AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -31%
Ordinateur portable Gamer – LENOVO Legion ...
Voir le deal
899 €

Partagez
 

 Solal Aluddin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyDim 5 Nov - 23:38



Irisiam présente

Solal
Aluddin

Naveen Andrews

« La mort est moins cruelle que la crainte de la mort.  »

cynique - taciturne - courageux - loyal - fataliste - rancunier - minutieux - pédagogue



©️️ RaniPyaarCreation
Et de son index, l'erebien traça quelques mots en quittant la demeure de ses dernières victimes. Le sable était froid, la lune de sa lumière bienveillante guida son doigt dépourvu de traces de sang. « L'homme meurt lorsque l'acte est pensé. Rompre sa lignée et enfin sa trachée. » L'âme apaisée, il se redressa pour se relire. D'ici demain le vent les aura effacés. D'ici demain, la distance entre Vivedune et lui se sera raccourcie.



©️️ fxndomicons
Âge : 43 ans
Date et lieu de naissance : 1er novembre 959, à l’Oasis du Sirocco (Erebor)
Statut/profession : Écoutant de la Corde
Allégeance : La Confrérie Noire ; Anthim, duc d’Erebor
Dieux tutélaires : Solal est né sous Obedia. Il continue de lui vouer quelques prières mais comme pour tout assassin, Sithis et Lida ont pris une place importante dans sa vie.
Groupe principal :La voix des armes
Groupes secondaires :  Peuple - Confrérie Noire


Solal, prénom merveilleux pour un garçon merveilleux. Sa mère le couva un instant de ses yeux avant de reporter son attention sur de sa dernière-née. Etait-il bon pour une femme d’être si heureuse ? Les dieux ne risquaient ils pas de le lui reprocher alors que d’autres ne connaissaient que la souffrance ?

Sa main douce vint caresser la tête du nourrisson alors qu’elle écoutait d’un tendre sourire son fils consoler l’une de ses sœurs qui s’était écorchée le genou. Solal. Le bonheur d’une mère et la fierté d’un père. Il venait d’avoir onze ans et elle se plaisait à le surnommer son petit chef de clan. Entouré de ses sœurs, c’était tout comme. Bénéficiant de l’intention particulière de son tendre Saïd, le jeune erebien appliquait les valeurs de son père et de son clan comme si elles avaient toujours coulées en lui.

Un soupir pourtant s’échappa de ses lèvres rebondies. Son garçon ne pourrait bientôt plus bénéficier de ses petits gestes maternel qu’elle se plaisait à prodiguer à tous ses enfants. Elle le savait, il grandissait. Si vite, trop vite. Sans que son époux n’ait à lui dire, elle était consciente qu’elle devait désormais concentrer son maternage sur les plus jeunes. Solal devait grandir pour devenir fort et indépendant. Un homme sur lequel on pourrait s’appuyer. Qui serait à la hauteur de l’héritage que son père lui transmettrait. Guider son clan dans l’honneur et la droiture.

Shaha ferma les yeux dans la chaleur de cette après-midi si parfaite. Elle devait profiter de l’instant présent, de ce baiser qu’elle déposerait ce soir et plus le lendemain. De ce regard protecteur qu’elle pouvait encore couler sur lui et abandonner dans les jours suivants. De s’entendre lui donner des noms affectueux qu’elle ne chanterait plus d’ici quelques semaines.

Solal Aluddin KN84EfQ

Saïd assit sur un coussin ne fit pas mine de relever les yeux sur son fils qui s’était installé à ses côtés. Il aimait éprouver la patience de l’enfant qui lui paraissait infinie pour un garçon de son âge. Avait il eut lui-même cette retenue ? Jeune, il ne pensait qu’à courir les dunes à la recherche de petits fennecs quand son temps libre le lui permettait. Le silence s’installa seulement rompu par son index parcourant le sable.

« Oui Solal ? »

Le jeune garçon releva la tête de l’ouvrage pour poser sur le visage paternel un regard sombre.

« Père qu’écrivez vous ? »

Oh ainsi c’était cela qui le préoccupait.
Alors que dehors des sanglots et des cries retentissaient encore par intermittence, son fils se demandait ce qu’il écrivait.

« Tu ne te demandes pas plutôt pourquoi j’ai obligé cette femme et cet homme à rester sur le sable à genou à porter un rocher ? »

Un léger froncement de sourcil lui apprit qu’il réfléchissait à sa question.

« Non, ils ont volé sans permission de la nourriture dans nos réserves, vous les avez punis pour leur crime. »

D’un sourire, Saïd reporta son attention sur ses mots à même le sable.

« Mais je leur ai dis que je leur aurais donné ma bénédiction et des provisions si ils en avaient fait la demande. Tu ne trouves pas cette punition trop cruelle ? »

Quelques boucles brunes s’agitèrent doucement alors que les traits juvéniles reprenaient leur placidité.

« Non ils ont manqué d’honneur. Quand on a l’impression de commettre un délit c’est que l’on est un voleur. »

Le sourire laissa apercevoir quelques dents blanches du gitan.

« C’est ça mon fils. J’écris sur leur méfait. Quand enfin j’aurais l’impression d’avoir dit à la terre tout ce qu’il y avait à dire sur leur geste alors seulement ils pourront lâcher leur poids. Veux tu m’aider ? »

La proposition était dite en toute subtilité. Il ne lui imposait rien, sachant pertinemment que l’enfant venait d’apprendre à écrire il y moins d’un an. Lui apprendre leurs valeurs morales, à consolider ses muscles, la pitié comme la fermeté, tout cela était plus facile que de tenter de saisir tous les aspects, bons ou mauvais, de leurs actes. C’était une perpétuelle remise en question qui aurait fatigué bien des hommes. Beaucoup préférez vivre dans leur légitimité. Saïd les comprenait.

« D’accord. »

Alors l’enfant se pencha sur ce qui avait déjà été écris et lut à voix hautes.

« L’homme est un fardeau sur les marches du temps
Sable brulant des nuits anciennes
Eternel témoin de nos tourments »


De son doigt il traça alors quelques lettres tremblantes sous l’œil attentif du père.

Pardon accordé si faute avouée
Devoir envers le clan
Protection pour les autres bouches affamées.

C’était maladroit mais le sentiment y était. Saïd hocha la tête, encourageant et repris à son tour, attentif à ce moment de partage pendant que la peau des malheureux brulait sans pitié contre les grains chargés de soleil.

Solal Aluddin KN84EfQ

Erebor, fille de l’étreinte de la chaleur et de la glace. Les journées dans le désert étaient aussi brûlantes que le froid des nuits lorsque le soleil tombait.
Mais un feu hurlait vers le ciel, accompagné des cris des hommes du clan. Plus loin les femmes s’échangeaient des sourires en préparant les festivités. C’était un grand jour, le petit Solal, unique fils de son père célébrait son quinzième anniversaire, l’entrée dans l’âge adulte.

Si Saïd était rayonnait d’une fierté tranquille, il n’en demeurait pas moins inquiet. Solal était un jeune homme intelligent aux vives qualités de meneur. Mais il y avait quelque chose, un aspect de lui qui l’empêchait d’être parfaitement satisfait. Son gout de la solitude, toutes les heures passées a s’entrainer seul, à étudier seul, à veiller. Son instinct lui disait que le garçon était trop jeune pour développer ce gout naturel pour l’individualité. En vieillissant, c’était normal, les hommes aspiraient un jour ou un autre a se détacher un peu du groupe. Mais Solal venait à peine d’avoir 15 ans. Si il ne sentait pas pour autant que son fils se désintéressait de l’esprit commun, il estimait toutefois qu’il aurait dû se mêler plus facilement aux gitans qui constituaient leur clan. Les jeunes de cet âge ne cherchaient ils pas le contact ? A se lier autant positivement que négativement. Solal dégageait déjà une aura de respect qui tenait à l’écart les autres jeunes de son âge. Saïd craignait que le temps n’arrange pas cette tendance. Mais il était si important d’être proche des autres pour guider au mieux.

« Ton front se plisse amour. »

D’un sursaut ce père inquiet chercha le regard chaleureux de son épouse qui venait s’asseoir derrière lui. D’une main burinée, il attrapa la sienne et la caressa longuement alors qu’un silence s’installait entre eux deux.

Shaha avait eu douze enfants. Et si aujourd’hui elle n’était plus la jeune fille, cette danseuse envoûtante d’hier, elle gardait dans ses courbes et dans son visage tout ce qu’un homme pouvait désirer. Et des yeux qui faisaient frémir son âme.

« Solal je m’inquiète de ne pas le voir d’avantage s’impliquer dans la vie des autres. »

Le regard de la femme chercha son fils du regard. Il était là près du feu, discutant tranquillement avec l’un doyens du clan alors que les chants et la musique battait son plein.

« Il a toujours été différent, mais est-ce une bonne chose d’attendre de lui qu’il soit exactement comme tous ceux qui l’ont précédé ? Peut-être que son caractère nous apportera autre chose et que ceux qui auront le bonheur de l’entourer pallieront à sa faiblesse. »

Saïd eut un frémissement de sourire. Shaha voyait toujours ce que son esprit ne faisait qu’effleurer.
Son épouse reprit alors que ses doigts froids se réchauffaient dans la paume de son mari.

« Il est Solal Aluddin, « Celui qui guide ». »

Oui. C’était vrai. De part son prénom et les dieux qui suivaient son destin, il accomplirait son devoir avec excellence.

Solal Aluddin KN84EfQ

S’il n’était pas devenu le plus bel homme du clan, il avait hérité du regard brûlant de sa mère. Un regard rare chez lui mais qui en faisait frémir plus d’un quand l’instinct de Solal se réveillait.
L'erebien était aujourd'hui un homme accompli. Bon combattant, leader affirmé, il menait aujourd'hui au nom de son père les délégations armées du camp. Malgré tous, les inquiétudes de Saïd s'étaient confirmées. La solitude et le cynisme avaient poussés dans son cœur telle les grandes racines des plantes du désert. Si son caractère s'était affirmé, les seuls élans de tendresses que l'on voyait chez l'erebien étaient pour sa famille, tout particulièrement ses sœurs, et les enfants du clan.

La main sur la garde de son épée, le gitan guettait. Au loin un nuage de sable s'élevait. Loin des prémisses d'une tempête de sable qu'il avait attendu, il était désormais capable de voir deux cavaliers venant droit sur eux là ou deux des guerriers qui attendaient a ses cotés ne voyaient que deux points noirs.

« Des bandits ? »

Les yeux de Solal quitta un instant leur cible pour regarder celui qui venait d'ouvrir la bouche.

« Non, des messagers. »

Laconique, droit sur sa monture, le jeune homme préféra se reconcentrer sur ses priorités. Des bandits ne seraient pas venus de façon aussi visible seulement à deux. Laissant l'autre croire qu'il était capable de distinguer la couleur de leur vêtements, le fils du désert reprit sa scrutation. Il attendait ce moment depuis qu'ils avaient perdu un enfant. Un jeune garçon d’à peine cinq ans. Depuis que leur route avait croisé celle d'une caravane de marchands qui avaient échangés avec eux les nouvelles préoccupantes de voleurs d'enfants.

S'il n'était pas l'oreille attentive qui aurait comblé leur chef de clan, il était unanime qu'il était un protecteur intransigeant.
La perte du bambin était déjà un échec épouvantable qui l'avait affecté. Cela ne se reproduirait plus. Son cœur brûlait d'une flamme ardente. Son esprit ne connaissait plus le repos, tourné inlassablement vers le souvenir des traces de sabots qui s'étaient effacées presque immédiatement après leur découverte.

Enfin les cavaliers étaient là. Comme espéré, représentant les couleurs du duc, leur prince, porteur d'un message si attendu que Solal aurait pu l'écrire lui même.
Sans un mot, conscient de ce qu'ils allaient demander, il tira sur les rênes de sa monture pour la faire pivoter.

« Je vous emmène au près de notre chef. Veuillez me suivre. »

Les deux hommes hochèrent la tête, suivant cette petite délégation venue à leur rencontre sans prendre ombrage de la directive. Ils étaient des hommes de guerre porteur d'un message, les simagrées et les politesses pouvaient attendre. Leur mission leur demandait du temps, d'autres chefs à voir, d'autres à convaincre. Ce jeune erebien parlait un langage qu'il connaissait, celui des hommes pressés.

Solal Aluddin KN84EfQ

C’était l’appel du sang. Le sang des ennemis du sable et du roc. Le sang du peuple gitan. Pas un seul accord ne passa du chef de clan aux messagers ducaux. Une simple énonciation des faits. Le fils embrassa son père sur le front, sa mère sur la joue et adressa un regard protecteur et farouche à ses sœurs. Puis s’en alla. Avec d’autres, répondre aux vœux, aux ordres, à l’appel de leur sultan. Au prince des gitans.

Quelques mois passèrent, à chercher, à recueillir les indices et les pistes. Jusqu’au jour où la troupe fut rassemblée. Jusqu’au jour où la chasse fut lancée. Les renégats, les impies, il était temps d’éradiquer la souillure d’Erebor, d’apaiser les fils et les filles rassemblés dans cette seule optique, alléger les cœurs et les âmes meurtris d’un peuple dont les plus grands joyaux étaient leurs enfants.

L’attaque se passa dans l’aube naissante. Cet instant fragile ou l’obscurité laisse place à quelques rayons fragiles.
Solal en tête, épée à la main, le sang coula ce matin-là. Par gros bouillons, poisseux, tachant les parois des cavernes où se livraient ces rebuts de la nature. Certain tentant encore de se cacher derrière de jeunes âmes pour gagner quelques secondes de vie.
Beaucoup moururent mais quelque chose d’autre naquit chez l’erebien. Quelque chose de sombre qui ne demandait qu’a grandir. La vengeance avait un gout tendre sur sa langue. Eprit d’une justice sanglante, la satisfaction brulait dans son regard alors qu’il éprouvait du dégout à sentir ses doigts maculés par la souillure ennemie.

Mais le châtiment ducal avait été délivré. Pas un enfant n’avait péri dans la vague vengeresse. Et si l’un des hommes, le plus important, le cœur de ce sordide esclavagisme de pierres précieuses, n’avait pas été trouvé sur les lieux, Solal se sentait en partie apaisé.

Suffisamment apaisé pour se donner le droit de laisser un peu de place à la faiblesse de son cœur face à l’une de ces enfants qui le regardait avec cet éclat de confiance absolue. Assez touché pour que l’éclat terrible de la vengeance parfaite soit rejetée de côté. Elle attendrait. Les enfants avaient besoin d’eux et tout particulièrement la fillette qui ne bronchait pas sous son regard perçant. L’erebien se plaça alors au service de la tendre mais farouche enfant. Demandant pardon silencieusement à son prince pour cette décision, considérant que ce dernier pourrait de nouveau posséder toute sa dévotion quand enfin, la fillette des cavernes serait à l’abris de toutes les difficultés de la vie.
L’attrapant dans ses bras, sa petite tête nichée dans son cou, de derniers signes furent échangés entre ses compagnons éphémères, puis Solal s’en alla. Avec le butin le plus précieux des esclavagistes décimés, tout contre lui.

Sa voix était un filet, tel le vent chuintant sur un rocher. Mais l’erebien écoutait sans jamais lui demander de répéter. Il l’écoutait et entendait ses vœux toujours modestes. Ses interrogations inquiètes. Son bras barrait son ventre alors qu’il chevauchait droit vers l’Oasis du Crépuscule, cet endroit qui lui semblait tout indiqué pour élever avec douceur cette petite flamme ténue déjà abimée par la vie.

« Des sables »

Ce fut le nom qu’il lui donna dans le silence d’une nuit de marche aux coté du cheval. Yeux dans les yeux, elle ne dormait pas. Il n’eut pas besoin d’en dire plus, l’apaisement de son regard lui donnait toutes les informations nécessaires. Il ne lui expliqua pas non plus son choix. Des sables car elle était cette gamine faites de roc. Des sables car sa peau et ses yeux avaient la chaleur du désert. Des sables car elle avait en elle des trésors qu’il soupçonnait mais qu’elle était trop jeune pour percevoir. Des sables car plus jamais elle ne serait arrachée à son foyer tant qu’elle se trouverait en Erebor.

Astarté des Sables, Solal caressa cette idée pendant que ses doigts faisaient de même avec la joue de la fille qui s’endormait enfin d’un sommeil tranquille.

Quand le jour vint de s’en aller, l’homme était absolument certain qu’il avait bien fais. Il laissait Astarté aux mains d’une famille qui éveillait en lui le souvenir de la sienne. Mais il ne s’en alla pas avant que le plus important fut fait. Une promesse.

« Fais appelle à moi, dès que tu ressens le besoin. Alors je reviendrais. »

L’homme était peu bavard mais la fille encore moins. Cette fois, pour de bon, il pouvait tourner ses pas vers le travail qui l’attendait. Il était temps de clôturer l’histoire.



Une année passa. Une année d’efforts, passant de clans en clans, de citadins à marchands, à retracer avec une minutie mortelle le chemin de celui qui avait échappé au courroux princier à la tête de ceux et de celles qui l’avaient accompagnés lors de l’attaque des cavernes. Mais enfin leurs efforts furent récompensés. Ils savaient.

Il attendit la nuit pour s’infiltrer dans cette maison où le confort transparaissait. L’écœurement aurait pu l’étouffer si le besoin d’en finir cette nuit n’avait pas été une bouffée salvatrice.
La porte était d’un magnifique bois vernis, l’erebien resta devant un long moment. N’envisageant pas un seul instant de passer par une fenêtre laissée sans surveillance. Il n’attendait pas, il écrivait.

Ici, Ignominie lancinante
D’un être se croyant homme
Devenu ombre navrante.

De la pointe d’un poignard, jusqu’à ce que l’inscription soit lisible de tous. Les autres, derrière lui, attendant que son œuvre soit achevée. Quand enfin ce fut fait, l’un des siens s’avança et fit jouer la serrure aussi facilement que s’il avait tenu la clé. Les citadins étaient navrants de naïveté. Il sentait qu’il était de son devoir de leur montrer toute l’étendue de l’imagination d’un fils du désert en colère.

Une heure passa. Solal assit dans le salon avait abandonné son épée. Il ne s’en servirait plus. Il détestait le sang, poisseux, salissant, indigne de le toucher, lui, qui allait abattre la justice. Un sang corrompu qui avait une odeur lourde et écœurante. Non, l’épée était un outil de dernier recours. Le crépuscule était encore jeune, il avait tout son temps. Autour de lui, les autres se déployaient, égorgeant en silence les quelques gardes présents.

Une heure passa. Il avait trouvé ce qu’il cherchait. La chambre des enfants et celle des parents. Dans la dernière alors que le sommeil paisible tirait quelques soupirs aux deux dormeurs, Solal prit le temps de choisir avec soin les plus beaux foulards de soie de l’épouse. Des pièces magnifiques. Dans d’autres pièces, oncles et tantes passaient de vie à trépas.

Une heure passa. Tout était prêt. Il avait commencé par réveiller avec douceur les plus jeunes fils à peine plus âgés que la jeune Astartée. Il avait pris le temps de jouer un peu avec eux avant de les emmener au salon alors que l’une de ses compagnes portait dans ses bras l’une des filles pendant que l’autre la suivait en s’accrochant fermement à sa tunique. Puis il les avait attachés avec quelques voiles trouvés dans leur chambre. Solidement mais pas assez pour leur faire mal. La joie avait fait place à la surprise puis à l’inquiétude pour les plus vieux. Enfin à la terreur quand le garçon à peine plus âgé de 9 an avait vu le corps des gardes étalés sur le sol.

D’un doigt sur les lèvres, l’erebien leur avait fait promettre le silence sous la menace tranquille de ses compagnons. Ses pas légers l’avaient mené à la suite nuptiale. Ils n’eurent pas à attendre longtemps avant qu’il ne revienne trainant celui qui était coupable de tous les maux de familles et enfants traumatisés et parfois endeuillés.

« Ne crie pas, je me suis donné beaucoup de mal pour que tu puisses bénéficier le dernier de quelques minutes de sommeil supplémentaire »

Mais il criait. Alertant l’épouse qui affolée se jeta tout droit dans les bras d’un erebien qui n’eut aucun mal à la retenir.
Serrant les dents de mécontentement, Solal le projeta en avant, droit vers ses enfants attachés. La puissance du geste l’étala de tout son long sur le sol carrelé, coupant net ses protestations hystériques. Le gitan n’était toutefois pas sans cœur, il l’aida à se relever en l'empoignant par ses cheveux.

« Admire »

Du menton il lui indiqua une tresse de soie qui pendait du plafond. Les tentures qui étaient si esthétiques avaient accroché son œil quand il était entré. Partant du plafond, attachées à un solide anneau au centre de la pièce à vivre, elles partaient chacune avec légèreté droit vers de grandes ouvertures circulaires dans les murs. C’était ravissant de raffinement, Solal avait été très réceptifs à la décoration.

Sa main s’envola vers le cou de l’homme, alors que son regard s’embrasait d’une colère féroce et cruelle contenue jusque-là.

« Ne perds pas ton souffle inutilement. Ton cœur est froid. Le mien l’est encore plus. »

Son autre main attrapa la boucle qui pendait à l’extrémité. Et il tira pour y faire passer son crâne, puis sur la corde improvisée elle-même. Aidé par d’autres, jusqu’à ce que seul les orteils de ce père de famille et esclavagiste de profession touchent terre.

Ils le laissèrent ainsi le temps de poser les voiles éblouissants des épouses de la maison, gorgés d’eau sur le visage des enfants.
La mère hurla mais pas assez longtemps pour s’en déchirer les cordes vocales. Son cou fut tranché alors que les enfants paniqués s’étouffaient et suffoquaient sous les ordres de Solal.

Mais son regard à lui ne quittait pas le presque pendu aux mains attachées dans le dos. Il pleurait et tentait d’hurler au risque de s’étrangler à son tour. S’asseyant dans un soupir, le gitan attendit d’être pleinement satisfait de l’ambiance chargée de terreur avant de faire un simple signe du menton. Les regards, braqués sur lui, abattirent dans un même mouvement leurs poignards.

La petite armée s’en alla. Laissant quatre enfants égorgés et leur père éventré, entourés du reste de la famille baignant dans leur sang. Laissant un seul survivant, bien involontaire, derrière eux.

Avec le temps, le fils du désert avait pris la tête de ses semblables et c'est pourquoi cette nuit s'était déroulée selon ses gouts et ses attentes. Solal était celui qui guide. Mais un guide bien différent que celui que l’on avait tant espéré de lui.

Solal Aluddin KN84EfQ

Fermant la porte derrière lui, son regard se porta droit vers le parchemin déposé sur son oreiller. Le devoir l'avait appelé une dernière fois, près de son roi, présenter avec ceux qu’il ne verrait peut être plus jamais , un rapport détaillé de ce qui avait été accompli.
Une main noire accompagnée d'une phrase. « Nous savons ». Stoïque, ne sachant qu’en penser, la nuit passa sans qu’il ne s’en rende compte, trop occupé à regrouper dans sa mémoire tous les éléments qu’il connaissait de la confrérie, évaluant la probabilité que cette lettre soit une vrai. Et la réponse qu’il donnerait.

Le temps passa, l'obscurité laissa place à l’aube qui vient sans que la majorité ne s’en rende compte. Les dormeurs en premier lieu mais aussi ceux trop préoccupés par l’attente d’un assassin.
Et si Solal avait eu l’imagination assez fertile pour envisager plusieurs profils différents du visiteur attendu, il fut tout de même frappé de surprise de se trouver confronter à un Ecoutant. L’Ecoutant de la corde.

Lorsqu’Erebor se réveilla, Solal était déjà parti, pour suivre les traces de la voie des assassins.

Solal Aluddin KN84EfQ

« Je ne vais pas te cacher gamin, les apprenties lames sont aussi nombreux qu’les morpions de la sainte Mirta. »

Le ton était rugueux, l’œil vif et malin. Geoffroy Troublereve était un Ecoutant vieillissant mais aux compétences éblouissantes. Solal le respectait et lui vouait une admiration commune de l’élève trouvant son maitre. Malgré son langage grivois et son apparence tordue peut commune, l’homme était une légende. Une légende que beaucoup imaginait inventée quand ils le rencontraient en chair et en os.

« Qu’t’ai continué la corde, c’tait une bonne nouvelle. »

Allumant une pipe aux odeurs nauséabondes, l’erebien se contenta d’un hochement de tête, incertain de ce qu’il devait dire. L’Ecoutant assit à ses coté toussa un moment avant de grommeler.

« L’age. Maintenant des morpions plein de chtards veulent agiter une épée. Qu’ils commencent par la leur merde. »

Tirant sur sa pipe, il la proposa a Solal qui d’un geste de la main déclina poliment.

« Ca fait combien d’temps maintenant ? »

Habitué à son langage décousu, le fils du désert esquissa un fantôme de sourire.

« Trois ans et six mois. »

L’autre se mit alors à râler, comme si le gitan était de mauvaise foi, incapable d’accélérer le temps.

« T’me fais chier Solal. J’ai besoin d’un adepte, j’en ai refoulé pour enfin rencontrer un type comme toi. Dépêche toi. Merde ! »

Oh oui. De bons assassins il en avait formé. Mais une perle comme ce foutu erebien, on en trouvait pas par milliers. Le jeune homme avait suivi l’apprentissage comme s’il parcourait une foutue promenade de santé pour vieille Cielsombroise désœuvrée. D’ailleurs pourquoi y avait autant d’erebiens dans son Aspect ? Geoffroy lui n’avait jamais était capable de lâcher ses draps de soie. Quand l’heure fut venue, il s’était simplement contenté de les transformer en arme.

« Encore six mois. »

De l’œil, le gitan détailla son maitre. Un homme à qui on aurait donné une cinquantaine d’années alors qu’il en avait dix de moins, cette apparence n’était pas arrangée par la finesse de ses membres et cette façon presque répugnante de se tenir vouté. Mais il l’avait vu à l’œuvre. Tel un oiseau de proie, Au moment venu, le cielsombrois se déployait, usant de trésors d’imagination pour accomplir ses contrats.

« Merde, t’fais chier. »

Les deux hommes en haut d’un toit, les jambes pendouillant dans le vide, échangèrent un sourire avec le ciel. Ils étaient si différents mais étaient curieusement sur la même longueur d’ondes.  

Solal Aluddin KN84EfQ

En 985, Solal était devenu Adepte. Il apprit beaucoup de ces années de collaboration étroite avec Geoffrey. Si bien que seulement neuf ans plus tard, il acceptait avec un sentiment d’immense fierté d’endosser le rôle de celui qui se disait mériter de se retirer. Il avait alors 35 ans.

Solal Aluddin KN84EfQ

An 1000.

Du sang, du sang sur son visage, dans son cou, sur ses vêtements. Sur l’Oracle. Des corps jonchent le sol, des assassins mais aussi des visages inconnus. L’Ecoutant de la corde se laisse tomber alors que le dernier adepte de la lame vivant élimine le dernier de leur assaillant. La couronne de faërie les a frappés, en plein cœur. Les pertes pour la confrérie noire sont terribles mais Solal n’a pas la force de les dénombrer. Il reste là, à genoux aux coté du corps sans vie de l'Oracle et de Lubin son estimé collègue. Une corde enroulée à son poignet droit, une seconde au gauche, l’homme a frappé comme une tempête de sable. Mais ce n’était pas suffisant, pas dans une mêlée. Alors il a attrapé une lance et avec répugnance il a fait a son tour couler le sang. Il ferme les yeux. Son cœur palpite. Il y a un peu moins de 20 ans, il avait connu ce sentiment dévastateur. Celui qui de ses yeux découvrent les petits corps réduits à l’esclavage. La fureur remonte, lui faisant prendre conscience que lui est encore bien en vie. La couronne a fait une terrible erreur en n’employant pas d’avantages de moyens. Son cœur bat. Fort, tel un tambour de guerre. Ses yeux s’embrasent.

Solal Aluddin KN84EfQ

Le lien de cuir produit un grincement alors que Solal raffermi sa prise. Sa joue collée à celle de l’enfant royal, il observe l’impératrice qui sombre dans la folie, tenue en respect par Anselme. Il a l’impression de revenir dans le passé. Son cœur ne vacille pas un instant en entendant les sanglots de celui qui reste. Les enfants sont les créatures les plus précieuses qui soient pour les parents. Il n’y a rien de plus efficace que de serrer une trachée si tendre pour faire passer un message a des esprits si obtus. Sa sentence ne connaît pas de pitié. Solal tue les hommes comme les femmes. Les nouveaux nés comme les vieillards. Ses muscles se relâchent alors qu’il prend le temps de retirer son arme incrustée dans la chaire tuméfiée. Il en reste encore un. Parfois il faut aussi savoir prendre son temps dans l’urgence. L’erebien sourit à l’impératrice qui lâche le crie le plus puissant et inhumain entendu dans ce palais. Le lien se loge sur la seconde gorge. Il ferme les yeux pour entendre l’air franchir les lèvres de sa victime. Et la magie opère, son cœur reprend un rythme normal, en paix avec Sithis et Lida. Il a fait sa part du travail. Le reste ne le concerne plus.

Solal Aluddin KN84EfQ

Après la mort de l'Oracle, l'attente fut presque douloureuse pour la Confrérie. Tant d'incertitudes pour ceux qui avaient toujours été guidés.
Mais c'est dans la foi que Solal à placé ses doutes et ses angoisses. Il attend et avec raison. Lorsque Lida lui apparut pour la première fois, l'Ecoutant lui adressa l'un de ses plus rares sourires. Un sourire de promesse. Le retard serait rattrapé.



Ibélène a regagné les terres perdues pendant la guerre et en a même regagné de nouvelles. Le conflit a donc pris un nouveau tournant en faveurs des Ibéens, en es-tu satisfait ?
• La Confrérie Noire est neutre, Solal affiche donc l'impartialité que l'on attend de lui. Mais il ne peut se cacher à lui même qu'il est secrètement satisfait qu'Ibélène ait repris ses territoires.

L'épidémie d'il y a quelques semaines a eu pour conséquence la révélation de nombreux mages, quel que soit leur royaume d'appartenance. Que penses-tu de cet état de fait, trouves-tu que l'Ordre du Jugement a eu raison de les exposer ainsi à la vue de tous ?
• Il est indécis l'erebien. Si son soutient va naturellement à l'Ordre du Jugement il ne hait pas pour autant les mages d'Arven. Cet appel à la haine est toutefois un éclat de génie qui sert l'Ordre au mieux. Cela, il ne peut pas le nier.

Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• Erebor lui manque mais Lorgol est devenu son terrain. Et comme tout bon erebien, si il ne lui ait pas possible de se rendre d'avantage dans son duché, alors il fait sien l'ednroit où il vit.





Dans la vie, je m'appelle Adèle et j'ai 23 ans. J'ai découvert le forum via Abi :haww: et voici ce que j'en pense : Bé c'est bien beau dit donc :hihi:
.   



Dernière édition par Solal Aluddin le Dim 26 Nov - 21:14, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyDim 5 Nov - 23:38


Solal Aluddin & Astarté des Sables

Notre-Dame de Lorgol

28 novembre - 4h du matin



Le soleil s’était couché et Solal avait fait de même, rattrapant le sommeil manqué jugé futile il y a de ça quelques jours.
Le travail ne manquait pas et en venir à bout ne procurait qu’une maigre victoire en ces temps troublés. Inéluctablement, la charge revenait, irrésistible. Il n’était pas trop de deux pour gérer la Tour de la Confrérie Noire.

Un œil ouvert dans les ténèbres de sa chambre, l’Ecoutant de la corde eut une pensée pour celle à qui avait incombé les heures de nuit. Ljöta avait été un bénéfice pour la Confrérie. Qu’importe les mots qu’avaient pu avoir Anselm ce qui avait pu lui manquer à ses débuts avaient été acquis dans l’urgence. Elle s’était montrée à la hauteur de la moindre de ses attentes, seul cela comptait.

D’un geste vague, l’Erebien tendit sa main vers la tenture qui protégeait son lit et se leva d’un geste souple et silencieux. Il ne chercha pas à allumer une quelconque lumière. La nuit était une compagne de longue date. Celles d’Erebor lui manquaient encore, fraiches et lumineuses sous les étoiles et les lunes d’Arven. Mais celles de Lorgol pulsaient de vie. Comme un cœur, il pouvait sentir ses battements dans les lumières des tours éclairant faiblement les rues. Dans la musique de certains lieux de mauvaises fréquentations. Dans les promeneurs beaucoup moins honnêtes que les braves partis se coucher.

Solal par une longue ouverture faisant office de fenêtre observa l’extérieur. Tout se parait de nuances quand le soleil venait à se coucher. Lorgol perdait alors cet aspect débonnaire factice des journées.
Ses yeux se levèrent vers l’horizon. Il avait déjà trop dormi. Il était déjà le temps de sortir.

Ses pas ne le trahissaient jamais. Toujours égaux, sans précipitations, l’homme pouvait alors mesurer ce qui l’entourait avec une vigilance accrue. S’il aimait les heures sombres des jours, il ne leurs faisaient pas pour autant confiance. La lie était en activité. Malheureusement pour elle, lui aussi.

Un bruit de souffle retint par habitude son attention. Les pavés tintaient derrière lui. Solal se trouvait entre les hauts et les bas quartiers, cherchant à se décider ou cette nuit le porterait. Mais ce souffle. Cette petite pierre qui roule et ce pied qui dérape légèrement sous la précipitation. L’homme se plaqua contre un mur à l’angle d’une rue. Si cette course le dépassait alors il n’aurait qu’a sourire de sa méfiance exacerbée. Mais ses pas s’arrêtaient à sa hauteur…

Et les pas ralentirent. Méfiants. Les yeux de l’Ecoutant se firent plus sombre a leur tour. Il attendit. La seconde qui le pousserait à tendre son bras. Maintenant. Sa main s’envola pour attraper le cou gracile qui passait à sa portée. Et alors qu’il était prêt a demander au jeune voleur débutant s’il était certain d’avoir choisi la bonne cible, ce fut lui qui eut le souffle coupé. Astartée.


Dernière édition par Solal Aluddin le Dim 26 Nov - 19:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyDim 5 Nov - 23:41

Rebienvenue :**: Courage et amuse-toi bien avec ce second personnage :hug:



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyDim 5 Nov - 23:42

Solal :siwi:
Rebienvenue :cute:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 0:02

Faible que tu es. :miguel:

Je cite (obligé) :

Sol a écrit:
mais je veux pas demander avant décembre
va savoir pourquoi
je donne des raisons mais la vrai c'est que je veux attendre décembre et voila

Tu m'as menti. Et j'pari que t'es une chèvre en vrai  :stare:

Faibllllllle Faiblllllllllllle Faiblllllllllllllllllllllllllllllllle  :laa:

Mais n'empêche il est beau donc ça t'excuses :sisi:

Rebienvenue et courage pour ta fiche :**:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 0:04

:laugh2: j'ai changé d'avis aujourd'hui c'est une promesse. CHUI PAS UNE CHEVRE :han: (merci Mulan)

Mémé et Melbren merci :siwi:
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 1:03

:roule:

*roule de bonheur*




Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 1:16

Filleule, tu es faible. :sisi:
Je suis tellement fière de toi. :siwi:










Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Gauthier Coeurbois
Gauthier Coeurbois

Messages : 1185
J'ai : 45 ans
Je suis : Adepte du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire
Mes autres visages: Martial ; Jehanne ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 5:50

Jrejoins Richard, DÉCEMBRE HEIN. :laa: :laa: :laa: Faible :laa:
Rebienvenue fab :roule:



#5E0021
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 6:35

Ma Soool d'amour! Tu seras jamais une faible à mes yeux :siwi:

Rebienvenue et amuses toi bien :hihi:
Revenir en haut Aller en bas
Les Compagnes
Les Compagnes
Rhapsodie Épi-d'Or
Rhapsodie Épi-d'Or

Messages : 1275
J'ai : 28 ans
Je suis : Compagne en Cibella et Mage de l'Eté (prédiction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Compagnes et à Gaëtane de La Volte
Mes autres visages: Aubrée & Octave
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 6:56

Tu as craqué ! Tu as craqué :laa: :**: :vv: :coeur:
Rebienvenue :haww:




Comme on voit sur la branche, au mois de Mai, la Rose...
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 7:34

Bon courage pour ta fiche et pour jouer Solal !










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 9:38

Ouh Solal ! :**:
Amuse-toi bien sous ce nouveau visage ! :hey:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 10:21

Rebienvenue, et bon courage pour ta fiche :leche:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 11:32

SI ABI ELLE DIT QUE JE SUIS PAS FAIBLE ALORS JE LE SUIS PAS :argh:
Et puis marraine est fière de moi alors voila :laa:

Merci à tous :keu:
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 11:36

Faible :sisi:

(rebienvenue quand même :hihi:)


Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 12:40

Rebienvenue Sol au carré :hihi:
Amuse-toi :keur:





Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 6 Nov - 12:50

Rebienvenue parmi nous :heart:
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyMar 7 Nov - 20:44

Rebienvenue :puppy:


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Solal Aluddin 620681ChienDeBerger
Solal Aluddin Z6jWz9PB_o
Solal Aluddin 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Solal Aluddin LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Hermine Chantelune
Hermine Chantelune

Messages : 394
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyMar 7 Nov - 20:51

Rebienvenue ici, cher collègue :eheh:


Dialogues en darkslateblue

Solal Aluddin RandomWikiFredia
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyMer 15 Nov - 21:28

Coucou filleule-version-barbue !
Comment ça avance ? :cute:










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyMer 15 Nov - 21:33

Je vais bientôt me lancer sur le test rp et j'irais poster dans les fiches terminées marraine :eheh:

Et merci a tout le monde :keur: :keur: :siwi:
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyDim 26 Nov - 1:01

Coucou, je viens aux nouvelles :haww:
Il te reste une semaine pour finir ta fiche, petit dragonnet ! Tu as besoin d'aide ? :cute:










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyDim 26 Nov - 10:17

Je corrige mes fautes je vais poster dans la journée en fiche terminée :sisi:
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Shéhérazade d'Erebor
Shéhérazade d'Erebor

Messages : 137
J'ai : 29 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, sultan d'Erebor
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope
Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin EmptyLun 27 Nov - 0:07

Coucou !

C’est moi qui relis ta fiche, avec l’aide d’Alméïde :siwi:
Ce commentaire sera très long, mais nous avons voulu te donner le maximum de précisions pour te permettre de bien comprendre les petits détails qui ne collent pas tout à fait. :joie:

I – ANECDOTE
Une majuscule à Erebien, s’il te plaît !  :hum:

II – HISTOIRE

Première partie
• « Bénéficiant de l’intention particulière de son tendre Saïd, le jeune erebien appliquait les valeurs de son père et de son clan comme si elles avaient toujours coulées en lui. » Intention ? Qui est Saïd ? Majuscule à Erebien quand c’est un substantif. Quelles sont les valeurs du clan que tu mentionnes ?
• Shaha est un prénom arabe ?

Deuxième partie
• Pourquoi est-ce que le père écrit dans le sable ?
• On a du mal à suivre la narration de cette partie. Les explications arrivent tardivement. Pourrais-tu en premier lieu décrire la situation, et ensuite introduire ce que cela signifie pour Solal ? :oops:
• Les lois erebiennes sont assez strictes et expéditives. La punition pour avoir volé le groupe, c’est la mort (ou l’exil, si l’on veut se montrer magnanime). On ne torture pas les gens en les laissant cuire au soleil (même si Reja trouve l’idée fort intéressante :geu: ).
• Tu dis que Solal a appris à écrire il y a un an, mais tu ne précises pas son âge. Peux-tu le mentionner ?
• On a du mal à comprendre le sens du petit poème du père. :hide:

Troisième partie
• « Mais un feu hurlait vers le ciel, accompagné des cris des hommes du clan. » Est-ce que tu décris un incendie ? Ou est-ce qu’il s’agit juste d’un feu de camp ? #dansledoute #fouslefeu
• Solal ne peut pas être un meneur d’hommes s’il passe la majorité de son temps dans son coin. Les autres n’auront pas pu évaluer sa valeur et n’auront donc pas confiance dans ses capacités. Par ailleurs, 15 ans, c’est quand même relativement jeune pour avoir l’assurance et le charisme nécessaires à inspirer autrui. :héhé:
• Qu’a-t-il « étudié » seul ? Il n’y a pas de livres en Erebor.
• « Solal dégageait déjà une aura de respect qui tenait à l’écart les autres jeunes de son âge. » C’est quoi, une aura de respect ? Si tu veux dire qu’il impose le respect, cf la remarque plus haut.
• « Solal je m’inquiète de ne pas le voir d’avantage s’impliquer dans la vie des autres. » Ponctuation :haww: Davantage et pas d’avantage, d’ailleurs.
• « Le regard de la femme chercha son fils du regard. »

J’ai une remarque d’ordre général sur l’histoire jusqu’à ce point. :sisi: Je ne suis pas sûre que tu aies bien saisi les coutumes d’Erebor et la manière dont leurs enfants sont élevés ? :hm: Tu dépeins Solal comme très isolé et même éventuellement déficient affectivement, or ce n’est pas le cas, c’est quelqu’un de discret mais de passionné.  :haww:  Il a eu, comme tous les enfants erebiens, une enfance chaleureuse et joviale, tous les enfants de la tribu grandissant empilés les uns sur les autres et apprenant ensemble. :joie: C’est justement cette enfance collégiale qui a donné à Solal cette envie farouche d’en découdre avec les ravisseurs d’enfants, quand il a été plus grand : parce qu’ils privaient les petits de ce droit cardinal de grandir heureux.
Solal n’est pas un lettré, je ne suis même pas sûre qu’il ait su lire avant d’entrer à la Confrérie. Je ne sais pas si l’instruction précoce que tu décris lui apporte grand-chose : c’est un esprit brillant, doté d’une intelligence instinctive et d’un excellent sens du contact qui lui permet de tirer profit de ses capacités relationnelles. Il est très observateur et parle peu quand il n’y a pas de besoin de discours, et il est réfléchi, il mesure ses mots avant de parler.  :diego:

Quatrième partie
• Solal semble très en retrait et asocial, presque prude, alors qu’il est fondamentalement passionné et qu’il a le contact facile.
• Pour les déplacements de longue durée dans le désert, des messagers de Vivedune vont privilégier le chameau ou le dromadaire, moins exigeants en eau qu’un cheval, et plus adaptés à négocier les dunes.  :moustache:
• Cela se passe à quelle époque ?

Cinquième partie
• Le duc d’Erebor est également sultan, et roi des gitans. Ce sont là ses titres précis. :sisi:
• Quand l’ordre de frapper arrive du duc, la localisation des renégats est déjà connue. C’est une expédition punitive, qui est menée, les recherches sont terminées : il s’agit de poursuite et de vengeance. :epees:
• « Cet instant fragile ou l’obscurité laisse place à quelques rayons fragiles. »
• « Par gros bouillons, poisseux, tachant les parois des cavernes où se livraient ces rebuts de la nature. » Ils se livrent ou ils combattent ?
• « le cœur de ce sordide esclavagisme de pierres précieuses » Nous ne comprenons pas cette phrase  :owi:
• On a un peu l’impression que Solal s’est barré avec la gamine sous le bras en mode yolo :geu: Il l’a prise avec lui parce que personne d’autre ne la réclamait, surtout.
• Il n’y a pas de maison, dans le désert. Le gros vilain et sa famille étaient soit installés dans la montagne, soit sous une banale tente. Il n’est pas citadin, il habite à une semaine de route de Vivedune (cf PV).
• « la jeune Astartée ».  :keuwa:
• « Il avait pris le temps de jouer un peu avec eux » Il joue dans le sens, faire un jeu, ou dans le sens torture ?
• «  l’une de ses compagnes portait dans ses bras l’une des filles pendant que l’autre la suivait en s’accrochant fermement à sa tunique » Compagne de Solal, du méchant ? L’autre fille ou l’autre compagne ? La tunique de qui ? On a du mal à comprendre qui est présent au juste et qui fait quoi.
• « la suite nuptiale ». On est pas dans un hôtel à Las Vegas :ptdr: Soit une grande tente, soit un habitat troglodyte. Garde à l’esprit que le mec s’est planqué pendant toute la poursuite, il se savait pourchassé. :laa:
• Solal ne joue pas avec sa proie, il est assez direct et ira droit au but. De même, il ne se ferait pas aider pour tuer le mec, il prendrait plaisir à le faire seul, et de ses mains à lui, pour le sentir agoniser et mourir. Les assassins aiment tuer.
• Du coup, pour la déco, cf nos remarques précédentes.
• Il torture et tue la famille du vilain, mais je pense qu’il tuerait les enfants rapidement cependant. :hm:
• Il n’y a pas de petite armée : Solal a pourchassé et trouvé le chef du réseau, seul. C’est sa vengeance personnelle qu’il applique à ce moment là, au nom des enfants opprimés. C’est ça qui lui donne le droit d’être repéré par Lida.  :green:

Sixième partie
• Recevoir une Main Noire peut vouloir dire qu’il aura une proposition de recrutement... ou bien que quelqu’un a mis un contrat sur sa tête.  :help:

Septième partie
• Les Cielsombrois dans leur majorité sont épais comme des brindilles, alors que la Corde exige une grande force physique. Le profil de Sombreciel irait plutôt à un manipulateur, pour le Hasard ou le Choix ; et surtout Poison puisqu’ils sont experts en mélanges douteux.  :blase:
• Un Écoutant ne sera jamais un beauf mal élevé :mdr: Il faut que ces personnes aient des capacités de communication raffinées si nécessaire pour aller au contact des clients huppés.
• Ca se passe quand, cette partie ? Solal avait 35 ans quand il est devenu Écoutant, d’après le PV.
• En 985 Solal a 25 ans… il devient apprenti à cet âge-là. Assassin à ses 30 ans, Écoutant à ses 35. Il est passé Adepte entre ses 30 et 35 ans.

Huitième partie
• Majuscules ! à Adepte, à Faërie, à Corde et Lame quand il s’agit des Aspects, à Confrérie et à Noire… :keuwa:
• Si la vue du sang répugne Solal, il n’a pas choisi le bon métier : quand on étrangle quelqu’un, il y a quand même du sang, des vaisseaux qui éclatent, etc.

Neuvième partie
• « chaire »
• « le crie »

Dixième partie
• On manque énormément de détails sur la reprise des affaires de la Confrérie, sur la déclaration de guerre qui a commencé par une invasion d’Erebor par des Chevaucheurs, sur la Roue Brisée, sur la traque des mages, sur l’épidémie magique…  :puppy:

III – TEST RP
• « Anselm »
• « Astartée » :keuwa: :keuwa: :keuwa:

REMARQUES GÉNÉRALES
Nous t’en avons relevé certaines, mais il reste une quantité de fautes bien trop importantes (accord, usage, conjugaison).  :cass: Je te demanderai de te relire très attentivement – rien que les répétitions te sauteront aux yeux – et de veiller à :
- mettre systématiquement les majuscules où elles sont attendues,
- corriger l’orthographe des noms propres,
- rajouter de la ponctuation.  :saute:

À part ça, il y a quelques incompréhensions sur les coutumes erebiennes pour l’enfance de Solal, et sur son mode d’action une fois adulte. :hm: Alméïde et moi sommes à ton entière disposition si tu as besoin de plus d’éléments concrets sur la vie des enfants dans les tribus, les familles des émirs, et pour reparler du fameux chef du réseau et de ses conditions de fuite. :bro: Tu peux aussi te rapprocher de Biquette qui joue à la fois ton duc et ton Adepte (non mentionné dans ta fiche ?) pour peaufiner les détails ! :eheh:

Courage ! :superman:
On est pas loin au besoin. :hug:



Solal Aluddin TitreSheherazade1

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Solal Aluddin   Solal Aluddin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Solal Aluddin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Oubliettes-
Sauter vers: