AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-15%
Le deal à ne pas rater :
Cahier de jeux pour les 3 – 5 ans : éveil intellectuel de ...
5.95 € 6.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyLun 11 Déc - 11:11


Livre III, Chapitre 1 • D'Accord et de Chaos
Gauthier Coeurbois & Garance le Sceau

La connaissance est le seul salut



• Date : 13 octobre 1002
• Météo (optionnel) :
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Gauthier vient récupérer auprès de Garance le résultat des recherches qu'il lui a demandées de faire pour sa prochaine mission.
• Recensement :
Code:
• [b]Mettre la date ici : 13 octobre 1002[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3122-la-connaissance-est-le-seul-salut-pv-gauthier]La connaissance est le seul salut[/url] - [i]Gauthier Coeurbois & Garance le Sceau[/i]
Gauthier vient récupérer auprès de Garance le résultat des recherches qu'il lui a demandées de faire pour sa prochaine mission.



Dernière édition par Garance le Sceau le Mer 13 Déc - 18:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyLun 11 Déc - 11:11

Garance déambulait dans ses archives, reclassant certains documents déplacés, époussetant des étagères peu utilisées. Au dehors, la journée toucherait bientôt à sa fin et encore une fois, elle n'avait pas vu le soleil.

La jeune femme chérissait ses enfants de papiers, elle était sure que toutes les réponses de l'univers se trouvaient dans les livres pour ceux qui savaient où chercher. Elle n'aurait jamais pu imaginer que la vie lui offrirait une telle fonction. Elle adorait la façon qu'avait choisit la Sombre Mère de lui faire payer le contrat qu'elle avait mis sur son bourreau conjugal. Parfois, elle avait même des scrupules. Pouvait-on encore parler d'un « paiement » ? Elle avait l'impression que la Déesse lui avait fait deux faveurs, et elle lui en était extrêmement reconnaissante.

Elle n'avait pas besoin de se forcer pour accomplir son travail avec soin et rigueur. Peu importait les informations qu'on lui demandait de dénicher, elle trouvait toujours quelques informations que ce soit sur les poisons rares, la configuration géographique des confins du monde ou les habitudes sociétales d'un obscur clan méconnu. Ses recherches minutieuses apportaient toujours quelques résultats, seul variait le volume d'information qu'elle pouvait fournir et le temps qu'elles lui demandaient. Bien sûr, il lui arrivait parfois de trouver ses recherches quelque peu particulières. Son éducation ne l'avait pas préparée à l'idée de devoir faire des recherches sur la meilleure façon d'occire quelqu'un, mais elle faisait confiance à la Sombre Mère. Les victimes des contrats ne pouvaient être que coupables !

Garance revint vers son bureau où elle avait étalé tous les documents qu'elle avait pu trouver concernant des évènements similaires à ceux qui secouaient actuellement le monde. Elle cherchait en étudiant le passé à deviner quelle voie l'avenir pourrait suivre. Malheureusement, jusqu'ici, elle n'avait pas trouvé grand chose d'intéressant, il semblait bien que cette fois l'histoire avait décidé de faire preuve d'originalité, mais elle ne désespérait pas de trouver une piste de réflexion en remontant encore plus loin dans les archives.

Mais ce n'était pas ce qui l'occupait pour l'instant. Gauthier Coeurbois lui avait demandé de faire des recherches sur Ansemer, et plus particulièrement Bellancre. Il devait passer récupérer le fruit de ses recherches en fin d'après-midi et elle voulait vérifier encore une fois que ses informations étaient aussi exhaustives que possible avant son arrivée.

Elle venait de finir ses ultimes vérifications lorsqu'elle entendit son pas sur le dallage du couloir menant à son antre.
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Gauthier Coeurbois
Gauthier Coeurbois

Messages : 1185
J'ai : 45 ans
Je suis : Adepte du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire
Mes autres visages: Martial ; Jehanne ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyLun 11 Déc - 12:57

L'approche d'une mission était toujours l'occasion pour Gauthier d'apprendre de nouvelles choses. De se réinventer, et de satisfaire cette soif de connaissances sur Arven qu'il n'avait fait qu'effleurer, plus jeune. Un besoin d'abord viscéral, moins important que celui de satisfaire la Sombre Mère mais tout de même ; un besoin, ensuite, purement intellectuel : il n'avait pas eu accès à une culture digne des princes ou mêmes des bourgeois, le Coeurbois, et apprendre tout ce qu'il pouvait, c'était un peu une revanche sur son manque d'éducation. Enfin, c'était une curiosité poussée, un peu étrange, plus ancienne même que son engagement dans la Confrérie : Gauthier aimait voyager, être sur les routes. Il aimait, simplement, entendre les gens lui parler d'eux et connaître leur vie, leurs croyances, leurs points de vue.
Heureusement pour lui, et pour cette soif sans fin de réponses, la Confrérie oeuvrait de partout en Arven, et, bien qu'avec la guerre il était débauché majoritairement sur les missions en Faërie, il lui arrivait de s'égarer du côté du duché de la guerre.  C'était presque magique, de voir un haut et fier guerrier finir pitoyablement la bave aux lèvres et les yeux révulsés, à se tordre sans pouvoir se battre contre la mort qui les saisissait pour les offrir à Lida.

La dernier contrat en date qui lui avait échoué était pour un homme d'Ansemer, du côté de Bellancre. Ansemer était un mystère pour Gauthier. Etonnant duché où il n'avait que peu mis les pieds. Le contrat accepté, il avait donc fait ce qu'il faisait à chaque fois qu'il voulait des informations : il avait gentiment fait passer un mot à l'archiviste de la Confrérie, pour qu'elle lui trouve tout ce qu'elle pouvait sur de précédents contrats exécutés là-bas, des informations sur leur mode de vie, l'agencement des rues, tout. Il voulait être préparé, histoire qu'une mauvaise surprise ne l'attende pas au tournant, milice ou pire.
Il irait et reviendrait, pareil à une ombre dans la nuit ansemarienne. Sombre porteur de la mort aux yeux de ciel d'hiver, brûlants de clarté. Personne ne le devinerait, parmi les autres.
Mais pour tout ça, il devait avoir l'aide de l'archiviste.

Il appréciait de passer du temps avec elle, il était vrai. Garance était une lagrane qui avait su s'attirer l'amitié de Gauthier, ou tout du moins son respect : il lui arrivait régulièrement de s'attarder à l'orée des archives, juste pour discuter. Il l'avait mise au courant, elle, de l'état de sa soeur et de sa condition à la Taverne de la Rose. Il avait confiance en elle, le quadragénaire.  Et il n'hésitait pas à recourir à son aide quand il le jugeait utile.
"Garance ? "
Sa voix perça le silence, ses pas résonnant sur les dalles, alors qu'il atteignait la grande salle où le commun des mortels était autorisé à se rendre. "J'espère ne pas être trop en avance. " s'excusa-t-il en l'apercevant. "J'ai été libéré de mes fonctions d'apothicaire, à l'extérieur, plus tôt que prévu." Il s'approcha, désignant d'un geste du menton ce qu'il supposait être une pile de documents plus ou moins intéressants. Plus que moins, par ailleurs.
"Je suppose que tu as pu faire mes recherches ? "



#5E0021
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptySam 16 Déc - 16:57

De toute façon, il n'y avait pas mille endroits où il pourrait la rencontrer. Le labyrinthe d'allées de la bibliothèque était interdit d'accès aux personnes étrangères aux archives. Seuls, elle et ses assistants, pouvaient y mener des recherches.

Elle écouta le son des pas de Gauthier se rapprocher dans son dos, continuant à compulser une dernière fois les éléments qu'elle avait trouvés, rapports de mission, cartes de la région, traités concernant les us et coutumes des habitants. Elle espérait que ça serait suffisant pour l'aider à mener à bien sa mission dans les meilleures conditions possibles, mais elle était confiante. La région d'Ansemer était amplement documentée, certains autres serviteurs de la Sombre Mère n'avait pas la chance d'avoir autant d'informations parfois.

"Je suppose que tu as pu faire mes recherches ? "


Elle sourit en se retournant pour faire face à son interlocuteur.

« A qui crois-tu t'adresser ? »
lui 'demanda-t-elle d'un ton faussement vexé, démentit par les légères pattes-d'oie espiègles au coin de ses yeux.

D'une main, elle désigna la table couverte de documents.

« J'espère que tu aimes lire. » répondit-elle en désignant d'une main la table couverte de documents qui se trouvait derrière elle.

« Je te rappelle que certains de ses documents devront être étudiés sur place. Leur emprunt ou leur reproduction n'est pas autorisée. Par contre, tu as le droit de prendre des notes, et j'ai pris la liberté de te faire faire des copies des cartes. »

Elle sourit à nouveau en lui tendant les quelques parchemins qu'il pourrait emporter avec lui.

« Désires-tu que je te laisse tranquille pendant que tu étudies ou as-tu besoin de mes lumières ? »
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Gauthier Coeurbois
Gauthier Coeurbois

Messages : 1185
J'ai : 45 ans
Je suis : Adepte du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire
Mes autres visages: Martial ; Jehanne ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyVen 22 Déc - 18:29

L'ambiance des archives de la Confrérie avait une touche particulière. Quelque chose d'indiscernable, comme tout ce qui avait trait à la secte d'assassins, aux yeux de Gauthier. Bien que, de lui-même, il ne se considérait pas comme appartenant à une secte. Et ne le considérerait jamais, il ne fallait pas non plus songer à ça : l'engagement qu'il avait pris auprès de la Sombre Mère, trop profond, trop vrai, trop intense, jamais ne serait brisé. Il lui avait voué sa vie et sa mort.
En un sens, c'était cet esprit de vengeance qui flottait dans l'air, tout autour de la Tour Noire, jusque dans les corridors où les longues étagères s'entassaient, pleines de souvenirs de ceux qui avaient, comme d'autres avant eux et ce jusqu'à la création de la Confrérie, réussi leurs missions. Un véritable dédale de connaissances, un déluge d'informations impénétrable qui menaçait de l'emporter s'il ne connaissait pas le chemin à emprunter, s'il n'avait pas la bonne manière de naviguer dans cet environnement inconnu.
L'appel de la connaissance ne guidait pas toujours l'homme en quête de savoir vers la voie la plus aisée, mais, tôt ou tard, il l'amenait là où il voulait. Ou, tout du moins, vers une forme de savoir.

Il avait besoin qu'on le guide, pour ne pas se perdre. Mais il y avait Garance. Garance et ses livres, Garance et ses papiers, et son monde tout entier. Il y avait Garance qui pouvait lui montrer le chemin. Avec un léger sourire, il leva les yeux au ciel. "Je crois m'adresser à l'archiviste de cette tour. Je n'irai pas demander ça à n'importe qui dans la rue. Voyons. "
Surtout dans les rues environnantes, qui, si elles étaient relativement peu dangereuses pour lui, ne l'étaient pas pour tous. Et, pour l'appât du gain, il n'était pas sûr qu'une personne ne le vende pas. Enfin, tout cela restait extrêmement hypothétique : jamais il n'irait divulguer, hors de l'enceinte sacrée de cette Tour, le lieu ou le nom d'un contrat. Ils avaient des commandements, des règles cardinales.
"Je me débrouille, niveau lecture." Gauthier avait plus de mal à écrire qu'à lire. Lire, ça ouvrait des portes. Ecrire, c'était plus laborieux. Il y arrivait, mais ça restait moins fluide que les lectures. "C'est parfait, merci. Et non, tu peux rester, si ça ne te gêne pas. J'aurai sûrement des questions." Les rouleaux changèrent de bras.

Il s'installa doucement à la table, lui jetant un regard. "Tu me dis, si je te gêne à un moment, je déguerpirai sans problème. En te laissant tes documents, bien entendu. "
Il se plongea presque immédiatement dans la lecture, formant des fois des mots sur ses lèvres. Il engrangeait les informations aussi vite qu'il le pouvait. SOn esprit était encore vif.
"Comment vas-tu, Garance, depuis la dernière fois ? " demanda-t-il alors qu'il était penché sur une carte de Bellancre, cherchant du regard le meilleur endroit où trouver refuge... Si les choses se passaient mal.
Il tuerait, ça n'était pas le problème. C'était de ne pas les mener au mage des portails qui l'amènerait. De ne pas les mener à la Confrérie.
Il envisageait toujours le pire, afin de profiter du meilleur.




#5E0021
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyMar 2 Jan - 16:51

Garance eut un petit sourire en entendant la réponse de Gauthier. Visiblement, il n'avait pas perçu la légère touche d'humour qu'elle avait voulu faire. Son sourire se fana lorsqu'il lui rappela que la lecture n'était l'apanage que d'un petit nombre. Pour elle, s'était tellement naturel qu'elle avait tendance à oublier que la plupart de ses contemporains pouvaient avoir du mal avec la lecture et l'écriture. Elle se sentit un peu coupable d'avoir mis l'accent sur les lacunes du jeune homme.

Il ne sembla pas lui en vouloir. Après tout, chacun sa spécialité. Il était doté de bien d'autres talents qu'elle ne maîtrisait pas, et qui était bien plus utiles. Elle avait de la chance d'avoir été prise sous l'aile de la Confrérie. Livrée à elle-même dans le monde, la lecture ne lui aurait pas été très utile pour se défendre ou se nourrir.

Il s'installa à la table de lecture, les bras chargés des rouleaux de parchemin, des notes et cartes qu'elle avait dégotés pour lui et sourit à nouveau lorsqu'il lui précisa que sur un mot d'elle, il quitterait les lieux.

« Ne t'inquiète pas. Cet endroit est prévu pour la consultation des documents, tu n'y seras pas dérangé. De toute façon, à cette heure-ci, il y a peu de chance que j'ai des visiteurs.

À son tour, elle s'installa à sa table de travail. Elle n'avait pas spécialement envie de se plonger dans ses études à cet instant. Sans trop comprendre pourquoi, la lassitude d'une longue journée lui était tombée sur les épaules. Elle avait du mal à se concentrer sur les lignes qu'elle tentait de lire, le léger murmure des parchemins que Gauthier manipulait agissait sur elle comme une berceuse, son esprit commença à battre la campagne.

Elle pensa à Lorgol et à ses rues mal famées qui étaient devenues son foyer, elle pensa à l'étrange situation qu'elle avait vécu quelques mois plus tôt. Cet événement l'avait beaucoup marqué, remettant en cause toutes ses certitudes concernant le comportement de la gente masculine. Elle savait que ce qu'elle avait vécu à cette période n'était pas un rêve. C'était plus que ça. Une existence alternative qui ne rendait les souvenirs de sa vie encore plus amère.

Garance laissa son regard errer sur son royaume de papier, avant qu'il ne se pose sur l'homme studieusement penché sur une des cartes. Elle se demandait encore comment elle pouvait se sentir autant en sécurité avec lui. Elle avait tellement eu à souffrir du comportement des premiers hommes de sa vie qu'elle en était venu à les considérer tous comme des dangers. Elle trouvait ironique que les rares en qui elle avait confiance à présent étaient tous des hommes terriblement dangereux. Comme Gauthier. Un des exécuteurs les plus efficaces de la confrérie, capable d'assassiner quelqu'un sans la moindre pitié. Pourtant, elle était seule avec lui en cet instant, et elle se sentait parfaitement en sécurité en sa présence.

La voix de son compagnon la tira de sa léthargie, elle lui sourit.

« Je suis un peu fatiguée et encore un peu perturbée par les événements du début de l'année, mais ça va passer. Et toi ? Comment vas-tu ? As-tu eu des nouvelles de ta sœur ? »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Gauthier Coeurbois
Gauthier Coeurbois

Messages : 1185
J'ai : 45 ans
Je suis : Adepte du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire
Mes autres visages: Martial ; Jehanne ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyMer 3 Jan - 19:09

Gauthier savait se plonger, sans trop de problème, dans l'étude de documents. Il lui était particulièrement agréable de se rendre compte que l'enseignement que lui avait confié son père, afin de pouvoir plus tard tenir la boutique d'apothicaire des Coeurbois, à Haut-Orge, lui était toujours plus que profitable. Lire et écrire, même sommairement, lui apportait un plus indéniable. Il ne savait pas si les nouvelles recrues, celles issues des classes les plus basses, apprenaient en entrant au service de la Sombre Mère : peut-être, car tous avaient la possibilité, par leur travail, de s'élever dans les sphères où lire n'était pas une option. Même en temps que simple assassin, il était compliqué d'être illettré totalement, ne serait-ce que pour la recherche.
Il releva à peine la tête en écoutant Garance, mais cela ne voulait certainement pas dire qu'il ne lui prêtait aucune attention, oh que non ! Il appréciait l'archiviste, et il n'avait rien contre sa présence, sinon il l'aurait même congédiée ou l'aurait renvoyée, du moins, à ses affaires.

Il se mordit la lèvre, en étudiant le tracé des rues. Comme toute ville ansemarienne côtière, il y avait une bonne partie qui flirtait avec la mer et finissait pas s'y fondre. C'était un léger désavantage, à ses yeux : les reflets dansaient beaucoup trop bien, dans l'eau. Il suffisait que les lunes soient d'humeur joueuse et brillent d'un éclat vif au dessus d'eux, et la silhouette de l'assassin n'apparaîtrait que trop bien sur l'eau.
Il suffisait de bien peu de choses, pour que Gauthier s'en inquiète. Chacune de ses missions équivalait à une offrande à Lida et Sithis, et il voulait que, comme des célébrations religieuses, elles soient exécutées à la perfection, que le sacrifié soit comte ou simple parvenu, exécuté sans la moindre compassion par le poison qu'il était si prompt à délivrer.

La question posée par la femme non-loin le fit doucement sourire.  "Heureusement pour toi, tu es à l'abri parmi nous. Nous ne devrions pas avoir trop à craindre de ces guerres qui déchirent les empires. " La guerre, même aussi violente qu'elle l'était en ce moment, ne serait pour eux qu'un conflit parmi lequel ils marcheraient sans crainte d'être ralliés à quelque armée de force.  "Et Gisèle... Gisèle, je l'ai faite venir à Lorgol, il y a de ça deux mois. Quand l'épidémie a frappé. Avec mes cousines toutes deux mages, je ne pouvais pas courir de risque. " Parce que Gauthier avait encore peur, au fond de lui, pour Gisèle. "Et du coup... Pour l'heure, elle loge encore à la taverne de la Rose, plus loin. Elle s'y plait énormément, elle semble revivre. "
Une ombre passa sur son visage.  "Aucun espoir d'amélioration de sa condition, cependant. Des fois... Des fois, je perds presque espoir."



#5E0021
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyMar 16 Jan - 14:14

Garance sourit doucement lorsque Gauthier la rassura sur l'avancement de la guerre actuelle, et sur les effets qu'elle pouvait avoir sur elle. Il n'avait pas compris ce qu'elle voulait dire, mais elle ne lui en voulait pas. Après tout, elle-même ne savait pas trop ce qu'elle ressentait. Un manque ? Un deuil ?

Cette distorsion de l'espace et du temps lui avait fait prendre conscience que son existence aurait pu être bien différente et plus douce. Depuis cet événement, elle se sentait spoliée, flouée. Qu'avait-elle donc bien pu faire dans ses anciennes vies pour mériter d'être ainsi maltraitée ? Au point de devoir se faire passer pour morte, changer d'identité, et rester toujours vigilante et distance avec les autres pour arriver à vivre ?

Mais elle reconnaissait bien là aussi l'esprit pragmatique et pratique de Gauthier. Ce danger-là avait vécu, il ne s'en souciait plus. Elle l'enviait d'être ainsi capable de faire la part des choses, d'être capable d'abandonner les anciennes inquiétudes pour les remplacer par de nouvelles. Elle, elle les cumulait, et parfois, elle avait l'impression que leur poids pesait très lourd sur ses frêles épaules.

Elle laissa son regard se perdre sur le jeune homme plongé dans l'étude des documents qu'elle lui avait fournis, quelques mèches de ses cheveux un peu longs, bruns et raides caressant ses joues et masquant son profil. Elle se demandait ce qu'il avait vu, lui, lors de cette distorsion de la réalité. Est-ce que comme elle, il s'était vu dans une vie paisible ? Peut-être marié avec des enfants, prospère commerçant ayant repris et fait fructifier la boutique de son père ?

Quoi qu'il ait vécu à ce moment-là, il ne semblait plus s'en soucier à présent.

Elle hocha la tête lorsqu'il lui expliqua qu'il avait fait venir sa sœur et deux parentes à Lorgol pour les protéger de l'épidémie. Elle le reconnaissait bien là. Toujours attentif à la sécurité des gens qui lui étaient chers. Elle fit une petite moue quand il lui fit part de ses inquiétudes concernant Gisèle.

Elle se rapprocha de lui, et posa une main douce et qui se voulait réconfortante sur son épaule.

« Avec un Ange Gardien tel que toi, je ne doute pas que sa situation finisse par s'améliorer, il faut juste un peu de temps. Je suis heureuse de la savoir ici. Par les temps qui courent, Lorgol est probablement l'endroit le plus sûr pour elle. »

Garance ne put se retenir de sourire et de secouer la tête. Si un jour, on lui avait prédit qu'elle considérerait cette ville, repère de brigands, de coupe-jarrets et d'assassins, comme une refuge sûr, elle aurait éclaté de rire. Et pourtant... C'est bien dans le monde extérieur à cet endroit qu'elle avait subi le pire.

Elle se pencha un peu par-dessus l'épaule de Gauthier pour voir ce qu'il examinait avec tant de minutie.

« Si tu as besoin de quelque chose, n'hésite pas à me le dire » souffla-t-elle à son oreille.

Elle s'appuya un peu sur son épaule pour se redresser avant d'ajouter :

« Que ce soit maintenant pour tes recherches, ou pour aider Gisèle. »
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Gauthier Coeurbois
Gauthier Coeurbois

Messages : 1185
J'ai : 45 ans
Je suis : Adepte du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire
Mes autres visages: Martial ; Jehanne ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyJeu 25 Jan - 18:34

Il y avait quelque chose que Gauthier ne comprenait pas. Pourquoi la guerre, parmi tous les sujets de conversation ? Pourquoi s'attarder sur ce conflit qui déchirait les hommes dans une vaine quête de pouvoir quand, à la fin, ils s'inclineraient devant Sithis ? Pourquoi s'angoisser, elle qui, il pensait le savoir, n'avait pas d'attache ailleurs - ou plus d'attache ailleurs - ? L'affrontement jamais ne viendrait jusqu'à Lorgol : dans la Ville Haute, les échevins et leur Garde Urbaine - de vagues imbéciles, pour certains, Gauthier les côtoyait et pouvait en juger -, et dans les méandres de la Ville Basse... Non. Les plus expérimentés des guerriers ne pourraient rien si Lorgol se défendait.
Lorgol dans son unité était un mystère. Et les Terres du Nord, un territoire neutre inviolable. Que Bellifère ou Outrevent, les deux duchés les plus proches, tentent seulement de s'approcher et ils comprendraient.

La main de Garance sur son épaule lui fit relever vers elle un regard bleu ciel, bleu comme Cibella lui chantait sa soeur quelquefois. Il avait encore en tête ce plan étendu devant lui, les rues dessinant comme une incitation à s'y cacher, un dédale où disparaître plus ou moins aisément. Et s'il accordait à l'archiviste son attention, il n'en restait pas moins entrain d'échafauder un plan, sautant d'idée en suppositions, de maison sur pilotis à auberge de pierres, le tout juste sous le nez de deux lunes qui éclaireraient le monde d'une lueur d'argent intransigeante et purement magnifique. A n'en pas douter, le temps serait au moins avec lui. La Sombre Mère et son consort également, si le couple jugeait digne de lui signifier, même un court instant, sa présence divine.

"Tu places énormément de foi en moi, tu le sais." sourit-il avec gentillesse, une émotion qui ne passait sur son visage qu'en compagnie des gens qu'il appréciait. Les jeunes filles sous sa protection - grand frère par adoption ? - "Ca fait dix-sept ans que je suis entré à la Confrérie. Et dix-sept ans que son état est le même que lorsque je l'ai laissée à La Volte suite au décès de nos parents. C'est toujours une enfant dans sa tête. Un jour, je trouverai..." Rêve stupide. Enfantin, quasiment irréalisable. "Il doit y avoir un moyen de la soigner. Peut-être à Roc-Epine. Peut-être ici, dans ces rayonnages que tu gardes et connais si bien. "

Il rebaissa la tête, reprenant sa lecture avec un sourire. Garance était son amie. Elle, comme certains autres, le connaissait bien : cette méticulosité dans son travail, cette fierté dans la mort, et ce besoin impérieux de protéger pour cette justice qu'il effectuait.
"Si jamais tu venais à la rencontre, dans tes ouvrages, de quelque mission ayant eu pour but de soustraire sa conscience à la cible, de le ramener à l'état d'enfant... Ou quelque chose d'approchant, avant sa mort... " demanda-t-il, accordant un dernier regard au plan. "Ca me serait d'une grande aide, personnelle. Doublement, d'ailleurs. Le poison peut se glisser jusque dans l'esprit. " C'était pourquoi il travaillait, quelquefois, avec ceux du Choix. Pour ça qu'il trouvait leur manière d'honorer la Sombre Mère aussi belle, presque, que le Poison - bien que tous les Aspects aient leurs faiblesses et leurs beautés.
"Egalement pour toi. Si jamais tu avais besoin de quelque chose, à l'extérieur, que tu n'oses aller chercher ou je ne sais, demande-moi. "
Une femme seule dans les rues de la Ville Basse serait bien plus en danger qu'un grand gaillard solide de quasiment un mètre quatre-vingt-dix.



#5E0021
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyJeu 1 Fév - 4:09

La main de Garance sur l'épaule de Gauthier l'amena à lever vers elle son regard d'azur qu'elle aimait tant, même si, actuellement, elle y lisait encore les brumes de ses lectures et les plans de la ville qu'il tentait de retenir. Elle s'en voulu de l'avoir déranger. Gauthier menait une vie bien plus dangereuse que la sienne. Chaque distraction pendant son étude pouvait avoir de funeste conséquences, d'autant qu'elle était consciente qu'il n'avait pas les même capacité d’apprentissage qu'elle.

Elle, depuis toute petite elle était plongée dans les livres. Elle lisait et écrivait couramment, elle savait que ce n'était pas le cas de son ami. Et pourtant, il ne s'agaçait jamais des distractions qu'elle lui amenait. Elle savait qu'il les compensait pas des heures supplémentaires d'études, et elle l'admirai pour ça. Pour elle, les recherches dans les vieux papier était quelque chose de commun, en plus elle avait une très bonne mémoire. Ce qui faisait d'elle une bonne archiviste. Il suffisait qu'elle voit une seule fois un document pour savoir qu'il était dans la bibliothèque, après, ce n'était pas bien compliqué que e le retrouver. Mais cette capacité avait un défaut, elle avait tendance en penser que tout le monde avait autant de facilité qu'elle à retenir les choses. Ce qui évidement n'était pas le cas.

Elle savait que pour Gauthier c'était plus compliqué. Mais il était tellement assidu dans ses études qu'il arrivait à compenser cette faiblesse et que Garance avait tendance à oublier les efforts que ça lui demandait. Elle en était mortifiée quand elle en prenait conscience. Elle ne se serait jamais pardonnée qu'il lui arrive quelque chose pendant une de ses mission juste parce qu'elle l'avait dérangée pendant ses études.

Pendant qu'il levait ses yeux d'azur vers son regard d'ombre, elle prit conscience de tout ça, et de plus encore. Elle le connaissait depuis qu'elle avait trouvé refuge ici. Elle savait qu'il aurait tout donnée pour la protéger, à l’instar des autres « jeunes filles sans défense » qu'il prenait sous son aile, mais elle aimait à croire que des deux, c'était elle qui lui était la plus utile... elle et les documents qu'elle pouvait lui fournir pour mener à bien ses missions.

Même si les choses n'était pas si simples, que pleins d'imprévus, d'impondérables et de choses non écrites dans ses archives pouvaient lui arriver pendant une de ses mission, elle savait que s'il devait lui arriver quelque chose, elle s'en sentirait personnellement responsable. La préparation, la documentation était quelque chose de primordial pour les exécutants, même si certains préféraient se fier à leur bonne étoile. Ce n'était pas le cas de Gauthier. Avant chacune de ses mission, il venait étudier les cartes et les mœurs aux archives, et Garance s'efforçait de lui offrir tout ce qu'elle pouvait,

La jeune femme aux long cheveux bruns se perdit un instant dans le regard d'azur du jeune homme avant de lui sourire. Même si elle aurait aimé passer un peu plus de temps avec lui, il y avait des priorités dans la vie.. elle préférait qu'il étudie méticuleusement et qu'il rentre de sa mission sain et sauf.

Elle écoutât quand même d'une oreille attentive ce qu'il lui expliqua sur l'état de sa sœur avant de l'assurer qu'elle l'informerait si elle trouvait quoi que ce soit qui évoque de près ou de loin les trouble de l'enfant et un éventuel traitement.

Sa sœur... son cœur, son âme... Elle savait qu'elle était tout pour lui, et elle était déjà attentive à tout ce qu'elle pouvait trouver sur un trouble comparable. Et les autres.... Gauthier ne pouvait pas supporter de voir une gamine en détresse, et c'est justement ce qui touchait Garance au plus profond de son cœur. Elle n'était plus une gamine, elle avait appris à se défendre... mais parfois, elle regrettait de ne pas l'avoir rencontré plus tôt, quand elle même était une jeune femme innocente qu'on avait livrée aux loups.

Elle le connaissait depuis qu'elle était à Lorgol. Elle avait eu tout le temps nécessaire pour l'observer et apprendre de lui que tout les hommes n'étaient pas des monstres. Elle ne le lui avait jamais dit ouvertement, juste quelques signes discrets par ci par là, mais, il y avait longtemps qu'il avait gagné sa confiance. La preuve, elle acceptait de le recevoir tard dans les archives et de rester seule avec lui. Elle était sure qu'il n'était pas conscient de la confiance que sa représentait de sa part, et finalement, elle s'en fichait

Elle se pencha légèrement et posa un délicat baiser sur son front quand il lui offrit sa protection si elle avait besoin de se déplacer dans la ville.

« Je ne me sens pas en danger à Lorgol. Je suis ici depuis longtemps. Au début, j'avoue, j'avais un peu peur, mais tu sais, j'ai vécu bien pire dans ma vie antérieure, et Il y a longtemps que la petite fille timide et craintive que j'étais a appris à se déplacer comme une petite souris couleur de muraille, un être que même les observateur les plus attentifs ne remarque pas. Maintenant, Lorgol, c'est chez moi, j'en connais les dangers, je sais les éviter. Mais j'apprécie ta proposition à sa juste valeur. Il ne m'est pas arrivé souvent qu'un homme me propose son assistance."
Elle se rembrunie en réalisant que finalement, ce n'était jamais arrivé... tout les hommes de sa vie avaient été des ennemies. Pour elle, même si elle connaissait Gauthier depuis des années et qu'elle savait pouvoir avoir confiance en lui, c'était nouveau de s'entendre proposer aide et assistance. Honnêtement, ce que j'ai vécu  hors des murs de Lorgol a été bien pire, et j'ai appris à passer inaperçu, ou si je ne peux pas faire autrement, à me défendre... mais sache que j'apprécie ta proposition, et que je pourrais y faire appel pour asseoir mon statut. Elle se tut un instant. A Lorgol, avouer un quelque conque sentiment pouvait être dangereux, mais Garance, malgré ce qu'elle avait vécu  refusait de perdre son humanité, et encore plus envers Gauthier qui avait toujours été correct avec avec elle, elle fini par avouerSache qu'il y'à déjà longtemps que je suis attentive à tout ce que je peux trouver concernant des troubles similaires à ceux de ta sœurs, et que je serais heureuse de pouvoir un jour trouver une solution. Malheureusement pour le moment, j'ai fais choux blanc. »

Elle se pencha à nouveau, embrassa son front et caressa ses cheveux.

« A présent je te laisse te concentrer sur ton boulot. Si tu as besoin de moi, je ne suis pas loin, tu n'as qu'à m'appeler... Si tu as faim, c'est pareil. J'ai prévu une collation. »
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Gauthier Coeurbois
Gauthier Coeurbois

Messages : 1185
J'ai : 45 ans
Je suis : Adepte du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire
Mes autres visages: Martial ; Jehanne ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier EmptyDim 4 Fév - 1:43

Gauthier était sincère, quand il offrait sa protection. Peut-être n'en aurait-elle pas besoin, car après tout toute personne à la Confrérie Noire pouvait se défendre. Il ne sous-estimait pas Garance, loin de là ! Il ne voulait pas passer pour l'un de ces hommes qui se targuait d'offrir aux dames l'assurance d'une protection car elles étaient des dames - comprendre incapables de se défendre, de tenir une arme. Non, la plupart de ces hommes-là n'avaient jamais vus en action une femme. Qu'elle soit guerrière et vaillante, comme celles dont il avait pu voir les entraînements secrètement à La Volte alors qu'il flânait;  qu'elle soit assassin comme Lia - mortelle et efficace, parfaite pour l'aspect le plus reconnu de leur ordre, Lame parmi les Lames- ou Hermine, subtilité et lente agonie qui faisait grimper le désir de mourir pour qu'enfin tout cesse ; qu'elle soit mère, même. Non, assurément : les femmes étaient, à bien des égards, capables de tenir une arme tout comme elles pouvaient s'y refuser, et demeurer dangereuses tout de même.
Bien fou était celui qui pensait qu'elles étaient faibles. La proposition, en tout cas, tiendrait quoi qu'il arrivât.

Le baiser qu'elle laissa sur son front le surprit un peu, lui arrachant un soupir amusé à moitié éberlué. Il n'avait pas l'habitude de tels contacts. Amicaux, certes, mais ils n'en restaient pas moins rares. Il fallait dire également que lorsqu'on culminait plus haut que les autres, il ne fallait pas s'attendre à recevoir un grand nombre de baisers s'ils n'impliquaient pas la mise en place d'au moins une légère inclinaison de sa part. Alors surprise...
"Je me doute bien que tu as pris tes marques et que tu te déplaces librement. Mais oui. N'hésite pas si tu as le moindre besoin. "
La confession qu'elle lui fit attira un sourire sur ses lèvres. Ils avaient confiance l'un en l'autre, comme deux des membres de la Confrérie le pouvaient : ce lien indiscernable, presque indécelable par qui ne le vivait pas. Ils n'étaient pas frères et soeurs, ils n'étaient pas amis ou frères d'armes. Ils étaient tout ça à la fois, parents, amants, amis, presque des morceaux d'âmes entremêlés, tous. Quelque chose de plus fort qui les reliait, vestige du serment, reliquat de leur engagement ?  Il ne savait pas.

"Ce n'est rien. Forcément, un jour, quelqu'un trouvera. " Serait-il seulement en vie pour le voir ? Pour le vivre ? Il se laissa faire, levant les yeux au ciel avec un sourire. "Je vais travailler, merci. Je risque de t'appeler : Ansemer reste une énigme à mes yeux, hormis l'intérieur de leurs terres... Là où il y a vraisemblablement bien peu d'entre eux. Retourne à ton travail. Merci pour tout... Je suis désolé de t'avoir accaparée si longtemps. " Son sourire se fit contrit, avant de replonger dans son étude, passant à un rapport de mission datant de 968. Quelque chose d'assez similaire, rédigé dans une écriture ferme et, visiblement, par un assassin du Poison également. Un assassinat, somme toute, bien mené, laissant dans la nuit une famille entière tordue en des postures variées sous l'effet de la mort qui avait empli leurs veines.
Gauthier passa rapidement sur les détails, s'attardant plus sur les possibles difficultés rencontrées et sur le poison utilisé : les effets décrits lui semblaient presque intéressants, et à juste dose...
Et après ce rapport, il enchaîna avec un autre, puis un troisième, et ainsi de suite. Sur le parchemin à côté de lui, les mots s'enchaînaient.
Cette mission, il ne la raterait pas.



#5E0021
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier   La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La connaissance est le seul salut - Pv Gauthier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: