AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-31%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour homme
90 € 130 €
Voir le deal

Partagez
 

 La crécerelle d'Outrevent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent EmptyMer 11 Oct - 20:49


Livre II, Chapitre 6 • La Chasse Sauvage
Gabrielle de la Volte & Abigaïl l'Embrasée

La crécerelle d'Outrevent

Parlez-moi un peu d'Outrevent et de ces comtes...



• Date : 21 juin 1002
• Météo (optionnel) : Chaud et ensoleillé
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Gabrielle connaît trop bien la réputation d'Abigaïl l'Embrasée : Sauvage, libre, émancipée. Elle l'invite donc à la fête traditionnelle de Litha afin de la voir évoluer de plus près.
• Recensement :
Code:
• [b]21 juin 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2760-la-crecerelle-d-outrevent#84133]La crécerelle d'Outrevent[/url] - [i]Gabrielle de la Volte & Abigaïl l'Embrasée[/i]
Gabrielle connaît trop bien la réputation d'Abigaïl l'Embrasée : Sauvage, libre, émancipée. Elle l'invite donc à la fête traditionnelle de Litha afin de la voir évoluer de plus près.



Dernière édition par Gabrielle de la Volte le Dim 17 Déc - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent EmptyMer 11 Oct - 20:51

La fête traditionnelle de Litha enthousiasmait Gabrielle au-delà de l’entendement. Des feux d’artifice! Des feux qui explosaient joyeusement dans le ciel noir de Cibella, en une retombée de paillettes féeriques. Des lumières qui éclairaient la nuit magnifiquement. Elle se souvenait bien de cette fête, d’année en année. Petite fille, elle réclamait baisers baveux et câlins de son cadet, Gabin, pour clore cette fête où les femmes étaient à l’honneur. Puis… Puis il y avait eu Denys, un été. Le souvenir était intact, à la mémoire de la princesse. Sa main sur son bras, des éclats de rires, une complicité qui relevait plus d’une amitié naissante que d’une idylle. Ils avaient écouté avec grand intérêt les musiciens et avaient dansé, aussi, sous le regard scrutateur de la duchesse de la Volte. Livien avait-il dû tempérer les ardeurs de Gaëtane afin qu’elle n’intervienne pas? Oh... Livien. Que son souvenir m’apporte toujours un peu de joie.

Dès le début du printemps, la princesse avait pris grand soin d’envoyer des invitations personnelles à une liste de ses oiselles favorites de l’année. En tête de liste, bien sûr, sa douce Marjolaine qui ne viendrait pas en raison de sa grossesse avancée. S’en suivait une ribambelle de noms, de Hortense, sa partenaire d’expédition, à Agnès, sa confidente, en passant par l’une ou l’autre des étudiantes prometteuses dans le domaine de l’outremarche. Elle avait hésité longuement, Gabrielle, mais avait finalement cédé malgré sa timidité : Abigaïl l’Embrasée, la célèbre chevaucheuse, reçut également l’une des invitations personnalisées. La rouquine allait-elle faire honneur à la princesse en se présentant, malgré ses occupations? La Cibellane espérait bien que oui. Voir ce phénomène en plein jour de fête la rendait fébrile. Non seulement jolie, l’Embrasée avait la réputation d’être une fougueuse mage de l’Été et la chevaucheuse de la reine du Vol de Rubis. Rien de moins… Sauvage Outreventoise affectée en Cibella, fuyeuse de mariages, avide de liberté : Gabrielle la voulait à cette fête. Elle voulait la voir.

Il y avait eu un jour à la gloire d’Aura et une nuit où les feux d’artifice magiques avaient explosé en des formes éblouissantes, étincelles lumineuses sur un ciel nocturne sans nuage. Accompagnée et quelque peu distraite par les attentions d’un galant, Gabrielle eut à peine le loisir de chercher la présence de sa fameuse crécerelle sauvage. Il y avait eu une deuxième journée où les mages de la belle Saison se livraient bataille dans des explosions flamboyantes pour le moins impressionnantes. Ce n’est qu’à la troisième journée que la Cibellane eut enfin un moment de répit, entre deux rencontres, pour se questionner sur la présence de la chevaucheuse. Selon sa réponse, et Gabrielle s’en souvenait parfaitement, Abigaïl l’Embrasée allait être du nombre, lors de ces journées festives. Mais où donc se cachait-elle? Elle avait scruter les combats avec une attention qu’on ne lui connaissait pas : la chevaucheuse n’avait pas livré bataille pour les yeux d’un public fasciné et, pourtant, déjà conquis.

Accompagnée d’une poignée de mages de bataille chargés de sa protection, la princesse déambulait ici et là, entre les quelques étals, à observer bien distraitement les farandoles bruyantes et joyeuses. La Volte semblait si légère et accueillante, en ces jours précis, que Gabrielle en oubliait presque le fardeau qui l’incombait à chacun de ses passages. Elle hésita un instant à se faufiler à son tour dans la danse, empoigner une main et une autre, se fondre dans la masse joyeuse, anonyme… Puis elle renonça. Ça ne serait pas très sage, d'échapper au regard de ses protecteurs.

Résignée, un peu, à peine, Gabrielle encourageait de son mieux les danseurs en applaudissant chacune de leur ronde. Oh…! Qu’ils étaient beaux, les Cibellans, lors de la fête traditionnelle de Litha. Et roux. Elle était là, de l’autre côté de cette chaîne humaine, surplombant plusieurs gens de sa hauteur et de sa rousseur, les yeux plissés à dévisager on ne sait quoi. Il n’en fallut pas plus à la princesse pour se faufiler ici et là, de son mieux, ses protecteurs à sa suite, afin de la retrouver avant qu’elle ne disparaisse à nouveau.

- Abigaïl l’Embrasée… Il me tardait de vous rencontrer.

Les joues à peine rosées sous l’effort de son empressement à la rejoindre, elle inclina la tête avec déférence. Gabrielle nota ses habits, bien rigides, qui n’étaient aucunement faits pour festoyer. Abigaïl l’Embrasée devait donc être de garde… Un peu moins intéressant que prévu. Elle aurait aimé la voir rire, la voir danser, peut-être. La voir détendue, la voir profiter de cette liberté qu’elle avait su se forger seule, malgré l’adversité.

- J’ose espérer que la fête vous plaît, et que vous en profitez quelque peu, en dépit de votre devoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent EmptyMer 18 Oct - 21:55

La ville est en fête. Les badauds se disputent autour des animations. Certains ameutent les foules par des démonstrations toujours toutes plus stupéfiantes, tandis que d'autres profitent de ce moment pour vendre divers objets et amulettes magiques. L'ambiance est au beau fixe, les rires, les débats et négociations fusent de toute part et les Faës piétinent déjà d'impatience de prendre par aux véritables démonstrations qui feront d'un simple Faë, un Faë de talent. Mais Abi ne prend pas part à ces effluves de joie et d'exaltation. Elle n'en prend pas ombrage, elle y a participé auparavant et a pu bien en profiter. Mais maintenant, le Phénix est en plein travail. Ses cheveux de feu embrasent les foules, alors que son corps agile se fraye un passage entre les badauds. Elle est ici pour surveiller, encadrer et, surtout, assurer la sécurité de tout ce monde qui se bouscule dans les rues d'Alfaë. La Chevaucheuse ressent une certaine fierté à l'idée de s'occuper ainsi de la sécurité de son peuple. Son pas est léger et l'ombre d'un sourire flotte doucement sur ses lèvres, chose rare compte tenu de son sérieux légendaire. A ses côtés, Titou tente, tant bien que mal, de suivre ses pas. Lui aussi est plutôt heureux d'être là. Tandis que Royale, il suffit de lever les yeux pour apercevoir sa silhouette venir de temps en temps, couvrir le soleil.

Pourtant, il y a quelques jours de cela, le temps ne se prêtait pas à la rigolade. Convoquée par l'Impératrice elle-même. Rien que ça. Anaëlle, son capitaine, a piqué une véritable crise lorsqu'elle l'a appris et lui a administré un savon moralisateur magistral, comme elle sait si bien le faire. Elle sent, encore aujourd'hui, la méfiance du Capitaine, surtout lorsque l’écho de la subite soumission d'Abigaïl lui est parvenue aux oreilles. Elle connaissait assez sa Chevaucheuse pour savoir qu'elle ne se soumettait pas. Et cette attitude n'a fait qu’accroître sa méfiance. L'Embrasée sait très bien qu'elle est passée à deux doigts d'un exil qui l'aurait, à jamais, éloigné de Royale. Rien que d'y penser, elle frissonne. Cela lui rappelle les six semaines de mise à pied après avoir fait brûler une partie de la forêt de Cibella. Pourtant, la jeune femme n'arrive pas à s'en faire. Son esprit est pleinement occupé par sa véritable suzeraine, celle qui, selon elle, œuvre pour l'intérêt complet et total d'Arven : sa Reine Noire, Astrée.
Astrée.
Elle n'arrive toujours pas à croire que la Reine l'ait choisi comme écrin. Un véritable honneur. Elle l'a choisi elle, Abigaïl, entre tous les autres. Elle est venue lui murmurer ses mots en rêve. Comment pouvait-elle refuser ? Elle n'a pas pu. Elle a été conquise. Et aujourd'hui, Abigaïl se sent honorée, gonflée d'importance et prête à tout faire pour sa Reine. Même si, dernièrement, elle n'a pas été très satisfaite de son comportement. Peu importe. Abi se rattrepera.

Elle contourne un amas de Faës qui se pressent avidement devant un étale, et bifurque au coin d'une rue. Ses yeux vont partout, guettant le moindre signe de danger. Mais la Chevaucheuse guette autre chose. Sa princesse, Gabrielle de la Volte, lui a fait parvenir un message, il y a peu. Elle souhaitait que la Chevaucheuse l'accompagne à ces festivités. Malheureusement, Abi n'a pu que répondre par la négative, lui confiant qu'elle se devait de surveiller la fête, tout en espérant la croiser tout de même. Depuis son arrivée en Cibella, la Chevaucheuse a eu le temps d'apprendre à aimer la Duchesse et la princesse. En bonne et véritable féministe, Abi admire ces deux femmes fortes, qui gèrent leur duché d'une main de maître. Le fait que Ciballa soit gouverné depuis des lustres par des femmes est un gros point positif dans le cœur du Phénix. Elle qui prône depuis toujours, l’émancipation complète et totale de la gente féminine. C'est d'ailleurs la voix de sa princesse qui la tire de ses pensées. La rouquine se fend dans une révérence assez raide.

-Votre Altesse, salue-t-elle d'une voix vibrante d'émotion. Je ne mérite pas tant d'honneur.

Oh le ton et l'attitude sont bien éloignés de ce qu'elle a pu montrer à la princesse de Faërie. La différence c'est que, aux yeux de la Chevaucheuse, Gabrielle de la Volte a bien plus de mérite qu'une princesse arrivée à ce titre sur un coup d'Etat très suspect, ayant entraîner un décès tragique.

-Elle m'a plu les fois où j'y ai assisté, Altesse. Il n'y a pas de raison que cela change, même si je n'ai pas le temps de m'en occuper.

La Princesse est resplendissante, scintillante dans ses habits royaux. La garde qui l'entoure est expérimentée et cette vision rassure la Chevaucheuse.

-Son Altesse passe-t-elle un agréable moment ?

La politesse l'oblige à lui répondre, mais même si Abi aime et respecte sa princesse, elle a toujours eu beaucoup de mal à s'exprimer en publique, et surtout face aux nobles. Sa rudesse, sa franchise et le manque flagrant d'éducation se fait ressentir. Non pas qu'elle n'ait pas eu une éducation digne de ce nom, mais la Chevaucheuse réfute catégoriquement tout ce qui la rattache à Outrevent, y compris ce qu'ont pu lui enseigner ses parents adoptifs.
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent EmptyJeu 16 Nov - 18:45

Gabrielle s’amusa quelque peu d’entendre la chevaucheuse se défendre de l’intérêt pourtant bien contenu qu’elle lui accordait. Elle ne méritait pas tant d’honneur, selon ses dires. N’était-elle pas la nouvelle célébrité, l’Embrasée ? N’avait-elle pas été choisie par la dragonne la plus farouche et majestueuse du Vol de rubis ? Elle ne savait pas particulièrement ce à quoi elle s’attendait, en l’ayant enfin devant elle. Il aurait été plaisant de la voir user de sa magie d’Été lors du tournoi, il était vrai, mais l’occasion avait été gâchée par les obligations. Gabrielle comprenait ; elle aussi avait dû s’incliner devant les obligations.

- Son Altesse passe-t-elle un agréable moment ?
- C’est une fête si formidable… Il est toujours agréable de voir les Cibellans enthousiastes et détendus. Ils méritent ces journées de réjouissance. Tout comme vous… Son museau se plissa sous un sourire concerné. J’aurais dû songer que vous seriez en service, pour cette fête. Le serez-vous ce soir également? J’ose espérer que vous aurez un bref moment de répit pour ces lueurs qui éclaireront le ciel.

Elle aurait bien souhaité poursuivre sa lancée en déclarant combien elle appréciait cette troisième journée de fête. La timidité l’en empêcha. Il était bien peu probable qu’une grande chevaucheuse - en service - apprécie autant de babillage joyeux autour de cette fête traditionnelle. Mais… Mais il était vrai que le troisième soir était particulièrement merveilleux. Chaque cristaux, chaque torche, chaque lueur dans le ciel lui semblait être le voeux d’un Cibellan destiné à l’une ou l’autre des divinités. Elle aurait apprécié que les choses soient différentes, que la vie elle-même ne soit pas la même, afin d’être libérée de ses obligations et de profiter entièrement de cette levée de cristaux dans la nuit.

- Depuis toute petite, j’apprécie voir monter dans le ciel ces lumières, comme si elles soutenaient Valda elle-même.

Abigaïl l’Embrasée devait s’y connaître, en ascension vers les astres, frôler Valda sur le dos de Royale. Que de sensations, que d’expérience qu’elle-même ne vivrait jamais !

- Votre Royale compagne est-elle en service, elle aussi ? Ce doit être étrange pour vous deux d’oeuvrer si loin, l’une de l’autre.

Son regard parcourait le ciel à la recherche d’une ombre écarlate. Sa dragonne ne devait pas être très loin. Gabrielle était curieuse de ce lien qui unissait un chevaucheur à son dragon, tout autant qu’elle se montrait intriguée par le lien unique d’un mage et de son Familier. Pour avoir observé Gabin longuement, elle se doutait qu’il y avait entre Obédience et lui une affection inconditionnelle, tout comme Mara et Agnès. Elle n’avait ni dragon, ni Familier, ni amant, ni famille aimante. Plutôt que de se laisser aller à un élan mélancolique, Gabrielle arbora un sourire fin et marqué par l’intérêt qu’elle portait aux affaires d’Abigaïl. Elle n’avait peut-être rien de tout cela, mais la princesse avait Cibella à chérir et à admirer, ce soir encore plus qu’un autre moment. Entourée de sa petite horde de dames et demoiselles prometteuses et fascinantes, elle comptait bien profiter des festivités.

Avec un peu de chance, Abigaïl saurait, elle aussi, se libérer pour admirer les cristaux.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent EmptyVen 8 Déc - 13:14

Elle ne se sent pas offusquée, la princesse de La Volte, qu'une roturière, une Chevaucheuse daigne prendre ainsi de ses nouvelles. Elle est soulagée, Abi. Ses manières très maladroites peuvent, à certains moments, vexer involontairement les nobles et la mettre dans des situations très délicates. Mais ce n'est pas le cas ici, bien au contraire. Gabrielle de La Volte semble même soucieuse que Abi ne puisse pas participer complètement aux festivités. La jeune Chevaucheuse en est touchée et s'empresse de la rassurer au mieux.

-Je serai en service mais n'ayez crainte Altesse, je verra les feux danser dans le royaume de Valda. Ce n'est pas ma première fête non plus mais ce spectacle est toujours à couper le souffle. Son Altesse me touche de sa sollicitude.

Elle s'incline humblement, véritablement honorée par cette marque d'intérêt que le porte la princesse. Elle ne peut qu'approuver ses dires, partageant son ressenti. Elle aussi aime voir le ciel nocturne s'illuminer des feux magiques. C'est un spectacle à couper le souffle, où chaque lumière rivalise en beauté et en splendeur. Ce qu'elle aime plus que tout, c'est y assister sur le dos de Royale, bien à l'écart pour ne pas s'y frotter, mais toujours plus haut dans le ciel comme si elle allait les toucher elle-même. Elle est loin des lumières, loin de la foule, perdue dans l'immensité du ciel, seule témoin de ces lumières qui tentent d'atteindre Valda, comme une offrande à la déesse. C'est la voix de la princesse qui la ramène à nouveau sur terre et Abigaïl sourit doucement. Elle relève la tête, cherchant l'ombre si familière et élégante de sa dragonne et désigne un point un peu plus en retrait des autres.

-La voilà Altesse. Elle déplore de ne pas venir vous saluer en personne mais la foule l'empêche de venir se poser tranquillement. Elle vous envoie ses salutations respectueuses.

La silhouette de la noble dragonne continue d'effectuer des cercles autour de la fête, s'éloignant par moment de la foule et de sa Chevaucheuse.

-Que son Altesse se rassure, nous sommes habituées à travailler séparément. Nous devons pouvoir œuvrer facilement de différentes façons. Mais il est vrai que nous préférons de loin voler ensemble.

Voler. Rien qu'à la contempler ainsi, tout son être brûle de l'envie de la rejoindre et de fendre les cieux avec elle. De goûter au vent fouettant son visage. Et de filer à travers tout Arven, goûtant aux délices de cette incroyable liberté que seul le vol peut procurer. Nous n'allons pas tarder à changer de position, petite. On volera à nouveau toutes les deux. Abi sourit. Il me tarde. Moi aussi. L'impatience de la dragonne fait écho à la sienne. Et même la désapprobation bougonne de Titou n'ôte pas cette envie de pressante de conquérir à nouveau les cieux. Je sais Titou. Non mais c'est tellement naturel qu'un tatou vole. C'est plus habituel qu'il dorme. J'espère que tu vas te faire cramer les ailes ! Vieille tortue galeuse ! Serpent à écaille. La Chevaucheuse soupire et retire son attention des disputes incessantes de sa dragonne et de son Familier. De toute façon, elle sait très bien que ça cache une profonde affection. Mais tous deux préfèrent mourir plutôt que de l'avouer. Ses yeux perçants préfèrent dévisager les gardes qui accompagne la princesse, soucieuse de la savoir bien protéger. La foule est dense et les gardes sont à l'affût du moindre geste suspect. Une attitude qui la rassure aussitôt. Sa princesse est bien protégée. Certains curieux s'arrêtent pour la contempler, la pointant du doigt, mais ses gardes préfèrent éviter tout arrêt dépassant deux secondes et les Cibellans sont souvent priés de poursuivre leur route. Un cercle bien défini empêche les roturiers de s'approcher d'elle. Sa Cour est toutefois derrière elle, gloussant et commentant ce qu'elle croise.  L'esprit est à la fête.

-Son Altesse a repéré quelques mages de talents ? J'ai pu apprécié le talent de quelques illusionnistes passionnés un peu plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent EmptyJeu 11 Jan - 16:13

Quelle tristesse de savoir que la prometteuse Chevaucheuse ne serait pas libre, ce soir. Elle avait espéré, Gabrielle, pouvoir profiter de sa présence lors des festivités. Mais elle comprenait, bien sûr : comment ne pas le faire, alors qu’Abigaïl défendait l’empire au périple de sa vie? Et puis, elle avait raison, la rouquine. Même en service, elle allait voir la beauté de ce qui se déroulerait dans le ciel. Il était simplement dommage de ne pas pouvoir la connaître plus, alors que l’occasion lui avait semblé si parfaite. Une autre fois, une autre fête, peut-être.

À la mention de Royale, la Chevaucheuse détailla le ciel jusqu’à retrouver sa compagne des nuées. Gabrielle suivit son regard pour la percevoir, loin dans les airs, ailes déployées… C’était un spectacle ravissant, sincèrement, et la princesse se fit la réflexion qu’elle aurait pu sans se lasser contempler pareille créature. Gabin souhaitait les délivrer de la domination des hommes, et si une part d’elle comprenait ses motivations, l’autre part, plus sage, se questionnait sur l’identité réelle de la créature dominante. N’était-ce pas eux, les dragons, qui régnaient selon leur bon vouloir sur le ciel?

- Saluez-la bien humblement de ma part, également, demoiselle, et offrez-lui mes remerciements les plus sentis, de veiller sur les Cibellans avec autant d’intérêt.

Elle détacha ses prunelles du ciel sans nuage pour un rapide regard, autour d’elles. Il était vrai que la petite conversation avait attiré l’attention de quelques gens, et si sa garde s’assurait un peu de quiétude pour qu’elles échangent en toute simplicité, Gabrielle ressentait le poids de ses obligations jusque là, dans un échange des plus courtois avec une Chevaucheuse. Elle s’efforça malgré tout de sourire, en entendant quelques unes de ses amies et invitées s’amuser, non loin. Peut-être devrait-elle se retirer, avec elle, et poursuivre sa tournée dans les kiosques, pour ne pas gêner Abigaïl de l’attention soudaine qui pesait sur elle? La réflexion la fit douter, mais comme si elle lisait dans ses pensées, la Chevaucheuse reprenait la conversation, allant même jusqu’à la questionner, comme pour la rassurer. Elle en avait vu d’autres.

- Son Altesse a repéré quelques mages de talents ? J'ai pu apprécié le talent de quelques illusionnistes passionnés un peu plus loin.
- J’ai rencontré quelques mages de l’été très prometteurs, en effet!  Comme il me réjouit de voir autant de talent, dans cette nouvelle génération de mages. Je crois même engager l’une d’elle. Nouvellement diplômée.

Non seulement elle semblait humble, cette jeune Cibellane, en dépit de ses origines, mais ses talents étaient également vantés par plusieurs enseignants présents. Elle lui avait fait bonne impression. Il était vrai que le domaine de la prédiction était sujet à controverse, et que plusieurs n’y voyaient là qu’un art incertain, mais Gabrielle, sans doute un peu naïve, aimait croire que certains mages arrivaient à prévoir le futur. Elle en aurait grand besoin, elle le pressentait. Il y avait ce miroir magique, bien évidemment, qui lui montrerait qui elle serait selon ses choix, mais un mage des prédictions pourraient très certainement l’influencer dans ses décisions en prévision des naissances à venir, selon les différents partis...

- Il vous faudrait venir me visiter au Ru-d'argent, demoiselle l’Embrasée, lorsque le moment vous semblera opportun. Je peux comprendre que la situation délicate vous oblige à endosser votre rôle de Chevaucheuse, mais si une permission se présente, sachez-vous la bienvenue. Ainsi que Royale, évidemment. Mes gens sont habitués de voir Obédience.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent EmptyJeu 18 Jan - 22:06

Abigaïl incline légèrement le buste en signe de remerciements, précisant qu'elles ne font que leur devoir et que c'est un réel plaisir que de veiller au bien-être des Cibellans. Beaucoup sont prompts à les critiquer, notamment en pointant du doigt leur arrogance et leurs manières souvent condescendantes. Mais Abi sait que le duché de la magie lui a tout offert alors que son duché natal n'a fait que la rejeter. Ici, elle est chez elle. Ici, elle a trouvé une vie, une réputation et personne n'est venue se moquer de sa chevelure flamboyante ou de cette soif de liberté et d'indépendance qu'elle n'a jamais pu tarir. En Cibella, Abi s'est trouvée et son peuple lui a ouvert son cœur. Depuis, la Chevaucheuse sait qu'elle ne pourra jamais vivre ailleurs, même si certains cherchent à la recruter dans le vol d'Outrevent. Elle a beau beaucoup respecté le Capitaine de Vol et sait qu'elle regrettera beaucoup le départ de la princesse de Cibella, Abi ne peut se résoudre à abandonner Cibella, duché qui lui a offert tout ce à quoi elle a aspiré. Mais c'est une réalité. La princesse Gabrielle de la Volte lui manquera beaucoup lorsqu'elle partira pour Outrevent. Abigaïl espère pouvoir la revoir même si elle n'aura pas la prétention d'aller demander une telle requête très égoïste à une princesse. La rouquine songe que si le Destin consent à les faire se rencontrer, elle sera plus qu'heureuse de ces retrouvailles. Pour le moment, en tout cas, la princesse lui fait l'honneur de lui accorder un peu de son temps et Abi n'aura pas l'impolitesse de l'écourter prématurément. Royale veille au grain, la foule est stable pour l'instant et la princesse de Cibella souhaite lui parler. La Chevaucheuse se retirera que si l'urgence s'y prête ou lorsque son interlocutrice jugera qu'il est temps pour elle de poursuivre ses festivités.

-Cette fête est une réelle opportunité pour beaucoup de mages, approuves-tu d'un hochement de tête. Aura sublime de grands talents et il est juste que les meilleurs puissent trouver une place prestigieuse après ces moments.

Dans un sens,elle regrette de ne pas avoir pu réellement y participer. Mais l'occasion ne s'y est jamais prêtée. Lorsqu'elle n'était pas à l'Académie, Abi restait avec ses parents adoptifs. Ensuite, elle s'est enfuie de chez elle et est rentrée chez les Chevaucheurs. Son avenir se traçait déjà. Elle n'avait aucune raison d'y participer et encore moins le temps. Mais chaque fois qu'elle a pu, la Chevaucheuse a pris le temps de se rendre à cette fête, rendant ainsi hommage à l'une de ses déesses et appréciant la magie de certains Faës.
Une fois encore, la Chevaucheuse s'incline, sincèrement flattée par cette invitation. Elle ne peut décliner une pareille invitation. C'est un honneur, Abigaïl le sait. Le Phénix ne sait jamais vraiment senti à l'aise parmi les nobles mais la princesse de la Volte réussit toujours l'exploit de la mettre à l'aise. Sûrement parce que Abi peut ressentir le réel intérêt qu'elle porte à sa castre, et à sa propre personne.

-J'en suis flattée, votre altesse, et je promets de m'en souvenir lorsque le temps me permettra de venir vous rendre visite.

En réalité, elle ne sait pas vraiment quand elle pourra se libérer ni ce qu'elle allait bien pouvoir faire en tête à tête avec la princesse mais la Chevaucheuse ne peut se permettre de refuser. Malheureusement, elle n'a nul domaine à lui présenter en retour et il est hors de question de l'inviter à visiter sa modeste chambre à la Caserne. La princesse et elle ne jouent pas dans la même catégorie. Autour d'elles, la fête continue de battre son plein. Pourtant, avec la garde rapprochée de la princesse, Abigaïl a presque l'impression d'être coupée de la cohue et de l'excitation générale. Cette fois, la Chevaucheuse a dû mal a cacher son léger embarras, ne sachant comment combler le silence qui commence à s'installer entre elles. Elle sait que sa conversation n'est pas des plus instruites et a toujours été assez maladroite dans sa façon de s'exprimer. Que ce soit avec les nobles ou avec les siens.

-Comment se porte votre sœur, son Altesse la duchesse ? demande-t-elle, pour meubler la conversation et sincèrement concernée par l'état de la duchesse de Cibella.
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent EmptyMer 14 Fév - 16:53

Abigaïl l’Embrasée s’inclinait encore en acceptant son invitation. Cette grande femme forgée par l’honneur légendaire d’Outrevent imposait bien plus qu’elle ne semblait le croire, et la princesse la couvait d’un regard à la fois amusé et bienveillant. La Chevaucheuse avait tout de la crécerelle, le fameux oiseau au plumage orangé : un faucon de proie solitaire et redoutable, en dépit de sa petitesse. Même loin d’un titre de major, l’Outreventoise imposait un petit quelque chose, de par son sérieux et sa grandeur. Elle faisait plutôt bonne impression à la princesse cibellane, encore plus lorsqu’elle acceptait de visiter tôt ou tard sa confortable baronnie.

- Nous sommes aux frontières de l’Outrevent, depuis mes terres. Il me semble symbolique pour vous, Outreventoise de naissance, de fouler le sol du Ru-d’Argent. Les pieds en territoire de la Magie, le regard posé vers l’Honneur.

Il y avait eu un sourire sincère de la princesse et un silence qui s’étirait de la part d’Abigaïl. Elle avait hésité, un moment, à lui offrir une agréable fête, en dépit de ses obligations, et de se retirer pour ne pas étirer le malaise, mais la flamboyante Chevaucheuse avait repris parole. Gaëtane de la Volte. Elle désirait des informations sur sa chère soeur, duchesse de Cibella. Comment ne pas lui en offrir? La vérité était qu’il y avait bien peu à dire sur Gaëtane : les soeurs ne se parlaient que bien peu, et les dernières rumeurs empruntaient le visage du drame. Lionel de Rivepierre lui avait confirmé que la duchesse désirait leur premier enfant afin d’en faire l’héritière de Cibella. Si Gabrielle aimait Cibella avec férocité, si elle se montrait loyal à son duché, la froideur de Gaëtane lui inspirait quelques méfiances. L’idée de lui céder un enfant, peut-être même deux, alors que son aînée n’avait même pas su aborder ce sujet délicat et épineux de vive voix avec elle, préférant machiner avec ses prétendants - des hommes! -, refroidissait tout désir de réconciliation.

- Ma chère soeur, Sa Grâce Gaëtane, se porte bien. Elle apprécie cette fête de la magie et de la femme autant que moi, si ce n’est plus. Je peux vous assurer que nous sommes toutes deux heureuses de vous savoir à la protection de la Volte, en pareille journée.

Une femme forte en guise de protectrice lors de la fête traditionnelle de Litha, au coeur même de la Volte. N’y avait-il pas plus douce poésie pour le coeur de la Cibellane? Elle n’avait pas menti et s’en sentait soulagée. Il n’y avait aucun doute quant à l’appréciation de son aînée pour la fête propre à Cibella, et l’absence de drame signifiait qu’elle se portait bien, cette duchesse inaccessible.

Autour d’eux, la farandole poursuivait sa route joyeuse et les rires explosaient plus vivement encore. Gabrielle détacha un bref instant son attention de la Chevaucheuse pour admirer les Cibellans en fête. Il lui tardait de profiter des kiosques aux merveilles et de voir dans le ciel les lumières incroyables. Il lui tardait surtout de s’éloigner de Gaëtane, même si elle n’habitait le moment que par cette civilité purement courtoise.

- Je vous souhaite une garde paisible, Abigaïl. Et je leur souhaite des réjouissances sans drame afin qu’ils oublient les échos de la guerre. Ce fut un plaisir de m’entretenir avec vous, plus encore en cette journée qui nous semble parfois sans fin.

Un sourire entendu, et la princesse patienta la courbette protocolaire que la Chevaucheuse lui devait avant de poursuivre sa route dans cette foule bruyante et festive. Elle l’avait vu, l’Embrasée, elle s’était entretenue avec elle, et si la Chevaucheuse lui semblait bien réservée, il n’en demeurait pas moin qu’elle attisait sa curiosité. Les invitations étaient lancées. Il ne restait plus qu’à ce qu’Abigaïl se présente au Ru-d’Argent pour que la princesse puisse l’entretenir sur quelques anecdotes des plus  flamboyantes.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent EmptySam 17 Fév - 14:30

Malgré toute la politesse et la noblesse de Gabrielle de La Volte, la Chevaucheuse ne peut s'empêcher de tirer une légère grimace. Elle ne peut décemment pas refuser pareille proposition, surtout lorsque la princesse de Cibella pense lui faire plaisir en mettant en avant la proximité de son duché natal. Comment lui expliquer très habilement qu'elle renie avec force ses origines ? Qu'elle essaye de ne pas aller en Outrevent sauf si elle y est véritablement obligée ? Elle n'a pas habile avec les mots, Abigaïl. Elle ne sait pas expliquer correctement, a peur de se montrer trop brusque et d'offenser Gabrielle de La Volte, chose qu'elle n'a absolument pas envie de faire. Tu peux juste lui dire poliment. Titou a raison, évidemment, mais la rouquine ne sait pas comment faire. Alors elle préfère ne rien dire. S'incliner doucement et hocher la tête en guise de remerciement. Mieux vaut ne rien dire, au moins, elle n'offensera personne. Mais dans son esprit, Outrevent a été relégué dans le coin le plus reculé. Son corps reste ancré dans le duché de la Magie mais son regard ne se porte plus vers l'Honneur depuis bien longtemps. Comment expliquer à la princesse que l'honneur l'a retenue prisonnière pendants des années ? Qu'il lui a oppressé l'âme et mise dans des situations où elle n'a cessé d'être rabaissée ? L'Honneur, elle en a. Après tout, elle est Chevaucheuse. Mais maintenant, Abigaïl décide à qui va son honneur. À la Caserne. À Cibella. Toutefois, plus jamais elle ne laissera quelqu'un entraver sa liberté. Et jamais plus elle ne se liera sur l'honneur, dans des promesses qui continueront de l'enchaîner au sol. Non, elle a trop souffert pour l'Honneur. Ses prières vont au Destin, vont à Aura mais Levor restera loin de tout ça. Loin de sa liberté.

La suite des propos de Gabrielle finisse de la toucher et elle incline légèrement la tête en remerciement.

-C'est un honneur pour moi, répond-t-elle, humblement.

La rouquine est sincèrement émue par cette marque de confiance. C'est justement un plaisir pour elle de se trouver ici, à encadrer une fête qui célèbre la femme et Aura, dans un duché qui a su l'accueillir à bras ouvert... même si elle a connu un début de carrière plutôt chaotique. Certains continuent de lui rappeler le brasier qu'elle a allumé dans la forêt et Abigaïl l'assume avec humilité, pour une fois. Elle en a payé le prix pendant plusieurs années, a présenté des excuses nombreuses et toutes sincères et sait que ce malheureux quiproquo continuera de la poursuivre toute sa vie.
Finalement la princesse décide de poursuivre sa route. Ses adieux sont d'une exquises politesse. La Chevaucheuse ne peut s'empêcher de penser à Rhaps. Elle saurait quoi dire et l'Outreventoise est sûre que la Compagne trouverait les mots les plus charmants pour prendre congé. Beaucoup moins protocolaire, la Chevaucheuse s'incline donc maladroitement, se répandant en remerciement et souhaitant une bonne fin de journée à la princesse. Elle la regarde s'éloigner quelques secondes avant de reprendre son travail. Elle n'a que trop tardé, même si elle ne pouvait pas refuser une discussion imposée par la princesse de Cibella. Mais maintenant, son travail doit se poursuivre. Elle a des civils à protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La crécerelle d'Outrevent   La crécerelle d'Outrevent Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La crécerelle d'Outrevent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: