AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -34%
Ventilateur ROWENTA VU5640 TURBO SILENCE EXTRÊME
Voir le deal
66 €

Partagez
 

 À l'abordage de l'ennui et du chagrin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyJeu 5 Oct - 17:06


Livre II, Chapitre 5 • La Mort dans les Veines
Vira Sabir & Liry Mac Lir

À l'abordage de l'ennui et du chagrin

Quand une fan remonte le moral de son idole



• Date : 3 septembre 1002
• Météo (optionnel) : Il fait gris et moche dans le coeur de tout le monde malgré un soleil éclatant.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Sachant que l'Audacia est clouée au port, Rhéa malade, Liry se met en tête d'aller faire une petite visite à Vira, son idole.  Elle-même ayant une liaison très forte avec Vagabonde et un besoin de bouger et de partir, elle devine aisément les pensées qui doivent assaillir la pirate.  Elle s'en veut de quitter le chevet de Pénélope qui est malade, mais elle a besoin d'un peu d'air aussi.
• Recensement :
Code:
• [b]3 septembre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2694-a-l-abordage-de-l-ennui-et-du-chagrin]À l'abordage de l'ennui et du chagrin[/url] - [i]Vira Sabir & Liry Mac Lir[/i]
 Sachant que l'Audacia est clouée au port, Rhéa malade, Liry se met en tête d'aller faire une petite visite à Vira, son idole.  Elle-même ayant une liaison très forte avec Vagabonde et un besoin de bouger et de partir, elle devine aisément les pensées qui doivent assaillir la pirate.  Elle s'en veut de quitter le chevet de Pénélope qui est malade, mais elle a besoin d'un peu d'air aussi.



Dernière édition par Liry Mac Lir le Jeu 5 Oct - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyJeu 5 Oct - 17:06

Si tu avais épousée la vie de pirate, tu aurais voulu monter à bord de l'Audacia, cette magnifique vivenef dont ton cousin Red arpente les ponts. En fait, tu l'avais même envisagé, petite, pour aller à la découverte du mystère que représentait à tes yeux ta sœur Pennia.  Tu aurais voulu monter sur l'Orichalque avec ton père, mais ils acceptaient pas les femmes à bord et bon, l'Audacia c'est quand même un vaisseau qui a fière allure.  Et c'était sa tête de proue qui avait recueillie Red tout droit dans les bras des dragons des mers.  Cela a quand même toute une importance prestigieuse!  Ça et le sans pareil du navire de pirates.  Tout le monde connaît l'Audacia.  Ils ont parcourus toutes les mers, tu n'en doutes pas un seul instant et les histoires de ton cousin sont tout autant de bonnes raisons de le croire.  Maintenant que tu travailles sur le Borée, tu ne regrettes pas ta décision de suivre ton aînée sur le continent pour apprendre la cartographie.  Certes, d'autres vivenefs se sont aventurées dans l'Archipel du Vent, mais tu es absolument certaine que personne d'autre, du moins pas de mémoire d'homme, n'a jamais entrepris la tâche d'en cartographier les côtes des différentes îles.  Et un jour, quand vous aurez fini de le faire, vous iriez encore plus loin.  Jusqu'au bout du monde et par-delà les mers connues.  L'idée t'excite tellement que tu ne peux pas tenir en place.  Et pourtant, c'est bien ce que tu dois faire depuis que tu as remis les pieds sur le continent après avoir trouvé cet énorme Sablier magique ou tu ne sais trop quoi.  Tu n'as pas vraiment cherché à savoir à quoi il servait vraiment ce truc.  Ça ne t'intéresse pas.  Le seul fait qui t'intéresse, c'est que tu ne pourras pas le vendre pour une énorme fortune.  Néanmoins, en échange tu gagnes un passage sur un drakkar animé par un dragon.  Ça veut quand même ce que ça vaut.

Ça n'empêche pas le temps d'être long avant le jour du grand départ prévu pour octobre.  Ça et le fait que tu ne peux pas portailler pour retourner sur le Borée parce qu'on a besoin de toi pour guider l'Égide.  Et aussi parce qu'il serait difficile de t'envoyer sur un bateau qui est on ne sait où.  En vérité, tu crois que le Borée ne doit pas être allé très loin cette fois, il doit sûrement s'occuper de continuer à recenser les vivenefs errantes qui naviguent entre les îles puisque tu n'es plus là pour cartographier et que ton maître a pris sa retraite et mène une vie paisible près d'une rivière en Ansemer.  Et avec Pénélope qui est atteinte d'une étrange maladie qui ne semble pas vouloir guérir.  Il faut avouer que tu t'inquiètes beaucoup et ce n'est pas de tout repos pour empêcher ta sœur au lourd sens des responsabilités de s'éreinter en essayant d'aider tous les élèves touchés par la même maladie.

C'est pour ça qu'après l'avoir conjuré de ne pas en faire trop, tu es partie pour une balade.  Et tes pas t'ont mené vers l'Audacia tout naturellement.  Consoler les gens, c'est pas trop quelque chose à quoi tu es extrêmement douée, mais tu es certaine que si tu peux faire sourire un peu Vira, ça pourrait devenir amusant, le temps qu'elle oublie un peu leur confinement à Lorgol.

Au quai, tu salues les quelques gens que tu connais à bord : il n'y en pas beaucoup, tu les as surtout croisés lors de leur passage sur ton île alors que le Borée s'y ancrait pour l'hivernation.  Tu n'arrêtes pas de demander à Red de t'emmener faire un tour sur son bateau, mais les occasions sont rares entre les différentes trajectoire des deux vivenefs.  Tu n'oses pas monter sur le pont, mais près de l'écoutille, tu te mets à crier :

« La Vira!  Youhou!  C'Liry!  Oyez la Vira!  Ya Liry l'Îlienne qu'est v'nue t'voir! »

Tu continues ton petit manège sans t'occuper des gens qui t'entourent.  Si ça se trouve, elle est peut-être même pas là.  Mais quelque chose te dit que comme tu restes fidèlement au poste près de ta sœur, elle l'est sûrement auprès de Rhéa.  C'est ton idole, tu serais bien idiote de ne pas pouvoir en deviner aussi peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyDim 15 Oct - 23:48

Vira était de très mauvaise humeur. Il n'était pas bon pour son entourage de se retrouver à proximité de l'Îlienne en cette période. Heureusement – ou malheureusement – pour eux, très peu de personnes se trouvaient aux alentours de Vira à ce moment précis. Elle aurait sûrement préféré. Passer ses nerfs sur quelqu'un et lui faire comprendre toute l'étendue de sa frustration. Cela prouverait que les choses étaient comme avant. Mais il n'y avait personne sur qui elle pouvait se défouler. Elle n'était que là, à arpenter rageusement le pont, empreinte à une migraine terrible qui n'arrangeait en rien son humeur et une inquiétude très prononcée qui ne faisait que majorer le tout. Parce que Vira Sabir détestait plus que tout d'être inquiète. Or, elle l'était en ce moment précis. Inquiète pour Rhéa, pour Lena, pour tous les mousses de l'Audacia. Inquiète et furieuse et malheureuse aussi, que Solveig est désertée sa place sur la vivenef pour rejoindre le front où elle pouvait mourir à tout moment. Ici aussi, elle pouvait mourir à tout moment, mais au moins, Vira l'avait sous les yeux pour en être sûre et elle pourrait tuer directement – et dans les pires souffrances – celui qui avait osé porter le coup fatal. Alors que là, si elle apprenait la mort de Solveig, il lui faudrait encore quitter le navire, pourchasser le coupable dans tout le continent pour lui administrer le coup de grâce. Elle qui avait horreur de quitter Rhéa. De quoi aller découper le corps de son amie en petits morceaux, pour l'avoir ainsi arrachée à son navire tant aimé. Ah ça non. Elle ne pouvait pas quitter Rhéa. Et surtout en ce moment. Le moment où elle était tellement fragile qu'ils étaient cloués à Lorgol par une terrible maladie qui touchait tous les mages. Qui touchait la magie. Alors pour une vivenef. Une vivenef qui soutenait des gens qu'elle aimait à bord. Vira se trouvait avec une méchante migraine, une fatigue parfois harassante et une envie furieuse de tuer tout ceux qui se pointaient sous son nez, histoire de faire autre chose que marcher et pour évacuer toutes ces ondes négatives.

Elle en était là, Vira, lorsqu'un cri retentit par-dessus bord. Un cri qui semblait scander son nom. Qui donc osait la déranger dans ces ruminations ? Qui donc venait troubler sa mauvaise humeur ? Une pauvre âme qui rêvait donc que la redoutable pirate vînt lui passer sa lame à travers son corps ? Elle serra ses poings et marcha d'un pas décidé, impérieux et brutal vers le bastingage qui donnait sur le pont pour passer sa tête par dessus le bord et rugir un « QUOI ? » tonitruant, qui sembla retentir à l'infini. Ca oui, Vira était de très mauvaise humeur. Toutefois, son humeur remonta considérablement – à défaut de sa migraine – lorsqu'elle aperçut la « petite » Liry sur le quai. Une cousine éloignée, parce que sur l'Archipel, tout le monde est cousin de tout le monde. La pirate ne se souvenait pas de ses parents, mais elle se souvenait de ses amis et Liry était cette petite Îlienne qui avait bien grandi et qu'elle appréciait parce que les Îliens s'appréciaient entre eux. Déjà, parce qu'ils partageaient la même culture bien éloignée de celle du continent et ensuite -et surtout- parce qu'elle allait ENFIN pouvoir discuter avec quelqu'un sans chercher à trouver ses mots ou trop se concentrer pour tenter de comprendre ce qu'on lui disait. Elle lui adressa un petit signe, signifiant qu'elle allait la rejoindre. Pour la première fois depuis un moment, elle ne voulait pas rester sur l'Audacia. Elle tournait en rond, Rhéa n'était pas d'humeur à converser et le pont était encore plus mort que celui des vivenefs retrouvées sur l'île des Amoureux du Vent. En quelques pas rapides, elle rejoignit Liry sur le quai. Toutefois, elle préférait ne pas trop s'éloigner de l'Audacia non plus. Aussitôt, sa langue retrouva avec un réel plaisir et une aisance rassurante le dialecte tropical de son île. De leur île.

-Ah ma Liry ! Tsé, c'pas évident en c'moment. Mais j'suis contente t'voir ! Toi aussi t'es coincée ici ?

Elle se sentait rassurée de retrouver Liry. Elle aussi comprenait, elle aussi naviguait sur une vivenef. Et elle aussi, partageait cette frustration de ne pouvoir rien faire et cette inquiétude constante. Savoir si, oui ou non, leur figure de proue retrouveraient leur moyen.
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyVen 20 Oct - 5:00

En entendant beugler Vira, tu te dis que finalement, c'est peut-être pas une bonne idée.  Elle semble d'une humeur massacrante.  Enfin, tu peux comprendre, il paraît que Rhéa est malade aussi.  Par chance, Vagabonde a échappé à l'épidémie.  C'est ce que les dernières nouvelles vous ont rapporté.  Si la figurede proue de ta vivenef adorée était elle aussi affectée par cette horrible maladie, tu serais toi aussi d'une humeur massacrante à arracher les têtes de tous ceux qui oseraient te déranger.  Après, au moins, en te voyant, la femme à la chevelure aussi flamboyante que son caractère semble s'adoucir un peu et tu redresses tes épaules que tu avais refermé comme un cocon quelques instants plus tôt.  Tu l'attends donc bien sagement en bas du pont, le temps qu'elle te rejoigne comme elle te l'a fait savoir.  Vous pourriez vous asseoir là, sur le quai et laisser vos pieds plonger dans l'eau froide pendant que vous boiriez un peu de rhum.  Tu en as apporté dans besace.  Tout droit importé de l'Archipel.  Ça ne pourra pas vous faire de mal.

Quand la pirate te rejoint sur le quai, tu lui donnes une petite claque dans le dos encourageante.  Vous êtes toutes les deux coincées à terre quand votre cœur appartient à la mer.  Tu aurais bien aimé naviguer avec Vira un jour.  Ce ne serait probablement jamais vraiment possible, parce que tu ne pourrais jamais vraiment te séparer de Vagabonde, ni elle de Rhéa.  Mais tu peux l'imaginer et c'est presqu'aussi bien.  Tu lui décroches un sourire, un peu triste, mais tu n'es pas là pour partager ta déprime.  C'est plutôt pour la chasser de vos cœurs que tu es venue.

« Chais bien!  C'foutue m'ladie.  C'quand même b'zarre c'ment qu'tout l'monde a ça.  Même es vivenefs.  Chais pas qui qu'vdrait faire que'que chose d'si cruel.  Vr'ment, c'continentaux.  P'c'pables d'êt' un peu honnêtes.  Pis qu'après, snous dit b'bares su' les îles.  L'b'bares, c'teux, p'nous. »

Tu hausses les épaules, vraiment découragée de ce peuple d'imbéciles.  Tu le penses vraiment.  Peut-être n'avez-vous pas de magie sur l'Archipel, peut-être que vous êtes pas très savants et que la plupart d'entre vous ne savent pas vraiment lire, mais vous savez régler vos conflits entre vous. De façon civilisée.  À coup de poings sur le plus faible.  Ce qui est très loyal.  Le plus fort a toujours raison.  Si tu as peur de perdre ton combat, c'est parce que tu devrais pas le commencer.

« L'mer m'manque.  J'm'sens p'bien à terre.  Trop stable c'sol, j'l'impr'sion d'marcher t'croche.  Comme si j'tais ivre, » remarques-tu.  Tu commences à t'y faire, à ce sol toujours plat qui n'oscille pas sous les vagues.  C'est difficile.  Parce qu'en dehors des quais où tu ne peux pas toujours traîner, il ne reste que la Ville Basse et ses canaux.  Le soucis principal étant toutefois qu'ils puent et n'ont pas l'odeur de sel et de pureté de l'océan.  Ce n'est qu'un bien piètre et pâle reflet de la liberté des étendues infinies d'eau.  Qu'est-ce que le Borée découvrait ces jours-ci?  Tu es jalouse de ceux qui y sont restés.

« Viens, l'eau d'port est pas ben belle, mais smette les pieds d'dans, ça n'rapp'lra un peu nos enfances.  Pis j'ai que'que chose qui t'plaira p'tête ben! »  Tu joins le geste à la parole, en retirant tes chausses.  Tu t'y es habituée, depuis les années, mais tu n'es jamais aussi bien que pieds nus.  D'ailleurs, quand tu navigues sur le Borée, tes chaussures restent presque toujours près de ton hamac.  Tu t'assois et jettes tes pieds à l'eau.  C'est froid, un peu sale, mais délicieux quand même.  Puis tu sors de ta besace une bouteille de rhum.  De votre terre natale.  Tu l'as piquée dans les affaires de Pénélope.  Elle était trop malade pour s'en rendre compte ou même profiter de ce trésor.  Autant te le donner à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptySam 21 Oct - 17:02

Vira avait beau adoré l'Audacia, Rhéa et l'équipage plus que tout, il lui manquait quelques petits Îliens à bord. Et discuter avec Liry sans se soucier d'essayer de comprendre ce qu'on va lui dire ou faire un effort dans une langue qui n'était pas la sienne, et bien cela lui faisait un bien fou. Ici, sur Arven, les règles étaient tellement plus compliquées que sur sa chère Île. Il ne lui fallait pas plus qu'une bonne claque dans le dos. Elle comprenait bien, Vira. Inutile de chercher à faire de jolies phrases, une bonne claque résolvait tout, qu'elle fût amicale ou non. Les paroles de la petite Îlienne lui arracha d'ailleurs, des hochements de tête appuyé et elle frappa du poing sur son genou, se rappelant qu'elle était énervée.

-Oué c'ça ! Savent pas faire c'mme l'faut ici ! Y a trop d'trucs bizarres qui font ! Tsé toutes l'manières là, s'causent d'soucis à d'honnêtes gens ! Pis après qu'c'est nous qu'on sait p'faire.

Ah oui, ça tu en avais entendu des vertes et des pas mûres au sujet de l'Archipal, cette île tropicale peuplée de barbares. Des incultes tous, ils ne connaissaient pas l'âme de l'Archipel. Ils ne la connaîtraient jamais. Il n'y avait pas de soucis chez eux, parce qu'ils savaient les régler vite fait bien fait. Quand ils étaient pas d'accord, ils réglaient ça avec les mains et celui qui restait debout ou le moins amoché c'était celui qui avait gagné. Si tu voulais vraiment montrer que tu avais raison, fallait gagner sinon tu te taisais. Rien de compliqué. Simple et efficace. Mais ici, ils faisaient tout très compliqués. Et Vira, elle aimait pas ce qui était compliqué. Elle aussi tapota gentiment l'épaule de Liry en murmurant des "allez c'va aller" dans un grognement encourageant. Les deux Îliennes se comprenaient mieux que personne ne cet instant. Coincées sur terre alors que la mer ne cessait de les appeler, leur cœur oscillant entre l'ennui et leur inquiétude pour leur figure de proue.

-C'pareil moi.

Vira aussi n'aimait pas rester sur terre. Sa plus longue expérience datait de cette fête kyréenne où Solveig l'avait tirée. Loin, très loin de sa Rhéa. Expérience qu'elle ne renterait plus jamais.
Cette fois, ce fut un large sourire qui se dessina sur les lèvres de la pirate elle s'empressa d'imiter sa compatriote. L'océan était glacé mais lui redonna un peu de baume au coeur. Et le rhum... ah le bon rhum de chez eux. Le meilleur. Un délice, un véritable nectar princier. D'un rire tonitruant, elle lui donna une seconde tape sur l'épaule :

-Toi tsé c'mment r'monter l'moral d'troupes ! Buvons moussaillons, jusqu'le sol l'tangue tellement sous l'pied qu'on dirait qu'c'est l'vivenef.

Elle rit encore encore un bon coup. L'océan caressait amoureusement ses orteils, son humeur remontait. Et tandis que Liry débouchait la bouteille, elle lui adressa un clin d'oeil complice.

-Tsé qu'j'suis allée Valk'rion moi ! C'tait long et froid.

Oh elle n'était pas prête à retenter l'expérience de sitôt, mais Vira tenait tout de même le dire à Liry parce que c'était tout de même une sacrée aventure !
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyVen 27 Oct - 10:58

Même si le compliment est modeste, un seul mot de ton idole pour te féliciter suffit pour te mettre en joie.  Ce n'est rien pourtant, elle ne fait qu'approuver ta méthode pour noyer le chagrin et c'est très peu.  Surtout très commun.  Tu n'es pas la première à avoir eu la bonne idée de sortir l'alcool pour se changer les idées.  Tu l'as simplement améliorée en tirant la meilleure boisson qu'elle pourrait trouver à son goût, plutôt que simplement prendre la première bouteille que tu aurais eu sous la main.  Tu as fait un petit effort.  Mais c'est de Vira dont il s'agit et il te fait tellement plaisir de recevoir aussi ouvertement son approbation.  Tu n'en dis rien, tu ne veux pas paraître faible devant celle que tu admires tant en étant attendrie par un simple mot de la sorte.  C'est plus fort que toi.  Tu t'étires devant la mer contente.  Tu débouches la bouteille à l'aide de tes dents et sans plus de cérémonie, tu t'envoies une première rasade, buvant directement au goulot de la bouteille avant de tendre celle-ci à Vira.  Tu essuies d'un geste de la main ta bouche, et tends ton visage vers le soleil.  Il se reflète sur l'eau du port et celle-ci fait entendre un joli clapotis quand elle rencontre les morceaux de bois du quai.  Un regard vers l'Audacia te rend toutefois à nouveau un peu nostalgique à l'égard du Borée.  Vagabonde te manque atrocement.  Sera-t-elle elle aussi touchée par cette étrange maladie?  Tu espères qu'elle est assez loin pour rester loin de ce tous ces troubles.  Ah!  Ces foutus continentaux!

C'est la remarque de Vira à propos de Valkyrion qui te tires de tes pensées mélancoliques.  Tu es étonnée : comment elle a bien pu se rendre là-bas la Vira, quand elle ne quitte jamais l'Audacia?  Même en été, il fait trop froid dans ce duché pour accoster une vivenef.  Qu'est-ce qui a bien pu l'emmener aussi loin des siens, mais surtout aussi loin de Rhéa?  Te voilà réellement étonnée.  La rousse d'Îlienne est bien la dernière personne que tu imagines partir en aventure à terre.  Et puis elle a dû être absente longtemps, les mages étant interdits de séjour en Ibelène – c'est ce que tu as entendu dire dans les rues, tu n'as pas vraiment vérifier le fond de la question, parce que ça ne t'intéresse pas vraiment.

« Mais kesse t'as été faire en V'k'rion!  Si j'tas assis su' une chaise, ch'rais ben tombée en bas.  C'ben l'duché p'fait pou' nou'zaut' ça!  Pas d'places pou'é b'teaux! »

Tu regardes la rouquine, passablement surprise de la nouvelle.  Tu as du mal à imaginer l'Îlienne sauvage enveloppée de ses fourrures pour affronter les neiges éternelles de Valkyrion.  C'est même insensé!  Tu te demandes vraiment qu'est-ce qui lui a pris.

« P'l'Audacia?  T'partie en l'sant l'vivenef pis Rhéa d'rière toi?  Par tous les ivres culs nus d'port!  J'vois vr'ment qu'elle bonne r'son p'vait t'emmener s'loin de ta Rhéa.  J'me peux d'jà pu d'me languir pou' m'Vagabonde.  Faut qu'tu m'racontes c't'histoire là, pasque j'y c'prend rien moi là. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyMer 22 Nov - 22:27

Elle était plutôt fière d'elle, Vira. De l'effet produit. L'incrédulité de Liry la rassurait même assez. Elle lui prouvait que l'Îlienne passait le plus clair de son temps à bord de l'Audacia. Pourtant, elle ressentait une petite fierté en pensant qu'elle était partie... loin. A pied. Et qu'elle était même revenue en cheval ! Elle ! Sur le dos d'un canasson ! C'était tellement inconfortable que son derrière ne s'en était toujours pas remis. Elle avait l'habitude de les manger ces gros machins qui galopent, pas de leur monter dessus. Pourtant elle avait fait tout ça et quand la pirate y repensait, elle avait du mal à s'imaginer que c'était bien elle, qui avait vécu tout ça.
Puis Liry, elle comprenait, elle. Elle aussi partageait son amour pour sa figure de proue et venait du même endroit qu'elle. Pour les deux, les glaciers et la neige de Valkyrion... disons que la glace sur l'eau c'était pas normal. L'eau c'était censé mouiller et un moyen de locomotion sur lequel les vivenefs naviguaient. C'était pas censé être une plaque de glace où certains s'amusaient à glisser dessus. Rien de plus anormal. Elle hocha la tête en guise de compréhension totale et se but une autre rasade de son alcool natal. Celui qu'elle préférait. Elle passa de nouveau à Liry. C'était une bonne petite elle.

-Oué, j'sais pas pourquoi. C'la nouvelle là, là Solveig ! Et l'doc. Ils m'convaincu. L'mont dit d'venir vouar et pis chui allée. C'bizarre tsé, la terre ç'bouge pas, sauf quand j'bois trop. Pis l'avait beaucoup d'glace, les vivenefs l'peuvent pas bouger d'ssus. Et l'fait encor' plus froid qu'ci.

En y repensant, il n'y avait rien de vraiment super dans ce voyage, même si elle avait appréciait voir où Solveig avait grandi. Mais sinon... sinon ça lui avait surtout permis de prendre conscience qu'elle ne retenterait plus jamais l'expérience.

-Pis fallait pas faire d'bruit pa'ce qu'l'pirates toussa... faut pas l'dire. L'truc bien, c'est qu'y avait d'la castagne ! D'trucs mécaniques compliqués là, qui v'lait nous tuer !

Dire qu'elle avait failli y rester... mais c'était tellement amusant. La pirate se sentait vivante, euphorique, lorsque les derniers instants de sa vie pointaient le bout de leur nez. C'était très encourageant comme émotion. Un élan total d'adrénaline et d'énergie, comme embraser pleinement les derniers moments de sa vie. Une bonne petite bagarre, rien de tel.

-Mais tsé, c'était l'première et d'nière fois. Plus j'mais j'r'commence !

Et elle ponctua sa phrase en couvant avec affection la coque de sa belle, de sa terrible et de sa merveilleuse vivenef. Elle ne serait jamais mieux ailleurs que près de Rhéa. C'était là, sa maison.
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyMar 28 Nov - 4:09

Solveig?  Qui que c'est ça?  Tu l'as jamais vue.  Bah en même temps, si c'est une nouvelle, c'est peut-être un peu normal.  Et l'doc, est-ce que c'était celui à la chevelure bien soyeuse?  Pas celui avec la tête d'un caniche, mais l'autre, avec de longs cheveux et une petite barbe?  Bah, ce n'est pas vraiment important, qu'est-ce que ça peut bien faire qui ils sont?  En fait si, ça y fait quelque chose.  Ces gens ont de l'influence sur ta Vira et c'est intolérable.  La pirate est une âme libre qui fait ce qu'elle veut, comme elle le veut, c'est une étoile brillante dans le ciel avec l'écarlate de sa crinière volant au vent.  Comment se peut-il que deux personnes à elles seules réussissent à l'éloigner de Rhéa?  Quelle étrange idée!  Mais tu es quand même curieuse.  Valkyrion, c'est bien l'un des seuls duchés dont tu n'as jamais longé les côtes, car l'eau y est impraticable pour les vivenefs, même les meilleures comme l'Audacia et le Borée.  C'est vraiment désolant, mais en même temps, tu survis déjà plutôt mal au froid lorgois, tu ne veux pas t'imaginer engoncée dans de lourdes fourrures, les pieds fourrés dans d'horribles grosses bottes.  Non, rien sur ce continent ne vaut vos îles natales.  Enfin, tu es tout de même un peu curieuse à propos d'Erebor, duché enfoncé dans les terres que tu n'as jamais vues.  Mais il paraît qu'ils aiment pas trop les étrangers, alors une sauvageonne d'Îlienne…  Tu tenteras sûrement l'aventure un jour.  C'est pas un groupe d'Erebiens qui te fait peur.

« D'trucs m'talliques qu'v'lait v'tuer?  Kessé c't'histoire!  L'métal, spas vivant la Vira!  S'rait t'jours pas qu't'es pu assez 'bituée à not' rhum pis qui t'fait d'jà d'parlé? »

Tu es un peu perplexe, parce que tu n'as jamais considéré la flamboyante pirate comme étant du genre à raconter des histoires, mais des bouts de métal qui se battent, il ne faut quand même pas trop t'en demander.

« T'sûre t'vais p'pris un 'tit coup en trop pis qu'c'tait p'juste d'soldats en armure?  D'métal ambulant qui s'bat!  Ben par la barbe du kraken!  Si j'vais pu im'giner ça! »

Tu t'envoies une rasade supplémentaire de ce rhum bien fameux, tout en remerciant les réserves de Pénélope, sans aucun remords de l'avoir prise sans lui demander la permission : elle ne t'en voudrait pas pour si peu voyons.  Une petite gorgée de plus pour la route et tu retends la bouteille à ton idole.  Ça c'est de la bonne boisson.

« 'lors, t'n'as tué c'bien d'trucs m'talliques c'pliqués? » demandes-tu sans douter un instant de la façon dont s'était très sûrement illustrée l'Îlienne au combat.  Sur vos îles, on apprenait à se battre dès l'enfance et si tout le monde n'y excellait pas, une brave femme comme Vira, elle avait sûrement cassé la gueule de bien des gens qui l'emmerdaient.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyVen 8 Déc - 13:35

Elle avait du mal à y croire la petite Liry et Vira ne pouvait que la comprendre. Elle-même aurait remis en doute la parole du fou qui lui aurait raconté ça si elle ne l'avait pas vécu. Vira comprenait l'incrédulité de Liry et ne s'en offusquait pas. Quelqu'un d'autre qu'elle aurait certainement pris un coup de poing en pleine tête par une Vira un peu contrariée de voir qu'on la prenait pas au sérieux. Mais Liry c'était autre chose. C'était une Îlienne. Et sur l'Archipal, y avait pas de trucs métalliques qui combattaient. C'était bien encore un truc de continentaux cette histoire. Il savait plus quoi inventer.

-Jure qu'non, pas c'te fois. L'rhum est bon, l'nectar d'l'Île. Mais l'faut plus pour qu'j'raconte d'conneries. C'vrai j'te dis. M'suis battue contre, c'tait dur et c'tait d'la méc'nique. Fallait r'tirer un truc pour qu'ça s'rrête.

Toujours assise les pieds dans l'eau, elle mima le geste d'une main qui retire un cœur d'une poitrine, pour prouver sa bonne foi.

-C'tait c'mme l'coeur mais c'tait dur étou. J'cru qu'j'allais j'mais r'voir Rhéa. Tsé c'dur d's'battre sur l'terre ferme, trop d'place, s'bouge pas étou. L'truc s'fatigue pas l'vé l'vantage. Mais m'suis bien battue c'tait beau combat, bien rigolo. Pis y en a qu'qu'un qu'venu m'montrer pour battre c'truc et j'réussi.

Là-dessus, elle but une bonne grosse rasade de rhum et savoura le délice que lui procurait ce divin nectar. Pour sûr, ça avait été une bonne petite bagarre mais Vira préférait de loin se battre sur une vivenef et contre quelqu'un qui fût fait de chaire et de sang.

-T'cas, c'décidé, j'mais plus j'quitte Rhéa moi ! Foi d'pirate.

Elle tapa son poing contre son torse, hochant vigoureusement la tête. Une fois lui avait suffi, il était hors de questions qu'elle recommençât une telle expérience. Rien ne valait une bonne vivenef.

-Surtout qu'plus, j'dû r'venir à dos d'canasson, Liry ! Canasson ! T'rend compte ?! M'suis laissée porter d'ssus, ç'fait mal l'cul et c'con c'truc.

C'était sûrement la chose qui l'avait le plus marqué. Être obligée de grimper sur le dos d'une telle bestiole, elle qui avait l'habitude de chevaucher le bastingage de sa vivenef. Ou ses amant-es. Mais monter sur un cheval. Son derrière n'était pas prêt d'oublier l'expérience et était là pour lui rappeler qu'il valait mieux pas la réitérer.

-L'pire, c'est qu'l'Doc l'a pas voulu qu'j'le mange l'bestiole après.

Elle eut une moue boudeuse qui partit bien vite avec une autre rasade de rhum. Puis elle s'ébroua et passa le relais à Liry.

-Toi alors ? T'racontes quoi ?

Elle aussi était clouée ici. La Borée elle était pas prête de repartir. Vira savait pas combien de temps encore ils allaient devoir attendre mais ça lui plaisait pas du tout cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyLun 11 Déc - 9:32

Tu es complètement mesmérisée par l'histoire de Vira.  Pas le choix de la croire quand elle décrit avec autant de précision le combat qu'elle a mené contre ces créatures contre nature.  Vraiment, il faut le faire ces continentaux!  Inventer pareille débilité que des morceaux de métal avec un cœur qu'il faut arracher.  Ils sont complètement fous, ces continentaux.  Tu regrettes un peu d'avoir raté l'amusement, mais tu devais rester à Lorgol pour quelque chose de plus important.  Quelqu chose qui n'est d'ailleurs toujours pas arrivé.  Tu commences à perdre patience.  T'obliger à rester en place aussi loin du Borée qui est quelque part dans les Archipels à faire de l'exploration sans toi, c'est de la cruauté pure et simple.  Le fait est que tu t'ennuies ferme et avec la maladie qui ravage le continent désormais, c'est pas la joie.  Tu ne sais trop quoi faire pour prendre ton mal en patience.  Ça devient de plus en plus difficile.  Tu ne connais personne toi dans cette maudite ville.  Enfin, tu l'aimes bien la Lorgol, tu as trouvé le moyen de t'amuser un peu, mais c'est pas pareil qu'en mer.  Comme le dit si bien Vira, le sol du continent, il tangue pas lui.

« C'Doc est vr'ment horrible, » compatis-tu aux malheurs de ton idole.  Quel culot que de l'obliger à monter pareille chose.  Quand on connaît la liberté du vent qui siffle dans nos oreilles, il est impossible de monter un animal en éprouvant le moindre confort.  Tu es même presque choquée d'apprendre qu'elle a laissé des gens lui dicter comment faire.

Tu attrapes la bouteille de rhum et avales une bonne rasade.  Oui, ça fait du bien par où ça passe ça!  Tu reprends une gorgée parce qu'il n'y a jamais assez de rhum.

« Moi?  Bah, t'sais ça fait d'puis juin qu'chuis coincée parmi l'continentaux et qu'j'bouge pas d'Lorgol.  A'ec le Borée qu'est au loin, j'peux pas y r'tourner.  J'v'nue avec un portail t'vois.  Mais ya p'sonne ici m't'nant qui peut m'renvoyer.  Fake j'tends d'repartir.  Su un aut' bateau.  J'aime p'trop ça, tsay, c's'ra pas Vagabonde. »

Tu sais qu'elle va comprendre ce que tu veux dire.  Une vivenef, c'est différent d'une caravelle ordinaire.  Elle a une personnalité, une façon d'affronter les flots.  Voguer en compagnie d'un autre navire, il y a quelque chose d'angoissant.  Malice semble être une figure de proue fort intéressante et voyage à bord d'un drakkar a tout de même quelque chose de mystérieux.  C'est une aventure, mais tu ne peux pas en parler à Vira.  Pénélope t'as bien dit de ne dire à PERSONNE que tu as trouvé ce sablier.  Avoir su, tu ne l'aurais dit à personne.  Peu de gens osent s'aventurer jusque là-bas à cause du cimetière de vivenef.  Les sirènes que les gens les appelaient.

« Mais d'vrai, j'vais peut-être pas p'voir r'tourner à l'archipel pour l'hiv'nage t'vois.  L'maison m'manque, mais Pennia a b'soin de moi pour r'placer un cart'grape su un d'ses n'vires, j'me s'viens pu l'quel, l'nom yé comme qu'trop compl'qué pou' qu'j'm'en s'vienne, un truc d'contin'taux s'tu vois c'veux dire. »

Tu pousses un long soupir et sans même l'offrir d'abord à la pirate, tu avalas une longue goulée d'alcool.  Ça te réchauffe.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyMer 13 Déc - 16:15

Elle appréciait la compréhension de Liry. Elle comprenait. Bien sûr qu'elle comprenait. Liry était une Îlienne, elle venait de l'Archipel, ses îles tropicales si chères à son coeur. On n'oubliait jamais vraiment l'Archipel et son climat estival. Ses palmiers, ses eaux bleues turquoises nappées d'embrun, bordées par de jolies plages de sable blanc. Un endroit irradiant de chaleur, mais à la vie rude. Difficile. Les Îliens sont des survivants. Vira était parfois nostalgique de ses terres et appréciait grandement y retourner lorsque l'Audacia s'y arrêtait. Elle y retrouvait des connaissances, ses tavernes favorites, du rhum et, surtout, l'ambiance qui manquait chez les continentaux. Et les continentaux adoraient se compliquer la vie. Elle n'avait jamais revu ses parents mais cela ne l'étonnait ni ne lui manquait. De toute façon, elle était bien incapable de dire qui ils étaient. Mais Vira savait aussi qu'elle n'aurait jamais pu rester y vivre. Elle aimait trop l'océan. Tout comme Liry. Liry aussi était clouée au port et elle aussi en souffrait. Vira apprit avec surprise que sa vivenef n'était même pas présente, ce qui était encore pire. La jeune îlienne ne pouvait même pas passer un peu de temps avec sa figure de proue. Elle lui tapota maladroitement le dos. Elle comprenait très bien. Maintenant qu'elle avait trouvé Rhéa, Vira ne s'imaginait pas sur une autre vivenef. Elle ne se voyait pas voguer, domptant l'océan en compagnie d'une autre figure de proue que la sienne.

-Ah j'comprends Liry, tsé. C'pire qu'l'Borée soit pas là ! T'dois d'sentir p'bien. J'comprends.

Le rhum avait le pouvoir de réchauffer le corps, de mettre un peu de baume au cœur et d'enivrer l'esprit. C'était un bout de l'Archipel qu'elle emmenait avec elle avec plaisir. Mais rien ne remplaçait le plaisir de voguer sur une vivenef. Surtout sur LA vivenef. Celle qui vous avait choisi. Finalement tu essayes de lui alléger l'esprit. Elles pourraient peut-être trouvées un truc à faire pour s'amuser ? Y avait pas quelques gros matelots qui se la jouaient un peu trop à plumer ? Ton visage se fendit en un large sourire.

-T'veux qu'j'dise ? C'donne envie d'faire peu d'sous. Y a p't'être quelqu'gars à plumer. L'moment d'rappeler c'qu'valent l'Îliennes !

Elle lui tapota un peu plus fort l'épaule et se releva dans un bond souple, le visage un brin illuminé par cette idée lumineuse. Elle avait beaucoup broyé du noir ces temps-ci. Un peu d'action ne leur ferait pas du mal. Avisant un groupe de matelots affairés autour d'une table de fortune, riant, jouant et buvant, elle les désigna à Liry avec un grand sourire complice.

-Zon l'air seuls. On va l'dire salut ?
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptySam 16 Déc - 8:19

Pas bien, c'est le mot.  Même que c'est peut-être pas assez fort pour dire combien tu te sens réellement, coincée sur le continent.  C'est à pleurer de désespoir.  Où est ta Vagabonde tant aimée désormais?  Comme elle te manque.  Tu voudrais la retrouver dès que possible, mais tu sais que c'est impossible pour le moment.  Combien de temps dois-tu encore attendre avant de pouvoir reprendre la mer et tes explorations?  Ah, comme le temps te semble infini en ce moment.  Au moins, la Vira, elle sa Rhéa près d'elle.  Elle n'est pas au mieux de sa forme, mais elle peut veiller sur elle, lui tenir compagnie quand c'est possible.  En fait, le seul avantage qu'il y a d'être sur le continent en ce moment, c'est que tu peux veiller sur Pénélope. Aussi malade que les autres, elle s'entête tout de même à s'occuper de tous les élèves sur qui elle peut mettre la main à la place de se reposer elle aussi.  Il y a suffisamment de savants à l'Académie pour soigner les malades sans qu'elle ne s'y mette un peu.  D'ailleurs, même si cette rencontre avec Vira est des plus agréables et ça te change bien les idées, tu ne pourras pas rester trop tard : il faudra éventuellement que tu ailles jeter un œil sur ta sœur pour l'empêcher de faire des bêtises.  C'est quand même assez ironique, parce que de façon générale, c'est toi la fille qui accumule toutes les gaffes et les punitions.  Petite, tu te rappelles encore ta mère qui te comparait à tous les enfants du foyer pour te montrer à quel point tu étais la plus encombrante de tous.  Ça ne t'a jamais empêché de continuer à faire les quatre cent coups malheureusement pour ta pauvre maman.

Et Vira trouve exactement le bon mot pour piquer ton attention et te faire oublier tes devoirs envers ton aînée : sous.  Qu'est-ce que tu ne ferais pas pour un peu d'or?  Sur ce point, tu vaux bien un Ansemarien.  Peut-être que tu n'irais pas jusqu'à vendre un membre de famille, c'est quand même un peu fort, mais très certainement ta passion pour ce qui brille et a de la valeur est virulente.  Et plumer des matelots qui jouent aux cartes, c'est une très honnête façon de  faire fortune.  Même quand on triche sans aucune honte.

D'un bond aussi leste que ton idole, tu te relèves avant de la suivre, en quête de quelques marins à escroquer.  Elle en trouve rapidement un petit groupe qu'elle te fait remarquer d'un coup de coude.  Tu hoches la tête tandis qu'un sourire carnassier se trace sur ton visage.

« Et j'crois qu'y manquent pas d'sous c'la!  N'y va! »

Tu te diriges vers la table et sans plus de gêne que ça, tu t'accroupis au milieu de ces hommes avant voler son siège à l'un d'eux qui n'y étaient pas assis correctement.  Tu n'as aucunement honte de tes mauvaises manières.  Tu prends une gorgée de plus dans la bouteille de rhum, il n'en reste déjà presque plus et tu la tends à Vira avant de t'essuyer la bouche.

« Z'avez d'la place p'nous l'gars? » demandes-tu sans hésiter.  Ils viennent de finir une partie et tu tends déjà la main vers le paquet de cartes pour faire la main.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyJeu 11 Jan - 12:40

Elle avait dit la phrase magique, la Vira. En même temps, entre Îliens, ils n'avaient pas besoin de chercher bien loin pour trouver des occupations intéressantes. Les Îliens aimaient le jeu et l'argent. Et pour une pirate née sous Omen, il paraissait aberrant qu'elle ne gagnât pas haut la main, surtout avec un groupe de marins un brin éméché, qui avait l'air de se croire plus fort que tout le monde. Sans plus attendre, les deux arrivèrent à hauteur de leurs proies et Liry s'empressa de prendre place, sans demander l'autorisation. Un Îlien n'avait pas besoin d'autorisation. Il faisait ce qu'il voulait quand il voulait. Vira attrapa la bouteille que lui tendit Liry et en but également une rasade. Les matelots les contemplaient d'un air assez incrédule, ce qui ne leur donnait pas l'air spécialement intelligent. Puis l'un deux sembla croire qu'elles n'étaient pas dignes de participer.

-D'donc, vous a pas inviter ! grogna-t-il, l'air de mauvaise humeur, faisant un geste vers Liy, comme pour la dégager.

Il fut arrêté net dans son geste et leva ses petits yeux idiots sur Vira. L'Îlienne le contemplait avec un large sourire, sa main serrant fortement le poignet du malotru.

-T'tiens ta main ? T'pas b'soin j'spère ?

Il sembla sur le point de répliquer quelque chose mais Vira serra plus sa prise. L'un de ses comparses lui enfonça le coude dans les côtes, écarquillant les yeux. Visiblement, il la reconnaissait. Le troisième compère aussi. Quant au quatrième, il avait l'air vraiment trop malade de sa cuite de la veille pour prêter attention à ce qui l'environnait. Il faisait presque office de décor dans le jeu. Ce fut à ce moment que l'homme percuta à qui il avait à faire. Et ce fut également à ce moment que Vira lâcha sa prise, lui tapotant l'épaule avec compassion.

-C'bien, p'tit. Faut pas cogner l'dame.

Puis sans attendre, elle aussi. Elle prit place et envoya un sourire encourageant à Liry, dévoilant toutes ses dents, alors que son expression prenait déjà cet air enjoué et excité que lui procurait le jeu.

-Joue l'cul d'chouette ? proposa-t-elle, joyeuse.

D'un geste naturel, elle attrapa la bourse à sa ceinture et la fit secouer. La douce mélodie des pièces qui s'entrechoquaient parurent réveiller la convoitise dans les yeux des matelots. Le deuxième homme, cependant, était plus réticent. S'il connaissait Vira, outre sa réputation de bagarreuse aguerrie, il connaissait aussi son « talent » pour le jeu. Mais l'argent était plus puissant que la prudence et il finit par hocher la tête, comme les autres.

-Allez ma Liry. Lance !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyLun 22 Jan - 9:18

Vira, elle sait comment s'amuser. Même dans les bas fonds de la déprime, il a que suffit que tu lui donnes un peu de rhum pour qu'elle trouve le moyen de vous rendre la chose amusante à toutes les deux. C'est qu'il manque pas de choses à faire dans le port de Lorgol et plumer des marins pas très brillants, c'est une activité comme une autre, bien digne des îliennes sauvageonnes que vous êtes toutes les deux. Puis ça tombe bien, tu aimes bien jouer aux cartes, surtout si en plus tu peux vider les poches de quelques matelots au passage. Ils n'ont pas besoin de tout cet or, contrairement à toi qui le collectionne et en fait de jolis tas précieux que tu caches ici et là : personne ne touche à tes trésors. C'est que tu n'aimes pas trop partager, encore moins les sous que tu gagnes. Sauf si c'est de bonne mesure. Par exemple, quand l'équipage trouve quelque chose digne d'intérêt et que vous le revendez, tu veux bien qu'une part des fleurons reviennent aussi aux autres membres de l'équipage. Ils ont pour le moins participé à l'action consistant à s'emparer et protéger l'objet de valeur. Mais ces marins eux, qu'ont-ils fait pour mériter le droit de caresser du regard tes précieux fleurons. Rien! Tu ne les laisseras pas faire! Tu es déterminée à gagner au jeu et à ne pas perdre une seule piécette. Et tu comptes bien sur Via pour être une bonne partenaire de jeu. D'ailleurs, c'est bien elle qui les convainc plus que toi de vous accepter comme partenaires de jeu.

Quand te l'indique, tu prends ta main et regarde les cartes un moment songeuse. Un peu de tricherie ne ferait pas de mal et tu agences alors les figures pour qu'elles te rapportent le plus de point possible. L'idée d'être prise à tricher ne t'inquiète pas non plus. Dans le pire des cas, ça se transformerait en bagarre générale et un peu de baston ne peut jamais faire de mal. Tu abats tes cartes sur la table de fortune d'un air triomphant. Vous allez gagner c'est certain, grâce à tes trucs secrets.

« Qu'peut m'bat'ça! » fanfaronnes-tu. Tu envoies un clin d'oeil à Vira. Tu peux lui confier que tu ne joues pas complètement en accord avec les règles. Elle comprendra et de toute façon, tu comptes bien que vous allez partager le butin une fois que vous aurez vider les poches de tous mousses. Et tu espères sincèrement qu'ils remarqueront que tu triches quand vous aurez tout pris leur argent. Ça sera encore plus amusant de devoir leur mettre deux trois coups sur la caboche avant de fuir en hurlant, plus riches que ce matin.

« Vira, t'm'passe l'rhum! J'rais dû en prendre deux b'teilles! C'pas Pennia qu's'plaindrait! »

Tu rigoles. Ce qui s'annonçait comme une journée fort ennuyante et désagréable prenait un tour bien amusant.

Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyJeu 25 Jan - 21:42

Ce qui était bien, avec les Îliens, c'était ça. Pas de chichi, pas besoin de se concerter, de discuter ou de débattre des heures sur un simple détail. Il n'y avait pas besoin de mots. Pour les Îliens, seuls les actes comptaient. Et en ce moment, plus que d'autres. Inutile de souligner le fait qu'elles allaient éhontément tricher, sans aucun scrupule et même avec une vive excitation. Comme tous ses camarades, Vira aimait l'argent. Les pièces biens sonnantes dans une bourse remplie l'emplissaient de joie. Mais alors gagner des sous aux jeux en plumant des continentaux, c'était encore mieux. Elle tapota l'épaule du matelot.

-Z'y, laisse'ssoir l'dame.

Et ce fut sans ménagement, qu'elle le Vira de sa chaise pour s'y asseoir. Il n'eut d'autres choix que de grogner un coup, pas trop fort, et d'aller se trouver une autre chaise. Encore une fois, la pirate s'en moquait éperdument. Elle était pas plus dame qu'il n'était sobre mais c'était précisément le genre de détail qu'elle trouvait peu important à expliquer. Puis elle n'aimait pas ça, expliquer des choses. Rien ne valait une bonne bagarre. C'était la meilleure façon pour expliquer quelque chose à quelqu'un.
La Liry commença donc sa distribution. Vira ne lui accorda pas un regard. Elle n'avait pas besoin. Elles se comprenaient. Elle savait que Liry trichait. Ce qui était marrant, c'était de plumer les continentaux. Elle les aimait bien, au fond, mais les plumer c'était vraiment amusant lorsque l'on venait de l'Archipel. Vira aimait bien aussi jouer contre ses paires mais c'était moins marrant. C'était le jeu de celui qui trichait le mieux. Mais y avait le risque aussi que si l'autre perdait et n'appréciait, il vous tapait dessus. C'était deux confrontations différentes. Sur l'Archipel, c'était amusant de taquiner les continentaux. Et Vira et Liry avaient bien décidé de mettre leur talent en commun pour y parvenir. Elle sourit de toutes ses dents au clin d'oeil de Liry, avant d'éclater de rire. De la main experte de celle née sous Omen et habituée à tricher chaque fois qu'elle jouait, Vira offrit un joli spectacle de manipulation de cartes. Elle ajouta quelques pièces à la mise déjà sur la table et dévoila à son tour son jeu, qui égalait bien comme il fallait celui de Liry.

-J'crois qu'pareil ! rit-elle à gorge déployée.

La mine déconfite des matelots ne fit qu'accroître son sourire et elle fanfaronna un peu plus. Certes, elle avait triché. Mais elle sentait qu'Omen était avec elles et hors de question de laisser passer une telle chance.

-Quel'tête, l'gars ! L'bouffe qu'trouve pas l'porte d'rrière ?

Et elle partit dans un autre éclat de rire, filant la bouteille de rhum à Liry. Bien évidemment, les autres ne pouvaient en dire autant et se contentèrent de froncer de plus belle les sourcils devant leur défaite. Mais Vira comptait pas en finir là. D'un mouvement rapide elle s'empara des cartes qu'elle redistribua à tout le monde.

-Prêt ? J'sens v'nir l'cul d'la chouette !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyVen 2 Mar - 5:26

Pour éviter d'être complètement suspicieuse, tu évites de faire d'autres signes du visage qui pourrait trahir ta manière de jouer peu loyale.  Et comme tout prévu, personne n'arrive à battre vos deux mains à Vira et toi.  Tu fais signe aux marins de remettre des fleurons pour le butin au milieu de la table comme ils ont déjà tout perdu le reste.  Vous allez bien les plumer Vira et toi!  Une fois que cela est fait et seulement à ce moment-là, tu avales une bonne rasade de rhum.  La fin de la bouteille.  Tu aurais vraiment dû en prendre une seconde.  Dans quel monde as-tu pu croire qu'une unique provision en alcool pourrait vous suffire à la pirate et toi.  Un monde fou, très certainement.  Tu lances la bouteille derrière toi, sans te préoccuper de savoir si elle fracassera le visage de quelqu'un, ni même le petit gémissement de douleur quand elle percute réellement quelqu'un : ce n'est plus ton problème depuis qu'elle a quitté le creux de ta main.  D'ailleurs, c'est que même, tu as complètement oublié que tu avais cette bouteille entre les mains quelques secondes plus tôt.

Tu reçois les cartes que te distribue Vira et tu les retournes pour les regarder rapidement et un large sourire orne ton visage.  Par Omen, avec une distribution pareille, il n'y a même pas besoin de tricher pour gagner gros.  Tu glousses, ravie des fleurons qui vont venir gonfler tes poches rapidement.

« Oh l'gars, ç'va ch'fer! » te réjouis-tu.  Si tes mains n'étaient pas occupées à tenir les cartes, tu les frotterais ensemble dans une allure moqueuse.  Vous allez bien les plumer ces idiots de continentaux!

Excitée par le jeu, ton pied tambourine avec impatience sur le sol et tu cognes un peu sur la table.  De l'autre pied, tu pousses un des joueurs qui va perdre.  Qu'est-ce qu'il est lent à jouer celui-là!  Même ta grand-mère marche plus vite qu'ils ne pensent.

« Bah joue!  T'peur d'perd' ou quoi? » le houspilles-tu sans ménagement.

Ah puis zut.  Vraiment.  Prendre aussi peu d'alcool pour votre divertissement, mais quelle mauvaise idée.  À boire.  C'est à boire qu'il vous faut pour rendre le plaisir encore plus grand.  Tu cherches autour de la caisse qui sert de table une quelconque bouteille, même de l'urine de chat aurait fait l'affaire, mais tu ne vois rien.  Rien de rien.  Et le gars, il joue toujours pas cet imbécile.  Tu en tires un autre par le collet de sa chemise de débraillé.  Il sent le sel marin et le tabac à chiquer.

« Toi, va ch'cher à boire!  À boire qu'j'te dis!  Plus vite b'sang!  R'mène pas a pire p'quette qu'trouv'ras ou j't'fais la peau et j'te pends pa'é couilles au mat d'c'te b'teau! » ordonnes-tu avec agacement.  Voilà qui devrait régler le problème de ta soif.  Et tu comptes bien mettre tes menaces à exécutions s'il revient avec quelque chose d'imbuvable.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyLun 5 Mar - 15:04

Liry était lancée. Vira également. Les deux Îliennes jouaient, trichaient, riaient et babillaient avec extase, nullement concernée par les airs de reproches de leurs partenaires de jeux. Partenaires qui n'avaient eu guère le choix quant à leur présence. Liry se désintéressa rapidement de sa bouteille maintenant vide de son si précieux contenu et la balança derrière elle sans se préoccuper de son point d'impact. Heureusement, personne à l'horizon, elle se contenta de se briser en mille morceaux. Mais Vira n'était pas non plus très intéressée par le devenir malheureux de cette bouteille. Son attention était entièrement portée sur le jeu. Et Omen lui était favorable. Elle n'avait même pas besoin de tricher pour rafler la mise. Son dieu de naissance semblait vouloir bénir son enfant et Vira ne pouvait que lui faire honneur. Les matelots commençaient vraiment à perdre patience. L'Îlienne pouvait lire sur leur visage les prémices de leur agacement. Agacement qu'ils contenaient toutefois, soucieux de l'accueil qu'une telle démonstration pourrait engendrer. Loin de s'en préoccuper, Liry décida d'un attraper un particulièrement lent à jouer pour qu'il allât leur chercher de quoi dessécher leur gosier. Vira laissa échapper un ricanement et distribua la prochaine partie. Elle ne doutait pas que les matelots allaient être à court d'argent. L'homme revint avec quelques bouteilles, payées bien sûr de sa poche, mais il n'allait pas faire la fine bouche, au moins il était en vie et la pirate trouva la boisson assez bonne. Certes, elle n'égalait pas les délices du rhume îlien, mais c'était plutôt pas mal. En même temps, rien sur Arven n'arrivait à la cheville de l'alcool îlien. Il n'y avait rien de mieux.

D'un geste elle balança une nouvelle série de cartes, n'hésitant pas à tricher un peu. Omen la bénissait mais l'Îlienne aimait trop tricher pour rester trop longtemps sans le faire. Jouer sans tricher c'était un peu comme naviguer sur un simple navire. Il manquait l'excitation, le plaisir. Avec l'agilité de celle qui avait fait ça toute sa vie, Vira truqua les cartes. Elle ne doutait pas un seul instant que Liry était parfaitement consciente de ce qu'elle faisait et de son petit manège. Elle-même trichait allègrement depuis le début. Les parties s'enchaînèrent donc à coup de rire et de verre alors qu'elles plumaient éhontément leurs victimes du jour. Le tas au milieu de la table ne cessait de grandir et l'argent avait même fini par faire place à quelques cartes Omen, au plus grand plaisir de la pirate qui ne pouvait empêcher la flamme de la convoitise brûler ardemment dans ses yeux. Mais les autres commençaient réellement à montrer des signes d'impatience et nul doute qu'ils n'allaient pas tarder à craquer. Est-ce qu'une bonne bagarre allait suivre ?
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin EmptyDim 11 Mar - 21:15

Tu joues et fauches les fleurons sans honte aucune.  Ce n'est pas de ta faute s'ils sont trop stupides pour tricher avec finesse et te battre.  C'est un art qui nécessite plusieurs années d'exercice et d'expérience et il est même déjà trop tard pour ces marins pour jamais espérer te rattraper un jour.  Ils seront sûrement dévorés par un requin avant que cela n'arrive donc.  La bouteille que t'a ramenée le garçon n'a rien à voir avec celle que tu as volée dans les tiroirs de Pénélope, mais ça se laisse boire tranquillement.  Tu la passes aussi à Vira d'une fois à l'autre, partageant ce trésor avec elle, même s'il vaut beaucoup moins que la  première que tu avais apporté.  Tu ne pouvais pas t'attendre à la qualité du rhum de l'Archipel, nécessairement.

Ce jour-là, Omen vous est vraiment favorable et votre butin augmente rapidement et tu fais racheter encore plus de boisson.  Tu chantonnes en jouant même.

« Du rhum, des fleurons, pis d'la bière nom d'Omen, un accordéon, pour danser tant qu'on veut! Du rhum, des fleurons c'est ça qui rend heureux! »

Mais les victoires et la boisson te rendes imprudentes et alors que tu esquisses un vif moment de victoire, des cartes s'échappent de ta manche.  Il n'en faut ni une ni deux pour que les hommes remarquent la supercherie.

« Elles trichent! »

Pas le temps de réfléchir.  Tu empoches tous les fleurons en vitesse et tu jettes le restant de la bouteille à la tête d'un des abrutis et tu sautes par-dessus la table pour la repousser d'un coup de pied vers vos assaillants.

« Viens Vira!  La fête est finie!  À la prochaine les gars!   Ce fut un plaisir de jouer avec vous! »

Tu entraînes sans plus de façon la pirate derrière toi à la course.  Les bruits de course vous poursuivre un moment, mais tu as eu le temps d'explorer les rues bordant le port et ton esprit de cartographe sait comment les semer.  Il suffit de quelques détours et retours pour que vous puissiez enfin vous arrêtez dans une ruelle, essoufflées, mais pas assez pour t'empêcher de rire aux éclats.

« C'tait trop bien la Vira!  Faut qu'on que r'commence ça un jour! »

Tu tapes sur les cuisses, les poches bien tintantes de fleurons.  Il faudra que tu donnes sa part à Vira.  Peut-être pourrais-tu tricher à nouveau et lui en donner un peu moins que la moitié?  Ton sang ansemarien doit te jouer des tours avec ta cupidité.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: À l'abordage de l'ennui et du chagrin   À l'abordage de l'ennui et du chagrin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
À l'abordage de l'ennui et du chagrin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: