AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-47%
Le deal à ne pas rater :
CONTINENTAL EDISON – Aspirateur balai et à main
24.99 € 46.84 €
Voir le deal

Partagez
 

 Ne suivons pas les vents contraires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyJeu 15 Fév - 3:50


Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Liam d'Outrevent et Denys du Lierre-Réal

Ne suivons pas les vents contraires

Au risque de tomber sur une tempête



• Date : 4 février 1003
• Météo (optionnel) : Il fait plutôt beau, il y a très peu de nuages dans le ciel bleu d'Outrevent
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Afin de fêter le futur mariage entre Chimène et Liam, ce dernier a invité Denys et son épouse quelques jours en Outrevent. Bien sûr, ce n'est pas seulement pour la fête que les deux souverains couronnés veulent se rencontrer de nouveau, mais bien pour juger la situation actuelle qui courent en Arven. On ne peut point dire que la confiance règne entre les deux ducs.
• Recensement :
Code:
• [b]4 février 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3388-ne-suivons-pas-les-vents-contraires#125449]Ne suivons pas les vents contraires[/url] - [i]Liam d'Outrevent & Denys du Lierre-Réal[/i]
Afin de fêter le futur mariage entre Chimène et Liam, ce dernier a invité Denys et son épouse quelques jours en Outrevent. Bien sûr, ce n'est pas seulement pour la fête que les deux souverains couronnés veulent se rencontrer de nouveau, mais bien pour juger la situation actuelle qui courent en Arven. On ne peut point dire que la confiance règne entre les deux ducs.



Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyJeu 15 Fév - 4:18

Qui eut cru que le duc Liam d’Outrevent inviterait le couple ducal de Lagrance pour quelques jours en son palais de Souffleciel ? Ce n’était évidemment point pour de triviales raisons que le duc de l’Honneur demandait à son homologue des Jardins de venir jusqu’à lui, même si cachées sous le couvert de quelques fêtes pour célébrer ses fiançailles nouvelles avec Chimène, princesse impériale de Faërie. Bien sûr, cela faisait déjà des mois que l’information avait fait le tour de l’empire de la Magie, mais ce n’était que récemment que les ducs avaient pu se permettre de quitter leur terre suffisamment longtemps pour fêter les choses en bonne et due forme. Après tout, quelques mois plus tôt, personne ne s’attendait à ce qu’une trêve soit conclue avec Ibélène, pour laisser le temps à l’ennemi de faire son deuil et couronner un nouvel empereur. Une erreur selon Denys, tout du moins d’un point de vue stratégique pour la guerre. Pour autant, s’il la soutenait au travers de l’Ordre, il savait que celui-ci n’était plus aussi noble qu’autrefois, et qu’avec Gustave à la tête de Faërie, le retour des trésors du passé sauraient être peu à peu amené. Même si l’empereur ne serait pas le seul à œuvrer pour, naturellement.

En tous les cas, cette trêve avait permis à Denys et son épouse de répondre favorablement à l’invitation de Liam, suite aux félicitations qu’il avait envoyées lorsque la nouvelle de ses fiançailles était arrivée jusqu’à ses oreilles. Le moins que l’on puisse dire, c’est que celle-ci avait lourdement retentie dans tout l’empire, et après tout, quoi de plus normal ? Peu étaient ceux à s’attendre à un retour de Chimène sur le devant de la scène. De toute évidence, elle avait été prétendue morte, assez inutilement. Au sein de l’Ordre cela dit, cela fait de nombreux remous, remettant en cause la loyauté de Gustave envers celui-ci. Pour Denys, tout cela l’avait laissé songeur, même s’il n’estimait point l’acte de l’empereur comme déloyale. Surtout pas depuis qu’il savait que l’Ordre agissait de manière extrême sans l’avale de bien des membres. Et puis, même si elle s’était présentée comme un pion facilement manipulable, le duc de Lagrance avait toujours eu cette sorte d’affection pour la petite impératrice qui n’avait pas fait long feu. La savoir en vie n’était point un obstacle, simplement une nouvelle donnée à prendre en compte. Il espérait seulement qu’elle comprendrait les enjeux nouveaux qui traversaient Faërie et qu’elle ne s’opposerait pas au retour des Magies scellées. Après tout, c’est ce qui avait fait changer Denys d’avis sur elle, à l’époque.

Cela faisait un peu plus d’un an que le duc de Lagrance n’avait pas mis les pieds en Outrevent. Lui même l’avouait, il n’était pas particulièrement attaché au duché de l’Honneur et lui trouvait beaucoup de défauts. La rigidité de ses habitants étant certainement le plus gros qu’il avait a reprocher. En bon lagran cela dit, et fidèle à sa réputation, il restait aimable et profitait des festivités données au cœur du palais ducal sans rechigner. Lui et Marjolaine étaient arrivés la veille et il ne pouvait nier qu’en ce jour, la petite célébration donnée restait agréable et chaleureuse. Cela étant, la musique outreventoise n’était certainement pas de celles qu’il préférait…

« Ah Liam ! Merci encore de votre invitation, cette réception est des plus charmantes. Il y a bien longtemps que nous n’avons pu en profiter ainsi, avec cette tragique guerre. » Ainsi s’adressa le duc, invité de marque, à son homologue et hôte des lieux. Un sourire léger aux lèvres, il leva son verre en direction de Liam, puis d’un regard, l’invita à regarder vers un balcon dont l’ouverture était cachée par une lourde tapisserie. Les convives étaient nombreux en ce début de soirée, et les discussions battaient leur plein dans tous les sens. « Que diriez-vous de discuter un peu avec moi, au calme. » Si le ton était léger, le regard du duc lui ne manquait pas de se faire quelque peu insistant. Pour sur, il était l’invité, mais Denys était loin d’être un naïf. Et croire que Liam l’ait invité sous le seul motif de faire la fête, il ne pouvait y croire. Aussi s’armerait-il pour deviner ce que désirait son homologue, ou même mieux, les lui faire avouer.


Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Liam d'Outrevent
Liam d'Outrevent

Messages : 1199
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de Faërie
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyDim 25 Fév - 13:33

Avec un peu de chance, l’accalmie serait de courte durée. Celle-ci devait être l’occasion de nouer – ou renouer – des alliances, non de se laisser bercer sur ses acquis en espérant que la guerre ne serait bientôt plus qu’un lointain souvenir. Je n’étais en rien persuadé qu’elle ne reprendrait pas son cours, dès le retour du printemps, et si ces longs mois passés sur le front m’avait permis de me rapprocher des besoins les plus immédiats de mon peuple, il ne me fallait pas oublier pour autant la sphère politique. Gustave de Faërie constituait toujours un épineux problème, un homme dangereux, car il faisait partie de ces hommes qui ne reculaient devant rien et était prêt à n’importe quelle bassesse pour parvenir à ses fins. Je m’en méfiais ouvertement, et ce, depuis le tout premier jour. J’avais défié son autorité et il avait su me faire courber l’échine sous la contrainte, par un odieux chantage.

Et les autres ducs et duchesses… Ils s’étaient plutôt empressés de le soutenir, comme si tout était déjà convenu à l’avance. Je n’avais pas été étonné de voir le duc de Lagrance en faire de même, Denys avait toujours été un tiède, qui préférait passer pour quelqu’un de faussement inoffensif. Il était capable de transformer n’importe quel revers en de nouvelles opportunités, semblable à l’eau qu’on ne pouvait empêcher de couler. J’avais besoin de connaître sa prise de position, en sachant pertinemment qu’il n’en prenait habituellement aucune, ou se contentait bien souvent de dire à son interlocuteur ce qu’il voulait bien entendre, et au suivant de même. J’avais pris l’habitude de le côtoyer, quand il se tenait également aux côtés de Chimène, à tenter de glisser ses quelques idées à la jeune impératrice encore si influençable à l’époque. De lui aussi, je me méfiais, mais pas pour les mêmes raisons. Contrairement à Gustave, il n’avait aucune rancœur, mais un esprit aiguisé qui cherchait avant tout ses propres intérêts.

Mes récentes fiançailles avec Chimène étaient un prétexte tout trouvé pour inviter le couple ducal à Souffleciel, de quoi rendre des festivités bien ennuyeuses quelque peu plus pimentées. L’occasion risquait de ne pas se représenter de si tôt, de pouvoir discuter plus amplement avec mon homologue. Je l’entendis s’approcher, le remerciant presque mentalement de chasser sans même le savoir quelques nobles quémandant de l’attention. Au moins, plus personne ne cherchait maintenant à me présenter quelques jeunes dames en âge d’être mariées.

Je rendis un sourire de circonstance au duc, qui se fendit de quelques politesses qui sonnaient tellement fausses. « J’espère que l’accueil qui vous a été réservé, à vous et votre femme, est à la hauteur de notre réputation. La guerre demande beaucoup de moyens, même durant la trêve, et il devient compliqué d’organiser de pareils événements en effet. Néanmoins, il me paraissait important de marquer le coup. » Ce type de fêtes était avant tout destiné aux Outreventois, mais quelques invités de marque étaient toujours très appréciables. Je levai mon verre à mon tour, et suivis le regard de Denys qui pointait vers le balcon en hauteur. Il fallait croire que le duc des fleurs avait déjà suffisamment profité de la fête… Très bien. Faire encore de quelques ronds de jambe aurait eu raison de ma patience. « Volontiers. » Le sous-entendu était équivoque, et Denys était certainement curieux d’apprendre les raisons qui m’avaient poussé à l’inviter pour une poignée de jours en Outrevent.

Me soustraire à la foule était comme une seconde nature pour moi. Je conduisis sans mal le duc de Lagrance sur le balcon précédemment désigné, repoussant la tapisserie pour accéder à l’alcôve, plus discrète, où les notes de musique et les babillages de la foule ne s’entendaient plus qu’en toile de fond. Je m’accoudai à la rambarde, le regard perdu un instant au lointain, avant de revenir à mon interlocuteur. « Nous n’avions jamais pris le temps de discuter des tenants et aboutissants de cette affaire, Denys. J’ai appris des mots d’Hugues Hurlenfer, couché sur le papier, que Chimène était encore en vie. Il voulait certainement sceller des fiançailles pour se sortir lui-même de cette situation inextricable, mais lever ce silence lui aurait surtout coûté la vie. » Je ne l’aimais pas, ce n’était un secret pour personne, et certainement pas pour Denys. Je n’étais pas directement responsable de sa mort, mais quand l’empereur m’avait demandé le nom de celui qui avait brisé le secret, je n’avais précisément aucune raison de le lui dissimuler. La suite ne m’avait pas vraiment étonné. « Cela vous a surpris de l’apprendre ? » Il me glissera certainement que non, pour ne pas paraître faible, même s’il aurait été difficile de le prévoir. Je me retournai pour le jauger du regard. Je ne rentrais pas encore dans le vif du sujet, me contentant de recueillir quelques impressions du seigneur du Lierre-Réal dans un premier temps. Son attitude dicterait sans doute le discours à tenir ensuite.


Ne suivons pas les vents contraires 446197TitreLiam1Ne suivons pas les vents contraires 1480783555-liam
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyLun 26 Mar - 20:15

« Non c’est parfait. Votre accueil est des plus chaleureux. »

Ce sourire de circonstance qu’avait l’Outreventois... Certainement aussi sincère que l’était le sien, autant dire bien peu. Ainsi agissent les deux ducs qui se jugent et s’observent, tentant de percer les intentions de l’autres. Celles de Liam semblent à Denys encore bien floues, même si des doutes déjà s’élèvent dans ses pensées et cheminent ici et là en vagues idées. Mais il est plus intéressant de jouer de quelques bavardages pour deviner ou comprendre la vérité. Et du peu qu’il connaissait Liam, son impatience doublée de franchise donnerait indéniablement au duc de Lagrance la réponse attendue. Le premier coup est rapide, l’invitation acceptée et le sourire du Lagran se fait plus franc, alors que son regard se fait plus perçant. Tel l’invité bien sage qu’il se doit d’être, il suit Liam sur le balcon qu’il avait désigné, tous deux cachés aux yeux des autres par la lourde tenture masquant l’entrée. Même le son et les notes de musique, une fois dehors, semblent comme étouffée par le tissu. Et alors que Denys se prend à observer un instant l’extérieur et la cité fortifiée en contrebas, Liam qui s’était accoudé à la rambarde ne tarde pas à entrer dans le vif du sujet. Ce n’est pas une surprise et si son homologue le scrute, le lagran ne laisse rien passer de ce qu’il pense.

Ainsi donc, il veut avant tout parler de Chimène. Sont-ce les véritables raisons de sa présence ici ? Denys suppose que non, mais l’entrée en matière est intéressante, car elle révèle des choses qu’il ignorait en partie et qu’il n’avait jusqu’ici pu que présumer. Hugues Hurlenfer donc, ancien conseillé de l’impératrice n’était pas mort en même temps que la prétendue fin de la jeune femme ? Si Denys savait que Gustave avait laissé sa sœur vivre – l’Ordre en était bien mécontent – il ne pensait pas que cet homme avait survécu. A ce moment là du moins. Ni que c’était lui qui avait contacté Liam, parmi les premiers à savoir qu’elle était en vie. Intéressant, vraiment. Si passionnant que la réflexion que cela engendra chez Denys le laisse un instant silencieux, même si dans son regard, il laissait entendre qu’il avait bien entendu la question. Celle-ci méritait une réponse appropriée et réfléchie, car il sentait que bien des choses pesaient dans sa réponse. Mais dire la vérité ? Laisser sous-entendre que ses contacts avec la Cour des Miracles lui avaient donné une réponse bien avant l’annonce officielle de sa Majesté l’empereur ? Hors de question.

« Les rumeurs courraient, et elles ne viennent pas toutes de nulle part. » Douce est la voix du duc de Lagrance, envoutante comme le sifflement du serpent. Les paroles sont floues et ne donnent pas de réponse pour autant. « Cela m’a surpris oui. Qui aurait pu croire que Chimène avait survécu ? » Question rhétorique. L’illusion de Gustave avait été parfaite et personne, pas même les agents de l’Ordre, n’avaient pu déceler le mensonge. Il avait fallu attendre – pour Denys en tout cas – l’implication de ses alliés de la Cour des Miracles pour en apprendre plus. Et même sans cela, la mascarade restait impressionnante. « Mais c’était une agréable surprise. Même si nous divergions sur la fin, je n’ai jamais cautionné la mort de Chimène et je suis heureux de la savoir saine et sauve. » Soupçon de vérité, saupoudré de mensonges imperceptibles, quelques paroles joliment enrobées. Denys appréciait bel et bien Chimène, même aux derniers jours et malgré les dissensions. Mais il ne pouvait prétendre que la mort de celle-ci l’avait rendu triste ou même élevé quelques vagues de culpabilité. « Vous l’avez sauvé en choisissant de l’épouser, n’est-ce pas ? » C’était là quelque chose de supposé mais fortement probable. Sans cela, le retour de Chimène aurait sonné pour l’empereur le début de bien des problèmes. Les partisans de l’ancienne impératrice, quoique peu nombreux, existaient toujours.


Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Liam d'Outrevent
Liam d'Outrevent

Messages : 1199
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de Faërie
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyDim 20 Mai - 0:27

Je préférais m’assurer que mes invités de marque se plaisaient en Outrevent, même si l’ambiance devait dénoter clairement avec celle attendue en Lagrance. Les Outreventois mettaient toujours un point d’honneur à réserver le meilleur accueil, et je ne faisais pas exception, d’autant plus qu’il s’agissait d’un de mes homologues.

Je lisais une certaine curiosité dans le regard de Denys du Lierre-Réal, si difficile à décrypter la plupart du temps. Il avait toujours ses mêmes expressions neutres et empruntées qui laissaient croire que rien ne pouvait le surprendre ou l’affecter. Je pensais – peut-être à tort – que c’était faux. Le lagran était fourbe et insidieux, mais à l’intelligence acérée. C’était également un tiède en matière de politique la plupart du temps. Il n’avait que peu de convictions, et préférait surtout se garder de révéler la moindre faille dans sa garde plutôt que de les défendre. Il en avait été de même au faux trépas de Chimène. Il n’avait pas pu être informé au préalable qu’elle n’était pas morte : Nous avions tous été surpris d’apprendre le contraire. Il l’avait trahi, non par conviction encore une fois, mais seulement pour se préserver. Il avait moins la mainmise sur Gustave de Rive qu’il ne l’avait eu sur Chimène autrefois. Denys avait certainement perdu au change mais savait toujours rebondir.

J’eus un sourire qui en disait long, face à sa réponse en demi-teinte qui ne m’étonnait guère. Il ne risquait pas de me révéler ses sources, mais l’allusion était assez claire. Ses espions avaient fini par lui rapporter la nouvelle. Il fallait croire que mes mesures envers Maelenn avaient été bien inutiles, en fin de compte. J’aurais sans doute dû chasser cette vipère après cette grossière erreur, sachant que son maître-serpent avait peut-être déjà appris l’information par d’autres biais. Peu importe. Je ne pouvais pas refaire le passé.

Denys aimait répondre par des questions rhétoriques, plutôt que de risquer d’avancer son propre avis sur la question. J’avais toujours eu la nette impression qu’avec lui mieux valait des questions directes. Je n’aimais pas rentrer dans son jeu, à louvoyer comme il le faisait, et préférait bien souvent me montrer plus percutant quitte à lui tirer les vers du nez. Les échanges avec mon homologue étaient toujours ainsi, éprouvants quelque part, mais d’une grande finesse tactique. Je le détestais sans doute autant que je le respectais. « Personne, en effet. L’intérêt de l’empereur dans cette affaire paraît flou. D’après vous, quel intérêt aurait-il eu à la maintenir en vie ? » J’aurais presque ri de voir à quel point je venais de copier involontairement ses propres méthodes. J’étais néanmoins très intéressé par les théories qui pouvaient naître d’un esprit comme le sien à ce sujet. Les volontés de Gustave m’étaient restées hermétiques, même durant notre échange prolongé à ce propos, celui qui avait scellé nos promesses de fiançailles entre Chimène et moi.

J’hochai lentement la tête, alors qu’il m’assurait que la fin tragique de Chimène n’avait jamais été souhaitée de sa part. Très certainement. Il aurait pu s’en faire une alliée, même avec un changement de pouvoir. Je n’étais pas certain que ce soit encore possible maintenant. « C’est pour cette raison que vous avez changé d’allégeance ? Car vous… Divergiez ? » C’était dit. J’avais besoin de savoir ce qui avait pu le pousser à agir ainsi pour savoir à quoi m’en tenir. Oh, je ne doutais pas que le serpent me servirait un nouveau mensonge pour me brosser dans le sens du poil. Il n’appréciait pas de s’attirer les foudres d’un autre duché, quel qu’il soit, même s’il s’agissait d’un duché aussi isolé actuellement que l’était Outrevent. Nous représentions néanmoins une force avec laquelle il fallait compter. J’espérais seulement entrevoir l’éclat d’une vérité à travers toutes ces paroles vides de sens.

Il me surprit un peu plus à faire preuve d’une réelle curiosité, en avançant une supposition… Qui était la bonne en effet. Je n’avais aucune raison de lui cacher. « En effet. Chimène était seule, exilée en Ibélène. Je devais la sortir de là avant qu’ils ne s’en servent en otage ou en trophée. » Je rivai mon regard au sien. « Ce mariage, conjugué à son abdication, m’ont permis de la réintégrer sans que son frère ou les assassins lancés à sa poursuite ne la considère encore comme une menace. Elle ne sera pas une martyr, pas plus que le symbole d’une rébellion. » Autant le confirmer clairement à mon vis-à-vis, pour que personne ne puisse s’imaginer qu’elle sera dangereuse. Chimène sera libre d’œuvrer comme bon lui semble.


Ne suivons pas les vents contraires 446197TitreLiam1Ne suivons pas les vents contraires 1480783555-liam
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyMar 5 Juin - 22:19

D’une certaine manière, il plaisait au duc de Lagrance que l’on sous-estime grandement la force de ses convictions et ses réels désirs d’implications. Aux yeux de beaucoup, il ne s’en cachait pas, il devait sans doute passer pour un changeant, capable de retourner sa veste à tout instant si d’aventure cela mettait à mal ses plans. Et ce n’était d’ailleurs pas tout à fait faux. Il n’irait pas nier que ses motivations personnelles – comptant donc la protection et les avantages pour son duché – passaient souven bien avant tout le reste. Mais ne lui accorder que ce genre de manœuvre était bien mal le connaître pour autant. Car rien n’était véritablement laissé au hasard, lorsqu’il était question d’entrer dans la danse politique, et Denys y était bien trop habitué pour ne pas connaître le pas ou le rythme imposé. Penser à ses seuls objectifs n’était parfois pas dans l’intérêt de ceux-ci et il n’était pas rare qu’ainsi, le duc de Lagrance prenne position pour quelques affaires surprenantes. Hélas pour ceux qui mésestimaient la portée de ses actes, il avait bien souvent un coup d’avance et de nombreuses cartes en main. C’était bien pour cela qu’il avait noué cette alliance solide avec la Cour des Miracles, au nez et à la barbe de ses homologues qui en ignoraient tout. Liam y compris, et il était presque amusant de constater ce léger mépris qu’il avait parfois pour sa personne. Après tout, ils étaient différents comme la nuit et le jour. Lagran et Outreventois n’étaient pas faits pour s’entendre au mieux. A cet instant pourtant, Denys aurait parié qu’il n’était pas le seul à porter un masque cachant le fil complexe de ses pensées.

La question pourrait surprendre, mais ceci dit, elle correspond bien trop à celles qu’il se posait lui même, depuis des mois maintenant. Pourquoi garder Chimène en vie, c’était là une question percutante. Une erreur, il était vrai, aux yeux de Denys qui savait pertinemment qu’un adversaire de cet ordre, capable de remettre en cause légitimement une place, méritait d’être supprimé. Combien d’opposant politique avait-il pu détruire de la sorte lui même, en prenant place sur le trône de Lagrance après son père ? Bien des réputations avaient été ternies, des vies gâchées, des silences achetés pour solidifier la place qui était la sienne. Et dans le pire des cas, il avait fait disparaître quelques personnes, en effet. Des actes répréhensibles, éloignés de la noblesse de la couronne qu’il portait, mais nécessaires pour protéger ce qui en valait la peine. En l’état, s’il avait été à la place de l’empereur, il n’aurait peut-être pas hésité… Tout comme il n’aurait pas hésité lui même à menacer Liam de la même manière que Gustave l’avait fait. Pour le pouvoir, oui, mais aussi et surtout pour les convictions qu’on ne lui prêtait pas et qu’il gardait secrètes.

« Allez savoir. » Commence-t-il doucement en haussant les épaules, songeur. Les raisons étaient définitivement inconnues, mais il laissa échapper une supposition. Terrible en vérité, lourde de conséquence que l’empereur aurait peut-être un jour à payer. « Qui sait, son altesse a peut-être eu pitié de cette sœur. » Au point de ne pas pouvoir s’en débarrasser. Au point de déplaire à l’Ordre du Jugement qui ne tenait pas en son cœur l’ancienne impératrice. Et cela qu’il soit de la faction extrême ou raisonnable. Après tout, Chimène avait déclaré clairement sa colère à l’encontre des Magies et Savoirs Perdus. Mais cela, bien entendu, Liam devait s’en douter. Et si Gustave ne s’était point occupé de Chimène, les extrémistes de l’Ordre pourraient bien avoir quelque chose à y redire…

Le duc de Lagrance laissa cependant cette pensée dans un coin de son esprit, l’oblitérant en prenant une gorgée et écoutant attentivement les paroles de son homologue Outreventois. Elles auraient pu le faire rire, s’il n’avait pas eu une excellente maîtrise de lui même, mais intérieurement, il se moqua un instant de la remarque qui avait des airs d’attaque. Une petite piqûre lui rappelant sa défection à l’encontre de Chimène. Qu’attendait-il donc ? Un aveu sincère ? Comme si la vérité aurait pu faire changer d’avis à un Outreventois comme Liam, têtu comme personne. Il était clair qu’à ses yeux, Denys et les autres ducs Faës avaient tout simplement trahi Chimène. Et ce n’était pas faux.

« En voilà des mots durs, Liam. » Dit-il en observant très attentivement l’homme devant lui, le regard directe et incisif presque, transperçant sans craindre les prunelles qui se dardaient sur lui. Dans les yeux clairs du duc de Lagrance semblait danser un semblant de taquinerie, mélangé à un sérieux qui pouvait faire pourtant froid dans le dos. Oh comme chaque mot était posé, réfléchit, calculé. Y décèlerait-il le faux de la vérité – si d’aventure il y en avait ? « J’ai fait ce que je devais faire, pour le bien de mon peuple. Cette divergence n’était qu’une des raisons. » Et pas forcément la principale. Il avait certes profité du retour de Gustave pour changer d’allégeance et abandonner l’impératrice, mais si l’empereur n’était point revenu, Denys ne doutait pas qu’avec le temps, il aurait pu à nouveau saisir quelques occasions auprès de Chimène, tout en manipulant dans l’ombre pour faire évoluer ses objectifs. Gustave était certes moins malléable, mais lui au moins comprenait ce besoin de faire revenir les Arcanes du passé.

Ainsi, la supposition était juste. Assez évidente en vérité, mais la décision pouvait se comprendre. Quoique Denys doutait que Chimène put-être prise comme otage par Ibélène. Il aurait été idiot de la part de Gustave de céder à une telle menace, s’il avait lui même mit la jeune femme dans les mains de sa sœur ainée, Catarine. Ceci dit, en Ibélène, Chimène aurait pu à l’inverse se retourner contre Faërie, dans l’espoir de retrouver son trône perdu. Ce retour sur les terres de la Magie, et en tant qu’épouse de Liam était effectivement la meilleure option. Ici au moins, elle serait un risque minime, comme le supposait son homologue lui même d’ailleurs. Même si Liam ne semblait avoir songé qu’au bien être de sa future femme plutôt qu’au danger qu’elle pouvait représenter. Pas très surprenant. L’abdication était une chose, l’influence malgré elle en était une autre.

Croyez-vous. Eut-il envie de répondre dès l’instant où le duc d’Outrevent termina de lui confirmer ses soupçons. Pensait-il vraiment que ce retour de la part de Chimène serait sans grosses conséquences ? Oh non, Liam le savait sans doute, et c’est ce qui expliquait, au sens du duc de Lagrance, cet éloignement consenti de la part d’Outrevent sur la scène politique. Comme il semblait bien seul, le duché de l’Honneur, en vérité. Trop tourné sur ses affaires internes peut-être, et une Chimène à marier. Fugace, Denys eut un petit sourire en coin, à peine caché par les mots qui sortent de ses lèvres :

« C’est une habile manœuvre, j’en conviens. Qui a dû surprendre à juste titre l’empereur, n’est-ce pas ? Je doute qu’il s’attendait à revoir aussi vite Chimène, aussi puis-je supposer sans trop me tromper qu’en plus de l’abdication promise, il a dû vous demander quelques compensations. Peut-être même en rapport avec sa politique actuelle ? » La question avait ce ton presque léger, mais pourvu de bien des certitudes. Il avait confiance en son propre jugement, Denys, et il était rare qu'il se trompe lorsqu'il l'exprimait. Peut-être Gustave avait-il demandé à Liam d'agir en faveur des Mages du Sang par exemple, qui étaient définitivement très mal accueilli en Outrevent ? Cela n’aurait pas étonné Denys de la part de l'empereur. A sa place, il en aurait sans doute demandé autant. « Par ailleurs, je serais curieux de savoir votre avis sur la question. » L’invitation à parler est claire, à peine sous entendue dans le regard et le petit sourire du duc de Lagrance. Saisirait-il l’occasion de se rapprocher un peu plus de ses homologues, supposément plus ouverts sur la question ? Oui, il était curieux.


Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Liam d'Outrevent
Liam d'Outrevent

Messages : 1199
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de Faërie
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyDim 15 Juil - 10:36

Le Seigneur du Lierre-Réal avait bien souvent nombre de réponses, mais il ne les partageait pas toujours. Cette fois, pourtant, j’eus réellement l’impression qu’il ignorait les raisons qui avaient poussé Gustave de la Rive à épargner sa sœur. J’hochai lentement la tête, alors qu’il émettait les mêmes suppositions qui me venaient en tête. C’était… Inattendu. Mais Gustave, faire preuve de pitié ? « Je ne vois pas d’autres explications non plus. » Ce n’était pas suffisant pour que j’éprouve de la sympathie pour le nouvel empereur. Son chantage pour me faire plier genou, en se servant de mon neveu, resterait une tâche indélébile au tableau dépeint. Je ne lui pardonnerais jamais, mais je me retrouvais désormais pieds et poings liés.

Je ne pus empêcher ma rancœur de s’exprimer, à fixer longuement mon homologue qui me rendit mon regard, direct et incisif, pour une fois. J’en étais presque satisfait. Denys n’était pas moins qu’un serpent. Il ne passait pas son temps à fuir, mais à planifier son prochain coup. Et de toute évidence, Chimène ne faisait plus partie de ses plans. Difficile de savoir s’il plaisantait ou nous en cet instant, mais je le soupçonnais de dissimuler ses intentions propres derrière un voile de légèreté. Ce ne serait pas la première fois qu’il agirait ainsi. A force, je commençais un peu à le connaître. Même si jamais suffisamment pour m’engouffrer dans ses failles et briser ce masque qu’il revêtait en permanence, et qui m’insupportait. Il n’y avait jamais rien de vrai, de définitif, dans ce qu’il pouvait filtrer de ses paroles, même quand je cherchais à le bousculer un peu. Je posai la question évidente, après sa réponse habituelle en demi-teinte. Il s’attendait sans doute à ce que je le fasse. « Et quelles sont les autres raisons, Denys ? »

Je n’aimais pas ce sourire, pas plus que ses compliments qui ne visaient qu’à m’endormir. Il devait se douter que je ne lui en parlais pas sans raison, pas pour me vanter d’avoir sauvé Chimène du terrible sort qui lui aurait été réservé, mais pour lui confirmer les prises de position d’Outrevent. Mon duché ne serait un danger pour aucun d’entre eux, et aucune révolte ne couvait. « L’empereur a été surpris que l’information ait pu fuiter, en effet. » On venait au sujet qui risquait de l’intéresser. Car s’il y avait bien une prise de position assez clair de la part du duc de Lagrance, c’était bien celle-ci. Je me retournai pour lui faire pleinement face. « Nous avons ratifiés plusieurs accords, mais rien que je n’aurais été prêt à consentir. La justice pour tous me tient à cœur. Les mages du Sang seront traités avec équité et égalité sur mes terres, autant que sur les vôtres. Je mettrais un point d’honneur à ce que ce soit le cas. Ce n’est pas de compensation dont il avait besoin, mais de certitudes. »

Je m’adossai à la rambarde, les coudes reposant dessus. Voilà qu’il m’interrogeait sur mon avis, quant à la politique de Gustave. Tellement d’idées contradictoires naissaient dans mon esprit que j’avais du mal à organiser mes pensées. Mon regard flamboyait, de glace, alors que je laissais mon amertume transparaître. « Je ne peux pas soutenir ouvertement la politique d’un homme qui est prêt à enlever des enfants pour commettre d’odieux chantages, et qui joue d’illusions et de manipulations de l’esprit pour parvenir à ses fins. Cela dit, ce sont des méthodes qui me sont plus que familières. Elles ont finies par avoir raison de cette ensorceleuse en Outrevent après tout. » Je m’apaisai un peu, après la dureté de mes paroles. « Mais je comprends pourquoi il l’a fait. Le nouvel empereur est prêt à tout pour imposer ses idées révolutionnaires, mais il doit le savoir lui-même, il n’est qu’un pantin de l’Ordre. Et ceux-là ne cherchent pas seulement à réhabiliter magies et savoirs perdus, ils détruisent tout, corrompent tout. »

Je lui rendis un regard déterminé. « Je n’ai aucune raison de m’élever contre les magies et savoirs anciens, tant qu’ils ne menacent pas mon duché, mais leur réhabilitation prendra du temps. Par contre, ceux qui menacent ma famille et mon duché finiront par tomber un jour ou l’autre, si je ne le fais pas en premier. »

Je laissai filer un silence, la tête rejetée en arrière. « Et vous, Denys, quel est votre sentiment là-dessus ? Et épargnez-moi vos faux-semblants, par pitié. »


Ne suivons pas les vents contraires 446197TitreLiam1Ne suivons pas les vents contraires 1480783555-liam
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyJeu 26 Juil - 18:17

Ce qu’il pouvait être curieux, ce cher Liam. Mais ce n’était pas comme si Denys ne s’était pas attendu à une certaine insistance de sa part. Pensait-il sincèrement qu’il allait lui dire toutes les raisons qui l’avait poussé à tourner le dos à Chimène ? S’il y songeait un peu et mêlait ça à la politique actuelle que menait Lagrance, nuls doutes qu’il finirait par aisément comprendre le pourquoi de cette décision. En l’état, le duc des Jardins n’était pas décidé à partager de vive voix le fond de cette pensée là, et il devinait derrière la curiosité de Liam une certaine méthode pour au moins le perturber. Comme s’il fallait ça pour laisser paraître des faiblesses !

« Je suis navré mais je ne les partagerais pas avec vous. » Le sourire qu’il adresse à son homologue, il le sait, ne lui plaira sans doute pas, car trop emprunt de ce masque menteur et calculateur. Il fallait beaucoup plus qu’une simple discussion pour que le duc de Lagrance ne révèle ses secrets. Et surtout révéler ce qui, entre autre, l’avait blessé dans l’attitude de Chimène à son égard, elle qui lui avait préféré les conseils de son fiancé plutôt que ceux de celui qui l’avait ouvertement soutenu à son couronnement. Une attitude qu’il connaissait déjà à l’époque de Chrysolde où celle-ci avait préféré écouter le duc d’Outrevent et porter atteinte la Confrérie Noire, plutôt qu’écouter le duc de Lagrance et ses mises en garde quant-aux conséquences. L’avenir lui avait donné raison. Oui décidément, ces raisons ne concernaient nullement Liam. Il n’aurait pas compris.

La suite de la discussion intéresse un peu plus Denys et c’est avec beaucoup d’attention qu’il écoute les paroles de son homologue. Ainsi, l’empereur avait été plutôt conciliant mais avait obtenu au final ce qu’il désirait vis-à-vis des Mages du Sang. Cela ne changeait peut-être pas la vision de Liam à propos de ceux-ci, mais au moins y aurait-il un semblant de justice dans ce duché qui avait fait la guerre à ces innocents nés différents. Néanmoins, il ne peut empêcher les paroles un peu piquantes de passer entre ses lèvres :

« N’étaient-ils pas égaux à vos citoyens avant la ratification de cet accord avec l’empereur ? » Etait-ce cela, cette justice pour tous dont parlait Liam ? N’existait-elle donc que depuis cet instant où la plume qui avait signé avait été posée ? Pouvait-il, ce duc de l’Honneur, l’affirmer ainsi haut et fort sans passer pour un hypocrite ? Il l’était en tout cas aux yeux de Denys, d’une certaine manière. Le duc de Lagrance avait appri de la bouche de Mages du Sang expatriés que la justice, pour eux, n’avait jamais existé là bas, en Outrevent. Si en Lagrance, les choses s’étaient faites dans le plus grand secret, au moins le duché avait toujours été honnête avec sa vision de ces mages bannis. Quitte à malmener la loi de l’empire. Ah mais il n’était pas tant de faire preuve d’amertume, le masque un peu moqueur de Denys laissa place à une satisfaction qui transparaissait alors dans ses mots. « Je suis heureux d'apprendre l'existence de cet accord entre vous et l’empereur en tout cas. »

Ah la voilà, cette réponse. Si le duc de Lagrance avait su la cacher, il était impossible de ne pas lire sur le visage de Liam toute son amertume sur le propos. Dans son regard dansait une tempête glaciale que le lagran accueillit avec une certaine prudence. Sans surprise, les mots sur Gustave et ses méthodes, Denys les avait attendu, ils étaient prévisibles. Liam n’était pas de ceux à user de tels stratagèmes pour asseoir son pouvoir, tandis que lui, même s’il n’avait pas été jusqu’à menacer des enfants, comprenait l’utilité de ces odieux chantages. Ils avaient, la plupart du temps, le mérite de fonctionner. Néanmoins, après la colère de Liam, il faut à Denys toute sa maîtrise pour ne pas laisser passer la sienne au fond de ses prunelles. Sa main pourtant se referme un peu plus durement sur le verre de sa coupe. Pas que Denys était irrité de savoir son homologue contre l’Ordre du Jugement – ça non plus, Liam ne comprendrait jamais – mais il l’était de constater à quel point les extrémistes de l’Ordre avaient pu corrompre celui-ci et donner une vision si terrible à la noble cause qu’il portait à l’origine. Il serait difficile d’effacer toutes les exactions commises, mais Denys comptait bien agir avec l’aide de Mélusine pour nettoyer la souillure qui gangrénait l’Ordre.

« Je pense que même manipulé, c’était le désir de l’empereur de réhabiliter les Magies et Savoirs perdus. Malgré le temps que cela prendra, au moins sommes nous tous sur la même longueur d’onde. » Ajoute-t-il dans le silence laissé sciemment par Liam, juste après avoir pris une gorgée. Evidemment, la question lui est retournée. Croirait-il à sa sincérité, ce duc d’Outrevent trop fier, convaincu d’avoir souvent raison ? Même si c’était le cas, Denys doutait que son homologue croirait tout ce qu’il pourrait dire. « Je soutiens la politique de l’empereur. » Liam pourrait-il se contenter de ces mots, qui ne sont pas empli de faux-semblants comme il le désirait ? Sans doute pas. « Je suis pour agir activement au retour des Magies et Savoirs anciens, comme vous le savez sans doute… » la politique lagrane n’était pas secrète à ce sujet « … et si je n’approuve certes pas les actes barbares de l’Ordre, je pense que nous ignorons certaines choses à son propos. » Oh non, lui ne les ignorait pas, vu la place qu’il tenait dans l’Ordre. Et c’était bien ce qui l’irritait, à bien y repenser. Il avait beau dire que Gustave avait été manipulé, mais jusqu’à il y a peu, lui même l’avait été… « Allez savoir si de toute façon, maintenant qu'il a le pouvoir, l'empereur continue d'écouter ceux qui l'ont mis à cette place. » Ca, Denys n'en savait trop rien. Il n'était pas persuadé que l'empereur savait que l'organisation était corrompue par ses chefs, mais Gustave avait du se rendre compte de la barbarie dangereuse dont faisait preuve les agents. La vérité était qu'en ayant désobéit en sauvant Chimène, il ne devait plus être réellement dans les grâces de l'Ordre. « Quoiqu’il en soit, l’empereur a redonné à Faërie une unité et sa force. Nous devrions être content dans une telle situation. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Liam d'Outrevent
Liam d'Outrevent

Messages : 1199
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de Faërie
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyMer 22 Aoû - 17:53

Oh ? Voilà une réaction plutôt franche et directe, pour quelqu’un qui est si peu coutumier. Denys du Lierre-Réal n’avait même pas cherché à noyer le poisson, en usant de son habituelle aisance à discourir. Il avait bien ce même sourire de convenance, comme souvent. Je lui en soufflai un autre en retour, quelque peu condescendant. Soit. Qu’il garde ses raisons pour lui-même, mais il me semblait déjà les deviner. En d’autres circonstances, je me serais fait un plaisir de lui livrer mes hypothèses, avec l’espoir fou de le voir mettre fin à ses réserves, et même peut-être perdre patience… Mais je n’avais aucune raison de m’engouffrer dans la brèche. L’époque où nous nous disputions l’attention des différentes impératrices était révolue. Ca venait presque à me manquer.

La pique qu’il me glissa ensuite ne fut certainement que justice rendue. Il n’avait certainement pas pu s’en empêcher. Mon regard charriait les glaces en se posant à nouveau sur mon homologue. « Ils n’étaient pas reconnus. Dois-je vous rappeler que ces magies et savoirs étaient bannis ? Pour que la justice puisse s’appliquer, faut-il encore qu’on la sollicite. Toutes ces disparitions inexpliquées font finalement sens… » Blanche, Faustine… Toutes deux s’étaient exilées et recluses. Faustine avait même été faite passer pour morte. Et tout ce temps… Je ne soupçonnais rien. C’était comme si Arven s’ébrouait, après les événements qui s’étaient produits sur l’île des amoureux du vent, et rejetait ses enfants perdus et délaissés de tous, révélés au grand jour. « Je n’ai rien cédé à l’empereur, en vérité. Ca aurait fini par arriver, maintenant que leur existence est révélée. Certains auraient franchi le pas pour réclamer justice. » Je le fixai intensément. « Et ils auraient été jugés avec égalité. » Je n’aimais guère ce qu’il sous-entendait, par cette question posée en toute innocence, mais sur un ton moqueur qui dissimulait mal sa propre amertume.

Et je laissais malgré moi transparaître la mienne, non à son encontre, mais envers Gustave de la Rive. J’en disais certainement plus qu’il n’aurait fallu, et cette légère crispation chez mon homologue ne m’échappa pas, même s’il me fut impossible d’en déterminer la raison. Sa réponse ne me surprit pas, en demi-teinte, comme bien souvent… Mais il laissait filtrer plus que je ne l’espérais de ses propres intentions. Ce que nous ne pouvions retirer aux lagrans étaient leur – trop – grande ouverture d’esprit. Denys du Lierre-Réal avait visiblement à cœur la réhabilitation des magies et savoirs perdus, au même titre que l’empereur. « Je comprends mieux ce qui vous a incité à vous détourner de Chimène pour faire front commun avec le nouvel empereur. » Avec cet usurpateur. Je l’avais lâché sur un ton calme, mais qui ne rappelait finalement que trop cette colère glaciale qui m’animait en parlant de lui. Je lâchai un souffle ironique, alors qu’il me confiait sans détour soutenir sa politique et… « C’est tout ? » Oh, mais voilà qui était intéressant. Il faisait également la part des choses en ce qui concernaient les agissements de l’Ordre en lui-même, considérant que tout n’était pas bon à jeter. Se pouvait-il qu’il s’exprime en leur faveur, car ils soutenaient eux aussi le retour des magies et savoirs anciens ?

Je me retournai complètement vers lui, dardant un regard intransigeant sur mon homologue. « L’empereur a imposé une unité qui est toujours fragile. La guerre peut reprendre son cours d’un instant à l’autre. Je serais derrière lui, même s’il prend des décisions qui ne me plaisent pas. Mais vous… Prenez garde à qui vous comptez vous fier, Denys. Vous êtes quelqu’un d’intelligent… Prenez le temps de faire la part des choses. Vous devez déjà avoir une idée bien définie de qui peuvent être vos alliés, et qui seront vos ennemis. Vous savez en quoi vous voulez avoir foi, mais savez-vous en qui vous le pouvez ? »


Ne suivons pas les vents contraires 446197TitreLiam1Ne suivons pas les vents contraires 1480783555-liam
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyVen 5 Oct - 16:16

Ah oui, ils n’étaient pas reconnus... Une bien belle excuse de la part de Liam d’Outrevent, parangon de la Justice. Mais quelle justice que celle qui ignore ceux qui en ont le plus besoin ? Qu’auraient-ils eut, ces mages du Sang reconnus, s’ils avaient quémandés de l’aide aux autorités en étant des criminels par le simple héritage coulant dans leur veine ? Il était bien facile de dire qu’il y a quelques temps encore, ces innocents n’étaient que des tâches à effacer d’un revers de la main, et faire des injustices les concernant un respect de la loi. Ah oui, belle justice dépeinte là, d’une charmante hypocrisie. Le pire était peut-être pour Denys de constater la ferme croyance de son homologue dans ses propos. Il se dédouanait sans mal des vrais crimes commis sur la vie d’innocents en arguant la loi, et se faisant désormais grand protecteur de la justice. S’il avait été homme à laisser place aux sentiments et incapable de se maîtriser, il aurait certainement craché au visage de cette personne. Mais pouvait-on en vouloir aux ignorants ? Parfois oui.

« Au moins, les choses changent. »


Ou peut-être pas. Peut-être qu’au fond, les Outreventois resteraient ces gens renfermés sur leurs vieilles traditions ne pouvant accepter le changement et la nouveauté. Ou peut-être était-ce là une pensée acide du duc de Lagrance, qui n’insista cela dit pas avec Liam. Il y avait bien assez de satisfaction chez lui d’avoir déclenché pareille réaction. Et s’il suivait ses paroles, au moins l’avenir des mages du Sang – à défaut de toutes les autres magies perdues – allait en s’éclairant.

En avait-il dit trop en confiant le fond de sa pensée à Liam ? Ou n’était-ce pas justement ce que Denys avait simplement voulu laisser passer à son homologue ? Ce dernier était loin d’être un idiot, malgré un côté terriblement rigide et têtu, et donc à ne pas sous estimer. Pour autant, chaque parole du duc de Lagrance avait été mesurée, cherchée, ce qui enlevait toute la spontanéité de celles-ci et évidemment une partie de la vérité. « C’est tout. » Mais après tout, l’Outreventois ne pouvait s’attendre à ce que le Lagran soit sincère en toute circonstance. Non qu’il n’y ait mensonge ici, il n’y avait en tout cas pas tout. Et cela, Liam le remarqua bien, sous un regard plus attentif que jamais. Soupçonnerait-il finalement des choses ? Les mots de Denys pouvaient le laisser sous entendre, et à terme, son allégeance à l’Ordre du Jugement ne pourrait sans doute rester secrète. Mais avant cela, le duc voulait purger le mal qui empoisonnait cette organisation qui sombrait dans cet extrémisme déplaisant et inutile. Ou à moins de vouloir le pur chaos…

Peut-être fallait-il s’attendre à ce que la conversation change de sujet, mais Denys ne s’attendait pas à ce que cela soit fait de manière aussi directe. L’intransigeance du regard de Liam, alors tourné complètement vers lui, avait presque des airs de menace, même si le lagran l’accueilli sans réaction visible. Son seul mouvement fut de se tourner à l’identique vers son homologue, écoutant avec attention ces paroles qui étaient pour le moins inattendue. Essayait-il de lui donner un conseil ? Etait-ce bel et bien une menace sur les alliances qu’il pouvait avoir ? Une mise en garde ? Il fut difficile pour lui d’en juger et un sourcil un peu circonspect s’arqua sur le visage du duc de Lagrance, dont les yeux dardés sur Liam étaient redevenus particulièrement sérieux. Ni l’un ni l’autre ne semblaient s’impressionner.

« Je pense que oui. Lagrance profite d’alliances lucratives qui l’avantagent autant qu’elles avantagent ses alliés. Et si l’empereur ordonne la reprise de la guerre, je le suivrais aussi. » C’étaient là des évidences que Liam ne pouvait ignorer. Bien entendu, Denys n’était pas du genre, même avec ses alliés, à se fier corps et âme à eux et avait toujours dans ses manches quelques coups d’avance. Pour autant, ce qu’il venait de dire à son interlocuteur étaient l’une des bases pour nouer des alliances : profiter aux deux parties. Et il en allaient ainsi grâce à son amitié avec Cibella et Ansemer, ce depuis de très nombreuses années. Liam oubliait-il que lui, Denys duc de Lagrance, avait réussi à donner à son duché pendant plusieurs années des relations cordiales et solides avec tous les territoires d’Arven ? « Où voulez-vous en venir avec pareil conseil Liam ? » Non qu’il ne comprenait pas tout, mais peut-être avait-il un doute : « Chercheriez-vous aussi à pouvoir nouer des alliances en toute confiance ? Savez-vous à qui vous fier ? » Il n’irait pas enfoncer le couteau dans la plaie, mais personne n’ignorait non plus l’isolement actuel d’Outrevent en Faërie. Peut-être était-ce là son but, après être resté de son côté si longtemps pendant la guerre, s’ouvrir un peu au monde.


Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Liam d'Outrevent
Liam d'Outrevent

Messages : 1199
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de Faërie
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptyMar 6 Nov - 17:59

Mon sourire s’étira, presque ironique. On aurait dit que les rôles étaient inversés. Le duc de Lagrance était plus réservé qu’à l’accoutumée, avare en paroles. C’était moi, d’habitude, qui me réfugiais dans le silence pour éviter une parole malheureuse. La vérité était bonne à entendre, mais pas toujours. Je n’avais aucun mal à percevoir son amertume, et si Denys du Lierre-Réal ne disait pas tout, il était évident que son allégeance à Gustave de la Rive était essentiellement due à la prise de position de Chimène à l’époque envers la magie du Sang. Voilà ce qui finalement l’avait amené à retourner sa veste… Mais plus tardivement que les autres, c’était notable. A croire que le Lagran avait finalement plus de convictions que nos homologues d’Ansemer et de Cibella…

Il en avait déjà dit trop ou pas assez, mais comme toujours, brusquer le duc lagran n’amenait à rien de bon. Comme un serpent, il relevait la tête et menaçait de son venin si on venait à trop le heurter. Nos interminables joutes verbales m’avaient toujours permis de prendre le pouls avec lui, mais elles me laissaient souvent un goût d’inachevé, car il était impossible de prendre le dessus sur quelqu’un qui refusait la confrontation directe pour mieux louvoyer. Il était un adversaire à l’esprit acéré, celui dont je me méfiais sans doute le plus. Alors pourquoi avais-je choisi de me rapprocher de lui plutôt que de mes autres homologues ? Parce qu’il était plus à même de faire la part des choses et de savoir où se plaçait son intérêt.

J’hochai lentement la tête, devant ces évidences qu’il me soufflait. Comme si nous avions le choix… Si un coup d’état avait dû intervenir, il serait parti d’Outrevent. C’était certainement ce pourquoi l’empereur se révélait si méfiant avec moi, même s’il n’avait plus rien à craindre maintenant que ma parole était donnée. « Que ma parole n’est pas aussi changeante que les vôtres. Que ces allégeances données sont finalement bien fragiles… Nombreux sont ceux qui croient Outrevent responsable de la désunion de Faërie, mais en vérité, l’Empereur n’a pas à nourrir beaucoup de doutes me concernant. J’obéirais toujours à mon devoir. » Je rivai un regard équivoque à mon homologue, avant de lâcher un semblant de rire dans un souffle. Il retournait habilement mes propres questions contre moi. « Je n’ai plus aucune confiance en aucun de mes homologues de Faërie, mais au moins, avec vous, je sais à quoi m’attendre… Je sais également à quoi tient votre place depuis toutes ces années, aux nombreuses alliances contractées. Tant que l’alliance vous profite, vous n’avez aucune raison de la rompre. Et tant que vous respectez les accords conclus, je n’en ai aucune non plus. Alors oui, ironiquement, à l’heure actuelle, vous paraissez le plus fiable, le moins versatile. » En Faërie, tout du moins. Je n’oubliais pas ce qui pouvait se passer au-delà.


Ne suivons pas les vents contraires 446197TitreLiam1Ne suivons pas les vents contraires 1480783555-liam
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires EmptySam 8 Déc - 14:36

Ainsi, c’était une alliance que cherchait Liam. Toutes ces belles paroles, cette discussion pleine de sous entendu pour en venir à ce sujet. Une bonne méthode, inattendue de la part de Liam que Denys savait d’ordinaire plus directe, mais il reconnaissait le beau jeu derrière ça. Car son homologue était parvenu à amener le sujet de manière assez fine pour que le lagran ne le devine que tardivement. Heureusement depuis le temps, il avait apprit à ne pas sous estimer ses adversaires, même s’ils n’étaient pas ouvertement opposés. Liam avait beau être ce qu’il était, un Outreventois rigide, il n’en restait pas moins intelligent. Et celui-ci comprenait de toute évidence que faire cavalier seul dans l’empire n’était pas une très bonne idée. Pour un peu, un sourire se serait dessiné sur les traits de Denys s’il n’avait eu assez de retenue. Il conserva néanmoins son regard acéré sur son hôte, méditant rapidement sur les paroles de celui-ci. Bien sûr qu’il percevait la critique, elle n’était même pas cachée, et les lagrans avaient de toute façon cette réputation de changeant que Denys n’aurait pu nier. Liam avait très bien compris que tout, dans les alliances, était une question d’intérêt. Il fallait seulement se méfier des offres plus alléchantes. Mais dans cette affaire, former une nouvelle entente avec Outrevent, comme au bon vieux temps, avait de quoi intéresser le duc. Non que l’équilibre de Faërie l’importait plus que le bien être de son propre duché, il savait néanmoins qu’en ces temps de guerre, une certaine stabilité comptait plus que tout.

« Je vois. Voilà une façon bien détournée de proposer une alliance, Liam. » Oh il ne l’a pas vraiment fait de vive voix, mais entre les lignes, c’est bien trop clair pour qu’un homme comme lui, trop doué avec les mots ne laisse échapper le message. « Bien sûr, nous avons des intérêts communs à nouer un tel lien, que la guerre reprenne ou non en mars. » L’empereur avait certes laissé du temps aux Ibéens pour faire leur deuil et couronner leur héritier, mais envisageait-il sérieusement de reprendre la guerre, ça c’était une autre histoire. « Sachez que je suis ouvert à toute discussion à ce sujet. Et puis nous avons déjà prouvé par le passé que nous pouvions nous entendre. » Jusqu’à ce que Chimène change, jusqu’à ce qu’elle écoute de bien mauvais conseils… mais peu importe, c’était là des choses que Denys considérait comme passé. Il n’était pas bon de trop vivre dans celui-ci. « Néanmoins, c’est une discussion qu’il nous vaudrait mieux entreprendre demain. Ce soir, l’heure est à la fête. Votre fête, Liam. » Si la décision a sans doute été déjà murement réfléchie par ce dernier, le duc de Lagrance misait aussi sur un temps de réflexion, pour mieux négocier à l’avenir. Mais il y avait plus à gagner qu’à perdre en nouant une telle alliance. Un avantage pour chacun d’entre eux, et pour Faërie aussi. La conversation avait été très instructive, mais il n’était pas non plus dans les habitudes de Denys de précipiter les choses.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Ne suivons pas les vents contraires   Ne suivons pas les vents contraires Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne suivons pas les vents contraires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: