AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -42%
STANLEY Coffret outils 38 pièces
Voir le deal
19.99 €

Partagez
 

 Jouons entre enfants de Miracles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Jouons entre enfants de Miracles   Jouons entre enfants de Miracles EmptyJeu 28 Sep - 14:33


Livre II, Chapitre 5 • La Mort dans les Veines
Mélodie douxvelours & Agathe Martel

Jouons entre enfants de Miracles

Et que les étincelles jaillissent.



• Date :  6 Aout au matin très tôt
• Météo (optionnel) : Beau temps un peu frisquet, mais qui se réchauffe doucement.
• Statut du RP :pv
• Résumé :
Mélodie sort d'une nuit à avoir embêter Lancelot dans son Atelier. Après avoir dormi la-bas elle retourne dans la Ville Basse, obligation oblige fuyant par la même la populace dédaigneuse de la haute société. Mais elle tombe nez à nez avec une une demoiselle bien remonté.
• Recensement :
Code:
• [b]6 Aout 1002 au matin:[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2671-jouons-entre-enfants-de-miracles#81729]Jouons entre enfants de Miracles[/url] - [i]Mélodie douxvelours & Agathe Martel[/i]
Mélodie sort d'une nuit à avoir embêter Lancelot dans son Atelier. Après avoir dormi la-bas elle retourne dans la Ville Basse, obligation oblige fuyant par la même la populace dédaigneuse de la haute société. Mais elle tombe nez à nez avec une une demoiselle bien remonté.



Dernière édition par Mélodie Douxvelours le Ven 27 Oct - 15:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Jouons entre enfants de Miracles   Jouons entre enfants de Miracles EmptyJeu 28 Sep - 14:34

La nuit avait été douce, longue et remplie d’une complexitude qui m’avait assommé. M’étirant comme un chat, je sors de l’atelier de Lancelot, les cheveux en batailles et la chemise mal arrangée sous un corset délacé. Le petit espion était encore en train de dormir, ayant veillé jusqu'à plus tard sur l’élaboration d’un nouveau prototype de…de quoi déjà ? Il avait tenté de m’expliquer à la lueur de sa lanterne et le son de sa voix m’avait porté dans le pays des songes. Enroulée dans une couverture, roulée en boule sur l’une des tables de son atelier, entre bras mécanique et machinerie étrange, le cliquetis des machines et des mains travaillant inlassablement avait été mes gardiens et aucun cauchemar n’était venu perturber mes rêves.
Un vrai délice, et j’étais d’une humeur plus que joviale, j’avais laissé la couverture sur les épaules du savant, mais pris une de ses vestes pour me prémunir du froid matinal. Il ne m’en tiendrait pas rigueur, au pire, je me moquerais de sa colère, il en rougirait, me ferait la leçon et un repas plus tard, toute fureur le quitterait.
Il n’était pas très rancunier. Quoi que ces derniers temps je me disais que je ne le connaissais pas tant que cela, qu’il y avait énormément de chose qu’il cachait tout au fond de lui. Mais qu’importe, chacun avait son intimité et ses aventures inavouables, alors pourquoi pas cette belle tête d’ange complètement insupportable ?

Cela ne m’empêcherait pas de savoir le moment venue.

Ma main dans mes cheveux, je me retourne pour fermer la porte avec délicatesse et ne faire tinter aucune clochette qui aurait pu réveiller le prince et ses sujets de métal. L’air était piquant, mais déjà emprunt d’une douce chaleur qu’un soleil timide offrait déjà à la ville de Lorgol. Je n’aimais pas les quartiers de la Ville Haute et même si j’appréciais la compagnie de Lancelot, j’avais hâte de retourner chez moi, et surtout j’espérais ne pas croiser grand monde.
Je n’aimais pas les œillades hautaines que les gens d’ici pouvaient lancer aux gens n’ayant pas des habits suffisamment fortunés pour leur plaire. J’avais toujours la main leste, surement trop, et j’étais persuadée que cela finirait par me jouer des tours, alors autant ne pas tenter le diable.

C’est ce que je me disais, mais alors que le ciel se colorait à peine de couleurs plus vives, c’est une petite tête blonde qui me fait face. De grands yeux outrés posés sur moi. Appelez ça l’instinct, ou le jugement, mais je savais déjà que celle là, elle m’amuserait follement, ne serait-ce que par son visage renfrogné dont les lèvres pincées ne tarderait surement guère à me faire une remontrance dont la teneur m’échappait encore.

Agathe !
Voilà le nom qui explose dans mon esprit tandis que je me souviens d’où je l’avais vu. Une gamine au regard fuyant et les joues empourprées à côté d’une Mélusine pleine d’énergie.
Ceci expliquait donc cela. Elle ne m’énervait pas comme la réprobation qui émanait de son corps aurait dû, mais elle m’amusait déjà.
J’avais souvent bien du mal à détester les enfants des Miracle, je pouvais m’en méfier, ne pas vraiment les apprécier, mais il y avait toujours ce fond de sympathie qui bouillonnait dans mes veines tandis que j’assimilais chaque tête à une famille qui je n’aurais jamais réellement.

-Être si grognon de bon matin, si ce n’est pas malheureux. Qu’est-ce qui t’agace tant que ça petite ?

Moi ? Ho non jamais. Le sourire insolent qui élargit mes lèvres ne plaidera certainement pas en ma faveur.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Jouons entre enfants de Miracles   Jouons entre enfants de Miracles EmptyVen 27 Oct - 15:32

Elle avait l’esprit embrumé. Elle avait… Elle avait dit et fait des choses dont elle n’était pas certaine, encore, de toute l’ampleur que cela pouvait prendre. Qu’avait-il entendu, la veille, alors qu’elle lui parlait? Avait-il compris toute sa détresse et le tourbillon chaotique des émotions qui l’habitait? Elle en doutait. Elle doutait de ce qu’elle ressentait. Elle doutait de Lancelot l’Adroit aussi. Un Cielsombrois. Agathe. Franchement. Ils étaient aussi fiables émotivement qu’un kraken en pleine mer. Tout le monde le disait.

Alors elle avait quitté tôt la tour de Sylvamir en se croyant discrète et avait trottiné jusque là, jusqu’à la boutique. Pour le voir. Pour se rassurer. Pour lui dire qu’il l’agaçait, finalement. Ou simplement pour le regarder encore un peu. C’était plus probable, si elle était honnête avec elle-même. Et puis… À quoi bon avoir fait tirer si fort son corset pour mettre en valeur sa petitesse? Son premier corset. C’était étrange, de le sentir là, contre son corps, à rehausser un renflement encore bien délicat de sa poitrine. Le soleil perçait timidement, lorsqu’elle atteignit enfin la pâtisserie. De l’autre côté de la rue, il y avait les Merveilles Adroites encore fermée. Il était trop tôt, beaucoup trop tôt. La blondinette hésitait dans ce flottement : rebrousser chemin et retrouver Mélusine, Arsène et Meldred pour le grand déjeuner ou patienter ici que les portes ouvrent, que l’artisan pointe le bout de son nez?

Elle se trouvait bien ridicule, Agathe, et elle en était à abaisser le minois, les joues un peu rosées de son insignifiance. Le bruit de la porte qui ouvrait, toutefois, avait attiré son attention et l’avait sortie de ses pensées résignées. Ce n’était pas Lancelot qui ouvrait sa boutique, c’était plutôt une femme qui en sortait. Une femme d’une beauté évidente sous des vêtements sobres et élégants. Magnifique. La joliesse de Mélodie l’avait frappée avec autant de violence que sa présence dans la boutique de Lancelot. Frappée par une carriole en plein élan. Propulsée sous la ruade d’un taureau en pleine feria. Il était… Elle était… Ils étaient.

Agathe abaissa son regard sur le pavé pour chercher une preuve que son coeur était bien éclaté. La douleur cuisante à sa poitrine n’était pas dû à son corset. C’était l’effet de la présence de Mélodie. Elle avait passé la nuit auprès de lui. C’était évident. La douleur irradiait en pulsation à sa poitrine, puis engourdissait de plus en plus. Quelques voix s’élevaient de l’autre côté de la rue : la Ville-Haute s’éveillait doucement, et son coeur avait fuit. Mais où était-il? Elle pivotait, la toute blonde, s’apprêtant à rebrousser chemin dans un état déplorable. Sa poitrine se soulevait irrégulièrement. Les sanglots semblaient eux-même hésitant à se faire entendre, aussi surpris qu’elle. C’était violent, ça c’était fait rapidement. Elle n’avait rien vu venir, pas vraiment. En l’espace d’une petite seconde, Agathe avait appris trois choses. Elle l’aimait douloureusement. Il ne l’aimait pas. Son coeur s’était cassé, quelque part, lorsqu’il était tombé sur les pavés.

- Être si grognon de bon matin, si ce n’est pas malheureux. Qu’est-ce qui t’agace tant que ça petite ?

En entendant la voix qui lui était familière, Agathe s’était tournée vers elle bien lentement, un peu égarée. Il lui fallut quelques secondes pour que les mots entendus fassent un sens quelconque à son esprit. Elle n’avait jamais détesté Mélodie. Mais aujourd’hui, la voleuse ainsi que le reste de l’humanité dégoûtaient étrangement l’adolescente.

- J’ai… J’ai perdu quelque chose. ...Ce n’est plus ici, visiblement.

Elle porta une main à sa gorge pour se reprendre. Ses doigts étaient glacés. La blondinette sourcilla, s’efforçant d’offrir à l’autre enfant des Miracles un discours environ cohérent.

- J’avais cru que… J’avais cru que la boutique était fermée.


Jouons entre enfants de Miracles 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Jouons entre enfants de Miracles   Jouons entre enfants de Miracles EmptyVen 27 Oct - 19:16


Perdue quelque chose ? Ha oui ? Vraiment ? Hé bien, pour une fois que je n’étais pas à l’origine de tant de colère. Peut-être devenais-je un tantinet égocentrique pour penser être systématiquement à l’origine des ennuies d’autrui comme ça. Mon amusement reste, mais je calme mes ardeurs. Il n’était pas tant d’agacer la petite qui semblait réellement perturbée.

-Ho, hé bien, dis moi ce que tu cherche, nous finiront bien par le trouver. Ne t’en fait pas, rien ne reste caché bien longtemps pour ceux qui servent les ombres.

Je lui lance un clin d’œil et cherche entre les pavés quelques bijoux, relique ou je ne savais guère trop quoi qui aurait pu appartenir à la demoiselle. Au pire, il suffisait de faire passer le mot, peut-être que son bien avait atterri à la Cour. Rien n’était perdu et vu l’expression décomposée de son visage, il devait s’agir de quelque chose de valeur. Peut-être un bijou sentimental, de ce genre d’objet qui véhicule des souvenirs irremplaçables.

Je gravitais tranquillement autour d’elle, ne voulant pas trop la laisser seule dans cet état. Toute pouponnée qu’elle était, une beauté à la lisière de la maturité, sa fragilité évidente risquerait sans doute d’attirer quelques vautours. Même si elle était l’élève de Mélusine, je doutais qu’elle soit déjà capable d’éconduire quiconque et personne n’était à l’abri de se faire entourloupé, ici plus qu’ailleurs. Les arnaqueurs étaient légions et d’une subtilité redoutable.
Mon sourire s’étire doucement à la mention de mon ami. Elle devait sans doute faire ses gammes auprès de l’espion. Qu’elle apprenne deux trois choses de Lancelot ne m’étonnait pas, il était doué, et même plus que cela très certainement.
Elle avait dû le perdre en venant ou ressortant d’un entretien avec lui. Il ne m’avait jamais vraiment parlé de la petite, mais peut-être n’en avait-il jamais vraiment eu l’occasion. J’aurais raffolé savoir quelle genre d’enfant pouvait être sous la tutelle de la sulfureuse voleuse. Pour le moment je la trouvais bien timorée pour supporter les frasques de son maître.

-Oui, la boutique est fermée à cette heure-ci. Lance ouvre plus tard, mais pour le moment il dort encore, la nuit a été longue et fatigante. Il faut qu’il se repose encore. Si tu veux le voir passe un peu plus tard, ça serai gentille de ta part.

Il avait déjà assez affaire comme ça, assez de soucis, sans compter ces histoires de maladies touchant les mages. Nous en avions aussi parlé, mais nulle solution ne semblait être à porté. Ce qui avait été frustrant.

- Et sache que pour des personnes de notre trempe, nulle porte ne peut nous résister bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Jouons entre enfants de Miracles   Jouons entre enfants de Miracles EmptyLun 13 Nov - 18:56

À chacun de ses mots, Agathe sentait le poids de la tristesse peser sur ses épaules, enserrer son coeur et presser sa poitrine. Était-ce le corset qui l'étouffait ainsi? Le minois toujours incliné vers le sol, elle déposa le plat de sa main sur son ventre. Non. Elle respirait toujours. Elle était toujours vivante. Mélodie s’amusait ou souriait, Agathe ne savait plus trop. La blondinette s’agenouilla à même le pavé pour endosser le rôle qu’elle s’était créée sans trop d’entrain. Son désarroi lui assurait un minimum de vrai, dans son air et ses manières. Elle fouillait le sol en ne cherchant rien du tout, en l’examinant sans le voir.

Ils avaient passé la nuit ensemble.

Elle sentait ses yeux picoter légèrement. Sa tristesse était brûlante et vive, mais l’adolescente savait qu’elle n’arriverait pas à pleurer. Pas ici, pas en pleine rue, pas devant elle. Et sa surprise était trop grande pour lui permettre des éclats de chagrin. Il lui faudrait du temps pour bien comprendre, pour assimiler et apprivoiser sa blessure, et peut-être pleurer. Elle avait versé plusieurs larmes lorsque Grâce l’avait abandonnée pour une seconde fois, en Valkyrion. Elle avait pleuré sur le navire pirate, lorsqu’on l’avait déracinée de Bellifère. Agathe pleurait peu, malgré les épreuves et sa vie éprouvante. Là encore, pathétiquement agenouillée en pleine rue, le coeur en miette et ses illusions déçues, elle n’arrivait pas à fondre en larmes. Pas de larmes pour un perfide petit menteur. Quelque part, la Belliférienne se doutait que ça lui ferait du bien. Hurler, tapper du pieds, Méluniser ses émotions. Elle n’y arrivait simplement pas.

- Lance… Lance, c’est le surnom que tu lui donnes?

Pourquoi s’entêtait-elle à se martyriser de la sorte? Une petite voix au fin fond de son esprit, une lueur de lucidité, lui intimait de partir, et vite, de ne pas laisser la situation lui gangrener l’esprit totalement. Agathe cessa sa fouille inutile pour regarder Mélodie. La jolie Mélodie. La Mélodie qu’il faisait danser, au mariage de sa tutrice. Elle était belle et énergique, la voleuse.

- Je… Tu ne devrais pas… Enfin… Tu ne devrais pas parler de… De ça, si ouvertement…

Parce que chacun de tes mots est une lame empoisonnée qui me pique le coeur. Elle semblait bien sérieuse, la joliette, avec ses joues rouges d’émotions et ses sourcils froncés sous la gravité des accusations. Malgré tout, Agathe acceptait sa recommandation d’aller voir Lancelot. Ce serait gentil, et Agathe était une gentille fille, après tout. Rien de plus.

- C’est… Je cherche une boucle… En or. C’est un présent de ma grand-mère. C’est ce qu’il me reste de Bellifère…

N’importe quoi.


Jouons entre enfants de Miracles 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Jouons entre enfants de Miracles   Jouons entre enfants de Miracles EmptyMer 22 Nov - 13:41

« Lance… Lance, c’est le surnom que tu lui donnes? »



Quelle étrange question tandis que mes yeux se reposent sur la demoiselle, abandonnant la recherche de l’objet inconnu. 
 

-Ba oui, tu veux que je l’appel comment, monsieur l’Adroit ?
 
Il n’y a jamais eu de ça entre nous, même au début, des insultes, des vacheries à la rigueur oui, mais pas de civilité à n’en plus finir. De toute manière je n’avais jamais été capable de me rouler dans ces formules de politesse sans intérêt si ce n’était de marquer encore un peu plus l’écart des classes les unes envers les autres. Et Lance était mon ami, pourquoi irais-je prendre des gants quand je parle de lui ou que je lui parle tout court ? Quelle étrange gamine, mais la cour des Miracle lui apprendra rapidement ce qu’il en était. J’avais du mal à la comprendre, en même temps vivre en Béllifère devait sacrément déranger les méninges.
En plus je ne comprends pas pourquoi elle me reproche d’être si…quoi ? De quoi ne pouvais-je pas parler ? Haaa ces bélliférienne….
 
-Déride-toi, il n’y a personne pour nous entendre, quand bien même nous sommes dans le Ville Haute.
 
C’était certaine de parler ouvertement de la Cour des Miracles qui devait la mettre mal à l’aise. Et même si nous n’étions pas sur notre territoire, j’étais persuadée que nous ne risquions rien.
Il n’y avait pas foule aussi tôt dans les rues, et nous ne parlions pas si fort. Quand bien même ils nous seraient aisées de noyer le poisson dans l’eau, ce n’était pas comme si j’avais crié haut et fort que nous étions des voleuses.
 
Tout à mes réflexions, je me retiens de justesse de lui faire remarquer que tout souvenirs venant de ce duché horrible pouvait bien bruler et que ce n’était pas une grosse perte, mais vu l’état de décomposition avancé de son visage, je n’allais pas m’y risquer. Sinon elle allait littéralement se liquéfier sur place pour se faire emporter par le vent.
 Je me rapproche d’elle et la prend parles épaules.
 
-Bon, tu te calme, ou tu l’as vu pour la dernière fois ? Tu veux que j’aille voir dans l’Atelier du petit génie pour vérifier qu’elle ne soit pas tombée à l’intérieur ? Le connaissant et maniaque comme il est, il ne l’aurait pas laissé trainer et l’aurais rangé dans un tiroir. Je connais suffisamment bien ses manies pour avoir une petite idée d’où ça pourrait être.
 
Il n’aimait pas le désordre, c’est la raison pour laquelle je m’appliquais souvent avec un sérieux terrible à y mettre le bazar. J’aimais bien l’entendre m’insulter, il avait un vocabulaire des plus originaux quand il s’y mettait.
De là à dire que j’aimais à fouiner dans ses affaires et collecter ses petits secret…je ne m’y risquerai pas voyons.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Jouons entre enfants de Miracles   Jouons entre enfants de Miracles EmptySam 16 Déc - 1:24

Il lui semblait bien convenable que Mélodie appelle Lancelot par un titre suivi de son patronyme. Lance.. Lance était si familier, si intime, qu’elle sentait d’autant plus cette jalousie sirupeuse envahir ses veines et la rendre fiévreuse. Elle n’était pas prête à se lever, ses genoux sur le pavé et ses jupons très certainement souillés, désormais. La magnifique voleuse lui parlait et parlait encore, et Agathe n’écoutait pas ou si peu, une main sur son ventre compressé par son corset. Ça bourdonnait à ses oreilles, un débit de mots sans importance. Jusqu’à ce que Mélodie ramène le souvenir cuisant de sa visite dans l’atelier de Lancelot. De la main de Lancelot sur la sienne. De leurs confidences échangées. Il avait osé lui en parler…? Il avait osé piétiner leur seule véritable rencontre?

- Je.. Mais je ne vais pas dans son atelier! Une fois.. Juste une fois. Il t’en a parlé?

Agathe ne se dégagea pas lorsque Mélodie enserra ses épaules de ses deux mains, la forçant à se relever. Elle lui faisait face, à grandeur égale, et ses yeux s’attardaient sur ses lèvres charnues, sur sa peau satinée, sur ses grands yeux doux si trompeurs. Elle les imaginait sans difficulté, lovés l’un contre l’autre, à se moquer de cette pauvre petite souris qui avait cru, qui avait espéré. Il lui avait dit, la veille, qu’il ne recevait personne, dans son atelier. Qu’est-ce qu’elle n’avait pas compris? Qu’est-ce qui lui avait échappé?

- Tu ferais ça..? Tu irais voir dans l’atelier de Lancelot, pour moi?

Elle n’y comprenait pas grand chose. Le trouble de savoir que Lancelot s’était joué d’elle et que Mélodie partageait ses nuits rendaient leur conversation irréelle, mais au-delà du choc, Agathe trouvait dans leur échange quelques incohérences. Pourquoi la si jolie Mélodie voulait-elle lui rendre service, alors qu’elle savait visiblement que Lancelot l’avait acceptée dans son atelier, la veille? Était-elle une dépravée cielsombroise, elle aussi? Une relation ouverte et décousue, polygame et tout le chaos généalogique qui allait avec?

- Je vais t’attendre ici…

Sans trop savoir comment elle y était arrivée, Agathe lui avait offert un sourire pâle où la tristesse ne trompait pas. Il ne fallait plus qu’elle patiente que Mélodie retourne voir son amant pour disparaître dans la Ville Haute et s’enfuir jusqu’à la Tour de sa tutrice. C’était très certainement la pire idée à avoir, le pire scénario à suivre, dans la mesure où Mélodie la retrouverait dans quelques jours, à peine, sur les pavés de la Cour des Miracles, mais pour ce matin, la douleur était trop vive, trop intense, pour se montrer sage et porter le masque des civilités.


Jouons entre enfants de Miracles 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Jouons entre enfants de Miracles   Jouons entre enfants de Miracles EmptySam 20 Jan - 15:40

Je hausse les épaules. Qu'est-ce que je pouvais bien en avoir à faire de qui venait ou non dans son atelier, s'il devait me raconter chaque rencontre avec des apprentis des miracles ou autres, je pense que j'en mourrais d’ennui et je détestais m'ennuyer. Vraiment, il n'y avait rien de pire pour vous happer dans un tourbillon de pensée qui paralysait toute action. Un vrai calvaire.

-Aucune idée, j'ai pas une mémoire exceptionnelle et j'avoue que les allers et venus qui peuvent se faire la-dedans m'intéresse pas plus que ça.

Dis-je en lui montrant la porte de l'atelier de Lancelot. Puis la gamine se fait pressante. Oui, je pouvais y aller, elle aussi dans un sens, je ne comprenais pas cette espèce de candeur qui émanait d'elle. Pourquoi autan de retenu? Bon je lui avais certes dit qu'il dormait et qu'il avait besoin de repos, mais pas la peine de prendre cet aire religieusement candide, presque horrifié à l'idée de venir bafouer le réveil du génie de la Cour des Miracles. Vraiment, Mélusine avait de drôle de gout, je n'aurais jamais cru qu'elle s’enticherait d'une demoiselle comme ça, enfin dans le fond, qu'est-ce que je pouvais connaitre de cette femme? Rien, c'était un fait. Alors après avoir tenté de chercher une réponse dans le plis impeccable de sa robe, je finis par acquiescer, souriant pour la soulager du poids qui agitait ses épaules et qui me donnait l'impression qu'il finirait par l'écraser. Purement et simplement.

-C'est bon je m'en occupe.

En tournant les talons, je ne remarque pas le soulagement qui fait se gonfler sa poitrine. M'infiltrant de nouveau dans le repaire de Lancelot, je ne fais aucun bruit, jouant avec les ombres et le silence, dans mon élément. J'étais inconséquente, stupide peut-être parfois, mais toutes ces idées s'évaporaient lorsqu'on pouvait me voire à l'action. Ce que seuls mes collègues voleurs avaient le luxe d'entrapercevoir. Peut-être était-ce pour cela que les moqueries ne pleuvaient pas à mon encontre, ou alors était-ce à cause de mon tempérament pour le moins violent? Un peu des deux sans doute.

Doucement, sans me presser pour ne pas offusquer les lattes de bois et les faire gémir de mécontentement, je finis par rejoindre la commode. Je me mets à chercher sa babiole, méticuleuse, sérieuse, pour une fois. Mais rien, rien de rien. C'était étrange, j'étais presque sûre que j'aurais pu la trouver là. A part quelque objet et autres mécaniques obscures, il n'y avait strictement rien qui ne ressemblait à ce que la jeune Agathe cherchait. Alors je retourne dehors bredouille, pour me retrouver face...au vide. Je la cherche du regard, à droite, à gauche, au milieu. Plus rien, pas l'ombre d'une fanfreluche, d'une boucle blonde ou de grand yeux perdus et maladivement tristes.

Et bien...quelle étrange gamine... devais me sentir insultée ou non? Estimant que la question n'était pas assez importante pour me pourrir la matinée, je repars en quête d'un endroit ou me nourrir. J'avais faim.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Jouons entre enfants de Miracles   Jouons entre enfants de Miracles Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jouons entre enfants de Miracles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Allons z'enfants [DVDRiP]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: