AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Nike : jusqu’à 50% de remise sur le ...
Voir le deal

Partagez
 

 Reviens moi | Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages
Les Mages
Cassiopée Avirel
Cassiopée Avirel

Messages : 282
J'ai : 28 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Message Sujet: Reviens moi | Thomas   Reviens moi | Thomas EmptyMar 5 Sep - 15:19


Livre II, Chapitre 5 • La Mort dans les Veines
Thomas et Cassiopée

Reviens moi

Même si tu dois me mentir




• Date : 12 aout 1002
• Météo (optionnel) : Nuit noire
• Statut du RP :  Privé
• Résumé : Cassiopée attend la visite de Thomas après une longue séparation.
• Recensement :
Code:
• [b]Mettre la date ici :[/b]12 aout 1002 [url=http://arven.forumactif.org/t2618-reviens-moi-thomas] Reviens moi[/url] - [i]Thomas et Cassiopée[/i]
 Cassiopée attend la visite de Thomas après une longue séparation.





il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...


Dernière édition par Cassiopée Avirel le Mar 5 Sep - 21:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Cassiopée Avirel
Cassiopée Avirel

Messages : 282
J'ai : 28 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Message Sujet: Re: Reviens moi | Thomas   Reviens moi | Thomas EmptyMar 5 Sep - 15:20

Il devait lui revenir. Voilà ce que scande son esprit alors même que Cassiopée fait les cents pas dans sa chambre. La nuit est avancée, elle est vêtue d'une chemise de nuit arachnéenne d'une blancheur virginale. Et elle frémit de froid. Le baiser de la nuit étant un petit peu plus frais que le jour. Pourquoi ? Parce que sa fenêtre est grande ouverte bien sûr ! Alors tant pis, Thomas ferait son Chevaucheur en armure et escaladerait le balcon de sa belle. Enfin, façon de parler. En vérité, elle se rongeait les sangs depuis l'annonce de la guerre et son travail a Outrevent ne la rassurait pas plus. Le Duc était exigeant. Juste mais exigeant. Néanmoins, il lui avait accordé quelques congés, qu'elle puisse aider les victimes de la maladie. Elle était encore en pleine forme, mais une voix insidieuse ne cessait de murmurer, pour combien de temps.

Elle fit demi tour, dans un froissement de voile et reprit son manège, rongeant l'ongle de son pouce tout en marmonnant des  mots sans aucuns sens. Des prières aussi, pour la sauvegarde de son amant, de son amie. Ses cheveux, lâches dans son dos, dansaient a chacun de ses pas, mélange de colère et de peur. Elle n'était pas naïve, une guerre n'était pas une bonne nouvelle. Thomas et Maelys étaient des chevaucheurs aguerris mais une guerre...Une guerre contre Ibélène et leurs terribles Voltigeurs ! Cela faisait des jours qu'elle priait les dieux pour que cesse cette folie ! Ou du moins qu'on lui rende Thomas sain et sauf !

C'est un mouvement furtif capté du coin de l'oeil qui la fit se retourner d'un bond.

« Thomas ! »

Elle agrippa les jupes de sa chemise et se précipita sur le chevaucheur qui venait d’apparaître sur son balcon. Elle se jeta dans ses bras, nichant son visage au creux de son cou, respirant son odeur, cuir et soleil mêlés..

« Te voilà enfin ! »

Sans même qu'elle ne s'en rende compte, elle agrippait a la tunique du chevaucheur, oscillant entre l'envie démentielle de le cacher sous son lit ou dans son armoire et celle de le laisser aller remplir son devoir. Il lui avait tellement manqué ! Des jours a avoir peur pour lui ! A cauchemardé !

« Tu vas bien hein ? Dis le moi ! Mens moi même mais dis le moi ! »

Parce qu'elle avait réellement peur de le perdre. Jusqu'a présent, c'était quelque chose d’irréel. Mais maintenant, alors que la guerre se profilait, elle était terrifiée, encore plus depuis l'éclosion de l'épidémie. Si pour l'heure elle était épargnée.

« Et Maelys ! Comment va-t-elle ?  »

Éperdue, elle fouille son regard du sien. Même si il lui fait une promesse impossible, elle saura s'en contenter. Elle fera avec. Mais elle voulait garder cet espoir là.




il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Thomas Sombrepas
Thomas Sombrepas

Messages : 1185
J'ai : 29 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle dans le vol de Lagrance
Mage d’Été/Destruction (Compression de la matière)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice de Faërie, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac
Message Sujet: Re: Reviens moi | Thomas   Reviens moi | Thomas EmptyMar 12 Sep - 15:22

L'heure était grave... Il aurait du être heureux d'être rappelé du front, mais la raison de ce rappel était bien plus préoccupante qu'une guerre. Une maladie étrange avait frappé. Une maladie inconnue. Il y avait eu un appel à toutes les bonnes volontés, un rassemblement à Lorgol. Quant à lui, son capitaine de Vol, Tristan d'Amar, avait décidé qu'il devait revenir. Ce qu'il avait fait, retrouvant à Lorgol ses camarades Chevaucheurs, aussi perplexes et perdus que lui sur cette situation. Mais cela lui permettait aussi de retrouver Cassiopée, qui œuvrait pour le Duc d'Outrevent depuis son renvoi du service de Denys et qui était donc protégée des affres de la guerre, ne pouvant qu'attendre que son Chevaucheur de compagnon revienne de temps en temps... Sain et sauf.

Thomas n'était pas d'un naturel impatient, mais quand il s'agissait de retrouver les bras de Cassie, sa bonne humeur, sa douceur, il faisait une entorse à son caractère. Il en faisait beaucoup dés lors qu'il s'agissait d'elle... C'est pourquoi, ce soir, il décida de se glisser dans sa chambre. Il devait partir le lendemain avec un des convois pour Roc-Épine, afin de trouver un remède à ce mal. Il n'était pas encore malade pour le moment. Tous guettaient les symptômes, sans savoir que cela les toucherait tous, sans exceptions. Pour le moment, il y avait encore l'espoir d'être épargné. Une certaine forme d'insouciance qui serait anéantie dans les jours suivants.

Avec une agilité née d'années d'exercices, il se hissa jusqu'au balcon de la jeune femme, qui ne manqua pas de le remarquer, alors qu'il l'enjambait et se jetait à son cou sans plus de cérémonie. Il referma ses bras autour d'elle, savourant son contact et son parfum unique. Il la serra contre lui, respirant profondément, avant qu'elle ne lui demande s'il allait bien, quitte à lui mentir.

« Oui, je vais bien. Et sans avoir à mentir. »

Elle s'inquiéta également pour Maelys. Elle était toute agitée. C'était du Cassie tout craché. Une vraie petite tornade, quand Thomas était aussi placide qu'un lac.

« Pareil. Cassie, calme-toi. »

Un sourire joua sur ses lèvres, avant qu'il n'agrippe son visage et ne s'empare de ses lèvres, pour la faire taire, pour la calmer, pour se gorger de sa présence. Ils n'avaient que cette nuit avant d'être de nouveau séparés. Il avait l'intention d'en profiter. Il cessa le baiser, se faisant sérieux et annonça :

« Je pars demain à l'aube pour Roc-Épine. »

Autant la prévenir tout de suite qu'ils avaient intérêt à profiter l'un de l'autre.

« Mais cette nuit est à toi. »

Il prit sa main et l'attira à l'intérieur, avant de s'asseoir sur le lit et de faire installer Cassie sur ses genoux. Depuis la déclaration de guerre en début d'année, ils ne se voyaient plus aussi souvent et c'était difficile, mais cela ne faisait que renforcer la puissance de leur relation. Il partait et n'attendait que le moment de revenir et de la retrouver. Et dire qu'il avait voulu passer à côté de ça... Quel crétin.

« Je suppose que tu vas bien, si on oublie ton inquiétude... Tu m'as manqué aussi. »


I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Cassiopée Avirel
Cassiopée Avirel

Messages : 282
J'ai : 28 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Message Sujet: Re: Reviens moi | Thomas   Reviens moi | Thomas EmptyJeu 14 Sep - 6:59

Agitée, cramponnée à la chemise de Thomas, Cassie le regarda un instant d’un air éberlué.

« Me calmer ? comment veux tu que je me calme ?! Chaque jour, je me demande si tout va bien pour vous, j’entends les rumeurs qui courent sur la guerre à chaque coin de rue ! je ne te parle même pas de l’agitation qui règne en Souffleciel et moi, je ne sais rien, j’en suis réduite a demander au chevaucheurs autour de moi, quand il y en a encore hein, non parce qu’apparemment, vous avez tous été en… »

Thomas avait une manière bien à lui de couper court aux discours souvent emportés de sa compagne, certain lui intimerait de se taire, d’autre leur collerait leur paume sur les lèvres, Thomas lui ? Et bien il lui donnait un baiser vertigineux. Autant le dire, cette méthode était de loin la plus efficace. Cassie se ramollie contre lui dans un soupir. Avant que son inquiétude ne revienne au galop lorsqu’il ajouta qu’il devait partir le lendemain. La jeune mage posa son front contre le torse du chevaucheur en poussant un lourd soupir.

« je suppose que tu n’as pas le choix… »

Marmonna-t-elle en relevant le front, se préparant mentalement a affronter encore quelques temps sans savoir si il allait bien. Elle savait que Maelys ne laisserait rien lui arriver, si elle le pouvait du moins, mais tout de même, elle ne pouvait pas s’empêcher de se faire un sang d’encre pour eux. Pour Tristan aussi dans une moindre mesure cela dit, le Capitaine était…enfin elle savait pas trop. Elle trouva tout de même la force de sourire à Thomas lorsqu’il lui donna sa nuit entière.

« Il faut au moins ça…Même si c’est trop peu. »

Ne put elle s’empêcher de ronchonner tout en le suivant, sa main fermement accrochée à la sienne. Docile, elle se lova sur ses genoux, posant sa tête sur son épaule, jouant avec les liens qui refermait sa chemise du bout des doigts.

« Oui, ça va pour le moment. Le Duc d’Outrevent m’a donné la permission d’apporter mon aide ici, même si je t’avoue que je ne possède aucune connaissance médicale. Il y a tellement à faire ! Et chaque fois, je crains de tomber malade à mon tour. C’est terrifiant, les mages ne savent pas d’où vient cette maladie et n’entrevoient aucune solution pour l’instant. »

Elle se mordilla un peu la lèvre. Ce n’était jamais très gratifiant de se sentir aussi impuissante. Bien sûr, elle aidait autant qu’elle le pouvait mais elle avait la sensation que tous ses efforts ne servaient à rien.

« Je prie les dieux chaque jour que la guerre prenne fin, d’ailleurs je n’en comprends toujours pas les raisons…N’étions nous pas mieux en paix ? »




il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Thomas Sombrepas
Thomas Sombrepas

Messages : 1185
J'ai : 29 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle dans le vol de Lagrance
Mage d’Été/Destruction (Compression de la matière)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice de Faërie, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac
Message Sujet: Re: Reviens moi | Thomas   Reviens moi | Thomas EmptyVen 22 Sep - 17:59

Il demeura muet alors que Cassiopée lui exposait son inquiétude constante pour lui, pour Maelys, pour Tristan. Ils étaient confrontés à la guerre, devaient se battre, risquaient leurs vies et elle, elle devait attendre de leurs nouvelles, en sécurité à l'arrière, dans les terres de Faërie. Ce n'était pas évident et ce n'était pas juste, mais égoïstement, il était rassuré de la savoir à l'abri des combats. Et il ne connaissait qu'une façon très efficace de faire taire Cassiopée... Il se saisit de ses lèvres. Parce qu'il avait besoin de ce contact, parce qu'il en rêvait quand il était loin d'elle, et parce qu'elle était adorable à être ainsi inquiète. Il la connaissait bien, il savait comme elle pouvait être volubile et s'inquiéter pour rien, s'emporter tout aussi vite d'ailleurs. En l'occurrence... il ne pouvait pas vraiment l'accuser d'en faire trop. Il pourrait être sérieusement blessé, voire être tué. Quand le baiser prit fin, il murmura, un peu sombrement :

« Cassie, tu savais bien dans quoi tu t'engageais en t'accrochant ainsi à moi... »

Parce que c'était elle qui avait forcé le destin entre eux, qui avait décidé de mettre le grappin sur lui, malgré ses réticences, malgré ses doutes de la rendre heureuse. Et au final... N'avait-il pas eu raison alors qu'il lui imposait les affres de l'inquiétude par ses longues absences répétées ? Il n'était pas contrarié, non, son inquiétude était naturelle, mais son humeur s'assombrit naturellement d'être la cause de tracas dont elle n'avait pas besoin. Et il se devait de doucher son enthousiasme en lui annonçant qu'il devait partir le lendemain. Elle ne protesta pas, à sa grande surprise. Elle était résignée, alors qu'elle posait son front contre sa poitrine et ajoutait qu'il n'avait pas le choix.

« Pas vraiment. »

Il plongea son regard dans celui, limpide, de la jeune mage et se sentit encore chavirer. Il avait l'impression de retomber amoureux d'elle à chaque fois qu'il était en sa présence. S'il n'avait su quel était son pouvoir, il aurait pu penser que c'était de l'ensorceler. Pour compenser, il lui avoua qu'il était totalement à elle pour la nuit. Il serait fatigué le lendemain, mais qu'importe. Il avait besoin de se gorger de sa chaleur, de son odeur, d'emmener des fragments d'elle dans ce long voyage. Sans oublier qu'ils étaient en sursis, alors que cette maladie pouvait les frapper. Il esquissa un sourire en coin à son ronchonnement, avant de l'entraîner sur le lit. Elle prit place sur lui alors qu'il l'interrogeait.

« Qu'importe, toutes les bonnes volontés sont à prendre... on ne sait pas à quoi on a affaire au juste. Sois prudente, Cassie... Si tu tombais malade... »

Sa voix se réduisit à un murmure alors qu'il ne finissait pas sa phrase, refusant de prononcer à voix haute la terrible conclusion de cette maladie. Il enfouit son visage dans son cou, en quête de sa présence et de sa douceur, alors qu'il en avait été trop privé ces dernières semaines.

« Si. Nous l'étions... Mais... Les détenteurs des magies proscrites avaient le droit d'exister en toute légalité, sans être pourchassés, non ? Et c'est la même chose du côté d'Ibélène... Quand tu vois pourquoi la guerre a éclaté... Cela devait juste arriver. »

Une dispute entre Diane et Richard et les deux empires avaient basculé. Une dispute stupide et puérile, d'orgueil. Ce n'était qu'un prétexte.


I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Cassiopée Avirel
Cassiopée Avirel

Messages : 282
J'ai : 28 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Message Sujet: Re: Reviens moi | Thomas   Reviens moi | Thomas EmptyMar 10 Oct - 6:23

Cassie pinça les lèvres à la remarque de Thomas.

« Oui et alors ? Cela ne veut pas dire que je n’ai pas le droit de m’inquiéter si ? Et puis franchement, ce n’est pas ça qui m’aurait fait reculer, c’est juste que… »

Elle haussa un peu les épaules, c’était difficile à expliquer clairement, même si la jeune mage avait normalement le chic pour partir dans tous les sens, là, elle séchait un peu. Expliquer un sentiment ou une impression diffuse n’était jamais facile.

« Et bien le spectre de la guerre était encore loin…Au moins, tu es doué, tu as donc plus de chance de revenir indemne. »

Ce qui n’était pas une flatterie gratuite et hypocrite. Thomas était réellement doué, alors malgré son inquiétude, Cassie espérait et priait pour qu’il lui revienne sain et sauf lorsque tout serait fini. Elle leva les yeux sur lui, penchant un peu la tête sur le côté tout en scrutait ses traits. Fronçant légèrement les sourcils, elle devina assez facilement les pensées qui pouvait agiter le chevaucheur.

« Tu ne t’attends tout de même pas à ce que je te quitte pour ça si ? »

Plaisanta-t-elle avant de soupirer doucement, rattrapée par l’angoisse et cherchant du réconfort auprès de lui. Cassie pouvait donner l’impression que rien pouvait l’abattre mais ce n’était pas totalement vrai alors là, elle avait vraiment besoin de lui et de ses bras alors qu’elle admettait que ces espoirs fous de le retenir auprès d’elle étaient totalement vains. Bah, cela ne faisait pas de mal rêver si ? Qu’importe, elle ne voulait pas penser au lendemain, Thomas était à elle pour les heures à venir, rien qu’à elle et elle comptait bien savourer chaque minute passée avec lui. Demain, il serait bien temps de se laisser regagner par l’angoisse.

Blottie contre la poitrine du jeune homme, devant son inquiétude a lui, elle promena tendrement ses lèvres sur la ligne de sa mâchoire.

« Ne t’en fais pas, je suis prudente mais j’ai l’impression que, qu’importe les précautions prises, la maladie se moque de nous. Elle touche sans logique, sans…comment dire…Signe précurseurs. Et tu n’es pas plus à l’abri que moi tu sais. »

Elle frémit en l’entourant de ses bras, comprenant ses craintes sans qu’il n’ait besoin de les lui dire. Elle avait l’habitude de ses silences alors elle avait appris à le déchiffrer autrement. Quelque part, elle s’en voulait un peu, Thomas n’avait pas besoin de distraction et elle en deviendrait une si jamais elle tombait malade a son tour.

« Je sais…Mais droit ou pas, j’ai vu les dégâts qu’ils pouvaient faire, rappelle-toi de Saimain. Quant au reste…tu m’en veux si je te dis que c’est le prétexte d’une guerre le plus pathétique au monde ? Ils auraient dû les mettre tous les deux dans une arène histoire qu’ils se tapent dessus et règlent leur problème plutôt que d’y entrainer deux pays entiers. »

Se blottissant un peu plus étroitement contre lui, elle glissa une main sous sa chemise, effleurant sa peau avec un plaisir non feint et une inquiétude certaine.

« Tu as maigris. »

Soupira-t-elle avant de lui mordiller le menton avec amusement.

« Heureusement pour toi, j’ai tout prévu et quand tu repartiras demain, n’oublie pas de prendre le panier que je vous ai préparé pour Maelys et toi. Gâteau au miel pour elle et aux noix pour toi. Je suis sûre que la nourriture là bas est immangeable. »




il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Thomas Sombrepas
Thomas Sombrepas

Messages : 1185
J'ai : 29 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle dans le vol de Lagrance
Mage d’Été/Destruction (Compression de la matière)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice de Faërie, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac
Message Sujet: Re: Reviens moi | Thomas   Reviens moi | Thomas EmptyDim 29 Oct - 15:41

Bien sûr qu'elle avait le droit de s'inquiéter. Mais pas celui de presque l'accuser d'être la source de cette inquiétude. Il ne le supportait pas très bien, il fallait le reconnaître. Il avait accepté cette relation, accepté cet amour entre eux, mais il était toujours persuadé de ne pas être l'homme qu'il lui fallait. Et cela se confirmait. Elle aurait pu avoir l'esprit en paix avec quelqu'un qui n'avait pas à partir de longues semaines risquer sa vie pour sa patrie... A l'époque, la guerre n'était pas déclarée. Ils ne pensaient même pas que ce serait le cas à vrai dire. Tout s'était emballé bien trop vite et les avait laissé pantois. Les choses sérieuses avaient commencé. Les Ibéens, que ce soient leurs guerriers ou leurs Voltigeurs, étaient de redoutables adversaires. C'était bien plus dangereux qu'auparavant. Elle se reprit pourtant, non sans déclarer qu'au moins, il était suffisamment doué pour revenir vivant. Cela lui arracha un mince sourire.

« Merci de ta confiance en mes capacités. »

Que ce soit de la flatterie ou un moyen de se rassurer, il ne la détrompa pas. Il n'était effectivement pas mauvais après tout, bien que moins aguerri que d'autres. Mais il était posé et réfléchi. Cela aidait à être prudent.

« Et j'ai d'excellentes raisons de rester en vie. »

Elle bien sûre. Toujours elle. Elle méritait tellement d'être heureuse et insouciante... Et elle le connaissait trop bien alors qu'elle devinait ce qu'il taisait. Il haussa une épaule en guise de réponse. Il ne s'y attendait pas, mais il l'avait envisagé oui. Et il partirait le lendemain. Alors autant en profiter autant qu'il le pouvait. Qu'il se gorge d'elle toute la nuit, avant de partir pour un long voyage. Il n'était pas malade. Elle non plus. Pas encore. Ils ignoraient le mode de contamination. Pour ce qu'il en savait, il pouvait tomber malade sans prévenir. Et elle aussi. Et si cela arrivait... ils seraient loin l'un de l'autre.

« Je sais. Mais je préfère éviter d'y songer. »

Entre cette mystérieuse maladie et cette foutue guerre... La seconde était encore le moindre de leurs maux.

« Non, pourquoi t'en voudrais-je ? Mais il y a sans doute des choses qui nous dépassent. Nous ne sommes pas dans les secrets des grands de ce monde Cassie. »

Il frissonna en sentant sa main contre sa peau, avant de lui jeter un regard surpris à sa constatation. Maigri ?

« Tu n'es pas obligé de me dire que j'ai maigri pour me gaver de tes gâteaux tu sais ? Je les accepte sans cela. Et Mae aussi. Mais oui, ces quelques douceurs manquent cruellement... »

Il la renversa alors sur le lit, délaçant son corset en souriant et en l'embrassant.

« Je vais me gorger de toi cette nuit, pour emmener une partie de toi avec moi demain. Jusqu'à la prochaine fois. Ne parlons plus de la guerre, de la maladie ou du futur. Vivons juste ces quelques heures comme si elles étaient éternelles. »

Ne rien laisser obscurcir leur bonheur à deux. Juste se créer une petite bulle pour la nuit. S'aimer encore et encore. L'aube viendrait bien assez vite pour faire éclater ce cocon et les jeter dans la réalité. Et la maladie.


I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Reviens moi | Thomas   Reviens moi | Thomas Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Reviens moi | Thomas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: