AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -55%
Baskets Nike React Element 55 (pointures 40, 42, 43, ...
Voir le deal
58.98 €

Partagez
 

 Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyVen 6 Oct - 22:44




Chroniques d'Arven

Intrigue 2.6

La Chasse Sauvage

27 novembre 1002


Intrigue animée par Aura·



L'Aile Ouest








Le Jour des Anciens est arrivé !

Le temps d’une journée, l’Académie ouvre ses portes à ses anciens élèves. Comme tous les ans, les diplômés sont invités à revenir arpenter le lieu de leurs études, pour rencontrer les nouvelles générations d’élèves et partager l’expérience accumulée dans l’exercice de leur profession. Toute la journée, stands et ateliers voient défiler les heureux anciens étudiants venus décrire leur vie d’adulte, et l’atmosphère résonne d’une gaieté légère et d’une curiosité intense.

Bien sûr, cette année, les mines sont un peu plus sombres qu’à l’accoutumée : la guerre en cours ne quitte pas les esprits ; la domination ibéenne résultant de la récente épidémie ayant menacé d’éradiquer la magie sur tout le continent ne fait rien pour améliorer les relations entre savants et mages, en dépit des efforts du corps professoral.
Mais pour ce festival traditionnel, une trêve tacite semble avoir été posée sur l’enceinte de l’Académie, et chacun fait contre mauvaise fortune bon cœur pour honorer ce jour de fête.

Qu’est-ce qui pourrait bien venir gâcher les réjouissances… ?

Le soir venu, les salles de banquet sont ouvertes et des agapes mémorables se préparent.

Dans l’Aile Ouest, au septième étage, une salle de réception a été convertie en salle à manger et meublée de cinq tables interminables. Le service est assuré par magie, et les convives en sont à déguster un apéritif raffiné, enrichi des meilleurs vins rosés lagrans.
Dans la pièce présidée par l'Archimage, regroupés autour de la table centrale, l’on peut apercevoir parmi les Faës le Capitaine des Chevaucheurs Lionel de Rivepierre et son homologue Rackham des Deux Ancres, accompagné de son épouse Quitterie, la duchesse Gaëtane de la Volte et sa sœur cadette la princesse Gabrielle ; et parmi les Ibéens les Voltigeurs Marianne d'Orsang et Mayeul de Vifesprit, le barde Sylvain Belle-Histoire et la jeune élève Éponine Aubenacre ; tandis que les couleurs de l'Archipel sont portées par la cartographe Liry Mac Lir.

Pour l’instant, tout va bien…






Tour 1

Consignes


IRL : du 7 octobre au 15 octobre (18h).
IRP : 27 novembre 1002, 20h.

• Ce topic concerne les personnages suivants, inscrits à l’intrigue au préalable : Éponine, Gabrielle, Gaëtane, Lionel, Liry, Marianne, Mayeul, Quitterie, Rackham et Sylvain.

• Ce tour couvre votre journée à l'Académie, ce que vous êtes venus y faire, les gens que vous avez rencontrés... jusqu'à votre installation dans la salle de repas.

• Vous ne sortez pas de la salle pour le moment.

• La limite de mots pour ce premier tour est fixée à 1000.

• Vous pouvez poster autant de fois que vous le souhaitez, tant que trois autres personnes au moins passent entre deux de vos messages. Si vous repostez avant, votre RP sera supprimé.




♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Marianne d'Orsang
Marianne d'Orsang

Messages : 1217
J'ai : 44 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyDim 8 Oct - 13:37

Le Jour des Anciens !

Pour Marianne, cette fête porte mal son nom. Car dès qu’on l’autorise à pénétrer au-delà de l’étage des Négoces, elle a à nouveau seize ans. L’espace d’une journée, l’ancienne étudiante devient une tornade brune qui cavale à travers toute l’Académie, communicant son énergie folle et son enthousiasme à tous les groupes d’élèves qu’elle croise. Elle effleure la pierre des arcades du bout des doigts, salue les fantômes qu’elle rencontre, sautille de ravissement en tombant sur son ancien dortoir. La magie des lieux se mêle à sa nostalgie joyeuse, l’imprégnant de ce même sentiment à chaque fois qu’elle participe au festival : l’impression de retrouver une vieille amie de longue date.
Bien sûr, l’atmosphère n’est pas aussi légère que d’habitude cette année. Tandis qu’elle converse avec une poignée d’apprentis médecins, elle voit bien le regard méfiant d’un Chevaucheur qui la dépasse. Ici, le mouvement de recul de certains élèves mages devant son insigne de Voltigeuse. Les séquelles de l’Epidémie magique sont encore là, la guerre gronde toujours dehors. Marianne a passé la majeure partie de l’été avec sa division, soit à traquer les malheureux mages ibéens affaiblis par la maladie, soit à enfoncer la ligne du front sud jusqu’à apercevoir Edenia à l’horizon. Elle préférait largement leurs missions en Lagrance d’ailleurs : ordre reçu de ne pas saccager les domaines, et une pitre défense pour les ralentir. Capturer des pauvres gens pour le seul crime d’avoir de la magie dans les veines l’enchantait nettement moins.
Alors parfois une chape de tristesse et d’amertume vient alourdir les épaules de la médecin entre les stands. Puis elle croise la frimousse d’Éponine ou on la questionne sur son baume cicatrisant à base d’algues, et elle replonge dans l’effervescence de la journée.

Elle se promenait encore près de la Bibliothèque de la Vie quand l’Académie elle-même dirige ses pas quatre étages plus haut, à l’entrée de la salle de banquet de l’aile Ouest. Fini de flâner, place au festin. À ce propos, en découvrant les multiples vins lagrans qui l’attendent sur les tables, Marianne ne peut s’empêcher de jubiler et remercier intérieurement Erelf. Aussitôt un verre à la main, la Voltigeuse part à la recherche de tête connues, longeant une des immenses tables et sa brochette d’élèves. Elle a bien aperçu le -très- grand Capitaine de Rivepierre, mais il est à l'autre bout de la salle. Peut-être que Mayeul se trouve dans cette aile aussi ?
- Oh Quittou ! Rackham ! La Voltigeuse a repéré le couple et s’approche, tout sourire. Elle s’oblige à canaliser son énergie débordante pour ne pas brusquer la jeune Chevaucheuse et le petit ventre qui  se profile sous sa robe. Je suis contente de vous voir ici, comment allez-vous ? La Fête est réussie cette année. Elle ne peut s’empêcher d’offrir une embrassade à sa récente belle-sœur, avant de s’assagir et s’asseoir sur le banc, dos à la table qui se remplit lentement de convives.

Spoiler:
 







J'ai pour moi les vents, les astres et la mer.


Marianne • #006666
Iode • #663300
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyDim 8 Oct - 23:54

Plus d’un mois déjà que l’épidémie qui avait frappé Arven et ravagé les rangs des mages s’était terminée. Un remède venu tout droit de Roc-Epine avait fini par être fabriqué et diffusé à grande échelle, repoussant la maladie. Si les maux n’étaient aujourd’hui plus qu’un vague souvenir, les conséquences elles demeuraient, aussi visibles qu’une plaie qui ne se serait pas refermé. Rapidement remit sur pied, Rackham avait eu vent comme tous ses confrères de l’état préoccupant de la guerre, principalement pour Faërie. S’il était heureux que son duché d’adoption ne souffre point des combats, la rage le prenait au ventre en percutant que l’empire de la magie avait prit un sacré coup dans l’opposition avec Ibélène. Lagrance avait été ravagé à l’est par les troupes de l’empire du Savoir, et il s’était fallu de peu pour que la capitale du duché des jardins tombe elle aussi. Par chance – sans doute – l’antidote avait été ramené et peu à peu, les mages et Chevaucheurs avaient pu reprendre leur place sur le champ de bataille et repousser les ibéens sur les terres lagranes

Dans de telles conditions, difficile pour le capitaine d’Ansemer de quitter le front, quand il était plus que nécessaire de repousser l’ennemi. Et pourtant, invité comme tous les anciens élèves de l’Académie au Jour des Anciens, il avait fait une exception. C’était certes l’occasion de se changer les idées et de revoir quelques têtes amicales (et d’autres moins amicales, certainement). Et surtout, c’était l’occasion pour lui de retrouver son épouse !

Son épouse.

Par tous les dieux oui ! Sa Quitterie, sa femme. Et qui plus est enceinte.

Enceinte…

C’était une affaire particulière que de veiller sur une infirme aveugle et enceinte, et à dire vrai, c’était peut-être même plus complexe qu’une banale bataille sur le front. Mais hé ! L’îlien l’avait épousé pour ce qu’elle était, maladroite comme pas deux, et depuis qu’ils s’étaient VRAIMENT mariés (et longuement expliqués), les choses allaient pour le mieux dans le couple des Deux-Ancre. Ce changement de nom aussi était tout à fait étrange. Mais pas moins plaisant !

Quittou à son bras, les deux époux étaient arrivés en après midi à l’Académie pour profiter des nombreux stands et activités proposés, goutant tout deux au plaisir de retrouver les murs de cet endroit où ils avaient vécu quelques temps pour les études. Si Quitterie avait eu la chance d’y retourner pour parfait sa magie, il y avait bien longtemps que Rackham n’y avait pas remit les pieds. Il n’avait pas vraiment eut l’occasion de s’y déplacer les autres années pour le même événement, et c’était avec un plaisir certain qu’il redécouvrait l’enceinte si particulière de l’immense château. Même en cinq années d’étude là bas, le curieux gamin qu’il était n’avait pu faire le tour de toutes les pièces si mystérieuses. Et pourtant, il en avait passé des nuits à vadrouiller, aventureux comme pas deux et se faisant engueuler pour jouer après le couvre feu.

Le soir venu, après avoir perdu sa femme deux à trois fois de vue dans la journée, Rackham s’était sincèrement interrogé sur la pertinence d’attacher Quitterie et la trainer sur son épaule, lui évitant quelques catastrophes. Au final, il s’était décidé à placer Calico sur son épaule, lui ordonnant de la coller quoiqu’il arrive ! Il ne serait pas dit que le couple des Deux-Ancre déclencherait un attenta par maladresse !

« T’veux boire quelq’chose ? Y’a des jus sans alcool j’crois. » S’enquit-il malgré tout auprès de sa femme, pas moins heureux de l’avoir avec lui et… enceinte. Dire qu’il se pensait loin de devenir père un jour !

Une fois servit, une voix bien connue vint les interpeller. Se tournant vers Marianne, l’îlien eut pour elle un sourcil franc et amical. Ce n’était pas parce qu’elle étant dans le camp « ennemi » qu’il fallait oublier les amis !

« C’va comme on peut la Marianne, et toi, c’mment qu’tu t’portes ? » Qu’il répond avec un bel entrain, mais laissant le plaisir à Quittou de répondre à sa récente belle sœur et celle qui fut sa mère, dans une autre vie.

Spoiler:
 


Dernière édition par Rackham des Deux-Ancres le Lun 23 Oct - 10:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyLun 9 Oct - 3:04

Tant de sons ! Tant d’odeurs !
Depuis son arrivée dans le hall de l’Académie qui se prépare à l’événement depuis des semaines, Quitterie n’a cessé de suivre les mélodies des ménestrels et troubadours, ou les savoureux fumets des stands d’encas et de sucreries répartis un peu partout pour tenter les passants. Les lieux vibrent d’allégresse, et la Chevaucheuse se laisse porter par la gaieté ambiante, réjouie de cette si belle occasion de passer du temps avec son mari.

Son mari.
Par Maari.
Sans mauvais jeu de mots.

Une main protectrice sur son abdomen encore modeste mais néanmoins légèrement proéminent, l’aveugle fend la foule en suivant les indications de Calico, qui remplace ce soir Sayam au poste de GPS (Guide Protecteur Sauveteur ™️). Rackham a bien pesté une ou deux fois qu’elle s’éloignait trop de lui – argument désarmé d’un baiser et d’une promesse de bien se tenir. C’est qu’elle est tellement surexcitée, ces derniers temps ! Après l’épidémie qui l’a laissée si affaiblie, c’est comme si chaque nouvelle journée lui apprenait à redécouvrir le monde, pour lui faire aimer la vie. Ce bébé qui pousse, terriblement angoissant et si vulnérable, c’est une promesse. La certitude, concrète et tangible, que son mari l’aime, qu’il est bien auprès d’elle, même quand les devoirs de la guerre le retiennent au loin. Oh, comme elle aime le sentir aux petits soins, à sa manière toute brute et maladroite d’Îlien ! Elle est au comble du bonheur, et les nouvelles transmises par Géralt tout récemment n’ont fait qu’augmenter encore son euphorie.

C’est donc avec un couinement extatique qu’elle confie son verre à Rackham, avant d’attraper Marianne au jugé lorsqu'elle entend sa voix – les réflexes nés de son entraînement de Voltigeuse lui évitant de prendre un doigt dans l’œil – et de la serrer aussi fort qu’elle l’ose contre son ventre rebondi. Habituée aux acrobaties de la jeune mage, Calico tient bon, et c’est avec un son ressemblant vaguement à un ronronnement que Quitterie câline sa belle-sœur.

SA BELLE-SŒUR.
Enlevée par Géralt il y a une poignée de jours à peine.
Par Géralt !
Marianne, enlevée par Géralt, présentement baron d’Orsang.
Ce monde décidément est plein de merveilleuses surprises.

« Douce Mariaaaane ! » couine-t-elle avec ravissement, utilisant le nom sous lequel la médecin est connue et réputée à la Taverne de la Rose. « Tu passes la soirée avec nous, hein, dis ? Dis ? Maintenant que tu es vraiment de la famille ! » Un ou deux sautillements, pour faire bonne mesure, et la petite mage lâche la Voltigeuse à contrecœur, saisissant à la place le bras de son époux pour se couler dessous et se blottir contre lui. « J’ai plein de questions à te poser ! Pour le – pour le bébé. » Ajoute-t-elle, une rougeur instinctive lui montant aux joues, mélange de honte à évoquer de tels détails privés, et de fierté de remplir parfaitement le premier de ses devoirs conjugaux : produire un héritier.

Quelle merveilleuse soirée !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyLun 9 Oct - 9:51

Depuis l'expédition à bord du drakkar en compagnie du dragon bougonneur – mais qui est un gros tas d'or pour compenser – rien de particulièrement palpitant n'est venu troubler ton existence.  En vérité, tu t'ennuies ferme.  Tu aurais pu décider de rejoindre le Borée une fois le sablier récupéré et mis en sécurité, mais tu as préféré rentrer pour tenir compagnie à ta sœur que tu n'avais pas vu depuis longtemps avant ton retour sur le continent.  Tu es aussi encore un peu inquiète avec cette histoire de maladie magique qui s'était emparé d'elle.  Cette chose, ça avait été bien dangereux et il fallait bien que quelqu'un veille sur elle.  C'est ce que tu aurais écrit à ta mère pour justifier ton absence si elle avait su lire.  Bah, les gens du Borée lui apprendraient bien où tu te trouves, soit en sécurité à Lorgol auprès de ton aînée.  Si on pouvait parler vraiment de sécurité.  Des choses se passent chez les continentaux et ça paraît plutôt sérieux.  Pour le moment, tu n'as pas pu quitter Lorgol, mais une fois que tu seras certaine que tout va bien pour Pénélope, tu vas peut-être mettre les voiles et partir en exploration à l'intérieur des terres.  C'est charmant d'en avoir fait le tour en entier en vue des côtes, mais tu ne sais rien de ce qu'il en est une fois entré dans les terres.  Peut-être pourrais-tu aussi rejoindre le groupe auquel appartient ta sœur, celui qui est ami avec les dragons qui ressemblent à un tas de pièces bien dorés.  Un trésor ambulant.  Peut-être même pourrais-tu en rencontrer un, un peu plus affable, qui accepterait de t'offrir une ou deux de ses écailles que tu pourrais revendre au marché pour encore plus d'or.  Pour le découvrir, il faudrait nécessairement partir.  Mais t'avancer aussi loin dans les terres des fous – qui non seulement contents d'êtres timbrés semblent déterminés à le démontrer par une guerre stupide : un homme qui avait placé un mot de trop, une femme qui la lui avait fait boucler d'un coup de poing comme ça devait être fait et ce même premier homme qui avait décidé que c'était une bonne raison pour que tout le monde se tape dessus.  Les continentaux sont vraiment des créatures très étranges, en revenant de tes aventures par-delà le bout du monde tu pourrais peut-être consacrer le restant de tes jours à écrire un bouquin à leur sujet.  Ah oui donc, avant d'être interrompue par une leçon anthropologique un peu trop avant-gardiste, on disait donc que tu as quelque peur d'aller te promener en territoire inconnu si loin de la mer.  Et avec raison.  Au pire, il y aurait les rivières.  Au pire.

Ce qui fait que tu t'es finalement décidée à repousser ton départ après la Journée des Anciens à l'Académie.  Il y a longtemps que tu n'y as pas mis les pieds et tu te dis que ce sera une occasion de revoir quelques têtes aimées.  Ou plutôt détestées.  Tu n'as jamais été très populaire.  Mais l'idée de torturer à nouveau d'anciennes connaissances déplaisantes est fort agréable.  Et puis peut-être pourras-tu croiser Sodie.  Il y a longtemps que tu n'as pas vu la jolie dame.  Elle doit être encore plus belle que lorsque vous étiez enfant.  La plus gracieuse de toute.

Tu te promènes un peu à l'errance avant de déboucher dans l'aile ouest, menée par les passerelles mouvantes de l'école.  Et c'est là que tu aperçois le cousin Rackham.  À qui tu vas aller dire bonjour.  La petite rousse à côté de lui, c'est sa femme.  Elle est toute délicate à côté de ton cousin tout en muscles.  Il aurait été un super compagnon d'exploration s'il n'était pas parti alors que tu étais si petite.  Tu t'approches du couple en conversation avec une dame qui t'es inconnue.  Et tout ce que tu entends de leur conversation, ce sont les derniers mots de cette cousine par alliance.  Par Messaïon!

« T'vas d'v'nir père? » t'exclames-tu sans même prendre la peine d'exprimer les salutations qui découlent de la politesse élémentaire : tu n'as jamais vraiment été très douée avec le protocole.  Tu t'approches de Quitterie curieuse et hésites un instant à savoir si tu vas poser ton oreille contre son ventre.  Peut-être qu'on peut entendre la chose grouiller.  « Dis, t'crois qu'ya assez d'place dans l'ventre d'ta p'tite femme pour qu'ça pousse comme faut c'bébé là?  R'garde comme qu'est toute p'tite. »  Sans aucune gêne, tu optes finalement pour tapoter gentiment le bras de ta nouvelle cousine parce que tu veux pas faire de mal au bébé en touchant son ventre.  On sait jamais, ces choses-là, c'est fragile et ça se casse facilement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyLun 9 Oct - 18:17

Le retour entre les murs de l'Académie est étrangement nostalgique pour Mayeul. Pas réellement triste, même s'il n'est pas revenu ici   depuis la mort de Mathilde, mais avec un tas de souvenirs joyeux qui compense ce sentiment de solitude. Après avoir passé la soirée avec Sylvain, à se remémorer leurs études et leurs soirées d'étudiants, le Voltigeur goûte avec délice l'ambiance si particulière des lieux, parcourant les mêmes couloirs que jadis. Les stands sont nombreux, et il se laisse porter par le flot d'élèves curieux de savoir ce qui les attend après leurs études. Il se surprend parfois à avoir porte ses pas dans un lieu auquel il est particulièrement attaché, et surprend même, par une fenêtre, Nuage en train de plonger et de voltige entre les passerelles, accompagné d'un éclair blanc familier. Mayeul a retrouvé la presence de Sigvald avec un soulagement certain, mais les dissensions entre l'esprit du souverain de Valkyrion et l'écrin du Cavalier Noir sont nombreuses, depuis son retour. L'atmosphère de méfiance qui plane dans les couloirs de l'Académie n'aide pas non plus à apaiser les tensions : Mayeul le sait, si ces mages se seraient trouvés ailleurs que sur les terres du Nord, il les aurait traqué. Et il n'est pas le seul à le savoir, visiblement.

Le Voltigeur rejette fermement ces problèmes en se dirigeant vers la salle de banquet, une salle de réception reconvertie. Il se sent presque nu sans son harnais de vol, qu'il a porté presque continuellement ces dernières semaines, voire ces derniers mois, mais cela ne l'empêche pas d'entrer d'un pas décidé dans la pièce. Sa place est désignée, et s'il est heureux de se retrouver aux côtés de Marianne, il l'est nettement moins en voyant les autres noms. Rackham - Ilien analphabète de son état - et Lionel, par Uld ! Capitaines des Chevaucheurs, tous les deux, de ces mêmes Chevaucheurs qu'il a affronté et que les Voltigeurs ont bouté hors de Sombreciel. Mais l'heure est aux festivités, et la trêve tacite durera sans doute le temps de la soirée.

Marianne en tout cas ne semble pas parcouru des mêmes scrupules que lui. Marianne. Geralt. Iode. Oui Oui, il sait, et le rappel de Nuage n'est pas utile. Marianne ! Avec un marin de Bellifère. Mayeul le sait, quelque chose se cache là-dessous : il connaît Geralt, intimement, et doute que ce dernier sache honorer son épouse comme un belliferien est convié à le faire. Il n'a pas pu interroger la jeune femme, voilà peut être l'occasion idéale ! Et non, il ne lui garde pas rancune d'avoir su avant lui que son rêve partagé avec Reja n'était pas réellement un rêve. Absolument pas. Mauvaise foi ? Allons donc ! Pas lui.

Mais Rackham et sa charmante compagne - Louison, Mayeul ne l'a pas oublié - semble être le point de mire de la soirée. Il ne va pas aller les déranger le Voltigeur... ou peut-être que si, allez ! Désapprobation. Nuage s'est arrêté de jouer dans les passerelles pour lui signaler son désaccord, mais son Voltigeur n'est pas vraiment très discipliné lorsqu'il le décide. L'ambiance de l'Académie, sûrement, ou Mayeul  était clairement pas le plus sages des élèves. Prenant un verre, il s'approche de ses anciens camarades avec le sourire, et sa bonne humeur transparaît dans sa voix lorsqu'il lève sa boisson. " Eh bien, cela semble être le moment de trinquer. Aux bonnes nouvelles !" Il parle du mariage de Marianne, évidemment. Du petit ventre de Louison. Et pas, pas du tout de l'excellente nouvelle que constitue la reprise des territoires ibéens agrémentés de terres Faës. "Marianne, tu pourras dire à ton mari qu'il a un goût excellent." Et Non, encore une fois, cela n'a rien a voir avec le fait que Mayeul ait couché avec ledit mari. Comme si le Voltigeur était du genre à tenir des doubles discours !

Spoiler:
 


Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyLun 9 Oct - 22:08

Il y a tant de monde. Tant de gens. Beaucoup de bruits. Certains n'ont pas dû se voir depuis longtemps et les cris et les rires font presque trembler le plafond. Moi je me suis écartée de la foule parce qu'il y a vraiment trop de monde et que je me sens limite étouffée.

Ca a été dur de s'habituer à l'Académie et je m'y suis pas habituée vraiment, au final. C'est encore compliqué aujourd'hui. Déjà pour trouver mon chemin... je me suis perdue tellement de fois que je me demande si j'arriverai un jour à ne plus le faire. Je crois que je peux pas faire un pas sans me perdre. Après ça a ses avantages, je découvre pleins d'endroits même si j'arrive pas forcément à les retrouver quand je cherche. Puis j'ai tout de même dû quitter maman encore une fois. Alors j'ai bien Lena et Sybille mais c'est pas pareil. Au moins je sais que maman est à l'abri et que plus jamais Grand-Père lui fera du mal.
Mais je suis tout de même heureuse parce qu'il y a tellement de choses à apprendre. Chaque cours est intéressant et les cours particuliers d'Aubrée ont porté leur fruit. Alors je suis plus lente, je le vois bien, et mon écriture est très brouillon et je dois faire plein de fautes. Mais, au moins, je peux relire ce que j'écris ce qui est très pratique lorsque je veux revoir des leçons. Et à la bibliothèque, je recopie les mots que je comprends pas pour demander ensuite leur signification. Et quand je suis vraiment trop perdue, je harcèle Lena. Heureusement qu'elle est là. J'ai espéré la trouver ce soir mais j'ai pas réussi à la trouver. J'ai vu des têtes connues et celle de Dame Marianne, la médecin qui a aidé maman a revenir et qui traîne souvent aux abords de la Taverne. C'est une grande amie des pirates d'ailleurs. Et puis c'est aussi ma tante puisque tonton Géralt il l'a enlevé. Donc ils sont maris et femmes aussi. J'hésite à aller la voir mais elle semble reconnaître d'autres personnes et je finis par abandonner l'idée. Je veux pas la déranger et je saurai pas quoi lui dire.

Et c'est là que je la vois. Je sens mon cœur s’accélérer et je la regarde traverser la pièce, les yeux ronds. Tante Quittou est là ! A bien y réfléchir, je crois que maman m'en a parlé mais j'ai dû oublier. Ou croire que c'était pas vrai. Mais elle est là ! Elle est vraiment là ! J'ai l'impression que ça fait une éternité que je l'ai pas vu. Elle est là avec mon cousin ou ma cousine dans le ventre. Aussitôt je me lève et m'empresse vers elle pour aller la saluer. Elle est avec son mari, je le connais pas beaucoup et il me fait un peu peur mais si tante Quittou est heureuse alors je suis contente pour elle.
Alors que je suis sur le point de la rejoindre, mes pieds butent et... aïe ! Oh non ! Je suis tombée. Une douleur fulgurante me transperce le crâne. Je me suis étalée par terre, de tout mon long, aussi aplatie qu'un tapis.

-Aïe !

J'essaye de me relever tant bien que mal. Que je suis étourdie. Je suis encore affaiblie par la maladie et voilà que je m'amuse à courir. J'ai déjà bien cru y rester. J'étais tellement heureuse de revoir maman. J'ai pleuré, ri, crié et dit beaucoup de choses pas très compréhensibles, tellement j'étais heureuse qu'on s'en soit sortie. Mais ça a été compliqué d'utiliser ma magie ensuite. J'étais vite très fatiguée et même encore aujourd'hui je ressens des petites migraines quand je force trop. Et puis voilà mes jambes qui me portent plus. Les rires fusent autour de moi et j'ai soudain chaud. Je porte une main à ma joue. Elle est brûlante. Je baisse la tête, gênée. J'ai soudain très honte de moi. Je me suis encore ridiculisée en publique. Je sais même pas contre quoi j'ai trébuché. Douée comme je suis, j'ai dû me faire un croche-pied à moi-même. N'osant pas regarder autour de moi, je garde la tête baissée et tente de me faire la plus petite possible alors que je rejoins ma tante. Lorsque j'arrive à sa hauteur, elle est entourée d'autres personnes que je ne connais pas et, une fois encore, j'ose pas la déranger. Elle est avec Dame Marianne, un autre homme et une autre femme. J'ouvre la bouche et la referme. Je répète mon geste une ou deux fois et choisit finalement d'attendre que les autres finissent de lui parler. Maman me dit qu'il est très impoli d'interrompre les gens quand ils parlent. Alors je patiente, même si je meurs d'envie de la serrer contre moi. Mais pas trop fort, hein ! Parce que je veux pas abîmer mon petit cousin ou ma petite cousine !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Lionel de Rivepierre
Lionel de Rivepierre

Messages : 894
J'ai : 35 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction) et comte de Rivepierre.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyMar 10 Oct - 0:35

« Si vous saviez tout ce que nous avons fait ! Une fois, Livien et moi avons réussi à faire entrer Liam en douce et, oh, il vaut mieux que je ne vous parle pas de ça. Vous allez me trouver tout sauf raisonnable. » Sa voix chaude porte et tonne, presque, dans les couloirs, au moment où la princesse de Cibella et lui entrent dans la salle de réception de l’Aile Ouest. Ils y seront tous deux assis, à son grand plaisir. L’Académie sait-elle quelle grâce lui est faite ? Quel contentement sensiblement mesquin il a éprouvé, alors qu’il est si bien accompagné, lui et pas un autre prétendant de Gabrielle ? Avec un peu de chance… cela augure bien pour le futur. Augure bien pour cette cour qu’il lui fait, depuis des mois, et dont l’issue est encore certaine. La soirée serait parfaite, en vérité, pour annoncer une nouvelle de ce genre, n’est-ce pas ?

L’important est d’abord de passer un bon moment, il suppose ; de profiter de cette trêve illusoire, de ces moments de fête et de plaisir, avant que tous retournent au front. De profiter de la présence de Gabrielle à son bras, de son sourire mutin et de sa conversation agréable. De… se détendre. Ta plus grande force.

Le brun étire le cou, afin de détailler les différents invités d’intérêt présents dans la salle. Plus grand que la pratiquement totalité des personnes présentes dans la salle, ce n’est pas bien difficile de voir tout ce qu’il désire. Il y a Rackham et Louison, forcément, avec lesquels il s’est déjà réjoui d’être dans la même salle de réception. Et pour le cas du capitaine, avec lequel il a partagé quelques gorgées de sa flasque de whisky, cachés dans le recoin d’un couloir, tels deux adolescents délinquants - qui ont ensuite dû partir à la recherche de Louison, disparue pendant leur moment d’inattention. Et tout autour du couple de Chevaucheurs, une cour de curieux et d’enthousiastes, dont il reconnaît quelques visages. Puis, l’observation terminée, il se penche afin d’être entendu de la seule princesse : « Rackham et Louison me semblent bien populaires, mais… avez-vous déjà été introduite à la dame d’Orsang et au sire de Vifesprit ? La championne de Bellifère et celui de Sombreciel, lors du Tournoi de l’an dernier ? » Il se passerait bien de la présenter à Mayeul, qui est bien un des pires spécimens de Cielsombrois qu’il a pu croiser dans sa vie, mais il a été tout aussi champion du Tournoi des Trois Opales que Marianne.
Qui, finalement, il devrait peut-être aussi s’abstenir de lui présenter. Histoire que celle-ci ne vienne à parler de, de, de mariage avec un pirate, par exemple, comme le lui a annoncé la jolie Louison, juste un peu plus tôt. Normal, n’est-il pas ? Après tout, c’est nul autre que Géralt, qui a enlevé Marianne, et donc pris le titre de baron. D’Orsang. Comme une blague étrange, dont il tente encore d’évaluer si elle est supposée être drôle.
Il doit bien aller lui faire part de ses voeux de bonheur.
Comme un goût étrange, dans sa bouche.

Il entame un mouvement vers le petit groupe, en prenant une autre gorgée de la coupe de vin qu’il a attrapée dès qu’ils sont entrés dans la pièce. Celle-ci ne chasse pas le goût amer dans sa bouche. L’amplifie, même, le faisant grimacer. Et l’empêchant de repérer Gaëtane, qui, elle, n’a certainement pas manqué de les apercevoir. « Ne le dites pas trop fort, mais je crois que ce vin a tourné… on m’a appris à espérer mieux des Lagrans. » Un petit soupir, désappointé. Si ça continue, il va devoir retourner à sa flasque de whisky, et ce serait tout sauf poli.

Spoiler:
 



One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon

Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest TitreLionel1
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest RandomLionelDeni
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest RandomWikiFredia
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest RoueBriseeKilt
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyMar 10 Oct - 12:34

Sylvain était d’une humeur particulièrement joyeuse. D’un naturel déjà enjoué, les derniers évènements qui avaient jalonnés son existence n’avaient laissé aucun nuage dans son cœur. Son frère, Saule, bien que légèrement affaibli, avait survécu à la maladie qui avait frappé les utilisateurs de magie. Ayant lui-même apporté le remède ayant sorti le mage d’Eté du coma, il ne lui fut alors pas difficile de solliciter l’aide de ses parents afin d’éponger la dette contractée auprès de Mélodie. Comment refuser quoi que ce soit au fils prodige ? Même son Père, pourtant si prompt à tordre le nez face à son fils conteur, sembla rayonner de fierté lorsque Sylvain leur narra son intervention auprès du patriarche. Enfin, la soirée qu’il venait de passer avec Mayeul, retrouvant son vieux camarade, son bras droit, avait fini d’embellir son ciel intérieur.
 
Il avançait au milieu des convives, portant pour l’occasion une tenue des plus travaillées, violette, de la couleur de l’art, réhaussée d’or. Son chapeau à plume d’aigrette trônant sur ses cheveux parfaitement travaillés, surplombant une moustache taillée du jour. Le conteur aurait pu feindre de s’être ainsi attifé pour l’honneur de l’Académie, mais il n’était pas dupe. Depuis leur rencontre lors du convoi, Sylvain ne pensait qu’à elle, ne respirait qu’elle, ne vivait que pour elle. Et ce soir il était bien décidé à prouver à Gabrielle, princesse de son cœur, que l’étudiant brillant qu’elle avait connu et fréquenté était devenu un homme d’une grande renommée.
 
Et soudain un nuage apparu dans son ciel. Comme le tonnerre, la voix de Lionel résonna dans toute la salle. Un m’as-tu-vu, un matou miteux se donnant des allures de lion, voilà au bras de quoi la belle aux cheveux d’or venait d’apparaitre. Le conteur marqua une pause, prenant le temps de détailler le minet qui se pavanait au côté de Gabrielle, sentant au fond de lui quelque chose commencer à le titiller. Un sentiment, une excitation qui ne l’avait pas pris depuis bien des années. Cette sensation provocante, le refrain aguicheur de la concurrence. Comme un chasseur qui ne serait pas le seul à traquer une proie… Un sourire se dessine sous la moustache du conteur alors qu’il reprend sa marche, du pas de ceux qui se savent importants, vers le couple venant de pénétrer dans la salle.
 
Dès lors, plus rien d’autre n’exista pour Sylvain. Le couple que tous observaient lui semblait insignifiant. Même Mayeul qu’il perçu du coin de l’œil ne présentait plus aucun intérêt. Il s’approche, s’enivre du parfum de la belle et s’apprête à parler lorsque le plastronneur se penche vers elle. Sylvain serre les dents, retient son souffle et tend l’oreille.
                                                                                                                                                                          
Ho, s’il n’aimait déjà pas l’homme, voilà qui termine de dessiner les contours de sa haine.
 
« Peut-être, si je puis me permettre, n’est-ce pas là la faute du vin si votre palais n’est pas assez affûté pour en apprécier la saveur, les notes fruitées, en bref, toute sa subtilité. »
 
Le ton était aimable, le sourire aussi, comme une blague que l’on ferait à un vieil ami. Etre conteur, c’était cela aussi, savoir jouer de la voix, camoufler ses intentions.
 
Sylvain retira son chapeau pour effectuer un salut des plus théâtral, ostensiblement dirigé vers la princesse, lui adressant le plus beau de ses sourires.
 
« Gabrielle de La Volte, quel bonheur, comme à chaque fois, de vous croiser. Et quel soulagement de vous retrouver, le teint rosé, les yeux brillants, et si certains semble émettre des doutes sur la qualité de nos vins vous êtes ce soir aussi belle qu’une fleur cultivée en Lagrance. »
 
Il se releva, continuant d’ignorer l’homme, irradiant de charme et d’espièglerie.
 

« Je m’excuse de vous avoir si rapidement faussé compagnie lors de notre dernière rencontre, comprenez que Saule avait besoin du remède au plus vite. Même pour vos beaux yeux je ne pouvais abandonner mon frère. J’espère que vous ne m’en tenez pas rigueur ! » 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyMar 10 Oct - 20:33

Gaëtane était mitigée entre fierté et rancoeur. Elle était toujours très fière d'être invitée à assister au Jour des Anciens, cela représentait beaucoup de choses pour elle. Elle était importante, elle était l'ambassadrice de son Duché - Duché de la Magie. Mais, voilà cette année les choses étaient quelque peu différentes... Les Ibéens étaient à ses portes, une partie du nord de Cibella avait été annexée par les Ibéens - les mages et les chevaucheurs Cibellans n'avaient rien pu faire pour défendre le Duché et éviter l'inévitable. Pour Gaëtane, c'était un échec total ! Et, elle ne le supportait tout simplement pas. On ne touchait pas à Cibella, on n'indexait pas une partie de Cibella et encore moins... on n'envahissait Cibella ! Fort heureusement ce fut Lagrance qui fit la première cible des Ibéens. Outre le fait que les rapports avec Lagrance étaient, plus ou moins, houleux, la situation des Lagrans touchait Gaëtane, car cela affaiblissait la Faërie ! Et c'était inacceptable !

Elle s'était fait belle Gaëtane, la plus belle cela va s'en dire. Élégante comme toujours avec ses bijoux délicats et sa fine fourrure, elle regardait d'un très mauvais oeil les Ibééns présents dans la salle à manger. Il était hors de questions qu'elle se mêle à eux, mage ou pas, ils restaient Ibééns. C'est surtout vers le couple Gabrielle de la Volte et Lionel de Rivepierre que son attention était, particulièrement, posée. Cette dernière était accrochée au bras de Lionel - c’était assez bon signe, mais pas assez rapide pour une Gaëtane impatiente de voir les futurs bébés de sa soeur. Qu’est-ce qu’il prenait tout ce temps ? Qu’est-ce qu’elle attendait pour lui donner sa réponse ? Que Lionel trouve un meilleur parti qu'elle ? Tout comme Denys avant lui. Agacée, d'attendre depuis bien trop de mois la réponse de Gabrielle, Gaëtane n'en pouvait plus, la comédie durait depuis le mois de février. Les alliances devaient se consolider et Outrevent était une pièce à ne pas négliger. Gaëtane doutait fortement que sa soeur se soit rendu compte du poids qui reposait sur ses frêles épaules.

Gaëtane s’interposa entre le groupe, Sylvain et le couple Lionel Gabrielle, une coupe de vin blanc à la main. D’un signe de tête, elle les salua tous, toisant plus particulièrement Sylvain qu’elle ne connaissait pas. Elle avait entendu les derniers morceaux de leur discussion  « Ce n’est certainement pas le vin qui a tourné, Lionel ! Votre ami a raison !  » Gaëtane plongea ses prunelles dans celles de son beau-frère, puis elle se tourna vers sa soeur et lâcha, le plus naturellement du monde : « Et ces fiançailles...? » Comment mettre les pieds dans le plat, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher, c’était plus fort qu’elle ! Comment éviter ce sujet qui la préoccupait ? Nuit et jour, elle y pensait à ces fiançailles, aux futurs héritiers - c’était devenu une véritable obsession et une crainte également après ce qu’il s’était passé durant la coupure temporelle qu’Arven avait connu.

Elle était agacée de cette situation d’attente, où elle n’avait aucun contrôle sur la situation. Marionnette du destin, à part forcer la main de Gabrielle ou l’encourager à accepter la demande de Lionel il n’y avait pas d’autres solutions que lui laissait le temps de la réflexion… Elle n’aimait pas ça Gaëtane, que tout ne tourne pas de la manière dont elle aurait voulu et dans les temps qu’elle aurait aimé. Depuis février, elle trouvait le temps long… Les bébés n’arrivaient pas et elle s’impatientait Gaëtane.

Elle savait ce qu’elle faisait et surtout ce qu’elle disait, elle avait entendu les belles paroles de Sylvain à l’égard de Gabrielle. Elle tombait à point nommé, la suite risquait d’être des plus intéressantes ! Eole était là au dehors, perché sur une branche dans les jardins de l'Académie, guettant les environs et laissant, pour le moment, Gaëtane à ses jouets.
Spoiler:
 


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest 620681ChienDeBerger
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest Z6jWz9PB_o
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyMer 11 Oct - 0:02

Il y avait quelque chose d’irréel à festoyer avec d’anciens partenaires d’études et de dignes professeurs qui se souvenaient d’une anecdote ou deux, alors qu’il n’y avait pas si longtemps, pourtant, la majorité des invités étaient souffrants, pour ne pas dire mourants. Gabrielle avait profité de cette effervescence, depuis le hall, pour se faire discrète, fidèle à ses habitudes. Toute jolie sous sa robe brodée d’argent, parée de pendants d’oreilles d’une finesse que seuls les réels amateurs apprécieraient à leur juste valeur, elle avait écouté avec grand intérêt les déclamations des anciens étudiants. Il était toujours plus simple de se concentrer sur les exploits et l’ascension incroyable d’un diplômé de philosophie que de devoir choisir avec lequel de ses prétendants présents elle devrait converser sans crainte de malmener la fierté de l’un ou de l’autre. L’incertitude, encore, toujours. Coupelle entre les mains, elle avait erré un moment entre les convives, esquivant de son mieux la présence de Gaëtane de la Volte.

Un sourire pour son ancien professeur, un mot aimable pour l’une des mages de son cercle, puis une haute silhouette s’était imposée avec douceur à ses côtés. Lionel de Rivepierre. Non sans amusement, le museau dissimulé derrière sa coupelle de vin, elle écoutait les histoires qu’il lui racontait. Peut-être était-il intéressé, à choisir avec précision les anecdotes mettant en scène Livien, ou encore Liam, rappelant à chaque dénouement combien il était lié à elle, avec ou sans fiançailles, mais la princesse décida de se prêter au jeu et de n’y voir là aucun calcul. Seulement le résultat d’une fratrie et d’une amitié qui, il fallait l’avouer, lui plaisait bien d’entendre.

Lorsqu’on leur annonça que les salles de banquet s’ouvraient pour le reste de la soirée, la Cibellane avait redressé le nez, intéressée à savoir si elle aurait ce privilège inouï de partager la table de son aînée. Le contraire eut été étonnant. Alors… Alors, enfin, elle se permit de déposer une main sur le bras de Lionel. Les épreuves qui allaient l’attendre, dans la douceur de cette salle, méritaient qu’elle froisse l’orgueil ou les sentiments d’un prétendant. Il lui fallait du courage, il lui fallait un allié, il lui fallait quelqu’un de solide, apte à supporter la lourdeur d’une confrontation sanglante déguisée en civilité des plus délicates. Un peu nerveuse de se retrouver dans un groupe plus restreint et de se faire remarquer, mal à l’aise de devoir réellement confronter son aînée, Gabrielle s’efforçait de sourire avec plus d’enthousiasme encore aux paroles de son cavalier, de se noyer dans son discour pour oublier le reste, minois espiègle en étendard.

Lionel, si grand, s’était incliné sur elle, si petite, et l’espace d’un moment, elle se sentit en réelle sécurité, ainsi bercée par l’ombre du chevaucheur. Dame d’Orsang. Sire de Vivesprit. Des noms d’ailleurs, des noms qu’elle ne connaissait que par quelques rumeurs et récits. Intéressée, mais également incertaine d’être suffisamment affable pour leur faire oublier le conflit actuel, elle dénia du chef. Non, jamais on le l’avait introduite auprès de guerroyeurs ibéens. Elle allait lui demander de quels invités il était question lorsque son air s’était rembruni. Le vin lui faisait donc pareil effet…? La princesse sembla navrée, l’espace d’un moment, que le duché des Jardins le déçoive à ce point, lorsque… Sylvain de la Lyre. Ici.

Ce fut délicat, lorsque son coeur se serra dans sa poitrine. Le Lagran, fier comme un paon, exhibait l’indélicatesse de Lionel sous le couvert d’une blague fine. Embarrassée, tant par la remarque sur le palais de son cavalier que sur son compliment quant à sa beauté, Gabrielle murmura un merci, les joues rosées. Comment récupérer la situation? Comment ne pas se noyer un peu plus dans l’embarras? La situation ne pouvait pas être plus désespérée.

Ah, si. Gaëtane de la Volte.

La princesse se détendit imperceptiblement en la voyant couvrir le commentaire du conteur et s’incruster sans gêne dans la conversation, mais se crispa soudainement lorsque sa question sur les fiançailles fouetta l’air avec autant de délicatesse qu’une dame des prés. Il lui fallut quelques secondes pour encaisser les mots et rebondir, délicate, sur une réponse satisfaisante.

- Oh… Comme il me ferait plaisir de vous retrouver au palais pour en discuter en toute intimité, ma soeur. Votre sollicitude pour mes intérêts me touche…

Elle lui souriait avec tant de gentillesse, le regard brillant, tout en cherchant à faire taire cette boule d’angoisse au creux de son ventre. Réellement? Sa duchesse de soeur allait l’agresser cavalièrement en pleine soirée festive pour rassasier son impatience et sa curiosité? Ses pommettes saillantes, sa fossette creusée à sa joue, tous les ingrédients étaient là pour afficher la mascarade d’une princesse liée à sa soeur. Sa main, toutefois, sur le bras de Lionel, tremblait très légèrement.

- Laissez-moi vous présenter Sylvain Belle-Histoire, conteur lagran au talent remarquable. Vous ai-je dit, Lionel, ma soeur, que notre réussite ne tient vraisemblablement qu’à son talent, en ce qui a trait au remède? Nous lui devons énormément. Elle inclina profondément la tête, avant d’ajouter : L’Académie peut être fière d’avoir formé pareil conteur.

Ses prunelles claires se posèrent enfin sur Lionel, à peine implorantes. Allait-il l’aider ou chercherait-il, lui aussi, à avoir la réponse à la question épineuse des fiançailles?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Lionel de Rivepierre
Lionel de Rivepierre

Messages : 894
J'ai : 35 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction) et comte de Rivepierre.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyJeu 12 Oct - 17:30

En lieu et place d’une réponse de la part de Gabrielle, c’est une voix masculine qui porte plutôt à leurs oreilles : « Peut-être, si je puis me permettre, n’est-ce pas là la faute du vin si votre palais n’est pas assez affûté pour en apprécier la saveur, les notes fruitées, en bref, toute sa subtilité. » Il se redresse, lentement, tourne ses yeux sombres sur l’intrus, dont le salut théâtral le fait serrer les dents. Et qui est donc ce benêt au visage lunaire, qui se permet ainsi de les accoster sans même se présenter, dans la plus élémentaire des politesses ? Le manque flagrant de bonnes manières le fait soupçonner que le mécréant est Cielsombrois, mais vu son avis sur Lagrance, il est probablement un des enfants de Cerah, piqué au vif par sa remarque. Qui ne lui était absolument pas destinée, rappelons-le. Puis, il n’améliore pas son cas. À chaque mot prononcé par l’inconnu, ses yeux semblent se plisser un peu plus, et son esprit accroche sur chaque compliment destiné à l’intention de Gabrielle, bien plus que les piques très peu subtilement dissimulées afin de le couvrir de ridicule. Qu’ils se connaissent est une chose, la dame est après tout fort généreuse et n’aurait certainement pas manqué d’un jour offrir un sourire compatissant à ce va-nu-pieds, mais tout ce que sous-entend l’homme est… bien trop proche. Presque intime. Et les remerciements de la Cibellane, murmurés, ne sont pas pour l’aider à imaginer des choses de plus en plus… outrageantes.

L’espace d’une seconde, une infime et ridicule seconde, Lionel espère que Gaëtane, salvatrice, saura les sauver de ce péon impoli, il est bien rapidement ramené à la dure réalité : « Ce n’est certainement pas le vin qui a tourné, Lionel ! Votre ami a raison ! » Son ami. Le brun tressaille, assez perceptiblement, au terme employé par Gaëtane, et il en faut peu pour qu’il échappe le ce n’est pas mon ami qui lui vient automatiquement à la bouche, comme le ferait un enfant rouspéteur. Son ami. Ce… bellâtre crasseux, son ami. Il s’en mord la langue, pour bien museler ses protestations inutiles. Inutiles, car il sait bien que Gaëtane ne les écoutera même pas. Son esprit est déjà occupé ailleurs, et il sait qu’il doit prendre la pique comme la salutation qu’elle ne lui fera pas. « Et ces fiançailles...? »  Merveilleux. Aussi subtile qu’un taureau belliférien, sa belle-soeur. « Gaëtane..., qu’il commence, s’apprêtant à lui demander de garder ces questionnements pour un autre temps, un autre lieu et un autre public, mais la princesse s’interpose plus rapidement. Oh… Comme il me ferait plaisir de vous retrouver au palais pour en discuter en toute intimité, ma soeur. Votre sollicitude pour mes intérêts me touche… » Elle donne parfaitement le change, mais Lionel ne la rapproche pas moins un peu de lui, comme s’il voulait se faire bouclier entre elle et sa soeur aînée, comme pour la soutenir dans cette tentative (peut-être vaine, connaissant Gaëtane) de détourner l’attention.

Et de revenir à leur vulgaire péquin, distraction la plus détestable et pourtant la plus bienvenue.

« Laissez-moi vous présenter Sylvain Belle-Histoire, conteur lagran au talent remarquable. Vous ai-je dit, Lionel, ma soeur, que notre réussite ne tient vraisemblablement qu’à son talent, en ce qui a trait au remède? Nous lui devons énormément. L’Académie peut être fière d’avoir formé pareil conteur. » Un conteur lagran. Un pléonasme que cette appellation, les Lagrans étant tous conteurs, à leur manière, de ces fameux tissus de mensonges et de supercheries dont ils s’enveloppent comme les Cielsombroises le font des voiles les plus délicats. Avec le même usage que les Cielsombroises, d’ailleurs : tromper et dissimuler. Le nom du malandrin, enfin découvert, n’est pas de ceux des prétendants officiels. Bien. Que celui d’un vagabond des chemins ayant eu la grâce de croiser le chemin d’une princesse aussi charmante et douce que Gabrielle. « Ma foi… un véritable héros, en effet. » Lionel veut se faire aimable, veut se faire poli, mais sa voix a acquis une sécheresse qui n’est en rien étrangère à la présence du Lagran. « Faërie peut en effet être reconnaissante que plusieurs n’aient pas hésité à se sacrifier afin de préserver les mages. Votre courage, Gabrielle, est à la hauteur de votre beauté. » Il a déjà suffisamment souligné l’apport de ce non-mage à la cause, il est hors de question qu’il le fasse davantage. Puis… par les dieux, il ne le laissera pas si impunément complimenter la dame que lui courtise, juste sous son nez. Littéralement dessous, vu la taille du vagabond. « L’Académie fera-t-elle appel à vos talents, ce soir, sire Belle-Histoire ? Les invités des autres salles seraient probablement plus qu’heureux d’avoir la chance d’ouïr vos… contes. » Qu’il parte et qu’il les laisse en paix, oui, et que d’autres aient le malheur de le rencontrer.

Spoiler:
 



One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon

Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest TitreLionel1
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest RandomLionelDeni
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest RandomWikiFredia
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest RoueBriseeKilt
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyJeu 12 Oct - 22:09

L'entrée en scène de Sylvain est remarquée, tout comme sa tenue sans doute trop excentrique pour les trois-quarts des gens qui fréquentent l'Académie.  Il garde un œil sur son ami, Mayeul : si quelqu'un est doué pour se mettre dans des situations compliquées, c'est bien lui, surtout quand une jolie fille est présente. Et ca ne manque pas, d'ailleurs : le voilà qui se dirige vers Lionel et sa charmante amie. Le brouhaha des conversations empêche le Voltigeur de saisir tout ce qui se dit, mais la conversation semble être passionnante. Et passionnée, si l'on en juge les mines de chacun. Mayeul se penche vers Marianne, lui chuchotant à l'oreille qu'il va sauver une jeune femme en détresse, et se dirige vers Sylvain et les Faës. Sylvain est Faë, techniquement, mais les liens entre Lagrance et Sombreciel ont toujours été plus forts que ces histoires de frontière. Ils sont voisins, après tout, commercent ensemble, et la guerre qui fait rage n'a pas totalement détruit ces liens d'amitié qui les unissent. Mayeul le sait, la reprise des territoires perdus de Sombreciel s'est faite le plus doucement possible.

Flattant la tête d'une petite rouquine au passage - d'accord, Mayeul le sait, il n'est pas doué avec les enfants – le Voltigeur se dirige vers son ami, bien assez tôt pour saisir la dernière phrase de Lionel de Rivepierre. Oh, l'occasion est trop belle pour qu'il se taise ! " Et perdre l'occasion de l'entendre en conter une pour nos seules oreilles ? Croyez-moi, Messire, le talent de Sylvain est à la hauteur de la beauté de ces dames, et il serait bien triste de nous en priver." Une courbette vers la duchesse Gaëtane, une autre envers sa charmante sœur, et Mayeul relève les yeux sur Lionel, un sourire insolent sur les lèvres. "Même un homme aussi sérieux que vous devrait se laisser divertir, Messire Lionel." L'homme n'est-il pas le sérieux Outreventois incarné? "Laissez au moins une chance à votre charmante accompagnatrice de s'amuser." Comme si elle ne pouvait pas le faire avec Lionel… non, le sous-entendu est probablement trop subtil. Lionel de toute façon ne l'apprécie probablement pas énormément et en vérité, le major de Svaljärd en a tout autant à son service. Après tout, Mayeul lui a laissé un souvenir de leur combat dans le Tournoi de l'année dernière, et il a certainement rencontré ses hommes sur le champ de bataille.

"Sylvain et moi étions ensemble à l'Académie."
Clarifie-t-il, comme si cela expliquait tout. Cela explique sans doute pourquoi il défend son ami, en tout cas, et pourquoi il ne battra pas en retraite devant le capitaine des Chevaucheurs et la noble assemblée à ses côtés. Oh que non, Mayeul n'est pas du genre à être discret. Ou à ne pas s'immiscer dans une conversation qui ne le concerne en rien, d'ailleurs. Il n'en avait déjà pas l'habitude quand il était élève à l'Académie, et cela n'a aucunement changé avec les années.

Spoiler:
 


Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptySam 14 Oct - 19:38

Le bruit de chute n’a pas échappé à Quitterie, pas plus que les petits remous d’agitation causés par l’arrivée de sa nièce préférée dans son environnement immédiat. Tendant le bras à l’aveuglette, son poignet est adroitement saisi au vol et dévié de sa trajectoire intiale par Rackham, qui continue à converser avec leurs amis comme si de rien n’était, déposant le bras de sa femme sur les épaules d’Éponine en lui évitant un doigt dans l’œil au passage. Serrant l’adolescente contre elle, elle dépose un baiser sur son front, activant sa magie pour vérifier que la jeune fille a bien tous les membres requis à l’emplacement adéquat.

« Ne bouge pas, chérie. Je m’occupe de ça, sinon tu vas avoir un beau bleu ! »

Et voilà l’Hiver guérisseur qui s’éveille, répondant à son appel avec une fluidité remarquable, fruit des récents mois d’entraînement à l’Académie. L’aveugle a tôt fait de repérer la zone douloureuse sur le crâne de sa protégée, et y concentre le flux de sa magie pour faciliter la circulation du sang et résorber l’hématome en formation. Elle y ajoute une pincée d’ondes stoppant la douleur, avant de tapoter sa joue d’un air satisfait. « Voilà ; normalement, c’est mieux comme ça. Est-ce que ça va ? Tu n’as pas trop froid ? Ni trop chaud ? Tu as faim ? Est-ce que tu veux à boire ? »

Elle a promis à Désirée de veiller à ce que tout se passe bien pour Éponine, et Quitterie prend ses engagements très au sérieux. Elle s’apprête à poursuivre son feu nourri de questions, lorsque les plus élémentaires devoirs de la politesse se rappellent à elle. « As-tu salué ta tante Marianne… ? » Tante Marianne. Belle-sœur Marianne, en ce qui la concerne. Quelle surprise immense – et quelle joie, d’avoir une telle femme dans la famille… !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyDim 15 Oct - 3:52

- Faërie peut en effet être reconnaissante que plusieurs n’aient pas hésité à se sacrifier afin de préserver les mages. Votre courage, Gabrielle, est à la hauteur de votre beauté.
- Merci… Vos paroles sont bien douces à entendre, Lionel.

Elle rougissait, la princesse, désormais très près du chevaucheur, tout en s’efforçant de ne pas songer aux lettres qui s’accumulaient, depuis son dévouement lors de ce convoi. Combien étaient-ils, à souhaiter sa mort, désormais que la rumeur de son appartenance à la Rose se dispersait dans les quatre duchés de Faërie?

- L’Académie fera-t-elle appel à vos talents, ce soir, sire Belle-Histoire ? Les invités des autres salles seraient probablement plus qu’heureux d’avoir la chance d’ouïr vos… contes.

Pendant quelques secondes, son regard si clair s’était accroché à la fenêtre fine et élancée. Malgré la soirée avancée, Gabrielle était certaine que si elle s’approchait, une vue incroyable de Lorgol s’offrirait à elle. Peut-être arriverait-elle à voir la tour du Ru-d’Argent, d’ici, ou celle de la Rose? Si elle s’approchait un peu plus, encore, et enjambait cette fenêtre, si elle réussissait à s’y engouffrer, malgré ses jupons délicats, peut-être Braise arriverait-il à l’atraper au vol et l’emmènerait-il loin de toute cette mascarade? Les probabilités étaient faibles...

Peut-être arriverait-elle à ouvrir un portail avec rapidité, afin que seul Lionel et elle puissent y plonger avant que quiconque n’ait la chance de les suivre. Que ce serait plaisant, d'atterrir dans les herbes hautes donnant sur le cour d’eau traversant ses terres. Ils se redresseraient en retirant quelques brindilles, ici et là, dans ses longs cheveux ou sur son pourpoint, et se retrouveraient près de l’âtre du grand salon. Car il faisait froid, à l’approche de la saison morte. Combien de chance avait-elle, d’ouvrir pareil portail sans créer de scandale et sans que Gaëtane ne les pourchasse en le traversant avec eux? Les probabilités étaient inexistantes. Alors… Alors la princesse dirigea donc son attention vers le nouvel arrivant qui s’était immiscé, lui aussi, dans cette conversation délicate avec un plaisir évident. Elle qui hésitait sur les mots à employer afin de soutenir Sylvain sans heurter la fierté de l’Outreventois, la voilà bien stupéfaite d’entendre pareilles taquineries sur le sérieux du chevaucheur. Se connaissaient-ils, Lionel et lui, afin de s’afficher avec autant de camaraderie?

- Monsieur le Comte de Rivepierre est d’agréable compagnie, je vous l’assure… Je m’avoue bien chanceuse, ce soir, d’être si bien entourée. Votre délicatesse à vous assurer que ma soirée soit parsemée de divertissements est appréciée.

Elle avait incliné la tête afin de souligner ses paroles, autant pour complimenter Lionel que pour remercier l’introduction maladroite de l’étranger dans leur petit cercle. Sa main, sur son bras, s’était légèrement pressée, comme pour donner plus de poids à ses paroles. Elle ne disait pas faux, Gabrielle. En dépit de sa crainte de Gaëtane et de la fierté des hommes l’entourant, il était vrai qu’elle était particulièrement bien entourée. La duchesse de Cibella, le capitaine de Vol d’Outrevent, le sauveur de Roc-Épine… Et… Un inconnu ayant énormément de panache.

- Sylvain et moi étions ensemble à l'Académie

...Et qui connaissait Sylvain depuis l’Académie. Gabrielle rapatria son attention sur lui, sur l’ami de Sylvain, cherchant à se souvenir de son visage, de ses yeux rieurs, de son sourire ravageur. Il avait tout, visiblement, pour s’être acoquiné avec le conteur. Ils partageaient cette même énergie qu’elle ne savait décrire avec exactitude. Cette impression qu’ils avaient conquis le monde, et qu’ils étaient chez-eux où qu’ils soient.

- Ainsi donc, vous connaissez également le talent de Monsieur Belle-Histoire. Puis, vers Sylvain:
J’espère que, lorsque le moment sera opportun, vous nous ferez voyager par vos bons mots.

Gabrielle avait tourné son visage vers le conteur pour lui offrir un petit sourire, du bout des lèvres. Son regard restait obstinément vers le sol, sans doute par timidité, ou alors pour éviter de se dévoiler un peu trop, dans tout ce qu’un regard croisé pouvait offrir. Qu’avait-il bien pu dire à son ami, lors de ses études? Elle hésita à insister, à le faire se dévoiler et se présenter par quelques questions, mais la crainte de ne pas connaître un ancien camarade d’études, de mal paraître, une fois de plus, aux yeux de Gaëtane, la fit plutôt dévier le sujet.

- Ne deviez-vous pas me présenter Sire de Vifesprit et Dame d’Orsang? Peut-être devrions-nous les retrouver, avant de devoir nous attabler?

La fuite était parfaite, du moins, elle le croyait, Gabrielle. Elle releva son visage frais et particulièrement intéressé vers Lionel, espérant de tout coeur qu’il empoigne cette ouverture à pleine main et les fasse s’éloigner de cette conversation de plus en plus problématique.
À bien des niveaux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyDim 15 Oct - 15:03

Les mots chantant prononcés d’un ton typiquement îlien et qui vient s’insérer dans la discussion est presque sur le champ reconnu par Rackham. Il ne s’offusque pas particulièrement du manque de courtoisie dont fait preuve Liry et n’est surtout pas mécontent de voir sa cousine sur place. Vrai qu’elle n’était pas au courant des dernières nouvelles ! De ce qu’on lui avait dit, elle était retournée en expédition il y a peu, sans avoir plus de détails là dessus, mais force était de constater qu’elle était revenue à temps pour le Jour des Anciens.

« Hé bah ouais ! Surprise cousine. »

Il s’amuse de la voir regarder un peu curieusement Quittou, et se souvient de sa propre surprise lorsqu’il avait apprit que sa femme était enceinte. Loin de s’imaginer père – et convaincu qu’il n’en serait pas un bon – il avait pourtant pris la nouvelle avec beaucoup de joie (et beaucoup de stresse).

« T’sais qu’ça grandit c’choses là. T’inquiète don’ pas va. » Bon ceci dit, il devait reconnaître que Quittou était effectivement petite, fragile et maladroite. Mais elle restait une Chevaucheuse et il y avait Douce Marianne pour surveiller les choses si jamais… si jamais ça pouvait devenir compliqué ! « Tient dis moi cousine, t’as vu la Penny ? L’est à la fête ? » Après tout, l’aurait bien aimer saluer son autre cousine qui l’avait beaucoup aidé dans ses petites affaires de cœur.

Etrangement, absorbé par sa petite discussion avec Liry, c’est à peine s’il remarqua l’arrivée d’un Voltigeur – connaissance de Marianne sans doute – s’infiltrer dans le groupe avant de repartir. Par contre, l’œil aguerrit et concentré inconsciemment sur son épouse, il l’empêcha d’éborgner sa petite nièce arrivée elle aussi discrètement, déplacement le geste de Quittou in-extremis. Un autre regard vers l’assemblée de plus en plus remplie lui fait remarquer que le Voltigeur précédemment dans leur groupe avait rejoint celui de Lionel. Et il ne fallu pas à Rackham un sens aigüe de l’attention pour noter que son ami n’était pas particulièrement enchanté de la troupe qui l’entourait à présent, comme s’il était, avec sa compagne de la soirée, l’attraction du moment. Qui sait, peut-être viendrait-il à son secours un peu plus tard !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyDim 15 Oct - 16:18

Ça pousse oui, mais ce n'est pas toi qui comprend grand-chose aux mystères de la maternité.  En vérité, ça ne t'a jamais particulièrement attiré.  Ni ça ni les garçon en particuliers.  Tu sais ce que les autres font entre eux, tu as déjà surpris d'autres gens en plein milieu de la chose.  Tu t'étais plutôt bien marrée en vérité et tu étais partie seulement après leur avoir joué un petit tour à ta façon : il ne fallait pas t'en vouloir.  Et comme ce genre de réflexions fort pertinentes sont à peu près tout ce que tu sais de la relation entre homme et femme, ça te fait tout bizarre de voir les choses se concrétiser pour ton cousin.  Tu ne l'imaginais pas père jusqu'à maintenant.  Des bébés Rackham, ça serait mignons.  Mais tu préférerais qu'ils aient les yeux de leur maman.  La couleur est plus jolie.  C'est à peine si tu remarques le bras de l'Îlien guidant sa femme aveugle vers une petite gamine.

« Ch'uppose qu'ça f'ra pas mal, » réponds-tu simplement en haussant les épaules.  Tu as encore du mal à imaginer cette petite taille s'épaissir et se transformer en gros ballon.

« Pennia?  Pas vue d'puis un m'ment.  A b'coup d'amis icitte, pis d'z'élèves q'veulent lui causer, tsay!  Pas vue d'puis qu'j't'arrivée. »  Tu secoues la tête en signe de dénégation.  Par ailleurs, ça aurait été bien qu'elle soit là pour qu'elle voit le futur bébé de Rackham.  Tu te demandes si tu touches le ventre de Quitterie, peut-être que tu pourrais sentir le bébé qui bouge dans son ventre?  Pourtant, à en voir la taille actuelle, il est difficile d'imaginer que quoi ce soit habite à l'intérieur.

Ton regard suit celui de ton cousin vers un petit attroupement là-bas.  Il y a une jolie dame avec une jolie robe.  Sa peau semble très douce.  Elle te fait penser un peu à Rhapsodie que tu n'as pas trouvée.  Peut-être qu'elle n'est pas venue finalement.

« J'onvais peur qu'soit bien enn'yant c'te soirée, c'la pr'mière fois qu'j'viens, j'pas souvent su'l'continent.  Final'ment ça s'nonce ben j'yeux.  T'crois qu'ce p'tit group'là va être am'sant? Demandes-tu en pointant le petit rassemblement autour de Lionel et Gabrielle – bien que tu ne saches pas que ce sont leurs noms – ,  L'm'sieur au bras d'la j'lie princesse, y semble pas très content l'pauvre. »

Tu n'as aucune idée que tu vises juste en désignant la noble dame aux beaux habits comme une princesse : la politique des continentaux était d'un ennui mortel à tes yeux.  Vraiment, il n'y a que ces atours qui a tes yeux lui décernent ce titre.  Peut-être que tu irais sentir un peu de leur côté plus tard.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Marianne d'Orsang
Marianne d'Orsang

Messages : 1217
J'ai : 44 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyDim 15 Oct - 18:58

« - C’va comme on peut la Marianne, et toi, c’mment qu’tu t’portes ?
- Douce Mariaaaane ! Tu passes la soirée avec nous, hein, dis ? Dis ? Maintenant que tu es vraiment de la famille !
Elle éclate de rire la Voltigeuse, devant la joie pétillante de Quitterie – présentement en train de la secouer comme un prunier. Tant de joie et de bonheur après les semaines de batailles à rafistoler des blessés lui donnerait presque le tournis.
- Je ne vous lâche plus d’une semelle oui ! L’occasion est trop belle pour s’octroyer un petit repas de famille. » Marianne se pose sur le banc avec l’impression de flotter sur un petit nuage. Avec en face d’elle sa belle-sœur, petit soleil rayonnant et plein d’énergie.
« - J’ai plein de questions à te poser ! Pour le – pour le bébé.
- Quand tu veux ma belle.
- T'vas d'v'nir père? »
Une nouvelle venue se fait entendre avec son accent chantant des îles. Suivie de près par un Voltigeur que la médecin connaît bien mieux. L’ambiance est réellement au beau fixe. Mayeul ne semble pas lui avoir gardé rancune de sa dernière visite en été, alors Marianne joint son verre au toast porté et savoure son vin sans se méfier.
« - Marianne, tu pourras dire à ton mari qu'il a un goût excellent.
- Oh. Fourbe cielsombrois ! Elle aurait dû s’attendre à ce que ce soit le major Vif-Esprit qui suspecte quelque chose derrière son mariage. Un brin rancunier Mayeul ? Cela n’empêche pas l’ancienne pirate de se reprendre pour répliquer avec un grand sourire amusé. Je lui passerait le compliment. Tu dois être connaisseur, on m’a rapporté que tu aimes particulièrement titiller les sabres. Surtout erebien. Si la répartie fait mouche, Mayeul n’en laisse rien paraître. Une histoire de demoiselle en détresse à secourir, un sourire, et le Voltigeur s’éclipse.
Ce n’est qu’à ce moment là que Marianne remarque qu’Éponine s’est joint à leur joyeux groupe. Oh, avec une petite bosse au front ? Tandis que Quitterie couvre la petite d’attentions, la médecin s’efface un peu en les observant, toujours assise sur son banc. Quand la fille de Désirée se trouve près d’elle, elle se sent… intimidée. C’est bête, elle a toujours été spontanée et maternelle envers tous les enfants qui croisent son chemin ; la ribambelle de jeunes pirates, princesses, bébés ou prince-chevaucheur qui logent à la Taverne en savent quelque chose. Mais distribuer ses câlins à Éponine et lui montrer son affection, curieusement, elle n’ose pas.
« As-tu salué ta tante Marianne… ?  »
Ladite tante Marianne sort brusquement de sa rêverie. La jeune élève a l’air totalement requinquée en un tour de magie, littéralement.  « Bonsoir Éponine ! Eh bien, Quittou t’as soignée tellement vite que je passerai pour une vieille rebouteuse en Faerie. L’Académie te paît? Tu apprivoises ta magie ? »
Elle a beau être déstabilisée, avoir sa famille autour d’elle lui procure une joie toute simple – sa famille, ô Nep ! Elle n’osait plus en rêver.

Spoiler:
 







J'ai pour moi les vents, les astres et la mer.


Marianne • #006666
Iode • #663300
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyDim 15 Oct - 20:03




Chroniques d'Arven

Intrigue 2.6

La Chasse Sauvage

27 novembre 1002


Intrigue animée par Aura·



L'Aile Ouest








Le dîner s’annonce bien !
Les boissons coulent à flot, qu’elles soient sucrées et traîtresses à la lagrane, ou fortement dosées et brûlant le gosier à la kyréenne. Des jus de fruits et eaux aromatisées sont à la disposition des plus jeunes, et les plats virevoltent au-dessus des têtes, s’approchant des convives qui expriment l’envie de s’y servir. La chère est bonne, le service impeccable, la compagnie excellente – hormis un ou deux petits scandales ici et là – et la musique commence à jouer en sourdine pour distraire ceux des invités qui souhaiteraient s’enhardir et rejoindre la piste de danse.

Une heure passe, puis deux, et vient le moment du discours. Sous les applaudissements des convives, l’Archimage se dirige vers l’estrade qui préside l’assemblée, et d’un tintement de la flûte de cristal qu’il n’a pas lâchée, appelle au silence. « Mes chers amis ! » entame-t-il d’un air jovial – avant qu’un choc sourd ne fasse vibrer le sol, les murs, le plafond – et cliqueter furieusement les pendeloques de l’immense chandelier qui domine la pièce. Dans le couloir se mettent à résonner de lugubres lamentations aiguës qui glacent le sang... L’assistance reste silencieuse, pendant quelques secondes de stupeur – puis les interpellations s’élèvent et se croisent. Dans le couloir, l’on entend des cris qui semblent venir de très loin, mais lorsque que quelques courageux tentent d’ouvrir les portes pour sortir, elles semblent scellées. C’est à cet instant que la panique semble gagner l’atmosphère : l’Archimage lève les bras dans un geste suppliant pour appeler au calme, mais c’est trop tard.

Une nouvelle vibration secoue la pièce – et dans un craquement apocalyptique, le lustre colossal se détache du plafond, s’abattant droit sur la table centrale et les invités qui y étaient installés. L’obscurité envahit tout, un voile de ténèbres s’abat sur les fenêtres et dérobe la lueur des lunes jumelles, plongeant la salle dans le noir. En une minute à peine, l’ambiance légère et décontractée s’est muée en terreur paniquée ; les harmonies délicates de l’orchestre sont devenues des hurlements de peur et de douleur ; et les effluves raffinés des plats délicats sont remplacés par l’odeur fade du sang…

Tremblez, malheureux rescapés, car la main du Destin n’a pas fini d’œuvrer…






Tour 2

Consignes


IRL : du 16 octobre au 22 octobre (18h).
IRP : 27 novembre 1002, 22h.

• Ce topic concerne les personnages suivants, inscrits à l’intrigue au préalable : Éponine, Gabrielle, Gaëtane, Lionel, Liry, Marianne, Mayeul, Quitterie, Rackham et Sylvain.

• Ce tour couvre le laps de temps d'environ trente minutes entre l'effondrement du lustre, et votre sortie de la salle...

• Les portes sont bloquées. Vous allez devoir trouver un moyen de vous extirper de là ; tandis que les mages découvrent avec horreur que leur magie ne fonctionne plus ! Le bruit ambiant vous empêche de bien entendre ce qui se passe au-dehors. En dehors des deux secousses initiales, il n'y a plus de vibrations.

• La limite de mots pour ce second tour est fixée à 700.

• Vous pouvez poster autant de fois que vous le souhaitez, tant que trois autres personnes au moins passent entre deux de vos messages. Si vous repostez avant, votre RP sera supprimé.




♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyDim 15 Oct - 21:43

Qu'est-ce que j'aime les réunions de famille. Tu es bien le seul...

Gaëtane aimait beaucoup Lionel - même si elle ne le montrait pas toujours voir quasiment jamais. Elle y était très attachée, c'était le seul lien qu'il lui restait de Livien. C'était une façon de le taquiner que de s'opposer à lui. Cela n'aurait pas été jouissif que tout le monde s'en prenne à ce pauvre Sylvain, tombé malencontreusement au milieu de quelque chose de plus grand que lui. Gaëtane sourit à Lionel, elle savait dans quel embarras elle venait de le mettre, ce n'était pas tant à son égard, mais tous ces mois à attendre la décision de Gabrielle... Elle se doutait que pour lui non plus la situation devait être compliquée, Gabrielle se faisait désirer, peut-être voulait-elle seulement encore plus de cadeaux ? Le temps se faisait de plus en plus long et c'était une manière pour la sœur ainée de dire "Eh oh il serait temps de répondre là, de dire oui..."

Gabrielle esquivait avec brio, comme une grande, le sujet tant redouté des fiançailles. Elle n'avait donc pris aucune décision... Bien, bien, elle prenait son temps la petite, un temps qui était extrêmement précieux, un temps que Gaëtane n'avait pas forcément. Mais soit en privé... Si elle préférait... Gaëtane doutait que ce soit l'idée de l'année de se voir en privé pour parler mariage et bébé, mais que Gabrielle se souvienne que l'initiative venait d'elle...Une entrevue en privé avec notre très chère Gabrielle que c'est amusant... A ce tordre de rire... Vraiment. Ma sollicitude pour ses intérêts...Laisse-moi rire. Ah tu vois, tu es d'accord avec moi ! Si tu le dis.

« Enchantée. » lança rapidement, du bout des lèvres, Gaëtane à l'instar de Sylvain, un conteur Lagran....Inintéressant pour le moment, qu'il ne s'avise pas de roder trop près de Gabrielle ce jeune homme ! Ses plans n'allaient pas être contrecarrés par un pion sans intérêt. Un prétendant qui va chiper les bébés. Tu n'as rien de mieux à faire Éole ? Gaëtane roula des yeux quand elle entendit le compliment de Lionel à l'égard de Gabrielle, que c'était ennuyeux...

« Le Champion de Sombreciel... » murmura Gaëtane qui baissa la tête et la releva aussitôt de manière élégante pour lui rendre la pareille. Elle écoutait attentivement la discussion, même si ça ne l'intéressait pas réellement les anciens souvenirs du voltigeur et du conteur. Elle s’abstint de tout autre commentaire désobligeant même si les mots lui brûlaient les lèvres, elle aurait bien eu envie de demander à sa sœur si cette dernière essayait de l’éviter, par exemple… ? en voulant s’éclipser ! Elle resta sage Gaëtane, après tout ce n’était que le début de la soirée.

¤¤¤

Gaëtane applaudit à l’approche de l’Archimage, le discours faisait partie de ses moments préférés durant le jour des Anciens.  À peine eut-elle le temps de se remémorer le discours de l’année dernière que le sol se mit à trembler. Le lustre va tomber… Éole ! Des cris retentissaient, au loin, dans le couloir, machinalement Gaëtane, assise, se leva se préparant à utiliser son pouvoir sur d’éventuels assaillants ! Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pu en faire usage avec l’épidémie et cela lui chatouillait le bout des doigts. Malheureusement, ce fut un peu plus compliqué que ce qu’elle avait prévu : quand les mages se rendirent compte que les portes de la salle à manger étaient bloquées,  une impression de déjà vue avec les évènements survenus lors du Mémorial des Disparus.

La terre trembla à nouveau et comme Éole l’avait pressenti, le lustre s’effondra sur la table centrale, piégeant Gaëtane entre la structure de l’objet. Un peu sonnée, mais toujours vivante, elle ne ressentait aucune douleur particulière nulle part si ce n’est une lourdeur inhabituelle qui l’empêchait de se relever. La prochaine fois, Éole, merci de t’abstenir de tous commentaires. Tout était étrangement calme dans la tête de Gaëtane. Éole… ? Quelques instants passèrent, cet oiseau de malheur avait dû être assommé quelque part… Pas mort ! Tu y as cru, hein ? Diiiiiis ? Air dépité sur le visage de Gaëtane, Eole était le petit grain de folie que Gaëtane n’aurait jamais et qui manquait à sa vie.

Spoiler:
 


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest 620681ChienDeBerger
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest Z6jWz9PB_o
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyDim 15 Oct - 23:25

J'ai pas trop osé parler parce que les autres discutent mais tante Quittou a senti que j'étais là. C'est fou ce qu'elle ressemble à maman. Maman aussi elle sent quand je suis là, même si je ne dis rien. Le contact de tante Quittou contre moi me rassure et comble le vide que j'ai ressenti ces derniers mois sans la voir. Je pousse un soupir de soulagement, partagée entre le bien-être d'être avec elle et le sentiment de voir ma douleur s'estomper doucement. Oh ça fait du bien. J'ai même pas remarqué que j'avais mal. Enfin si, je l'ai bien senti mais... enfin... comparé à avant. Bref. Je suis intimidée tout de même, y a beaucoup de gens que je connais pas. L'un deux est parti après un petit tapotement sur ma tête. Je sais pas pourquoi, mais ça m'a fait rougir. Mais je suis toujours impressionnée par la magie de tante Quittou, surtout que c'est la première fois que je la sens l'utiliser sur moi. C'est comme une caresse sur mon front et je sens une bouffée d'amour monter envers ma tante.

-Merci tante Quittou, je fais en l'enlaçant de mes bras, prenant garde à ne pas toucher le bébé.

Je la rassure aussitôt. Non je n'ai pas froid ou chaud, je suis très bien et j'ai pas spécialement soif ou faim. Je souris aussi parce que c'est comme maman et je sais que tante Quittou fera une très bonne maman. Et la voir aussi heureuse me plaît tout autant. Je secoue la tête. Non je l'ai pas salué. Je l'ai vu de loin mais j'ose pas trop aller la voir tout de même. C'est devenu... ma tante. Oh que c'est bizarre. Tonton marié à Dame Marianne. Oh non c'est trop bizarre. Je rougis aussitôt, tentant une petite révérence très approximative et maladroite.

-'Jour, balbutié-je toute intimidée.

En plus elle me parle ! Je suis sur le point de lui répondre en me concentrant pour pas trop bafouiller mais c'est le moment que choisis l'Archimage pour commencer son discours. Je me contente donc d'un hochement de tête et me concentre sur lui... Concentration qui se termine en un cri effrayé sortant de ma bouche alors qu'un choc sourd fait vibrer la pièce entière. Que.. Mais ce n'est pas tout. Aussitôt après, de longs gémissements proviennent de l'extérieur et me font littéralement trembler de peur. Je me serre plus contre ma tante, le sang glacé par l'effroi. Après je comprends plus très bien. Il me semble que certains tentent de sortir et c'est la cohue. Des cris, du bruit et ce bruit, une fois encore, qui fait trembler les murs et qui me fait vibrer de partout, mais pas d'une bonne manière. Et là, un bruit encore plus sourd. Encore plus... terrifiant. Un fracas inimaginable et je pousse un hurlement alors que née l'obscurité totale. Toujours pendue au bras de ma tante, je m'efforce de ne pas la lâcher, de ne pas me retrouver embarquée par l'agitation. Autour de moi, des gémissements plus stridents, plaintifs. Des blessés. Il y a des blessés. Tremblante de partout, je m'efforce de me dominer. Mais... mais je sais pas. Qu'est-ce que je dois faire ? Qu'est-ce qui se passe ? Je ne vois rien, n'entends que des cris d'agonies et de terreurs alors que la peur envahit lourdement la salle.

-Tante Quittou... je gémis dans un souffle. Je... je suis là.

Je sais pas trop pourquoi je dis ça. Parce que je ne veux pas qu'elle me lâche. Surtout pas. Parce que moi, dans l'obscurité, je meurs de peur de pas la retrouver.

Spoiler:
 


Dernière édition par Éponine Aubenacre le Lun 16 Oct - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyLun 16 Oct - 6:12

Le repas lui semblait plus agréable, déjà. Elle avait écouté ces gens d’importance converser de sujets graves ou futiles avec un intérêt sincère et un enthousiasme léger qui dénotait quelques fragments de fraîcheur. Si elle s’était faite discrète, autour de cette table, n’osant trop prendre parole par manque de confiance autant que par timidité, aux côtés de son aînée, elle avait volontiers accepté une danse qui l’éloignait tout à fait des regards et des oreilles. Elle tourbillonnait, encore et encore, gloussant ou esquissant de mutins petits sourires à son cavalier. Cette légèreté et cette douceur, de sentir sa robe voleter, de sentir ses cheveux épars, sur ses épaules, lui rappelaient combien l’époque de l’Académie était loin et combien elle lui manquait. Elle ne s’était jamais sentie aussi libre que durant ces années d’études.

Bientôt, elle retrouva sa place à la table, aux côtés de son aînée. Le discour allait commencer, car déjà les voix se taisaient et l’Archimage grimpait l’estrade. Gabrielle applaudissait comme tant d’autres, limitant toutefois son enthousiasme après avoir prit exemple sur sa duchesse. Sobriété, mère de sûreté. C’est environ à cet instant que les événements se succédèrent dans un chaos terrifiant. À la première vibration, la princesse s’était redressée en se soumettant à un instinct bien difficile à contrôler. Avec raison, vraisemblablement : là, de l’autre côté des portes closes, des plaintes déchirantes et effrayantes se faisaient entendre. À peine avait-elle eu le temps de frictionner ses bras dans une tentative bien vaine de réconfort que la deuxième vibration se fit sentir.

Pétrifiée par son impuissance, Gabrielle avait suivi du regard la chute vertigineuse du lustre sur la table centrale. Sur Gaëtane. Elle eut à peine le temps de battre les cils que l’obscurité l’aveugla tout à fait et que le fracas de la structure de métal sur le bois et les chairs résonnaient à ses oreilles. Il lui semblait bien avoir ressenti une douleur vague et aiguë à l’épaule, mais rien de suffisamment prenant pour l’empêcher d’avancer vers l’endroit où se trouvait son aînée. Un éclat de l’une des pendeloques, peut-être bien. Elle l’appelait, Gaëtane, dans le chaos des voix et des cris. Au-delà d’une soeur difficile et hostile, il y avait là la duchesse de Cibella. Gabrielle tâta sommairement devant elle, peinant à retrouver ses repaires dans cette obscurité qui semblait s’épaissir de plus en plus. Elle toucha quelque chose de froid et de solide. Le lustre!

- Gaëtane!

Elle tendait l’oreille, s’efforçant de percevoir la voix de la duchesse. Gabrielle se doutait bien que Gaëtane serait peu désireuse de se montrer obligée, même si la situation ne le permettait que trop peu.

- Êtes-vous blessée? Arrivez-vous à bouger?

Dans la pénombre de cette pièce, tout pouvait arriver. Les agents de l’Ordre du Jugement pouvaient s’infiltrer à leur guise et la retrouver. Des voleurs pouvaient commettre leurs larcins sur l’élite vulnérable qu’ils représentaient. En-dessous de son inquiétude pour son aînée, pour Lionel, aussi, qu’elle n’entendait plus tant le brouhaha lui semblait cacophonique, il y avait une terreur pour ce qui pouvait faire trembler l’Académie. La prestigieuse Académie de magie et du savoir avait subi deux assauts dont l’origine était encore inconnue.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyLun 16 Oct - 16:51

Finalement, tu as préféré la compagnie de la famille à celle des gens qui attiraient autant l'attention : l'appel de la nourriture a été beaucoup plus fort que la curiosité et sans vraiment te préoccuper de la discussion qui a lieu à côté de toi, y répondant ici et là, plutôt par grognement que par mots entre deux bouchée, tu t'empiffres comme si tu n'as pas mangé depuis des mois.  La nourriture, il n'y a absolument rien de mieux à ton avis. Surtout si elle est bonne comme celle-là.  Tu profites aussi des quelques boissons laissées à votre intention, levant peut-être un peu trop du coude, mais c'est jour de fête et personne ne pourrait te tenir rigueur d'être un peu pompette.  Ce n'était pas ce vin lagran qui te rendrait  complètement ivre.  Il en faudrait plus que cela.

Tu songes à tester ce qu'on donne dans la boisson kyréenne, ne te souciant aucunement de ton affiliation à Faërie en travaillant sur l'un de leurs navires.  Les histoires de guerre entre continentaux, faut-il le préciser à nouveau, ne font que te faire lever les yeux au ciel.  Néanmoins, tu n'as pas le temps de mettre cet excellent plan à exécution - sans aucun remord pour ceux qui devraient te ramener à la maison si tu termines ivre morte au fond d'un caniveau en raison de consommation excessive, ni aucune pensée pour la fillette pendue aux bras de Quitterie, beaucoup trop jeune pour voir un tel spectacle - que l'Archimage monte pour offrir un discours.  Qui sera forcément très ennuyant et tu t'accotes contre le dossier de ta chaise, les bras croisés, vraiment embêtée de voir ton plaisir devoir prendre cours pour des formalités barbantes.

Heureusement, une première secousse interrompt ce vieillard ridé et sème une légère panique dans l'assemblée.  Ce n'est que lorsque  se produit une seconde secousse et que le lustre tombe que tu bondis sur tes pieds, les sens en alerte.  Autant que faire se peut.  Car tu as un peu trop bu déjà et il fait noir comme chez le loup.

« Rackham?  T'là c'sin?  T'rien de casser?  P'tite femme d'Rackham, t'va bien?  Pis l'p'tite?  Z'allez vers l'porte, 'kay?  Quittou, ça ton nom?  T'charges d'guider t'l'monde, l'lustre est cassé, y fait t'noir.  T'la plus apte à n's'aider. »  Tu tâtonnes à la recherche de ton monde sans trop trouver.  « J'vais vers l'lustre.  Yavait une mémé assise à table en-d'sous, elle aura pas eu l'temps de courir su' s'jambes flétries pour s'enfuir. »

Nul besoin de s'occuper du reste.  Rackham est capitaine, il saura bien diriger les opérations.  Toi, il est hors de question que tu restes à te croiser les bras.  Tu te diriges vers le lustre, du moins tu crois que c'est la bonne voie.  Dans l'obscurité, tu ne vois rien.  Justice te manque un peu.  Il aurait pu cracher une flamme pour illuminer toute cette place.  Une toute petite aurait été suffisante.  Ses écailles brillantes auraient renvoyé la lumière.

Tu te cognes le pied durement contre quelque chose de dur et froid.  Le lustre.  Et tu entends une voix appeler quelqu'un.  « Hey psst!  Z'avez trouvé qui que vous chercher?  J'pense que ya une mémé en-d'sous du lustre.  Ch'veux blonds vénitiens.  F'la sortir d'là. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyLun 16 Oct - 20:44

Les choses s’étaient passées avec une étonnante rapidité. L’annonce de la demande en fiançailles avait laissé étrangement coi le conteur. Incapable qu’il était de trouver une formulation qui, dans sa bouche, ne sonnerait pas amèrement. A croire que nos rencontres sont en permanence interrompues par la présence de vos prétendants, avait-il voulu dire, se mordant la langue pour ne pas laisser la phrase pleine d’animosité franchir ses lèvres. Il prit sur lui, cherchant le positif, car c’était ainsi que Belle-Histoire voyait le monde. Elle n’avait, jamais, en aucun cas, fait mention de ses prétendants, que cela soit dans leurs échanges épistolaires ou bien lors de leur rencontre dans le convoi. Ainsi donc, c’est qu’elle hésitait encore. Et si elle hésitait encore c’est que Sylvain avait sa chance.
 
Une péripétie.
 
Oui voilà. Tout cela n’était qu’une péripétie dans la formidable histoire du Conteur et de la Princesse. Introduction.  Élément déclencheur. Péripéties. Dénouement. Situation Finale. Il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. D’autant plus que Mayeul, son bras droit, la seule autre personne dans la confidence de la relation que Sylvain et Gabrielle avait entretenue, venait de faire son entrée. Voilà qui rééquilibrait la situation. Il était pour l’heure temps de faire preuve de sa superbe.
 
Les compliments pleuvaient, quoi de plus normal, même les gens de la haute savaient reconnaître le talent lorsqu’ils le voyaient. Et alors que Sylvain s’apprêtait à souligner que les contes et légendes d’Ansemer présentaient de particularités propres à leur passion du voyage maritime, il fut interrompu, les convives étant invités à passer à table.



Sacrilège et désespoir, sa place se trouvait éloignée de la Princesse. Mais il en aurait fallu bien plus pour faire taire le conteur qui se mit à bavarder avec ses voisins, feignant avec un professionnalisme rare qu’il avait oublier jusqu’à la présence de la blondinette. Ses yeux et ses oreilles se concentrèrent toutes entières vers ses camarades de table, jusqu’à l’arrivée sur l’estrade de l’Archimage.
 
Alors le silence tomba sur la pièce, l’englobant toute entière, une sensation, un phénomène, une sorte de magie que Sylvain connaissait bien. D’habitude, c’était lui le centre de toute cette attention et c’est donc avec une pointe d’agacement qu’il tourna lui aussi le regard vers l’homme.
 
Et soudain le temps sembla de nouveau s’accélérer. Une secousse. Des regards échangés, incrédules, inquiets. Des cris. Du mouvement. Et puis la seconde secousse… et le chandelier. La peur prit possession de l’esprit de Sylvain tout entier, explosant dans son ventre, le faisant se mouvoir avec une rapidité étonnante. L’ensemble de son corps hurlait qu’il devait se mettre à l’abris, qu’il ne pouvait pas mourir, pas maintenant. 

Il ne se souvenait pas de comment il avait atterri au sol, recroquevillé sur lui-même, se protégeant la tête de ses bras. Il avait réussi à éviter le plus gros de chandelier mais des débris s’étaient fichés dans son bras droit qui couvrait son visage. Et pire encore, il sentait, poisseux, le sang imbiber le côté droit de son vêtement au niveau de ses côtes. Durant un long moment, il n’osa bouger, mille pensés tournant dans son esprit, se heurtant les unes les autres. Terrifié, tétanisé par la douleur qui commençait à naître dans sa chaire, il lui fallut toute sa volonté pour oser se déplier, en un mouvement qui lui sembla être une éternité.
 

Le tissu violet était trempé de sang là où une large entaille laissé par un éclat, ayant de toute évidence décidé de se tailler une route dans son corps, se dessinait. Était-ce profond ? Était-ce grave ? L'absence de lumière l'empêchait de savoir. Le conteur restait assis, pantois, sentant la tâche sombre continuer à fleurir sur le tissu. Pour le moment, il était incapable de faire autre chose. Même la peur semblait s’être envolée et, en état de choc, il attendait, assit à terre au milieu des débris, tenant contre lui son bras droit duquel le sang s’était mis à goutter sur le sol, observant son corps meurtri… muet.

Spoiler:
 


Dernière édition par Sylvain Belle-Histoire le Mar 17 Oct - 12:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Lionel de Rivepierre
Lionel de Rivepierre

Messages : 894
J'ai : 35 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction) et comte de Rivepierre.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest EmptyLun 16 Oct - 21:25

Évidemment, vu qu’un malheur n’attend pas l’autre, il ne manquait bien plus que Mayeul de Vifesprit. Dire que l’idée saugrenue de présenter le Cielsombrois à Gabrielle lui était venue… C’était surtout Marianne, qu’il voulait lui présenter, une dame à la noblesse d’âme bien grande, mais l’une étant avec l’autre… La Cibellane vient à sa rescousse, défendant sa compagnie, et il n’en faut pas plus au Lionel pour être plus fier, véritable coq en pâte de satisfaction. « Ne deviez-vous pas me présenter Sire de Vifesprit et Dame d’Orsang? Peut-être devrions-nous les retrouver, avant de devoir nous attabler ? Le sire de Vifesprit nous a trouvé, avoue le Chevaucheur, quasi désolé de la chose. Il avait un instant espéré que le terrible Cielsombrois soit plus sage, plus réservé, plus apte à respecter les convenances, depuis son affectation en Valkyrion - quelle naïveté ! On ne le reprendra pas, à croire aux bons sentiments des gens. Si vous voulez bien nous excuser, messieurs, Votre Grâce… » Une musique vient de débuter et c’est comme par magie que la princesse et le capitaine s’éclipsent, laissant la duchesse au manque de politesse des deux compères. Il s’excusera à la duchesse pour son indélicatesse, mais pour le moment, c’est nécessaire.

Les deux heures qui suivent sont bien plus agréables, encore. Gabrielle et lui dansent et rient, enfin loin des enquiquineurs, et il a la princesse pour lui seul. Ses sourires mutins, leurs commentaires échangés à voix basse, et ses mains sagement posées à des endroits plus que convenables de son anatomie, mais qui n’apprécient pas moins la finesse d’une taille, ou la délicatesse d’une main. Puis, le repas, douce Rya reine des Saveurs ! Un délice renouvelé à chaque plat. Il a troqué sa coupe de vin lagran pour un de ces alcools kyréens qui se rapprochent bien plus des concoctions de son propre duché, le goût corsé de l’eau-de-vie rallumant la bonne humeur en lui, et générant un brasier rouge sur ses joues. Il n’est pas même pompette, son heureuse constitution demandant bien plus que quelques gorgées pour générer cet état second bien précis, mais il ne peut pas nier qu’il est tout de même un peu plus léger.

L’Archimage parle.
Et subitement, c’est le noir.

... nel ? Lionel ? Depuis combien de temps son Familier l’appelle-t-il, en vain, sans qu’il réponde ? Le Chevaucheur veut lever son bras afin de le porter à sa tête douloureuse, mais celui-ci est également coincé, dans un enchevêtrement complexe de quelque chose de froid, de dur, de coupant, de mouillé. Mouillé ? Ça va. Sottises. Je te sens écrasé d’où je suis. Les voix inquiètes d’Harald et Braise se croisent, dans son esprit, et c’est difficilement qu’il réussit à se concentrer sur ce qui est arrivé. Il s’en rappelle à peine, déjà, et c’est à peine s’il se souvient ce qui est arrivé après les quelques mots de l’Archimage. Il y a eu le choc sourd. Les lamentations. Puis… puis, il ne sait pas. Sa tête fait trop mal. D’une impulsion magique, il tente de rallumer serait-ce une chandelle éteinte, afin d’y voir clair, mais rien. Son sang semble glacé, dans ses veines. Comme au Sépulcre des Martyrs. Comme une mauvaise blague qui recommence. Le capitaine Tristan voit-il sa magie encore fonctionnelle, dans l’autre salle ? Le parfum du sang se fait entêtant. Trop proche. Probablement le sien. Mouillé. « Gaëtane… Gaëtane, tu vas bien ? » Sa première pensée est pour sa belle-soeur, située tout juste à ses côtés, mais sa bouche est pâteuse, son ton trop bas. La voix qui lui répond est plutôt celle de Gabrielle, qui appelle sa soeur avec inquiétude : « Gaëtane ! Il soupire, repose sa tête au sol. Soulagé. Aura soit louée, vous allez bien, Gabrielle. Il faut… Réagir rapidement. Contrôler. Donner des ordres. Le naturel revient au galop, chez le capitaine, même mal en point. Il faut aider Gaëtane et l’Archimage... où... Rackham... ? » La duchesse avant lui, comme il sortirait Liam avant lui, et même le damné prince de Faërie avant lui. L’Archimage avant lui. Il lui faut Rackham, avec lequel coordonner les choses. Il lui faudrait même Mayeul, qui est tout de même major. Il lui faut... sortir de là.

Spoiler:
 



One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon

Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest TitreLionel1
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest RandomLionelDeni
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest RandomWikiFredia
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest RoueBriseeKilt
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Oies sauvages [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: