’était la princesse de Cibella.

Attentionné. Expérimenté. Honorable. Elle acquiesça, bien sûr, étrangement sérieuse et à l’écoute des miettes de conseil que Braham lui fournissait. Un homme empreint de bonté, dévoué. Un être si parfait existait-il, seulement? Elle sentait une pointe de détresse lui serrer la poitrine, comme trop souvent, devant la décision qu’elle devait prendre de plus en plus prochainement. Comme s’il l’avait pressenti, Braham lui proposa de prendre place sur le long banc rembourré et dévia la conversation de sa trajectoire sur un sujet d’importance.

- Missionnée, en effet, depuis la veille, déjà. J’en étais à la planification de mon itinéraire, lorsque j’ai entendu ton sifflement. Ils m’ont demandé parcourir Cibella afin de contacter le plus de mages possibles et leur demander de rejoindre Lorgol… Je compte ouvrir quelques portails pour faciliter le déplacement des plus jeunes, ou des malades, s’il y en a.

Un plan ambitieux, qu’elle détaillait là. Elle s’en doutait bien, Gabrielle, que la fatigue allait la gagner rapidement, à ce rythme, mais il lui semblait bien peu acceptable de ne pas faire tout ce qui était en son pouvoir pour les aider. Les antennes de la guilde des mages étaient dispersées dans tout Faërie, il était vrai, mais la cibellane craignait que les portailleurs soient en nombre insuffisant pour la forte demande qui risquait d’arriver.

- T’a-t-on expliqué ce qu’on attendait de toi, dans cette affaire? Et… Surtout... Alysson, se porte-t-elle bien?

Elle se doutait que la réponse aux deux questions soient positives. La présence de Braham à la tour de la Rose n’était pas hasardeuse, alors que la menace d’une maladie pesait sur les mages. Le voir plutôt léger à disserter mariage et à citer son épouse en exemple laissait croire qu’elle se portait bien, pour le moment.


Dernière édition par Gabrielle de la Volte le Mer 13 Sep - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptySam 9 Sep - 18:11

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



La belle s'installa sur le banc qu'avait proposé Braham à la suite des propos autour de son mariage et de ses nombreux prétendants. Le sujet avait tout l'air d'oppresser Gabrielle de la Volte dont le visage tendre semblait terrasser de seconde en seconde par des craintes ô combien inconnues pour le guerrier.

À peine son séant posé, qu'il aborda un sujet plus 'épineux' puisqu'il s'agissait de leur mission respective. Il avait au moins un bon vingt-quatre heures d'avance sur elle par rapport aux informations, se trouvant déjà sur les lieux et dont le métier permettait aisément de véhiculer. La tâche de Gabrielle n'était pas sans risques puisqu'elle était mage tout comme Laureline, aussi fronça t-il légèrement les sourcils devant ses explications, bien soucieux. « Qui ne prendrait pas au sérieux les paroles d'une princesse. » Opina-t-il du chef devant le choix de la Rose Écarlate. La mission était toute destinée pour être sienne. Autant que ne l'était celle de Braham. « Mes mots risquent d'être autant déplacés que futiles, pardonne moi, mais ne te surmènes pas Gabrielle, j'aurais plus que jamais besoin de ta présence. » Qu'il se montrait tant grossier qu’égoïste en son sein. Il le sentait, quelque part, qu'il n'arriverait pas à faire entendre raison à tous sans que l'intervention de la belle ne soit nécessaire. Il pouvait se montrer trop ferme voir violent envers les adultes aussi était-il certain que le soutient de Gabrielle serait une bénédiction pour le convoi à venir.

« Je ferais parti de l'escorte du convoi vers Roc-Épine en partance de Lorgol, le salut y serait et j'ai toute confiance que le remède attendra là notre arrivée. Je veille à ce que d'ici notre départ tout soit en ordre. Je crains qu'une ou deux épines me tiennent en horreur déjà devant mes insistances. » Il était sérieux, toute confiance portée avec obstination sur les commandes de la Rose. Et il pouvait se montrer bon harceleur pour être certain que le trajet se passe sans coquille. « Alysson nous accompagnera bien sûr. » expédia-t-il le sujet, ne voulant commencer à craindre parce qu’il savait qu'elle avait commencé à couver quelque chose, comme un début de grippe sauf que cela n'en était surement pas une. Et il doutait que 'cette' nausée soit l'annonce d'une bonne nouvelle. « Elle est parti chercher son frère et sa sœur.  De bons gamins. »
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyMer 13 Sep - 15:05

À l’entendre parler si gravement et le voir lui demander de se ménager pour le bien de cette mission, Gabrielle comprit plus que jamais l’importance et la sérieux de la situation. Elle comprenait bien que la menace d’une maladie planait sur les mages, elle savait aussi que la Rose désirait les rassurer et comptait sur les épines pour les rapatrier jusqu’à Lorgol. Ensuite, des convois s’organiseraient, et Gabrielle se doutait qu’elle serait du nombre, probablement dans les premières à partir. Mais Braham s’inquiétait. La situation était soudainement plus concrète et réelle. Plus dramatique aussi.

- Je ne suis pas… À l’aise pour les déclamations, lorsqu’on m’observe. Tu as cette manière de parler sans détour… Ils t’écouteront.

Je ne suis pas Gaëtane. Ni aussi posée, ni aussi éloquente, ni rien d’aussi glorieux que son ainée. Ça lui convenait, à Gabrielle, d’être en retrait, de ne pas prendre de place, de ne pas subir le regards des autres sur elle, sentant bien qu’on la comparait plus souvent qu’autrement à la duchesse de Cibella. Même lorsque son aînée n’était pas présente, il lui était difficile de faire taire des années et des années de timidité, même en endossant un rôle aussi important pour elle que l’était celui d’Épine.

- Elles doivent être nouvelles, pour ne pas connaître l’obstination légendaire de Braham Coupe-Fin…

Son sourire était fin et marquait bien sa volonté de détendre l’ambiance. Elle abandonna son confrère du regard pour inspecter leurs ombres découpées sur le mur d’en face. Voilà ce qu’ils étaient, après tout. Deux petites ombres d’une machination plus grandes. Deux spectres anonymes qui oeuvraient pour une cause bien plus grande qu’eux. Il était rassurant de se remettre à une organisation vieille de tant d’années, d’agir en toute discrétion pour une cause. Pour la cause.

- Lorsque tu parlais du remède… Sais-tu de quoi il retourne? Ils ne m’ont rien dit, à ce sujet, encore. Toutefois, il me semble logique qu’il se trouve à Roc-Épine; leur renommée est grande, dans le domaine de la distillation.

Mortessence. Était-ce ça, le remède, après tout? Peut-être était-ce le seul moyen d’aider cette pauvre Laureline, que de tuer la part de magie qui courrait dans ses veines? Elle espérait que non, Gabrielle, et elle avait bon espoir que la Rose ne les envoie pas vers cette finalité. D’autant plus que le philtre existait déjà et qu’il était sans doute plus simple de faire voyager un artisan en possédant que de faire voyager les mages par convoi.. Et des artisans, il y en avait. Elle le savait. Elle en avait approché un…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyVen 15 Sep - 14:53

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



« Ne vous dénigrez pas, vouvoya-t-il soudainement, comme si le 'tu' n'avais plus lieu d'être en cette phrase à cet instant, princesse, vous êtes parfaite pour bien des gens, y compris à mes yeux de lorgois, votre parole portera et sera nécessaire pour le convoi, croyez-moi. » Insistance, aveux et certitude, sérieux dans le regard qu'il lui porta, il en était convaincu. Qu'on la compare à son aînée ou non, Gabrielle avait bien des qualités insoupçonnées, comme celle de prendre le cœur des gens ; dont il avait été témoin et 'victime' en quelque sorte. Il était tout autant inquiet pour elle qu'intègre et obstiné pour la mission qu'elle devait effectuer pour le convoi.

Il pouffa léger quand elle annonça son obstination légendaire, lui montrant même d'un sourire quelques dents d'un blanc cassé. Elle le flattait si bien que tel un chat il aurait pu se mettre à ronronner à son contact. Il aurait juré qu'une des épines qu'il harcelait avait au moins une dizaine d'années de service vu ses liens et les bribes de souvenir qu'il en avait, comme il était certain que d'autres étaient récentes et donc subissaient une énorme pression de sa part.

Il expliqua sa propre mission puis l'écouta avec attention, réfléchissant ensuite, les sourcils se levant puis s'abaissant. « Hum. Il secoua doucement la tête de droite à gauche. Honnêtement je ne saurais dire, je suis certain qu'il n'est pas question de Mortessence. Pourquoi la Rose les enverrait là-bas sinon ? Pourquoi briserait-elle le lien d'un millier de mage de leur âme-sœur ? Mais il avait foi. Comme toi je suis persuadé que Roc-Épine détient la clé, outre cela j'ai foi que la Rose sait ce qu'elle fait. » À son tour il plongea son regard en face avant de chuchoter.

« T'as t-on parlé de l'Abeille ? » Il était curieux autant que reconnaissant qu'elle ne remette pas Alysson sur le tapis, sans quoi il se serait mit à bredouiller angoissé.
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyLun 18 Sep - 23:09

Il la rassurait de mots gentils en employant un vouvoiement qui lui rappelait trop bien ses titres et tout ce qu’elle pouvait représenter. Son manque d'assurance était un fait avéré, et voir un vieil ami s’efforcer de l’assurer du contraire avait quelque chose d'incroyablement loyal, mais également d’ironique qui ne manqua pas de charmer la princesse. Un sourire, voilà ce qu’elle lui offrit en échange. Elle n’insiste pas, bien au contraire. Peut-être rassurée, ou peut-être par manque d’assurance, justement.

- Je doute également qu’un philtre de Mortessence soit la solution. Ils ne prendraient pas le risque de nous faire voyager jusque là pour une cure déjà existante. ...Et déjà disponible.

À la mention de Braham sur sa foi envers la Rose, Gabrielle redressa l’échine. Elle aussi, elle y croyait, en la cause de cette organisation. En chacune des pièces vieilles de mille ans. En chacune des épines, jeunes ou vétérantes.

- L’abeille? Ils m’ont parlé d’un mécanisme nouveau permettant de moduler le temps à notre avantage. Je crois qu’il s’agit bien de cette abeille. Mais…

Elle hésitait. Comme toujours. La princesse se tourna légèrement vers Braham, laissant son regard se perdre vers le dehors. Ils étaient bien tout en haut, ici, et quelques silhouettes de dragons continuaient de jouer d’ombres sur leur visage. Si le monde était comme ils le connaissaient, et non pas comme cette vie cauchemardesque qu’ils avaient aperçus, c’était bien parce qu’ils n’avaient pas modulé le temps. Elle se rappelait trop bien de la tiédeur de sa couche, dans ce palais qui n’était pas le sien. De ces odeurs qui ne lui appartenaient pas. De ce mariage qu’elle ne désirait pas. Dernière acquisition du duc de Sombreciel. Si une toute petite part de ce savoir était utilisée, qui en connaissait réellement la portée? Mais l’Épine était loyale, en dépit de ses doutes, et la Rose avait toujours su quoi faire et comment le faire. Cela ne l’empêchait toutefois pas de se montrer franche envers son vieil ami.

- J’ai le souvenir d’une vie, d’une autre vie que la mienne. Une vie où le temps fut légèrement fractionné, brisé, afin de moduler le destin de chacun. Je… J’ai foi en la Rose. Mais je m’inquiète de ce mécanisme. S’il était dérobé, lors de notre voyage?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyMar 19 Sep - 13:21

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Il grimaça en coin très légèrement en l'entendant reprendre sur le philtre de Mortessence déjà disponible en ces lieux. Malheureusement. Le sujet était tabou selon Alysson, elle ne comprenait pas les gens qui en arrivaient à ce point ni même les parents qui en faisaient boire à leurs enfants, à croire qu'ils avaient honte de ce lien sacré et privilégié. Braham partageait naturellement cet avis et une part de lui s'était toujours demandé quel animal aurait été son âme sœur s'il avait été mage ; peut-être bien un chien fidèle ou une bête de somme.

Il hocha la tête à son explication, prêt à indiquer qui serait derrière la conception, dont Lancelot l'Adroit. Il avait été de temps à autre à sa boutique, mais n'avait osé s'y attarder de peur de casser quelque chose de trop coûteux pour lui. C'était suffisant de rêver à ce que jamais on ne posséderait.

« Mais ? » répéta-t-il, analysant les contours du profil qu'elle lui offrait en regardant au dehors. Elle semblait perdue dans des souvenirs que jamais il n'aurait pu atteindre ni imaginer.

Elle reprit et ses sourcils dansèrent au dessus de ses yeux. « Oh. » fit-il sans comprendre avant de prêter plus grande attention à ce qu'elle disait. Une autre vie, un autre temps, un autre destin dont elle ne semblait pas vouloir se rappeler, semblait fuir, désireuse d'oublier peut-être. Malpoli aurait été de lui en demander plus sur sa vie à elle, il se mordilla la lèvre d'en savoir davantage, ne voulant la mettre mal à l'aise. Tout était possible et envisageable, il n'avait aucun souvenir d'avoir vécu autre chose aussi s'imagina t-il divers scénarios de lui sans pouvoir admettre qu'un seul soit possible. Il suivi la trajectoire de ses yeux et regarda à son tour les dragons au loin.

« Si j'ai bonne mémoire, son mécanisme dépendra d'une clé. qu'il se procurerait plus tard. Nous nous confierons cette dernière d'épine en épine en toute discrétion. Ce sera une sécurité au cas où. » Il opina du chef sa propre idée que lui avait inspiré Gabrielle puis à demi rêveur ajouta. « Je me demande quel était mon métier dans cette autre vie et ce que faisait Alysson. » Il la croyait autant qu'il croyait dur comme fer qu'il aurait été uni à Alysson dans une autre vie.
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyMar 19 Sep - 23:07

À son air peu amène, quant au fameux philtre de Mortessence, Gabrielle n’insista plus. Sa fascination morbide pour cette alternative quant à sa magie qu’elle n’était plus certaine de réellement désirer allait transparaître, si elle s’entêtait, si elle insistait, et l’idée de déplaire à Braham ou de dévoiler son envie l’apeurait plus qu’autre chose. Alors elle laissa la conversation s’éloigner jusqu’à l’abeille et le long voyage qui les attendait. Les précisions que le Lorgois lui apporta la ravit et la rassura. Ainsi, le mécanisme ne s’activait que par la clé, et il était alors possible de fractionner cet outil afin que deux Épines soient nécessaires pour l’utiliser. La Rose avait trouvé une solution, comme toujours. Elle savait ce qu’elle faisait. Comme toujours.

-Je me demande quel était mon métier dans cette autre vie et ce que faisait Alysson.

Elle lui avait offert un petit air espiègle, plutôt amusée de voir l’intérêt de l’homme se porter sur une autre vie et de ses possibilités que sur le concret de leur mission à venir. Elle l’avait distrait, et elle s’en amusait au moins un peu. Durant quelques minutes, ils auraient la chance de ne pas songer aux obstacles qu’ils allaient devoir surmonter, lors de leur voyage.

- Peut-être étiez-vous amoureux, là-bas aussi, tout aussi heureux que vous l’êtes ici même. Je te le souhaite bien sincèrement, Braham. Jamais ton épouse ne t’a parlé de cette vie?

Alors elle avait dû oublier, comme tant d’autres. Il était difficile d’ignorer l’existence de cette vie, toutefois, tant les Épines en avaient parlé encore et encore, et en parlaient toujours, dans les couloirs de la tour de la Rose.

- J’étais mariée. Une heureuse nouvelle, n’est-ce pas? J’ignore si cette… Gabrielle, cette version de moi l’avait souhaité avec ardeur, mais je me rappelle entièrement de ma stupeur en me retrouvant projetée dans un univers inconnu. J’ai dû questionner avec insistance les domestiques, avant de le voir de mes propres yeux. J’étais mariée à Castiel de Sombreflamme. Il était…

C’était au tour de la jeune Cibellane de hausser les sourcils, alors que les mots lui manquaient, pour une rare fois. Comment décrire l’état déplorable du séduisant Cielsombrois? Elle avait cherché à lui faire retrouver raison à quelques reprises avant de se soustraire à ses assauts et son attention. Sa magie ne l’avait pas quitté, là-bas, et en quelques instants, elle avait su retrouver Lorgol, comme lui intimait son instinct.

- Il n’était pas lui-même.

Évasive, oui. Elle n’allait tout de même pas casser du sucre sur le dos d'un duc, même s'il s'agissait de celui de Sombreciel! Ça ne se faisait pas. Pas dans cette réalité, du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyMer 20 Sep - 14:12

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Il avait entendu parler de cette 'trame alternée' sans jamais y apporter un intérêt, certains ivrognes se disaient riches, puissants et mariés à plusieurs femmes, d'autres qu'ils étaient les écrins de la Rose Écarlate ; ce qui avait le don de le faire monter sur ses grands chevaux ; dans une autre vie et Braham n'y avait vu là qu'un rêve pour ces derniers ou de quoi insulter les gens. Aussi avait-il délaissé le sujet, mais Gabrielle était différente de ce genre de gens, il la croyait et il s'interrogeait silencieusement sur la vie qu'elle avait menée autant que sur la sienne. Sauf que la sienne était un mystère alors que l’expérience de Gabrielle lui ne l'était pas à moins qu'elle ne garde cela pour elle.

« Jamais non. À moins que... Non je ne pense pas. » Alysson, elle lui avait simplement dit un jour en plein repas que c'était mieux ainsi, qu'elle le préférait comme ça. Et Il n'avait pas cherché à en savoir plus.

Les sourcils froncés de réflexion, il relâcha son expression en l'entendant reprendre sur sa vie. Il était bien songeur, mais n'aurait osé lui demander de peur que cela paraisse impoli et plus que déplacé. Elle était mariée disait-elle. « Ooh ! » Et il s'en réjouissait, elle avait goûter à la vie commune, c'était bien ! Avec le duc Castiel de Sombreflamme. « Oh. » là c'était tout de suite moins 'joyeux', il était connu pour de nombreuses choses que Braham désapprouvait silencieusement naturellement. « Pas lui-même... » fit-il absent, s'imaginant mille et une chose de différent. Par différent entendait-elle : stable, normal, adulte et raisonnable ?

Il reprit « Pas lui-même, qu'entends-tu par cela ? Il ne s'est pas hum 'réveillé' ? » Demanda t-il peu certain du terme à utiliser.


Dernière édition par Richard le Harnois le Mar 26 Sep - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyMar 26 Sep - 15:14

Elle lui avait raconté bien joliment les choses, la princesse de Cibella. À demi-mot, sous un sourire qui se voulait rassurant, Gabrielle lui avait laissé entrevoir ce qu’avait été Castiel de Sombreflamme dans cette autre vie. Il n’était pas réveillé, pas vraiment, ni de cette trame alternée, ni de la vie qui leur semblait réel. Il avait un regard vague, un regard qui semblait ailleurs, pour les quelques jours où elle l’avait côtoyé. Le visage levé vers la lumière, vers le dehors, elle lui avait bien dit, à Braham, qu’il n’était pas réellement le duc espiègle qu’elle avait pu croiser à l’une ou l’autre des rencontres mondaines. Ceux de cette vie-là endossaient un tout autre rôle. Ils étaient des étrangers.

- Je présume que j’ai fait des choses bien loin de ce que j’accepterai, dans notre réalité. Mais je ne connaissais personne, là-bas. Personne ne pourra me dire. C’est mieux ainsi...

Une chose était certaine : Gabin ne serait jamais au vent de ce récit. Lui dont le coeur immense acceptait pourtant si mal la douce folie de la famille Sévérac, si près du duc de Sombreciel, il aurait bien des difficultés à comprendre cette vie étrangère et les travers de ces gens qu’il n’affectionnait pas. Elle se redressa, mettant fin ainsi aux confidences et à cette parenthèse si agréable, pourtant, en cette période de crise.

- Il me faut retourner à mes plans, Braham, et débuter cette longue route pour aviser les mages de ce danger… Ou de cette solution.

Une pointe de perplexité dans la voix, Gabrielle hésitait encore et toujours. Comment allait-elle leur annoncer toute cette histoire? Comment allait-elle bien pouvoir convaincre des gens qu’elle ne connaissait pas du sérieux de la situation et de la solution que proposait la Rose? Si son trouble et son incertitude pesaient lourd, sur son coeur, elle savait d’instinct qu’elle devrait se montrer assurée. Le moment venue, elle saura. Du moins, elle l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  EmptyMar 26 Sep - 19:56

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Le duc de Sombreciel avait été différent d'ici, dans une autre réalité qu'il avait partagé avec Gabrielle ; mari et femme. Et le guerrier s'en était interrogé de cette différence, de ces subtilités qui lui échappait dans cette trame alternée. Une réalité dont Braham avait du mal à saisir le sens, ne s'étant pas éveillé dans cette dernière. Elle lui conta, la belle épine, comment était sa vie de l'autre côté du miroir, comme il était à ce point différent des on-dit et loin en même temps. Il se mit à imaginer cette autre vie dont elle parlait et dont elle disait avoir fait des choses qu'elle n'aurait pu accepter en temps normal.

Il s'abstint de revenir sur ses propos, sur le 'personne' dont elle mentionnait, car si elle s'était éveillée peut-être que d'autres de son entourage s'étaient éveillé également, mais n'avaient préféré dire mot. Ces 'personnes' auraient dès lors été témoins de cette autre existence qu'elle avait menée. Peut-être viendrait-on un jour le lui dire, qu'il y avait témoin pour la voir agir autour du duc ? Tellement de peut-être et de si à cause de cette double vie qu'il préféra les chasser d'un geste de main.

Écho à son geste, c'est cet instant que choisi la douce pour se relever et mettre un terme à leur conversation. Toutes les bonnes choses avaient des fins, surtout en période de crise, surtout quand un autre fléau que la guerre, l'épidémie, venait frapper les gens ; comme si leur souffrance n'était déjà pas suffisante.

Il hocha la tête, se leva à son tour et comme s'il avait pu lire l'incertitude dans son coeur lui fit :

« Les mots d'une princesse toucheront, non, tes mots Gabrielle toucheront et porteront leurs fruits, je suis certain de la réussite de ta mission. De notre mission. »

S’abstenant de lui dire de nouveau de faire attention à elle, il lui prit la main et y déposa un baiser avant de lui offrir son bras pour faire une partie du chemin en sa compagnie. Le moment de la séparation venu, il lui souhaita derechef succès et bonne route puis se remit lui-même à la tâche. Cette mission d'escorte serait une réussite sans mauvaises surprises, il le fallait !


- Fin -
***
**
*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Comme une épine dans le pied    Comme une épine dans le pied  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme une épine dans le pied
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: