AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-39%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
229.99 € 379 €
Voir le deal

Partagez
 

 Si ce n'est toi, c'est donc ton frère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyMer 18 Oct - 22:01


Livre II, Chapitre 6 • La Chasse Sauvage
Melsant de Séverac & Mélusine de Sylvamir

Si ce n'est toi, c'est donc ton frère

Tendrement aimé, qui hante mes prières !




• Date : 24 octobre 1002
• Météo (optionnel) : On s'en fiche, on est dedans. :geu:
• Statut du RP : Privé
• Résumé : À l'occasion d'une semaine de permission à Lorgol, Melsant s'en vient rendre visite à Mélusine à la tour de Sylvamir.
• Recensement :
Code:
• [b]24 octobre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2800-si-ce-n-est-toi-c-est-donc-ton-frere#88130]Si ce n'est toi, c'est donc ton frère[/url] - [i]Melsant de Séverac & Mélusine de Sylvamir[/i]
À l'occasion d'une semaine de permission à Lorgol, Melsant s'en vient rendre visite à Mélusine à la tour de Sylvamir.











Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyMer 18 Oct - 22:07

« Melsant ! »

Le cri a résonné dans l’escalier de la tour de Sylvamir – les mains sur la bouche, l’écho de sa stupeur incrédule vibrant dans l’air, la baronne se tient en haut des marches, les yeux écarquillés, fixés sur la silhouette qui se tient au pied des degrés et lève vers elle un regard malicieux. Melsant ! Son frère aîné aveuglement adoré, son héros des champs de bataille, le seigneur des cieux que Soie élève au-dessus des nuées, le protecteur de son enfance, l’épaule attentive et les genoux accueillants, l’indulgence souveraine qui lui pardonne tous les excès, l’un des piliers centraux de sa vie – son grand frère est là, juste devant elle !

La surprise est intense, et elle reste là un instant, à cligner des yeux comme l’une de ses chouettes favorites qui se serait laissée rattraper par le lever du soleil. Puis le déclic se fait – elle sait que Grâce est à Lorgol, cette semaine, Agathe l’a prévenue que sa mère risquait de passer la voir, ou qu’elle s’en irait lui rendre visite – mais c’est évident ! Une escapade en amoureux à la capitale des lumières, voilà sûrement le fin mot de l’histoire, et Mélusine lâche son visage pour serrer les mains sur son cœur, sautillant gaiement sur place deux ou trois fois au bord des marches sous l’effet de l’enthousiasme. Puis elle bat des mains quelques secondes, applaudissant avec ravissement l’initiative de son aîné, et prend son élan pour dévaler les degrés à toutes jambes au mépris de la plus élémentaire prudence. Tant pis – les enfants ne sont pas là pour la voir faire, et elle a le droit – Melsant est là !

Dégringolant presque les marches, Mélusine saute carrément les trois dernières – pour sauter tout court dans les bras de son frère qui la rattrape dans une pirouette virevoltante, envoyant valser ses jupes dans un froufrou ravi, comme lorsqu’elle avait six ans et qu’elle se jetait à son cou avec toute la vigueur de ses petites jambes. Elle a grandi, depuis, certes – mais la musculature de Melsant s’est nettement étoffée également, et c’est sans difficulté qu’il supporte l'étreinte enfantine par sa cadette, qui en ronronnerait presque de contentement. C’est presque au pas de course qu’elle l’entraîne des deux mains vers son petit salon préféré à la tour de Sylvamir, un charmant boudoir au charme désuet qu’elle investi et que Hiémain lui a concédé avec plaisir. « Je n’arrive pas à croire que tu sois là, c’est – c’est merveilleux ! Est-ce que tu veux boire quelque chose, manger un morceau ? Tu es fatigué ? Tu restes dîner ? Oh dis, dis, tu veux voir mon bébé ? »

Le parfaitement parfait bébé Meldred est sûrement en train de dormir – mais ce n’est pas un problème, ce bébé heureux a le sommeil si lourd qu’une canonnade dans la pièce ne le réveillerait sûrement pas. Et puis, il serait sûrement content d’être bercé par son tonton, ce petit !

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyDim 29 Oct - 14:47

Même si la guerre n'avait jamais cessé, les combattants avaient le droit à quelques permissions de temps à autres. Il fallait également prendre grand soin des griffons qui avaient besoin de repos et d'être régulièrement soignés et chouchoutés. Perdre un griffon était une tragédie sans nom. Melsant avait gagné le droit de se retirer quelques jours. Et il avait profité de la mission de Grâce à Lorgol pour la suivre et rendre visite à sa chère Mélusine. Sa famille lui manquait. Il avait été durement éprouvé lors de la tragédie en Valkyrion. Ses proches avaient été blessés. Mélusine avait même été évacué. Grâce avait échappé de peu à une intoxication par les flammes. Il avait retrouvé ses filles, avait veillé sur elles, comme promis. En parlant de ses filles... Grâce allait leur rendre visite également. Sans doute officialiser la relation entre Melsant et elle. Ils étaient fiancés après tout.

En attendant, il se rendit à la tour de Sylvamir dés qu'il le put. Et son cœur se mit à battre la chamade quand il entendit la voix adorée de sa sœur qui criait son nom avec enthousiasme. Et surprise. Il lui décocha un grand sourire alors qu'elle s'était figée. Mélusine pouvait être terriblement impressionnante avec sa froide et délicate beauté, sa grâce naturelle. Presque royale. Mais dés lors qu'elle était avec son frère, elle redevenait une petite fille et oubliait toute manière. Et cela ne loupa pas. Il la vit trépigner avec ravissement, avant qu'elle ne relève ses jupes et ne dévale les escaliers avec une rapidité qui lui fit craindre qu'elle ne loupe une marche et ne tombe.

Et elle s'envola littéralement aux dernières marches pour se jeter dans ses bras. Des bras qu'il avait ouvert pour l’accueillir, la recueillant contre lui, l'enfermant dans son étreinte avant de tourbillonner sur lui-même, profitant de l'élan impulsé par Mélusine. Il rit aux éclats de la sentir contre lui. « Oh que c'est bon de te serrer contre moi ! » Il inspira profondément son parfum, avant que le petit ouragan ne lui prenne les mains pour l'entraîner à sa suite dans un petit boudoir et l'assaillir de questions. « Ah j'ai fait un long voyage, je vais naturellement abuser de ton hospitalité pendant quelques heures, voire même une nuit. »

Il était heureux, le cœur léger, mais moins excité que sa cadette qui le faisait rire pourtant à sauter partout comme une puce. « Pose toi une minute Mélu, que je te regarde. » Juste une minute. Il aurait pu la perdre. Il embrassa alors son front avec tendresse, avant de reprendre : « Alors où est mon neveu ? »

Spoiler:
 



Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyDim 12 Nov - 13:36

Une nuit ! Il reste dîner, il reste dormir, elle le verra toute la soirée, et même au petit-déjeuner du lendemain – ô merveille, ô félicité, ô Destin généreux, sois remercié pour ta bonté ! Il s’est passé tant de choses ces derniers temps que Mélusine ne sait même pas par où commencer – elle a tant de choses à raconter, et tout autant de choses à ne surtout pas divulguer. Son instinct lui souffle que, peut-être, son grand frère si attentif et protecteur n’approuverait pas spécialement ses aventures sous les voiles sombres du Fou Noir, quand bien même son objectif est noble et son idéal digne d’être défendu. Et puis… Et puis, il y a toute cette histoire avec Alméïde, et la triste résignation qu’elle porte chevillée au cœur depuis qu’elle a refusé sa demande en mariage, et dont elle n’a soufflé mot qu’à Melbren. Oh, elle est bien certaine que Melsant ne la jugerait pas ; mais sa vision d’Alméïde, future épouse de Castiel, en serait peut-être affectée, et Mélusine ne tient pas à compliquer l’entrée de sa tendre amie dans la famille. Alors elle sourit, s’étourdissant d’une gaieté peut-être un peu exagérée, mais nécessaire pour préserver ses mille petits secrets ; elle se répand en tapage et en mouvement, focalisée sur ce qui lui fait du bien : et incontestablement, la venue de Melsant est un immense bien.

Docile soudain à la demande de son aîné, elle se laisse regarder, puis se perd dans une étreinte fraternelle tandis qu’il embrasse son front – comme lorsqu’elle avait dix ans et qu’il venait s’assurer que ses cadettes allaient bien à la fin de la journée. C’est rassurant, un câlin de Melsant : ça veut dire que, malgré la folie et le chaos qui dévastent le monde à la première occasion, il y a toujours un endroit où elle sera toujours acceptée et protégée. Un instant, elle le serre fort contre elle, rassurée oui, de le sentir en pleine santé malgré les dangers qui le guettent. Comme Maximilien et Ismalia doivent s’inquiéter pour leur couvée éparpillée aux quatre vents d'Arven… !

Puis Mélusine se recentre sur la priorité du moment : exhiber le plus parfait bébé du continent à l’aîné de ses oncles. Passant la tête dans le couloir, elle constate que Perrine, la très compétente première servante, a déjà demandé à deux serviteurs affairés d’apporter à boire et à manger, et qu’elle-même suit le cortège avec le bébé dans le bras, qu’elle remet à la maîtresse des lieux avec une petite courbette et un sourire presque complice. Se notant mentalement de veiller à récompenser dignement tant d’efficacité, Mélusine a tôt fait de déposer l’enfant endormi dans les bras de Melsant, l’interrogeant avec une fierté maternelle débordante. « Je trouve qu’il ressemble un peu à Melbren, quand il était petit ! Tu ne trouves pas ? Tu dois t’en rappeler mieux que moi ! » Pour autant qu’un bébé de presque huit mois puisse manifester de ressemblance, évidemment…

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyDim 19 Nov - 19:15

C'étaient ces moments là qui étaient précieux. Malgré les années qui passaient, malgré que la fratrie soit éparpillée aux 4 vents, toujours les enfants Séverac savaient se retrouver et s'adorer comme avant. Se protéger et se soutenir, malgré leurs choix de vie aussi différents que possible. Et que l'étaient leurs personnalités. Et c'était un petit havre de paix et un cocon de sûreté dans cette guerre qui faisait rage et déchirait le continent. Sa sœur avait été blessée lors des événements de Svaljärd. Il avait eu peur pour elle. Il avait eu peur pour tous les êtres chers à son cœur. Et paradoxalement, c'était également lors de cet événement tragique qu'il s'était fiancé à grâce, de la plus étrange des façons...

Il prit le temps d'admirer sa cadette tout de même, gravant une fois de plus ses traits dans son esprit, alors même qu'il les connaissait par cœur. Il avait passé tant d'heures, de jours, avec ses turbulentes et adorables petites sœurs, se battant pour avoir son attention et se faire câliner, pour grimper sur ses genoux et l'écouter leur conter quelques histoires héroïques ou légendes d'antan. Désormais, ils étaient tous adultes. Mais à voir la façon dont Mélusine avait trépigné et s'était jetée dans ses bras comme quand elle était enfant, il était permis d'en douter parfois. Il avait toujours été trop sérieux et adulte avant d'en avoir l'âge.

Sans que Mélusine n'ai besoin de dire quoique ce soit, le ballet des serviteurs se mit en place avec efficacité. Il ne doutait absolument pas de la capacité de Mélusine d'être une excellente maîtresse de maison, mais cela se confirmait alors qu'on lui apportait son fils. Qui atterrit directement dans les bras de son oncle qui le prit avec une émotion qui ne s'atténuait pas avec le temps. Il voyait trop rarement Meldred, à son grand regret et avait l'impression de passer totalement à côté de ces petits moments privilégiés. Mais il n'était pas son père après tout... Juste son oncle. Il se souvenait encore du mariage de sa sœur. Quand il avait du la confier à un autre homme. Cela avait été difficile, remuant bien des choses chez le Voltigeur. « Il est magnifique... Et il change beaucoup trop vite. A ce rythme, la prochaine fois que je le verrai, il marchera et vous fera tourner en bourrique. » Et cela réveillait également la fibre paternelle de Melsant, il ne pouvait l'ignorer... Il le tenait avec une extrême délicatesse, mais également fermeté. Ressemblait-il à leur cadet ? Peut-être. Il fouillait dans sa mémoire, cherchant à se souvenir de Mélusine et Melbren à cet âge, mais sa mémoire lui jouait des tours. « J'espère qu'il le fera, ce ne serait que justice. » Il sourit et regarde l'enfant, lui caressant la joue du doigt : « Hein que tu vas venger tonton ? Je compte sur toi ! »

Spoiler:
 



Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyMer 27 Déc - 19:39

Pleine d’une fierté débordante, Mélusine décrit des cercles méthodiques autour de son aîné, telle une abeille prise de folie, émettant mille petits sons et roucoulements typiques des mères de famille exhibant leur progéniture adorée. Qu’elle est fière ! Immensément, de voir son tout-petit s’éveiller dans les bras solides de Melsant, tendant ses petits poings potelés pour tenter d’agripper les lacets de cuir de sa tenue. Regarde, semble dire son regard attendri, regarde, grand frère : c’est moi qui l’ai fait. Meldred babille, encore un peu endormi, mais avec la gaieté naturelle des enfants heureux, et la paisible tranquillité des bébés toujours joyeux. C’est un sourire un peu vague qui répond à celui du Voltigeur, doublé d’un gazouillement béat. Mélusine sent son cœur fondre d’amour devant son fils – jamais pourtant ne s’est-elle envisagée mère avant de le devenir. Pendant ses années d’adolescence, c’est Mélisende que tous pressentaient comme probablement future mère dans les proches années, tandis que la majorité de la famille s’accordait à reconnaître qu’une Mélusine mère signerait probablement le début de la fin du monde. Trop turbulente, trop capricieuse, trop légère – incapable de se fixer, papillonnant à tout va, follement éprise de sa liberté.

Et pourtant.
Cela n’a pas pris si longtemps, une fois la herse de Sylvamir enfoncée et le fiancé dignement conquis au milieu de sa parentèle féminine. Agathe et Arsène sous la tutelle du couple, puis un mariage discret à Lorgol, et une fête plus conséquente en Valkyrion ; et la naissance enfin du bébé le plus parfait du monde… et voilà, le cœur de Mélusine vibre à présent des inquiétudes et des joies d’une mère. La remarque de Melsant sur les tracas causés par l’enfance de ses cadets lui tire d’ailleurs un sourire nostalgique, et c’est d’un ton faussement indigné qu’elle renchérit avec une mauvaise foi superbe. « Tourner en bourrique ? Nous étions simplement pleins d’enthousiasme, c’est tout ! D’ailleurs, Mélisende et moi étions loin d’être aussi turbulentes que Melbren et Castiel. »

C’est vrai que ça n’a pas dû être facile tous les jours, pour l’aîné de la fratrie. Là où ses cadets, de sang comme de cœur, ont eu la chance de grandir par paires, lui a toujours été seul pour veiller sur eux tous. Prise d’un élan d’affection, Mélusine enlace tendrement son frère, posant la tête contre son bras, coulant un regard de comédienne éhontée entre ses cils, laissant cette fois un trémolo larmoyant se glisser dans sa voix. « Et moi, alors ? Quand aurai-je le privilège d’être enfin tata ? Je sais bien que l’enfant de Castiel et de sa duchesse blonde ne tardera plus, mais… ce n’est pas tout à fait pareil, ce sera un prince. Ou une princesse. Un enfant qui sera certainement plus gâté que réellement éduqué par son père. Toi, c’est différent. Tu seras un père merveilleux, tout à fait comme papa l’a été pour nous : je sais déjà que tu as la patience pour ça. », conclut-t-elle en serrant son frère contre elle.

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyVen 12 Jan - 16:38

Tenir cet enfant, son neveu, dans ses bras, réveillait beaucoup de sentiments chez le Major. Des souvenirs, bien entendus, même s'il était alors très très jeune, et qu'ils étaient assez vagues, mais aussi, des envies. Grâce avait déjà de grands enfants, qui n'étaient pas loin de l'âge de convoler pour certains. Elle avait déjà eu une vie, avant de profiter d'une seconde avec lui et il savait qu'elle n'était pas vraiment emballée à l'idée d'avoir de nouveau des enfants, peu enthousiasmée par son expérience passée, avec son époux belliférien qui l'avait bridée. Mais les choses seraient différentes avec Melsant... il n'avait rien de commun avec cet homme violent qu'elle avait fui et fait assassiner. Il saurait faire d'elle une mère aimante et attentionnée, ne serait-ce que parce qu'elle serait elle-même aimée et entourée. Il ne voyait pas Grâce devenir mère au foyer, bien évidemment, et il ne lui demanderait jamais. Il ne couperait pas les ailes de sa Voltigeuse. Il n'osait pourtant parler de ce désir à personne. Il se souvenait de la rencontre entre ses parents et Grâce, un peu mouvementée. Il ne voulait pas qu'elle soit mal jugée.

Il sortit de ses pensées, pour plaisanter au sujet de leur enfance, de ce neveu qui grandissait, qui serait sans doute turbulent quand il marcherait, de quoi donner des cheveux blancs à ses parents. Les jumelles aussi avaient été turbulentes, leur cible favorite étant leur grand frère, forcément. Sa sœur lui rétorqua d'ailleurs qu'elles étaient moins agitées que leurs frères. Hum... possible. « Ils faisaient leurs bêtises dans leur coin, vous, vous sembliez adorer me prendre pour cible. » Deux par deux. Sauf lui... Peut-être que cela aurait pu être si Meldred... Il repoussa cette pensée alors que sa sœur l’enlaçait, comme si elle avait suivi ses pensées. Ce ne fut que pour mieux botter en touche en demandant quand il aurait lui-même ses propres enfants. D'abord Mélusine, puis Castiel. Au final, c'étaient les enfants qu'on pensait les moins aptes à être parents qui l'étaient en premier. Et lui, traînait toujours. Même si maintenant, il y avait une dame dans ses pensées et son cœur et que tous le savaient et ne se privaient pas d'en parler. « Quand Grâce et moi serons prêts... Nous sommes Voltigeurs, nous avons des responsabilités, elle a ses filles... C'est un peu compliqué. » C'était très compliqué. Il répondait avec prudence, touché pourtant par la confiance aveugle de sa cadette. « Mais c'est vrai que je ne serais pas contre d'avoir mon propre enfant... Ce qui ne m'empêchera pas de gâter mon neveu et le futur enfant de Castiel... une fille, ce serait bien, non ? » Détourner la conversation ? Mais non, pas du tout, quelle idée !



Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptySam 13 Jan - 17:34

Il y a une éternité de souvenirs qui défile dans la pièce, vestiges d’un temps passé où Mélusine adorait enquiquiner Melsant et monopoliser son attention. Combien de disputes amicales ont pu se dérouler entre les jumelles, pour savoir laquelle des deux aurait le privilège de l’épouser quand elles seraient grandes ! Elles avaient fini par conclure un pacte de partage équitable, jusqu’à ce que Maximilien passant par là un soir ne tue leurs espoirs dans l’œuf et ne brise leurs petits cœurs. Quelle injustice, que cette interdiction formelle d’épouser leur grand frère ! Du haut de leurs six ans, il leur avait fallu un petit moment pour s’en remettre, avant d’en conclure que cela ne les empêchait pas de réclamer son attention à tort et à travers. Mélusine, notamment, avait pris à cœur de persécuter son aîné à tout bout de champ, grimpant inopinément sur ses genoux pour espionner ses cours et ses leçons, voire ses discussions avec leur père, s’imposant sans vergogne comme un petit animal de compagnie envahissant.

Les filles de Grâce font une entrée inattendue dans la conversation, et Mélusine sursaute légèrement. Compliqué, c’est le mot, oui – Agathe semble éprouver de grandes réticences à renouer véritablement le contact avec sa mère, et la baronne ne sait plus vraiment comment argumenter pour l’inciter à ne pas couper totalement les ponts. Et si la fantasque marquise n’a aucun doute sur les capacités parentales de son frère tant chéri, la fibre maternelle de Grâce la laisse nettement plus sceptique. Comment être sûre que, cette fois, elle ne fuira pas à nouveau ses responsabilités loin du foyer familial ? Elle comprend les raisons de sa fuite de Bellifère, bien évidemment ; mais il ne faudrait pas que la Voltigeuse la plus controversée de l’escadron récidive et plante à nouveau mari et enfants. Se promettant par-devers elle d’y être vigilante, Mélusine se contente d’étreindre son frère, priant de tout son être pour qu’il trouve enfin le bonheur familial qu’il mérite. D’un sourire indulgent, elle laisse passer sa tentative de changement de sujet – lorsqu’elle a une idée en tête, il est notoirement compliqué de l’en détourner, et Melsant le sait mieux que personne.

« Vous avez tous deux vos responsabilités, c’est vrai. Tu sais que tes enfants seront toujours les bienvenus à mon foyer, si jamais vous aviez besoin de les confier à quelqu’un de la famille pendant une période donnée. Père et Mère seraient ravis eux aussi – Mère ne le dit pas, mais ses yeux pétillent tant quand Meldred est dans ses bras, je sais que le contact des tous-petits lui manque. J’ai hâte, sais-tu ? Que tu sois enfin entouré de la famille aimante que tu mérites. Ton célibat m’inquiétait, tu l’as forcément deviné. As-tu déjà parlé de… tout cela, avec Grâce ? De mariage, de ton marquisat, de l’avenir de Séverac ? Et des enfants que vous aurez sûrement, si elle consent à te les donner ? »

Est-ce qu’elle sait, ta jolie promise, les attentes que nous poserons sur elle ?


Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyMer 17 Jan - 12:00

Mélusine n'était pas sans ignorer les problèmes relationnels entre Grâce et ses filles. D'ailleurs, leur mention ne la laissa pas de marbre. Elle avait pris Agathe sous son aile. Il espérait sincèrement qu'elle encourageait la jeune fille à se rapprocher de sa mère, à la comprendre et lui pardonner. Même si Mélusine pouvait désapprouver le comportement de la Voltigeuse. Il serait terrible que la jeune Agathe préfère à sa mère biologique, sa tutrice, non ? Ce serait une situation intenable pour Melsant que de voir la fille de sa fiancée... femme un jour, préférer sa propre sœur. Et cela peinerait sa Voltigeuse, même si elle ferait tout pour ne rien en montrer.

Cependant, il se trompait lourdement s'il pensait que sa petite sœur allait changer de sujet et ne pas remarquer sa tentative un brin désespérée pour parler d'autre chose. Bon et bien, puisqu'il fallait en passer par là... « Je sais cela. » Il pouvait compter sur sa famille pour prendre soin de la descendance des Séverac. Pas par devoir, mais par envie et plaisir. Il aurait adoré pouvoir proposer lui aussi de prendre soin de son neveu et de l'enfant à naître de Castiel, mais il n'était pas souvent chez lui. Ce n'était pas un environnement très stable. Et il avait envie d'être un père présent dans le futur. Du moins, autant que possible... Devrait-il renoncer à Voltiger ? Jamais. Et il n'exigerait pas la même chose de Grâce. Si bien que leurs enfants, s'il y en avait, auraient besoin d'une nourrice pour suppléer. S'ajoutait à cela le fait qu'ils n'étaient pas du même Vol... Séparés géographiquement... Il y avait bien des choses à réfléchir et mettre en place pour l'avenir. Il n'avait pas choisi la simplicité.

« Je ne suis pas étonné, Mère a été formidable et doit être heureuse de pouvoir recommencer. » Et pourtant, l'émotion l'étreignit quand Mélusine lui avoua avoir hâte qu'il fonde la famille qu'il mérite. « Je suis déjà entouré d'une famille aimante, Mélu... » Il les avait eux... Ses parents, ses sœurs, ses frères. Il n'était pas un laisser pour compter, loin de là. Mais c'était biaiser, il savait bien ce qu'elle voulait dire par là. « Je crois que mon célibat a inquiété tout le monde. Mais cela vous a permit de parier pendant des années, non ? » Il n'était pas dupe à ce sujet. « Rapidement. Mais nous ne nous sommes pas vraiment posés pour l'aborder. » Il soupira alors qu'il devinait ce que sa sœur ne disait pas. « Tu sais, Père et Mère ont été assez clairs à ce sujet quand ils l'ont rencontré. Au sujet des enfants je veux dire. » Rien qu'à ce souvenir, à Svaljard, lors des festivités, il grimaça. Cela ne s'était pas passé aussi bien qu'il l'aurait souhaité. Il regarda sa cadette et plissa les yeux : « Ils t'en ont parlé ? »

Spoiler:
 


Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptySam 3 Fév - 13:27

Un sourire faussement innocent illumine le visage de Mélusine lorsque Melsant évoque les paris familiaux. Paris censés se tenir dans son dos ; mais cela dure depuis si longtemps qu’il a forcément fini par remarquer le curieux manège du reste de la famille. Cela avait commencé innocemment pourtant, comme de simples hypothèses partagées d’une jumelle à l’autre, leurs têtes brunes penchées l’une vers l’autre et chuchotant leurs points de vue respectifs. Puis les petits s’en étaient mêlés – petits encore adolescents à l’époque, mais déjà bien éveillés quant à l’importance cruciale du sujet. La vie privée de Melsant devint un sujet de débat général lorsque Maximilien et Ismalia s’en mêlèrent, tentant vaillamment de protéger les secrets de leur aîné, mais sans grand succès tant la curiosité les tenaillait également. Et voilà, des années plus tard, que le fin mot de l’histoire est révélé ! Mettant un terme aux spéculations familiales acharnées, au plus grand bonheur des parents et de toute leur couvée. Pour toute réponse, la turbulente baronne serre un peu plus fort son frère contre elle, gardant un œil vigilant sur bébé Meldred qui mâchonne gaiement entre ses gencives la manche de son oncle en bavant abondamment, clairement ravi d’occuper une nouvelle paire de bras. C’est sa nouvelle occupation préférée : depuis qu’il commence à faire ses dents, il mâchonne toute pièce de tissu passant à portée de ses minuscules deux premières quenottes de devant.

Puis Melsant évoque la rencontre de Grâce avec leurs parents, et Mélusine retient un fou rire nerveux sous le regard inquisiteur de son aîné. « Un peu. », confesse-t-elle, hilare. Les mots assez crus d’Ismalia en racontant l’entrevue ont été tempérés par l’indulgence flegmatique mais bienveillante de Maximilien, et la marquise a bien hâte de pouvoir poser ses propres questions à la mère d’Agathe. Reprenant son sérieux à grand-peine, elle tapote gentiment la joue barbue du Voltigeur, un sourire complice au coin des lèvres. « Si cela peut te rassurer, Hiémain a subi un interrogatoire en règle l’année dernière, au couronnement de la princesse Chimène en Faërie. Papa a été très accueillant, mais Maman a posé beaucoup de questions. Des questions très détaillées. Mon pauvre Kyréen, il était si gêné, même s’il a fait bonne figure – j’imagine que pour ta Belliférienne, c’était à peu près pareil. Et encore, dis-toi que moi j’étais fâchée avec Castiel, à ce moment-là, il n’a pas eu la liberté de s’y intéresser de trop près – en ce qui te concerne ce n’est pas le cas, et je suis sûre et certaine que notre petit frère va se pencher sur le cas de Grâce avec beaucoup de… concentration. »

Et ce sera sûrement un désastre, au vu de la subtilité habituelle de Castiel avec son étrange cellule familiale adoptive… Melsant devrait sûrement prévenir sa farouche fiancée que le duc de Sombreciel en personne se sent personnellement concerné par leur mariage. Si ce n’est pas déjà fait, d’ailleurs – Melsant étant tout même plutôt prévoyant pour anticiper les lubies de sa fratrie…

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyMer 7 Fév - 19:52

Il fit la grimace, le fier major d'Euphoria, alors que sa cadette cachait difficilement son rire. Ah... Évidemment, elle avait entendu parler de cette rencontre... Il se demandait bien en quels termes au juste d'ailleurs, vaguement inquiet. Si Maximilien avait tempéré les choses, son épouse s'était montrée plus inquiète concernant la futur de son fils aîné. « Ce n'était pas drôle tu sais. » Il répondit avec un air un peu guindé. Pas drôle du tout alors qu'il s'était retrouvé tiraillé entre son affection pour ses parents et son amour pour Grâce, qu'il avait du osciller entre le fait de défendre la Voltigeuse et la laisser gérer les choses. Mais sa pudeur belliférienne s'était heurtée à l'esprit libérée du couple cielsombrois.

Sensible à l'humeur de son aîné, Mélusine lui tapota gentiment la joue avec bienveillance, le rassurant quant à l'interrogatoire qu'avait subi Hiémain. Et il grimaça de nouveau quand elle évoqua la curiosité de Castiel. Alors comment dire... Grâce ne gardait pas du tout un bon souvenir du duc de Sombreciel et elle n'était pas vraiment pressée de se retrouver de nouveau face à lui. « Mais c'était normal pour Hiémain, il fallait s'assurer qu'il te traiterait bien et prendrait bien soin de toi. Moi, je n'en ai pas besoin. » Enfin... Si, c'était toujours agréable d'avoir quelqu'un sur qui compter bien sûr, il n'allait pas le nier, mais il ne s'était jamais vraiment laisser aller à se reposer sur quelqu'un, ni à se laisser chouchouter. Il profitait de l'affection de ses adorables sœurs, de sa mère, de ses frères ou son père, mais ne se confiait pas. Il ne le faisait jamais. Grâce... Est-ce qu'il envisageait qu'elle soit sa partenaire en plus de sa possible épouse ? Peut-être... Elle avait les épaules pour cela. Mais il y avait tant de questions en suspens concernant leur situation... « J'aimerai autant qu'il ne se penche pas trop sur son cas en vérité. S'il pouvait éviter de la faire fuir... » Il soupira. « Grâce a déjà rencontré Castiel, qui s'est montré très direct. Trop probablement. Elle n'en garde pas un très bon souvenir. » Il n'allait pas mentir à sa sœur ou lui masquer ce fait après tout. Elle pouvait comprendre non ?

Il baissa le regard sur son neveu qui faisait ses dents, ayant un petit sourire, avant de demander à sa cadette : « Et toi, que penses-tu de tout cela ? » Il lui serait pénible d'entendre la désapprobation des siens. Malgré tout, il ne reculerait pas si c'était le cas. En revanche, si les filles de Grâce ne donnaient pas leur aval... il appartiendrait au Séverac de les gagner à sa cause. Il savait les choses difficiles entre sa fiancée officieuse et ses filles. Et Mélusine avait Agathe en pupille après tout... « Grâce doit s'entretenir avec ses filles. »

Spoiler:
 


Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyDim 11 Fév - 20:08

Visiblement, Grâce ne garde pas un excellent souvenir de Castiel, et Mélusine ne peut que compatir au désarroi que la plus-si-jeune femme a dû ressentir en se trouvant confrontée à la curiosité totalement sans-gêne de leur frère de cœur. Il a toujours été comme ça, même petit, à toujours poser les questions les plus indélicates sans pudeur aucune, à toujours demander pourquoi. Est-il si étonnant qu’il ait cherché à mieux cerner la personnalité de la femme pressentie pour devenir l’heureuse élue destinée à partager la vie de cet aîné qu’il adore tout autant que s’ils partageaient le même sang ? Un sourire compatissant illumine un instant les traits de la baronne – oui, elle comprend. Hiémain lui-même, Isil bénisse son infinie patience, n’est pas très enthousiaste de devoir côtoyer parfois ce jeune duc un peu fou aux idées saugrenues et aux lubies insensées. Par devers-elle, Mélusine se promet de protéger son hypothétique belle-sœur des approches de Castiel, si d’aventure elles devaient se trouver conjointement en sa présence. Il ne manquerait plus que la première femme envers laquelle Melsant manifeste une incontestable attirance ne s’enfuie !

Il faudrait relancer les paris.

La question suivante est nettement plus délicate, et Mélusine lâche son frère, s’éloignant de quelques pas pour gagner du temps et formuler une réponse polie et neutre. Lorsqu’elle se tourne à nouveau vers le Voltigeur qui berce toujours un Meldred bavant abondamment, elle a croisé les bras devant elle, tout son langage corporel clamant qu’elle s’est perchée fermement sur la réserve. « Je connais peu Grâce, » commence-t-elle prudemment, « et la majorité de ce que je sais d’elle me vient d’Agathe, ce n’est donc pas sous son meilleur jour qu’on me l’a dépeinte, tu t’en doutes. » Elle pince les lèvres un instant, hésitant à livrer à son frère le fond de sa pensée ; mais un pacte d’honnêteté absolue lie les Séverac entre eux, et Mélusine se force à décrire son ressenti. « En toute sincérité, j’ai peur qu’elle ne réalise un jour que la vie de femme mariée ne lui convient pas, et qu’elle ne te quitte pour reprendre l’indépendance à laquelle elle a goûté pendant des années. Mais je te connais aussi, je sais que tu es un homme bon et droit – et que tu ne l’étoufferas pas en tentant de la restreindre, alors… Alors peut-être n’aura-t-elle jamais besoin de fuir. J’ai peur qu’elle ne te brise le cœur, grand frère – tu es solide et résistant, mais tu es cielsombrois. Tu ressens tout, aussi fort que moi – tu réussis juste mieux à le cacher. J’accueillerai Grâce dans la famille avec plaisir, et je tâcherai de convaincre Agathe de laisser une deuxième chance à sa mère, je te le promets ; mais si jamais elle devait te trahir, ou te blesser, je serai intransigeante et sans pitié. Elle est la bienvenue, mais on l’attend un peu tous au tournant, tu sais. Maman, Mélisende et moi, surtout. Et peut-être aussi un peu Papa. »

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptySam 17 Fév - 20:01

C'était un risque que de demander à Mélusine ce qu'elle pensait de tout cela. Le risque qu'elle ne dénigre Grâce. Qu'elle ne dise à son frère qu'elle n'est pas une femme pour lui, qu'ils avaient envisagé bien des hypothèses et candidates (ou candidats) qui lui auraient davantage convenu. Pourquoi aller s'enticher d'une belliférienne carriériste et ambitieuse qui avait fui son foyer, qui avait abandonné ses filles et ses files pour réaliser ses rêves ? N'était-ce pas la preuve même de l'égoïsme de la Voltigeuse au détriment de sa vie de famille... Alors que la famille était une notion si importante pour les Séverac ? Grâce partait avec un sérieux handicap malheureusement.

Il se raidit imperceptiblement quand sa cadette s'éloigna pour prendre le temps de réfléchir à sa réponse, le laissant dans l'attente et une certaine inquiétude, qu'il masqua en pouponnant son neveu. Pourtant, il écoutait. Avec attention. Alors que sa sœur commençait à parler avec réserve. Melsant grimaça quand elle mentionna savoir la majorité de Grâce par sa fille. Qui lui en voulait de l'avoir abandonnée donc, forcément... C'est en termes peu élogieux que la jeune Agathe avait du parler de sa mère... Il appartenait à Melsant de se faire apprécier des filles. C'était important que Grâce ai leur consentement. Mélusine se montra sincère, confiant ses doutes et réserves à son frère. Il en avait également, surtout concernant la façon dont ils allaient pouvoir concilier leurs emplois du temps. Grâce se lasserait-elle de lui ? D'une éventuelle famille ? Elle n'avait fui son existence en Bellifère que parce qu'elle était étouffée. Ce ne serait pas le cas avec Melsant qui ne la reléguerait pas en simple poule pondeuse. « L'indépendance n'est chère qu'à ceux qui sont privés de liberté. Grâce ne le sera pas avec moi. » Elle pouvait être indépendante et mariée.

Il sourit aux menaces de sa sœur. « Je suppose que c'est de bonne guerre. Hiémain a eu le droit aux mêmes menaces, qui n'ont aucune limite dans le temps. » Il se rapprocha de sa sœur, se servant de son bras libre pour l'attirer à elle et lui baiser le front. « Merci pour Agathe. C'est compliqué pour Grâce. Elle souhaite avoir leur aval pour notre relation. » Une étincelle de malice dansa dans les yeux céruléens du cielsombrois. « Tu peux garder un secret ? » De quoi éveiller la curiosité quasi maladive de sa sœur qui pouvait être terriblement puérile en sa présence, comme si les années n'avaient pas eu de prise sur eux. « Si tout se passe bien, Grâce et moi seront fiancés quand nous repartirons de Lorgol. » Il soupira légèrement. « J'aurai sans doute besoin de ton sens de l'organisation pour l'annoncer à tout le monde. »

Spoiler:
 


Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyMer 21 Fév - 20:29

Grâce cherche visiblement à obtenir l’accord de ses filles pour ses projets concernant Melsant, et Mélusine retient une remarque acerbe rappelant qu’elle s’en est très bien passée jusque-là, et que toute l’affaire ressemble un peu à de la poudre aux yeux pour sauver les apparences et tenter de convaincre Agathe et Aubrée que, oui, elle tient à elles. C’est peut-être vrai, se morigène intérieurement la marquise, il est possible que cette femme regrette d’avoir été éloignée de ses filles si longtemps et souhaite réellement renouer des liens avec elles. C’est ce qu’elle-même à dit à Agathe, même sceptique : elle sait que sa pupille regrettera plus tard d’avoir coupé les ponts avec sa mère, si elle ne fait pas l’effort de pardonner. Le bénéfice du doute. Difficile décision, mais la fantasque Cielsombroise a juré de s’y tenir, pour le bien-être d’Agathe et pour la sérénité de Melsant. Il sera déjà compliqué de faire accepter Grâce par l’ensemble de la famille, tu ne tiens pas à rendre les choses plus ardues…

Lorsque son aîné mentionne un secret, Mélusine ne peut s’empêcher d’opiner vigoureusement du chef, sautillant un instant, battant des mains comme une enfant, avant de se précipiter vers lui pour s’agripper légèrement à l’un de ses avant-bras, veillant toutefois à ne pas déséquilibrer son enfant qui s’assoupit tranquillement, la manche de son oncle toujours dans la bouche. « Oui ! Jur-promis ! Dis-moi, dis-moi, c’est quoi ? » Des fiançailles. Les projets avec Grâce se sont donc fortement concrétisés, et l’enthousiasme de la baronne est quelque peu douché, et elle combat une légère pointe de déception. C’est donc pour cela, que Melsant est venu la voir ? Pour lui demander d’intercéder en sa faveur auprès d’Agathe ? Il a tôt fait de la détromper, toutefois. Si c’est pour une grande annonce qu’il est venu la voir, cela passe déjà mieux – de toute façon, se fait-elle la remarque, Agathe n’a pas encore rencontré sa mère.

« Je t’aiderai bien sûr, autant que je le pourrai ! Si tu as enfin choisi une femme à épouser, une mère pour tes enfants et une marquise pour Automnal, tout autant qu’une future comtesse pour Séverac, le monde entier doit en être informé ! » Après tout, il y a bien dû y avoir des paris lancés ailleurs sur le continent, concernant un certain célibat persistant dans un duché réputé pour ses mœurs originales. « Est-ce… Elle est sortie, pour le moment, mais veux-tu voir Agathe, peut-être… ? Tu peux l’attendre, et je lui expliquerai… Ou bien tu reviendras la voir une fois qu’elle aura parlé avec Grâce ? C’est peut-être mieux, je ne sais pas… ? »

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyVen 23 Fév - 14:22

Melsant dut retenir un sourire en voyant sa cadette trépigner à l'idée d'être détentrice d'un secret le concernant. Finalement, sa chère sœur n'avait pas changé malgré les années, elle gardait les mêmes réactions, en tous les cas avec lui. Mélusine était facile à appâter quelque part. A amadouer aussi. Il était plus observateur que Castiel et moins extrême dans ses décisions également, dans ses réactions, si bien qu'il ne comprenait pas comment le jeune Duc pouvait se brouiller avec la jumelle pendant des mois sans réussir à arranger les choses. Question de caractère sans doute. Lui, en tous les cas, ne s'était jamais disputé durablement avec sa famille. Sans doute parce qu'il était du genre ouvert et conciliant, même si franc dans ses propos. Il avait un tempérament assez facile à vivre au final, l'aîné des Séverac n'était pas compliqué à comprendre, mais difficile à appréhender de par les nombreuses choses qu'il pouvait taire pour assumer son rôle de grand frère et de protecteur des siens qu'il avait endossé bien trop jeune et sans que personne ne le lui demande.

L'enthousiasme de Mélusine faisait plaisir à voir et un sourire amusé joua sur les lèvres de Melsant alors qu'elle se pendait à son bras. Il ne la fit pas languir davantage pour lui annoncer son intention de se fiancer à Grâce. Au vu de la discussion qu'ils venaient d'avoir, il se doutait que Mélusine n'allait pas sauter de joie non plus. Il se demandait quelle vie elle avait imaginé pour lui, quelle femme pour porter ses enfants et héritiers, quelles épouses pour le combler, quels hommes pour satisfaire ses mœurs cielsombroises... Pourtant, elle avait eu le modèle de Maximilien et Ismalia elle aussi, qui étaient heureux, en n'étant que tous les deux, avec leurs enfants. Mélusine aurait probablement vu une épouse aimante et dévouée, prête à élever leurs enfants sans avoir à faire de sacrifices et qui ne traînait pas un lourd passé de mère indigne derrière elle. Mais il avait foi en Grâce pour ne pas répéter les mêmes erreurs. Elle n'avait rien à fuir cette fois et pouvait débuter une seconde vie en toute sérénité.

Il connaissait sa sœur et son sens de l'organisation. Il avait toute confiance en elle pour régler les soucis d'ordre pratique pour cette annonce. « Ah oui, le monde entier, carrément ? » Il rit doucement pour ne pas réveiller son neveu, mais amusé par l'extravagance de sa sœur. « La famille, ce sera déjà bien suffisant dans un premier temps tu sais. » Et avec hésitation, sa sœur lui proposa de discuter avec Agathe à ce sujet. Il secoua négativement la tête. « Je pense attendre, ce sera plus sage. Mais je compte bien les conquérir si elles s'y opposent. Tu crois que j'ai mes chance ? » Et il décocha un sourire charmeur à sa sœur pour appuyer ses propos, le regard pétillant de malice.

Spoiler:
 


Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptySam 3 Mar - 21:13

Un mariage, c’est toujours une bonne nouvelle – Mélusine tâche férocement de se concentrer sur cette bonne nouvelle, refusant d’envisager le cortège de difficultés relationnelles dans lequel Grâce va très vraisemblablement se trouver empêtrée. Agathe posera problème, la baronne le redoute – la petite est pleine de rancune envers sa mère, malgré les efforts de la Voleuse pour atténuer dix-huit ans de rancune. Pourtant, il faudra bien qu’elle plie : la profondeur de l’attachement qui lie les deux Voltigeurs ne saurait être amenuisée, et Melsant ne se laissera sûrement pas décourager par l’œil frondeur d’un charmant minois boudeur. Aucun Séverac ne peut décidément se contenter d’une union raisonnable, il faudra bien qu’Ismalia et Maximilien en prennent leur parti ! Mentalement, Mélusine commence à lister les arguments favorables à ce mariage, pour pouvoir les présenter posément à Agathe.

Pauvre Agathe.
Pauvre Aubrée.
Pauvre Grâce, en fait. Liée à un mari indigne à peine sortie de l’adolescence, victorieuse de ses chaînes, émancipée et libre ; mais contrainte encore, par les vestiges d’un passé auquel elle n’a jamais consenti. Quel gâchis. Quel désastre. Tout cela peut-il encore être rattrapé ? Les filles consentiront peut-être, mais leurs frères ? Ils gardent sûrement grand courroux envers leur mère, pour la mort de leur père lors du Tournoi en Bellifère. Elle est bien placée, Mélusine, pour savoir à quelles extrémités une vindicte familiale peut mener, déchaînant le chaos et la mort dans une rivière de sang : elle en a tant vu, à Lorgol ! Et les allées de la Cour des Miracles bruissent de rumeurs et de sombres histoires. Préoccupée, elle fronce le sourcil un instant, tentant d’évaluer l’éventuelle détermination des deux garçons à ruiner la nouvelle union de leur mère ; à récupérer, de gré ou de force, le destin de leurs sœurs entre leurs mains. « Tu as tes chances, mais ce n’est pas pour les filles de Grâce que je m’inquiète. Tu as pensé à ses fils ? » Mélusine lève le regard vers celui de son frère, si plein de tranquille certitude qu’elle aimerait pouvoir s’en remettre entièrement à lui et enterrer définitivement ses craintes, des doutes et ses sombres présages. Mais c’est à elle que l’on a confié Agathe ; et elle ne peut pas taire ses réserves.

« J’ai peur que, faute de pouvoir atteindre leur mère, ou même leurs sœurs, ce ne soit à toi qu’ils ne viennent s’en prendre. Ils sont jeunes, c’est vrai – mais à leur âge tu étais déjà fort et déterminé. Ils n’ont peut-être pas l’art du combat nécessaire pour te blesser – mais que se passera-t-il s’ils passent contrat auprès de la Confrérie ? Que se passera-t-il s’ils font ravager Automnal ? S’ils attendent, cinq ans, dix ans, pour s’en prendre aux enfants que vous aurez, lorsque vous penserez le danger écarté ? Mon frère, ce n’est pas les filles de Grâce que tu dois conquérir, mais bien ses fils. »

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyDim 4 Mar - 18:36

Le Voltigeur cilla à la réponse de sa cadette. Si elle semblait confiante concernant ses capacités à charmer les filles de Grâce, elle soulevait un point délicat, qu'il avait occulté jusqu'à maintenant... Les fils. Si le mari n'était plus un soucis et qu'il ne poserait jamais plus de problème, il demeurait effectivement deux garçons Martel, jeunes adultes qui devaient nourrir une haine profonde et une colère démesurée envers leur génitrice qui n'avait pas su tenir sa place de pondeuse et de mère au foyer soumise à son époux, qui avait osé braver les règles pour gagner sa liberté... Qui avait récupéré ses filles, abandonnant ainsi ses fils qui, de toutes façons, ne pouvaient pas vraiment être sauvés. Ils devaient être farouchement ancrés dans la mentalité belliférienne. L'enlèvement avorté de la jeune Martel il y a quelques mois en attestait. Elles étaient en danger, même si protégées. Melsant pouvait-il rencontrer les deux fils de Grâce ? Pour leur dire quoi ? Tenter de les raisonner ? Il craignait que ce ne soit peine perdue.

Il se fit attentif alors que sa petite sœur développait son propos, lui rappelant qu'elle n'était plus une enfant, mais une femme, attentive, intelligente, une maîtresse de maison, mais aussi une conseillère avisée. Elle envisageait les choses sous un angle inédit. Melsant avait sans doute eu tort de ne pas se préoccuper de ce sujet là jusqu'à maintenant, mais il pouvait compter sur la sagacité de Mélusine pour mettre un autre problème en lumière. Il soupira. Il ne craignait pas du tout les deux bellifériens, il était tout de même Voltigeur, ancienne pièce de la Rose et avait reçu un enseignement martial très poussé qui faisait de lui un excellent guerrier. Mais il ne pouvait pas déjouer moultes tentatives d'assassinats. Et il ne tolérerait pas qu'on s'en prenne à son fief. A celui de sa famille. Leur haine était-elle suffisamment vivace pour les rendre patients et aussi sournois au point d'attendre des années ? « Voilà pourquoi je sais pouvoir parler avec toi petite sœur. » Il baisa doucement son front avec affection. « Tu n'as pas tort, j'ai sans doute sous-estimer ce danger là. Ou plutôt, je ne m'y suis pas attardé, le balayant inconsciemment... Même si je pense que tu noircis quelque peu le tableau en les pensant capables de fomenter une revanche sur des années, c'est un paramètre à ne pas négliger... Mais comment conquérir des enfants qui conçoivent un tel mépris pour leur mère, pour leurs sœurs ? Sans doute pour moi, rien que parce que je suis cielsombrois ? Alors même que je déplore cette mentalité... J'arrive à composer avec celle de mon supérieur, mais non sans difficultés et il doit être plus raisonnable... » Quoique...

Spoiler:
 


Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyDim 8 Avr - 17:50

La question de Melsant est centrale : oui, comment convaincre les fils de Grâce ? Mélusine n’en a aucune idée, mais le danger encouru par son frère lui semble tangible, palpable et réel. Mentalement, elle dresse la carte des alliances et des associations familiales de sa future belle-sœur – d’un côté, la renommée de Séverac et l’appui du trône d’Euphoria pour un époux à la fois marquis et Voltigeur ; de l’autre, la puissance d’un général des armées de Bellifère et du Capitaine de Vol d’Hacheclair pour soutenir deux neveux orphelins. « Qu’il s’agisse de ses fils ou de ses frères, Grâce a des ennemis dans sa propre famille, et même au sein de la nôtre je crains qu’ils ne parviennent à l’atteindre. J’ai peur pour toi, et aussi pour Agathe : je pense qu’ils tenteront sûrement de la reprendre, et je ne suis pas en mesure de m’y opposer… » Cela l’angoisse plus qu’elle ne veut bien l’admettre – et déjà quelques plans de secours ont été envisagés avec Hiémain, si jamais cette situation devait finir par se concrétiser. Affreuse perspective. C’est donc cela, être mère : s’angoisser perpétuellement pour les âmes innocentes laissées à sa garde ? Juste ciel.

Tant d’inquiétude, pour un mariage qui pourtant ne devrait apporter que du bonheur ! Pourquoi faut-il que son frère bien-aimé se soit entiché d’une fiancée au passé familial si controversé ? Mélusine admire la force d’âme de Grâce et le courage qu’il lui a fallu pour conquérir sa liberté et le droit de faire ses propres choix – c’est incontestable, et c’est ce qu’elle répète à Agathe dès que l’occasion se présente de placer un mot en faveur de la mère fugitive. Cependant, certaines de ses décisions ne sont peut-être pas les plus pertinentes ; mais ces réserves-là, elle les garde pour elle, ne tenant pas à envenimer les choses entre sa pupille et sa future belle-sœur.

Oui, délicat problème ; et la baronne imagine que leur père a déjà pesé les tenants et les aboutissants, avec sa sagesse proverbiale, commençant à prendre quelques assurances et à poser les premiers jalons requis au bonheur conjugal de son héritier. « Il faudrait en parler à Père. » soupire Mélusine indécise, reconnaissant qu’il s’agit là d’un problème qu’elle n’est pas armée pour résoudre. C’est qu’il a tant l’habitude de jongler avec les conséquences des désastreuses décisions de sa progéniture, l’extraordinaire Maximilien – assurément, il saura quoi faire pour éviter toute fâcheuse répercussion, n’est-ce pas ? Il y a dans cette certitude autant d’aveuglement filial que de prière ardente, et la baronne se promet d’écrire rapidement à ses parents pour leur en toucher deux mots de son côté. L’instinct lui souffle quel serait le premier conseil paternel, toutefois, et elle reprend d’un ton pensif. « Et aux filles, peut-être… Aubrée et Agathe. Elles ont grandi auprès de leurs frères, elles peuvent éventuellement avoir des informations utiles. »

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyVen 20 Avr - 15:20

Melsant n'avait pas fait dans la facilité en tombant amoureux de Grâce, c'était un fait. Elle était une paria dans sa propre famille et avait nombre d'ennemis puissants qui voulait l'atteindre et récupérer ses filles. Mélusine faisait preuve de réflexion et de sagacité en soulignant les obstacles qui se dressaient devant son frère en empruntant ce chemin. Il lui apparaissait évident qu'elle ne cautionnait pas vraiment cette relation et ce choix, même si elle avait la sagesse de n'en rien dire. Les Séverac n'étaient pas connus pour être des gens très pondérés et sages, surtout dans leurs amours. Ils étaient passionnés et flambeurs. Même l'aîné qui semblait être le plus mesuré d'entre tous, qui s'était montré le plus discret dans ses amours. Tout ça pour finalement s'afficher avec une femme qu'on pouvait qualifier de scandaleuse et qui ne remportait pas vraiment tous les suffrages auprès des siens. « Tu aimes beaucoup Agathe. » Ce n'était pas une question, mais un simple constat alors qu'il devinait l'inquiétude de sa sœur pour sa protégée.

Et pour lui. Cela ne lui était pas habituel pourtant. Les siens ne s'inquiétaient pas pour lui, il avait toujours œuvrer dans le but de ne pas leur causer de tracas mais de résoudre les leurs. Et sa cadette lui conseilla d'en parler à leur père... Père aux épaules solides et à la logique à toute épreuve qui était un fin politicien et un tacticien hors pairs, qui avait en charge de servir de garde-fou à son duc au caractère bien trop tumultueux. Et à qui Melsant allait ajouter un poids. Il soupira, reconnaissant la sagesse du conseil, mais regrettant de mêler son père à cela, même s'il avait du se pencher sur son cas tout seul. « Père a déjà beaucoup à gérer, je ne souhaite pas être source de soucis pour lui. » Il a répondu avec pudeur, trahissant son désir de ne pas le tourmenter, ce père qu'il aime tant et qu'il a secondé étant plus jeune.

Mélusine de fend alors d'un nouveau conseil : parler aux filles de Grâce et aborder le sujet délicat de leurs frères afin d'en apprendre davantage. « C'est probable. On en revient à la discussion que je dois avoir avec elles pour obtenir leur avis favorable concernant leur mère. » Et en profiter pour tâter un peu le terrain. Même s'il doit prendre garde aux fils de Grâce, il doit avant tout, gagner l'assentiment de ses filles. Et au moins leur respect à défaut du reste. « Mélu... Je sais que tu es inquiète pour moi et j'en suis le premier navré... j'apprécie tes conseils et le recul que tu as concernant tout cela, ta manière d'envisager toutes les conséquences... » Il lui embrassa le front avec douceur. « Je sais... Je sens plutôt, que mon choix n'est pas celui que tu espérais. Merci pourtant de me soutenir malgré tout. »

Spoiler:
 


Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyJeu 26 Avr - 19:17

Mélusine ne peut répondre au dernier commentaire de Melsant sans risquer de le blesser ; c’est donc sans mot dire qu’elle se hisse sur la pointe des pieds pour déposer un baiser plein de tendresse sur la joue râpeuse de son aîné. Non, c’est vrai, elle n’approuve pas totalement ce choix d’épouse : pour lui, elle aurait voulu une Cielsombroise ou une Erebienne, capable de s’intégrer sans heurt à leur diaspora familiale, une femme tolérante et susceptible d’accepter sans réserve ni restriction la totalité des membres de la famille. Quelqu’un qui ne juge pas les responsabilités clandestines de Mélisende si jamais elle venait à les apprendre, quelqu’un qui sache apercevoir la noblesse et la grandeur derrière les caprices de Castiel, qui n’éprouve point de dégoût à côtoyer Melbren et son sang chargé de magie. Grâce a bien confié une de ses filles à la Confrérie Noire et la seconde à la Cour des Miracles, mais est-elle réellement ouverte à leurs missions respectives ? Mélusine n’en est pas persuadée, et ces réserves l’empêchent de totalement se réjouir des évolutions de la vie conjugale de son frère.

Elle se doute bien, cela dit, que toutes les craintes qu’elle peut formuler sont déjà bien connues de son aîné. Ce n’est pas pour entendre ses inquiétudes qu’il est venu la trouver, mais pour recevoir son soutien ; et venant d’un homme qui a toujours aveuglément soutenu les choix de ses turbulents cadets, c’est un appel à l’aide muet d’autant plus criant. Un discret soupir lui échappe, lourd de toutes ces réserves qu’elle ne formulera pas, de ces regrets dont elle ne lui fera pas part, de toutes ces questions qu’il vaut bien mieux ne pas poser – elle a déjà livré sommairement le fond de sa pensée au début de leur entretien, il en sait assez : elle n’en rajoutera pas.

Y aura-t-il seulement un jour où la vie trépidante de la famille Séverac redeviendra sereine ? Maximilien et Ismalia doivent certainement s’arracher les cheveux parfois à la lecture de la correspondance intensive qui relie les membres de la famille perpétuellement. Qu’ont-ils fait au Destin pour engendrer une couvée aussi remuante… ? Mélusine a suffisamment de lucidité pour savoir qu’elle-même ajoute une quantité considérable de remue-ménage depuis son plus jeune âge, et que Castiel et Melbren ont déclenché une bonne part de tumulte également. Il faudra juste s’habituer à ce que le couple de Melsant soit un nouveau sujet d’inquiétude, cela n’en fera qu’un de plus, et minime comparé au reste…

Appuyée contre l’épaule de son frère, son fils endormi dans les bras, la baronne se creuse un instant les méninges pour alléger un peu l’atmosphère et terminer cette conversation sur une note moins pesante. Un sourire malicieux lui monte aux lèvres lorsqu’un souvenir d’enfance particulièrement vivace lui revient soudain en mémoire. « Tu sais, il faudra prévenir ta Grâce qu’on l’aura à l’œil, Méli et moi. Après tout, la seule raison pour laquelle elle a une chance de t’épouser aujourd’hui, c’est que Papa nous a fait promettre de ne jamais nous marier avec toi, quand on avait sept ans. Tu te souviens, quand on a dévasté tout le salon parce qu’on ne parvenait pas à se mettre d’accord sur laquelle de nous deux t’épouserait en premier ? Je suis sûre que si Papa n’était pas arrivé, j’aurais gagné. » Le seul sujet de discorde des jumelles de naguère : leur merveilleux grand frère. Ah, nostalgie…

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère EmptyDim 29 Avr - 17:51

Cette conversation avec sa sœur, bien que source de tracas et d'angoisse, était nécessaire. Il ne regretta pas de s'être confié à elle. Mélisende aurait été de bon conseil également, mais il était plus aisé de voir Mélusine, tout simplement. Et mieux valait l'avis d'une des jumelles que celui d'un de ses frères. Il avait bien des choses à penser et des problèmes à régler, soulevés par sa sagace petite sœur. Mais cela ne suffisait pas à plomber son humeur. Il était plus sérieux et pensif, oui, mais nullement découragé ou morose. Cependant, mélusine souhaitait continuer sur une note bien plus légère et fit appel à leurs liens et à la nostalgie pour se faire, arrachant un sourire attendri à son aîné qu'elle admirait et aimait tant. Il n'avait jamais ignoré la fascination de ses sœurs pour sa personne. Est-ce que cela datait de l'époque où il les avait sauvé de la noyade ? Où il avait fait le terrible choix de ses sœurs au détriment de son frère ? Un choix qui le hantait encore maintenant, des décennies plus tard... peut-être. Il avait pris la place de figure héroïque, d'idéal. Pas assez cependant, pour qu'aucun homme ne trouve grâce à leurs yeux, la preuve en était par le mariage de Mélusine avec son Hiémain adoré. Et Melsant s'était retrouvé partagé entre la joie pour elle, et bien sûr, une légère inquiétude concernant l'avenir, comme tout grand frère protecteur qui se respecte.

« Je vais l'effrayer si je lui dis ça. » Il répondit avec amusement, le regard pétillant de malice. « Depuis quand est-ce que vous tenez vos promesses ? » Maximilien avait vraiment du arracher cette promesse à ses turbulentes jumelles qui se battaient comme des lionnes. Elles avaient claironné haut et fort quand il était arrivé pour les réprimander qu'elles épouseraient leur grand frère plus grandes, recommençant à se disputer quand chacune avait campé sur ses positions pour savoir qui serait la première. « Mince, c'est une question piège ça ? Tu t'interroges encore après tout ce temps ? » Il pencha la tête, retenant un rire. « J'ai appris il y a longtemps à ne faire absolument aucune différence entre vous deux. Pour ma tranquillité et la paix du foyer. » Et il plaisantait à peine en disant cela d'ailleurs. Melsant avait été un enfant sage et attentif, consciencieux et observateur, qui savait comment ne pas créer de problèmes et soulager ainsi ses parents d'un soucis. Il regarda l'enfant endormi et murmura : « Tu apprendras à faire de même avec tes enfants. Tu es faite pour être mère et je ne doute pas que tu concurrenceras Père et Mère à ce niveau. » Il esquissa un sourire malicieux à l'évocation de la petite tribu qui pourrait bien hériter du caractère de Mélusine de Séverac. Voilà de quoi lui faire entrevoir l'avenir sous un jour radieux, malgré ses préoccupations. Il avait bien fait de se confier à sa sœur.



Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 1528994800-melsant2
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 438519UserbarMirtaMelsant
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère 668088FamilleFous
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Si ce n'est toi, c'est donc ton frère   Si ce n'est toi, c'est donc ton frère Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: