AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Valise rigide à roulettes pivotantes ...
Voir le deal
43.48 €

Partagez
 

 Se fondre dans la masse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptySam 18 Nov - 14:22


Livre II, Chapitre 6 • La Chasse Sauvage
Grâce de Sombregemme & Lancelot l'Adroit

Se fondre dans la masse

Ou c'est l'état d'arrestation



• Date : 11 août 1002
• Météo (optionnel) : Il fait beau
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Il y a bien longtemps que Lancelot n'a pu mettre les pieds à Ibelin.  Bien qu'il ne soit pas réellement intéressé par les réels motifs de sa visite, il en profite tout de même pour aller visiter un peu la ville.  Il ne pensait pas tomber sur une Voltigeuse!  Il va falloir jouer le jeu serré pour qu'on ne découvre pas qu'il est mage!
• Recensement :
Code:
• [b]11 août 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2935-se-fondre-dans-la-masse#105181]Se fondre dans la masse[/url] - [i]Grâce de Sombregemme & Lancelot l'Adroit[/i]
Il y a bien longtemps que Lancelot n'a pu mettre les pieds à Ibelin.  Bien qu'il ne soit pas réellement intéressé par les réels motifs de sa visite, il en profite tout de même pour aller visiter un peu la ville.  Il ne pensait pas tomber sur une Voltigeuse!  Il va falloir jouer le jeu serré pour qu'on ne découvre pas qu'il est mage!







Lancelot parle en royalblue


Dernière édition par Lancelot l'Adroit le Dim 19 Nov - 2:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptySam 18 Nov - 14:23

S'aventurer en territoire ibéen était une folie. C'était ce que je me répétais depuis la veille lors de mon arrivée à Ibelin.  Non seulement, j'entrais en zone interdite aux mages, mais en plus j'avais l'audace de me terrer dans la capitale d'un territoire qui faisait la chasse aux miens.  Seulement, si j'étais là, ce n'était point par choix.  J'avais créé cette abeille en compagnie de Melbren et je n'allais certainement pas la laisser entre les mains de personnes malintentionnées.  Comme pour chacune de mes œuvres, je me sentais particulièrement attaché à celle-ci et je ne pouvais supporter l'idée qu'elle ne se retrouve en possession d'une personne indigne d'elle.  Dans le cas d'un art pareil, je ne pouvais concevoir que quelqu'un d'autre que moi, ou mon ami inventeur, ne soit digne d'elle.  C'était une chose délicate qui demandait une attention particulière.  Elle était porteuse d'un savoir perdu dans le temps et je ne voulais pas que celui-ci se perde.  Je voulais qu'on apprenne à le maîtriser à nouveau.  L'idée qu'elle se retrouvait entre les mains de cette Épine me donnait des frissons douloureux en songeant à ses gros doigts poisseux touchant cette chose si précieuse.  Je ne pouvais pas faire comme si tout cela me préoccupait réellement, cette maladie qui semblait toucher un à un tous les mages du continent.  C'était étouffant.  J'étais un bon menteur, un bon manipulateur, mais je ne pouvais souffrir de devoir me montrer empli de compassion envers des inconnus quand mon atelier était seul à Lorgol, que je ne pourrais savoir qu'après un long périple si rien ne lui était arrivé.  C'était désespérant.

C'est pourquoi, en ce matin du onze août, je décidai de sortir prendre l'air.  C'était dangereux, Lancelot l'Adroit était un nom connu et ce n'était point un secret que je me servais de ma propre magie pour animer ces automates qui m'avaient rendus si célèbre.  Pourtant, ma curiosité et mon malaise ne pouvaient être défaits par ma raison qui me dictait qu'il était ridiculement stupide de quitter la cache dans laquelle nous nous terrions comme des rats en attendant que tout le groupe soit réuni pour finalement partir chercher l'antidote à Roc-Épine.  Ibélène était la capitale du monde du savoir, or il y avait de fort jolies choses à découvrir.  Peut-être pousserais-je même l'audace jusqu'à me rendre à la boutique de Liselotte Passefil?  Avec un peu de chance, elle y serait peut-être.  Entre frère et sœur des miracles, j'avais confiance qu'elle ne trahirait pas ma présence en territoire interdit.  Je pourrais peut-être en profiter aussi pour lui montrer quelques nouveaux croquis.  Nous verrions bien.

J'errai pendant un moment dans la ville, profitant simplement de la vue extérieure sans entrer dans aucune boutique, regardant simplement les vitrines.  J'avais préparé mon identité toute exprès si je devais me faire arrêter.  Ma magie avait l'avantage d'être plutôt discrète à moins d'appeler des élémentaires ce qui ne m'arrivait que très rarement.  Qui soupçonnerait Lancelot de Sombreforge, Cielsombrois apprenti forgeron d'être l'un de ceux traqués par tous?






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptyVen 8 Déc - 23:37

Vigilance constante. Grâce ne cessait de se répéter ce mantra, alors qu’elle observait toute personne louche, présente dans la capitale de leur empire. Elle avait eu vent, comme beaucoup, de ces symptômes, qui semblaient ne frapper que les mages, bien que rien ne soit certain à ce sujet. De futures victimes, chez qui la maladie ne s’étaient pas encore déclarée, n’auraient peut-être aucune magie en elles. Peut-être. Aucun ordre n’avait d’ailleurs été donné, hormis celui de faire attention aux personnes qui ne seraient pas les bienvenues dans le duché, ou aux contaminés, afin de les mettre en quarantaine – pour le bien de la population, pour éviter que le mal ne se répande. À dire vrai, Grâce était surtout inquiète, pour les siens, qui pouvaient éventuellement être touchés par l’épidémie. Mages ou non… Ses filles, Melsant, Freyja, l’équipage de l’Audacia – qui comportait d’ailleurs quelques mages. Le risque était suffisamment conséquent, pour qu’elle s’en inquiète.

Mais elle devait cesser de se laisser distraire, et s’atteler avec davantage de sérieux à sa tâche. Si Reja – l’Erebienne d’adoption écorchait systématiquement son nom, avec ses intonations et son palais peu apte à reproduire ces sons qui n’existaient pas en Bellifère, et allait au plus simple - et elle n’étaient pas ensemble ce matin-là, c’était pour couvrir plus de terrain. Et parce que, sans voler, elles étaient moins vulnérables, elles ne laissaient pas autant leurs flancs à découvert, elles n’étaient pas tant absorbées dans les mouvements risqués qu’elles faisaient. Grâce était à même de se défendre, si nécessaire.

Les gens étaient peu nombreux, dans les rues – cela faisait déjà quelques jours, que le mal se répandait, et nombreux étaient ceux qui le craignaient. Grâce était surprise, malgré tout, de voir quelques irréductibles Kyréens ne pas renoncer à flâner dans les rues et ruelles d’Ibelin, malgré tout. Surtout un jeune homme frêle, qui semblait papillonner de devantures en devantures, sans arrêter son attention. Elle le héla, s’approchant. « Puis-je vous aider ? » Une façon simple d’engager la conversation… qu’il soit louche ou non.

|HJ| Citer Harry Potter et Astérix, check o/ Désolée, c’est pas gégé, je suis hyper mauvaise pour les ouvertures…
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptyLun 11 Déc - 11:42

Je m'attardais devant les vitrines des boutiques, cherchant un peu d'inspiration peut-être pour améliorer celle de la mienne.  Rien ne me paraissait toutefois réellement être adéquat.  En vérité, je ne voyais rien qui soit comparable à ma propre demeure.  Des boutiques qui ne vendaient rien de terriblement intéressant.  Où était la boutique de Liselotte Passefil?  J'étais curieux d'y jeter un coup d'oeil et je pourrais peut-être la croiser.  D'ailleurs, je pourrais peut-être profiter de l'occasion pour refaire une certaine partie de ma garde-robe.  À quand remontaient mes derniers achats dans le domaine?  Je n'arrivais pas à m'en souvenir exactement.  J'étais certain toutefois de trouver les dernières créations à la mode une fois chez ma collègue espionne.  Nous les espions, nous étions doués pour disparaître dans la masse, même avec une renommée étendue.  Qui aurait cru que la couturière de l'Impératrice elle-même puisse être une complice de la Cour des Miracles?  Personne.  Et c'était justement pour cela que vous étiez partout sans que personne ne sache rien de votre identité, à moins de ne vous engager sur le long termes pour vos compétences secrètes.  Il ne faisait point doute que chaque duc et duchesse avait une poignée d'espions à leur coupe pour s'espionner les uns les autres.  Personne n'était jamais à l'abri de voir ses secrets être découvert.  C'est pourquoi il fallait toujours se montrer prudent.

Et je ne l'étais clairement pas assez avec mon attitude de touriste dans les rues d'Ibelin, car j'attirai l'attention de quelqu'un.  Une femme qui m'interpella pour me proposer son aide.  Je me retournai, pour la remerciai et répondre que ce n'était pas nécessaire quand l'alerte se déclencha dans mon esprit.  Je connaissais ce visage.  Du moins, je ne l'avais jamais vraiment vu de moi-même, mais j'avais forcément déjà entendu parler de cette femme : après tout, elle était tout de même hors de l'ordinaire.  Je ne sais trop exactement à quoi je la reconnus, mais je sus que c'était elle : Grâce Martel.

En d'autres circonstances, c'eut été un plaisir de la rencontrer, c'était la mère d'Agathe – un espion découvre ce qu'il veut savoir – mais peu importe de qui elle était la mère quand elle était une Voltigeuse – ça se voyait à sa tenue bien que son griffon ne l'accompagnait pas – et que moi-même j'étais un mage.  Une personne recherchée donc.  Et son boulot, c'était d'arrêter les gens comme moi.  J'avais toujours dû que c'était stupide de partir pour Ibelin.  Pourtant, je n'avais pas pu laisser cette abeille sans surveillance accrue tout de même.  Peut-être que si j'étais mariée – ou sur le point de l'être – à Agathe se montrerait-elle plus clémente envers moi?  Mais pourquoi je pensais à ce genre de chose moi?  Agathe et moi mariés?  C'était impossible, elle ne me considérait pas comme un homme et moi…  C'est vrai qu'elle était jolie la petite voleuse.  Et mignonne.  Mais elle était jeune et moi vieux.

« Ah… euh… Je cherche l'Aiguille d'Or, la boutique de vêtements.  Vous savez où c'est? » répondis-je avec autant de naturel que je le pouvais.  Je remerciai Alior que ma tenue de voyage soit tout de même assez élégante : je paraissais avoir les fleurons nécessaires pour m'habiller dans cette boutique.  Puis avec un peu de chance, j'y trouverais Liselotte qui pourrait me débarrasser de la Voltigeuse.  Ce n'était pas tout à fait le moment de faire connaissance.

« Je ne suis pas d'ici, simplement en voyage et je me suis égaré.  J'avais retenu le chemin, mais j'ai dû me tromper à carrefour… Si vous pouviez m'indiquer la direction à prendre, ce serait fort aimable à vous, » ajoutai-je en m'efforçant de bégayer pour paraître un personnage plutôt timide et fort embarrassé de devoir la déranger dans ces fonctions pour quelque chose d'aussi trivial que d'indiquer une adresse.






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptySam 6 Jan - 15:15

Elle avait la sensation de perdre son temps, d’observer des rues quasiment vides, pour… pour quoi donc ? Ils ne savaient pas qui était réellement atteint par ce mal qui atteignait tout l’empire, et celui voisin aussi, si elle en croyait les rumeurs, et ils n’avaient pas l’ordre d’arrêter les malades à vue. Tous au plus, de les amener dans un centre où ils pourraient être soignés, s’ils y consentaient. Même s’il fallait fortement le leur conseiller – pour leur bien. Espérait-il endiguer l’épidémie, en la cantonnant au même endroit ? Elle n’en savait rien, mais elle semblait, pour le moment, perdre son temps. Jusqu’à ce qu’elle voit un frêle jeune homme papillonner, d’une boutique à une autre, comme s’il ne savait que faire. Ou comme s’il cherchait à noyer le poisson. Ou comme s’il n’était pas en pleine possession de ses moyens.

Elle ne savait qu’en penser, à vrai dire, mais si ça pouvait la sortir de la torpeur dans laquelle elle menaçait de sombrer… S’approchant, elle s’efforça de paraître avenante, pour endormir une éventuelle méfiance – si aucun ordre officiel n’avait été donné, les mages ne devaient pas se sentir en sécurité, s’ils savaient que la maladie ne les touchaient qu’eux. S’ils savaient davantage, même, à ce sujet. Et son but n’était pas de faire fuir une éventuelle cible. Les Voltigeurs s’efforçaient d’apporter l’ordre, de protéger les gens, et si elle se montrait avenante, il n’avait aucune raison de se méfier d’elle, n’est-ce pas ?

Même si elle semblait le prendre au dépourvu, même s’il semblait avoir vu un fantôme, en la voyant elle-même. Ce qu’elle était loin d’être, surtout dans de duché des glaces où les gens avaient une peau dont la couleur était similaire à celle de la neige qui recouvrait quelques fois l’entièreté des lieux. Elle était, dans tous les cas, face à quelqu’un de nanti, si elle en croyait sa mise, malgré l’étrangeté de son comportement. Elle se devait d’être prudente – elle ne voulait pas offenser une éminente famille noble, d’où qu’elle vienne. Et ce même s’il ne portait aucun blason permettant d’identifier son appartenance à l’une d’elle. Grâce ne les connaissait, de toute façon, pas toutes.

Elle acquiesça brièvement, à sa question, lorsqu’il prit enfin la parole. La boutique de Liselotte… sa seule et unique fournisseuse, qui, parfois, voulait lui donner des tenues beaucoup trop osées pour la sensibilité de la Belliférienne. « Évidemment. Vous vous êtes quelque peu éloigné, mais c’est l’affaire d’une quinzaine de minutes, peut-être une vingtaine. » Et s’il était vraiment suspect, elle pourrait garder un œil sur lui. S’il daignait la laisser l’accompagner, évidemment. « Mais je vais vous y guider, ça vous évitera de vous égarer à nouveau. Avez-vous des affaires à conclure avec dame Liselotte ? Ou peut-être est-ce une simple visite de courtoisie ? Vous pardonnez mes questions, force est d’avouer qu’à surveiller des rues dans lesquelles le calme règne, l’oisiveté aura eu raison de mes réserves, et me fait demander n’importe quoi… » Elle lui adressa un sourire qu’elle voulut contrit, confus, avant de reprendre. « Mais d’où venez-vous, seigneur ? Ibelin est une ville splendide à visiter, vous vous en rendrez compte rapidement, je l’espère. » Elle mentait quelque peu – elle ne connaissait pas suffisamment la ville elle-même pour l’affirmer, mais quelle importance ? Elle doutait qu’il la contredise.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptyLun 15 Jan - 15:12

Bon, mon mensonge ne semblait pas être trop suspect pour le moment.  Je ne baisserais pas mes gardes si vite, naturellement, mais il était rassurant de voir qu'on ne me mettait pas à l'arrêt.  C'était une chance que le hasard m'avait envoyé relativement près de la boutique de Liselotte.  Il restait plausible que je sois perdu.  Nous n'étions même pas à une demi-heure de distance selon les dires de celle qui m'avait interpellé.  Ce n'était pas grand-chose, je pouvais facilement prétendre que je m'étais trompé de direction à un carrefour.  J'espérais qu'elle me donnerait rapidement les indications pour que je puisse la remercier rapidement et disparaître dans la foule.  Ce n'était pas ma spécialité, par rapport à d'autres espions de la Cour, mon talent était plutôt ailleurs.  Mais la Voltigeuse du nom de Martel ne semblait pas décidée à me laisser repartir seul. Ce qui était plutôt embêtant.  Il faudrait que je réussisse à me débarrasser d'elle.  Que penserait-elle de moi plus tard en sachant qui j'étais réellement si je réussissais à me tirer de ce mauvais pas?  Je le sentais, cela pouvait s'avérer dangereux.  Et là, j'étais en train de me demander ce que Grâce Martel pourrait bien penser de moi dans le futur en songeant à Agathe. Mais à quoi étais-je en train de penser?  Je ne devais pas aller très bien.

« Oh je ne suis pas seigneur ma Dame, vous me faites trop d'honneur en me nommant ainsi.  Je ne suis qu'un commerçant dont les affaires sont assez florissantes.  Je suis Cielsombrois, c'est la première fois que j'ai l'honneur de fouler les pavés d'Ibelin, mais mon sens de l'orientation me cause mille embarras. » répondis-je en déclinant en partie mon identité.  Je n'avais pas menti d'ailleurs à ce sujet, j'avais seulement préféré omettre une partie de la vérité qu'il n'était pas nécessaire qu'elle sache.  Je n'avais pas l'intention de me laisser prendre en tant que mage en plein Ibélène et il ne serait pas bon pour sa carrière de Voltigeuse si ses supérieurs apprenaient qu'elle avait laissé s'échapper quelqu'un de mon espèce.

« Il paraît que la propriétaire, Liselotte, est la meilleure couturière de tout le continent et c'est aussi une consœur Cielsombroise et naturellement, je ne pouvais faire une visite à Ibelin sans faire un passage dans sa boutique afin de me procurer quelques nouvelles tenues.  Les miennes commencent à se faire démodée, regardez la dentelle de ces manchettes, elle jaunit déjà! » m'exclamai-je avec les émotions exacerbées des miens en lui montrant la dentelle encore très blanche de mes manches.  Il fallait espérer que la réputation des sujets de Castiel de Sombreflamme suffise à lui faire croire que je n'étais qu'un vain et coquet, ignorant complètement ses excuses de me poser autant de question, en feignant de me prendre pour un homme d'importance.






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptyJeu 22 Fév - 17:37

Qu’aurait-elle fait, si elle était réellement tombé sur un mage ? Elle n’aurait pas eu grand mal à livrer un inconnu à la justice, c’était là ses tâches quotidiennes depuis plusieurs mois maintenant, à vrai dire. Mais le maréchal espérait-il réellement que des mages leur tombent entre les mains, comme cela ? Les plus imprudents avaient probablement déjà été capturés, à moins qu’ils n’aient trouvé refuge ailleurs, sitôt que les rumeurs avaient fleuri, affirmant qu’ils étaient la cible de cette maladie, et des recherches. Elle doutait tout de même que ce soit aussi simple, de trouver ces hors-la-loi. Même si, s’ils souffraient réellement des symptômes évoqués, cela serait facilité. Retenant un soupir, Grâce se concentra à nouveau sur son bien suspicieux interlocuteur – l’aurait-il réellement été, si elle n’était pas oisive ? Peut-être pas.

« Je crains que votre mise, et votre recherche, ne m’aient menée à des conclusions hâtives. Il faut dire que vous êtes élégamment vêtu, et que dame Liselotte n’accueille qu’une clientèle riche, et choisie parmi nombre de nobles qui souhaiteraient avoir l’honneur de porter ses tenues. » Ou tout du moins, Grâce le percevait-elle ainsi. Elle-même était une exception, parmi la clientèle de l’excellente couturière – excellente, mais trop… libérée, pour la Belliférienne. Elle éloigna bien vite ces pensées dirigées vers les paroles indécentes de la couturière, pour s’éviter de rougir, et se concentra à nouveau sur l’homme face à elle

Elle lui sourit, du mieux qu’elle put, pour dissimuler sa confusion. « Qu’est-ce qui vous amène à Ibelin ? Hormis, évidemment, la volonté de voir les merveilles que confectionne dame Liselotte ? C’est une ville qui recèle mille merveilles, où il est agréable de séjourner. Ou du moins, est-ce l’impression que j’ai pu en avoir… » Avant tout cela. La guerre. La traque des mages. Qu’en comprendrait-il ? Elle n’était pas une sombre inconnue, bien qu’elle ne sache pas qui il était. Une rare voltigeuse en Bellifère, qui avait eu le courage d’y rester plusieurs années, et était finalement sujette d’Erebor, maintenant. Mais elle n’avait pas la prétention de croire que tout le monde la connaissait. Ce n’était probablement pas le cas de l’homme face à elle.

« C’est en effet une couturière remarquable. Je fais appel à elle quand elle est en mesure de me recevoir et n’est pas surchargée de demandes, et elle me donne toujours un ouvrage bien mieux que ce que je souhaitais initialement, et parfaitement conçu. Je suppose que vous avez déjà fait appel à elle, mais peut-être s’était-elle déplacée chez vous, alors ? » Simple tentative de faire la conversation, elle savait Liselotte apte à confectionner mille et une tenues, quel que soit l’endroit où elle se trouvait. Apte à s’adapter à ce que l’on mettait à sa disposition – et il ne faisait aucun doute que les gens se pliaient en quatre, pour répondre à ses moindres besoins, dès lors qu’ils avaient l’honneur, le privilège, de pouvoir porter une de ses tenues.

Grâce fronça les sourcils, en l’entendant s’exprimer à voix bien trop haute, et avec extravagance… pour affirmer, vraisemblablement, des mensonges dignes d’un Lagran – à cela près que le Cielsombrois face à elle devait en être convaincu. « Je crains de n’être jamais en mesure de m’habituer à votre naturel cielsombrois, et à cette facilité avec laquelle vous exprimez les choses. Cela dénote tellement de Bellifère… Mais vous disiez être vous-même commerçant, dans quel domaine exercez-vous ? » Ses mains n’étaient pas immaculées, elle les avait observées brièvement en regardant la dentelle d’une qualité parfaite qu’il lui montrait, mais elles n’étaient pas celles d’un homme qui manipulaient divers objets ou produits susceptibles de les abimer fortement. Pas à première vue, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptyLun 12 Mar - 19:07

Les questions continuaient de fuser et il faudrait bien que je me justifie très bien sur les raisons de ma présence à Ibelin, du moins assez pour qu'elle n'aie pas le temps de m'attraper et de me mettre en prison avant que le convoi ne parte avec les autres mages atteints par la maladie.  Je ne comptais pas mourir pour une cause charitable.  Ou être déporté.  Ou torturé.  Ou ce qu'on faisait des mages qui osaient s'aventurer en territoire ibéen, tout simplement.  C'était un jeu dangereux et en m'approchant trop de la flamme, je pourrais vite me brûler les ailes.  Mon amitié avec les filles de la Voltigeuse ne la rendrait certainement pas plus clémente à mon égard, je m'en doutais bien.  Dès le départ, cette expédition était une grave erreur et jamais, au grand jamais, je n'aurais dû me promener dans les rues d'Ibelin comme je l'avais fait.  Où était passé mon esprit de préservation quand j'avais décidé de m'offrir une petite aventure seul en territoire ennemi?

« Je suis en quête d'inspiration gente dame.  J'espère des splendeurs de la capitale qu'elles m'insufflent à nouveau la passion et la fièvre créatrice que la guerre m'a volées, » lançais-je dans une expression languissante, me prenant encore plus au jeu du poète.  Peut-être qu'en exprimant tout ce que Sombreciel était en moi, elle serait découragée et me laisserait tranquille plus rapidement.

« Car voyez-vous ma très chère dame, je ne suis pas qu'un simple commerçant qui ne s'occupe de revendre le travail des autres.  Non, non, non!  Regardez ces mains!  Mais regardez-les!  Elles auraient pu être si fines, si blanches, si délicates!  Hélas!  L'art m'a réclamé à lui, faisant d'elles des disciples d'Asma!  Pourriez-vous deviner ce qui sort de leurs heures de  travail?  Des poupées.  Oui voilà ce à quoi je consacre ma vie!  Je les dessine, je les moules, je les transforme.  Mais leur sourire a disparu, leur expression est devenue si triste qu'elles versent des larmes de sang.  Mon cœur!  Ah!  Mon cœur ne puis plus supporter de les voir dans cet état!  Mes pauvres chéries, détruites par la violence! »

Je continuai encore quelques instants sur la même ligne, en marquant mon discours de trémolos dans la voix, en prenant des expressions désespérées et passionnées.  J'exagérais, je m'appuyais complètement sur cette expressivité des miens qu'elle avait soulevée et à laquelle elle ne s'habituait toujours pas.  Peut-être cela serait-il à mon avantage.  Je l'espérais.  Il le fallait.  Ou j'étais fichu.

« J'ai vu le travail adroit de Liselotte Passefil autrefois, elle n'était alors pas la couturière de l'Impératrice, paix à son âme.  Elle est minutieuse.  J'ai songé qu'elle pourrait me rendre l'inspiration, ramener le beau à moi!  Peut-être que vêtue de jolies tenues, les poupées se remettront à sourire? »

J'hésitai un instant puis, plongé dans mon rôle d'artisan transis de passion, j'attrapai une de ses mains que je pris dans les miennes, m'arrêtant de marcher un instant.

« Vous qui êtes si bonne, vous m'accompagnez même jusqu'à ma destination, dites-moi!  Oh dites-moi si vous croyez qu'elles retrouveront le sourire! »

Spoiler:
 






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptyLun 9 Avr - 23:07

Son silence était surprenant, mais étant donné l’heure matinale, peut-être se remettait-il juste d’une nuit… agitée, et peinait-il à retrouver ses mots. La Voltigeuse savait bien qu’elle jugeait probablement à tort, injustement, même, mais elle n’avait pas réellement de scrupules à le faire. Elle avait vu plusieurs Cielsombrois, plongés dans leur décadence terrible, dans cette luxure qui l’effrayait encore maintenant, dans ces drogues et alcools qui les privaient de tous leurs moyens… Il ne semblait pas si atteint, mais peut-être n’était-ce qu’une nuit « innocente », qu’il expérimentait là, si l’on pouvait dire les choses ainsi. À quoi bon se questionner davantage, de toute façon ? Il n’allait certainement pas lui dire, de but en blanc, qu’il était encore quelque peu sous l’emprise de certaines substances. Pas que ça ne soit un crime, pas ici.

Elle fronça les sourcils, alors qu’il partait dans une mélopée grandiloquente, excessive, pensait-elle, étant donné la situation. Qui a besoin de tant se donner en spectacle, surtout face à une inconnue ? Grâce en était de plus en plus convaincue, il n’était pas dans son état normal. Il était sous l’emprise de substances qui, de toute évidence, lui ôtaient tout discernement, toute capacité de réflexion et de libre arbitre. Soupirant, elle s’interdit de lui couper la parole, n’ayant pourtant pour seule envie que de lui lancer un seau d’eau à la figure. Cela lui rafraichirait peut-être les idées, et la ramènerait à la raison. Grand mal lui en pris, de le laisser parler ainsi, car il lui sembla alors qu’elle ne pourrait plus jamais l’arrêter. Elle le dévisagea interloqué, alors qu’il parlait de l’état de ses mains qui, si elles n’étaient certes pas lisses, étaient loin d’être désastreuses… Devait-elle lui montrer les cals de ses mains, la peau dure et sèche qui les composait, depuis qu’elle était Voltigeuse ? Levant les yeux au ciel, elle le laissa poursuivre, espérant qu’il n’aurait bientôt plus de souffle.

Toute cette… théâtralité dont il faisait preuve la dépassait, aussi saisit-elle l’occasion de ne pas le relancer, quand il évoqua de nouveau Liselotte. « Puisse l’Impératrice avoir laissé derrière elle ses tourments. Si vous prêtez attention à ma tenue, vous reconnaîtrez l’art splendide de dame Passefil. Elle fait des merveilles, et des doigts, en effet. Je ne sais si elle pourra faire vivre vos poupées, mais si quelqu’un le peut, c’est bien elle. » À sa manière, du moins. S’il pensait qu’elles allaient sourire… alors il allait être cruellement déçue. Elle fronça à nouveau les sourcils, alors qu’il s’arrêtait d’avancer, pour saisir l’une de ses mains – ce dont elle se serait bien abstenue, mais elle se retint de l’ôter vivement, pour ne pas le brusquer… S’il était réellement drogué, nul ne pouvait prédire ses gestes futurs. Même si elle pouvait le maîtriser aisément. « Monsieur, étiez-vous en présence de vos pairs, en cette soirée ? Avez-vous bu ou fumé quelques herbes pouvant causer votre état ? Il est, je crois, plus sage en effet que je vous accompagne à Liselotte. Mais évitez de vous arrêter ainsi, les rues sont peu peuplées, vous attireriez l’attention sur vous. » Et sur elle, en même temps.

|HJ| C'est rigolo :geu: Et ça me permet de jouer une Grâce... sympathique. :geu:
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptyMar 17 Avr - 2:29

Mes yeux brillèrent un instant alors que j'inspectais vaguement sa tenue comme elle m'y avait invité, cherchant là la marque de mon amie.  Je n'eus pas vraiment le temps toutefois d'approfondir mon appréciation de ce remarquable travail de couture.  Elle me croyait drogué.  Je dus prendre rapidement sur moi pour masquer un peu mon étonnement.  Je n'avais pas envisagé que mon personnage puisse donner cette impression et il me fallut quelques secondes pour me remettre de la surprise et l'utiliser en faveur.  Après tout, bien des gens attribuaient à tort l'expression exaltée de nos sentiments à l'usage des stupéfiants, ce qui n'avait absolument rien à voir.  Je ne voulais pas être pris pour un homme complètement débraillé, si elle soupçonnait en moi un état d'ébriété dangereux, peut-être me ferait-elle prisonnier le temps que je ne redevienne sobre et l'on pourrait enquêter sur moi ce qui serait fort peu plaisant.  Dangereux surtout.

Je lâchai donc sa main et secouai la tête en signe de dénégation avec énergie.  « Madame!  J'ai peut-être profité des boissons kyréennes en bonne compagnie, mais ce fut avec discernement et il y a suffisamment de temps pour que leurs effets se soient dissipés! » m'exclamai-je, toujours dans ce personnage plus extravagant, bien que tentant d'exercer un certain contrôle.  Je ne désirais pas particulièrement attirer l'attention sur moi, en effet.

« Vous me voyez tout ce qu'il y a de plus sobre, je vous assure!  Pardonnez-moi ma franchise spontanée.  Malgré tous ses nombreux charmes, Valkyrion manque toutefois d'un peu de chaleur, autant fusse par le climat que par ses gens. »  C'était un bel endroit, couvert de ses neiges éternelles, mais trop de froid avait très certainement avec le temps glacer le cœur de ses habitants.  Ils se montraient si distants.

J'hésitai un instant à la saluer, puis trouvant le personnage trop, laissai  tomber l'idée.  Je levai toutefois mon bras, par galanterie innocente pour l'inviter à s'y reposer tandis que nous progresserions vers la boutique de Liselotte.  « Puisque vous avez l'amabilité de m'accompagner jusqu'à destination, puis-je vous offrir l'appui de mon bras?  Je vous promets de ne point m'arrêter de nouveau en plein chemin. »






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptyJeu 3 Mai - 23:44

Elle regretta de lui avoir proposé de regarder sa tenue, en toute innocence, quand elle réalisa que ses propos pouvaient passer pour une invitation à être… reluquée. Rougissant malgré elle, elle tenta de cacher son embarras, profitant de son attitude, pour détourner son attention. Il ne semblait de toute façon pas dans son état normal, loin de là. Elle avait déjà été confrontée à l’exubérance cielsombroise, à cette extravagance qui la dépassait, mais elle ne parvenait pas à s’y habituer pour autant. Ils étaient tous tellement… différents, uniques, même dans leurs caprices, dans leurs folies, dans leurs démonstrations.

Et l’homme à ses côtés n’était pas exempt de tout cela. Fronçant les sourcils, elle le regarda sans détourner les yeux, malgré sa défiance envers son état. Elle était suspicieuse, devant ses dénégations. Il ne perdait pas ses mots pour autant, semblait parvenir à dire ce qu’il voulait… mais était-ce réellement une preuve de quoi que ce soit, alors que tous les Cielsombrois devaient avoir été abreuvés dès le lait maternel d’alcool et de drogues ? Elle soupira, hochant la tête. « Fort bien, admettons que vous disiez vrai. Si vous en venez à tituber, je remettrais votre parole en cause, mais je vais croire que c’est le fait qu’Ibelin soit morne, à vos yeux de Cielsombrois, qui vous pousse à agir comme ça. » Elle ne pouvait lui donner tort, même si le duché, et la ville, avaient des charmes insoupçonnés.

Elle s’apprêtait à partir en direction de la boutique, quand il l’interrompit. Elle était en charge de surveiller la ville, elle ne devait pas réellement escorter de telle façon un homme. Arquant un sourcil, elle hésita. « À condition que vous fassiez preuve de discrétion, et ne protestiez pas, si j’ôte mon bras. Je suis en fonction, seigneur. » Et elle ne prenait pas sa fonction à la légère du tout.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse EmptyLun 14 Mai - 3:42

Je portai ma main sur mon cœur et acquiesçai avec une grandiloquence solennelle à ses conditions pour que je puisse l'escorter jusqu'à ma destination.  La situation était pour le moins étrange, mais l'idée était avant tout de ne pas me faire prendre comme étant un mage en plein cœur de la capitale ibéenne.  Je ne tenais pas à mourir, encore moins à être séparé de cette abeille que Melbren et moi avions conçue ensemble.  Il fallait bien que mes compétences en espionnage puisse également me servir dans la vie de tous les jours et si la Voltigeuse entretenait des soupçons à mon égard, au moins, n'avaient point de rapport quant à mes liens avec la magie, fort heureusement.

« Je vous jure sur mon honneur d'agir en accord avec vos désirs ma dame, » répondis-je avec un air sérieux que je gardai pour lui proposer mon bras afin qu'elle puisse s'y appuyer le temps d'arriver à l'Aiguille d'or.  Ne désirant pas l'indisposer, je me contentai d'aborder pour toute conversation seulement ce qui se dévoilait sous mes yeux, les beautés architecturales locales, le paysage.  Des banalités qui coulaient facilement entre les lèvres sans non plus se déverser en un flot ininterrompu de paroles qui nous auraient assommés tous les deux.

À certains croisements de rues, elle m'indiquait qu'il fallait prendre à gaucher ou à droite.  Plus rapidement que je ne le croyais, nous étions déjà devant la boutique de mon amie, laquelle j'essaierais de voir pour qu'elle m'aide à retourner au repaire où nous nous étions cachés avant d'entreprendre le voyage qui nous mènerait vers Roc-Épine et avec un peu de chances à un remède contre l'épidémie.  Sur le pas de la porte, je retirai donc mon bras avant de m'inclinai avec politesse et élégance.

« Noble dame, je ne pourrai jamais vous remercier suffisamment du service que vous venez de me rendre.  Je ne dois qu'à vous d'être arrivé à bon port et vous avez mon infinie reconnaissance, » déclarai-je avec une chaleur non-feinte.  J'étais heureux d'être enfin en territoire relativement ami et je me voyais déjà hors de tout danger.  « Je ne vous retiendrai pas plus longtemps dans l'exercice de vos fonctions, j'ai suffisamment utilisé de votre temps.  Permettez-moi de prendre congé, avec l'assurance de toutes mes bonnes pensées à votre égard. »






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Se fondre dans la masse   Se fondre dans la masse Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Se fondre dans la masse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: