AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V9
Voir le deal
157.24 €

Partagez
 

 Tendez-leur la main

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Tendez-leur la main   Tendez-leur la main EmptySam 3 Fév - 22:32


Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Chimène de Faërie & Lauriane de Faërie

Tendez-leur la main

Guidez son destin ♫ ♫



• Date : 15 décembre 1002
• Météo (optionnel) : Il fait froid mais le soleil est présent.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : Après les ravages de la Chasse Sauvage est venu le temps d'enterrer les morts. Les funérailles de Cassandre de Faërie ont lieu selon les traditions à Alfaë. A cette occasion, Lauriane réalise à quels points les heures sont sombres et qu'il faut essayer de réparer les pots cassés. Elle retrouve donc Chimène, présente pour les funérailles.
• Recensement :
Code:
• [b]15 décembre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3321-tendez-leur-la-main]Tendez-leur la main[/url] - [i]Chimène de Faërie et Lauriane de Faërie[/i]
Après les ravages de la Chasse Sauvage est venu le temps d'enterrer les morts. Les funérailles de Cassandre de Faërie ont lieu selon les traditions à Alfaë. A cette occasion, Lauriane réalise à quels points les heures sont sombres et qu'il faut essayer de réparer les pots cassés. Elle retrouve donc Chimène, présente pour les funérailles.



Dernière édition par Lauriane de Faërie le Mer 21 Fév - 12:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tendez-leur la main   Tendez-leur la main EmptySam 3 Fév - 22:33

Lauriane n’était pas certaine d’y croire. Les nouvelles de l’Académie, du Jour des Anciens, l’avaient passablement anéanties. Comment ce jour qui devait être une célébration s’était-il transformé en une telle horreur ? Un tel carnage ? L’Académie ne faisait pas partie de la juridiction de Faërie, mais nombre de Faës en faisait partie. Et nombre de Faës y avait perdu la vie… Antonin lui-même avait encore risqué gros. L’impératrice préférait ne pas trop penser l’éventualité qu’une telle tragédie aurait pu se produire… Après avoir manqué de le perdre durant l’épidémie, avait-elle été trop imprudente de le laisser aller à cette simple fête ? Apparemment, oui. Mais comment aurait-elle pu l’anticiper ? … Elle ne l’aurait pu, elle ne le savait que trop bien… Pourtant, cela rongeait encore et encore son esprit tandis qu’elle déambulait dans les couloirs du palais impérial, qui paraissaient si froids et si ternes en cette heure pourtant ensoleillée de cet après-midi.

Une mort particulière avait été à déplorer : Cassandre de Faërie. Lauriane en savait bien peu sur cette sœur de Gustave, si ce n’est qu’elle avait abandonné tout lien au trône impérial afin de poursuivre sa propre voie en tant que professeur à l’Académie. L’outreventoise désapprouvait ce genre d’attitude : délaisser son devoir pour faire ce que les désirs nous dictaient. Cependant, elle n’osait juger cette Princesse de Faërie, dont, après tout, elle ne savait pas assez de choses. Pour sa mort, Gustave avait organisé des funérailles dignes de toute princesse de Faërie. Ils avaient eu lieu hier… Bien qu’elle ne la connût pas et qu’elle aurait pu la désapprouver, Lauriane ressentait une peine intense sous le masque placide de son visage. Gustave avait perdu une autre sœur… Il n’avait jamais souhaité cela, elle le savait. Elle-même n’avait jamais souhaité qu’un tel malheur s’abatte sur la lignée impériale de Faërie.

Il n’y avait plus que Chimène.

La Princesse avait bien sûr été conviée à l’enterrement de sa sœur. Parmi les sœurs de Gustave, c’était la seule qui demeurait. Et encore, elle aurait pu ne pas l’être si Gustave avait fait le choix de l’exécuter. Aujourd’hui, avec la mort de Cassandre, Lauriane réalisait à quel point la déchirure de cette famille devait être réparer. Il n’y avait pas de mode d’emploi, il n’y avait peut-être même pas d’avenir dans ce sens-là… Mais ne dit-on pas que l’amour vainc tous les obstacles ? C’était sûrement largement surestimé, mais ce soir-là, face à la tendresse qu’elle éprouvait pour la perte de la jeune Chimène, cela était revenu à son esprit.

Elle n’avait jamais éprouvé autre chose que de la prudence à l’égard de l’ancienne Impératrice de Faërie. La prudence exigée par la position de leur coup d’état. La prudence qui devait anticiper que Chimène pourrait ne pas reconnaître Gustave comme son frère, la prudence qui devait prévoir qu’elle pouvait le capturer et l’exécuter, la prudence qui devait anticiper qu’elle aurait pu mener une rébellion du peuple après sa perte du trône. Une prudence nécessaire pour leur propre sécurité. Mais cette prudence devait tomber car… Cette jeune fille n’avait pas mérité tout cela. Gustave non plus. La justice et le Destin avaient des traits d’humour bien sombres et Lauriane déplorait en son cœur… que rien ne puisse être plus simple. Mais les choses n’étaient qu’ainsi, et il fallait assumer ses choix et continuer avec.

- Chimène ? avança précautionneusement l’Impératrice, doucement car elle ne voulait pas faire sursauter la jeune femme.

Ses pas avaient fini par la mener à destination, un petit salon rarement occupé pour l’une des simples et bonnes raisons qu’il faisait face au nord et était donc très peu ensoleillé. On y avait également une vue plongeante, de loin, sur la plaine où s’élevait fièrement les tombeaux de la famille impériale. Ce n’était pas une des pièces les plus choyées, et, par conséquent, était certainement une retraite possible face à toute l’agitation au palais qui suivait la mort de la Princesse de Faërie et la libération de la Chasse Sauvage. On l’avait informée que Chimène s’y trouvait.

- Est-ce que je vous dérange ? Au fond, elle avait un grand respect pour cette Princesse. Vous ne devriez pas rester seule… Une telle remarque pouvait paraître déplacée mais la sincérité y était et pour Lauriane c’était ce qui comptait. Puis-je vous proposer ma présence ?

Oh, Lauriane se doutait bien qu’elle devait être une des dernières personnes que Chimène souhaitait voir mais… Il fallait bien commencer quelque part. Et, en toute sincérité, elle ne voulait pas que Chimène continue seule. Après tout, elle avait encore de la famille.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Re: Tendez-leur la main   Tendez-leur la main EmptySam 10 Mar - 20:50


Chimène & Lauriane

Tendez leur la main



Mon prénom perce l'opaque de mon deuil. Encore une sœur qui m'échappe. Encore une qui me quitte. Il ne reste rien de ma famille. L'une après l'autre...Toutes sont parties, laissant dans leur sillage une blessure à vif en mon cœur. Ce palais qui m'a vu Impératrice me reçoit en ce jour invitée. Qu'importe. Ce salon, discret, perdu dans d'autres salles plus prestigieuses me convient. J'ai souhaité m'échapper, esquiver les questions hypocrites, seulement guidées par une curiosité morbide. Que l'on me laisse pleurer ma sœur.  Je me sens si seule désormais. Pourtant, c'est un visage presque serein que je tourne vers Lauriane. Un masque sculpté par mon éducation, mon rang, l'agacement que je ressens a ce qu'elle vienne me déranger. Rien ne transparaît.

Je l'observe, cette femme qui a épousé ce soit disant frère. Belle, elle l'est sans aucun doute. Je perçois la prudence dans ces pas, dans les mots qu'elle m'adresse. Ais je l'air d'une folle qui se jetterait sur son ennemi dans un cri sanglant ? Oui, je hais ce Gustave qui se prétend frère et empereur. Je n'oublie pas le sang qui a coulé par sa faute. Jamais. J'ai abdiqué en son nom, lui ai apporté mon soutient mais cela n'empêche nullement la haine ni la rancune. Néanmoins, j'ai un sourire indifférent, ni froid, ni chaud. Juste un masque de plus. « Non, vous ne me dérangez pas. » Mon regard la quitte et préfère soudainement s'enliser sur le paysage, fait de tombe et de mort. « La solitude a quelque chose d'apaisant vous ne trouvez pas ? » Bien plus que l'hypocrisie de mes anciens ducs. J'ai vu leur regard, entendu leur murmure. Je n'ai pas réagis, affectant une froideur toute impériale alors même que je n'avais qu'un désir, verser mes larmes amères au cœur des bras de mon fiancé. C'était tellement puéril. « Faites, bien que la mienne ne soit pas des plus festives je le crains. »  Continuais je, refoulant encore mes larmes. Cassandre. Elle m'avait aidé, m'avait soutenue...Sa perte me perçait si cruellement le cœur. L'injustice donnait à mon souffle un arôme brûlant de regrets. Que pourrait comprendre cette femme qui se disait impératrice ? « L'avez vous connue ? » Je doutais. Pour moi, cet enterrement n'était que mascarade, illusion. Inhumée avec les honneurs impériaux....Si cela se trouvait, Gustave l'avait tuée....Comme il m'aurait tuée, comme il pouvait toujours le faire...

AVENGEDINCHAINS


La chute fut si douce.

Tendez-leur la main TitreChimene1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Tendez-leur la main   Tendez-leur la main EmptyLun 19 Mar - 12:25

Son regard inquisiteur n’avait pu cesser de ployer sur la jeune femme, cherchant à discerner ce qu’elle ressentait. Lauriane avait toujours été convaincue que Chimène n’était pas n’importe qui, qu’il ne fallait pas la sous-estimer. A cet instant, elle sut plus que jamais qu’elle avait eu raison. Chimène n’était pas une fragile princesse mais une personne forte, et blessée. Bien qu’elle n’en montrait rien, comment cela aurait-il pu en être autrement ? Destituée de son titre d’impératrice, et assistant impuissante à la mort de chacune de ses sœurs. Et sa dernière sœur, Cassandre, venait d’être enterrée il y a quelques jours. Elle avait tout perdu. Pourtant, face à elle, face à la femme de l’homme qui lui avait tout pris, elle ne se démontait pas. Lauriane se demandait sincèrement si la situation pouvait être vraiment améliorée après tant de chaos.

- Je vous remercie, acquiesça-t-elle sobrement lorsque Chimène accepta sa présence. Évidemment, l’aurait-elle dérangé qu’elle n’aurait rien dit mais elle accepterait déjà ce « oui » pour ce qu’il était, et préféra ne pas relever la petite pique.

La princesse avait détourné son regard depuis quelques secondes déjà, mais Lauriane avait patiemment attendu que la jeune femme l’invite clairement à la rejoindre. Sa remarque sur la solitude avait semblé bien tomber. Chimène n’avait pas tort. Elle-même côtoyait bien souvent cette enveloppe isolante. Et… elle s’y noyait. Intérieurement, dans ses songes, dans ses faiblesses. Dans tout ce qu’elle ne pouvait jamais montrer. A Gustave. A ses enfants. A ceux qui avaient œuvré pour eux. A leurs sujets, désormais. Chimène n’avait sans doute pas besoin qu’elle lui réponde pour savoir comme l’outreventoise devait connaître cet effet de solitude. Qui n’y trouvait pas de refuge dans leur impitoyable univers ?

Ayant désormais rejoint un fauteuil, non loin de Chimène, la dame réfléchissait à ses propos sans que son regard clair ne l’ait quitté. Aussi imperméable Chimène était-elle, aussi sincère Lauriane se souhaitait-elle, elles savaient toutes deux ce qu’il fallait montrer et ce qu’il ne fallait pas. Et la princesse devait retenir une telle douleur… Lauriane ne pourrait certainement jamais l’apaiser. Sa question en était certainement une preuve et un accablant reproche. La princesse lui rappelait comme sa présence était certainement inappropriée mais elle était prête à l’encaisser et à l’accepter. On ne fuyait pas face à la vérité.

- Pas personnellement, reconnut-t-elle, à regret. Cela n’était pas franchement visible car ils n’étaient pas des plus forts mais Lauriane aurait sincèrement aimé connaître les sœurs de Gustave. Je ne l’ai croisée qu’à quelques réceptions lorsqu’elle n’avait pas encore décidé de rejoindre le corps de l’Académie. Cela remonte donc à fort longtemps. Lauriane se tut quelques instants. Derrière ses traits calmes, elle n’était pas certaine du chemin à emprunter. Les soucis humains, intimes, personnels, étaient ce pour quoi elle se sentait le moins douée. Que pouvait-elle apporter à Chimène ? Elle l’ignorait, si tenté il y avait quelque chose. Je suis désolée que vous l’ayez perdue… ”À son tour” aurait pu être rajouté, mais Chimène devait avoir compris le sens sans. Étiez-vous proche de votre sœur ? finit-elle par demander, avec force douceur. C’était une sincère curiosité qui l’avait guidée. Comment était-elle ? Qui mieux que Chimène pourrait rendre justice à Cassandre aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Re: Tendez-leur la main   Tendez-leur la main EmptyDim 29 Avr - 14:57


Chimène & Lauriane

Tendez leur la main



J'ai encore au creux de l'oreille, la voix de ma sœur. Quelques mots jetés avec pragmatisme, cruauté peut être, mais d'une terrible justesse. Ma question était rhétorique et je suis presque surprise d'en recevoir une réponse. L'espace d'un souffle, mon regard flanche, bercé par l'extérieur nimbée de deuil. Ma sœur. Cette sauvage. Cette rebelle. Inconvenante. Imprudente. Impulsive. Si lointaine parfois, si différente de moi, de nous en vérité. J'étais la sage, l'enfant parfaite qui n'outrepassait jamais son rang, dont les caprices n'étaient que frivolités. Chrysolde était devenue reine, Cataline, donnée au pays voisin. Cassandre...Ah ma forte Cassandre avait choisit une toute autre voie, un autre destin...Désormais, elle n'était plus. Sa place, laissée ainsi, vide, froide. Quelque part, cela me terrifiait et la douleur errante dans mon cœur reprenait ses forces, lacérant les chairs à peine refermées. Combien de temps encore devrais je la supporter avant que son souvenir ne devienne qu'un bonbon doux et amer à la fois ? Notre famille a-t-elle été maudite par les dieux pour que chaque fil me soit aussi cruellement arraché ?

Un léger sourire ombre un instant la pâleur de mes lèvres. « Peu d'âmes peuvent se taguer de l'avoir véritablement connue. Pas même moi. » Mes sœurs avaient toujours été des astres autour desquels j'errais. Mon chemin avait été décidé depuis longtemps par ma mère, puis ma sœur ainée...Mais les Dieux avaient jetés sur ce chemin nombres d'épreuves et de difficulté. « C'était la plus forte d'entre nous sans aucun doute, n'a-t-elle pas échappée au carcan de notre nom par ses propres moyens ? » J'étais bien jeune à l'époque, mais cela avait fait grand bruit. Cassandre avait refusé union et mariage arrangés. Rien de tout cela ne l'aurait satisfaite. Jamais. Elle était un aigle qui volait et planait, non un mouton obéissant. « Folle. Intrigante. Arrogante. Irresponsable...Tels sont les mots souvent murmurés dans les couloirs du palais. » Mon regard glisse pour croiser celui de Laurianne. « Quels ont été les vôtres ? »

je ne savais rien de l'histoire derrière ce visage beau et altier. En avais je été curieuse ? Sans doute, dans le secret de mon cœur, mais je m'en étais défendue. Je me l'étais interdit. Que m'importait la famille d'un traitre et d'un imposteur ? Combien même serait il lié a notre famille. J'aurais sans doute aimée être cruelle, dépourvue de cette conscience qui prenait plaisir à me déchirer la poitrine au cœur de la nuit. Ces sentiments rebaptisés faiblesse par ces hommes que le pouvoir aveugle. Qu'avait elle pensé de tout ceci ? Etais je réellement curieuse de cela ? Les conseils de Liam errent à l'orée de ma mémoire, qu'aurait il songé de cette entrevue informelle ? Initiée par l'impératrice elle même ? Sa nature l'aurait sans doute poussé a y déceler le piège, même inexistant, mais j'étais faite d'un autre bois. Plus méfiante qu'avant, certes, mais pas assez bercée d'amertume pour ne voir que le sombre en chaque être.


Spoiler:
 
AVENGEDINCHAINS


La chute fut si douce.

Tendez-leur la main TitreChimene1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Tendez-leur la main   Tendez-leur la main Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Tendez-leur la main
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: