AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -35%
[Ventre flash] Xbox One S All Digital + 3 jeux + 1 ...
Voir le deal
149.99 €

Partagez
 

 Terreur & réconfort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Terreur & réconfort   Terreur & réconfort EmptyDim 17 Jan - 10:16




Livre I, Chapitre 1
Isolde Ventavel & Neve l'Embrun

Terreur & réconfort

Voudrais-tu être mon capteur de rêves?




• Date : 17 janvier de l'an 1001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Isolde et Neve sont tous deux chevaucheurs et sont tous deux troublés de cauchemars. Est-ce que deux personnes aussi semblables sauraient s'accorder pour apaiser leurs nuits?

♦♣♠♣♦

Il y avait des flammes, beaucoup de flammes. On entendait des cris, de perçants cris. Je sentais mes larmes, d'innombrables larmes. Là, dans le feu, devant moi, je pouvais voir les visages terrifiés de mes frères. Je pouvais voir leurs bouches se contorsionner dans la douleur. Je pouvais voir l'espoir dans leur regard disparaître complètement pour laisser place à l'agonie.

J'assistais à cette scène troublante et insupportable, et je restais là, figée sur place, à pleurer. Je tentais d'ouvrir ma bouche pour crier, mais en vain. Tous les muscles de mon corps avaient abandonné leur fonction principale: bouger. Je ne pouvais donc même pas lever le petit doigt pour leur venir en aide, je ne pouvais donc même pas fermer les yeux. J'étais forcée à les regarder mourir ainsi sous mes yeux pendant que des rivières innondaient mes joues. Je m'efforçais de toutes mes forces à crier. Si j'essayais très fort, peut-être que ça fonctionnerait, me disais-je.


Je me réveillai en sursaut au son de mon propre cri; Encore un cauchemar. Je crois que je n'avais pas eu une seule nuit de vrai repos en au moins quatre années maintenant, j'étais épuisée. Éveillée, je rêvais de ne passer ne serait-ce qu'une seule nuit à dormir d'un sommeil profond et à rêver de douces aventures. Je pourrais alors enfin récupérer quelque peu mes énergies.

L'avant-midi se déroula sans embûches, mis à part le fait que j'avais la tête complètement ailleurs. Je ne pouvais m'arrêter de fantasmer à l'idée d'une nuit relaxante. L'entraînement du matin terminé, je m'assieds sur un petit tabouret en bois près de Ruse pour bien lui polir les écailles avant d'aller manger. Penchée sur la patte avant gauche de Ruse, j'étais très concentrée à ma tâche lorsque Neve tenta d'attirer mon attention. Surprise, j'échappai mon chiffon sur le sol.



Dernière édition par Isolde Ventavel le Dim 17 Jan - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Terreur & réconfort   Terreur & réconfort EmptyDim 17 Jan - 15:01


La lune était pleine. Il était possible de distinguer ses rondeurs derrière les nuages qui bordaient l’horizon. Proche de disparaître, Neve observait en silence sa marche lente et douloureuse derrière les hautes tours de Lorgol. Ses yeux fatigués reflétaient les dures nuits brodées de cauchemars, dont les symboles plus inexplicables les uns que les autres obscurcissaient chaque nuit du jeune ansemarien. Il y retrouvait souvent Nomane, son défunt frère, parfois ses années d’entraînement à l’Académie. C’était par ailleurs entre ses murs qu’il se trouvait cette nuit-là, dans l’une des chambres inoccupées de l’immense école, dans l’attente du lendemain. Le jour suivant, il avait pour mission de se rendre à la Caserne de Chevaucheurs d’Outrevent, qui subissait une grave pénurie d’effectifs, en raison du bal de Chimène qui requerrait de nombreux préparatifs. Neve s’était donc rendu à l’Académie dans le but de se documenter quelque peu sur Outrevent, mais aussi par nostalgie, afin de rencontrer à nouveau ces murs qui l’avaient abrité des années durant, lors de sa formation. En vérité, une troisième inconnue subsistait dans l’équation de sa venue à Lorgol.

À la Caserne de Chevaucheurs d’Ansemer, toutes les nouvelles recrues avaient entendu parler d’elle ou bien l’avait côtoyée à l’Académie, et relatait ses hauts faits aux plus anciens, qui les écoutaient sans broncher. Isolde Ventavel, la petite prodige de l’Académie, mage de l’Air spécialisée dans les rêves et Chevaucheuse en formation. Neve n’avait pas eu l’occasion de la voir à l’œuvre dans ce que ses camarades décrivaient comme un réel don pour la magie, et avec les dragons. Toutefois, il avait déjà eu l’occasion de la rencontrer dans l’une des innombrables bibliothèques de l’Académie, étudiant avec sérieux, ou encore à la Caserne de Flammes aux côtés de Ruse, son dragon. Leur duo était pour le moins électrique, et nombreux étaient ceux à envier sa promotion de Chevaucheuse. Neve n’émettait pas d’avis à ce sujet, peu prompt à juger sur de simples ouïe-dires. Pourtant, s’il se trouvait à l’Académie ce jour-là, c’était pour la mettre à l’épreuve, d’une certaine manière. En effet, les mages de l’Air spécialisés dans les rêves ne couraient pas les rues, même en Faërie, et le jeune ansemarien souhaitait demander de l’aide à la fameuse Isolde, qui peut-être parviendrait à résoudre le mystère de ses nuits agitées.

Neve se leva lentement, les yeux cernés et le regard triste. La petite chambre qui lui avait été assignée respirait le bois vieux et la cannelle ; les parfums d’épices avaient le don d’apaiser le jeune ansemarien. Au lever du soleil, il se rendit à la Caserne de Flammes, revigoré par l’air froid du matin, où il retrouva Inespéré. Parfois, le jeune dragon aux écailles bleu-gris demeurait la nuit entière à veiller sur le sommeil agité de son compagnon. Neve, redevable pour beaucoup à son ami, ne pouvait s’empêcher, au matin, d’enlacer doucement son grand cou écailleux, et de rester ainsi quelques secondes à lui exprimer sa profonde gratitude. Leur relation avait pour beaucoup du rapport fraternel. J’ai peut-être trouvé une solution à mes cauchemars, Inespéré, souffla le jeune ansemarien à son compagnon reptilien. Le dragon souffla par les narines, mitigé au sujet de la manipulation des rêves. Malgré tout, tous les espoirs de Neve convergeaient vers cela, et plus précisément vers les capacités d’Isolde, s’il ne voulait pas demeurer une vie entière dans l’angoisse de la nuit. Il laissa la matinée s’écouler auprès d’Inespéré, à survoler ensemble la ville double de Lorgol.

Ayant lui-même suivit la formation de Chevaucheur deux années auparavant, le jeune ansemarien connaissait les grandes lignes des emplois du temps des étudiants, si bien qu’en début d’après-midi, les recrues firent leur entrée dans la Caserne de Flammes, retrouvant leur dragon et mettant tout en œuvre pour commencer leur entraînement individuel. Neve n’eut aucun mal à repérer la crinière rousse et flamboyante de la jeune Isolde, affairée auprès de son dragon, Ruse. Elle semblait absorbée par sa tâche, et le jeune ansemarien resta quelques secondes à observer les gestes attentifs et précis de l’étudiante, avant de s’avancer vers elle et de se racler quelque peu la gorge afin d’attirer son attention. Ce qui fonctionna peut-être trop bien, car prise par surprise, Isolde échappa son chiffon au sol. Neve s’agenouilla prestement pour le récupérer, un peu confus.

Je suis navré de t’avoir surprise, s’excusa-t-il en ramassant délicatement le chiffon. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas revus.

Il le lui tendit avec un sourire avant de s’asseoir sur un tabouret devant elle, ne sachant trop comment aborder la situation avec elle. Au fond, il ne la connaissait que très peu, et lui demander un pareil service n’était pas chose aisée. Il soupira afin de se donner un peu de contenance et, jetant un regard au magnifique dragon ambré, il ajouta :

J’ai un service à te demander, Isolde. J’aurais besoin de ton aide, continua-t-il. C’est au sujet des rêves.

Neve laissa son affirmation infuser quelques secondes dans l’esprit de la jeune femme, et lorsqu’il jugea qu’il avait son attention, il ajouta dans un souffle, comme pour lui-même, dans une phrase qui en disait long sur sa situation :

Tu as certainement beaucoup de choses à faire à l’Académie, mais si jamais cela ne t’ennuie pas, j’aurais besoin que tu utilises ta magie de l’Air sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Terreur & réconfort   Terreur & réconfort EmptySam 23 Jan - 19:58

Un simple raclement de gorge et j'avais sursauté ainsi. Mon cauchemar de la nuit dernière m'avait définitivement laissée beaucoup trop angoissée. J'avais passé la journée entière à en revoir des images.

Neve ramassa mon chiffon tout en s'excusant de m'avoir surprise. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas revus, dit-il. Oui, effectivement, ça faisait un petit moment, et on ne s'étais jamais vraiment parlés, je crois que nous avons seulement été introduits vaguement à ma cérémonie d'intégration. Ça m'avait d'ailleurs même pris un petit moment avant de le replacer aujourd'hui.

Étant donné qu'on n'était que de simples connaissances, je me demandais bien ce qu'il venait faire ici. Il s'assit sur le tabouret en face de moi et me sourit nerveusement. Il avait quelque chose à me demander, ça se voyait. J'arrêtai ce que je faisais, déposai mes choses et le regardai pour lui démontrer qu'il avait toute mon attention. Neve soupira, il avait l'air stressé par ce qu'il allait me demander. Ça m'intriguait là, j'avais hâte qu'il crache le morceau, ce qu'il fit enfin: J’ai un service à te demander, Isolde. J’aurais besoin de ton aide Oui, ça, j'avais pu deviner. C’est au sujet des rêves. Il cessa de parler quelques moments comme pour me donner le temps de digérer l'information.

Un sourire apparut sur mon visage. L'ironie de la situation était trop parfaite. Moi qui était justement en train de ressasser les souvenirs de mon dernier cauchemar, voilà qu'il arrivait pour me demander de l'aider avec ses nuits. Un petit rire m'échappa.

Tu as certainement beaucoup de choses à faire à l’Académie, mais si jamais cela ne t’ennuie pas, j’aurais besoin que tu utilises ta magie de l’Air sur moi, ajouta-t-il. Ce n'est pas que j'avais tant de choses à faire le problème, quoique c'était vrai que j'étais assez occupée avec tous mes entraînements, mais c'était que la raison pour laquelle j'avais décidé de changer de branche était justement le fait que ça me rendait en quelque sorte jalouse et frustrée intérieurement de faire faire de beaux rêves aux autres alors que je vivais d'affreux cauchemars presque chaque nuit.  

J'allais refuser, comme toujours, et, lorsque je levai les yeux vers lui pour répondre, son expression me frappa. Son regard était plein d'empathie et  de compréhension. On pouvait aussi y sentir un besoin réellement présent. Je pouvais voir qu'il n'aurait probablement pas insisté plus que ça si je refusais, mais que, si tel était le cas, il ne saurait plus quoi faire, qu'il avait vraiment besoin que je l'aide.

Je le fixai ainsi quelques secondes, tentant de me raisonner, de me dire que je ne devais pas, que j'avais arrêté d'exercer dans ce domaine et que, si je l'aidais lui, ça se saurait peut-être et que, ensuite, plein de gens reviendraient me prendre d'assaut avec des demandes pour leurs rêves à eux-aussi. Mon côté empathique, sûrement attisé par le fait que je venais de faire un horrible rêve et que je comprenais donc ce que ça faisait, prit le dessus et je finis par baisser les yeux et soupirer, c'était plus fort que moi, je devais l'aider.

Je n'exerce plus depuis deux ans maintenant, et je m'étais promise de ne plus accepter aucune requête dans ce domaine.
Je fis une courte pause, comme si mes mots avaient du mal à sortir. Toutefois, je peux lire dans tes yeux que tu en as réellement besoin.

Je le regardai attentivement pour évaluer sa réaction. Je m'en voulais tellement de flancher en ce moment, mais l'espoir qui animait maintenant ses yeux me fit continuer malgré moi.

On peut donc aller en discuter ailleurs si tu le veux bien. J'ai une petite fringale, et je ne voudrais pas que des oreilles indiscrètes nous écoutent. Des plans pour qu'ils viennent tous me demander de pratiquer la manipulation des rêves sur eux.

Je lui souris et me levai pour commencer à ranger mes choses. Je continuerai de nettoyer les écailles de Ruse à mon retour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Terreur & réconfort   Terreur & réconfort EmptyDim 24 Jan - 11:00


Neve observa Isolde, qui cessa de s’afférer auprès de Ruse, son magnifique dragon. Elle semblait pensive, perdue dans quelques élucubrations personnelles. Le Chevaucheur ansemarien demeura quelques instants figé, concentré sur l’expression conflictuelle qui se dessinait sur le visage d’Isolde. Ses propres yeux reflétaient toute la condescendance et la sensibilité dont il pouvait faire preuve, réellement désireux de mettre un terme à ses tourments. L’ironie qui étirait les traits de la jeune femme inquiéta quelque peu son vis-à-vis. Neve avait bien conscience que la requête n’était pas anodine, et que si Isolde avait choisi la voie des Chevaucheurs, ce n’était pas pour rien. Mais tout de même, il se languissait à l’idée de passer une seule et unique nuit sereine dans toute sa petite existence. La jeune femme planta ses yeux dans ceux de Neve, et sembla l’étudier attentivement, comme si elle jaugeait de la situation. Le Chevaucheur ansemarien retint alors son souffle. Finalement, Isolde détourna le regard et soupira, comme si elle venait de perdre un duel contre elle-même.

Le jeune ansemarien avait vu juste au sujet de sa magie : cela faisait maintenant deux ans qu’elle ne pratiquait plus sa spécialisation dans les rêves sur autrui. « Toutefois, je peux lire dans tes yeux que tu en as réellement besoin. » avait-elle ajouté, et Neve songea qu’elle aurait tôt fait de le lire dans ses cernes. Il se sentit quelque peu soulagé, mais aussi réellement coupable. Son but n’était pas de tirer Isolde d’un rythme qu’elle avait elle-même instauré, en la contraignant à replonger deux ans dans le passé. Le jeune ansemarien se doutait bien qu’endosser le rôle de la guérisseuse d’âme auprès de tous les étudiants de l’Académie n’était pas une mince affaire, et il se pensa stupide de ne pas être allé voir ailleurs. Neve ne put contenir cette étincelle d’espoir qui illumina son regard, bien qu’il détournait les yeux, penaud et confus. La jeune femme proposa de dénicher un lieu esseulé pour en parler et ne pas s’attirer quelques oreilles inappropriées. Elle afficha un sourire sincère, terminant de remettre en ordre ses affaires, et Neve fut touché du temps qu’elle lui consacrait.

C’est très magnanime de ta part, de me venir en aide, souffla-t-il, luttant contre sa timidité refoulée. Je te remercie sincèrement.

Le jeune ansemarien se redressa, replaça le petit tabouret où il l’avait déniché tantôt et patienta quelques instants, le temps qu’Isolde rassemble toutes ses affaires. Après quoi, tous deux quittèrent la Caserne de Flammes en laissant derrière eux Ruse et Inespéré, qui prirent leur envol dans le ciel pâle et frais de la mi-journée. Neve ignorait où ils pourraient se restaurer, mais cette question était loin d’être la plus décisive dans son esprit. D’autres demandes s’empilaient maladroitement sur sa conscience ; il ignorait tout de la magie de l’Air et de ses propriétés oniriques. Etait-il possible d’éradiquer intégralement les cauchemars d’une personne ? Se débarrasser les rêves tourmentés, était-ce abandonner par la même occasion les songes sereins ? Neve avait bien conscience que les choses n’étaient pas si simples qu’elles en avaient l’air, et qu’une petite intervention chirurgico-magique ne le libérerait pas intégralement de ses rêves détracteurs. Mais comme avait certainement pu le déceler Isolde dans ses yeux fatigués : l’espoir fait vivre.

Tous deux parcoururent les couloirs pleins de vie de l’Académie, encombrés d’étudiants, de professeurs et de familiers. Neve se contentait de suivre Isolde, sachant pertinemment où elle le conduisait. En effet, l’Académie était réputée pour compter un nombre inimaginable de salles de classe et de chambres, toutes plus ou moins dédiées à un élément ou un aspect de la magie et du savoir. La plupart demeurant désertes, il était probable qu’Isolde trouve la discrétion et le calme adéquat au sein d’une salle de classe de spécialisation onirique inusitée. Ces fameuses salles de cours possédaient toutes l’empreinte si singulière et splendide d’un élément ou d’un aspect particulier des sciences et de la magie, si bien que chacune possédait une identité propre. Se glissant consciencieusement dans une salle de classe réputée pour accueillir les mages de l’air en herbe, Isolde attira Neve avec elle. L’endroit était très illuminé par de larges baies vitrées, qui donnaient droit sur Lorgol et ses mille et une tours. Le jeune ansemarien fit quelques pas dans la pièce, attentif à toutes les babioles et autres outils magiques disposés sur les pupitres. Il se retourna vers Isolde, déposant ses affaires sur un bureau.

J’avais presque oublié à quel point les salles de cours de l’Académie sont pleines de charme, reconnut-il avec un sourire désabusé.

Il marqua une courte pause, laissant Isolde prendre ses aises dans la pièce.

Je suis vraiment heureux que tu acceptes de me venir en aide, ajouta-t-il. J’ignore si tu es familière des songes les plus noirs, mais quoi qu’il en soit, il s’agit de l’un des plus grands calvaires de l’esprit humain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Terreur & réconfort   Terreur & réconfort EmptyDim 24 Jan - 19:29

Il me remercia et rangea son tabouret pendant que je m'affairai à ranger toutes mes affaires. Je ramassai la petite besace dans l'armoire qui renfermait un léger repas que j'avais emporté avec moi ce matin, puis je me retournai vers lui. Je lui fis un signe de tête pour qu'il me suive, et me dirigeai vers les portes de l'Académie. Si nous étions pour parler de la manipulation des rêves, pourquoi ne pas nous rendre dans un endroit de circonstances?

Nous traversions donc les nombreux couloirs rapidement. J'observai Neve un moment et je souris, il avait l'air complètement perdu. Un virage à gauche, un autre à droite trois couloirs plus loin, l’ascension des escaliers au bout, et nous étions enfin arrivés. Ma vieille classe de magie de l'Air était là, juste devant nous. Je poussai la porte prudemment, personne n'y était. J'y entraînai donc Neve, puis je refermai la porte derrière nous.

Les grandes fenêtres nous donnaient une vue magnifique sur le ciel d'Arven. Je pouvais même apercevoir Ruse qui volait au loin. Je souris en admirant cette vue qui m'était si familière et je pris une grande respiration, emplissant mes poumons de l'air frais qui entrait par l'une des fenêtres entrouvertes. Cet endroit me rappelait tellement de souvenirs.

J'entendis Neve s'émerveiller du charme de la pièce et je repris mes esprits. Je pris place sur l'un des nombreux fauteuils tout juste en face d'une petite table basse, et je fis signe à Neve de venir s'asseoir sur le fauteuil devant moi. Puis, je commençai à sortir la nourriture de ma besace: une miche de pain frais, un morceau de fromage et une pomme.

Je suis vraiment heureux que tu acceptes de me venir en aide, me dit-il en venant s'asseoir. Je relevai la tête en lui adressant un sourire. J’ignore si tu es familière des songes les plus noirs, mais quoi qu’il en soit, il s’agit de l’un des plus grands calvaires de l’esprit humain. Si j'étais familière avec les songes les plus noirs? Un petit gloussement d'ironie et de compréhension m'échappa alors que je mordais dans ma pomme.

Tu ne peux pas savoir à quel point j'en suis consciente
, lui dis-je après avoir avalé ma bouchée.

Je pris une nouvelle bouchée pour me donner le temps de réfléchir à comment initier la conversation, et une idée surgit dans ma tête au même moment. J'avais toujours traités les gens pour chasser leurs cauchemars au lieu des miens, mais serait-il possible qu'il y ait un moyen de combiner les deux? Je veux dire, pourrais-je profiter de la thérapie pour ne pas seulement calmer sa pensée, mais la mienne aussi?

Emportée par mon idée, je me levai d'un bond et me dirigeai vers les étagères du mur de gauche. Celles-ci regorgeaient de manuels portant sur la magie de l'Air. L'étagère du milieu regroupait tous les livres au sujet de la manipulation des rêves. J'en parcouru les titres et je trouvai rapidement ce que je cherchais: « Le partage des rêves ». Je revins m'asseoir et déposai le lourd volume sur la table basse. Je l'ouvrai au sommaire et me rappelai soudain la présence de Neve. Tellement j'étais affairée, j'en avais oublié de parler.

Je m'excuse, je veux seulement vérifier quelque chose, voir si c'est possible de...

Ma phrase resta en suspens, car je tombai sur le sous-titre que j'espérais au même moment. Je me mis donc à tourner les pages à une vitesse affolante pour finalement arriver à la page 132: « Chapitre 14: Comment guérir sa pensée en soignant celle d'autrui ». Je lis les premières lignes et je souris. C'était donc possible. Les yeux emplis d'excitation, je relevai la tête vers Neve.

Écoute, j'accepte de t'aider, mais à une condition. Je fis une courte pause pour le préparer à ce que j'allais dire. Je voudrais faire une thérapie mutuelle de nos songes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Terreur & réconfort   Terreur & réconfort EmptyLun 25 Jan - 9:36


Tu ne peux pas savoir à quel point j'en suis consciente, affirma Isolde en croquant dans sa pomme.

La jeune femme s’était installée sur l’un des nombreux canapés de la salle de classe, dans un coin de la pièce, et entamait son déjeuner, tandis que Neve parcourait l’endroit à pas lents, s’imprégnant des lieux et des empreintes magiques qui façonnaient la singularité de l’Académie. Isolde semblait perdue dans une réflexion attentive, et le jeune ansemarien eut alors tout le loisir de méditer sa précédente affirmation. Ainsi, elle aussi était hantée de cauchemars ? Neve fut partagé entre le soulagement de savoir qu’il était soutenu dans son sommeil dément, et la peine de ne pas avoir songé plus tôt à cette possibilité. Cela participait peut-être au fait qu’Isolde ne pratiquait plus la manipulation des rêves d’autrui depuis deux ans, excédée de ne pouvoir se venir en aide elle-même. Soudain, avant même que Neve ait pu lui répondre, la jeune femme se redressa et se dirigea au-devant des bibliothèques qui parsemaient la salle de classe. Cherchant avec intérêt, elle finit par dénicher un ouvrage portant le nom suivant : Le partage des rêves. Le jeune ansemarien observa le livre avec circonspection, ne sachant s’il devait s’inquiéter de cette trouvaille ou s’en réjouir. Isolde feuilleta l’imposant bouquin et s’excusa auprès de Neve de l’avoir écarté des circonstances jusque-là.

Ne t’inquiète pas. Il marqua une courte pause. Je ne savais pas que toi aussi, tu es familière des cauchemars. Je m’excuse de ne pas y avoir pensé plus tôt. C’est à cause de cela que tu as cessé de pratiquer la manipulation des rêves sur autrui ?

Neve tâchait d’engager la conversation tandis qu’Isolde s’attardait à parcourir les larges pages de l’ouvrage de magie de l’Air. Il jeta un regard curieux au manuel, sans réellement saisir le sens des formules qui s’y trouvaient inscrites. Il patienta quelques instants, saluant l’affairement d’Isolde, avant que celle-ci déniche enfin ce qu’elle cherchait. Elle ferma l’ouvrage avec force, se retournant vers son vis-à-vis, un large sourire aux lèvres et les yeux pétillant d’excitation. Elle acceptait de l’aider, ce qui était une bonne chose ; Neve se sentit soulagé et arbora à son tour un sourire sincère. La condition que posait Isolde ne diminua en rien son bonheur à l’idée de vivre un sommeil apaisé. Au contraire, il trouvait cela très loyal comme compromis, d’autant plus que malgré son grade de Chevaucheur, il ne roulait pas sur l’or. Son penchant profondément empathe se réjouissait déjà à l’idée de venir en aide à quelqu’un sans avoir à subir un dilemme pour cela.

Avec plaisir, annonça-t-il, le sourire aux lèvres. J’ignore comment tu comptes t’y prendre, mais je reste emballé à l’idée de pouvoir t’aider en retour, avec mes maigres moyens.

En effet, c’était peu dire que Neve avait du mal à suivre l’enchaînement de la situation. Il connaissait grossièrement les tenants et les aboutissants de la magie de l’Air, mais en rien il n’aurait su détailler ce qu’entendait Isolde par « thérapie mutuelle de nos songes ». S’introduire dans le sommeil d’un tiers pour se soigner soi-même ? Le jeune ansemarien emprunta l’ouvrage des mains d’Isolde et le feuilleta à son tour, tenta d’en comprendre le sens profond, en vain. L’idée d’assister à un sort sans le comprendre le frustrait, mais la sérénité de son sommeil l’importait davantage.

En quoi consiste la formule ? se risqua-t-il à demander. Si je peux t'aider, même de façon infime, surtout dis-le-moi, même si je n'y connais pas grand-chose en magie de l'Air.

Il lui rendit l'ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Terreur & réconfort   Terreur & réconfort Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Terreur & réconfort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: