AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -45%
Aspirateur sans sac PHILIPS PowerPro Active FC9533/09
Voir le deal
109.99 €

Partagez
 

 Une même source de courage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyMar 26 Sep - 20:49


Livre II, Chapitre 5 • La Mort dans les Veines
Sighilde Vol-Libre & Braham Coupe-Fin

Une même source de courage

L'heure des révélations



• Date : 20/08/997
• Météo (optionnel) : Ensoleillé
• Statut du RP : privé
• Résumé : Sighilde revient à Lorgol, ville basse pour rencontrer Braham et Hilding ; elle a bien l'intention de croiser le fer avec son ami. Mais l'histoire lui réserve bien des surprises... les deux hommes sont quelques peu cachottiers sur les bords...
• Recensement :
Code:
• [b]20 août 997[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2668-action-ou-verite#81570]Une même source de courage[/url] - [i]Sighilde Vol-Libre & Braham Coupe-Fin[/i]
Sighilde revient à Lorgol, ville basse pour rencontrer Braham et Hilding ; elle a bien l'intention de croiser le fer avec son ami. Mais l'histoire lui réserve bien des surprises... les deux hommes sont quelques peu cachottiers sur les bords...



Dernière édition par Sighilde Vol-Libre le Ven 29 Sep - 21:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyMar 26 Sep - 20:56

J'étais pressée, extrêmement pressée d'arriver à ce week-end ; cela fait un petit mois que je n'ai pas revu Braham. J'avais envoyé un courrier, prudemment une dizaine de jours après à Hilding pour lui demander de ses nouvelles ainsi que de ma tante. J'ai évoqué ma venue incessante et ma volonté de lui présenter Angélite. Dire que au travers de son courrier j'ai pu voir de l'envie et une hâte non feinte a été peu dire.

Puis j'ai poussé le vice à lui demander de prévenir Braham ; après tout, lui aussi apprécie l'homme ; il nous regarde des fois nous entraîner et je vois dans son regard une admiration non feinte. Je sais ce à quoi il a du renoncer et de le voir toujours présent à mes côtés me remplit d'un plaisir non feint. Une fois je lui ai même proposé de venir combattre avec moi ; il a un bon jeu de jambes, si cela c'était borné à cela son entrée dans la caserne à coup sûr c'est mon frère de lait qui serait à ma place et non l'inverse.

Je lève les paupières ce matin repensant à ce lien étroit que j'ai avec Hilding et je saute en bas de ma couche en réalisant que nous sommes le jour J, celui où je lui ai donné rendez-vous pour une balade dans la ville basse ; nous sommes les enfants de la ville basse nous n'y risquons rien après tout. Rapidement je me prépare, avale quelques calme-la-faim avant de me précipiter l'arme sur le côté vers Angélite. Elle aussi elle a hâte de se faire admirer. Sa fierté n'a d'égale que sa noirceur ; aussi puissante que belle elle a développé cet attrait particulier à montrer ses atours à ceux qui me sont proches. Bon et on ne va pas se mentir, cela me plaît à moi aussi...

Vol, Moi, belle oui Angélite on a compris, j'ai compris tu veux te faire voir à mon frère de lait et à Braham car je crois bien qu'il sera là si Hilding a suivi ma demande dans mon courrier boude... elle me tourne le dos. Non mais tu vas pas jouer la vexée avec moi ? bon bah tu sais quoi ? j'y vais à pied non mais oh !

Sans même attendre sa réponse je commence à avancer tête droite... bon si je pars à cette allure à Lorgol j'arriverai au repas du soir voire le lendemain. J'avance quelques mètres sans aucune interaction puis soudain Enervée... je m'arrête un sourire en coin c'est bon tu as fini de bouder ? Un souffle chaud, une épaule pincée dans son bec alors qu'elle se met à mon niveau. Sans un mot je me hisse sur son dos alors qu'elle s'envole dans un rythme bien plus rapide que d'habitude. Cette fois-ci au contraire de la dernière fois je ne m'endors pas, je regarde alentours et à la vue des premières tours j'indique le chemin à Angélite ville basse là bas à distance.

L'atterrissage est un peu plus délicat que le décollage ; je sens qu'elle s'est calmée certes partiellement puisqu'à peine les pieds au sol elle se renvole aussitôt. Bah quoi je croyais que tu voulais te montrer... bref ça lui passera, elle est comme beaucoup elle boude mais jamais trop longtemps.

Me rapprochant sourire aux lèvres je me dirige vers l'entrée de la ville et c'est là que je le vois ; et telle une enfant, je coure, sans un cri, sans une parole je me jette dans ses bras « Hilding merci d'être venu » puis le regardant dans les yeux « dis moi tu l'as vue ? Bon je suis désolée elle est vexée elle a un sacré caractère pire que moi pour te dire » Hilding souriant me prend par les épaules et murmure « oui elle est splendide Sigh, tu fais corps avec elle ; peut-être qu'à l'issue de notre balade ce matin elle reviendra ?» je le vois regarder de manière insistante derrière lui, comme s'il attendait quelque chose ou quelqu'un puis dubitative, risquant même une moue « dis moi Braham n'est pas là aujourd'hui ? ». Hilding semble cacher quelque chose derrière lui dans un fourré, je le contourne comme je peux mais sans y parvenir « non c'est une surprise Sigh, allez viens, Braham devrait pas tarder » alors qu'il s'éloigne me tendant la main je tente un regard vers les fourrés un peu plus épais « Sigh j'ai dit non ! » en même temps qu'il prononce ce non catégorique je sens méchant, aide ?...

Ce contact m'arrache un rire et je me risque à dire à Hilding « voilà que tes paroles à mon égard ont éveillé la crainte d'Angélite, elle a peur que je courre un risque » ; hilare le garçon regarde en l'air et dis pour être suffisamment entendu « hé toi là haut descends si t'es une griffonne et tu verras bien que ta cavalière ne risques rien »

Un sourire en coin je guette le ciel, cette marque sombre que je vois sans peine puisqu'elle me renvoie notre image vue du ciel... tous deux absorbés dans la contemplation du ciel nous n'entendons pas Braham arriver... peut-être est-ce son arrivée qui provoquera la descente d'Angélite ? Quoi qu'il en soit aujourd'hui elle est foncièrement têtue !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyMer 27 Sep - 11:51

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Un mois s'était écoulé depuis sa dernière rencontre avec Sighilde ainsi que sa première avec Angélite. Il avait pu profiter de sa femme et s'amuser à faire visiter la ville aux deux jeunes de Lys. Il s'en était aussi retourné à son poste au sein de la Guilde des Guerriers et avait poursuivi sur son temps libre l'entrainement d'un jeune prometteur lié à la jeune voltigeuse. Décidément, cette famille avait le don pour lui taper dans l’œil et lui donnait envie de pousser plus loin, de motiver, de tirer le meilleur de l'être et de le voir progresser avec fierté. L'un dompterait le ciel, l'autre la terre, à chacun sa manière.

Il avait eu vent du retour de la jeune, mais c'est madame qui avait dû le lui rappeler le jour précédent sa venue. Chance pour lui, il était disponible une partie de la journée du jour J, partie de la journée qu'il destinait en principe depuis quelques temps déjà à au jeune désireux de suivre la même voie que lui. C'est donc tout apprêté et vêtu de sa tenue de guerrier de la Guilde à laquelle il appartenait qu'il s'était mit en marche épée au fourreau.

Des salutations, quelques aides a apporter au passage et voilà qu'il se trouvait sur le chemin menant à l'habitation de la vieille tante. Et là, à plusieurs rues facile, plus loin, se trouvait le petit commerce des Coupe-fin ; la boucherie du coin ; où il passerait en coup-de-vent rendre visite un jour prochain. Poursuivant sa route il reconnu non sans difficulté les deux silhouettes qui semblaient se chamailler ou se provoquer à quelques mètres à peine de lui... tout en regardant le ciel.

« Hum. » émit-il à distance tout en jetant un regard intrigué vers le haut, la majestueuse créature serait-elle entrain de les observer ? Plus que possible, avec son œil vigilent posé sur sa partenaire. Comptait-elle descendre ? L’œil de Braham évalua le décor et grimaça devant le peu de place qu'offrait les rues de la Ville-basse et les cris que cela engendreraient si un griffon fendait d'un coup les cieux vers eux. Interdiction. Et il se voyait mal gueuler sur une si belle créature... et il n'avait pas non plus envie de rouspéter sur Sighilde. Elle comprendrait... ils s'éloigneraient sans doute pour qu'elle descende si jamais.

« Ne provoque pas tête en l'air. » Fit-il bien imposant et sérieux, les mains sur les hanches en se joignant aux deux, apparaissant derrière Hilding. « Agit en adulte, non en enfant, combien de fois vais-je devoir me répéter avant que cela ne rentre ? » Et à sa manière de se tenir et de s'adresser, l'on aurait pu penser à un professeur enguirlandant un élève qui avait mal fait. Ou un père envers son enfant. Ou un représentant de l'ordre devant un délinquant. Bref une figure d'autorité.

Il se tourna ensuite vers Sighilde, sourire aux lèvres et la salua d'un signe de tête. « Comment te portes-tu Sigh' ? Et comment se porte-t-elle ? » demanda-t-il poli, gentil et courtois avant de lui chuchoter, juste pour elle. « Mieux vaudrait éviter qu'elle n’atterrisse ici, si tu vois ce que je veux dire. » et il ne doutait pas qu'elle comprendrait la situation.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyMer 27 Sep - 15:33

Cela m’amuse de le regarder ainsi tête en l’air guetter Angélite. Rapidement, personnellement je la baisse de toute manière je n’ai guère besoin de bouger la tête pour identifier cet endroit où elle se trouve. Aussi je vérifie alentours ce qui peut bien nous arriver. La prudence avant tout… Mais cela n’empêche que l’arrivée de Braham me fait sursauter. Souriante je me retourne et je deviens presque un peu moqueuse à la remarquer du guerrier envers Hilding. Celui bredouille un vague « ouais j’sais mais de toute façon Sigh était pas loin au cas où et puis toute manière j’vois pas qui pourrait bien nous attaquer ici non ? » lui dit-il d’un ton tout de même peu incertain.

Moqueuse je ne manque de secouer la tête et de lui dire « allez cesses de faire la tête avoues que tu as oublié tous les conseils qu’il a pu te délivrer jusque là non ? » d’ailleurs précieux conseils en même temps que je dis cela une question se fige dans ma tête ; bon d’accord ils sont tous deux de Lorgol, mais il me semblait pas qu’ils se voyaient en dehors des rencontres à trois comme celle-ci ? Je vais pour ne pas relever ce fait avant finalement de mettre les mains sur mes hanches et les regardant alternativement « alors comme ça on se voit tout deux sans que je le sache sans même que je sois au courant ? » ; Hilding devient presque rouge jusqu’aux deux oreilles « mais non Sigh que vas-tu croire là… ? » des yeux qui puent pour ainsi dire le mensonge.

Qu’importe, le guerrier m’a déjà questionné et je lui réponds balayant cette interrogation d’un revers de la main « on se porte très bien mais pour changer elle est vexée… » et me rapprochant de lui « et cette fois ci ce n’est pas à cause de toi je te rassure mais bien de moi mais ça lui passera n’aie crainte » poursuivant « qu’est ce que je n’ai pas dit quand j’ai supposé que Madame adorait se faire admirer »… je sens le contact s’éloigner, comme si elle voulait repartir à la Caserne seule me plantant là toute seule, le paysage commence presque à défiler et je maintiens l’échange entrant en communication avec elle tu serais bien malheureuse sans moi tu reviendras même avant que je te supplie tu verras. D’ailleurs au dernier conseil de Braham je souris « ne t’inquiètes pas quand elle atterrira toute à l’heure, on s’éloignera, on a atterri bien plus loin toute à l’heure mais ça n’a pas empêché quelques badauds de regarder »

A ce moment Hilding s’impatiente « bon on est pas venu ici pour faire causette je crois non ? on a pas quelque chose à lui dire Braham par hasard ? » je vois cet échange de regard entre les deux hommes, ce même échange qui me confirme qu’un mystère plane, qu’une vérité va surgir ou une action l’y aider. Mon cousin est toujours devant le fourré cachant quelque chose. Malgré son regard perdu dans l’immensité bleue il y a quelques minutes encore il n’a pas bougé d’un millimètre et cette fois-ci je n’ai qu’une seule certitude, ces deux-là ont quelque chose à me cacher et ça me plait pas du tout.. ma mine se fait sombre brutalement car s’il y a bien truc que je ne supporte pas ce sont les cachotteries….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyJeu 28 Sep - 17:15

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



A peine arrivé que, voyant chamaillerie ou chercheur d'embrouille, Braham avait surgit pour rappeler à l'ordre sur un ton tant professionnel que familiale. Il y avait un lien entre les deux hommes, lien que le regard alerte de Sighilde ne tarderait pas à percer. Sans quitter Hilding des yeux, il lui répondit. « Nous sommes dans la Ville Basse que de nom de dieu et ne te repose pas sur ta cousine pour couvrir tes fesses. » C'était une remontrance comme une autre. De grand à plus jeune. Il devait apprendre à être vigilent et à se débrouiller seul tout comme survivre dans n'importe quel type de situation. Le simple fait qu'il ai osé sous entendre que Sighilde le couvrirait lui avait fait monter le rouge aux joues. Oui elle était fiable Sigh', mais n'avait rien de plus lâche que de laisser à un autre tout le travail... une chance qu'il savait Hilding bon au fond, sinon il aurait abandonné l'idée de le former depuis longtemps !

Et la jeune femme repéra ainsi le fil qui les unissait après une remarque et devant le mensonge flagrant du jeune pour se défaire des soupçons, le guerrier roula des yeux. Bon ce n'était pas un mal de ne pas savoir mentir, au contraire et il aurait certainement refusé d'enseigner son art à une personne portant un masque et mentant comme on respire.

Profitant de ce creux silencieux, mensonge trop évident, il pu saluer Sighilde qu'il savait vexée qu'Hilding lui cache quelque chose. Il l'interrogea et lui souffla mot sans avoir besoin de s'expliquer puisqu'il la savait suffisamment intelligente pour comprendre ce qu'il voulait entendre par là.

Ainsi donc, Angélite était vexée, mais pas à cause de lui... à cause d'elle. « Oh. Que lui as-tu donc fait ? » fit-il intrigué avant d'entendre la réponse et de sourire bienveillant. Angélite était comme une jeune femme coquette... et mieux valait éviter ce genre de réplique. La voltigeuse en faisait les frais, mais ne referait surement pas la même erreur, à moins qu'elles ne s'en amusent toutes deux. Il hocha la tête à sa dernière phrase, il pouvait être assuré qu'elle tiendrait mot.

C'est à ce moment qu'Hilding reprit, visiblement agité, impatient, à lui faire écoper d'un regard torve. La patience était une vertu importante que le jeune homme ne possédait visiblement pas encore. Braham soupira en l'entendant, retira ses mains de ses hanches et croisa les bras contre son torse puissant. « Chose... Chose... N'appelle pas ça une chose, idiot. Fit-il un peu offensé, et il n'était pas le seul à faire la tête. Et je pensais que tu lui aurais dit depuis belle lurette déjà. » Puis regardant la jeune femme, lâchant un soupir. « C'était à lui de te le dire, non à moi, et par là il s'excusait du silence bien qu'il n'ai jamais menti et qu'il n'avait rien au fond à se reprocher, même si je ne vois pas pourquoi tu en as fait un secret. » reprit-il à Hilding avant d'un signe de tête l'inviter à dévoiler la vérité au plus vite. Rien de pire qu'une femme qui explose de rage.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyJeu 28 Sep - 18:35

Tu la sens la pression, le flou artistique, le mensonge ambiant, oui tu le sens bien mais tu sais pas ce qu'il se passe voilà ce qu'il se passe dans ma tête depuis qu'il nous a rejoint avec Hilding. Mon regard vogue de l'un à l'autre tenant l'échange mais cherchant à analyser l'incompréhensible : le mensonge par la dissimulation est-ce donc cela.

Quand Braham m'interroge sur Angélite et la raison de sa nouvelle bouderie « t'inquiètes pas je l'ai taquinée et telle une femme elle s'est vexée, je comprends presque mieux pourquoi en principe les femelles choisissent les hommes et les mâles les femmes, mais c'est cela qui fait notre charme à toutes deux de toute manière » bouderie « ah bah tu vois ça recommence » puis je murmure aux oreilles de Braham « j'ai eu le malheur de lui dire qu'elle allait se faire admirer et qu'elle aimait ça... je te laisse imaginer la suite ».

Mais Hilding est impatient, rompant l'échange entre moi et le guerrier, comme pressé de me mettre hors de moi. Ne sait-il donc pas à quel point, aussi douce je sois, je peux rentrer dans une colère me rendant étrangement froide ? Il se souvient pas de ces bouderies manifestes quand nous étions gosses ? Avant même que je n'enchaîne Braham poursuit et là mes sourcils se froncent un peu plus ; qui croire ? Mon frère de lait ? Mon ami le guerrier ? Angélite dis voir tu pourrais pas descendre et que je les plante là tous les deux car j'ai l'impression que la suite ne va pas me plaire.

Le regard perdu d'Hilding « euh Sigh... » bredouillant « je sais pas trop comment te dire puis toute façon j'aurais du te le dire tout de suite au final et puis voilà le temps faisant son œuvre plus j'attendais plus j'angoissais de ta réaction et plus j'hésitais à te le dire oh puis zut à la fin » ; je le vois regarder Braham, moi, puis Braham, puis se pencher vers un fourré et prendre quelque chose délicatement ne me quittant pas des yeux « promets moi Sigh de pas te mettre en colère d'accord ? Sinon je m'en vais tout de suite ». Ce que mon frère de lait ne sait pas en l'immédiat c'est que plus longtemps il me met à avouer ce secret qui semble important au point de prendre des gants, plus ma colère se fait sourde « dis le moi tout de suite et on verra bien comment je réagirai ».

Accroupi il met la main en arrière et sort du buisson, une épée pas forcément très grande, juste à sa taille, il se met en position, une position que Braham m'a enseignée. Un instant tout s'arrête, un instant j'ai le souffle coupé et je les regarde l'un et l'autre.

Je ne suis pas en colère oh non c'est au delà de ça je suis juste déçue mais j'aimerais comprendre « bon très bien tu as une épée mais à part ça, le fait que tu sembles savoir te tenir avec, y'a autre chose que je dois savoir ?» ; à ce moment là il désigne Braham « il m'entraîne depuis ton départ ; j'étais rempli d'amertume tu sais de pas rentrer à la caserne et du coup il m'apprend à me battre » puis se ressaisissant « il m'a même dit que je pourrais être guerrier tu te rends compte ? Toi tu voleras en l'air moi je serai au sol, on pourrait avoir un avenir ensemble Sigh, je pourrai moi aussi combattre pour nous, pour vous ».

Il se laisse emporter et je secoue la tête « c'est vrai ça Braham ? Il s'en sort comment ton élève ? » puis réalisant tout de même que tout deux m'avaient caché ce fait « y'a autre chose que je dois savoir ? Je vais pas me mettre en colère alors que j'aurais le droit je suis juste déçue que vous deux vous m'ayez pas fait confiance ? Je vous fais peur à ce point ou quoi ? » ; le blanc de la peau du visage d'Hilding devient rouge « non non je t'assure Sigh mais tu vois une fois qu'on est dans le mensonge on s'y enfonce encore plus, hein c'est pas bien Braham ? » puis me regardant du coin de l'oeil « bon si on allait s'entraîner, tu nous emmènes Braham là où on va d'habitude ? On verra si Sighilde est capable de rivaliser avec nous deux ? » dit il d'un air goguenard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyVen 29 Sep - 12:57

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Hilding n'en pouvait plus d'attendre et Braham n'en pouvait plus de cette tension pesante, la situation en devenait ridicule, aussi pressa t-il le jeune homme d'accoucher au plus vite. Sauf qu'Hilding se mit à tourner autour du pot à tel point que Braham se serait bien donné une claque au visage. Promesse de ne pas se mettre en colère, promesse d'évaluation... ils avaient beau avoir grandit tous les deux, ils étaient encore des adolescents sur certains points à ses yeux ; ou bien était-ce lui qui se faisait vieux.

Hilding se décida enfin à tirer une épée cachée. Braham haussa un sourcil et fit une moue quelque  peu mécontente. La hache lui allait bien mieux... ou une autre arme plus massive, il était taillé pour autre chose qu'une épée, mais le jeune homme faisait une fixette monstre sur cette dernière. Il se mit en position et le guerrier l'analysa, c'était bien mieux qu'au début, beaucoup mieux, plus d'assurance et moins d'angles tordus. Il senti le regard de la voltigeuse et fut surpris. Elle qui d'ordinaire n'avait aucun mal à lire entre les lignes, semblait a avoir des difficultés à comprendre l'évidence même ; à moins que l'idée de son frère-de-lait comme guerrier ne lui ai jamais traversé l'esprit, mais dans ce cas que pensait-elle qu'il deviendrait ? Et il se senti presque d'un coup hirsute envers elle qu'elle n'ai pas envisagé à cette évolution pour son cousin. Pourtant il l'aimait bien Sigh'. Incompréhension donc. Rien de mal, flagrant, mais elle n'en tirait aucune conclusion pourtant bien évidente.

Hilding se mit à raconter de plus en plus à l'aise, Braham hochant gravement la tête. Il s'en souvenait bien le guerrier, de l'être cassé qu'il avait vu à la taverne de la tante ce jour là alors qu'il prenait des nouvelles de Sighilde. La fierté en miettes, la motivation dans le pantalon, plus rien ne semblait compter même s'il arrivait encore à sourire pour ne pas inquiéter ses proches... sauf que l’œil aiguisé de Braham n'avait pas loupé cet air bien trop connu de gens ; la dépression. Comme si une aura noire flottait alentours en demandant grâce qu'on abrège son tourment. Il n'avait pas su lui tourner le dos et avait même pu voir du talent en lui, bien pour cela qu'il s'était présenté à Hilding pour le former. Et si avec Sighilde il n'avait fallu que quelques encouragements et croisement de fer, c'en était tout autre avec son frère de lait. Pour entrer dans la Guilde et faire son bout de chemin seul, il fallait avoir déjà une bonne formation du maniement des armes et c'est là que Braham intervenait. En outre, si Sighilde était lumineuse, l'autre gars là, l'était un peu moins, sans doute le fait d'avoir échoué là où sa cousine avait réussi, l'avait fait douter de lui et fait perdre sa confiance. Mais il s'était reprit petit à petit, plus gai, plus soulagé de savoir qu'il pouvait penser à nouveau à un métier s'il se donnait à fond.

Sighilde l'interrogea alors, avant de se remettre à douter pour... rien au final non ? Braham était surpris de la voir réagir ainsi, il se serait plutôt attendu à la voir exploser de joie pour son cousin. Il haussa les épaules. « Il s'en sort bien, même si il écoute encore la moitié de ce que je lui dis. Et il n'y a rien de plus à ajouter. Il » Sa phrase fut coupée par l'intervention d'Hilding. « Tu n'as pas menti. Corrigea sèchement le guerrier, défendant son élève tout en le grondant. Tu as caché, pas menti, je t'aurais tourné le dos sinon. » Parce qu’il n'était pas mauvais le jeune bougre. Braham avait caché ce fait aussi, songeant que c'était à Hilding de tenir Sigh' au courant, non l'inverse. C'était presque un cadeau qu'il lui faisait pensait-il, le jeune déchu qui se redresse. Et lorsque ce dernier mentionna un petit combat, Braham se mit à ricaner quelque peu, mais plus léger. Il avait le don de passer du coq à l'âne.

« Rivaliser avec nous deux.
Il s'esclaffa plus vrai et fort encore en répétant les mots. Avec toi pas de soucis, je parie même ma solde sur elle. Et l'air goguenard du garçon changea tandis qu'il faisait un clin d’œil à la voltigeuse. Il avait encore à apprendre, mais il était sur le bon chemin... si seulement il pouvait être plus patient et changer d'arme de prédilection, suivre tous ses conseils à la lettre. Mais il serait sur un pied d'égalité ensuite, voir même meilleur sur terre, moins la souplesse et l'agilité d'un bon voltigeur. Sighilde était petite, agile et vive, tout pour une attaque surprise. Comme tout guerrier, Hilding serait prêt à encaisser dur. Tous deux auraient finalement des styles de combat bien différents. Complémentaires, mais différents. Mais vous êtes encore tous deux loin de pourvoir parler de rivaliser avec moi, je te l'ai déjà pourtant dit à plusieurs reprises Hilding, nous ne jouons pas dans la même cour. » Et il n'aimait pas parler de jeu, mais il fallait bien qu'il pointe l'évidence, ils leur faudraient encore des années d’entraînements et d’expériences pour pouvoir le prendre et le surprendre. Hilding n'était pas sage encore pour l'admettre, q'en serait-il de Sighilde qu'il jugeait plus réfléchi ?

D'un hochement de tête il indiqua à Hilding de poursuivre le chemin si tant est que Sighilde soit partante pour tester un échange avec son cousin sous le regard de Braham.



Dernière édition par Richard le Harnois le Ven 29 Sep - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyVen 29 Sep - 15:31

J’aurais pu me mettre en colère ou j’aurais pu tourner les talons et repartir sur le dos d’Angélite après de telles révélations. Beaucoup de choses, bien trop se passent dans ma tête, je suis heureuse d’un côté pour lui mais lui sauter dans les bras le féliciter ne me ressemble pas réellement, hormis peut-être, je l’avoue quand je l’ai revu toute à l’heure. Mais, car il y a toujours une nuance dans les histoires après tout je ne manque d’essayer de comprendre pourquoi, quel a été le phénomène marquant qui la poussé à devenir guerrier ? à tenter de s’entraîner encore et toujours pour intégrer la guilde ? Il faut de la volonté, de la persévérance et un but précis. Je ne manque de me dire qu’il en est habité mais pour quelle raison.

Lors de ma réussite il m’a félicité, souriant, psalmodiant bien peu sur son échec mais était-ce devant moi ? Etait-il attristé au point qu’il n’a pas voulu gâcher ma joie ? Peut-être. Finalement, c’est bien cela le problème, c’est la non-connaissance de la vérité qui m’inquiète un peu et qui tarit cette joie soudaine que j’éprouve pour lui.

Aux paroles de Braham je hausse un sourcil « tu m’en vois ravie » et je pose mon regard sur Hilding à nouveau quand il se fait rabrouer par le guerrier « nul mensonge quand la dissimulation te semble opportune » je me rapproche de lui « pourquoi me l’as-tu caché concrètement, avais-tu peur que je me fâche ? que je sois colère ? Y-a-t-il profondément autre chose ? tu as semblé heureux quand j’ai intégré la caserne mais tu ne m’as jamais dit, concrètement ce que toi tu as éprouvé ? pourquoi ? N’étions-nous pas suffisamment proche pour cela ? étais-je aussi désagréable et égoïste pour que tu crois que je ne te comprendrais pas que tu étais mal ? » oui je mets le doigt là où ça fait mal et à voir le regard de Hilding je comprends cette vérité criante « Hild, il m’a vu penché à mon retour, j’étais réellement pas bien ; non seulement en raison de l’échec mais aussi en raison de notre séparation ; nous avons toujours grandi tous les deux, ensemble ; tu es frêle et j’ai toujours promis à maman que je te protègerais, cet échec à la caserne a sonné comme moi l’échec de ma promesse ; j’ai tellement peur qu’il t’arrive quelque chose ; j’en ai oublié ce que je voulais faire et Braham m’a montré la voie, m’a enseigné des mouvements et j’apprends même s’il apprécierait je crois que je combatte avec autre chose qu’une épée » hésitant « tu me vois avec quoi toi Sigh épée ou hache ? ».

Je souris car simplement, il vient de tout me révéler, les raisons, son état, ses questions et son avenir. Je hausse les épaules « je n’en sais fichtrement rien Hilding, la seule chose dont je suis sûre c’est que lui » désignant Braham du menton « est le meilleur professeur et conseiller que tu es amené à rencontrer dans ta petite vie de guerrier, s’il te conseille hache prend la hache, s’il te conseille épée prend l’épée, il a ses raisons et elles sont toujours excellentes ».

Mon frère semble déjà vouloir me démontrer ses capacités, taquinant même Braham ; ce dernier ne manque d’ailleurs gentiment le remettre à sa place et courtoise posant ma main sur l’épaule d’Hilding je lui dis « en combat tout se joue dans l’observation, l’assimilation de l’adversaire ; il faut savoir reconnaître son niveau, y compris quand il est inférieur à l’ennemi » puis de manière douce je poursuis « n’oublies pas Braham est un ami ne va pas provoquer un illustre inconnu comme ça dans la rue, ranges un peu ta fierté et restes à ta place, apprenant jusqu’au jour où tu pourras peut-être rivaliser avec eux » regardant Braham « la seule manière dont on peut vous battre c’est peut-être en s’y mettant à deux et encore j’en doute. Souriant petit clin d’œil « bon je vous suis, je vais voir de quoi tu es capable frangin et Braham tu arbitres ? »

Dois-je le laisser gagner, dois-je combattre avec lui comme je le fais à la caserne ? J’en sais rien… tout doucement nous nous éloignons un peu plus de la ville ; les rues de Lorgol de toute manière sont guère enclines à des combats de rue. Quand je nous juge suffisamment éloignés je sors mon arme, en position je fais face à Hilding l’œil pétillant « je combattrai avec toi comme je le ferais avec un de mes camarades » ; la voix forte d’Hilding me répond « ne comptes pas me battre, tu risques d’avoir des surprises » et déjà il saute sur moi, un rapide pas sur le côté pour l’esquiver avant qu’à mon tour je tente de le toucher sans non plus le transpercer, le combat reste basique, une danse, ça virevolte, douce musique des lames qui s’entrechoquent sans jamais se frapper sous le regard de Braham… il se passe un long instant avant qu’Hilding essoufflé pose les mains sur les genoux « je m’avoue vaincu alors Braham ton avis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyVen 29 Sep - 17:58

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Hilding était un bon élève, mais il aurait pu être meilleur encore s'il écoutait à la lettre les consignes. Mais qui aimait suivre les consignes au fond ? Beaucoup manquait de discipline encore et Hilding ne faisait pas exception à ce niveau, il le saurait en intégrant la Guilde qu'il y avait bien des choses à apprendre dont le respect et la patience, car au fond même si Braham était stricte, il était aussi bien tendre parfois, trop tendre encore, comme son oncle qui lui avait tout apprit.  Lorsque le jeune homme et la voltigeuse commencèrent à discuter, avouer, Braham soupira gentiment de les entendre ainsi parler, c'était mieux... plus de secrets. Et il retrouvait la Sighilde qu'il avait rencontré au début. Sage, réfléchie, dont Hilding semblait boire les dires, sa parole était d'or pour lui cela se voyait. Et Braham ne pu qu’acquiescer les propos et remercier les compliments d'un signe de tête raide.

Lorsque le jeune avait fini par proposer un duel, le guerrier avait manqué de s'étouffer de rire, il était jeune et impudent, trop certain et imbu de lui alors qu'il ne lui arrivait pas encore à la cheville. Il avait vite parié sur Sighilde, plus à l'écoute notamment et d'autres qualités qui la différenciait de son cousin. « Hum. Si je ne te connaissais pas déjà Sighilde et que ce n'était déjà fait, j'aurais indiqué que tu me plaisais beaucoup. En toute amitié bien sûr. » précisa-t-il, fidèle à sa femme. Elle résumait parfaitement ce qu'il pensait, sans doute sa sagesse et ses leçons venaient-elles tant d'elle que de son enseignement dans la voltige. « Prends en bonne note Hilding. » indiqua t-il. « Vous auriez davantage vos chances à vous deux en effet, mais j'aurais alors peur de perdre mon sang froid et de porter un coup que je regretterais. » Mieux valait ne pas sous estimer la jeunesse. Souriant il reprit. « Bien sûr. » qu'il arbitrait.

Ils s'éloignèrent des rues, trouvant bon terrain, lieu d'entrainement d'Hilding et les jeunes sortirent les armes. A la réplique de Sighilde, Braham commenta. « Tu as intérêt Sigh' ! » ce serait un affront si elle ne le considérait pas comme n'importe quel autre homme, ce serait également une erreur de jugement. Et au retour d'Hilding il roula des yeux, il lui faudrait mesurer ses propos et dégonfler sa tête. « Allez-y ! » Aboya Braham signalant le début de l'échange.

Il était fier de voir Hilding prendre l'avantage d'un début de combat, mais tout aussi fier de voir Sighilde y rétorquer. Mains aux hanches il observa l'échange sérieusement, appréciant de beaucoup ce qu'il voyait et ce qu'il faudrait revoir avec Hilding... son jeu de jambes par exemple. Et son épée. Et lorsque le jeune s'avoue vaincu, Braham réplique. « J'arbitre. Tu peux encore poursuivre. » Il aurait déjà écopé d'un bon coup dans le dos pour le remettre sur ses pieds s'il avait été en face. En outre ça lui faisait de l’exercice et du bien de se comparer à quelqu'un de son âge. Qu'il s'agisse d'une fille ou d'un garçon importait peu. « Et Sigh' tu te retiens trop. Ça se voit partout dans tes mouvements. » et ça la fatiguait en prime de calculer ses coups. « Ai-je tort ? » il doutait avoir tort, mais il désirait l'entendre de la bouche de la voltigeuse. Qu'elle se donne davantage pour qu'Hilding force et soit satisfait de l'échange, qu'il perde ou non, la prochaine fois ce serait à la hache pensa t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyVen 29 Sep - 20:37

La spontanéité, la franchise associées à un brin de raison font que je m'entends quasi parfaitement avec Braham ; c'est ces deux traits de caractère qui font que je peux sortir sans vergogne une once de vérité en restant courtoise à Hilding. Je ne veux pas le vexer non plus et moi-même je reconnais que je suis encore en apprentissage. C'est bien pour ça que je cherche du regard, discrètement une approbation discrète venant de mon mentor.

Sa réponse provoque un franc sourire et je le laisse s'adresser une fois de plus à Hilding, respectueuse j'attends qu'il en ait terminé avant de conclure « il faut croire que j'ai eu un excellent professeur sur bien des points et que c'est pour cette raison que je m'obstine à revenir quérir son expérience voyons ».

Est-ce une pointe de jalousie que je vois dans le regard de mon frère ? Cette petite étincelle qui fait qu'il enchaîne de lui même sur autre chose, quémandant un combat que j'accepte bien volontiers à la seule condition qu'il soit arbitré par mon ami de toujours ? Peut-être au final. Pourtant ne serait-ce pas moi qui devrait être jalouse de tant de dissimulation ? Ne serait-ce pas moi qui devrait être jalouse de partager un des meilleurs enseignant en combat ? Ne serait-ce pas moi qui devrait me refermer un peu plus et lui donner une bonne leçon lors d'un combat qui commence bien trop calme.

De mon regard, je contrôle ses mouvements avec ses jambes, ses bras, le tournoiement de l'épée ; je ne fais, finalement qu'esquiver jusqu'au moment ou peut-être je lui montrerai ce que j'apprends. Mais lui montrer pour qu'il soit de plus une fois rabaissé ? Car oui plus je vois l'étincelle dans son regard plus je comprends, il ne m'en veut pas d'être devenue voltigeuse, il ne m'en veut pas d'être telle que je suis, il s'en veut à lui-même. Lui aussi retient ses coups, des gestes arrêtés, par peur de me blesser.

Quand il pose la main sur ses cuisses j'ai presque envie de pousser un cri victorieux au lieu de cela je secoue la tête, surtout quand Braham prend la parole. Je reste comme ça un instant l'épée devant et je murmure froidement, éprise de la volonté de le pousser hors de ses sentiers battus « debout » ; je le provoque, je veux qu'il soit lui-même « écoutes Braham, tu retiens tes coups toi aussi offres moi un vrai combat, montre moi que tu seras digne de la guilde dans quelques années, affrontes moi ».

Sans bouger d'un millimètre je vois son regard se relever vers moi ; la bouche serrée, la mâchoire contractée, les mains sur l'épée il se rapproche « tu es sûre Sighilde, tu es vraiment sûre de vouloir voir ce que je suis devenu, voir ce que cet échec a fait de moi ? » ; je me rapproche d'un pas « dis moi ce que tu as sur le cœur, laisses parler le chant des armes, ne laisses pas parler le venin de la colère, combats tel qu'un guerrier le fait pour sa liberté » les lames s'entrechoquent alors que nos regards sont plongés l'un dans l'autre « que le meilleur gagne ».

Les enchaînements sont plus violents, je manque de perdre l'équilibre, je finis mes gestes cette fois-ci n'arrêtant pas le semblant de revers ou de coup droit, lui aussi ; à un moment son épée frôle mon ventre, je suis sûre que si j'y regarde un trait rouge devrait se faire percevoir ; furieuse je le surprends en l'immobilisant par derrière, lui bloquant les mains et de mon genou, appuyer au bon endroit pour le mettre à genou « rends toi maintenant »... je m'attendais à une reddition pure et dure mais une fois de plus, la jeunesse, l'innocence, l'inexpérience ont comme conséquence qu'il parvient par la force de ses bras à me basculer par dessus lui pour m'immobiliser à son tour « soeurette qui est le meilleur tu crois » lui faisant un clin d'oeil je lui assène un coup dans les bijoux de famille renversant la situation « hum moi je crois non ? »

Nos corps sont remplis de sueur et il y a quelques minutes nous étions tels deux guerriers donnant tout, ne retenant rien sous le regard de Braham, maintenant nous sommes deux gamins se chamaillant par terre... et partant dans un fou rire que personne semble pouvoir arrêter.

C'est à ce moment là que je passe le bras sur mes yeux pour récupérer un peu de contenance que je la vois dans le ciel là haut Rire, Joyeux, Bien... oui Angélite je suis bien ; puis me tournant vers Braham « Monsieur le mentor est il fier de ses élèves ? Ou on peut encore s'améliorer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptySam 30 Sep - 12:08

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Alors que la journée était déjà bien entamée et qu'ils étaient à l'écart, Braham se voyait être l'arbitre de l'échange de deux têtes auxquelles il avait donné conseils avisés. Et si Sighilde n'avait plus rien a apprendre de lui ; possédant à présent un enseignement spécifiquement conçu pour les voltigeurs ; ce n'était pas encore le cas d'Hilding avant qu'il ne se présente à la Guilde des Guerriers. Ils avaient tous deux leur style propre ainsi que des qualités et des défauts, et il espérait bien qu'en échangeant ensemble ils apprendraient à outrepasser et repérer ces derniers.

Témoin comme arbitre, lorsqu'Hilding avait indiqué ne plus pouvoir/vouloir continuer, Braham avait directement indiqué qu'ils pouvaient poursuivre. Il n'était pas dupe ni aveugle encore, il avait annoncé que Sighilde se retenait, mais il en était de même pour le jeune homme aussi. Lorsqu'ils discutèrent, le bougre se contenta d'écouter, de toute façon si l'échange s'effritait ou finissait par devenir règlement de compte, Braham y mettrait fin avant qu'un coup pouvant être fatal ne tombe.

L'échange reprit, plus vif avec moins de retenu dans les bras, mieux, sincère et fort. Braham fronça les sourcils en voyant un coup siffler vers le ventre de Sighilde, mais n’arrêta rien de l'échange, elle garderait peut-être une marque quelques jours, rien de plus. Elle avait l'agilité, il avait la force. Elle était jeune et surprenante, lui aussi, jugea-t-il en le voyant se dégager férocement et reprendre le dessus. Le sourire aux lèvres, fier, il fini par rire après une grimace à imaginer partager la douleur du jeune homme ; situé au niveau de l'entrejambe. Quel sale coup, portant ses fruits, mais tout de même. Il siffla, Braham, avant de répondre, c'était du joli travail.

« Plus que, vous avez bien fait, mais vous pouvez vous améliorer, votre formation à chacun n'est pas fini après tout. Et même si elle l'était, vous pourriez toujours progresser et apprendre. » C'était valable également pour lui, il pouvait toujours apprendre de nouvelles techniques, il le savait et c'est bien pour cette raison qu'il s’entraînait toujours. Un regard vers le ciel, un regard sur Hilding puis sur Sighilde. « Ce dernier coup était bas Sigh', mais très bien placé. » Pouffa t-il pour s'en allé tapoter le dos des deux jeunes ensuite.

« Angélite partage ton ressenti n'est-ce pas ? » demanda-t-il en souriant, se demandant si elle avait vu également et si elle viendrait chercher sa partenaire plus tard. Lui, devrait bientôt s'en retourner à son travail, mais il se demandait si Hilding et Sighilde passeraient encore du temps ensemble. Et puis une question. « Ta mère était-elle au courant Hilding ? » Il était certain que si elle n'était pas au courant, qu'elle s'en doutait de beaucoup, les yeux d'une mère et son instinct étaient vraiment quelque chose de terrifiants et d’absolus. Qu'elle soit au courant ou non, dans un cas ou dans l'autre il était temps que le jeune homme lui dise clairement que sa cousine était consciente aussi bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyDim 1 Oct - 11:24

Je vais pas me mentir, je prends un plaisir non dissimulé de partager ce combat avec Hilding. Un temps on s'était retenu dans les coups, tutoiement, hésitation, la proximité familiale certainement. Mais il y a aussi cette nouvelle parcelle de lui que je découvre. Au diable les chamailleries d'enfant, au diable des balades sans aboutissement certain je découvre un guerrier en mon cousin et je vais pouvoir me mesurer à lui, nous pourrons poursuivre notre apprentissage chacun de notre côté. Dans tout ce que l'on a fait à ce jour, nous avons cherché à être meilleur que l'autre pour au final se rendre compte que nous étions sur un pied d'égalité toujours... c'est pour cette raison que l'on finit hilare dans les bras l'un de l'autre se rendant compte de la situation.

Il faut dire qu'il rit malgré ce coup bas que je lui ai asséné mais il y a bien des avantages à être une femme non en ce bas monde ? Bon sur le champ de bataille pas sûr que je puisse utiliser une telle technique mais on sait jamais... peu de guerriers s'attendent à une telle technique, cela pourrait devenir ma signature. Je note ce souvenir dans un coin de ma tête alors qu'Angélite partage mon plaisir. Elle n'a pas fui elle est fière de moi, j'aurais pu être déstabilisée mais je suis restée moi-même poussée par Braham comme toujours pour gagner l'affrontement.

Aux paroles de Braham je ne réponds guère rien, récupérant juste une contenance après un contact avec Angélite je me relève tendant la main à Hilding pour l'aider à se relever. Une fois mon cousin debout je me retourner vers le guerrier « l'entraînement n'est jamais terminé, la vie est un apprentissage à elle-même alors le combat ne demande qu'à se perfectionner » me tournant vers Hilding qui à son tour prend la parole « tu es douée Sigh y'a pas à dire nous progresserons ensemble désormais ». Je souris à ces paroles qui se font le reflet de mes pensées profondes. Toutefois les paroles de Braham me font sourire par la suite « il faut bien qu'il y ait des avantages à être une femme sur le champ de bataille non ? Méfiez vous de la gent féminine, vous savez bien qu'elles ont toujours une botte secrète pour les mener vers la victoire ».

Lorsqu'il évoque la griffonne celle-ci aurait presque envie de lui répondre Fière, Ravie « oh que oui nous partageons tout, tout le temps, elle est simplement heureuse de mes victoires et les échecs n'en sont que formateurs ». Retour ? Caserne ? Non pas tout de suite je veux encore profiter d'eux deux s'il te plaît.

D'ailleurs je fais bien de lui faire cette demande puisqu'aux paroles suivantes de Braham je me retourne vers Hilding. Je suis curieuse de la réponse qui sortira de la bouche de mon cousin. Jusqu'où est-il allé dans ses cachotteries ? A-t-il honte à ce point de devenir un guerrier ? Ma tante, sa mère est une femme bonne, elle nous a toujours élevé sur un pied d'égalité même si je ressentais une préférence pour son fils, ce qui est normal en soi. Aussi je ne dis rien, j'attends patiemment.

Hilidng nous regarde l'un et l'autre puis me regarde « elle te l'a cachée aussi, elle sait tout depuis le début ; comme un con j'ai chialé un soir dans mon lit, ce soir où j'ai tout perdu, échoué pour te suivre, je voulais tellement t'aider tout le temps mais j'en ai été incapable » il secoue la tête « tu sais que papy était un guerrier ? » il secoue la tête « non tu sais pas pour sûr, tu as juste eu vent d'un aïeul voltigeur de ton côté, mais dans la famille on fait dans la variété depuis des années, papy était un guerrier, une épine de surcroît, hautement renommé » il est fier en parlant de cela « c'est elle qui me l'a dit et elle m'a rassuré en me disant que si je ne pouvais pas voltiger je pourrais tout de même combattre comme toi » se rapprochant de moi me montrant son épée et s'adressant à Braham dans le même temps « elle lui appartenait à lui celle-ci pour cela que je n'ai choisi nulle autre arme, maman me l'a donné et Braham quand vous avez proposé de m'aider je ne pouvais espérer plus beau cadeau » souriant et soupirant dans le même temps « Sigh tu pourrais te demander et toi aussi Braham pourquoi j'ai attendu si longtemps avant de te le révéler ? » ; je suis bouche bée mais je hoche la tête désireuse de tout savoir « je ne voulais pas te faire honte au début je ne savais pas bouger, je ne savais pas tenir cette épée, je ne savais rien faire ; avant de te montrer je voulais avoir les bases et commet vous l'avez dit tout deux, le chemin et le travail est long pour devenir ce que j'aspire à devenir ; je veux être épine comme papy, combattre comme eux simplement ».

Je vois la détermination dans le regard de'Hilding et je suis heureuse de le voir habité d'un tel espoir ; je prends la parole à nouveau « tu seras un grand guerrier Hilding ; nous franchirons ensemble les épreuves à distance, les échecs ; tu es comme moi, nous avons eu la même éducation nul doute qu'ensemble nous y parviendrons » puis me tournant vers Braham « n'est ce pas Braham ? Maintenant tu vas avoir deux fois plus de boulot ! Je te préviens on est inépuisable dans le genre élève ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyDim 1 Oct - 14:20

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



L'échange terminé, l'homme parla sagement avant d'écouter et d'observer le jeune duo que formait les cousins. À la remarque de Sighilde concernant la vie, il acquiesça, à sa remarque sur la femme, il acquiesça de plus belle. Il connaissait des femmes fortes, beaucoup, guerrières, mages ou tout simplement fortes de caractère. Alysson en était une en son genre avec ou sans louche à la main, il aurait été bien sot de la sous-estimer, de les sous-estimer. Il lui tardait déjà de présenter certaines de ces femmes à Hilding, lorsque ce dernier rentrerait au sein de la Guilde des guerriers, sa réaction serait sans nul doute sans prix.

« Vous êtes bien sages toutes les deux. » Fit-il en souriant vers les nuages en s'adressant tant à Sighilde que pour flatter l’ego de sa partenaire de vol Angélite. Il fallait du courage pour admettre ses échecs et de la sagesse pour en tirer des leçons.

À sa question suivante, connaissant quelque peu le caractère de la tante, celui de la femme comme celui de la mère, Braham avait déjà quelques pistes d'idées de la réponse qui allait suivre. Il ne fut pas surpris d'entendre qu'elle savait ni qu'elle l'avait surpris entrain de pleurer – une honte en soit -, mais fut étonné en lui-même d'apprendre que le dit 'papy' était une épine. Guerrier oui, Hilding l'avait mentionné, mais il devait être trop vieux pour former qui que ce soit à l'heure actuelle, si pas mort.
Il releva la tête en l'air, les bras croisés, cherchant dans ses souvenirs après une épine hautement estimé couplé au même métier que lui, qu'il aurait pu croiser. Non. Il ne voyait guère et ça l’embêtait bien, peut-être avait-il changé de nom ? Ou peut-être était-il mort depuis belle lurette le dit papy, on ne vivait pas vieux après tout, encore moins lorsqu'on avait un métier à risque. Grossier aurait été de sa part de mettre en doute les paroles d'Hilding ou celle d'un possible mort. Tant de curiosité en une discussion, et une certaine gêne à ne pas se rappeler le nom d'un brave. L'épée était aussi la sienne, mais il prendrait garde à ne pas la voir rouiller et d'autres choses à dire. Il l'écouta jusqu'au bout, sérieux sur les souhaits qu'il émettait. Il laissa Sighilde prendre la parole, gardant ses questions et conseils pour plus tard.

« Ah Sigh' je ne pense guère que tu as besoin d'apprendre plus de moi, l'enseignement que l'on t'offres à la Caserne est fait sur mesure pour toi. Tu n'es pas guerrière, mais voltigeuse. Et Il m'épuise largement pour deux à lui tout seul. » Fit-il presque pouffant sur la fin avant de se tourner vers Hilding et de reprendre. « Je ne savais pas que ton grand-père était une épine, elles ne se dévoilent qu'en de rares occasions dit-on, j'aurais été honoré de rencontrer un guerrier tel que lui. » Il était poli et sincère l'homme, et bien au courant du fait d'être épine, à sa connaissance personne ne savait qu'il en était une, sauf les épines (et Alysson en était une donc elle ne comptait pas), mais pour les autres... cela ne regardait que lui. Il ne s'affirmerait comme tel que quelques années plus tard lors d'un convoi. Quant au vœux d'Hilding d'en être une, s'il ne pouvait rien faire pour qu'il en devienne une, il le formerait à être le plus efficace possible pour qu'un jour peut-être il soit digne de l'attention de la Tour. « Pour l'épée, il fit un signe sur l'arme qu'il tenait, je comprends tes sentiments, mais si tu veux être aussi bon que ne l'était ton grand-père, il faudra apprendre à maîtriser l'arme qui est faite pour toi, pas celle qu'un autre à manié aussi attaché sois-tu. » Et il était certain de ce qu'il avançait bien qu'il comprenait le point de vue du jeune. « Quel était son nom ? » demanda t-il enfin tant à Hilding qu'à Sighilde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyDim 1 Oct - 21:04

Des instants comme je les aime, naturellement, un avenir radieux qui s'offre à moi je ne suis on ne peut plus heureuse mais j'ai un doute quand même, de par sa cachotterie j'ai peur qu'il me chasse bien d'autre chose mais le temps viendra où il me le dira je suis patiente après tout. Apprendre que ma tante était au courant de tout, je m'en doutais de toute manière, c'est ainsi, elle n'en sera que plus heureuse que je le prenne simplement bien au final non ?

Braham nous a qualifié de sages moi et ma griffonne, sur le coup je n'ai rien dit prise dans l'échange avec Hilding et, en y resongeant, cela m'arrache un petit rire en même temps qu'il résonne dans mon cerveau ; là-dessus, il vaut mieux qu'il croit simplement cela et que les adversaires s'y fient, ils ne se douteront pas de la profondeur d'âme et d'ambition qui m'habitent ainsi. Toutefois, je ne peux manquer d'y ajouter mon grain de sel en nuançant « sage n'a qu'un œil, mais si c'est ainsi que l'on nous perçoit on va poursuivre de la sorte » manipulatrice ? Non pas de naissance mais je le deviens peu à peu après tout, le caractère est fait pour s'étoffer avec le temps non ? La discrétion est ma nature, mais elle peut cacher bien des aspects plus troublants après tout....

Quand par la suite, il se dévalorise, car oui à mes yeux, il se rabaisse en disant que ses enseignements ne sont pas à la hauteur de ceux prodigués par la caserne « effectivement, Hilding a besoin d'un enseignant à part entière mais sois en assuré Braham, tu as des capacités bien égales en terme de combat et de positionnement au corps à corps ; si tu ne m'avais pas appris la base je ne serais pas là où j'en suis à ce jour tu le sais très bien » lui dis-je d'un ton un peu plus fort, qu'il assimile tout ce que je lui dois, simplement. Hilding sifflotte « cesses donc de l'auréoler, il ne va plus se sen... » furibonde je regarde mon frère de lait et lui dit « oh toi et ta jalousie ça suffit hein ; tu es plus fort que moi, il n'y a pas photo mais il va falloir que tu cesses de telles piques sur le champ de bataille ; moi j'ai ma griffonne et ma partenaire de vol, toi tu as tes collègues et toi-même, ils comptent sur toi pour rester en vie et ta vie ne tient qu'à ton attitude, un tel comportement risque de t'apporter bien des ennuis ».

Mes yeux se froncent en disant cela ; toute jeunette, j'ai déjà appris plusieurs systèmes de fonctionnement en ce bas monde de guerre ; Braham n'y est pas étranger non plus et il le sait raison pour laquelle je croise son regard pour calmer mes nerfs un peu à fleur de peau. Je soupire « tu sais Hilding, je suis en souci pour toi et maintenant de te savoir en bas, au combat j'aurai encore plus envie de te protéger » c'est à ce moment là qu'il se rapproche « je sais Sigh, mais saches que c'est simplement réciproque » alors qu'il dépose un baiser sur mon front, ce geste alors qu'il est bien plus grand que moi qu'il faisait quand on jouait, ou quand j'avais peur de quelque chose ou quelqu'un pour me rassurer, cette douceur qui n'existe qu'entre nous deux et nulle autre personne.

Les paroles de Braham reprennent quant à la révélation d'Hilding sur son aïeul ; je vois l'envie dans son regard, le questionnement aussi ; je vais pas me mentir je suis dans le même cas que lui. La voix de la raison supplante également la scène quand il lui explique que les armes sont personnelles. Un voile se fait percevoir dans les yeux d'Hilding à ce moment là, comme s'il doutait alors qu'il tient l'épée encore fermement « je sais pas tu as peut être raison, je devrais essayer, mais j'ai peur » il est encore frêle Hilding sur le chemin de la guilde des guerriers, il est encore tout jeune balbutiant avec son avenir et je croise le regard de Braham alors que la dernière question flotte dans les airs. Nos regards tournés vers une seule personne, mon cousin qui regarde à terre, la tête penchée, les yeux fermés et un murmure « Teodor Fine-Lame » secouant la tête « il a également fait comme Sigh, il a changé son nom quand il est entrée à la guilde en référence à son arme, je voulais presque reprendre ce nom aussi quand j'y rentrerai si j'y rentre un jour.... ».

je souris me rapprochant d'Hilding je le prends par les épaules le secouant un peu "tu vas y arriver Hilding, j'ai foi en toi, le tout est que toi tu y crois"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyLun 2 Oct - 14:09

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



L'échange de deux armes était terminé, mais loin l'était celui de la parole. À la remarque sur la sagesse, Braham ne pu que rester silencieux, réfléchissant à ce qu'elle insinuait à cet instant. Était-ce de la poudre aux yeux ? Elle lui semblait bien réfléchie pourtant Sighilde, pourquoi en serait-il différent pour sa partenaire ? Silence fut maître mot de sa part alors qu'Hilding racontait au sujet de son papy. Papy guerrier épine qui ne disait rien à Braham à sa plus grande désolation.
Il avait laissé la voltigeuse parler pour ensuite répondre en toute franchise, mais elle semblait voir en ses mots tout autre chose, c'est ce que sa phrase indiquait en tout cas. Pensait-elle qu'il se sous-estimait ? Non. Nullement, mais il y avait un apprentissage différent selon que l'on était guerrier ou voltigeur, sinon pour quelle raison seraient-ils entraîner à part ? Si les bases étaient les mêmes, pour le reste c'était différent, un enseignement sur mesure pour les guerriers, un enseignement sur mesure pour la voltige.

« Je connais mes capacités Sighilde. » Fit-il simplement, très sérieusement. Il connaissait également ses limites. Hilding pourtant avait déjà reprit, souriant, blaguant, sans doute trop, puisque Braham fronça les sourcils, il lui faudrait encore apprendre à respecter ses aînés et ceux qui prenaient le temps de lui enseigner. 'Il ne va plus se sentir' n'était pas le genre de chose qu'il apprenait à dire au jeune homme, certainement pas ! Il n'eu pas le temps de poursuivre et de recevoir ainsi un coup sur la caboche de la part du guerrier puisque Sighilde l’interrompit. Que son cousin l'en remercie, il s'en tirait avec seulement des remontrances. « Et n'oublie pas le respect Hilding. Je t'enseignes la voie des armes, pas celle de la grossièreté. » ajouta-t-il.

La voltigeuse une fois plus relaxée et après avoir échangé un regard avec ce que l'on pourrait appeler son mentor ou sa première source de courage, reprit à son cousin. Énième échange privé dont Braham se garda bien de briser, et pourtant, pourtant, il aurait pu en dire... Guerriers de Lorgol pouvaient se trouver à affronter et parlementer avec des voltigeurs, mais c'était assurément en temps de guerre ou de crise grave – guerre qui n'existait pas encore, autant que l'épidémie qui ferait ravage quelques années plus tard.

Les questions sur papy avaient fini par germer, au même titre que la raison de Braham qui s'était faite entendre sur les armes. Pourtant l'élève aspirant à la voie guerrière, encore une fois, était hésitant, doutait de l'enseignement et parlait faiblesse. De quoi avait-il peur ? Nulles raisons d'avoir peur, de manquer confiance, oui, peut-être, mais il pensait que c'était réglé depuis belle lurette à force de côtoyer Braham. Visiblement ce n'était pas le cas et Braham se fit violence pour ne pas lui arracher l'épée des mains. « Il n'y a pas de peut-être Hilding. Je sais de quoi je parle. » Fixant l'épée il reprit. « Tu seras indignes de la tenir tant que tu douteras de toi et que la peur prendra le dessus. » Il laissa un moment s'écouler avant de poser la question de l'identité de la vieille épine guerrière. Teodor Fine-Lame. Là ça lui disait quelque chose bien qu'il ne l'ai pas connu personnellement. Et quand Sighilde eu fini ses encouragements, c'est Braham qui poursuivit.

« Tu verras pour le nom plus tard, j'ai encore un long chemin, semble-t-il, devant moi pour faire de toi un homme, mais également un guerrier. Il nous faudra déjà commencer par te débarrasser des doutes qui continuent de te ronger et de te parasiter l’existence. » Et par cette dernière phrase il soutenait celle de Sighilde. Il devait croire en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyLun 2 Oct - 14:51

Cet échange commençait, si je me trompais pas, à ressembler un peu à lui fournir ce courage à la même source où je me suis moi-même abreuvée il y a quelques temps et où je poursuis encore. Cette source elle porte plusieurs nom : confiance en soi, détermination, avenir et Braham... une personne qui abreuve notre caractère, qui exacerbe nos points forts les plus invisibles pour en faire nos piliers. Je ne serais pas là où j'en suis et c'est bien ce que Braham ne comprend pas quand je lui dis qu'il est aussi doué que ceux de la caserne là bas. Lui c'est le mental qu'il procure, à la caserne c'est différent, on me le fait bien sentir avec mon physique, mon manque de confiance en moi que je vais devoir batailler plus que les autres, mais lui Braham le dit aussi à sa manière mais en le croyant. Son regard trahit une espérance qu'il voue peut être simplement à Ortie et son frère. Quand il me voit moi et Hilding ne voit-il pas ces deux garnements que j'ai rencontrés il y a un mois ? Passons je ne vais pas m'y attarder outre mesure.

Hilding, il a un caractère relativement proche au mien à la différence près qu'il est peut être un peu trop sans gêne, ne pensant pas vraiment aux conséquences de ses paroles aussi quand il se permet un aparté je le reprends aussitôt, contrariée, vous en conviendrez, d'entendre de telles inepties dans sa bouche. D'ailleurs au vu du ton employé par Braham, mes remontrances ont servi à éviter un contact un peu trop rapide avec la paume du guerrier.

Mais je ne manque de me dire que ses paroles tellement peu conformes à son attitude en général trahissent autre chose, un malaise, un questionnement. Celui-ci par ailleurs arrive quelques minutes après les épaules relâchées, le dégoût presque. Je secoue la tête au moment où Braham prend la parole. Je le laisse s'exprimer, m'éloignant même d'un pas que l'échange ait lieu entre les deux hommes « je sais Braham ; le problème n'est pas moi c'est surtout que j'ai amèrement peur de te décevoir et peur de décevoir Sighilde ou encore ma mère ; elles croient en moi toutes deux mais j'ai besoin de savoir si vraiment j'en suis capable » soupirant et poursuivant alors que je vois le regard de Hilding se plonger dans celui du guerrier « je crois que je vais me ressaisir, t'écouter, cette arme est celle qui m'a montré le chemin que je voulais adopter, la guilde, mais elle n'est peut être pas faite pour moi, elle me rappelle peut être trop mon passé et me raccroche trop à cette famille que j'aime ; il m'appartient de choisir ma propre arme pour choisir mon propre destin » souriant « je crois que c'est toi qui m'a dit cela un jour non ? ».

C'est à ce moment là que je ressens un courant d'air arriver sur ma nuque Atterrissage, confiance, besoin... je ne sais pas comment elle a peut être senti qu'elle pourrait aider Hilding mais elle est là dans mon dos faisant face aux deux hommes « tu sais Hilding quand je suis rentrée à la caserne j'ai aussi eu peur et j'ai toujours peur mais ma confiance c'est elle » souffle chaud sur la nuque « toi c'est en toi même que tu dois avoir confiance, tu en es capable et s'il faut que tu te trouves ta propre arme pour avancer fais le mais suis ses conseils dis-je en désignant Braham.

Ma griffonne me dépasse un instant pour se rapprocher de Braham le poussant un peu du nez Taquinerie. Hilding lui est impressionné regardant la griffonne il n'ose dire mot « caresses là elle te montre, t'explique pour te dire que si moi frêle jeune femme j'ai réussi à établir un contact avec un tel être, toi fils de Tavernier tu ne peux que réussir dans tout ce que tu ambitionnes du moment que tu le veux, tout est dans le vouloir et non dans le pouvoir » ; la tête penchée d'Angélite je vois la main d'Hilding se poser dessus et distribuer douces caresses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyLun 2 Oct - 19:42

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Il pouvait se montrer tendre Braham, malgré son sérieux et son côté taciturne, mais une chose qui le mettait vite en rogne était qu'on se montre irrespectueux. Le respect était primordial dans la vie, aussi prit-il la mouche quelque peu envers Hilding. Ce n'était pas la première ni la dernière fois qu'il commettrait cette erreur, mais Braham corrigerait ça, petit à petit, à coup de baffe ou de coup de pied au cul si besoin était. Mieux valait des baffes en tout cas, qu'une corde au cou ou un cou tranché par manque de politesse envers une personne avec plus de titre et de prestige !

Le ton était donné, il n'aimait pas plus qu'on mette en doute ce qu'il enseignait, pourtant c'est ce que le jeune continuait de faire. Le temps viendrait où il se dirait qu'il avait été bien jeune et con, Hilding, mais pour l'heure, Braham devait lui paraître à des moments bien vieux et fou. Le guerrier écouta les raisons du plus jeune à remettre ainsi en question ce qu'il disait. Silencieux, aussi présent que la décoration d'une pièce. « Si je ne t'avais pas jugé digne d’intérêt ou capable de devenir guerrier, je n'aurais pas perdu mon temps à t’enseigner depuis des mois ce que je sais. » Maugréa-t-il un peu avant d’acquiescer les dernières paroles. « Pas celle d'un autre, la tienne. Tu l'épouseras comme tu épouseras ta destinée. » et l'on aurait presque cru croire qu'il parlait d'autre chose. L'arme d'un guerrier pouvait être aussi unique que la fidélité envers une femme.

Le vent se mit à donner et Angélite se posa sous leurs yeux. Et s'il l'avait déjà vu d'aussi près, il ne manqua de paraître encore surpris devant sa superbe. Sighilde s'adressa à Hilding tandis que la griffonne s'approchait de lui amicalement, poussant de son bec. D'un sourire, l'homme la flatta d'une caresse puissante au niveau du cou. « Superbe. » ne put-il que répéter à la créature, se gardant tout de même d'ajouter des 'bonne fille'. Il écouta d'une oreille et regarda Hilding hésiter, le poussa même un peu en avant vers la créature.

Riant il fit quand même. « Mais parfois le pouvoir est le pouvoir, Sigh' » Chez les plus riches, les plus hauts, les plus ambitieux. « Mais tu y arriveras je t'ai donné ma parole avant de t’entraîner, la parole d'un guerrier est sacrée, la mienne en tout cas. » Oui, il savait, dépendant des duchés, la parole d'un guerrier pouvait n'être que du vent et des flatteries pour l'oreille. « Celle de ta cousine l'est tout autant. » ajouta t-il en posant ses yeux sur la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyLun 2 Oct - 22:44

Il est fort mon frère, j'ai foi en lui et ses capacités ; nous sommes de la même famille certes pas frère et sœur mais le même sang, la même détermination a parcouru les branches de l'arbre généalogique de la famille. Quand Braham prend la parole à nouveau, je le laisse dire. C'est une affaire entre les deux hommes et Hilding écoute religieusement, ne baissant pas les yeux. C'est bien ça Hilding tu fais preuve de maturité et de volonté c'est la base de tout.

Puis comme si elle sentait que c'était à elle d'intervenir, Angélite atterrit, la dernière venue pour que Hilding se rende compte qu'il est soutenu. On ne sait pas ce que l'avenir nous réserve, ni même si un jour les voltigeurs affronteront les guerriers mais pour l'heure, au moment où nous grandissons, chacun, il nous appartient de nous tendre la main pour avancer ensemble comme nous l'avons, après tout, toujours fait.

Quand elle pousse du nez Braham, je communique avec elle fais attention quand même, ta force et ton amplitude peuvent le déstabiliser voyons Prudence, Toujours. Je hausse un sourcil, elle sait bien avant moi ce qu'elle doit faire et ne pas faire, elle est mon épaule, mon soutien, mon tout là haut. Prise dans mes doutes, dans mes questionnements, je trouve toujours des images de réconfort, me prouvant que je mérite après tout d'être là où je suis, simplement. Je souris aux paroles de Braham et murmure « merci » ; un merci qui vient de nous deux simplement ; assez de se moquer et de devenir fier, elle accepte ce qu'elle est et ce pour quoi elle a été missionnée, former un équipage avec moi-même, une fille qui au final n'a rien d'une voltigeuse.

Une dernière fois je motive Hilding, je lui explique ; celui-ci est bouche cousue caressant maladroitement la griffonne. Elle se laisse faire car elle comprend simplement inclinant la tête pour orienter les caresses d'une manière plus agréable. Il ne s'en rend même pas compte. Le pouvoir est le pouvoir, telles sont les paroles de Braham «  c'est un fait non négligeable » ; mais je laisse Hilding parler au moment où il lâche la griffonne et se rapproche de nous « j'ai compris quel est mon chemin et comment j'y arriverai ; les paroles que vous avez eues aujourd'hui sont lourdes de sens et je saurai m'en souvenir ; toi soeurette, je me rends compte que cela doit être encore bien plus complexe pour toi de vivre seule alors que moi j'ai ma mère, Braham pas loin » il se rapproche de moi « pour toi je réussirai » se tournant vers Braham « dès demain je te montrerai que je me battrai et que je m'entraînerai jusqu'à ce que la dernière parcelle de sueur ait quitté mon corps » il serre les points regardant la griffonne « pour vous je réussirai mais aussi pour moi ; je peux le faire et je le ferai ».

Le soleil atteint son zénith bientôt et je sais que cela coïncide avec mon départ imminent, d'ailleurs Hilding semble le savoir « je pense que tu ne mangeras pas avec nous ce midi si je me suis bien fié à ta lettre Sigh ? Ta partenaire de vol t'attend à la caserne c'est bien cela pour un petit entraînement » puis s'adressant à Braham « pendant que ma sœur s'entraîne là bas, nous pourrions nous même amorcer quelques échanges non ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyMar 3 Oct - 12:08

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Il se montra satisfait Braham et acquiesça même le retour et les promesses qui lui firent Hilding. Si il était sérieux et qu'il avait confiance, rien ne pourrait entraver sa progression se fit-il. Il remercia d'un hochement de tête Sighilde et ses interventions, s'inclina légèrement pour remercier Angélite de sa présence enchanteresse. Oui. A eux trois, guerrier, voltigeuse, griffonne, ils avaient enfin réussi à donner source de motivation, un appui stable, sur lequel pouvait s’épancher le jeune homme à sa guise jusqu'à ce que ses doutes se soient écartés de son chemin.

Lorsqu'il mentionna midi à Sighilde, Braham leva les yeux pour vérifier la position du soleil. Il avait raison. Et si la voltigeuse et sa partenaire magnifique devait sous peu prendre leur envol, il en était de même pour le guerrier. Alysson-Manger-Travail-Chevaux-Alysson-Dormir. Résumé grossier de ce qu'il devait faire pour l'après-midi. À la remarque d'Hilding, Braham prit le temps de réfléchir, il avait déjà usé ses forces contre sa cousine, mais il était plus motivé que jamais, ce serait du gâchis de lui refuser cet échange. Il hocha donc la tête vigoureusement jusqu'à être alerté par des cris plaintifs venant de l'estomac du jeune homme. Haussant un sourcil il rectifia ce qu'il s'était apprêté à dire. « Le ventre vide, ton corps ne retiendra rien. Nous nous retrouverons avant que le soleil ne se couche. Après mon devoir. Et Ne perds pas de temps à m'attendre en rôdant autour de mon lieu de travail, entraînes-toi plutôt, je viendrais à toi. » Alysson-Manger-Travail-Chevaux-Hilding-Alysson-Dormir. Oui, c'était faisable.

Il se tourna ensuite vers Sighilde après avoir entendu la réponse d'Hilding. « Encore une fois Sigh', ta visite m'a fait grandement plaisir. Il en est de même pour Angélite la Magnifique. » Et il remercia la créature de sa visite d'un signe de tête flatteur. Une dernière question trotta néanmoins dans sa tête, il n'avait pas eu l'occasion de la poser le mois précédent. « Comment se nomme ton coéquipier ou ta coéquipière ? Je serais plus qu'honoré de pouvoir un jour le ou la rencontrer. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyMar 3 Oct - 13:08

Je regarde, j’écoute l’échange entre les deux hommes sans les couper. Je suis heureuse de les voir si proche et rassurée que Braham prenne autant de temps pour former Hilding. Il n’a après tout que lui. Le guerrier a raison après tout, j’ai mon enseignement à la caserne, je suis encadrée, jamais seule. Même quand je viens à Lorgol, j’ai les mots doux et les conseils de Braham qui me guide sur le droit chemin. Il a l’œil et le bon pour noter quand je retiens mes coups. J’en ai eu la preuve il y a quelques minutes lors d’un combat avec mon propre cousin. Que dis-je cousin ? il est mon frère et le restera tout autant que je serai vivante sur cette terre ; je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, si l’affrontement sera de mise entre guerriers et voltigeurs dans quelques années mais je m’obstinerai toujours à le protéger. Si affrontement il y a, je choisirai tout comme lui un secteur où l’on ne sera pas susceptible de se rencontrer. Je ne veux pas risquer ma carrière ni même lui pour ce qui s’apparente grandement à une faiblesse familiale.

L’appel du ventre se fait entendre tant de mon côté que de celui des hommes et les paroles que Braham emploie quelques minutes après sont non dénuées de sens. Hilding sourit « pour sûr, autant s’alimenter et je ne traînerai guère vers ton lieu d’exercice ma mère a besoin de moi en cuisine et en salle ; c’est une sacrée guerrière elle quand elle s’y met, une main de fer dans un gant de velours comme on dit tu sais » ah ça j’ai souvenir de cette tante qui nous choyait enfant mais qui savait nous punir lorsque l’on dépassait les bornes des limites. Au point de pousse le bouchon un peu trop loin certains diront même c’est exactement cela.

Il poursuit venant me saluer « ce fut un plaisir pour moi aussi Sigh de te revoir et surtout je suis ravi que tu es pris cette nouvelle de la sorte ; on ne s’est après tout jamais rien caché nous deux non ? » je souris le prenant dans mes bras doucement « non on ne s’est jamais rien caché » le prenant par les épaules insistante avec mon regard « vis ta vie et ne calque pas ton avenir sur les autres, choisis ce qui est bon pour toi, ne vis pas avec le passé et embrasses l’avenir sans vergogne d’accord ? » un petit clin d’œil me répond en même temps qu’un doux baiser sur ma joue avant qu’il ne s’éloigne un peu plus aux côtés de Braham.

Angélite se rapproche de moi et je vais pour m’installer sur son dos lorsque les paroles de Braham m’interpellent « ravie également de vous avoir revu tout deux » puis souriante « elle s’appelle Helga, elle est d’origine Kyréenne comme quoi les personnes trouvent leur affinité par origine on dirait ».

Tout en les regardant je m’installe sur Angélite qui marche pour se mettre à leurs côtés « la prochaine fois je tâcherai de venir avec elle pour que vous la rencontriez si vous le souhaitez » dis-je pleine d’enthousiasme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyMer 4 Oct - 13:59

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Il fit mine de rire en entendant Hilding parler de sa tante comme une guerrière des fourneaux. Il le croyait sur parole. Et lorsque la voltigeuse commença à se préparer au décollage en glissant un dernier conseil à son frère-de-lait, l'homme reprit pour la laisser partir sereine.

« Je continuerais à le former, et quand je le jugerais prêt, je le présenterais à la Guilde des guerriers. D'ici là Sigh' continue de faire de ton mieux et à nous rendre fier, même si je n'ai aucun doute que tu donneras ton maximum. Il me tarde déjà de commenter vos prochains échanges. » Souri-t-il fièrement avant de ne poser énième question et d'en recevoir la réponse. Helga était un beau prénom, et il serait plus qu'enchanté de la rencontrer dans l'avenir.

« Si elle est s'avère aussi prometteuse et féroce que toi, vous deviendrez des voltigeuses redoutables. Mes salutations à elle et au plaisir de faire sa connaissance un jour. » Les kyréens avaient après tout bonne réputation en combat, il y avait même ce que l'on appelait les Skjaldmö, une espèce de guilde composée exclusivement de femmes se battant à l'aide d'un bouclier et réputées redoutables. Il aurait pu en faire mention, mais c'est à cet instant précis que son propre ventre réclama pitance et qu'il pouffa un peu. D'une claque à son bidon il reprit. « Je vais suivre mes propres conseils et m'en aller me remplir l'estomac avant de passer à l'action. »

Il salua de nouveau d'un signe de tête la gente féminine puis attendit avec Hilding à ses côtés, ils s'écartèrent pour leur laisser la place et admirèrent leurs départs. Quand Sighilde et Angélite se furent assez éloignées il se tourna vers le jeune et lui posa une main ferme sur l'épaule. « Retournons-en à présent et retrouvons-nous plus tard comme convenu. Je t’entraînerais à la hache et à l'épée, il faudra également t'enseigner comment manier un arc, on est jamais trop prudent. Le bouclier aussi est important. Et pourquoi pas une masse. » Tant d'envie pour découvrir l'arme qui était faite pour Hilding, bien qu'il ai déjà quelques idées. Si après plusieurs essais le garçon n'arrivait toujours pas à se décider, cela deviendrait problématique. Il n'y avait rien de pire qu'un guerrier qui ne savait pas se décider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage EmptyMer 4 Oct - 18:40

De savoir mon frère sur les chemins de la guilde me comble de bonheur ; un peu d'inquiétude aussi mais je préfère rester sur une note positive. Il a un fort caractère, qui mérite d'être encadré mais tout comme moi il est besogneux et avec un peu d'attention, de haussement de voix de la part de ceux qui l'encadrent il devrait s'en sortir. Je souris à un avenir réjouissant pour nous deux. Si seulement j'étais devin et je pouvais voir l'avenir peut-être que mon sourire à cet instant s'atténuerait un peu ; la maladie peut conduire à monter les uns contre les autres, il viendra le temps où l'on devra choisir pour qui l'on se bat, pour son peuple, son groupe ou sa famille mais ça j'ai bien le temps de le voir venir alors je balaye mes appréhensions d'un battement de cil discret.

Aux paroles du guerrier je commente simplement « je n'en attends pas moins de toi et j'ai moi aussi hâte de combattre à nouveau avec toi Hilding » d'ailleurs à cette remarque pointue il me rétorque « aucun coup bas la prochaine fois Sigh, sinon moi aussi je m'y mets » ; j'émets un petit rire accompagné d'un clin d'oeil à son égard « mais voyons pour qui me prends tu ?. Le regard levé au ciel de la part d'Hilding veut tout dire, il me connaît tellement bien...

Lorsque j'évoque Helga il la salue de ces paroles et je lui réponds simplement « l'on se ressemble oui, ce n'est pas pour rien que l'on s'est trouvé à la Caserne je crois ; on a foncièrement le même caractère, elle vous plaira à coup sûr la prochaine fois je l'emmène » ; j'ai hâte de leur présenter cette jeune femme avec qui j'ai sympathisé, qu m'a pris sous son aile au sein de la caserne, qui me rassurent malgré les brimades et les regards moqueurs. Peu à peu une confiance s'est installée entre nous deux. J'ose espérer qu'à la sortie de la caserne nous serons affectées dans le même vol.

Installée sur Angélite je les salue une dernière fois alors que les ventres les oriente vers une assiette bien méritée, passant à leurs côtés avant qu'ils ne rentrent chez eux je les salue simplement « merci pour cet agréable moment et Hilding tu m'as rendue très heureuse en m'annonçant ce que tu aspires à devenir, tu réussiras.... » le sourire d'Hilding à ce moment là veut tout dire. Juste avant de décoller un dernier mot à Braham « Merci, merci pour tout ».

Puis sans un regard en arrière, je sens le corps d'Angélite se soulever au moments où les ailes s'écartent pour nous éloigner de ma famille. Je suis souriante, heureuse, mon frère a un avenir, Braham est un pilier, un modèle pour lui, Braham il est j'ai l'impression comme le père que je n'ai jamais eu... mon oncle n'est qu'un tavernier, pris dans ses gamelles et ses assiettes je n'ai pas le même rapport avec lui que ceux que j'ai désormais avec le guerrier.


C'est le cœur empli de joie, d'ambition et d'espoir que je regagne la caserne avec l'envie profonde de revenir en Lorgol au plus vite, pour suivre l'évolution constante d'Hilding...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Une même source de courage   Une même source de courage Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une même source de courage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: