AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -11%
Réduction -34% sur la caméra sport DJI ...
Voir le deal
249.99 €

Partagez
 

 Visite interdite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Visite interdite   Visite interdite EmptySam 16 Déc - 0:18


Livre III, Chapitre 1 • D'Accord et de Chaos
Anwar Sinhaj & Mayeul de Vifesprit

Visite interdite

Le portier n'a pas l'air commode



• Date : 5 janvier 1003
• Météo (optionnel) : Le soleil est déjà levé, Mayeul et Nuage ont voyagé toute la nuit.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Le désespoir de Sirocco ne pouvant rester sans réponse, Mayeul se rend à Roc-Epine, bien décidé à réconforter Reja et à lui renouveler son amour. Dommage qu'un certain Anwar ne soit pas d'accord.
• Recensement :
Code:
• [b]5 janvier 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3133-visite-interdite#113656]Visite interdite[/url] - [i]Anwar Sinhaj & Mayeul de Vifesprit[/i]
Le désespoir de Sirocco ne pouvant rester sans réponse, Mayeul se rend à Roc-Epine, bien décidé à réconforter Reja et à lui renouveler son amour. Dommage qu'un certain Anwar ne soit pas d'accord.



Visite interdite TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Visite interdite   Visite interdite EmptySam 16 Déc - 0:20

La détresse de Sirocco a résonné, puissante et désespérée, et Nuage n'a hésité qu'une seule seconde avant de prévenir son Voltigeur, fonçant le rejoindre en sachant bien que ce dernier voudrait partir sur le champ. Il sait, lui, la peine et la culpabilité de Mayeul, son désespoir face aux lettres de l'erebienne. Dans un secret pas si bien gardé que cela, Sirocco et lui échangent régulièrement des nouvelles, bien que le petit griffon ne dévoile pas tout. Rien quine concerne les nuits sans dormir, à plonger dans le ciel nocturne dans l'espoir de faire oublier à son Voltigeur cette envie de s'embrumer l'esprit. La trêve, qui force Voltigeur et griffon a une inaction des plus mauvaises pour son humain. Vifesprit, où Mayeul s'est envolé, bien décidé à profiter de cette pause pour s'embrumer les idées.

Il n'a pas besoin de longs discours Nuage, et Mayeul, rodé, fait son paquetage en lançant quelques explications rapides à ses parents. Nourriture pour lui et Nuage, vêtements de rechange, son harnais de Vol. Il a bien retenu les leçons de Reja Mayeul, et il sait que se présenter à Roc-Epine en tenue de Voltige sera plus apprécié que d'y clamer son identité cielsombroise. Surtout que c'est l'insigne de Valkyrion qui décore sa tenue, et non celui du duché honni.

Reja. Aux portes de Sithis, par sa faute. Son unique faute. Nuage lui a fait ressentir, lui a montré ce qu'elle ressent, et Mayeul ne sait plus quoi faire.  Il a pourtant eu le temps de ressasser le Voltigeur alors que le brave petit Nuage fonce à tire-d'ailes, couvrant la distance à toute allure. A peine les deux compagnons s'arrêtent-ils pour se reposer et manger quelque chose, l'inquiétude et la culpabilité de Mayeul occupant la totalité de son esprit. Tout ça, c'est sa faute. Il aurait dû le savoir, il aurait dû faire autrement. Il lui a brisé le coeur, à un point qui dépasse tout entendement. Existe-t-il seulement une réparation possible ? Il n'a pas su convaincre Reja de sa sincérité, et en voilà le résultat. Il ne sait pas trop réellement ce qu'il compte faire une fois arrivé à Roc-Epine Mayeul. Réconforter Reja, peut-être. La confronter, lui prouver par sa présence qu'il s'inquiète pour elle et que rien de tout cela n'a été un mensonge. Et si elle ne veut pas lui parler, et bien… il insistera. Il l'a déjà fait, et elle a finit par céder. Elle doit comprendre qu'il l'aime, réellement, sincèrement, et qu'une seule erreur ne signifie par pour autant qu'il ne tient pas désespérément à elle.

Nuage arrive bientôt en vue des sables d'Erebor, et Mayeul se force à détendre ses muscles crispés par le trajet. La nuit a été longue, à dos de griffon, et le soleil s'élève déjà dans le ciel. Il repousse résolument sa fatigue, le cielsombrois, pour se concentrer sur son but. Il prie tous les Dieux que Reja aille bien. Qu'elle ne soit pas morte. Sirocco l'aurait sans doute dit mais Mayeul veut s'en assurer par lui-même. C'est le griffon d'ébène de la Voltigeuse qui les accueille, visiblement exténué et les plumes toutes gonflées de contrariété. Mayeul laisse le petit cendré à bout de force se blottir contre son ami plumeux et s'avance, guidé par les images de son griffon tirées de l'expérience de l'ébène.

Le Pic de Roc-Epine. Il n'y a jamais mis les pieds, mais visiblement son arrivée a été prévue par les Voltigeurs du coin, puisque personne ne se montre. Mayeul ne représente sans doute pas une menace, pas ici, dans ce havre de paix. Des gardes armés sont pourtant présents, la garde du coin, et Mayeul espère que son insigne de major du Vol de Svaljärd sera suffisant. Il ne laissera personne l'empêcher de voir Reja, de toute façon.  Un bref salut et il plonge dans le vif du sujet. Il n'a pas une seule minute à perdre. "J'ai besoin devoir la Voltigeuse blessée que vous avez accueilli. C'est urgent." Le ton est protocolaire, et Mayeul espère qu'il a su dissimuler son inquiétude toute personnelle. Il a caché les circonstances de l'accident, aussi, parce que personne n'a besoin de savoir. Annoncer qu'il en est le responsable ne sera assurément pas bien vu, non plus.


Visite interdite TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Visite interdite   Visite interdite EmptyLun 18 Déc - 13:35

La nuit a été difficile, perdu dans l'angoisse qui te prenait pour ta sœur qui avait porté atteinte à sa vie.  Qu'est-ce qui a bien pu poussé cette jeune et jolie fleur du désert à un extrême aussi fort?  Quand elle était à Roc-Épine par le passé, elle était pleine de vie, elle volait dans les nuages et dansait le ciel.  Que s'était-il passé depuis pour la rendre aussi malheureuse, au point de ne plus vouloir vivre?  Ces questions ont plané toute la nuit dans ton esprit sans que tu ne puisses rien en découvrir.  Tu ne sais rien de Rejwaïde en-dehors de sa profession.  Tu ne sais même pas ce qu'elle aime manger.  Si tu savais, tu lui en apporterais en quantité immense pour qu'elle mange et se remette sur pied.  Tous les délices dont elle raffole, tu les lui donnerais.  Mais tu ne sais rien et aux yeux de tous, à ses yeux à elle-même, tu n'es qu'un inconnu qui n'a aucun lien avec elle, si ce n'est de porter le même nom.  Sinhaj.  Tout ce qui vous lie se trouve dans ce nom, dans ce clan, mais tu ne peux pas réclamer plus, demander ton vrai droit.  C'est Sifaï qui reste à son chevet, c'est elle qui tout au long de la nuit, une fois les guérisseurs convaincus du rétablissement certain de leur patiente, a veillé sur le souffle de Rejwaïde, qui a veillé sur ses rêves.  Toi, tu n'as veillé que sur la porte.  Cette dure porte qui te fait obstacle.  Il serait facile de l'ouvrir, mais tu n'oses pas le faire.  Qu'est-ce qu'on penserait que tu entres dans la chambre où repose une femme en état de faiblesse?  Tu ne peux pas avouer qu'elle est ta sœur et que tu as tous les droits de te trouver auprès d'elle tandis qu'elle lutte contre l'appel du Royaume de Sithis.  Tu ne peux parce que ta naissance est ton secret le plus précieux, celui que tu as gardé toute ta vie sans jamais le partager à qui que ce soit.  Tu protèges ce frère que tu ne connais pas de loin.  C'est le duc qu'il fallait pour Erebor, tu n'envies pas sa place.  Mais le pouvoir et ses jeux sont ainsi faits que si quiconque devait savoir que tu existes, ce pour quoi tu as lutté toute ta vie s'effondrerait plus vite que tout.

Le soleil pointe timidement le bout de son nez sur cette nouvelle journée et avec l'astre brillant Rejwaïde revient tranquillement à la vie.  Les affres de la mort sont de plus en plus éloignée.  Elle doit être épuisée et plus encore la petite Sifaï.  Tu as quitté cette pièce pour aller leur chercher des victuailles.  Ta pauvre sœur ne pourra pas manger trop, il faut qu'elle se remette doucement du traumatisme physique qu'elle vient de subir, mais elle doit manger pour reprendre des forces.  Et la jolie cadette aux grands yeux doit aussi se restaurer.  Elle se remet à peine de ses émotions, elle qui la première a trouvé Rejwaïde étendue et baignant dans son sang.  Une fois la nourriture déposée à leur intention, tu retournes à ton poste : c'est l'heure pour ton escouade et toi de prendre la garde.

Tu devrais être fatigué, mais la tension de tes pensées toutes tendues ta sœur te tiennent en éveil et en alerte.  Les Voltigeurs en poste vous ont averti de l'arrivée de l'un des leurs pour bientôt.  Tu ne sais pas trop comment fonctionne exactement leur communication d'un griffon à l'autre, il faudrait que tu l'expérimentes pour comprendre.  Cependant, tu ne t'attendais pas à ce que l'homme attendu soit là pour  voir Rejwaïde et encore moins qu'il savait qu'elle était blessée.

Tu le fixes, méfiant.  Cet inconnu sait ce qui s'est passé la veille.  Comment est la question.  Il a beau faire parti du même ordre que Rejwaïde, son insigne t'indique qu'ils travaillent pour le même duché, tu ne comptes pas lui faire confiance uniquement pour si peu.

« La Voltigeuse Rejwaïde Sinhaj est en sûreté et a été soignée par nos guérisseurs.  Elle se repose désormais, hors de tout danger, » réponds-tu sans cacher toute la défiance qui s'éveille en toi face à ce visiteur qui tout de suite veut voir ta sœur.  Si ça se trouve, il est là pour l'achever et tu ne le laisseras pas faire, qui qu'il soit.

« Je crois que tout urgent que soit ce que vous désirez lui dire, il faudra attendre qu'elle soit remise.  Elle est sous ma responsabilité et je dois m'assurer qu'elle se remette sans heurts, » ajoutes-tu, tes yeux perçant lui interdisant de tenter de te défier.  C'était grâce à toi en partie que le pire a pu être évité et tu ne laisseras pas le premier venu s'en prendre à ta sœur.  Pas maintenant que tu peux enfin la protéger réellement.  Il y a quelque chose chez cet homme qui ne t'inspire pas du tout confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Visite interdite   Visite interdite EmptyVen 29 Déc - 23:05

Il est fatigué, épuisé même, mais le Voltigeur est habitué à rejeter sa fatigue pour la mettre de côté. Quant il aura vu Reja, il pourra se reposer. Pas avant, certainement pas : il ne pourrait même pas dormir en réalité, rongé par l'angoisse et la culpabilité. Juste lui parler, lui tenir la main, lui chuchoter encore et encore qu'il est désolé. Qu'il ne la mérite pas mais qu'il a désespérément besoin d'elle. Qu'elle doit aller mieux, non pas pour lui, mais pour tous ceux qui l'aiment, et il le sait, ils sont beaucoup. Plus qu'elle ne l'imagine sans doute. Certainement plus qu'elle ne l'imagine.

Il voudrait lui raconter Mayeul, à quel point il est désespéré. Que sa mère ne va pas bien, définitivement pas bien, mais qu'il n'a pas hésité à la laisser pour accourir auprès de Reja. Il n'a jamais été un bon garçon, il n'est visiblement pas un meilleur compagnon. Il regrette, si Reja pouvait comprendre comme il regrette ! La voix de la Voltigeuse lui revient parfois, appuyant là où cela fait mal, et Mayeul n'est pas loin de la croire, certaines fois. Mais ce n'est pas le moment de se lamenter, et le Voltigeur est rassuré par l'action. Voler toute la nuit, convaincre les gardes, et rester à genoux au chevet de Reja jusqu'à ce qu'elle ouvre les yeux. Un plan presque parfait.

Sauf qu'un garde se montre relativement suspicieux, et Mayeul sent sa maigre patience lui échapper. Il a fait de grands progrès depuis ses années de cadet Mayeul, et ces derniers mois de commandement lui ont été bénéfiques, mais sa patience n'est pas infinie, surtout pas fatigué comme il l'est. L'homme est froid, protocolaire, et tout dans sa posture indique au Voltigeur qu'il ne se laissera pas convaincre facilement. Leurs yeux se croisent, une même volonté d'acier qui s'entrechoque, et le major de Svaljärd force sa propre posture à se détendre, ses poings à se relâcher. Aussi grande que soit l'envie d'un conflit, elle ne résoudra rien pour le moment. "Ecoutez, c'est tout à votre honneur de vouloir la protéger et … elle appréciera sûrement." L'infime hésitation dans la voix de Mayeul ne sera peut-être pas entendue de l'homme, mais Reja va détester savoir qu'elle a été surveillée comme du lait sur le feu. "Mais j'ai fait une longue route et j'ai besoin de la voir." Il se garde bien de préciser qu'il arrive du sud et que Sombreciel est sa terre natale. Sans le vouloir, encore une fois, Castiel lui a rendu un fier service en l'expédiant en Valkyrion. La joie féroce qu'il ressent à l'idée de cette ironie se dissipe rapidement pourtant, tandis que Mayeul se reporte sur son objectif : convaincre ce fichu garde.

Il en est capable : il a toujours été doué pour convaincre Mayeul, c'est d'ailleurs l'un des reproches de Reja. Et si dans le cas de la jeune femme ce n'était qu'un jeu où il a fini par se faire prendre à son propre piège, pour le garde, il n'a aucun scrupule à se faire beau-parleur. Savoir ce qui le motive, ce qui le fera changer d'avis. "Je ne vous demande pas longtemps, quelques minutes. Je ne la dérangerais pas." Pas besoin de dire au garde qu'il ne compte pas bouger du chevet de Reja ensuite, sans doute. Le major de Svaljärd le sait, il n'a pas une grande autorité ici. Peut-être pourra-t-il faire jouer son grade auprès des Voltigeurs locaux, et miser sur le fait que Rejwaïde soit elle aussi Voltigeuse, mais ça prendra du temps, un temps que Mayeul n'a pas réellement envie de voir filer. "Laissez-moi la voir, s'il vous plaît." C'est important. C'est vital, même. Et si ce stupide garde ne comprends pas, et bien, Mayeul a d'autres idées à disposition.


Visite interdite TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Visite interdite   Visite interdite EmptyMar 2 Jan - 7:08

Tu n'as que faire des protestations de cet homme.  Ta sœur a failli mourir dans les quelques heures précédentes, elle s'est entaillée les poignets.  Qu'est-ce qui l'a poussée à une telle extrémité, tu n'en sais rien et tu n'en sauras probablement jamais rien parce que tu n'as pas le droit de faire valoir tes droits d'aîné sur elle.  Tu n'es qu'un garde qui a eu le bon hasard de se trouver sur place quand elle en avait besoin.  Ce n'était qu'un hasard.  Un heureux coup du sort si Sifaï t'a trouvé au bon endroit au bon moment.  Et tu as agis seulement parce que tu es une sentinelle de Roc-Épine et rien de plus.  La détresse qui t'a empoigné le cœur tandis que tu croyais que ta benjamine allait s'éteindre dans tes bras, personne n'en saura jamais rien.  Elle-même ne le saura pas.  Mais au moins tu auras la satisfaction d'avoir veillé sur elle, de lui avoir permis de se reposer tranquillement le temps qu'elle ne reprenne des forces.  Le plaidoyer de cet inconnu ne t'émeut pas.  Il a besoin de la voir?  Qui est-il pour oser prétendre avoir besoin de la voir.  Pour ne même pas prendre considération d'abord ses besoins à elle, qui ne sont certainement pas de recevoir un homme barbu et agité quand elle a versé sur le sable et les pierres du pic la moitié de son sang.  Elle n'a pas besoin d'agitation, ce qu'il lui faut, c'est du repos et du calme.  Tu restes donc de marbre face au Voltigeur.  Tu peux lire dans son visage la fatigue du voyage, peut-être un peu de sa détresse, mais il n'est rien pour toi alors que Rejwaïde…  C'est ta famille, la seule que tu as à portée de main et que tu peux enfin concrètement protéger.  Tu ne la laisseras pas tomber, pas maintenant.

« Je ne peux pas.  Je suppose que vous avez vos moyens de savoir ce qui s'est passé et vous devriez comprendre que ses besoins à elle sont plus importants que les vôtres, et de loin » rétorques-tu sans montrer le moindre signe d'ébranlement.  Tu contemples d'un air extrêmement méfiant ce visage, cherchant des réponses.   Qu'a-t-il de si pressant à vouloir voir ta sœur?  Un simple collègue n'en ferait pas tant et l'idée te vient qu'il entretient peut-être des sentiments particuliers pour elle et l'idée rend ton visage encore plus sévère.  S'il avait la moindre affection pour elle, il aurait dû être capable de prévoir ce qui se passerait de l'en empêcher.  Il ne doit pas l'aimer si fort que cela, même s'il a parcouru tu ne sais trop combien de temps pour se rendre jusqu'ici.  Parce que ce n'est clairement pas un Erebien et qu'il vient sûrement d'à l'extérieur du duché du roc et du sable, rien qu'à voir son teint tout pâle.

« Une jeune Voltigeuse du clan Sinhaj est à son chevet depuis hier soir et prend soin d'elle avec toutes les attentions qui sont nécessaires.  Les guérisseurs qui l'ont ramenée sur le chemin de la vie alors qu'elle était à mi-chemin vers le royaume de Sithis sont formels : aucune agitation auprès de la convalescente. »

Tu le toises de la tête aux pieds, inflexible.  S'il veut réussir à t'amadouer, il va lui falloir être beaucoup plus mielleux que cela, car tu n'es pas de ceux qui baissent stupidement leur garde devant la première sollicitation.  Surtout quand il est question du rétablissement de ceux qui te sont chers.  Mais cela, il n'a nul besoin de savoir.  Ce que Rejwaïde représente à tes yeux, c'est ton secret personnel que tu ne partageras à personne.  Elle partage le même sang que toi et si tu es le seul à le savoir, tu n'en souffres plus autant maintenant que tu lui as enfin été utile.  Tu ne comptes pas t'arrêter de sitôt alors que tu en as encore la chance.

« Que vous soyez son supérieur ou je ne sais quoi d'autre, je crois que votre sens des responsabilités saura vous indiquer que ce ne serait prudent de la tourmenter alors qu'elle vient de traverser une pareille épreuve.  Si je lui ai sauvé la vie, ce n'est pas pour voir le premier étranger débarqué venir troubler son repos et la remettre en danger. »

Tu appuies sur le fait que c'est grâce à toi qu'elle n'est pas morte, en partie.  Si Sifaï ne t'avait pas trouvé, auriez-vous été à temps pour sauver ta sœur?  Peut-être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Visite interdite   Visite interdite EmptyMar 9 Jan - 21:57

L'homme est buté. Mayeul pourrait sans doute, en d'autres circonstances, considérer ça comme un bienfait mais pour le coup, il n'a clairement pas l'envie de se voir refuser l'accès à la chambre de Reja parce que l'autre est persuadé qu'il s'agit de son devoir d'empêcher toute personne d'entrer. Elle a besoin de calme, il le sait, mais elle a également besoin de quelqu'un à son chevet, quelqu'un qui saura la rassurer. Les besoins de Mayeul, passer avant ceux de Reja ? Seules les vagues d'apaisements envoyées par le petit cendré pelotonné contre Sirocco empêchent le Voltigeur de s'énerver et de forcer l'entrée. Cela ne servirait à rien, strictement à rien : les gardes de Roc-Epine sont indépendants, ils n'ont pas de compte à lui rendre.

Mais le reste du discours de l'homme l'agace fortement, et le Voltigeur sent son peu de patience lui échapper. "Sifaï est à ses côtés, je sais." Lance-t-il d'une voix suffisante. Qu'il ne s'embête pas, ce garde imbécile, Mayeul sait. Nuage sait, surtout, mais c'est un détail qu'il n'a pas besoin de partager. "Et je ne suis pas là pour la tourmenter, pas après l'épreuve qu'elle vient de subir." La tourmenter est clairement le dernier de ses désirs, d'ailleurs. Mais ce garde se trouve entre lui et Reja, et véritablement Mayeul combat l'envie de sortir son arme. Il perd un temps précieux, à cause d'un imbécile qui lui a prétendument sauver la vie ! Et Mayeul n'est pas du tout jaloux, ni ne culpabilise à cause de ça !

"Ecoutez, quoi que vous puissiez croire, je ne suis pas un étranger." Si Mayeul doit se servir de ce que Reja lui a appris, il n'aura aucun scrupule à le faire. Il espère juste que l'homme ne sait pas réellement ce qui a poussé Reja à ce geste. Qui, surtout. La jeune femme lui avait expliqué que les rumeurs sur eux allaient circuler, mais Mayeul ne sait pas exactement ce que les gens savent. "Reja m'a présenté les siens, ils m'ont accueilli au sein du clan Sinhaj. ils m'ont accueilli en ami, nous avons partagé la nourriture et l'eau." Cela compte, lui a dit la jeune femme. Assez pour qu'il puisse être introduit auprès d'elle ? Mayeul l'espère ardemment. "Je ne vous demande pas de la réveiller et de me l'amener, juste de la voir quelques minutes, pour m'assurer qu'elle va bien." Comment le convaincre, cet imbécile, qu'il veut juste s'assurer que la jeune erebienne est entre de bonnes mains, s'assurer qu'elle vit, qu'elle respire ? Lui expliquer, même si elle ne l'entend pas, qu'il ne lui en veut pas, qu'il prie pour qu'elle se remette, qu'elle puisse lui pardonner un jour.

"Vous lui avez sauvé la vie, et pour ça, je vous en remercie. Mais elle n'a pas que besoin de repos, elle a besoin d'être auprès des siens. Et à ce que je sache, vous êtes plus un étranger pour elle que moi." L'homme le dit lui-même, Reja a subi une épreuve difficile, et ses besoins priment. Son besoin de sécurité doit être bien moindre dans cet endroit qu'elle ne connaît que peu, entourée de visages qu'elle ne connaît probablement pas. Il joue à l'aveugle sur ce coup Mayeul, il le sait : rien ne lui dit que la jeune femme ne connaît pas l'homme devant lui. Pour ce qu'il en sait, il pourrait bien être un de ces Sinhaj dont elle lui a parlé, un cousin éloigné dont lui-même ne connaît même pas l'existence. Il a encore fort à faire, le major de Svaljärd, pour comprendre toutes les subtilités qui unissent les clans et les familles d'Erebor. Il a accepté de faire un effort, pour la jeune femme, mais elle ne peut pas lui en demander trop non plus. "Je m'appelle Mayeul, si vous voulez vous renseigner. Rapidement." Ila presque grogné le dernier mot le Voltigeur,agacé par le temps perdu. Mayeul. C'est ainsi que Reja l'a présenté aux clans, n'est-ce pas ? Mayeul le major de Svaljärd. Mayeul l'ancien écrin du Cavalier Noir, même si le major doute que son visage soit connu ici. Son nom, peut-être, dans son entièreté. Mais c'est une carte qu'il hésite encore à jouer, son nom sonnant bien trop cielsombrois pour un habitant de ce duché honni. Peut-être peut-il mentionner Sylvain ? Le conteur lui a dit lui-même qu'il avait joué un rôle important dans la délivrance du remède aux mages.


Visite interdite TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Visite interdite   Visite interdite EmptyJeu 18 Jan - 12:17

Rejwaïde l'a emmené lui, parmi le clan Sinhaj?  Tu hausses un sourcil.  Si ce qu'il dit n'est pas faux, c'est qu'elle lui faire confiance.  Cependant, peut-être qu'elle apprécie le Voltigeur barbu à la crinière flottante, mais ça ne te retire pas toute méfiance du cœur.  Il ne le sait pas, il ne le saura jamais, mais il était plus près de la jeune femme que lui-même ne pourrait jamais le rêver.  Tu le sondes du regard, bien embêté.  Le fait est que tu veux garder jalousement pour toi ta sœur.  Pour une fois que tu peux veiller sur elle, s'assurer que tout va bien pour elle.  Certes, ce ne sont pas les conditions rêvées, tu aurais préféré ne pas avoir à traverser l'épreuve de la nuit dernière, mais c'est peut-être ta dernière chance de pouvoir être le frère que tu aurais dû être si les choses avaient été autrement.  Tu ne risqueras pas la rémission de ta sœur, pas pour un homme inconnu, un parfait étranger.  D'ailleurs, si Rejwaïde tenait à le voir, elle l'aurait demandé.  Tu n'as pas entendu le nom de ce Mayeul sortir de ses lèvres.  Non, c'était le tien qu'elle avait prononcé.  C'était son frère Anwar que tu l'as entendue appeler quelques instants plus tôt.  Toi.  Tu ne peux pas te révéler au grand jour, tu devrais être mort, tu dois rester enfoui dans l'oubli.  Loin, là où personne ne te sortira de ta cachette, là où Anthim ne te trouvera jamais et ne pourra jamais craindre ton retour.  Ton frère est un bon duc et tu n'as nulle intention de revendiquer sa place, mais n'ayant pas grandi près de toi, comment pourrait-il être certain, que toi l'héritier légitime ne voudrait pas reprendre ton droit un jour ou l'autre?  Rester dans l'ombre.  Protéger Anthim, Alméïde et Rejwaïde de loin.  Sauf pour cette fois parce qu'elle a besoin de toi.  Elle t'a appelé.  Elle ne saura pas que tu es à ses côtés, que tu veilles sur elle, comment pourrait-elle te reconnaître, elle qui ne sait pas que tu es toujours en vie, toi qu'elle n'a jamais vu.  Mais tu seras là.  Secrètement, tu réponds à l'appel.  Et ce n'est pas ce jeune homme persistant qui te détournera de ton unique but.

« Peut-être n'êtes-vous pas un étranger aux yeux des Sinhaj du désert, peut-être vous ont-ils accueilli en ami, mais ce ne sont pas les seuls membres du clan, » réponds-tu avec mesure, tes yeux d'une couleur claire le fixant sans ciller.  Tu cherches à comprendre pourquoi il insiste autant pour se rendre auprès de ta sœur et pourquoi elle a présenté ce garçon aux vôtres.  Certainement, elle ne peut pas en être amoureuse?  La douleur dans le regard de cet importun, sa pression pour la voir, tout cela t'inspire le plus grand doute.  Mayeul.  Pas très kyréen comme prénom.  Si tu apprends qu'il est en rapport avec ce qui vient de se passer, il peut commencer à compter ses jours.  Rejwaïde est ton étoile volante, elle danse dans les airs avec une légèreté qui dépasse toutes les lois de la Nature qui vous accroche à la terre.  Rejwaïde est ta sœur bien aimée, une femme forte, irréductible.  Rejwaïde c'est celle que tu voudrais connaître un peu, mais dont tu te l'interdis pour sa sécurité.

« Un simple prénom ne me semble pas être un renseignement suffisant pour justifier en quoi vous êtes nécessaire à son confort.  D'autant que je vous ai déjà confirmé qu'elle est en compagnie de Sifaï Sinhaj, une cousine, la famille. »

Tu insistes sur le dernier mot.  La grande famille Sinhaj.  Peut-être parce qu'en raison de sa vie au harem du temps de Charif, Rejwaïde n'a pas grandi parmi vous.  Parmi les siens.  Mais elle  fait partie de votre famille à part entière, elle est une Sinhaj.  Elle porte le même nom que vous tous.  Elle partage à son insu le même sang que toi.  Plus qu'elle ne partagera jamais avec cette homme.  Cet inconnu.  Cet étranger.

« Vous devriez vous montrer plus convaincant si vous voulez qu'on vous croit.  Un seul prénom, rien d'autre que ça.  Votre soucis d'elle, votre plaidoirie vous laisse une dernière chance pour vous expliquer.  J'étais en route pour leur apporter à manger.  Si vous vous montrez un peu plus honnête, peut-être vous permettrai-je de veiller à sa porte. »

Pas d'entrer.  Un homme dans la chambre de ta sœur, affaiblie par la maladie.  Tu veux bien lui accorder le loisir du doute, mais pas prendre un risque aussi élevé.  Sifaï est là aussi, affaiblie par sa veillée.  De toute façon, elle est réveillée Rejwaïde.  En entendant sa voix à travers la porte, il saurait qu'elle va bien – dans la mesure du possible – et tu pourras le chasser sans façon une fois la preuve apportée.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Visite interdite   Visite interdite EmptyMer 24 Jan - 22:04

Les deux hommes s'affrontent du regard, duel muet dans lequel chacun espère prendre l'avantage. Mais l'avantage, c'est bien le garde qui le détient, puisqu'il est le seul à pouvoir lui autoriser l'accès à la chambre de Reja. Se mettre à dos un garde de Roc-Epine, à Roc-Epine, n'est pas une option envisageable. La réponse de l'homme de l'homme, en tout cas, ne convient guère à Mayeul. Il n'est même pas sûr de la comprendre d'ailleurs, quelque peu désappointé que son coup de bluff n'est pas fonctionné. Il ne comprend rien, lui, à toutes ces histoires de clan. Il est cielsombrois, et ce n'est pas dans son duché que l'on enseigne aux enfants les subtilités de la populace erebienne.

L'homme enchaîne et cette fois-ci, Mayeul hésite. Il ne peut pas lui donner son nom, clairement pas. Même si l'autre parvient à relier son nom avec l'ancier écrin du Cavalier Noir, rien ne dit que cela sera une bonne chose. Et Mayeul de Vifesprit sonne bien trop cielsombrois – à juste titre, évidemment. Roc-Epine est isolé, mais l'homme devant lui n'est visiblement pas un imbécile. Il saura que c'est un nom cielsombrois. Ou alors cela lui évoquera le Tournoi des Trois Opales, où Mayeul s'est illustré. Sous bannière cielsombroise, donc.

Son nom complet, c'est impossible. Sitôt que l'autre saura qui il est, Mayeul se verra refuser le passage. "Je suis le major de la division de Svaljärd. Si cela ne vous suffit pas comme identité, allez trouver Sirocco, il saura vous dire de me laisser passer !" L'agacement est flagrant dans les paroles du Voltigeur, est son ton est monté sans qu'il n'y fasse réellement attention. Il a besoin de voir Reja, un besoin viscéral de voir de ses propres yeux qu'elle n'est pas en danger de mort, et cet imbécile s'ingénie à lui barrer le passage !

Avant que le ton ne monte réellement pourtant, quelqu'un s'agite dans le couloir jusqu'à rejoindre le guerrier et lui. Sifaï. Une Sifaï fatiguée, un peu pâle, mais dont les prunelles luisent de ce même feu sauvage que celles de Reja. Elle s'exprime dans la langue chante du désert, cette langue dont Mayeul ne connaît rien pour être sûr de le garder à l'écart. Il bouillonne de colère, le major de Svaljärd, devant le regard lancé par la petite apprentie de Reja et Grâce. Il fait rarement valoir son grade, mais il sera totalement en droit de le faire et elle le sait sûrement. Tout comme elle sait ce qu'il se passe entre Reja et lui, assurément.

Un signe de tête en sa direction, c'est tout ce qu'elle lui accorde. Oh, il s'assurera d'en toucher un mot à Grâce, voire même à Reja quand elle ira mieux. Une vengeance puérile et mesquine, mais Mayeul ne supporte pas d'être ignoré, ou mis de côté délibérément. "Qu'est-ce qu'il se passe ?" La jeune fille repart déjà, et c'est à Anwar que le Voltigeur s'adresse. "Laissez-moi la voir." Envolés, la politesse et la civilité. Il se passe quelque chose, Mayeul ne comprend peut-être pas la langue mais il n'est pas pour autant stupide. Son ton est un ordre, pas une demande. Sans même qu'il en soit conscient, son attitude aussi s'est faite plus menaçante, et il a senti la soudaine agitation de nuage dans son esprit. Mayeul ne se laissera pas éconduire gentiment, tant pis pour le havre de paix qu'est censé être l'endroit !


Visite interdite TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Visite interdite   Visite interdite EmptyLun 29 Jan - 10:58

Tu ignores ses plaintes.  Major de Svaljärd, ça n'explique pas qui il est pour voir Rejwaïde.  N'est-elle pas affectée à Ibelin?  Tu le toises en silence, masquant tes sentiments à l'intérieur de toi, les dérobant à sa vue par un masque de fermeté inébranlable.  Pour quelqu'un qui veut absolument voir ta sœur, tu trouves qu'il ne se met pas en peine.  Autrement, tu passes outre sa suggestion stupide.  Tu as beaucoup plus important à faire que de courir après un griffon pour lui poser des questions.  Une sentinelle de Roc- Épine a de lourdes responsabilités.  Son agressivité ne te plaît pas et c'est probablement cette raison que tu évoqueras pour lui interdire de voir Rejwaïde, de même approcher de l'endroit où elle se repose.  Tu ne te soucies guère des raisons de son irritabilité.  Peut-être a-t-il de bonnes raisons, peut-être te trouve-t-il extrêmement agaçant de lui refuser ce qu'il désire, mais c'est ton travail et tant qu'il ne s'expliquera pas clairement, tu ne prendras pas le risque de le laisser s'approcher de ta sœur.  Elle a déjà suffisamment à se remettre comme ça.  Tu marches à pas lents, lui laissant encore et encore une chance.  Mais il ne la saisis pas, il ne dit pas l'entière vérité et il n'y a rien que tu puisses faire en ce cas pour lui venir en aide.  C'est une chance qu'on t'aie mis à la surveillance de la chambre de la Voltigeuse, quelqu'un d'autre que toi aurait peut-être céder beaucoup plus vite.  Ce qui serait une erreur à ton avis. Cet homme est émotionnellement instable et n'est certainement pas ce dont a besoin ta sœur.  Un proche?  Ses proches sont déjà là.  Elle ne le sait pas, mais tu veilles sur elle et tu empêcheras quiconque de lui faire du mal.

C'est la voix paniquée de Sifaï qui t'alerte que quelque ne va pas bien.  Elle t'explique rapidement la situation et le regard mauvais qu'elle a lancé à l'étranger ne t'échappa pas.  Tu te confortes dans ton refus d'avoir accédé à sa demande.  Si la petite Voltigeuse toute frêle et timide qu'est ta cousine le dédaigne autant, il doit y avoir une bonne raison et tu es certain que c'est lié avec sa titulaire.  Tu la renvoies rapidement auprès de la malade, en la rassurant et lui confirmant que tu irais chercher une accoucheuse.  Toutes les accoucheuses même disponibles au Pic.  Ta sœur sera entourée des meilleurs soins.   Tu ne sais pas qui est le bâtard qui a osé engrosser ta sœur, mais tu le retrouveras.  Tu le retrouveras et le priveras de toute descendance future.  Déshonneur.  Ta sœur déshonorée.  Ton cœur se serre.  C'est ta faute.  Tu n'étais pas là pour la protéger.  Tu aurais pu te dévoiler à elle, quand elle s'est entraînée à Roc-Épine.  Tu aurais pu lui dire que tu étais là, que tu n'es pas mort.  Que toutes ces années tu songeais à elle.  Tu aurais dû tenir ton rôle de grand-frère.  Rôle auquel tu avais lamentablement échoué.  Tu ignores les suppliques de l'intrus que tu repousses avec une certaine brutalité.

« Ôtez-vous de mon chemin et cessez de m'importuner! » cries-tu.

La colère t'enveloppe.  Elle est monstrueuse.  Il est heureux pour ce fils de chien qu'il ne se trouve pas en ta présence, car à l'idée de perdre ta précieuse sœur alors que tu peux enfin veiller sur elle, même sans la laisser savoir…  c'est ignoble.

Tu appelles deux gardes et leur indiques de surveiller l'étranger et de l'escorter parmi les autres Voltigeurs.  Tu ne veux pas qu'il traîne par ici, en cherchant à la voir.  Ce n'est pas le moment.  Du tout.

Tu te retournes et enfonces son doigt dans sa poitrine.

« Vous, si vous désirez vraiment la revoir vivante, ne recroisez pas ma route avant que je ne sois venu vous chercher.  Que je ne vous surprenne pas à revenir fouiner et tenez-vous près des vôtres, » ordonnes-tu.  Major de Svaljärd.  Ici, il n'est rien.  Rien face à toi et c'est toi qui commandes.  Sans rien ne lui expliquer de la situation, d'un geste de la main tu ordonnes aux tiens de l'emmener tandis que tu cours quérir ces femmes d'expériences qui pourront sauver Rejwaïde.

Rejwaïde, reste avec moi, la supplies-tu alors que tu accomplis ton devoir envers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Visite interdite   Visite interdite Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite interdite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: