AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
Prix cassé sur les baskets Nike LeBron Witness ...
Voir le deal
60.47 €

Partagez
 

 Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyDim 15 Oct - 1:26


Livre II, Chapitre 6 • La Chasse Sauvage
Gaëtane de la Volte & Pénélope de Bellancre

Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées

L'amitié est un plat qui ne refroidit pas




• Date : 27 novembre 1002, début d'après-midi
• Météo (optionnel) : Il caille tahvu !
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Gaëtane et Pénélope, amies de longue date, passent l'après-midi ensemble avant le dîner du Jour des Anciens.
• Recensement :
Code:
• [b]27 novembre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2783-chatoyance-de-noir-chamarre-sur-son-lit-de-plumes-froissees#85913]Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées[/url] - [i]Gaëtane de la Volte & Pénélope de Bellancre [/i]
Gaëtane et Pénélope, amies de longue date, passent l'après-midi ensemble avant le dîner du Jour des Anciens.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyDim 15 Oct - 1:29

« Éooole ! Éoooooole ! »

Les appels d’Elsir qui vole en rond au-dessus de ta tête depuis plus d'une heure se font de plus en plus stridents, et tu ne peux t’empêcher d’adresser un regard suppliant au ciel pour quémander un peu de calme. Évidemment, ton Familier ne fait qu’exprimer l’impatience doublée d’allégresse que tu ressens à l’idée de retrouver ton amie de naguère ; tu lui as même adressé un petit mot l’invitant à venir en avance au dîner du Jour des Anciens, pour passer l’après-midi en ta compagnie et discuter de vos vies. Tu as éprouvé un vif plaisir quand elle a répondu par l’affirmative – et maintenant, tu attends, sur le balcon qui surplombe la salle des portails où tous les visiteurs arrivent, que celui de la Volte s’ouvre pour que ton invitée en émerge.

« Éoooole ! »

Elsir s'égosille de plus belle, et ce qui devait arriver arriva : dès la sortie du portail, dans un roulé-boulé splendide, l’ara ébouriffé et totalement surexcité saute sur le digne macagua, l’envoyant glisser sur le sol avec lui pour lui manifester toute la joie qu’il éprouve de le voir arriver. Toussotant discrètement, comme si tout était parfaitement normal, tu t’empresses d’aller aux devants de Gaëtane, pliant le genou comme toute marquise se doit de le faire devant une duchesse, fussent-elles de duchés différents. « Soyez la bienvenue en ce Jour des Anciens, Altesse. », ânonnes-tu tout haut pour le bénéfice de l’assistance. Puis, un ton plus bas, tu repasses au tutoiement – les années d’amitié ne s’effacent pas aussi aisément de ta nature sincère d’Îlienne, et tu saisis l’une de ses mains entre les tiennes. « Sois la bienvenue, mon amie, après ces années de distance. Je suis ravie de t’avoir un peu pour moi – allons dans mes appartements, veux-tu ? Nous y serons plus tranquilles. »

Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyMar 17 Oct - 20:26

Gaëtane avait peu d’amis autour d’elle. Caractère assez rude, elle s’attachait difficilement aux autres. L’amour rimait avec faiblesse et son cœur était resté de glace depuis la mort de Livien. Alors, ce fut avec une grande joie que Gaëtane reçut le message envoyé par son amie Pénélope.

C’était un peu la panique à la Volte, le mage des portails attendait sagement que les serviteurs aient fini d’aider à la préparation de la duchesse. D'un signe de la main, elle leur fit comprendre son agacement et qu'il était temps pour eux de disposer.

Éole, nous partons.

L’oiseau ne se fit pas prier, il arriva directement et franchit le portail avec Gaëtane. A peine arrivée à l'Académie, c’est sous son regard médusé qu’Elsir entraîna Éole sur le sol. Cela ne semblait pas déranger le volatile, mais Gaëtane regardait tout ceci d’un mauvais œil, toujours tirer par quatre épingles il en allait de même pour le macagua alors le voir ainsi…Gaëtane en avait presque honte.

« Pénélope, très chère. Je vous remercie pour cet accueil. » Elle esquissa un sourire lorsque Pénélope lui saisit les mains. « Est-il toujours aussi…» Elle cherchait les mots appropriés. « enthousiaste ? » Éole et Elsir avaient l’air de bien s’amuser.

Gaëtane écoutait attentivement les paroles de Pénélope, elle était ravie de la retrouver, elles avaient de nombreux souvenirs ensemble à l’Académie - elle en devenait presque nostalgique parfois. « Je te suis. C’est toujours un plaisir de te revoir et de fouler le parvis de l’Académie, à chaque fois je suis subjuguée par la beauté du lieu. »

Tout en marchant à ses côtés, bras dessus bras dessous, Gaëtane commença à discuter, elle avait pris bien peu de temps pour échanger avec Pénélope durant ses dernières années, si bien qu’elle avait dû rater pas mal de détails dans la vie de la mage. « Comment te portes-tu ? Tu as dû être touchée, toi aussi, par l’épidémie qui a envahi tout le continent ? » L'idée de parler politique avec Pénélope n'avait pas effleuré l'esprit de la duchesse, elle savait cette épidémie plus grave que prévue, elle voulait juste être agréable - pour une fois.


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 620681ChienDeBerger
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées Z6jWz9PB_o
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyMar 17 Oct - 23:18

A la question de Gaëtane concernant l’enthousiasme dynamique de ton Familier, tu ne peux t’empêcher de lever les yeux au ciel dans un mouvement évocateur. Oh, il te casse parfois les pieds, ton Elsir si bruyant et mal élevé ; mais c’est la partie de toi qui a grandi les pieds dans le sable de l’Archipel, libre de courir à pleines jambes sans te soucier de ce que tu avais sur le dos. Oui, il est ta liberté, indomptable et sauvage – et tu l’aimes comme il est.

C’est avec un plaisir immense que tu parcours les couloirs au bras de Gaëtane, comme vous aimiez à le faire plus jeunes ; lorsqu’elle était juste princesse, et toi simple petite héritière. Ce lieu c’est un peu ta maison, à présent, bien plus que le manoir de Bellancre solitaire sur la lande… Souriante, tu ouvres la porte de tes appartements pour ton amie, au bruit des vagues qui viennent lécher ta plage personnelle, perpétuellement ensoleillée, avec ce parfum sucré des fleurs chatoyantes de l’Île Fauve. « J’ai été malade, oui, comme tous mes collègues et mes élèves – c’était le chaos, ici, heureusement que nos homologues savants ont pu veiller sur nous. » Tu ne mentionnes pas les expéditions, ces convois menés sur ordre de la Rose Écarlate, ni même la source de la contagion provoquée par une Épine renégate.

De la main, tu invites la duchesse à prendre place dans le fauteuil douillet installé sur un tapis moelleux empêchant le sable de souiller ses beaux atours ; tandis que tu t’installes dans l’autre, au son des aras qui chantent dans le lointain. Sur la table entre vous, du côté de Gaëtane, une théière dodue emplie d’un thé raffiné, et une assiette de biscuits dorés délicatement cuisinés ; du tien, une bouteille de rhum ambré dont le parfum te chatouille les papilles, et un saucisson si gras que le simple fait de le regarder t’a sûrement déjà enrobé légèrement le fessier. Oh ! Tant pis ! On ne vit qu’une fois.

D’un œil rieur, tu croises le regard de ton amie.  « Je partage, si tu veux… assaisonner ton thé. » Un clin d’œil, un sourire en coin – et tu reviens à un sujet plus sérieux. « Et toi ? Tu as été malade aussi, je présume ? Elsir a été d’une humeur affreuse, Éole n’a pas trop souffert, de son côté ? »

Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyDim 29 Oct - 20:42


« C'est très... dépaysant. » Gaëtane n'était pas la plus habituée à ce genre de décor et de paysage. Cibella était connue pour ses étendues de grandes plaines, ses champs cultivés. Cibella, cette terre maîtrisée parfaite opposée à l'Archipel et sa nature sauvage. «  Je te remercie. Agréable comme endroit. J'ai été ravie de recevoir ton invitation. Cela faisait tellement longtemps.. . » Gaëtane s'assit gracieusement se laissant bercer par le chant des aras. Elle profitait de la vue dans les magnifiques appartements de son amie et se laissa tenter par un petit biscuit discrètement. Même si elle ne se l'était jamais vraiment avouée, Gaëtane était gourmande. Oublier ses malheurs en grignotant - un bon moyen de se réchauffer le coeur.

Elle regardait d'un air sceptique le côté de table de Pénélope et les mets soigneusement disposés. Gaëtane était une femme délicate, habituée au thé et aux petits gâteaux. Elle sortait peu des sentiers battus et ne s'aventurait pas en dehors du chemin tout tracé pour elle.  Mmmh. « Ouh, sans façon rien que l'odeur me donne la nausée. Quelle saveur le thé ? » Gaëtane raffolait de vin blanc et uniquement de vin blanc et évidemment le meilleur celui de Cibella. On lui reprochait parfois à Gaëtane cette vision totalement baisée de la réalité : son duché était le meilleur, elle était la meilleure... Un ego surdimensionné. Gaëtane hésita avant de répondre à la question…

 « Oui, ce fut une période compliquée. » Question rapidement éludée, les derniers mois avaient été très durs à appréhender avec la guerre aux portes de Cibella, accepter la faiblesse de la maladie et un pseudo échec de l’Ordre du Jugement dans le fait d’appréhender toutes les possibilités de l’épidémie, voir les liens avec Eole coupés… « Et toi, que deviens-tu ? Tu te plais toujours à l’Académie ? » A comprendre : seule. Sans l’ombre d’un mari et d’enfants autour d’elle, Gaëtane pouvait bien parler et justement, elle savait ce que c’était et n’était pas certaine qu’être entourée d’élèves ou des autres professeurs pouvait suffire à un bonheur.


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 620681ChienDeBerger
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées Z6jWz9PB_o
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyDim 12 Nov - 14:41

Tu es ravie d’avoir ton amie de naguère dans le confort de tes appartements, et c’est avec grand plaisir que t l’installes confortablement. « Lotus blanc d’Erebor !» réponds-tu sur un ton complice lorsqu’elle te demande le parfum du breuvage que tu as préparé pour elle. Un thé raffiné, réservé aux plus délicats des palais, que tes moyens de marquise et ton statut d’Enchanteresse te permettent de t’offrir sans regarder à la dépense. On ne fait pas boire un thé plébéien grossier à la toute-puissante et très gracieuse duchesse de Cibella, enfin !

Vous discutez quelques instants, et tu comprends bien que Gaëtane ne souhaite pas s’étendre sur le sujet. Tu imagines bien qu’il a dû être terriblement difficile pour elle de voir le contrôle lui échapper, elle qui a toujours tenu à être maîtresse de chaque situation, forte et fière dans l’adversité ! C’est une femme de fer, solide comme un roc et vaillante comme Aura descendue des cieux, ta Cibellane de duchesse, et tu as toujours admiré de loin la poigne efficace avec laquelle elle mène les affaires de sa couronne. Tu as entendu dire que l’impératrice Lauriane en personne s’est rendue en Cibella prêter main-forte à ton amie, et tu as accordé quelques points à l’Outreventoise pour avoir la délicatesse de s’être elle-même déplacée, plutôt que de laisser un homme infliger à Gaëtane le suprême affront de prétendre lui venir en aide. Comme si un homme pouvait remplacer la duchesse couronnée !

Si un sourire indulgent accompagne ces pensées, ton attention est rapidement captée par la question de ton invitée. Tu penses deviner le sous-entendu qui s’est glissé derrière, et un instant, tu hésites, prête à parler, avant de refermer la bouche. Tu n’as jamais raconté à personne la naissance de tes filles, à part à Sélène qui est devenue leur mère ; et tu n’as aucune idée de la manière dont Gaëtane recevrait cette révélation. Tu te ressers à boire, pour te donner contenance, avalant une grande gorgée de ce rhum qui réchauffe ton ventre, avant de relever le regard vers elle. « Ma vie à l’Académie me plaît, oui. J’aime enseigner, c’est un réel plaisir – surtout depuis que j’ai pris le rang et les responsabilités d’Enchanteresse de l’Automne. Je ne me plains pas – un jour, je serai peut-être Archimage, qui sait ? J’aimerais cela, je crois. »

Dois-tu lui en parler, ou mieux vaut-il t’abstenir… ?

Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyDim 26 Nov - 20:30

Un léger haussement de sourcil quand Gaëtane entendit la saveur du thé.  « Excellent choix. » Cette dernière approuvait le choix minutieux de sa vieille amie. Elle écoutait les dernières nouvelles de l’ambition de Pénélope.  « Tu es faite pour cela, ça se voit ! Tu as la prestance pour ! » - même en mangeant du saucisson Les paroles de Gaëtane étaient assurées, elle y croyait fermement. Pénélope en avait les capacités, elle était devenue Enchanteresse de l’Automne ce n’était pas un hasard, ni une erreur. C’était un premier pas vers son ascension à un rang plus élevé. Elle était libre comme l’air, Pénélope. Peu de choses la retenaient comme des enfants ou un mari, cela facilitait grandement la situation – et Gaëtane savait de quoi elle parlait. Elle comptait uniquement sur elle et avait le potentiel de son ambition.  «  Le rôle ne peut être tenu que par une femme de toute manière. » dit-elle le plus naturellement du monde. Gaëtane était intimement persuadée que les femmes comprenaient mieux la magie que les hommes, qu’elles étaient nées pour contrôler la magie que c’était un art délicat – pensait celle qui a le pouvoir d’entrave – que seules les femmes étaient capables de maîtriser à la perfection la magie.  « Tu as, quoi qu’il advienne, mon soutien et mon appui ! »

Elle prit quelques instants pour jeter un œil aux mets que Pénélope s’était préparés. .  « Ne te prive pas pour moi de manger ce… » Gaëtane marqua un arrêt. "cette" chose bizarre pleine de gras « saucisson. » Elle avait remarqué que son amie n’y avait pas encore touchée.  Gaëtane prit une nouvelle gorgée de thé et des petits gâteaux qu’elle mâcha tout doucement.  « Succulent ce thé ! »  La Duchesse plongea son regard dans celui de Pénélope, une question la taraudait.  « Et… tu ne songes pas à fonder une famille ? »  Pénélope faisait-elle, toujours partie, comme le pensait Gaëtane de ses femmes indépendantes qui n’avaient pas besoin d’homme ni d’enfant pour se forger leur personnalité ou aspirait-elle non seulement à devenir Archimage, mais également une mère comblée ?


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 620681ChienDeBerger
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées Z6jWz9PB_o
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées LabyrintheBoum


Dernière édition par Gaëtane de la Volte le Sam 13 Jan - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyVen 22 Déc - 1:04

Gaëtane.
Si fière, si forte.

Comme un soleil d’or qui brûlerait avec acharnement dans un ciel d’été, répandant lumière et chaleur dans tout l’empire faë. Que tu l’admires, ton amie si belle, avec son assurance chevillée au corps et la connaissance de sa propre valeur ! Elle a toujours été l’un de tes modèles, plus jeune, et tu te demandes fugacement si elle en a jamais eu vraiment conscience. Sait-elle que l’aplomb légendaire de la marquise de Bellancre lui vient en partie de sa fréquentation assidue d’une duchesse en devenir pendant sa jeunesse ? Tu suis chacun de ses gestes, la moindre de ses expressions – le léger froncement de nez devant le saucisson, le sourcil arqué devant le rhum, et l’élégance suprême de ses mouvements. Cette femme, ce n’est pas un poème, non – c’est une épopée lyrique, avec orchestre et chorale, à la gloire des souveraines de Cibella et des farouches maîtresses du monde.

Chère Gaëtane.
D’une flamme si brûlante qu’elle réchauffe un duché entier.

Ne mérite-t-elle donc pas un peu de bonheur ? Sans forcément d’époux pour accompagner ses jours, au moins un bébé pour arrondir son ventre ? Tu sais bien que le manque d’enfant la ravage, tu imagines parfaitement que l’avenir de Cibella la torture, et qu’elle doit maudire son impuissance de toute la force de son âme. Tu as pleuré pour elle, quand tu as appris la mort de Livien. Tu n’imaginais pas qu’elle demeurerait sans duc à ses côtés. Si elle se doutait avec quelle intensité tu as prié Maari pour elle !

Ô, si chère Gaëtane.
Avec ses questions toujours déconcertantes.

Tu hésites, au bord de la confidence. Tu veux croire que son opinion de toi ne serait pas entachée par ton secret si étroitement gardé. Tu espères que ta révélation n’avivera pas trop la douleur causée par le vide au creux de son ventre. Tu émets le vœu fervent que cela ne changera rien à votre relation – qu’elle te conservera tendresse, affection et confiance. Un sourire un peu timide, si peu coutumier, se dessine sur tes lèvres. Tu ne sais pas vraiment par où commencer. « Il n’est pas question de famille à proprement parler, mon amie, tu sais, mais… Écoute, j’ai quelque chose à te dire. Je n’ai pas fondé de famille, ma douce, mais il y a… j’ai… enfin, deux enfants. J’ai deux filles, Gaëtane. Des jumelles. »

Tu te tords les mains sous la table.
Nerveuse.
Anxieuse.
De son jugement.

Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptySam 13 Jan - 15:45

« Deux comme... » Gaëtane regardait ses doigts comme lorsqu’elle était enfant pour réaliser ce que venait de lui dire son amie. Pas un, mais deux enfants. Des jumelles. En posant cette question, la duchesse était loin d’imaginer une telle réponse. Elle s’attendait plus à ce que Pénélope évoque son désir de gravir les échelons, de devenir Archimage, le fait qu’elle avait peu de temps pour élever des enfants avec son rôle à l’Académie, qu’elle n’avait pas la fibre maternelle… « Oh… » Gaëtane réfléchissait à comment réagir le plus justement possible à la situation. Quelque chose en elle venait de se réveiller, une sensation qu’elle détestait, une douleur enfouie à nouveau ressentie.  Ce manque d’enfant à ses côtés alors que d’autres arrivaient à combler ce vide sans mal.

Puis, une multitude de questions lui vinrent : quels âges ont-elles ? où sont-elles ? pourquoi ne l’avoir jamais évoqué auparavant ? pourquoi maintenant ? qui sont-elles ? comment se nomment-elles ? Le temps s’était comme arrêté, Gaëtane avait bien conscience que cela faisait un petit moment qu’elle était silencieuse. La nouvelle avait été assez soudaine. Elle ne s’y attendait absolument pas. « ...Toutes mes félicitations pour tes jumelles, Pénélope ! Comment s’appellent-elles ? Mages également, je présume ? » lança-t-elle au bout d’un moment, phrase agrémentée d’un petit sourire de réconfort. L’anxiété de son amie ne lui avait pas échappé.

«  Puisses-tu m’excuser pour mes bafouillages peu dignes d’une dame de mon rang, la nouvelle est assez inattendue. »

Oui, elle était heureuse pour son amie si elle-même l’était également. C’était une chose que tu appréciais, jusqu’à présent, chez Pénélope le fait que vous partagiez toutes deux de ne pas avoir d’enfant. Ce n’était plus le cas désormais, mais beaucoup de femmes dans son entourage voyaient leur ventre fécond, s’arrondir mois après mois alors Gaëtane s’y était faite depuis le temps. Fière de voir de futures mages venir au monde.

Elle bu une nouvelle gorgée de son thé encore chaud, mais finalement peut-être qu’il était temps de passer au rhum suite à une telle annonce !   « Je crois que je vais me laisser tenter par une goutte de rhum.  » Elle prit la bouteille et versa quelques gouttes dans son thé le plus naturellement du monde. Certaines questions, Gaëtane se garderait bien de lui poser : pourquoi s’était-elle abstenue jusqu’à présent de lui en parler ? Probablement, pour ne pas lui faire plus de mal, ni créer de nouvelles souffrances inutiles.  Pénélope n’avait pas d’époux et donc Gaëtane pouvait, à juste titre, imaginer la situation dans laquelle était plongée son amie. Elle était quand même curieuse d’en savoir plus sur ses filles cachées et était flattée de la confiance qu’avait mis en elle Pénélope en lui confiant ce secret si bien gardé.


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 620681ChienDeBerger
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées Z6jWz9PB_o
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptySam 13 Jan - 18:08

Tu ne t’es pas sentie autant en porte-à-faux depuis bien longtemps, toi la formidable marquise de Bellancre sans peur et sans reproche, manœuvrant dans la vie comme à la barre d’une de tes vivenefs, sans te préoccuper de l’opinion et du regard des autres. Il est bien rare que tu te sentes aussi vulnérable dans le regard d’autrui ; et seuls tes amis les plus proches sont en mesure d’assembler suffisamment d’informations pour te mettre en danger, si l’envie les en prenait. Avec Gaëtane, c’est différent ; elle est la première à savoir, pour ton double secret – et c’est également la seule personne à avoir su, à l’époque de l’Académie, la teneur réelle de tes escapades en compagnie de Matvei, devenu depuis sénéchal de Hvergelmir. Et tu t’en veux, un peu, de réveiller la douleur que tu lis soudain dans les yeux de ton amie, à cette nouvelle qui ne fait que raviver son propre mal d’enfant !

Silencieuse, tu laisses le flot de questions s’écouler, cherchant comment raconter, comment expliquer. Comment mettre les mots sur ce qui s’est passé il y a dix-huit ans, alors que tu l’as toujours gardé par-devers toi jusqu’ici ? Tu laisses Gaëtane piocher dans ton rhum et assaisonner son thé, ajoutant machinalement un « Si tu veux, j’ai des alcools plus forts planqués ici et là. » Un profond soupir t’échappe, et tu commences à raconter, agrémentant ton discours de gestes épars de la main pour souligner tes mots. « Elles ont dix-huit ans maintenant. Elles ont été élevées par mon amie Sélène, tu te souviens ? La tatoueuse, qui a épousé un Ansemarien et qui est devenue accoucheuse à son installation en Outrevent. » Des détails dont Gaëtane n’a que faire, assurément, mais qui lui permettent de livrer les informations importantes au fur et à mesure, petit à petit, sans brusquer la sensibilité de son amie. « Tu te souviens, cette longue période où j’ai été absente avant notre dernière année ? C’était la fin de ma grossesse. J’ai directement confié les petites à Sélène, et je suis revenue à temps pour la rentrée. Elles n’ont aucune idée de qui je suis. L’une est mage, oui, et même cadette chez les Chevaucheurs depuis peu ; l’autre… est savante, et toujours élève ici. Je te laisse imaginer comme c’est compliqué… »

Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyLun 16 Avr - 23:43

Un sourire s’esquissa sur son visage, des alcools plus forts planqués ici et là… Peut-être pas, elle n’avait pas envie de danser sur les tables Gaëtane – même en compagnie d’une Pénélope qui ne serait pas choquée par la scène. La Duchesse leva les sourcils quand elle entendit le prénom de Sélène, non elle ne se souvenait pas…

Elle l’avait remarquée, la froide Gaëtane plus d’une fois on lui parlait de personnes qu’elle avait connues, mais qu’elle avait oubliées volontairement. Si elles n’avaient pas un tant soit peu de but pour sa vie, si elles n’apportaient pas quelque chose, ces pauvres petites âmes étaient bien vite oubliées, rangées dans un coin de l’esprit de Gaëtane, voire totalement effacées…Elle resta donc de marbre face aux informations énoncées par Pénélope.

Qu’est-ce que le pire finalement : ne pas être mère ? Et donc ne jamais connaître son enfant, ne pas savoir ce que cela fait de le porter dans son ventre, d’enfanter. Ou être mère, mais être loin de son enfant. Ne pas pouvoir le toucher, le prendre dans ses bras, lui dire qu’on l’aime. Oui, ça… Gaëtane imaginait très bien la profonde mélancolie dans laquelle Pénélope était plongée : voir sa fille à l’Académie sans que cette dernière connaisse la vérité.  Un moment Gaëtane resta silencieuse.

« Si je peux me permettre une nouvelle question… Matvei est le père ? » Si Sélène lui était complètement sortie de la tête, Gaëtane n’était pas totalement amnésique quand cela concernait ses années à l’Académie qu’elle chérissait plus qu’elle ne le laissait penser. Loin d'être stupide, elle se souvenait fort bien de la relation entre Penny et Matvei, elle fit rapidement le rapprochement entre les événements...

C’était dur pour elle de réconforter une autre qu’elle-même, elle essaya malgré tout : « Tu peux être fière de tes filles, Pénélope, une future chevaucheuse et une savante. As-tu essayé d’entrer en contact avec elles ? » Elle était donc mère Pénélope,  Gaëtane avait un peu du mal à le croire, mais c’est vrai qu’elle avait tout pour être mère… Elle compatissait à son destin, toutes deux maudites d’un mal différent, mais aux finalités semblables…


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 620681ChienDeBerger
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées Z6jWz9PB_o
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyDim 24 Juin - 20:33

[HJ : Je change de personne en cours de topic, pardon. XD]

Gaëtane intègre l’information, et Pénélope se tient coite, laissant à son amie le temps d’appréhender cette nouvelle qu’elle n’attendait sûrement pas. Elle a tant voulu lui en parler, à l’époque, quand elles étaient jeunes à l’Académie – tout avouer à cette amie un peu hautaine, un peu prétentieuse, prompte au jugement et peu encline au pardon, mais qui avait su accepter dans son cercle proche une fille de l’Archipel jetée en pâture aux règles exigües d’un marquisat austère, loin de ses vagues dansant sous l’alizé tropical, loin de son île aux reflets de fauve sur ses plages de sable fin. Oui, il y avait bien plus de profondeur en Gaëtane que ne le montrait le premier regard, et Pénélope regrette soudain d’avoir laissé passer tant de temps avant de lui ouvrir son cœur. Pour ne pas surcharger celui de la duchesse lors de son deuil, ensuite, certainement ; mais le temps a filé, depuis… Inéluctablement.

Elle relève la tête à la question de Gaëtane, surprise d’entendre le nom de Matvei dans sa bouche. Puis un sourire amusé étire ses lèvres ; la princesse cibellane de l’époque était une fine observatrice, et nul doute que les ébats clandestins de la fille sauvage des mers et son grand échalas des glaces étaient parfaitement connus de la future souveraine de la Volte. Elle hoche la tête, affirmative, une légère rougeur colorant ses pommettes au souvenir de ces mois de passion clandestine, avec la fougue vigoureuse de son adolescence. Puis son sourire se fane, lorsque la souveraine lui demande si les filles sont au courant, et cette fois c’est dans l’autre sens qu’elle secoue la tête.

« Je n’ai pas cherché à leur en parler ; elles ne me connaissent pas, et je ne souhaite pas m’immiscer entre Sélène et elles. Quant à Matvei… Je ne lui ai rien dit. Quand je suis revenue à l’Académie, souviens-toi, il en était parti, et Valkyrion aime si peu les mages que… J’ai préféré ne pas remuer les cendres du passé. Même si… je peux bien te l’avouer… je n’ai jamais cherché la compagnie d’un autre homme. Je ne peux pas l’oublier, même après tout ce temps, tu comprends ? »

La voix de Pénélope a baissé jusqu’à n’être plus qu’un murmure. Une part d’elle lui souffle que son amie comprend – qu’elle-même, sûrement, n’a jamais vraiment souhaité remplacer Livien.

Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyLun 16 Juil - 21:55

Beaucoup croyaient que Gaëtane ne pensait qu’à elle – oui, ils n’avaient pas tort… Mais parfois, dans une brève étincelle de bonté elle pensait un peu aux autres. Juste ceux qu’elle jugeait aptes à mériter son attention. Pénélope faisait partie de cette élite dont Gaëtane aimait s’entourer. Elle faisait partie de ses proches, de ceux dont elle avait confiance.  Ceux dont elle serait attristée s’ils venaient à disparaître.

Un sourire de victoire se dessina sur les joues de Gaëtane. Elle aimait gagner, la Duchesse. Elle aimait avoir raison. Elle aimait être « la plus forte » et là, elle était contente d’avoir vu juste dans tout ceci. Puis, son visage redevint grave lorsque les traits de son amie se fanèrent.  Elle baissa la tête Gaëtane, oui, elle comprenait que trop bien le fait que Pénélope ne veuille que les bras de Matvei et d’aucun autre.  

« Oui, je comprends mon amie. Plus que tu ne le penses. »

Gaëtane ne voulait pas particulièrement s’aventurer sur cette pente houleuse d’évoquer sa propre expérience, de parler de Livien – elle s’était emmurée dans un silence impénétrable sur ce sujet et encore moins sur sa succession. Cette pensée la hantait nuit et jour.

« Je le vois dans ton regard, dans tes expressions, ne me le cache pas. Tu regrettes ce geste : ne jamais avoir donné de nouvelles à tes filles. Tu devrais, tu sais. Le temps file, Pénélope, je ne t’apprends rien, n’en perd pas plus. Elles comprendront – ton silence, ce que tu n’as jamais dit, ce que tu aurais pu faire et que tu n’as pas fait, ton retour dans leur vie. Tu sauras faire les choses correctement pour que toutes, vous y trouviez votre compte, j’en suis certaine ! »

Agir pour ne jamais regretter.
Vivre comme si c’était le dernier jour.

Gaëtane venait de lui promulguer le plus précieux conseil qu’elle pouvait lui donner. Elle comprenait pourquoi son amie avait agi ainsi durant tant d’années. Elle avait la chance d’avoir des enfants, Gaëtane pouvait difficilement fermer les yeux et lui conseiller de rester un instant de plus dans l’ombre.  Elle plongea son regard des plus sérieux dans celui de son amie. Elle devait agir, cela faisait dix-huit maintenant elles étaient assez grandes pour encaisser la nouvelle.


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 620681ChienDeBerger
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées Z6jWz9PB_o
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyMer 25 Juil - 1:31

Parfois, Pénélope a du mal à soutenir le regard de Gaëtane – cette femme impitoyable, duchesse de Cibella, reine incontestée et main solide dans un gantelet d’acier. Qu’elle est impressionnante, parfois, cette porteuse de couronne au cœur que la rumeur prétend de pierre mais qui est simplement bardé de fer pour se protéger ! En cet instant, le sérieux rigoureux qui empreint le regard de la duchesse imprègne son aura d’une solennité inaltérable que la marquise peine à supporter, tant il contient de certitudes qu’elle n’est pas prête à accepter. Gaëtane de la Volte, née sur les marches du trône, souveraine de plein droit ; Gaëtane veuve et sans enfants, affligée d’une cadette insipide et d’un cadet trop insouciant. D’un geste instinctif, sans pouvoir contenir son impulsion, Pénélope contourne la table et enserre son amie dans ses bras, la serrant contre elle un instant, sans considération pour le thé renversé qui imbibe soudain le tissu de leurs robes. Elle est peu démonstrative dans la rigidité de ses fonctions, la très respectable Enchanteresse de l'Automne ; mais parfois, le souvenir de son enfance dans l'Archipel se réveille et le contact simple d'un autre humain lui manque affreusement.

« J’aimerais avoir ton assurance, mon amie – je ne suis que doutes et hésitation. Je ne sais pas comment aborder le sujet avec Matvei ; et encore moins comment approcher Aurore et Astrée pour leur en parler. Ce sont des Outreventoises, Gaëtane – toi-même, tu connais leur rigidité impossible, comment pourraient-elles accepter être nées d’étreintes adolescentes en dehors des liens du mariage ? Comment pourraient-elles accepter de m’avoir pour mère, moi, la sauvage venue des îles ? La vérité, mon amie, c’est que je leur ferai honte ; ne vaut-il mieux pas laisser les choses demeurer telles qu’elles le sont depuis leur naissance ? Et Matvei, comment réagirait-il… ? J’ai peur de le perdre avant même d’avoir pu le retrouver, Gaëtane. »

Elle reste accrochée aux épaules si robustes de la duchesse, Pénélope toute éperdue, n’osant croiser à nouveau le regard de son amie, de peur du jugement sans appel qu’elle pourrait y lire.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Modo
PNJ • Modo
La Fatalité
La Fatalité

Messages : 858
J'ai : /
Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées EmptyDim 2 Sep - 1:22

Sans réponse depuis plus d'un mois, RP corbeillé.
Envoyez un MP sous Géralt pour le sortir des archives. :oui:


♦ Je suis le PNJ utilisé par les modératrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées   Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Chatoyance de noir chamarré sur son lit de plumes froissées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] L'éclair noir [DVDRiP]
» [UploadHero] Rambo III [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: