AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-44%
Le deal à ne pas rater :
Compresseur digital programmable Michelin 12V – 6,9 Bars
44.99 € 79.90 €
Voir le deal

Partagez
 

 Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyVen 16 Fév - 17:58

Solveig était une jeune femme ravissante. Et en la regardant, Astrid aurait certainement pu oublier qu’elle était de ces fières et extraordinaires guerrières qu’elle admirait tant dans son enfance. Qu’il en reste si peu aujourd’hui était tragique. Astrid n’avait pas son mot à dire dans leur gestion et elle était contente que Ljöta ait pris les choses mains pour éviter qu’elles ne s’éteignent. Malgré ces quelques appréhensions, Solveig semblait en tout cas réussir à pourvoir à son rôle.

- Comme je vous comprends, lui répondit avec entrain la Duchesse, sourire délié aux lèvres. Lorsque je suis devenue Duchesse, sortie de nulle part, je n’étais pas sûre que les Kyréens m’accepteraient. Et j’avais tant à apprendre en peu de temps que mes journées ne semblaient jamais être assez longues. On sentait percer dans sa voix la joie du souvenir et la compassion pour la jeune femme. Je suis certaine que Ljöta ne vous aurait pas désigné si elle ne vous en savait pas capable. Dites-vous que tout ce qui a été fait aujourd’hui n’est plus à faire demain !

Un peu d’humour ne faisait pas de mal, et voir le verre à moitié plein que vide était une bien meilleure expérience. Astrid ne s’en serait certainement jamais sorti autrement à l’époque. Malheureusement, elle ne voyait quel meilleur conseil elle aurait pu prodiguer à l’Instructrice car elle connaissait mal ses tâches et ignorait donc si elle pouvait déléguer à autrui. Un avantage non négligeable qu’elle avait elle-même appris avec le temps. Son regard souriant afficha quelque mine surprise quand elle aperçut la jeune femme se reculer et Anthim et sa nouvelle épouse se diriger vers eux. Ce n’était pas tant qu’elle ne s’y attendait pas mais, enfin, Astrid si sensible bien qu’elle ne le montrait que rarement avait été assez peinée de la mésentente qui s’était installé entre Anthim et elle. Elle ne l’avait pas revu depuis et appréhendait quelque peu malgré tout.

Ce ne fut pas nécessaire. Anthim était aussi aimable que dans ses souvenirs et cela lui arracha les débuts d’un grand sourire qu’elle reporta sur la nouvelle sultane. Cette jeune femme devait avoir bien du courage. Cela ne devait pas être évident de devoir remplacer Sitara, pour laquelle Anthim avait eu tant d’affection.

- Anthim, le salua-t-elle avec plaisir d’une belle révérence sans cependant avoir mis toutes les formes dans les titres. Ils avaient tellement conversé que les parfaites manières lui échappaient parfois sans que cela ne lui sembla être un tort. Dame Shéhérazade, retirera-telle. Je suis ravie de faire votre connaissance.

La suite la prit légèrement au dépourvu mais elle reconnut bien là les manières du Duc. Astrid ne savait plus trop où se mettre devant tant de compliments, seul son sourire reconnaissant et conquis y répondit. Anthim exagérait un peu, mais elle était contente qu’il n’ait pas gardé plus de rancune que cela. La guerre avait malheureusement rendu toutes autres choses caducs. Elle était en tout cas ravie de pouvoir rencontrer sa nouvelle épouse. La sultane était en tout cas fort aimable, ses manières sûrement bien plus parfaites que les siennes lorsqu’elle était devenue Duchesse.

- Ce serait avec grand plaisir, dame Shéhérazade. J’espère seulement que votre époux, dans sa trop grande gentillesse, n’ait pas vanté plus de mérites que je n’en ai et ainsi ne pas vous décevoir.

Evidemment, c’était avec ces quelques notes d’humour que sa réponse s’était faite, un sourire néanmoins ravi. Astrid accueillit comme il se devait le présent. La bague eut quelques reflets familiers dans ses yeux. La sultane ne devait pas penser avoir misé si juste en lui offrant un tel cadeau.

- Votre présent me touche particulièrement, chère Shéhérazade, répondit avec douceur Astrid, tandis qu’elle inclinait le port de sa tête avant de glisser l’anneau serti au majeur de sa main droite. Puisse-t-il veiller sur elle et ses enfants durant cette journée. La pression au fond d’elle se fait à nouveau sentir. Elle doit vite reprendre le contrôle. Mais permettez-moi de vous complimenter à mon tour. Et c’était peu dire... tous ces bijoux qui scintillaient chaleureusement. Vous êtes ravissante. Vous apportez un peu de la chaleur d’Erebor dans cette contrée si froide. Cela ne se produit guère souvent. J’espère que les rigueurs de notre climat ne vous causeront nul tracas.

Astrid avait ainsi espéré à son tour réchauffer un peu le cœur de cette jeune sultane pour qui tant de choses ne devaient guère être aisées. Elle aurait aimé désormais pouvoir échanger, conserver, s’excuser enfin de vive voix auprès d’Anthim mais les mots lui manquaient et la situation ne s’y prêtait guère. Surtout que l’arrivée d’Octave n’allait guère tarder, Astrid se devait d’être concise.

- Je vous remercie pour votre prévenance, Anthim. Quelques remerciements pour les mots auxquels elle n’avait pu répondre. Son regard s'était quelque peu voilé malgré l'apparence si sereine de sa posture, gage de quelques remords. Il me tarde de pouvoir à nouveau échanger avec vous.

L'annonce de l'arrivée d'Octave retentit.

Résumé :
 


Dernière édition par Astrid d'Evalkyr le Mar 27 Fév - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Modo
PNJ • Modo
La Fatalité
La Fatalité

Messages : 858
J'ai : /
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptySam 17 Fév - 0:14




Chroniques d'Arven

Intrigue 3.2

De Plume et de Serre

29 mars 1003



Intrigue animée par Danette



Les rumeurs vont bon train, qu'elles parlent de l'éventuel appendice masculin d'une certaine Voltigeuse ou de la disparition plus qu'étrange de Sixtine, qui n'aurait pas délaissé son frère à quelques semaines de son couronnement. Au milieu des rumeurs et des discussions, beaucoup en profitent pour échanger des cadeaux ou parler politique, pour mieux tester d'éventuelles nouvelles alliances.
L'arrivée d'Octave ne passe pas inaperçue, et chacun y va de son commentaire. Arrivée tapageuse ou fastueuse, les opinions sont divisées. Quelques minutes encore, et une nouvelle envolée de trompettes interrompt les discussions.

Tout est en place. Tandis qu'un héraut déclame ses titres, Octave est mené devant l'assemblée, prêt à porter le destin d'Ibélène sur ses épaules. Dominant la foule sur l'estrade richement décorée, le futur empereur le sait : le moment est solennel, l'instant historique, et le moindre faux pas de sa part ne sera pas pardonné. Octave n'a pas le droit à l'erreur. Le protocole suit son cours et le Maréchal de Serre, qui s'est éclipsé quelques minutes, réapparaît. Il escorte la couronne impériale, sagement posée sur son coussin de velours, et qui ornera bientôt le front du nouvel empereur.

Octave se dresse fièrement, prêt à endosser ses nouvelles responsabilités, et le duc Hjalden d'Evalkyr attend à ses côtés. Sans nul doute, certains grinceront des dents devant cette décision qui donne le premier rôle à Valkyrion.

Les notes triomphales s'éteignent, le silence emplit la salle tandis que le duc de Valkyrion soulève la couronne pour la poser sur le front du très jeune empereur d'Ibélène. La pause se prolonge avant qu'un applaudissement timide ne retentisse, imité par d'autres. Il est aisé de repérer ceux qui ne mettent pas forcément beaucoup de cœur à acclamer le nouvel empereur. Voltigeurs et gardes impériaux demeurent sur le qui-vive, prêt à intervenir pour sanctionner tout débordement.

Quelques mots du nouvel empereur finissent par faire revenir le silence, quelques mots qu'à nouveau, le jeune homme ne peut risquer de mal prononcer. La tension est grande, mais le jeune empereur est préparé depuis des semaines, et il s'en sort avec les honneurs. Pour ceux qui le soutiennent, en tout cas, l'avenir s'annonce prometteur. Pour les autres ? Le Destin et la Fatalité sont les seuls à le savoir.

Réjouis-toi, Ibélène ! Ton nouvel empereur est couronné !





Deuxième Tour

Consignes



IRL : du samedi 17 février au vendredi 23 février (18h).
IRP : le 29 mars 1003, milieu de matinée.

• Ce topic concerne les personnages inscrits à l’intrigue au préalable. Si ce n’est pas le cas, un petit MP à la Fatalité et vous serez les bienvenus ! Je vous rappelle que malgré la trêve, les Faës ne sont pas admis en Ibélène. Les mages ibéens ont tout intérêt à se montrer discret, Valkyrion étant un duché particulièrement hostile à la magie.

• Le tour couvre la mise en place du protocole du couronnement, de la mise en place d'Octave à l'arrivée de la couronne impériale, et enfin le couronnement en lui-même.

• Vous pouvez bien-entendu parler de vos réactions, mais ne vous avancez pas trop dans le temps ! :red: Quelques minutes, tout au plus. Le discours d'Octave interviendra au cours de ce tour, soyez patient ! :geu:

• Les patrouilles de gardes ducaux sont nombreuses, et les Voltigeurs montent la garde depuis le ciel. Le couronnement se fera sous haute surveillance, Valkyrion gardant encore la cicatrice des événements survenus à Svaljärd il y a quelques mois.

• L'atmosphère est toujours tendue, notamment avec la peur, omniprésente, de l'irruption de la Chasse Sauvage. Les nouvelles vont vite, on sait qu'elle a déjà emporté de nombreuses personnes. La perspective de la fin de la trêve est également dans tous les esprits.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots en utilisant impérativement ce site et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

En avant, dragonnets! :roc:





♦ Je suis le PNJ utilisé par les modératrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptySam 17 Fév - 13:49

Noblesse • Savants



Apolline

de Sombrelune



Chapitre III.2 ♦️ De Plume et de Serre

Présentation



Elle a tardé à arriver, Apolline. Vêtue d'une robe somptueuse très Cielsombroise mettant en valeur tout ce qu'elle peut mettre en valeur, c'est avec un port de tête très digne qu'elle fait son entrée au milieu de la noblesse et des invités moins remarquables. Toute la haute société ibéenne est venue assister au couronnement. Les yeux pétillant de malice, la jolie Apolline contemple toutes ces têtes ducales, insistant particulièrement sur son duc et sur la nouvelle sultane d'Erebor, duché qui nourrit sa fascination. Les Erébiennes ont toujours été d'une exquise beauté. Ce duché de roc et de sables est une merveille à l'état pur et Apolline a souvent la nostalgie de ces paysages à couper le souffle, bien éloigné de Sombreciel. Qui plus est, elle a entendu dire que Shéhérazade apprécie énormément la poésie et Apolline se promet de trouver une occasion pour aborder ce sujet avec elle.

La poétesse est dans son élément, bien à l'aise, environnée par tout ce luxe, par ces richesses merveilleuses. Son regard tombe sur ce Maréchal misogyne, gloussant en entendant la rumeur qui circule sur Grâce de Sombregemme. Elle aperçoit également Astrid, sur qui elle a médit plus tôt dans la matinée, escortée par une guerrière. En dehors de la talentueuse Astarté, il n'y a aucun roturier qui trouve véritablement grâce à ces yeux et la Cielsombroise les aperçoit sans vraiment les voir. Elle se faufile dans les foules, saluant à droite et à gauche ses connaissances, pouffant à certaines plaisanteries, alimentant avec ravissement d'autres rumeurs ridicules et promouvant la parution prochaine de son nouveau recueil de poème. Mais la Cielsombroise ne peut que déplorer l'absence de Séverine. Elle ne l'a pas revu depuis décembre dernier, même si son séjour à Hacheclair a été rapidement écourté et qu'il vaut mieux pour elle qu'elle ne remette pas les pieds là-bas de si tôt. Cependant, il n'y aurait aucun soucis à ce qu'elle lui parle ici, à Valkyrion, alors qu'elle est également une invitée et elles en auraient certainement profité. Quel dommage, vraiment.

L'arrivée tant attendue d'Octave d'Ibélène finit par couper court à ses réflexions et sa mauvaise langue, tandis qu'un concert l'accompagne dans sa somptueuse entrée. Les chuchotements s'élèvent de part et d'autres, certains critiquant cette entrée fracassantes, tandis que d'autres l'admirent. Il y a toujours des heureux et des jaloux, de toute façon. Le duc de Valkyrion est au côté du futeur empereur qui réussit l'exploit de ne pas trembler devant toute cette foule qui le juge avec attention. Silencieuse, pour une fois, Apolline le regarde se faire couronner empereur d'Ibélène, scellant ainsi le destin du jeune homme. Même, du jeune orphelin.
Voilà, c'est fait, l’empereur est couronné. Apolline ne peut qu'apprécier un empereur bercé du côte des arts et de la musique mais aura-t-il les épaules assez fortes pour porter le fardeau de ce nouveau rôle ? Nul doute qu'il restait l'héritier, mais ce couronnement est très précoce et arrive dans des circonstances plutôt malheureuses. A voir ce qui va suivre. Apolline se retourne donc pour partager ses impressions avec son voisin. Déjà, certains chuchotements fébriles se font entendre. Tous y vont de leur petit commentaire.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptySam 17 Fév - 21:41

Octave, le voilà enfin. J’étais bouche bée, admiratif devant sa prestance. J’entendais autour de moi bon nombre de rumeurs et de commentaires, dont plusieurs qui me faisait dresser les cheveux sur la tête. Sixtine aurait soi disat abandonné son frère. C’était impossible. Je connaissais suffisamment Sixtine d’Ibelène pour savoir qu’elle n’aurait jamais fait ça, tout comme Martial n’aurait jamais abandonné son duché, ni Séverine quitté son époux, malgré le dégout qu’il lui inspirait. Non, ils avaient disparu, d’une manière bien mystérieuse. Et savoir Sixtine et Séverine sans doute en danger me rendait maussade. Je regardais Octave s’avancer dans la grande salle, le cœur serré. Mes enfants, bien au contraire, affichaient de grands sourires. Rolf, qui avait pratiquement le même âge que le jeune empereur, allait sans doute en profiter pour tenter de lier quelque amitié avec lui. Ce n’était pas plus mal, même si j’allais surveiller le comportement de mon aîné d’un œil attentif. J’avais également aperçu Melbren de Séverac dans la salle, et je savais que Rolf l’avait vu aussi. Nos réputations étaient sources de nombreux racontars, et je ne tenais pas à ce que l’on se mette à parler de nous pendant cette cérémonie. J’avais de la chance qu’il y ait des nobles plus haut placés, eux aussi avec leurs propres réputations. Relégué au second plan, je me satisfaisais de pouvoir me trouver ici sans attirer les regards dédaigneux.

Les trompettes sonnèrent, et un héraut commença à énumérer les titres d’Octave. La cérémonie commençait. Tous les regards étaient tournés vers Octave. Il dominait l’assemblée, majestueux. Je me dis, à travers moi, que, à sa place, j’aurais été très nerveux, surtout par les temps qui courent. Le jeune souverain n’a pas droit à l’erreur, s’il veut avoir la confiance de ses sujets et le soutien de ses vassaux les plus puissants. Pour ma part, je n’aurais pas le choix, je devrais suivre. Je regardais la cérémonie, attentif. Je regardais le duc de Valkyrion poser la couronne sur la tête de notre nouvel empereur avec une certaine fierté. Quel honneur pour Valkyrion d’avoir été choisi pour ce rôle de premier plan. Les applaudissements, d’abord timides, se font entendre. Pour ma part, j’applaudissais tout en regardant les différentes réactions autour de moi. Certains devaient bien grincer des dents.

Puis mon regard accrocha une silhouette que j’avais appris à craindre. Anthim d’Erebor. Il était donc bel et bien présent. Je me figeais, ne pouvant détacher mon regard de lui. Je le revoyais, ordonnant à ses hommes de me couper la première phalange de mes deux auriculaires, et, bizarrement, la douleur dans mon genou se réveilla. Je serrais les dents et luttait pour ne pas m’en aller. Je voulais sortir, m’éloigner le plus vite possible de cet homme impitoyable. Je commençais à reculer quand le bras d’Elanin m’arrêta. Sa main se glissa dans la mienne, et elle me demanda ce qui n’allait pas. Son regard inquiet suffit pour me redonner un tant soi peu de courage. Je tournais donc le dos à Anthim d’Erebor, me concentrant sur ma fille, et la rassurait. Je serrais doucement sa main dans la mienne, et essayait d’écouter le discours d’Octave tout en ayant l’air le plus serein possible. Le jeune empereur parvint à prononcer un discours sans tâche, digne de sa nouvelle position. Je laissais échapper un petit sourire et suivis ma fille quand celle-ci décida d’aller voir une de ses vieilles amies, présente pour l’occasion.

Je me détachais d’elle, la laissant vagabonder et surveillais Rolf qui s’éloignait également quand je percutais un homme, sans grande violence. Je le regardais, et reconnu le guerrier qui m’avait sauvé des griffes de la mort, dans le désert. Quelle belle coïncidence ! J’inclinais la tête, en signe de respect, et lui dis :

« - Monsieur, je suis heureux de vous revoir. Sachez que je vous en suis encore très reconnaissant pour ce que vous avez fait envers moi. »



Spoiler:
 


Dernière édition par Raygnar d'Ysgramor le Mer 7 Mar - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Shéhérazade d'Erebor
Shéhérazade d'Erebor

Messages : 137
J'ai : 29 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, sultan d'Erebor
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptySam 17 Fév - 23:07

La matinée touche à son terme. Le timide soleil kyréen est presque à son zénith, et par les fenêtres le regard de Shéhérazade parfois s’égare au-dehors, s’émerveillant de la différence avec les rayons brûlants de l’astre lorsqu’il en caresse Erebor. Elle ne cesse de compiler une liste de divergences avec sa vie d’avant, de plus en plus longue au fil des jours – et elle espère secrètement avoir la possibilité de visiter un peu le reste du continent. Les portes du harem ne sont-elles pas, contre toute attente, enfin ouvertes pour elle ? Une infinité de chemins s’étend devant elle, et elle souhaite que celui sur lequel son royal époux la mènera portera ses pas vers de nouveaux horizons. Elle a tant à découvrir ! Et une insatiable curiosité à assouvir.

Pour le moment, elle met fin à sa discussion avec la charmante duchesse Astrid sur quelques paroles d’amitié, se promettant intérieurement de nouer des relations plus approfondies avec cette femme dont les abords sérieux dissimulent apparemment une intelligence prometteuse. Pour qu’Anthim lui sourie avec tant de sincérité, c’est sûrement qu’elle a su mériter son respect – aussi la sultane s’alignera-t-elle sur le sultan pour cultiver l’amitié de la souveraine de Valkyrion. Pour l’instant, c’est sur la personne du jeune Octave qu’elle reporte son attention – un peu contrainte et forcée, d’ailleurs, tant son entrée est fracassante.

La main de Shéhérazade se crispe imperceptiblement, ses lèvres se pinçant légèrement en un pli de dédain. Tant d’effets dramatiques ! Tant de salamalecs ostentatoires ! Il est bon d’impressionner ses sujets et de donner à son peuple un spectacle de splendeur pour illuminer ses yeux et lui donner foi en son souverain, l’Erebienne le sait bien ; mais dans cette assemblée, il y a les hauts seigneurs du continent, et le jeune prince a simplement réussi à passer pour prétentieux à ses yeux en voulant imposer sa supériorité. A-t-il donc ainsi besoin que l’on proclame sa grandeur, pour asseoir son droit d’héritage à gouverner ? N’est-il pas capable de se présenter en toute humilité, dans une telle occasion ? Elle se sent presque… insultée, la fière sultane, de voir le faste écrasant dont le jeunot semble devoir s’entourer. Il a vingt-six ans, à en croire les informations qu’elle a consultées – il lui paraît en avoir dix de moins, englouti ainsi dans mille fioritures qui alourdissent très fâcheusement son entrée. Non, vraiment, il ne lui fait pas très bonne impression, ce prince trop peu sérieux qui n’a jamais pris la peine de visiter Erebor pour rencontrer ses sujets du sable et du roc, et l’arrogance erebienne qui flamboie dans les veines de la toute récente sultane pardonne mal ce genre de faux pas insultant.

Pas un salut aux ducs présents, pas un seul mot gracieux pour les duchesses attentives, aucun remerciement aux seigneurs et dames qui sont venus de si loin honorer son couronnement de leur présence – il s’assied, comme s’ils n’étaient tous que des serviteurs à ses ordres, et Shéhérazade se mord la lèvre pour contrôler son humeur. Il est jeune, malgré tout – peut-être n’a-t-il pas conscience des égards dus à ses seigneurs couronnés, et peut-être n’a-t-il sincèrement aucune idée de l’intensité de l’affront qu’elle ressent vivement.

Peut-être son discours sera-t-il convaincant.
Peut-être.

À en juger par le regard criant qu’elle échange avec Anthim, de sultan à sultane… elle en doute légèrement.

Spoiler:
 



Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 TitreSheherazade1

Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Bastien Aigrépine
Bastien Aigrépine

Messages : 437
J'ai : 32 ans
Je suis : Major de division d'Euphoria

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel ; Octave, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tara Mille-Visages, Gustave de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyDim 18 Fév - 12:55

Si je suis focalisé sur mes échanges avec les deux jeunes femmes, je me rends bien compte qu’autour de nous, les discussions vont bon train. Mais je n’ai pas le temps d’en dire plus que la principale intéressée débarque d’on ne sait où. J’arque un sourcil à ses propos, levant les yeux au ciel alors que les donzelles la fixent, les yeux écarquillées. Elles sont tellement stupides qu’elles seraient capables de la croire. Je dresse un index dans sa direction, prêt à répliquer, avant de recevoir un coup sur l’épaule. Que je frotte, en plissant des yeux. « Tu préfères que je sois en train de me pâmer d’admiration devant un échange de cadeaux que je trouve pour le moins déplacé lors d’une cérémonie de couronnement ? » En tout cas, si j’étais le principal concerné, j’apprécierais moyennement de ne pas être totalement le centre de l’attention et que tous les présents ne me soient pas uniquement destinés. L’espace d’un instant, mes pensées s’égarent alors que le rêve que j’ai fait il y a quelques semaines me revient brusquement à l’esprit.

Celui où moi j’étais Empereur, où j’étais leur souverain à tous. Je penche la tête sur le côté, brusquement plongé dans mes souvenirs alors que je me demande si mon propre couronnements aurait ressemblé à ça. Ou pourrait lui ressembler. Un jour. Sait-on jamais. Que ce rêve soit prémonitoire. En tout cas, je ne permettrais pas que toute leur attention ne soit pas centrée uniquement sur mon arrivée imminente. Voilà qui n’est pas de très bon augure pour Octave en réalité, de voir à quel point les gens semblent avoir un respect pour le moins aléatoire le concernant. Je laisse filer quelques instants de silence, perdu dans mes pensée. Et j’ai un regard vers Melsant alors qu’il se rapproche de sa fiancée, oui, même de penser à ce mot m’est désagréable, avant de secouer la tête pour me remettre les idées en place. Et pour souffler, non sans un sourire, aux deux jeunes filles, retrouvant mon allant habituel. « Si je m’engage à vous prouver après cette journée qu’elle raconte n’importe quoi, qu’en dites-vous. » Et voilà qu’elles gloussent de nouveau alors que je leur propose de les retrouver plus tard dans la nuit, ce qu’elles ne refusent pas. Toutes les mêmes décidément.

Mais voilà que l’ambiance change brusquement. Impossible de ne pas comprendre ce qui se passe et, inconsciemment, je me fais plus sérieux, la tête haute, réprimant un sourire à son arrivée pour le moins remarquée. Mais je me dis que c’est exactement ce que je ferais à sa place, histoire de bien rappeler qui est au centre de cette journée. Et qui sera notre nouvel empereur. Je suis les mouvements de chacun avec attention, alors que la cérémonie se déroule sans le moindre accro. Et j’ignore superbement cette petite bouffée de jalousie qui m’étreint en voyant le rôle tenu par le Maréchal de Serre dans cette histoire, songeant que c’est une place que je pourrais amplement mériter. Tout comme j’ignore des images qu’Ortie se plaît à me rappeler alors qu’elle ne me montre pas vraiment au mieux de ma forme. Enfin, peu importe. Je suis plus agacé à voir les grands de ce monde qui semblent de nouveau prêt à commenter le moindre des faits et gestes du nouvel empereur, sans même que la cérémonie ne semble vraiment terminée. Je me crispe légèrement, cherchant les autres Voltigeurs du regard pour essayer de capter leurs impressions et, malgré ma propension à fanfaronner, j’essaie de vérifier qu’il n’y a rien qui pourrait réellement troubler cet évènement. Autre que les rumeurs et autres cancans qui ne manqueront pas de continuer tout au long de la journée. Et je m’adosse à un mur, non loin de mes camarades, fixant Octave avec attention.

Spoiler:
 


Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 TitreBastien2
Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 OdBXI5EV_o
Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 PlumeSerreServir
Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 ArtGuerrePrismeLunaire
Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 RandomJupons
Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 1525464646-bastien
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
En ligne
Astarté des Sables
Astarté des Sables

Messages : 2640
J'ai : 27 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyDim 18 Fév - 15:46

Des mots qui plaisent, des gestes qui charment. Astarté avait accueilli les compliments à son endroit avec une apparente humilité, la tête basse pour les ducs et duchesses et un sourire flatté sur ses lèvres charnues. Sa fierté n’en était que plus grande, malgré les apparences trompeuses. Elle avait suivi Shéhérazade comme une ombre, à l’instar de ses suivantes, patientant que le couple ducal remette encore quelques uns des présents qu’elle avait elle-même façonnés. Invisible pour cette élite qui se retrouvait enfin, la gitane n’avait prononcé aucun mot, se cantonnant à son rôle de joaillière invitée.

À l’arrivée du jeune empereur, Astarté avait oublié pendant un instant qu’elle se trouvait confinée dans une vaste salle fortement peuplée. Une musique étrange, bien lointaine de ce qu’elle avait pu entendre au sein des clans du désert, s’élevait pour ponctuer les pas d’Octave d’Ibélène. Puis des trompettes et une déclamation de titres, et une couronne - la couronne impériale - transportée avec mille délicatesses. Les yeux grands, la joaillière s’efforçait de ne rien manquer de l’ornement autant superbe que symbolique. On lui avait raconté, lors de son entrée à la Guilde des Gemmes, quelles mains avaient façonné les ornements impériaux et quels bijoutiers de renom avaient réussi à se tailler une place auprès de la Couronne d’Ibélène. L’idée la traversa et repartit aussi vite, comme si la peur de croire ce rêve avait quelque chose de dangereux. Et si elle y arrivait…? Si elle, Astarté des Sables, se faisait remarquer par la famille impériale et grimpait jusqu’à eux? Elle eut une pensée pour les bijoux ouvragés, plus sobres que ce qu’elle créait pour sa marquise, qui accompagnaient les nombreux présents offerts par Erebor. Les plus jolies pièces avaient été soigneusement choisies puis retravaillées et résidaient désormais dans leur  écrin de velours. Quoi qu’il advienne, Astarté savait qu’avec les compliments généreux de sa sultane, elle partirait d’Ibelin avec une réputation plus brillante encore.

Lorsque le duc de Valkyrion souleva la couronne pour en coiffer le nouvel empereur, même Astarté ne put retenir un léger sourcillement. La place de son roi n’était-elle pas au-devant, elle aussi? L’amertume était là, piquant la fierté immense de la gitane pour son duché, et sans même les regardait, elle pouvait deviner que sultan et sultane n’étaient pas ravis du déroulement de ce couronnement. Ce fut sous un sourire débordant d’hypocrisie que la joaillière participa à l’applaudissement générale. Sujette dévouée.

Dans cette foule incertaine et mitigée, Astarté lança un coup d’oeil discret sur les convives, autour d’elle, dans l’espoir, peut-être, de continuer ce jeu discret des regards anodins. Si des alliances allaient se créer lors de ce couronnement pour les hautes sphères d’Ibélène, les petites gens, elles, pouvaient bien tisser d’autres genres de liens.

Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyLun 19 Fév - 6:11

Tu restes en retrait, non loin du trio, mais salues la délégation erebienne quand elle se présente, silencieux. Tu t'écartes davantage lorsque la conversation s'engage. Tu ressens toujours cette légère pointe d'appréhension quand Anthim d'Erebor et ton frère sont concernés. Cependant, Castiel est de bonne humeur, les regards sont tournés vers eux et le couronnement n'a pas commencé. Alors, tu restes confiant.
Tu croises le regard d'une jeune femme et un sourire naît sur tes lèvres. Astarté. Tu lui rends son salut avec un enthousiasme non feint. Tu es heureux de la retrouver en bonne santé, malgré votre dernière rencontre teintée de morts et de chaos.

Quand les Erebiens s'éloignent, tu t'approches à temps pour entendre la remarque de Castiel ; tu te retiens de glousser. Alméïde croise ton regard et tu ne laisses rien transparaître, un simple sourire aux lèvres. Tu te détournes ensuite en quête de Valentin. Quand vos regards se croisent, il s'approche de toi, le visage aussi neutre que possible. Tout bas, penché vers lui pour ne pas être entendus, tu murmures : « Êtes-vous certain que je ne peux pas m'éclipser discrètement ? Cela ne changerait pas grand-chose. » Tu n'es pas sérieux, mais Valentin sait que tu appréhendes ce jour et les raisons derrière. Le sourire de celui qui est bien plus qu'un domestique pour toi a beau être léger et bref, il te fait du bien. « Que Monsieur se rassérène, Sa Grâce le duc est là pour veiller sur lui. » Tu hoches la tête faiblement. « Votre place est ici, Sire, nulle part ailleurs. » A ton tour de sourire brièvement à l'assurance dans ses mots. « Laissez-moi aller vous chercher une boisson. » Tu acquiesces, un peu moins tendu. « S'il vous plaît, Valentin. Ce n'est pas de refus. »

L'homme s'éclipse et tu inspires doucement alors que Mélisende s'approche, son sourire si connu, si aimé ravivant instantanément ton enthousiasme. Les mots que vous échangez écartent momentanément tes inquiétudes, les pensées qui te rongent lentement. Ils repoussent les regards détestables, les chuchotements inaudibles, mais, surtout, ils te permettent d'oublier l'hypocrisie qui emplit l'air de sa puanteur. Tu as l'impression d'être une bête exotique en cage, là pour le divertissement des nantis. Tu les as côtoyés, ces gens ; la moitié d'entre eux ne t'avait jamais regardé de la sorte. Comme si la guerre t'avait soudain rendu contagieux, infâme, ennemi. Seulement, ta magie était là avant ; tu n'as pas changé. Tu es toujours Savant, Ibéen, Cielsombrois et dévoué à ton empire, même si lui ne veut plus de toi et te traite en paria. Tu leur cracherais bien à la figure ta façon de pensée, mais, à la place, tu serres les dents et tu souris comme si de rien n'était. Pour l'instant.
Valentin revient et, cette fois, tu lui offres un vrai sourire. L'homme a même pensé à ramener un verre à ta sœur ; béni soit-il.

Tu observes Octave s'avancer et tu lis sur son visage une assurance qui te fait chaud au cœur, feinte ou non. La pause qu'il marque te fait froncer les sourcils et tu l'encourages intérieurement pour qu'il se reprenne, qu'il parle. Seulement, il va s'asseoir et les langues de vipère entrent en action. Pour ta part, tu n'es pas inquiet, il a bien le temps de se reprendre et de leur montrer à tous ce dont il est capable.
La cérémonie peut commencer et chacun prend sa place. Derrière le trio ducale, Mélisende à ta droite, le reste de ta famille non loin, tu suis le tout avec attention. Tu applaudis chaudement quand le couronnement se conclut, malgré l'enthousiasme mitigé dans les rangs. Mage ou non, tu restes un sujet ibéen et tu comptes bien montrer ton soutien à votre nouveau dirigeant.


Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B
















Dernière édition par Melbren de Séverac le Mer 28 Fév - 0:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Octave Main-de-Velours
Octave Main-de-Velours

Messages : 100
J'ai : 27ans
Je suis : Ménestrel, apprenti Accordé (Cordes)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma soeur, Sixtine
Mes autres visages: Aubrée & Rhapsodie
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyLun 19 Fév - 12:30

Ça aurait pu être bien pire.
On lui a glissé à l’oreille quelques encouragements, recommandations et rappels pour la suite, qu’il a accueilli d’un hochement de tête et d’une légère crispation de la mâchoire. Le plus dur reste à venir. Cela ne fait que quelques instants qu’il est entré, surtout. Et il est certain que son entrée n’a pas été du goût de tout le monde. Il lui suffit de promener son regard quelques secondes sur l’assemblée pour repérer les moins convaincus. Et il comprend rapidement que cette entrée pompeuse n’a pas fait l’unanimité, d'après les visages crispés de certains et les messes basses d'autres. Et il a l’impression que sans avoir encore rien dit, il s’est déjà mis à dos la moitié des puissants d’Ibélène. Et pourtant, ce n’est pas vraiment lui qui a décidé que tout se déroule ainsi ; il a simplement suivi des conseils qu’il n’aurait pu contester. Il n’y connait pas grand-chose, après tout, et bien moins qu’il devrait. Il a fait confiance. Et si ça n’avait tenu qu’à lui, il ne se serait même pas levé ce matin.

Enfin, il imagine que ceux qui doutent déjà de lui depuis un moment ne vont pas changer d’avis en quelques secondes, et que c’est juste le reflet de ce que pense Ibélène de lui. Heureusement, il a des amis, aussi ; des gens qui l’apprécient, et qui croient un minimum en lui. Astrid d’Evalkyr, par exemple. Mélusine, qu’il a repéré un peu plus loin, et la jolie blondinette qui l’accompagne, la seule à sa connaissance qui ait percé son secret à jour. Ou encore le plus jeune des Séverac, dont la venue à son couronnement est si sujette à polémique, peut-être autant que son propre couronnement.

Un changement brutal de mélodie se fait entendre. Son ventre se noue violemment, mais il fait bonne figure, et se lève, priant pour que ses jambes lui obéissent. Et il s’avance devant la foule. Et alors qu’il aperçoit la couronne sagement posée sur le coussin porté par le Maréchal de Serre, que Hjalden s’approche de lui, qu’on déclame ses titres à voix haute pour que chacun l’entende, il se dit qu’il n’est pas prêt. Qu’il ne l’a jamais été. Il peut bien se mentir et mentir aux autres, la vérité est là. Il n’a jamais été aussi proche de la couronne, et il n’en a jamais aussi peu voulu. Et pourtant, le duc d’Evalkyr la soulève et la lui pose sur le front, avant de s’écarter. Et sous les applaudissements plus ou moins sincères, il se redresse, à peu près fièrement. Et cette fois, il va falloir qu’il parle, pour de vrai, qu'il prononce le discours qu'il prépare depuis des jours. Il a peut-être oublié ce qu’il avait à dire plus tôt, là, il n’a pas le droit à l’erreur. Alors, il inspire profondément, compte jusqu’à cinq très lentement, et se lance.

- Aujourd’hui, moi, Octave d’Ibélène, fils d’Augustus d’Ibélène et petit-fils d’Achille Poing-d’Acier, fils et petit-fils d’empereur, deviens Empereur à mon tour. Et je jure solennellement, devant les dieux et les hommes, de me montrer leur digne successeur. Je jure de toujours agir dans l’intérêt de l’Empire, et de servir Ibélène jusqu’à ce que Sithis m’emporte. Je jure d’être un Empereur honnête, impartial, tolérant et loyal. Et je jure de tout mettre en œuvre pour que l’Empire se relève de ces événements qui le fragilisent depuis si longtemps et pour ramener la paix là où règne le chaos. Pour l’empire. Pour Ibélène !

Il n'a hésité sur aucune syllabe. Il a appris ces mots par cœur, et y a rajouté une dose certaine d’interprétation, comme il le fait naturellement avec les poèmes qu’il chante lorsqu’il joue de la musique. Pour une fois que ses talents lui servent à quelque chose…

Spoiler:
 







Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyLun 19 Fév - 16:34

C'était étrange de lire la faiblesse mais aussi l'assurance dans le regard d'Octave qui pénétrait les lieux sous musique dont il était certain qu'Augustus aurait pu s'en passer pour attirer l'attention. Mais peut-être que ce n'était que l'illusion de l'assurance, peut-être que la future tête couronnée faisait l'effort de faire paraître ce que tous aspiraient à voir en lui en ce moment  ; un souverain digne et fort à la hauteur du précédent. Qu'il ne soit que copie bien pâle une fois la surface éraflée ne comptait pas présentement, il y aurait toujours moyen de le voir s'élever et de le conduire sur les bonnes voies. Tout du moins c'est ce que Richard espérait, sauf s'il ne devenait plus que le jouet ou l'instrument d'un avide conseiller. En tout cas, l’apparence était importante et si Octave ne reflétait pas encore l’expérience et la confiance, il reflétait son rang au moins.

L'heure n'était pas aux doutes ou aux craintes de toute manière. Et Richard escorta la couronne fièrement devant tous, avant de la transmettre à Hjalden qui s'enquit de la ceindre à la tête du jeune homme, successeur de la couronne. Reprenant place pour admirer la suite du couronnement, il se cala debout à côté de Tybalt qui s'était fait une jolie place par on ne sait quelle miracle. L'empereur était là, devant eux, moment historique qu'il espérait voir durer. Moment historique qu'il partageait avec son sang. Moment historique dont il pourrait parler un jour par le passé en disant que ses inquiétudes de ce jour avaient été vite balayés par le talent orateur et imposant tout comme inattendu d'un jeune héritier sous-estimé – tout du moins l'espérait-il. Il ne regarda pas qui se trouvait alentour, car seul l'instant présent comptait. Il ne demanda pas à qui avait parlé Tybalt, car cela ne représentait que fort peu de chose en ce moment. Mais il ne pu faire sans commenter ce qu'il voyait, sans expliquer ce qui se déroulait au jeune lorgois avant que le discours ne se fasse. Ainsi fit-il l'éloge de Hjalden avant de tendre l'oreille au discours.

Alors certes il était loin, Richard, de correspondre et d'approuver aux critères qu'Octave jugeait important pour un Empereur, mais il ne pu contester. Augustus avait été ce genre d'homme après tout – même si il en envoyait davantage de son vivant comme dans sa mort que son fils en ce moment. Le discours dans son ensemble était correcte et sans bavure, la saveur viendrait plus tard avec le temps, se disait-il. Il applaudit Richard, dans la foule, en indiquant à sa chair, pas trop fort pour que les grosses pointures ne l'entendent guère et ne s'en sentent froisser – bien qu'il n'avait aucun reproche à se faire.

« Bon premier discours. Puis ne pouvant s’empêcher en croisant plus loin le regard de Hjalden, continua sur le même ton. Je pourrais lui conseiller, le moment venu, en toute franchise comme je l'ai toujours fait avec feu Augustus d'Ibélène, qu'afin de ramener la paix là où règne le chaos, un bon début serait de se débarrasser complètement des mauvaises herbes qui tarissent encore nos terres. » Et comme le regard de Tybalt suivait le sien pour saisir la portée des propos de son oncle, les mirettes de Richard tombèrent sur Melbren. Et tout en parlant, contrôlé, assez pour atteindre ce dernier, mais loin d'atteindre les oreilles des ducs et duchesses, il ajouta d'un regard intense suffisant et bien hargneux qui aurait presque été intime s'il avait dit cela à l'oreille du mage. « Car ils n'apportent que désolation, destruction et déséquilibre. Car ils ne sont que nuisances et que leur place ne se trouve pas sur le territoire du Savoir, si ce n'est derrière les barreaux ou dans une cage. » Et encore moins lors du couronnement de l'Empereur ! Libre à lui de le nier, qu'il s'en aille donc, ce voleur, cet intrus, cette disgrâce.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyLun 19 Fév - 18:41

Après s’être assurée plusieurs fois que les échanges avec la famille d’Erebor se passait agréablement pour la duchesse de Valkyrion, Solveig se laissa enfin aller à regarder plus en détail les visages qui l’entouraient. Plus loin elle avait cru apercevoir cet homme croisé dans l’urgence à Svlajärd. Suffisamment important pour qu’il soit là, pour le couronnement. La curiosité de la skjaldmö étant piquée, elle se promit de questionner la duchesse sur l’identité de l’inconnu si l’instant le lui permettait.

Mais des instruments se mirent à jouer, provoquant la surprise chez la guerrière. Ainsi, voilà ce qu’ils attendaient tous. Le signe que le couronnement commençait. Avec beaucoup d’intérêt, Solveig suivit la marche impériale sans rien perdre des moyens mis en œuvre et de la réception du public. C’était grandiose, c’était digne d’un empereur. Mais le mécontentement se lisait sur certains visages avec une incroyable clarté. Était-ce le privilège des puissants de ne rien cacher de leurs pensées ? Étonnant songeait-elle alors qu’elle replongeait dans l’analyse du visage de marbre de leur jeune prince. Lui, semblait décidé à ne rien laisser transparaître. Étonnant songea-t-elle encore. Que l’homme nouvellement le plus puissant du territoire ibéen ne puisse afficher ses émotions face à ceux qui ne s’en gardaient pas.

Une pointe de sympathie piqua la skjaldmö à vif. Aussi puissant qu’il allait le devenir, le chemin allait être long, terriblement long pour gagner à sa cause une opinion publique aussi frileuse. Elle se surpris à espérer que ce jeune homme devienne le challenger de son milieu. Tout n’était que persévérance. Tailler dans la masse jusqu’à ce qu’un chemin se fasse devant soi en priant pour que ça fonctionne. Voilà ce qu’elle avait fait sa vie durant. Voilà ce qui attendait sûrement ce grand seigneur.
Alors que la kyréenne observait avec beaucoup d’attention et curiosité croissante le dos et les jambes d’Octave d’Ibélène pour voir si un pied allait buter ou non, elle vit enfin le Maréchal qui aux coté du duc de Valkyrion, escortait la couronne qui allait ceindre ce jeune front. Grimaces chez la guerrière.

Se forçant à reporter son attention sur l’empereur qui reçoit sa couronne par son duc, Solveig se permet d’applaudir pour nourrir ceux un peu ténus de l’assemblée. Les mots préparés par l’Empereur résonnent alors, soufflant un sourire sur le visage de la guerrière qui reconnaît là les futures armes de leur souverain. Les mots sont prononcés avec une certaine beauté. Si la force manque encore à ce discours, elle ne peut pas lui en vouloir. Il serait plus évident de parler avec une conviction profonde à une meute de loups sauvage de Valkyrion qu’à tous ces yeux braqués sur lui.

Si elle a conscience de la chance d’avoir pu observer un tel moment historique et d’avoir été juge, Solveig lorgne de nouveau vers le Maréchal de Serre. Elle croit encore avoir échappé à sa vigilance et compte bien faire durer cet exploit encore longtemps. C’est presque avec reconnaissance qu’elle peut alors voir l’attention de Richard le Harnois se tourner vers la famille ducale de Sombreciel. Elle est incapable de voir à qui est destiné ce regard presque douloureux mais une chose est certaine, pendant qu’il s’escrime à assassiner quelqu’un avec, elle est en sécurité bien noyée par la foule de son côté.

Profitant que sa Grâce Astrid d'Evalkyr soit de nouveau disponible, Solveig en profita pour refaire un pas en avant. Sa connaissance des visages étant très certainement plus impressionnante que la sienne, elle attendit que la politesse lui permette de lui glisser quelques mots pour se renseigner sur ce visage qu'elle n'avait pas oublié.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyLun 19 Fév - 19:08

Lorsqu’Octave entre enfin en scène, c’est le moment tant attendu par tous, c’est celui où tant de jugements et d’idées préconçues vont se concrétiser ou se créer. Astrid espère secrètement que le jeune empereur va garder la tête froide. La pression était-elle, certes, mais il devait réussir à la soutenir s’il voulait espérer s’en sortir. Quiconque détient plus de pouvoir qu’un autre sera aussi toujours jugé plus sévèrement. Il ne devait pas se laisser destabiliser par les regards peu convaincus de son arrivée. Elle ne doutait pas qu’il y arrive, il avait plus de courage à revendre que maints de ces nobles ne puissent s’en douter. Quelques instants son regard se détourna car Ljära venait enfin de sortir des plis de sa robe, tout enthousiasmée. La petite avait pas mal côtoyé le couple impérial, plus Sixtine qu’Octave évidemment, mais elle les aimait bien. Quant à Ludwig, il n’en montrait rien, mais elle le voyait retenir son souffle. Pour lui aussi, c’était un moment important. L’avènement de cet empereur changerait-il quelque chose pour eux ? Un doux sourire aux lèvres, Astrid déposa sa main sur son épaule.

Octave devant eux, les surplombant, le Maréchal de Serre à ses côtés, et Hjalden non loin, apportant la couronne. Elle était heureuse que cela se déroula ainsi. Octave était entouré de personne qui avait été là pour lui durant ces derniers mois. Du coin de ses yeux, Astrid remarqua le grincement de dent que cela inspira à nombres de noble venant des autres duchés. Quelle utilité ? Sans évoquer que leur Duc soutenait le futur empereur depuis nombre de mois, Valkyrion abritait la capitale impériale. Cela ne dévalorisait pas moins les autres duchés… Mais l’amertume est si prompte à enserrer les cœurs.

Non sans avoir pu regagner une certaine sérénité, Astrid reporta toute son attention sur le couronnement. Cette couronne qui se posait sur la tête de cet enfant – car il était vrai, il paraissait bien jeune – n’était que le début des responsabilités et des doutes qui allaient peser sur lui. Néanmoins, c’était aussi à partir de maintenant qu’Octave pourrait leur prouver que lui aussi, à sa manière, pourrait être un bon Empereur. Astrid était convaincue que la proximité qu’il avait avec le peuple, sa manière de se mêler à eux et de les comprendre, ferait de lui un très bon souverain, développant des qualités qu’il lui serait propre. Astrid applaudit, sourire sincère aux lèvres. Quelle tristesse que Sixtine ne soit là…

Son discours fut tel qu’il aurait dû être, concis, clair, assez vague certes, mais c’était les promesses de lendemain que tout empereur se devait d’avoir. Au fond, Astrid espère que si un jour sa magie était découverte, la clémence d’Octave pourrait intervenir mais était-ce à lui souhaiter ? Désormais, il était seul et ne devrait rien faire qui puisse lui attirer l’inimitié des autres duchés… Il n’avait pas cillé en tout cas. Il s’en sortait très bien !

Maman ! C’est le Maréchal de Serre, pourrais-je aller à sa rencontre et lui demander s’il sait où est Madame Séverine ? chuchota Ljära en l’attirant vers elle, un pan de sa robe tirée. 

Ah oui, il était vrai. Ljära n’avait que cette chose en tête depuis la disparition de la Duchesse. Et Astrid lui avait promis qu’elle pourrait elle-même lui poser la question.

Pas tout de suite ma chérieUn peu plus tard, je te le prometsMademoiselle Solveig pourra certainement t’y escorter, lui répondit doucement Astrid, une caresse passant dans les cheveux de sa petite fille, comme Solveig revenait doucement près d’elle. Cela ne vous gêne pas ? s'enquit-elle néanmoins auprès de la concernée, en profitant pour répondre à sa propre question, son sourire bienveillant aux lèvres. Il s’agit du seigneur Raygnar d’Ysgramor de ValkyrionC’est un homme intelligent, d’une grande culture, qui s’intéresse particulièrement à l’HistoireSa fille, Elanin, est par ailleurs la dame de compagnie de LjäraVous avez déjà eu le plaisir de le rencontrer ?

Résumé :
 
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Gauthier Coeurbois
Gauthier Coeurbois

Messages : 1185
J'ai : 45 ans
Je suis : Adepte du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire
Mes autres visages: Martial ; Jehanne ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyLun 19 Fév - 21:29

Ibélène • Noblesse



Maximus

de Rougeheaume



Chapitre III.2 ♦️ De Plume et de Serre

Présentation



Le moment était presqu’historique. Presque, car pour qu’il le soit vraiment, tous auraient dû être subjugués, certains que l’avènement d’Octave d’Ibélène apporterait gloie et prospérité à l’empire. Presqu’historique, car il n’y avait encore personne pour écrire dans les livres le baillement réprimé d’une femme au coin de l’œil, le regard énamouré d’une autre pour le jeune désormais empereur. Presqu’historique car, pour avoir lu bon nombre de livres et de récits retraçant les précédents couronnements – certains tournant plus à la légende qu’autre chose –, Maximus aurait pu jurer que beaucoup de détails ne pouvaient passer à la postérité.
Oh, l’écrivain retiendrait le faste de l’entrée, pour impressionner les vassaux et les nobles ibéens. Il retiendrait le geste, lourd de sens, de celui qui s’assoit et ne dit rien. Il retiendrait également le silence presque religieux, alors que la couronne d’Ibélène arrivait.
Mais l’écrivain, tout écrivain qu’il soit, ne retiendrait pas l’appréhension et la désapprobation chez certains. L’ambassadeur de Bellifère n’était sûrement pas le seul à trouver cette cérémonie plus qu’inégale. La preuve qu’Octave, tout héritier qu’il soit, avait sûrement été catapulté en pleine catastrophe.

Pour un descendant de Bellifère, même si son sang s’était abâtardi de sang faë par feue l’Impératrice Catarine, il n’y en avait aucune trace. Pour un homme, désormais, fils d’Augustus, il semblait bien petit au lieu de se nimber de cette gloire qui allait lui revenir. Il ressemblait à un enfant sur une scène. Pas encore à un empereur, quoi qu’il veuille leur faire croire.
La représentation était inégale. Le corps tendu à l’extrême, le visage impassible mais le regard voilé annonciateur d’une colère retenue, Maximus de Rougeheaume regarda la couronne ceindre le front de celui qui devenait leur dirigeant.
C’était une communication toute symbolique, ce couronnement, l’ambassadeur le comprenait : en convoquant toute la noblesse d’Ibélène pour la rassembler sous ce même toit, il voulait se poser en tant que leur maître, l’autorité vers laquelle se tourner. Et pourtant… Pourtant, il était seul, sur cette estrade ! Seul, avec un seul représentant d’un duché.
Octave n’avait pas jugé bon de s’entourer des autres. Et son message d’union, implicite, se brisait en mille morceaux.
Comment pouvait-il espérer être respecté s’il favorisait d’entrée ?  Peut-être ne l’avait-il pas fait exprès. Néanmoins, aux yeux de tous – et il se doutait bien que si certains nobles ibéens étaient stupides à en pleurer, il ne donnerait pas de nom –, au final, c’est Valkyrion qui couronnait l’empereur. Sans les autres duchés derrière. Les applaudissements qui vinrent du représentant du duché de la Guerre furent presque protocolaires, froids et retenus. Mais au moins étaient-ils entendus.

Il fallait reconnaître, tout de même, à Octave un léger talent d’orateur. Maximus pourrait presque croire à son discours. Après tout, dans sa voix pouvait percer une forme de musicalité qui dénotait la vérité. L’empereur Octave croyait en ce qu’il disait, il croyait en Ibélène.
Un bon point, pour lui. Le visage, jusqu’alors tendu du blond, se laissa aller à une expression plus douce et neutre. S’il avait toujours des doutes, et si sa fierté toute belliférienne était blessée de ne pas avoir vu son duché représenté, il appréciait la sincérité du discours qu’il sentait poindre sous les mots.




Spoiler:
 



#5E0021
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyLun 19 Fév - 23:28

Noblesse • Savants



Apolline

de Sombrelune



Chapitre III.2 ♦️ De Plume et de Serre

Présentation



Le discours de leur nouvel empereur ne se fait pas attendre et Apolline ne peut qu'admirer la poésie de ces mots. Elle perçoit la détermination et la volonté farouche de ce jeune homme qui tente de prouver à cette assemblée critique qu'il fera un bon dirigeant. Un texte teinté d'une pointe de maladresse qui le rend encore plus attendrissant. La Cielsombroise sait qu'il pense chacun de ses mots. Pourtant il y a une détresse chez lui qui la touche profondément. Elle se demande vaguement si elle ne peut pas aller le détendre un peu. Il en a certainement besoin. Le pauvre a perdu ses parents et sa sœur en quelques mois. En tout cas, elle espère Apolline. Elle espère qu'il sera ramener la paix et qu'il aidera à changer la face d'Arven. Tout est possible avec lui.
Autour d'elle, la Cielsombroise entend les conversations s'élever, chacun voulant commenter ce discours. Les applaudissements sont tout de même présents, bien que certains doivent le faire par pure politesse. Un mince sourire sarcastique aux lèvres, Apolline écoute avec attention les chuchotements fébriles qui suivent ce discours. Un discours qui soulève tant de paroles qu'elle n'a pas assez d'oreilles pour tout entendre. Elle perçoit quelques grognements désapprobateurs sur la présence du duc de Valkyrion et l'absence des autres à ses côtés. Elle songe que, quoiqu'il fasse, il sera critiqué. Autant qu'il commence à s'y habituer.

Bon. Malgré tout, l'ambiance commence à s'épuiser. Il faudrait quelques musiciens et un joli bal décadent pour dérider toute cette haute noblesse guindée. Ses yeux perçants captent la présence de Melbren et fait mine de le rejoindre mais finit par se raviser en apercevant également le regard furibond de ce maréchal. Ce sera pour une prochaine fois, elle n'aimerait pas empêcher de délicieuses retrouvailles et préfère rester loin des confrontations houleuses. Elle n'aime pas les cris, Apolline. En dehors des cris de plaisirs qu'elle peut arracher à ses conquêtes. Elle continue d'observer l'assemblée, cherchant la personne idéale à embêter. Elle finit par la trouver en la personne de cet ambassadeur belliférien qu'elle ne connaît pas. Qu'elle ne connaît pas encore du moins. Son sourire le plus sensuel aux lèvres, la Cielsombroise se glisse gracieusement vers l'objet de sa curiosité. Il n'est pas désagréable à regarder et elle a toujours apprécié taquiner les Bellifériens. Et puis, elle se forgera ainsi une opinion sur cet illustre inconnu.

-Joli discours, commente-t-elle, l'air de rien en arrivant à sa hauteur.

Elle lui offre son sourire le plus étincelant et charmeur avant de renchérir.

-Apolline de Sombrelune. Enchantée de faire votre connaissance.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyMar 20 Fév - 2:55

Revoir Astrid était pour Anthim un plaisir. Et voir que ce plaisir était partagé réchauffa le cœur du duc qui, pendant un instant, oublia presque les raisons de leur présence ici et qui ne manquaient toujours pas de lui alourdir les pensées. Quand bien même voulait-il porter un regard sans jugement que son esprit ne pouvait oublier la maladresse naïve du jeune prince, sans parler de ce désir qu’il n’avait pas de gouverner et qui était criant dans son regard. Ce n’était certes point sa faute, si l’envie n’y était pas, mais avait-il réellement conscience du destin qui l’attendait et auquel il ne pouvait échapper ? C’était certainement cela qu’Anthim avait à lui reprocher et qui mettait à mal sa confiance en Octave. On pouvait dire qu’il s’améliorerait avec le temps… mais le temps pouvait-il vraiment changer les désirs d’un cœur aussi jeune et pourtant déjà si passionné par autre chose que son devoir le plus sacré ? Le duc d’Erebor en doutait, et malheureusement, lorsque le jeune homme fit son entrée dans la grande salle de réception, attirant les regards de tous, Anthim sentit ses doutes se renforcer.

Il n’avait rien à dire sur le faste et le pompeux d’une telle entrée en matière. Après tout, n’en avait-il pas fait de même, lui, l’illustre duc d’Erebor affichant toute sa noblesse dans son regard et celui de son épouse ? Non. Aussi aurait-il été bien hypocrite de juger telle arrivée. Pourtant, malgré tout le maintien du jeune Octave, malgré tous les efforts fournis, le duc ne put s’empêcher d’être piqué au vif en notant que ce prince, futur empereur en devenir, ne leur accorda pas le moindre mot. Etaient-ils donc tous si insignifiants pour que ce leader les ignore ainsi, sans même leur souhaiter la bienvenue ? Attendait-il d’être couronné pour daigner leur parler ? Grinçant des dents, Anthim observa avec attention Octave s’asseoir sur son trône, les surplombant avec un aplomb bien absent. Il sait qu’il n’est pas le seul déçu par l’attitude arrogante et hautaine du jeune homme, car sur son bras, il sent la crispation de la main de Shéhérazade. Et s’il ne lui jette pas un regard, préférant attarder son attention sur le futur empereur, elle ne manquerait pas de remarquer la dureté dans son profil. Devait-il pardonner cette nouvelle erreur ? Sans doute était-ce là les recommandations de quelques mauvais conseillers qui avaient demandé au prince de ne pas se risquer à parler. Mais voilà une bien mauvaise idée selon Anthim… Soupirant, il fut presque soulagé de voir enfin le couronnement commencer.

Etait-il vexé de ne pas avoir été choisi par Octave pour lui apporter la couronne comme le faisait Hjalden en ce moment ? Nullement. Il l’était cependant beaucoup plus de ne pas avoir été prévenu ni même invité à au moins assister de plus près à ce geste pourtant symbolique. Ainsi, n’espérait-il que le soutien du duché du Savoir ? Mettait-il de côté sciemment les autres puissances qui faisaient la fierté d’Ibélène ? Une fois encore, il était difficile de savoir quoi penser de cet acte. Seules quelques certitudes commençaient doucement à se former dans l’esprit d’Anthim. Des pensées qui ne feraient que se raffermir en écoutant le discours du nouvel empereur. Il applaudit, oui, sans grandes convictions hélas, dardant un regard perçant sur le jeune homme nouvellement couronné, attendant plus de lui que ce qu’il donnait à cet instant.

Le discours était simple, beau diraient certains. Répété surtout, un soupçon mécanique, mais pas moins joliment interprété. Où était cependant la conviction dans les mots de l’empereur ? Où était ce cœur, ce désir de vouloir faire ? Il n’était pas certain de le voir dans le regard de son souverain. Etait-ce parce que sa confiance était ébranlée ? Anthim avait toujours su constater de la conviction des discours, de la sincérité…

Belles paroles oui.
Belles promesses aussi...

Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyMar 20 Fév - 15:28

Quand la musique retentit, tous les regards se tournent vers leur futur empereur. Alméïde lève les yeux et devant tant de faste et de richesses, elle ne peut s'empêcher de remarquer le visage du jeune prince impérial ; il semble pâle, sous l'assurance affichée. Curieuse et intriguée, elle suit attentivement la procession et s'installe auprès de son époux tandis que la cérémonie commence. Elle est attentive, au moment où la couronne est soulevée puis posée au-dessus de la tête d'Octave, elle ignore jusqu'aux murmures qui s'échangent tout autour d'elle, commentant un couronnement qui n'est que façade et faux-semblants. Pourtant, à bien observer l'empereur fraîchement couronné, elle ne peut que songer au poids qu'il endosse et à la difficulté de ce geste. L'homme a tant perdu, récemment. Sa mère est décédée d'une terrible façon, son père a succombé malgré tous les efforts qui ont été mis en oeuvre pour le sauver, sa soeur vient de disparaître. Et le voilà seul, avec un empire précaire à guider, au coeur d'une ère incertaine où la guerre plane encore au-dessus de leurs têtes.

Alors Alméïde comprend, elle compatit, elle ressent au fond un peu de ce que le jeune empereur doit ressentir. Lui qui doit marcher dans les traces d'Augustus, un homme à la poigne de fer, au Poing-d'Acier, taillé pour la guerre et tenant fermement son empire entre ses doigts. Devant eux se dresse pourtant un homme qui n'a rien du guerrier, ni même de l'homme de poigne. Elle le sait être sensible aux arts, à la musique. Elle le sait plus conciliant et plus doux que l'homme qu'était Augustus. Et elle se demande, un instant, si ce n'est pas un homme tel que lui qu'il faut pour espérer ramener la paix dans l'empire. Elle se demande également si les invités qui sont présents aujourd'hui sauront mettre leur confiance en leur nouvel empereur et lui laisser une chance de faire ses preuves. À en voir les différentes réactions, elle en doute quelque peu.

Alméïde applaudit sincèrement, lorsque la couronne est posée sur sa tête. Puis elle applaudit de plus belle à la fin de son discours. Il semble plus mécanique que naturel, mais elle ne peut lui reprocher d'avoir voulu être prêt à tout avant cet événement. Au contraire, elle ne comprend que trop bien la difficulté de devoir prendre les devants lorsque l'on y est si peu familier. Prince impérial ou non, Augustus et Catarine d'Ibélène étaient des personnalités fortes qui irradiaient une pièce de leur présence et de leur charisme ; pas étonnant que le jeune homme n'ait pas su se faire sa place jusqu'à présent. Elle a confiance pourtant, Alméïde. Elle esquisse un mince sourire et c'est un réel soutien qu'elle compte apporter à leur nouvel empereur, aussi maladroit soit-il dans les premiers temps de son règne.


Spoiler:
 


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyMar 20 Fév - 20:28

Peu de temps avant la discussion avec le guerrier Anwar Sinjai

Le duc de Valkyrion, digne et fier, représentant admirablement le duché qu’il gouvernait, déposa la couronne sur la tête d’Octave d’Ibelène . Sentant mon cœur battre à tout rompre, et ému, je regardais le jeune homme se dresser devant toute l’assistance. Il s’avança devant la foule. Je tournais la tête vers mes enfants. Elanin avait les larmes aux yeux, Rudolf affichait un sourire béat. Quant à Rolf, son regard était tourné vers un jeune homme qui n’était pas notre empereur. Je suivis ses yeux, pour voir le visage de Melbren de Séverac. Fronçant les sourcils, je donnais un discret coup de coude dans le bras de Rolf, pour le ramener dans la cérémonie. Des évènements tels que ce couronnement, Rolf n’en verrait pas beaucoup au cours de sa vie qui, je l’espère, sera longue. Pour ma part, j’avais pu avoir la chance d’assister à bon nombre de ces célébrations. Etant né un an avant la prise de pouvoir d’Achille Poing-d’Acier, je n’ai guère de souvenirs de son couronnement. Mon père m’avait raconté que, quand il avait appris la nouvelle, il avait dansé dans la pièce, tout en me tenant dans ses bras. Ma mère avait été très étonné de le voir aussi joyeux. Cette folle danse s’était soldée par un bébé vomissant son déjeuner sur l’épaule de son père, et par un bon nettoyage.

En revanche, j’ai pu assister au mariage d’Augustus, fils d’Achille. J’avais vingt-trois ans, je régnais sur Ysgramor que depuis deux ans, et je n’aurais manqué cet évènement pour rien au monde. . Ma passion pour l’Histoire, et le fait d’assister à un évènement qui en ferait partie m’avait rempli d’une excitation presque enfantine. Je conserve encore précieusement les notes et les esquisses que j’avais réalisé pendant la cérémonie.
Lors du couronnement de Chimène, j’avais agi de la même façon.
Bien sûr, en tant qu’historien, j’avais revécu beaucoup de couronnements, de naissances, de mariages et de funérailles de souverains, à travers les récits qui les décrivaient. Et je m’amusais à les comparer entre eux. Chaque souverain avait sa petite touche d’originalité qui le distinguait de ses ancêtres et de ses descendants, sans doute due à sa personnalité, mais également au contexte de l’époque. Mais l’éducation faisait qu’ils avaient également beaucoup de similitudes.

Je tenais alors vraiment à ce que mes trois enfants gravent cet instant dans leur mémoire. Octave fit son discours. Un discours plein de promesses sur un avenir où la paix règnerait. Les oreilles grandes ouvertes, mon bon œil rivé sur Octave, je laissais mes mains rédiger des notes sur mon petit carnet, que j’emportais toujours avec moi. J’entendis Elanin pouffer de rire devant mon comportement, mais je n’en avais cure. Quand Octave acheva son discours, je relu mes notes, fouillant dans ma mémoire et passant en revue les discours et les couronnements de ses prédécesseurs. Je refermais mon carnet et regardais Octave, qui reprenait son souffle. Il n’avait pas hésité, mais je savais que ce discours avait du être bien préparé à l’avance. Je posais une épaule sur celle de Rudolf, désignait Octave du doigt et lui dit :

« - Regarde bien mon fils. Notre nouvel empereur a fière allure. Et il nous promet un bel avenir. Est-ce qu’il sera digne de son grand père, ça, seul le Destin nous le dira. Pour l’heure, il parait peut-être jeune, inexpérimenté, et il arrive au pouvoir au pire moment qui soit, mais ce discours nous montre qu’il a de la conviction.  

- Cela avait l’air surtout d’être un discours appris par cœur et récité. » Me souffla Rolf.

« - J’aurais bien aimé te voir à sa place Rolf. Prononcer un tel discours devant tant de monde n’est pas facile. »

Spoiler:
 


Dernière édition par Raygnar d'Ysgramor le Mer 7 Mar - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyMer 21 Fév - 15:55

Tu es agréablement surpris par la nouvelle sultane d’Erebor, qui non contente de remercier ta duchesse, la gratifie d’heureux voeux, ainsi que d’un cadeau. Même d’un pour ta seconde épouse ! D’inestimables créations des mains de la fameuse Faiseuse de Merveilles, dont tu remarques le minois timide aux yeux de chat. Titania. Au signe de tête aimable de Sa Grâce Shéhérazade, tu réponds à l’identique. Vos regards s’accrochent le temps d’une seconde et tu ne saurais préciser ce que tu lis dans le sien. Quelque chose d’inconnu qui te laisse pensif. Tu te penches à l’oreille d’Alméïde et tu murmures : « Que dirais-tu de tester l'efficacité de cette pierre ? J'ai repéré quelques rideaux à l'allure fort douillette, plus loin. Castiel ! » Un petit rire et tu te redresses, juste en temps pour l’arrivée triomphante d’Octave.

Triomphale, et pas qu’un peu ! Une entrée - millimétrée - sur une glorieuse musique (interprétée par trois fois moins de musiciens que ce que tu avais à ton seul mariage avec Alméïde - conservateur, ce Octave). Tu le suis des yeux et avec tristesse l’absence de Sixtine à ses côtés. Un peu plus encore, tu maudis Hypérion d’Ibélène. Tu le maudis et tu te souviens que la dernière fois que tu as foulé le sol de ce palais, c’était sous ses voiles et sous sa couronne.

Il faut encore quelques minutes d’attente, pour qu’Octave soit couronné, et tu mets ce précieux temps à contribution, en détaillant la foule avec un peu plus d’attention. « Ambassadeur de Bellifère », souffles-tu à l’oreille de ton frère. Vos regards convergent vers la très haute stature de Maximus de Rougeheaume. Celui-ci est déjà approché par Apolline de Sombrelune, une Savante de ton duché, et tu lui souhaites du succès dans l’entreprise que tu lui devines. Quelle pièce d’homme, par Mirta ! « Quel crime, d’être si appétissant et de venir d’un duché si peu ouvert », déplores-tu, accompagnant ton commentaire d’un tss tss tss désapprobateur. Deux épouses, et ça ne change rien à ton goût des hommes. Ou disons, ça te force à rester dans une posture de simple spectateur, admirateur de fessiers fermes et auditeur avide des récits de ton frère.

La musique se fait à nouveau solennelle et la cérémonie commence, étrangement expéditive. Tu as un souvenir plutôt flou du couronnement de Son Altesse Chimène, mais tu jurerais que c’était plus long. Qu’Hjalden d’Evalkyr soit désigné afin de couronner le nouvel empereur ne te surprend pas outre mesure. Duché du Savoir, empire du Savoir, cela va de soi. Tu te demandes seulement pourquoi vous n’avez pas de Cérémonie des Attributs, ou un équivalent. Tu gardes tous tes doutes pour toi. Ton expression reste appréciatrice, calme, et pour combler la mollesse de tes homologues ibéens, tu applaudis davantage. Son Altesse Octave devra faire ses preuves, mais n’est-ce pas le cas de toute personne portant couronne ?

Tu embrasses le cou d’Alméïde et tu reviens chuchoter à son oreille, séducteur, tentateur : « Vraiment, ces rideaux… me semblent d’un grand confort. » Tes mains glissent sur sa taille, puis ses hanches, et tu te colles un peu plus encore contre son dos nu. Tes caresses et tes yeux doux ont porté leurs fruits, afin que ta nouvelle épouse accepte de porter une robe qui dévoile un peu de son ravissant corps. « Crois-tu que cela nous porterait chance et fertilité, qu’une conception au cours d’un couronnement impérial ? Avec la pierre de lune, de surcroît… » C’est cela dit tout sauf sage. Même si ta duchesse est présente, ainsi que ton premier conseiller et ton ambassadrice, si quelqu’un s’en rend compte… l’odeur de scandale qui vous entourera sera bien moins agréable que celle de l’amour. Puis, tu crains qu’en vous éclipsant, un quelconque malveillant personnage mette la main sur son frère bien-aimé. Et ça, il en est hors de question. Tu as promis de veiller sur Melbren, et tant pis si cela doit compromettre l’expérience unique d’un coït en plein couronnement impérial ! Tu es si raisonnable, Castiel.

Spoiler:
 


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 1479663390-proinoir
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Gauthier Coeurbois
Gauthier Coeurbois

Messages : 1185
J'ai : 45 ans
Je suis : Adepte du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire
Mes autres visages: Martial ; Jehanne ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyMer 21 Fév - 22:03

Ibélène • Noblesse



Maximus

de Rougeheaume



Chapitre III.2 ♦️ De Plume et de Serre

Présentation



La salle, pleine de murmures et d’applaudissements plus ou moins sincères, faisait écho au doute qui habitait Maximus quant à Octave. Bien qu’au final l’ancien soldat brisé soit supposé suivre les pensées et les commandes de son nouveau duc – avec bien plus d’intérêt et d’approbation que ce qu’aurait pu demander le (non) regretté Martial de Bellifère –, et qu’en définitive ce qu’il pensait n’avait pas grand intérêt, il doutait. Il était les yeux et les oreilles du duché, ici, en plus de son incarnation physique. N’était-ce pas ironique en un sens, que leur représentant soit un ancien guerrier et non pas l’un de ceux qui, eux-mêmes, faisaient la réputation du duché ? Peut-être était-ce qu’à leur différence, il savait se retenir de sortir les remarques sur la chute de reins d’une femme en pleine réception…. Et qu’il savait comment tenir une conversation. Pour en avoir cotoyé pendant bien assez longtemps, et pour avoir chevauché avec eux pour venir jusqu’ici…
Non, définitivement, la conversation mondaine et la diplomatie, ça passait bien trop souvent au-dessus des têtes des défenseurs. Et puis même s’il n’en était pas un, Maximus avait un temps aussi servi Kern avec ferveur ! Avant de finir dans un ravin dont il était ressorti. Mais quand même.
Depuis, il s’était tourné vers les mots… Et il évitait les crevasses, en général.


Dans les applaudissements mourants, les siens s’étaient arrêtés avec les derniers. C’était tout un art, de savoir quand il fallait se stopper dans la cadence rythmée. Chacun laissait aller son commentaire sur les mots choisis par l’empereur… Et plus le commentaire partait en profondeur, plus la voix s’amenuisait, autour de lui. Au contraire, de fortes louanges résonnaient – bêtes monstres de Cour affamés, des fois qu’ils se fassent déjà remarquer, pour obtenir une quelconque faveur ou un simple regard ! Les véritables soutiens, en cet instant, seraient pour Octave bien durs à débusquer au milieu de la horde avide d’intrigants, cachée derrière de nobles vêtures.
Il était à peine entrain de terminer ses applaudissements, tout en tentant d’ignorer la désagréable sensation qu’on le fixait… Mais c’était sans doute véridique : quand on était légèrement plus grand que la masse, il était compliqué de ne pas être remarqué… Enfin. Il allait reposer ses mains, quand une silhouette se dessina à son côté. Poliment, l’ambassadeur de Bellifère se tourna quelque peu pour se retrouver face à la pire chose qu’on pouvait trouver à ce couronnement – hormis des mages.
Une femme. C’était vrai que les femmes parlaient librement, par ici. Qu’elles osaient adresser la parole aux hommes, sans aucun représentant masculin pour les surveiller. Fort heureusement, Maximus avait appris qu’une femme pouvait se révéler un attout remarquable dans ces jeux politiques, et que les nier du regard et les traiter plus bas que terre.


Evidemment, c’était toujours plus simple quand la personne était agréable à regarder et loin d’être aussi stupide qu’une pelle. Il inclina la tête, un léger sourire aux lèvres.
« Maximus de Rougeheaume, ambassadeur de Bellifère. » Ici mandé par sa Grâce le duc Guillaume de Brumecor… « Enchanté également. »
Un jour, quand même, il faudrait qu’il se renseigne sur les tenues des cielsombroises : comment, en plein février en Valkyrion, pouvaient-elles ne pas mourir de froid dans leur indécence ?
« Un discours n’est rien sans la volonté de croire en les mots prononcés. » fit-il remarquer. Autant parler du sujet des quelques minutes qui venaient de s’écouler… Ses mains lui faisaient encore mal d’avoir applaudi trop fort pour se faire entendre. Stupide jeu de cour.


Spoiler:
 



#5E0021
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Shéhérazade d'Erebor
Shéhérazade d'Erebor

Messages : 137
J'ai : 29 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, sultan d'Erebor
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyJeu 22 Fév - 2:06

Le discours d’Octave sonne creux, aux oreilles de Shéhérazade – sûrement l’a-t-il rédigé avec le cœur, mais il le récite presque machinalement, avec quelques effets étranges qui semblent artificiels, comme un barde interprétant une histoire. C’est compréhensible, mais cela manque de sincérité, et la sultane aurait préféré un discours plus maladroit mais plus vibrant. Et, plus que le reste, elle ne parvient pas à comprendre la raison qui justifie la mise en avant de Valkyrion, au détriment des autres duchés présents. Certes, l’absence du tout nouveau duc de Bellifère explique qu’il n’ait pas été convié sur l’estrade ; mais qu’en est-il de son jeune demi-frère Castiel, le duc de Sombreciel ? Qu’en est-il de son royal époux, le duc Anthim, seigneur incontesté d’Erebor ? N’auraient-ils pas au moins pu occuper une place honorifique près de l’empereur, à défaut de présenter la couronne ? Pinçant les lèvres, interdite, la souveraine applaudit du bout des doigts, le gai tintement de ses multiples bracelets se révélant plus bruyant que ses tièdes applaudissements.

Il ne les a même pas accueillis.
Aucune parole de bienvenue.
Nul remerciement pour ceux qui ont effectué un long voyage pour honorer de leur présence un tel événement.
Beaucoup de belles paroles, beaucoup de belles promesses également. Mais bien peu d’engagements concrets, bien peu de reconnaissance de ce qu’il doit à ceux qui l’ont mis là.
Est-ce là une coutume dont elle n’aurait pas eu connaissance, en dépit de ses recherches minutieuses et des explications fournies par les experts en diplomatie consultés à Vivedune avant le départ du convoi ? Discrètement, elle profite du brouhaha pour se pencher vers Anthim, veillant à ce que sa tiare de sultane ne vienne pas mettre en péril l’équilibre du turban ducal, murmurant à son oreille. « Mon époux, est-ce coutume que seul le duc de Valkyrion soit honoré lors du couronnement impérial… ? Et que cet empereur ne salue pas ses invités ? Est-ce que… Dois-je m’estimer offensée, pour Erebor ? »

Si certains manifestent une approbation délirante – parfois trop pour être vraiment sincère, estime Shéhérazade en observant l’ambassadeur belliférien – d’autres affichent le même scepticisme méfiant. Les éclaircissements d’Anthim seront plus que bienvenus…

Spoiler:
 



Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 TitreSheherazade1

Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyVen 23 Fév - 0:46

Il ne l’avait qu’à peine regardée, s’était contenté de pincer les lèvres, comme seul un homme aussi aigri que lui était en mesure de le faire, et elle avait pour seule satisfaction l’atroce douleur qu’il avait semblé ressentir, en prononçant son nom, forcé de reconnaître sa présence non loin de lui. Sûrement devrait-elle s’en souvenir, pour oublier l’imbécillité, l’irrespect, dont il faisait preuve, en s’exprimant et en tournant les talons, sans lui laisser la possibilité de répondre. Couard. Lâche. Misérable homme, avec bien trop de pouvoir. Elle aurait avec plaisir affirmé que les quelques maigres moyens mis en place, étant donné que personne n’en parlait, devait avoir été très peu efficaces et, surtout, très mal choisis, s’ils n’avaient eu aucune piste, quelle qu’elle soit. Mais elle n’eut pas la possibilité de dire quoi que ce soit. Elle se souviendrait, toutefois, de ses paroles. Croyait-il réellement que Bellifère l’effrayait ? Si elle était parfaitement honnête, elle pourrait affirmer que oui.

Mais elle n’était pas femme à se laisser gouverner par sa peur et, son frère aux dents longues au pouvoir, elle jubilerait, si elle devait rechercher la princesse Sixtine dans son duché. Confronter Grassouillet de Brumecor, et exiger qu’il l’appelle princesse. S’ils savaient, à quoi il ressemblait, enfant… Elle se souvenait parfaitement de l’enfant qui mangeait à ne jamais s’arrêter, et faisait douze fois le poids d’un enfant normal. Elle n’avait malheureusement aucune preuve – ses parents ne pouvaient se payer des portraits de leurs chers et virils fils, et aucun peintre n’aurait osé le représenter gras et non musclé, à l’image d’un futur homme de Bellifère.

Se détournant comme si tout était normal, elle revint aux côtés de Melsant, dusse-t-elle supporter l’insupportable à ses côtés – qui, tant qu’il n’ouvrait pas la bouche, était plutôt agréable – appréciant ce geste discret et ces mots prononcés pour n’être entendus que par elle, hochant légèrement la tête, avant de la tourner vers leur futur empereur, annoncé par des musiques assourdissantes. Elle avait à peine remarqué le manège des nobles, s’offrant des présents en plein couronnement, bien qu’un peu surprise par cette indélicatesse à l’encontre du prince, que tous attendaient – c’était son jour et ils n’auraient pas pu montrer leur désintérêt ou leur désapprobation de le voir monter sur le trône plus clairement. Ils semblaient n’accorder que peu d’importance à cette cérémonie, et préférer se trouver ailleurs. Mais peut-être y avait-il là une autre raison, qui lui échappait – car ils auraient parfaitement pu échanger ces présents en privé, les jours qui avaient précédé celui du couronnement. Ou durant les repas qui avaient été donnés, s’ils désiraient le faire aux yeux de tous.

Elle secoua légèrement la tête, se concentrant sur l’avancée de celui qui était encore prince, se retenant de poser sa main sur celle de Melsant dans son dos, regardant furtivement dans la pièce, pour anticiper tout trouble qui pourrait survenir, reposant régulièrement son regard sur Octave. S’il ne prend guère la parole avant son couronnement, si les murmures se font entendre quand seul le silence devrait régner, Grâce ne se permet pas de juger, pas sans savoir. Pas sans lui laisser une chance. Une chance qu’il méritait, malgré ses quelques hésitations. L’assurance se mêlait à l’incertitude, mais nulle arrogance ne se voyait dans la posture du jeune homme. Il avait tout à apprendre mais, malgré le manque de passion alors qu’il commençait son discours, il le finissait en semblant convaincu, et surtout sincère. Il allait avoir fort à faire, si Grâce en croyant les regards mitigés se posant sur lui. « Rien ne sera facile, surtout en des temps si incertains… Mais il a l’air d’avoir cette force que tous s’accordent à dire qu’il lui manque. Il faut simplement qu’il la laisse prendre la place qui est sienne. » Melsant partagerait-il ses pensées, ou contredirait-il ce qu’elle venait de lui dire ? Elle n’en avait aucune idée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyVen 23 Fév - 13:36

Un grand sourire accueillit la réponse de Bastien, alors que Melsant se laissait aller à un rire tonitruant, avant qu'il ne rétorque avec sa malice habituelle : « Que peux-tu bien savoir des convenances au juste ? » Bastien n'était pas issu de la noblesse, et cela ne dérangeait absolument pas le Séverac, il se fichait des titres et de l'éducation, il avait rencontré nombre d'hommes de valeur issus du peuple et d'autres qui ne valaient absolument rien parmi les nantis de ce monde. Cependant, il s'amusait à piquer son collègue au vif, même s'il en fallait bien davantage pour clouer le bec de Bastien. Il était plus doué que Melsant à ce jeu là d'ailleurs. Il avait de l'esprit et de la répartie l'Aigrépine. Parfois, le Major se demandait quels étaient les sentiments de Bastien envers sa sœur, Chevaucheuse renommée depuis ses exploits au tournoi des Trois Opales. Pas facile de vivre dans l'ombre, surtout pour un tempérament comme Bastien. Un brin... égocentrique. « Tu trouverais ça sans doute moins déplacé si tu en étais le destinataire. » Mais cela ne risquait pas d'arriver.

Le Major délaissa quelque peu son collègue pour Grâce. S'il s'intéressait à l'un, cela engendrait forcément un délaissement de l'autre, tant ils ne pouvaient pas se supporter. Grâce qui essaya vaillamment d'aller parler au maréchal, pou se faire renvoyer fissa dans ses pénates, accueillie par une main réconfortante et discrète de son fiancé. Bastien, quant à lui, après une dernière provocation envers les jeunes femmes, s'éloigna quelque peu, concentré. Il ne fallait pas oublier que derrière le jeune homme arrogant et bon vivant, se cachait tout de même un Voltigeur et il n'était pas arrivé là qu'à la force de ses sourires, sans grand effet sur la plupart de ses collègues ou supérieurs masculins. N'en déplaise à ses détracteurs.

L'arrivée d'Octave se fit en fanfare et son discours fut rapide. Quelque part, tant mieux, les longs discours ennuyaient Melsant à mourir. Il était davantage homme d'action. Pas la peine de se perdre dans des mots creux et des promesses vaines. Le jeune Octave avait un poids énorme sur les épaules et l'avenir dirait s'il serait capable de s'acquitter de cette lourde tâche ou pas. Son regard bleu glace balaya la foule alors que par ci par là, l'assemblée se laissait aller à quelques commentaires... Certains, sans doute peu flatteurs, alors que certaines expressions trahissaient la perplexité ou la désapprobation. Il surveillait sa propre famille, comptant toutefois sur son père pour faire de même concernant Castiel et Melbren, les deux membres les plus sujets à controverse. La présence de Melbren était une offense pour beaucoup... Dont le Maréchal. Mais il y avait un autre sujet de discorde : le choix de privilégier ainsi Valkyrion au détriment des autres, condamnés à être spectateurs, comme les autres convives. De quoi faire grincer des dents. Il hocha la tête aux propos de sa fiancée, sceptique. « Peut-être... Mais ses choix d'aujourd'hui sont déjà source de division... »
Spoiler:
 


Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 1528994800-melsant2
Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 438519UserbarMirtaMelsant
Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 668088FamilleFous
Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyVen 23 Fév - 15:32

La petite assemblée s’agite, remarque au coin de l’œil Astrid qui reste bien immobile dans les méandres bleu et blanc de sa robe. Où était passé le froid de Valkyrion ? Au milieu de tous ces corps, on se serait cru dans le plus tempéré des paysages. Octave avait produit une réaction assez mitigée… Elle le sentait, elle le voyait. Son intuition lui soufflait que le Prince allait avoir encore beaucoup à faire, alors que le Hjalden et elle-même ne resteraient peut-être pas éternellement à Ibelin pour le soutenir. Cela valait peut-être mieux pour ne pas rompre l’équilibre entre les duchés qui semblait avoir été réinitialisé entre la mort d’Augustus et la disparition du Duc et de la Duchesse de Bellifère. A ce propos, Astrid avait aperçu celui qui devait être Maximus de Rougeheaume, ambassadeur du nouveau Duc… par coup d’état. Astrid n’appréciait pas cela du tout. Où avez bien pu disparaître Séverine ? était-elle avec Sixtine ? L’insatisfaction de demeurer dans la perpétuelle incompréhension lui fit rendre tout désir d’y réfléchir davantage…

A la place, ses grands yeux gelés trouvèrent une nouvelle personne sur qui se poser, près du Duc et de la Duchesse d’Erebor. Oui, il n’y avait aucun doute, c’était la Dame Astarté, renommée pour ses créations. Astrid portait chaleureusement Erebor dans son cœur, depuis les nombreuses visites auxquelles Anthim l’avait invitée, et aimait particulièrement leur artisanat. L’éclat et le détail de ce qu’ils produisaient n’avaient rien à voir avec Valkyrion, bien que sa terre glacée ne pourrait jamais se déloger de son cœur. Ce qui l’intéressait davantage était qu’Astarté était également depuis peu connue pour avoir été le dernier écrin de… Titania. Lui avait-elle parlé avant de disparaître ? Lui avait-elle expliqué ce qui s’était passé ? Astrid brûlait d’envie de l’assaillir de questions, écho au chaos dans lequel elle avait été plongé lorsqu’elle avait constaté qu’elle l’avait quittée, puis que la Rose s’était éteinte.

Ce n’était guère le moment.

Fouillant l’assemblée, elle repéra enfin celui qu’elle cherchait. Le Duc Castiel était là évidemment, avec… ces deux épouses. Aaah… Au fond de son esprit, Astrid ne put retenir un profond soupir. Ce jeune Duc était incroyable. Et pas exactement toujours dans le meilleur des sens… Les épousailles d’Alméïde avaient enfin eu lieu il y a quelques temps, en faisant sa seconde épouse. Astrid ne pouvait s’empêcher de désapprouver un tel comportement. Surtout de la part de la Princesse d’Erebor. Bien sûr que le cœur était une chose importante mais, à ce point-là ?

Plutôt que de se torturer l’esprit sur des choses si vaines, la Duchesse bifurqua de quelques pas discrets pour se rapprocher de quelqu’un d’autre qu’elle avait perçu un peu plus tôt. C’est avec prévenance qu’elle rejoignit donc Raygnar d’Ysgramor. Faisant fi des révérences pour ne pas troubler l’assemblée, Astrid se retrouva à ses côtés et lui adressa discrètement la parole, un sourire amusé aux lèvres.

- Seigneur Raygnar d’Ysgramor, je suis ravie de vous retrouver. Sa voix basse n’était pas un chuchotis et on sentait y percer son habituel douceur mêlé de sourires. Comment trouvez-vous ce couronnement ?

Résumé :
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyVen 23 Fév - 17:08

Un couronnement alors que la guerre n'est toujours pas terminée malgré la trêve, alors que la Chasse Sauvage vagabonde sur le continent et tue impunément.  Alors que Rejwaïde à peine remise de ses blessures et de sa fausse couche a disparu sans laisser de traces.  Tu l'as cherchée partout, ta sœur chérie, mais tu es revenu bredouille de tes fouilles.  Elle n'était plus à Roc-Épine, elle s'était évaporée.  Et tandis que tu as l'esprit extrêmement préoccupé par son sort, voilà qu'il faut que tu partes, que tu quittes ta demeure, ton duché de roc et de sable.  Tu n'oublies pas d'où tu viens et même si c'est ton frère qui aujourd'hui occupe la place qui te revenait alors, tu aimes Erebor comme si ses habitants étaient tes enfants.  Caché dans l'ombre de Roc-Épine où tu as grandi, tu veilles aussi sur ta patrie.  Toutefois, l'heure n'est plus simplement à protéger.  Tu dois agir désormais et le premier pas consiste à partir.  Partir mieux revenir, auréolé de la satisfaction de savoir avoir fait ce qui était juste.

Quand on t'a proposé de diriger l'escorte du représentant de Roc-Épine qui assisterait au couronnement du nouvel empereur d'Ibélène, tu as accepté sans hésiter.  Tu ne trouverais pas la trace de ta sœur en restant dans tes rochers.  Il te faudrait en sortir.  Dehors peut-être la trouveras-tu.  Ça et tu veux aussi t'assurer que ta sœur Alméïde va bien.  Comme le monde, tu as entendu la nouvelle de ses épousailles de avec le duc de Sombreciel, Castiel de Sombreflamme.  Tu n'es pas tout à fait certain d'approuver ce choix, d'autant que ce jeune homme peu respectable ne fait d'elle qu'une simple concubine.  Prétendrait-il aux splendeurs du harem de ton frère et de faire d'Alméïde son premier trophée?  Lui qui es déjà marié et père, tu n'approuves pas encore le choix de ta sœur et tu doutes de ses chances de bonheur auprès d'un Cielsombrois.  Tu te gardes toutefois une réserve sur tes opinions.  Peut-être te trompes-tu, mais on ne peut décemment faire confiance à un habitant du duché voisin, eux qui vous volent sans scrupules vos femmes.

D'ailleurs, quand tu vois celui-ci s'avancer vers ton frère pour présenter ses hommages à votre nouvelle sultane, Shéhérazade, laquelle la belle Astarté avait accompagnée dans le cortège, Astarté dont tu avais cherché les regards volés.  Contrairement à d'autres, tu n'es pas là pour t'amuser et faire des politesses de nobles.  Dans une autre vie peut-être aurais-tu eu ce rôle, mais pas dans celle-ci et cela te convient parfaitement.  Tandis que l'émissaire de tes terres se mêle à la foule, tu le suis de près pour ne pas le perdre de vue et que quelque chose lui arrive pendant un moment d'inattention.  Et du coin de l'oeil, tu continues à surveiller le reste de ta famille et à tendre l'oreille au cas où tu entendrais parler de Rejwaïde.

Tes tâches étant déjà plutôt nombreuses, tu n'as que peu d'attention à accorder à l'arrivée de l'héritier au trône et tu lui jettes à peine un regard.  Environ au même moment, un vieillard que tu as secouru dans le désert il y a un an vient te remercier à nouveau.  Tu te contentes simplement de t'incliner sans répondre.  De toute façon, peu après, le nouvel empereur se fait couronner et prononce son discours : il n'est plus l'heure de faire la conversation.

Ton regard parcourt la foule rapidement et se pose sur le plus beau joyau de l'assemblée.  Vos regards se croisent et comme dans un ballet, tu détournes les yeux pour regarder ailleurs, répétant ce même manège alors que comme le reste de la foule, tu applaudis suite au discours d'Octave.  Plus par politesse que d'autres raisons, car tu n'as pas écouté, tu ne réponds pas de ta fidélité à Ibélène, encore moins quand tout manque de civilité est adressé à ton peuple.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Maximilien de Séverac
Maximilien de Séverac

Messages : 357
J'ai : 56 ans
Je suis : Premier Conseiller du Duc Castiel de Sombreflamme, ancien régent de Sombreciel, Comte de Séverac.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme et à Ibélène
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Arsène Albe
Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 EmptyVen 23 Fév - 17:30

Il est fier Maximilien, du comportement exemplaire de ses enfants. De Castiel qui parvient à ne pas créer d'énièmes tensions avec Erebor, de Melbren qui suit son frère de cœur comme une ombre, bien conscient que le moindre dérapage risque fort de se payer. Le conseiller ducal est tendu, et même la présence rassurante d'Ismalia ne l'apaise pas. Mais pour ceux qui ne le connaissent pas, rien ne l'indique : il sourit, serre des mains, parle de traités à terminer. Et s'il se détend imperceptiblement en observant ses enfants se mouvoir parmi la bonne société, seul un œil averti le devinera.

Après les trompettes entre un Octave visiblement déterminé à bien faire. Le garçon – il est à peine plus vieux que Melbren après tout – est visiblement tendu et expérimenté, mais la cérémonie se déroule sans encombre. Il y a quelques faux pas, évidemment. Qui pourrait reprocher à ce tout jeune empereur, encore marqué par la disparition de ses parents puis celle, inexpliquée, de sa sœur de faire quelques erreurs ? Maximilien veut bien être conciliant : des erreurs, Castiel en a fait, et il en fera sans doute encore. La plus grosse étant Alméïde, présente à son bras, mais ils ont sû gérer ça non ? il n'y a rien, ici, qu'Octave ne saura rattraper.

Même la présence de Hjalden est compréhensible : depuis des mois, la famille ducale vit à Ibelin, il est certain que quelques liens se sont développés. Et inviter l'ambassadeur de Bellifère à participer, ou non, au couronnement a dû être une décision très difficile. Anthim semble être agacé d'être exclu, mais les Erebiens sont bien trop fier pour leur propre bien, c'est connu !

Le couronnement en lui-même est simple et Maximilien ne peut qu'apprécier. Après tout, Octave porte encore le deuil de son père, de sa mère et de sa sœur. Les victimes de la Chasse Sauvage se multiplient, Ibélène est en guerre… peut-on, sincèrement, reprocher à Octave sa simplicité ? Maximilien est cielsombrois, certes, mais il lui faut bien avouer que les temps troublés ne sont pas le meilleur moment pour un couronnement. Qui peut oublier, après tout, que la dissolution de la Rose Ecarlate n'est vieille que de quelques mois ?

Maximilien applaudit, comme tout un chacun, mais ne peut s'empêcher de chercher du regard ses enfants. Pour s'assurer qu'ils ne font pas de bêtises, officiellement. Pour s'assurer qu'ils sont bien là, en réalité.


Spoiler:
 




paroles : sienna
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre   Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 3.2 ♦ De Plume et de Serre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Un monstre à Paris [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: