AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-25%
Le deal à ne pas rater :
Nouveaux écouteurs Apple AirPods 2 au meilleur prix
133.49 € 179 €
Voir le deal

Partagez
 

 Laisse moi recouvrir le réel de chimère...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tara Mille-Visages
Tara Mille-Visages

Messages : 886
J'ai : 38 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien Aigrépine
Message Sujet: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyVen 20 Oct - 20:06


Livre II, Chapitre 6 • La Chasse sauvage
Tara Mille-Visages et Merle Consent

Laisse moi recouvrir le réel de chimère...

Parce toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire...



• Date : 15 novembre 1002
• Météo : Le temps est clément même s'il fait frais, le soleil commence à se coucher et illumine les tours de Lorgol
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Tara, après avoir passé une journée à tenter de nettoyer sa nouvelle demeure, laisse ses pensées vagabonder avant que Merle ne tombe sur elle. Les révélations qu'elle a faites pendant qu'elle délirait vont-elles refaire surface ?
• Recensement :
Code:
• [b] 15 novembre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2811-laisse-moi-recouvrir-le-reel-de-chimere#89462]Laisse-moi recouvrir le réel de chimère...[/url] - [i]Tara Mille-Visages et Merle Consent[/i]
Tara, après avoir passé une journée à tenter de nettoyer sa nouvelle demeure, laisse ses pensées vagabonder avant que Merle ne tombe sur elle. Les révélations qu'elle a faites pendant qu'elle délirait vont-elles refaire surface ?

[/quote]



   

   
   
   
   
   
   
   
   
   




Dernière édition par Tara Mille-Visages le Dim 29 Oct - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tara Mille-Visages
Tara Mille-Visages

Messages : 886
J'ai : 38 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien Aigrépine
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyVen 20 Oct - 20:07

Mon regard perdu dans le vague, assise sur les marches de cette nouvelle petite tour dont j'ai hérité je ne sais plus comment, je regarde sans les voir les enfants qui s'amusent à quelques mètres à peine de moi. Ils chahutent, s'inventent leur propre univers et chacun de leur rire est comme une poignée de sel jetée sur une plaie à vif. J'avais réussi à me persuader, au fil des années, que je vivais parfaitement bien ce manque, que je n'avais pas besoin de le combler. Après tout, c'était une sentence plus qu'appropriée pour le déshonneur et la peine que j'avais causée à ma famille. Mais, avec ce qui s'est passé, dans cette autre vie, dans cette autre réalité, je n'arrive plus à oublier la sensation de sentir un enfant grandir en mon sein. Tout ça, j'aurais pu l'accepter, faire avec ou je ne sais quoi du même genre, mais c'était sans compter sur cette épidémie qui m'a privée de magie pendant de longues semaines. A cette pensée, j'ai un frisson que je suis incapable de réprimer et je serre ma cape contre moi, cherchant Archimède du regard. Il était en train de voleter joyeusement mais, en me voyant comme ça, il plonge dans ma direction, se nichant dans mon cou et hululant doucement pour me rassurer. Il est là, je ne l'ai pas perdu. Je ne sais pas si j'aurais réussi à survivre sans lui en plus du reste. En plus d'avoir perdu une deuxième fois Tyr, en plus d'avoir été incapable de recourir à l'illusion pour essayer de cacher qui je suis vraiment. Il y a eu trop de choses, beaucoup trop pour moi et j'ai du mal à tenir bon.

J'effleure doucement les plumes d'Archimède qui m'assène un coup de bec affectueux alors qu'il plonge dans mes pensées et qu'il essaie de les apaiser. Sa présence est une réalité à laquelle je peux me raccrocher sans hésiter, qui m'a évité de perdre pied pour de bon. Pourtant, tout reste si fragile que j'ai peur. J'ai cette angoisse sourde qui me vrille les entrailles chaque jour. A la peur que Tyr apprenne, d'une façon ou d'une autre, qui je suis réellement, surtout après avoir passé tant de temps sans être capable de dissimuler mon visage qu'il connait maintenant. Si le temps avait pu effacer un peu mes traits, le retrouver dans cette autre vie les a rendus plus vivaces pour lui. Sauf s'il a oublié. Une part de moi l'espère de tout son cœur. Et l'autre ? Elle est tellement plus stupide. Elle espère qu'il se souviendra, qu'il comprendra et qu'il arrivera à faire céder ce mur que j'ai bâti pour me protéger. Et que je pourrais retrouver mon frère. A cette pensée, je secoue la tête, soupirant longuement et laissant filer les secondes puis les minutes.

Jusqu'à ce qu'une silhouette familière se dessine parmi les enfants. Je les entends s'exclamer, se précipiter vers lui et mettre les mains dans ses poches. Il fait mine de se débattre mais je vois à son sourire qu'il est plus que ravi de ce traitement. Et je suis incapable de garder cet air morose qui est le mien. Archimède quitte mon cou pour voler vers lui et il se pose un instant sur le sommet de son crâne pour capter son attention. Avant de revenir vers moi et de se percher sur le rebord des petites marches. Alors que l'un des maitres de la Cour s'approche, je me relève et j'époussète ma jupe, non sans esquisser un sourire désolé. "Je crois qu'il a deviné que je ne savais pas comment t'interpeler." Je me sens un peu gênée. Après tout, il a été là tout au long de ma maladie. Qu'il m'ait vue sans mes illusions n'est pas vraiment important. Ce n'était pas la première fois le concernant et nous avons vécu des situations qui ont fait que je n'avais plus vraiment un contrôle total. Alors il sait à quoi je ressemble vraiment depuis longtemps déjà. C'est probablement le seul, avec Tristan. Mais, ce qui m'inquiète un peu, c'est qu'il m'a entendue délirer. Je sais qu'il était là, j'ai senti sa présence. Pourtant, je ne sais pas ce qu'il a pu entendre, ce qu'il a retenu et, pire encore, ce qu'il a compris. "Nous n'avons pas eu le temps de vraiment nous voir depuis notre retour de Roc-Epines. Comment vas-tu Merle ? Et que penses-tu de mon nouveau palais ?" Je lui désigne la tour un peu humide d'un geste de la main, que je me suis enfin décidée à retaper. Pour me changer les idées, bien évidemment. Mais ça, je vais éviter de le dire à haute voix.



   

   
   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Merle Consent
Merle Consent

Messages : 372
J'ai : 48 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyVen 3 Nov - 12:17

Peut-être était-ce juste une impression trompeuse, peut-être que j’avais simplement été trop de fois au mauvais endroit, au mauvais moment. Mais cette sensation que tout allait trop vite, que les choses et les incidents s’accéléraient et se succédaient, ne me quitte pas vraiment depuis quelques semaines. Et tout va de mal en pis. Que ce soit des réalités différentes, horribles et douloureuses pour la plupart de ceux que je connaissais, pour moi aussi évidemment. Ou que ce soit cette maladie, ces morts et toute cette course contre la montre. Aucun des derniers évènements n’est anodin et ne peut sembler inoffensif, même pris séparément. L’angoisse est palpable chez tous les maitres, l’appréhension qu’un nouveau drame n’arrive est au centre des pensées de chacun. Enfin non, certains étaient en dehors de tout cela, ne semblaient nullement touché par ces histoires, mais ils demeuraient rares.
Les enfants semblent extérieurs à cela, profitant comme toujours de l’instant présent, ne songeant qu’à s’amuser ou à comment remplir leurs poches de quelques pièces. Et c’était bien ce mélange de naïveté et d’insouciance que je chéris et tâche de préserver, encore plus maintenant après avoir fait subir tant de souffrances. Je sais… Non, j’essaie de me convaincre que tout cela était faux, que ce n’est pas réellement arrivé, sans grand succès jusqu’à présent. Comment le pourrais-je alors que je vois encore leur visage et que je me souviens de ma colère et de mon indignation, non de tout ce trafic, mais des pertes et de l’état de ma marchandise ?... Marchandise, rien que d’y repenser, j’en ai encore des haut-le-cœur. Ce n’était pas vraiment moi, ni mon monde, ni mes actions… Mais c’était moi, mon monde et mes actions…

Non, cela n’a pas grand sens, pourtant, je n’arrive pas à me défaire de toute cette histoire. Pourtant, comme d’habitude, je me retrouve à errer dans les ruelles, à sourire et à plaisanter avec ceux que je croise. Comme pour effacer ces souvenirs. Comme pour m’assurer, encore et toujours, que tout le monde va bien, que tout est en ordre. Je camoufle autant que je peux mon inquiétude et mes tourments, et j’y arrive relativement bien je pense. En même temps, ne pas y parvenir serait quelque peu gênant pour un maitre du charme, le mensonge et la duperie étant la base de tout apprentissage. Je fais donc illusion, et je tente intérieurement de chasser ces démons et de me persuader que tout va bien.
Et parmi eux, au milieu de cette marmaille criante et mouvementée, je me sens apaisé, à ma place. Je joue le jeu, comme d’habitude aussi, et je m’offusque alors qu’ils tentent de détourner mon attention pendant que d’autres me volent. Et certains ne se débrouillent déjà pas trop mal je dois l’avouer. Je lève les yeux alors qu’Archimède s’approche et fait rire les gamins en me prenant pour un perchoir. Mon sourire s’agrandit et je tourne la tête jusqu’à apercevoir la magicienne. Qui semble aussi morose que je peux l’être. Je parviens à me faufiler parmi les gamins, échappant à leurs mains lestes, les poches presque vides, et je la rejoins, un sourire aux lèvres, presque nonchalant. Je jette un coup d’œil à l’oiseau, avant de reporter mon attention sur elle, un sourcil levé.

« Moi ? Je sais que je suis impressionnant, voire même renversant, et je comprends que l’on se sente troublé et timide face à moi, mais jusqu’à preuve du contraire, je n’ai jamais refusé une entrevue avec une charmante demoiselle. »

Je la dévisage, avant de lever les yeux pour admirer la tour. Evidemment que tout cela la travaille. Parce qu’au milieu du reste, des tragédies et autres histoires, il y a elle, qui a beaucoup subi et qui a fait partie des malades. Elle qui n’a pas réussi à maintenir sa magie et ses illusions, mais je me doute que ce n’est point ce qui l’importe, je l’avais déjà vu sans, même si je ne m’en étais jamais réellement rendu compte jusque-là. Mais elle a beaucoup parlé aussi, entre la fièvre et la perte du lien avec Archimède, je ne sais ce qui a joué le plus grand rôle dans tous ses murmures. J’en ai entendu plus que je ne voulais, j’en ai appris sans doute bien plus qu’elle ne le souhaitait. Craint-elle que je les souffle à d’autres ? J’espère que non, elle me connait mieux que cela quand même.
J’ai une moue en regardant l’édifice délabré.

« Une véritable merveille dis moi… De qui tiens-tu donc ce truc ? Tu comptes y rester ?... Il faudrait le remettre un peu en état si tel est le cas. »

Je la fixe et m’approche pour l’embrasser sur le front, tout en remettant une mèche de cheveux derrière son oreille.

« N’est-ce pas plutôt à moi de te poser cette question ? Tu as l’air d’aller mieux, est-ce le cas ? » Je hausse les épaules et souris. « Je vais on ne peut mieux, même s’il est vrai que ta compagnie m’a manqué... Mais j’ai trouvé de quoi m’occuper et me distraire pour oublier cette terrible absence. »

Je lui fais un clin d’œil, avant de rejoindre les marches et de m’y asseoir, non loin d'Archimède. Quoi ? Mais oui, je vais bien. Et puis, à quoi bon en parler encore ? Sans parler qu’elle a bien assez de soucis comme cela non ?


Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  TitreMerle1Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  554690AbandonTrafic
Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  CoffreCoffreLaisse moi recouvrir le réel de chimère...  EchosMainsBaladeuses


Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tara Mille-Visages
Tara Mille-Visages

Messages : 886
J'ai : 38 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien Aigrépine
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyDim 19 Nov - 21:28

Je devrais m'estimer heureuse, me dire que tout va bien, que tout s'est arrangé et que mon secret reste bien gardé. J'ai toute confiance en Merle, même si je ne sais pas exactement ce que j'ai pu lui dire. Et je sais que je vais devoir le questionner à ce sujet. J'ai pourtant repoussé le moment aussi longtemps que possible mais, maintenant que tout semble rentré dans l'ordre, je n'ai plus guère d'excuses pour cela. Mais il y a eu tellement de choses ces derniers moi que j'ai l'impression d'évoluer sur un fil, telle une équilibriste. Et de ne pas en voir le bout. J'ai peur de tomber avant la fin, de m'écraser et d'être incapable de me relever. Parce qu'il y a eu trop de choses, j'ai ressenti trop d'émotions contradictoires pour continuer à faire semblant, pour maintenir la même illusion, comme si de rien était.

J'arrive pourtant à sourire, sans avoir à me forcer, quand je vois Merle entouré de tous ces garnements. Il évolue à son aise, à sa place, alors qu'ils effectuent un véritable petit ballet autour de lui. Une danse à laquelle ils sont habitués et qui finit toujours de la même façon. Merle a toujours les poches pleines pour ces gamins, d'aussi loin que je me souvienne et je me doute que, dans quelques instants, ils s'éparpilleront une fois leur butin récupéré. Mais Archimède décide de faire des siennes avant qu'ils n'aient fini leur petit jeu. Je le vois bien à leur moue fâchée, même s'ils retrouvent leur sourire malicieux à la petite bourse que je leur lance. Après l'avoir fauchée dans les poches de Merle. Je ne sais même pas s'il s'en est rendu compte d'ailleurs. "N'en fais pas trop, je te l'ai déjà dit. Tu ne seras plus crédible à la longue. Et tu avais surtout l'air fort occupé, je ne voulais pas m'attirer les foudres de tes garnements. Ils auraient démonté ma tour brique par brique avant de me la renvoyer contre des pièces sonnantes et trébuchantes."

Même s'il sourit, impossible de ne pas voir qu'il semble quelque peu tourmenté. Il le cache mieux que moi ou plutôt, il le ferait si je n'avais pas mon illusion pour m'y aider. Je lève les yeux en direction de ma tour et j'ai un sourire taquin à sa remarque. "A dire vrai, aucune idée. J'ai reçu les clés un jour, dans une enveloppe, même si je doute qu'elles aient vraiment servi un jour. Je ne saurais dire si c'est un cadeau ou une corvée, mais j'aime l'idée d'avoir un petit coin à moi hors des murs de la Cour. Même si ce n'est pas vraiment un secret. Et je vais peut-être m'y installer un peu. Tu te sens de m'aider à faire quelques travaux ?" Je fronce le nez quand il m'embrasse sur le front, effleurant sa joue au passage alors qu'il reprend la parole. "Je vais mieux oui. Je suis moins fatiguée et je peux de nouveau user de ma magie sans qu'il n'y ait plus de problèmes. Et, surtout, mon lien avec Archimède est de nouveau aussi fort qu'avant." J'ai un sourire attendri en direction de mon Familier qui fait gonfler ses plumes pour montrer son contentement avant de reprendre, d'une voix douce. "Moi, te manquer ? Tu n'as pourtant pas beaucoup à faire pour te trouver des distractions justement. Et je gage qu'elles étaient ravies d'avoir toute ton attention non ?" Je me suis fait plus mutine alors qu'il s'assoit à côté de moi et que je reprends, après quelques instants de silence.

"Alors, comment est-ce que cela se passe maintenant ? Tu me dis la vérité sur ce voile qui obscurcit ton regard depuis que la trame temporelle nous a fait perdre le peu de raison que nous avions ou est-ce que nous parlons de ce que j'ai pu raconter durant les moments où je délirais ?" Je croise les bras et je le fixe, faisant preuve d'un aplomb dont je ne me croyais pas vraiment capable. Et pourtant, il y a des silences, des non-dits dont je peux m'accommoder. Ceux-là n'en font pas partie.



   

   
   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Merle Consent
Merle Consent

Messages : 372
J'ai : 48 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyJeu 30 Nov - 13:55

A me regarder, je sais que la plupart des gens pensent que je ne tiens guère à grand-chose et que je ne prends guère plus de choses au sérieux. Même certains de ceux qui me connaissent un peu le pensent à dire vrai. Mais c’est loin d’être le cas. Bon, certes, je plaisante beaucoup et tourne la plupart des choses en dérision, cela ne signifie pas pour autant que je suis aussi insouciant et désinvolte que le Second en vérité…
Je soupire et secoue la tête. Il fallait que ce soit lui. Ça aurait pu être n’importe qui, mais non, il fallait qu’elle soit liée à lui… Son cauchemar à elle avait-il été pire que le mien ? J’espère que non, et je ne suis pas certain que l’on puisse comparer de toute manière. Mais depuis Roc Epine, je comprends mieux certaines choses la concernant. Si je m’interroge sur ses actions, ses mensonges et ses peurs, cela n’efface nullement mes propres démons, qui sont à la fois plus présents et plus atténués lorsque je suis à la Cour, au milieu de mes enfants.

J’ai une exclamation scandalisée alors qu’elle me déleste de ma bourse pour l’offrir aux petits montres, qui repartent en piaillant, riant et courant plus vite encore que de coutume, comme si je risquais davantage de leur courir après pour la reprendre. J’ai un rire en l’entendant et je lui offre une révérence plus qu’exagérée.

« Si je n’étais pas crédible, je n’aurais pas tant de succès et je serais bien moins occupé, ce qui te laisserait tout ton soûl pour m’accaparer. Et tu places beaucoup trop de crédits en mes garnements… Quoiqu’ils n’auraient pas forcément grand mal à la démonter il est vrai. »

Je jette un coup d’œil à la dite tour, essayant de chasser les souvenirs et images qui me trottent dans la tête presque sans discontinuer. Me concentrer sur autre chose, sur les gosses, la Cour, sur elle, m’aide pas mal en général, alors oui, j’essaie de m’occuper tout le temps, encore plus qu’avant.  J’ai un froncement de sourcils à sa réponse, avant d’avoir un sourire en coin.

« Tu as reçu des clefs ? Et tu ne te poses pas de questions ? Tu ne te demandes pas ce que cela peut cacher ? Et je pencherai plutôt pour le cadeau empoisonné… Je comprends oui, c’est toujours agréable de se dire que l’on peut se réfugier quelque part. Même si pour ma part, je préfère être entouré et puis, j’ai grandi en voyageant un peu partout, je ne suis guère habitué à l’idée d’un chez-moi fixe. » Je hausse un sourcil sceptique. «T’aider ? Tout dépend de ce que tu appelles travaux. Je peux te fournir des dizaines de petites mains sinon, si tu ne crains pas de voir disparaître quelques bibelots au passage… Mais je pourrais essayer quoiqu’il en soit. »

Je l’observe, un sourire toujours aux lèvres, non sans me dire qu’il serait oh combien plus aisé que les femmes soient toutes elles plutôt que de toujours demander ou espérer monts et merveilles. Non, certes, cela ne change absolument rien. Mais quand même…  Je regarde ledit Archimède, souriant davantage en le voyant faire son beau.

« Tant mieux, j’en suis réellement soulagé. » Mon sourire se fait espiègle alors que je hoche la tête. « Elles l’étaient sois-en certaine.  Mais ce n’est pas parce que j’ai été fort occupé que mes amis ne me manquent pas… Et tu m’as manqué ma chère, crois-le ou non. »

Je m’installe à ses côtés et laisse mon regard errer autour de nous, le silence se faisant sans être ni gênant ni embarrassé. Quoiqu’il aurait peut-être mieux valu au vu de ses premières paroles. Je grimace malgré moi.

« Je dirais bien honneur aux dames, mais peut-être te sentiras-tu moins seule si je parle d’abord. » Mon regard se perdant plus loin, sur les quelques enfants présents non loin. « J’étais contrebandier, riche et célèbre, je voguais sur les vivenefs, aux côtés de pirates sanguinaires, toujours à la recherche de trésors cachés, activité transmise de génération en génération. » J’ai un sourire en coin en lui faisant un clin d’œil, avant que tout ne disparaisse à nouveau. « Je faisais le tour des villes, des campagnes et des ports, et il y avait toujours à faire et à rafler… La cale du bateau était pleine. Une vraie fortune. Des enfants de 5 à 12 ans je dirais à vue de nez, mais avec la malnutrition, va savoir… » Je cille un peu et reprend dans un murmure. « Je me vois encore pousser un gamin moribond du pied, avant d’aller fulminer contre le capitaine parce que ma marchandise dépérissait. Je vois encore leur regard implorant, effrayé, éteint. Et j’essaie de me convaincre que ce n’était pas moi, pas vraiment. Pourtant, je sens encore la main de cette gamine attraper ma veste du bout des doigts, tout comme je me revois encore la repousser d’un geste dédaigneux. »

J’inspire profondément et secoue la tête, sans pour autant la regarder. Je déglutis et laisse à nouveau planer un peu de silence, avant de reprendre.

« Tout ce que tu as pu dire restera entre nous, ne t’en fais pas. Nul autre n’a entendu et je n’ai pas l’intention de divulguer quoique ce soit. » Je lui jette un coup d’œil et esquisse un sourire qui n’atteint pas mes yeux. « Même s’il est possible que j’ai laissé échapper le fait que tu ait avoué n’avoir eu meilleur amant que moi… Mais cela ne choquera personne, toutes les femmes sont déjà au courant de cela. »
.


Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  TitreMerle1Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  554690AbandonTrafic
Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  CoffreCoffreLaisse moi recouvrir le réel de chimère...  EchosMainsBaladeuses


Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tara Mille-Visages
Tara Mille-Visages

Messages : 886
J'ai : 38 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien Aigrépine
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyMar 5 Déc - 21:57

J’ai souvent songé qu’il était difficile de cerner Merle, de le comprendre vraiment. Parfois je me suis demandé si, en faisant plus d’efforts, en insistant plus lourdement, la situation aurait pu évoluer différemment entre nous. Avant de me dire que ce qu’il y a entre nous m’est trop précieux pour que j’ai envie que les choses soient différentes. Il m’est assez rare d’être pleinement satisfaite d’une situation mais, étonnamment, c’est le cas avec Merle. C’est un confident, je peux compter sur lui en cas de coup dur et, lorsque j’ai envie, il peut s’inviter entre mes draps sans que nous n’ayons à nous devoir quoi que ce soit. Certains pourraient trouver cela frustrant mais cela m’a permis de garder un certain équilibre et, mieux encore, de ne pas avoir à lutter contre cette peur de l’engagement ou de trop m’attacher à un homme. Mon cœur n’a probablement jamais réussi à se remettre de ce qui s’est passé il y a maintenant 20 ans.  Et je n’en ai peut-être pas vraiment envie quand j’y pense. Ce ne serait qu’une juste punition pour avoir déshonoré ma famille et leur avoir causé tant de peine après tout non ?

J’essaie de chasser toutes ces pensées qui ne cessent de se bousculer avec les autres et je ne peux que rire à l’expression indignée de Merle lorsque je lance ses fleurons à l’intention de ses garnements. J’incline la tête à sa révérence, le regard pétillant d’amusement avant de souffler, d’un ton léger. "Il est vrai. Il faudrait donc que tu sois moins crédible mais ce serait bien moins amusant. Nous sommes donc dans une impasse n’est-ce pas ? Quant à tes garnements, je sais qui s’occupe d’eux, ils méritent donc toute mon attention. Et ma méfiance." J’ai pourtant un sourire attendri avant de reporter mon attention sur la tour et de soupirer doucement. "Pourquoi me poser des questions alors que je suis sûre que je n’aurais aucune réponse satisfaisante ? Peut-être quelqu’un qui souhaitait me remercier pour un service rendu ou qui souhaite voir la tour s’écrouler sur moi. Peu m’importe en réalité, j’aime bien cet endroit. Même si je serais incapable de dire pourquoi." Je cille un peu quand il parle de sa jeunesse et je le fixe, curieuse. "Et tu n’as pas la bougeotte ? Parfois je me demande comment doit être le monde ailleurs et puis, je me dis que je ne me sentirais probablement jamais aussi bien qu’à Lorgol." Je me fais songeuse avant de souffler, avec un sourire amusé. "Des bibelots ? Ici ? Difficile à imaginer. Mais je suppose que si je leur apporte le gite et le couvert, ils seront ravis de m’aider non ? Et puis, ce serait bien qu’ils aient un endroit sûr où dormir non ?"

J’ai un regard attendri en direction d’Archimède et j’effleure doucement son bec alors qu’il fait le beau. " Je ne sais pas ce qui se serait passé si je n’avais pas pu retrouver notre lien. Je me serais probablement éteinte, tout comme lui. Et je suis ravie de savoir que je t’ai manqué alors. Même si tu restes donc fort occupé." Je finis tout de même par entrer dans le vif du sujet, par ce qui le préoccupe d’abord. Je le connais bien et il est impossible de ne pas voir ce voile qui obscurcit son regard depuis des semaines déjà. Il ne lui faut pas longtemps avant de se confier et ma main serre doucement son avant-bras. "Ce n’était pas… réel. C’est comme si cette réalité voulait juste nous dévoiler cette personne que nous ne serions jamais. Tu n’as jamais fait de mal à aucun de ces enfants, ce n’était qu’un cauchemar bien trop réel. Et si je dois te le répéter chaque jour pour que tu t’en souviennes et que tu arrives à t’en convaincre, je le ferais." Ma main effleure sa tempe avant que je ne grimace à mon tour. "Je sais que tout restera entre nous. Ce que je ne sais pas en revanche c’est si c’est une bonne ou une mauvaise chose. Quant au fait que tu sois le meilleur amant que j'ai eu… est-ce vraiment une découverte ?" Et si j’ai une ombre de sourire à ses propos, je lui jette un regard un peu brillant avant de souffler, à mi-voix.

"J’ai fait de mauvais choix lorsque j’étais jeune, j’ai pris de mauvaises décisions. J’ai été sous le charme d’un homme et je … enfin j’ai cédé à ses avances. Quand il a appris que je portais son enfant, il m'a rejetée. Et je… j'avais déshonoré les miens. La seule chose que j'avais à faire c'était de… mourir." Je me mordille la lèvre et je reprend, dans un murmure. "Je me suis jetée dans le gouffre de Roc-Epines. Mais je ne suis pas morte, contrairement à ce que ma famille a pu croire. Ce que mon frère Tyr a pu croire. C'est ce jour-là que j'ai rencontré Archimède même si j'avais perdu beaucoup." J'ai un sourire absent en direction de mon Familier qui, voyant mon état s'envole pour se nicher contre mon cou. "J'ai vécu comme ça depuis 20 ans, à effacer qui j'étais, à essayer d'oublier tout cela. Et dans cette autre réalité… j'étais mariée. Avec cet homme. Je portais son enfant, alors que je pensais que c'était impossible. Je pouvais sentir le bébé donner des coups de pieds. C'était…" Je secoue la tête, ignorant les larmes qui coulent sur mes joues et je reprends, toujours sur le même. "Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais cru cela possible. Et j'ai rencontré Tyr. Il se souvenait. De m'avoir perdue. C'est… c'était…" Et je replie mes jambes contre moi, incapable de dire quoi que ce soit de plus. Trop de souvenirs, trop de choses qui affluent en même temps. Et j'ai peur de sa réaction, sans bien arriver à savoir pourquoi. Mais j'ai besoin de le dire, j'ai besoin de me rappeler que, d'une façon ou d'une autre, la Tara que j'ai pu être n'es pas tout à fait morte. Pas encore en tout cas, malgré le fait que j'ai tenté de m'en persuader durant les vingt dernières années.



   

   
   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Merle Consent
Merle Consent

Messages : 372
J'ai : 48 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyDim 17 Déc - 11:05

Son rire résonne en réponse au mien, illuminant son visage si perdu quelques secondes plus tôt. Et si elle est jolie d’ordinaire, elle devient magnifique lorsque ses yeux pétillent et s’illuminent, me rappelant, au cas où je l’oublierais, pourquoi j’ai tant cherché à la séduire alors que j’étais plus jeune.

« Je suis doué, mais pas à ce point-là effectivement. Et si ce n’est plus amusant, à quoi bon ?… Et je prendrais cela pour un compliment, même si ta méfiance n’a pas lieu d’être. » Pas trop tout du moins. Je hoche doucement la tête,, les yeux levés vers ladite tour. « Tu as raison, autant en profiter tant qu’elle tient debout. Et il n’y a pas besoin de raison, certains endroits t’appellent parfois et te font sentir chez toi sans qu’il y ait d’explication. » Je hausse un sourcil à sa réaction, avant de me dire que je ne parle guère de ma propre enfance. J’esquisse un sourire et regarde autour de nous. « Je l’ai parfois, même si je disparais rarement il est vrai. Je crois que j’ai suffisamment voyagé pour pouvoir me poser un peu. Et aucune cité, ni aucun royaume ne m’a jamais séduit autant que cette ville. Un jour je t’emmènerai si tu le souhaites, sillonner les routes et les duchés, je te montrerai les plages d’Ansemer, pour te voir te baigner évidemment,  les jardins de Lagrance, pour te conter fleurette, et les neiges Valkyrion, pour te réchauffer. » Et si je parle en souriant, sans vraiment y penser, je me rends compte que cela pourrait être plus qu’agréable. j’ai un sourire, acquiesçant d’un signe de tête. « Ils seront plus que ravis, d’autant plus si tu leur fais miroiter une possibilité d’avoir des chambres à eux ici. Le foyer des petits garnements de Lorgol. Tu aurais un succès fou ! »

Je souris de plus belle, avant qu’il ne disparaisse quelque peu lorsque nous abordons des sujets plus sérieux, plus délicats aussi. Je les fixe un instant, elle et Archimède, effleurant doucement les plumes de l’oiseau.

« Heureusement alors oui. La Cour serait bien trop triste sans vous deux. »

Je secoue la tête, même si cela ne suffit nullement à chasser ni mes pensées, ni cette conversation qui s’annonce difficile et que j’ai repoussé aussi longtemps que possible, d’autant plus avec elle qui me connaît mieux que quiconque je crois. Posant ma main sur la sienne, je grimace un sourire triste, avant de la regarder.

« Et si ce n’était pas un cauchemar ? Si cela c’était produit et que ce soit cette réalité-là, celle que nous vivons, qui est un leurre ? Si vraiment des familles avaient été détruites par ma faute ? Des enfants morts de ma main ? Tu peux le le répéter, je le fais moi-même sans cesse, et même quand je suis au milieu d’eux, cela suffit à peine à effacer ces souffrances…  » Je soupire, fermant les yeux à son contact, hochant faiblement la tête, retrouvant un semblant de sourire à sa répartie. « Il est toujours bon de le rappeler… et encore meilleur de se l’entendre dire. »

Et c’est à mon tour de serrer doucement sa main alors qu’elle commence à parler, de la fixer quand elle se confie et éclaircit les zones d’ombres. Ma main monte à son visage, replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille  alors qu’Archimède va s’y loger, et j’inspire lentement.


« Je m’excuse d’avance si je peux sembler dur ou maladroit, ce n’est nullement mon but.
Je suis navré Tara. Pour ce que tu as subi et enduré… Et je suis désolé que tu te sois ainsi sacrifiée et que tu penses encore être responsable de quoi que ce soit. »
J’essuie ses larmes avec douceur, avant de me pencher et de l’embrasser sur la tempe. « Tu n’étais qu’une enfant. Ou une jeune femme si tu préfères, et cet homme ne mérite même pas que tu… »  Je soupire sans la quitter des yeux.  « … C’était un joli rêve, concernant la grossesse… ? Si tu étais enceinte dans cette autre réalité, pourquoi  sembles-tu tellement persuadée de ne pouvoir l’être ici ?… L’as-tu souhaité… depuis tout cela ? » J’effleure sa joue et grimace. « Pardon, je me rends compte que c’est un sujet délicat et je ne désire pas te faire souffrir. Encore davantage s’entend. »

Je l’attire vers moi, pour la prendre dans mes bras, passant lentement ma main dans son dos, comme je l’avais fait il n’y a pas si longtemps pour une autre demoiselle.

« Les retrouvailles  avec Tyr ont dû être plus que difficiles… Surtout dans ton état… Même pour lui. Se souvenait-il ?… se souvient-il ? As-tu été le voir ? Ou l’évites-tu encore plus maintenant ? »

Je me rends bien que si mon cauchemar était terrible, le sien l’est d’autant plus qu’il a réveillé d’horribles souvenirs et qu’elle croise qui plus est son frère chaque jour ou presque…Elle sait bien que si elle n’a pas envie d’en parler ou de me répondre, je comprendrais, et dans le cas contraire…  Je la serre contre moi, posant mon menton sur son crâne.


Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  TitreMerle1Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  554690AbandonTrafic
Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  CoffreCoffreLaisse moi recouvrir le réel de chimère...  EchosMainsBaladeuses


Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tara Mille-Visages
Tara Mille-Visages

Messages : 886
J'ai : 38 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien Aigrépine
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyLun 8 Jan - 12:17

Le rire de Merle m’a toujours réchauffé le cœur, même si nous ne sommes « que » des amis depuis de longues années déjà. Enfin des amis qui aiment se retrouver parfois dans le même lit, sans que cela n’ait d’incidence sur nos relations. Fort heureusement d’ailleurs, je n’ai pas la moindre envie de le perdre. Et il a tout de même droit à un tirage de langue en bonne et due forme avant que je rétorque, d’un ton amusé. « J’avoue, si ce n’est plus amusant, cela perd de son intérêt, surtout pour toi. Mais je maintiens que je dois me méfier de tes garnements, ils ont été à bonne école. » J’ai tout de même une moue devant sa mine sceptique concernant ma tour. « Si elle ne s’est pas écroulée, pas de raison que cela n’arrive dans un futur proche. Tout du moins, j’aime à m’en convaincre. Et je n’ai pas encore ressenti cette affection que j’ai eue pour la Cour des Miracles lors de ma première venue. Mais c’est agréable. » Je penche la tête sur le côté, me faisant plus songeuse à ses propos alors que je tente d’imaginer, sans vraiment y arriver, une vie à sillonner les routes. Et je pouffe de rire au reste de ses propos avant de lever les yeux au ciel. « Tu aurais été bien plus crédible si tu ne m’avais pas parlé de me conter fleurette. Maintenant, je ne vais plus te croire. » Même si oui, ce serait vraiment agréable d’aller sur les routes avec lui et de découvrir le monde d’une autre façon. Je sais qu’il serait un excellent compagnon de voyage, même si je gage que ma seule compagnie finirait tout de même par le lasser, je ne suis pas dupe. J’ai une moue pensive avant de hocher la tête et de souffler, d’une voix douce. « J’aime bien cette idée. Leur foyer à eux. Où personne ne leur demanderait de comptes. Cela mérite réflexion. Et il faut que je vois si Archimède accepte de laisser sa tour à tes garnements. »

Il hulule joyeusement avant que la discussion ne prenne un tour plus sérieux. J’ai un pâle sourire à sa réplique alors que je fixe le vide et que je souffle, dans un murmure. « Mourir deux fois c’est un peu trop. Même pour moi. » Et je cille à ses interrogations, un peu interdite, avant de serrer sa main dans la mienne. « C’était un cauchemar Merle. L’homme que je connais ne ferait jamais fait le moindre mal à un enfant. Et je te le répéterai aussi longtemps qu’il le faudra pour que tu finisses par y croire vraiment. » Au reste de ses propos, je me penche vers lui pour l’embrasser sur la joue et je reprends, sur le même ton. « Tu n’es qu’un idiot. Comme si tu n’avais pas suffisamment de conquêtes pour te le rappeler. » Nulle trace de jalousie dans mes propos, je suis habituée depuis longtemps à ce qu’il fonctionne de la sorte. Et je m’en amuse encore parfois. Même si le fait de parler de mon propre cauchemar, de cette autre réalité, me serre le cœur. Je soupire doucement, avant de lui adresser une ombre de sourire et de murmurer, d’une petite voix. « Tu n’es en rien maladroit Merle… Mais j’ai gâché leur vie. Quand je vois Tyr et… enfin il ne s’est jamais remis de tout cela. Cet homme distant n’est pas mon frère, j’ai brisé quelque chose et rien de ce que je ferais ne pourra changer cela. » Je bats de cils avant de reprendre, d’une voix plus douce. « C’était un joli rêve oui. Sentir cette vie grandir en mon sein avait quelque chose de tellement surprenant, c’était à la fois effrayant et merveilleux. Et je crois que j’étais plutôt jolie, enceinte jusqu’aux yeux. Je… difficile de souhaiter quelque chose d’impossible non ? J’ai su que je ne pourrais pas avoir d’enfant. C’était le juste prix à payer pour ce que j’ai fait après tout. » Et je me blottis dans ses bras, essayant de ne pas trop trembler, jouant sans y prêter attention avec les boutons de son manteau.

Et je laisse filer un silence à ses questions, fronçant les sourcils. « Il se souvenait… et j’ai été incapable de lui dire la vérité entière. J’ai essayé de lui faire entendre que sa sœur n’était pas vraiment morte mais je ne sais pas s’il a compris. Et… je l’évite maintenant. J’avoue. J’ai peur de lire dans son regard qu’il ne me reconnaitra jamais ou, pire encore qu’il me reconnait et qu’il ne veut rien savoir de moi. » J’ai un pauvre sourire dans sa direction avant d’enfouir mon visage dans son cou. « C’est tellement stupide… »



   

   
   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Merle Consent
Merle Consent

Messages : 372
J'ai : 48 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyLun 22 Jan - 22:51

Je hausse un sourcil, avant d’être forcé d’acquiescer. Je dois avouer qu’ils n’ont sans doute pas leur pareil pour réussir à mettre un lieu sans dessus-dessous en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, sans oubier en passant d’en dérober le moindre petit objet pouvant être vendu ou troqué… mais ils ne le feront pas à un autre voleur, encore moins à un Maître… enfin, je crois. Et je lui souris avec amusement alors que nous parlons de sa tour, acquise je ne sais comment, et elle non plus, ce qui est bien pire. Mais je peux la comprendre, il est tout naturel de désirer un endroit à soi, à l’écart du vacarme et de l’agitation de la Cour, sans que cela n’empiète sur l’affection qu’on peut y porter. Je vois bien qu’elle peine à m’imaginer sur les routes, et j’ai parfois moi-même du mal à m’en souvenir tant la Cour et ses Enfants ont pris une place prépondérante et omniprésente dans ma vie. Je lève les yeux au ciel non sans sourire en l’entendant.

« M’en crois-tu incapable ? Ou au contraire, es-tu attristée car je ne l’ai jamais réellement fait ? » J’ai un sourire en coin et j’incline la tête. « Bien, dans ce cas, je ne manquerais pas de chercher à te prouver le contraire jeune hérétique… Et Lagrance est une destination plutôt agréable, tu devrais y songer... » Peut-être pourrait-on s’échapper ne serait-ce que quelques jour, car s’il y a bien quelqu’un avec qui je pourrais partir sans m’en faire, c’est bien elle. Une fuite, même temporaire, serait-elle une bonne idée ? Je ne sais trop, mais si cela me permet de me changer les idées… Je la fixe avant de lui sourire de nouveau doucement. « Je plaisantais à moitié en te le proposant, mais… cela fait un moment que je me dis qu’il faudrait faire quelque chose, plutôt que de juste pourvoir au plus urgent. Archimède se retrouverait avec des graines et des fruits à ne plus savoir qu’en faire… Et pour le coup, ils pourraient vraiment aider, si on les pousse un peu. »

Un endroit où ils seraient protégés et en sécurité, où mes cauchemars pourraient peut-être disparaître. Et puis, si ça marche, cela permettrait d’avancer sur d’autres choses… je regarde nos mains emmêlées et mon triste sourire se fane malgré tout.

« Non, je ne le ferais jamais. Mais je l’ai pourtant vu et vécu. » Je souffle un rire silencieux et secoue la tête. « Cela passera, comme le reste. Je ne suis pas de ceux qui sont trop longtemps sérieux, n’oublie pas…  » Et j’effleure sa joue alors qu’elle embrasse la mienne en souriant un peu plus sincèrement. « Mais tu n’es pas une conquête, c’est d’autant plus précieux venant de toi. »

Je lui fais un clin d’oeil, comme pour alléger l’atmosphère ne serait-ce qu’un instant, ce qui ne marche guère étant donné que nous continuons sur la lancée et que nous abordons à présent son cauchemar à elle. Je fronce néanmoins les sourcils en l’entendant. Non, je ne ferais nul commentaire concernant le Second, non pas par respect ou autre pour lui, mais pour elle, uniquement pour elle.

« Et la tienne de vie ? Y songes-tu ?… Tu te sens coupable et responsable, mais, Tara, qui donc t’a aidé et soutenu toi ? Tu as été toute seule et… » J’esquisse un petit sourire, passant un doigt sur les plumes du familier alors qu’il se manifeste. « Presque toute seule donc, et vous vous en êtes sortis à deux alors que tu étais tellement jeune… Si c’est ton cas, ne crois-tu pas qu’il peut en être de même pour les autres ? Tu ne peux être responsable de tout et tu le sais. » Je la dévisage et mon sourcil se hausse. « Evidemment que tu devais être plus que jolie, tu l’es toujours. Puis-je demander comment tu as su que tu ne pourrais pas ?… As-tu essayé vu comme cela semble t’être important?Et je maintiens qu’il n’y avait aucun prix à payer pour ce qu’il s’est passé, pas de ton côté en tout cas, et quand bien même, tu as plus que largement souffert à cause de cela. »

Je la serre contre moi, cherchant les mots qui semblent toujours m’échapper quand il ne faut pas, ce qui pourrait être comique en parlant de moi si le sujet n’était pas si grave. Mes lèvres se plissent un peu alors qu’elle me répond et me renseigne concernant la situation actuelle avec Tyr. Je laisse échapper un soupir, passant ma main derrière son cou quand elle se blottit contre moi. Et je la garde ainsi, ma main passant dans ses cheveux.  

« Il ne t’ignorera pas, ni ne saurait te méconnaître. Il a grand nombre de défauts, tous plus pénibles et agaçants les uns que les autres, mais je doute qu’il ne soit pas simplement heureux de te retrouver. Tu ne pourras pas indéfiniment l’éviter, et plus tu retarderas les choses, plus ce sera compliqué, sans parler du fait qu’il vaudrait mieux qu’il l’apprenne de ta bouche… » Je lui relève un peu le visage. « Je ne dirais rien n’aies crainte, mais tu regretteras de ne pas l’avoir fait si tu te tais. » Je dépose un baiser sur ses lèvres avant de lui sourire. « Et puis, pense à la tête qu’il fera quand il se rendra compte que je suis l’amant de sa sœur. Rien que pour cet instant, cela vaut le coup de lui dire, non ? »

Je sais. Je plaisante et elle le sait bien, même si ce sera plus qu’amusant au demeurant, mais elle sait tout autant qu’il faut qu’elle aille lui parler non ?


Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  TitreMerle1Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  554690AbandonTrafic
Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  CoffreCoffreLaisse moi recouvrir le réel de chimère...  EchosMainsBaladeuses


Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tara Mille-Visages
Tara Mille-Visages

Messages : 886
J'ai : 38 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien Aigrépine
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyJeu 8 Fév - 13:31

Difficile de ne pas sourire lorsque j'évoque les garnements de Merle. Je sais à quel point ils sont importants pour lui et même si je n'ai pas eu besoin de qui que ce soit lorsque j'avais leur âge, je sais tout de même qu'il est précieux d'avoir quelqu'un sur qui se reposer. J'ai un bref regard autour de nous, alors que nous nous moquons tous les deux de ma tour branlante et je me fais taquine avant de le voir lever les yeux au ciel. "A dire vrai, je ne sais pas trop. Probablement un mélange des deux, va savoir. Et peut-être que prendre un peu l'air, se changer les idées ne serait pas une si mauvaise chose après tout ce qui s'est passé. Prend garde à ce que je ne t'attende pas devant ta porte avec une valise et un chapeau de voyage, prête à partir. Archimède a son baluchon également." Même si retourner à Lagrance serait peut-être plus difficile que prévu. Mais il faut que j'arrête de fuir non ? Je me rends bien compte que mon passé semble vouloir me rattraper, d'une façon ou d'une autre, que je le veuille ou non. Alors, il faut que je songe à affronter les choses.

J'ai un sourire alors qu'il semble adhérer à mon idée de faire de la tour délabrée un endroit pour les garnements. "Et bien, tu vois, les choses sont bien faites parfois. Tu pourras continuer à parer au plus urgent et eux, ils pourront avoir un endroit où se sentir en sécurité sans avoir à dépendre d'un adulte. Même s'ils t'adorent." En entendant son nom, mon Familier bat joyeusement des ailes et hulule, fixant Merle, la mine intéressée. Et je tousse un rire avant de reprendre. "Je crois qu'il valide la partie le concernant. Donc ta mission va être de leur faire passer le mot. Ceux qui seront les plus motivés auront droit à leur petit coin de tranquillité dans les étages. Et les autres auront accès à la pièce principale au rez-de-chaussée. Qu'en penses-tu ?" Et s'il garde un ton léger, je vois bien que son regard s'éteint quelque peu lorsque nous parlons de ce qu'il a pu vivre dans cette autre vie. J'ai un soupir silencieux, même quand il effleure ma joue avant de souffler, d'un ton doux. "Dis-toi alors que tu sais ce que tu ressentirais si tu étais confronté à ce genre de choix. Tu n'es pas l'homme de cette réalité Merle. Tu ne le seras jamais. Et tu as beau faire mine de ne pas être sérieux, ne va pas me faire croire que tu pourras oublier tout cela en un claquement de doigts." Je me contente de sourire lorsqu'il me dit que je suis plus qu'une conquête. Il est vrai que notre relation est bien au-delà de tout cela désormais. J'apprécie beaucoup Merle et je sais qu'il est probablement le seul homme à avoir une telle place dans ma vie. Pour autant, je le connais suffisamment pour savoir que nous n'aurions jamais pu faire notre vie ensemble. Nous sommes trop semblables et trop différents sur bien des points. Trop d'extrêmes ne peuvent pas s'accorder aussi bien qu'on le voudrait. Alors, ce que nous avons maintenant me convient. Très bien même. De l'affection, des attaches, mais pas trop. Pas assez pour en souffrir lorsque je le vois sortir de la demeure d'une autre au petit matin en tout cas.

J'ai du mal à me focaliser sur le reste de ses propos et je fronce les sourcils, le regard rivé sur Archimède qui proteste pendant quelques instants. "Je peux être responsable du mal que j'ai fait aux miens. J'ai vu le regard de Tyr quand il a cru que j'étais en vie. Je ne l'avais jamais vu comme ça. C'est moi… c'est ma faute s'il est devenu cet homme froid et distant." Je me répète peut-être, surement même, mais ces mots tournent en boucle dans mon esprit depuis que nous revenus dans notre réalité. Si on peut l'appeler comme ça. Je me mordille la lèvre à sa question et j'ai un sourire un peu triste. "Je n'ai jamais… fait attention depuis tout ce temps. Et j'ai eu des aventures. Pas autant que certains, je veux bien te l'accorder, mais je ne suis pas une sainte. Si cela avait dû arriver… ce serait déjà fait non ? Et j'ai… enfin ce vide en moi n'a jamais été comblé." Je soupire au reste de ses propos, me blottissant contre lui alors qu'il me parle de Tyr à son tour. Je laisse filer un silence avant de murmurer. "Ca fait vingt ans Merle. C'est déjà beaucoup trop tard tu ne crois pas ? Comment pourrait-il me pardonner, m'accepter, après tout ce temps passé à m'avoir près de lui ? Et je ne suis plus vraiment sa sœur non plus d'une certaine façon." Si je lui rends son baiser, je lui assène tout de même une bourrade en fronçant les sourcils. "Tu n'es qu'un idiot ! Pense plutôt à ce qu'il te fera quand il saura que tu es l'amant de sa sœur depuis tant d'années." Il réussit pourtant à me faire sourire, contre toute attente, surtout la mienne en tout cas. Et je sais bien que je dois aller lui parler mais comment trouver les mots ? Est-ce qu'il est vraiment possible de le faire en réalité ?



   

   
   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Merle Consent
Merle Consent

Messages : 372
J'ai : 48 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyMer 21 Fév - 20:03

Je lui souris et acquiesce doucement, avant de souffler un léger rire.

« Un chapeau de voyage… Pour ne pas que le soleil abîme ta peau de porcelaine ? Je serais presque aussi curieux de voir cela qu’Archimède avec son baluchon. Et je serais ravi que tu me prennes au mot, tu le sais fort bien. » Je serre doucement sa main. « Que ce soit à Lagrance ou ailleurs. Et je suis persuadé que je connais des endroits, même là-bas, que tu ne connais pas et qui seront de nouveaux merveilleux souvenirs. »

Non, je n’ai pas oublié, durant un instant, qu’elle venait de là-bas… Mais après tout, les royaumes sont grands, et cela ne lui ferait pas de mal de se rendre compte que tout n’est pas si laid ou quelque chose du genre… d’effacer ou recouvrir les anciennes douleurs par de nouveaux souvenirs donc. Je vais y réfléchir sérieusement du coup, même si pour le moment, elle parvient à attirer mon attention sur sa tour. Je passe doucement ma main sur le petit volatile quand il hulule et je souris.

« J’en pense que c’est une formidable idée. Je ferais passer le mot en repartant, et je pourrais même commencer à chercher de quoi la remettre en état… Il faudra malgré tout imposer des règles, sinon cela va rapidement tourner à la catastrophe, mais tu peux compter sur moi pour ça. »

Je lui fais un clin d’œil, regardant de nouveau la tour. Pas de raison qu’elle ne se casse totalement la gueule maintenant effectivement… mais je demanderais quand même à quelqu’un de venir contrôler. Si elle doit y vivre, si mes gamins y séjournent, il vaut mieux que tout soit vraiment stable. Quant au matériel ou autre, je n’aurais aucune difficulté à l’obtenir, je ne m’en fais pas trop pour ça.
Et c’est plus facile de réfléchir à tout cela que de devoir s’appesantir sur le reste. Je sais bien qu’il faut en parler, mais ce n’est pas facile pour autant. Et puis, qu’est-ce que ça changera ? Mais je devrais pourtant savoir que d’essayer de le prendre à la légère, avec elle, ne marchera pas. Elle me connaît aussi bien que je la connais, comment pourrais-je lui faire croire qu’au final, ce n’est pas si grave ? Enfin, j’ai reconnu que cela me touchait, c’est déjà pas mal non ? Je hoche la tête, sans retenir un soupir et une grimace en l’entendant.

« J’aimerais pourtant, ce serait tellement plus simple. Et ne le dis personne, cela ruinerait ma réputation d’homme volage et puéril, ce serait une tragédie… je sais que tu as raison, que je ne suis pas cet homme, que je ne ferais pas ces choix. Mais comme dit, ce n’est pas aussi facile. Je maintiens néanmoins que ça passera, ne t’en fais pas. »

Je lui souris un peu plus sincèrement. Frivole ou trop sérieux, peu importe, je sais que cela finira par passer, que je parviendrais à me rassurer. Et puis, tant que je suis ici, que je protège la Cour et ses enfants, comment pourrait-il en être autrement ? D’autant plus que je sais bien que les autres Maîtres sont présents également… et surtout, que certains, comme Tara, elle en particulier, ne me laisseraient pas faire de stupidités, non pour la Cour, même si cela compte, mais pour m’empêcher de sombrer si l’envie m’en prenait. Ou quelque chose du genre. Tout comme elle sait, je l’espère, que je serais là si un jour elle en avait besoin… ou même si elle n’en a pas besoin il est vrai. Mais Tara est un cas à part sur bien des points, et je ne peux que me réjouir de l’avoir à mes côtés après tout ce temps, et malgré tous mes défauts. Et tout comme elle m’a écouté et m’a rassuré, je tente de faire la même chose de mon côté. Avec un succès plus que relatif. Je ne peux m’empêcher de grimacer un sourire en secouant la tête.  

« Non. Il est devenu ce qu’il devait être. Il était déjà adulte, il a pris seul ses décisions et a choisi seul le chemin qu’il a emprunté. N’oublie pas que c’est l’ancien Maître de la Stratégie Tara, il n’est pas aussi stupide que je le laisse entendre – même si je nierais avoir dit le contraire – et je doute qu’il ait jamais écouté d’autres que lui… Ton frère a un caractère difficile et rébarbatif, tu n’y es pour rien. » Caractère de merde même. Hum. Ce n’est pas vraiment le sujet. Et je hausse les épaules. « Certaines femmes ont plus de mal que d’autres à enfanter. Il existe des plantes, des produits à prendre, dans un sens comme dans l’autre… Je suis pas vraiment le mieux placé pour te répondre à ce sujet en vérité, mais cela mérite réflexion… d’autant plus si tu désires connaître les joies de la maternité. » Je la fixe un instant, curieux de savoir depuis quand ce désir la travaille, m’interrogeant un instant en retour sur mes propres désirs. Mais non, j’ai déjà mes enfants moi, cela me convient plus que bien. Je la garde contre moi, posant mon menton sur sa tête. « C’est beaucoup j’en conviens. Vous n’aurez qu’à refaire connaissance, non ? Et effectivement, peut-être t’en voudra-t-il un peu de n’avoir dit la vérité de suite… Mais comment aurais-tu pu ? Tu étais tellement perdue et déboussolée toi-même… Il le comprendra. Et s’il ne le comprend pas, je me ferais un plaisir de lui faire entrer dans le crâne. » Je souris, plaisantant à moitié, avant de grimacer quand elle me porte un coup. « Aieuuu ! Doucement vile barbare ! » Et je lui offre mon plus beau sourire. « Il sera jaloux que je la connaisse mieux que lui ? Il m’en voudra d’avoir pris soin de toi à sa place ? Ne t’en fais pas, je le rassurerais du mieux que je peux !  Je lui promettrais de continuer à être là pour toi et de continuer de te rendre heureuse et comblée… Cela te va-t-il ? »

Oui, je cherche et oui, je me prendrais sans doute un coup de la part de Tyr. Que je ne pourrais pas forcément, à mon plus grand dam, lui rendre par égard pour sa chère sœur… Mais cela vaut le coup non ? Surtout alors que je la vois sourire ainsi, elle qui semblait si triste et abattue.


Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  TitreMerle1Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  554690AbandonTrafic
Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  CoffreCoffreLaisse moi recouvrir le réel de chimère...  EchosMainsBaladeuses


Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tara Mille-Visages
Tara Mille-Visages

Messages : 886
J'ai : 38 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien Aigrépine
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyMar 6 Mar - 11:39

Je lui jette un regard malicieux, oubliant l’espace d’un instant tout ce qui ne va pas, tout ce qui peut m’inquiéter. « Je ne sais pas, j’ai toujours imaginé que l’on ne pouvait partir en voyage sans un chapeau approprié. Ma mère me répétait toujours ça quand j’étais enfant. Même si nous n’avons jamais voyagé en vérité. » J’arque un sourcil à ce souvenir avant de laisser filer un rire. « Archimède est très élégant avec son baluchon, ne t’en déplaise. » Je cille quand il me serre la main avant de hocher la tête, mon sourire s’étant quelque peu fané. « … j’aimerais bien. Avoir de nouveaux souvenirs de Lagrance. De bons souvenirs. » Et je soupire doucement, me demandant si un jour, j’arriverais enfin à ne plus avoir le cœur qui se serre autant quand je pense à cette ancienne vie. On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures, mais je me rends compte, au fil des années, que je ne peux pas être d’accord avec ça. Surtout après avoir revu Tyr. Les blessures demeurent intactes. Mais avec le temps, notre esprit, afin de mieux se protéger, recouvre ces blessures de bandages et la douleur diminue, mais elle ne disparaitra jamais. Quoi que je puisse faire.

Alors, je recouvre de nouveau ces blessures d’un voile, à défaut de vraiment pouvoir les apaiser, esquissant un sourire aux propos de Merle concernant ses garnements. « Je sais aussi faire les gros yeux lorsqu’il le faut tu sais. Et je suis sure qu’ils seront ravis de suivre les règles s’ils comprennent qu’ils sont chez eux ici, tu ne crois pas ? » J’avoue, je ne me soucie guère des problèmes matériels. A la Cour des Miracles, nous arrivons toujours à trouve ce dont nous avons besoin, d’une façon ou d’une autre. Que cela soit licite ou non ne nous importe guère en vérité. Et cela n’importera pas les garnements non plus, j’en suis certaine. Nous continuons de parler, évoquant un sujet qui nous a tous les deux touchés, de façon différente. Je laisse filer un silence, non sans serrer la main de Merle avant de soupirer doucement. « Rien n’est jamais simple, ce n’est pas nouveau. Et je sais que ce n’est pas facile de se convaincre qu’on ne fera jamais ces choix. Si tu les as fait dans une autre vie, comment pourrais-tu éviter ces chemins qui te mèneraient de nouveau à cela… c’est l’idée ? Certes, cela passera, mais tu n’oublieras pas. Et c’est ce qui te permettra justement de les éviter ces maudits chemins. »

Je lui rends tout de même son sourire, alors que nous savons tous les deux que je serais là pour lui éviter de se fourvoyer et de commettre l’irréparable. J’ai tout de même un rire quand il parle de Tyr, même si mon regard reste embué de ces larmes contenues depuis des semaines. « Il m’écoutait, quand nous étions enfants. C’est peut-être de ma faute s’il a un caractère aussi… difficile. Même si tu n’aides pas beaucoup à le provoquer sans cesse et tu le sais très bien. » Je lui tape sur l’épaule, par principe, avant de me figer un peu au reste de ses propos. « … je ne sais pas si je veux. Si j’ai le droit. Et puis… je ne suis pas mariée, ce ne serait pas… convenable non ? » J’ai parlé d’un ton léger pas vraiment naturel, comme si la question ne me concernait pas vraiment. Je mène tout sauf une vie convenable depuis que j’ai mis les pieds à la Cour. Que ce soit parce que j’ai laissé des femmes entrer dans mon lit ou parce qu’il m’est arrivé de fauter plus d’une fois avec des hommes hors des liens du mariage. Notamment avec Merle qui se retrouve plus souvent dans mon lit que je ne veux bien le reconnaitre. Je me niche dans son cou, inspirant doucement alors que je laisse filer un silence au reste de ses propos. « Et s’il ne veut pas me connaitre ? Si je perds le peu de liens que j’ai pu tisser avec lui ces dernières années ? Il m’aime bien. Je crois. Il m’apprécie en tout cas. » Et, malgré mes peurs, mes angoisses, il arrive à me faire rire, même s’il a le droit à un nouveau coup pour les propos qu’il tient. «Tu n’es vraiment qu’un idiot, je confirme. Tu veux vraiment être là pour me rendre heureuse ? Malgré tout ce que je viens de dire ? » J’ai un sourire incrédule. Connaissant Merle, je sais que je n’aurais jamais d’autre forme d’engagement de sa part. Et je n’y tiens pas. Mais me dire qu’un homme peut être suffisamment attaché à moi pour me dire cela a quelque chose d’un peu déroutant en réalité. Même si ça n’effacera jamais le reste.



   

   
   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Merle Consent
Merle Consent

Messages : 372
J'ai : 48 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyDim 18 Mar - 21:45

Je lui jette un regard à la fois amusé et attendri, ouioui, attendri, quand elle parle de sa mère. Et si mon sourire s’agrandit quand elle parle d’Archimède, comme le sien, il s’étiole un peu, une seconde, avant de se raffermir.

« Je vais me tenir prêt, juste au cas où dans ce cas. »

Et je lui trouverais un chapeau de voyage, pour venir la surprendre moi un jour au petit matin, pour lui faire de nouveaux et beaux souvenirs donc. Si c’était presque une boutade à l’origine, j’aurais presque envie de partir dès à présent… Bon, peut-être pas à la seconde, il ne faut pas exagérer, il faut quand même prévoir l’absence de deux maîtres, et que je m’organise pour mes garnements, mais… oui, je vais sérieusement y réfléchir. Ça nous ferait du bien à tous les deux non ? Surtout avec tout ce qu’il s’est passé dernièrement, tous ces souvenirs donc je n’arrive pas à me défaire, sans parler des siens… je la fixe un instant, avant de hocher la tête, presque sérieusement, en dehors de ce léger sourire que j’arbore encore.

« Oui, ils devraient aimer cela. Je crois… J’espère. Même si je serais presque aussi impatient de te voir faire les gros yeux que de voir Archimède avec son baluchon. »

Mais c’est évidemment pour la taquiner, je sais presque mieux que quiconque qu’elle en est bel et bien capable. Elle les fera marcher au pas, et de toute manière, je ne serais jamais loin. Et je fronce un peu les sourcils en l’écoutant, avant de lentement hocher la tête.

« C’est l’idée. Je sais que je ne suis pas ainsi, que… je ne le serais pas. Mais ça reste effrayant de savoir que c’est arrivé, que ces choix ont été faits, même dans une autre réalité… Mais tu as raison, je le sais bien. »

Je ne suis pas cet homme, et ces gosses sont toutes ma vie avec la Cour, jamais je ne laisserais rien les mettre en danger, surtout pas moi. Je parviens à la faire sourire, rire même, mais les larmes demeurent en arrière plan, alors que l’on parle d’elle et de son frère. J’ai un sourire que je ne cherche même pas à réprimer.

« Je ne le provoque pas sans cesse. Je ne fais que saisir les perches qu’il tend et le placer face de ses responsabilités… Et il t’écoute encore, en tant que Maître de la Stratégie certes, mais il ne tient qu’à toi de… faire le nécessaire. Et tu es en train de me dire qu’il était souriant, facile et adorable en étant enfant ? Tu te moques de moi ? » Je grimace à son coup, avant de la dévisager, les yeux un peu ronds. « Convenable ? Dis-moi, Maître Stratégie de la Cour des voleurs de Lorgol, es-tu en train de sous-entendre que notre vie actuelle est… convenable ? Que les gens respectables ne nous craignent pas et que nos moyens de vivre et d’agir sont légitimes et honorables ? Par Isil, moi qui pensais avoir une vie hors-la-loi... » J’embrasse son front. « Si l’envie t’en prenait, sait-on jamais, tu aurais le droit. Et tu aurais une immense famille derrière toi. D’accord ? » Mes doigts caressent lentement son bras et j’inspire. « Ce ne sera pas forcément facile, mais rien d’important ne l’est. Il lui faudra peut-être du temps pour assimiler la vérité, mais tu ne le perdras pas, tu ne pourras le retrouver que davantage. » Et de nouveau, je parviens à la faire sourire, résultat satisfaisant en soi, et j’effleure du pouce son sourire hésitant, avant d’avoir un léger sourire à mon tour. « Ne suis-je pas déjà là ? Alors que tu me bats et me traites d’idiot ? Peut-être devrais-je me sauver avant de me retrouver avec des bleus partout il est vrai. Mais je n’aurais alors pas la chance de te voir avec un chapeau de voyage, ou d’apercevoir Archimède en train de voler les friandises des enfants quand ils viendront ici… Et je ne fais pas tout ça uniquement pour avoir la joie de voir Tyr se décomposer en se rendant compte plus tard… » Je soupire avant de hocher la tête un peu plus sérieusement. « Ne sais-tu pas encore que tu es l’une de mes plus chères amies ? Et… oui, j’aime te voir heureuse. Surtout si c’est grâce à moi. Encore plus si c’est nue, dans un lit, avec moi. »

Évidemment j’ai retrouvé mon immense sourire. Même si je suis on ne peut plus sérieux...


Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  TitreMerle1Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  554690AbandonTrafic
Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  CoffreCoffreLaisse moi recouvrir le réel de chimère...  EchosMainsBaladeuses


Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tara Mille-Visages
Tara Mille-Visages

Messages : 886
J'ai : 38 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien Aigrépine
Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  EmptyJeu 19 Avr - 17:46

Je secoue la tête à sa réaction, laissant filer un rire, non sans réaliser que Merle me regarde un peu étrangement. Mais, comme je n’arrive pas vraiment à saisir pourquoi, je préfère me focaliser sur le reste, sur ce que je peux maîtriser ou en tout cas, en avoir l’impression. « Tu peux effectivement te tenir prêt, on ne sait jamais ce qui peut arriver avec ce volatile à l’humeur versatile. » Archimède hulule et se gonfle un peu, comme s’il était vexé par mes propos avant d’asséner un coup de bec à Merle pour retrouver son attention. J’ai un sourire attendri que nous évoquons ses garnements même s’il a le droit à une tape sur l’épaule. « Je peux très bien faire les gros yeux, ne t’en déplaise ! Et tu vas y avoir droit si tu continues de la sorte. »

Difficile de le convaincre que cet homme qu’il a été dans une autre vie n’est pas lui. Parce qu’il aurait pu et nous le savons tous les deux. Par des choix différents, des expériences différentes. Mais dans le fond, il était la même personne au départ. Mais jamais le Merle que j’ai sous les yeux ne ferait du mal à un enfant, quoi qu’il arrive et ça, j’en suis persuadée. « Je comprends ce que tu veux dire. Mais les choix de cet homme ne sont pas les tiens, c’est ce qu’il faut retenir. Je sais que tu as peu de scrupules sur bien des choses mais pas en ce qui concerne les enfants. Et j’ai toujours raison, cela va sans dire. »

Je laisse filer un silence, alors que mes propres souvenirs remontent à la surface et que j’imagine Tyr lorsque nous étions enfants. Je secoue alors la tête, la mine pensive, même si j’ai une ombre de sourire. « Bien sûr que si tu le provoques. Et rien ne t’oblige à saisir les perches qu’il te tend. Je ne sais pas lequel des deux est le pire de vous en vérité. Mais oui, ne t’en déplaise, il était adorable et facile et... » J’ai un soupir avant d’ajouter, toute trace de sourire ayant disparu de mon visage. « Il a changé avec ma… mort. » Je garde le silence à ses propos, essayant sans succès d’imaginer un enfant dans mes bras. A dire vrai, cette idée me met les larmes aux yeux et je les ferme un instant, inspirant longuement pour reprendre un semblant de contenance. « … je n’ai peut-être pas le droit, tout simplement. Pas après tout le mal que j’ai pu causer. » Comme un punition des dieux. Et je sens mes mâchoires se contracter alors que j’ajoute, dans un murmure. « J’ai peur Merle. Vraiment. D’aggraver les choses et qu’il ne me pardonne jamais. La vérité n’est pas forcément la meilleure des options, nous sommes bien placés pour le savoir à la Cour. »

Pourtant, j’arrive tout de même à sourire quand il reprend, me blottissant contre lui après qu’il ait effleuré mon pouce. « Tu n’es vraiment qu’un idiot. Mais un idiot que j’affectionne tout particulièrement. Archimède ne vole jamais, il ne fait que réclamer ce qui lui est dû et que personne ne songe à lui donner. Note la nuance importante s’il te plait. Mais avoue que ça t’amuse de voir Tyr en panique. » Je relève la tête, essuyant les larmes qui menacent encore de déborder. « Je le sais oui. Tout comme tu es important pour moi. » Et j’effleure sa joue du revers de la main avant de souffler, faussement songeuse. « Nue dans un lit ? Vraiment ? Peut-être que cela pourrait s’arranger si tu n’as pas d’autres grands projets aujourd’hui. » Après tout, nous abandonner un peu, sans songer à rien, n’est pas la pire des idées non ? Oublier ce qui nous entoure et profiter l’un de l’autre, sans avoir à se promettre quoi que ce soit. Voilà ce dont j’ai besoin. Alors, je l’embrasse, arrivant à lui rendre son sourire avant de me relever et de lui tendre la main. « Viens. » Un ton qui ne souffre guère la réplique. Je sais qu’il ne dira pas non de toute façon, il ne le fait jamais. Et pour le reste, je verrais plus tard.



   

   
   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Laisse moi recouvrir le réel de chimère...    Laisse moi recouvrir le réel de chimère...  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Laisse moi recouvrir le réel de chimère...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: