AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -31%
Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie ...
Voir le deal
45.55 €

Partagez
 

 En chaque étoile vit une âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme EmptyMar 7 Nov - 16:50


Livre II, Chapitre 6 • La Chasse Sauvage
Astrée Aubétoile &
Chimène de Faërie

En chaque étoile vit une âme



• Date : 31 octobre 1002
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Astrée se rend au palais ducal pour montrer les étoiles à Aymeric, neveu de Liam d'Outrevent, à la demande de ce dernier, et le trouve en compagnie de Chimène de Faërie, qu'elle ne s'attendait pas à y trouver, malgré les annonces ayant eu lieu quinze jours auparavant concernant ses fiançailles et le fait qu'elle ait renoncé officiellement à la couronne impériale.
• Recensement :
Code:
• [b]31 octobre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2907-en-chaque-etoile-vit-une-ame]En chaque étoile vit une âme[/url] - [i]Astrée Aubétoile & Chimène de Faërie[/i]
Astrée se rend au palais ducal pour montrer les étoiles à Aymeric, neveu de Liam d'Outrevent, à la demande de ce dernier, et le trouve en compagnie de Chimène de Faërie, qu'elle ne s'attendait pas à y trouver, malgré les annonces ayant eu lieu quinze jours auparavant concernant ses fiançailles et le fait qu'elle ait renoncé officiellement à la couronne impériale.

Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Re: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme EmptyMar 7 Nov - 16:58


Chimène & Astrée

En chaque étoile vit une âme



Un rire léger me traverse, une cascade de perles alors que la cuisinière s'incline devant moi. « Aymeric, le diner sera bientôt servit pourquoi te gave-tu de gâteaux ? » L'enfant lève un regard sérieux m'affirmant sans frémir et avec une évidence enfantine. « Et bien, parce que j'ai faim bien évidement ! » Je secoue la tête avec amusement. « Bien sûr où donc avais je la tête. » Je l'observe alors qu'il avale sa pâtisserie avec un petit air arrogant et sûr de lui qu'il a dût emprunter a son oncle. Amusé, je lui tends une main. « Bien maintenant que mon jeune Messire est sustenté, peut être acceptera-t-il de faire quelque pas en ma compagnie dans les jardins ? » Aymeric sauta de sa chaise, réajusta sa mise et me présenta galamment son bras. Cet enfant, malgré ce qu'il avait traversé, restait terriblement joueur et fort. Riant de sa petite comédie, je glissai donc mon bras sous le sien, du moins autant que possible considérant la différence de taille. J'aimais la compagnie d'Aymeric, cet enfant était un amour à plus d'un titre. Peut être tentais je, avec mon affection, d'adoucir ce qu'il avait traversé ou même de racheter la faute de Gustave. Je ne savais pas vraiment, mais une chose restait certaine, j'adorais ce petit bout. D'ailleurs, je devais sans doute bien trop le gâter.

Le procès ne semblait pas l'avoir blessé a outrance, mais je n'osais en parler avec lui. Je préférais, et de loin, qu'il savoure chaque séjour qu'il effectuait entre les murs du palais Ducal. Sans doute aurais je préféré qu'il vive définitivement avec Liam mais mon ami avait fait cette concession, désormais, Aymeric partagerait son temps. Il demeurerait l'héritier Ducal, du moins, jusqu'à ce que mon union avec Liam engendre un fils... Cette pensée me fit subitement rougir avant que je ne reprenne contenance, j'avais sciemment oblitérer cette pensée, dérangeante mais quelque part, fascinante. Il était déstabilisant de songer a Liam de cette façon ou alors étais je trop naïve encore.

Nous étions arrivé à l'entrée des jardins lorsqu'un garde se présenta devant nous. « Votre Altesse, une jeune demoiselle  demande a rencontrer le jeune Aymeric. » Perplexe, je me contente de hocher la tête, glissant un coup d'oeil amusé sur l'enfant. « Aurais tu fais une rencontre que tu as gardée secrète ? » Tout aussi perplexe que moi, Aymeric secoua négativement la tête avant de m’entraîner a sa suite à la rencontre de cette jeune dame. Ce fut une jeune fille aux cheveux de miel que je découvris en même temps que mon jeune compagnon. Je ne la connaissais pas et je voyais bien qu'il en était de même pour Aymeric, néanmoins, je tenais mon rôle avec une grâce certaine tandis que je lui souriais légèrement. « Mademoiselle.... ? » Où avais je la tête ! Je n'avais point pensé a demander son nom au garde. Aymeric, droit et stoïque a mon côté observe la jeune femme. Il a quelque chose de son oncle, a plus d'un titre.  
AVENGEDINCHAINS


La chute fut si douce.

En chaque étoile vit une âme TitreChimene1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme EmptyJeu 9 Nov - 19:02

La jeune savante était pétrie d’appréhension. Elle devait se rendre au palais ducal, sur invitation du duc. Elle avait eu bien du mal à annoncer la nouvelle à sa sœur, même si elles en avaient déjà quelque peu parlé, avant. Mais de là à ce que ça se concrétise, à ce que ça soit réel… Alors s’y rendre, pouvoir découvrir le palais ducal, c’était un rêve éveillé. Elle en avait rêvé, toute la nuit la veille, et avait cru mourir d’impatience et de peur, toute la journée. Et si elle s’était imaginé être réellement conviée à montrer les étoiles au prince héritier ? Si elle avait pris ses désirs pour la réalité ? Elle avait fait des allers-retours incessants entre le salon de leur maison, et sa chambre, pour vérifier encore et encore les papiers fournis par le duc, portant son sceau, l’autorisant à entrer, et expliquant la situation. Elle avait lu et relu les lettres, brèves, qu’ils avaient échangées. Quelle écriture élégante il avait ! Quelle belle prose, même alors qu’il ne couchait que peu de mots sur le papier ! Tout en lui était parfait. Elle l’avait répété tant de fois que ses parents l’avaient envoyée apporter différentes décoctions que sa mère préparait pour ses patientes, afin de les apaiser, pour ne plus avoir à la supporter. Ils l’aimaient, mais elle allait finir par les agacer sérieusement. Le temps passa malgré tout bien plus vite comme ça, et la fin d’après-midi arriva bien vite.

Leur maison n’était pas bien loin du palais, mais elle devait amener son télescope, qui était lourd, et quelques-unes des cartes qu’elle avait commencé à tracer, qu’Aymeric pourrait continuer. Il ferait peut-être ses propres cartes, un jour. Mais dans l’immédiat, elle devait lui apprendre, et un support l’aiderait. Elle peinait à avancer, avec sa charge, et il lui fallut presque une heure, pour y parvenir – et presque moitié moins, pour entrer dans le palais, passer les divers contrôles, aller déposer ses affaires à l’endroit décidé par Sa Grâce d’Outrevent, et être guidée jusqu’au prince héritier ensuite.

Si elle n’avait été contrainte à suivre un garde, et à ne pas agir stupidement, elle serait restée dissimulée un temps certain derrière un bosquet, à observer la princesse impériale et celui qu’elle venait chercher, mais elle fut conduite directement à leurs côtés. Se fendant d’une révérence impeccable, quoi qu’un peu tremblante, elle attendit pour se relever que l’on s’adresse à elle. « Demoiselle Aubétoile, Votre Altesse Impériale, Votre Altesse princière. Je… Sa Grâce Liam d’Outrevent m’a conviée, afin que j’enseigne la connaissance céleste à son neveu. J’ai ici les lettres en attestant. Je ne souhaitais pas vous déranger. Peut-être désirez-vous que je me retire, en ces lieux qui ont été préparés, le temps que Ses Altesses soient disponibles ? » Elle était à leur disposition, et se trouver en ces lieux étaient une grande joie pour elle, elle pourrait attendre longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Re: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme EmptySam 18 Nov - 16:54


Chimène & Astrée

En chaque étoile vit une âme



Je couve la jeune fille qui se tient devant moi d'un regard indulgent tout en secouant légèrement la tête. « Vous ne nous dérangez point, Demoiselle Aubétoile. Aymeric et moi flânions seulement dans le jardin en attendant l'heure du diner. En parlant de cela, voulez vous le partager avec nous ? Je ne reçois guère de visite et cela me plairait. » Aymeric apporte a mes mots le poids de son acquiescement vigoureux du chef. D'un rapide coup d'oeil, je m'assure auprès du garde qu'elle possède effectivement les autorisations requises et celui ci hoche brièvement de la tête. Si ma vie est sensée ne plus être en danger, Liam a préféré ne pas trop relâcher la sécurité du palais, nul doute que cette enfant n'aurait franchit les murailles du palais si elle n'était en possession des actes Ducaux dont elle se prévalait. « Emilien, veuillez soulager cette jeune fille de sa charge je vous prie, la tour astronomique du palais sera l'endroit idéal pour l'entreposer en attendant que nous dînions...Après tout, la nuit n'est encore point totalement tombée n'est ce pas ? » Un sourire taquin flotte un instant sur mes lèvres avant que je n'invite la jeune fille a me suivre jusqu'à un boudoir aux accents féminins.

Je pris place au creux d'une bergère de velours et invitai Astrée a s'installer confortablement dans un fauteuil. Aymeric grimpa a mes cotés tout en observant la jeune fille du coin de l'oeil. Je pouvais sentir la curiosité qui l'habitait et sans doute l'excitation a la perspective de l'enseignement qui lui serait bientôt dispensé. « Veux tu aller nous quérir un peu de liqueur et du thé, Aymeric ? »Lui demandais je avec une caresse sur sa joue rebondie avant de le regarder filer avec un sourire attendri. J'adorais cet enfant et il me le rendait bien. Du moins l'espérais je, puis je tournais mon attention sur la jeune mademoiselle Aubétoile. « Ainsi vous vous passionnez pour le ciel nocturne ? J'avoue que c'est là une science qui ne me fut pas enseignée plus jeune, un regret lorsque j'admire parfois la voûte céleste d'Outrevent. » Je me tais, le temps qu'une servante nous apporte boissons et quelques douceurs pour accompagner la conversation. Je ris à part moi, ne venais je pas de réprimander Aymeric de manger avant diner ? « Je vous en prie, servez vous. »

Moi même je porte à mes lèvres la saveur d'un thé fruité et délicat aux vertus apaisantes, je ne goûte guère l'alcool. Aymeric revient  me chuchoter quelque chose a l'oreille avant de filer de nouveau et je ris doucement. « Il vous trouve particulièrement jolie et je ne peux qu'être d'accord avec lui. Il nous rejoindra pour dîner et a hâte d'apprendre auprès de vous. » Je repose ma tasse, sans un bruit, un exploit né d'années d'apprentissage de l'étiquette avant de pencher légèrement la tête sur le côté. « Je suis désolée de l’accueil que nous vous avons offert, Liam a dût s'absenter rapidement et n'a sans doute pas eu le temps de m'apprendre votre venue prochaine, j'espère que vous ne vous en sentez pas offensée. » Mon sourire est légèrement contrit, même impératrice, je n'avais pas brillé par mon arrogance particulière. J'avais conscience de mon rang, mais aussi et plus simplement, qu'une offense se doit d'être pardonnée, peu importe qui la porte. 
AVENGEDINCHAINS


La chute fut si douce.

En chaque étoile vit une âme TitreChimene1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme EmptyJeu 7 Déc - 21:37

Astrée ne savait plus réellement où se mettre, mais ses yeux s’illuminèrent malgré elle, en entendant la proposition de la princesse de Faërie, qui lui faisait face. Elle s’efforça de contenir son enthousiasme, se fendant d’une nouvelle révérence appliquée. « Vous êtes bien généreuse avec moi, Votre Grâce, j’en suis honorée. » Elle n’aurait relever la tête, mais les gestes du prince lui firent oublier toute politesse, alors qu’elle tournait la tête vers lui, retenant difficilement un rire, plaçant sa main devant sa bouche, confuse. « Je n’oserai vous refuser cela, Majesté, et je ne peux que vous dire que tout le plaisir est pour moi. » Oui, et il était même immense. De cela, la princesse n’en avait sûrement pas idée. Partager le dîner avec l’une des raffinées altesses de Faërie, qui avait surmonté tant de choses… Pour peu, elle aurait cru que son cœur allait s’arrêter.

Elle rougit légèrement, quand un serviteur se présenta à leurs côtés, à la demande de la princesse, peu habituée à se faire servir. Elle lui remit toutefois les quelques objets qu’elle n’avait pas entreposés dans la tour aménagée pour sa leçon, un peu gauchement, entravée dans ses mouvements par la gêne qu’elle ressentait. « Vous avez tout à fait raison, Votre Grâce, je préférais arriver avec de l’avancer, pour amener tout mon matériel et m’assurer de ne pas faire attendre Son Altesse Aymeric. Pour me rendre disponible, dès que… dès que la nuit tomberait totalement. » Elle la regardait confuse, mais cette confusion s’envola pour ne laisser voir que l’émerveillement, alors qu’un beau sourire prenait place sur les lèvres délicates et formidablement bien dessinées de Chimène de Faërie. Astrée eut un petit pincement au cœur, en se rappelant qu’elle porterait prochainement le nom de son cher duc, mais il n’aurait pu rêver d’épouser plus belle, plus charmante, plus douce, plus… parfaite.

La jeune fille emboîta le pas à la princesse, s’efforçant de ne pas se laisser distancer tout en restant en retrait comme son rang l’exigeait, s’asseyant avec le plus de retenue et d’élégance dont elle pouvait faire preuve, sur le fauteuil qui lui était montré – bien loin de celles que Chimène avaient naturellement. Mais elle ne devait surtout pas croire pouvoir l’égaler, encore moins la dépasser. Elle n’aurait jamais cette prétention. Elle faillit d’ailleurs se relever précipitamment, quand Son Altesse Impériale envoya le jeune prince chercher quelques boissons en vue d’une collation, s’apprêtant à balbutier qu’elle pouvait y aller, mais elle n’en eut pas le temps, devant l’enthousiasme de l’enfant qui partait chercher cela. « En effet, Votre Grâce, c’est une passion que mon père m’a transmise, lui-même étant astronome. Ma sœur a suivi les traces de ma mère, en quelque sorte, étant elle-aussi mage. Mais je ne souhaite guère vous importuner avec cela. Je… Vous pourriez assister, vous aussi, aux leçons que je donnerai à Son Altesse Princière. Je suis consciente de la grande chance qui fut la mienne, d’avoir mon père pour m’apprendre à les connaître et à déceler leurs secrets. »

Elle regarda confuse les sucreries leur être amenées, ainsi que les boissons, rougissant légèrement. « Je m’en voudrais, d’abuser de votre hospitalité, Altesse, j’ai consciente de ne pas être une invitée ici, mais bel et bien là pour instruire le prince Aymeric de Brunante. » Elle était incroyablement gênée, mais alors que la princesse l’encourageait par la parole à se servir, elle gouta à un nougat exquis, comme elle n’en avait jamais mangé, savourant la bouchée, pour en percevoir toutes les variantes. Elle avait beau avoir goûté d’excellentes confiseries au miel confectionnées par la famille de sa cousine, la saveur de cette douceur n’avait aucun équivalent… Elle remercia de la tête une servante qui lui tendit une tasse de thé, dissimulant la gêne qu’elle ressentait à se faire servir en portant la tasse à ses lèvres, pour n’en être que plus surprise par la quantité de différentes saveurs qu’elle ressentait. « C’est délicieux, Votre Grâce. Je ne crois pas avoir dégusté d’aussi somptueux mets, jusqu’à aujourd’hui. » Si ses joues étaient déjà légèrement, très légèrement, colorées, ce ne fut rien alors qu’elle vit revenir puis repartir le jeune prince, et la princesse la complimenter. « C’est trop d’honneur, sans doute, que ce compliment de sa part, et de la vôtre. Je ne prétendrais pas atteindre votre prestance, et votre beauté, à l’un comme à l’autre. » Oh non, elle se savait même incapable d’y aspirer. Les belles tenues qu’ils portaient, leurs parures et leurs splendides coiffures… elle ne pouvait les admirer que de loin.

Elle la regarda avec surprise, en l’entendant s’excuser. Une princesse n’avait pas à faire preuve de tant de déférence envers elle, bien au contraire ! « Je… J’espère que vous ne me tiendrez pas rigueur de cette surprise, qui se peint sur mes traits, mais la vérité est que vous n’avez pas à vous excuser, assurément. Je ne pensais pas que les gens à votre service me conduiraient directement à vous, sans quoi j’aurai attendu dans l’espace aménagé à l’observation des étoiles, plutôt que de vous importuner comme cela. Je vous remercie sincèrement de vous déranger pour moi, bien au contraire. Je… Je ne peux imaginer être offensée un seul instant. » Pas alors qu’elle avait la chance de venir au palais, d’instruire le prince, la chance, aussi, que le duc se souvienne de leur échange… Non, pas une seconde elle ne pourrait être offensée. Tout le monde n’avait pas la même chance qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Re: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme EmptyLun 8 Jan - 12:12


Chimène & Astrée

En chaque étoile vit une âme



La politesse de la demoiselle en devenait presque gênante, ou alors était ce moi qui avait perdu l'habitude des ronds de jambes. L'exil m'avait forcée a revoir mes priorités, a oublier le rang que j'occupais. J'avais subis nombre de regards et aucun n'était aussi respectueux que celui qu'elle me lançait. La légère rougeur de ses joues et son sourire timide dénotaient d'une innocence angélique qui me plaisait. Moi plus habituée aux coup d'oeil calculateurs et parfois, aussi froids qu'une banquise j'étais charmée par ce naturel naïf. « Je vous en prie, c’est vous qui m'agréez en acceptant ma requête. »

Je secouai légèrement la tête lorsqu'elle évoqua son avance. « Bien vous en a pris, il n'est pas rare qu'un programme dûment dressé se retrouve tout chamboulé au bon vouloir de notre petit prince ici présent. » répondis je avec un sourire amusé, autant pour l'enfant que pour la jeune demoiselle me faisant face. Il était vrai que la nouvelle de ma survie était souvent prise avec doute et précaution, je pouvais saluer le sang froid de la demoiselle Aubétoile, sa réaction face à moi fut en tout point correcte et maîtrisée. Je me délectai déjà par avance de notre future conversation car il brillait une lueur d'intelligence tout à fait fascinante dans les iris claires qu'elle posait sur moi. Une demoiselle éduquée et raffinée à n'en point douter et, il était quelque peu pathétique de penser ainsi, mais je manquais cruellement de compagnie. Non pas celle de mon fiancé ou celle de mes servantes, mais tout simplement celle d'une amie. La couronne n'est point un terreau fertile pour les amitiés féminines. Le pouvoir n'est jamais qu'une solitude sans nom et je me rends compte, avec une cruelle acuité, que j'étais arrivé a me complaire dans cet isolement inconscient.

J'entendais sa marche, aérienne et souple derrière mon dos et je souris doucement, la main menue et chaude d'Aymeric contre la mienne. Son regard ne cessait de se jeter par dessus son épaule, s'assurait il que la demoiselle nous suivait bien ? Sans doute, le palais avait un petit quelque chose de labyrinthique lorsque l'on en ignorait les secrets. Nous finîmes par pénétrer un boudoir accueillant et chaleureux. Le temps nous obligeait a entretenir l'âtre et une douce lueur orangée perçait les rayons pâlichons du soleil qui se déversaient au travers des fenêtres. Une ambiance propice pour une discussion sereine. Nous nous installâmes et je ne tardais pas a envoyer Aymeric nous quérir quelques boissons et encas. « Vraiment ? J'en serais ravie ! Bien que mes enseignements eut été les plus complets possibles, je me rends compte, parfois, qu'il me reste quelques lacunes par ci par là. Les combler me ravirait je l'avoue aisément, après tout il n'est jamais trop tard pour apprendre n'est ce pas ? »  Je m'interrompis quelques instants, songeuse. « On dit que chaque âme présente par la grâce des Dieux sur cette terre est jumelle d'une étoile, pensez vous que ce soit vrai ? J'aimerais que ce le soit pour tout vous dire, cette idée est fascinante. » Oui, cela me rendrait rêveuse de l'espérer, ainsi, même le baiser de Sithis ne peut totalement effacer notre existence. Un songe d'éternité peut être, je ne saurais dire avec précision cette sensation, néanmoins, j'aimais à le penser.

« Alors voyez ceci comme un petit extra voulez vous ? De plus, je ne serais point tranquille a vous savoir seule dans la tour, attendant notre bon vouloir, sans compter que cela est bien plus agréable. » La barrière des rangs semblait bien ancrée en elle, songeais je en l'observant de mes iris claires. Invitant la jeune fille a se servir, je balayais ces objections d'un léger mouvement de la main. Elle était délicate et parfaitement éduquée bien que son regard pétillant laissait entrevoir une personnalité plus inconsciente lorsque les circonstances le lui permettaient sans aucun doute. Amusée, je pus suivre sur son visage l'éveil de son émerveillement face à la sucrerie qu'elle venait de goûter et sa réflexion m'arracha un rire délicat. « Vous avez bon goût, ce nougat est un véritable délice. » approuvais je en chipant moi même une sucrerie sur le plateau d'argent. Aymeric revint a cet instant, timide et légèrement rougissant, pour me glisser quelques mots au creux de l'oreille, des mots qui m'amusèrent et me firent rire. Cet enfant était décidément adorable. Répétant les confidences à mon invitée, je fûs surprise de voir le joli rose de ses joues devenir un bel incarnat. « Vous ne devriez pas nier les compliments qui vous sont fait savez vous ? Ils sont sincères alors acceptez les en souriant. Vous me feriez plaisir ainsi » fis je avec un fin sourire sur les lèvres.

Néanmoins, il semblerait que je n'avais pas fini de heurter cette jeune personne tandis que je constatais l'effet de mes excuses. Certes, je possédais un titre bien pompeux et un rang certain, mais cela ne voulait pas dire que je devais en devenir impolie ou insensible. Ceci dit, je pouvais comprendre la surprise de la jeune fille. Il était rare que les puissants s'expriment ainsi, préférant, comme je l'avais expérimenté d'ailleurs, écraser et détruire. Oui, c'était un sombre jugement, né de mes propres tourments. Sans doute faux et peu général, mais je ne pouvais empêcher cette pensée de me venir.  « Cela aurait été dommage de me priver d'une votre charmante compagnie ne pensez vous pas ? D'autant plus lorsque je gagne ainsi le droit d'assister à votre enseignement. D'ailleurs...Enseignez vous depuis longtemps ? J'ai cru comprendre que l'Astronomie était une science laborieuse et parfois difficile. » 
AVENGEDINCHAINS


La chute fut si douce.

En chaque étoile vit une âme TitreChimene1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme EmptyMer 10 Jan - 18:02

Si Astrée essayait de ne pas paraître trop timorée, elle pouvait difficilement cacher qu’elle était impressionnée de se retrouver face à une princesse, et qu’elle n’aurait pas pu rêver de plus beau cadeau – quand bien même ça n’en était pas réellement un. Pas un volontairement fait par Chimène de Faërie, en tout cas, il s’agissait plutôt d’un concours de circonstances. Elle acquiesça doucement aux paroles de la princesse, sans rien ajouter, sous crainte de bafouiller ou de s’embrouiller, hésitant malgré tout à surenchérir à ses propos sur l’avance qu’elle avait pris. « J’espère ne pas outrepasser mes droits, Votre Grâce, mais je… J’aurai une faveur à vous demander. Pensez-vous que, que si je reviens ici pour instruire le prince Aymeric, je pourrais venir avec ma, ma sœur jumelle ? Je, pas pour le plaisir, mais mon matériel est précieux, et lourd, et elle pourrait m’aider à le porter, sans que je n’ai peur de le briser. C’est aussi pour y faire attention, que je suis arrivée en avance. » Elle baissa la tête, un peu honteuse d’oser demander cela. Ce n’était que partiellement vrai, et elle cachait la réelle motivation derrière sa question.

Baissant la voix, elle poursuivit. « Et je… je sais qu’elle était déçue, de ne pas passer la Samhain avec moi, et de ne pas pouvoir découvrir le palais, je, je ne voudrais pas vous mentir en vous cachant que cela motive aussi ma demande, mais je vous fais le serment par Levor que je ne cherchais pas à me jouer de vous ou à profiter de… de cette opportunité, pour obtenir de telles choses. Son aide me serait réellement précieuse pour mon matériel. » La princesse percevrait-elle la vérité dans ses paroles ? Elle devait assez bien connaître les Outreventois, et savoir que promettre sur Levor avait beaucoup d’importance pour eux, et qu’ils ne le faisaient pas à la légère, non ? Astrée l’espérait, elle n’aurait pas voulu s’aliéner la duchesse, alors qu’elle aurait été mortifiée de demander une telle faveur sans raison aucune.

Elle les suivait en s’efforçant de ne pas être distancée, les laissant l’emmener à l’endroit de leur choix, sans trop savoir où elle se rendrait, les joues encore rouges d’avoir osé demander cela, de gêne autant que de honte, d’avoir peur d’avoir été trop loin. Elle n’ignorait pas les regards en coin du petit prince, qui lui étaient adressés, alors qu’elle s’efforçait de ne pas paraître émerveillée à chaque recoin de couloir, et se faisait violence pour ne pas s’arrêter et observer chaque pan de mur, chaque gravure, chaque statue… Elle aurait voulu pouvoir s’arrêter, pour les dessiner, et ensuite les montrer à Aurore. Partager un peu de cette soirée avec elle aurait été merveilleux. Elle se ferait un devoir, cette nuit, de dessiner grossièrement tout ce qu’elle avait vu, pour en faire une belle toile plus tard, et l’offrir à sa sœur. Dusse-t-elle y passer des jours et des nuits. C’était la moindre des choses.

Tout comme cela l’était, de s’excuser de s’imposer, si tel était le cas, et de goûter aux douceurs qu’elle avait fait parvenir pour elles deux. Ainsi que de lui proposer de se joindre aux leçons, en priant intérieurement Valda de ne pas être tétanisée et de parvenir à lui enseigner bien des choses, sans paraître stupide. Elle ne l’était pas et elle le savait mais… apprendre à une princesse ! Une princesse ! Qui devait être bien plus savante et cultivée qu’elle, bien plus intelligente ! Pour peu, elle en aurait défailli, si elle n’avait craint d’imposer ce fardeau à la femme en face d’elle. « Je suis à votre service, altesse, à vous et à Sa Grâce Aymeric, ce serait un réel honneur que vous assistiez à ses enseignements. En espérant ne pas vous décevoir. » Elle lui adressa un sourire éclatant, malgré elle, alors qu’elle lui parlait d’une légende concernait les étoiles. « C’est une très belle pensée, Votre Grâce. Il est plaisant de croire qu’elle puisse être vraie. Je l’espère, de tout mon cœur, maintenant que vous l’avez évoqué. Je crois, non je sais, que Valda m’a marquée, faisant de moi sa disciple, mais croire que je suis le reflet d’une étoile… Ce serait proprement fantastique. »

Elle se montrait plus enthousiaste, sortant de sa réserve malgré elle, prenant tardivement conscience de son comportement peu convenable, ou trop emporté, en présence de Chimène de Faërie. Elle prit un air confus malgré elle, n’osant pas s’excuser, et se servant en pâtisseries, à la demande de son hôtesse, espérant ainsi dissiper sa gêne. Elle rougit encore plus, au lieu de cela, tant parce que Chimène lui affirmait qu’elle avait bon goût, que parce qu’elle lui répétait les compliments du prince à son égard. Elle s’efforça de sourire, un sourire sincère à vrai dire, bien que maladroit et teinté par la gêne. « Merci, altesses. C’est un souvenir que je chérirais. » Oh oui, plus que tout. Complimenté par un prince, fusse un enfant… Elle n’aurait jamais cru cela possible. Sa vie était décidément bien mouvementée, ces derniers mois. Malgré les inconvénients, elle avait eu beaucoup de chance. Et plus encore, de trouver une jeune princesse aussi… normale. Et qui ne la prenait pas de haut. Elle l’idolâtrait, mais elle n’avait jamais envisagé avoir une telle conversation avec elle. Elle baissa la tête, confuse, à sa question. « A vrai dire, jamais vraiment, princesse. Je… Le duc le sait, bien évidemment. Je ne lui aurai pas menti. J’ai commencé ma dernière année d’études, et je ne sais pas encore ce que je ferai, quand je terminerai. Je continuerais la carte du ciel la plus détaillée que j’essaye de faire bien sûr, mais… Je ne sais pas. C’est difficile, bien sûr, mais quand on est passionné comme je le suis, on peut y passer des heures. » Elle sourit, à la pensée des longues nuits qu’elle avait passées à observer les étoiles sans rien faire de plus, cherchant à percer leur mystère, avant qu’elles ne lui soient aussi familières que maintenant.

Hésitant un peu, elle mit sa main sur le sac qu’elle avait posé sur ses genoux, le regardant un instant, avant de poser ses yeux sur la princesse à nouveau. « Je… J’espère ne pas outrepasser ma position, mais j’ai quelque chose à vous remettre. A vrai dire, je devais le remettre au duc, mais… Enfin, je pense qu’il désirerait l’avoir le plus tôt possible, et qu’il est de mon devoir de le lui rendre. Ma sœur l’a vue à Lorgol, sur un étal, et l’a reconnu aussitôt. Elle l’a obtenue, pour la lui rendre, ou la lui faire parvenir. Parce que n’importe qui ne devrait pas pouvoir mettre sa main dessus… » Elle sortit doucement la broche de kilt, la déposant sur la table, rougissant de l’avoir en sa possession, et laissant passer un instant la peur dans ses yeux. Elle n’allait pas l’accuser d’être une voleuse, si ? Elle espérait que non. Elle avait un autre présent, confectionné avec sa sœur là-aussi, pour féliciter leur duc et leur future duchesse de leurs fiançailles, mais elle ne voulait pas le sortir tout de suite. Elle préférait attendre de savoir la réaction de Chimène, à la broche. Peut-être la ferait-elle enfermer. Même s’il semblait impensable à Astrée qu’elle agisse de cette façon.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Re: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme EmptyJeu 8 Fév - 12:08


Chimène & Astrée

En chaque étoile vit une âme



J'allais me détourner lorsque la voix timide de la jeune fille me parvint. Haussant les sourcils avec curiosité, j'attendis patiemment les raisons de cette soudaine hésitation. Je n'avais jamais songé être intimidante, ce n'était pas dans ma nature d'écraser ceux qui m'entourait, peut être aurait il fallu qu'il n'en soit pas ainsi, mais quelque part, je m'aimais ainsi, je ne désirais pas changer, même si, parfois, lorsque le soleil se couche, il me plaisait à croire que je le pourrais. Je penchai doucement la tête sur le côté avant qu'un léger sourire ne vienne jouer sur mes lèvres. Sa demande n'était pas extravagante. Du coin de l'oeil, je remarquais le garde de faction se raidir. Il n'aimait sans doute pas le tour que prenait la conversation, malgré mon retour en grâce, il restait bien trop de zones d'ombres autour de nous pour que je puisse me penser en sécurité. Liam partageait mon sentiment puisqu'il n'avait pas restreint la prudence, ni la surveillance du palais. J'offris un sourire rassurant au garde. Je ne prendrais pas de risques inconsidérés, qu'il soit sans crainte, de plus un serment sur le nom de Levor était absolu en Outrevent. « Et bien...Je n'y vois pas d'inconvénients, je vous écrirais une missive portant mon sceau. Le palais étant le cœur d'Outrevent, il bénéficie d'une sécurité sans égale en ces heures où la guerre gronde, j'espère que vous n'en serez pas insultées, votre sœur et vous..» Je n'avais pas connu l'amour de mes sœurs, ou du moins, pas de cette façon là. Comment se sentions nous lorsque nous partagions complicité et connivence avec son propre sang ? Chrysolde m'avait aimée, bien sûr, mais elle demeurait Impératrice et cela surpassait son rôle de sœur ainée. D'autant plus que j'étais l'enfant, la dernière, l'oubliée, l'accident non prévu. La dernière joie de ma mère, du moins, je l'espérais. « Venez, nous serons mieux à l'intérieur des murs. »

La précédant dans les couloirs, je ne puis m'empêcher de remarquer ses fréquents coups d'oeil et l'air émerveillé qui se peignait sur son visage, ce qu'elle avait bien du mal à cacher. Un sourire amusé se peignit sur mes lèvres. « Il est magnifique n'est ce pas ? » J'étais amusée de la voir si facilement impressionnée, mais il y avait de quoi. Moi même,j'étais souvent perdue dans la contemplation de cette beauté froide, presque trop parfaite parfois. Alors je ne pouvais condamner cette jeune demoiselle pour s'y laisser prendre. J'échangeai un regarde de connivence avec Aymeric, l'enfant pétillait de curiosité et de rire lui aussi. Je pouvais deviner son excitation à l'idée d'apprendre quelque chose de nouveau. Il avait soif de connaissance, comme tout enfant de son âge peut être.

Finalement un boudoir douillet nous accueillit et je ne pus m'empêcher de quémander à mon tour le droit d'assister a ces cours. « Oh je ne mets pas en doute vos talents en matière d'enseignement, je suis sûre qu'ils sont à la hauteur. » la rassurais je avant de songer à une vieille légende que j'aimerais vérité malgré la douleur du monde. J'avais toujours été un peu rêveuse et ce penchant ne semblait pas vouloir s'effacer devant l'amertume que j'avais vécu. Il faut dire que la bibliothèque du palais savait, avec adoration, entretenir ce penchant. Son sourire éveilla le mien, avec la même intensité. « N'est ce pas ? Mais après tout, il ne tient qu'a nous d'y croire ou non alors pourquoi nous en priver ? Nous ne serons pas jugées après tout. » Et oui, l'idée me séduisait. Exister ailleurs, autrement qu'en chair et en sang, un esprit éloigné des turpitudes humaines et terrestres. Mais peut être que dans mon cas, cela devenait une échappatoire, une fuite idéale que je ne pourrais réellement embrasser qu'a ma mort.

La rougeur qui ne semblait vouloir quitter les joues de la jeune fille me faisait intérieurement sourire. Avais je , un jour, été comme cela ? Peut être, sans doute même. Même le compliment d'un enfant semblait faire fondre son assurance. « Vous êtes adorable. » finis je par murmurer, un peu perdue dans mes pensées. Mais je goûtais un réel plaisir à converser avec elle, elle m'apportait quelque chose de frais et d'innocent, un rappel constant que le monde n'est pas toujours noir et cela me faisait du bien, mettait du baume sur mes plaies encore suintantes parfois. Alors cela me rendait curieuse, de sa personne, de ce qu'elle était. « Oh alors notre jeune prince sera votre premier élève ? Vous n'avez guère optez pour la facilité, mais Aymeric sait se montrer particulièrement intelligent. Ce sera difficile mais terriblement gratifiant. » Puis je souris avec indulgence et presque envie lorsqu'elle me parla de sa passion. « Oui je vois cela... » Remarquais je en notant son air émerveillé. Avais je le même lorsque je me plongeais dans un livre passionnant ? Peut être . Mais c'était un air doux et apaisé.

Portant ma boisson à mes lèvres, je haussai les sourcils de curiosité lorsqu'elle continua, fouillant dans son sac. Curiosité qui se transforma en stupéfaction en découvrant une broche de Liam. Et je ris, doucement, devant les hésitations de la jeune fille face à moi. Prenant délicatement le bijou entre mes doigts, je l'admirai un instant. « Ainsi ais je une dette envers vous. » Je déposai la broche sur un guéridon finement ouvragé avant de reposer mon regard sur elle. « Je vous remercie, il n'aurait pas été très judicieux de voir cet objet entre des mains...Comment dire...mal intentionnées. Je me dois donc de vous remercier comme il se doit, que désirez vous ? Je me ferais une joie de l'obtenir si cela est dans la mesure de mes maigres moyens. »
AVENGEDINCHAINS


La chute fut si douce.

En chaque étoile vit une âme TitreChimene1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme EmptyDim 4 Mar - 0:41

Astrée ne voulait pas abuser de la chance qui était sienne, mais elle se serait sentie coupable, de ne pas demander pour Aurore. Elles n’iraient pas fureter, l’une ou l’autre, dans le palais, mais son interlocutrice ne pouvait pas le savoir. Elle s’obligeait à ne pas trahir les signes de sa nervosité, même si elle se serait sûrement tortillé les doigts, si elle s’était laissée faire. Cela lui tenait vraiment à cœur pour sa sœur, mais elle espérait aussi que la princesse ne penserait pas qu’elle outrepasserait sa position, qu’elle n’était qu’une opportuniste, comme beaucoup de gens probablement, quand ils étaient amenés à entrer en contact avec les plus précieuses et éminentes personnes du duché. Elle ne put retenir un sourire franc, en la voyant sourire, et acquiescer. « Vous êtes très généreuse, altesse. Je vous remercie d’accepter ma demande. Et nous ne serons aucunement insultées, bien au contraire. La sécurité est cruciale… Ma sœur apprend elle-même à défendre notre empire, en ce moment. Elle est apprentie-Chevaucheur. J’espère que l’on pourra, toutes deux, se trouver à Souffleciel. Moi, à l’issue de mes études, elle à l’issue de sa formation. Mais cela ne vous intéresse sûrement, je m’épanche de manière malvenue. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur. » Elle ne voulait pas risquer d’ennuyer la princesse, surtout pas avec de telles considérations, purement personnelles.

Elle acquiesça et prit sa suite, quand elle l’entraîna dans un dédale de couloirs, avec un ameublement, des teintures et des décorations tous plus beaux les uns que les autres, attirant son attention comme un papillon l’est par la lumière, alors qu’elle peinait à détacher ses yeux de ces lieux. « Plus beau que je n’aurai jamais pu l’imaginer… » Ses joues se teintèrent légèrement, alors qu’elle poursuivait. « On se prenait à deviner comment était l’intérieur du palais, quand nous étions enfin, ma jumelle et moi. Nous l’avons fait maintes et maintes fois, à vrai dire… » Elle n’avait et n’aurait sûrement pas idée à quel point. Astrée se garderait bien de dire qu’elles s’imaginaient rencontrer les enfants du duc, son sourire se fanant à la pensée de Lisbeth d’Outrevent et de son époux responsable de sa mort, et toutes leurs autres fantaisies.

Elle s’efforça de ne pas trop s’attarder, toutefois, pour ne pas contrarier la femme qui la guidait en ces lieux. Elle savait Chimène de Faërie douce de réputation, très plaisante, mais elle était peut-être différente, avec les petites gens même s’il lui semblait que non pour l’instant. Elle s’installa donc à sa suite, et hocha la tête, quand elle lui dit ne pas remettre en cause ses capacités d’enseignement. Astrée elle-même le faisait, en revanche. Elle avait déjà expliqué des choses à ses camarades de l’Académie, avait même secondé son professeur de spécialisation pendant son cours, mais c’était vraisemblablement différent, que d’instruire un prince. Un prince ! Elle n’en revenait toujours pas, de son aubaine. « Je ne manquerais pas de la raconter à mes proches, et  je la considère vraie dès maintenant. Je viens d’en prendre connaissance, aussi n’est-ce pas une erreur que de l’affirmer. »

Elle sourit maladroitement, alors que la princesse la complimentait à nouveau, murmurant des remerciements, tout en la laissant poursuivre. Elle aurait presque voulu se terrer, d’ailleurs, lorsqu’elle lui parla de ce qui l’attendait avec son altesse Aymeric. « J’espère être à la hauteur de la tâche, princesse, mais je ne baisserais pas les bras. J’espère que le prince me donnera la chance de l’instruire sur les merveilles des cieux la nuit. » Elle s’emballa, évoquant sa passion, et le fait qu’elle ne s’en lasse jamais, mais elle savait qu’elle devrait aborder un sujet plus délicat. Et cette broche la brûlait, presque, maintenant qu’elle devait la restituer. « Je n’ai fait que mon devoir, altesse, vous ne me devez rien. N’importe qui en Outrevent aurait fait de même, je vous assure. Mais Aurore partage votre avis, et moi aussi, elle ne pouvait rester sur cet étal à Lorgol, ou même être acheté par quelqu’un qui ne porte pas notre duc en son cœur. Nous le referions, si nous le devions. » Elle écarquilla les yeux, en entendant la princesse parler de la remercier, alors qu’elle n’avait fait que son devoir. « Votre générosité vous honore. Puis-je… Puis-je y réfléchir ? Je ne veux pas abuser de votre bonté, ou vous demander quelque chose d’insignifiant et stupide. Je suppose que je reviendrais, les jours prochains, avant de retourner à l’académie, pour enseigner les étoiles au prince… Si vous le désirez, le duc, vous, le prince… évidemment. »

La jeune femme conversa quelques temps avec la princesse, avant de prendre congé d'elle, promettant de se souvenir de sa proposition de remerciement, se promettant à elle-même de ne pas demander de choses extravagantes ou idiotes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: En chaque étoile vit une âme   En chaque étoile vit une âme Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
En chaque étoile vit une âme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: