AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Clé de licence Windows 10 PRO à 2,99 ...
Voir le deal
2.99 €

Partagez
 

 Les deux qui font la paire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Les deux qui font la paire   Les deux qui font la paire EmptyDim 24 Jan - 10:08




Livre I, Chapitre 1
Alexandre Septimus et Belami Flame Eclatante

Les deux qui font la paire

Manuel de l'éthique des assassins




• Date : 30 janvier 991
• Statut du RP : flashback
• Résumé : c'est l'histoire d'un gentleman assassin et d'un assassin gentleman qui se réunissent autour d'un thé pour parler de leur travail... sincèrement... on dirai pas le début d'une mauvaise blague? En tout cas, cela peut être le début d’une solide amitié entre Alexandre Septimus et Belami Flame Eclatante


Ah la belle époque ! Quand mon rôle dans la confrérie se limitait à exécuter des contrats. Je passais durant cette période le plus clair de mon temps à la tour de la confrérie noire. Je m’y entraînais, dormais, mangeais ; j’avais noué des liens avec de nombreux assassins et nous nous amusions à montrer nos talents ; j’avais même organisé un feu d’artifice privé rien que pour nous pour la fin d’un contrat particulièrement délicat. C’est justement durant une de ses nuits d’hivers que nous nous retrouvâmes dans la salle à manger de la confrérie ; le vin coulait à flot mais moi, qui ai les boissons alcoolisées en horreur à cause de leurs effets sur le corps et l’esprit, me contentais de thé et des fanfaronnades de mes compagnons, déjà éméchés en ce début de soirée ; ce n’est pas très élégant certes mais même les plus nobles rois ont leurs bouffons.  Toutefois, il fut un moment où, lassé, je laissai dériver mon esprit dans les limbes, le regard vague balayant la salle en quête de l’harmonie du mouvement de ses corps qui dansaient, chantaient, mouvaient… Le tout pour devenir une valse de formes abstraites et colorées.

L’ami Pierre, qui se prenait pour un séducteur invétéré, fit éclater un claque doigt pour impressionner quelque fille qui passait par là. Bien entendu, cette explosion me fit sortir de ma rêverie dans un sursaut qui  déclencha l’hilarité générale, rétrospectivement … à juste titre ; mais à ce moment, cette action me vexa plus qu’autre chose alors je me levai avec dignité et m’engageai sur le chemin menant à ma chambre et au livre de Makevel ; un célèbre écoutant du choix qui, entre la fin du 5eme-début du 6eme siècle, nous laissa des œuvres qui me bercent le soir avant de m’endormir, on y apprend toutes les subtilités de la manipulation. En marchant, un détail attira mon regard ; la posture d’un homme. Négligemment avachi sur sa chaise, il gardait un port de tête haut et un œil vif –qui d’ailleurs avait tendance à lorgner les belles filles de la confrérie. Dans sa main, une tasse de thé fumait, bien qu’il ait une tête à préférer le vin. Ce qui était étonnant c’était la polyvalence du personnage, ses gestes méticuleux et précis montraient sa grande élégance ; sa posture, comme je le disais, prouvait qu’il évitait d’attirer l’attention et son étude qualitative approfondie de la gente féminine semblait être celle d’un cochon. Mais un cochon sacrément raffiné ! Voilà ce que je pensais d’Alexandre Septimus la première fois que je le vis. Vous comprenez alors aisément mon désarroi face à cet assemblage contradictoire. Je décidai de m’approcher afin de lui parler, il dégageait une aura attirante, comme lorsque l’on se retrouve face à un tableau empli de formes abstraites et que se déplace autour pour voir si, ris sous un certain angle, l’image prend sens. D’à peu près mon âge, il préférait garder ses cheveux long, ses traits étaient marqués et ses pommettes saillantes ; une sorte de sourire narquois et provocateur se dessinait sur ses lèvres. Je m’assis face à lui, ma tasse de thé toujours à la main, je dépose ma cane-à-lame sur ma chaise et lui adresse mon visage le plus avenant :

Bonjour, permettez-moi de me présenter, Belami Flamme Ecalatante, ami du choix. Je ne crois pas vous avoir déjà vu ici mais je n’ai pu m’empêcher  de remarquer que vous lorgniez les assassins comme de la marchandise, nous ne sommes pas dans un bordel ici, vous devriez vous contenir… certaines d’entre elles peuvent être susceptibles…




Dernière édition par Belami Flamme Eclatante le Jeu 11 Fév - 18:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Les deux qui font la paire   Les deux qui font la paire EmptyLun 25 Jan - 11:47




La Tour de la Confrérie Noire était un endroit tout à fait charmant pour l'homme qu'était Alexandre. Il appréciait tout particulièrement regarder ce défilé silencieux des assassins de tous les horizons, hommes, femmes, parfois même enfants qui pour lui étaient de véritables petits génies. Qui irait suspecter un gosse des rues d'être un assassin en puissance ? Sûrement un homme comme Septimus, qui ne pouvait plus être surpris par de telles choses. Il avait vu des choses dans ce  monde, il avait vécu pas mal d'aventure et avec une certaine modestie, il pouvait dire qu'il en avait vu plus que la moyenne, sans pour autant être une encyclopédie humaine. C'était ça l'expérience et cette dernière lui avait apprit à traiter les problèmes uns à uns et le plus rapidement possible. Ce qui l'amenait à cette lettre qu'il avait reçu de Gaia. Son bras droit, une ancienne prostituée qui avait fait preuve de stratégie, de jugeote et surtout de bon goût pour devenir co-gérante des maisons Septimus. Ce n'était pas certainement en passant sous le bureau qu'elle avait eu cette promotion comme beaucoup de gens pouvaient le penser. Certes, elle était belle et séduisante, mais ce n'était pas ça qu'avait cherché Alexandre. Il en avait beaucoup dans ses différentes demeures.

Non. Il avait besoin d'avoir une confiance aveugle envers quelqu'un et ce quelqu'un n'était autre que Gaia qui pouvait jurer autant qu'un homme et avec beaucoup plus d’élégance et d’efficacités. N'hésitant pas à confesser qu'elle était une ancienne prostituée, elle n'a pas moins une langue acérée pour remettre les hommes avec qui elle traite à leur place. Si elle n'approuve pas telle ou telle personne, ce sera également le choix d'Alexandre et effectivement, suite à cette lettre, il lui donnait raison sur ce qu'elle avait fait avec un fournisseur d'alcool qui avait profité de l'absence prolongé de Septimus pour augmenter les prix de ses boissons, pensant que Gaia ne sera pas capable de leur tenir tête. Elle avait donc le choix. Soit elle leur annonçait qu'ils rompaient le contrat si ils ne revenaient pas aux prix initiaux (en pensant à un petit geste commercial vu l'affront commit), soit ils changeaient tout bonnement de fournisseurs. Il y en avait pas mal sur le marché, ce ne serait pas le problème. Une fois sa réponse faite, il avait déposé la lettre dans une de ses poches intérieur tout en allant se faire un café et en s'installant confortablement, commença à regarder les allées et venues de toutes et tous.

Il y avait quelques femmes, pour la plupart fort charmantes et rapidement, il songeait déjà à la façon dont la plupart devaient procéder pour atteindre leurs objectifs. Il avait déjà rencontré l'une d'elle et avait comprit que ses charmes étaient tout aussi dévastateurs que la dague qu'elle glissait dans ses dessous. Comme quoi, il faut toujours se méfier des femmes trop entreprenantes avec vous. Surtout  à une époque telle que celle-ci. Surtout une fois qu'on sait que l'on va se faire tuer par un assassin de la Confrérie Noire. Après, ce n'est pas une mort si douloureuse si la victime a le temps d'en profiter... Mais il doutait de ce point ci. Sa méditation fut troublée par l'arrivée d'un homme qui ne tarda pas à s'installer en face de lui, tasse de café à la main, canne dans l'autre. Il se présenta et fit une remarquer sur le regard qu'il portait sur leurs homologues féminins, ce qui le fit légèrement sourire, bien qu'il prit une tête légèrement offusquée.

▬ Vous m'offusquez Belami Flamme Eclatante, ami du Choix. Ce que vous prenez comme un regard malsain n'est autre qu'un regard emplit d'admiration et de crainte face à ces femmes qui sont bien plus efficaces et dangereuses que nous ne pourrions l'être. Et si l’une d'elles venaient à en être offusquées, alors je m'excuserais platement et sans arrières pensées. Elles méritent après tout, tout notre respect.

Un homme se sent souvent supérieur à la femme. Cela vient d'une éducation millénaire qui met celle qui donne naissance à un rang inférieur à celui de l'homme, mais Alexandre pense tout le contraire. Alors que l'homme dans sa grande généralité se laisse bercer par son propre désir charnel, la femme elle dans sa grande généralité arrive à contourner cet obstacle si compliqué à l'homme. De ce fait, une femme pourra faire plus rapidement tomber un membre du sexe opposé. Bien que connaissant certaines ficelles quant à la tenue, les bonnes manières et comment faire la cours à une jeune femme, il ne sera pas aussi efficace en se mettant nue devant l'autre qu'une femme. Il en était certain.

▬ Mais ou sont mes bonnes manières, veillez m'excusez. Alexandre Septimus. Ami du Poison. C'est également la première fois que je vous vois, rares sont les occasions ou je reste bien longtemps ici je le crains. Ma vie est chargée et je passe le plus clair de mon temps sur les routes à mon grand désarrois !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Les deux qui font la paire   Les deux qui font la paire EmptyDim 7 Fév - 9:40

L’homme que j’avais en face de moi ne se démonta pas face à ma remarque, il répondit même d’ailleurs avec une répartie que beaucoup devraient envier ! C’est vrai que ces femmes-ci peuvent s’avérer plus redoutable que nous ; en y repensant, je me rappelais tous mes amis dont le nez dû être recousu par un médecin à cause du courroux d’une femelle enragée face à la prétention de quelque mâle présomptueux. Cerise sur le gâteau, cet homme, que je nommerai par la suite Alexandre, puis-ce que c’est son nom, semble attacher une grande importance à l’étiquette, si chère à mes yeux… et si dure à inculquer à mes camarades. C’est ainsi que sa réplique me fit sortir un rire franc et honnête ! Aurais-je enfin trouvé un homme aussi raffiné que moi ? La présence d’un tel être me manquais je dois bien l’avouer ; pouvoir discuter avec un égal se faisait bien rare, et plus agréable que mes bouffons d’amis. Je lève ma tasse :

A vous Sieur Septimus ! Je m’excuse bien platement de vous avoir prêté de si mauvaises attentions. De plus je ne peux que vous donner raisons ; la faille des hommes est bien trop souvent les femmes ; beaucoup devraient apprendre à se détacher, ils vivraient plus en sécurité et ne dépenseraient plus sagement leur argent.

Je ne le quittais pas du regard, à l’affut de la moindre réaction ; si cet homme n’était pas ce qu’il semblait être, c’est-à-dire digne de ma compagnie, il aurait été vite démasqué.

Et dites-moi, si cela n’est pas trop indiscret bien sûr, pourquoi la voie (ou la voix je ne sais plus comment je l’avais dit ce jour-là)  fut celle qui vous charma ?

C’est vrai, le poison est une arme redoutable qui, à mon humble avis, n’a  pas assez d’adeptes ; souvent ceux qui le choisissent sont fourbes, rusés et méticuleux, en un mot : presque parfait. Et je vois souvent des lames qui se seraient bien plus épanouis qu’avec leurs sanglants camarades. Cependant il arrive aussi que des personnes la choisissent le font pour de mauvaises raisons et ces assassins sont des plaies. Je devais donc m’assurer de la pureté de la pensée de l’ami Alexandre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Les deux qui font la paire   Les deux qui font la paire Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les deux qui font la paire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: