AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-38%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS SCD301/02- Lot de 4 biberons Natural + sucette, goupillon et ...
30.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Une déclinaison de sable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptyMer 3 Jan - 22:12




Livre III, Chapitre 1 • D'Accord et de Chaos
Sifaï Sinhaj & Richard le Harnois

Une déclinaison de Sable

Et un interrogatoire de Roc




• Date : Le 16 janvier 1003
• Météo (optionnel) : Trop chaud.
• Statut du RP : privée
• Résumé : Ayant fait le voyage dans le duché d'Erebor, précisément à Roc-Epine, au sujet de Sinhaj Rejwaïde, Richard est décidé à entendre la jeune Sinhaj Sifaï présente au moment des faits.
• Recensement :
Code:
• [b]Le 16 janvier 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3192-une-declinaison-de-sable#117935]Une déclinaison de Sable[/url] - [i]Sifaï Sinhaj & Richard le Harnois[/i]
Ayant fait le voyage dans le duché d'Erebor, précisément à Roc-Epine, au sujet de Sinhaj Rejwaïde, Richard est décidé à entendre la jeune Sinhaj Sifaï présente au moment des faits.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptyMer 3 Jan - 22:43

Les sentiments de sa griffonne et les images qu'il avait perçu l'avait piqué au vif. Profondément exécré et honteux qu'un Voltigeur ai pu en arriver à ce point, Richard avait fini par se décider pour Erebor. Il avait fallu quelques jours de déplacement sur le dos d'Adamante, en compagnie d'un bon groupe de Voltigeurs, avant que Richard n'atteigne le Pic de Roc Épine – comptant un arrêt à Vivedune au passage. Son arrivée avait tout naturellement était signalée de sa part par courrier, mais même sans, l'on pouvait se douter de la raison de sa venue ; le jugement et la sanction destinée à tomber sur Rejwaïde Sinhaj. Épuisé, rattrapé par son âge, mais farouchement obstiné à ne pas le montrer et à faire abstraction de cette faiblesse, le Maréchal s'était établi dans une pièce et bureau des plus remarquablement fourni pour se mettre au travail.

Un jour avait été nécessaire pour qu'il s'acclimate et reprenne du poils de la bête après le trajet. Un autre avait été dédié à se renseigner avant tout sur les dégâts subits par les attaques des faës avant la trêve et de l'état aux frontières. Enfin encore une journée avait été occupée par les discussions avec le capitaine de la Voltige d'Erebor, mais également par l'étude des informations fournies quant à la tentative de suicide. Cela faisait un petit moment, qu'il n'avait pas été contact avec le dialecte des dunes. Et ses connaissances à ce propos avaient tendance à se faner avec le temps et avec l'absence de pratique. Un peu comme un certain dialecte de Svaljard qui à présent lui sortait par les oreilles.

D'un air quelque peu méprisable, l'homme avait été 'rendre visite' à la femme, assoupie lors de son passage, davantage pour prendre des informations auprès des médecins que pour la voir elle. Et il avait été horriblement frappé d'effroi et de dégoût, bon belliférien misogyne, en apprenant certaines choses. Retourné à son bureau, il avait consulté les rapports avant de demander à voir la jeune Sifaï Sinhaj, présente au moment des faits, dont le nom lui avait quelque peu fait tirer la grimace - autant que le fait que la sombregerme était l'ailière de l'objet de sa visite. Ce n'était qu'une parmi une ribambelle de gens qu'il avait décidé d'entendre et dont il avait noté les noms sur la liste.

« Maréchal, Sifaï Sinhaj est arrivée. »
« Faites la entrer. »


Indiqua t-il en ôtant son nez d'un texte écrit en erebien et dont la difficulté à saisir l'ensemble se lisait dans son regard fatigué tant que concentré à la fois. Un traducteur-interprete n'était pas de trop, en effet. Parler c'était une chose, lire en était une autre. Et pour avoir appris de lui même à coucher des lettres sur papier et à les lire, il savait que trop bien l'importance de l'apprentissage et la patience à avoir et à cultiver ce savoir.

Il se leva, à l'entrée de la jeune femme, afin de la dominer de sa hauteur, mais également parce qu’il sentait ses fesses s'endolorir à force de rester dans la même position. Quelques pas dans la pièce en la scrutant et il demanda enfin.

« Présentez-vous dans votre globalité. »

Le choix de mots n'était pas des plus corrects, mais le timbre et le souhait y était. Richard ne jeta même pas un coup d’œil à l'homme présent également. Il s'agissait de l’interprète qu'il avait requis et qui était présent depuis quelques jours à ses côtés. Ce dernier se contenta de hocher la tête dans son dos. La demande était compréhensible après tout.

Et la présentation commença. Et l'interrogatoire avec.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptySam 6 Jan - 21:10

Du sang. Partout. Sur ses mains. Dans ses cheveux. Sur ses vêtements. Du sang épais qui, en dépit des multiples tentatives, ne partaient pas tout à fait. Oh… Si en apparence il n’en était rien, Sifaï ressentait pourtant encore la sensation désagréable de ce liquide poisseux sur son corps, devant ses yeux. Elle en rêvait encore, de Rejwaïde sous les rayons lunaires endormie dans une marre de sang. De son sang. Elle l’avait veillée farouchement car rien n’était plus important à son coeur que le clan Sinhaj, d’autant plus lorsqu’il s’agissait de sa titulaire. La cadette l’avait nettoyée elle-même et avait protégé cette chambre de repos avec la férocité d’un chat des sables, toute prête à feuler malgré sa timidité, s’il le fallait.

Il avait tenté de lui changer les idées, Anwar. Il l’avait entraînée dans des endroits incroyables pour qu’elle cesse de ressasser cette scène sanglante. Les images ne partaient pas. Ni le jour, alors qu’elle voyait sa cousine reprendre des couleurs, ni la nuit, alors que la fatigue l’assomait. Rejwaïde avait posé un geste pour se soustraire à sa douleur, mais elle n’était pas la seule victime. Loin de là.

Elle était désireuse de retourner en Valkyrion, à Ibelin, à reprendre la routine des entraînements et la traque aux brigands. Oublier. Remplir ses journées pour ne plus penser au geste violent qu’avait posé Reja contre elle-même. La permission allait prendre fin lorsque l’ordre tomba. Le Maréchal arriverait d’ici peu pour investiguer sur les événements entourant la Voltigeuse, et elle, la cadette, allait devoir le rencontrer pour un interrogatoire. Anxieuse de rencontrer seule à seul ce Belliférien à la réputation aussi incroyable qu’effroyable, l’Erebienne n’avait eu d’autre choix que de patienter qu’il daigne bien la rencontrer et mettre fin à ce congé cauchemardesque.

Une journée, qu’elle avait patienté, avant qu’il la convoque à son bureau improvisé. Elle avait pris grand soin de sa tenue et de son apparence, plus encore que d’ordinaire. Devant Richard le Harnois, il n’y avait pas place à l’erreur. C’était, du moins, ce que les femmes racontaient. Ses vêtements de cadette impeccables, ses longs cheveux tressés, Sifaï s’était faite escorter jusqu’au Maréchal. Ils étaient nombreux, à l’accueillir. Un homme, inconnu, dont les traits rappelaient ceux d’Erebor, et lui, le Harnois, hargneux avec son regard acéré d’oiseau de proie. Malgré leur grandeur équivalente, la cadette avait abaissé la tête, le laissant la surplomber de sa superbe.

- Présentez-vous dans votre globalité.

Elle avait parfaitement compris la question. Des mots simples que la jeunette avait su apprivoiser, au fil de ces deux ans à la Caserne de serre. La réponse, toutefois, étaient moins évidente. Il y avait si peu à dire, sur elle…

- Sifaï Sinhaj, cadette. Je suis…

Sa mine se contracta alors qu’elle cherchait les mots justes pour décrire ses maigres titres et occupations. Elle prononça un terme obscur, dans son langage des dunes, afin de ne pas rester muette devant lui, le Maréchal. Discrètement, l’interprète hochait la tête, comme pour l’encourager à développer. Ce qu’elle fit, dans sa langue chantante.

- Sifaï Sinhaj, cadette. Elle est affectée à Ibelin depuis septembre. Grâce de Sombregemme et Rejwaïde Sinhaj sont ses titulaires.

Sifaï se contenta de valider la traduction, de ce qu’elle en comprenait. Il avait tout dit, plus joliment que ce dont elle était elle-même capable. Désireuse de dissimuler son trouble, quant à cette rencontre forcée, la cadette croisa les mains à son dos, sous une posture droite, et le regard bas, comme on le lui avait appris dans le désert, pour ne pas provoquer les animaux sauvages.

Car Richard le Harnois en était un. Assurément.


Dernière édition par Sifaï Sinhaj le Mar 30 Jan - 4:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptyLun 8 Jan - 17:04

Il avait presque reniflé du nez en remarquant sa taille qui équivalait la sienne et sans doute l'avait-il retroussé un instant avant de ne la voir baisser les yeux. Ainsi, c'était mieux. Elle était intelligente, pour peu que ça servait à une femme. C'était plus que bien venu et nécessaire de l'être pour un Voltigeur, chose qu'elle avait réussi à être, regrettablement. Il lui tournait presque autour à présent, à la recherche peut-être d'un défaut à critiquer, mais elle semblait avoir prêté grande attention au moindre détails de son paraître, puisqu'il ne trouva guère de remarques à faire.

À sa question posée, il attendit, haussant un sourcil en l'entendant débuter de façon fort timide. Cela promettait pour la suite, si elle répondait aussi vaguement et piteusement. Depuis quand engageait-on des enfants ? Parce que c'est ce qu'elle semblait être face à l'homme, face au maréchal imposant. Il aurait pu reprendre par un stricte 'Vous êtes ?', mais il fut surpris par un semblant de mot dont la signification lui échappa complètement. Et elle reprit enfin, dans ce langage des dunes, dans cette mélodie exotique qui aurait pu être agréable à entendre si les noms de Grâce de Sombregemme et de Rejwaïde Sinhaj n'étaient pas venu lui parasiter les oreilles. Il avait fermé un instant les yeux,  froncé les sourcils et expiré lentement, sans doute pour empêcher une grimace de poindre sur son visage, alors que l’interprète reprenait ce qu'il savait déjà. Il ne fallait pas être né de la dernière dune pour saisir la réponse qu'elle avait donné. Il se contenta cela étant de hocher la tête, à chacun son travail après tout, si l’interprète était payé à ne rien faire, jamais il n'aurait voulu de sa présence.

« Le clan Sinhaj, vous êtes. Quel est votre précis lien avec Rejwaïde Sinhaj, autre que - » et il bloqua sur le mot, elle l'avait dit pourtant, mais c'était un mot plus compliqué qu'un autre. Mot absent que l’interprète ajouta, complétant ainsi la question tout en la remaniant plus joliment.

« Celui de titulaire. Le Maréchal s'interroge sur les subtilités qui existent au sein d'un clan. Il aimerait avoir une idée précise du lien qui vous unis avec Rejwaïde Sinhaj au niveau du sang. »

Et il arrêta de lui tourner autour. Se plaçant devant elle, il lui désigna une chaise d'un signe de la main qu'il accompagna d'un quasi insultant et malencontreux :

« Assis »

Une formulation gauche du 'Prenez place' qui sonnait faux, à la limite du choquant, à la limite d'un ordre qu'on donne à un chien, d'un tout autre genre et que l’interprète devrait sans aucun doute lui signaler.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptyMar 30 Jan - 18:11

L’humiliation brûlait fort, dans sa poitrine, en entendant l’ordre claquer dans les airs. Assis. Comme on ordonnait aux chiens fous. Le visage fermé, plus encore qu’à son arrivée, l’air timide et trompeur quant à sa susceptibilité piquée à vif, la cadette se posa sur le siège désigné avec grande docilité. Son regard, toujours, s’obstinait à ne pas croiser celui du Maréchal. Cadette. Elle n’était qu’une simple cadette et le Harnois le lui rappelait méchamment, piétinant au passage son orgueil et cette confiance en elle bien maigre qu’elle avait réussi à rassembler, depuis son entrée dans la Voltige. Même assise, même après avoir analysé l’espérance de vie de cet homme d’importance, Sifaï savait bien qu’une réponse de sa part était attendue. Et quelle réponse!

Il fallait bien peu connaître le peuple des dunes pour questionner le lien de sang entre deux Erebiennes d’un même clan. Précisément, le Harnois ne connaissait rien et c’était à elle de l’éclairer. Elle pressentait que sa réponse ne conviendrait pas, car avec elle viendrait un lot de complexité.

- Le sang des Sinhaj coule dans nos âmes et notre coeur, plus que dans nos veines, Maréchal.

Son regard félin évitait toujours Richard pour se poser, plus discrètement, sur le traducteur. Celui-ci, plus affable, dodelinait de la tête en gardant silence, l’incitant discrètement à poursuivre. Il était vrai que les clans se partageaient le désert, mais que plusieurs familles s’y retrouvaient emmêlées par les alliances et les mariages. Un casse-tête. Malgré tout ce qu’on aurait pu croire, Sifaï y voyait là quelque chose de sensé, au contraire des mariages cielsombrois.

- Nous n’avons pas de lien de sang, mais nous sommes unis par les mariages lointains. La soeur de ma mère a épousé le cousin du chef du clan Sinhaj, et ce chef a pris pour épouse la soeur de la mère de Rejwaïde. Nous sommes donc cousines éloignées grâce à une alliance.

Les enfants de Zénaïde. Trois âmes fragiles dont une seule fut élevée au rang de princesse. Le petit garçon, décédé. Rejwaïde qui désirait le même sort. Alméïde, sous le signe de la chance, avait hérité d’une force tranquille. Les lèvres obstinément fermées, Sifaï validait la traduction présentée à Richard le Harnois.

- Elles sont cousines éloignées par alliance.

Rien de plus. Rien d’autre. Dans le coeur de son silence, il y avait le flambeau de sa protestation. S’il désirait l’écraser de sa supériorité, s’il désirait lui lancer des ordres et lui offrir une animosité à peine voilée, elle, petite flamme du désert, jouerait le jeu. Elle n'avait rien, insignifiante, si ce n'était que sa jeunesse arrogante qui promettait de lui survivre longtemps. Mais ce n’était pas le moment de mal paraître ; Reja avait suffisamment souffert, et elle-même avait travaillé trop dur pour dégringoler aussi bêtement. En silence, elle patientait la suite de l'interrogatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptyDim 4 Fév - 19:51

Elle était bien docile la cadette. Et il avait déjà une préférence, non dissimulée par un claquement de langue, pour elle par rapport à la Sinhaj synonyme de déplacement et de honte. Elle, elle obéissait malgré l'explication rapide de l'autre homme sur sa manière de parler, tandis que l'autre n'était que disgrâce infâme en tous points.

Elle s’exécuta, chantant dans sa langue exotique, à lui répondre. Et un fichu 'presque respect' entra en jeu lorsqu'elle dit mot. Il avait questionné, l’interprète avait reprit, elle avait répondu et il avait eu la signification du tout. Ce qu'il en avait compris de lui-même lui avait arraché une légère grimace et finalement l'ensemble lui avait presque arraché un ricanement. Sang-Âme-Coeur. C'était bien joli tout ça, mais en attendant la proximité n'avait pas été utile pour empêcher la Voltigeuse-exemplairement-ratée-actuellement de commettre l’irréparable à ses yeux ; faire passer sa vie privée avant son devoir.

La Sinhaj en tort était une insulte à la profession qu'il partageait. Et il espérait que la Sinhaj sous ses yeux laverait l'insulte d'une manière ou d'une autre – sans son appui, mais avec un regard qui en disait long si elle osait le croiser.

Bon gré fut donné à la cadette de ne pas croiser ce dernier, car elle n'y aurait lu qu'aversion sonnante. Puis elle poursuivit, s'expliquant sous son air dominant, yeux baissés, qui allait et venait d'elle au traducteur pour ne rien perdre de l'instant présent. Il avait comprit une partie et avait senti la migraine le tourmenter ensuite avant l'intervention de l’interprète. D'une phrase à rallonge, la troisième personne l'en résuma en six mots bien venus.

« Je vois. »

Fit-il de son menton levé pour peu qu'il voyait. Cela avait l'air plus compliqué que ces six mots, mais il était appréciable d'en résumer l'ensemble de manière à ce que tout homme comprenne et agisse en fonction.

« Et comment la décririez-vous avant son outrage à la Voltige ? » Cita t-il en comptant sur l’interprète pour reprendre ses mots correctement et faire passer la question.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptyDim 18 Fév - 4:01

De sa voix résonnaient irrévérence et orgueil. Du bout de son siège, les mains jointes sur ses genoux, Sifaï la ressentait comme un souffle sur sa peau, cet haine à peine contenue. Cet homme était fait d’horreur et d’aversion, de mépris et de domination : Belliférien jusqu’aux os. Malgré son orgueil blessé et sa fierté piétinée, la cadette s’efforçait de se remémorer les hauts faits du Maréchal et ses qualités chantées par les troubadours. Le Maréchal méritait tout le respect d’une insignifiante cadette. L’Erebienne en vint rapidement à la conclusion que Richard le Harnois était.. ...courageux. Cette qualité ne rachetait certes pas ses défauts, mais elle s’y accrocha pour tempérer son ressentiment, lorsque ses yeux clairs croisèrent les siens, une fraction de seconde. Elle revint dévisager ses mains liées, comme si son regard avait frôlé une flamme de trop près.

- Et comment la décririez-vous avant son outrage à la Voltige ?
- Elle était… une guerrière.

Sa voix, bien que chantante, laissait comprendre le sens de ses propos, dans un commun familier au Belliférien. Rapidement, la seconde phrase empruntait cette langue des dunes, et l’interprète ponctuait ses mots de quelques hochements de tête.

- Rejwaïde est une Voltigeuse. Elle danse avec le vent et son esprit ne fait qu’un avec Sirocco. Elle aime sa profession et elle la fait bien. Elle était déterminée. C’était sa place, auprès de Valda, de protéger Ibélène.

La volonté d’argumenter et de plaider l’erreur, l’unique erreur, de sa titulaire était bien présente. D’instinct, toutefois, Sifaï ressentait que cette pulsion serait des plus malvenues auprès du Maréchal. Peut-être même n’attendait-il que cela, d’elle, pour lui rappeler qu’il était le seul juge de toute cette histoire. Toujours sous cette façade timide, la jeune Erebienne se contentait de répondre strictement ce qui lui était demandé. De ce qu’elle avait pu observer, jusqu’à présent, cela lui suffisait.

- Elle affirme que Rejwaïde était une bonne Voltigeuse et avait un lien étroit avec Sirocco. Elle appréciait sa profession, celle de protéger Ibélène.

Elle acquiesça la traduction d’un faible mouvement de tête, comprenant bien ce qu’il résumait. D’une oreille attentive, sous cette façade de docilité, Sifaï patientait la nouvelle question tranchante ou le prochain commentaire peu délicat du vieil homme.


Une déclinaison de sable TitreSifai1
Une déclinaison de sable RandomDescartes
Une déclinaison de sable LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptyDim 25 Fév - 14:55

Il avait compris, elle avait désiré qu'il comprenne, elle avait désiré qu'ils se comprennent et pourtant il ne pouvait comprendre. Guerrière, ce simple mot suffisait à l'irriter. Ce simple mot lui donnait envie d'entendre la cadette chanter de sa langue sous un tout autre timbre de voix, celui des coups. Quelle bêtise d'associer Kern à une femme. Qu'elle le prie pour revoir son homme revenir vivant d'une confrontation, oui, mais qu'elle s'abstienne de l'insulter en lui demandant de lui prêter force pour tenir les armes. Et il n'y avait rien de guerroyant à s'ôter la vie par amour – chicanerie. Il haussa donc les sourcils, roulant des yeux devant l'absurdité de la chose sans toucher mots. Puis il attendit, Richard, qu'elle poursuive sur sa lancée.

Captant des mots, il attendit cela étant que l’interprète reprenne afin d'éviter les interprétations houleuses. Elle affirmait qu'elle était bonne Voltigeuse. S'il pouvait presque (le féminin l’empêchant d'approuver en totalité) accepter ce point après s'être renseigné sur ses faits, il était exigent comme important d'affirmer qu'au présent elle ne l'était plus. Et il plaignait son partenaire de vol, le griffon, d'être lié à une personne aussi égoïste et déraisonnable. N'aurait-elle pas pu attendre qu'il meurt pour se donner la mort ? Non. Non seulement l'acte était inexcusable, mais elle tenait à le partager à tous à travers les souvenirs et images du griffon. Impardonnable. Plus encore, c'était la cadette dont elle avait la charge qui avait été témoin également. Irresponsable.

« Et voilà où nous en sommes à présent. » Maugréa t-il sombrement presque accusateur. Si protéger avait été son maître mot, elle avait échoué avec brio à ce niveau, faisant passer sa propre personne avant celle de millier de gens à protéger de son métier. Elle n'était qu'une déséquilibrée, qu'une ratée, encore une fois.

« Impardonnable, irrationnel. Comment, vous, vous qualifieriez son acte, et pourquoi ? Avez-vous jamais imaginé qu'elle en viendrait un jour à cela ? À de telles extrémités. » Demanda t-il bien curieux du mot qu'elle choisirait et de l'explication qu'elle donnerait pour défendre ou non son lien, son 'mentor', son clan.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptySam 10 Mar - 3:38

La question du Maréchal, pourtant très simple, lui semblait terriblement injuste. Comment aurait-elle pu prévoir l'imprévisible? Comment aurait-elle pu se douter que cette cousine si discrète sur sa vie aurait pu en arriver là, alors qu’elle lui avait promis de visiter Roc-Epine en sa compagnie, de lui dévoiler les merveilles qu’elle avait vu lors de son propre entraînement? Il semblait hargneux, le Harnois, dégouté aussi de voir un tel geste posé au sein des Voltigeurs. Sifaï s'efforça de se raisonner, de ne pas oublier qu’il se devait, par son titre et ses obligations, d’être juste envers tous et toutes, et qu’un pareil geste ne pouvait être toléré. Il était l’exemple à suivre, celui de la réussite. Au moins, il ne jubilait pas de savoir Reja inapte à la Voltige pour une durée indéterminée… Peut-être n’était-il pas totalement mauvais.

- Je croyais que nous allions profiter de la permission pour visiter Roc-Epine. Je n’ai jamais imaginé que ma titulaire en arrive à un tel geste...

Vérité vraie. Elle ne savait même pas qu’une blessure aussi pernicieuse la taraudait et que sa relation nouvelle se portait déjà aussi mal. Le traducteur résuma parfaitement ce qu’elle avait annoncé dans sa langue des dunes. Les sourcils à peine froncés pour trahir sa volonté de se souvenir des moindres détails, elle enchaîna avec une nouvelle réponse à l’une de ses nombreuses questions.

- Je lui ai dit, lorsqu’elle s’est réveillée, que la Voltige était plus importante que sa relation. Que Sirocco l’était aussi, plus important.

Petit mensonge soigneusement dissimulé sous ses airs timorés. L’Erebienne avait surtout vanté l’importance de la famille et du clan, lorsque Rejwaïde avait été en mesure de l’entendre. Ensuite, seulement, venait l’importance de la Voltige. La finalité demeurait la même, toutefois : son amourette ne valait pas son sacrifice. Rejwaïde se devait de préserver sa vie qui valait bien plus que tous les Cielsombrois du monde. Elle se doutait, toutefois, que Mayeul n’était pas le seul élément à considérer. Une peine ne pouvait pas être si profonde pour un simple étranger.

- Je crois que Rejwaïde a pensé à elle, avant tout, en agissant ainsi. C’est un honneur d’être Voltigeur, et elle l’a oublié derrière son chagrin.

Les paroles lui faisaient mal, même soigneusement enveloppées pour ne pas qualifier sa cousine d’égoïste. Si l’envie était grande d’accorder un peu de répit à sa titulaire, de la laisser respirer et vivre pour elle-même, Sifaï n’en dit rien. Richard le Harnois était un vieillard, certes, mais un vieillard intimidant qui avait une totale ascendance sur elle.


Une déclinaison de sable TitreSifai1
Une déclinaison de sable RandomDescartes
Une déclinaison de sable LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptyMar 13 Mar - 16:16

Richard patienta, attendant sagement, presque trop, vautour tout puissant autour d'elle, que sa proie couvée lui réponde. Et lorsqu'elle débuta sa mélodie exotique, traduite de notes aiguës en notes graves par l’interprète erebien présent, il aurait presque pu se sentir en peine pour elle, mais la plaindre, ça il le pouvait au moins - un peu. Quelle naïveté étourdissante ou plutôt qu'elle confiance dégoulinante dont elle avait fait part pour une titulaire qui ne méritait nullement une quelconque forme de respect vu la situation. Déshonneur, c'est ce qu'elle avait laissé dans son sillage, Rejwaïde Sinhaj, rien que ça. Ça et une cadette égarée en pleine tempête des sables qu'elle avait créé.

Il la laissa poursuivre ensuite et ne pu qu’acquiescer férocement devant ce qu'il entendit. « Exactement. » Elle aurait été homme qu'il l'aurait directement mit dans ses bonnes grâces et soutenu, mais elle ne l'était pas. Elle avait ceci dit correcte sur toute la ligne, la Voltige et son partenaire ailé avant tout ! Quelle ironie qu'une toute jeune recrue s'avère plus mature que son mentor. Qui devait guider l'autre sur le chemin de la grandeur ? Surement l'inverse au final. Rejwaïde n'avait visé que le ravin finalement, si faible ambition... et elle avait réussi l'exploit de se louper, pourtant il était vaste, ce ravin, ce gouffre mortel, tel qu'il se l'imaginait.

La traduction poursuivit et une fois le chant interrompu, il reprit, résumant clairement, inévitable, interprétant ce qu'il avait sous entendu dans le langage des dunes.

« En d'autres mots : égoïste et synonyme de déshonneur. Et de biens d'autres choses encore ! Il acquiesça pour lui-même ainsi que pour elle et les derniers mots qu'elle avait eu. Comme vous le dites, Sifaï Sinhaj, c'est un honneur d'être Voltigeur. Et si Rejwaïde Sinhaj s'est montré indigne de ce privilège, j'ose espérer que vous, vous ne le perdrez pas de vue. Jamais. »  C'était un commandement, un ordre presque sacré qui pouvait paraître étrange venant de lui à une femme, mais ici, dans cette pièce, un Voltigeur perdu était suffisant. Et c'est donc d'homme à homme que le Maréchal parlait. Il attendit que l’interprète traduise ses mots et une fois fait, à l'écoute toujours, reprit doucement sa place à son bureau.

Droit, fier, imposant et assit, il reprit alors. « J'ai ce qu'il me faut cadette, à présent, vous pouvez disposer. » Et c'est d'un simple signe de tête qu'il la remercia comme la congédia. Il n'avait plus rien a ajouter, il voulait être certain, il l'était plus encore à présent. Sifaï Sinhaj pourrait peut-être rattraper la honte qu'avait teinté le sang de Rejwaïde sur la Voltige. Elle avait plus jugeote que sa titulaire à ses yeux déjà et elle connaissait sa place en plus. Rien n'était encore complètement perdu pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable EmptyMar 13 Mar - 18:07

Le Maréchal de Serre parlait et parlait encore. De ses paroles, de ses intonations sans rappel, Sifaï devait se concentrer afin de bien en saisir la portée. Moralisateur. Elle acquiesça en lui donnant entièrement raison, alors que son coeur hurlait à l’injustice comme les chacals devant la lune. Il la prenait à témoin de l’égoïsme de sa cousine, de celle portant le même nom et partageant les mêmes origines, puis il l’avisa d’une espérance chargée de menace. Celle qu’elle ne perde jamais de vue ses priorités. La cadette inclina la tête, soumise et timide. Quoi lui répondre? Quoi dire, après cela? Le traducteur se permit tout de même de résumer les paroles de Richard le Harnois afin de s’assurer qu’elle perçoive toutes les nuances de ses paroles. Il n’y en avait pas cinquante. Qu’une seule. Se tenir à carreau.

Il la congédia dans la foulée, d’un simple hochement de tête. Sifaï se redressa avec souplesse, déliant son corps plus grand que son courage. Elle lui offrit un salut digne, à la manière des Voltigeurs, pour leur Maréchal, et se retira d’un pas leste. De cette conversation, Rejwaïde n’en saura rien. Sifaï s’en fit la promesse. Il lui semblait inconcevable de l’accabler plus encore de la folie d’un Maréchal dédaigneux, de lui dire combien il avait déformé ses paroles, combien il se complaisait dans le mépris.

La cadette eut une pensée pour Grâce de Sombregemme. La Voltigeuse partageait les mêmes origines que Richard le Harnois. Peut-être saurait-elle mieux juger la portée de cet interrogatoire…? Ses doutes furent chassés bien assez tôt. Reja devait être réveillée, depuis. Elle irait veiller sur son sommeil, à son chevet, qu’aucun autre tourment ne l’approche, qu’il soit cielsombrois ou belliférien.


Une déclinaison de sable TitreSifai1
Une déclinaison de sable RandomDescartes
Une déclinaison de sable LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Une déclinaison de sable   Une déclinaison de sable Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une déclinaison de sable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: