AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Tape-cul et muscles fourbus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyJeu 19 Oct - 23:29


Livre II, Chapitre 6 • La Chasse Sauvage
Melbren de Séverac & Mélusine de Sylvamir

Tape-cul et muscles fourbus

La première fois, ça fait toujours un peu mal, pas vrai ?




• Date : 20 novembre 1002
• Météo (optionnel) : Sec, mais nuageux
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Melbren vient de rentrer de Sombreciel en griffon d'escorte. Le voyage l'a laissé un peu endolori...
• Recensement :
Code:
• [b]20 novembre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2805-tape-cul-et-muscles-fourbus#88849]Tape-cul et muscles fourbus[/url] - [i]Melbren de Séverac & Mélusine de Sylvamir[/i]
Melbren vient de rentrer de Sombreciel en griffon d'escorte. Le voyage l'a laissé un peu endolori...











Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyJeu 19 Oct - 23:32

Mélusine ?
La sensation de pression sur ton épaule et la petite voix dans le creux de ton esprit se font de plus en plus insistantes, et tu finis par ouvrir péniblement les yeux. Tu es étendue sur ton lit, là où t’étais installée pour jouer avec ton fils – le petit Meldred a fini par s’endormir contre toi, et tu as décidé que la sieste était une bonne idée. Et entre vous deux, museau frémissant, il y a… Lichen. Le Familier de Melbren, en pension chez vous depuis le départ de ton petit frère – et à en juger par le tassement des coussins près de ton bébé, le petit animal a une fois de plus dormi tassé contre son dos. Il faudra sûrement que tu parles à ton cadet de cette étrange fascination du monsieur martre pour ton bambin, mais cela attendra qu’il revienne à Lorgol, sûrement !

« … Lichen ? »
Melbren est rentré. Il est à la tour de Séverac !
Tu t’apprêtes à laisser éclater ta joie, lorsqu’on toque à la porte. Rapidement, tu te relèves, remets de l’ordre dans tes vêtements froissés, et ordonnes au visiteur d’entrer. Bien peu ont permission d’arpenter librement la tour de Sylvamir, seuls quelques domestiques extérieurs à la maisonnée triés sur le volet peuvent monter d'eux-mêmes dans les étages, et c’est donc sans trop de surprise que tu reconnais l’arrivant qui s’incline devant toi avec un profond respect.

Ferdinand-Bienvenu le Diligent ! Employé  de la tour de Séverac depuis 965, majordome depuis 971. Sait gérer les explosions, les peines de cœur, les crises de jalousie et les meubles volants. Un homme parfait, à la patience exemplaire, d’un dévouement aveugle et d’une discrétion absolue – méticuleux et ordonné, c’est lui qui gère l’intendance des tours de la famille à Lorgol depuis aussi loin que tu t’en souviens. « Dame Mélusine, » dit-il avec un pli soucieux entre les sourcils, « le seigneur Melbren est arrivé en griffon d’escorte à la tour de Séverac, il y a une heure. »

Et Ferdinand de te raconter, avec de jolis mots très polis et imagés, à quel point ton turbulent cadet se plaint de ses muscles fourbus. Tu aurais pensé que voyager en griffon lui infligerait simplement un séant douloureux – mais non, à en croire Lichen qui cavale fébrilement autour de tes chevilles, c’est dans un genre de filet à patates en toile de jute renforcée que ton frère a voyagé, c’est tout son corps qui le brûle, et ton pauvre Melbren est tout dolent de sa folle épopée.

Tu as tôt fait de confier Meldred à Agathe et de prévenir Hiémain que tu t’en vas visiter ton cadet ; puis tu empiles quelques pots d’un onguent efficace dans un panier. Tu ne diras pas à ton frère éploré que c’est celui dont les Compagnes de Lorgol se servent pour détendre leurs muscles fatigués en fin de journée ! Lichen saute dans le panier, et c’est tous les deux que vous accompagnez Ferdinand à destination.

Spoiler:
 










Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptySam 21 Oct - 20:41

Tu descends les marches avec difficulté et laisses échapper des gémissements de douleur sans vergogne. « Valentiiiin ! » Quelques marches. « VALENTIIIIIIN ! » Première volée parcourue : personne. Tu t'impatientes quand une servante arrive en trottinant : « M. le Baron, nous ne vous attendions pas si tôt, je- Je suis également ravi de vous revoir, Fleur, mais allez plutôt quérir Valentin, je vous prie ! Oh et faites mander quelqu'un en haut. J'y ai des bagages et il faudra veiller à ce que le Voltigeur ait tout ce qu'il lui faut avant de repartir. » Elle hoche la tête avec empressement et disparaît dans un bruissement de jupons.

Toi, tu continues d'avancer laborieusement dans le couloir attenant aux pièces de l'étage, une main sur le mur et la douleur capricieuse au bord des lèvres. « VALENTIN ! J'AI BESOIN DE VOUS ! » Puis, tu décides que c'est trop difficile et t'arrêtes sur la première banquette à disposition. Tu ne vas jamais t'en remettre ! Fichu filet ! Quelle idée t'a pris ? Maudit voyage ! Tu aurais dû écouter Castiel, rester à Euphoria et faire parvenir tes affaires et Lichen.
Tu en es encore à te lamenter sur ton sort en fixant le mur quand des pas te font sortir de tes pensées. Ton sourire revient immédiatement : « Valentin ? », puis s'affaisse quand votre intendant apparaît. Tu fais la moue.
Tu boudes, littéralement.
 
« Monsieur a-t-il fait bon voyage ? » Tu le fixes, immobile, boudeur. Lui reste impassible devant cet étalage d'enfantillage. « Monsieur veut-il que je l'aide afin qu'il puisse se débarrasser de l'incommodité du voyage qui semble l'avoir tant éprouvé ? » Ta moue s'accentue et tu fronces les sourcils. Il ne cille pas. « Valentin n'est pas disponible, monsieur. » Tu soupires de manière très puérile. « Monsieur devra se contenter de ma personne, dans l'immédiat. » Tu souffles. « Quand cet immédiat prendra-t-il fin ? » Ferdinand-Bienvenu hausse un sourcil.
Oh oh.
Trop loin.
 
Tu es cependant sauvé par des pas précipités parvenant de la volée de marches du fond. Tu te redresses et Valentin apparaît dans l'encadrement. Ton sourire s'agrandit en même temps que tu lâches la bride à ta puérilité. « Valentiiiiiiiiiiiin, je souffre atrocement ! » Tu geins sans retenue. « Et vous n'étiez pas là ! » Tu ne vois même pas l'intendant lever les yeux au ciel et faire demi-tour sans un mot. « Que sire Melbren me pardonne, j'étais occupé ailleurs. » Tu prends appui sur les mains qu'il te tend pour te relever. « Nous verrons. D'abord, prenez soin de moi, Valentin. » Le ton impérieux cache sans difficulté l'affection que tu portes à l'homme. Tu lui es reconnaissant de toujours céder à tes caprices. Et tu notes de remercier Fleur pour son efficacité.
 
Pour l'heure, tu as un bain à prendre et un lit à retrouver pour ne plus en bouger.
Jusqu'à la fin de ta vie.

Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyDim 12 Nov - 13:40

Une fois arrivés à destination, le très efficace Ferdinand-Bienvenu t’installe dans un fauteuil moelleux. « Je vais m’enquérir de l’état de monsieur le baron et lui annoncer la venue de la marquise sa sœur, madame. » Un sourire affectueux lui répond – ce brave homme voit toujours en toi la marquise de Sinsarelle, même un an après ton mariage et ton habitude de te présenter comme baronne de Sylvamir, privilégiant à tes titres dorés d’Erebor le nom et les armes de ton époux. Il s’incline, raide comme la justice et sûrement un peu perclus de rhumatismes, avant de s’en aller informer ton cadet que tu es venue à son secours. Lichen le suit au sautillant autour de ses chevilles ; tu te doutes que le petit Familier a très hâte de retrouver son mage, et tu prends ton mal en patience, picorant avec gourmandises quelques-unes des pâtisseries dégoulinantes de miel que la jeune Fleur vient te porter. Tes goûts sont connus, ici, et c’est avec grand plaisir que tu retrouves tes habitudes d’antan.  

« Monsieur le baron est ravi de votre visite, mais il n’est pas en mesure de se déplacer. Il vous invite à le rejoindre, si cela vous agrée, madame. » La petite Fleur assortit son message d’une révérence impeccable, et tu la remercies d’un franc sourire, avant de lui emboîter le pas. D’autorité, elle te déleste de ton panier, et te guide dans le dédale de couloirs familiers en direction d’une pièce d’où émanent mille plaintes et gémissements. « Monsieur le baron est un peu contrarié, madame. » te confie Fleur d’un air tout plein de sous-entendus, et tu devines que l’inconfort dans lequel il se trouve a dû faire résonner l’intégralité de la tour de récriminations et protestations. Ah, ces hommes… !

Pleine de bonne humeur, tu passes le nez par la porte, toquant de deux doigts repliés au battant. « Hé bien, mon frère, quel mal t’afflige donc tant que je puisse t’entendre gémir depuis ma propre tour ? » Toute guillerette, tu entres d’un pas conquérant, tentant d’alléger les tourments de ton cadet par ta jovialité peut-être un peu forcée, remerciant d’un signe de tête Fleur qui dépose le panier près du lit. D’un geste de la main et d’un sourire reconnaissant, tu congédies les serviteurs, tout en sachant pertinemment que le très efficace majordome vous fera parvenir un plateau de douceurs et de rafraîchissements sous quelques minutes. Ramassant tes jupes, tu grimpes sur l’épais matelas de ton frère pour déposer un baiser affectueux sur son front, avant de t’installer sans façons sur le rebord du lit. « Bien, et à présent raconte-moi ce qui a  bien pu te mettre dans cet état-là ! Tu es passé sous une charrette, mon pauvre poussin ? » ajoutes-tu, ébouriffant ses cheveux avec tendresse et retenant à grand-peine une folle envie de rire – il souffre tant, le pauvre, il ne manquerait plus qu’il pense que tu te moques de lui !

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyMer 13 Déc - 1:49

Heureusement, Valentin est là. Tu pourrais être plus discret, mais tu n'y peux rien. Tes muscles ont été mis à rude épreuve et tu t'es retenu – presque – de geindre devant le Voltigeur. Alors, lorsque Valentin prépare un bain, tente de délier tes muscles, te fait asseoir devant un repas complet, tu ne pourrais lui être plus reconnaissant.
Quand tu es sous les couettes chaudes, Valentin range la pièce et lance la conversation pour t'occuper l'esprit – tu mords à l'hameçon. Tu lui parles du convoi et Roc-Epine, de ton retour en Sombreciel, tu lui donnes des nouvelles de sa famille, tu parles d'Odette – le tout entrecoupé de plaintes, mais Valentin te recentre toujours. A lui ensuite de raconter : comment il se porte, les événements à Lorgol, ce qu'il a entendu d'intéressant.

La voix de Lichen vous interrompt finalement. Tu aurais dû me réveiller. Tu souris au ton accusateur, puis enserres affectueusement le poignet de Valentin quand il te borde presque. Il te sourit avant de s'éclipser rapidement. Tu dormais si bien. Contre bébé. Vague diffuse de honte, vite enfouie. Il est chaud, voilà tout. Tu restes silencieux ; il change de sujet. Ferdinand est là, nous partons bientôt. Votre amour réciproque circule plus fort l'espace d'un instant. J'ai hâte.

***

Tu as demandé à Mélusine de te rejoindre. Alors, tu as voulu être plus présentable. Sauf que tu gémis tout ton soûl en tentant d'ouvrir ton coffre. Tu abandonnes, sous l'œil moqueur et attendri de Lichen – il est là, par tous les dieux –, et retournes t'affaler sur ton lit, sans aucune distinction. Voilà à quoi tu en es réduit. Finie la dignité.

Au prix de douloureux efforts, tu parviens à te redresser, juste à temps pour voir la frimousse si aimée de ton aînée. « Hé bien, mon frère, quel mal t’afflige donc tant que je puisse t’entendre gémir depuis ma propre tour ? » Un rire t'échappe et tu grimaces quand tes côtes protestent. « Si tu savais combien je souffre, Mélusine… » Pour ton plus grand plaisir, elle s'installe à tes côtés, une fois les domestiques retirés. Tu ronronnerais presque quand elle t'embrasse. « Bien, et à présent raconte-moi ce qui a  bien pu te mettre dans cet état-là ! Tu es passé sous une charrette, mon pauvre poussin ? » Elle t'ébouriffe les cheveux ; tu fronces le nez, un sourire aux lèvres. Tu saisis sa main au passage, déposes un baiser sur le revers, avant de la lui rendre. « La charrette aurait abrégé mes souffrances plus rapidement, honnêtement. » Tu exagères à peine. « Le griffon d'escorte n'est PAS confortable et n'est pas pour les faibles comme moi. » Un sourire traverse tes lèvres. « Je me suis senti comme des choux dans un filet : ballotés de toute part. Ne parlons pas des fois où j'ai cru en glisser. » Tu te replaces sur le lit et grimaces avant de gémir. « Tu ne peux pas faire disparaître la douleur, Mélusine ? Tu sais, comme quand nous étions enfant, avec un bisou magique ? » Elle sait que tu n'es pas sérieux, mais voir un sourire sur ses lèvres est toujours un plaisir.

Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyMer 10 Jan - 17:32

Melbren semble décidément fort dolent, et tu t’en veux d’avoir tant envie de rire alors qu’il semble souffrir le martyre. Tu sais bien qu’il est loin d’avoir l’endurance physique et les muscles considérables de Melsant – qui arrive à la cheville de votre aîné, de toute manière ? Personne, c’est bien connu. Ton cadet n’a donc pas la résistance ni l’entraînement de votre aîné, c’est vrai ; mais tu ne pensais pas qu’il serait aussi affecté par un banal vol d’escorte. Toi-même, tu… Bon, effectivement, tu n’as jamais volé de cette manière – tes déplacements dans les airs se sont toujours faits à dos de dragon avec Fantasme, mais tu n’en tires pas particulièrement de souvenir désagréable ! Ton cher frère passe peut-être un peu trop de temps assis dans son laboratoire, qu’à se fortifier au grand air. Ce n’est toutefois pas vraiment le moment de lui en parler, te souffle ton instinct, aussi te contentes-tu de sourire avec indulgence en écoutant ses plaintes. Il a l’air si piteux !

C’est un rire gai qui s’échappe de ta gorge lorsqu’il évoque les bisous magiques de son enfance – oh, combien de fois Mélisende et toi avez pu trouver vos frères endoloris d’un jeu ou d’une expérience ayant mal tourné ! Melbren avait tendance à se plaindre avec véhémence, captant toute l’attention de ta jumelle ; Castiel, lui, portait plutôt toute la détresse du monde dans le regard triste qu’il posait sur toi, suppliant silencieusement un peu d’affection pour panser les plaies de son amour-propre égratigné. Dès le premier jour de la vie du petit prince au sein de votre maisonnée : Melbren l’avait entraîné dans une partie de luge… dans le grand escalier, résultant d’une dégringolade plus ou moins désordonnée. Tu leur étais tombée dessus juste après, alors qu’ils se relevaient en contemplant les ravages sur le mobilier ; et tu les avais contemplés un instant, du haut de ta jeune adolescence, tentant de comprendre l’enchaînement des événements, et réfléchissant à la réaction qu’aurait eue Melsant en de telles circonstances. Tu avais alors simplement pris le petit prince timide d’une main, ton cadet rieur de l’autre, et tu les avais emmenés aux cuisines se gaver de crêpes.

« Dois-je demander à Valentin de te faire préparer des crêpes ? » proposes-tu alors avec un sourire attendri, tandis que tu déposes le baiser magique réclamé, sur le bout de son nez. De la main, tu écartes une mèche de cheveux rebelles ; ils ont poussé, un peu, depuis que tu l’as vu, et tu as presque l’impression de le voir grandir à vue d’œil dans ces temps perturbés. « Comment vont nos parents, dis-moi ? Et Mélisende ? Et Castiel ? » Tu as vu Melsant le mois dernier, mais le reste de ta famille te manque. En ces temps difficiles, et même avec le retour tant attendu de cet époux que tu aimes tant, tu as besoin des tiens auprès de toi. Que tu es heureuse, d’avoir Melbren un peu pour toi !

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyLun 12 Fév - 18:11

Tes bêtises provoquent un rire chez ta sœur et tu en es plus que satisfait. Egayer les membres de ta faille te met toujours du baume au cœur. Elle te prodigue le fameux bisou magique et tu glousses doucement quand ses lèvres viennent frôler ton nez.
La mention des crêpes fait naître en toi un sentiment de nostalgie qui te ramène à ton enfance, aux goûters que vous partagiez dans la bonne humeur. « C'est une excellente idée, mais plus tard, peut-être ? Valentin a bien mérité un peu de tranquillité, le pauvre. » Une perle rare, cette homme. Il endurait tes lubies et excès sans broncher depuis de nombreuses années, et ce avec une efficacité qui te fascinait encore parfois. Un peu de répit avant ce soir ne pourra que lui être bénéfique.

Elle écarte une mèche dissidente de ton visage et tu lui souffles un merci. « Comment vont nos parents, dis-moi ? Et Mélisende ? Et Castiel ? » « Ils se portent tous à merveille. Père et Joséphine ont récupéré de la fatigue accumulée lors de notre voyage et lui a repris ses affaires avec son efficacité habituelle. Mère m'a donné mille et une consignes pour le trajet en griffon d'escorte – tu me feras penser, elle m'a donné quelques bricoles pour vous. Méli est toujours aussi radieuse. Castiel s'est remis de son accident et a repris ses bonnes habitudes. Madeleine rayonnait de santé et bébé Odette est simplement exquise. Tu la verrais, son minois donne envie de lui croquer les joues. » A la mention de votre nièce, ta main a serré instinctivement celle de Mélusine sous l'enthousiasme. « Elle donnera du fil à retordre aux petits de Sylvamir, en digne fille de ses parents, j'en suis sûr. » L'amusement est audible dans ta voix.

« Et toi, alors ? Comment vas-tu ? La petite famille se porte-t-elle bien ? J'espère que Lichen ne vous a pas posé souci, d'ailleurs... » Ton Familier s'en défend mollement dans ton esprit, mais il est bien trop occupé à dévorer ce qui lui a été donné en cuisine pour s'en préoccuper.

Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyMer 21 Fév - 20:14

Attendrie, tu écoutes les nouvelles que ton frère te donne, rassurée de savoir que votre père et ta chère Joséphine se sont bien remis de leur longue errance en direction de Roc-Épine. Que tu t’es inquiétée, lorsque tu as su que Maximilien était parti avec Melbren ! Tu auras pu perdre ton plus jeune frère, et ton père se jetait lui aussi en plein danger, dans la gueule du dragon. Ismalia a dû se ronger les sangs, et tu bénis la présence réconfortante de Mélisende à ses côtés ; ainsi, elles ont pu veiller l’une sur l’autre. Tu auras bien aimé te trouver à leurs côtés, en l’absence de Hiémain ; mais le Destin en a décidé autrement. Finalement, tout est rentré dans l’ordre, et ton soulagement est à la hauteur de tes folles inquiétudes. Tu hausses un sourcil sceptique et ton sourire se fait entendu, quelques secondes, lorsque Melbren évoque « l’accident » de Castiel. Vous savez très bien, l’un et l’autre, qu’il n’y a pas eu d’accident mais mesure de sauvegarde de sa réputation – mais ni l’un ni l’autre ne l’évoquerez à voix haute. Pas tant que le principal intéressé ne le dira pas lui-même.

Tu as hâte, de rencontrer enfin la petite Odette. « Castiel doit être terrifiant d’enthousiasme, depuis la naissance. » devines-tu tandis que ton sourire se fait bienveillant. Tu imagines très bien l’empressement de ton frère d’adoption, qui doit couvrir ce bébé de toutes les attentions – heureusement, la sage Madeleine doit être en mesure de tempérer un peu ses excès. La réputation de sagesse discrète de ta princière belle-sœur est solidement établie dans la famille, après tout ! Castiel, père de famille. Avant Melsant. Avant Mélisende. Les deux que vous pensiez potentiellement les meilleurs parents ont déjoué toutes les prédictions, décidément – plus ou moins, dans le cas de ta sœur dont tu élèves l’enfant, la principale intéressée ignorant totalement ta parfaite connaissance des faits.

Quelle famille étrange.

C’est lorsque Melbren te questionne sur la tienne que ton sourire se crispe un peu. « Hiémain est enfin revenu – je n’en pouvais plus, de son absence, j’en ai vraiment voulu à cette affreuse pie couronnée de l’avoir retenu loin de moi tout ce temps. » Ton inimitié pour Astrid n’est pas nouvelle – toute ta famille t’a déjà entendue te répandre en malédictions à l’encontre de cette femme dont le seul crime réel est de porter trop d’attention à ce mari dont tu revendiques jalousement l’exclusivité. « Meldred se porte très bien, il pousse à merveille – Lichen a dû te le dire, il a pris l’habitude de dormir avec lui dans son berceau ! Il ne nous a posé aucun souci, il a été discret et mignon. Agathe et Arsène vont bien, eux aussi – ils se font un peu à tous les changements dans nos vies. Et moi, je – je vais bien, aussi. Oui. Je vais très bien. »

Tu soulignes fermement cette affirmation d’un hochement de tête – avant de fondre en larmes soudainement, sans crier gare.

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyMer 28 Fév - 15:38

Tu ravi d'apprendre que les deux époux ont pu se retrouver, mais quelque chose t'interpelle dans le langage corporel de ta sœur, tu ne saurais dire quoi. Tu exerces une brève pression sur sa main quand elle cite celle que tu reconnais comme Astrid, sachant pertinemment les sentiments qu'elle entretient pour la duchesse. Tu es satisfait d'entendre que les membres de sa famille vont bien, qu'Agathe et Arsène continuent de se faire à cette vie rythmée – tu demandes où la jeune femme en est avec Lancelot et si le garçon a obtenu l'autorisation pour le petit canon –, mais aussi que Lichen s'est bien comporté. Tu ne t'attendais pas spécialement à ce qu'il joue les petits diables, mais tu sais qu'il se permet parfois des choses avec certains membres de ta famille. Malgré tout, tu ne peux nier que l'image de ton Familier blotti contre Meldred te paraît simplement adorable – et tu ignores sans vergogne la vague de protestation qu'il t'envoie.

Pourtant… Pourtant, les traits de Mélusine semblent lentement s'affaisser. D'autant plus quand elle termine en assurant qu'elle se porte bien. Et tes inquiétudes sont confirmées et décuplées quand le chagrin la prend soudainement et violemment. Toutes les alarmes s'enclenchent dans ton esprit et la panique monte crescendo. Les larmes coulent chaudement sur ses joues et tu te déplaces sur le lit malgré les protestations de tes muscles douloureux. Tes bras vont l'entourer avec amour sans attendre. « Ma Mélu, ma Mélu, pourquoi ce chagrin ? » Tu appuies un baiser sur son cuir chevelu. « Qu'est-ce qu'il se passe ? Quelqu'un t'a fait du mal ? »

Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B
















Dernière édition par Melbren de Séverac le Sam 17 Mar - 1:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptySam 3 Mar - 21:37

Impossible de comprendre pourquoi, d’un coup, le fardeau que tu portes crève soudainement dans un torrent de larmes hoquetantes. Tu l’as pourtant porté un moment, écartant les questions d’un sourire et les regards trop curieux d’une pirouette, à ta manière faussement enjouée de Cielsombroise dont les talents de Voleuse du Charme ont été abondamment travaillés. Pourquoi devant Melbren, lui le petit, lui le benjamin, lui qu’il fallait protéger et que Mélisende et toi avez toujours couvé, l’écartant soigneusement de tout tracas ? Pourquoi aujourd’hui entre tous les autres jours, où tu as la joie de retrouver ce frère adoré que tu voudrais côtoyer plus, après trois mois de résignation fataliste ? Impossible d’y répondre, impossible de savoir pourquoi ; mais le résultat est là, tu as finalement rendu les armes et abdiqué face au chagrin qui te dévore de l’intérieur, parcelle après fragment, impitoyablement.

Secouée d’irrépressibles sanglots qui charrient trop bien toute ta détresse, tu t’agrippes aux bras que Melbren a passés autour de toi pour te serrer contre lui, trouvant un réconfort certain dans la chaleur de sa présence. Tu as l’habitude, pourtant, d’être forte pour eux, pour ces frères que tu adores et cette sœur que tu chéris ; voilà qu’aujourd’hui tu te montres d’une impardonnable faiblesse, et si cette pensée te torture elle ne suffit pas à stopper la course folle de tes larmes qui s’enfuient hors de leur cage pour dévaler la courbe de tes joues. Pendant quelques minutes, tu te contentes de laisser couler ta peine, comme un poison qui quitterait enfin l’affreuse plaie que tu caches au fond de ton cœur depuis la visite d’Alméïde en août. Pauvre Melbren, qui doit s’inquiéter si fort ; il est certainement à mille lieus d’imaginer la cause de tout ce débordement de tristesse, et tu luttes, péniblement, pour trouver un pauvre sourire. D’un geste tremblant, tu essuies tes joues du revers de ta main, cherchant désespérément un reste de dignité pour reprendre le contrôle de ton corps.

« Je vais bien, je te jure », bégaies-tu entre deux hoquets larmoyants, « je suis juste f-fatiguée. » Entre autres, oui – tu es même plutôt heureuse, en ce moment, entre le retour tant attendu de ton époux et la surprise que vous préparez pour les dix-huits ans d’Agathe et l’adoption d’Arsène. Tu te tournes vers ton cadet – il a grandi, bonté divine, il est plus grand que toi à présent, mais depuis quand ? Et tu balbuties, battant frénétiquement des cils pour asseoir ton regard noyé de larmes. « Il y a j-juste, comme une ombre, qui me grignote le c-cœur, tu comprends ? »

Bien sûr.
S’il y comprend quoi que ce soit, lui, peut-être qu’il voudra bien t’expliquer ?

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptySam 17 Mar - 1:58

Elle pleure toutes les larmes de son corps, ta Mélusine, et tu es impuissant. Tu es profondément inquiet, également, et tu ne peux t'empêcher d'imaginer toute sorte de situations qui auraient pu la mettre dans un tel état. En attendant, tu lui laisses le temps ; tu resserres ta prise sur elle et tu l'enveloppes de ta présence comme tu peux. Tu patientes en murmurant des mots que tu espères apaisants. Tu embrasses parfois son crâne et tu la gardes contre toi.

Finalement, elle se calme suffisamment pour ralentir le flot de ses larmes et tu l'observes essuyer ses joues, le cœur serré. Elle t'assure qu'elle va bien, qu'elle est fatiguée, mais tu connais ta sœur. Tu pressens tellement plus qu'une fatigue morale ou des troubles anodins. Alors tu lui laisses le temps de se reprendre. Tu attends, tu patientes, car rares sont les fois où tu as pu être là de cette façon pour elle. Tes aînées ont toujours eu tendance à te protéger de tout et tu veux la soutenir si elle en a besoin et si elle t'en laisse l'occasion.

« Il y a j-juste, comme une ombre, qui me grignote le c-cœur, tu comprends ? » Tu prends sa main dans la tienne et tu hoches la tête. Tu ne sais pas de quoi il s'agit, mais tu connais ces ombres. Elles guettent la première faille pour puiser dans vos réserves, pour vous affaiblir et vous faire douter, vous blesser sans hésitation. Tu en contiens dans ton cœur depuis longtemps et tu espères pouvoir faire quelque chose pour celles qui hantent ta sœur.

De ta manche, tu essuies ses joues, pour effacer les traces des nouvelles larmes, celles qui coulent plus silencieusement, sûrement sans l'accord de Mélusine. « Parle-moi de cette ombre, explique-moi. Je ne pourrai peut-être pas t'aider, mais je veux être là pour toi si c'est possible. » Pas de sourire sur ton visage. Simplement des traits tirés par l'inquiétude et l'appréhension de ce qu'elle pourrait te révéler.

Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyDim 8 Avr - 19:04

Le flot de chagrin qui crève et dévale tes joues te laisse épuisée soudain, et tu laisses Melbren essuyer les larmes de tes joues d’un geste tendre qui te réconforte un peu. Tu n’as pas l’habitude d’avoir des témoins lors de tes crises de larmes, et sa présence est déconcertante. Tes crises de colère, tes rages flamboyantes, tout le monde les connaît : tu ne te caches pas pour hurler ton mécontentement, en bonne Cielsombroise mais également en digne fille de ta mère. Mais les plaies de ton cœur, Mélusine, de ce cœur bien trop fragile, tu les caches pour ne pas qu’autrui puisse comprendre l’ampleur de ta sensibilité et se servir de cette faiblesse contre toi. Voilà que Melbren les voit soudain, et tu crains de baisser dans son estime. Tu as voulu être une grande sœur solide pour tes deux cadets, et la force des choses a fait que Castiel a monopolisé plus de ton temps que Melbren – mais tu l’aimes quand même profondément. Tu dois bien admettre que c’est rassurant, quand même – te sentir entourée et choyée, dans ces moments difficiles, fait bien plus pour rasséréner ton âme chamboulée que tous les arguments que ta logique peut formuler.

La vérité, c’est que tu ne sais pas comment formuler les choses. Raconter les tendres sentiments que tu as toujours eus pour Alméïde, dès ta vingtaine aventureuse, ne serait certainement pas une surprise pour Melbren qui te sait tout autant amoureuse des femmes que des hommes. Il sait également sans doute qu’elle a toujours refusé tes avances au fil des ans, jusqu’à t’encourager à monter à l’assaut des terres de celui qui est devenu ton époux – elle a sans doute été la première à deviner qu’un amour profond et sincère pour Hiémain avait germé en ton cœur et s’était étoffé les années passant. Tout cela, ton intelligent cadet l’a sûrement deviné, ou glané ici et là dans les confidences de Mélisende et Joséphine.

Mais le reste ?
Le reste, il va falloir essayer de l’expliquer.
« Je-je m’étais résignée, tu sais. Elle avait dit non, puis elle m’a dit que celui que j’aimais vraiment, c’était Hiémain. Et elle avait raison, mais elle avait tort aussi, parce que je les aime juste pas pareil, tu comprends ? C’est juste différent. Et je m’étais dit que c’était comme ça, tant pis, et que je serais heureuse quand même avec lui, et il me rend heureuse Melbren tu sais, vraiment heureuse ! Et puis elle s’est fiancée, et j’étais heureuse pour elle, et un peu triste quand même, et ensuite elle est venue me voir, là, et elle m’a dit, qu’elle voulait m’épouser, je m’y attendais pas, et j’avais tellement envie de dire oui, tu sais, ça me brûlait les lèvres, et j’ai dit non, parce que mon mari il est de Valkyrion, et que je ne veux pas briser le cœur de Hiémain, ça non je ne peux pas, alors c’est mon cœur à moi qui meurt là, à l’intérieur… ! »

Il comprendra sûrement, que tu parles d’Alméïde.

Spoiler:
 











Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyLun 7 Mai - 18:18

Tu n'es pas connu pour ton impatience, mais la patience n'est clairement pas ton fort, en règle générale. Tu aimes le mouvement, tu aimes que les choses s'enchaînent, s'emballent, tu aimes être submergé par une multitude de sensations et d'émotions, tu aimes l'inconstance. Pourtant, parfois, comme dans la situation actuelle, tu es capable de faire preuve d'une patience infinie. Pour ce et ceux qui comptent, tu serais prêt à rester des heures entières immobile, muet, à laisser le monde avancer sans toi. Ainsi, tu laisses à ta sœur le soin de trouver ses mots, de choisir ce qu'elle souhaite partager avec toi ou non.

Quand les premiers mots résonnent, tu exerces une pression sur sa main pour l'encourager d'autant plus. Tu es confus au début, car elle ne spécifie pas l'identité de la personne dont elle parle. Le déclic se fait pourtant rapidement. Quelle femme pourrait être concernée par des faits si importants si ce n'est Alméïde ? Tu le sais, elle fait partie intégrante de la vie de ta sœur, par bien des aspects, et tu as une idée générale des événements qui ont façonné leur lien. Tu hoches donc la tête quand elle te demande si tu comprends, l'une de tes mains allant caresser son bras de haut en bas dans un geste se voulant apaisant.

Tu acquiesces encore à plusieurs reprises par la suite et ce qu'elle t'avoue te fend le cœur. « Ma Mélu, ma sœur, bon sang… » Tes bras vont l'entourer sans même que tu prennes le temps d'y réfléchir. La situation est tellement compliquée que tu ne trouves pas de suite les mots. Comment trouver les mots quand tant de cœurs sont mis ou vont être mis à rude épreuve ? Tu embrasses son crâne avec force. « Les jeux auxquels joue Mirta dépassent mon entendement, parfois. » Ta voix est un peu tremblante. Tu sais, tu comprends, tu compatis et ton âme pleure le drame que ta sœur est en train de traverser.

Quelques instants puis tu t'écartes pour la laisser respirer, se reprendre, ce dont elle a besoin. « Est-ce que je peux demander pourquoi elle a changé d'avis ? » Ta voix est basse et ta main va caresser doucement sa joue.


Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyMer 6 Juin - 16:52

Tout cela te pèse décidément bien trop : tu avais bien décidé, pourtant, de ne pas t’y attarder et d’en prendre ton parti. Tu as fait le choix de cesser de poursuivre Alméïde qui refusait de voir tes avances ; tu as décidé de suivre la moitié de ton cœur qui se languissait de Hiémain, et tu ne regrettes certes pas ce choix. Mais parfois, dans le creux de ton âme, il y a cette faille cruelle qui s’ouvre et qui suinte mille susurrements mesquins, de ce que l’avenir aurait pu être, et de ce qui ne sera jamais. N’est-ce pas absurde de regretter un futur révolu avant même d’avoir existé ? Parfois, tu voudrais pouvoir retirer ces pensées idiotes de ta tête, où elles ne font que tourner et retourner sans fin, empoisonnant un peu plus ton âme en détresse.

La présence de Melbren te fait du bien, pourtant – qu’il est agréable, l’espace d’un instant, d’être celle que l’on réconforte, et non plus le pilier solide qui ne peut se permettre de flancher sous peine de voir son monde entier s’effondrer ! Qu’il est rassurant, de se réfugier dans les bras de ton frère pour y verser tes larmes. Un peu tremblante, un peu penaude, tu tentes d’expliquer ce que tu pressens – elle ne te l’a pas dit, mais tu penses en avoir deviné une partie. « Castiel, je pense – il a bien deux épouses, lui, ça a dû lui donner des idées, à elle ; et je suppose qu’il lui en a parlé, lui aussi. Il est capricieux et entêté, mais il perçoit bien plus qu’on ne le pense, tu sais… Je pense qu’il aura compris ce qu’elle ne disait pas, et peut-être provoqué sa réflexion, sans penser à mal… Sans imaginer le mal que cela pourrait nous faire, Mirta le bénisse, ce cher petit. » Un rire étranglé t’échappe à la pensée de Castiel jouant aux intermédiaires matrimoniaux et piétinant tout sur son passage, débordant de bonnes intentions.

Pensive, tu t’accroches aux bras de Melbren, profitant du réconfort et du soutien qu’il t’offre, quelque peu rassérénée par ce câlin fraternel fort bienvenu. « Allons, ne parlons plus de cela, je t’en prie – pas pour l’instant. Ça va passer, tu me connais, tu sais. Occupons-nous plutôt de tes bleus, mon petit. », conclus-tu dans un brave sourire encore un peu tremblant.











Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus EmptyDim 2 Sep - 21:54

Tu abaisses ta main alors qu'elle reprend la parole, tes yeux ne quittant pas son visage. Tu l'écoutes et tu ne peux qu'acquiescer faiblement par réflexe ou de manière plus ferme lorsqu'elle parle de la perspicacité de Castiel. Votre frère sait trop bien comment cacher son jeu ; il y a tant de choses qu'il ne révèle qu'à ses proches, voire qu'il garde pour lui. Tu grimaces cependant sur la fin de ses paroles car tu constates combien tout cela bouleverse ta sœur et tu détestes ça. Tu aimerais tellement pouvoir la protéger en toute circonstance, elle qui a toujours assumer son rôle d'aînée sans faille.

« Je suis persuadé que les choses finiront par s'arranger. Continue d'être forte, ma sœur, le Tisserand veille sur nous tous et j'aime à croire que chaque événement a sa raison d'être. Ton cœur trouvera la paix, aie confiance. » Tu ne peux en être sûr, tu ne sais pas ce que l'avenir vous réserve, mais c'est ce à quoi tu choisis de croire. Une bonne étoile veille sur elle et elle sortira de ces troubles plus forte et plus heureuse. Il ne peut en être autrement.

Après une énième étreinte où Mélusine a gardé le silence, elle préfère finalement changer de sujet. Tu lui concèdes ce fait, incapable de toute manière de l'aider pour l'instant concernant son dilemme. Tu hoches la tête et saisis sa main sur laquelle tu déposes un baiser appuyé exprimant toute ta tendresse à son égard. « Tu es l'une des femmes les plus fortes que je connaisse, ma Mélu. »
Puis, conformément à son souhait, tu suis son changement de sujet.

Tes muscles décident de se rappeler à ton bon souvenir, comme s'ils avaient attendu leur moment pour se plaindre à nouveau. « As-tu apporté avec toi un onguent magique qui permettra de faire taire mon corps capricieux et fragile ? » Tu fais transparaître de l'espoir dans ta voix et une pointe de gaminerie. Tu n'es pas naïf, tu sais que seul le temps réussira à calmer les tensions dans ton corps, mais tu ne serais pas Melbren sinon.

« Je m'en remets à tes bons soins, mais sache que ta présence à elle seule suffit à apaiser mon cœur secoué par toutes ces aventures. » Un sourire charmeur, la tête légèrement sur le côté pour l'effet. Tu glousses doucement alors que tu la laisses prendre les choses en main et que tu écoutes ses éventuelles instructions.

Tu espères que la conversation à suivre aidera à la divertir, mais, surtout, que ses troubles trouveront dénouement joyeux au plus vite. Tu l'espère du fond du cœur.


Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Tape-cul et muscles fourbus   Tape-cul et muscles fourbus Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Tape-cul et muscles fourbus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: