AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-60%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS SHB3175BK/00 Casque Bluetooth
28.80 € 71.26 €
Voir le deal

Partagez
 

 Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyMar 14 Nov - 20:17

Je dois me faire violence pour ne pas me moquer d’Alméïde, dont le bouclier qui frôle les murs d’un peu trop près résonne comme un gong dans les longs couloirs. C’est terriblement tentant, mais ce n’est pas le moment de la décourager alors qu’elle paraît si motivée. Elle ne traîne pas avec son imposant bouclier ! J’en suis réduite à la suivre au pas de course, les autres pièces – ou plutôt ce qu’il en reste – lancées à notre suite. Quelle est la situation, Vesper ? Tout le monde est… ? Vivant, oui. Maelys, tu en as mis du temps ! Je me retiens de regarder par ses yeux, de crainte que les images ne me surprennent assez pour que je ne perde le rythme. Tiens bon ! On arrive… Sept personnes en renfort, ce n’est pas rien, non ? Mais combien savent se servir de leurs armes ?

Probablement aucun. Je vois Abigaïl les délaisser pour se concentrer sur sa magie, alors qu’Alméïde prend déjà position. Je tressaille, à voir Tristan sur le dos d’une statue… Animée ? J’espère bien que non. Et où est Melbren ? Là, juste à côté de la Banshee. Mon cœur se soulève à la vue des chiens qui cherchent à percer les rangs. Ils ont encore de la force à revendre, même maintenant. Ils paraissent tous en piteux état, et aucun doute que les deux femmes viennent de sauver la vie in extremis à… Rhaps ? On dirait qu’elles se connaissent bien. J’entends un grondement sonore, alors que Vesper s’acharne visiblement sur la patte de celui qui vient de s’en prendre à Antonin. Deux mâchoires qui claquent. Le guerrier cielsombrois lui arrache à moitié le museau avant que le chien ne le propulse contre le mur pour se dégager de sa prise. Je crie, de terreur autant que de douleur, alors que le choc me revient en pleine figure comme si c’était moi-même dans ce petit corps qui s’effondre au sol.

Je me rue sur le chien pour le repousser, avec l’imposante masse qui doit faire ma propre taille, dessinant un arc-de-cercle au-dessus de ma tête. Elle le cloue littéralement au sol dans une gerbe ensanglantée et manque de me faire tomber en avant, entraînée par l’élan. L’animal s’effondre, mort, et je la décoince d’entre les dalles qui étaient déjà morcelées par l’intervention d’Abigaïl. Je viens d’arroser de sang toutes les personnes à proximité, y compris moi-même, couverte d’écarlate. Il va me falloir du temps pour comprendre comment la manier, avec son poids déroutant, si léger pour moi, mais qui lui fait prendre de la vitesse et peser dur avec l’inertie. Je remercie intérieurement Aïfa, dont la rage meurtrière semble encore m’accompagner.

Vesper secoue lentement la tête, mais ne parvient pas à se relever. Ca va ? J’ai connu mieux. Je ne peux pas lui cacher mon soulagement à l’entendre, et rajoute avec humour : Je croyais que tu chassais des ours… Je suis encore prêt à me battre ! Je souris intérieurement. Je sais, mais laisse-moi prendre le relais. Je me positionne aux côtés d’Alméïde, prêt à les recevoir de ma masse s’ils s’apprêtent à passer la barrière de son bouclier. Comme le Pion Noir le ferait auprès de sa Tour, sans se soucier de son identité réelle.

Je vais les tuer… Tous les tuer, au nom d’Aïfa !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyVen 17 Nov - 2:59

Tout le long du chemin entre le sanctuaire de la Rose Écarlate et l’aile Est de l’Académie, tu es d’un mutisme total. Tu dois te batailler avec toi-même pour ne pas fuir lâchement - te batailler pour que les parts les plus horribles de toi ne prennent pas le pas - te batailler pour continuer cette lutte que vos esprits anciens vous ont laissé entre les mains. Bien qu’elle ne pèse rien, la claymore d’orsang se fait si lourde entre tes mains, lourde du poids de ses responsabilités. De toute façon, toute ton attention se concentre surtout à te déplacer sans tuer un de tes alliés avec la claymore en question - ce qui est en soit un exercice des plus complexes. Cette damnée épée fait pratiquement ta taille, par Kern !

De justesse, tu réussi à éviter à Alméïde de tomber, elle qui éprouve autant de difficulté que toi avec Parangon - et tu ne parles pas de la demoiselle Aigrépine avec Tonnerre. Quelle fière allure ! Être dans de meilleures dispositions, tu te moquerais bien de vous trois.

Ce n’est pas le cas.

Votre équipée de fortune arrive enfin aux survivants et ton coeur se serre devant la scène terrible. Des corps morts s’étendent aux pieds des mâtins infâmes et les quelques blessés encore debout peinent bien à résister aux assauts répétés des créatures. Et la Lagrane a raison : il y a ton frère. « Melbren ! », appelles-tu, premier mot que tu prononces depuis longtemps. Une note de désespoir y perce, rapidement tûe lorsqu’une des bêtes se retourne vers toi. Les autres Pièces se sont déjà élancées dans la mêlée, mais pas toi, figé sur place. Tu n’es pas un guerrier, pas du tout. Tu dois, pourtant, et tu dois maintenant. Tu as toutes les chances du monde de t’estropier, ou un de tes camarades, plutôt que de toucher serait-ce une moustache du molosse infernal, mais tu décides tout de même d’utiliser Ordalie. Juste une fois. Juste pour voir si tu en es capable, sans cet esprit qui guide ton bras, sans Hypérion qui t’inspire sa flamme guerrière, sans tous les souvenirs et l’adresse de ceux qui t’ont précédé comme écrin. Tu sais comment, en théorie : tu avais même un maître d’armes tout dévoué à t’enseigner le maniement de la claymore. Mais en pratique ? Tu t’es blessé un nombre incalculable de fois, tu as déjà fait trancher la tête à plus d’un de tes alliés et assez souvent, en visant un membre quelconque, tu en touches tout à fait un autre. Et ta dernière aventure avec Ordalie a été assez… mémorable, merci.
Alors tu t’élances, comme tu l’as appris - comme tu l’as souvent fait. Les mains serrées sur la garde de la claymore, qui d’un geste étonnamment souple, vient faucher les deux pattes avant du chien qui s’est lancé vers toi. Tu t’écartes de justesse et il s’écrase dans le mur. Tes pieds baignent dans une flaque de sang qui s’agrandit à chaque seconde et son odeur puissante, loin de te lever le coeur, est enivrante. Ton expression décidée se modifie. Se fait étrange. Presque, affamée.

Hypérion n’est plus là. Il n’y a que toi.
Il n’y a que l’Autre.

Spoiler:
 


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 1479663390-proinoir
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyDim 19 Nov - 1:16

La Banshee te fixe, ne répond rien et tourne les talons. Tu ravales la colère et le désespoir qui menacent de te submerger et fais demi-tour. Tu passes près du Marquis, installé sur sa statue de magie, et prends la pleine mesure de ce qui vous fait face. Sous le choc, tu lâches bien inutilement et d'un ton que tu voudrais nonchalant – en vain : « Tarnation, ces chiots vont nous exterminer… » Tu jettes un coup d'œil au Marquis, les yeux un peu écarquillés, avant que Lichen ne te rappelle à l'ordre, puis tu vas te placer derrière les mages et combattants.

Les monstres arrivent à portée. Les sorts commencent à fuser avant que les armes n'entrent en contact avec leur chair invincible. Pendant ce temps, tu confectionnes au plus vite plusieurs petits sachets de poudre explosive à l'aide de bouts de tissus arrachés. Tu les scelles avec des lanières de la même matière et les glisses dans ta poche. A la moindre occasion, tu les dégaineras. En attendant, tu sors ta lame, bien ridicule face aux molosses, mais tu fais avec les moyens à ta disposition. Tu conserves ta magie pour l'extrême urgence.

Le combat qui s'ensuit est épouvantable. Les corps tombent sous les crocs et les griffes. Le sang fait des traînées bien trop impressionnantes pour ta santé mentale.
A un moment, tu tentes de repousser un molosse qui t'est tombé dessus. Tu plantes ton poignard dans sa gorge et quelqu'un vient à ta rescousse, détournant ainsi l'attention de la bête… qui s'empresse d'arracher le bras de ton sauveur. Tu écarquilles les yeux alors que du sang atterrit sur ton visage et sur ton torse. Tu déguerpis de sous la bête sans demander ton reste, mais la pauvre victime finit dans la gueule du monstre. Tu essuies tant bien que mal le sang, l'étalant allègrement sans le vouloir. Tu n'as cependant pas le temps de réaliser qu'un deuxième vient dans ta direction. Vous êtes cette fois plusieurs à tenter de le maintenir à distance. Tu écopes d'une griffure importante dans le cou et sur l'épaule.

Vous devez reculer toujours plus, sous les assauts incessants. Même lorsque les bêtes semblent être blessables, enfin, elles restent si puissantes. Certains savent se battre, mais une majorité ne le sait pas et les bêtes se repaissent des corps, du sang. C'est immonde, mais vous êtes impuissants. Tu tentes par deux fois de sauver des gens, mais tu ne peux que les regarder être traînés et tués. Tu aurais éclaté en sanglots si la situation n'exigeait pas que tu sois fort.
Tu vois Rhaps se battre fièrement, Aaron se surpasser malgré la faiblesse de son corps, sire d'Ysgramor ne jamais baisser les bras, le marquis et le prince manier leur magie avec habilité. Et ta volonté redouble, alors même que vous vous retrouvez acculés contre un mur, sans échappatoire.

Tu penses la fin arrivée. Réellement.
Le Destin semble cependant avec vous : des silhouettes apparaissent derrière les bêtes. Tu reconnais Maelys, Alméïde… Abigaïl ? Astarté des Sables ? Castiel ?! Les armes de la Rose ? Le choc est grand et t'immobilise. Ton frère t'appelle et le ton de sa voix te brise le cœur ; tu n'as pas le temps de répondre : une bête profite de ton inattention pour t'étaler au sol et ta tête le rencontre douloureusement. Tu vois des étoiles et une gueule te dominer. Une deuxième apparaît et tu paniques comme jamais tu n'as paniqué. Tu places un bras devant toi par réflexe ; des crocs s'enfoncent dans la chair. Tu hurles de douleur et lâches ta lame.

Tu as cependant quelques secondes de répit quand les deux monstres se disputent… ton corps. Ton bras blessé ramené contre toi, tu attrapes un sachet et le jettes dans l'une des gueules. Tu invoques un élémentaire de feu, en priant pour qu'Aura te guide, et il apparaît bel et bien : sans attendre, il rejoint le sachet. Tu fermes les yeux de soulagement quand le molosse vacille, la gueule explosée.

Il en reste un et tu ne trouves pas ta lame.
Diantre.

Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B
















Dernière édition par Melbren de Séverac le Mar 21 Nov - 12:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
Astarté des Sables
Astarté des Sables

Messages : 2640
J'ai : 27 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyDim 19 Nov - 3:07

Son pas s’était fait lent mais solennel, lorsqu’elle avait quitté la pièce millénaire et avait tourné le dos à l’autel. Astarté des Sables, dernier écrin de la Reine Blanche, ne s’était pas courbée devant les autres, n’avait prononcé aucun mot et avait récupéré l’Éclat des Cieux par instinct. Dès qu’elle avait franchit la porte donnant sur le passage, dès que les autres écrins lui avaient emboîté le pas et l’avait devancée, la gitane avait agrippé le pans soyeux de son sari d’une main jusqu’à le coincer à sa taille et avait pressé son allure au pas de course afin de suivre les quelques visages connus. Alméïde, entre autre, et Parangon qu’elle retenait. Une femme qu’elle respectait. Une princesse qu’elle suivait. Elle ignorait ce qui l’attendait, au-dehors, mais elle était prête à beaucoup, désormais habitée par sa promesse faite à Titania de Faërie.

Des chiens. Des dizaine de chiens, devant eux, parfaitement visible malgré le bouclier qu’Alméïde s’efforçait de lever bien maladroitement. Astarté fit tourner lentement Égérie entre ses doigts fins et agiles de manière à retenir la baguette comme d’autres tiendraient un poignard. La pierre qui, d’ordinaire, l’aidait à retenir la baguette se logeait désormais dans sa poigne pour lui assurer un semblant d’emprise, depuis son manche. La joaillière eut une pensée ironique pour cette pierre. Une célestine bleutée. Une merveille polie à la perfection. Les anciens de la guilde des Gemmes croyaient qu’il s’agissait d’une pierre précieuse habitée par la paix intérieur et capable d’apaiser son porteur des émotions les plus violentes. Pas ce soir, qu’elle s’était dit, la gitane. Pas ce soir.

Des visages inconnus, partout. Des visages apeurés. Des gémissements entre des aboiements, et des pleurs entre des grognements. Les autres écrins se déployaient avec une aisance au combat qui lui échappait totalement. Ils avaient l’habitude des combats sous les traits des Pièces ou dans leur propre vie. Elle n’avait pas eu la chance ou la malchance de combattre sous les voiles de la Reine Blanche. Encore moins en tant qu’Astarté des Sables. Elle avait fuit, au Musée, bien qu’elle avait senti Égérie prompte à les protéger. Entre ses doigts, ce soir, il n’y avait plus qu’une baguette solide ; aucune trace de l’énergie de l’Éclat des Cieux.

Loin de se désister à l’approche du combat et aux assauts des chiens énormes, la gitane se crispa en voyant un molosse sauter sur sa victime. Puis un deuxième! Alméïde et Castiel semblaient être surchargés par les chiens, ainsi que d’autres guerriers ou mages. C’était à elle d’agir. C’était à elle d’entrer en scène. Elle n’avait ni bouclier, ni claymore, ni masse plus lourde qu’elle. Seulement sa baguette. Alors elle fonça en quelques enjambées furieuses jusqu’à la victime pressée au sol. Malgré le sang, malgré le cri, il y avait eu une explosion dans la gueule d’un des chiens et une pluie de chair sur la victime et la gitane. Il en restait un.

Sans trop comprendre comment elle s’y était prise, tant la folie du moment flouait son jugement et faisait parler ses gestes, Astarté s’était élancée sur le dernier chien malmenant le jeune Séverac. Sa baguette comme un poignard, elle avait visé les yeux et avait pressé, encore, encore, malgré le gémissement douloureux qui sifflait entre ses carnassières. Il y avait eu un bruit dégoûtant, ce genre de bruit qui annonce qu’un objet était entré peut-être un peu trop profondément dans un corps.

Il n’y avait pas eu de haut-le-coeur. Seulement une giclée de sang et d’autres liquides qui les couvraient, l’un et l’autre, le Cielsombrois et l’Erebienne, désormais unis dans l’abjecte.

Elle lui avait tendu une main où cliquetait et brillait une ribambelle de bracelets, en silence, après avoir récupéré sa précieuse Égérie. Il était blessé, et il était hors de question qu’il y ait une autre victime ce soir.

Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyDim 19 Nov - 12:55

Il avait envoyé ses flèches sans relâche sur les chiens, sans grand succès. Il avait beau les blesser, entamer leur peau solide, ils se régénéraient bien trop vite, ne leur laissant aucun répit. Et si lui était protégé, ce n’était pas le cas de tout le monde. Il ferma les yeux un bref instant, revoyant le cadavre de Rosa. Il n’avait aucune affection pour elle, mais il ne souhaiterait à personne un tel sort, même quelqu’un qu’il dépréciait plus que tout. Se concentrant à nouveau, il se remit à tirer sans discontinuer sur les chiens, frustré de l’inutilité de ses actes.

Il lui sembla qu’une éternité se passait, alors qu’il fuyait malgré lui, aidé du prince, quand il aurait pensé qu’il l’abandonnerait plutôt derrière. Une éternité, encore, alors qu’ils étaient là, coincés par ces chiens sauvages, cette meute redoutable. Une éternité nécessaire à façonner une nouvelle statue grâce à sa magie, alors qu’il se concentrait, pour envouter une autre statue, qui porte une arme qui semble puissante, par sa taille et sa grosseur. Elle semblait à même de tuer ces chiens, ou au moins de les étourdir suffisamment. Éternité durant laquelle surgirent la princesse d’Erebor et Maelys, encombrées d’armes bien lourdes. Une jeune femme rousse, une Chevaucheuse s’il en croit sa tenue, aussi, se joignit à eux. Puis le duc de Sombreciel. Curieux équipage. Étaient-ils tous dans la Rose ?

Il secoua la tête, ce n’était guère le temps de songer à ça. Il devait se battre, pour enfin mettre un terme à tout cela, abattre cette menace. Même s’il avait beaucoup trop puisé dans ses forces. Il était pâle, le Capitaine, haletant même, mais il n’était pas prêt à abandonner, pas du tout. Il devait s’asseoir, mais où ? Comment, sans risquer sa vie ? Attrapant la première personne à portée, il s’efforça de recouvrer suffisamment de forces pour tenir debout seul – grâce à sa canne, du moins, qu’il avait tant bien que mal gardée avec lui -, et se remettre à encocher les flèches, et tirer. Il devait être extrêmement précis. Viser l’œil. La bête se viderait de son sang, sans rien faire, et surtout sans rien voir, elle serait déstabilisée. Il rata le premier tir, encochant une seconde flèche qu’il fait partir dès que le monstre s’immobilisa, atteignant son œil bien que perçant difficilement la membrane le protégeant. Il devait faire de même pour le second, pour le mettre totalement hors d’état de nuire. Mais il fatiguait. Il lui fallait attendre un peu, quelques secondes, une minute peut-être.

Spoiler:
 










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyDim 19 Nov - 16:14

Ces chiens nous encerclaient, nous étions perdus. Le prince, Tristan d’Amar, tout ceux qui pouvaient se battre nous défendaient ardemment. Mais je ne comptais pas rester sans rien faire. J’étais certes en très mauvais état, mais je n’étais pas encore mort. Je pouvais combattre, j’en avais la certitude. Je levais les poings, faisant face aux bêtes qui s’approchaient lentement de nous. De longs filets de bave s’échappaient de leur gueule, et je pouvais lire dans leur regard leur envie de sang et de chair fraiche. Qu’ils viennent. Je les attendais de pied ferme. L’un d’eux bondit, et je m’écartais d’un pas pour l’esquiver. Ma jambe blessée ne bougea pas aussi prestement que je l’aurais voulu, et l’animal percuta violemment mon épaule, avant de retomber au sol. L’impact m’avait fait mal, mais, dans l’excitation des combats qui se déroulaient autour de moi, je n’y fis même pas attention. Ils étaient tellement énormes. J’étais sûr et certain que celui-ci, à ma droite, devait me dépasser d’une bonne demi-tête. Je me mis alors à imaginer un homme, à cheval sur l’une de ces créatures. Ses ennemis en tomberaient de frayeur. Un cheval pouvait se battre, mais pas aussi bien que ces animaux-là. En posséder un, c’était posséder la puissance, la victoire assurée, une monture qui se battait aussi bien que le cavalier. Si les Ibéens en avaient, le cours de la guerre serait alors bien différent. Le chien qui m’avait percuté reparti en arrière, maintenant occupé à combattre l’un de mes compagnons.

Mais cet autre chien fut plus malin que le précédent. Occupé à observer le groupe d’animaux, je ne l’avais pas vu s’écarter. Il s’était approché par le côté, celui où se trouvait mon œil blessé. Totalement invisible pour mon œil intact, il bondit et me renversa sans aucune difficulté. Allongé sur le dos, les pattes du monstre sur les épaules, je levais le bras au moment où celui-ci abaissa sa mâchoire. Celle-ci se referma sur lui, au lieu de ma gorge. Je sentis les dents de l’animal déchirer les chairs, les muscles et les tendons, et je lâchais un grognement. Je regardais mon propre sang gicler, tâcher mes habits et couler sur les dents du chien. Je levais mon autre poing et l’assaillais de coups sur le museau, les oreilles. Curieusement, je me mis soudain à penser à ce que mon père, chasseur passionné, m’avait raconté sur la manière de se défaire de la morsure d’un loup ou d’un chien enragé. Lui-même portait une grande cicatrice sur l’avant-bras, souvenir d’une rencontre avec une bête sauvage. Il l’avait harcelé de coups sur ses zones sensible, comme les yeux, le museau, et elle avait fini par le lâcher. Je n’aurais jamais cru que cela puisse m’arriver un jour. Je ne chassais pas, j’avais un chien mais c’était, je le pense, l’animal le plus docile d’Arven, et celui qui aimait le plus les marrons chauds.

Voilà que mon esprit s’égare. Je continuais à frapper, tout en me demandant pourquoi la bête ne m’arrachait pas tout simplement le bras. Il en avait la force, la puissance, il pourrait le faire d’un simple mouvement de tête. J’observais ses yeux. On aurait dit qu’il… Prenait son temps. Il savait que sa proie était perdue, mais je ne comprenais pas pourquoi il me laissait le frapper, alors que mes coups n’avaient pas plus d’effet que les attaques d’une simple mouche. Il referma ses mâchoires, et se mit à tirer lentement. J’hurlais sous le coup de la souffrance, et ce fut sans doute cela qui me sauva.
Une lame plantée dans la gorge, le chien glapit, me lâcha, et, s’éloigna en titubant. Je ne vis pas mon sauveur. Je serrais les dents, et me forçais à me relever. La main sur mon bras blessé, je regardais mes compagnons se battre et se défendre avec autant de ferveur que moi. Même Melbren, blessé au bras, comme moi, n’abandonnait pas. Cela me mit du baume au cœur. Malgré la peine, la douleur, le sang, personne n’abandonnait. La Rose Ecarlate venait nous aider, nous avions finalement une chance de voir le jour se lever.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyDim 19 Nov - 19:18

Les molosses sont enragés et même si Alméïde rassemble tout son courage, elle est terrifiée. Elle n'a plus Simon pour guider ses gestes, elle n'a plus son esprit guerrier et stratège pour trouver des solutions aux situations épineuses qui se présentent – elle n'a que Parangon qui est beaucoup trop grand pour qu'elle puisse le manier correctement. Oh Simon, quelle idée de choisir une princesse comme écrin. Une princesse dont la vocation est de soigner, et non de combattre, de surcroît.

Du coin de l'oeil, elle voit se dérouler les combats sans parvenir à savoir de qui il s'agit, ne ce qu'il se passe. Elle est concentrée sur le maintien du bouclier tandis que Maelys se positionne près d'elle, Tonnerre à la main. Un regard bref dans sa direction, entre surprise et reconnaissance, avec au fond des yeux des restes infimes de la complicité entre les deux pièces sombres. Simon admirait la férocité guerrière d'Aïfa, il avait un grand respect pour elle, et il lui semble la ressentir encore, quelque part. Ensemble, elles devraient y arriver.

Alméïde se campe sur sa position et sent le bouclier défaillir légèrement quand un autre chien le heurte de plein fouet. « Ne restez pas là, retrouvez la sortie ! » s'exclame-t-elle en direction de ceux qui ne peuvent se battre et qui se trouvent encore dans le couloir, protégés par ceux qui portent les armes. Si par malheur ils ne pouvaient retenir la meute, ils sauveraient au moins quelques personnes. Elle songe à cela la princesse, quand un nouveau cri résonne dans le couloir, parmi d'autres. Elle aperçoit Melbren mis à terre et son sang ne fait qu'un tour. Mais il est loin, trop loin.

Elle essaie de soulever le bouclier pour reculer, peut-être prendre de l'élan pour mieux repousser les chiens, mais elle glisse sur une trace de sang et Parangon lui échappe des mains. Le lourd objet de métal oscille vers l'avant, et elle le voit, comme au ralenti, retomber lourdement sur un chien qui s'apprêtait à sauter sur une nouvelle victime. Le glapissement strident suit un craquement sonore et significatif. Alméïde grimace et se penche pour récupérer Parangon, mais un pan de sa robe resté coincé sous le métal se déchire dans la précipitation. Le tissu se fend pratiquement sur toute la longueur de sa jambe et elle serait certainement morte de honte si l'urgence de la situation ne la rendait pas totalement terrifiée. Elle se dépêtre du bouclier et le relève aussi vite que possible, sa surface désormais maculée de sang.


Spoiler:
 


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Aaron de Sombreval
Aaron de Sombreval

Messages : 936
J'ai : 34 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyDim 19 Nov - 20:13

Aaron a l'impression que cela ne cessera jamais. Et tandis qu'il se bat sans répit, il ressent l'inquiétude d'Arietty et d'Héritage au plus profond de lui. Si sa belette ne manque aucun détails de la scène, le grand dragon ne peut qu'attendre et espérer, car il n'a aucun moyen de venir en aide à son chevaucheur, pas à l'intérieur de l'Académie. Aaron tente de le rassurer comme il peut, mais les combats lui demande trop d'attention, et il ne peut cacher les sentiments qui l'animent. Arietty, quant à elle, voit tout mais ne peut rien faire. Sa petite taille n'est d'aucune utilité face aux chiens, et le jeune mage lui a ordonné de se mettre à l'abri, prétextant qu'il ne pourrait pas se concentrer s'il la savait en danger.

Un hurlement déchirant l'air fit tourner la tête au chevaucheur qui avisa avec horreur Melbren aux prises avec un chien, un bras en sang au milieu des crocs. Pestant de rage, Aaron constata son impuissance avec amertume. Il essaya de se diriger vers son compagnon de route, mais de nouveaux mâtins ne cessaient de lui barrer la route, l'empêchant d'aller porter secours à Melbren. Une explosion retenti, néanmoins le mage ne détourna pas les yeux, trop concentré sur son adversaire qui profiterait de la moindre distraction pour lui arracher la tête ou les bras. Un coup de pied bien placé sous la gueule ainsi qu'un violent coup d'épée finirent par faire taire le molosse qui s'écroula lourdement. Au moment où il posa à nouveau les yeux sur Melbren, Aaron vit avec soulagement qu'une jeune femme à la peau mate venait d’occire le second chien. Le jeune homme était sauf - pour le moment.

Alors qu'il s'apprêtait à les rejoindre, le chevaucheur sentit une main s'appuyer lourdement sur son épaule, le faisant vaciller. Tournant la tête, il avisa le marquis d'Amar. Le Mage de sang qui - comme lui - avait payé le prix fort pour avoir utilisé la magie lors de l'épidémie. Ce poids supplémentaire était un lourd fardeau, mais il ne pouvait pas laisser tomber son compagnon de vol au moment où ce dernier avait le plus besoin de lui. Il resta donc statique quelques instants - priant pour qu'aucun molosse ne jette son dévolu sur eux - le temps que le chevaucheur affaibli récupère. Mais soudain, une voix paniquée résonna dans son esprit : « Aaron ! Derrière eux ! ». La petite voix d'Arietty qui - observant la scène - venait d'apercevoir l'imposant mâtin marchant d'un pas lourd vers Melbren et la jeune femme. Aaron voulu les prévenir, mais les aboiements et les cris résonnaient dans l'air, empêchant toute communication. Et il ne pourrait jamais les rejoindre à temps, pas sans courir et laisser tomber Tristan. Si son compagnon chevaucheur s'écroulait, il peinerait à se remettre debout, et il n'y aurait plus aucun rempart entre lui et les molosses. Non, Aaron ne pouvait pas le laisser là. Il ne lui restait qu'une solution, et il priait pour qu'elle fonctionne. Saisissant les deux petites dagues qu'il cachait sous sa ceinture, il fixa son regard sur la tête du molosse. Saisissant le premier couteau par la pointe, il replia son bras avant de lancer son couteau d'un geste rapide mais trop hésitant. Ses tremblements firent dévier sa main, et le couteau résonna lamentablement contre les dalles du sol. Il n'avait le droit qu'à un second essai. Serrant fermement le poing, il lança à nouveau sa petite dague d'un geste vif, visant la gorge. Là encore son tir dévia, mais par un heureux hasard parvînt tout de même à toucher le molosse, s'enfonçant dans l'une de ses pattes avant. Loin d'être mortel, mais suffisamment handicapant pour que le chien soit ralenti. Suffisamment douloureux pour que son geignement avertissent Melbren et sa sauveuse, du moins était-ce ce qu'espérait Aaron. Néanmoins, déséquilibré par le geste vif du lancer et par le poids supplémentaire du marquis, le chevaucheur trébucha.

Spoiler:
 


Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 V8TybSqu_o
Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 175691TitreAaron2
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 183231Quintal6
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 512835TitreAaron1
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 LabyrintheOcean
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 LendemainGuerrePaix
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyLun 20 Nov - 14:30

Ses armes sont handicapantes, elle le sait. Il lui manque Astrée pour les manier, pour lui montrer la voie, pour guider ses mains et parer Chant-du-Matin et Chant-du-Soir de leur magie étoilée. Dans sa tête, tout est confus. Le vide total. Même si l'Impératrice n'a jamais envahi son intimité et que sa présence restait discrète, Abi savait qu'elle était là. Au fond de son esprit, elle sentait cette présence discrète, douce et rassurante. Elle sentait ce côté maternel et attendrissant d'Ivoire. Ils étaient là, un peu en retrait, mais veillant sur elle. Maintenant, Abi était seule. Oh, Royale et Titou sont là, heureusement, mais il y a toujours ce manque.
Mais la Chevaucheuse n'a pas le temps d'y penser. La bataille fait rage autour d'eux. Son petit numéro a fait son effet et quelques chiens ont fini par succomber alors que d'autres restent incapable de bouger ou dégoulinent de sang. Mais certains ont tout de même réussi à se relever et passe à l'assaut avec les autres. La magie fuse, les épées étincellent, les cris de guerre. Abi vient de quitter une guerre pour en retrouver un autre. Elle aperçoit Aaron au loin et songe que, si tout ça est terminé, il faudra qu'elle aille s'expliquer avec lui. En attendant, sa priorité c'est de sauver un maximum de monde. Elle voit l'Erébienne et Mae former une coalition, l'une avec le bouclier et l'autre avec l'énorme arme, prêtes à venir à bout de tout le monde. Elle enjoint Rhaps à se positionner derrière elles pour que Abi leur prête main forte. Puis elle l'aperçoit. Melbren. LE Melbren. Ses yeux s'ouvrent sous le choc et son regard dérive vers Rhapsodie, l'air totalement incrédule. Pendant tout ce temps, il était là ? Lui ? Elle se demande qui des chiens ou de sa tête elle doit déverser sa rage et sa frustration. Elle peut toujours le faire exploser et prétendre que c'est un accident ? Qu'elle l'a pris pour un chien ? Que quelqu'un l'a dérangé au dernier moment ? Puis c'est la douche froide. Un cri résonne, criant le nom de cet être tant détesté, et les yeux éberlués d'Abigaïl reconnaissent l'homme qu'elle vient tout juste d'embrasser. Cet homme aux traits si... Par Aura ! Elle a embrassé... le duc de Sombreflamme ? Un CIELSOMBROIS ???

-Noooooon !

Le hurlement surgit de sa bouche sans qu'elle ne puisse le contrôler. Un Cielsombrois ? Par tous les dieux ! Un Cielsombrois ? ENCORE ? Incapable de bouger, Abigaïl finit par reprendre le contrôle de son corps juste à temps pour surprendre l'attaque d'un des chiens fonçant droit sur eux. Inutile de perdre du temps, elle entraîne Rhapsodie vers l'Erébienne et Mae avant de les rejoindre à leur côté, juste à temps pour voir l'écrin de la Tour laisser tomber son bouclier sur l'un des chiens. Royale lui manque terriblement et elle souhaite l'avoir à ses côtés mais le trajet depuis Lagrance est beaucoup trop grand.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Compagnes
Les Compagnes
Rhapsodie Épi-d'Or
Rhapsodie Épi-d'Or

Messages : 1275
J'ai : 28 ans
Je suis : Compagne en Cibella et Mage de l'Eté (prédiction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Compagnes et à Gaëtane de La Volte
Mes autres visages: Aubrée & Octave
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyMer 22 Nov - 20:57

Faire attention. Rester derrière elle. Rhapsodie s’en sent encore capable. Elle hoche la tête et suit les consignes de son amie, trop heureuse de laisser quelqu’un d’autre décider à sa place ce qu’elle doit faire. Son Amie. Que fait-elle-là, d’ailleurs, Abigaïl ? N’était-elle pas censée être au front, à se battre contre les Ibéens ? Elle s’en souvient, c’est pour cette raison même qu’elle n’avait pas pu l’accompagner à l’Académie. Rhapsodie s’était promis de lui raconter la fête. Fronçant les sourcils, s’écartant légèrement d’elle mais en faisant attention d’être hors de portée des chiens. Et puis, elle repère les armes accrochées à sa ceinture. Et son cerveau se met en marche.

Abigaïl, son Abigaïl, est un Ecrin.

Abasourdie par cette révélation, elle reste quelques instants sans bouger, à regarder fixement les pommeaux des épées. Une foule de questions lui démangent les doigts. Comment ? Depuis quand ? Pourquoi n’a-t-elle pas l’apparence d’une Pièce ? Mais ce n’est pas le moment. Elle est en train de se battre, et de lui sauver la vie. Elles parleront plus tard, quand tout ça, tout cela sera terminé. Car elle n’en doute plus, Rhapsodie. Tout va se finir, bientôt. Les chiens meurent. Abigaïl est là. Abigaïl, qui la regarde incrédule. Fronçant les sourcils, ne comprenant pas son incompréhension, la Compagne regarde autour d’elle, avant de comprendre. Elle a repéré Melbren. Elle se souvient, elle aussi. Elle a partagé sa douleur, il y a de cela dix ans. Mais ce n’est toujours pas le moment. Rhapsodie secoue la tête, l’air fatigué. Plus tard. On verra plus tard.

Et un cri, déchirant, qui appelle Melbren. En un coup d’œil, la Cibellane identifie le duc de Sombreciel, qui s’avance pour voler au secours de son frère. Et la tête d’Abigaïl se décompose, avant qu’un cri désespéré ne franchisse ses lèvres. Et que Rhapsodie ne comprend pas. Ce « Non » n’a rien à faire là, dans cette situation. Mais il n’est toujours pas l’heure de chercher à comprendre. D’elles d’eux, c’est Abi qui se ressaisit le plus vite, et sort de ses pensées avant l’autre, avant de l’entraîner à l’abri, derrière le bouclier de l’Erebienne. Rhapsodie la suit sans protester, mais quand la rousse s’éloigne de quelques mètres pour faire front avec une autre Chevaucheuse, Rhapsodie sent bien qu’elle est inutile, en ce moment. Elle ne peut plus se battre, et elle ne le veut plus, préférant laisser ce combat à d’autres, plus expérimentés qu’elle. Et visiblement plus efficaces : les chiens tombent, les uns après les autres.

Mais ne vont-ils pas avoir à affronter d’autres épreuves, encore ? Est-ce que tout va se terminer dans les prochaines minutes ? Elle ne sait pas. Mais elle se rend compte que maintenant, elle veut savoir. Et même si ce n’est pas raisonnable, même si elle est déjà bien affaiblie, elle concentre sa magie, encore un peu. Elle ne veut voir que dans un futur proche, juste quelques heures plus tard, pas un mois ou une année entière. Et puis, pas longtemps, juste quelques secondes. Juste pour se rassurer. Sentant le regard désapprobateur de Noisette sur elle, elle s’écarte davantage des chiens, faisant en sorte de se retrouver en sécurité, au moins pour quelques instants, avant de fermer les yeux pou ne plus que se concentrer. Et de voir les chemins possibles, de voir le plus probable, et de savoir. De sourire, de rouvrir les yeux immédiatement, et d’avoir envie de pleurer, encore. Mais de sentir ses jambes flancher, et de s’asseoir plus ou moins gracieusement contre un mur, à l’abri derrière une statue inanimée.

Ils vont vivre, elle en est certaine maintenant.

Spoiler:
 




Comme on voit sur la branche, au mois de Mai, la Rose...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyMer 22 Nov - 23:55

Mes mains tremblent, mais continuent d’agripper Tonnerre fermement. Je me raccroche à l’arme, et à ma propre fureur, pour ne pas céder à la peur. L’absence d’Aïfa se fait rudement sentir… Je voudrais qu’elle soit encore à mes côtés, pour me dire quoi faire, comment parvenir à prendre le dessus, les vaincre. La conquérante avait une telle expérience des champs de bataille que sa seule présence suffisait pour me croire invincible. Je n’entends plus le chant de Tonnerre, comme sa propre voix qui s’est tue pour toujours. La reverrais-je un jour ?

Je suis son héritage.
Je n’oublie pas ses mots, lourd de significations pour moi. Je me campe sur mes appuis, et me bats comme le Pion Noir le ferait. Je reste sous le couvert du bouclier de ma Tour, et ne fait un pas de côté que pour décrire un arc de cercle, qui repousse la horde plus loin. Certains passent ma garde, à percer nos rangs pour atteindre. J’entends les cris de douleur et d’agonie. Je me crispe, quand ceux de Melbren se joignent aux leurs. Ne te retourne pas… Et Vesper, qui arrive à peine à se remettre debout, une patte pliée et la gueule en sang. Ne te retourne pas !

Tristan…
Un cri m’échappe, de terreur.

Une statue vient de bouger, colossale, pour frapper les chiens à ma place. Je me fige sur place, et un des molosses en profite pour me sauter dessus. Maelys ! Je tombe à terre, sonnée. Je peine à réunir ma magie… Trop tard. Sa gueule imposante se referme sur… Tonnerre ? La masse est tellement imposante qu’elle me sert de bouclier improvisée, enfoncée entre ses crocs. Il cherche à me l’arracher pour m’atteindre, et je me contente de prendre exemple sur Alméïde. Je lâche tout. Sa mâchoire se retrouve clouée au sol, alors qu’il tente de se dégager dans un grondement furieux. Je me dégage et reprends Tonnerre en main, levant la masse dans un geste ascendant qui le renvoie en arrière.

Un souffle saccadé passe mes lèvres. Ce n’est pas passé loin… Mais je vais bien. « Ca va aller… Ca va aller… » La statue… Un frisson m’échappe. Je hurle, pour me donner du courage, et assène un violent coup de masse. Le chien saute sur le côté, et elle percute le sol avec violence. Le choc fait vibrer tout mon corps, mais ma magie œuvre déjà pour trouver une parade. Je l’utilise rarement sous sa forme plus brute, à faire trembler doucement le sol pour en détacher les dalles déjà morcelées par Abigaïl. Elles s’élèvent à hauteur de mon arme, et avec un sourire malsain, je m’en sers comme d’une batte pour les faire voler à travers la pièce. Les projectiles partent avec encore plus de force, grâce à l’inertie de l’arme, qu’avec ma magie déployée. Les chiens sont bien obligés de reculer, quelque peu sonnés. « Abi ! Fais les exploser ! » J’ai toujours aimé tricher à ce jeu-là. Ils n’en ressentent pas grande douleur, mais l’action les tient en respect et surtout… Plus sous contrôle, regroupés. Je ne vais seulement pas tenir longtemps à ce rythme. « Melbren, tu as encore des explosifs ? C’est le moment ! » Je n’ai pas besoin de lui préciser comment je compterais m’en servir, il le sait très bien. Je peux les envoyer directement dans ce tas de chiens rageux, avec ma batte-masse ou une poussée mentale et… Boum !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyJeu 23 Nov - 11:16

Ferveur s’était délogé de sa fenêtre, sitôt que le groupe avait disparu de sa vue, demandant à Tristan de l’informer régulièrement de leur avancée. Pour savoir si, et quand, il devrait intervenir. Détruire l’académie ne lui posait aucun problème, pour sauver cet humain auquel il était lié. Il aurait fait beaucoup de choses, pour cet homme qui avait failli sacrifier tout ce qui existait entre eux, pour embrasser la cause des opprimés, soutenir l’effort de l’Ordre pour réhabiliter les mages du Sang, pour faire comprendre aux habitants d’Arven qu’aucun être ne méritait un exil de mille ans, une répression sanglante, comme celle qu’avaient subi les mages du Sang. Oui, le dragon aurait même réduit l’Académie à néant, pour mieux la reconstruire, et en faire un établissement qui acceptait les êtres comme son Chevaucheur, au lieu de nier jusqu’à leur existence même, de la réduire à néant.

Le dragon par trois fois centenaire ne l’avait pas vécu, mais la répression avait dû dépasser le simple exil que tous connaissaient, un acte déjà violent s’il en était, mais qui n’avait dû être que la finalité d’un affrontement plus direct… Dame Carmine n’en avait rien dit à son Chevaucheur, cela ne les empêchait pas de douter pourtant. Ferveur n’avait qu’à voir la passivité des dragons d’Argent, dont il sollicitait l’aide depuis de longues minutes maintenant ! Il avait envie de les pousser dehors par la force, pour qu’ils chassent de là les bêtes de la Chasse Sauvage, qu’ils les traquent à ses côtés. Il avait envie de les enfumer, pour les obliger à en sortir.

Sortez de votre léthargie, enfin ! Nous avons consenti à un grand sacrifice, aidés par Sage, Tristan et moi, mais nous ne pouvons agir seuls ! Défendez votre place, votre droit d’évoluer librement. De, peut-être, vous lier à d’autres mages comme mon humain. D’avoir un but autre que celui d’attendre que le soleil s’éveille puis s’abaisse, pour laisser la place aux deux lunes. Reprenez votre place légitime, au même titre que les dragons des autres Vols. Prouvez à tous que vous existez. Sage, si tu es venu m’aider, ce jour-là, si tu as répondu à l’appel de dame Carmine, c’est parce que tu voulais aider à faire renaître le vol d’Argent. Alors convaincs-les.

Le jeune dragon d’Argent s’envola sans une parole de plus, pour les laisser réfléchir à ses paroles, et venir prêter main forte, s’ils le désiraient. Il chasserait cette menace seul, s’il le devait. Sans faillir. Il chopa un chien entre ses griffes, peinant sous le poids, et le laissa retomber d’aussi haut qu’il pouvait, sur un autre de ces congénères, répétant cette manœuvre. Il gronda de soulagement à l’attention de Justice de l’Or, quand il l’aperçut venir à son aide. Lui, et d’autres dragons d’Or. Tant pis pour ceux d’Argent. Il pouvait agir en tant que Ferveur de l’Argent, mais il ne pouvait représenter le vol à lui tout seul.

Spoiler:
 










Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyJeu 23 Nov - 14:42

Des bouts de chair de-ci de-là sur toi, tu crois ta fin venir. Tu pries le Destin, fort. Et il se personnifie en la fine joaillière que tu as croisée à Sinsarelle. Tu reconnais Egérie dans sa main, qui s'enfonce dans la bête dans un bruit peu ragoûtant. Pourtant, Astarté en vient à bout à force d'acharnement et tu lui dois la vie, à présent. Elle te tend la main et tu la saisis avec gratitude. En même temps, tu réalises que la baguette est là, contrairement à Titania. Tu comprends qu'il y a un énorme souci avec la Rose et l'angoisse se loge doublement dans ton corps.

Tu souffles un « merci » à ta sauveuse, mais n'as pas le temps de t'épancher : un geignement animal te fait tourner la tête. Tu le vois, le monstre, la patte relevée, une dague plantée dans celle-ci. Quelqu'un a tenté de ralentir la course du monstre. Tu ne sais pas qui – trop de chaos autour de vous –, mais tu n'attends pas : tu jettes un deuxième sachet à ses pieds. Un élémentaire, pas aussi puissant que tu l'aurais voulu mais qui suffira, le suit de près. « EXPLOSION ! » Entre les pattes du chien, sous son torse, et tu t'accroupis en protégeant Astarté du haut de ton corps comme tu peux. L'explosion n'est pas si grande, mais sait-on jamais. Tu grimaces pour tous ceux qui reçoivent des bouts de chair en cadeau.

S'il n'est pas encore mort, le monstre aura dû mal à se relever à présent. La respiration erratique, tu te redresses et t'approches de la bête. Sans hésitation, tu arraches la dague. Elle fait claquer ses dents non loin de toi, mais n'est pas en état de te blesser. Une vague de quelque chose mal placé te traverse. Tu ne le comprends pas et hésites même à te détourner… Avant que ton corps décide pour toi et que tu n'ailles enfoncer la lame d'un coup sec dans la gorge de la chose hideuse, monstrueuse et assassine. Profondément. Tu grimaces, dégoûté par elle, par toi, en un sens, mais tu devais le faire, quelle qu'en soit la raison. Tu le sens. Et cela fera toujours un ennemi en moins.

Là non plus, tu n'as pas le temps de t'appesantir sur tes réflexions. « Melbren, tu as encore des explosifs ? C’est le moment ! » Tu lèves les yeux, trouves Maelys du regard qui tente de contenir les bêtes. Tu attrapes la main d'Astarté en passant – hors de question qu'elle reste seule à présent – et vous rejoignez ton amie, là où une barrière humaine à commencer à se former. Tu comprends vite ce qu'elle veut et attrapes un sachet, « Faites attention à vous, Astarté » et tu t'écartes d'elles pour avoir un meilleur angle. A l'attention de Maelys : « Comme à Lorgol, avec cette saleté de Nathalie ? » Un sourire en coin, léger, et un hochement de tête.
Puis tu lances ton troisième sachet de la soirée.

Une fois qu'il est au bon endroit, tu inspires aussi calmement que possible et lances un élémentaire de feu, ma foi, correcte. La gorge du chien explose joyeusement et tu commences à croire que vous allez peut-être vous en sortir. Lichen te partage son propre espoir, de là où il s'est terré. « Encore ! » Tu lances et, sous le doigté de Maelys, le sachet vole. Inspiration, élémentaire. Nouvelle bête qui s'effondre. Les bouts de chair volent encore. Nouveau sachet et…
Tes yeux accrochent Castiel. Castiel qui est méconnaissable. Qui prend plaisir à détruire des chiens. Tu ne le reconnais pas et tu sens qu'il y a un souci.

Ton élémentaire est trop faible, il disparaît en chemin. Par Aura.
Ton bras blessé t'élance plus fort d'un coup.

Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyJeu 23 Nov - 22:59




Chroniques d'Arven

Intrigue 2.6

La Chasse Sauvage

27 novembre 1002


Intrigue animée par Aura·



L'Aile Est








La fête est finie.
Dans les couloirs de l'Académie, les chiens ont été repoussés, certains ont même été tués ; et des dizaines de corps inertes jonchent le sol, élèves et professeurs, invités et visiteurs, étendus là sans vie. Le sang macule les murs, des meubles brisés et des plafonds effondrés encombrent les couloirs, et le feu a pris là où les dragons sont venus au secours de leurs Chevaucheurs.

Juste avant l'aube, des hennissements lugubres ont retenti ; et ceux qui étaient à proximité ont pu voir des cavaliers vêtus de noir quitter l'Académie par la grande porte, montés sur des destriers sauvages. Nombreux, ces cavaliers, et on aurait même cru que les sabots des chevaux ne touchaient pas vraiment le sol...

Le soleil se lève.
Il est temps de compter les morts, et de soigner les vivants.
Et de répandre la nouvelle des terribles événements qui se sont tramés...






Tour 6

Consignes


IRL : du 24 au 30 novembre (18h).
IRP : 28 novembre 1002, 8h.

• Ce topic concerne les personnages suivants, inscrits à l’intrigue au préalable :  Aaron, Alméïde, Antonin, Maelys, Melbren, Raygnar, Rhapsodie et Tristan.
ATTENTION • Peuvent la rejoindre à partir de ce tour, mais n'y sont pas obligés : Castiel, Mélusine, Hiémain, Astarté et Abigaïl.

• Ce tour couvre l'après-bataille. Vous avez quitté les couloirs et vous dirigez vers la sortie, des renforts militaires de plusieurs duchés sont là, sous forme de divisions de Chevaucheurs et Voltigeurs. Vous pouvez rentrer chez vous ! :sisi:

• Il n'y a pas de limite de mots pour ce tour.

• Vous pouvez poster autant de fois que vous le souhaitez, tant que trois autres personnes au moins passent entre deux de vos messages. Si vous repostez avant, votre RP sera supprimé.

• Le Destin vous remercie d'avoir participé ! :joie:




♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyVen 24 Nov - 18:11

C’est fini.

Tu t’es battu, Castiel. Pris d’une fureur qui n’est pas tienne, d’une rage meurtrière qui te laisse transformé, d’un plaisir malsain redoublé d’une énergie que ton corps mince ne semble pas contenir. Tu sembles même un peu hébété désormais, immobile dans ce couloir, les pieds baignant dans le sang. Il a traversé tes chaussures, tes vêtements, il barbouille tes mains, ton visage, il trempe Ordalie de sa garde jusqu’à la pointe de sa lame. Roi des Noirs, bras armé de la Rose Écarlate, tu as expié ton dernier souffle au coeur de la bataille, trempé de cet écarlate qui a toujours teinté ton combat. C’est fini. Ceux qui ne sont pas morts ont fui. L’Académie est un champ de ruines, de bataille, de guerre, et sur ses sols magiques et savants, les cadavres d’adultes et d’enfants, mêlés à ceux anonymes de ces créatures infâmes.

Là où il pleurerait, de rage, de désespoir, de tristesse, toi, tu es froid. Fermé. Les yeux de métal et d’obsidienne, glacés comme les parties les plus sombres de l’univers. Miroir. Mirat.
Hypérion est parti. Il vous a abandonné. Hypérion est parti, et c’est à toi de vivre.
Tu dois vous protéger.

Corps fourbu, corps douloureux. Tes mains aux paumes brûlées d’ampoules sanglantes. Une longue entaille tout le long de ta jambe. La chair blanche, blessée, exposée. Cris et sanglots résonnent entre tes oreilles, mais toi, tu es encore silencieux. Tu  observes les survivants, avec l’air méfiant d’un félin prêt à bondir à l’amorce d’un geste trop brusque. Il y la Chevaucheuse de Cibella - Abi, que tu as entendu quelqu’un l’appeler - sur laquelle tes prunelles sombres s’attardent presque trop longuement. Ces lèvres que tu sais avoir embrassé, sans que tu te souviennes - c’est lui qui s’en rappelle. Tu te détournes de la dame et va aux côtés de celui qu’il appelle frère, Ordalie toujours en main. Tu appuies la claymore contre le mur, personne n’aura l’occasion de te la voler, puis ouvres les bras afin d’y accueillir le Séverac. Tu dois donner le changer, après tout. L’étreinte à Melbren est forte, trop forte. Tu le broies pratiquement entre tes bras, sans te soucier de la gravité de ses blessures, sans te soucier de le blesser davantage non plus. Le contact te répugne - tu n’as jamais aimé cet homme que lui aime tant. Il n’a pas besoin de lui. Étreinte si raide, si peu naturelle. Tu es moins habile pour mentir. Moins que l’autre. Tu plaques un baiser sur sa joue et à son oreille, tu glisses : « Il y a longtemps que je t’ai vu. » Le clin d’oeil qui fend ton visage se veut malicieux, mais aucun bon sentiment ne s’y glisse, et tu laisses Melbren pour Alméïde. Pour un baiser aussi peu émotif qu’il est brutal, à cette fiancée que tu ne connais pas. Ses lèvres goûtent le sang. Tu peux te plaire, tu le sens, à celle-là. « Ne restons pas ici plus longtemps. » C’est ta voix, la même, celle qui ne change pas. Celle qui trompe, car Melbren, plus qu’il sent, sait, qui est là.

Spoiler:
 


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 1479663390-proinoir
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyVen 24 Nov - 18:47

Le silence retombe, plus lourd encore que les cris et les pleurs qui résonnent encore à ses oreilles. Plus lourd que le métal qui fend, qui tranche, qui heurte. Plus lourd que ces explosions qui vibrent encore dans l'air. L'odeur de sang est forte – l'odeur de la mort. La princesse sent son goût dans sa bouche, mêlé au sel des larmes qui ont coulé sans qu'elle ne s'en rende compte. Son corps émet une plainte, de fatigue, d'horreur. Elle sent ses doigts qui tremblent alors elle s'accroche à la sangle du bouclier alors que les chiens s'éloignent pour de bon et que leurs hurlements rebondissent en écho sur les parois de l'Académie.

C'est terminé. Mais la Chasse Sauvage est désormais en liberté.

Alméïde frissonne, terrifiée. Elle sent une boule dans sa gorge, son coeur qui bat à toute allure. Elle cligne des yeux à plusieurs reprises, chasse les images sanglantes, chasse les larmes, chasse les souvenirs de cette nuit qui cherchent à s'imposer et à la mettre à terre. Elle chasse surtout le visage de Sitara, volatilisée, puis elle chasse les derniers sentiments partagés avec Simon, qui la rendent si confuse. Il a gardé sous clef ses derniers secrets, ne laissant sortir qu'une infime part d'entre eux, si flous, teintés de culpabilité et d'effroi.

C'en est trop. Pas maintenant.

C'est une grande inspiration qu'elle prend, fermant les yeux pour ne pas avoir à affronter le monde. Une fois. Deux fois. Elle repousse tout, avec toute la force de conviction dont elle est capable, puis elle rouvre les yeux. Parangon est déposé contre le mur, juste un instant, tandis qu'elle marche d'un pas mal assuré dans le couloir. C'est à peine si elle pose un regard sur Maelys, qui a vaillamment combattu à ses côtés, encore troublée de la savoir alliée – c'est ce qu'elle était. Ou ce qu'elle est ? Alméïde secoue la tête, elle cherche Melbren des yeux – il est blessé, elle veut lui venir en aide. Mais Castiel apparaît à ses côtés et l'embrasse avec plus de force qu'il n'en a l'habitude. Elle a le souffle coupé, c'est à peine si elle réagit, n'y répond qu'avec un temps de retard, tant elle est hébétée.

« Ne restons pas ici plus longtemps. » La surprise se peint un instant sur ses traits. Oh, comme elle aimerait fuir à ses côtés, se réfugier dans le confort de sa tour et de ses bras, nettoyer sa peau tachée de sang – pas le sien – et retirer cette robe déchirée, maculée d'écarlate, pour enfin tout oublier. Ce serait si facile. « Ces gens ont besoin de soins, je ne peux pas les laisser comme ça. » Sa voix tremble mais sa détermination n'en est pas moins ferme. Elle a un devoir, en tant qu'écrin abandonné mais surtout en tant que médecin. Elle ne laissera personne souffrir plus longtemps. « Toi aussi tu as besoin de soins. Attends-moi là mon amour, je suis à toi dans quelques instants. » Elle passe sa main sur sa joue, étale à peine le sang pas tout à fait séché sur sa peau. Il est blessé – encore une cicatrice à ajouter aux autres. Combien sont dues aux combats de la Rose ? Combien de fois s'est-il mis en danger ainsi ? Alméïde scrute son visage, son regard noir comme une nuit sans lunes, et elle se fige un instant devant ce qu'elle y lit, sans savoir très bien pourquoi. Le départ d'Hypérion l'a affecté, voilà tout. Le départ de leurs esprits les ont tous affectés. La princesse relâche ses mains à contrecoeur et se tourne vers Melbren, mal en point. Il n'est pas le seul.

« Rassemblez les blessés, aidez-les à se déplacer jusqu'à la sortie. Je... me chargerai de ceux qui en ont besoin. Il y aura sûrement des renforts là-bas, pour nous aider. » Inutile de rester ainsi dans ce couloir empli de mort. Elle espère que les chiens sont très loin à présent. Ce qu'elle ne sait pas, c'est qu'un seigneur d'Or en a chassé autant qu'il en était capable, que ses flammes ont atteint plusieurs de ces molosses avant que la Chasse ne fuie dans la nuit. L'Académie est sûre désormais. Ce n'est plus le cas d'Arven.


Spoiler:
 


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
Astarté des Sables
Astarté des Sables

Messages : 2640
J'ai : 27 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyDim 26 Nov - 5:46

Elle enjambait les corps de ses longues jambes nues, son sari, toujours coincé à sa taille, avait tenu bon. Combien étaient-ils à avoir perdu la vie, cette nuit? La gitane l’ignorait mais s’efforçait malgré tout d’en prendre conscience. Des morts. En quantité. Pour la Chasse libérée. Sur ses mains, sur ses épaules, dans ses cheveux et sur Égérie, le sang était maître. Elle s’efforçait de ne pas sombrer, de tenir bon, comme elle l’avait fait tant de fois auparavant. Elle devait se souvenir de ce moment : la peur du combat, la peine de voir tant d’innocents, son puissance, aussi. Si la Rose avait enfermé cette Chasse Sauvage, si Elle l’avait créée, même, il devait y avoir une raison. C’était l’Ordre qui l’avait libérée. C’était l’Ordre qui était responsable de ce bain de sang. L’Ordre était au vent de bien des secrets et n’agissait que pour engendrer la mort. Ces savoirs disparus qui appartenaient à Erebor, valaient-ils tout ce sang? Astarté des Sables ne détenait pas de réponse mais supposait que personne ne méritait de finir ses jours ainsi. Les adolescents moins que quiconque.

La gitane s’arrêta aux côtés d’un cadavre. Cheveux sombres. Peau hâlée. Erebor essuyait des pertes jusqu’ici. Elle s’agenouilla aux côtés du défunt, le temps de lui murmurer que Joseï ne l’avait jamais oublié jusqu’à ce que Sithis intervienne, malgré la distance et les murs de pierre. Son regard cherchait Alméïde, sa princesse, l’écrin insoupçonné d’une Tour Noire. Elle était affairée à diriger les opérations malgré les renforts militaires, à endosser son rôle et à accueillir les responsabilités. Mélusine n’était plus là. Tous semblaient se connaître, tous semblaient prendre soin les uns des autres. Elle n’avait plus sa place ici, à l’Académie.

De quelques enjambées, Astarté avait rejoint Melbren qui se libérait d’une étreinte cielsombroise. Son duc, frère, cousin, qu’importe, le délaissait au détriment de sa fiancée. La joaillière glissa une main sur son bras, hésitante. À quel moment précis les rangs et la noblesse redevenaient-ils pertinents? Était-ce avant ou après le dépouillement des cadavres? L’Erebienne se contenta d’un regard appuyé sur le sien, aussi triste qu’une complainte des sables. Il allait bien. Ils avaient partagé quelque chose, cette nuit, et les mots étaient désormais inutiles.

Il ne lui fallut que peu de temps pour s’éloigner des couloirs et trouver son chemin vers la sortie. Les miliciens, partout, assuraient la sécurité et les guidaient, elle et plusieurs autres. Elle qui n’avait jamais visité l’Académie la trouvait étrangement désolante sous la lumière du matin. Quel dommage que son unique souvenir de cet endroit se limite à la perte de la Reine Blanche et de Dévouée. Le vide se ressentait plus fortement, désormais qu’aucun combat ne la menaçait.

Elle était seule.

Vidée, exténuée, fourbue, couverte de sang, Égérie à demi dissimulée par son sari désormais en place, la gitane avait accepté une couverture mais avait refusé qu’on l’examine. Elle souhaitait partir. Personne ne l’avait retenue.

Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Les Compagnes
Les Compagnes
Rhapsodie Épi-d'Or
Rhapsodie Épi-d'Or

Messages : 1275
J'ai : 28 ans
Je suis : Compagne en Cibella et Mage de l'Eté (prédiction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Compagnes et à Gaëtane de La Volte
Mes autres visages: Aubrée & Octave
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyDim 26 Nov - 18:44

C’est fini.

Lentement, Rhapsodie s’extirpe de sa cachette. Les muscles engourdis, elle regarde autour d’elle. L’Académie n’est plus qu’un champ de bataille. Une odeur de mort flotte dans les airs. Des cadavres jonchent le sol. Des chiens. Des combattants. Une petite fille innocente. La gorge de la Compagne se serre à nouveau. Tous ces morts… Elle relève la tête, cherchant une personne particulière du regard. Son Abi, sa Chevaucheuse, son héroïne. Elle sait qu’elle n’est pas parmi les morts. A l’abri derrière sa statue, elle l’a vue combattre, vaillamment. Elle a tremblé pour elle. Elle s’en est voulue, de ne pas être à ses côtés, de passer pour une lâche et se réfugier derrière elle – mais elle ne pouvait pas faire autrement. Elle aurait été plus une gêne qu’autre chose. Enfin. Elle la repère en quelques secondes, et se précipite vers elle, aussi vite que le lui permet sa jambe entaillée, et la douleur qui se fait maintenant ressentir à chaque pas.

Face à elle, elle la prend par les mains, les serre fort, fort, comme si elle voulait s’assurer qu’elle était vraiment vivante et devant elle. Elle lui adresse un sourire, pauvre sourire. Mais le soulagement, la peur ressentie, tout lui remonte d’un coup à la gorge, et elle ne peut plus contenir la boule qui s’est formée. Les larmes reviennent toutes seules, et elle s’effondre en pleurs dans les bras de son amie. Comme il y a six mois, alors qu’elle venait la récupérer chez elle, brisée. Comme il y a dix ans, quand elle l’a retrouvée en larmes dans son coin, le cœur en miettes. Comme à chaque fois qu’elle ne maîtrise plus ses sentiments, qu’elle explose, et qu’Abi est là.

Elle ne sait pas combien de temps elle reste là. Mais quand elle se détache d’elle, elle ne pleure plus. Elle est simplement lasse, les traits fatigués, les yeux encore rougis. Elle s’efforce à sourire de nouveau. Mais cette fois, elle se détourne d’elle, regardant les autres survivants.

Son regard glisse sur toutes ces silhouettes, connues ou inconnues. Elle regarde le Duc de Sombreciel embrasser la Princesse d’Erebor, une jeune Erebienne partir seule sans demander son reste, et son Familier revenir vers elle à toute allure. Il s’est caché dans un creux du mur, en hauteur, pour être certain de ne rien craindre. Elle l’accueille en silence entre ses mains, avant de le jucher sur son épaule, à sa place préférée. Ils n’échangent pas une pensée, se partageant simplement leur soulagement mutuel et leur affection. Rhapsodie continue son observation des alentours. Les blessés sont nombreux, beaucoup trop. L’Académie est détruite. Mais c’est fini. Sans le vouloir, encore, elle accroche le regard de Melbren. Il est encore vivant. Elle en est soulagée. Elle ne souhaitait pas sa mort, loin de là. Peut-être lit-il l’apaisement sur ses traits. Tant mieux. Peut-être pense-t-il la même chose qu’elle. Mais elle ne s’aventure pas jusqu’à aller lui demander. Elle préfère se détourner encore, et revenir vers Abigaïl, pour lui prendre la main et la tirer doucement vers la sortie.

Spoiler:
 




Comme on voit sur la branche, au mois de Mai, la Rose...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyDim 26 Nov - 19:32

C’était terminé. Les chiens avaient été vaincus, nous étions sauvés. Alors pourquoi est-ce que je ne bondissais pas de joie ? Pourquoi une telle lassitude ? Je regardais les nombreux cadavres, les nombreux corps inertes, allongés sur le sol. Je regardais le sang, sur les murs, sur le sol, sur mes propres habits. Mon bras, presque déchiqueté par les dents du chien, pendait mollement le long de ma poitrine. Je savais que le saignement de ne s’était pas arrêté, et que je perdais mes forces très vite, mais j’étais trop épuisé pour lutter. Nous avions gagné la bataille, les chiens étaient partis, quelque uns gisaient mort aux pieds de mes compagnons, et pourtant je ne ressentais rien, si ce n’était l’épuisement. Je n’avais pas abandonné, je m’étais battu, et pourtant je ne me sentais pas victorieux. Je lâchais un soupir, avant de me laisser glisser le long du mur. Je tombais à genoux, ferma les yeux, pendant quelques secondes, et me concentrais uniquement sur ma respiration.

Au bout d’un moment, je rouvris les paupières. Mes compagnons commençaient à s’éloigner. La princesse Alméïde ordonnait qu’on s’occupe des blessés. Je devais les suivre, sinon je savais que je ne sortirais jamais de l’Académie. Je tentais de me relever, malgré la douleur, la fatigue et, étrangement, la faim. Je n’avais rien avalé depuis un long moment et, même si je devais être mourant, mon estomac ne trouvait rien de mieux que de hurler famine. Je l’ignorais et m’aida de mon bras valide pour tenter de me remettre sur mes jambes. Je parvins à rester quelques secondes sur mes jambes tremblantes avant de retomber. Le souffle court, je regardais autour de moi. Melbren serrait dans ses bras le duc de Sombreciel avant que celui-ci se mette à embrasser la princesse d’Erebor. Le… Une petite minute, le duc de Sombreciel ? Ici ? Mais d’où venait-il ? Que faisait-il ici ? J’avais dû louper un épisode car, en fouillant dans mes souvenirs, je ne trouvais rien qui puisse expliquer sa présence ici à part… la Rose Ecarlate. Ils étaient venus nous sauver, faisait-il partie de cette organisation ?

Haletant, je regardais ma jeune sauveuse, celle qui m’avait aidé à marcher, s’éloigner, main dans la main avec une Chevaucheuse, puis je reportais mon attention sur Melbren. Il s’était bien battu, il avait fait preuve d’un courage exemplaire, malgré ses blessures. Il nous avait tous sauvés, et je l’avais pourtant traité comme un moins que rien, à cause de ce qu’il avait fait à Rolf.
Je soupirais doucement. J’étais si fatigué. Je fermais une nouvelle fois les yeux, et sombrais.
Quand je repris conscience, j’étais toujours dans l’Académie, mais dans une autre pièce. Je devinais, à la lueur du jour, que bon nombre d’heures étaient passées. Mon bras était bandé, et le pansement était encore rouge de sang. J’étais incapable de savoir où je me trouvais, mais, vu le nombre de blessés réunis dans cette pièce, je devais être dans une sorte d’infirmerie de fortune. Un homme s’approcha, me donna de l’eau, et je me rendormis, pour rêver de chiens aux dents dégoulinantes de sang.

L’air frais, enfin. J’étais dehors, en mauvais état certes, mais je ne pouvais rester plus longtemps dans l’Académie. Etrangement, je craignais de revoir ces affreuses bêtes, et de réentendre le cri des banshees. Mon bras blessé, raide et enveloppé de bandage, était serré contre ma poitrine. Le cœur lourd, je me dirigeais vers mon cheval. Rudolf marchait à mes côtés, le regard dans le vide. Il n’avait pas prononcé un mot depuis mon réveil, et j’en avais déduit qu’il était encore traumatisé par ce qu’il avait vu. J’avais donc décidé de l’emmener hors de l’Académie, le temps que les choses reviennent à la normale. Il se changerait les idées, prendrait le temps d’accepter ce qu’il s’était passé et, pourquoi pas, commencer à apprendre à devenir un seigneur. Il n’était jamais trop tôt pour le faire. Je pris la main de mon garçon, et l’aida à monter sur ma monture. Il y avait une auberge, pas très loin d’ici, qui faisait d’excellentes galettes, ce serait un bon endroit où reprendre des forces avant le départ. J’élançais ma monture, et me tournais une dernière fois vers l’Académie. Cette histoire ne m’empêcherait pas d’affectionner ce lieu mythique, et, plus que tout, elle m’avait appris à oublier mes peurs, face à l’action. Elle avait fait de moi un homme, près de trente ans plus tôt et, aujourd’hui, elle m’avait appris le courage, et je lui en étais très reconnaissant.

Spoiler:
 


Dernière édition par Raygnar d'Ysgramor le Lun 27 Nov - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Aaron de Sombreval
Aaron de Sombreval

Messages : 936
J'ai : 34 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyLun 27 Nov - 19:20

Les aboiements et autres bruits assourdissants laissèrent place à un silence lourd de sens. C'était enfin terminé, mais à quel prix ? Ça et là, des dizaines de corps jonchaient le sol, mâtins et victimes allongés côte à côté. Une grimace de dégoût se peignit sur les traits d'Aaron ; loin d'être une âme sensible, il n'appréciait cependant pas les pertes inutiles et injustes. Celles là l'étaient, à n'en pas douter. Ce qui devait à la base être une soirée festive s'était transformé en carnage, et ces pauvres gens n'avaient à peine eu l'occasion de se défendre. Lui-même ne devait sans doute sa vie sauve qu'à la chance, et à ses camarades. L'odeur métallique du sang flottait dans l'air tandis que chacun retrouvait peu à peu ses esprits, cherchant désormais à s'éloigner le plus rapidement possible de ce charnier.

Tandis que ses yeux parcouraient la salle, Aaron avisa une petite masse sombre se déplaçant rapidement vers lui. Il ne mis pas longtemps à la reconnaître, et s'agenouilla pour accueillir sa belette contre lui. Le petit mammifère vînt se lover dans ses bras. « Merci de m'avoir aidé. » En disant cela, le chevaucheur faisait largement allusion au sauvetage de Melbren, mais il n'ajouta rien de plus, conscient que son familier saurait parfaitement décrypté ce message. De plus, le sentiment de réconfort que la belette lui procurait rendait le reste futile. Écartant un pan de sa veste, il la laissa se blottir contre son torse, puis entrepris de se relever. Vaste tâche que celle-là, tant ses muscles fatigués vacillaient. Pourtant, il parvînt à se relever, et se redressa lentement. La tête lui tourna quelques instants tandis qu'il retrouvait enfin sa hauteur. Puis, saluant Tristan, il se dirigea vers la sortie. « Marquis d'Amar. »

Ça et là, des mages et des guérisseurs œuvraient pour aider les blessés. Lui ne savait même pas s'il l'était tant ses bras et ses vêtements étaient recouverts de sang, mais qu'importe. Il voulait simplement s'éloigner de ce lieu maudit, de cette soirée infernale, pour retrouver un semblant de sérénité. Arrivé au bout du couloir, il songea alors qu'il avait oublié de récupérer sa dague. Se retournant, le jeune homme décela rapidement l'objet de ses recherches dans les mains de Melbren, mais voyant ce dernier occupé, il décida que ça ne valait pas la peine de le déranger. Qui plus est, cela lui donnerait une occasion de la récupérer plus tard, et donc de revoir ce Melbren en question. « Je t'attends dehors, petit homme. Dépêche-toi, que je m'assure qu'il ne te manque aucun morceau. » Un léger sourire se dessina sur les lèvre du chevaucheur tandis qu'il ressentait à la fois le soulagement et l'inquiétude de son dragon. Tournant le dos pour de bon à la vision d'horreur qui s'offrait à lui, il s'éloigna en boitant, épuisé par le combat.

Spoiler:
 


Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 V8TybSqu_o
Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 175691TitreAaron2
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 183231Quintal6
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 512835TitreAaron1
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 LabyrintheOcean
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 LendemainGuerrePaix
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyMer 29 Nov - 21:37

Les chiens restant finissent par s'enfuir, repoussés par le front commun que vous avez réussi créer. Dire que tu es soulagé est un euphémisme. Pourtant, la mort rôde dans le couloir, odeur acre qui reste sur ta langue, désagréable. Tant de morts, tant de sang, tant de dégâts. L'adrénaline pulse encore dans tes veines et tu t'attends à tout moment à voir d'autres bêtes surgir. Tu restes là, sous le choc, incapable d'ordonner à ton corps de se mouvoir.
 
Soudain, des bras s'enroulent autour de toi. Tu es surpris d'abord. Soulagé quand tu constates qu'il s'agit de Castiel. Confus quand l'étreinte se fait trop forte, douloureuse. « Castiel ? », dans un souffle à peine audible. Ton bras, coincé entre vous deux, se rappelle à ton bon souvenir. La blessure reprend vie, comme si d'un coup, le voile posé sur ton corps t'obligeait à assumer les plaies sur toi : la morsure, la griffure, les lésions dues aux bouts de verre. Tu es sur le point de gémir quand ton frère t'embrasse sur la joue et te murmure à l'oreille : « Il y a longtemps que je t’ai vu. » Tu frissonnes. Sa voix basse, étrange, fait appel à ta mémoire ; tu ne mets pas le doigt dessus. Le clin d’œil qu'il t'adresse en te relâchant – soulagement invraisemblable – te tort le ventre d'appréhension. Froid. Froid comme sa façon d'agir avec Alméïde. Tu associes ton frère à la chaleur, à l'amour, à l'émotion. Pas à ce que tu vois.
Impossible de déloger le malaise qui se glisse dans tes tripes.
 
Ton attention est détournée par Astarté, dont la main se glisse sur ton bras, aérienne. Vos regards s'accrochent et tu jurerais pouboir lire les émotions qui défilent dans ses yeux. Ta main libre va entourer la sienne et y apporte une pression brève mais ferme. La vie coule toujours en nous. Un jour de plus. Tu la regardes s'éloigner, tout en priant les dieux pour qu'ils veillent sur elle, et tu croises le regard de Rhapsodie. Tu retiens ton souffle un instant : elle est en vie. Vous n'échangez aucun mot, elle n'esquisse pas même un sourire. Pourtant, tu ne ressens pas l'animosité de la soirée. D'un coup, un nœud semble se délier dans tes tripes, un nœud que tu avais pris l'habitude de ressentir à chaque fois que tu croisais ou pensais à la jeune femme.
Tu expires fébrilement par réflexe alors qu'elle se détourne.
 
Le sentiment de malaise revient en force dès que tu reportes ton attention sur le couple ducal, maintenant que ton attention n'a plus d'objet sur lequel se concentrer. D'autant plus que : « Ne restons pas ici plus longtemps ». Tes yeux détaillent le visage de ton frère, sa posture. Similaires, mais différents. Tu restes silencieux, quand la princesse lui rétorque qu'elle doit rester soigner les blessés, qu'il a besoin de soin, lui aussi. Tu ne saurais dire ce que tu lis sur le visage du duc en cet instant, mais ton malaise se renforce. « Rassemblez les blessés, aidez-les à se déplacer jusqu'à la sortie. Je... me chargerai de ceux qui en ont besoin. Il y aura sûrement des renforts là-bas, pour nous aider. » Tu décides de te plier aux consignes d'Alméïde. Tu as besoin de soin, mais tu es encore en état de marcher malgré la fatigue morale et physique, la faim, le traumatisme. Tu ne veux pas laisser tes compagnons d'infortune alors que tu pourrais y faire quelque chose. Vous avez survécu ensemble à un carnage sans nom.
 
Tu cherches Aaron du regard et réalises qu'il n'est déjà plus là. Une pointe de déception naît, mais elle est vite étouffée : il est en vie, c'est ce qui compte et tu as à faire. Tu vas aider une femme qui a la jambe en bien trop mauvais état pour marcher. Tu l'escortes donc jusqu'à la sortie, accompagnés des autres. Là, de nombreux Chevaucheurs et Voltigeurs s'affairent à aider les rescapés, les blessés ,et tu refuses de penser à tous les corps qui jonchent le sol de l'Académie : vous n'étiez pas la seule salle de bal, ce soir. En passant, tu entends les voix, leurs mots. Elle disent des choses effrayantes. Les cavaliers et ce qu'il reste de leur horde sont sortis de l'Académie. Cela veut dire qu'ils sont libres ? En Arven ? La panique remonte en flèche. Si c'est vrai, cela signifie que le cauchemar ne fait que commencer.
Tes yeux, par réflexe, vont trouver Castiel. Tu frissonnes.
 
Une fois que tu es soigné et que tu as acquiescé aux consignes qui t'ont été données, tu es libre de partir, Lichen à présent juché sur ton épaule, contre ton cou. Quelques minutes ont passé seulement. Tu vas rapidement échanger quelques mots avec Alméïde et la serres brièvement dans tes bras, entre deux patients. Tu trouves ensuite Castiel, le visage sombre. Tu t'arrêtes devant lui, le bras en bandage, ton visage inexpressif. « Rentrons. » Tu ne trouves pas en toi l'envie de sourire. Tu ne la trouves pas en lui non plus. Le malaise est là.
 
Quelque chose cloche. Autre chose que le souci avec les pièces. Oui. Il est différent. Lui, mais pas lui... Un intant de réflexion de sa part alors qu'il farfouille dans ton esprit. Tu as déjà ressenti ça. Tu acquiesces mentalement, mais il ne dit plus rien.
Le malaise est là encore après, sur le chemin, et les rouages s'enclenchent doucement.
 
Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyMer 29 Nov - 22:27

Le calme qui suit est tellement déroutant que Abigaïl ne se rend pas compte immédiatement de l'arrêt de la bataille. Pourtant, les chiens sont en fuites et les cris, le bruit des combats ou de la magie a laissé place aux gémissements et aux pleurs. Elle est encore tremblante, la Chevaucheuse. Tremblante de rage, d'adrénaline, de frustration. Tu as laissé ton pouvoir exploser, suivant les directives de Mae, combinant vos pouvoirs et vos pensées. Comme la Reine se battant au côté de son Pion. Mais le calme soudain la renvoie à ce qu'elle vient de perdre. Sa Reine. Astrée. Même si leurs esprits n'ont pas fusionné bien longtemps, elle lui a laissé une marque indélébile et, maintenant, un trou béant de son âme. Une perte lourde alors que l'Impératrice d'Ibélène lui a permis de regarder le monde avec un autre regard. Car maintenant qu'elle est là, tâchée de sang et de poussières, au milieu de victimes ou de combattants, elle peut comprendre. Le vrai but de la Rose. Cette guerre stupide opposant deux empires. Ne viennent-ils pas de s'associer ? De sauver des  Ibéens et des Faës ? Sauvés par des Ibéens et des Faës ? Ces mêmes qui, à des lieux de là, combattent férocement pour des terres ? Elle le sait, Abi, elle en sort de cette bataille. Elle l'a quitté pour tomber dans une autre. Et maintenant, elle va devoir se taper tout le chemin de retour, sans dragon. Car si certains ont eut la chance de voir leur monture débouler dans l'Académie, sa Royale est en Lagrance, en plein combat, et elle n'a certes pas le temps de venir la rejoindre maintenant. Titou doit lui donner des informations sur ce qui se passe ici mais son lien avec la dragonne n'est pas encore assez aiguisé pour lui permettre de tout lui expliquer elle-même, malgré la distance.

Elle réceptionne Rhapsodie qui vient se réfugier dans ses bras. Tremblante aussi, Abigaïl ne se rend pas compte qu'elle pleure. Elle pleure la perte d'Astrée. Elle pleure d'émotions de voir Rhapsodie vivante mais troublée, elle pleure cette guerre, les jours incertains à venir maintenant que la Rose les a quitté. Elle pleure sans bruit, sans sanglot. Puis elle se détache aussi et lui presse les mains forts, plongeant ses yeux dans les siens. Titou n'est pas là. Royale non plus. Et Astrée est partie. Mais Rhapsodie, elle, est toujours là. Elle n'est pas seule non plus. Elle ne le sera jamais. Elle en est certaine. Du coin de l'oeil, elle aperçoit l'écrin du Roi avec Melbren et frissonne. Elle n'est plus sûre de vouloir la perte des Ibéens. Peut-être qu'elle fera une exception pour Melbren, après tout, il mérite la mort rien que pour avoir briser le cœur de Rhapsodie. Mais ce n'est pas l'heure d'assouvir la vengeance d'une vieille querelle. Déjà Rhapsodie la conduit vers le flot des rescapés se dirigeant vers la sortie. Abi espère que les chiens resteront confinés à l'Académie. Elle va devoir s'informer de ce qu'il convient de faire maintenant, avec les Chevaucheurs et Voltigeurs présents à Lorgol. Les deux amies enjambent les débris des couloirs de l'illustre Académie. Elle a fait exploser le sol. Les dragons ont explosés les murs. Cette institution de savoir et d'apprentissage n'est désormais qu'un champs de bataille abandonné, brisé par la mort et le sang. Je te le promets, Astrée. L'Ordre le paiera.

Je sais.

Elle trésaille Abigaïl. Mais ce n'est que l'échos lointain de ce qui n'est maintenant, plus qu'un souvenir. Et c'est encore des larmes débordant de ses yeux, dépourvue de la Rose, qu'elle s'apprête à affronter cet avenir incertain.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyMer 29 Nov - 22:36

Une étrange surprise se peint sur les traits de l’Erebienne. Ta suggestion est-elle si inattendue ? Ne comprend-elle pas que tu désires sortir de cette Académie de malheur ? Ou est-ce hors de sa portée ? Tu supposes que tu ne dois pas trop en attendre de la part d’une enfant du Sable et du Roc. « Ces gens ont besoin de soins, je ne peux pas les laisser comme ça. » Tu ne mesures absolument pas en quoi ces péquenauds peuvent être plus importants que toi. Tu es duc, tu es son fiancé. Tu devrais être sa priorité, mais tu ne l’es pas. Quelle idée de s’éprendre d’une médecin ! Tes lèvres se pincent, un peu, mais tu restes impassible. Tu gardes ta colère en toi. « Toi aussi tu as besoin de soins. Attends-moi là mon amour, je suis à toi dans quelques instants. » Tu ne te dérobes pas à sa caresse, mais ton visage ne s’adoucit pas, malgré les doigts aimants qui glissent sur ta joue. « Soit », glisses-tu froidement alors qu’elle se détourne et s’adresse aux personnes assemblées, afin de leur intimer de rassembler les blessés. Dont Melbren, qui refuse également de te plier à ton ordre.

Tu partiras sans elle, et sans ce frère qu’on t’impose.

Tu reprends Ordalie et te dirige vers la sortie. Sans aider qui, ou quoi que ce soit. De ces autres blessés, tu te fous bien sincèrement, et tu juges même qu’achever leurs souffrances pourrait être salutaire. Ce pathétique Chevaucheur qu’il voit se retourner, avant de reprendre son chemin. Cet autre savant, misérablement traîné par quelques jeunes personnes. La mort leur serait plus douce. Une jeune femme arrive à tes côtés et s’incline, d’une profonde révérence, avant de s’adresser à toi en relevant à peine les yeux, sans jamais atteindre les tiens tout à fait : « Votre Grâce… vous êtes blessé. Tiens donc, je n’avais pas remarqué, grince ta voix cynique. Je… oui, mais… je dois vous soigner. Très peu pour moi. Allez vous occuper de ces autres imbéciles. » Elle proteste, bégaie, sans succès, et tu poursuis ta route sans lui porter plus d’attention. Tu as mal, bien sûr, et l’entaille méchante à ta jambe demande des soins, mais tu ne veux pas de ses sales pattes de guérisseuse sur toi. Des savants de ton empire, ou rien. Tu feras venir un médecin à ta tour, si cela peut contenter tout le monde, et te garantir qu’on te foutra la paix par la suite. Ou tu attendras que ta fiancée t’y rejoigne, si elle daigne se rappeler ton importance.

Cet échange déplaisant a suffit à te ralentir et à faire revenir Melbren à tes côtés, un tant soit peu soigné. Sa proximité suffit à te hérisser, et toute ta superbe ne sait cacher cela tout à fait. Plus tendu, plus distant encore. La douleur te pique davantage et tu regrettes presque de ne pas t’être fait soigner, finalement. Quelle guérisseuse inutile, incapable d’insister un peu pour soigner ses patients, et quels médecins de second ordre, qui ne portent même pas attention à l’un de leurs souverains… « Rentrons. » Tu ne lui réponds pas. Ni verbalement, ni même d’un signe de tête. Tu te contentes de reprendre ta route, cette fois à ses côtés, et de compter les pas qui te séparent de ta tour et de la solitude. Du calme. Loin de ce tourbillon affreux qui fait pulser en toi l’absence d’Hypérion et qui érige de toi de nouvelles murailles, où tu ne veux laisser personne.

Tu dois vous protéger.

Spoiler:
 


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 1479663390-proinoir
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyJeu 30 Nov - 12:26

Il aurait voulu continuer à combattre, affronter la menace sans s’arrêter, mais force était de constater qu’il avait présumé de ses forces, et qu’elles le quittaient. Sa main restait solidement ancrée à la statue de pierre, pourtant, support bienvenue en plus de sa cave, alors qu’il était d’une pâleur à faire peur. Il n’avait besoin que d’un peu de repos. Juste un peu. Un luxe qu’il ne pouvait pas se permettre, pas alors que retentissaient de plus en plus de hurlement, pas alors que les combats continuaient. Il était Chevaucheur, plus encore, capitaine de son Vol, il devait se battre, défendre les innocents. Qu’ils soient de Faërie, d’Ibélène, de Lagrance ou d’ailleurs importait peu, à l’instant. Ils survivraient ou ils périraient ensemble. Mais ils observaient une trêve, en ce jour des anciens. Ce funeste jour des anciens.

Il encocha une nouvelle flèche, tirant, et encore une, et toujours plus, grimaçant sous l’effet de la douleur. Il devrait se reposer plusieurs jours durant, c’était certain. Ou reposer sa jambe, du moins. Un employé d’Amar lui avait suggéré de lui construire spécifiquement un fauteuil doté de roues, qu’il puisse se déplacer sans heurter plus encore sa jambe, mais il l’avait refusé. Il ne se montrerait pas diminué à ce point-là, c’était hors de question. Il serrait les dents, incapable de masquer la douleur pourtant, alors qu’il se battait encore, jusqu’à ce que retentissent ces hennissements à en glacer les sangs. Qu’il voit ces cavaliers, semblant flotter dans les airs, traverser l’Académie en conquérant, pour en sortir. Il aurait voulu s’élancer à leur poursuite, les attaquer sans répit, mais il n’en avait pas la force.

Au lieu de ça, il rebroussa chemin, difficilement, trop difficilement. Rosa. Il devait ramener son corps. Qu’importent les inimitiés, qu’importent les conflits, elle méritait une sépulture décente. Il s’agenouilla tant bien que mal à ses côtés, retenant à grand peine les haut-le-cœur qui le traversaient. « Aidez-moi. Aidez-moi à la sortir de là. » Il sentit quelqu’un lui saisir le bras, et lui promettre que le corps serait rapatrié en Lagrance. Pouvait-il seulement lui faire confiance ? Il hocha la tête, et repartit difficilement pour sortir, cherchant Maelys pour qu’elle l’accompagne hors d'ici. Il ne la laisserait pas seule derrière.

Spoiler:
 










Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 EmptyJeu 30 Nov - 13:39

Aucun mot, aucun signe qui montre qu'il admet ta présence à ses côtés. Il tourne les talons et entame le chemin du retour sans rien de plus. Alors tu ne dis rien non plus, tu te mets en marche à sa suite. Et, par Mnémosie, que le chemin te semble long. Chargé de tension. Tu veux lui poser plein de questions. Sur l'arme qu'il a en main, sur le pourquoi il ne s'est pas laissé soigner. Sur son attitude. Sur ce qu'il va se passer. Sur le pourquoi tu n'as pas le droit à ton frère, mais à une version de lui qui te met mal à l'aise. Lichen tente de t'envoyer des vagues rassurantes tout le long, mais elles ne sont guère efficaces. Tu sens que lui aussi cherche, qu'il est en train de mettre les éléments bout à bout.

C'est sûrement la manière dont vous vous séparez, qui aide finalement. Vous arrivez enfin dans le secteur des tours de Sombreciel, toujours en silence. Un instant, il est à tes côtés, à une distance raisonnable et non contre ton flanc, comme l'auriez fait en temps normal. L'instant d'après, il a bifurqué vers la tour de Sombreflamme sans un mot. Tu cesses tout mouvement, ton regard fixé sur l'arrière de son crâne. Ce n'est pas Castiel. Non, ce n'est pas le frère que tu as connu. Impossible.

« Castiel ? » Ta voix résonne, confuse et un peu tremblante. Il t'ignore. Rien ne peut justifier cet état de fait, tu ne comprends pas ce revirement. « CASTIEL ! » Plus fort, la colère pointant dans ta voix. Ne m'abandonne pas, je t'en supplie. Mais toujours rien.
Les rares fois où il t'a balayé ainsi de son existence, où il t'a montré tant de mépris étaient… durant ses « phases », que tu n'as jamais abordées avec lui. Quand il n'était plus lui-même et qu'il faisait naître en toi deux peurs bien distinctes : celle de ne plus jamais revoir l'être aimé et celle de ne plus exister pour lui. Quand il était à Ibelin, aussi, à tenter d'extirper les drogues de son système et qu'il t'a craché à la face toute la haine qu'il te portait, avant de t'ignorer d'une manière si blessante que la douleur est encore vive dans ton cœur tant d'années après.

Contre tous tes instincts, tu lâches, alors que la porte de la tour commence à s'ouvrir : « RENDS-LE-MOI ! » Cependant, la porte se ferme sur ta détresse et tu restes là une bonne minute, la peur au ventre et le cœur chamboulé, avec pour seul « bruit », les mots de Lichen dans ta tête.
Quand tu te décides à rallier la tour de Séverac, la peur t'a complètement envahi. Et si Castiel restait ainsi longtemps ? Et s'il s'agissait d'une crise qui ne passait pas ? Tant de doutes et aucune réponse. Tu ne peux que laisser tout ça en suspend.

Au dernier moment, tu changes d'avis. Il te faudra marcher un peu plus, mais tu te diriges finalement vers le tour de Sylvamir. Tu es déboussolé et la perspective de trouver les bras de Mélusine te réchauffe le cœur. Au vu de la situation, elle comprendra sans mal que tu t'invites à une heure si matinale.
 
Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Est
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Oies sauvages [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: