AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Red by SFR : Forfait 100 Go à 12€ sans ...
Voir le deal
12 €

Partagez
 

 Les âmes croisées des mages déplacés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptySam 25 Nov - 20:46




Livre II, Chapitre 6 • La Chasse Sauvage
Mayeul de Vifesprit & Richard le Harnois

Les âmes croisées des mages déplacés

Comme des rats, ils portent la maladie en eux.




• Date : Le 27 septembre 1002
• Météo (optionnel) : Vent glacial qui fouette et s'immisce partout. Partout !
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Toujours à Svaljärd, Richard observe silencieusement  non loin du palais ducal les allés et venus. Il finit par cerner le Major Mayeul de Vifesprit qui amène avec lui des mages prisonniers. Il est réjouit de ce qu'il voit et s'en va échanger quelques mots sous leur nez avec l'homme qui les guide.
• Recensement :
Code:
• [b]Le 27 septembre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3008-les-ames-croisees-des-mages-deplaces#107036]Les âmes croisées des mages déplacés.[/url] - [i]Mayeul de Vifesprit & Richard le Harnois[/i]
Toujours à Svaljärd, Richard observe silencieusement  non loin du palais ducal les allés et venus. Il finit par cerner le Major Mayeul de Vifesprit qui amène avec lui des mages prisonniers. Il est réjouit de ce qu'il voit et s'en va échanger quelques mots sous leur nez avec l'homme qui les guide.



Dernière édition par Richard le Harnois le Jeu 30 Nov - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptySam 25 Nov - 21:00

Le froid persistait jusqu'à glacer ses pieds bien emmitouflés pourtant dans ses lourdes bottes de cuir. Il persistait même à lui donner la chair de poule par son vent s’immisçant sournoisement sous son manteau et par la fraîcheur qu'il ressentait glisser sur ses mains couvertes de gants. Droit, fier, Richard se tenait là comme une figure que l'on aurait sculpté dans la glace tant ses mouvements étaient moindres voir inexistants ; comme l'expression carrée qu'il affichait. Situé proche des murs du palais ducal, le Maréchal observait des allés et venus de gardes, mais aussi de voltigeurs, d'un regard aussi froid que celui du duché dans lequel il se trouvait. Adamante en hauteur lui signalait par biais d'images que la reconstruction de la caserne tant que celle du palais avait bien avancée depuis la catastrophe de Svaljärd. Hjalmar d'Evalkyr en personne lui avait fait état de la situation après qu'il se soit déplacé jusqu'à son bureau pour une visite aussi bien de courtoisie que de mise au point des faits jusqu'à l'heure actuelle.

La chasse aux mages n'avait pas cessée, loin de là, elle fleurissait encore à travers Ibélène, moins qu'à ses débuts certes, mais il y avait toujours des rats, cachés et se pensant à l'abri dans les moindres recoins de l'empire, à débusquer. Porteur de maladie, signe de mauvais augure, ces rats étaient encore faibles ou bien n'avaient pas été suffisamment prudent pour ne pas se faire repérer et signaler. Au diable soient-ils, ils finissaient tous par tomber dans la toile qu'il avait tissé par des mots et des actes de toute façon. Maréchal qu'il était, il appréciait voir les choses se faire sans accrocs et les gens être remit à leur juste place. Qu'il s'agisse d'une maison pour une femme ou d'une prison pour des mages susceptible de nuire à l'Empire et à la famille impériale.

C'est soufflant du nez une fine brume blanche qu'il se décida enfin à bouger, tant pour se réchauffer les muscles que pour aller à la rencontre d'un homme de bien que ses yeux venaient de cerner et couvaient à présent l'envie de le voir de près. Il était occupé, comme on l'attendait de lui, comme il espérait de lui, comme l'exigeait sa fonction. Il menait ses hommes d'une bonne poigne et se trouvait être des plus exemplaires. Un modèle pour les plus jeunes, un modèle qu'il avait hâte de présenter à la Caserne de la Serre pour inspirer les futurs voltigeurs.

« Major de Vifesprit. » Indiqua t-il sa présence aussi clairement et fortement que le permettait sa voix. Il s'approcha jusqu'à se mettre à sa hauteur pour le saluer à travers un vent à décoiffer et déplumer même un griffon. Oui, Adamante sa griffonne était elle-même une victime puisqu'elle avait cessé de se lisser les plumes depuis un moment.

Son regard marqua une pause sur la file de gens avant qu'il ne reprenne. « La chasse a été bonne, je constate. » Oui, la chasse, ce n'était que ça. Une chasse à l'intrus avant qu'une autre ne la remplace, plus odieuse, plus perfide, plus cruelle et plus ravageuse encore que le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptyJeu 7 Déc - 22:02

Mayeul a retrouvé avec soulagement le froid de Svaljärd après ces semaines passées sur le front. Les Voltigeurs sont nécessaires pour traquer les mages qui se cachent en Ibélène et avec le déclin des Chevaucheurs, les soldats suffisent largement pour écraser Faërie.  Mais si retrouver la capitale est un soulagement, le major de Svaljärd ne peut pas en dire autant de sa mission. Sans Sigvald, il se sent abandonné et encore plus démuni qu'il ne l'est déjà. Traquer les mages a un doux goût de revanche, il ne peut le démentir : après tout, ils sont responsables de la mort de quelques-uns de ses Voltigeurs, ils sont responsables d'une grande majorité des catastrophes survenues en Ibélène ces derniers temps. L'Ordre du jugement aussi, mais à quel point les mages ont-ils corrompu l'organisation, ça…

C'est plus simple, de toute façon, de reporter sur les utilisateurs de la magie cette haine et cette volonté de revanche. Eux, on peut les reconnaître, et les éliminer. Mayeul le sait, la guerre a bousculé ses convictions et s'il éprouve encore une forte amitié envers ses amis Faës, il ne peut en dire autant des mages. Parce que contrairement aux Faës, ils sont dangereux, irresponsables et causent du tort à tous les Ibéens qu'ils croisent. Même s'ils sont Ibéens.Mais pour autant, malgré cette haine croissante que la guerre a forgée, le major de Svaljärd ne peut s'empêcher de culpabiliser. Certains mages sont utiles, il ne peut le nier : ils guérissent, ils aident, mais ils paient pour une minorité d'assassins.

C'est mal ce qu'il fait, sans doute. Il ne fait que suivre les ordres, mais il est responsable pourtant. Traquer des malheureux qu'Aura a touché… même si certains sont loin, très loin d'être innocent. Le bandage qui recouvre sa cuisse, sous l'épais pantalon qu'il porte, en est un exemple frappant. Les mages se sont défendus, et ceux qu'ils mènent enchaînés à Svaljärd sont coupables. Et si Mayeul se refuse à violenter des innocents incapables de se défendre, il a réellement dû faire un effort pour ne pas se venger. Mais il vaut plus que cela, n'est-ce pas ? Le vide de son esprit lui répond, et il se reprend à regretter Sigvald. L'ancien souverain de Valkyrion et lui ne sont pas toujours d'accord, mais leurs échanges sont plaisants, et leurs confrontations toujours intéressantes. Mayeul le sait, Sigvald s'irrite parfois des décisions prises par son écrin ou des questions qu'il lui pose mais pourtant, l'absence de l'esprit lui pèse.

Une voix soudaine le sort de soudain de ses réflexions et Mayeul se hâte de saluer son supérieur, la chaleur réconfortante de Nuage flottant à la lisière de son esprit. "Maréchal." Son regard suit celui de Richard, posé sur les prisonniers, avant qu'il n'acquiesce. "Nous ne rentrons pas bredouilles, effectivement. Ils seront interrogés pour démasquer d'éventuelles complicités mais au moins, ceux-là ne seront plus en état de nuire à qui que ce soit." Car ce sont des nuisibles, n'est-ce pas ? Des ennemis d'Ibélène, de par leur statut de mages. Faisant un signe discret à son ailière, le major de Svaljärd enchaîne. "Mes hommes ont été exemplaires, Maréchal, vous pouvez être fier d'eux." Lui, en tout cas, est fier. Son statut de major a été difficile à assumer parfois mais depuis presque dix mois qu'il s'est vu confier cette responsabilité, Mayeul sait qu'il a su s'attirer le respect de ceux qu'il a sous ses ordres. Il a appris à les connaître, à les apprécier et même s'il aime se faire remarquer, le Voltigeur n'est pas pour autant un égoïste. Il n'est pas le seul à remercier, pour cette capture.

*Plumes ébouriffées. Froid, vent nid douillet.*
Mayeul envoie une pensée pleine de tendresse et de chaleur au petit cendré qui s'éclipse vers un repos bien mérité avant de reporter son regard sur les prisonniers. Sa cuisse le fait souffrir, mais il lui reste à s'assurer que les mages soient bien enfermés avant de pouvoir se reposer. A être sûr que le reste du Vol prenne du repos, également.


Les âmes croisées des mages déplacés TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptySam 16 Déc - 17:42

'Bonne', mot correcte pour ce qu'il voyait là. Elle était plus que correcte cette chasse, même si elle aurait pu être plus longue – davantage plus longue que quatre personnes. Elle aurait même pu mériter quelques applaudissements, mais ses mots et ses traits fiers devaient être amplement suffisant comme récompense. Il aurait sans doute serré plus fort les liens de certains, mais ces derniers avaient dû se montrer bien plus coopératif que d'autres, aussi s’abstint-il de commentaires. Bras croisé, il observa, attendant les mots plaisants du major, attendant peut-être également un descriptif de la chasse ou même les détails d'une confrontation avec un pauvre mage récalcitrant à la justice rendue d'Ibélène.

Il aurait pu grimacer devant ce manque d'informations, mais il était bien satisfait au fond de ce qu'il voyait et de ce qu'il entendait. Interrogation puis enfermement, mesures suffisantes assurément pour le bien des ibéens, mais surtout le bien de l'empire, davantage lorsqu'il se disait que les interrogatoires n'étaient pas tendre. Combien tiendraient ? Combien cracheraient le morceau ? Combien vendraient un membre de sa famille ou même un camarade ? Ah, il lui tardait soudain d'assister aux interrogatoires, au choix de tout ceux-ci et à toutes ces révélations.

Suivant le signe de de Vifesprit, Richard jeta un bref regard à l’ailière, très bref puisqu'il s'agissait d'une femme – mais c'était plus que suffisant - avant d'en revenir à la silhouette du mâle qu'il écouta faire l'éloge de ses hommes. Ah qu'il était bon homme. Qu'il était bon leader, qu'il était bon exemple. Modeste va. Il le comprenait ceci dit, ayant été lui-même major autrefois.

« Et je le suis, Major de Vifesprit, autant que je ne doute guère de leur capacité. Le Vol est à l'image du Major qui le guide après tout, et d'avis des plus gradés comme du mien, vous êtes un excellent meneur. »

Là, cela devait suffire à rendre fier n'importe qui. Une recrue serait tout bien heureuse de voir son supérieur être ainsi félicité puis qu’à supérieur félicité, homme s’exécutant sous lui l'est tout autant, à ses yeux en tout cas.

Une curiosité, un détail ou peut-être rien du tout au fond, attira son regard et son attention vers l'une des cuisses du major. Il n'y avait rien à signaler au dehors si ce n'est peut-être une position qui incitait à croire qu'il avait peut-être été blessé. Blessure indiquait résistance. Résistance indiquait rebelle. Rebelle indiquait nuisance à l'empire et possible comploteur contre ce dernier.

« Des confrontations avec des mages rebelles à signaler, Major de Vifesprit ? »

On ne blessait guère un Voltigeur sans en subir les conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptySam 16 Déc - 21:26

Mayeul ne se doute pas que le Maréchal attend un récit détaillé de la capture. Après tout, il le lira dans son rapport, ou pas. Les détails que le major de Svaljärd consigne sur ses papiers doivent bien être lus par quelqu'un, non ? En toute honnêteté, Mayeul est las, et sa cuisse le fait souffrir. La blessure n'est pas assez profonde pour que ce soit une urgence, non, mais la douleur est présente, et la gêne l'est toute autant.

Le Maréchal répond aux compliments de Mayeul sur ses hommes. Il n'a jamais réellement cherché à être bien vu par sa hiérarchie : autant il aime faire le pitre et se faire remarquer, autant il le fait simplement pour le plaisir d'être remarqué – et d'être agaçant aussi parfois. Et autant ne pas le nier : le major de Svaljärd ne serait pas grand-chose sans ceux qui sont sous ses ordres. Une pensée approuvée par Richard, et le compliment que son supérieur lui adresse prend Mayeul par surprise. Le hâle obtenu à force de Voltiger cache efficacement le rouge soudain de ses joues, Mayeul l'espère ardemment. Lui si prompt à répliquer, à plaisanter et à se faire remarquer reste sans voix quelques secondes. Il le sait, le Maréchal de Serre n'est pas forcément prodige en compliments, et c'est un honneur - et une surprise - de recevoir de tels éloges.

Il se reprend vite pourtant le Voltigeur, et espère bien que son trouble passera inaperçu quand il reprend la parole. "Merci Monsieur." Lui si volubile bloque quelque peu sur le reste de la phrase, aussi Mayeul préfère-t-il se taire. Venant d'un meneur comme le Maréchal, le compliment lui va droit au cœur, mais ce n'est pas le genre du cielsombrois de cirer les bottes de ses supérieurs. Grâce le tuerait, d'ailleurs, si elle avait connaissance de cette conversation. Indécis, Mayeul reste immobile, faisant passer sans y penser son poids d'une jambe à une autre. La douleur fulgurante de sa cuisse, bien que brève, est suffisante pour le faire changer de position, un détail qui ne passe pas inaperçu aux yeux du Maréchal de Serre.

Ce dernier l'interroge et sans même y penser, Mayeul rectifie sa posture. Il ne voulait pas que le Maréchal le sache blessé : cela arrive un peu trop souvent à son goût en vérité. "Certains d'entre eux ont donné du fil à retordre à mon Vol. Cette maladie les affaiblit, mais ils ne sont pas sans ressources." Mayeul observe les prisonniers avant d'en désigner un d'un hochement de tête. "L'élémentaire qu'il a envoyé a frappé plus fort que je ne l'avais escompté. Cela m'apprendra à me montrer plus prudent." Ou moins naïf, en vérité. Mayeul est parfois une tête brûlée, il l'avoue volontiers, mais il ne pensait pas que les mages affaiblis auraient la volonté de se rebeller. Quelque peu désireux d'orienter ailleurs la conversation, Mayeul reprend la parole. "Si nous devons réellement cette maladie à l'Ordre du Jugement, ils nous ont rendus un fier service."

Mayeul le sait, ses propos ne seront pas forcément au goût du Maréchal, certainement pas maintenant que l'impératrice est morte. Mais il ne peut s'empêcher de s'interroger le major, sur les motivations de l'Ordre et sur leur volonté de nuire. Déclencher cette maladie a forcément donné un avantage aux Ibéens, et il ne peut s'empêcher de se demander si c'est volontaire. Pourquoi ? Jusqu'à présent, l'Ordre n'a pas semblé prendre parti, alors, pourquoi maintenant ? Qu'est-ce qui a bien pu changer ? Ou est-ce lui, qui a changé ?


Les âmes croisées des mages déplacés TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptyMar 19 Déc - 14:24

Un hochement de tête stricte accueilli les remerciements inutiles du major. Inutiles car Richard lui avait simplement fait part de la vérité vrai et peut-être tu de certains supérieurs. Tu peut-être, parce que de Vifesprit était soit disant connu pour avoir quelques défauts, dont celui d'être une tête brûlée en plus d'avoir l'esprit vif, mais était-ce réellement un défaut en soi qu'avoir de l'ardeur à revendre ? Après un échauffement avec le voltigeur quelques mois plus tôt, Richard en était venu à la conclusion que non. Il appréciait bien le voltigeur ci présent. Il se battait pour la cause, il se battait pour l'empire, pour la famille impériale, pour le peuple, pour les voltigeurs et bien plus encore qu'il ne l'imaginait actuellement. Que demander de plus en ce cas ? Rien. Il avait les capacités, dont celles qu'il fallait pour mener les hommes, en plus d'avoir le caractère, le physique et la tête de l'emploi. Bref, Mayeul de Vifesprit était exemplaire. Un modèle qu'il comptait bien inviter un jour et présenter aux plus jeunes afin de leur donner envie de rejoindre le rang des voltigeurs.

Détail peut-être sans importance glissa sous ses prunelles et Richard ne pu faire sans émettre une supposition. Supposition sérieuse qui se confirma quand le major calcula sa pose et se remit droit. D'un coup d’œil assassin, le maréchal lorgna sur les captifs tandis que de Vifesprit s'expliquait. Quel était le gueux qui se rebellait ainsi contre les agents de l'empire ? Quel était le mage récalcitrant qui avait osé nuire et blesser un de ses hommes confirmés à monter les échelons de la grandeur dans la Voltige ? Était-ce le grand moustachu rouquin au regard inexpressif ou bien le vieux blond porcin ? À moins que ce ne soit l'adolescent blafard ? La dernière de la file, une femme, ne fut même pas prit en compte à ses yeux. Quel était celui dont il s'assurerait personnellement d'assister à son interrogatoire et à son enfermement ? Qui ? Suivant le signe de tête de de Vifesprit, Richard se retint de siffler entre ses dents, mais menaça des yeux. Ainsi donc c'était le rouquin qui faisait tâche dans le lot.

« Cela vous apprendra, en effet. » Répéta tout bas le maréchal sans réel profondeur dans son commentaire et sans lâcher des yeux la silhouette du prisonnier. Le major avait peut-être baissé sa garde, mais il était convaincu qu'il avait été prudent, le mage devait avoir agit sournoisement. Il ne perdait rien pour attendre, se fit-il en lui-même en retroussant le nez. Déjà affaibli par l'épidémie, il avait presque commit un acte suicidaire en usant de sa magie, presque... il ne ressortirait pas d'ici vivant, le Maréchal se le jurait.

Ses yeux à demi plissés en entendant parler de l'Ordre lui firent momentanément oublier le roux et Richard reporta toute son attention sur de Vifesprit.

« Sottise Major, nous n'avons pas besoin de l'Ordre du Jugement ou de qui que ce soit d'autre pour mener Ibélène à la victoire et dénicher les plaies qui suppurent au sein de l'empire. Ne reparlez donc pas de service de leur part, jamais vous m'entendez. Ne véhiculez pas cette idée Major, cela me contrarierait encore plus que je ne le suis après avoir entendu cela. »

Il claqua sa langue contre son palais. Pfah ! Il était encore jeune, Richard mettrait sa soudaine bêtise et son manque de jugement sur ce point. L'Ordre du Jugement, rendre un service, après avoir chercher à tuer la famille impériale en entier, et puis quoi encore, foutaise ! Catarine était morte et Augustus qui était dans le coma ne se relèverait peut-être pas. Jamais à vrai dire, mais Richard refusait l'idée à l'heure actuelle et était loin de se douter que la mort viendrait cueillir l'empereur en décembre. L'ordre avait simplement commit une erreur, il ne voyait que ça. Grincheux à repenser à la tragédie, le maréchal se mordit la langue.

« Ils ont commit une erreur, c'est la seule chose que j’admettrai d'entendre à ce sujet. » Et d'un  signe de main, il balaya la mention de l'Ordre et indiqua à la file de captifs de poursuivre doucement. Enfin presque balaya, puisqu'il reposa ses mirettes mi fâchées mi-déçues sur le major comme pour entendre son verdict et son approbation suite à ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptySam 30 Déc - 12:57

Le regard meurtrier du Maréchal sur le groupe de mages n'échappe pas au Voltigeur mais il aurait été bien hypocrite de sa part de se sentir coupable pour les prisonniers : il est responsable de leur capture après tout, et se doute bien de leur sort. Ce sont des mages, ils l'ont cherché, non ? Même les plus faibles, même ceux qui n'ont pas développé le moindre potentiel magique. Ce sont ceux là qui perturbent le major de Svaljärd, ces gens condamnés parce que nés, tout simplement. Mais pour ces innocents, combien de coupables assassins, qui ont décimés ses camarades, ses amis ? Rien n'est blanc ou noir, malheureusement. Pas même la Rose. Pas même l'Ordre du Jugement.

Ce serait tellement plus simple ! Mais Mayeul sait qu'il n'a pas le droit de s'aveugler parce que c'est plus commode pour penser. Alors ces mages déclarés coupables sans aucun jugement, il les capture en essayant de ne pas les blesser. Ils seront jugés – coupables – mais ils savent la peine encourue pour être présent en Ibélène. Ca ne le rend pas moins coupable, mais que faire d'autre ? C'est la guerre, ils sont l'ennemi, et ça Mayeul n'en démord pas. Alors, qu'importe au final un ennemi innocent ou coupable : ils sont à capturer et à mettre hors d'état de nuire, et c'est ce qui compte. Ce que Mayeul doit faire. Ils avaient cette liberté de partir, et ils ne l'ont pas prise. La paix n'est qu'une illusion, le Voltigeur commence à le réaliser à force de guerre. Comment Arven pourra-t-elle un jour être réunie, quand chacun des camps en présence est coupable aux yeux de l'autre ?

La remontrance du Maréchal n'est pas bien grosse, pas autant en tout cas que celle qui suit les déclarations de Mayeul. Le terrain est piégeux, le Voltigeur de Nuage le sait, surtout après les attentats de Svaljärd, mais pour autant, doit-il baisser les yeux et acquiescer à des propos dont il doute ? "Attaquer Svaljärd était une erreur, oui." Approuve Mayeul en hochant la tête. Un acte fou, qui a, et va, déstabiliser Ibélène durablement et pour un bon moment. Mais pour le reste, il n'est pas d'accord avec son supérieur. Vifesprit est à la frontière, et le Voltigeur a été parmi les premiers dépêchés sur le front. Ibélène n'était pas en train de gagner, et loin d'être en mesure de récupérer ce qu'ils avaient perdu. "Mon domaine a été annexé par Lagrance, et les Faës disposaient de moyens que nous n'étions, ces mois-là, incapables d'égaler." Est-ce un discours subversif ? Sans doute, et Mayeul se hâte d'ajouter.

"Comprenez-moi bien Maréchal,je ne doute pas de nos capacités. A terme, nous sommes plus forts et mieux organisés, et le revirement aurait été le même, nous aurions fini par enfoncer les frontières et reprendre nos terres. Mais cela aurait pris des années, alors qu'il nous a fallu à peine deux mois pour renverser le cours de la guerre." Sans l'aide, même involontaire, de l'Ordre, les Ibéens seraient encore à essayer de reconquérir leurs territoires perdus. "Que ce soit délibérément ou non, la maladie des mages ne pouvait être utile qu'à Ibélène." Explique encore Mayeul, pensif. "Et j'aimerais savoir pourquoi l'Ordre a jugé utile de nous mener là où nous sommes." Termine le Voltigeur.

Que ce soit une main tendue ou un désir bien moins avouable, les conséquences retomberont sur Arven, et Mayeul voudrait comprendre. Anticiper. Le travail de la Rose n'a pas permis de percer les secrets de l'Ordre, et le Voltigeur a pourtant le sentiment que c'est essentiel. Plus que jamais, il a le sentiment d'être un pion dans cette histoire, tributaire de deux puissances qui s'affrontent à un niveau incompréhensible de l'humain qu'il est.


Les âmes croisées des mages déplacés TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptySam 30 Déc - 20:48

Pas de pitié ou de réflexion longue à avoir pour les prisonniers, ils étaient tous coupables, même le visage le plus innocent qu'il avait vu arborer par un jeune adolescent d'à peine treize ans. La faute leur revenait de ne pas avoir migré de duché ou d'empire. La faute leur revenait de ne pas avoir saisi cette fiole de mortessence. Mages restant étaient égale à potentiels criminels, c'était tout simple, largement suffisant pour protéger une bonne base de l'empire ibéen. Et si sa propre chair et son propre sang avait démontré ne serait-ce qu'une once de magie, Richard en aurait fait un exemple pour tous. Il savait ce qu'il avait à faire, ce qui était le mieux pour Ibélène, qu'importe que ses décisions plaisent ou non, tant qu'elles étaient respectées et exécutées à la lettre.

Les mots sur l'Ordre du Jugement avaient eu du mal à passer et même s'il considérait Mayeul de Vifesprit avec respect, ce dernier n'avait pu échapper à un regard quasi incendier de sa part. Ils avaient mit en péril Ibélène, ils avaient enlevé l'impératrice et plongé l'empereur dans le coma, laissant un trône vide et un jeune hériter non préparé. Ils n'y avaient rien à complimenter chez eux, nul remerciement à avoir, aucun, jamais. Jamais. Pourtant le Major tint bon face à son regard, s'accordant en partie, nuançant le reste. Les nuances rendaient les choses compliquées et embrumaient l'esprit.

Il fronça les sourcils, Richard, en entendant au sujet du domaine, il regrettait ce point sincèrement. Oui les faës avaient prit des terres, mais ils l'avaient fait sournoisement et maudite était cette Diane de la Fère qu'il jugeait responsable de tout. Elle, son sexe et son étroitesse d'esprit face à certaines blagues. Bon point, le major donna nombre d'arguments en faveurs d'Ibélène, des justes arguments, des justes compliments, la vérité nue. Des années, oui, sans doute, l'épidémie avait facilité les choses, mais il était hors de question d'accepter de remercier l'ordre pour ça pour autant. Hors de question.
"Et j'aimerais savoir pourquoi l'Ordre a jugé utile de nous mener là où nous sommes."
Une réflexion qui pourrait se montrer intéressante d'étudier en d'autre temps. Tout n'était que torchon, coups par ci, coups par là, distorsion du temps par ci, sablier par là, et seul le chaos ressortait de leur action. Un mal pour un bien, jusqu'à ce que la situation et la tendance s'inverse. Sauf qu'accepter cela revenait à supposer qu'Ibélène souffrirait d'une nouvelle faille sous peu, chose que Richard ne souhaitait guère songer en tant de guerre. Mieux valait clore ce chapitre.

« Inutile de chercher une raison à leur agissement, tout du moins pas maintenant. Je ne vois que le chaos ressortir de leurs actions, et nous n'avons pas besoin de nous préoccuper du chaos qui ronge Faërie, ni le luxe de regarder ailleurs quand un ennemi est en face. Les plus hauts décident de la marche à suivre, les plus hauts et les Dieux, qu'est l'Ordre dans tout ça, rien, strictement rien, un enfant qui cherche à se faire voir, ni plus, ni moins. »

Et tout en suivant la file de prisonnier du regard, il reprit, comme si la discussion était déjà derrière.

« Avez-vous déjà assisté à l'interrogatoire et à l'emprisonnement d'un de ces mages, tout du moins de ce qui en reste et de ce qui en restera, Major ? »

Ses yeux braqués sur le roux responsable de la blessure de de Vifesprit, se tournèrent vers le Major, sous entendant déjà la suite de l'invitation sans chercher à la cacher. À prendre ou à laisser.


Dernière édition par Richard le Harnois le Lun 8 Jan - 19:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptyLun 8 Jan - 0:14

Mayeul expose ses arguments, bien conscient que le Maréchal de Serre ne sera pas d'accord avec ses propos. Mais aussi respectueux de ses supérieurs que le Voltigeur a appris à être, il se tait rarement Mayeul, lorsqu'il a quelque chose à dire et que l'on ne l'invite pas expressément à se la fermer. Cela lui a déjà joué des tours, et s'il s'en sort souvent sans trop de casse, il sait qu'il devrait apprendre à se taire. Richard cependant ne lui intima pas l'ordre de rester silencieux, ce que Mayeul jugea être un point en sa faveur. Il y a plus, tellement plus que ce que dévoile l'Ordre du Jugement que le Voltigeur sait que leurs agissements ne sont pas seulement dû au hasard.

Mais les mots du Maréchal de Serre signifient bientôt que la discussion sur le sujet est terminée, et Mayeul ne s'y trompe pas, se gardant bien d'argumenter même s'il n'est pas d'accord. Il se tait rarement, certes, mais le major de Svaljärd sait très bien différencier quand ses mots sont autorisés et quand il n'y a plus la place pour la discussion. Il se garde bien d'insister le Voltigeur, surtout quand son supérieur dévie sur un tout autre sujet.

La proposition de Richard le laisse indécis. Non, il ne veut pas assister à l'interrogatoire des mages. Les capturer lui suffit en réalité, et il préfère se voiler la face quant à leur devenir. C'est lâche, il en est parfaitement conscient, mais il est Voltigeur. Pas bourreau, pas juge, Voltigeur. Et si Mayeul n'a aucun scrupule à abattre un mage en plein combat, les voir souffrir et être torturé n'est clairement pas la même chose. Seulement, il n'est pas réellement sûr que la proposition de Richard soit sujette à une réponse négative. Oh, il pourrait dire non, mais Mayeul le sait pertinemment, il lui faut marquer des points. Etre dans les bonnes grâces du maréchal de Serre n'est jamais à dédaigner, et l'homme l'aime bien, Mayeul le sait. Richard est belliférien, et il ne supporte pas la faiblesse.

"Non Maréchal, je me suis contenté de les escorter jusqu'à présent." Répond le major de Svaljärd, réajustant presque inconsciemment sa posture. Il est fatigué, il a besoin d'un bon bain chaud, mais cela peut attendre. Pas que voir des gens roués de coups l'enchante, mais si c'est une étape nécessaire pour gagner l'estime de l'homme en face de lui, Mayeul peut bien faire abstraction de quelques détails. Et puis s'il rechigne à violenter des innocents, il a vécu la guerre Mayeul, et garde une rancune tenace envers les enfants d'Aura. Jusqu'à présent il n'a rien fait aux prisonniers, bien conscient que se venger d'hommes et de femmes enchaînés serait d'une bassesse sans nom, mais derrière les interrogatoires, il y a un but non ? Pas seulement une volonté de se venger. "J'ai seulement besoin de m'assurer que mes hommes iront se reposer dès les prisonniers sécurisés, si vous le permettez." Parce que ceux de son Vol passent en premier, bien avant sa volonté de gagner des points auprès de Richard. La réunion d'après mission attendra qu'il se soit reposé un peu lui-même, par contre.


Les âmes croisées des mages déplacés TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptyLun 8 Jan - 20:28

Il lui avait semblé apercevoir une pointe d'hésitation dans le regard du major, mais sans doute ses yeux lui jouaient-ils des tours. Pourquoi de Vifesprit refuserait-il de voir interroger l'homme l'ayant blessé, après tout ? La proposition de visiter les prisonniers proche de la mort et/ou torturés n'en était pas vraiment une, bien qu'il laissait sous entendre un pseudo-poli choix à son interlocuteur.

Déjà Morts, à l'agonie ou torturés, oui, il ne pouvait en être autrement dans le palais de Hjalden d'Evalkyr de toute façon, il n'y aurait nulle surprise en suivant ces quatre là. Nulle surprise, oui et non, si Richard y avait déjà assisté, visiblement ce n'était pas le cas de Mayeul de Vifesprit à l'entendre. Et il lui plaisait d'avance de lui faire découvrir cette nouvelle facette de la chasse en sa compagnie. Il avait presque justement oublié la blessure, presque, car le major révisa sa posture rapidement, mais pas assez pour que Richard ne le remarque pas. La demande paraissait soudain égoïste et presque futile compte tenu de la santé de l'homme – et celle de ce dernier l'importait grandement, contrairement à ceux des prisonniers ci présent. Et lorsque Mayeul reprit, Richard ne pu que l'acquiescer tout en rajoutant et en revisitant sa proposition.

« Je vous permet bien plus, major. Faites moi le plaisir de faire un tour à l'infirmerie et de vous reposer également, vous le méritez. De toute façon, les prisonniers ne sont ni griffons ni Voltigeurs, ils ne s'envoleront donc pas de leur cellule. Ah ! »

Mais c'est qu'il avait un certain sens de l'humour le maréchal ! Et il était d'ailleurs très content de sa dernière phrase, cela se voyait à son air satisfait et à son sourire. Ah, il devrait en faire part à Hjalmar ou même au duc s'il pouvait le rencontrer, il serait assurément friand de ce genre de blague – tant que ça touchait les mages de façon limite sordide, cela serait accepté se disait-il, après tout, qui ne savait pas que Hjalden d'Evalkyr voyait en horreur la magie ? Personne.

« Je réitérerai ma proposition prochainement, major. D'ici à ce que leurs écailles en tombent, nous avons le temps. Bah ! »

Ah. Il semblait bien lancé Richard. Vraiment, il avait bien fait de rencontrer Mayeul de Vifesprit et de voir ces prisonniers en ligne, aussi peu nombreux soient-ils. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas trouvé à plaisanter ainsi.

« Qu'en dites-vous ? Cela vous convient ? »

Et cette fois c'était une question polie, bien que toujours couvant une sombre histoire. Il attendit sa réponse, plutôt positive autant que courtoise avant de reprendre :

« Prenez soin de vous major, je me chargerai de contempler pour deux l'interrogatoire qui aura lieu et de vous le raconter ensuite en détails. Soyez-en assuré. »

Et d'un signe de tête, il salua et invita le major et ses hommes à poursuivre leur route, se frottant les mains déjà, observant le travail de ces hommes avec une pointe de fierté non dissimulé. Il rejoindrait les cachots plus tard et s'en irait ensuite prendre nouvelles de Mayeul de Vifesprit. Et s'il était éveillé et bien portant, il lui conterait la fin du rouquin inexpressif.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés EmptyLun 15 Jan - 22:08

Il ne s'attendait pas vraiment à ce que Richard l'envoie à l'infirmerie, à vrai dire. Le maréchal semblait tellement heureux de lui faire découvrir ce que les mages subissaient après avoir été capturé que Mayeul ne pensait réellement pas que l'homme lui propose de s'esquiver. Certes, le major n'échappera pas à l'infirmerie, mais c'est probablement mieux que de contempler un interrogatoire musclé. Et Richard est visiblement de bonne humeur, si l'on en croit sa blague pas réellement désopilante. Mayeul se contente d'un sourire amusé, passant sa main dans ses cheveux : il est réellement fatigué, il n'a pas menti là-dessus.

Le visage du maréchal est jovial, et une nouvelle blague suit la précédente, arrachant un léger rire à Mayeul. Il doit réellement, réellement être exténué si ce genre d'humour l'amuse. "Très bien Maréchal, mon chemin me conduira à l'infirmerie alors, dès que nous en aurons fini ici." Mayeul hésite une fraction de seconde avant de reprendre. "Merci, monsieur." L'homme a beau avoir de nombreux défauts, personne, pas même Grâce, ne pourra nier qu'il se préoccupe de ceux sous ses ordres. Pourvu qu'ils soient hommes, bien évidemment.

Le maréchal acquiesce et lui affirme qu'il contemplera l'interrogatoire pour deux. Le Voltigeur retient à peine une grimace – Richard la mettra sur le compte de la douleur, s'il s'en aperçoit – quant à l'idée que l'homme viendra lui conter les détails les plus sordides. Il ne peut pas vraiment y échapper, cela dit, il le sait parfaitement. "J'attends avec impatience votre récit maréchal." Mayeul ne sait pas très bien mentir, mais l'homme ne le connaît sans doute pas assez pour le savoir.

***

Quelques heures ont passés, et Mayeul est encore à moitié groggy sur son lit dans l'infirmerie. Il le savait, sa blessure n'était pas bien grave, bien qu'handicapante. Considérant pourtant son nombre record de consultations ces derniers mois – Marianne serait atterrée, il n'en a aucun doute – le médecin a insisté pour qu'il reste en observation pour la nuit. C'est là que le Maréchal de Serre vient le trouver, et Mayeul réussit à grapiller assez de lucidité pour pouvoir l'écouter. L'homme ne lui épargne pas grand-chose et la culpabilité du Voltigeur monte en flèche. Ce ne sont pourtant que des mages, non ? ils sont loin d'être innocents. Arven est en guerre, et l'innocence n'existe plus. Blanc, noir, c'est bien tout ce qu'il a à connaître.

Blanc. Noir. Comme les pièces de la Rose. Pièces qui sont elles aussi loin d'être innocentes, Mayeul s'en doute fortement.

Richard finit par laisser le Voltigeur à son repos, mais le sommeil semble persister à fuir. Les questions tournent sans cesse dans sa tête jusqu'à ce que le médecin en charge, excédé, lui administre une potion de sommeil. Une nuit sans rêves… c'est toujours ça de gagné.



RP TERMINE


Les âmes croisées des mages déplacés TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Les âmes croisées des mages déplacés   Les âmes croisées des mages déplacés Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les âmes croisées des mages déplacés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Croix de fer [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: